Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Deuxième partie. La maternité médicalisée : l’institution maternité

Chapitre II. L’éducation des mères par la puériculture

Texte intégral

« Tant vaut l’éducation technique de la mère, tant vaut son enfant ».
Professeur Leenhardt.

« Le lait de la mère appartient à son enfant ».
Professeur Pinard.

« Une discipline essentiellement régulière dans les habitudes de vie imposées aux enfants ».
Comité permanent des mères françaises.

1Signifiant par ses racines latines « élevage des tout-petits », le mot puériculture est inventé dans les années 1860 par le Dr. Caron qui souhaite donner des cours. En dépit du soutien de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique, son projet échoue car l’impératrice Eugénie juge le sujet indécent, et le matérialisme du terme choque de nombreuses personnalités. L’idée faisant son chemin, le mot ressuscite grâce à Adolphe Pinard peu avant 1900 ; né en 1844 dans un milieu modeste de Méry sur Oise, Pinard est docteur en 1874, agrégé en 1878 ; appartenant en 1882 à la première promotion des accoucheurs des hôpitaux, il lutte en tant qu’obstétricien contre la basiotripsie, pour la symphyséotomie et la césarienne, puis il se tourne vers la puériculture qui fut « la passion de sa vie » comme le souligne son nécrologue en 1934.

2Si la pédiatrie, dont le terme est créé par les médecins à la fin du XIXe siècle, est une médecine infantile qui s’adresse à l’enfant malade et peut devenir une spécialité médicale, la puériculture se veut préventive et normative et doit être, avec l’aide des médecins, la tâche des mères. Pour Pinard qui invente la « puériculture intrautérine » comme pour Devraigne, la puériculture doit être à la fois post-natale, anté-natale et anté-conceptionnelle ; c’est au sens large « l’ensemble des règles ayant trait à la procréation, à la conservation et à l’amélioration de l’espèce humaine ». Mais son objectif essentiel reste l’élevage des enfants déjà nés.

  • 1 Les sources de ce rapide historique sont l’opus cité de C. Fouquet et Y. Knibielher et Devraigne. (...)

3En 1892, Budin crée la première consultation de nourrissons à la Charité, et l’appelle « l’école des Mères »1 ; c’est un succès, le système des consultations est peu à peu adopté par toutes les œuvres d’assistance maternelle et infantile, publiques ou privées comme les Gouttes de lait. Celles-ci distribuent des biberons dosés « de bon lait stérilisé » ainsi que des conseils aux mères qui doivent amener régulièrement leur enfant à la consultation. Des conférences, des cours, une propagande active s’organisent progressivement tandis que se multiplient les ouvrages traitant de puériculture.

4Ce mouvement s’amplifie entre-les-deux-guerres. Le pouvoir médical s’impose entre la jeune mère et son enfant, diffusant par des moyens de plus en plus variés des conseils très rigides.

Son objet : normaliser toute la fonction de reproduction

5En 1916, le Dr Bonnaire proposait dans un rapport de «défendre l’enfant nouveau-né contre la négligence et l’ignorance de la mère ». Au nom du salut des enfants, la puériculture, qui se veut une science, traite les femmes en coupables, en mineures à éduquer. Ses ennemis déclarés sont « l’ignorance », les « préjugés », l’impulsivité. Les mères ne savent pas ou leur savoir est entaché d’idées préconçues ou véhiculées par la famille, les voisines. Les médecins citent par exemple l’allaitement à la demande ou la « croûte de pain désastreuse », donnée dès le sixième mois pour faciliter la sortie des dents : pour le Dr Lesné, c’est la cause essentielle du rachitisme, car « le pain est un aliment mauvais » qui « pris au début du repas, gonfle dans l’estomac, accapare tout le suc gastrique au détriment des aliments ingérés ensuite ».

  • 2 Le Dr. Lesnes s’exprime dans la revue Maternité de février 1924, le Dr. Vinchon dans Maman de juin (...)

6Comme la matrone pour la sage-femme, la voisine déjà mère et surtout la grand-mère sont, pour le puériculteur, des rivales dont il faut combattre les préceptes pour asseoir le pouvoir médical. Il faut aussi discipliner les émotions et les sentiments maternels ; l’instinct maternel qui justifie les rôles sexuels et le devoir de maternité ne peut être renié par le monde médical mais il est une « assise, sur laquelle la maternité doit construire pour être efficace », en passant « de l’acte réflexe à l’acte réfléchi » selon les termes du Dr Vinchon qui illustre ainsi son propos : « une jeune mère, dans un milieu non averti et encore primitif, fait comme les nourrices du vieux temps ; elle se met en devoir d’allaiter son enfant dès qu’il crie ; l’allaitement terminé, elle éprouve le plaisir animal qui suit la satisfaction d’un besoin du même ordre ; elle n’a pas vu les conséquences de cette tétée qui est peut-être intempestive ; la mère instruite et avertie contrôle, elle, les heures, la durée de l’allaitement ; elle note la courbe des poids, les selles de l’enfant »2.

7A la bonne volonté maladroite, aux héritages et particularismes culturels, la puériculture veut substituer dans tous les milieux sociaux la norme médicale intangible et indiscutable. Véritable catéchisme, elle décrète la bonne et la mauvaise manière d’accomplir tel geste et les illustre par des dessins didactiques et impersonnels. Elle s’érige en maximes simples dont la principale est de s’en remettre au conseil médical. Dans sa préface au Guide des Mères édité en 1936, Suzanne Lacore, Sous-secrétaire d’État à la Protection de l’Enfance dans le gouvernement de Front Populaire, indique le but du livre « guide sûr de chaque jour » : « loin de prétendre se substituer au médecin, il leur fera comprendre la nécessité de son intervention immédiate dès que la maladie atteint l’enfant et le bienfait des consultations médicales, indispensables à des titres divers, au contrôle de la santé de la mère et de l’enfant ». Dans certains ouvrages ces maximes se détachent graphiquement de l’ensemble du discours, résumé indispensable dont la lectrice doit s’imprégner. La femme enceinte, brochure d’une centaine de pages du Dr Paul Morin (il s’agit de puériculture ante-natale) contient, écrites en rouge, les cinq phrases suivantes :

  • « L’avenir de l’enfant dépend pour une part notable de la façon dont vit la femme enceinte ».
  • « La femme enceinte doit bien s’alimenter mais elle doit le faire intelligemment sans céder aux préjugés aussi tenaces que pernicieux».
  • « En matière d’hygiène comme d’alimentation, les préjugés populaires sont funestes. Les injections vaginales intempestives ont une action plus néfaste qu’utile ».
  • « Même si elle se sent bien, la femme enceinte doit périodiquement se faire surveiller par le médecin ».
  • « Les avantages de l’accouchement en maternité compensent largement le désagrément que peut entraîner le départ du milieu familial».

8A l’introduction qui annonçait le projet de faire connaître « ce que la femme enceinte doit faire et ce qu’elle ne doit pas faire au cours de sa grossesse », et soulignait la nécessité d’une surveillance médicale, répond une conclusion identique, leit-motiv insistant : « nous pensons qu’elles auront compris l’importance qu’a la surveillance médicale pour le déroulement normal de leur grossesse et qu’elles sauront vivre le temps de leur gravidité sous le contrôle régulier de leur médecin ».

  • 3 Dans Prime éducation et morale de classe (Mouton, 1969), Luc Boltanski développe la thèse de la «  (...)

9Antidote-aux préjugés populaires, la puériculture veut agir sur le comportement des femmes du peuple, celle des classes moyennes ou élevées étant plus perméables depuis plusieurs générations au discours médical ; c’est un moyen non seulement de sauver des enfants mais aussi de régler la vie quotidienne, d’influer sur la vie privée, de « civiliser »3. Si elle s’adapte aux milieux concernés (termes utilisés, dimensions des manuels...), elle ne reconnaît pas de différences sociales pour uniformiser les comportements tant techniques que sociaux de mères universelles. Même l’ouvrage patronné par le Front Populaire et dont Suzanne Lacore considère la diffusion «particulièrement précieuse dans les milieux ruraux où l’ignorance exerce des ravages insoupçonnés », consacre, après des pages de conseils techniques et un répertoire des droits des mères à l’assistance publique et privée, un long chapitre aux « usages mondains » dans la plus pure tradition bourgeoise : le faire-part de naissance ; le baptème où les cadeaux doivent être « offerts dans des boîtes enrubannées de rose pour les petites filles, de bleu pour les garçons ou de satin blanc suivant la mode actuelle » ; le choix de la nourrice ou d’une nurse qui « partage la vie de l’enfant, n’est pas traitée comme les domestiques et prend ses repas à part ».

10Normaliser la fonction de reproduction, tel est donc l’objet de la puériculture, dont le dirigisme ne s’atténue quelquefois que par l’invite aux mères à agir en femmes responsables. Responsables au sens le plus large du terme, car la puériculture (Devraigne le rappelle en novembre 1933 dans une conférence faite à la Sorbonne pour l’Entraide des Femmes françaises) n’est pas le simple « pipi, caca, lolo, dodo » ; elle entend régir toute la fonction de reproduction, dès avant la conception. Mais la puériculture antéconceptionnelle est encore trop discutée, même parmi les médecins, pour être appliquée ; le certificat prénuptial est controversé, « l’éducation populaire reste à faire », l’éducation sexuelle est une nécessité « dont tout le monde parle et que personne n’ose traiter » ; si Devraigne déplore cette carence, il reste bien traditionnel en proposant d’encourager les sports car le « sportif ne boit pas, ne fume pas et est chaste ». La puériculture anté-natale se pratique surtout dans les consultations pour femmes enceintes, grâce aux visites des infirmières-visiteuses et par la diffusion d’ouvrages sur l’hygiène de la grossesse. Aussi vais-je développer surtout les moyens mis en œuvre pour diffuser la puériculture post-natale en imposant des règles strictes d’élevage des nourrissons.

Des moyens à l’échelle de l’ambition : du cours scolaire au concours du plus beau bébé

11Du 4 au 9 juillet 1933 se déroule à Paris le congrès international pour la protection de l’enfance. Si la section Maternité débat du rapport de Couvelaire sur « les consultations prénatales », celle de la Première Enfance prend comme thème de discussion « l’éducation technique des mères dans la lutte contre la mortalité infantile », avec une communication du Professeur Marfan sur « le médecin éducateur des mères », et un rapport du Professeur Mouriquand, médecin des hôpitaux de Lyon. « Les principes de l’enseignement technique doivent être établis par le médecin pédiatre et puériculteur et largement diffusés par les infirmières spécialisées notamment par des infirmières-visiteuses ayant une grande pratique de l’hygiène infantile. L’enseignement technique de la puériculture sera fait par le médecin dans les consultations de nourrissons, dans les crèches par l’infirmière visiteuse ; il sera propagé par les mères intelligentes qui montreront les résultats obtenus par leur propre expérience. L’enseignement théorique par des cours est souvent trop aride ; il faut le mettre à la disposition de tout le monde en formules familières et pratiques. Pour que cet enseignement soit favorablement accepté, il faut que l’esprit de la mère ait été préalablement éveillé. Dès l’école primaire, dès le lycée, l’esprit des fillettes et même celui des futurs papas doit être attiré vers la nécessité de la puériculture et en connaître les notions essentielles ». Vaste programme partiellement appliqué.

12Les médecins de l’entre-deux-guerres reçoivent un enseignement de pédiatrie et de puériculture mais cette dernière matière n’est pas obligatoire. En 1914 est créée à Paris une chaire de l’hygiène et des maladies de la première enfance dont le titulaire est le Professeur Marfan à qui succède en 1928 P. Lereboullet ; en 1920, Pinard crée l’Institut de Puériculture du boulevard Brune, centre de soins pour les enfants, centre de perfectionnement pour les médecins, et d’enseignement pour les futures infirmières visiteuses. La consultation de nourrissons, la visite des infirmières permettent d’éduquer les mères, mais de nombreuses régions de campagne, de nombreuses femmes ne sont concernées ni par l’une, ni par l’autre ; l’exemple de la région lyonnaise a été peu suivi : là, une automobile d’hygiène infantile offerte par la Caisse d’Epargne du Rhône, en liaison avec les services préfectoraux, transporte dans les petites villes et villages éloignés du département des infirmières éducatrices.

13Par contre, l’enseignement scolaire de la puériculture, projet ancien, est généralisé.

14« C’est en agissant sur la cire molle des jeunes cerveaux féminins et non plus seulement sur les cerveaux déjà contaminés et endurcis des mères qu’on fera disparaître les préjugés » déclare Devraigne le 3 février 1918 devant la Société scientifique d’hygiène alimentaire. Émule de P. Budin et de P. Strauss qui font de nombreuses conférences publiques, il commence sa « carrière de vulgarisateur » dans les Universités Populaires de Paris où il prêche l’allaitement au sein, puis dans le Nord ; très vite il veut se tourner vers les enfants et faire l’éducation des fillettes. Depuis la fin du XIXe siècle, l’idée de cours scolaires de puériculture faisait son chemin et quelques expériences concrètes étaient réalisées ; avec l’enseignement ménager introduit en 1884 dans les écoles de filles, la puériculture fait une entrée timide à l’école : à Bordeaux en 1898, Mme Moll Weiss enseigne dans ce cadre et utilise une grande poupée, appelée « Paulette France » et dont le parrain est Paul Strauss ; au congrès de l’enseignement primaire en 1900, celui-ci préconise outre l’enseignement ménager des leçons d’économie domestique et des devoirs de puériculture. L’année scolaire 1902-1903, Pinard fait le premier cours autonome de puériculture dans une école communale du boulevard Pereire à Paris et connaît un grand succès. Cette même année, le congrès d’hygiène infantile adopte à la demande de Budin une résolution sur l’introduction de leçons de puériculture qui s’appuieraient sur les visites à la consultation de nourrissons. Mais l’idée est encore en avance sur les mentalités, les années qui suivent ne donnent lieu qu’à la création de cours dans les œuvres pour dames et jeunes filles du monde, propagandistes bénévoles ; en 1914 est fondée « la Nouvelle Etoile » dont le but est de faire de jeunes bourgeoises des visiteuses zélées. Une infirmière de cette association enseigne dans les écoles du 13ème arrondissement et cette pratique inspire les décrets de 1923. Mais c’est Devraigne qui au lendemain de la guerre bataille pour que des mesures officielles et générales soient prises, après avoir ouvert à Lariboisière un cours pour les institutrices et à la Charité un enseignement pour 80 fillettes.

15En 1923, le monde médical remporte une victoire acquise de haute lutte sur les lenteurs et les réticences de l’institution scolaire. Les décrets Bérard et Strauss (9 mars et 9 juillet) rendent officiel l’enseignement de la puériculture dans les écoles de jeunes filles et autorisent des visites dans les crèches et les consultations de nourrissons. Paraissent alors un opuscule du Comité national de l’enfance dont voici le sommaire en dix leçons :

  1. importance de la Puériculture. Différentes causes de la mortalité infantile et moyens de la combattre,
  2. soins de propreté et bains,
  3. habillement du nourrisson,
  4. hygiène de la chambre. Sorties et jeux,
  5. l’enfant normal. Croissance et vaccination,
  6. allaitement au sein et allaitement mixte,
  7. allaitement au biberon,
  8. bouillies et alimentation après le sevrage,
  9. œuvres et lois sociales se rapportant au nourrisson,

16et deux ouvrages de Devraigne « Pour les futures mamans », l’un s’adressant aux fillettes du cours moyen (de 10 à 12 ans), l’autre destiné au cours supérieur et aux classes des lycées. L’inspecteur primaire Philibert qui préface la première édition (1924) justifie ainsi le contenu : « dans le premier volume sont présentées d’une façon simple, concrète, expérimentale et très suggestive, les notions qu’une jeune mère ou une future maman ne doit pas ignorer sur la fragilité du nouveau-né, sa toilette, son poids et sa taille ; sur le maillot, le berceau, l’allaitement au sein et l’allaitement mixte ; sur la croissance du bébé, ses premiers pas et sa dentition. Mais, dans cette première initiation de la future maman, commencée dès l’âge de dix à douze ans, l’auteur ne donne que les raisons immédiates de ses conseils, celles qui sont à la portée de son auditoire. Dans le deuxième volume, il considère comme acquises ces premières notions et par une très simple étude, mais précise, il cherche dans l’anatomie et la physiologie du nourrisson les raisons profondes des précautions à prendre à son égard et des soins à lui donner ». Ces manuels bien illustrés (cent figures pour celui du cours moyen) sont utilisés pendant toute l’entre-deux-guerres et régulièrement réédités.

17La portée de ces cours reste cependant limitée, comme le montrent les modalités d’application, le bilan réalisé en 1934 par l’Association française des femmes médecins, ou certains témoignages recueillis. A l’école primaire, une heure par mois seulement (prise sur l’enseignement ménager) est consacrée à la puériculture dans les classes du cours moyen ; peuvent s’y ajouter démonstrations pratiques et sorties ; théoriquement une épreuve de puériculture est incluse dans le certificat d’études primaires mais cours et épreuves pouvaient faire défaut notamment à la campagne (ma source étant ici des témoignages oraux). En effet on discute encore en 1934 pour savoir qui doit assurer ces cours, de l’institutrice ou d’une assistante scolaire ; les élèves des écoles normales reçoivent une formation en vingt leçons que les maîtresses plus âgées n’ont pas reçue. D’autre part le manque de pratique semble quasi général, la puériculture reste scolaire et livresque. Enfin, note Melle Blanchier (de l’association des femmes médecins), l’enseignement est particulièrement déficient dans les lycées de jeunes filles, milieu indifférent où les programmes sont déjà chargés et où il n’est pas obligatoire d’assister aux conférences organisées parfois par la direction ; aussi, par un retournement de situation, les bourgeoises lui semblent particulièrement rebelles au médecin : « les progrès obtenus depuis quelques années dans les milieux populaires, grâce à ce qui a pu être fait pour l’éducation des fillettes à l’école primaire et des mères dans les œuvres sociales, contrastent avec le peu de changement dans les milieux qui jusqu’à présent ont fait la clientèle des lycées. N’y voit-on pas grand-mères ou amies s’y ériger en puéricultrices comme si le fait d’avoir mis des enfants au monde et de les avoir élevés conférait une science suffisante des besoins physiologiques de l’organisme infantile »...

  • 4 Le scénario se trouve dans 25 ans de puériculture et d’hygiène sociale ; « Comment je suis devenu (...)

18Au moment de la parution des décrets Bérard-Strauss, Devraigne rencontre le réalisateur Jean-Benoit Lévy qui lui propose de faire un cours de puériculture au cinéma. Il conçoit alors « une lutte amicale entre une gamine de douze ans, ayant appris des notions saines de puériculture à l’école et à la consultation de nourrissons, la jeune Margot, et une bonne vieille, la mère Mabu, incarnant tous les préjugés séculaires ». Tel est le scénario de la Future Maman, « film d’enseignement et de diffusion des Principes élémentaires de puériculture »4. Très didactique, il alterne des maximes signées et inscrites en grand sur l’écran et des scènes se déroulant à la maison, à l’école ou au dispensaire ; les paroles de ce film évidemment muet apparaissent aussi en images. Le film s’ouvre sur l’espoir de Paul Strauss « sénateur, membre de l’académie de médecine, ancien ministre» : « Un jour viendra peut-être où toutes les mères sauront élever un enfant comme elles auront appris à lire, à écrire et à compter». La première scène présente les personnages et un nouveau-né accouché par sage-femme. La deuxième partie, illustrée par Couvelaire : « De tous les petits animaux, le plus fragile est le nouveau-né humain », montre les premiers soins (pesée, mesure, pansement ombilical) tandis que la mère Mabu berce l’enfant et, scandale, veut l’embrasser. L’allaitement maternel — « Le cœur et le lait d’une mère ne se remplacent jamais » dit le professeur Pinard — présente la mère donnant le sein au nourrisson en cinq minutes sur ces mots : « les enfants règlés dès le début sont des enfants sages », et une séquence scolaire sur la composition et les bienfaits du lait maternel. Ce thème important est poursuivi dans une deuxième séquence introduite par le Professeur Marfan : « Un enfant nourri au sein ne doit pas être sevré parce qu’il a la diarrhée », et enseignant la pesée, le change, l’examen des selles. Les cinquième et sixième parties sont consacrées à l’allaitement mixte et artificiel : Mabu propose du lait de vache, de chèvre ou d’ânesse, le médecin du lait stérilisé avec l’appareil Soxhlet-Budin, « sauce-lait » pour l’ignare matrone de campagne, et le film présente des images de traite sans hygiène et la stérilisation au dispensaire. Puis Bébé a six mois, Mabu veut donner une sucette à l’enfant, Margot raconte l’histoire d’un bébé mort à cause d’une sucette tombée dans un crachat et la médecine pose son verdict : « la sucette introduit des microbes dans la bouche et de l’air dans l’estomac, elle produit des troubles digestifs ». La dernière leçon conduit les personnages à la consultation de nourrissons, puis évoque les principaux facteurs de mortalité infantile (débilité congénitale, diarrhée, broncho-pneumonie, tuberculose) ainsi que les fléaux sociaux par des images frappantes de la misère (une femme faisant l’aumône avec son enfant), de l’alcoolisme (une tête d’alcoolique en délirium tremens), du taudis, du manque d’hygiène (des mouches sur le goulot d’un litre de lait), de l’ignorance (« si j’avais su » dit une mère en deuil devant un berceau vide). L’ignorance meurtrière est le fil directeur de ce film manichéen et triomphaliste ; il s’achève sur la conversion de Mabu et le rêve du médecin qui voit Margot avec un enfant et dit en lui prenant les mains : « Le salut viendra de ces petites futures mamans débarrassées des préjugés séculaires et meurtriers qui seront des mères admirables ». C’est Léon Bernard qui donne en une image finale la justification du film ;

« A tous les problèmes qui se dressent devant la France, une seule cause : le nombre insuffisant des Français.
Sauvons nos enfants ».

19Il est dommage de raconter un film ; essayons d’imaginer les images et l’impact qu’elles pouvaient avoir... Devraigne a certes raison de qualifier le cinéma de « merveilleux agent éducateur » ; il vante le succès de son film réalisé en 1924 avec l’aide financière du ministère de l’Agriculture, film qui a fait « le tour du monde » grâce à 70 copies en toutes les langues ; il évoque les « lettres touchantes » des ouvrières des usines Leblanc à Canteleu, mais je n’ai aucune indication précise sur le cadre ou le nombre des projections, ni sur l’auditoire. En 1930, Levy lui dit qu’on demande une suite à « la Future Maman » où l’enfant est laissé à six mois ; pour « passer en revue les nombreux cas pathologiques sans faire de la médecine » et avoir contre lui les 20.000 médecins de France, il conçoit le Voile sacré, film d’hygiène sociale présentant l’action préventive des visiteuses « sœurs de charité laïques couvrant toutes les misères ». Les spectateurs y retrouvent Mabu venant à Paris voir Margot passer son examen à l’école de Puériculture pour le diplôme d’État de visiteuse d’hygiène ; la jeune fille retourne au village exercer son métier au dispensaire. Couvelaire collabore à l’entreprise en présentant le film pour la première fois à la Sorbonne le 20 février 1931, comme il l’avait fait pour Il était une fois trois amis.

20L’imprimé reste cependant le moyen de propagande et d’instruction le plus largement utilisé. La tradition américaine du tract et de l’affiche ne s’implante guère en France ; il n’y a que l’œuvre « Sauvons les mères et les bébés » pour imprimer à côté d’une brochure, non pas « des tracts » mais huit lettres envoyées aux mères ou insérées dans des revues, comme « deux mots à la future maman en attendant bébé » parue dans la Race et les Mœurs et qui donne des conseils rigides et sommairement justifiés après avoir recommandé de s’en remettre au médecin « Guide » et « bon mécanicien ». Initiative encouragée par la Commission de propagande de l’Office national d’Hygiène Sociale au Ministère de la Santé Publique, la Caisse départementale des Assurances Sociales de la Seine et de la Seine-et-Oise a décidé l’envoi régulier de ces lettres aux assurés, mères ou jeunes couples.

21Ce qui domine en France est le livre, simple brochure comme le Livret de la Mère (édité à l’initiative du Conseil Supérieur de la Natalité, il donne en 27 préceptes courts — du style : « le biberon est constitué par une bouteille surmontée d’une tétine ; elles doivent l’une et l’autre être nettoyées aussitôt après la tétée et stérilisées par l’ébullition » — « une instruction sommaire sur l’hygiène de l’alimentation des enfants du premier âge ») ou guide imposant vendu en librairie ou distribué gratuitement comme le Guide des Mères de 1936. Les conseils de puériculture forment des manuels à part entière où sont intégrés dans des guides plus généraux de vie familiale ou d’enseignement ménager, et dans des livres ouvertement natalistes. Très nombreux entre les deux guerres (nous en dressons la liste page suivante), ils sont écrits par des médecins ou par des femmes qui se donnent dans l’introduction une caution médicale ; tous gardent une certaine distance et un ton très didactique.

  • 5 Il est difficile d’imaginer à l’époque un titre du type « Parents ».

22Par contre les journaux spécialisés sont rares et ont une vie courte. Les journaux féminins et féministes consacrent quelques lignes ou articles à la puériculture, comme le Journal de la femme ou La Mère éducatrice de Madeleine Vernet (le Dr Mignon y tient la rubrique : « les propos d’un médecin aux femmes du peuple »), mais elles se perdent au milieu de la mode, de la cuisine, du reportage, ou de la tribune militante. Il y a eu autrefois La Mère et l'enfant journal parisien (1891-1906) ou la Femme et l’enfant qui paraît sous le patronage de l’Alliance Nationale et achève sa carrière en 1921 comme Journal de la famille. Le seul qui paraisse quelque temps entre-les-deux-guerres (de 1929 à 1932) est le mensuel Maman5, « organe de vulgarisation des principes d’hygiène et de puériculture», dont le comité de rédaction comprend les plus illustres noms de la médecine : MM. Debré, Brindeau, Devraigne, Pinard, Lévy-Solal, Lereboullet. La couverture est une photo assortie d’une phrase péremptoire comme : « il n’y a pour la France qu’une chose qui doit compter, une seule : l’enfant », ou « Mamans, abonnez-vous à Maman, la dépense est minime et sans proportion avec les immenses bienfaits que vous en retirerez pour la santé et l’avenir de vos enfants». Le numéro de février 1932 présente sous le titre Sourire de la santé, le petit André Lamaze de St Dié, 25 livres 300 grammes à 16 mois et le commentaire : « En suivant les conseils que vous donnent dans Maman les plus grands médecins de France vous aurez des enfants sains et beaux ».

LISTE DES MANUELS DE PUÉRICULTURE PARUS ENTRE-LES-DEUX-GUERRES
Mme A. MOLL-WEISS : La femme, la Mère, l’Enfant. Guide pratique à l’usage des jeunes mères, Paris, Maloine, 1917.
Dr. L. POULIOT : Hygiène de Maman et de bébé. Grossesse, accouchement, allaitement, Paris, 1921.
Dr. L. GENEST : Les Maladies des enfants, Paris, Drouin, 1922.
Mme Francisque GAY et L. COUSIN : Comment j’élève mon enfant, Paris, 1924 (rééditions 1954 et 1960.
L. DEVRAIGNE : Pour les futures mamans, Cours moyen, 1924, Cours supérieur, 1925.
Mme M. BOUTIER : Education ménagère, Paris Hachette, 1925. Doctoresse HOUDRE-BOURSIN : Ma doctoresse. Guide pratique d’hygiène et de médecine de la femme moderne, 1928. Comité Permanent des Mères Françaises : Le livre Porte-Bonheur, 1933.
M.R. NUSSBAUM : Quand l’enfant paraît, lettres à une jeune mère sur l’éducation de son fils.
Mme N. BRESSAN : La Puériculture en dix leçons, Chambéry, Maison d’édition du primaire, 1936.
P.G. CHABOT : Le Guide des Mères, 1936.
Comité National de l’enfance : Leçons élémentaires de puériculture, en dix leçons, 1937.
Mme M. CHAMPENDAL : Comment soigner nos enfants, 1937 (éd. posthume).
Mme GAUTIER-ÊCHARD, Melle MAURY : Mon foyer, économie domestique, enseignement ménager, hygiène, puériculture (cours complémentaire), Istra, 1938.
P. BERNEGE : Encyclopédie de la vie familiale, Paris, 1938.
Pr. P. LEREBOULLET, Dr. J. DAYRAS, Dr. G. DREYFUS-SEE : Le guide de la jeune mère, Paris, Éd. sociale française, 1939.
Cette liste complète celle établie par G. Delaisi de Parseval et S. Lallemand (dans L'art d’accommoder les bébés. 100 ans de recettes françaises de puériculture) par d’autres ouvrages rencontrés dans ma recherche.

23Il est difficile de dire qui sont les lectrices. Le journal, en annonçant une nouvelle rubrique « entre mamans » et l’envoi d’un numéro gratuit à toute nouvelle accouchée, les chiffre en septembre 1931 à plus de 100.000. L’abonnement n’est pas cher : 20 F par an, mais le courrier des lecteurs, bien qu’étant surtout des éloges, montre une certaine facilité à écrire, et un milieu de petite ou bonne bourgeoisie. A côté d’un peu de publicité, de petites annonces, de conseils de tricots et de cuisine, les lectrices peuvent trouver des articles très sérieux concernant la future maman, ou les différents âges de l’enfant, l’aspect psychologique étant parfois envisagé : articles simples comme les « conseils pratiques de Maman », ou plus élaborés, écrits par des médecins qui décrivent une maternité ou un centre de puériculture, ou bien, sous la rubrique « Nos maîtres parlent aux mères et futures mères », énoncent la règle médicale. La contribution mensuelle d’une personnalité de la médecine est accompagnée de sa photo et d’une phrase manuscrite, publicité à peine voilée pour le journal : « maman le premier mot que balbutie l’enfant. Maman le premier journal que lit la jeune accouchée » écrit Brindeau dans le numéro de mai 1931.

24Le savoir peut être récompensé et stimulé par l’organisation de concours dont le but est « moins de mettre en vedette un bébé ou un enfant rare qu’à dégager de belles moyennes d’enfants élevés suivant les grands principes de puériculture » : « à travers l’enfant c’est la mère qui sera récompensée et c’est aussi le médecin, guide et conseiller de la mère qui sera honoré ». En juin 1932, le journal ouvre le concours des trois enfances en diffusant à trois cent mille exemplaires des fiches médicales, qui, remplies par les médecins, permettront aux jurys après cotation de chaque tableau, d’attribuer une note définitive à l’enfant ainsi qu’une appréciation. Ces fiches constituent de véritables carnets de santé qui étiquètent l’enfant dès sa mise au monde et déclare son histoire sociale et surtout son évolution biologique comme conforme ou non à la normale.

  • 6 Les vaccinations sont encore très discutées dans l’opinion publique de l’entre-deux-guerres ; les (...)

25Le concours n’est que l’aboutissement d’un patient apprentissage aux mères de la mesure, de la norme chiffrée, de l’observation régulière de l’enfant. En janvier 1931, Maman imprime une fiche de bébé, véritable « état-civil médical » et demande aux mères de la remplir partiellement et de la conserver pour la présenter à tout médecin s’occupant de l’enfant. Les antécédents médicaux des père et mère, les caractéristiques de l’accouchement et le genre d’allaitement sont précisés. Le médecin traitant note les résultats des analyses d’urines ou de crachats et des tests réactifs faits à l’enfant ainsi que ses principales maladies. Les mères peuvent établir la courbe de poids et de taille de leur nourrisson et la comparer à la courbe de référence pour apprécier son développement (comme l’écrit «Sauvons les Mères et les bébés », « le poids est le baromètre de la santé »). Elles sont invitées, puisque les cases existent sur la fiche à le faire vacciner contre la variole, la tuberculose et la dyphtérie, bien que la seule vaccination obligatoire soit alors l’antivariolique6.

26Maman arrête sa parution fin 1932, sans en donner les raisons (problèmes financiers, conflits de personnes ?) et sans imprimer les résultats du concours qui devaient former le numéro spécial de janvier 1933. Expérience originale de presse spécialisée, il fut avant tout le porte-parole des plus hautes personnalités médicales dans leur tâche de vulgarisation. « Si toutes les mamans lisaient Maman, il n’y aurait pas de mauvaise maman » écrit le Dr. P. Trillat de Lyon, en juin 1932 à côté de sa photographie. Mais qu’est-ce qu’une « bonne mère » ?

Les contenus

  • 7 Le rôle de la disparité chromosomique est connu. D’autre part, dans les années trente, certains pa (...)

27Une bonne mère est d’abord une femme qui fait suivre sa grossesse. La plupart des ouvrages expliquent à la future mère son anatomie, le cycle génital, la fécondation, les transformations du corps et le développement du fœtus ; certains soulignent les limites de la science : l’impossibilité de prévoir le sexe7 ; « il est absurde de vouloir empiéter sur la connaissance de l’avenir, écrit la Doctoresse Houdré-Boursin puisque nous n’avons aucun moyen sérieux de le faire ; un bébé doit toujours être le bienvenu, qu’il soit fille ou garçon ; la seule affaire est qu’il ait bonne santé et la maman aussi ». La contrepartie est de comprendre qu’à la naissance l’enfant a neuf mois et que la grossesse, tout en étant « un état naturel », nécessite des soins particuliers. Outre la consultation régulière du médecin, la femme enceinte est invitée à observer des règles d’hygiène alimentaire et corporelle ; le « manger pour deux » est considéré par certains médecins comme un « préjugé populaire », ils recommandent seulement un surcroît de lait, une alimentation riche en vitamines, dénuée d’alcool et de boissons excitantes. Le corps doit être maintenu propre par des ablutions fréquentes, des bains « ni trop chauds, ni trop froids », mais les injections vaginales sont proscrites.

28Le corps de la femme enceinte est décrit comme un corps mutilé et inesthétique. « Nécessité » ou « sagesse », il est vivement conseillé de porter dès le quatrième mois une ceinture de grossesse dont certaines marques font une large publicité et qui peut être remboursée par les Assurances Sociales. Gynécia qui a obtenu en 1925 le grand prix à l’Exposition d’hygiène sanitaire de Paris se proclame « la ceinture idéale de maternité » qui « soutient le précieux fardeau et conserve l’allure élégante », et offre à Mesdames les Sages-femmes « des conditions intéressantes ». « La femme très particulièrement musclée » qui peut s’en passer est rare car la majorité est habituée au port du corset et pratique peu le sport.

  • 8 L’Association française des femmes médecins (née en 1921, dotée d’un bulletin trimestriel en 1929, (...)

29Nelly Roussel demandait à ce que les femmes se préparent à l’accouchement par une gymnastique appropriée. Les médecins de l’entre-deux-guerres sont, sur cette question, relativement ignorants et imbus « de préjugés » ; à la différence de l’Angleterre, de la Belgique et de la Russie, il y a en France peu de recherches et d’expérimentation. Seule l’Association des femmes médecins considère que la gymnastique et la kinésithérapie sont une nécessité de l’hygiène de la grossesse8. Pour une raison psychologique d’abord : l’entraînement physique convainc la future mère qu’elle est en bonne santé, que la maternité n’est pas un état pathologique, que l’accouchement n’est pas à redouter. Pour des raisons d’hygiène ensuite : elles « évitent l’habitude de vie ralentie à laquelle la plupart des femmes croient devoir s’astreindre », la sédentarité pendant la grossesse diminuant les échanges, favorisait les intoxications et retardant parfois l’échéance de l’accouchement. Pour des raisons médicales enfin : des exercices particuliers peuvent apprendre aux femmes à bien accoucher. Cette position est très minoritaire et aucun manuel de puériculture ne développe ce sujet. Au lendemain de la deuxième guerre, l’idée semble avoir fait du chemin, puisque dans son édition de 1947 de L'hygiène de la grossesse, le Dr. P. Morin souligne que les adeptes de l’exercice physique sont de plus en plus nombreux.

30Mais le même peut encore écrire qu’« il est rare qu’à partir du 4e mois on ait à proscrire les bains de mer, la coquetterie féminine s’en charge d’elle-même ». Le ventre qui grossit est laid, indécent ; il faut le cacher sous des vêtements « amples et chauds » qui avec les talons plats forment la toilette de la future maman, toilette neutre, négation de la femme qui ne doit penser qu’à bébé. La doctoresse Houdré-Boursin est la seule à lui concéder le droit d’être belle en cherchant dans la mode « des robes peu ajustées, à la fois hygiéniques et esthétiques ».

31Elle-même n’aborde pas la question des relations sexuelles pendant la grossesse, la position majoritaire étant celle d’un corps interdit de plaisir. « On a beaucoup exagéré les risques de traumatisme dus aux rapports sexuels » écrit P. Morin en 1947, « Tarnier et Pinard défendaient le coït pendant la grossesse en l’accusant d’être un facteur important d’avortement ; de nos jours les opinions sont encore partagées et il convient d’être éclectique », sauf sur l’abstention les six dernières semaines.

32La vie de la femme enceinte doit être une vie réglée où priment le repos et les plaisirs calmes. Pendant la première guerre mondiale, où les femmes ont massivement remplacé les hommes à l’usine, et jusqu’à sa mort, Adolphe Pinard a dénoncé le danger du travail pour les femmes enceintes, et lutté pour leur droit au repos. Mais le corps médical dans sa grande majorité trouve impossible et illusoire, « dans l’état actuel des conditions sociales » l’interdiction du travail dès la conception. La doctoresse Houdré-Boursin reconnaît s’adresser aux femmes de milieux aisés, qui n’ont pas besoin de travailler ; avec insistance elle propose un art de vivre de la femme enceinte, où se mêlent conseils médicaux et éducation morale : « Tout ce qui oblige la femme à se coucher tard, à déranger ses heures de repas, à faire des dérogations à son régime alimentaire doit être proscrit. Se laisser entraîner une fois à des écarts de ce genre, c’est dangereux car on aura tendance, pour peu que l’on ne soit pas très énergique, à recommencer jusqu’à ce que des inconvénients graves se manifestent. L’excitation morale qui résulte la plupart du temps de ce genre de distraction n’est pas souhaitable non plus. En particulier la fréquentation des dancings doit être spécialement supprimée : atmosphère poussiéreuse, air confiné, fatigue musculaire, risques de chutes, excitation cérébrale. A son foyer, la femme doit donner et doit trouver d’autres joies plus profondes et plus complètes qui remplaceront avantageusement toutes ces distractions plus ou moins frelatées. Si l’on a du loisir, il y a tant de beaux livres à lire, tant de belles gravures à contempler et dans un domaine plus réaliste, tant de jolis aménagements à réaliser chez soi. La préparation de la layette du bébé n’est pas davantage à négliger et quand les conditions sociales le permettent, il semble vraiment qu’une maman aura plus de plaisir à vêtir son petit des vêtements qu’elle aura cousus ou tricotés plutôt que d’utiliser le modèle banal et fait à la douzaine qu’on achète dans les magasins. Bien des fois, la jeune femme a négligé, par les occupations nouvelles du mariage, des capacités artistiques qui lui avaient donné à elle et à son entourage des joies de bon aloi. Sans être une virtuose, sans être une artiste célèbre, on peut susciter par la musique, la peinture, le modelage, etc..., en soi et autour de soi, des jouissances esthétiques qui sont parmi les plus précieuses qu’on puisse éprouver en ce monde. Le demi-repos de la grossesse, quand la condition sociale le permet est tout à fait favorable à ces travaux artistiques, qui peuplent de belles images l’esprit de la future Maman ». La majuscule atténue l’impersonnalité du « on », mais elle est aussi une invite à sacrifier à l’amour maternel des plaisirs personnels. La femme bourgeoise, tout autant que la femme populaire, est une mineure qu’il faut conseiller et diriger ; d’autres médecins dénoncent les folles escapades en voiture comme source d’avortement et déconseillent ce moyen de locomotion des riches ; il n’y a encore qu’l,3 million d’automobiles en France en 1931.

33Quant à la layette, les auteurs qui en précisent le contenu, semblent ignorer la quantité de travail (tricot, couture) ou le coût nécessaires à son acquisition. Le Guide des Mères propose 56 pièces plus huit douzaines de couches, carrés à langer et culottes ! Maman était plus exigeant encore puisqu’en 1932, le journal dresse le tableau ci-après et recommande, à côté des couches, langes et culottes, 74 pièces au minimum et 102 au maximum. Le résultat ne peut être que de culpabiliser les mères scrupuleuses même si l’intention n’y est pas. Elle semble par contre plus manifeste dans l’inlassable répétition du devoir d’allaiter.

34« Lorsqu’une poule pond un œuf, elle n’a pas la prétention d’être mère pour si peu. Pondre n’est rien... mais où commence le mérite de la poule c’est lorsqu’elle couve avec conscience se privant de sa chère liberté... en un mot, c’est lorsqu’elle remplit ses devoirs de mère qu’elle en a véritablement le titre » écrit en 1904 le Dr. J. Gérard dans son Livre des mères. Si les natalistes de l’Alliance nationale ou d’autres personnalités, comme le président de la Ligne du lait qui dénonce « la futilité de la femme », peuvent parler des mères rebelles avec mépris et véhémence, de tels propos injurieux sont rares dans les ouvrages de puériculture de l’entre-deux-guerres. Mais le devoir de l’allaitement y est constamment inscrit, ordre simple, ou nuancé par l’invocation de la nature ou de la satisfaction maternelle. Voici une petite anthologie démonstrative :

  • « Allaitez bébé vous-même... Le meilleur aliment pour l’enfant, celui que la nature a préparé exactement pour lui, c’est le lait de sa mère » (Sauvons les Mères et les Bébés).
  • « l’allaitement au sein est naturel » (La Mère Educatrice ; le Guide des Mères).
  • « c’est un devoir et une satisfaction pour la mère d’allaiter son enfant... Les avantages compensent largement la perte de salaire ou le sacrifice de la vie mondaine pendant quelques mois » (Maman, mai 1932).
  • « Une mère bien portante est capable le plus souvent et doit toujours essayer d’allaiter son enfant » (Revue Philanthropique).
  • « Amoins de circonstances exceptionnelles, il faut que la maman dispose sa vie de façon à pouvoir allaiter son enfant » (Ma Doctoresse).

LA LAYETTE DE BEBE selon Maman de février 1932

Minimum

La layette de bébé doit comprendre

Maximum

36

Couches

60

12

Pointes éponge ou de molleton de coton (si l’enfant n’est pas emmailloté)

24

6

Culottes de tricot (si l’enfant n’est pas emmailloté)

12

1

Culottes de caoutchouc (si l’enfant n’est pas emmailloté)

2

2

Bandes anglaises

2

6

Pointes éponge (si l’enfant est emmailloté)

6

4

Langes de coton (si l’enfant est emmailloté)

6

2

Langes de laine (si l’enfant est emmailloté)

3

2

Culottes de tricot (si l’enfant est emmailloté)

4

4

Bandes de crêpe de laine de 7 cm de haut

6

4

Chemises de toile

6

4

Brassières de flanelle (facultatives mais recommandées)

4

Brassières de tricot

6

6

Paires de chaussons

8

4

Paires de bas

6

6

Bavoirs simples et épais de piqué ou autre

10

4

Bavoirs élégants

7

12

Vieux mouchoirs fins ou fichus de fil fin pour protéger bavoirs et taies

18

1

Douillette chaude

1

Douillette crêpe de Chine

1

Dessous de douillette ouatinée

1

1

Petit bonnet-chapeau

2

1

Voile de tulle pour les premières sorties

1

1

Paire de moufles

2

4

Draps de dessus

6

6

Draps de dessous (que l’on peut remplacer par de vieux linges

10

2

Grands molletons de coton

3

2

Taies d’oreiller

4

35Si l’insistance est telle, c’est que l’enjeu est grand : médical, démographique, moral, social.

36« Les enfants allaités au sein meurent cinq fois moins que les autres » proclame la lettre-tract de Sauvons les mères et les Bébés. Déjà en 1920, la doctoresse Clothilde Mulon établissait les comparaisons suivantes :

  • « mortalité des enfants nourris au sein d’une mère bien guidée : 5 % »,
  • mortalité des enfants nourris au sein : 10 %
  • mortalité des enfants nourris au biberon de mères surveillées : 25 %
  • mortalité des enfants en nourrice : 35 à 75 %.

37La proportion est certainement exagérée dans un but propagandiste ; les auteurs plus précis donnent par exemple pour 1 année 1935, dans le Tarn-et-Garonne une mortalité infantile de 92 ‰ pour les enfants allaités et 367 ‰ pour ceux nourris au biberon, les chiffres étant pour Rouen respectivement 42 ‰ et 160 ‰; le rapport est alors de un à quatre, mais il est possible que des données non indiquées accentuent l’écart. Toutefois il est indéniable que le lait maternel présente de nombreux avantages ; il « contient des substances spéciales qui n’existent dans aucun autre lait et qui préservent Bébé de certaines maladies ; ce lait est régulier dans sa composition, toujours pur, facilement assimilable ». D’autant que le biberon n’est pas toujours propre et que le lait de vache est souvent trafiqué ; comme le dit, en 1928, le président de la Ligue du Lait «l’homme tripatouille le lait qu’il donne à son enfant et la Nature se venge elle tue l’Enfant ». En 1935 encore, le Professeur Rudaux déplore que l’industrie laitière française soit « incapable de fournir à la population un produit de qualité irréprochable pouvant convenir à l’allaitement artificiel ».

38L’argumentation scientifique est incomplète et masque des prises de positions idéologiques. Un médecin de la Maternité constate en 1926 que la sous-alimentation (cas de 96 enfants sur 100 venant consulter) est cause de maladies et qu’elle est plus fréquente chez les enfants au sein. Défendre l’allaitement maternel et persuader les mères de s’y soumettre ont un intérêt stratégique que les sages-femmes, notamment catholiques, reconnaissent volontiers. « C’est une des conditions de l’épanouissement normal du sentiment maternel », il a « une influence salutaire et irremplaçable » car il incite la mère à abandonner son travail et à rester au foyer, la loi Engerand du 5 août 1917 (concédant à la travailleuse deux fois une demi-heure pour allaiter) étant très mal appliquée. C’est aussi un moyen de conjurer l’abandon comme le déclare Mme Doucet, responsable syndicale des sages-femmes, au congrès de la natalité en octobre 1926 : « on voit à l’hôpital de pauvres femmes délaissées par le père de leur enfant et voulant elles-mêmes l’abandonner ; leur affection se développe à mesure qu’elles mettent l’enfant au sein et elles deviennent de bonnes mères ». Enfin l’amour maternel doit être « abnégation de soi ».

39Si l’enjeu est grand, la tâche est difficile ; les médecins déplorent la diminution de l’allaitement maternel en France et l’expliquent par des raisons d’ordre physiologique, psychologique et social. Les jeunes femmes des années trente subissent les séquelles d’une enfance pendant la guerre ou une alimentation déficiente à cause de la cherté de la vie. Le biberon est une solution de facilité et l’entourage joue un rôle dissuasif ; pour le Dr. Vimont qui écrit un long article dans le Concours Médical du 7 mars 1925, même les médecins sont complices puisqu’« au lieu de favoriser l’allaitement maternel, en le réglant, en aidant les mères, en essayant d’augmenter leurs facultés de nourricières comme on le fait en médecine vétérinaire, ils se sont occupés purement et simplement de créer des laits adaptés à l’alimentation de l’enfance », et il fut un temps où ils déconseillaient 1 allaitement au sein. Mais la principale accusée est la femme avec sa « soif de plaisir » et sa volonté de suivre la mode ; « le grand chic actuel (celui des années vingt) est la platitude, qui n’est guère la forme à réaliser par une bonne nourrice ». Moins acerbe est l’analyse, quatorze ans plus tard, de Suzanne Barot-Herding qui reconnaît le rôle primordial du travail féminin et l’évolution des mœurs : « les femmes veulent davantage de liberté, de bienêtre, de distractions ; elles rejettent les contraintes, les obligations, les devoirs même ; en regard de ce changement néfaste dans la vie de tous les jours, les compensations offertes par les lois sont encore insuffisantes pour que les femmes trouvent un intérêt à accomplir leur devoir de nourrice » :

40En 1925, le Dr. Vimont évalue à 10 % seulement la part des enfants nourris au sein. Ce chiffre me paraît faible mais je n’ai aucune autre statistique globale. Par contre les nourrissons présentés à la consultation de Baudelocque sont très majoritairement nourris au sein comme le montre le tableau suivant :

Année

Enfants présentés

Nourris au sein

 %

Nourris au lait de vache

1922

1.155

1.071

92,7

84

1923

935

861

92,1

74

1924

929

856

92,1

73

1925

891

825

92,6

66

1926

1.217

1.068

87,8

149

1927

1.376

1.217

89,5

159

1928

1.379

1.162

84,3

217

1929

1.126

962

83,7

184

1931

1.332

1.030

77,3

302

1934

969

644

66,5

325

1935

780

512

65,7

268

1936

678

548

80,9

130

  • 9 Présentée pour la première fois le 15 février 1901, cette pièce met en scène, en la personne de La (...)

41Le pourcentage tend à diminuer dans les années trente, mais la maternité reste le lieu où peut s’exercer avec le plus d’insistance l’éducation des mères, où peut s’opérer la « croisade » de l’allaitement selon le terme du Dr. Lereboullet au congrès international pour la protection de l’enfance de 1928. Elle passe par « une campagne énergique des médecins et des sages-femmes, exercée sur chaque mère pendant la grossesse et dans les premiers jours qui suivent l’accouchement », à la maison, dans les consultations ou à la maternité. « Si on arrive à obtenir l’essai loyal de l’allaitement au sein, la partie est souvent tout près d’être gagnée » avoue Lereboullet ; il propose de combattre la publicité pour farines lactées et laits artificiels qui montre des bébés resplendissants (« le plus fort, le plus beau, c’est un Bébé Paillaud », « rien qu’une maman, rien qu’un lait français ») et de mettre l’allaitement à la mode par une propagande multiforme : la presse, le cinéma, la radio, le théâtre, les livres doivent contribuer à changer les mentalités, comme les Remplaçantes de Brieux qui eut un grand retentissement9. Certains médecins comme le Dr. Sicard de Plauzoles ont même proposé de rendre l’allaitement obligatoire, ce qui lui valut la réponse suivante : « l’État aurait à soutenir 500.000 procès par an, avec la certitude d’en perdre 450.000 au moins ; pour éviter l’ennui judiciaire qui s’ajouterait aux autres, les femmes deviendraient de plus en plus malthusiennes ; la dénatalité serait encore aggravée ».

42Dans l’ensemble plus réaliste, le corps médical impulse la création de biberonneries ou de centres de donneuses de lait dans les maternités, et apprend aussi à la mère les règles de l’allaitement artificiel : la pureté du lait et la propreté des ustensiles. A Paris, de très nombreuses œuvres distribuent du lait pour le compte de la ville ; initiative du Conseil Municipal pendant la Grande Guerre, cette activité connaît un développement considérable sous l’impulsion de Mr de Fontenay et concerne les mères nécessiteuses ; des services sont même installés dans les grandes gares pairisiennes. Certains médecins conseillent le lait frais longuement bouilli, d’autres préfèrent le lait stérilisé fourni par les Gouttes de Lait et les services sociaux, ou le lait concentré dont l’emploi est plus sûr. La mère peut aussi stériliser elle-même dans la marmite de Soxhlet. L’œuvre « Sauvons les mères et les bébés » a construit une glacière pour conserver les biberons préparés ; elle apprend aux mères à utiliser une « biberonnerie propre » : « les biberons seront lavés à l’eau froide et rincés à l’eau bouillante immédiatement après chaque tétée ; jetez toujours ce qui reste d’un repas ; après la tétée, faites bouillir la tétine pendant dix minutes et laissez-la dans un récipient rempli d’eau bouillie et muni d’un couvercle ; tous les ustensiles de biberonnerie doivent servir uniquement à bébé ; ne portez jamais la tétine à votre bouche ». Il est ainsi fait peu de cas du savoir des mères, violentées plus fermement encore lorsqu’il s’agit de leur inculquer la nécessité de discipliner leurs enfants dès le plus jeune âge.

43Le périodique parisien La Femme et la famille qui n’a qu’une vie éphémère de quatre numéros recommande à ses lectrices en janvier 1934 la lecture de M.R. Nussbaum : Quand l’enfant paraît, lettres à une jeune mère sur l’éducation de son fils. L’auteur décrit « l’âge d’or » de l’enfance : « le principal intérêt de la vie du bébé, c’est la découverte, non du monde extérieur, mais de ses propres sens par les sensations diverses que lui apporte le monde... La satisfaction de la faim représente le plus grand plaisir ». Voix discordante, hérétique dans le concert unanime sur l’évidence d’« une discipline essentiellement régulière dans les habitudes de vie imposées aux enfants ».

44Cette discipline qui s’oppose au plaisir personnel de l’enfant, s’impose avant tout dans son alimentation, tous les puériculteurs insistent sur l’espacement régulier des repas, règle qui ne souffre aucune exception. Certains invoquent « la bonne santé de l’enfant » ; d’autres se contentent de donner l’ordre : « dès la naissance il faut règler l’heure et le nombre des tétées de l’enfant ; ce point est extrêmement important » ; « donnez le sein à heures fixes ». D’autres encore avouent les vraies raisons : le dressage qui s’exprime par les « bonnes habitudes » et le refus du caprice. Le Dr. Georgette Labeaume écrit dans Maman : « Quelles que soient les heures adoptées, une grande régularité est nécessaire ; il ne faut sous aucun prétexte, prendre dans les bras ou bercer un enfant qui crie entre ses repas ou la nuit ; si l’on ne cède pas, bébé adopte très vite de bonnes habitudes et ne se réveille que peu avant les têtées ». Et le Dr. Dorlencourt précise dans la Revue Philanthropique de 1934 : « on y arrive vite (à la régularité) si on résiste à ses cris ; il n’y a pas d’inconvénient à laisser crier l’enfant quand ses cris sont dus au caprice ou à la gourmandise ». Gourmand à un mois, quel vilain défaut ! et quelle science médicale !

45Il ne faut pas donner à boire à bébé chaque fois qu’il crie et il faut le réveiller quand c’est l’heure de sa têtée. La doctoresse Houdré-Boursin souligne l’intérêt pour les parents de la régularité et du repos nocturne et se défend contre les contradicteurs ; « Les nourrissons non malades, élevés par une maman méthodique et ferme, acceptent sans difficulté cet horaire des tétées. La plupart du temps, si l’on prend soin de régler le bébé dès les premiers jours de la naissance, il ne pleure jamais ; quelquefois il faut supporter des cris nocturnes pendant une huitaine de jours mais c’est un maximum. A cette condition, si on ne cède jamais à ses cris, le nourrisson se résigne et les parents peuvent passer la nuit sans être réveillés par des hurlements. N’écoutez pas les personnes âgées, les amis ou voisins mal informés qui vous reprochent de « refuser la nourriture au bébé », qui vous menaceront de lui « causer une hernie » si vous le laissez crier. Votre enfant profitera régulièrement sans devenir un bébé soufflé, trop gras et accessible à toutes les maladies ; quant aux hernies, elles se produisent spécialement chez les petits rachitiques dont l’alimentation a été irrégulière ».

46Sur les horaires, le nombre de tétées et les rations, les points de vue divergent très légèrement. Le premier jour, le nourrisson ne reçoit rien ou un peu d’eau sucrée, et très rares sont ceux qui dénoncent les inconvénients de cette diète forcée. Puis il est conseillé, dans les années vingt, huit tétées toutes les 2 heures 30 pendant un mois (Desse Houdré-Boursin) ou trois mois (La Mère éducatrice) avec passage à sept puis six tétées toutes les trois heures, le repos nocturne s'allongeant ; l’enfant est pesé régulièrement, mais la Desse Houdré-Boursin souligne que le bon état du bébé est un critère tout aussi important que le respect des rations. Les puériculteurs des années trente proposent sept ou six tétées toutes les trois heures, la mère devant peser chaque jour son nourrisson pour se conformer aux rations prescrites. Sous l’impulsion du Dr. Marfan et surtout du Professeur Lereboullet, la mesure devient une nécessité et le tableau de rations un impératif. Maman publie des tableaux pour l’élevage au sein et l’alimentation au biberon ; bébé allaité artificiellement a droit à un biberon de nuit jusqu’au quatrième mois (Sauvons les mères et les Bébés) ou au sixième (Dr. Marfan). Le sevrage et l’introduction d’aliments non lactés doit se faire progressivement mais il semble qu’ils interviennent de plus en plus tôt : en 1930, Sauvons les mères et les Bébés propose de commencer à huit mois ; en 1931 Lereboullet introduit la première bouillie à 7 mois ; en 1937 le Dr. Paul Giraud dressant un bilan des régimes alors adoptés pour l’alimentation des enfants du premier âge dénonce le sevrage rapide à trois ou quatre mois et conseille de ne pas introduire de farine avant cinq ou six mois, les légumes et les fruits n’intervenant qu’au cours du deuxième semestre, et la viande après un an.

47Se nourrir ne peut être une partie de plaisir pour le bébé dont on n’a que faire du stade oral (la psychanalyse est très peu connue en France et la psychologie de l’enfant balbutiante). Tous les puériculteurs attribuent à la tétée ou la prise du biberon une plage horaire de dix à quinze minutes ; il n’est pas question que bébé s’amuse en mangeant ou prenne son temps. Toujours aussi prolixe, la Desse Houdré-Boursin précise ce double interdit du plaisir et de la tendresse pour la mère et l’enfant : « autant que possible, pendant la tétée, évitez que l’enfant soit distrait. Vous-même, la maman, ne lui parlez pas, ne caressez pas ses joues roses, ne chatouillez pas son corps dodu : la tétée est l’acte le plus sérieux de la vie du nourrisson, il faut qu’elle s’accomplisse dans un calme propice ». Pierre Robin de l’Hôpital des Enfants Malades défend, outre la supériorité alimentaire du lait maternel, l’intérêt physiologique du téter « pour le développement des maxillaires du nouveau-né et pour l'ampleur de la respiration », et un certain P. Desfosses ajoute son intérêt éminemment psychologique qui est l’apprentissage de l’effort : « au cas où une solution mixte intervient, on voit l’enfant lui-même prendre parti pour la solution paresseuse ; il s’habitue vite à recevoir sans se donner nulle peine la manne alimentaire ; il fait avec entêtement la grève du sein, s’entraînant par avance au rôle social de chômeur » ! Ce n’est pas une plaisanterie (c’est écrit en 1937 dans La Presse Médicale), peut-être l’effet d’une haine viscérale du Front populaire et de la classe ouvrière...

TABLEAU DES RATIONS MOYENNES POUR L’ÉLEVAGE AU SEIN Par le Docteur LEREBOULLET Professeur d’Hygiène et de clinique de la première enfance à la Faculté de Médecine de Paris

Age

Nombre de repas par 24 heures

Quantité de lait maternel par tétée

Quantité de lait maternel par 24 heures

1er jour

0

0 gr.

0 gr.

2ème jour

4

10 gr.

40 gr.

3ème jour

6

20 gr.

120 gr.

4ème jour

7

25 gr.

175 gr.

1 semaine

7

40 gr.

280 gr.

2 semaines

7

60 gr.

420 gr.

3 semaines

7

70 gr.

490 gr.

4 semaines

7

80 gr.

560 gr.

1 mois

7

85 gr.

595 gr.

2 mois

7

100 gr.

700 gr.

3 mois

7

110 gr.

770 gr.

4 mois

6

140 gr.

840 gr.

5 mois

6

145 gr.

870 gr.

6 mois

6

150 gr.

900 gr.

7 mois

5 tétées plus 1 bouillie

160 gr.

800 gr.

8 mois

4 tétées plus 2 bouillies

170 gr.

680 gr.

10 mois

3 tétées plus 2 bouillies

185 gr.

555 gr.

Maman, décembre 1931

  • 10 Dans l’apprentissage de la propreté qui intervient plus tardivement s’expriment aussi une très gra (...)

48De même la sucette est fermement déconseillée. « S’il crie, laissez-le crier ; surtout pas de sucette ! Ce n’est pas votre tranquillité mais sa santé qui est en jeu », écrit Sauvons les mères et les Bébés. Adolphe Pinard a fait voter le 6 avril 1910 l’interdiction de vendre et de fabriquer des sucettes en caoutchouc, mais la loi ne reçut pas de décrets d’application. La sucette, pas toujours propre, peut effectivement être facteur de maladies mais la préservation de la santé sert aussi d’alibi au refus du plaisir de succion. La mère d’un enfant qui pleure est en droit de vérifier qu’aucune épingle ne le pique, qu’il n’a pas froid et qu’il n’est pas mouillé, mais assurée de ces trois précautions, elle doit le laisser crier jusqu’à ce qu’il se discipline. Certains auteurs ne conseillent que six changes par jour (avec les tétées), la propreté du bébé étant assurée par une toilette minutieuse lors du bain quotidien, où les yeux, les oreilles et le nez ne doivent pas être oubliés. Propre, l’enfant est habillé en haut de trois brassières superposées : une chemise de toile fine, une brassière en flanelle et une autre en laine ou piqué et son ventre est bandé. Sur ces points, les conseils plus ou moins détaillés des puériculteurs s’accordent, mais pour l’habillement du bas s’opposent les partisans de la méthode française – l’emmaillotement – et ceux de la méthode anglaise. L’enfant emmailloté porte par dessus la couche pliée en triangle, un lange de coton et un lange de laine qui lui enserrent les jambes et entravent ses mouvements ; la méthode anglaise remplace les langes par une culotte. Le choix n’est pas neutre et traduit un plus ou moins grand libéralisme ; le Guide des Mères conseille l’emmaillotement pour les premiers mois, la culotte l’été mais dénigre la méthode américaine qui « n’est qu’une exagération de la méthode anglaise, vêtements très décolletés, bras et jambes nus, sous le prétexte d’endurcir les enfants »10.

49Ainsi la puériculture de l’entre-deux-guerres se caractérise par quelques thèmes dominants derrière le détail des pratiques : l'importance de la mesure et de la quantité, la rigidité de la temporalité, la restriction des contacts mère-enfant, le refus du plaisir de l’enfant, être à discipliner, et de la mère vouée au devoir de maternité.

***

L’aspect idéologique de la puériculture

50La puériculture se présente comme une science universelle et neutre et qualifie les avis non conformes de « préjugés néfastes », véhiculés par des personnes âgées ou des mères ignorantes. Seul le Dr. Paul Giraud, dans un article de synthèse à l’usage des médecins et des sages-femmes, s’interroge sur les préceptes alimentaires et reconnaît que les maîtres du XIXe siècle préconisaient des repas très fréquents et longtemps exclusivement lactés, que les directives nouvelles sur l'espacement des repas et le sevrage précoce sont importées des pays de langue allemande. Dans le Journal des Accoucheuses de juillet 1937, il conclut modestement sur des pratiques de compromis. Mais les médecins rigides doivent détruire l'influence des grand-mères, témoins gênants de préceptes anciens. De même au XIXe siècle, l’allaitement au sein n’était pas présenté comme une obligation.

51Un système d’idées qui est objet de controverses et dans lequel une vérité peut se transformer en son contraire n’est pas une science. C’est ce que montrent aussi deux ethnologues, Geneviève Delaisi de Parseval et Suzanne Lallemand dans un livre récent : L'art d’accommoder les bébés. Cent ans de recettes françaises de puériculture. Étudiant de nombreux ouvrages de puériculture du début du siècle à nos jours, elles constatent que le discours dont j’ai dégagé les caractères se maintient jusqu'aux années soixante pour se transformer alors en sottisier, avec le règne de la liberté de mouvement, de l'allaitement à la demande, de l’expression esthétique et affective de la maternité. Pour comprendre l’enjeu des préceptes médicaux, elles les soumettent à une lecture ethnologique, que permettent leur formation et une connaissance des sociétés africaines, et à une lecture psychanalytique ; elles peuvent alors conclure que la puériculture est à la fois un système de valeurs sociales, et un moyen que |a société se donne de conjurer ses angoisses face à l’enfant. Elle est une idéologie qui mystifie et contraint au nom de la prévention. Elle comporte toutefois un noyau dur de connaissances scientifiques indéniables dont le rôle sur la santé et le bien-être est évident : principe de stérilisation du lait, propreté corporelle par exemple.

52L’inscription de la puériculture dans la société apparaît nettement dans cette apostrophe de Devraigne à la Société scientifique d’Hygiène alimentaire le 3 février 1918 : « Guerre aux préjugés meurtriers d’enfants, guerre aux préjugés qui fabriquent les adultes tarés ; la France a besoin de beaucoup d'enfants solides pour avoir plus tard de vaillants pionniers qui lui permettront dans les grandes luttes pacifiques de l’avenir, de garder le premier rang où l’auront mise ses vaillants soldats ». La puériculture est un des axes de la médicalisation de la maternité dont je souhaite aborder maintenant les conséquences.

Notes

1 Les sources de ce rapide historique sont l’opus cité de C. Fouquet et Y. Knibielher et Devraigne. A la fin du XIXe siècle sont aussi créées grâce aux efforts de Pauline Kergomard les « écoles maternelles » dont le nom avoue la mission : « faire envahir la famille par l’école », éduquer les mères et les enfants.

2 Le Dr. Lesnes s’exprime dans la revue Maternité de février 1924, le Dr. Vinchon dans Maman de juin 1931.

3 Dans Prime éducation et morale de classe (Mouton, 1969), Luc Boltanski développe la thèse de la « mission civilisatrice » entreprise par les puériculteurs dans les classes populaires dès la fin du XIXe siècle. Il est par contre discutable de dénier toute autonomie aux savoirs populaires et de ne les considérer que comme des savoirs en retard sur la science de l’époque.

4 Le scénario se trouve dans 25 ans de puériculture et d’hygiène sociale ; « Comment je suis devenu scénariste » est raconté par Devraigne dans Puériculture sociale. Stérilité. Dénatalité.

5 Il est difficile d’imaginer à l’époque un titre du type « Parents ».

6 Les vaccinations sont encore très discutées dans l’opinion publique de l’entre-deux-guerres ; les médecins, dans l’ensemble, recommandent outre la variole, le B.C.G. (à absorber en trois reprises le 4e, 6e et 8e jour, une demi-heure avant la tétée dans une cuillère d’eau bouillie), et l’antidiphtérique (au cours de la 2e année). Il existe aussi un vaccin contre la typhoïde, mais le monde médical débat sur l’âge auquel il convient de vacciner.

7 Le rôle de la disparité chromosomique est connu. D’autre part, dans les années trente, certains parlent du rôle de l’acidité vaginale mais les conclusions sont souvent opposées. En 1938 J.L. Rochat affirme, après expérience sur la lapine et quelques essais chez la femme, que l’injection à la future mère de vitamines B donne une proportion élevée de mâles.

8 L’Association française des femmes médecins (née en 1921, dotée d’un bulletin trimestriel en 1929, elle ne comprend que quelques centaines de femmes, la faculté de médecine leur étant ouverte depuis 1875) marque ainsi sa raison d’être : outre la solidarité entre ses membres, « l’étude des questions, qui, touchant à la médecine peuvent gagner à être envisagées du point de vue féminin ».

9 Présentée pour la première fois le 15 février 1901, cette pièce met en scène, en la personne de Lazarette, le drame des femmes de la campagne qui abandonnent leurs bébés pour devenir nourrices à la ville où les mères bourgeoises refusent d’allaiter, et oppose le médecin de campagne qui voit mourir les enfants, à son confrère de la ville qui ne se sent pas le droit d’imposer à ses clientes « jolies, spirituelles et ambitieuses » une claustration.

10 Dans l’apprentissage de la propreté qui intervient plus tardivement s’expriment aussi une très grande rigidité et la volonté d’un dressage précoce.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search