Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Deuxième partie. La maternité médicalisée : l’institution maternité

La maternité médicalisée : L’institution maternité

Texte intégral

« La naissance d'un enfant n’est jamais entourée de trop de soins ».
G. Montreuil Strauss, Avant la Maternité

« C’est peut-être dans l’ordre des maternités que la France a fait le plus d’efforts et accompli les progrès les plus réels ».
Le Journal de la Femme, 1938, enquête sur l’assistance maternelle

1Traditionnellement, la maternité et l’accouchement sont une affaire de femmes et une aventure dangereuse tant pour la mère que pour l’enfant. En 1806 fut créée la chaire d’obstétrique, première chaire de spécialité médicale que Napoléon confia à Baudelocque. Les hommes éliminèrent progressivement les femmes des fonctions enseignantes mais, devant la pudeur des parturientes, leur laissèrent la pratique jusqu’en 1882, date de la création par l’Assistance Publique d’un corps de médecins accoucheurs. Ceux-ci s’imposent à la faveur de la révolution obstétricale qui touche la France après les découvertes pastoriennes et permet une forte réduction de la mortalité maternelle. Devant la baisse de la natalité française

  • 1 Compris entre 35 et 40 ‰ à la fin de l’Ancien Régime, le taux de natalité descend au-dessous de 25 (...)

21, certains proposent, par dessus les appels à la répression, de lutter contre la mortalité infantile, en organisant une véritable protection maternelle et infantile. Elle prend corps progressivement dans les trente à quarante années qui précèdent la Grande Guerre : lois nouvelles, de la loi Roussel de 1874 sur la protection des enfants du premier âge, à la loi Strauss de 1913, œuvres privées de protection des mères dans le besoin, et surtout structures nouvelles de médicalisation de la maternité et invention de la puériculture.

3Ainsi, comme l’écrivent Yvonne Knibiehler et Catherine Fouquet dans leur ouvrage de synthèse L’Histoire des Mères du moyen-âge à nos jours, « on voit renaître en force, à la fin du XIXe siècle, le même désir de protéger, d’éduquer, d’investir les mères, qui s’était déjà manifesté à la fin du XVIIIe siècle parmi les philosophes et les médecins; après Rousseau, ils avaient échoué, mais après Pasteur, ils vont réussir ».

4De ce mouvement de médicalisation de la maternité se détachent de fortes personnalités politiques et médicales comme Paul Strauss, ou Pierre Budin (1846-1907) qui, après ses voyages d’études sur le fonctionnement des maternités européennes, organise à la Charité la première consultation de nourrissons en 1892, avant de remplacer Tarnier comme accoucheur à la Maternité en 1898. Dans Maman de mai 1932, Marie-Thérèse Pierre Budin raconte que c’est aussi en demandant aux femmes des nouvelles de l’enfant qu’il avait mis au monde et en entendant souvent : « il est mort », qu’il eut l’idée de faire revenir les nourrissons toutes les semaines ; en 1900 son livre le Nourrisson révolutionne le monde médical et en 1909 Strauss crée la Fondation Pierre Budin qui accueille 150 enfants par semaine et donne des conseils pour la création d’une consultation. Citons aussi les médecins Dufour et Variot qui fondent les premières Gouttes de lait à Fécamp en 1894, à Belleville en 1896, et surtout Adolphe Pinard (1844-1934) qui, par sa communication sur la « puériculture intra-utérine » à l’Académie de médecine en 1895, est à l’origine des consultations pour femmes enceintes et fut toujours un militant actif pour la protection des femmes en couches et le développement de la puériculture.

5Ébauchée à la fin du XIXe siècle, la médicalisation de la maternité est accélérée par la guerre. L’appel à la main-d’œuvre féminine et la vie difficile des mères ouvrières posent avec acuité la contradiction travail-maternité (14), tandis que la recrudescence de la tuberculose et de la syphilis ajoute aux hécatombes du front une forte morbidité des adultes et des enfants. En réponse au cri d’alarme de Pinard, le sénateur P. Strauss termine une communication à l’Académie de médecine le 2 janvier 1917 par ces mots : « Eh bien Messieurs, c’est à nous, demain, pour l’après guerre, quand le déficit de la main-d’œuvre masculine sera encore plus considérable, plus émouvant et plus douloureux, à ne rien négliger pour que la femme qui nous apporte sa contribution précieuse et indispensable à la vitalité du pays soit de plus en plus protégée dans sa maternité et ménagée comme puissance de race ». Pour l’heure, la Croix Rouge américaine de l’Enfance qui arrive avec des crédits considérables et des méthodes rodées, montre aux Français ce qu’est une action intensive d’éducation des mères pour sauver les bébés : exposition à Lyon sur la santé de l’enfant, création de dispensaires, formation d’infirmières-visiteuses, spectacles divers.

6« Sauver la graine », expression employée par Pasteur à propos des vers à soie et reprise à propos des enfants devient une nécessité de l’entre-deux-guerres. Les Français s’y emploient avec leurs propres méthodes et plus ou moins de succès.

***

Notes

1 Compris entre 35 et 40 ‰ à la fin de l’Ancien Régime, le taux de natalité descend au-dessous de 25 après 1880, au-dessous de 20 ‰ vers 1910.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search