Versione classicaVersione mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Deuxième partie. La maternité médicalisée : l’institution maternité

Chapitre III. Les conséquences de la médicalisation

Testo integrale

« Les femmes accouchent plus volontiers actuellement en maison de santé ou en milieu hospitalier »
Dr. Paul Morin, La femme enceinte
« Concurrencée par la pléthore médicale et par l'hospitalisation à outrance, la profession de sage-femme subit un malaise ».
C. Mossé, sage-femme en chef de la Maternité au 8e Congrès International des Accoucheuses, Paris, 1938.
« Malgré les lois sociales, malgré les progrès de l'hygiène, malgré la vulgarisation des données de puériculture, la mortalité infantile durant la première année demeure encore très importante en France »
Suzanne Barot-Herding, Les centres collecteurs de lait de femme, 1939.

1Ce chapitre rassemble les trois principales conséquences du processus de médicalisation décrit précédemment. Elles sont de nature différente et développent leurs effets à des rythmes singuliers. La plus importante est d’ordre médical et démographique et consacre le recul de la mortalité maternelle et infantile ; une courbe séculaire du taux de mortalité infantile montre une descente forte et rapide entre les deux guerres, passant d’environ 140 ‰ à 60 ‰ ; le but recherché – sauver la graine – est partiellement atteint, et la France d’après 1945 poursuit à un rythme presqu’équivalent (division du taux par trois de 1940 à 1960, puis par deux de 1960 à 1980) la réduction de la mortalité infantile pour détenir un taux actuel voisin de 10 ‰.

2Les deux autres conséquences – 1'élargissement de la clientèle des maternités et la crise de la profession de sage-femme – sont induites et leurs effets sont plus lents à s’exprimer ou à être perçus ; le mouvement ne s’amplifie ou ne se résoud réellement qu’après la deuxième guerre.

Dans les maternités : une clientèle plus nombreuse et plus large

3Écoutons la Doctoresse Houdré-Boursin décrire en 1928 «l’arrivé du bébé » : « Dans les grandes villes, à Paris spécialement, beaucoup de femmes entrent dans les services de Maternité des Hôpitaux, pour l’accouchement. Il va sans dire que la surveillance de la grossesse a dû être faite dans ces mêmes services. Cette manière de faire est bonne. Trop souvent l’exiguïté du logis et son inconfort rendent impossibles les pratiques les plus simples de l’asepsie et de l’hygiène. D’autre part, la dépense d’une garde convenable est trop lourde, le prix de l’accouchement lui-même – si modéré soit-il – peut être excessif pour une bourse modeste. En somme, plutôt que d’accoucher dans de mauvaises conditions chez soi, la femme fait mieux d’aller mettre au monde son bébé dans une salle claire et propre de Maternité. Les familles aisées ont tendance à employer une pratique analogue : la future Maman se fait surveiller par un médecin de son choix, et dès les premières douleurs, elle va dans une maison de santé spécialisée où elle s’est fait réserver un lit ; son médecin y procède à l’accouchement dans des conditions matérielles parfaites, ayant tout ce qu’il faut sous la main : aides, instruments, salle d’opération, si une intervention devient subitement nécessaire. Cependant ni l’hôpital, ni la maison de santé ne donnent à la femme cet agrément intime, cet entourage de soins et de tendresse, qu’on peut trouver dans un intérieur confortable, grâce à la vigilance de tous les membres de la famille. Quand la situation de fortune le permet, il semble donc que la solution idéale soit de rester chez soi si l'accouchement s’annonce normal. Si une dystocie grave est redoutée, il faut s’adresser à une clinique spécialisée et y faire entrer la parturiente deux ou trois jours avant la date prévue de l’accouchement, afin qu’elle ait le temps de se bien reposer et qu’on puisse procéder à tous les préparatifs nécessaires ».

4Pour notre doctoresse, de plus en plus de citadines accouchent en maternité, femmes modestes qui bénéficient là de bonnes conditions, tandis que les familles plus aisées accouchent soit en clinique, soit à domicile ; celui-ci reste la formule idéale pour un accouchement sans risque. Dix ans plus tard en 1938, le Journal de la Femme conclut sa grande enquête sur l’assistance maternelle par les progrès des maternités et leur meilleure perception par « le public », la preuve étant que « 60 % des naissances à Paris se font dans les établissements de l’A.P. ». Où accouchent donc les Françaises pendant l’entre-deux-guerres ? Quel est le « public » des maternités ?

5Nous avons malheureusement peu de réponses chiffrées à l’échelle nationale. La série Mouvement de la Population de la Statistique Générale de France, comprend, chaque année mais jusqu’en 1931 seulement, dans la rubrique « détails divers sur les naissances », un tableau de répartition des naissances selon le lieu de l’accouchement (à domicile, dans un établissement ou chez une sage-femme, non déclaré). Ce qui frappe, après avoir éliminé l’effet des variations des non déclarations, c’est l’importance de l’accouchement à domicile, supérieur à 80 %, même s’il semble amorcer un lent recul à partir de 1929. Ce taux, encore plus élevé pour les naissances légitimes, tombe à environ 45 % pour les naissances illégitimes. Inversement la part des accouchements effectués chez une sage-femme ou dans un établissement tend à augmenter légèrement pour atteindre près de 20 % en 1931. Mais il est impossible de préciser plus avant le rôle joué par les maternités. Aussi voudrais-je, avant d’esquisser une tendance d’ensemble, développer deux exemples précis : Paris et Baudelocque.

6Le livre centenaire de l’Assistance Publique de Paris fournit une première approche. La proportion des accouchements qui y sont réalisés reste pratiquement constante entre 1920 et 1940 – deux sur trois – mais la période se caractérise par la croissance des accouchements pratiqués en maternité et la quasi disparition des sages-femmes agréées à partir de 1935.

7La série des Annuaires Statistiques de la ville de Paris permet une étude plus approfondie ; ils contiennent chaque année un tableau intitulé : « Naissances vivantes et morts-nés selon le domicile de la mère et le lieu de l’accouchement ». Le domicile est soit un arrondissement de Paris, soit « hors Paris » ; sont précisées les naissances des parisiennes (somme des arrondissements) ainsi que les naissances totales enregistrées à Paris (domicile dans ou hors Paris) ; le lieu de l’accouchement peut être le domicile, une maternité de l’A.P., chez une sage-femme (privée ou agréée par l’A.P.) ou d’autres lieux non précisés ; les naissances illégitimes sont indiquées. Toutes ces données peuvent être travaillées par regroupement et calcul de pourcentages, pour donner des séries significatives.

8Le tableau ci-après, qui distingue les lieux d’accouchement de toutes les naissances parisiennes, montre la croissance régulière des accouchements en maternité dont la part double entre 1920 et 1939 pour atteindre 67,8 %, au détriment des accouchements à domicile ou chez une sage-femme ; cette dernière catégorie connaît un succès croissant pendant la décennie vingt, pour régresser ensuite ; elle concerne cependant un quart des accouchements, tandis que l’accouchement à domicile, majoritaire en 1920, tend à disparaître (un sur dix à la fin de la période). Les causes de ce phénomène ont déjà été présentées : le doublement des capacités des maternités et leur modernisation, la loi sur les Assurances Sociales ; le Professeur Lacomme, dans son interview, insistait sur la crise du logement à Paris.

Lieu de l'accouchement pour toutes les naissances parisiennes (naissances vivantes et morts-nés ; mères domiciliées dans Paris et hors Paris)

Année

Total des naissances

Pourcentage d’accouchements à domicile %

Dans une maternité de I A.P. %

Chez une sage-femme %

1920

69.670

42,4

33,6

23,2

1921

65.822

37,1

37,4

24,6

1922

59.245

36,9

37,7

24,7

1923

59.124

33,4

37,5

28,4

1924

58.8879

32,1

38,1

29,1

1925

61.363

26,2

46,1

27,5

1926

61.500

23,9

45,9

30,1

1927

61.617

20,3

50,0

29,5

1928

60.328

17,9

50,5

31,5

1929

60.212

16,7

51,9

31,3

1926

61.500

23,9

45,9

30,1

1927

61.617

20,3

50,0

29.5

1928

60.328

17,9

50,5

31,5

1929

60.212

16,7

51,9

31,3

1930

60.884

Statistiques aberrantes

1931

60.061

15,8

55,2

28,9

1932

57.801

14,5

57,5

27,9

1933

54.465

13,5

59,2

27,2

1934

52.302

12,4

62,3

25,3

1935

48.512

11,5

64,8

22,7

1936

46.598

11,2

65,4

23,3

1937

45.804

11,8

65,3

22,8

1938

44.633

10,2

66,1

23,6

1939

36.171

7,7

67,8

24,3

9Nous laissons tomber les « autres lieux » qui n’interviennent que pour les pourcentages infimes (en chiffres absolus : de 10 à 527 selon les années). La somme des pourcentages n’est donc pas exactement égale à 100.

10A Paris accouchent des femmes qui y résident et d’autres qui viennent de l’extérieur de la ville : de la banlieue ou de la province (il est dommage que la statistique ne fasse pas cette distinction). La répartition des accouchements des résidentes parisiennes suit l’évolution décrite précédemment avec quelques points de plus pour l’accouchement à domicile ou chez une sage-femme : l’accouchement dans une maternité de l’A.P. devient majoritaire à partir de 1932 et concerne 6 mères parisiennes sur 10 à la veille de la deuxième guerre. Paris attire aussi des parturientes venues de l’extérieur, et en attire de plus en plus : en 1920 elles sont à l’origine de 12,7 % des naissances parisiennes, en 1930 de 25,6 % et leur part reste élevée pendant toute la décennie. Ces femmes ne peuvent évidemment pas accoucher à domicile ; elles utilisent de plus en plus les maternités (à plus de 80 % à partir de 1934), la part des sages-femmes diminuant fortement à partir de 1930. Y viennent-elles, cas classique maintes fois décrit, pour cacher une grossesse de fille-mère ou, attirées par la renommée de ces établissements, pour bénéficier d’un accouchement dans de meilleures conditions ?

11Le calcul du taux de naissances illégitimes chez ces femmes permet d’y répondre partiellement : de près d’un tiers en 1920, il baisse régulièrement, plus fortement dans les années trente pour n’être que de 14 % en 1939 ; dès 1931, il est inférieur au taux d’illégitimité strictement parisien. La recherche d’une maternité secrète n’est donc pas la raison essentielle de la venue de parturientes à Paris ; il n’est malheureusement pas possible de savoir si elles viennent de loin et qui les envoie.

  • 36 Voir troisième partie : fonctionnement des œuvres sociales et sort des filles-mères.

12Parce qu’elles ont peu de ressources et qu’elles peuvent y bénéficier du secret, les « filles-mères », qu’elles soient ou non domiciliées à Paris, accouchent essentiellement dans les maternités de l’A.P.. Leur succès qui éclipse presque complètement l’accouchement à domicile ou chez une sage-femme peut aussi s’expliquer par l’aide sociale qu’elles procurent : prise en charge par les assistantes sociales, aide matérielle, envoi dans des maisons de convalescence36.

13Mais les maternités ne sont plus seulement le havre des filles-mères et des femmes sans ressources. La consultation des registres de Baudelocque fournit une étude sociologique de la clientèle de cet établissement. Particulièrement riches sont le registre des entrées et celui des naissances dont aucun ne manque pour la période considérée. Leur structure et les études statistiques possibles sont indiquées en annexe ; lorsque des données numériques sont reportées de page en page jusqu’au bilan annuel (par exemple le nombre de mariées ou de célibataires parmi les entrantes), les calculs statistiques peuvent se faire sur l’ensemble de la clientèle de la maternité. Pour les données non quantifiées dans les registres, j’ai utilisé la méthode du sondage au hasard pour obtenir chaque année cent cas à envisager.

14Le tableau ci-après réalisé à partir de données d’ensemble, fait apparaître plusieurs conclusions. A partir de 1927 où les travaux d’agrandissement et de rénovation sont en voie d’achèvement, Baudelocque accueille chaque année plus de 3.500 femmes. Dès lors plus de 70 % donnent naissance à des enfants vivants ; la proportion ne fait que croître, signe que la mortinatalité tend à baisser, mais aussi que, si la maternité garde sa vocation de service de gynécologie, elle perd en partie le rôle de refuge qu’elle possédait initialement ; au hasard des noms, on rencontre encore dans les années vingt des «femmes enceintes » passant quelques jours à Baudelocque pour accoucher ensuite chez elles ou en ville (en ville pouvant être très certainement chez une sage-femme agréée) ; très rarement ensuite.

15L’état civil des entrantes est une donnée intéressante dont l’évolution apparaît clairement : la part des femmes mariées augmente régulièrement, passant de moins des deux tiers (61,7 %) à plus de quatre cinquièmes (81,3 %), au détriment des veuves et des célibataires. Ces dernières ne sont pas toutes des « filles-mères », et peuvent être des jeunes filles venant pour une opération de gynécologie, mais le sondage au hasard donne des pourcentages de mères célibataires qui, tout en se situant de un à deux points au dessous, suit la même baisse. Toutefois, Baudelocque joue, pour les femmes qui le demandent, le rôle de maternité « secrète » où il est possible de cacher son état. Ainsi, pour les deux mois de janvier et février 1932, sur 729 entrantes, 24 femmes ont sollicité le secret ; 18, le secret pour l’enquête ; 3, le secret pour la famille ; 3, le secret pour leur pays (cas d’étrangères) ; 1, le secret pour sa mère ; 1, le secret absolu. Voici, au fil des ans, quelques exemples dont je tais l’identité :

LA CLIENTELE DE BAUDELOCQUE : STATISTIQUES SUR LE TOUT

LA CLIENTELE DE BAUDELOCQUE : STATISTIQUES SUR LE TOUT
  • « secret pour l’enquête » : le 14 décembre 1927, entre Suzanne –, dite –, comptable, 24 ans, née dans la Haute-Vienne, habitant Paris 18e, célibataire. Elle accouche le même jour et sort le 3 janvier.

  • « secret pour sa famille » : le 2 janvier 1932, entre Provestine –, domestique, née dans le Calvados, résidant avenue St Honoré à Paris, célibataire. Elle accouche le 3 et sort le 13 janvier.

  • « secret pour sa mère » : le 20 février 1932 entre Fernande –, sans profession, 21 ans, habitant le 15e arrondissement, célibataire. Elle accouche le même jour d’une fille qu’elle abandonne et sort le 3 mars.

16Le secret, absolu donne dans les registres, les X qui n’inscrivent leur identité que dans une enveloppe cachetée. Baudelocque fait aussi bénéficier certaines filles-mères du refuge que constitue la Maison maternelle nationale de St Maurice ; ainsi Marthe –, domestique de 22 ans dans le 17e arrondissement, entrée le 2 janvier 1922, accouche le 6 janvier d’une fille, pour être envoyée à St Maurice le 6 février. Ces quelques exemples permettent de souligner que, si la durée de séjour pour un accouchement normal est en général de onze jours (le jour de sortie n’étant pas comptabilisé), certaines femmes séjournent plus longtemps, parce qu’elles ne savent pas où aller, ou parce qu’elles sont malades ; dans les années vingt, certaines filles-mères jeunes, viennent tôt à la maternité, plusieurs jours avant l’accouchement. Avec les séjours (souvent longs) en gynécologie, la durée moyenne de séjour calculée une année sur trois sur les 100 cas du sondage au hasard oscille entre 10,9 jours en 1921 et 16,6 en 1937, pour se situer généralement entre 13 et 14 jours. L’hypothèse suivante (non vérifiable de façon stricte car les registres d’accouchement manquent pour la période) peut rendre compte de la constance de cette donnée ; si Baudelocque sert de moins en moins de refuge aux filles-mères, ce qui tendrait à faire baisser la durée de séjour, elle accueille de plus en plus les femmes dont la grossesse et l’accouchement difficiles nécessitent une hospitalisation plus longue que la normale.

17Par ailleurs l’aire de recrutement de la maternité tend à s’étendre. Les parisiennes qui constituent jusqu’en 1924 les deux tiers de la clientèle (et 80 % en 1900) n’en forment à partir de 1931 qu’un peu plus de la moitié ; Baudelocque attire de plus en plus de femmes de la banlieue (jusqu’à un tiers) et de la province (jusqu’à 15 % contre 4 % en 1900) tandis que les étrangères sont un groupe très minoritaire et fluctuant ; pour l’année 1927 le registre précise l’entrée de 28 Polonaises célibataires. L’étude des 100 cas obtenus par sondage pu hasard révèle que les parisiennes viennent de tous les arrondissements, du Sud où se trouve Baudelocque, de l’Est où il y a d’autres établissements, et même de l’Ouest riche (notamment les domestiques) ; la banlieue (département de la Seine) et les deux départements limitrophes de Seine-et-Oise et Seine-et-Marne envoient de plus en plus de parturientes, mais les clientes venant d’une province plus lointaine restent très rares : de 0 à 7 %, le plus souvent 1 ou 2 % ; ce sont presque toujours des filles-mères qui font de longs voyages (de Pau, de Valence), quelquefois des femmes qui entrent en gynécologie. Les étrangères sont de toute nationalité, italienne, roumaine, russe, belge, espagnole, tchèque, américaine ; mais les Polonaises sont les plus nombreuses, et les femmes mariées minoritaires.

18Pratiquement aucune bourgeoise n’accouche à Baudelocque dans les années vingt ou trente ; celles qui s’y « risquent » sont marginales par rapport à leur classe sociale : jeunes étudiantes, professeurs ou artistes, soit des intellectuelles peu conformistes, ou ayant des difficultés financières, souvent non mariées. La petite bourgeoisie salariée, le monde des vendeuses, institutrices, employées forme avec les commerçantes (en général du petit commerce) de 10 à 20 % de la clientèle, sans que les chiffres ne traduisent d’évolution significative. Les domestiques, les ouvrières, les femmes travaillant chez elles (concierge, mais aussi lingère, repasseuse...) constituent environ 30 % de la clientèle ; les domestiques sont surreprésentées par rapport à leur part dans la main-d'œuvre féminine (pouvant atteindre 21 % des admises à Baudelocque) car elles ne peuvent pas accoucher chez leurs patronnes et sont souvent mères célibataires ; par contre les ouvrières ne sont pas très nombreuses à Baudelocque, tandis que le nombre de travailleuses à domicile tend à diminuer.

19Les chiffres ne révèlent qu’une seule évolution nette ; la diminution du nombre des ménagères et journalières (groupe surtout constitué de « ménagères ») au profit des femmes « sans profession », ce qui ne traduit pas de grands changements sociologiques ; en effet, s’il est possible que la maternité accueille proportionnellement moins de femmes vivotant de ménages ou de travaux à la journée, il est tout autant probable que ce glissement numérique ne soit qu’un glissement au niveau des termes (donc de l’image qu’elles souhaitent donner d’elles-mêmes) dans les déclarations des clientes : cette hypothèse est confirmée par les variations des registres qui emploient souvent pour la même personne, l’un « sans profession », l’autre « ménagère ».

20Par le registre des naissances où la profession du père est indiquée, il est possible de connaître le milieu social des femmes sans profession, si elles sont mariées et viennent pour accoucher. Les conjoints sont pour moitié domestiques, ouvriers, pour l’autre petits bourgeois (salariés ou à leur compte comme les artisans et commerçants). Il y a toutefois quelques femmes de milieux moins populaires, épouses d’intellectuels (musicien, artiste, homme de lettres ou journaliste), ou de cadres (ingénieur, entrepreneur), ou encore de médecins.

21Enfin, parmi les clientes de Baudelocque, la part des femmes bénéficiant des Assurances Sociales tend à croître pendant la décennie trente, qu’elles soient assurées par leur travail ou conjointes d’assurés. Le sondage au hasard permet de dresser le tableau suivant ;

22La catégorie des bénéficiaires (no 1 à 5 selon le niveau du salaire) n’est pas précisée dans la moitié des cas. Pour l’autre dominent largement les assurés aux salaires élevés (le maximum étant fixé à 21.000 F en 1935, à 30.000 en 1938).

23Quelles conclusions tirer sur le recrutement de Baudelocque et des maternités en général ?

  • 37 A la Maternité de la Sainte Famille j’ai étudié les professions des pères et mères pour les 280 pre (...)

24Résumons rapidement les données d’un second exemple, celui de la Maternité de la Sainte Famille à Lille, créée en 1874 par les Sœurs de la Charité Maternelle pour accueillir « les mamans les plus défavorisées et qui ne peuvent solliciter les soins à domicile ». L’origine charitable est incontestable et l’évolution amorcée avant la première guerre, développée ensuite n’est que plus remarquable : la maternité reçoit de plus en plus de parturientes (de 280 en 1910 à 1.009 en 1939) et leurs origines sociales se diversifient37. Les clientes sont de plus en plus des femmes sans profession (7 % en 1910, 20 % en. 1931, 92 % en 1938) tandis que baisse la part des ouvrières du textile et des domestiques qui constituaient en 1910 55 % de la clientèle, formée alors de femmes aux revenus très modestes (2 % seulement d’employées et de commerçantes). Les époux sont toujours en majorité des ouvriers ou artisans, mais il y a plus d’employés et de commerçants même aisés ; dès 1931, les professions libérales et les cadres constituent une minorité non négligeable : 6 % ; par exemple viennent accoucher à la maternité des femmes d’ingénieurs, de notaires, de chirurgiens, d’industriels et même l’épouse du directeur de la Banque du Nord.

25Une petite maternité tenue par des religieuses dans une ville catholique comme Lille semble s’ouvrir plus facilement que Baudelocque à une clientèle de moyenne et bonne bourgeoisie qui sollicite ses services. Le public d’une grande maternité parisienne se recrute plus traditionnellement dans les milieux populaires, y compris la petite bourgeoisie salariée. La diversité est donc la règle entre les deux guerres.

26Deuxième conclusion possible : les maternités ont acquis un caractère de respectabilité et ne sont plus uniquement la maison d’accouchement des Filles-mères. Si la moitié des entrantes à Baudelocque en 1900 étaient des célibataires, elles sont moins de 20 %, nous l’avons vu, à la fin des années trente.

27Toutefois la maternité n’est pas le lieu d’accouchement de toutes les Françaises. Le manque d’équipement de la campagne oppose au modèle urbain un « modèle rural » ; dans les villes les femmes aisées ne fréquentent pas, à quelques exceptions près, ce type d’établissement ; d’autres femmes plus modestes suivent les consultations mais accouchent ailleurs, chez elles ou en cliniques privées.

28A Rouen, 50 % des accouchements se font en maternité publique. A Courbevoie (exemple développé dans le Bulletin de l’Association française des femmes médecins), les 686 naissances de 1935 (taux de natalité très faible : 11,7 ‰) se répartissent ainsi : 21,7 % à domicile, 49,4 % en maternité, 28,9 % en maison de santé privée. La maternité Adolphe Pinard de Nancy s’est adaptée à la demande en annexant au service général une clinique qui reçoit « la classe aisée ».

29C’est que l’image de la maternité est plus lente à se transformer que sa réalité. Couvelaire donne de Baudelocque une image de confort et de sécurité correspondant à de réels progrès, mais est-elle partagée par les femmes qui accouchent en maternité (par conviction ou par nécessité), ou bien refusent de l’utiliser ? S’il est difficile de répondre avec certitude, les témoignages oraux ou écrits que nous avons recueillis montrent tout au moins que l’institution-maternité de l’entre-deux-guerres n’est pas perçue de façon unanime, et que selon l’âge, la résidence, le milieu social, les femmes en donnent une image ancienne, conforme à la réalité de l’époque ou anticipatrice.

30Pour une joueuse de harpe qui a un fils en 1919, « à l’époque, on accouche chez soi, la maternité était pour les filles-mères et les femmes de besoin », tandis qu’une aide-soignante de la Salpétrière trouve « normal » d’accoucher dans les années vingt dans la maternité de son quartier (en l’occurrence Port-Royal), et qu’une concierge du 15e (mariée à un cantonnier) accouchait à Boucicaut parce que « c’était près, plus sûr et que le logement était trop petit ».

31Une cultivatrice de Seine-et-Oise accouchait chez elle au début des années trente car « on craignait les épidémies en maternité », tandis qu’une secrétaire de direction, parisienne, mère de deux enfants nés en 1928 et 1929, choisissait la maternité ; « à l’époque les accouchements à domicile étaient déjà très rares ; tout le monde s’accordait à dire que les maternités présentaient toutes garanties de soins et d’hygiène, tant pour la mère que l'enfant ».

32Les assurances sociales sont une incitation à fréquenter les maternités pour les femmes qui en ont une image positive. Les autres, celles qui y allaient par nécessité, préfèrent consentir un très léger effort financier et accoucher « comme les riches ». L’administration hospitalière ne favorise pas l’évolution des mentalités : ainsi jusqu’au décret du 19 octobre 1951 existe un maximum de ressources au-delà duquel on ne peut être admis à l’hôpital. D’autre part le vécu des femmes dans les maternités est peut-être moins idyllique que la version de Couvelaire...

33Aussi, et ce sera ma dernière conclusion, la quasi-disparition de l’accouchement à domicile n’est-elle qu’un phénomène de l’après-deuxième guerre, comme le montrent les statistiques de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie :

341952 : 47 % d’accouchements à domicile

351962 : 15 %

361963 : 13 %

371968 : 4 %.

38Les naissances de 1979 se répartissent comme suit : 0,4 % à domicile, 52,6 % dans le secteur privé, 47 % dans le secteur public, et les dernières années connaissent une sensible augmentation des accouchements dans le public.

39Néanmoins, dès le début, la croissance des accouchements en maternité a contribué à la crise de la profession de sage-femme.

La crise de la profession de sage-femme

40Le XIXe siècle fut une période plutôt favorable aux sages-femmes. Malgré la confiscation par les hommes de l’enseignement obstétrical, la pratique des accouchements reste leur domaine ; elles bénéficient des efforts des pouvoirs publics pour prêter assistance aux parturientes et de la pudeur féminine ; leur nombre augmente tout au long du siècle. La création du corps des médecins-accoucheurs en 1882 marque le début de leur déclin. En 1912 une thèse de médecine évalue à 15 le nombre d’accouchements faits par an par une sage-femme parisienne ; ne pouvant vivre ainsi, certaines se tournent vers la pratique des avortements. La crise se poursuit et s’accentue pendant l’entre-deux-guerres. Avant d’en rendre compte ainsi que des solutions proposées, il faut comprendre les multiples facettes de la profession de sage-femme.

  • 38 Sur la situation des sages-femmes et la crise de la profession, deux ouvrages : A. Lemaire, Le rôle (...)

41Les conditions d’exercice et les limites de la profession sont inscrites dans la loi du 30 novembre 1892 sur l’exercice de la Médecine38. Le diplôme de sage-femme s’obtient par un examen après deux ans d’école, où la candidate est entrée, âgée de 19 ans au moins, munie d’un certificat de bonnes vie et mœurs, d’un extrait de casier judiciaire, d’une autorisation paternelle ou maritale, du brevet élémentaire ou du certificat d’études secondaires (à défaut, elle passe l’examen d’entrée). La sage-femme diplômée doit se faire enregistrer pour figurer sur la liste départementale de la profession mais la loi du 5 août 1916 unifie les diplômes et supprime la distinction entre sage-femme de 1ère classe pouvant exercer dans toute la France et sage-femme de seconde classe.

42L’enseignement dispensé dans les écoles a pour but, selon la sage-femme en chef de la Maternité de Paris, de développer « le sens clinique, pour le dépistage des états pathologiques de la femme enceinte et du nourrisson ainsi que celui des maladies sociales », d’apprendre l’obstétrique et la puériculture ainsi que les obligations légales (secret professionnel, déclaration de naissance, tenue d’une maison d’accouchement et déclaration des maladies contagieuses). Il s’appuie sur des cours et des travaux pratiques : surveillance des femmes en état de gestation, art des accouchements normaux, soins des suites de couches, surveillance et soins du nourrisson depuis sa naissance jusqu’au sevrage ; « pour les cas d'urgence sont enseignées certaines interventions strictement manuelles » (version par manœuvres externes ou internes, extraction d’un enfant par le siège, délivrance artificielle, injection utérine, saignée avec une lancette et vaccination antivariolique). « Par tolérance » les élèves sages-femmes sont initiées à la suture de déchirures limitées à la commissure postérieure de la vulve. En effet la loi de 1892 interdit aux sages-femmes d’utiliser des instruments et de prescrire des médicaments ; cantonnées dans la pratique des accouchements normaux, elles doivent, dès que des complications se présentent, appeler le médecin. Toutefois, cette loi qui n’est pas toujours ni précise, ni claire, souffre quelques exceptions et donne lieu à des interprétations différentes sur la compétence des sages-femmes.

43Si le diplôme est unique, la profession n’est pas du tout homogène ; modalités diverses du métier, division dans l’organisation professionnelle. Plus de 50 % des sages-femmes sont syndiquées et apparpartiennent à deux unions de syndicats qui arrivent difficilement à s’unir pendant la décennie trente malgré la nécessité de se défendre devant de nouvelles contraintes (Assurances sociales, concurrence...) : la Fédération des sages-femmes de France (2.893 membres en 1931, sur 11.011 professionnelles) et la Confédération des sages-femmes de France (3.042 adhérentes).

44Le 5 février 1911, s’est créé le premier groupement français de syndicats de sages-femmes : la Fédération des sages-femmes de France, qui connut quatre années d’éclipse de 1922 à 1926 au profit d’un Comité d’Entente des sages-femmes françaises réunissant syndicats et associations. Dès 1928, la Fédération a comme Secrétaire générale Melle Thiel, trésorière du Journal des Accoucheuses, « bulletin officiel de l’Association des Accoucheuses et puéricultrices de France » ; Mme Orsat, première sage-femme de Baudelocque a succédé comme rédactrice en chef à Mme Henri de la Maternité de Paris ; le bulletin offre une tribune professionnelle (annonces diverses, mises au point juridiques), une chronique médicale et se fait l’écho de la vie de l’Association. 1928 est l’année de la scission : trois syndicats (de Lille, du Rhône et des Bouches-du-Rhône), pour protester semble-t-il contre le poids de la région parisienne dans la Fédération, la quittent et forment la Confédération nationale des syndicats de sages-femmes, dirigée par Melles Prat et Mossé et dont le siège social est à Lille. Mais la loi sur les Assurances Sociales poussent à une rapide réunification. Si le principe de fusion est adopté de part et d’autre dès 1931, la condition posée par la Confédération – disparition des syndicats nationaux et donc transformation de la Fédération en syndicat départemental – bloque toute discussion jusqu’en 1936 où, le 25 octobre, un accord se dégage pour la création de l'Union nationale des syndicats de sages-femmes françaises. Malgré la perspective du congrès international de 1938, l’accord ne semble pas se concrétiser.

45Parallèlement murit, notamment chez les sages-femmes catholiques, l’idée d’un ordre des sages-femmes. A leur 3e congrès international en 1937, les Françaises demandent la création de ce groupement qui, « préoccupé de questions spirituelles » et « légalement constitué », « constituerait un excellent moyen moralisateur de la profession ». Trois ans avant, Y Association des sages-femmes catholiques avait organisé, en vue du premier congrès international, une enquête sur « les avantages, inconvénients, améliorations souhaitables » des diverses modalités de la profession.

46Les sages-femmes peuvent d’abord exercer dans un service hospitalier, à l’hôpital public, à la Maternité-école, à la clinique privée, ou au dispensaire : là où « l’hygiène et le confort s’harmonisent pour donner l’impression de la sécurité ». Quelle que soit la clientèle, plus riche dans les cliniques privées qu’à l’hôpital, toutes les enquêtées soulignent l’avantage de travailler en toute sécurité, avec l’assurance d’un traitement fixe et la possibilité de se perfectionner ; mais toutes (elles parlent en catholiques) « s’accordent à crier au casse-cou moral pour la vertu dans un service hospitalier : danger de la vie commune, voisinage de l’élément masculin, dépravation de la clientèle habituelle des hôpitaux et du personnel ». La dernière forme de travail en lien avec le milieu hospitalier est celle des sages-femmes agréées ; leur origine remonte, à Paris, à la grande épidémie de fièvre puerpérale de 1867 où les administrations hospitalières firent appel aux sages-femmes voisines pour ne pas emplir les lits de l’établissement ; elles ont donc « été instituées pour décharger les services hospitaliers, soit en cas de fermeture nécessitée par une épidémie puerpérale, soit pour parer à l’encombrement que l’on considérait comme facteur de cette infection ; mais l’hôpital grâce aux pratiques antiseptiques ne présentant plus de danger, il fut prescrit de réduire le nombre de sages-femmes agréées et de ne plus envoyer chez elles que l’excédent des malades ». Nommée par le directeur de l’A.P., placée sous la surveillance d’un accoucheur, la sage-femme agréée dispose de quelques lits pour accueillir des pensionnaires qu’elle accouche (l’Administration fournit les antiseptiques et autres produits nécessaires) et soigne pendant dix jours avec comme salaire dans les années vingt 300 F par parturiente.

47Les sages-femmes peuvent aussi avoir une clientèle particulière ; à la ville elles sont pléthore, le plus fréquemment au service des ouvriers et de la petite bourgeoisie ; pour les enquêtées, « le service du riche humilie » malgré les bonnes conditions matérielles mais il ne faut assurer « le service du pauvre » que « si on est capable de désintéressement ». Dans les campagnes, j’y reviendrai, elles sont trop peu nombreuses ; le travail est dur, peu rémunérateur mais celle qui « a fait sa place » « est reine dans son canton, généralement aimée, très demandée, très écoutée ». Les trois dernières orientations de la profession sont d’être sage-femme de garde « chez les riches », travail facile mais « épuisant pour le moral », sage-femme religieuse ou encore Sage-femme aux colonies ; celle-ci, dans la pure tradition du discours « civilisateur », « travaille au-delà des mers à implanter l’esprit de son pays, de sa race et porte à des peuplades en ténébrées la lumière religieuse»... La conclusion de l’enquête de l’Association des sages-femmes catholiques souligne la nécessité d’« une adaptation plus étroite de la profession aux besoins de la famille » et d’un « relèvement moral».

48Famille, moralité : toutes les organisations professionnelles de sages-femmes rivalisent de prises de position sur la haute moralité et le « rôle social » de la sage-femme. Si le point de départ des discussions sur le statut des sages-femmes a été la répression de l’avortement, si la loi de 1920 prévoit les peines encourues par celles qui favorisent cette pratique, il s’agit pour une profession sur la défensive, pour une profession « mal vue », de transformer l’image de la sage-femme faiseuse d’anges ou complice, en celle d’une auxiliaire privilégiée du mouvement nataliste et familial.

49C'est d’abord bien évidemment le but de l’Association des sages-femmes catholiques qui invite à son congrès de 1934 le doyen de la Faculté catholique de Lille, l’abbé Viollet, directeur de l’Association du Mariage chrétien, et Lefebvre-Dibon, président de l’Alliance Nationale. « La sage-femme peut être dans la famille l’apôtre de la morale chrétienne » et de la natalité en « rappelant la femme à l’intelligence d’une voie sublime dont elle semble avoir été distraite par le mouvement vertigineux et l’activité fébrile de la vie moderne ». Pour les sages-femmes catholiques le livre de référence est l’ouvrage de Lemaire, édité par l’Association du mariage chrétien : « le rôle social et familial de la sage-femme », c’est un manuel qui « fournit des notions morales et les armes spirituelles capables de les aider dans la mission de relèvement qu’elles ont à exercer auprès du peuple ignorant ». Cette croisade consiste en « la création d’une opinion propice à la natalité » et en la diffusion de la morale conjugale chrétienne la plus classique ; pour Lemaire, il y a cinq façons pour la sage-femme d’être coupable : ne rien dire contre la stérilité volontaire, créer une atmosphère hostile à la maternité, pratiquer des avortements, diffuser la contraception, donner le conseil de devenir stérile. Mais le devoir de « ne pas enlever à la parturiente l’envie de recommencer » conduit à des attitudes tolérantes et respectueuses, bien que la douleur soit souvent considérée comme naturelle.

50Nous trouvons, chez les autres groupements de sages-femmes, la même attitude et des paroles similaires qu’illustre le 8e Congrès international des accoucheuses d’avril 1938 à Paris. Dans son rapport sur « le rôle social de la sage-femme » Mme Godillon, secrétaire générale de la Confédération, déclare que « la sage-femme a une influence morale incontestable sur ses clientes » : « elle peut prendre part à la lutte contre le fléau de l’avortement... Si elle s’aperçoit que l’une d’elles a de mauvaises pensées, elle réussira finalement à la ramener dans le chemin du devoir. La sage-femme, souvent doublée d’une mère, trouve tout naturellement les mots qu’il faut pour montrer la honte et les dangers de l’avortement et leur opposer les joies de la maternité ». Elle peut aussi convaincre les mères d’allaiter, et les dissuader d’abandonner un nouveau-né. Pour Melle Mossé, sagefemme en chef de la Maternité de Paris, qui ouvre le congrès, les sages-femmes servent une « cause sociale », leur but est de « mieux protéger la mère et l’enfant, l’enfant cellule de chaque nation, cellule de l’humanité ». Publiquement elle définit avec grandiloquence la profession comme « la plus antique des professions féminines qui naquit dans la nuit des temps d’un geste sublime : celui de la pitié se penchant vers la douleur ».

51Ce discours vibrant sur le rôle social des sages-femmes masque en fait la crise de la profession et constitue un appel à sa revalorisation.

52Certes le développement des maternités hospitalières n’est pas favorable à la profession de sage-femme. A Baudelocque en 1930 travaillent sept sages-femmes pour plus de 3.000 entrées par an. Une maison d’accouchement peut assurer 200 accouchements annuels avec une ou deux professionnelles, et un hôpital 4.000 avec sept. Les sages-femmes agréées de l’A.P. deviennent inutiles et malgré une dernière promotion en 1917 elles tendent à disparaître vers 1935. Le registre des entrées ville de Baudelocque s’arrête le 24 mars 1934 ; le nombre des entrées chez les sages-femmes agréées ayant suivi la progression suivante :

1934 : 1er janv. - 24 mars 1934 : 19.

53Si en 1918, onze sages-femmes habitant le 13e, le 5e ou le 14e arrondissement et disposant au total de 98 lits (de 5 à 11 selon le cas) assurent ce service, elles ne sont plus que trois en 1925, deux en 1928 et dès 1932, seule Mme B. continue au 29 rue Boulard, pour deux années encore.

54Mais ce qui gêne le plus la profession, c’est la concurrence d’autres personnels, médicaux ou paramédicaux. La création par le décret du 7 juin 1922 du diplôme d’infirmière réglemente l’exercice de la profession mais revalorise le métier sous ses deux formes principales : infirmière hospitalière et infirmière-visiteuse dont la pratique des visites à domicile rencontre chez une femme enceinte ou une jeune mère celle de la sage-femme ; de même, après plusieurs années d’existence, la profession d’assistante sociale est réglementée par l’institution d’un diplôme (décret du 12 janvier 1932). Cependant ni l’une ni l’autre de ces femmes ne peut faire d’accouchement ; comme l’écrit avec force l'Éclaireur de l’Est du 6 mai 1932, « la profession de sage-femme meurt d’être battue en brèche par les hommes » et Melle Mossé devant le Comité National de l’enfance affirme que « le plus grave danger est la concurrence légitime du Médecin qui partage avec elle le monopole des accouchements ».

55De plus en plus nombreux 12.407 en 1891, 20.113 en 1911, 25.930 en 1936, les médecins bénéficient d’atouts indéniables : le téléphone et la voiture, que permet leur statut social, facilitent les contacts avec la clientèle ; eux seuls ont droit d’utiliser des ocytociques lors d’un accouchement ; enfin la loi des Assurances Sociales, après les lois d'assistance, pénalise les sages-femmes en réservant les examens des femmes enceintes à des médecins (à côté des consultations agréées). Les tableaux de répartition des naissances selon l’assistance reçue par la mère montrent ainsi une évolution défavorable à la profession, tant à Paris qu’à l’échelle nationale ; alors qu’au début des années vingt, environ 3/4 des accouchements sont faits par des sages-femmes, la proportion tombe à 64 % en 1931 ; à Paris, elle est stable jusqu’en 1928 autour de 71 %, avant de fluctuer à la baisse pour descendre en dessous de 60 %.

56Les matrones, qui selon le Journal des Accoucheuses d’octobre 1927, accoucheraient 50.000 femmes concurrencent-elles aussi les sages-femmes ? Celles-ci les méprisent, les accusent de tous les maux – « c’est une incapable, mi-sorcière et le plus souvent sale » dit Melle Cauchois en évoquant les bardoues de Normandie – mais elles désertent le dur travail de sage-femme de campagne et l’ensemble du corps est mal réparti sur le territoire, 500 cantons sur 2.200 étant dépourvus de professionnelles. Toutefois leur répartition est plus homogène que celle des médecins : en 1925, un médecin sur quatre réside dans la Seine, contre 10 % des sages-femmes.

57Au printemps de 1936, l’assemblée générale de l’Association des Accoucheuses propose des démarches au ministère pour protester contre la propagande jugée déloyale des Assistantes Sociales ou des Caisses d’assurances qui envoient les futures mères dans les dispensaires et les maternités. Elle veut aussi intenter un procès à Yvonne Picabia qui, dans un livre, Pour devenir la meilleure ménagère de France, préconise le B.C.G. et l’accouchement en maternité avec les arguments suivants : « les sages-femmes ne peuvent avoir que des initiatives limitées », tandis que la maternité offre « un personnel qualifié, des soins éclairés, la certitude qu’un médecin spécialisé sera prêt à intervenir si besoin est ». Des sages-femmes interviewées parlent « de propagande anti-accouchement à domicile » dès les années trente.

58Dans un service hospitalier, à la maternité, la concurrence masculine se traduit par la promotion de l’accoucheur, chef de service et souvent professeur de clinique obstétricale, qui tend à exclure la sage-femme d’un travail qualifié et de l’exercice du pouvoir pour la cantonner dans des tâches secondaires. Cette exclusion est justifiée par un discours sur les rôles masculins et féminins. Assistons avec le dr Dartigues à la leçon inaugurale de Jeannin qui reçoit en décembre 1922 la chaire obstétricale nouvellement créée pour l’enseignement des sages-femmes. Dartigues évoque « l’ambiance féminine, chapeautée gracieusement et l’atmosphère de harem où le Sultan prolifique et radieux va paraître ». Le Sultan-accoucheur apparaît et son délire verbal à l’adresse des élèves sages-femmes n’a rien d’innocent : « la sagesse est incluse en votre beau titre, non dans le sens de la science mais dans l’acception de bon sens, de pondération et d’application pour le bien héréditaire de la chair de votre race... A certaines heures noires, vous verrez les angoisses lourdes des turpitudes, des hontes ou des abandons sexuels qui implorent leur délivrance et devant lesquelles vous aurez à vous montrer dignes de l’âme des matrones romaines... C'est vous qui ferez que le torrent de la voie lactée, comme s'il était tombé du ciel, telle une sublime manne liquide, ne soit pas détourné des avides bouches enfantines qui ont un droit imprescriptible sur les valeurs de la première nourriture humaine... C’est vous qui serez la première avant-garde de l’armée qui lutte contre les Monstres-Fléaux : la Gonoccie, la Syphilis, la Tuberculose et même le Cancer... En veillant aux longues heures des nuits d’attente des venues natales, c’est vous qui dissiperez les premières ignorances familiales et c’est vous qui transformerez la mise bas de la Sauvage en accouchement de la Civilisée qui supporte la rançon de la difficulté née de son raffinement ». Et Dartigues de commenter : « il est donc essentiel qu’un homme savant et expérimenté féconde l’urne encore vide de votre cerveau de ses préceptes puissants ». Dans cet enseignement la sage-femme va apprendre ce « qu’elle ne doit pas faire » pour devenir « une sorte d’infirmière de qualité supérieure ».

59Il est intéressant de souligner que le rôle de l’infirmière est précisé et limité au même moment, alors que la création du diplôme revalorise la profession. Dans la quatrième édition du Livre de l’infirmière, celle de 1936, Melle Chaptal explique en introduction le programme d’instruction par les propos suivants : « quel est le domaine propre de l’infirmière ? l’infirmière doit savoir tout du malade – non pas tout de la maladie : la maladie, c’est la science du médecin ; le malade, c’est l’art de l’infirmière... Bref, être au lit du malade comme de l’opéré, la servante attentive et prévenue qui sans jamais dépasser les limites de son domaine permis saura remplir exactement le rôle d’auxiliaire du médecin qui est le sien ». Le discours est similaire : femme ne rime pas avec science mais avec pratique et dévouement, dans un rapport de soumission à l’homme médecin ; qu’elle soit en blanc (l’infirmière), en bleu (l’assistante sociale) ou en rose (blouse à raies blanches et roses et voile rose pour la sage-femme).

60La réalité hospitalière pouvait cependant être quelque peu différente pour la sage-femme ; les prérogatives des premières sages-femmes (comme Mme Orsat à Baudelocque) ou des sages-femmes en chef directrice de l’école de la maternité diminuent ; Mme Orsat quitte Baudelocque à la fin de 1932 après avoir perdu de son influence avec Couvelaire ; mais les témoignages recueillis auprès de trois sages-femmes ayant travaillé à Baudelocque, à Port Royal et à St-Louis entre-les-deux-guerres s’accordent à souligner le rôle irremplaçable des sages-femmes et leur pouvoir de fait. « Du moment qu’on n’avait pas de pépins, on pouvait tout faire » (y compris les sièges, l’application de forceps...) dit l’une d’elles en expliquant que l’accoucheur ne venait jamais pour un accouchement normal et que les sages-femmes apprenaient aux internes peu compétents ; une sage-femme montait la garde 24 heures sur 48 ou sur trois jours, et ce n’était jamais la même qui faisait l’accouchement et les suites de couches. « Les sages-femmes faisaient tout dans la maternité », elles « étaient de très grandes bonnes femmes », « elles ont appris à travailler à tous les accoucheurs », « la sage-femme était maître et maîtresse à la salle de travail », confie l’autre utilisant à dessein le masculin et le féminin. Derrière l’orgueil professionnel se lie une réalité que confirme le professeur Lacomme : la sage-femme garde la surveillance et la responsabilité de la salle de travail.

61Indispensable à la maternité (moins de 5 % des professionnelles), la sage-femme l’est aussi en clientèle. Des accoucheurs comme Couvelaire ou Jeannin n’envisagent pas la disparition de la corporation (pour certains, elle est inutile car elle pratique un acte médical sans en posséder les armes et elle n’existe pas aux États-Unis) et justifient son existence, et parallèlement le recours au médecin dans certains cas, par des arguments sexistes. Même si chaque médecin recevait une éducation obstétricale, il faudrait, écrit Couvelaire dans La Presse Médicale du 19 novembre 1930 « des femmes instruite capables de surveiller l’accomplissement d’une fonction qui à chaque moment peut cesser d’être physiologique, capables de rester.de longues heures au chevet des parturientes et de recevoir du mieux possible dans leurs mains expertes, l’enfant parfois plus pressé de naître que le médecin ; tiraillé de multiples obligations, de venir ». Jeannin est plus précis encore dans une conférence aux sages-femmes : « le psychisme du médecin ne se prête pas à ce que vous faites... vous ne faites pas un homme attendre un accouchement... il y a des différences sexuelles dans les occupations », par exemple... la broderie ! Avec d’autres, Couvelaire et Jeannin organisent à l’intention des sages-femmes des conférences de perfectionnement notamment à Baudelocque où elles ont lieu souvent le dimanche matin. La Pitié offre même des stages pour qu’elles puissent compléter leur formation mais perdre deux semaines de travail est un sacrifice pour une sage-femme en clientèle.

  • 39 Il s’agit bien évidemment de l’avortement puis... de l’allaitement maternel.

62Il n’y a donc pas de menace sur l’existence de la profession de sage-femme mais la médicalisation de la maternité et la démocratisation du système de santé ne lui sont pas favorables. La crise se traduit par une baisse des effectifs et des conditions de vie difficiles. Le nombre des sages-femmes tend à diminuer depuis la fin du XIXe siècle tandis qu’augmente celui des docteurs en médecine, comme le montre le tableau suivant39 :

Année

Docteurs en médecine

Sages-femmes

1876

10.743

12.847

1891

12.407

14.343

1906

18.211

13.011

1911

20.113

13.066

1921

20.364

10.574

1926

23.992

11.629

1931

25.410

11.011

1936

25.930

11.286

  • 40 Éléments de comparaison fournis par Suzanne Cordelier, La femme au travail, Paris, 1935 : une infir (...)

63Cette chute d’effectifs qui se stabilise entre les deux guerres est une forme d’adaptation bien insuffisante à la crise, d’autant que les naissances diminuent ; Melle Mossé parle de « surproduction » de sages-femmes. Une petite partie d’entre elles, 2.000 selon le Professeur Bar, vit relativement bien parmi lesquelles celles qui bénéficient d’une rémunération assurée : aussi pour une place en maternité, y a-t-il quarante demandes. Le gain minime d’une sagefemme en clientèle ne peut être qu’un appoint dans un ménage, mais beaucoup sont célibataires et donc sans « moyens décents d’existence ». D’après les études d’un avocat à la Cour, G. Strauss, le revenu annuel est rarement supérieur à 6.000 F, non que les tarifs, sauf ceux de l’AMG, soient très bas, mais à cause du manque de clientes. Les difficultés sont telles que certaines entrent comme « nourrices sèches » dans des familles40.

64Devant cette situation, des vœux sont formulés, des projets de réforme élaborés par des législateurs, des sages-femmes ou des accoucheurs.

65A des mesures de détails qui se proposent de résoudre un aspect ou de gommer un facteur de la crise, s’opposent des projets d’ensemble qui changent quelque peu la nature ou le statut de la profession de sage-femme et nécessitent une refonte des études.

66Pour limiter le nombre d’élèves sages-femmes et donc la surproduction de sages-femmes, la confédération propose d’exiger le brevet élémentaire pour l’admission dans une école ; Melle Delagrange, directrice du Bureau central des Infirmières au Ministère, suggère une élimination après un stage probatoire, ou le recul à 25 ans de l’âge minimum. Pour égaliser les chances, le congrès de l’association des accoucheuses demande en 1937 que la sage-femme hospitalière soit choisie par voie de concours ; d’autre part, pour revaloriser la profession aux yeux du public, « que les études, qui apparaissent comme suffisantes au point de vue obstétrical (tout au moins en ce qui concerne la théorie), soient développées dans le sens de la Puériculture, qu’elles comportent également des notions indispensables pour permettre aux sages-femmes de donner à leurs clientes tous renseignements utiles ». Un an auparavant, le congrès international de Berlin votait, pour rendre la concurrence plus loyale avec les médecins, l’élargissement des attributions : le droit pour les sages-femmes d’employer certains médicaments contre l’hémorragie et d’injecter ocytociques ou analgésiques qui rendent l’accouchement plus confortable.

67Si le constat de crise fait l’unanimité, plusieurs projets divergents se succèdent sans être appliqués. Dès 1922, au congrès international de protection maternelle et infantile, Devraigne propose d’utiliser les sages-femmes rurales comme infirmières visiteuses de la gestation, et d’installer, dans les cantons dépourvus, des sages-femmes commissionnées à 2.000 francs. Le 18 décembre 1926, Caffort dépose une proposition de loi « tendant à organiser un statut pour un corps de sages-femmes d’État ». Pour lutter contre la mortalité infantile, assurer une meilleure répartition des sages-femmes et élever leurs revenus, il préconise, outre une troisième année d’études sanctionnée par un examen, la création de postes cantonaux de sages-femmes d’État : logée, la sage-femme cantonale recevrait les fournitures gratuites et une subvention annuelle de 3.500 F, mais pourrait « soigner à titre onéreux », la contrepartie étant l’obligation de rester en poste dix ans, et la suppression définitive du diplôme à qui se rend « coupable de manœuvres abortives ou anticonceptionnelles ». Profondément attachée à l’exercice libéral, la profession voit, dans ce projet qu’elle refuse, le spectre de la « fonctionnarisation ». Seul le professeur Bar reprend l’idée en proposant la fonctionnarisation des sages-femmes là où il n’y en a pas, « leur donnant les appointements nécessaires, leur garantissant un périmètre dans lequel on ne mettra pas une autre sage-femme ».

68Le projet Brissac-Mossé constitue la réponse des sages-femmes : leur utilisation comme assistantes rurales de protection maternelle et infantile. Il s’agit de confier à des sages-femmes rurales en clientèle cette fonction créée dans des régions dépourvues de protection maternelle et infantile et de les rémunérer pour cela. Pour Melle Mossé le programme des deux années d’études comporte assez de puériculture, mais il faut y inclure l’étude des lois et des œuvres sociales de protection maternelle et infantile ; le diplôme obtenu devrait donc contenir le double titre d’accoucheuse et d’assistante sociale de protection maternelle et infantile. Le cas des sages-femmes en exercice est prévu : après un stage d’habilitation (avec dispense pour les « expérimentées en matière de puériculture sociale ») et un examen probatoire, elles obtiendraient le diplôme complet.

69Pour Couvelaire, ces deux années d’études sont insuffisantes. Si l’homme-accoucheur considère la sage-femme comme « assistante ou suppléante du médecin dans des limites nettement fixées », le militant opiniâtre de la médicalisation de la maternité qui s’étend de la conception au sevrage, veut faire « de la sage-femme de demain, la cheville ouvrière de la Protection de la maternité ». Son champ d’activité doit donc couvrir « le domaine de la surveillance éclairée de la gestation, de l’allaitement, de la santé des petits enfants jusqu’à la fin de la première enfance », et elle doit devenir « la collaboratrice du médecin dans le fonctionnement des consultations et asiles pour femmes enceintes, mères nourrices et nourrissons, dans le fonctionnement des centres d’élevage, crèches et pouponnières, dans la surveillance des enfants placés en nourrice, légalement assistés ou protégés ». Assumer ce rôle nécessite pour Couvelaire une formation de trois ans, et il présente en 1930 à l’Académie de médecine un projet de réorganisation des études de sage-femme. L’élève âgée de 21 à 35 ans devrait obtenir trois certificats sanctionnant des études générales d’infirmière, des études obstétricales et des études de puériculture ; à une année de formation d’infirmière soignante et d’infirmière-visiteuse de l’enfance dans une école d’infirmières, succèderaient, dans une école de maternité une formation médicale « limitée à une partie de la pratique obstétricale, limitée au point de vue thérapeutique aux interventions qui ne réclament que l’emploi de la main », et un an d’application dans une maternité avec stage dans une Maison maternelle ou une école de puériculture.

70Aucun de ces projets ne lutte contre la concurrence masculine, ils tendent plutôt à élargir les attributions des sages-femmes vers d’autres professions féminines. Lorsque s’ouvre à Paris, le 11 avril 1938, le 8e congrès international des accoucheuses, aucun n’a abouti en France, semble-t-il, à cause de l’intransigeance du Conseil Supérieur des Infirmières. Pour Melle Mossé, « la place est prise partout par l’infirmière, préférée par les pouvoirs publics et les médecins» ; les infirmières visiteuses qui n’ont pas le droit en dehors de leur travail social d’avoir d’autre occupation rémunératrice craignent la concurrence de sages-femmes visiteuses d’hygiène infantile.

  • 41 Pour éviter la contamination les sages-femmes laissent les suites de couches à des infirmières de m (...)

71Mais les mentalités ont évolué : « les difficultés actuelles de l’exercice de la profession font accepter un contrôle, s’il a comme contrepartie d’assurer la sécurité de l’existence ». Les expériences étrangères sont écoutées avec intérêt : au Royaume-Uni où il n’y a que 8.644 sages-femmes41 est instauré en 1936 un service à domicile de sages-femmes salariées responsables de l’accouchement et des suites de couches pendant quatorze jours ; comme 70 % des femmes accouchent à domicile, on fait appel, pour assurer un tel service, à des infirmières soignantes recevant un an de formation ; les études de sages-femmes sont améliorées, elles bénéficient d’un mois de vacances et de cours de perfectionnement et des indemnités sont versées aux professionnelles âgées ou incompétentes pour qu’elles cessent d’exercer. L’Allemagne (25.300 sages-femmes) donne des équivalences d’examen à la sage-femme et l’infirmière et en Belgique s’est constitué un comité entre ces deux professions. Les vœux des congrès précédents – le titre d’accoucheuse visiteuse après trois ans de formation, la protection de l’accouchement à domicile, la présence obligatoire d’une accoucheuse auprès de chaque parturiente et dans les œuvres officielles et privées de protection maternelle et infantile – sont répétés et complétés : le congrès souhaite le vote de lois pour la protection de la sage-femme dans la vieillesse et la maladie, un dialogue avec les autorités administratives et une réglementation légale de la profession « sur la base d’un salaire fixe ou d’un revenu minimum ». Les Françaises sont plus nuancées car attachées au libre exercice de la profession, au rôle de « praticiennes indépendantes » et elles applaudissent la communication de Mme Godillon, secrétaire générale de la Confédération sur « le rôle social de la sage-femme : assistance sociale, éducation du public, propagande de l’hygiène ». Tout en soulignant qu’en aucun cas les sages-femmes ne doivent devenir « de simples auxiliaires des docteurs ou des administrateurs », elle s’inspire des projets Couvelaire et Brissac-Mossé, pour demander une consécration officielle du rôle social des sages-femmes comme « contrôleuses vigilantes et averties de la fonction de maternité » de la conception au sevrage (et non seulement pendant l’accouchement et les suites de couches) et comme collaboratrices indispensables des organismes sociaux et œuvres diverses de protection de la maternité et de l’enfance. Les corollaires sont le maintien de l’accouchement à domicile et « le respect des lois naturelles ».

72Le congrès accueille une représentante du Ministère de la Santé Publique, Mme Brault qui, après leur avoir rendu hommage, s’engage à faire étudier « la grave question du statut professionnel des sages-femmes ». Engagement sans conséquence un an avant le déclenchement de la deuxième guerre mondiale. La solution à la crise de la profession de sage-femme passe après 1945, par une très forte chute des effectifs (environ 6.000 aujourd’hui) et le développement des postes en maternité (300 libérales seulement en 1980). Si elles ont perdu toute indépendance elles sont de plus en plus nombreuses à souscrire à cette belle formule : « mettre au monde des enfants désirés », ces enfants dont on a vaincu la mort.

Le recul de la mortalité maternelle et infantile

73« Jadis et de bonne foi, quand certaines difficultés d’accouchement se présentaient, on mettait en balance la vie de la mère et de l’enfant. On tendait à sauver la mère au préjudice de l’enfant. Actuellement les méthodes tendent à sauver la mère en même temps que l’enfant », professe Jeannin en 1935, et le « jadis » signifie jusqu’au début du XXe siècle. Entre les deux guerres, la médicalisation de la maternité fait reculer la mort des mères et des enfants.

74Au début du XIXe siècle, 3 % des femmes environ mouraient en couches. Le Fort qui publie son étude sur les maternités en 1866 considère qu’entre 1860 et 1863, la mortalité maternelle varie selon les lieux de 6,6 % à 0,25 %, pouvant atteindre 9 % à la Maternité de Paris, une des maternités, avec l’hôpital de la Charité, les plus meurtrières d’Europe. L’isolement des infectées puis l’application de l’antisepsie ont fait reculer la mort entre 1860 et 1900. L’étude de la mortalité maternelle au XXe siècle nous est facilitée par les recherches d’une femme, Mme Quillé-Chaye, diplômée d’hygiène et d’éducation physique, qui présente sur ce sujet une thèse de médecine à Nancy en 1939. De même l’Association française des femmes médecins y consacre en 1937 plusieurs réunions de travail.

75La mortalité maternelle en France, exception faite de la période des hostilités, diminue de moitié entre 1900 et 1925 pour se stabiliser ensuite entre 2 et 3 ‰ ; la mortalité due à l’infection puerpérale intervient pour moins de la moitié et n’est plus en 1925 que de 0,9 ‰. A Paris la mortalité maternelle qui monte dans les premières années du XXe siècle, diminue pendant la guerre ; la baisse continue qui suit les mauvaises années de l’après-guerre (6 ‰ en 1921, plus de 3 ‰ jusqu’en 1931 et 1,4 ‰ en 1938) donne à Paris une mortalité inférieure, à la fin des années trente, à la moyenne française ; celle-ci ne peut cependant pas être précisée à partir de 1933 et Mme Quillé-Chaye parle seulement de stabilisation. L’infection puerpérale responsable à Paris d’environ deux tiers des décès dans les années vingt recule fortement pour causer moins d’un décès sur deux à la fin des années trente.

76Dans les hôpitaux parisiens la mortalité maternelle varie selon les lieux et les années entre 2,3 ‰ et 15 ‰. A Baudelocque où des thèses de médecine permettent le calcul jusqu’en 1931, le taux de mortalité par infection puerpérale est bas (0,9 ‰ en 1921 ; 1,7 ‰ en 1927) mais la mortalité générale reste élevée et fluctuante entre 6,3 ‰ en 1921 et 14,5 ‰ en 1931. A Boucicaut, la mortalité oscille de 1924 à 1935 entre 2,3 ‰ et 6,6 ‰. Baudelocque, décrite comme établissement modèle, peut donc apparaître comme une maternité meurtrière, où la tendance au recul de la mort est peu marquée. C’est qu’elle n’hospitalise pas toutes les femmes consultantes mais accueille tous les cas difficiles dont ceux qui nécessitent une opération chirurgicale ; or, malgré les progrès déjà décrits, la césarienne reste meurtrière : la mortalité oscille entre 6,4 % pour la césarienne basse (plus de la moitié des 805 interventions pratiquées à Baudelocque de 1920 et 1935) et 20,7 % pour la césarienne suivie d’extériorisation temporaire de l’utérus (4 % des cas). Par contre Baudelocque doit échapper à l’accusation « d’interventions abusives » et de pratiques dangereuses d’anesthésie, responsables selon plusieurs auteurs, de la mort des femmes en couches.

77Pour Mme Quillé-Chaye, « l’anesthésie de la femme au cours de l’accouchement est de plus en plus en faveur, mais les médecins en abusent dans certains pays anglo-saxons » et elle ajoute : « puisque l’accouchement est un acte physiologique, pourquoi ne pas le laisser s’accomplir seul, sans ajouter, pour la femme, le risque de complications pulmonaires ou de syncope mortelle n’ayant aucun rapport avec l’accouchement ». Je reviendrai dans la troisième partie sur ce point où le discours médical se teinte d’idéologie ; Mme Couvreur, représentante des sages-femmes catholiques au congrès international de 1938, lie la mort des parturientes au fait que « les femmes ne veulent plus souffrir » et propose de « susciter en elles et d’entretenir cette flamme que seul le sentiment religieux peut donner en leur apprenant à sanctifier leur souffrance, à l’accepter par un idéal plus haut qui les dépasse infiniment ».

78La surmortalité des villes et surtout des grandes villes est due à la fréquence des avortements dont « la rançon » est l’infection puerpérale, et au surcroît de maternités illégitimes dont le taux de mortalité maternelle est double. Si la mortalité recule si fortement à Paris, c’est que s’y déploie à grande échelle la médicalisation de la maternité décrite précédemment : la surveillance de la grossesse permet de déceler les toxémies gravidiques, les mauvaises présentations, les grossesses extra-utérines ; l’accouchement se déroule dans de meilleures conditions et l'infection puerpérale est partiellement vaincue.

79Le maintien d’une mortalité française supérieure à 2 ‰ s’explique, outre la mortalité due à des maladies aggravant la grossesse ou aggravées par elle (la tuberculose fait mourir dans l’année qui suit leur admission 40 % des 105 premières hospitalisées du pavillon spécial de Baudelocque), par les limites du modèle de médicalisation et par des facteurs sociaux que peu d’auteurs prennent en considération. Mme Quillé-Chaye reconnaît que le rôle de la profession sur la mortalité maternelle est une question « encore bien obscure » et peu étudiée, mais que la station debout, les émanations toxiques et certaines activités ménagères sont dangereuses ; de même le rôle de l’alimentation : la SDN a toutefois élaboré une table de ration de la femme enceinte, « ration qui n’est pas à la portée de toutes les bourses », d’autant que le congé de maternité s’accompagne d’une baisse de revenu.

  • 42 La mortalité maternelle est aujourd’hui en France de l’ordre de 1,2 pour 10000.
  • 43 Outre des articles et des conférences dans des journaux cités, outre l’ouvrage collectif de Couvela (...)

80Cependant les progrès enregistrés pendant les années vingt font de la France un des pays où la mortalité maternelle est faible ; seule la Suisse connaît des taux inférieurs à 2 ‰42. La France se situe au niveau de l’Italie et des Pays-Bas tandis qu’aux États-Unis la mortalité maternelle est particulièrement élevée : entre 6 et 7 ‰ ; à New York en 1932 la mortalité est de 12 ‰ (Paris : 2,9). La situation est toute différente pour la mortinalité et la mortalité infantiles43.

81« L’action bienfaisante de la médecine préventive pendant la gestation » a fait reculer la mortalité fœtale (mort du fœtus avant tout travail) qui pour les parturientes de Baudelocque tombe de 23,7 ‰, moyenne des années 1890-1919, à 13,2 ‰, moyenne des années 1924-1927, grâce notamment à l’activité du dispensaire antisyphilitique. De même la mortinatalité, dont le taux au sens strict est le nombre d’enfants morts à la naissance pour 1.000 enfants nés vivants et morts nés, tombe globalement de 44 ‰ en 1922 à 34,9 ‰ en 1938. Mais pour écrire comme les médecins de l’époque, il subsiste « en dépit d’une très honorable atténuation », « un déplorable déchet », particulièrement élevé pour les garçons et pour les enfants illégitimes ; bien que les écarts se soient réduits depuis le début du siècle, la surmortalité due à l’illégitimité est encore de 49,7 % chez les garçons et de 55 % chez les filles en 1938. D’autre part, à Paris, la mortinatalité reste supérieure : 64 ‰ en 1938 pour la mortinatalité au sens large incluant les embryons (définition de l'Annuaire statistique de la ville de Paris) ; si elle a fortement diminué pour les enfants légitimes (de 89 ‰ en 1919 à 53 ‰ en 1938), elle se maintient à 90 - 100 ‰ pour les illégitimes.

82A la veille de la première guerre, les trois principales causes de la mortalité infantile égale à 110 ‰ sont, dans l’ordre, la gastroentérite et les affections digestives, la débilité congénitale, la broncho-pneumonie et les maladies respiratoires. Le développement des gouttes de lait, des consultations prénatales et de nourrissons, les campagnes éducatives pour l’hygiène familiale et l’allaitement au sein, les lois sociales protégeant la maternité et particulièrement le repos des femmes en couches ont joué un rôle positif, surtout contre les ravages de la gastro-entérite. La surmortalité estivale a fait place à une surmortalité hivernale due aux affections respiratoires.

  • 44 Comme d’autres pays, la France a connu une remontée de la mortalité infantile pendant la deuxième g (...)

83En 1935, la gastro-entérite n’est plus en importance que le quatrième facteur de mortalité infantile et les adeptes du « Secours blanc » invoquent des justifications quelque peu dépassées sur les ravages d’une mauvaise alimentation ; la débilité congénitale reste trois fois plus meurtrière, les maladies respiratoires deux fois plus, et les affections du système nerveux légèrement plus. Mais tous facteurs confondus, les enfants meurent beaucoup moins à la fin des années trente qu’au début du siècle44.

84En moins de 40 ans, la mortalité infantile a été plus que divisée par deux, passant de 142 ‰ en 1901 à 66 ‰ en 1938, baisse en dents de scie avec des taux élevés pendant la Grande Guerre et des oscillations jusqu’en 1929 où s’installe une plus grande régularité, avec les données suivantes :

Mortalité infantile pour 1.000 naissances vivantes :

Mortalité infantile pour 1.000 naissances vivantes :

85Mais le recul de la mortalité infantile en France est moins accentué que dans des pays voisins. L’Europe en 1938 se partage en pays à très fort taux (voisin ou supérieur à 100 ‰) : Europe méridionale, centrale et balkanique ; en pays à taux moyen (autour de 60 ‰) où se trouve la France avec le Danemark, la Belgique et l’Allemagne ; en pays à bas taux de mortalité infantile (en dessous de 50 ‰) : la Suisse et l’Europe du Nord. La France ne se trouve qu’en huitième position et la comparaison avec les Pays-Bas lui est très défavorable : en 1901 ce pays connaissait une mortalité de 149 ‰, légèrement supérieure au taux français ; dès 1913 il prend une avance qui ne fait que grandir pour lui donner en 1938 un des taux les plus bas du monde (avec la Nouvelle Zélande) : 36 ‰.

86Le taux moyen de mortalité infantile recouvre en France de grandes disparités selon le sexe, le statut de l’enfant et le lieu de naissance. Les nourrissons de sexe masculin apparaissent plus fragiles que les filles : en 1936 les taux de mortalité infantile sont respectivement 74 ‰ et 58 ‰. La mortalité infantile des enfants illégitimes baisse très fortement entre-les-deux-guerres, elle est plus que divisée par deux entre 1920 et 1939 et descend en dessous de 100 ‰ mais elle reste beaucoup plus élevée que celle des enfants légitimes, plus du double dans les années vingt, de 60 à 80 % supérieure dans les années trente. Pour l’ensemble de la population, la mortalité des dix premiers jours est élevée et elle résiste aux progrès enregistrés par ailleurs ; sa part dans la mortalité infantile tend donc à croître et à passer de 15 à 20 % dans les années vingt à 20 à 25 % ensuite. Les enfants illégitimes ne meurent pas plus ou à peine plus les premiers jours que les autres nourrissons ; c’est après que les écarts se creusent. En effet, l’enfant illégitime subit, de par la situation de sa mère des conditions de vie difficile ; il est assez souvent abandonné et pris en charge par l’Assistance publique. Sans indiquer ses références, le Dr Fruhinsholz de Nancy écrit dans Maman (décembre 1930) qu’« une mère n’a pas le droit d’abandonner son enfant» car la mortalité infantile des abandonnés atteint 38 % ; pour l’essayiste Alexis Danan, les nourrices de l’Assistance publique sont de véritables « couturières de la mort » : sur 40.000 enfants confiés chaque année, 20 % atteignent l’âge adulte. Les enfants assistés sont effectivement plus touchés par la mort mais leur surveillance médicale est renforcée dans les années trente comme celle des enfants placés et protégés dans le cadre de la loi Roussel (loi du 23 décembre 1874) : obligation d’un examen sanitaire périodique et de visites régulières par les visiteuses d’hygiène infantile.

87La mortalité infantile varie aussi selon les régions, comme le montrent les statistiques départementales du Mouvement de la Population. De 1925 à 1928, la Seine est le département le plus meurtrier ; en 1929, il cède la première place à la Seine Inférieure où le taux de mortalité infantile atteint 123 ‰ pour une moyenne nationale égale à 96 ‰. Dans les années vingt, les départements à taux élevé sont des départements urbanisés ou industrialisés (Seine-Inférieure, Seine, Pas-de-Calais, Bouches-du-Rhône, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Somme) mais aussi des départements ruraux de l’Ouest (Calvados, Ille-et-Vilaine où l’alcoolisme joue un rôle) et de l’Est (Meuse). Les départements les moins meurtriers recouvrent les campagnes du Centre de la France, les Landes et le Haut-Rhin héritier du système allemand. Dix ans après, la carte de la mortalité infantile apparaît largement modifiée ; tous les départements industiralisés sauf le Pas-de-Calais ont disparu du triste palmarès, cédant leur place à la Bretagne, au Massif Central et à la Corse. Les régions à taux faible sont encore les campagnes du Centre, le Sud-Ouest (Landes et Gironde) auxquels se joignent les départements de la Côte méditerranéenne (Hérault, Alpes-Maritimes).

88Naître dans une grande ville ne semble plus être un handicap pour dépasser le cap de la première année de vie, bien au contraire. La mortalité infantile à Paris en 1937 est d’environ 57 ‰, taux inférieur à la moyenne nationale (66 ‰) ; mais si le risque mortalité infantile est au dessous de la moyenne parisienne dans l’Ouest riche et le Sud (sauf le 5e arrondissement), il est très au dessus dans les arrondissements plus pauvres du Nord et de l’Est.

89Malgré des évolutions positives, ces inégalités et le niveau médiocre de la France trouvent leur origine dans les insuffisances de la protection sociale des mères et des enfants, dans le maintien de plages de misère mais aussi dans les limites de la médicalisation de la maternité.

Note

36 Voir troisième partie : fonctionnement des œuvres sociales et sort des filles-mères.

37 A la Maternité de la Sainte Famille j’ai étudié les professions des pères et mères pour les 280 premières naissances des années 1910, 1922, 1928, 1931, 1938.

38 Sur la situation des sages-femmes et la crise de la profession, deux ouvrages : A. Lemaire, Le rôle social de la sage-femme, Paris, 1933 ; A. Maître, Manuel juridique des sages-femmes, Paris, 1928. (Le Dr. Paul Delaunay dans La Maternité de Paris, édité en 1909, explique l’origine des sages-femmes agréées). Un dossier à la bibliothèque Marguerite Durand : dossier 610 SAG. Des comptes-rendus de congrès : 1er congrès international des sages-femmes catholiques, Lille 13-15 avril 1934 et 8e congrès international des accoucheuses, Paris, 11-13 avril 1938. Des revues : le Journal des Accoucheuses, « bulletin officiel de l’Association des accoucheuses et puéricultrices de France et un no spécial de L’Hygiène sociale (25 janvier 1934) consacré au « sort des sages-femmes en France ».

39 Il s’agit bien évidemment de l’avortement puis... de l’allaitement maternel.

40 Éléments de comparaison fournis par Suzanne Cordelier, La femme au travail, Paris, 1935 : une infirmière de l’A.P. gagne de 9500 à 11250 francs, une infirmière-visiteuse de 8700 à 14000, une assistante sociale de 12000 à 14000, une secrétaire de direction 30000. Mais une employée des Grands magasins ne peut toucher que 600 francs par mois.

41 Pour éviter la contamination les sages-femmes laissent les suites de couches à des infirmières de maternité.

42 La mortalité maternelle est aujourd’hui en France de l’ordre de 1,2 pour 10000.

43 Outre des articles et des conférences dans des journaux cités, outre l’ouvrage collectif de Couvelaire, Lesage et Moine, la référence la plus complète est : Ch. Candiotte, M. et Cl. Moine, La mortalité de l'enfant de première année, Institut national d’hygiène, tome 51, no 12,1948.

44 Comme d’autres pays, la France a connu une remontée de la mortalité infantile pendant la deuxième guerre avec des pointes au début et en fin de conflit liées à l’exode et à la libération.

Indice delle illustrazioni

Titolo LA CLIENTELE DE BAUDELOCQUE : STATISTIQUES SUR LE TOUT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15197/img-1.jpg
File image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15197/img-2.jpg
File image/jpeg, 68k
Legenda 1934 : 1er janv. - 24 mars 1934 : 19.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15197/img-3.jpg
File image/jpeg, 88k
Titolo Mortalité infantile pour 1.000 naissances vivantes :
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15197/img-4.jpg
File image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search