Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

III. Pratiques de la ville

Mobilité residentielle et mobilité professionnelle : L’exemple d’une cohorte de Lyonnais (1896-1936) (Premiers résultats)

Jean-Luc Pinol

Texte intégral

1Cette recherche s’appuie sur une étude empirique des cheminements individuels. Elle est essentiellement descriptive, mais les récits de vie, reconstitués à partir des sources écrites, sont souvent éclairants.

2Voici trois biographies. Joseph Jules Monteil est né le 17 janvier 1874 à Lyon, dans le 4ème arrondissement. Son père, un employé, âgé de 31 ans à sa naissance, habitait 9, cours d’Herbouville, au bord du Rhône. En 1896, Joseph est inscrit sur les listes électorales du 6ème arrondissement ; il loge au 48 de la rue Tête-d’Or et est employé de soierie. En mai 1900, il épouse une demoiselle Capiod à la mairie du 6ème arrondissement. Dès 1906, il a regagné la CroixRousse, il est installé 50, rue Joséphin Soulary et est toujours employé de soierie. En 1931, il est à nouveau dans le 6ème arrondissement où il habite 11, avenue du Parc et est toujours employé de soierie. Sa situation n’a pas changé en 1936 ; il meurt en mai 1946 dans le 6ème arrondissement. Employé de soierie, il a habité la colline de la vieille Fabrique et la plaine des Brotteaux où s’est développée la nouvelle Fabrique.

  • 1 L’indicateur Fournier de 1938 signale, au numéro 8 de la rue Saint-Didier, un dénommé Thomas F. qui (...)

3Voici maintenant François Thomas. Il est né le 30 juillet 1873 au domicile de son père, 13, rue Saint-Pierre de Vaise. Son père a 25 ans à sa naissance, il est manoeuvre, sa mère dévideuse. En 1896, il habite 16, rue Saint-Pierre de Vaise, puis quitte le 16 pour le numéro 29 et, en 1921, on le retrouve au numéro 8 de la rue Saint-Didier. Cette rue débouche dans la rue Saint-Pierre au numéro 23 ; c’est dire la faible distance qui sépare les deux domiciles de François Thomas. En 1901, il s’est marié à la mairie du 5ème arrondissement. En 1936, il habite toujours rue Saint-Didier. François Thomas est inscrit sur les listes électorales quatre fois comme cordonnier, quatre fois comme ouvrier cordonnier1. En avril 1946, il meurt à Villeurbanne.

  • 2 L’indicateur Henry de 1906 signale A. Lambrechts comme représentant des automobiles et cycles Richa (...)

4Voici maintenant un tout autre itinéraire : celui de Alfred Sylvestre Lambrechts. Né le 28 septembre 1872 dans le 2ème arrondissement, son père tient un magasin de chaussures, 55, passage de l’Argue. En 1896, Alfred Lambrechts est employé et habite le 1er arrondissement, 8, rue de Vauzelles. En 1901, il est domicilié au 37, rue Malesherbes, dans le 6ème arrondissement, puis au 9, rue Pierre Corneille en 19062. Il est alors mécanicien. Il s’installe ensuite 55, avenue de Noailles, future avenue Foch, où, après avoir été expert auprès de divers garages, il devient propriétaire d’un garage. Alfred Lambrechts s’est marié en 1906 à la mairie du 6ème arrondissement, c’est dans ce même arrondissement qu’il meurt en février 1961.

5Itinéraires résidentiels et professionnels, approche de la mobilité intragénérationnelle et de la mobilité intergénérationnelle : tels sont les objectifs. Mais comment les atteindre ?

  • 3 Jusqu’en 1929, les listes électorales sont tenues par arrondissement, après elles sont tenues par b (...)

6A partir des listes électorales de 1896, j’ai effectué un sondage au dixième dans la cohorte des inscrits nés en 1872, 1873 et 1874. Un échantillon de 787 individus a été retenu. J’ai suivi ces individus de cinq en cinq ans, jusqu’en 1936. Seules les listes électorales, tenues par arrondissements et par ordre alphabétique permettent une telle démarche3 ; elles fournissent le squelette d’une biographie avec changements d’adresses et changements professionnels.

  • 4 J’ai comparé les individus retrouvés et les individus non retrouvés dans les listes électorales. Vo (...)
  • 5 Voir la carte publiée en annexe.
  • 6 Je reprends, pour l’essentiel, les catégories que j’ai déjà utilisées dans ma thèse de 3ème cycle ((...)

7Bien sûr, tous les individus ne sont pas retrouvés et je n’ai pu reconstituer que 127 biographies complètes, mais même les biographies courtes offrent des données utilisables4. Pour chaque individu, la fiche élaborée à partir des listes électorales fournit le nom des parents, le lieu de naissance, les adresses successives et les diverses professions. Les changements d’adresses ne sont pas sans rapport avec l’appartenance sociale, mais je ne les retiendrai pas ici, je n’aborderai qu’un phénomène plus large, celui du changement d’espace social. A partir des typologies élaborées précédemment, j’ai découpé l’agglomération de Lyon et de Villeurbanne en dix zones5. Ces dix zones sont le cadre dans lequel sont étudiés les cheminements au coeur de l’espace urbain. Pour étudier les itinéraires professionnels, j’ai également retenu dix catégories6.

8Comment évoluent les deux phénomènes ?

9(Voir tableau page suivante).

  • 7 Selon la durée des biographies, les taux de mobilité professionnelle n’ont pas le même rythme et su (...)

10A chaque étape la mobilité résidentielle est supérieure à la mobilité professionnelle, mais leurs variations sont similaires : toutes deux déclinent assez régulièrement avec l’âge. Les taux de mobilité maximale se situent avant 48 ans. Après cet âge, atteint en 1921, le taux de mobilité résidentielle chute très vite alors que le taux de mobilité professionnelle reste relativement élevé jusqu’en 19267.

11Les trois biographies utilisées au début soulignent la double approche possible des phénomènes étudiés. On peut s’intéresser soit aux variables (mesurer l’attraction ou la répulsion qu’exerce sur la cohorte tel ou tel espace social, apprécier l’importance du turnover qui caractérise une catégorie socio-professionnelle), soit aux individus (comprendre comment l’évolution individuelle est conditionnée par le passage ou non dans tel ou tel espace, dans telle ou telle catégorie).

12Pour l’ensemble de la période étudiée, le dépouillement des listes électorales fournit 255 trajectoires résidentielles. Réparties en dix secteurs, elles se révèlent difficiles à analyser et aucun flux véritablement dominant ne se dégage. Entre 1896 et 1901, cependant, la rive gauche du Rhône, du moins la partie située à l’ouest de la voie ferrée, enregistre 39 entrées et seulement 24 sorties, mais, dès la période suivante (1901-1906), l’ordre est inversé : les sorties sont au nombre de 32 et les entrées 28. Pour la même période, la partie de la rive gauche située à l’est de la voie ferrée reçoit 23 nouveaux électeurs et n’en perd que 4. Globalement, le phénomène s’avère particulièrement complexe, et une étude fine de la disponibilité en logements libres pourrait, peut-être, fournir des éléments d’explication pertinents. Je peux cependant indiquer que 45 % des trajectoires constatées s’opèrent sur la rive gauche du Rhône située à l’ouest de la voie ferrée, la zone située à l’est en enregistre 15 % mais le rapport entre les entrées et les sorties est de l’ordre de 2,5 %. Pour schématiser, la rive gauche ancienne sert de gare de triage, alors que la rive gauche nouvelle est un terminus.

13Si l’on ne retient que trois catégories, le phénomène devient nettement plus limpide. Ces catégories ne renvoient pas à l’espace urbain mais à la connotation sociale de cet espace. Les résultats observés sont présentés en annexe. Les faits sont très nets : les échanges entre Lyon moyen et Lyon dominant sont équivalents et représentent 60 % des trajectoires. Entre le Lyon moyen et le Lyon périphérique, les échanges ne sont pas équivalents, le Lyon périphérique accueille plus qu’il ne renvoie. Ces échanges représentent 32 % des trajectoires. Les relations entre le Lyon dominant et le Lyon périphérique se caractérisent par leur faiblesse : 8 % du total. De plus, alors que les différents secteurs du Lyon moyen et du Lyon dominant communiquent entre eux, les secteurs du Lyon périphérique semblent beaucoup plus isolés, même Villeurbanne et le Lyon de l’est n’enregistrent que des flux assez faibles. Les zones périphériques accueillent de nouveaux venus, en provenance surtout du Lyon moyen. Ils se fixent de manière définitive, une fois installés dans ce nouvel espace social.

14C’est le cas de Jean-Claude Gonnet. Cet imprimeur, fils de coiffeur, habite en 1896, 95, rue Corneille, dans la partie huppée de la rive gauche ; dix ans plus tard, il est installé rue Bonnel, à proximité de la Part-Dieu, un quartier aux logements plus vétustes. En 1911, il occupe un logement aux Charpennes, à Villeurbanne et exerce la profession d’apprêteur. En 1921, il est toujours à Villeurbanne mais dans le quartier des Maisons Neuves, rue du Gaz. Cet apprêteur a-t-il accédé à la propriété ? Pour l’instant, je l’ignore ; toujours est-il qu’il ne bouge plus jusqu’en 1936.

15Afin d’étudier les catégories sociales, je présenterai d’abord les mouvements enregistrés jusqu’en 1911, puis je comparerai l’ensemble des biographies reconstituées aux biographies les plus longues, celles qui atteignent 1936. Les résultats sont présentés en annexe.

16La catégorie employés joue véritablement le rôle de plaque tournante de la mobilité. Cette catégorie entretient des relations avec toutes les autres et sa fonction distributive est essentielle. Les négociants et industriels apparaissent vraiment en bout de chaîne : on y arrive, mais on ne repart jamais ; est-ce le signe d’une absence de mobilité descendante ou le reflet du caractère conservateur des listes électorales ?

17La catégorie employés enregistre 30 entrées et 38 sorties ; le taux de turnover est de 20 %, alors que la catégorie ouvriers n’enregistre que 8 entrées et 10 sorties, son taux de turnover étant de 10 %.

  • 8 Afin de rendre les deux graphes comparables, j’ai multiplié les chiffres observés sur la graphe B p (...)

18Si l’on compare les biographies les plus longues à toutes les autres (voir annexe)8, les différences les plus nettes se marquent surtout aux flux plus importants issus de la catégorie employés en direction des petits commerçants et des techniciens et cadres moyens. Est-ce une conséquence du taux plus élevé de natifs de Lyon chez les individus qui fournissent les biographies les plus longues ? Autre différence notable : l’absence de liens manœuvres/ouvriers et employés. Enfin, alors que le taux de turnover des employés est de 20 % pour toutes les biographies, il n’est que de 17 % pour les biographies les plus longues, et surtout, le rapport entre entrées et sorties est de 1 dans le premier cas et de 0,5 dans le second. Pendant les quinze premières années de leur carrière, les individus qui seront des Lyonnais permanents, désertent davantage la zone de turbulence sociale, ils s’installent plus précocement que les autres dans les catégories moyennes de la hiérarchie sociale, condition ( ?) de leur stabilité future.

19Après avoir étudié les variables, abordons les individus et leurs itinéraires. L’étude des itinéraires individuels est délicate. Aisée pour les individus stables, elle exige pour les mobiles un lissage des itinéraires ; faute de ce dernier, il est impossible d’obtenir des types représentatifs. Pour l’instant, je n’ai pas encore défini de critères de similarité entre deux itinéraires. Je n’étudierai ici que les individus stables dont j’ai peu parlé jusqu’à présent.

20Si l’on étudie les 365 biographies qui sont complètes jusqu’en 1911, on obtient 135 itinéraires professionnels et 182 itinéraires résidentiels. La majeure partie d’entre eux ne regroupe, bien sûr, qu’un seul individu. Parmi les itinéraires géographiques, 8 regroupent 138 individus, soit 38 % de l’effectif. Parmi les itinéraires professionnels, 5 itinéraires regroupent 45,2 % de l’effectif. Les résultats sont présentés en annexe.

21Si l’on ne raisonne que sur les biographies longues (127), les mêmes itinéraires regroupent 41 % des itinéraires résidentiels et 53,5 % des itinéraires professionnels. Prolongés jusqu’en 1936, c’est-à-dire non plus sur une durée de quinze ans, mais de quarante ans, ils représentent respectivement 32,3 % et 43,3 %. La différence entre les deux populations s’affirme, les individus dont l’ensemble de la vie se déroule à Lyon sont plus stables résidentiellement et professionnellement. Mais en même temps, ils occupent plus tôt des situations plus enviables, privilège de la naissance à Lyon ? Hypothèse à vérifier. Ajoutons que les 12 individus qui résident à la Croix-Rousse en 1911, y résident toujours en 1936, confirmation du rôle de conservatoire que joue ce quartier. Parmi eux, 11 sont nés à Lyon ; un est ouvrier, un ouvrier ou artisan, deux employés trois cadres moyens, un commerçant, trois sont devenus commerçants, un est devenu industriel.

22Voici le portrait de l’un de ces cadres moyens. Joseph Pierre Juguet est né au domicile paternel, 18, Grande Rue de la Croix-Rousse, le 24 juillet 1873. Son père et sa mère étaient tisseurs, les deux témoins cités dans l’acte de naissance, dont son grand’oncle, l’étaient également. L’enfant, né à côté du bistanclaque, devient clerc d’avoué et le reste sa vie durant. Le passage entre la vieille fabrique et l’étude, ou le comptoir, n’est pas exceptionnel. Le fils de canut, après avoir habité le domicile paternel, s’installe, sans doute après son mariage en 1899, au numéro 50 bis de la rue de la Croix-Rousse, puis après la guerre, il réside au 2, rue Célu. On le retrouve ensuite au numéro 7, puis au numéro 12, de la rue Josephin Soulary. Une vie entière passée sur la colline où l’on travaille !

23En croisant les itinéraires dominants, c’est-à-dire stables au plan professionnel et résidentiel, on obtient des résultats intéressants mais portant sur un échantillon faible (65 individus) dont il est difficile d’apprécier la représentativité.

  • 9 Je ne citerai ici que l'article de Daniel BOY, « Système politique et mobilité sociale », Revue Fra (...)

24Cette étude est, pour l’instant, volontairement descriptive. Avant de vouloir interpréter, il m’a semblé nécessaire d’essayer de savoir ce qui s’était passé. Il n’est pas question de croire au caractère strictement objectif des résultats produits, j’ai signalé au passage comment la source utilisée donne une image biaisée de la réalité. Il n’en demeure pas moins que toute interprétation de la mobilité – et les préjugés idéologiques en sont rarement absents9 – présuppose une description précise des phénomènes étudiés.

  • 10 Op. cit., p. 144.

25Dernière remarque, je manque d’éléments de comparaison car les recherches similaires sont rares. J’ai entamé la même étude pour la cohorte qui a eu vingt ans en 1921 ; je disposerai ainsi, pour la même ville, d’éléments de comparaison et tenterai alors de répondre au souhait de Raymond Boudon qui écrivait, en 1973 : « l’analyse de l’évolution de la mobilité supposerait l’observation d’une suite de cohortes plus ou moins régulièrement espacées dans le temps »10.

PLAN DIRECTEUR DE LA VILLE DE LYON (1902)

PLAN DIRECTEUR DE LA VILLE DE LYON (1902)

Annexes

ANNEXE 1. CARTE DE SITUATION – L’ESPACE SOCIAL A L YON

ANNEXE 2. LES FLUX ENTRE ESPACES SOCIAUX

1 : dominant

2 : moyen

3 : périphérique

ANNEXE 3. TRAJECTOIRES PROFESSIONNELLES JUSQU’EN 1911

ANNEXE 4. TRAJECTOIRES PROFESSIONNELLES JUSQU’EN 1911

ANNEXE. Les itinéraires dominants : les non-mobiles

Mobilité résidentielle

Tous itinéraires

Itinéraires longs---> 1911

Itinéraires longs ---> 1936

PID

16

8

5

RGD

20

7

6

PIM

30

12

12

RGM

35

12

7

RDM

5

1

1

VIL

7

3

3

RGP

12

5

4

RDP

13

4

3

TOTAL

138

52

41

Échantillon

365

127

127

Mobilité professionnelle

Tous itinéraires

Itinéraires longs ---> 1911

Itinéraires longs ---> 1936

EMP

60

23

17

OAR

50

24

19

OUV

38

15

14

TCM

10

4

3

PCO

7

2

2

TOTAL

165

68

55

Échantillon

365

127

127

Notes

1 L’indicateur Fournier de 1938 signale, au numéro 8 de la rue Saint-Didier, un dénommé Thomas F. qui serait employé. Reflet du caractère conservateur de la liste électorale ? Il sera intéressant, dans un deuxième temps de la recherche, de comparer, pour les mêmes individus, l’itinéraire professionnel reconstitué à partir des listes nominatives du recensement et des indicateurs.

2 L’indicateur Henry de 1906 signale A. Lambrechts comme représentant des automobiles et cycles Richard. Deux adresses sont indiquées, celle de son garage, qui est celle de la liste électorale, et celle de son domicile, rue Duguesclin.

3 Jusqu’en 1929, les listes électorales sont tenues par arrondissement, après elles sont tenues par bureaux de vote, ce qui signifie que les mobiles résidentiels ne sont plus recherchés dans 8 listes alphabétiques mais dans plus d’une centaine. Pour la critique de la source majeure, je renvoie à ma thèse de 3ème cycle, Espace social et Espace politique. Lyon à l’époque du Front Populaire, Presses Universitaires de Lyon, 1980, p. 8-10.

4 J’ai comparé les individus retrouvés et les individus non retrouvés dans les listes électorales. Voici les résultats :

Image 1000000000000239000001CD57315ADC.jpg

Les individus pour lesquels aucune profession n’était mentionnée en 1896 n’ont pas été retenus. Les principales différences se manifestent pour les étudiants (nette surreprésentation attendue des non retrouvés) et pour les ouvriers et ouvriers ou artisans. Le monde ouvrier semble mieux représenté dans la population la plus stable, mais cela renvoie peut-être à la différence d’enregistrement des deux populations : parmi les non-retrouvés, les non-réponses sont au nombre de 85 (soit 23 % du total), alors qu’elles ne sont que 32 pour les retrouvés (soit 8 % du total).

5 Voir la carte publiée en annexe.

6 Je reprends, pour l’essentiel, les catégories que j’ai déjà utilisées dans ma thèse de 3ème cycle (op. cit., p. 201-202), mais n’ayant pas, pour l’instant, dépouillé les listes nominatives du recensement, je n’ai pas pu créer de catégorie Artisans ; en effet, contrairement au recensement, les listes électorales n’indiquent que le métier, non le statut.

7 Selon la durée des biographies, les taux de mobilité professionnelle n’ont pas le même rythme et surtout le facteur temps est essentiel pour comprendre la mobilité ascendante. Parmi les biographies courtes (celles qui vont jusqu’en 1906 ou 1911), les Négociants-industriels sont deux au départ, trois à l’arrivée ; parmi les biographies moyennes (jusqu’en 1921 ou 1926), il n’y en a aucun au départ, cinq à l’arrivée ; parmi les longues (jusqu’en 1931 ou 1936), la même catégorie passe d’un effectif de trois au départ à dix-neuf à l’arrivée. La mobilité intragénérationnelle n’est pas néglinégligeable ; on doit en tenir compte si l’on ne veut pas surestimer la mobilité intergénérationnelle. Faire un tableau croisé entre profession des pères et profession des fils est indispensable, mais on obtient des résultats sensiblement différents selon l’âge auquel la profession du fils est retenue. Trop souvent, l’âge est une variable ignorée de ce genre d’études. Sur la mobilité intergénérationnelle, on peut se reporter à Georges DUPEUX, « L’Étude de la mobilité sociale : quelques problèmes de méthode », in Conjoncture économique. Structure sociale. Hommage à Ernest Labrousse, Mouton, 1974. Sur la mobilité intragénérationnelle, voir Raymond BOUDON, L’Inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles, A. Colin, 1973, p. 19.

8 Afin de rendre les deux graphes comparables, j’ai multiplié les chiffres observés sur la graphe B par 1,86 (rapport entre les deux échantillons).

9 Je ne citerai ici que l'article de Daniel BOY, « Système politique et mobilité sociale », Revue Française de Sciences Politiques, 1980/5, qui aborde de manière explicite ce point.

10 Op. cit., p. 144.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search