Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Introduction

Texte intégral

  • 1 Une vaste et passionnante synthèse est parue en 1981 : Catherine Fouquet et Yvonne Knibielher, His (...)

1L’histoire des femmes n’est plus un terrain inexploré : les travailleuses sont sorties de l’ombre, les luttes des féministes et leur expression littéraire commencent à être connues. Mais il est un domaine tout juste défriché : celui de la maternité1. Il fut longtemps considéré comme dénué d’intérêt et même d’histoire : la maternité est une fatalité biologique qui répète la même épreuve à chaque génération et lie les mères et les filles dans le destin commun des femmes, ou bien c’est une expérience trop individuelle pour donner lieu à une interprétation collective, ou bien encore, façon plus subtile de nier une histoire autonome, les conditions de la maternité ne sont que le reflet de l’état des sciences et des techniques médicales. Or c’est un grand moment de la vie des femmes, de toutes les femmes ; c’est l’expérience qui les singularise et qui ne peut être niée ni abolie. Qu’elle soit désirée, refusée, ou acceptée sans plaisir, la maternité est au centre de la condition féminine et le sort des mères traduit la place réelle des femmes dans la société. Tout comme le statut de l’enfant et le sentiment de l’enfant ne sont pas des données immuables mais historiquement déterminées, la maternité a une histoire. Faire surgir les éléments de cette histoire, c’est permettre sa réappropriation et mettre en perspective les multiples questionnements contemporains.

2Les prises de parole féminines sur l’accouchement, les critiques balbutiantes contre le pouvoir médical ou le fonctionnement des maternités sont à l’origine de cet ouvrage. Il s’est d’abord proposé de prendre comme objet de recherche les maternités parisiennes entre les-deux-guerres et particulièrement Baudelocque, l’établissement modèle de l’époque, reconstruit et réorganisé dans la décennie vingt. Mais très vite une monographie hospitalière m’est apparue très réductrice d’une réalité complexe et foisonnante. Le terme même de maternité a plusieurs sens et désigne à la fois un état : la qualité de mère, une action : celle de mettre au monde un enfant, un lieu : l’établissement hospitalier où s’effectuent les accouchements. L’ampleur du sujet appelait des choix.

  • 2 Outre les ouvrages cités dans le texte, les notes tiendront lieu de bibliographie. Les sources de (...)

3L’entre-deux-guerres s’impose comme une période bien individualisée entre deux conflits qui ont profondément bouleversé la société française. L’unité démographique sous le signe du malthusianisme est indéniable et cristallise une véritable obsession sociale autour de la maternité. C’est aussi une période où se développe à large échelle la médicalisation de la société française. C’est enfin celle où nos grand-mères ont donné la vie ; proches par l’affection et l’héritage qu’elles transmettent, lointaines par la spécificité de leur condition, elles sont souvent injustement considérées comme des victimes résignées d’un monde dur aux femmes. Leurs témoignages peuvent compléter des sources écrites par une majorité d’hommes2.

4L’espace considéré est la France tout entière. Même si les sources parlent plus de la ville que de la campagne, il est intéressant d’englober dans le champ d’étude toutes les Françaises et de faire apparaître un « modèle » rural et un « modèle » urbain. J’ai par contre volontairement négligé la qualité de mère comme fonction d’éducation, et la relation mère-enfant comme relation qui se développe durant toute la vie. Mon histoire de la maternité est une histoire de la mise au monde – ses conditions, son vécu – et de l’élevage du tout-petit.

5Cet ouvrage apparaîtra tantôt détaillé, tantôt allusif. Il voudrait être à la fois une contribution à l’histoire des femmes et à celle de la médecine dans sa lutte contre la mort des enfants.

Notes

1 Une vaste et passionnante synthèse est parue en 1981 : Catherine Fouquet et Yvonne Knibielher, Histoire des mères du Moyen Age à nos fours, Editions Montalba.

2 Outre les ouvrages cités dans le texte, les notes tiendront lieu de bibliographie. Les sources de ce travail présentent trois caractères : la faiblesse des archives à l’exception des registres des hôpitaux de Paris, la prédominance et le grand nombre des imprimés (publications officielles, particulièrement les recensements ; thèses de médecine ; manuels d’obstétrique et de puériculture ; ouvrages et articles d’auteurs ; journaux et revues), enfin l’intérêt de l’enquête orale (effectuée auprès d’une vingtaine de témoins) et de la recherche de vestiges matériels (bâtiments et monuments).

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search