Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

III. Pratiques de la ville

Identité individuelle et sociabilité de quartier à Turin entre-les-deux-guerres

Maurizio Gribaudi

Texte intégral

1Devant un thème aussi vaste que celui que cette table ronde propose, on peut se poser des milliers de questions. Il serait même difficile d’en faire ne serait-ce que la liste. Pour ma part, je voudrais en revanche proposer quelques-uns des problèmes qui se sont présentés au cours de mes recherches sur la vie sociale dans les quartiers ouvriers d’une ville industrielle au cours des cinquante premières années de ce siècle. On le sait, c’est un thème qui a suscité l’intérêt croissant de l’histoire sociale et qui a vu se rejoindre des recherches tant de ceux qui étudiaient la ville en tant que conglomérat et recherchaient un terrain d’analyse plus maniable dans sa dimension, que de ceux qui étudiaient les mouvements ouvriers et tentaient, en observant le tissu social du quartier, d’approfondir la connaissance de l’identité ouvrière vue jusqu’à présent uniquement à partir du profil politique ou du point de vue du travail et de l’économie. Le résultat en a été la naissance et le développement considérable d’une littérature où l’on gaspille des termes tels que « culture de quartier », « culture ouvrière », « identité de quartier », etc..., pour refléter une conception dans laquelle l’espace et la vie sociale se retrouvent confondus souvent par le biais de l’opposition – que l’on n’explicite ni n’explique jamais complètement – à un « autre espace », une « autre culture », « d’autres classes sociales » (autres que la classe ouvrière).

  • 1 Cf. R. ROBERTS, The classic slum ; Salford life in the first quarter of the century, Manchester Un (...)

2Cependant, des livres, classiques désormais, comme The classic slum de Roberts, ou Outcast London, de Stedman Jones, ont déjà montré, bien que d’une autre manière et avec des données différentes, comment, par-delà une uniformité et une identité apparente, le panorama social de ces quartiers est composé d’un tissu dans lequel les cohésions révèlent des différences extrêmes dans leurs maillons connectifs, dans les comportements et dans les aspirations des individus, dans les structures des rapports, dans la façon d’habiter l’espace1. C’est d’ailleurs ce que révèle également l’expérience de ceux qui, tout comme moi, ont travaillé longtemps dans ce milieu de recherche, et, après avoir honnêtement pensé pouvoir distinguer un quartier, sa culture, un comportement social typique, et un code qui l’exprime, ont dû admettre, face à l’aspect contradictoire indéniable des données, que ces milieux présentent une complexité plus grande, et ceci non seulement dans le tissu urbain, entendu dans un sens général.

3Il est vrai, en effet, que si nous analysons les comportements sociaux d’un quartier à nette prédominance ouvrière, tels que les sources fournies par les archives, la presse ou des témoignages oraux peuvent nous les restituer, il nous semble possible d’établir une moyenne de ces comportements. De plus, il nous apparaît « évident » que des faits, des anecdotes, et des mythologies recréent ce que nous enregistrons rapidement comme culture locale, identité ouvrière, code d’un groupe social... (les définitions varient en fonction du profil de l’enquête). Mais il est également vrai qu’en agissant ainsi, nous nions la contradiction – toujours présente, et dont nous nous sommes nous-mêmes rendus compte – entre les comportements observés et la prétendue culture locale. C’est alors que nous construisons les grilles structurelles, qui savamment appliquées à nos données, nous serviront pour définir par le terme expéditif de « déviant » ce qui ne reflète pas une moyenne de comportements qui était descriptive au départ et est devenue automatiquement normative. Naturellement, ces exagérations peuvent être plus ou moins grandes ; elles peuvent forcer la réalité et invalider notre possibilité de compréhension des phénomènes sociaux dans une mesure plus ou moins drastique. Mais la première question que j’ai jugé bon de me poser – et ensuite de soumettre à cette discussion – est la suivante : ne vaut-il pas mieux tenter de renverser les données du problème pour arriver ensuite, dans un deuxième temps – et seulement dans le cas où le bien-fondé en serait démontré – à utiliser, de façon descriptive et non normative, des termes tels que culture ouvrière, culture de quartier, etc... ? D y a, en effet, deux contradictions de base dans les recherches de ceux qui parviennent à des généralisations de ce genre. La première consiste à définir a priori les limites d’un ensemble, précisément le quartier, qui, théoriquement, doit être défini au terme du parcours analytique. La seconde consiste à sous-estimer la micro-dynamique des processus sociaux. En effet, si nous observons temporellement les milieux, les groupes, les formes de rapports... nous remarquons que dans chacun de ces groupements, convergent des déterminations individuelles dont les contenus sont extrêmement différents les uns des autres. L’histoire, tout comme les aspirations de chacun trouvent une réponse plus ou moins partielle dans les groupes – qu’ils soient formels ou informels – et ce sont précisément les attentes individuelles, celles que les thèmes de regroupement laissent à découvert, qui expliquent les extériorités, les éloignements, ou les désagrégations. Et c’est peut-être cette complexité des déterminations qu’on rencontre dans un milieu social qui est la seule qui vaille la peine d’être analysée pour parvenir, à travers elle, à construire un modèle de comportements sociaux, en particulier urbains.

  • 2 Commencée depuis plus de trois ans sur les thèmes des dynamiques sociales observées dans le quarti (...)

4C’est à l’intérieur de ce cadre, ou plutôt de ces tensions, que j’ai tracé les lignes d’une vaste recherche qui, après avoir démarré sur les thèmes que j’expose ici, s’est élargie par la suite, et est encore en phase de développement2. Le quartier auquel j’ai fait référence jusqu’à présent, est le quartier de Borgo San Paolo, à Turin. Borgo San Paolo, situé à l’intérieur d’une ville qui commence à s’étendre avec l’industrialisation, liée surtout au secteur mécanique et automobile, constitue le point culminant du phénomène. De 1904 à 1920, une grande partie des industries naissantes à Turin s’implantent dans ce quartier, en profitant du fait que, à cette époque, il se trouve encore à l’extérieur de la zone urbaine contrôlée par l’octroi. On y assiste parallèlement à une importante poussée démographique, qui voit la population passer, dans les années 1901, 1911, 1921, de 3.000 à 4.476 habitants jusqu’à atteindre (au recensement de 1921) 21.941 habitants. Une des caractéristiques sur laquelle insistent aussi bien les personnes âgées du quartier, dans leurs souvenirs, que l’hagiographie locale, est liée à la séparation physique du reste de la ville, dans laquelle se trouve le quartier durant les premières années du siècle. Le fossé du vieux mur d’octroi, tout comme le tracé ferroviaire, délimite un monde qui naît, grandit, et s’organise dans un espace où la ville semble lointaine. Un sentiment d’identité indéniable – mais je reviendrai plus loin sur sa signification qui est loin d’être univoque – se développe donc, dans les années qui entourent la première guerre mondiale, tout autour des thèmes de l’opposition au reste du monde et à la ville elle-même. Simultanément, le nombre d’inscriptions aux partis de gauche – et en particulier au parti socialiste – le plus élevé de la ville, joint à une effervescence politique, qui s’exprime, au moment le plus intense, dans la révolte pour le pain, en août 1917, contribuent à caractériser ce bourg, cher à Gramsci et au parti communiste qui vient de naître, comme le « Bourg rouge » de la ville.

  • 3 Pour une définition plus spécifique du quartier, cf. Torino tra le due guerre : cultura operaia e (...)

5C’est dans une situation sociale de ce genre3 que survient le fascisme ; c’est alors que commence une période qui n’a jamais été suffisamment expliquée par l’historiographie italienne, et dans laquelle il semble difficile de distinguer l’élément statique de repliement des avant-gardes locales, ou même de la désagrégation sociale et culturelle. Ce qui est clair, c’est que de toutes façons, la situation sociale du deuxième après-guerre apparaît bien éloignée de celle de la période « héroïque ». Cette fois-ci, non seulement l’identité du quartier n’est qu’un élément mythique pur, mais de plus, le panorama des comportements et des tensions individuelles est profondément modifié. C’est donc un problème fascinant, qui rend, à mon avis, nécessaire la redéfinition de tout ce qui a été jusqu’à présent donné pour sûr à propos de ce quartier et de son histoire, et plus généralement à propos du problème des processus sociaux dans leur rapport entre mécanisme local et mécanisme national.

6J’ai donc choisi de reconstruire dans la mesure du possible, les parcours de la vie sociale d’un groupe d’habitants d'un quartier qui fait lui aussi partie (bien que situé à sa périphérie) du grand Bourg San Paolo. Les sources qui sont à la base de cette première phase de mon travail, ont été presque exclusivement orales. Je suis en effet parvenu à entrer en contact avec un groupe de personnes âgées qui, étant toutes nées entre 1905 et 1910, avaient formé en 1924, à l’intérieur du quartier, une bande d'amis qui a duré, avec des hauts et des bas, jusqu’en 1930-35. Or, à partir d’entretiens répétés, individuels et collectifs, pratiqués aussi bien librement qu’avec l’aide de questionnaires plus précis, j’ai tenté de reconstruire, même au-delà du groupe, les mouvements de chacun et également ceux de la génération précédente, c’est-à-dire des pères des personnes interrogées. Ceci m’a permis d’observer deux générations critiques par rapport au mouvement historique. En effet, la première génération observée, (celle des pères) est adulte, et donc active, dans la période comprise entre 1900 et 1930 et a par conséquent vécu le milieu social de la période héroïque du Bourg. La deuxième génération entre dans l’adolescence précisément quand le phénomène fasciste commence, et atteindra la majorité quand le régime aura vingt ans.

1 – Voici donc, schématiquement, ce qui ressort de l’analyse des récits de ces deux générations.

  • 4 A propos des implications d’une dynamique de superposition des rôles, cf. R. FRANKENBERG, Communit (...)

7La première génération présente un gros pourcentage d’émigrés de la campagne turinoise. Une première analyse révèle que leur vie sociale semble reparcourir les formes et les modalités qu’une étude classique a l’habitude d’évoquer à propos de la famille ouvrière du début du siècle. La structure sociale portante de ce milieu est en effet la famille. La famille en tant que ressource économique, affective, et en tant que source de relations. Le réseau de relations féminines, qui a pour centre la mère, a une fonction de soutien et d’aide, en cas de crise, mais également de communication et de contrôle sur le rôle et l’identité des enfants de tous les membres du réseau. C’est en ce sens que, bien que rigide, le rôle de la mère est interchangeable à l’intérieur du réseau. Le réseau de relations qui a à sa tête le père est nettement détaché, tant temporellement que physiquement. Certains parents de ce groupe d’amis sont ouvriers dans les chemins de fer (au centre de la ville et dans un quartier proche), d’autres, ouvriers également, travaillent dans les usines du Bourg. Chacun est donc à la tête d’un réseau de relations qui est composé de camarades de travail ; réseau qui (parce que beaucoup de collègues habitent dans le même quartier et les cheminots habitent dans un lotissement) se superpose souvent à un réseau d’amitiés territoriales dont le centre est le bar du quartier. C’est là que, surtout les jours fériés, on se retrouve pour jouer aux cartes et pour parler politique. Il existe en outre un réseau de relations dont les contenus de communication sont liés au phénomène du deuxième travail. En effet, dans les heures que le travail principal laisse libres, tout le monde exerce une seconde activité artisanale, qui peut être la culture d’un potager, la menuiserie ou la cordonnerie. Mais ce qui est plus intéressant, c’est que le produit de cette activité secondaire n’est presque jamais vendu ; il est en revanche échangé contre d’autres produits d’un genre différent, mais de même nature. Chaque individu est donc ainsi impliqué dans un cycle d’échanges qui, étant rarement basé sur l’argent, contribue à cimenter et à imposer la réitération d’un rapport de transactions entre les individus concernés. Ces dynamiques sont telles que bien souvent il se produit une superposition de réseaux et donc de rôles entre les individus qui partagent une relation. Il n’est pas rare que deux individus soient en même temps camarades de travail, camarades de détente, locataires du même immeuble, et qu’ils se rendent mutuellement des services. Je ne veux pas m’attarder sur ce point mais il est certain que le fait de remplir en même temps des rôles sociaux différents et ce, dans le même milieu, contribue à l’accroissement de l’aspect normatif et également du contrôle social dans le groupe. Chacun, à chaque moment de la journée et dans chaque rôle qu’il remplit publiquement, est en effet sous le contrôle direct de la communauté et ce qui garantit le maintien de l’équilibre de ce mécanisme délicat, c’est que les tensions sont étouffées par des normes de relation précises qui établissent avec exactitude le rôle de chacun et son rapport avec les autres4. Ce qu’il me paraît important de souligner, c’est que à l’intérieur de ce milieu, les contenus réels qui cimentent les relations sont précisément plus liés à ces échanges continus et répétés (échanges qui ne sont pas évidemment limités à la sphère économique) qu’à l’expression plus superficielle des relations elles-mêmes. Autrement dit, un individu est perçu comme élément d’un réseau ou du groupe du quartier quand il répond correctement à tout ce qu’on attend de lui, à chaque moment de la transaction sociale. Par exemple, le fait d’être lié à la vie religieuse dans un quartier franchement socialiste, n’était pas un élément discriminatoire, à condition qu’on fût en mesure, sur le plan des contenus réels des relations, de répondre correctement aux attentes sociales et qu’on acceptât en même temps le fait que l’expression de l’identité du quartier passe publiquement à travers le discours socialiste. Ce point me semble particulièrement important, et par conséquent je voudrais être clair, même au risque de me répéter. D y a, dans les témoignages recueillis, toute une série d’anecdotes qui démontrent à quel point l’espace public des communications prévoyait l’utilisation d’un langage et d’un comportement lié aux stéréotypes socialistes. Mais, en même temps, les mêmes anecdotes montrent combien ce genre de communication n’était pas tant lié aux contenus de l’idée du socialisme ou même seulement à un programme social local, mais constituaient plutôt une sorte de drapeau de groupe du quartier qui représentait des déterminations et une nécessité d’agrégation plus profonde. C’est à mon avis, en plus grand, un mécanisme identique à celui des discours grégaires des groupes de jeunes ou des clans qui ont si bien été analysés par les socio-linguistes. Et c’est en ce sens qu’il me semble intéressant analytiquement de considérer l’ensemble des comportements et des communications publiques exprimés à l’échelle du quartier, comme une variante socio-linguistique qui connote l’appartenance à un groupe dans lequel les liens doivent cependant être recherchés dans les contenus des échanges exprimés dans les réseaux de relation sociale, et dans les structures locales. Il me semble donc profitable de définir cet ensemble de communications par le terme évocateur de « discours socialiste ». Vu sous cet angle, le « discours socialiste » constitue le signe connotatif d’une appartenance qui peut également ne pas se reconnaître dans ses contenus explicites. Mon hypothèse est que la connexion élevée des réseaux de relations dans ce quartier entraîne un fort contrôle social sur les participants à la vie communautaire, contrôle qui passait symboliquement à travers l’utilisation exacte d’un comportement et d’un discours considéré comme représentatif. Ceci ne veut pas dire qu’une forte conscience socialiste n’était pas présente à l’intérieur du prolétariat industriel du quartier ; mais plus simplement que le même langage avait de différents degrés d’adhésion suivant l’utilisateur. Et ceci est très clair si on observe les comportements individuels. En réalité, un gros pourcentage de femmes, et beaucoup d’hommes adultes se situaient, au fond, à l’écart de la politique socialiste. Ils acceptaient donc stratégiquement d’utiliser le « discours socialiste » commun, ou du moins de ne pas être publiquement en désaccord avec lui.

  • 5 B. BERSNTEIN, Langages et Classes Sociales, Éditions de Minuit, Paris, 1975.

8Cette distinction entre expression de l’homogénéité et contenus de relation ne doit pas, à mon avis, être négligée, parce que c’est la seule qui nous permette de comprendre (en analysant les processus sociaux) la raison des trajectoires que prennent les existences individuelles dans les moments de crise sociale ou même seulement de rupture des équilibres d’un groupe. Le groupe, tel que je le conçois, n’est qu’un équilibre instable et fugace (si on le compare au temps historique) dans lequel les aspirations de tous trouvent une réponse partielle, et pour cette raison, implicitement, déstructurant pour la vie du groupe lui-même. Je voudrais souligner un dernier point à ce propos : j’ai remarqué une relation étroite entre superpositions directes et renforcement de la définition des rôles sociaux. Le mécanisme dont je parlais tout à l’heure, celui du discours socialiste compris comme variante d’appartenance à un groupe, sous-entend également un mécanisme d’apprentissage social qui est davantage basé sur l’intériorisation et sur la définition des rôles de chacun que sur l’explicitation des contenus de la communication. Dans chaque anecdote, dans laquelle une relation entre deux personnes est évoquée, nous découvrons en effet que l’imposition et l’acceptation d’une variante socio-linguistique est en réalité liée à la transmission et à la définition du rôle que les deux individus impliqués doivent avoir l’un pour l’autre. En général, ce que l’on peut dire c’est que le mécanisme d’apprentissage, de la famille à un milieu social plus large, suit exactement les dynamiques étudiées par Basil Bernstein à l’intérieur des communications de celle qu’il appelle : « la famille à code positionnel ». C’est-à-dire une famille où « ... le champ des décisions est fonction du statut formel de leurs membres (père, mère, grand-mère, grand-père, enfants d’un âge et d’un sexe donnés) et où (...) il y a une nette séparation entre les différents rôles : les domaines où les différents membres de la famille ont qualité pour prendre des décisions et pour formuler des jugements sont délimités formellement en fonction du statut formel des sujets (...)5. Mon intention n’est pas d’établir un simple parallèle avec la socio-linguistique. Mais à mon avis, cela souligne une fois de plus le caractère unilatéral des échanges qui dissimulent toujours un rapport de force et donc un rapport conflictuel entre les individus. Un milieu de ce genre, peut sembler statique à première vue. Mais il cache en réalité un potentiel de tensions irrésolues qui place l’individu en opposition aux normes sociales du groupe.

9Le tissu social dans lequel cette génération évolue, semble ainsi constitué par des réseaux de relations extrêmement liés et superposés mais limités rigidement au niveau du rôle et de la génération. La famille, et les réseaux de parenté auxquels elle se rattache, constituent une unité économique et culturelle, en mesure de rationaliser et de redistribuer les ressources. En même temps, une division nette des rôles entre mari et femme, donne lieu à une division des compétences qui place la femme au centre des relations et des échanges liés à la parenté ou à l’immeuble. Le mari forme en revanche un réseau de relations lié au travail et au territoire. En ce sens, l’univers masculin, étant plus lié à l’espace public, extérieur à la maison, semble faire dépendre sa possibilité de survie du contrôle constant des comportements, et des déviances à travers la normalisation des comportements individuels. Normalisation obtenue et aussi maintenue grâce au contrôle sur le discours public, considéré comme assertion d’appartenance au groupe. Or, à partir d’un milieu social de ce genre nous voyons se former au cours des générations successives, une identité sociale et individuelle qui ne se reconnaît plus dans le groupe et qui interprète le contrôle social et les limites du quartier comme exclusivement répressives. En effet, la physionomie du jeune ouvrier qui se développe dans les années 20/30, s’oriente vers des modèles et des contenus de relation qui sont ceux du capitalisme avancé, en développant une stratégie de vie qui est orientée vers des thèmes différents de ceux de la culture paternelle.

102 – Analyser les conformations que prennent les relations de la deuxième génération signifie donc décrire une situation où les structures sociales se sont modifiées en même temps que les aspirations et les identités individuelles. Mais il faut aller plus loin et se demander en même temps quelle est la dynamique qui sous-tend ce processus. La réponse, à mon avis, se trouve dans un double mécanisme constitué d’une part par l’exaspération des tensions et des dynamiques présentes dans la culture de relation de la première génération, et d’autre part, par la convergence entre les aspirations « éversives » toujours présentes dans les groupes de jeunes et les propositions sociales d’un capitalisme continuellement en expansion doublé d’un pouvoir politique qui, pour la première fois, se pose le problème de l’intervention totale sur les espaces sociaux. Pour comprendre ce cheminement, il est essentiel d’analyser le plus attentivement possible, le choix de relation que chaque individu a effectué au cours du temps. Et ceci pour deux raisons : d’un côté, parce que comme je l’ai déjà souligné à propos de la première génération, les conformations et les contenus des réseaux sociaux rendent compte des possibilités du milieu et de ses modifications. De l’autre, parce que l’itinéraire individuel, le passage à travers des milieux, des rôles et des figures sociales différentes nous permet de reconstruire des aspirations et des attentes dispersées dans un milieu local. Mais en même temps, il me semble juste de mesurer, dans la mesure où il existe, le rapport entre les rythmes et les changements de relations et de rôles sociaux, traditionnellement prévus à l’intérieur du panorama du cycle de la vie et les pressions, individuelles ou bien provoquées par le milieu extérieur, sur le cours du cycle lui-même...

11Dans toutes les histoires de vie du groupe d’amis que j’ai pu reconstruire, la période qui correspond à l’enfance est ce qui présente la plus grande homogénéité. En effet, pour tous, l’enfance est une période divisée entre le monde de l’immeuble et la famille restreinte. Pour tous, en outre, les anecdotes soulignent des relations familiales dans lesquelles prévaut la communication et l’apprentissage basé sur un « code restreint » : dynamique que nous avions déjà observée à propos des rapports de quartier. L’enfant qui grandit dans l’atmosphère du quartier des années 10/20, est donc entièrement sous le contrôle de la famille, et sous celui du groupe, et les influences de milieux extérieurs, tels que l’école, semblent être réduites.

12Par contre, le passage à l’adolescence, prévu par la culture paternelle comme un moment où l’enfant se trouve d’autres lieux de relation, bien que toujours à l’intérieur du contrôle du quartier, est presque rituel. Ainsi, ce sont presque toujours les pères qui, en mettant en mouvement les relations liées au réseau du deuxième travail, procurent le premier emploi d’apprenti à leur fils. Le nouveau réseau de relations dans lequel s’insère le jeune est un réseau où plusieurs âges sont représentés et où sont presque toujours présents des individus qui sont en contact direct avec le père. Mais, en même temps, pour cette génération, l’adolescence et l’apprentissage signifient également le début d’une expérience que peu de leurs parents ont pu vivre : celle des cours professionnels du soir. Ces écoles (situées au centre de la ville et en pleine expansion, surtout durant ces années) sont le premier contact concret avec une réalité plus vaste qui conduit à la formation de relations en dehors du quartier, à l’échelle citadine. C’est aussi le contact physique, prolongé et vécu, (sans la médiation des adultes) avec le centre ville ; donc avec un secteur non seulement physiquement extérieur au quartier, mais également en contradiction avec l’espace traditionnel précisément à cause de la différence de connotations des lieux attirants qu’on y trouve : les bars de luxe, le luxe des toilettes, les voitures...

13Donc, pendant ce premier moment d’éloignement, ritualisé, du domaine de l’enfance, l’élément traditionnel se superpose déjà à l’élément nouveau qui tout en n’étant guère éloigné formellement du domaine des relations du quartier, implique un dédoublement des images de références qui marque l’horizon de l’adolescent, dédoublement qui revient ponctuellement dans les récits. Je dois dire ici que même sans l’anecdote, dont l’aspect évocateur donne de la couleur aux interprétations analytiques, nous pourrions prévoir ce genre de dynamique, simplement à partir de la présence du même sujet dans deux milieux où les informations sont différentes et souvent contradictoires. Mais l’adolescence est également le moment où ces jeunes se rencontrent physiquement dans le quartier et forment ainsi une bande stable de quartier. Le regroupement part d’un groupe de jeunes qui, durant la pause de travail de midi, ont l’habitude de se retrouver sur la place principale pour jouer au ballon. Ce moment de socialisation réunit rapidement un groupe important de jeunes qui, durant les années 24/25, atteint le chiffre de 30 à 40 participants. Et c’est ainsi qu’en 1925, ce groupe éprouve le besoin de se structurer en fondant le « groupe sportif et récréatif de Polo Nord ». Mais bien qu’en évoluant vers un statut stable, le groupe se segmente en même temps en regroupements plus petits où les relations sont choisies sur la base des affinités dans le choix des thèmes communs de relation. Il est difficile d’examiner de plus près les contenus de ces sous-groupes. D est cependant certain que des choix, comme celui de privilégier une amitié à deux pour aller faire de longues excursions en dehors de la ville les jours fériés semblent souligner des aspirations et des attentes différentes de celles des jeunes qui préfèrent constituer un groupe plus étendu pour jouer aux cartes dans le quartier.

14Cette spécialisation, tout comme la création de nouvelles relations, et l’élargissement des stratégies individuelles (qui précisent en même temps leurs objectifs) est caractéristique de l’abandon de l’adolescence. Le rite de transition est cette fois aussi « traditionnel » mais il s’effectue complètement au sein du groupe d’amis. D est en effet constitué par l’initiation sexuelle qui coïncide souvent avec la première visite de l’adolescent aux maisons de tolérance, en compagnie du groupe de jeunes. Le « discours sexuel » pris au sens large, est ainsi le thème qui regroupe la catégorie des jeunes et exclut par là les garçons de moins de 17-18 ans. Mais, dans ce cas également, si le discours, qui est l’expression d’une identité du groupe d’amis du même âge, s’attarde sur les sous-entendus d’ordre sexuel et sur les clins d’œil complices, les contenus des comptes-rendus et leurs modalités sont différents. Ceux-ci se révèlent en fait étroitement unis à la stratégie individuelle, qui répond de façon différente aux suggestions et aux attraits extérieurs à la culture du quartier. Suggestions qui vont des mythes du sport à celui d’une ascension sociale, ou à la suggestion de la politique fasciste. Il est intéressant de remarquer que le groupe perd de plus en plus son caractère total pour adopter de plus en plus le rôle de ressource à laquelle chacun s’adresse individuellement comme à une base pour la construction de ses stratégies. Ainsi nous avons, d’un côté les stratégies relationnelles comme celle de M. Odasso qui étend ses activités en éventail en tenant les milieux séparés tout en faisant référence au groupe (il crée un groupe d’excursions en montagne, auquel participent aussi les sœurs et les cousins ; un groupe d’amis avec qui il va au cinéma ou au théâtre ; avec d’autres, il fréquente les salles de bal ; avec un ami de la bande il s’inscrit et fréquente le parti fasciste et fréquente aussi, seul cette fois-ci, un groupe de photo amateur qui se trouve au centre de la ville), d’un autre côté nous trouvons des stratégies comme celle de M. Ferrero qui reste davantage à l’intérieur du milieu culturel et social traditionnel (une visite en groupe, presque hebdomadaire, aux maisons de tolérance, ou, sinon, au cinéma) ; le ballon, et toujours, les cartes au café du coin). Ce qui résulte nettement de tout cela c’est donc un processus de désagrégation croissante où le groupe et encore moins le quartier, ne sont désormais en mesure de comprendre et de contrôler la totalité des comportements et des aspirations individuelles. A travers les choix de chacun apparaissent donc nettement les nouveaux mythes qui pullulent et prolifèrent dans ce milieu local de l’époque fasciste : le sport, les loisirs voluptuaires, certains comportements propres aux classes plus élevées, plus généralement une tendance à s’orienter vers une trajectoire individuelle de mobilité sociale. En outre, ils apparaissent à l’intérieur du groupe et produisent inévitablement des éléments qui ne sont plus exclusivement d’extraction ouvrière, tandis que, à l’intérieur du même groupe de vieux amis, on se distingue de plus en plus à partir des penchants différents que l’on a pour les biens de consommation (les uns achètent un vêtement à la mode, les autres une bicyclette sportive, etc...).

  • 6 E. BOTT, Family and Social Network, Tavistock Editions, London, 1957.

15Mais le point culminant qui sanctionne cette désagrégation survient, pour cette génération, au moment du mariage. Celui-ci est en réalité le moment final de cette série de dynamiques qui voient se former de nouveaux couples désormais isolés du groupe du quartier. C’est aussi le moment où pour la première fois, on voit curieusement les époux participer ensemble aux activités sociales liées aux loisirs. La configuration qui se crée autour de ces nouvelles familles est celle d’une série de réseaux rigidement séparés : entre parenté, amis traditionnels, amis de travail du mari, etc... qui convergent tous non plus sur l’un des deux époux, mais sur tous les deux ensemble. C’est-à-dire qu’on remarque, déplacée dans le temps, l’opposition mise en évidence par Élisabeth Bott dans sa 299 recherche sur l’East London6, entre une structure familiale à Loose role (celle de la première génération) et une structure à Jointrole (deuxième génération). La vie des témoins se développera à partir du mariage (qui pour la plupart a lieu entre 1930 et 1940), sur ce schéma, bien qu’il faille souligner le fait que les relations se réduisent progressivement au cercle de famille et à celui d’un étroit réseau d’amis souvent lié au comité social de l’entreprise. Pour beaucoup, enfin, la retraite est le moment de la solitude.

163 – Donc, quand cette génération se marie, le panorama social est profondément différent de celui qu’ont connu ses parents. Les structures sociales ont changé, tout comme les identités individuelles. La façon de vivre la ville, les stratégies et les relations personnelles sont énormément éloignées d’une génération à l’autre, bien que contigüe. Il est donc juste de se demander pourquoi un tissu du quartier qui possède en apparence une identité idéologique de groupe aussi forte, et qui surtout, exprime un contrôle social constant, n’est pas en mesure de s’offrir à nouveau comme modèle pour la génération immédiatement successive. Comme je l’ai déjà laissé entendre, la réponse se trouve dans un double mécanisme qui correspond à un plan inhérent au système décrit, et en même temps, à un plan qui lui est extérieur.

  • 7 M. GUCKMANN, Coesione e conflitto sociale in Africa, dans « La politica della parentela », sous la (...)

17En ce qui concerne le plan inhérent à cette dynamique, je pense en particulier aux contradictions qui existent dans une culture aussi strictement fondée sur l’introjection des rôles sociaux, sur le contrôle individuel, sur l’acceptation d’une norme qui prévoit tout espace social... Mais ce qui, en ce cas, semble être l’élément déterminant c’est le rapport que le mouvement « traditionnel » du cycle de vie établit avec des conditions politiques modifiées. En effet, le cycle de la vie est traditionnellement un moment dynamique important. Il rythme, par des phases rapides (enfance, adolescence, jeunesse, maturité) un temps plus lent, cyclique et fondé sur deux temps à l’allure presque respiratoire : unité et dispersion. Le premier, qui est celui de la contraction autour de la famille de tous les individus qui composent la cellule familiale, et qui marque donc pour l’enfance un moment de respect et de partage des limites culturelles des parents, sans restrictions. Le deuxième temps, qui s’oriente vers la formation d’une nouvelle famille, c’est-à-dire vers un moment institutionnalisé de séparation du milieu d’origine. Les phases qui conduisent à la constitution du nouveau micro-organisme social (la nouvelle famille) sont, comme nous l’avons vu, autant de moments où l’éloignement du milieu culturel et social de la famille d’origine est ritualisé et institutionnalisé. C’est-à-dire que l’individu repousse les limites de ses relations et constitue ainsi des réseaux autonomes qui, tout en ayant des relations avec le groupe de gens âgés, en sont formellement séparés par leurs modalités et leurs contenus de communication. Ces moments sont ceux qui permettent aux tensions entre les générations, toujours présentes dans n’importe quelle culture, d’exploser et de constituer ainsi une force subversive pour le système qui les a provoquées. Mais il faut en même temps noter que c’est précisément la ritualisation des conflits qui, en dernière analyse, (souvent si elle est juvénile) reste sous le contrôle du groupe, constitue souvent un élément supplémentaire de cohésion du milieu traditionnel7. La dynamique se révèle donc souvent lente et difficile à observer. En revanche, dans ce cas, il semble clair que la convergence entre ce mécanisme et le fait que pour la première fois les tensions et les aspirations des jeunes à l’éloignement trouvent une réponse – tout autre que désintéressée – dans le milieu social, qui, étant plus étendu, offre la possibilité d’un éloignement individuel qui sinon n’est que rarement payant sur le plan stratégique.

18En outre, ce n’est pas un hasard si le fascisme attaque précisément là où la culture de relation du milieu de la première génération est plus faible. La première manœuvre de la politique fasciste sur le plan social a précisément été d’interrompre la possibilité pour le discours socialiste et plus généralement pour tout discours autonome de circuler dans le quartier. L’institution des espions, des responsables de maison du parti, des contrôles continus de police dans les cafés et les lieux publics, interrompt tout à coup et de façon dramatique l’expansion et l’utilisation du symbole, qui est également l’élément de contrôle, de l’identité du quartier. Donc, si durant les premières années, le fascisme semble n’avoir rien modifié à l’intérieur du quartier, qui donne l’impression d’être solidement accroché à son sentiment d’appartenance, le contraint malgré tout à abaisser la bannière de cette homogéniété. En effet, les moments, les temps et les lieux de socialité ne se changent pas, mais le silence tombe là où l’espace discursif était occupé entièrement et de façon autonome par les habitants du quartier. Dans un milieu social où la communication de son identité et le contrôle sur celle d’autrui passe à travers le contrôle du discours politique, le silence imposé a une fonction profondément désagrégeante, que même les avant-gardes politiques ne perçoivent pas comme telle. Et surtout, c’est le silence qui s’insère comme un fossé entre générations en interrompant la fonction d’orientation idéologique et existentielle que les pères avaient remplie jusqu’alors. Ce n’est pas seulement au niveau social que la première génération interrompt cette fonction de contrôle mais également sur le plan privé. Parmi les témoins, même ceux qui avaient des parents qui n’étaient pas préparés à une militance locale – tout en n’étant pas des cadres du parti – se rappellent que même au sein de la famille le discours socialiste avait été banni. La première génération prend donc position dans une défense passive qui a comme stratégie le maintien des équilibres traditionnels en se basant sur l’hypothèse que le fascisme finira tôt ou tard, en permettant à l’atmosphère d’autrefois de ressurgir, intacte. Le fascisme, mais également un capitalisme qui, précisément durant ces années-là, découvre le marché de masse, s’insère dans ce silence, enlevant pour toujours les plus jeunes générations à la fascination et au contrôle des plus âgés. Dans le milieu social, fermé jusqu’alors à tout type d’intromission externe, pénètrent des messages, des discours et des comportements qui s’insèrent dans les mailles des réseaux de relation traditionnelle. Plus qu’une adhésion idéologique, le fascisme semble donc susciter avant tout une adhésion à des mythes, et à des comportements individualisés dont le contenu semble fondamentalement s’exprimer dans l’intérêt pour la promotion sociale. Les cours du soir, le sport d’entreprise, les loisirs individuels, les passe-temps, la culture... sont tous des thèmes qui pénètrent pour la première fois dans l’univers physique et mental de cette classe ouvrière. On doit en même temps prendre note de l’apparition des services sociaux qui visent à mettre en crise et à dépasser la structure d’échanges et de services rendus propre à la famille et à la société masculine du début du siècle. La retraite, les crèches, la sécurité sociale et plus généralement le développement de l’assistance tentent de se substituer à la famille, à l’immeuble, et au quartier dans la fonction de soutien et de prévention de la crise familiale.

19Donc, la situation qui se définit dans ce quartier dans les années 20/30, est une situation sociale extrêmement fluide et contradictoire. La simultanéité des messages, le respect formel qu’on doit à la culture et aux réseaux de rapports contrôlés par les personnes âgées, la diversité des choix à l’intérieur du groupe des jeunes lui-même, s’ils produisent d’un côté, comme je l’ai montré, une tendance de plus en plus accentuée à l’éloignement, suscitent en même temps des tensions croissantes : au moment où les nouveaux rôles et les nouvelles figures sociales qui sont en train de s’affirmer, se superposent aux vieilles, et entrent en contact avec les réseaux où se trouve la première génération, il en ressort donc une fragmentation des histoires individuelles, et donc aussi du tissu social, en une série de rôles et de figures que chacun essaie de tenir séparées, pour qu’elles ne soient pas en contradiction entre elles et surtout pour que chaque figure sociale soit personnifiée exclusivement dans le milieu qui est en mesure de la recevoir. A mon avis, c’est le premier signe de la schizophrénie sociale propre aux sociétés du capitalisme avancé et c’est le signe de l’impuissance d’une culture qui se fonde sur le contrôle rigide des rôles et des comportements sociaux à fournir une réponse à une transformation de ce genre.

20Je voudrais rappeler ici pour conclure, l’exemple que j’affectionne, du mariage de M. Odasso, justement parce qu’il représente à mon avis une illustration parfaite. Sans m’étendre inutilement, je rappellerai seulement que M. Odasso, fils d’un cheminot socialiste, s’inscrit au parti fasciste et choisit de se marier le jour anniversaire de la marche sur Rome, pour toucher, comme on dit, l’argent offert en prime par le gouvernement. Ce choix, tout comme tous les autres choix de vie, fait en sorte qu’il est en fait détaché en partie du contexte du quartier, et l’amènera, à se marier à six heures du matin, en présence d’un seul ami et de son beau-frère, c’est-à-dire sans la participation de la famille, ni celle des amis du bourg. Ensuite, les jeunes mariés font seuls une visite au cimetière où repose la mère du marié. Puis ils rendent visite à un ami qui appartient à un réseau de relations extérieur au quartier (centre ville). Ils passent chez les parents de la mariée pour une réception intime. Ils vont déjeuner chez le père du marié. Pour le repas, ils sont trois ; il n’y a personne d’autre. Dans l’après-midi, ils partent pour un court voyage de noces. Deux thèmes semblent dominer cette anecdote : d’un côté la réprobation encore vive du groupe des anciens du quartier et en particulier de l’immeuble ; de l’autre, l’impossibilité de superposer et d’unifier des rôles et des sphères de rapports différents entre eux. La réprobation est évidente : M. Odasso est pratiquement obligé de sortir de la maison à six heures du matin, précisément pour échapper au contrôle des habitants de la maison, qui, sans aucun doute, n’auraient pas compris qu’il se marie ce jour-là, de surcroît avec la chemise noire. De même, l’impossibilité de réunir sphères et milieux de relation étrangers l’un à l’autre, parce que chacun d’eux implique des comportements et des rôles différents, impossibilité qui est étroitement liée à la censure des anciens, apparaît clairement. Le rôle est donc le comportement d’Odasso avec les plus âgés, il est en fait différent de celui qu’il a avec les amis de la bande, tandis que chacun de ces comportements sont à leur tour différents de celui qu’il adopte avec les amis du parti fasciste ou d’autres milieux sociaux.

21Le mariage, qui est en soi un rite qui comporte la superposition des réseaux de parenté, et des vieux jusqu’au groupe d’amis, n’est certainement pas mûr, dans un tel contexte social, pour une superposition des réseaux et des comportements externes aux canons traditionnels. La conséquence en est qu’Odasso morcèle son mariage en moments différents et séparés les uns des autres qui correspondent aux différentes sphères de rapports qu’il a voulu faire participer. Rite social à l’origine, le mariage se réduit à un rite individuel où, à travers une succession de moments, les jeunes mariés passent d’un milieu à un autre, et se font reconnaître sur les contenus de communications propres à chaque milieu.

  • 8 La métaphore est de CLIFFORD qui souligne comment les études récentes dans les biographies se sont (...)

22A mon avis, ce type de discours et d’enquête comporte de nombreuses implications. Je voudrais avant tout souligner comment, dans ce cas-ci M. Odasso, mais cela pourrait être n’importe lequel de ses amis, est constitué par chacune de ces figures sociales en même temps. Il n’en est pas seulement une partie. D est vrai que, lorsqu’il est dans son immeuble il se comporte d’une certaine façon, et que lorsqu’il se trouve avec d’autres amis, par exemple dans un bar du centre ville, il est encore différent. Mais il est tout cela en même temps. Sa particularité n’est pas fournie précisément, par un seul de ces aspects, mais par la figure d’ensemble que tous ces aspects constituent en lui. Ce sont des formes individuelles, mais en même temps constituées à partir d’un matériel social. Je m’explique. Le « tableau cubiste » qu’est M. Odasso, mais qui pourrait également être l’auteur de ces lignes, a été construit avec les matériaux qu’offre le milieu et a trouvé sa forme à partir des aspirations qu’Odasso lui-même a construites8. Mais, encore une fois, même les aspirations proviennent du milieu et de toute information que chacun reçoit à l’intérieur des milieux auxquels il appartient. La stratégie de vie qu’Odasso élabore progressivement, à mesure qu’il est confronté avec les aspirations et avec les différents horizons mythiques (qui sont peut-être l’image abstraite d’un rôle social ou même seulement d’un bien-être à atteindre), et avec les possibilités du milieu, choisit des relations, des comportements, des alliances, et des ruptures. Odasso est donc individuel, unique, mais il est également un produit social et le reflet d’un milieu. Chaque identité de ce groupe de quartier est différente. Chacun a également évalué de façon différente ce que le milieu local mettait progressivement à sa disposition, en termes de choix concrets ou même seulement de mythes. Chaque choix a ensuite ouvert, ou refermé un éventail de choix conséquents. Mais ce qui est intéressant c’est que M. Ferrero, qui a choisi de tout vivre au sein de la culture traditionnelle est le produit du même milieu dont est originaire Odasso. Le même mécanisme entraîne des configurations différentes dont la forme dépend de mécanismes probablement psychologiques (qu’il ne m’appartient pas d’affronter ici), mais aussi de relations, phénomènes qui de toutes façons décrivent de façon assez précise le tissu social et la dynamique d’un milieu. Or, si nous nous posons le problème de la définition d’une structure sociale de cette période, nous voyons que cela n’a pas de sens de tenter de décrire de façon synchronique des équilibres ou des conformations sociales dans lesquelles bien souvent, une variable de catégorie (par exemple, la profession, la forme familiale, l’idéologie, ou autre) est généralisée à tout. M. Odasso n’est pas seulement un ouvrier de la métallurgie, il est également ce qu’il exprime à travers ses relations et ses aspirations. Je me demande donc s’il ne vaut pas mieux (au lieu de décrire une structure qui fait abstraction de la réalité), tenter de saisir l’éventail de règles, de possibilités et d’aspirations qui produisent les choix individuels. C’est alors que, toujours dans cette optique, des définitions telles que territoire, groupe, ou culture ouvrière apparaissent insuffisantes et fourvoyantes. Quel territoire, quel groupe, ou quelle culture, peuvent-ils définir M. Odasso ? Toutes ces catégories doivent être repensées, à mon avis, à partir d’un examen plus approfondi qui tienne, si possible, compte de la totalité des relations qui expliquent un individu à un niveau social. C’est alors, seulement, que nous pourrons introduire des catégories de ce type ; quand, comme dans le cas de la première génération, nous pouvons effectivement remarquer que, bien que pour quelques années seulement, un quartier, un groupe, un discours unifient, constituent effectivement l’univers des individus.

Notes

1 Cf. R. ROBERTS, The classic slum ; Salford life in the first quarter of the century, Manchester Un. Press et G. STEDMAN JONES, Outcast London : a study in the relationship between classes in Victorian society, Clarendon Press, Oxford, 1971.

2 Commencée depuis plus de trois ans sur les thèmes des dynamiques sociales observées dans le quartier ouvrier de San Paolo à Turin durant l’entre-deux-guerres, cette recherche s’est nécessairement étendue à l’étude d’un vaste échantillon de trajectoires individuelles et familiales observées sur cinq générations dans la campagne piémontaise, l’urbanisation à Turin, et leur itinéraire de mobilité dans le tissu urbain. Les données auxquelles je me réfère ici se rapportent à la première phase de la recherche. Les données sur lesquelles se base cet exposé sont présentées de façon plus exhaustive in M. GRIBAUDI, « Un gruppo di amici – strategie individuali e mutamento sociale », in Relazioni sociali e strategie individuali in ambiente urbano (ouvrage collectif), Cuneo, 1981. Les données qui concernent la deuxième et la troisième phase où sur la base de données quantitatives tirées des états-civils de la campagne et de la ville on reconstruit les trajectoires de mobilité géographique et professionnelle d’un vaste échantillon de généalogies familiales de 1858 à 1861, sont présentées en partie, respectivement, dans M.G., « Stratégies migratoires et mobilité relative entre village et ville », dans Population, n. 6, 1982, et M.G., « Un gruppo di immigrati piemontesi a Torino : traiettorie individuali e sociali attraverso tre generazioni (1900-1960) », in Annali della Fondazione L. Einaudi, vol. XV, Turin, 1981.

3 Pour une définition plus spécifique du quartier, cf. Torino tra le due guerre : cultura operaia e vita quotidiana in Borgo San Paolo (ouvrage collectif), Turin, Galleria d’Arte Moderna, ed. Musei Civici, 1978.

4 A propos des implications d’une dynamique de superposition des rôles, cf. R. FRANKENBERG, Communities in Britain, Pelikan Books, 1965.

5 B. BERSNTEIN, Langages et Classes Sociales, Éditions de Minuit, Paris, 1975.

6 E. BOTT, Family and Social Network, Tavistock Editions, London, 1957.

7 M. GUCKMANN, Coesione e conflitto sociale in Africa, dans « La politica della parentela », sous la direction de Arrighi et Passerini, Feltrinelli, Milan, 1976.

8 La métaphore est de CLIFFORD qui souligne comment les études récentes dans les biographies se sont heurtées à la difficulté de définir une identité bariolée et contradictoire et propose ainsi une description biographique faite « ... non sur le modèle d’un tableau renaissance mais plutôt, pourrait-on dire, dans un style cubiste ». J. CLIFFORD, « Hanging up Looking Glasses at odd Corners : Ethnobiographical ProsProspects», dans Daniel AARON (rédacteur), Studies in Biography, Flarvard Un. Press. Cambridge, Massachusetts, 1978.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search