Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

III. Pratiques de la ville

Changement économique, changement social et formes de sociabilité à Gravelines1

Étienne Dejonghe et Jean-Paul Thuillier

Texte intégral

1 – Gravelines au temps de la stabilité (1920-1950)

  • 1 Cf. Revue du Nord, no 253, avril-juin 1982.

1Gravelines, c’est d’abord la commune aux « trois clochers », municipalité aux trois bourgs, aux trois paroisses, aux trois économies, aux trois patois.

2Tête de la commune, Gravelines-centre, intra-muros, est le domaine d’une bourgeoisie locale d’industriels et de négociants (armement, scieries, brasseries, cartonneries) et de capacités (notaires, médecins, professions libérales) qui dominent la structure sociale et servent de point de référence en conjuguant notamment le pouvoir municipal, le pouvoir social et le pouvoir clérical. La bourgeoisie rayonne en outre sur le plat pays, comme siège d’administrations cantonales (garde mobile puis gendarmerie, perception, etc...), ville de marché hebdomadaire et surtout collège Saint-Joseph qui jusqu’à la fin de la deuxième guerre recrute à la fois les fils de la bourgeoisie locale et des paysans flamands et artésiens aisés qui deviennent par la suite maires ou conseillers municipaux de leurs communes rurales, ou animateurs des syndicats agricoles. Gravelines est enfin centre d’expédition de poissons frais et tête de ligne ferroviaire vers Paris via Saint-Omer.

3Pays de chrétienté et de reconquête, Gravelines s’oppose en cela aux deux autres noyaux qui semblent non acculturés. Petit Fort Philippe, sur la rive droite de l’Aa, est un port de pêcheurs picards implantés par Louis XIV après l’annexion à la France en 1679. On attribue à cette différence ethnique des pratiques spécifiques (liées entre autres aux conditions économiques) : une endogamie rigoureuse et le rythme quasi biologique de la fécondité, déjà signalé en 1906 par R. Blanchard, des rythmes de vie fondés sur la pêche (campagnes semi-annuelles pour la pêche à l’Islande, hebdomadaires avec la pêche hauturière, rythme quotidien avec la pêche côtière) dont découle l’importance de la femme dans la cellule familiale, des costumes et un langage spécifiques, des coutumes et des superstitions enfin, tels la croyance aux sorcières, les rites de la mort et la contiguïté entre le monde des vivants et celui des morts, les formes de dévotion à la Vierge (bénédiction des bateaux à l’Islande, pélerinage à Notre-Dame-des-Flots, etc...), bref, la prégnance du milieu naturel impose des contraintes particulières et Petit Fort n’est pas sans rappeler parfois un canton du pays Bigouden.

4Cette pesanteur nous la retrouvons au hameau des Huttes composé de matelots, d’ouvriers temporaires et d’agriculteurs. Ici la vie se déroule sous le double signe de la mer et de la terre. Y voisinent en effet, les dévotions à la Vierge et les fêtes de la moisson, la bénédiction des pêcheurs à l’Islande et celle des fruits de la terre.

5A l’origine donc, un milieu fermé sur l’extérieur dans lequel coexistent toutes les catégories sociologiquement représentatives d’un mode de vie hormis celui du mineur. La richesse voisine avec la misère et l’alcoolisme ; la foi et les superstitions, l’instruction et l’analphabétisme y fleurissent également. C’est pourquoi, ces trois bourgs s’ignorent quand ils ne s’opposent pas.

6Gravelines est donc un point de confluence ou le centre de frontières qui s’enchevêtrent, culturelles et linguistiques, sociales, politiques et religieuses.

7Les formes de la sociabilité et de la vie associative constituaient ainsi des réseaux hiérarchisés et spécifiques à chaque noyau. Elles s’articulaient autour d'une institution (l’église, le marché, la ducasse, etc...). Différents niveaux s’entrecroisaient pour former une sociabilité compacte ou « chaude ». Au premier niveau, une sociabilité communautaire – prétendue unanimiste – s’incarnait à des moments bien précis tels le 15 août, les ducasses de chaque bourg, où après la messe et le défilé de la musique, chaque famille se réunissait autour du civet et de la tarte. Vers 16-17 heures, tout le monde se retrouvait sur la place devant les manèges puis dans les cafés pour l’apéritif. Et vers 19 heures commençait le bal, où se retrouvaient les bandes de jeunes, occasion d’affrontements et de rencontres amoureuses. Le bal a ainsi joué un rôle important dans la formation des couples. Autre instance, l’Église a encadré la population de Gravelines-centre à travers le collège, le patronage des adultes et celui des jeunes, en organisant des conférences, pièces de théâtre et des veillées. Ici la bourgeoisie, auxiliaire et mécène, encadrait les activités. Mais l’Église était également présente dans les fêtes profanes, ainsi le 15 août où la journée commençait par une procession. La coupure entre le profane et le sacré n’existait pas.

8Les activités ludiques étaient prises en charge par un foisonnement d’associations, tels les archers, le tir, la colombophilie, l’harmonie, etc..., mais toujours propres à chaque bourg (excepté l’harmonie qui de ce fait tient une place essentielle à l’heure actuelle). En l’absence d’une sociabilité professionnelle cohérente, les cafés étaient les lieux de rencontre obligés de chaque catégorie, avec le whist et le billard chez les notables, devant la chope pour les autres.

9Enfin, les Huttes et Petit-Fort possédaient une forte cohésion sociale et spatiale dont l’échelle était le quartier. L’habitat strictement individuel, petites maisons sans étage blanchies à la chaux, autorisait une vie de famille très cohérente, et rendait souhaitable des relations de voisinage conçues comme des relations de parenté. Tout le monde se connaissait, tout se savait. Cette cohésion se manifestait dans une sociabilité typiquement féminine, les femmes se recevant l’après-midi, prétexte à discussions sur l’une et sur l’autre, devant la tasse de café (mais souvent aussi prétexte à beuveries), ou encore à l’occasion de la mort où les voisines s’occupaient de l’arrangement de la demeure du défunt, veillaient le corps et où tout le quartier visitait la famille et assistait aux funérailles. Dernier exemple de cette sociabilité cohérente, la socialisation des enfants s’effectuait non seulement à travers l’école et la famille, mais aussi par l’intégration à des bandes rivales unisexes qui se perpétuaient jusqu’au mariage ou au départ au régiment.

2 – Formes d’ouverture et facteurs de ruptures depuis 1950

10Outre la seconde guerre mondiale, Gravelines a connu un certain nombre de mutations objectives dont les influences sur la vie sociale sont pour certaines évidentes, mais dont la plupart n’apparaissent pas nettement.

11Premier facteur, l’évolution démographique témoigne de nouvelles mentalités et de nouvelles fonctions de la cité. La croissance supérieure à 50 % en douze années possède, effet des composantes « anormales » qui sont au point de vue endogène : l’importance du mouvement de la natalité (en 1962, plus de 50 % de la population a moins de 25 ans), ainsi qu’une surmortalité masculine nette dès 35 ans jusqu’en 1962, dès 55 ans ensuite, ce qui suppose une rupture précoce de la famille. Mais la croissance se nourrit également d’une immigration importante dès 1955-1960 (d’origine locale ou régionale : en 1968 le taux des étrangers ne dépasse pas 0,6 % alors qu’il représente 2,5 % de la population du S.D.A.U. de Dunkerque en 1968), compensée par une émigration également importante. Ces faits signifient donc la fin de l’homogénéité de la population, l’apparition de nouvelles fonctions.

12Gravelines devient ville-relai (les conditions économiques ne permettent pas l’emploi de tous les jeunes ou des groupes en quête d’un travail qualifié et en voie d’ascension sociale). De même, on peut observer une banalisation des comportements démographiques marquée par le recul du nombre de familles nombreuses (en 1954, 26 % des familles ont 3 enfants ou plus, contre 21,7 % en 1975), la chute du dynamisme démographique, nette dès 1966 (– 20 % pour la classe d’âge 0-4 ans) et donc l’apparition massive des pratiques contraceptives, et enfin, l’atténuation de la surmortalité masculine.

13Les conditions économiques locales ont également connu des ruptures qualitatives et quantitatives très brutables, marquées d’abord par l’effondrement de l’agriculture et de la pêche (14 % en 1954, 5,5 % de la population active totale en 1975), par l’essor corrélatif du secondaire et du tertiaire banal. La pêche a perdu deux-tiers de ses actifs entre 1954 et 1962 ; elle disparaît dans la période suivante. Pendant cette même période, l’agriculture a décru de 30 %. Son déclin s’atténue ensuite. La vie industrielle, marquée par l’absence d’emplois qualifiés, le faible taux d’activités générales et le sous-emploi féminin connaît des mutations aussi brusques que la fermeture des entreprises locales et la cessation de l’artisanat (lié à la pêche ou non comme la brasserie) et la disparition d’un patronat gravelinois, l’apparition de nouvelles formes d’activités extérieures à la commune dont le symbole est Usinor, ou des implantations qui relèvent d’autres instances (cf. la centrale nucléaire).Ces mutations entraînent une transformation des modes de vie (du rythme de la pêche à celui des 3/8), la disparition du marché local du travail et son intégration au pôle dunkerquois ; la dissociation entre le lieu d’habitat et le lieu du travail avec le recours aux migrations alternantes. La mer à Petit-Fort est une mer vide ; au lieu d’être un prolongement du bourg, elle est devenue une borne.

14Entre 1950 et 1975, une transformation radicale de la société gravelinoise s’est donc opérée, marquée par la fin des particularismes socio-économiques ; reflétée dans les comportements démographiques et qui se matérialise dans la rupture de l’espace traditionnel : fin de l’habitat individuel et naissance du collectif, continuité de l’espace bâti entre ces trois bourgs au lieu de la discontinuité ; apparition de Z.A.C. chargées d’opérer la jonction.

3 – Mutation des formes de sociabilité, permanence des rapports sociaux

15Le bouleversement des modes de vie est marqué par l’uniformisation et l’individualisation du loisir : disparition des cinémas de chaque bourg où les jeunes se rendaient en bandes, des bals de café, des relations de voisinage spécifiquement féminines, dépérissement des sociétés ludiques de type ancien (tir, colombophilie, archers). Le loisir se diffuse et s’individualise par la voiture, la mobylette et la télévision. C’est un loisir d'évasion, et non plus de socialisation. La fin des superstitions, le recul des patois, la grégarisation des conduites familiales et individuelles, tout concourt à la banalisation de Gravelines.

16La sociabilité familiale et de quartier reste cependant vigoureuse dans les bourgs anciens quelles que soient les mutations constatées par ailleurs. Ainsi la pratique du repas dominical des jeunes couples chez les parents persiste, ainsi que les fêtes communales à caractère familial. Le lien ancien entre l’habitat et le lieu de travail que l’on considérait comme le ciment de la sociabilité s’est estompé sans qu’il n’empêche le maintien d’une sociabilité égalitaire, où le bourg sert de matrice. L’exemple des gens de mer nous montre que la relation n’est pas mécanique entre le déclin d’un moyen de production et les formes de sociabilité mais que des rémanences perdurent. Inversement la croissance urbaine et l’arrivée de nouveaux Gravelinois surimpose de nouvelles pratiques sans effet apparent sur les réseaux anciens.

17Enfin, la sociabilité institutionnelle qui s’appuyait à Gravelines-centre sur l’Église et les notables s’est effondrée en deux temps : après la guerre, lors de la conquête de la municipalité par les socialistes, dans les années 60 par la disparition des œuvres ou la marginalisation des mouvements catholiques. L’effondrement des pratiques religieuses n’a pas correspondu à un éclatement de la vie communautaire mais à sa laïcisation. Une nouvelle couche de notables a émergé qui, avec le député-maire depuis 1930, a fondé son ascension sur l’école laïque et les associations comme instrument de socialisation et pépinière de cadres municipaux. Une fois cette ascension assurée, les associations se sont dépolitisées, pour transcender les classes et les bourgs. Par les associations de jeunes, d’aînés, par les fêtes, par les voyages organisés, par une fonction d’assistance sociale enfin, la municipalité contrôle une sociabilité sans dominante politique, syndicale ou professionnelle.

Notes

1 Cf. Revue du Nord, no 253, avril-juin 1982.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search