Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

III. Pratiques de la ville

Planifications urbaines et pratiques sociales en Finlande (De la ville industrielle du xixe siècle à la ville fonctionnaliste des années 1930)

Anne Papart

Texte intégral

1Le choix du titre de cette intervention s’explique par la volonté de mettre en relief deux aspects essentiels si l’on veut comprendre l’évolution urbaine des villes finlandaises :

2– D’une part, ce sont des villes qui, tout au long de leur histoire, se développent essentiellement selon les règles précises de plans d’urbanisme. La Finlande, pays colonisé par la Suède dès le XIIe siècle, puis Grand-Duché de l’Empire tsariste, connaît d’abord le plan en damier caractéristique des villes coloniales, puis ce sont les plans d’Ehrenström au début du XIXe siècle inspiré du plan de Saint-Pétersbourg.

3Quand la croissance de la ville n’est pas contrôlée par l’autorité colonisatrice, elle l’est par les municipalités ou par les entreprises qui, c’est une tradition, font appel à des urbanistes et à des architectes renommés.

4A partir du début du XXe siècle et surtout après l’indépendance, en 1917, le contrôle est quasiment total.

5La production de plans d’urbanisme est considérable, et l’histoire de leurs modifications riche d’enseignements.

6Cependant, les zones de territoires échappent à cette planification dans une période qui s’étend de la révolution industrielle des années 1880-1890 à la fin de la guerre civile.

7Elles correspondent aux quartiers ouvriers qui ont commencé à se détacher en tant que tels du reste de la ville à partir des années 1850-1860 et qui voient se multiplier constructions sauvages, lacis de cabanes et d’édifices voués à la destruction quand les services d’hygiène se mettront en place et affermiront les contrôles au tournant du siècle.

8La ville finlandaise des années 1930 et encore bien davantage la ville contemporaine ont fait disparaître totalement les traces de cet urbanisme sauvage.

9Parallèlement à cet urbanisme sauvage, on observera l’existence de quartiers ouvriers planifiés ou seulement édifiés par les ouvriers eux-mêmes et lieux d’une culture ouvrière spécifique. Nous citerons comme exemple le quartier de Pispala à Tampéré qui ne fut l’objet d’aucune planification « officielle ». Il sera intéressant de le comparer avec un quartier possédant les mêmes caractéristiques (quartier ouvrier, maisons en bois) mais qui vit le jour par une planification municipale, par exemple, Vallila, à Helsinki.

10Il est très important donc de spécifier pour la Finlande l’inexistence d’une évolution urbaine du type de celle que nous connaissons pour de nombreux pays d’Europe où urbanisme contrôlé et urbanisme sauvage se chevauchent, le premier ne l’emportant que tardivement et jamais définitivement.

11Le passage du projet à la réalité urbaine ou le refus d’une planification nous semblent donc un point important. C’est en effet la problématique du conflit entre projet et pratique urbaine.

12– Cela nous amène à notre deuxième point de vue : le rapport planification/pratiques sociales.

13Il s’agit de déterminer ce qui, dans la pratique de l’espace, relève du plan (un réseau de promenades, par exemple) et ce qui relève de la création d’un groupe social, en fonction de ses désirs et des habitudes qu’il s’est créées.

14Nous serons ainsi amenés à envisager trois grandes périodes de l’évolution urbaine à partir de la fin du XIXe siècle :

  1. La ville des ségrégations sociales.

  2. La ville des luttes sociales,

  3. La ville de la paix sociale (mais armée).

1 – C’est la ville de la révolution industrielle et des transformations urbaines de la fin du XIXe siècle

15Évolution des quartiers bourgeois et architecture nationale-romantique, rôle des promenades et des cafés, intimité et séparation avec l’espace de la rue dans un rôle de représentation à l’intérieur des appartements où apparaissent des affirmations de l’identité linguistique (finnoise ou suèdoise).

16Quartiers spécifiques : russe et juif.

17Qui se recoupent d’ailleurs avec les quartiers ouvriers. L’espace de la rue est le lieu du travail, du commerce, du jeu, de l’alcoolisme.

18Nous parlerons des cuisines collectives, de la vie commune à l’intérieur de la cour de l'îlot.

2 – C’est la ville des grèves, des mouvements insurrectionnels et de la guerre civile, surtout entre 1905 et 1917

19La progression du mouvement ouvrier se lit dans la rue et sur les places. On resituera le rôle des « Tyovaentalo », « Les Maisons du Peuple », au sein du quartier ouvrier, comme foyer de culture ouvrière (rôle du théâtre) et de contestation sociale.

20La ville est le siège des défilés, manifestations, cantonnements militaires, et des affrontements entre gardes rouges et blanches. C’est sur la place du marché que se déroulent les terribles défilés de la défaite pour les gardes rouges qui viennent rendre leurs armes et sont dirigés vers les camps de concentration ou les prisons.

21La ville est marquée au fer rouge. La reconstruction sera militaire, politique, sociale et aussi urbaine.

3 – C’est la ville de la paix armée (on fait ici allusion aux Gardes Civiques, issues des anciennes Gardes blanches, qui sont maintenues dans chaque commune et sont une menace constante pour le mouvement ouvrier)

22Les syndicats et les organisations de gauche, principalement la social-démocratie collaborent avec la nouvelle république bourgeoise indépendante.

23La ville devient objet de discours : elle doit être démocratique, ouverte à tous, c’est le début d’une marche progressiste vers la propreté, l’ordre, le confort et la réduction des inégalités sociales par la négociation.

24Il y aura des grèves, les organisations fascistes tenteront une percée, mais la paix sociale triomphera.

25C’est l’époque des plans d’urbanisme inspirés du scandinavisme et cherchant ses sources dans l’architecture des cités médiévales italiennes, la ville se modernise, la brique remplace le bois, les cours se transforment, s’organisent, les espaces verts sont aménagés dans les quartiers ouvriers. De grands efforts sont déployés pour résoudre les aspects sociaux du logement. On insistera sur l’importance de la théorie des cités-jardins en Finlande et on présentera la cité de Kapyla, près d’Helsinki qui fut un modèle et existe encore aujourd’hui.

26Avec les années 1930, c’est le triomphe du fonctionnalisme sur le plan théorique, mais les réalisations ne transforment pas aussi radicalement qu’après la guerre le tissu urbain.

27Mais un nouveau mode de vie s’implante qui va entraîner la ville et transformer les relations sociales. Les principaux aspects en sont l’affirmation du progrès technique, qui apporte confort, hygiène, détente, développement intellectuel et physique et assure l’égalité des hommes dans cette nouvelle société.

28Hygiénisme dans la ville, démarcation par rapport à la rue pour développer le confort des intérieurs (cafés, restaurants, hôtels, coopératives de distribution). Développement des activités sportives, en particulier de la course à pied et de la natation, sans parler du ski qui connaît un essor général, alors qu’il avait été auparavant délaissé par les classes aisées.

29Dans le discours, dans les réalisations architecturales, apparaît la volonté d’assurer des conditions de logement confortables (qui sont effectivement de très haut niveau si on les compare avec d’autres réalisations européennes), de lutter contre la tuberculose qui frappe la majorité de la population, même dans les couches aisées (développement d’une architecture hospitalière qui servira de modèle à bien d’autres pays), de créer les conditions d’une vie confortable.

30Il s'agit de donner corps à cette idéologie de la participation de tous à un idéal commun, démocratique et national. Avant tout effacer les traces des anciennes villes.

31Cependant, des résistances se font jour, des continuités transparaissent jusqu’à nos jours :

  • la vie collective dans les cours communes d’îlots,

  • l’attachement aux conditions de vie dans les maisons en bois que l’on souhaite réparer, même si une réhabilitation « officielle » intervient rarement,

  • le rôle du marché, souvent unique, en dehors de la capitale, et occupant la seule place de la ville, avec son café de plein air.

32De même, il faut lire à travers la destruction de certains quartiers (souvent ouvriers) tandis que des maisons en pierre ou en brique des quartiers bourgeois sont davantage conservées, différentes perceptions de « vivre la ville ».

33Ainsi, en abordant un siècle d’évolution urbaine, on se voit dans la nécessité de poser le problème des conditions de vie en milieu urbain compatibles avec des pratiques sociales héritées du passé et de nouveaux comportements sociaux que certains veulent créer.

34C’est cette problématique qui engage à poser la question du pouvoir sur la ville, de la ville à prendre, de ce qui se crée et qui est détruit.

35Le droit à la ville serait peut-être des morceaux de ville préservés, reconstitués choisis par ceux qui se sentent liés à des pratiques sociales dont les bases ne peuvent disparaître ni par le seul verbe et encore moins sous le choc des bulldozers.

UN EXEMPLE D’« URBANISME SAUVAGE » : Le vieux Katajanokka - HELSINKI (Dessin de R.O. Akerblom – Cliché Musée d’Helsinki)

UN EXEMPLE D’« URBANISME SAUVAGE » : Le vieux Katajanokka - HELSINKI (Dessin de R.O. Akerblom – Cliché Musée d’Helsinki)

L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS BOURGEOIS Aleksanterinkatu - HELSINKI (Cliché Musée d’Helsinki - 1899)

L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS BOURGEOIS Aleksanterinkatu - HELSINKI (Cliché Musée d’Helsinki - 1899)

L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS OUVRIERS « Kinapori » - HELSINKI (Photo Ida Brander. 1908 – Musée d’Helsinki)

L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS OUVRIERS « Kinapori » - HELSINKI (Photo Ida Brander. 1908 – Musée d’Helsinki)

PLACE DU MARCHÉ. 1907 VENDEURS DE GLACES RUSSES (Photo S. Brander – Musée d’Helsinki)

PLACE DU MARCHÉ. 1907 VENDEURS DE GLACES RUSSES (Photo S. Brander – Musée d’Helsinki)

LES CUISINES COLLECTIVES A TAMPERE

LES CUISINES COLLECTIVES A TAMPERE

LES PRINCIPALES VILLES FINLANDAISES

LES PRINCIPALES VILLES FINLANDAISES

GRAPHIQUES 1 et 2

GRAPHIQUES 1 et 2

Table des illustrations

Titre UN EXEMPLE D’« URBANISME SAUVAGE » : Le vieux Katajanokka - HELSINKI (Dessin de R.O. Akerblom – Cliché Musée d’Helsinki)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS BOURGEOIS Aleksanterinkatu - HELSINKI (Cliché Musée d’Helsinki - 1899)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre L’ESPACE DE LA RUE : QUARTIERS OUVRIERS « Kinapori » - HELSINKI (Photo Ida Brander. 1908 – Musée d’Helsinki)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre PLACE DU MARCHÉ. 1907 VENDEURS DE GLACES RUSSES (Photo S. Brander – Musée d’Helsinki)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre LES CUISINES COLLECTIVES A TAMPERE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre LES PRINCIPALES VILLES FINLANDAISES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre GRAPHIQUES 1 et 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15110/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

Université d’HELSINKI

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search