Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Première partie. Situations 1 et 2

Chapitre I. La maternité refusée

Texte intégral

« Quel est le grand devoir de la femme ? Enfanter, encore enfanter, toujours enfanter ! Que la femme se refuse à la maternité, qu’elle la limite, qu'elle la supprime, et la femme ne mérite plus ses droits ; la femme n'est plus rien ».
Dr. Doléris
Néo-malthusianisme. Maternité et féminisme. Education sexuelle, 1918

1Devoir des femmes, décadence féminine, le ton est donné et le problème posé. Approuvé ou critiqué, invoqué à l’appui d’une politique, le refus de la maternité est une donnée essentielle de l’entre-deux-guerres.

Une France Malthusienne

2« Il faut faire naître » titre en 1924 la revue de l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française. Cri d’alarme et programme d’action.

3De 1911 à 1918, malgré l’apport des Alsaciens-Lorrains (1,7 million), la population française n’a gagné que deux millions d’habitants, passant de 39,6 à 41,9 millions. Plus que la guerre qui a coûté la vie à deux millions de personnes, c’est la chute de la natalité qui explique cette stagnation. Déjà sensible dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la restriction des naissances s’accentue pendant l’entre-deux-guerres et particulièrement dans les années trente : le taux de natalité qui est de 21,4 ‰ en 1920 tombe à 18,3 en 1928 et à 14,6 ‰ en 1938. Comme la mortalité recule lentement, les naissances sont moins nombreuses que les décès à partir de 1935 et en 1938 le déficit atteint 35.000.

4Donnée plus significative, la fécondité des Françaises n’est plus à même d’assurer le renouvellement des générations : le taux net de reproduction (nombre de filles que 1.000 femmes mettent au monde et qui les remplacent à la génération suivante) est inférieur à 1.000 et connaît une baisse régulière : 950 en moyenne entre 1921 et 1925, 870 entre 1935 et 1937. Les Français refusent les familles nombreuses : au recensement de 1936, il n’y a pour 100 familles que 180 enfants survivants de tous âges et les familles d’au moins trois enfants ne représentent que le quart de la population contre le tiers en 1911. La France vieillit comme ses voisins européens mais leur situation est différente : Etats souvent plus peuplés, naissances plus nombreuses, mortalité moins élevée ; en 1922 par exemple, il est né 760.000 Français, 1.450.000 Allemands, 1.160.000 Italiens.

  • 1 Le mouvement familial a été étudié par René Talmy, Histoire du mouvement familial de 1896 à 1939, (...)

5Dans ce contexte, la question démographique prend de l’importance, la dénatalité devient un « fléau social », la maternité un enjeu sur lequel s’acharne le mouvement nataliste. A côté d’organismes officiels comme le Conseil supérieur de la natalité créé en 1920 au sein du Ministère de l’hygiène, de l’assistance, et de la prévoyance sociale, naissent ou s’épanouissent de nombreuses ligues, groupes de pression plus ou moins influents. Certaines, notamment « Pour la vie », se réfèrent à la doctrine chrétienne et développent des liens avec l’Eglise catholique ; d’autres reçoivent l’appui financier de riches entrepreneurs (Mrs. et Mmes. Michelin et Cognacq-Jay) ou le soutien de personnalités médicales souvent favorables à leurs thèses. Ces ligues militent soit pour une procréation généreuse, soit pour la défense de la famille nombreuse1. La plus influente est l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française, fondée en 1896 par le docteur et statisticien Jacques Bertillon et reconnue d’utilité publique en 1913. Son action multiforme, sa volonté de régir la société française sont vivement dénoncées par le mouvement malthusien dont le principal organe d’expression est La Grande Réforme de Jeanne et Eugène Humbert au sous-titre évocateur : « Culture individuelle, réforme sexuelle, transformation sociale ». L’entre-deux-guerres exacerbe, dans un conflit devenu très inégal, l’affrontement natalistes-malthusiens que connaissait déjà la Belle Époque.

L’affrontement natalistes-malthusiens2 ; deux thèses antagonistes pour un combat inégal

  • 2 L’affrontement natalistes-malthusiens est envisagé dans deux livres :
    Roger-Henri Guerrand, La libr (...)

6Pour les natalistes, la dénatalité signifie la guerre et la ruine de la France. « Sans enfant aujourd’hui, plus de France demain » annonce en 1924 une affiche tricolore de l’Alliance nationale. Cette prophétie devient plus virulente dans les années trente, quand la crise atteint la France, quand l’Allemagne revancharde porte Hitler au pouvoir et met en œuvre sa politique expansionniste. Elle s’accompagne de calculs prévisionnels alarmistes qui, en 1936, évaluent la population de 1985 à 29,5 ou 34 millions d’habitants.

7Comment faire naître ? L’Alliance nationale propose d’abord de restaurer un climat favorable à la natalité. Dans une France « anesthésiée par le virus individualiste » il faut développer « l’idée familiale » par une répression sévère contre toute atteinte à la vie, par la célébration des mères, par l’instauration du vote familial (chaque chef de famille ou membre du couple disposerait d’un nombre de voix proportionnel au nombre d’enfants). Plus originale est la demande de péréquation des ressources de la famille à ses charges ; si. « le grand profiteur du monde moderne » est le célibataire ou le sans-enfant, le niveau d’existence de la famille diminue avec sa taille car l’enfant coûte cher ; aussi est-il nécessaire de rétablir l’équilibre par la fiscalité et la distribution de substantielles allocations.

8Pour les malthusiens au contraire, la surpopulation est à l’origine de la misère et de la guerre. « Un peuple qui étouffe chez lui est obligatoirement, mécaniquement contraint à la guerre, à la conquête ». Les familles nombreuses sont misérables et une société prolifique interdit la fraternité sociale. Les malthusiens acceptent l’aide à la famille au nom de la justice mais ils s’insurgent «contre tout privilège abusif en faveur des familles nombreuses », notamment contre « le stupide vote familial faisant voter par l’intermédiaire des pères-lapins les enfants à la mamelle » ou contre les prix Cognacq-Jay qui récompensent la quantité au détriment de la qualité.

9« La famille nombreuse assure la gai té au foyer, la confiance entre les époux, la richesse le jour où les aînés atteignent l’âge du travail, la sécurité de la vieillesse, la fierté du devoir accompli ». Parée de toutes les qualités, la famille doit, selon l’Alliance nationale, comprendre au moins trois enfants et le rôle des Pouvoirs publics est de la favoriser.

10« Le néo-malthusianisme comporte deux branches essentielles, l’une négative ; la limitation des naissances par l’emploi judicieux des moyens anti-conceptionnels et la stérilisation, l’autre positive : la procréation consciente et l’eugénisme » écrit Eugène Humbert dans La Grande Réforme de mai 1933. A l’échelle individuelle il s’agit de ne faire des enfants qu’en « parfait état de santé physique et morale », dans les meilleures conditions économiques et dans un désir partagé. « Régénérateurs de l’espèce humaine », les néo-malthusiens veulent aussi débarrasser l’humanité « de ses scories et de ses indésirables » en empêchant par la stérilisation leur procréation. Élitistes, réclamant des individus une morale de vie très exigeante, ils s’inscrivent dans une perspective de révolution sociale.

Alliance Nationale, 1937. Écart séparant le niveau d’existence des familles
du niveau d’existence des sans-enfants. (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1937). Après le mal, le remède. Le dernier tract de l'Alliance Nationale

Alliance Nationale, 1937. Écart séparant le niveau d’existence des famillesdu niveau d’existence des sans-enfants. (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1937). Après le mal, le remède. Le dernier tract de l'Alliance Nationale

« A travail égal, salaire égal »
Ce qu’on appelle « l’égalité »...et ses résultats

« Les avorteurs, nous les aurons » (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1939)

« Les avorteurs, nous les aurons » (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1939)

(Extrait du «  Comment nous vaincrons la dénatalité  »).
LES AVORTEURS TUENT UN PETIT FRANÇAIS SUR TROIS. Ceux qui les protègent trahissent la France au profit de l’étranger. Quel châtiment méritent-ils ?

11Mais le mouvement malthusien et eugéniste de l’entre-deux-guerres n’est pas homogène. Les sélectionneurs intransigeants qui se réfèrent aux ouvrages de Charles Richet et du professeur Binet-Sanglé – La sélection humaine et Le haras humain – sont minoritaires et bien moins influents que les modérés, membres ou non de l’Association des Études Sexologiques comme le docteur Jean Dalsace et le sénateur Justin Godard ; leur doctrine est « moins le nombre que la qualité », une qualité qui doit s’obtenir non par la contrainte mais par la persuasion fondée sur l’éducation sexuelle. Presque synonyme d’hygiène sociale, cette forme d’eugénisme rejoint les préoccupations des hygiénistes, des obstétriciens et des puériculteurs qui luttent contre la syphilis et prétendent diriger dans son intégralité la fonction de reproduction. Ces derniers souhaitent cependant une croissance du taux de natalité.

12Il y a aussi ceux qui militent pour le birth-control et la libre maternité, comme Berthie Albrecht qui, de novembre 1933 à juin 1935, fait du Problème sexuel une tribune pour la libération des femmes en matière sexuelle. Tous trouvent un appui militant en la personne du romancier Victor Margueritte, auteur en 1927 de Ton corps est à toi, publication qui lui vaut d’être traduit en justice par l’Alliance nationale, comme il a été rayé des cadres de la Légion d’honneur pour celle de La Garçonne en 1922.

13Qu’il soit libertaire, libéral, féministe ou hygiéniste, le mouvement malthusien et eugéniste rencontre un faible écho pendant l’entre-deux-guerres. La loi « scélérate » de 1920 permet l’inculpation en dix ans de 666 personnes, Jeanne et Eugène Humbert sont poursuivis et emprisonnés. Cependant l’acquittement le 17 décembre 1927 de l’institutrice Henriette Alquier, inculpée pour avoir demandé dans un article la libre maternité et l’enseignement des procédés néo-malthusiens, montre la détermination de ses militants et ouvre une période plus clémente. La Grande Réforme paraît dès 1930 et Jeanne multiplie les conférences. Mais pas plus qu’un autre, le gouvernement Blum ne remet en cause la loi de 1920 et les eugénistes ne peuvent faire voter l’instauration d’un certificat prénuptial, même dans sa forme libérale de simple information du candidat au mariage.

14Par contre la période 1919-1939 est un temps fort de l’activité et de la puissance de l’Alliance nationale. Grâce à sa fougue et à de perpétuels appels à l’opinion publique, elle passe de 1.321 adhérents en janvier 1914 à 25.335 au 30 juin 1939. Son secrétaire général Fernand Boverat est vice-président du Conseil supérieur de la natalité ; il est invité à parler à l’Académie de médecine, aux congrès de la natalité, aux congrès internationaux de la population. Couronnement de sa carrière militante, il est nommé officier de la Légion d’honneur en août 1939.

15La dénonciation de l’inertie des gouvernements et des hommes politiques de la IIIème République, qu’ils soient de droite ou de gauche, est un thème constant de l’Alliance : « on se préoccupe plus de venir en aide aux vieillards qui sont des électeurs qu’aux enfants qui ne compteront pas au point de vue électoral tant que n’existera pas le vote familial ». Fascinée par l’efficacité démographique du régime nazi, elle ne peut accepter les stérilisations forcées. C’est finalement le régime de Vichy qui semble correspondre à ses aspirations politiques. Pourtant la IIIème République a satisfait quelques-unes de ses revendications, particulièrement au début des années vingt et à la fin des années trente, esquissant ainsi une politique familiale et nataliste.

La politique familiale et nataliste

  • 3 Elles sont répertoriées dans l'Annuaire de la famille nombreuse, publié par le Musée Social (plusi (...)

16Dans la France de la fin du XIXe siècle l’avortement est un crime mais la législation d’aide à la famille et de protection de la mère est très en retard sur celle des autres nations européennes. En contrepoint l’entre-deux-guerres apparaît comme une période riche en mesures législatives maniant répression et incitations3.

17Le crime d’avortement était pratiquement impuni au début du XXe siècle. Pour obtenir une répression plus efficace, les natalistes demandent sa correctionnalisation. Ils obtiennent d’abord le 31 juillet 1920 le vote d’une loi réprimant toute provocation directe ou indirecte à l’avortement et toute information sur la contraception ; tous les procédés contraceptifs à l’exception des préservatifs masculins disparaissent des pharmacies. Puis la loi du 27 mars 1923 modifie l’article 317 du Code pénal ; la réduction des peines (emprisonnement de un à cinq ans pour les avorteurs, de six mois à deux ans pour les avortées) permet son application par les tribunaux correctionnels.

18Lois scélérates pour les malthusiens qu’elles condamnent, lois de salut public pour les natalistes, elles sont plus efficaces pendant la décennie vingt que pendant les années trente où se diffuse la méthode Ogino-Knauss, où paraît La Grande Réforme, où ne semble pas régresser le nombre d’avortements clandestins. L’Alliance nationale lance alors une campagne énergique écoutée des dirigeants politiques ; le gouvernement Daladier met en place un « Haut Comité de la Population » et adopte le décret-loi du 29 juillet 1939 dit «Code de la Famille ». Prélude aux mesures de Vichy, il renforce les peines contre les avorteurs et les avortées (jusqu’à dix ans de prison), dote chaque brigade de police mobile d’une section spéciale chargée de pourchasser les coupables, permet aux médecins de signaler à la police une affaire d’avortement dont ils auraient connaissance, réglemente l’avortement thérapeutique et réalise un véritable encadrement de la grossesse (du diagnostic biologique à la Maison d’accouchement). Mais de nombreux articles concernent les allocations familiales obligatoirement versées aux salariés depuis 1932.

  • 4 Pour la décennie vingt, les salaires journaliers donnent à Paris un revenu annuel ouvrier de 9000  (...)

19Depuis longtemps l’initiative privée tentait de pallier les insuffisances officielles dans la protection des mères et l’aide aux familles. Nées avant la guerre les sociétés de charité maternelle, la Mutualité maternelle de Paris, des associations féminines poursuivent leur activité : distribution de secours et de primes, ouverture de consultations. Des industriels natalistes comme Michelin, persuadés que « pour se créer la famille nombreuse n’attend qu’une chose : la possibilité de vivre », agissent en précurseurs et distribuent des primes familiales progressives, attribuent des logements et des places en crèche. Les prix qui dotent les grandes familles se multiplient : il en existe au moins une cinquantaine dans les années trente, attribués au chef de famille prolifique, « le grand aventurier du siècle » ; les plus célèbres et les plus généreux sont les deux prix Cognacq-Jay accordant 25.000 francs à 90 familles de neuf enfants nés du même lit, et 10.000 francs à 100 jeunes ménages ayant cinq enfants légitimes4. Ils contribuent à créer un climat familial que les Pouvoirs publics soutiennent par la mise à l’honneur des mères.

  • 5 Il est encore visible dans un square fermé au public, ouvert seulement le jour de la fête des mère (...)

20La médaille de la famille française décernée à la mère est créée par décret au début de l’année 1920 ; elle est de bronze, d’argent ou de vermeil (dite médaille d’or) pour cinq, huit ou dix enfants. Si la célébration annuelle d’une fête des mères le dernier dimanche de mai est approuvée et recommandée par les Pouvoirs publics dès 1926, elle ne rencontre pas encore un grand écho national ; Paris lui donne un grand éclat en 1933 et 1935, par un déflié de 20.000 femmes de la Concorde à l’Etoile, et inaugure le 23 octobre 1938 le Monument aux Mères, érigé boulevard Kellermann5 sur le modèle du monument à la maternité de Berlin. Toutes ces mesures honorifiques ne coûtent pas cher et laissent indifférente une partie de la population qui souscrit plus volontiers à ces fortes paroles du Professeur J.L. Faure, médecin, chirurgien et gynécologue : « si l’Etat veut des enfants, il faut qu’il les paie ».

21L’entre-deux-guerres voit le passage de l’assistance aux femmes en couches à l’assurance-maternité et la naissance des allocations familiales. Le bénéfice de l’Assistance médicale gratuite, de l’allocation journalière de huit semaines (loi Strauss du 17 juin 1913 pour les salariées, loi du 12 décembre 1917 pour les autres), des primes d’allaitement relève de l’assistance car il ne concerne que les « nécessiteuses » et n’apporte qu’un faible revenu. Après de multiples débats qui soulignent l’argument démographique mais aussi les réticences tant patronales que médicales, la loi du 5 avril 1928, modifiée par celle du 30 avril 1930, crée les Assurances sociales pour les salariés. L’assurance-maternité accorde la prise en charge forfaitaire des frais de l’accouchement à toutes les familles assurées, le versement pendant douze semaines à la femme salariée d’une indemnité journalière égale à la moitié du salaire et celui d’allocations mensuelles d’allaitement. Comme les bénéficiaires sont les salariées en dessous d’un revenu-limite (30.000 francs annuels en 1938) et que la loi est mal appliquée, la part des naissances donnant lieu à des prestations est d’environ un tiers à. la veille de la deuxième guerre. Seules les « dames fonctionnaires » ont droit à un congé de maternité de deux mois à plein traitement.

Monument aux Mères Françaises (boulevard Kellermann – Paris 13ème) (cliché F. Thébaud)

Monument aux Mères Françaises (boulevard Kellermann – Paris 13ème) (cliché F. Thébaud)

22Les lois d’aide à la famille se sont succédé à la mesure de l’inquiétude devant la dépopulation : assistance aux familles nombreuses en 1913, primes départementales de natalité en 1920, encouragement national aux familles nombreuses en 1923, mais ces aides sont versées seulement à partir du troisième enfant aux familles à revenus bas. Le sursalaire familial qui va devenir les Allocations familiales est né d’initiatives patronales sans demande ouvrière ; il s’impose à toutes les entreprises par la loi du 11 mars 1932 et le nombre des allocataires ne cesse d’augmenter : moins d’un million en 1925, moins de deux en 1932 pour 5,4 à la veille le la guerre. Des décrets-lois de 1938 et le Code de la Famille étendent le système à toute la population, lui fixent un cadre réglementaire précis, suppriment l’allocation au premier enfant et créent l’allocation de mère au foyer. Ces allocations font de la France un pays pionnier mais elles ne réalisent pas la péréquation des ressources aux charges comme le dénonce l’Alliance nationale ou un militant comme Pierre Kula. L’allocation-logement prévue pour pallier la crise du logement considérée comme une cause de dénatalité n’est réalisée qu’en 1948. Pour certains médecins – Adolphe Pinard, Germaine Montreuil-Strauss... – l’essentiel serait d’envisager la maternité comme une fonction sociale et de lui assurer une dotation nationale : « la maternité doit être à la fois honorée et rémunérée par la nation ».

Les Françaises et la maternité

23L’idéologie dominante pendant l’entre-deux-guerres exige de la femme d’être une mère avant tout. Enfanter est un devoir («l’impôt du sang »), une nature (« l’instinct maternel »), une source de santé ; « il vaut mieux pour elle, dans un intérêt national bien compris, fabriquer des enfants que des fibromes » explique Adolphe Pinard. La jeune fille doit être préparée à ce devoir dans le respect de la virginité et la peur des maladies vénériennes ; mariée, mère légitime, il lui est demandé de rester au foyer, « condition primordiale d’un relèvement de la natalité et d’une lutte efficace contre la mortalité infantile et juvénile ». Une campagne pour le retour des femmes au foyer se développe, particulièrement vigoureuse dans les années trente avec la crise économique ; elle est menée par les milieux catholiques, l’Union féminine civique et sociale, les ligues natalistes et familiales, tandis que d’autres défendent avec moins de vigueur le droit au travail des femmes.

Extrait de P. Kula : Les allocations-logement ; le premier encouragement de la Mère au Foyer, c’est lui donner un Foyer, Paris, 1939

Extrait de P. Kula : Les allocations-logement ; le premier encouragement de la Mère au Foyer, c’est lui donner un Foyer, Paris, 1939

24Le féminisme des associations qui se regroupent dans le Conseil national des Femmes françaises parle aussi de nature féminine qui induit le rôle de mère pour toutes, les communistes volent « au secours de la famille » (titre d’articles de l'Humanité en novembre et décembre 1935) et demandent pour la mère et la femme des possibilités réelles de choix entre le foyer et le travail. Large consensus social sur la division sexuelle des rôles, tragique décalage avec la réalité.

25Toutes les femmes ne peuvent être mères ; outre les femmes stériles il y a celles (plus d’un million au lendemain de la première guerre mondiale) que le déséquilibre des sexes condamne au célibat ou aux amours illicites. Le travail est une nécessité pour beaucoup et 8,6 millions de femmes travaillent en 1921 ; 7,3 en 1936. Comme le souligne le Journal de la Femme, hebdomadaire féminin qui paraît à partir de 1932, il est hypocrite de glorifier la mère alors qu’« elle n’est rien dans la famille », mineure juridique sans puissance maternelle, et « rien dans la nation ». Si peu de femmes se sont exprimées publiquement sur leurs attitudes devant la maternité, beaucoup ont fait la grève des ventres.

26Néo-malthusianiste et féministe, Nelly Roussel (1878-1922) milite pour la libre maternité. En 1920 elle invite les femmes à la « grève des ventres » si les conditions nécessaires à la procréation (paix durable, respect du corps de la mère, aide à la maternité) ne sont pas remplies. Pour toutes les féministes radicales de l’entre-deux-guerres, la maternité doit être consciente, choisie par les femmes mais elles s’opposent sur sa signification. Pour la doctoresse Madeleine Pelletier (1874-1939), la maternité rend esclave, met la femme « en état d’infériorité tant au point de vue physique qu’au point de vue intellectuel », « fait de l’amour une véritable duperie ». Pour Madeleine Vennet (1878-1949), syndicaliste, fondatrice de la revue La Mère éducatrice et de la Ligue des femmes contre la guerre, elle est « l’apogée de l’individualité féminine » et une volupté. Raymonde Machard et ses collaboratrices du Journal de la Femme défendent la même conception et accusent l’homme et la société d’être responsable de la dénatalité ; les témoignages des lectrices invoquent la difficulté à faire vivre une famille nombreuse, le chômage, l’insécurité internationale, le mépris envers les « filles-mères » et les « batards ». Paroles de femmes dont il est difficile d’apprécier la représentativité mais dont nous voyons l’écho dans le comportement démographique de l’époque.

  • 6 La bibliothèque féministe Marguerite Durand (mairie du 5e arrondissement, Paris) possède des dossi (...)

27La propagande nataliste a un faible impact. Malgré les menaces et les exhortations, malgré la loi répressive de 1920, la contraception se pratique dans la France de l’entre-deux-guerres. Les « on se débrouillait », « on faisait attention » des témoignages recouvrent l’emploi du coït interrompu, de l’injection vaginale, plus rarement du préservatif masculin ou de la méthode Ogino dont l’efficacité ne tarde pas à être contestée. L’avortement clandestin aux statistiques bien évidemment imprécises reste le dernier recours ; les chiffres donnés varient de 150.000 à un million d’avortements par an, responsables de 20.000 à 60.000 décès ; il y a, au-delà, l’inégalité sociale, l’angoisse, la culpabilité et le châtiment : la mort, la maladie, la stérilité ou, fréquent, le curetage à vif à l’hôpital.6.

Notes

1 Le mouvement familial a été étudié par René Talmy, Histoire du mouvement familial de 1896 à 1939, Paris, 1962 (thèse en deux volumes).

2 L’affrontement natalistes-malthusiens est envisagé dans deux livres :
Roger-Henri Guerrand, La libre maternité, Castermann,1971.
Francis Ronsin, La grève des ventres, Aubier Montaigne, 1980.
Il est très instructif aussi de dépouiller la Revue de l’Alliance nationale et La Grande Réforme. Sauf précisions les citations du texte en sont extraites.

3 Elles sont répertoriées dans l'Annuaire de la famille nombreuse, publié par le Musée Social (plusieurs éditions dans les années trente) et rédigé par Fernand Boverat ainsi que dans l’ouvrage de Germaine Montreuil-Strauss, Avant la maternité, Paris, Stock, 1935.
Deux livres récents apportent beaucoup d’éléments sur l’histoire de la Sécurité sociale et des Allocations familiales : Henri Hatzfeld, Du Paupérisme à la Sécurité sociale, A. Colin, 1971 ; D. Ceccaldi, Histoire des prestations familiales en France.

4 Pour la décennie vingt, les salaires journaliers donnent à Paris un revenu annuel ouvrier de 9000 francs en 1921, de 16000 francs en 1930 puis ils stagnent comme le coût de la vie.

5 Il est encore visible dans un square fermé au public, ouvert seulement le jour de la fête des mères où le maire de Paris y dépose une gerbe.

6 La bibliothèque féministe Marguerite Durand (mairie du 5e arrondissement, Paris) possède des dossiers et de nombreux textes de Madeleine Pelletier, Madeleine Vemet, Nelly Roussel. La condition des femmes de l’entre-deux-guerres est envisagée par Huguette Bouchardeau, Pas d’histoire, les femmes..., Syros, 1977. L’Union nationale des Caisses d’allocations familiales a publié une brochure, résumé d’enquêtes, L’avortement et les moyens anticonceptionnels, Paris, Sefi, 1947.

Table des illustrations

Titre Alliance Nationale, 1937. Écart séparant le niveau d’existence des famillesdu niveau d’existence des sans-enfants. (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1937). Après le mal, le remède. Le dernier tract de l'Alliance Nationale
Légende « A travail égal, salaire égal »Ce qu’on appelle « l’égalité »...et ses résultats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre « Les avorteurs, nous les aurons » (in Revue de l’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1939)
Légende (Extrait du «  Comment nous vaincrons la dénatalité  »).LES AVORTEURS TUENT UN PETIT FRANÇAIS SUR TROIS. Ceux qui les protègent trahissent la France au profit de l’étranger. Quel châtiment méritent-ils ?
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Monument aux Mères Françaises (boulevard Kellermann – Paris 13ème) (cliché F. Thébaud)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Extrait de P. Kula : Les allocations-logement ; le premier encouragement de la Mère au Foyer, c’est lui donner un Foyer, Paris, 1939
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search