Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

III. Pratiques de la ville

Politiques et choix culturels à Bordeaux depuis trente ans

Pierre Guillaume

Texte intégral

1Mon but n’est pas d’évoquer la vie culturelle bordelaise dans sa diversité, mais de dégager d’une part les conceptions différentes qui ont inspiré un certain nombre de choix successifs, d’autre part le rôle des acteurs de la politique culturelle locale, j’entends par là les pouvoirs publics et certains éléments dynamiques de la population, regroupés en associations. Sans nier les continuités, j’avancerai que chacune des trois décennies qui m’intéressent, a été marquée par une orientation spécifique ou un phénomène dominant. Les années cinquante seront ainsi vues comme celles du Mai de Bordeaux, les années soixante comme celles de SIGMA, les années soixante-dix enfin comme marquées par l’essor d’une vie associative qui sous-tend une animation culturelle nouvelle, et qui conduit à une redéfinition des attitudes des pouvoirs publics.

Le Mai de Bordeaux et les années cinquante

2Le premier Festival International de Bordeaux s’ouvre au Grand théâtre le 5 mai 1950, par la volonté de Jacques Chaban-Delmas, maire depuis trois ans d’une ville qu’il considérait comme écrasée par « une chape de plomb, faite d’habitudes, de routine, de situations acquises » (L’ardeur). Manifestation artistique, bien sûr, le Festival, qui allait devenir le Mai, était aussi un acte politique, comme Jacques Chaban-Delmas l’affirme clairement dans le journal Sud-Ouest (4 mai 1950) :

« Chacun des habitants de l’agglomération bordelaise, même s’il n’en a pas conscience aujourd’hui, même si ses goûts et ses moyens le détournent de manifestations de cette sorte, doit se persuader qu’il est intéressé personnellement à leur réussite, d’une manière indirecte, voire indéfinissable, mais certaine.
La cause bordelaise exige qu’au succès artistique s’ajoute dans l’esprit de nos hôtes, étrangers ou compatriotes, un véritable succès de séduction et d’enchantement.

... Je demande aux habitants de l’agglomération bordelaise de faire en sorte qu’à la beauté léguée par le passé, s’ajoute la grâce d’un sourire et le charme indéfinissable mais puissant d’une cité accueillante, claire et, pour tout dire, bien tenue... ».

3Il s’agit donc pour un jeune maire, dont on connaît déjà l’impatience, de tirer la ville de sa torpeur, et de changer son image de marque.

4Tennisman à Primerose, rugbyman à Bègles, Jacques Chaban-Delmas doit ses succès bordelais tout autant à sa rapide popularité dans les milieux modestes qu’à l’appui des fameux Chartrons. Les choix faits par le maire de Bordeaux sont réponse à cette double faveur. En 1950, le Grand Théâtre accueille le Grand Ballet du Marquis de Cuevas, Alfred Cortot et Yudi Menuhin. La cathédrale Saint André s’ouvre à l’organiste Marcel Dupré, l’église Notre-Dame à l’Orfeon Donastiarra, et Château Margaux au quatuor Loewenguth. Par le choix des lieux, tout comme par celui des œuvres et de leurs interprètes, on se situe dans la grande tradition de Bordeaux, ville beaucoup plus ouverte, depuis le XIXe siècle, à la musique et à la danse qu’au théâtre. Mais, pour autant, on a garde d’oublier le bon peuple. Pendant les dix jours du festival, les principaux monuments sont illuminés et, le dernier jour, un grand spectacle folklorique gratuit est offert à tous au Jardin Public.

5Le Festival International atteint-il d’emblée ses objectifs ? Jacques Chaban-Delmas bien sûr le proclame et Sud-Ouest, qui n’est pas encore vraiment acquis au maire, écrit le 27 mai :

« La population bordelaise a accueilli avec satisfaction les améliorations apportées à l’éclairage de la ville et, pendant la durée du Festival, l’illumination des monuments et jardins, mettant particulièrement en valeur leur réelle beauté, en a fait des points de promenade très fréquentés. Les étrangers à la ville, venus pour la musique et pour la danse, n’ont pas manqué, eux aussi, de découvrir la cité... Le Festival a bien servi la cause bordelaise... ».

6A l’extérieur, si l’on en croit le chroniqueur du Monde, René Dumesnil, l’entreprise fait quelque peu sourire, au moins dans des milieux parisiens très condescendants, peu acquis encore, semble-t-il, à l’idée d’une quelconque opportunité de la décentralisation artistique. On lit en effet (Le Monde, 9 mai 1950) :

« Ne fut-ce que pour montrer, comme une coquette ses bijoux, le magnifique théâtre dont la dota l’architecte Louis, on comprendrait déjà que la ville de Bordeaux ait voulu son festival, à l’instar de Strasbourg et d’une dizaine d’autres cités françaises... Bordeaux, au moins, a créé un opéra... mais on aurait aimé que la capitale de la Guyenne songeat aussi à faire entendre des ouvrages de musiciens du Sud-Ouest ».

7En d’autres termes, suggère ce bref écho, de quoi se mêlent ces bouseux des quatre coins de France... ? Ne pourraient-ils avoir, pour le moins, la décence de se cantonner dans un art local, plutôt que de prétendre accéder à la Culture Internationale ?

8Ainsi, à sa naissance, en 1950, le Festival International de Bordeaux s’inscrit-il dans une tradition locale élitiste de la culture, teintée d’un populisme qui n’est pas non plus novateur car, dès le XIXe siècle, le Grand Théâtre avait ses matinées populaires à tarif réduit. Il s’inscrit dans cette première vague des festivals de province, qui est une contestation nouvelle du monopole parisien.

9Au cours des âges, le Mai de Bordeaux s’est diversifié. Dès 1951, il est l’occasion d’une exposition de peinture à la Galerie des Beaux Arts, et il s’ouvre au théâtre avec le Grenier de Toulouse. Il fera venir, dans les années suivantes, la Compagnie Jean Louis Barrault-Madeleine Renaud, le T.N.P., la Comédie Française. En 1962, il voit débuter le Centre Régional d’Art Dramatique qui devient, en 1968, la Compagnie Dramatique d’Aquitaine. A travers cette diversification, le Mai ouvre Bordeaux à toutes les formes classiques de la production culturelle de haute qualité. Tel est son mérite mais telles sont aussi ses limites, et celles-ci sont soulignées à plusieurs reprises, notamment en 1956, année d’essouflement manifeste. Sud-Ouest écrit alors (22 mai 1956) : « Bordeaux doit dominer son festival et non pas le subir ». L’auteur entend par là que Bordeaux devrait être lieu de création culturelle spécifique, traduisant l’identité locale. L’intrusion au Grand Théâtre, le 23 mai 1968, de chevelus venus du lointain campus, est une dénonciation aussi folklorique qu’éclatante du caractère bourgeois de la culture promue par le Mai.

10Les années soixante-dix ont vu les organisateurs du Mai de Bordeaux faire effort pour répondre aux critiques. La Compagnie Dramatique d'Aquitaine y a désormais sa place assurée, mais ses créations n’apparaissent pas comme fondamentalement originales ; il en va de même pour l’orchestre d’Aquitaine, dirigé par Roberto Benzi. Le Mai a, par ailleurs, éclaté géographiquement pour toucher, en 1977, vingt-quatre lieux différents, usant à l’occasion du Palais des Sports, des Entrepôts Laîné et même d’un amphithéâtre du campus universitaire, touchant la banlieue et même des localités éloignées comme Fronsac ou Guitres. En 1973 sont proposées des « rencontres avec le jeune Théâtre », qui font sa place, en 1975, au Café-Théâtre, et en 1977, au théâtre féminin. En 1973 également, est présentée la première exposition d’arts plastiques contemporains. Le Mai court ainsi quelque peu après des modes post soixante-huitardes, alors que son ouverture la plus intéressante est, depuis 1974, la « connaissance des jeunes solistes », qui donne leur première chance à des interprètes en quête de consécration.

11Après trente ans, le Mai de Bordeaux semble ainsi désacralisé. En fait, le public n’en retient guère que ce qui est conforme à sa tradition trentenaire. Le reste n’est que péripéties périphériques, dont l’importance a d’ailleurs été limitée après 1977. Le Mai de Bordeaux, tel qu’il est perçu par les Bordelais, reste un festival de danse et de musique classiques, attaché à des lieux prestigieux auquel ne s’associent que très artificiellement les manifestations connexes. Dans cette perspective, le Mai est, incontestablement, une pièce maîtresse du patrimoine culturel de la ville.

SIGMA et les années soixante

12S’il est relativement facile de dire ce qu’est le Mai de Bordeaux, si l'on voit sans peine à quelles conceptions très traditionnelles de l’action culturelle a répondu sa création, il est, par contre, impossible de définir simplement SIGMA né également avec la bénédiction de la municipalité.

13C’est en 1965 que commence l’aventure. Il s’agit, dit son principal animateur R. Lafosse, « simplement d'une tentative pour faciliter l’échange entre les hommes, les idées et les œuvres. » Robert Escarpit, l’un des pères spirituels de SIGMA, qu’il considère d’ailleurs depuis comme un enfant illégitime, y voit une occasion de contact entre le public et les créateurs, fécondante pour ceux-ci. Bordeaux doit à SIGMA la venue de spectacles et d’artistes mondialement connus, tels Stockhausen, Miles Davis, ou le Living Theatre, et quelques expériences très hardies telle, en 1974, l’exposition Art et ordinateur. Par ces grands spectacles, SIGMA a largement contribué à l’animation culturelle de Bordeaux, en touchant un public tout différent de celui du Mai, fort difficile à définir au demeurant.

14SIGMA a-t-il répondu à l’attente de ses fondateurs ? Certes, Robert Escarpit proclame avec optimisme, en 1966, « action d’avant-garde ou opération de masse ? le style de SIGMA tient de l’une et de l'autre », et un autre animateur déclare : « mieux qu’un dialogue, nous avons vu commencer une conversation ». De fait, il n’est pas si simple de voiler les contradictions et SIGMA parait avoir constamment oscillé de la chapelle avant-gardiste au spectacle de masse, souvent assez banal dans sa modernité systématique. Avec d’autres matériaux culturels, SIGMA n’a peut-être pas joué un rôle très différent de celui du Mai : amener à Bordeaux les produits d’une culture très largement internationale. C’est ce qui lui fut également reproché en 1968.

15Dans la ville, SIGMA a été, pendant quelques années, l’occasion d’une réelle effervescence, que Le Monde dépeint en ces termes (21 novembre 1965) :

« Les cris, les bousculades, les altercations, les coups sans blessure, les sifflets, les crachats, les applaudissements et les huées de toutes sortes, (les deux injures les plus entendues ayant été tarés et bordelais).

16ce qui appelle en commentaire :

« Maintenant que le bruit et la fureur sont retombés, il reste à tirer l'enseignement de cette manifestation qui, pendant une semaine, s’abat comme un cyclone sur une ville comme Bordeaux, si guindée, si endormie, si traditionnellement bourgeoise. Au-delà des excès et des provocations, il est certain que quelque chose a changé à Bordeaux ».

17Cette agitation, mal perçue par certains milieux bordelais, – un conseiller municipal aurait déclaré : « j’ai voté le budget, j'ai voté les 25 millions qui vont permettre à SIGMA de se goberger et de faire des horreurs, je l'ai voté, et comme Ponce-Pilate, je n'ai pas voulu cela » – amène Jacques Chaban-Delmas à prendre ses distances dès 1967, puis à essayer, en 1973, avec Octobre à Bordeaux, qui voit Jean Louis Barrault créer Harold et Maud, de susciter une contre animation de meilleur ton.

18A la fin des années soixante, Bordeaux, renouant avec une tradition d’ouverture, bien oubliée depuis un siècle, est une ville largement ouverte à la culture internationale classique et moderne, mais 1968 révèle que sa population n’est pas étroitement associée à cet éveil. Bordeaux est restée étrangère à la décentralisation théâtrale des années cinquante, et le C.D.A., tard venu, n'aura jamais la réputation d’un Grenier de Toulouse ou d’un Théâtre de Villeurbanne, et ne suscitera jamais, localement, cette fidélité fervente qui soutenait, chez elle, la Comédie de Saint-Étienne. Bordeaux ignore aussi les Maisons de la Culture, voulues par André Malraux. Bordeaux ne s’est donc pas donné les moyens de la création.

L'essor associatif et les années soixante-dix

19Sur une inspiration qui doit incontestablement beaucoup à Mai 1968, l’agglomération bordelaise voit fleurir les associations culturelles dont 50 %, en 1980, ont moins de dix ans d’âge. En même temps, l’agglomération bordelaise vit une redéfinition de son espace culturel. Les Entrepôts Laîné, à partir de 1974, le Conservatoire National de Région, depuis 1979, font, dans la ville même, contrepoids au Grand Théâtre. En banlieue, le Centre Culturel de Saint-Médard en Jalles, ouvre ses portes en 1970, à 14 km de la place Gambetta, et le Groupe de Recherche et d’Animation Musicale fait du domaine universitaire de Talence un pôle d’attraction culturel. Certaines communes de banlieue, et notamment celles de Cenon et plus encore de Mérignac, avec leurs municipalités socialistes, fondent des Offices socio-culturels. Celui de Mérignac, regroupant dix-sept associations, anime quatorze maisons de quartier.

20Bordeaux a vu se multiplier des troupes de théâtre ou de café-théâtre. En 1976, 21 troupes constituent l’Association Culturelle et Théâtrale d’Aquitaine, dont elles font leur porte-parole commun auprès des pouvoirs publics. Aidée par ceux-ci, l’ACTA met à leur disposition une salle, le Germinal. Toutefois, en septembre 1981, l’ACTA, alors présidée par un professeur d’Université, a prononcé sa dissolution, par souci de ne pas faire écran entre un nouveau pouvoir régional en gestation, que l’on suppose bien disposé à l’égard de la création, et les créateurs.

21Une enquête sur la clientèle du Centre Culturel de Saint-Médard en Jalles, montre la diversité d’un public souvent atteint par l’intermédiaire des comités d’entreprise. Il se recrute largement parmi les enfants d’âge scolaire, la main-d'œuvre et l’encadrement des industries de pointe de l’aérospatiale, et parmi les épouses de ces travailleurs en majorité hautement qualifiés. Il y a là une vie culturelle largement autonome par rapport à celle du centre de Bordeaux et de la population bordelaise traditionnelle.

22En 1975, en signant la Charte Culturelle de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas a pris acte de ce renouveau culturel et a affirmé l’intérêt de la municipalité. Cette charte a eu notamment pour effet une consécration officielle de SIGMA, la construction du Conservatoire de Région, et la restauration des Entrepôts Laîné.

***

23En 1981, il est évident que la « consommation » culturelle bordelaise, quand elle n’est pas satisfaite, comme ailleurs, par le cinéma et la télévision, échappe très largement à l’influence des pouvoirs publics. Le Mai ronronne, SIGMA semble s’essouffler. Il existe de multiples troupes ou formations musicales et chorales désireuses de participer aux animations de quartier, notamment dans le secteur sauvegardé, mais aussi dans les salles et sur les places de banlieue. Il est tout sauf évident qu’elles aient un auditoire assuré, ce dont sont parfaitement conscients les animateurs qui qualifient volontiers le public d’« amorphe », de « versatile », d’« inerte ». Ce public, lorsqu’il est atteint, ne distingue plus guère ce qui relève du Mai, de SIGMA ou des initiatives diverses, et le mélange des genres semble bien être un trait dominant d’une évolution allant peut-être ainsi dans le sens d’une démocratisation de la culture. Enfin, par l’audience qu’elle offre à la culture internationale, comme par les créations qui y voient le jour, Bordeaux n’apparaît en rien comme une ville occitane. L’Occitanie est peut-être une réalité culturelle sur certains points de l’hinterland aquitain, la ville de Bordeaux reste ce qu’elle est depuis bien des siècles : une ouverture sur la culture la plus largement internationale.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search