Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

II. Structure de la ville et quartiers

Les ouvriers orléanais dans leurs quartiers en 1911

Antoine Prost

Texte intégral

1La société urbaine du début du siècle est encore assez mal connue. Pourtant, les sources ne manquent pas, qui permettent de la saisir : listes nominatives des divers recensements, listes électorales, annuaires, registres fiscaux, la masse même de la documentation disponible découragerait le chercheur. A coup sûr, il faut ici procéder par sondage, mais la conception de l’enquête en détermine à l’avance les résultats : les partis adoptés doivent donc être justifiés.

1 – L'enquête et sa méthode

a) Le découpage en quartiers

2Pour établir la géographie sociale d’une ville comme Orléans, il faut la diviser en quartiers, mais cette division même, en toute rigueur, supposerait qu’on connaisse déjà sa structure sociale. Il n’est d’autre méthode, pour échapper à ce cercle vicieux, que de se fier, au départ, à une connaissance intuitive de la ville, et d'adopter le découpage que suggère la connaissance de son histoire et de son urbanisme.

3Pour Orléans, l’entreprise est relativement facile. Sur le tracé des anciens remparts de 1481, la ceinture des mails isole en effet nettement la ville ancienne des excroissances plus récentes (voir carte 1). Aux Archives Municipales, deux registres distincts conservent les listes nominatives des habitants de ces deux ensembles, que séparent de même les circonscriptions électorales. Dans le centre-ville, ainsi déterminé, nous avons distingué cinq quartiers : à l’Est, le quartier A ; au centre, le quartier B, en bordure de Loire, sur les limites approximatives de la ville gallo-romaine. Ce quartier dont la rue de la Charpenterie et la rue de Bourgogne sont les axes majeurs, est celui du port de Loire au XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Au Nord, limité par la rue Jeanne d’Arc (1840), l’axe méridien de la rue Bannier et le mail, un quartier d’hôtels particuliers et de maisons bourgeoises, autour d'un axe très ancien : la rue de la Bretonnerie, et de rues plus récentes, comme celles de la République (1895) ou d’Alsace-Lorraine. A l’Ouest, entre le mail et l’axe commerçant de la rue Bannier, prolongée par la rue Royale, deux autres quartiers centraux : le quartier D, au Nord de la rue des Carmes, un quartier de maisons bourgeoises et de couvents, puis, au sud de cet axe, le quartier E, plus populaire : l’ancien quartier des raffineries de sucre.

ORLÉANS EN 1911

ORLÉANS EN 1911

4Plus vaste, moins peuplée, la ceinture des faubourgs est facile à découper. En allant de l’Ouest au Sud, on trouve : le quartier F (Saint-Laurent), le plus ancien faubourg, le long de la route de Blois : c’est un quartier populaire, ou fument les cheminées des fabriques de couvertures, ou celles du constructeur de voitures Delaugère. Puis un quartier d’urbanisation récente (1876), mais délibérée, reconnaissable à son réseau de rues rectilignes, autour de la place Dunois, que nous nommons le quartier G. Au Nord de la voie ferrée qui le limite, le quartier H, ou des Blossières, plus récent et plus anarchique dans son urbanisme. A l’Est de la voie ferrée, le quartier I est celui des casernes. Enfin deux quartiers, le quartier J le long de la route de Gien, puis, au Sud de la Loire, le quartier K, autour de l’avenue Dauphine, qui conduit à Olivet, ont gardé une allure rurale, avec leurs maisons entourées de vignes ou de cultures maraîchères.

b) Le sondage

5Ce premier problème étant ainsi réglé, de façon empirique, il est facile de connaître la population de chaque quartier, puisque les listes nominatives du recensement de 1911 nous la donnent, rue par rue. On constate alors d’importantes différences de population, de l’ordre du simple au triple, entre les quartiers les moins peuplés, comme celui des casernes (I = 3.475 hab.), ou le « beau quartier » de la Bretonnerie (C = 3.653), et les quartiers les plus peuplés comme la Charpenterie (B = 9.335) ou le quartier Dunois (G = 9.922).

6Dans ces conditions, effectuer un sondage uniforme, en prenant par exemple partout un habitant sur dix, nous aurait conduit à raisonner sur des échantillons de taille très différente, d’un quartier à l’autre. Or l’on sait que tout pourcentage calculé sur un échantillon est affecté d’un intervalle de confiance qui dépend de la taille de l’échantillon. Avec un échantillon quatre fois plus important qu’un autre, on obtient un pourcentage deux fois plus précis. Pour éviter de comparer des pourcentages de précision trop différente, il fallait donc partir d’échantillons de taille voisine, dans les divers quartiers. Nous y sommes parvenus en adoptant un taux de sondage différent : l/20e dans les quartiers les plus peuplés (B, E, G, K), 1/10e dans les moins peuplés (A, C, F, H, I), et 1/15e dans les deux quartiers D et J.

7Restait à définir la base de l’échantillon. Les listes nominatives, qui constituent notre source majeure, sont structurées par rues, maisons, ménages et individus. Fallait-il prendre un individu sur dix ou vingt ? une maison ? Nous avons choisi de prendre un ménage sur dix ou vingt. Partir des maisons nous aurait fourni un échantillon très limité, et nous aurions risqué des biais importants. En revanche, partir des individus aurait fourni des résultats beaucoup plus précis sur la démographie ou la sociologie de la ville. Mais nous n’aurions rien pu dire des structures domestiques, qui constituaient l'un de nos intérêts majeurs. Nous avons donc ainsi onze échantillons de ménages, dont la taille est comprise entre 102 et 165. Au total, 1.420 ménages, comprenant 4.366 individus.

8Ainsi constitué, ce sondage semble fiable. Ses résultats globaux concordent en tout cas de fort près avec les données mêmes des listes nominatives. Pour une population publiée de 63.883 habitants (non compris la population comptée à part, fort importante dans cette ville de garnison : 8.213), la récapitulation des individus figurant sur les listes indique 63.521 habitants, sans que puisse s’expliquer la différence des deux chiffres. Notre sondage indique une population de 63.540 habitants ; la concordance globale est donc très satisfaisante. Au niveau des onze quartiers, elle est évidemment moins bonne, l’écart entre la population effective et l’estimation du sondage étant inférieur à 4 % pour 6 quartiers, et toujours inférieur à 10 %.

c) Les études de quartiers

9Les limites d’un tel sondage sont évidentes. Il fournit une estimation d’ensemble acceptable des structures démographiques et sociales orléanaises, à la veille de la première guerre mondiale. Il ne permet pas, en revanche, d’entreprendre une analyse fouillée des structures domestiques des divers groupes sociaux dans les divers quartiers : pour chacun d’eux, en effet, l’échantillon est trop faible. C’est pourquoi nous avons complété le sondage par l’étude exhaustive de certaines rues, dans six quartiers différents. Le noyau du quartier Charpenterie, celui du quartier Saint-Laurent (F), l’essentiel du quartier Bretonnerie (C), deux ensembles de rues, dans le quartier Dunois (G), l'un, à proximité des mails, plus bourgeois, l’autre, à proximité de la voie ferrée, plus populaire (respectivement désignés comme quartiers « Dunois » et « Gaucourt »), et enfin, l’ensemble des rues Royale et Bannier, que le sondage fait éclater entre quatre quartiers différents (B, C, D et E), masquant ainsi leur remarquable homogénéité de rues commerçantes. Au total, le dépouillement porte sur 7.716 individus et autorise des conclusions beaucoup plus sûres que le sondage.

  • 1 Cette enquête n’aurait pu être conduite à bien sans le soutien financier du Conseil scientifique de (...)

10La documentation ainsi constituée permet de multiples études, on se limitera ici au problème des ouvriers dans la ville1.

2 – Orléans, ville ouvrière ?

a) Le poids des ouvriers dans la population

11La première constatation surprend. A cette époque, en effet, Orléans est une ville assoupie, dont la croissance est faible (58 % depuis le milieu du XIXe siècle) ; une ville de garnison, de tribunaux et d’administration. Or les ouvriers y sont fort nombreux. Dans l’ensemble de la population masculine de plus de 13 ans, on compte 34,7 % d'ouvriers, auxquels s’ajoutent 10 % de cheminots et 3,7 % de domestiques, soit 48,4 % au total. Si l’on tient compte des seuls actifs, avec 52,9 % de la population, la classe ouvrière ainsi entendue est majoritaire à Orléans.

  • 2 Voir notre article : « Mariage, jeunesse et société à Orléans en 1911 », Annales E.S.C., juillet-ao (...)

12Ces données sont confirmées par les résultats d’une enquête effectuée dans les actes de mariage de 1911. Selon cette source, 56 % de la population, à la génération des pères, et 61,1 % à la génération des fils appartiendraient à ces catégories sociales2. Mais les actes de mariage sous-estiment la bourgeoisie, qui se marie souvent dans des propriétés campagnardes. De ce fait, ils donnent des ouvriers une estimation excessive. Il n’en reste pas moins que ceux-ci pèsent d’un poids inattendu.

13L’explication n’est guère difficile. A la veille de la première guerre mondiale, le secteur que l'on appelle aujourd’hui tertiaire est encore très peu développé. Les employés, y compris les plus qualifiés, les futurs « cadres moyens », représentent 15,4 % seulement des actifs, face aux commerçants et artisans (12,1 %) et aux bourgeois de toute sorte, industriels ou négociants, hauts fonctionnaires ou membres des professions libérales, propriétaires enfin (12,1 %). L’importance prépondérante des ouvriers n’est que la conséquence de l’effacement des classes moyennes.

14Entre ces ouvriers, d’ailleurs, et ce qu’on désigne maintenant du même terme, les différences sont notables. Il s’agit rarement d’ouvriers d'usine au sens moderne, mais bien plutôt d’un peuple urbain laborieux. Les journaliers par exemple comptent pour 11,1 % des actifs, et les divers travailleurs du bâtiment, pour 7,5 %. En revanche, les ouvriers des métaux, serruriers, chaudronniers, mécaniciens, constituent 6 % des actifs. Encore l’atelier l'emporte-t-il souvent sur l’usine, même dans ce secteur. Le XIXe siècle n’est pas encore terminé.

15L’examen de la population féminine conduit aux mêmes conclusions. Certes, la proportion de femmes inactives approche la moitié : 46,1 %, dans la population de plus de 13 ans. Mais, parmi les actives, les ouvrières, qui représentent 27,3 % de la population totale, comptent pour plus de la moitié : 50,6 %. Parmi elles, les couturières l’emportent (14 %), suivies par les domestiques et les journalières (11,8 et 10,4 %).

16Ces résultats diffèrent nettement de ceux fournis par l’enquête sur les actes de mariage ; la structure professionnelle des jeunes mariées s’écarte sensiblement des valeurs moyennes : ne comptait-on pas parmi elles plus de 40 % de couturières ? C'est que l’emploi féminin varie beaucoup plus que l’emploi masculin en fonction du cycle de vie. L’homme se définit à l’époque par le métier, la femme par la situation familiale. On s’explique ainsi la bonne concordance globale des deux enquêtes pour les hommes, alors qu'elles divergent au contraire pour les femmes.

b) Le poids des Orléanais parmi les ouvriers

  • 3 Population par C.S.P., origine géographique et inscription sur les listes électorales :

17L’examen des origines géographiques des diverses couches de la population réserve une seconde surprise : après les vignerons et maraîchers, les ouvriers sont les plus Orléanais des Orléanais3. Plus de 4 ouvriers sur 10 sont nés à Orléans ou dans les communes limitrophes qui constituent sa banlieue. On est loin de l’image d’un prolétariat déraciné et migrant. C’est tout juste si les journaliers, avec 36,3 % d’orléanais, et surtout les journalières – 31,6 % d’orléanaises de souche, contre 53,6 % parmi les ouvrières – se signalent par une plus forte proportion d’immigrants. Dans l’ensemble, les ouvriers sont plus enracinés que les autres catégories sociales, et c’est paradoxalement la bourgeoisie, avec 27,9 % d’orléanais, qui est le groupe le plus mobile, le plus ouvert aux courants migratoires.

18Parmi les ouvriers, pourtant, l’originalité des cheminots mérite d'être signalée. Comme les domestiques, ils viennent d’ailleurs. Rares sont parmi eux les Orléanais. L’étude attentive de leur origine signale le rôle déterminant du réseau : nés en Dordogne, en Charente, en Gironde, leur mobilité s’est effectuée au long des rails. Et c’est d’ailleurs dans la grande famille cheminote qu’ils prennent femme.

19L’enracinement local des ouvriers est confirmé par leur inscription sur les listes électorales. Nous avons en effet complété systématiquement le dépouillement des listes nominatives par celui des listes électorales, et nous savons si les hommes majeurs sont ou non inscrits sur celles-ci. L’étude valait d’être entreprise, puisqu’elle révêle, dans l’Orléans de 1911, l’importance de la non-participation à la vie politique : 31,2 % des hommes ne sont pas inscrits sur les listes électorales, et ne participent donc pas, fût-ce par leur abstention, à la vie politique. Or les ouvriers ne sont pas plus marginaux, de ce point de vue, que la moyenne de la population. Les cheminots sont inscrits sur les listes électorales à 71,5 %, les ouvriers du bâtiment à 70,2 %, les autres ouvriers (métaux, textile, alimentation) à 72,8 %. Moins bien intégrés à la vie locale sont les journaliers (57,7 % seulement d’électeurs), et surtout les domestiques (44,5 %). Mais les bourgeois, avec 69,7 % d’électeurs, ne font pas mieux que le gros des ouvriers. On ne saurait donc reprendre pour Orléans la formule célèbre des ouvriers qui campent aux portes de la Cité : en 1911, en tout cas, ils se signalent plutôt par leur forte intégration. Ce sont des Orléanais à part entière, et même un peu plus que les autres.

20Ces résultats globaux recouvrent pourtant des réalités concrètes plus nuancées.

3 – Quartiers ouvriers et diversité ouvrière

a) Les quartiers ouvriers

21Les ouvriers, on s’en doute, n’habitent pas n’importe quels quartiers d’Orléans, mais leur géographie est fort complexe (voir carte 2).

22En premier lieu, il n’est pas de quartier sans ouvriers, à l’exception de l’aristocratique quartier Bretonnerie (C), où ils figurent à l’état de « traces » : 7,3 %, cheminots inclus, domestiques exclus. Partout ailleurs, on trouve au moins quelques rues ouvrières. La ségrégation sociale, réelle, ne s’effectue pas au niveau du quartier tout entier, mais plutôt de la rue, voire d’un fragment de rue.

  • 4 Importance des ouvriers dans les quartiers :

23Certains quartiers sont pourtant beaucoup plus ouvriers que les autres, mais ce ne sont pas exactement les mêmes, selon qu’on compte ou non les cheminots4. En effet, ceux-ci habitent à proximité de leurs lieux de travail : la gare (quartier I), le dépôt-atelier, aux confins des quartiers G et H. Si l’on inclut les cheminots dans l’analyse, les quartiers les plus ouvriers sont le quartier Saint-Laurent (F), puis ceux des Blossières (H), de la Charpenterie (B) et de l’Hôpital (E). Si on les néglige (carte 3), le quartier Saint-Laurent, celui des usines, reste le plus ouvrier, suivi par les trois quartiers de la vieille ville qui bordent le fleuve. L’importance de la bourgeoisie, petite et moyenne, dans le quartier Dunois (G) ou le vieux quartier compris entre la rue des Carmes et la rue Bannier (D) ; dans les faubourgs de l’Est (J) ou du Sud (K), le maintien de vignerons et de maraîchers, font passer les ouvriers au second plan. Rien, dans cette géographie sociale de la ville, ne surprend vraiment.

24Il faut une analyse plus fine pour dépasser ce premier constat. Si l'on distingue, en effet, diverses strates, au sein du monde ouvrier, chaque quartier prend une physionomie particulière. Le quartier Charpenterie, par exemple (B), se signale par l’importance des ouvriers non qualifiés. Pour 14,2 % de la population totale, il abrite 19,4 % des ouvriers du bâtiment, 22 % des journaliers, et surtout, 31,6 % des journalières, qui s’y trouvent concentrées. Le vieux quartier de l’hôpital (E) est bien différent : les journalières y sont à peine sur-représentées (11,9 % de celles de l'agglomération, pour un quartier qui pèse 10,1 %), comme les journaliers (14,1 %). En revanche, les ouvriers du bâtiment sont nombreux (16,8 % du total Orléanais), comme les ouvriers des autres métiers (16,7 %). On est dans un quartier différent de celui du port de Loire : les emplois qualifiés l’emportent sur ceux de manutention. Ici, notamment, résident plus du quart des ouvriers en métaux de la ville (26 %). A l’opposé de la vieille ville, à l’Est, entre les mails et la Loire, le quartier A présente des caractères voisins, mais plus atténués : peu de journaliers (4,4 % du total, quand le quartier héberge 7,5 % de la population), un peu plus de journalières (8,2 %), mais ici, à la différence du quartier Charpenterie voisin, les femmes sont plutôt ouvrières, c'est-à-dire couturières (10,4 % du total des couturières orléanaises, contre 17,2 % pour le quartier B, deux fois plus peuplé). Les ouvriers masculins sont, eux aussi, plus fréquents que les journaliers, et parmi eux les ouvriers du bâtiment : les entreprises artisanales abondent dans le quartier.

OUVRIERS ET CHEMINOTS

OUVRIERS ET CHEMINOTS

% de journaliers, d'ouvriers du bâtiment et des autres métiers, cheminots inclus, dans la population de plus de 13 ans.

OUVRIERS

OUVRIERS

% de journaliers, d'ouvriers du bâtiment et des autres métiers, cheminots inclus, dans la population de plus de 13 ans.

25A l’extérieur des mails, même diversité. Le quartier le plus ouvrier de la ville, celui des usines, le quartier Saint Laurent, se signale par une sur-représentation de tous les types d’ouvriers. Pour 7 % de la population, il accueille 15,9 % des journaliers, 12,4 % des ouvriers et 8,4 % des ouvriers du bâtiment. Mais sa principale originalité n’est pas ce relatif équilibre des corps de métiers : c'est le déséquilibre entre l’emploi masculin et féminin. Les quartiers ouvriers de la vieille ville semblent plus favorables au logement des femmes qui travaillent. Ici, certes, on retrouve 11,5 % des journalières de la ville et 10 % des ouvrières, soit plus, proportionnellement, que la population du quartier, mais le décalage avec l'emploi masculin est sensible. Il s’accroît dans les quartiers plus neufs, autour de la place Dunois (G), jusqu'à la voie ferrée de Tours, et, au-delà, dans le quartier des Blossières (H) : peu de journaliers et de journalières, peu d'ouvrières, moins, en tout cas, que ne l’autoriserait la population de ces quartiers. De même, peu d’ouvriers du bâtiment. En revanche, beaucoup d’ouvriers qualifiés, du secteur des métaux notamment (21,1 % du total de la ville dans le quartier G, pour 16,7 % de la population), et plus encore de cheminots : respectivement 26,7 et 23,4 %, soit plus de la moitié des cheminots Orléanais, pour 16,7 et 5,9 % de la population totale.

26Ces différences suggèrent des histoires contrastées : les ouvriers des vieux quartiers ne seraient-ils pas de vieux Orléanais, tandis que ceux des quartiers neufs, plus qualifiés, occupés à des activités plus récentes – la mécanique, les chemins de fer – seraient aussi des immigrants ? L’hypothèse, en tout cas, vaut d’être vérifiée.

b) Orléanais et immigrants

27Nous ne pouvons ici raisonner sur les seuls ouvriers, ni diversifier beaucoup notre analyse : pour travailler sur des effectifs suffisants, nous devons réunir en un seul ensemble les classes populaires, à l’exception des cheminots, dont nous savons qu’ils sont pour la plupart immigrés.

28Dans cet ensemble, il se confirme que le quartier Saint-Laurent (F) et celui de l'hôpital (E) sont de vieux quartiers Orléanais : ils comptent respectivement 49,2 et 48,4 % d’orléanais de souche (nés à Orléans ou dans la banlieue) dans les classes populaires. Mais le quartier des Blossières (H), avec 46,8 %, vient juste derrière eux, ce qui constitue une surprise, s’agissant d’un quartier neuf, le plus éloigné du centre. Inversement, les deux autres vieux quartiers ouvriers du centre ville, les quartiers A et B, comptent 36,6 et 37 % d’orléanais dans le peuple, soit à peine plus que le très moderne quartier Dunois (G). Un biais manifeste interdit d’accepter l’explication trop simple de la diversité des quartiers ouvriers par l’ancienneté de l’enracinement Orléanais.

29Le dépouillement exhaustif des listes nominatives pour certains quartiers permet heureusement d’affiner l’analyse, en calculant la proportion d’orléanais séparément pour les hommes et les femmes, et, au moins partiellement, pour les différentes strates ouvrières.

30Dans le quartier de la Charpenterie, les ouvriers du bâtiment sont Orléanais à 41,4 % et les ouvriers des autres métiers à 50,8 %, tandis que les journaliers le sont à 43,1 %. On peut donc dire que les ouvriers qualifiés sont plus Orléanais que les non qualifiés, mais l’écart est faible. Il est en revanche très sensible pour les femmes : les ouvrières sont orléanaises, comme les hommes (48,8 %) mais les journalières sont très majoritairement des immigrées (28,9 % d’orléanaises). Or on a vu que c’était le quartier de prédilection des journalières : voilà qui explique qu’il soit moins Orléanais qu’on ne s’y attendait.

31Dans le quartier Saint-Laurent, le dépouillement ne permet pas de séparer les journaliers des ouvriers du bâtiment, trop peu nombreux. On y retrouve, accentuée, l’opposition des ouvriers qualifiés et non qualifiés : 38,5 % des journaliers et hommes du bâtiment sont Orléanais, contre 53,6 % des ouvriers des métiers. Mais le contraste est beaucoup plus marqué encore chez les femmes : 30 % seulement d’orléanaises parmi les journalières, soit à peine plus que dans le quartier Charpenterie, contre 67,9 % chez les ouvrières, pour la plupart couturières, et qui, dans ce quartier, semblent beaucoup plus enracinées que leurs collègues.

32Dans le quartier Gaucourt, enfin, partie populaire du quartier G, la taille restreinte de l’échantillon et l’importance des cheminots, obligent à regrouper les journaliers, les ouvriers du bâtiment et ceux des autres métiers. Ici, pas de surprise : le quartier neuf accueille des immigrants, et les différences entre sexes sont négligeables. 32,4 % d'orléanais chez les hommes, 33,3 % chez les femmes qui travaillent. Deux travailleurs sur trois sont nés en dehors de la ville.

c) Les ménages ouvriers

33A ces différences de structure sociale s’ajoutent des différences plus subtiles d’organisation domestique. Le dépouillement des listes nominatives ayant été effectué par ménages, nous livre sur ce point d’intéressantes constatations.

34D’abord, la nature même des ménages ouvriers ou populaires varie, d’un quartier à l’autre. Nous avons distingué les types de ménage en fonction du noyau autour duquel il se constitue, et auquel s’ajoutent éventuellement des ascendants ou collatéraux, des domestiques ou des personnes sans lien de parenté identifiable. La typologie des noyaux de ménages est simple : il s’agit soit d'un couple, avec ou sans enfants (respectivement : type N ou M, ou D et C s’il n’est pas légitime), ou de solitaires : femmes seules (F) ou avec leurs enfants (G), hommes seuls (H) ou avec des enfants (I). Un dernier type (X) est constitué par les rares ménages de constitution différente (trois frères vivant ensemble par exemple). Nous avons ainsi quatre types de ménages noués autour d’un couple, et quatre types autour d’une personne sans compagnon.

  • 5 Types de ménages pat quartiers ( %)

35Or, quand on passe du centre ville à la périphérie, du quartier des journaliers et journalières à celui des cheminots, les solitaires reculent devant les couples de façon frappante5. On compte 75 % de ménages noués autour d’un couple légitime (type M et N) dans le quartier G, contre 55,2 % seulement dans le quartier B : les autres quartiers se distribuent entre ces deux extrêmes : 58,2 % en A, 60,7 % en E, 63,5 % en H, 67,1 % en F. De même, la taille moyenne des ménages augmente, du quartier B (2,73 personnes par ménage) au quartier G (3,32), en passant par des valeurs intermédiaires pour les autres quartiers : 2,72 (E), 3,06 (F), 3,01 (H) et 3,27 (A). Manifestement, les ouvriers des divers quartiers ne diffèrent pas seulement par leur enracinement Orléanais et leur métier, mais aussi par leur statut matrimonial ou familial.

  • 6 Ménages de trois quartiers selon la strate d’appartenance (d’après le dépouillement exhaustif de ce (...)

36Le dépouillement exhaustif de certaines rues éclaire cette diversité. Le quartier Charpenterie frappe par l’importance qu’y prennent les femmes seules : sur 1.004 ménages, 200 sont constitués par des femmes seules, sans enfants, dont 19, il est vrai, vivent avec un parent ou une amie, 95 par des femmes qui ont des enfants, mais pas de compagnon, et 93 par des hommes seuls, sans enfants. Une analyse plus fine6 montre que les femmes seules sont pour la plupart couturières ou journalières : la proportion de ménages de type F atteint, dans ce quartier, 30,8 % chez les ouvriers, contre 23 % seulement chez les journaliers. Ce quartier se signale, d’autre part, comme un lieu d’élection pour les couples illégitimes. Les ménages de type C et D représentent ici 7 % du total ; comme les situations irrégulières sont exceptionnelles parmi les artisans et commerçants, on devine qu’elles sont, symétriquement, plus nombreuses encore que la moyenne, parmi les ouvriers : de fait, le pourcentage de ménages constitués autour d’un couple illégitime dépasse 8 % chez les ouvriers, pour atteindre 11,2 % chez les journaliers, et culminer à 18,4 % chez les ouvriers du bâtiment. Quelques rues concentrent d’ailleurs ces couples : rue de la Corroirie, par exemple, ils sont plus nombreux que les couples légitimes.

37Dans les autres quartiers ouvriers, ces ménages « à la colle », se font plus que rares, mais d’autres nuances apparaissent. Dans le quartier cheminot que nous avons isolé, au sein du quartier G, autour de la rue de Gaucourt, les ménages de solitaires sont réduits au minimum, et près des trois-quarts des ménages sont composés par des couples légitimes. Dans le quartier des usines, près de l’église Saint-Laurent (quartier F), même situation, un peu moins accusée, avec deux-tiers de ménages constitués par des couples légitimes : ici, pourtant, les couples sans enfants sont un peu moins nombreux que rue de Gaucourt. Toute une gamme de nuances subtiles s’esquisse ainsi.

38Pour en situer plus précisément les degrés, le critère de la structure des ménages ne suffit pas. On peut le compléter par deux autres critères : d’une part la différence d’âge entre époux. On sait en effet que la bourgeoisie se distingue nettement du peuple sur ces deux points : les femmes mariées n’y travaillent pas, et les maris y sont beaucoup plus âgés que leurs femmes. Il est donc légitime de penser que, si des différences séparent les diverses composantes de la classe ouvrière, elles doivent être perceptibles en recourant à ces deux critères.

39La différence d’âge entre époux ne semble guère jouer ; elle ne permet pas d’opposer un quartier à l’autre, ou une strate ouvrière à une autre. La situation des femmes mariées, en revanche, est très discriminante. De ce point de vue, Saint-Laurent se rapproche de la Charpenterie, dont il se distingue par une moindre proportion de ménages de solitaires. En revanche, le quartier Gaucourt s’oppose aux deux autres par une très faible proportion de femmes d’ouvriers qui travaillent. Chez les cheminots, notamment, il semble exceptionnel qu’une femme mariée ne se consacre pas exclusivement à son ménage. Ainsi, nous pourrions établir une hiérarchie des quartiers ouvriers : en bas de l’échelle, la Charpenterie, avec la plus forte proportion de ménages de solitaires ou de concubins ; au milieu, Saint-Laurent, où les couples sont plus nombreux, mais où les femmes travaillent ; au sommet des quartiers populaires, le quartier Gaucourt, avec 75 % de couples légitimes dans les ménages ouvriers (cheminots inclus) et plus des deux-tiers des femmes mariées qui ne travaillent pas.

  • 7 Plutôt que de comparer des pourcentages précaires, en raison de l’effectif sur lequel ils auraient (...)

40Ces résultats posent un problème délicat : effet de quartier, ou effet de classe ? La composition sociale de nos trois quartiers n’étant pas identique, il se peut que les différences qui les séparent tiennent, non seulement aux non-ouvriers – nous les avons exclus des analyses précédentes – mais au poids inégal, ici et là, des journaliers ou des ouvriers proprement dits. Pour lever cette hypothèque, il faut effectuer les comparaisons à l’intérieur de chaque strate. Nos échantillons le permettent, mais leurs effectifs sont si faibles qu’ils exigent beaucoup de rigueur statistique pour aboutir à des résultats fiables. Nous donnons en note 6 les données retenues pour ces comparaisons, et, en note7, les différences éprouvées comme significatives.

41Pour l’ensemble des ouvriers (journaliers, bâtiment, autres ouvriers, cheminots exclus), il se confirme que la différence est très faible entre Saint-Laurent et Gaucourt : elle n’est significative que suivant un critère, l’activité des femmes mariées. Entre la Charpenterie et Saint-Laurent, la différence est forte, mais sur un seul critère, la structure des ménages. Enfin, la Charpenterie et Gaucourt s’opposent à la fois sur la structure des ménages et l’activité des femmes mariées. D y a vraiment (c’est-à-dire de façon statistiquement significative) plus de femmes mariées qui ne travaillent pas et plus de ménages formés autour d’un couple légitime rue de Gaucourt qu’à la Charpenterie.

42Si l’on conduit maintenant la même analyse d’une part sur les journaliers, d’autre part sur les ouvriers — ceux du bâtiment étant exclus, en raison de leur trop petit effectif – les choses changent : pour les ouvriers, nous retrouvons exactement les mêmes différences entre quartiers, alors qu’elles s’estompent pour les journaliers dont le comportement domestique n’est vraiment différent que si l’on compare les deux extrêmes, Gaucourt/La Charpenterie, et sur un seul critère, la structure des ménages.

43On voit la portée de ces résultats : ils établissent l’existence d’un effet de quartier, indépendamment des différences de composition sociale. Les ouvriers ne sont pas les mêmes ici et là. Mais cet effet de quartier est limité : il joue beaucoup moins pour les journaliers que pour les ouvriers proprement dits, d’autres calculs montrant que les ouvriers du bâtiment ne se distinguent pas significativement, sur ces points, des autres ouvriers. D’autre part, il se combine avec un effet de classe, qui introduit, pour un même quartier, des différences entre les journaliers et les ouvriers.

44Au vrai, pour peu qu’on résume ces données complexes par deux séries de valeurs simples, d’une part le pourcentage de femmes mariées inactives, d’autre part, la proportion de ménages constitués autour d’un couple légitime, on peut représenter de façon simple (graphique ci-après) chaque groupe de chaque quartier. On voit alors apparaître une sorte de continuum échelonné, des journaliers de la Charpenterie, aux ouvriers de Gaucourt, les journaliers de Saint-Laurent, puis, très proches les uns des autres, les journaliers de Gaucourt et les ouvriers de Saint-Laurent, occupant des positions intermédiaires. En haut de cette hiérarchie, les cheminots du quartier Gaucourt, où plus de huit ménages sur dix prennent la forme d’un couple légitime (85 %), et où moins d’une femme mariée sur quatre travaille (24 %). La classe ouvrière orléanaise s’échelonne ainsi, des journaliers de la Charpenterie aux cheminots de Gaucourt, suivant une hiérarchie des normalités domestiques.

45Ce jeu croisé des effets de quartier et des différences de strates au sein de la classe ouvrière pose une question délicate : où est la cause, et où l’effet ? Est-ce l'enracinement d’une population donnée, avec ses emplois et ses structures familiales, qui donne aux quartiers leur visage ? Est-ce au contraire l’habitat disponible, la structure même du bâti, qui attire et sélectionne de façon différentielle tel ou tel type d’ouvriers, c’est-à-dire de ménages ouvriers ? J’ai tendance à penser que la nature même des logements disponibles dans un quartier donné, résultat des constructions réalisées au cours des âges, intervient de façon déterminante dans le choix que font tels ou tels ouvriers d’y élire résidence. La ville préexiste aux citadins : non qu’elle échappe à l’histoire, mais elle relève d’une histoire plus lente et plus ample que celle des hommes qui l’habitent.

MÉNAGES OUVRIERS SELON LA STRATE (journaliers, ouvriers, cheminots, respectivement J, O et Ch.F). ET LE QUARTIER (Charpenterie, Saint-Laurent, Gaucourt, respectivement Cha, SLt et Gau) A ORLÉANS EN 1911

MÉNAGES OUVRIERS SELON LA STRATE (journaliers, ouvriers, cheminots, respectivement J, O et Ch.F). ET LE QUARTIER (Charpenterie, Saint-Laurent, Gaucourt, respectivement Cha, SLt et Gau) A ORLÉANS EN 1911

46Une chose semble sûre, en tout cas : c’est que l’unité de la classe ouvrière n’est pas une évidence de la sociologie urbaine. Quand on soumet les travailleurs à une analyse fine, et qui tienne compte de leur situation de famille, comme de leur mode d’habitat, la classe ouvrière éclate en une pluralité de groupes définis par des métiers et des quartiers. L’unité ouvrière n’est pas un fait, mais une histoire ; elle naît de l’opposition aux autres groupes, des affrontements et des luttes ; elle est aussi fait de culture et d’idéologie, construction d’une identité. L’étude exigeante de la condition ouvrière renvoie ainsi à celle du mouvement ouvrier et de la culture ouvrière.

Notes

1 Cette enquête n’aurait pu être conduite à bien sans le soutien financier du Conseil scientifique de l’Université d’Orléans. Les dépouillements ont été effectués par Mme Laurence Godard, avec une efficacité vigilante. Les calculs, programmés par mes soins, ont été effectués au Centre interuniversitaire de calcul de la région Centre. Que tous ceux dont le concours a permis cette étude trouvent ici mes sincères remerciements.

2 Voir notre article : « Mariage, jeunesse et société à Orléans en 1911 », Annales E.S.C., juillet-août 1981, pp. 672-701. Les résultats de ces deux enquêtes sont résumés par le tableau suivant :

Structures sociales orlèanaises en 1911, d’après deux enquêtes

Image 10000000000002660000013149C44C58.jpg

Les chiffres du recensement s’entendent, pour les hommes, dans l’ensemble des actifs, pour les femmes, dans l’ensemble de la population de plus de 13 ans. L’enquête sur les mariages retient toutes les mariées de 1911, et, parmi leurs conjoints, ceux-là seuls qui habitent Orléans. Par « bourgeois », nous entendons les propriétaires et rentiers, les membres des professions libérales, les hauts-fonctionnaires, magistrats et officiers, les négociants et industriels, et les rares ingénieurs ou dirigeants d’entreprises salariés.

3 Population par C.S.P., origine géographique et inscription sur les listes électorales :

Image 10000000000002200000010C6D90D137.jpg

Le pourcentage d’électeurs par C.S.P. est naturellement calculé sur les seuls individus majeurs.

4 Importance des ouvriers dans les quartiers :

Proportion d'ouvriers sur 100 habitants de chaque quartier (plus de 13 ans)

Image 100000000000028E000000D47C5DDF40.jpg

Proportion d’habitants de chaque quartier pour 100 dans l’ensemble de la ville

Image 1000000000000274000000D27ED081FD.jpg

5 Types de ménages pat quartiers ( %)

Image 100000000000024C0000010214FB1897.jpg

Taille des ménages : nombre moyen de personnes par ménage.

6 Ménages de trois quartiers selon la strate d’appartenance (d’après le dépouillement exhaustif de certaines rues). Effectifs.

Image 10000000000002E1000002072651DADE.jpg

7 Plutôt que de comparer des pourcentages précaires, en raison de l’effectif sur lequel ils auraient été calculés, j’ai calculé les 2 à partir des effectifs du tableau ci-avant. On les trouvera dans le tableau suivant. Le nombre de degrés de liberté se déduit du tableau ci-avant. Les 2 significatifs sont indiqués comme suit : + = significatif à p =.05, ++ = significatif à p =.01 et +++ = significatif à p. =.005.

Image 10000000000002D900000117A60F98D5.jpg

Table des illustrations

Titre ORLÉANS EN 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre OUVRIERS ET CHEMINOTS
Légende % de journaliers, d'ouvriers du bâtiment et des autres métiers, cheminots inclus, dans la population de plus de 13 ans.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre OUVRIERS
Légende % de journaliers, d'ouvriers du bâtiment et des autres métiers, cheminots inclus, dans la population de plus de 13 ans.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre MÉNAGES OUVRIERS SELON LA STRATE (journaliers, ouvriers, cheminots, respectivement J, O et Ch.F). ET LE QUARTIER (Charpenterie, Saint-Laurent, Gaucourt, respectivement Cha, SLt et Gau) A ORLÉANS EN 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search