Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

II. Structure de la ville et quartiers

Le quartier au milieu du xixe siècle : séjour ou passage ?

Jean-Claude Robert

Texte intégral

1A partir d’un exemple montréalais, cette communication examine le rôle du quartier dans la croissance urbaine du XIXe siècle, dans le contexte du phénomène de l'industrialisation. J’ai choisi deux quartiers relativement anciens qui sont modifiés par l’arrivée de deux vagues de migrants, une première après 1815 et une seconde à la fin des années quarante. La période d’observation s’étend de 1820 à 1861.

2La ville nord-américaine du XIXe siècle est souvent comparée à un vaste hall de gare animé par un incessant mouvement de va-et-vient de la population et Montréal n’échappe pas à la règle. Pourtant, au-delà de cette fluidité, quels sont les éléments dominants dans l’évolution sociale des villes ? En particulier, comment concilier tout ce mouvement avec le développement de la société industrielle fortement hiérarchisée qui émerge à la fin du siècle ? Depuis quelques années, l’historiographie américaine s’est intéressée à ce phénomène et certains remettent en question les conclusions tirées à partir des nombreuses études sur la mobilité. Il existerait des éléments de stabilité qui, au-delà de l’anarchie apparente, sous-tendent l’organisation et la vie de la société urbaine. Ces éléments sont souvent de nature culturelle et peuvent être rapprochés de la structure professionnelle de la ville.

3L’hypothèse de recherche retenue veut que certains traits de stabilité se retrouvent dans trois éléments de la structure sociale, soit les professions, la propriété foncière et les conditions de l’habitat. Je cherche donc à évaluer l’ampleur des transformations subies par deux quartiers de type artisanal ancien, en recherchant en outre, quels seraient les éléments de stabilité à l’œuvre durant toute la période et qui informent sur l’évolution de la structure sociale urbaine.

4Toutefois, avant d’analyser le détail de l'évolution des trois variables choisies dans les deux quartiers, il m'apparaît important de faire rapidement le point sur la question historiographique.

1 – L’industrialisation, l'urbanisation et la société américaine au XIXe siècle

  • 1 Rowland BERTHOFF, « The American Social Order : A Conservative Hypothesis », The American Historica (...)

5Les remises en question successives de la façon d’expliquer l’évolution de la société américaine au XIXe siècle témoignent de la progression de l'historiographie vers une plus grande attention à la complexité des phénomènes sociaux. Ainsi, la vieille interprétation, issue des travaux de F. J. Turner, et qui postulait l’existence d’une structure sociale ouverte tant que les États-Unis possédaient des terres vierges à l’ouest a été remise en question dans les années soixante. En 1960, Rowland Berthoff, dans son article « The American social Order »1, émet l'hypothèse d’une instabilité générale de la société américaine entre 1815 et 1900. L’impact de l’industrialisation, couplé à celui de l’immigration, provoque une déstructuration de la société ; la différence d’avec l'expérience de la société européenne vient de ce que les États-Unis n’ont pas les divers freins sociaux dont disposent les Européens pour ralentir cet effet de l'industrialisation. Les symptômes de cette situation sont les différentes formes de mobilité observées aux États-Unis.

6Donc pour R. Berthoff, le XIXe siècle est une période marquée par le chaos social et l’image turnérienne du « go west young man » ne correspond pas à la réalité.

  • 2 Robert H. WIEBE, The Search for Order. 1877-1920, New-York, Hill and Wang, 1967.
  • 3 S. THERNSTROM, Poverty and Progress, New-York, Atheneum, 1973, (Première édition en 1964).

7Quelques années plus tard, Robert Wiebe présente une autre hypothèse dans son ouvrage The Search for Order2 (1967). Pour lui, la société est fractionnée en petites collectivités assez imperméables les unes aux autres. Cet archipel de stabilité et de sociabilités reproduit les caractères de la petite ville pré-industrielle et survit, tant bien que mal, au milieu de l'instabilité générale. Il est, de plus, constamment menacé par la montée du big government et du big business. Les premières études sur la société urbaine américaine vont dans le même sens. Stephan Themstrom3, pour prendre le plus connu, veut confronter le mythe américain de la société ouverte avec la réalité vécue par les journaliers d’une petite ville portuaire. Parmi ses conclusions, il souligne l'aspect idéologique de la mobilité sociale. Son rôle serait de faire accepter aux travailleurs le nouvel ordre social et économique : dans une société ouverte et fluide, les possibilités d'enrichissement existent pour tous et personne n’est riche ou pauvre de façon permanente. Themstrom évoque de plus un autre problème, celui du contrôle social des villes ; dans le contexte du changement socio-économique, les mécanismes de contrôle évoluent eux aussi et, d'après lui, les relations d’autorité presque personnelle, qui étaient la marque de la ville pré-industrielle, sont remplacées par le recours à la force de la loi et par des éléments de nature idéologique, comme l’idée de la mobilité sociale.

  • 4 En particulier le changement à l’intérieur même des professions. On peut penser que le processus de (...)

8De nombreuses études ont paru dans la foulée des travaux de Themstrom et des praticiens de ce que l’on a appelé la New Urban History ou la New Social History. Presque toutes ces études ont un point en commun, la prétention de démontrer l'existence des phénomènes de la mobilité géographique, qu'on a appelé transiency, et de la mobilité sociale. Ce dernier concept pose cependant des problèmes. Dans bien des cas, on confond mobilité sociale avec accession à la petite propriété individuelle, alors que cette dernière pourrait bien n’être qu’une manifestation de l’accroissement normal des biens d'une famille dans le temps de son existence. On n'a pas non plus toujours été très critique sur l'interprétation possible des appellations professionnelles utilisées par les recensements4. De plus, alors que Thernstrom utilisait le concept de mobilité sociale avec son contenu idéologique, d’autres l’ont utilisé comme un instrument « neutre » d’analyse sociale. A cette première caractéristique des études sur les villes, s’en ajoute une seconde, à savoir l’étude des manifestations politiques des classes populaires urbaines.

  • 5 David MONTGOMERY, « Gutman’s nineteenth-century America », Labor History, 19, 3 (Summer 1978) : 416 (...)

9Depuis quelques années, d'autres historiens ont entrepris une critique fort stimulante de ces travaux. Parlant en 1978 de la New Urban History ou de la New Social History aux États-Unis, David Montgomery caractérise ainsi ses préoccupations : c’est une historiographie qui ne s’intéresse qu’à deux aspects ; les individus qui réussissent à sortir de leur milieu social d’origine et les partis politiques qu’appuient ceux qui restent5. Cette formule lapidaire doit se comprendre dans le contexte où travaille Montgomery, c'est-à-dire l’histoire du monde ouvrier. Toutefois je pense qu’elle demeure tout aussi juste si on l’applique au niveau plus global des groupes sociaux ou des classes sociales. C’est une historiographie qui tend à présenter une image tronquée de la société urbaine dans la mesure où elle ne s’attache qu’aux individus qui semblent passer dans la petite bourgeoisie ou dans la bourgeoisie et qu’aux aspects politiques de la vie urbaine ; or ces deux préoccupations peuvent bien n’être, dans ce contexte, que des symptômes d’une réalité plus profonde.

  • 6 James A. HENRETTA, « The study of social mobility : ideological assumptions and conceptual bias », (...)

10James Henretta apporte une contribution critique similaire. Dans un article de 1977, il souligne comment les études de mobilité sociale, en centrant l’intérêt sur l'individu, évitent d’étudier les structures et les groupes6. 11 poursuit en soulignant que la mobilité est en réalité un effet de la structure du mode de production, et qu'en plus elle représente l’idéologie d’un groupe précis de la société, la bourgeoisie.

11Il faut donc dépasser l'individu, ou la collection d’individus, pour revenir à la ville comme milieu social si l’on veut comprendre le phénomène de l’urbanisation comme phénomène social et non pas individuel. Au-delà de nos études de cas, qu’en est-il des groupes sociaux, des grands éléments de la vie collective ?

12La recherche en histoire sociale urbaine s’est peut-être comportée comme si la société était le produit de la somme de ses composantes. Sur ce plan, l'utilisation de l’informatique a peut-être joué un vilain tour aux chercheurs en leur faisant prendre une réalité – celle de l’ensemble des caractères individuels d'une population urbaine – pour une autre – celle de la société dans laquelle évoluent ces mêmes individus. Ce sont là deux réalités bien distinctes.

13Il est un peu ironique de constater que l’on puisse reprocher à la New Social History de ne s’intéresser qu’à des cas individuels, si l’on considère qu'une de ses formules-choc est de vouloir faire l'histoire from the bottom up, donc de s’occuper des « invisibles », négligés jusqu'alors par l’historiographie traditionnelle.

  • 7 S. THERNSTROM, « Urbanization, migration and social mobility in late nineteenth-century America », (...)
  • 8 H. GUTMAN, Work, Culture and Society in Industrializing America, New-York, A. A. Knopf, 1976 : 3-78
  • 9 H. GUTMAN, op. cit., 74-75.

14En fait, la société urbaine du XIXe siècle vit plusieurs expériences simultanées et dont l’effet est cumulatif sur ses habitants. Il y a, d'une part, la transformation sociale liée à l’industrialisation, ce qui suppose une adaptation des anciens urbains et d’autre part, le double phénomène de l’immigration : les étrangers bien entendu mais aussi les ruraux. Dans ces deux cas, il y a aussi adaptation. Cette importance des ruraux dans la formation de la population urbaine avait déjà été rappelée par Thernstrom7, mais c’est sans contredit Herbert Gutman8 qui signale la complexité de l'interaction de ces mouvements ainsi que les possibilités de réactions de rejet. On doit de plus à ce dernier l'introduction de la dimension culturelle dans l’analyse des phénomènes sociaux. Pour lui, les tensions sociales après 1815 sont liées à l’assimilation concurrente des couches successives de nouveaux urbains et à la création, suite à un phénomène d'acculturation et d'assimilation, de nouveaux modes de pensée et de nouvelles normes de comportement9.

  • 10 Herbert J. GANS, The urban villagers, New-York, The Free Press, 1962.
  • 11 Irving HOWE, World of our fathers, New-York, Harcourt Brace Jovanovitch, 1976.

15La migration vers la ville est sans doute assimilable à l'immigration d’outremer. La décision d’immigrer peut être individuelle ou collective, mais la réception et l’adaptation dans le milieu d’accueil est facilitée par des structures collectives. Je pense qu’on pourrait trouver profit à réfléchir à partir des études de Cans sur les immigrants italiens à Boston10 ou encore de l’expérience des Juifs d’Europe de l'Est à New-York au tournant du siècle11. Ces travaux nous montrent la réalité profonde de la vie urbaine d’un groupe particulier ; Cans a eu l'idée de parler de « Village urbain » pour rappeler la cohérence sociale du groupe autour de certaines valeurs et de certaines sociabilités. Cette cohérence sociale n’exclut ni les contacts avec le reste du milieu urbain, ni les désaffections et défections individuelles à l’égard du groupe.

  • 12 Charles STEPHENSON, « gathering of strangers ? Mobility, social structure, and political participat (...)

16En 1979, Charles Stephenson12 soulève une autre critique de fond à propos des études de mobilité et, d'après moi, les questions qu’il pose sont fort pertinentes et ouvrent des pistes de recherche intéressantes. Dans la foulée de Gutman, utilisant le concept de culture au sens anthropologique, il suggère qu'au-delà de la mobilité des individus, on retrouve une permanence d’éléments culturels qui servent en fait à la classe ouvrière comme instruments de résistance vis-à-vis des prétentions de la bourgeoisie d’imposer ses valeurs culturelles. Il oppose ainsi l’acculturation progressive de la classe ouvrière aux valeurs bourgeoises du travail à leur assimilation, qui ne se fait pas automatiquement. Ainsi, en dépit d’une apparente atomisation au niveau des individus, les solidarités sociales se recréeraient grâce à des éléments culturels qui seraient, eux, beaucoup plus stables.

  • 13 Bryan PALMER, A culture in conflict, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 1979.
  • 14 Gregory S. KEALEY, « The orange order in Toronto : Religious riot and the working class », G.S. Kea (...)

17Ces éléments plus stables se retrouvent en grande partie dans des traits culturels d’origine pré-industrielle qui sont utilisés à de nouvelles fins. Dans une étude récente, Bryan Palmer, a montré comment les ouvriers de la ville d’Hamilton emploient, comme moyen de pression et de simple solidarité sociale, les charivaris, les compagnies d’incendie, les parades, etc. Son étude l’amène à conclure que les ouvriers utilisaient à leurs fins d’anciens mécanismes de contrôle social13. D’un autre côté, G. Kealey, en étudiant un organisme transplanté par les immigrants Irlandais protestants, l'Orange Order, démontre la double utilisation qui en est faite, à la fois comme instrument de fierté ethnique et comme centre de solidarité ouvrière14.

18En fait c’est avec de tels mécanismes que par effet de retour, les nouveaux urbains arrivent à modifier la structure sociale urbaine. Ainsi le mouvement d’urbanisation se présente dans toute sa complexité, permettant d’expliquer la contradiction apparente entre l’action collective relativement suivie d’un groupe et le fait de la très grande mobilité géographique.

19Je tire deux conclusions de ces discussions historiographiques. La première, la nécessité de réinterpréter le phénomène d’instabilité et la seconde, l’importance d’examiner dans le milieu social urbain, mais cette fois au niveau des groupes et des classes, les stabilités et les discontinuités.

  • 15 Gérard BOUCHARD, « L’histoire démographique et le problème des migrations : l’exemple de Laterrière (...)

20L’instabilité des individus et des familles au XIXe siècle est un phénomène qui ne se confine pas aux villes mais atteint également les campagnes15. C’est donc un phénomène qu’on ne peut écarter du revers de la main, mais qui doit être mis en relation avec la mise en place de la société capitaliste. De plus, il faut bien convenir que le siècle est marqué par des cas de mobilité sociale incontestables. Qu’il s'agisse de grands industriels, de financiers ou d’hommes d’affaires de moyenne et petite envergures, bien des invididus ont vécu un enrichissement matériel et une assimilation des valeurs bourgeoises. Je m’en voudrais de ne pas citer au passage le cas immortalisé par Sinclair Lewis en 1922 dans son roman Babbitt. Il met en scène le personnage de George F. Babbitt, un individu d’origine rurale, devenu promoteur et agent immobilier et dont nous suivons les réactions à l’assimilation culturelle. Mais cette instabilité, qui se traduit par une mobilité sociale ascendante ou descendante d’individus ou encore par une mobilité géographique, ne doit pas faire perdre de vue la permanence des éléments collectifs. Ce sont ces éléments qui sont à la base du développement des sociétés urbaines.

21En d’autres termes, nous avons les deux faces d’une même médaille et l’évolution de la société urbaine américaine ne s’explique pas davantage par le seul phénomène d’instabilité, que par la seule considération de la stabilité de certaines de ses structures.

22Voilà les éléments qui ont guidé ma réflexion au moment d’entreprendre l’analyse des deux quartiers. Connaissant par ailleurs la grande mobilité géographique de leur population et conscient aussi de ce que la considération exclusive de deux seuls quartiers rend illusoire l’examen exhaustif du phénomène, j’ai plutôt voulu regarder du côté de certains éléments de la structure sociale pour tenter d’évaluer les stabilités et les discontinuités.

2 – Montréal et ses quartiers, 1820-1861

  • 16 Pour le rôle de la voie fluviale dans l’immigration, voir Jean-Claude LASSERRE, Le Saint-Laurent, g (...)

23Entre 1820 et 1861, Montréal connaît une croissance importante qui en fait la métropole des colonies britanniques de l’Amérique du Nord. Sans atteindre la taille de Philadelphie (565.529 habitants en 1860) ou de Baltimore (212.418), Montréal se situe, vers 1860-1861, au dixième rang des villes de l’Amérique du Nord (entre Chicago et Buffalo). Sa population a presque quintuplé en quarante ans, passant de 18.767 habitants en 1821, à 90.323 en 1861. Sa croissance économique est probablement plus spectaculaire. Dans le même temps, elle passe du statut d’un centre d'importance commerciale secondaire à celui de métropole économique des colonies britanniques de l'Amérique du Nord. Elle détient le premier rang pour le commerce et la finance ; son secteur de la fabrication est très dynamique. La construction du réseau de canaux, puis du réseau ferroviaire, ainsi que le développement des fonctions portuaires, tant de haute mer que de cabotage, en font le nœud principal des communications dans les colonies britanniques. Ce dernier trait lui vaut d’être l’une des portes d’entrée de l'Amérique du Nord pour les immigrants, Montréal étant une étape obligatoire pour ceux qui arrivent par le Saint-Laurent16.

  • 17 Louise DECHENE, « La croissance de Montréal au XVIIIe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique fran (...)

24La croissance spatiale de l’agglomération a suivi cet essor démographique et économique. Dès le XVIIIe siècle, elle a débordé le cadre de ses fortifications et les premiers faubourgs se sont greffés le long des axes qui mènent vers la campagne. Les faubourgs renferment alors probablement plus d’habitants que la vieille ville. Louise Dechêne a calculé qu’en 1781 cette dernière ne contient pas 50 % des maisons17.

25En examinant les plans anciens, on relève une autre caractéristique. La croissance des faubourgs s’est faite surtout le long des grands axes de circulation avec un remplissage graduel à l’intérieur, sur les voies secondaires.

26Le cadre spatial de la croissance urbaine a été fixé à la fin du XVIIIe siècle d’une manière fort particulière. En 1792, on a en effet défini de manière arbitraire le périmètre de la ville de Montréal. A ce moment, les limites de la ville ont été portées bien au-delà de l’aire construite, formant du coup trois zones bien distinctes : la vieille ville, encore enserrée dans ses murs, les projections des faubourgs le long de leurs axes et enfin, un espace encore agricole, que certains textes appellent « la campagne de la ville ».

27Cependant, durant les années 1830, au moment où la ville est dotée d’une relative autonomie administrative, on divise l’ensemble en quartiers. La « campagne de la ville » se trouve alors répartie dans le territoire de chacun des quartiers. En fait on a délimité les faubourgs près de la vieille ville et on a prolongé les lignes qui les séparent les uns des autres, jusqu’aux limites de la ville. De cette manière, chacun des anciens faubourgs reçoit une réserve de terre agricole qui sera lentement grugée par l’extension du bâti. La ville met presqu'un siècle à occuper tout son espace.

28Dans ce contexte, il m’apparaît risqué de rechercher une quelconque homogénéité historique dans les faubourgs anciens ; il y a sans doute des zones de plus grande homogénéité, mais l'extension du tissu urbain s’est faite souvent dans plusieurs directions à la fois. Donc, contrairement à l'expérience d'autres villes, ce ne sont pas des zones bien délimitées et ayant déjà atteint un certain niveau de développement qui se sont agrégées à l’ensemble urbain. Chacun des anciens faubourgs forme un front de développement du tissu urbain avant 1871.

29Le tableau 1 nous permet de suivre les grandes lignes de la répartition de la population. Nous observons, en particulier, que les quartiers de l’extérieur de la vieille ville renferment, dès 1825, plus des trois-quarts de la population de la ville et que cette proportion va croissant, jusqu’à dépasser les neuf-dixièmes en 1861.

30(Voir tableau 1 page suivante).

31J’ai choisi, pour cette étude exploratoire, les deux quartiers de Saint-Laurent et de Saint-Louis. Ce choix n’est pas dû au hasard. Dans un premier temps je voulais analyser un ensemble urbain qui existait déjà avant le XIXe siècle, donc qui avait une certaine épaisseur historique. Les anciens faubourgs de Saint-Laurent et de Saint-Louis conviennent tout à fait car ils datent tous deux du siècle précédent. Dans un second temps je voulais un ensemble qui soit assez représentatif numériquement. On voit, d’après le tableau 1, que les deux faubourgs comptent plus de 40 % de la population des quartiers en 1825 et plus de 30 % en 1861 ; on a donc une bonne représentativité de la population des quartiers. Je voulais également rendre compte de la division ethnique de la ville et ces deux quartiers forment une zone de contact intéressante entre les différents groupes ethniques. Enfin, une dernière raison, d’ordre documentaire. De tous les quartiers montréalais au XIXe siècle, ces deux quartiers pris ensemble sont les seuls à conserver à peu près le même territoire, ce qui rend possible les comparaisons d’une année d’observation à l’autre.

TABLEAU 1. REPARTITION DE LA POPULATION

TABLEAU 1. REPARTITION DE LA POPULATION

Source : Recensements, Montreal Madrid, April 16, 1850

3 – Les quartiers de Saint-Laurent et de Saint-Louis

32Les deux quartiers se distinguent par un certain nombre de traits. Saint-Laurent est le plus important des deux et connaît une croissance plus régulière. Il correspond tout à fait au cas du faubourg qui se développe à partir d’une grande voie de communication. D tire d’ailleurs son nom de la paroisse rurale de Saint-Laurent, où conduit sa rue principale. Quant à Saint-Louis, il s’est développé sur le pourtour immédiat de l’enceinte fortifiée entre le faubourg Saint-Laurent et le faubourg Sainte-Marie. A l’origine, la grande propriété foncière y domine ; les grandes familles montréalaises des Viger et des Papineau possèdent des fermes qu’elles lotiront au cours du XIXe siècle. Elles tenteront également certaines opérations de promotion foncière en ouvrant un marché public sur une partie de leurs terres et en offrant à l’évêque de Montréal le terrain pour y bâtir sa cathédrale. Cependant le développement y sera plus lent que dans Saint-Laurent.

33Le quartier de Saint-Louis se distingue encore par la conflagration de juillet 1852 qui détruit plus de 1.200 maisons sans compter la cathédrale et le palais épiscopal (cette catastrophe touche quatre quartiers, mais Saint-Louis compte à lui seul 50 % des maisons détruites et plus de la moitié des sinistrés). Cet événement, qui met sur le pavé au moins 9.000 personnes, permet une certaine reconstruction d’une partie du quartier. Il faudra en tenir compte au moment de l’analyse des résultats.

  • 18 L’évolution de la ségrégation résidentielle à l’intérieur des divisions administratives d’une ville (...)

34Avant 1871, la croissance démographique de Montréal est marquée de deux grands mouvements : il y a d’abord la grande immigration en provenance de Grande-Bretagne qui débute après 1815 et qui culmine au moment de la grande famine irlandaise. A peu près au même moment, on assiste à la première migration importante des ruraux canadiens-français vers Montréal. La succession de ces deux mouvements a fait de l’agglomération une ville à majorité britannique de 1831 jusqu’en 1865, alors qu’elle redevient à majorité française. Un tel brassage de population ne va pas sans créer des distinctions spatiales. C’est ainsi que de 1825 à 1871, on note une ségrégation qui va s’accentuant, les anglophones ayant tendance à se concentrer du côté ouest de la ville et les francophones du côté est18. Toutefois, il n’y aura jamais de ségrégation absolue ; dans les quartiers où le groupe francophone a ses plus faibles effectifs, ceux-ci représentent toujours au moins le tiers de la population du quartier.

35L’intérêt de Saint-Laurent et de Saint-Louis réside dans ce qu’ils représentent le point de contact entre les deux groupes principaux. Le tableau 2 permet de s’en rendre compte. D montre bien également l’ampleur des mouvements de population et leur chronologie.

36(Voir tableau 2 page suivante).

TABLEAU 2. SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS ORIGINES ETHNIQUES ET LIEUX DE NAISSANCE

TABLEAU 2. SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS ORIGINES ETHNIQUES ET LIEUX DE NAISSANCE

TAUX ANNUEL MOYEN D'ACCROISSEMENT

TAUX ANNUEL MOYEN D'ACCROISSEMENT

Source : Jean-Claude Robert, Montréal 1821-1871. Aspects de l'urbanisation, Annexe 1, Tableau 2.

La structure professionnelle

37La profession constitue un indicateur privilégié de la société urbaine ; c’est le plus visible des indices dont nous disposions. Toutefois, comme tous les indices, il faut l'utiliser avec précaution et particulièrement éviter le saut, trop souvent vite fait, des professions aux classes. En effet, les données professionnelles utilisées pour les quartiers de Saint-Laurent et de Saint-Louis nous renseignent sur la structure économique de la ville puisqu’il s’agit en fait, de la structure de l’emploi.

  • 19 Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « Propriété foncière et société à Montréal : une hypothès (...)
  • 20 Dans un article récent, Gérard BOUCHARD et son équipe critiquent cette grille et en proposent une a (...)
  • 21 J.-C. ROBERT, Montréal 1821-1871. Aspects de l’urbanisation, 53-75.
  • 22 Thomas DOIGE, An alphabetical list of the merchants, traders and housekeepers residing in Montreal (...)

38Comme cadre de classement, j'ai utilisé la grille mise au point par le Groupe de recherche sur la société montréalaise19. Cette grille, imparfaite comme toutes les autres, classe les individus en fonction des groupes de produits ou de services rendus20. Néanmoins, sa valeur intrinsèque importe moins ici, eu égard aux objectifs de l’étude et à la méthode employée. Pour chaque année retenue, je compare la structure professionnelle de l’ensemble de la ville à celle des deux quartiers, cherchant à montrer les continuités et les ruptures. J’ai utilisé six sources différentes pour effectuer autant de coupes instantanées de la population de la ville et des deux quartiers. La première, celle de 1820, est réalisée à partir du bottin compilé par Thomas Doige en 1820, les deuxième, troisième, quatrième et sixième proviennent des recensements et celle de 1851, correspond au rôle d’évaluation de la ville de Montréal. Ce n’est pas le lieu ici de critiquer longuement ces sources, ce travail ayant déjà été fait en partie21. Toutefois certaines précisions s'imposent pour expliquer les différences importantes. Les bottins de Thomas Doige sont relativement connus, surtout le premier, publié en 181922. J’ai choisi le second compte tenu de ce que l’auteur affirme avoir effectué des corrections à sa première compilation. Toutefois les bottins sont des sources plus poreuses que les recensements et que les rôles d’évaluation et il faut s'attendre à ce qu’il y ait une sous-représentation des professions à faible qualification. Journaliers et domestiques sont notoirement sous-enregistrés dans ce genre de source. De la même manière, les bottins s’intéressent avant tout aux chefs de ménage, d’où absence des professions « de jeunes », apprentis et journaliers surtout.

  • 23 Les journaliers sont concentrés à 82 % dans un quartier et dans les quatre autres on retrouve les v (...)
  • 24 Voici le nombre d’observations pour chacune des années :

39Les recensements ne sont pas exempts de pièges non plus. On notera par exemple que nous n’avons pas la profession de près de 30 % des chefs de ménage au recensement de 1842. Toujours à propos de ce même recensement, un examen de la répartition des journaliers montre que l’on n’a pas recensé systématiquement ceux-ci dans tous les quartiers23. Fort probablement, le recenseur était libre d’interpréter à sa guise, les renseignements fournis par les recensés. Les rôles d’évaluation ont également leurs lacunes ; non seulement « perdent-ils » le bon nombre de gens mais encore ils ne recensent que le titulaire du bail, celui qui règle l’impôt locatif. Tous les autres co-locataires ou sous-locataires sont ignorés. En plus le renseignement sur la profession manque souvent. Enfin, compte tenu des sources utilisées, il faut rappeler qu’en 1820, 1831, 1842 et 1851 nous n’avons que les chefs de ménage, à peu près, tandis qu’en 1825 et en 1861, nous avons, outre la profession des chefs de famille, celle des enfants qui travaillent et celle des autres résidents vivant avec la famille24.

40Le tableau 3, intitulé Évolution de la répartition des professions par secteur d’activité économique, (voir page suivante) représente le résultat de la compilation des professions rue par rue et ensuite par quartier, mis en regard avec la liste des professions pour l’ensemble de la ville. Ce tableau est susceptible de deux lectures. Une première permet de comparer l’évolution dans le temps de la structure professionnelle de la ville ou de celle des deux quartiers. Cette lecture est délicate, compte tenu de ce qui a été précisé plus haut à propos des différences entre les sources. La seconde lecture consiste à comparer, pour chaque année, la structure professionnelle des deux quartiers à celle de la ville et de comparer les résultats année par année. C’est cette deuxième lecture qui forme la base de cet exposé. Dans le but d’éviter des répétitions fastidieuses, je procéderai en trois temps, analysant d’abord la structure en 1820-1825, puis en 1831 et en 1861.

  • 25 Jean-Paul BERNARD, Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « La structure professionnelle de Mont (...)

41En 1820 comme en 1825, on note un grand décalage entre la ville et les deux quartiers pour le premier secteur, le commerce. Rien de surprenant d’ailleurs, puisque les activités commerciales d’envergure sont concentrées dans les quartiers de la vieille ville25. Il y a bien quelques marchands mais les professions numériquement importantes sont celles de petits détaillants, d’épiciers et de commis. Manifestement il s’agit ici de commerce local, sauf exception.

42A l’inverse, le secteur des transports est quelque peu supérieur à la moyenne de la ville. Cela est surtout dû à la présence des charretiers : en 1820, 45 % des effectifs habitent ces deux quartiers et en 1825, sensiblement la même proportion. Pour la fabrication, on remarque une similitude entre la ville et les deux faubourgs. De fait, on ne trouve pas de grand secteur de spécialisation. Quatre professions dominent cependant : les boulangers, les tailleurs, les couturières et les cordonniers.

43Avec la construction, nous avons le secteur de spécialisation relative des quartiers. La majorité des maçons montréalais y habitent en compagnie d’une très forte proportion de charpentiers et de menuisiers. Il se dégage de l’examen du reste des secteurs une impression de médiocrité. On retrouve bien quelques avocats et quelques membres du clergé, mais rien d’une concentration. Même constatation pour les aubergistes ; la rue Saint-Laurent est pourtant reconnue comme lieu où les habitants descendus en ville aiment à se désaltérer, mais manifestement cette fonction n’a pas encore atteint un niveau exceptionnel. Par contre les journaliers sont davantage représentés dans nos deux faubourgs.

44L’image d’ensemble qui se dégage est celle d’un milieu artisanal, où dominent les activités qui exigent de l'espace (charretiers, construction, boulangerie, etc.) de même que les activités ne requérant qu'une qualification relative.

TABLEAU 3. EVOLUTION DE LA REPARTITION DES PROFESSIONS PAR SECTEUR D'ACTIVITE ECONOMIQUE VILLE ET QUARTIERS SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS, 1820-1861

TABLEAU 3. EVOLUTION DE LA REPARTITION DES PROFESSIONS PAR SECTEUR D'ACTIVITE ECONOMIQUE VILLE ET QUARTIERS SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS, 1820-1861

45En 1831, les mêmes caractéristiques remarquées en 1820 et en 1825 se maintiennent : les deux quartiers ont un secteur commercial plus faible que la moyenne de la ville, les charretiers sont sur-représentés et la fabrication est dominée par quelques professions réparties entre l’alimentation, le vêtement, le cuir, le bois et le fer. Le secteur de la construction ressort comme caractère dominant des quartiers.

46Le petit commerce semble être la marque dominante de Saint-Laurent et de Saint-Louis ; on y retrouve bien quelques marchands importants mais ils forment une minorité par rapport à l'ensemble. Huit métiers regroupent à eux seuls 70 % des effectifs du secteur de la fabrication : boulangers, bouchers, forgerons, tailleurs, couturières, cordonniers, tonneliers et scieurs. La concentration dans nos deux quartiers n’est remarquable cependant que pour trois d’entre eux. les boulangers (50 %des effectifs de l'ensemble de la ville se retrouvent dans Saint-Laurent et Saint-Louis), les couturières (52 %) et les cordonniers (40 %). La construction montre une concentration accrue : près des deux tiers des menuisiers et des maçons de la ville y habitent et on y retrouve les quatre-cinquièmes des charpentiers. Les autres secteurs d'emploi ne présentent pas de caractères vraiment exceptionnels. On remarque toujours la présence de quelques avocats, de jardiniers, ce qui ne saurait surprendre compte tenu de l’importance des jardins dans les deux quartiers. Quant aux journaliers, on en relève une proportion égale à celle de l'ensemble de la ville.

471842 semble marquer un point tournant dans la structure des professions des quartiers. C’est à partir de ce recensement en effet, que les rapports entre les différents secteurs se modifient. Ainsi, l’importance relative du commerce s'accroît sensiblement, celle du transport diminue. La construction maintient cependant sa dominance relative. Comme ces caractères vont en s'accentuant, examinons plus attentivement la dernière coupe, celle correspondant au recensement de 1861.

48Le secteur commerce est maintenant un peu plus important dans les deux quartiers que dans la ville. Néanmoins, un coup d'œil aux professions dont les effectifs sont les plus nombreux et ce, tant dans la ville que dans les quartiers, révèle la présence d'un fort groupe d'employés commerciaux. L’augmentation suit celle des commis, des teneurs de livres, etc. Ce changement est lié à l'expansion commerciale que la ville connaît après 1840. Dans l'ensemble, on retrouve encore le petit commerce, épiciers et petits marchands mais ce sont les nouveaux employés de commerce qui dominent. Une dernière remarque à propos de ce groupe ; alors qu’il est difficile, pour certaines professions, d'établir avec certitude s’il s’agit de la résidence ou du lieu de travail, pour ces derniers, aucun doute possible, leur lieu de travail ne correspond pas avec leur lieu de résidence.

49Depuis 1820, les transports étaient gonflés par la présence des charretiers. En 1861, à peine 20 % des effectifs totaux de la ville y résident. Notons toutefois que les charretiers demeurent un groupe professionnel important à l’échelle du quartier mais ils ne dominent plus ; leur déclin commence d’ailleurs dès 1842. Dans le domaine de la fabrication, on note un recul relatif de l’alimentation et un certain renforcement du vêtement et du cuir. La ventilation par profession fait ressortir des sur-représentations. Les deux quartiers comptent près de la moitié des ébénistes, plus de 40 % des imprimeurs, plus du tiers des boulangers.

50La spécialité de Saint-Laurent et de Saint-Louis en construction se maintient ; tous les métiers y sont largement sur-représentés : environ la moitié des maçons, des tailleurs de pierre, des plâtriers et des poseurs de brique s’y retrouvent.

  • 26 Louise DECHENE, loc. cit., avait remarqué le même phénomène de remplacement pour la vieille ville a (...)

51Des changements surviennent dans le secteur des professions libérales et des services. Plus du tiers des avocats de la ville et des médecins habitent les deux quartiers. Le domaine de l’enseignement, auparavant relativement peu représenté, devient important avec plus de la moitié des enseignants recensés. Concurremment, on remarque une baisse de la proportion de journaliers et une légère hausse de celle des domestiques. Ces dernières modifications pourraient bien être le résultat de la reconstruction d’une partie des quartiers après l'incendie de 1852 : les classes plus aisées remplaçant les classes plus pauvres et amenant dans leur sillage des domestiques26.

52L’impression d’ensemble qui se dégage de l'examen de la structure professionnelle est qu’entre 1820 et 1861, elle évolue ; notamment on assiste à l'essor des emplois liés au commerce ainsi qu’au recul des emplois liés au transport. Toutefois, dans les secteurs de la construction et de la fabrication, on remarque une certaine stabilité : il y a toujours une présence très forte des métiers liés à ces secteurs. Ainsi, les deux quartiers, tout en étant influencés par l’évolution des fonctions commerciales de Montréal, n’en présentent pas moins, en même temps, certains traits de stabilité.

  • 27 H. C. KLASSEN, L. H. Holton : Montreal Businessman and Politician 1817-1867, Ph. D. University of T (...)

53La structure de l’emploi évolue donc à un rythme relativement lent qui ne correspond pas du tout avec le rythme d’arrivée et de départ des populations. Une analyse plus fine montrerait à quel point les individus sont sensibles à la conjoncture. En période de crise on n'hésite pas à quitter la ville ; c’est ce qui arrive par exemple en 1848-1849, au plus profond de la dépression. Le tableau 2 montre que le taux moyen d’accroissement pour certains groupes a subi un sérieux fléchissement. En particulier la croissance du groupe britannique semble cassée net entre 1842 et 1852. D’autres témoignages s’ajoutent pour montrer la brusquerie du phénomène : la banque d'épargne, qui s’adresse aux petits épargnants, enregistre dans son encaisse, le départ d'un groupe important de journaliers27. De la même manière, en 1861, tout près du cinquième de la population du quartier de Saint-Louis et près de 8 % de celle de Saint-Laurent vient des autres agglomérations du Québec ou des paroisses rurales. Il y a donc une contradiction apparente entre la mobilité géographique des individus et la stabilité de certains éléments de la structure sociale.

54L'examen de la propriété foncière et des conditions de l'habitat n'aura pas la même ampleur. Je me contenterai d’un traitement partiel des données relatives à la première variable et d’une vue globale, forcément sommaire, pour la seconde.

  • 28 L. W. SICOTTE, Extrait du livre de renvoi officiel de la cité de Montréal, (1871).

55Nos sources sont incomplètes pour l'étude de la propriété entre 1825 et 1871 ; en particulier l’absence de données professionnelles pour les propriétaires de 1825 et pour ceux du relevé cadastral de 187128 rend impossible, pour l'instant, une étude approfondie. J’ai donc choisi d’analyser brièvement le groupe des propriétaires-occupants aux deux recensements pour lesquels les données sont disponibles (1831 et 1842).

56Une des conclusions qui se dégage d'une analyse de la propriété foncière en 1825 est le fort pourcentage de locataires dans l’ensemble de la ville, puisqu'il peine 31 % des chefs de famille sont propriétaires. La situation semble se reproduire en 1831 et 1842 à en juger par les données. Le groupe des propriétaires-occupants forme 23,9 des chefs de ménage recensés dans Saint-Laurent et Saint-Louis en 1831 et 20,2 % au recensement suivant. C’est donc dire qu’il y a un fort volant de locataires.

57Aux deux recensements, la répartition professionnelle des propriétaires-occupants montre la prédominance d'un petit nombre de professions. Le tableau 4 reprend les principales données.

58(Voir tableau 4 page suivante).

59Pour pousser l'analyse un peu plus loin, voyons comment se répartissent ces données en fonction de la structure professionnelle. Une comparaison des résultats du tableau 5 avec les pourcentages du tableau 3 permet de dégager un certain nombre de caractéristiques. On remarque d'abord que le secteur du commerce est sur-représenté, ce qui ne surprend guère. Le transport fait voir l'effet de la réduction du nombre de charretiers en 1842, mais au recensement précédent on note que les charretiers semblent être davantage propriétaires. Dans le secteur de la fabrication, il y a sous-représentation aux deux recensements. Enfin la construction est largement sur-représentée Sans doute faut-il y voir une tendance chez les travailleurs du secteur à utiliser leur compétence à leur propre usage. A cause de la faiblesse des effectifs, le comportement des autres secteurs n'est guère significatif. Signalons néanmoins la sous-représentation très marquée chez les journaliers.

Tableau 4. Principales professions des propriétaires-occupants Saint-Laurent et Saint-Louis

1831

1842

Maçons

37

26

Charretiers

32

14

Menuisiers

31

26

Bourgeois

26

Charpentiers

23

Journaliers

21

Commerçants

20

26

Cordonniers

14

Bouchers

13

Boulangers

13

Tonneliers

13

Épiciers

12

9

Marchands

11

10

Ébénistes

10

Aubergistes

9

Sans profession

25

96

Toutes autres professions

148

87

TOTAL

439

313

(Source : Recensement de 1831 et 1842. Listes nominatives).

Tableau 5. Répartition, en pourcentage, des propriétaires-occupants selon la structure professionnelle

1831

1842

1 – Commerce

12,1

15,0

2 – Transport

8,0

4,8

3 – Fabrication

22,1

16,3

4 – Construction

26,4

26,5

5 – Professions libérales

2,5

0,6

6 – Clergé

0,7

-

7 – Services

3,2

3,8

8 – Fonction publique

1,8

1,0

9 – Agriculture

1,8

1,0

10 – Journaliers

4,8

11 – Domestiques

0,5

12 – Divers

10,5

0,3

13 – Sans profession

5,6

30,7

TOTAL

100,0

100,0

(Source : Recensements. Listes nominatives).

60Cette vue rapide de la propriété foncière montre que certains des éléments de stabilité repérés dans la structure professionnelle se retrouvent ici. Par contre, certains autres groupes professionnels sont notoirement absents du tableau des propriétaires-occupants. En particulier, il est remarquable d’observer la sous-représentation du secteur de la fabrication. Quels sont les facteurs qui jouent dans l’acquisition de la propriété ? Sont-ils de nature culturelle, sociale ou économique ? Dans l’état actuel des connaissances, je ne pense pas que l’on puisse se prononcer autrement que sur le mode hypothétique. Sans doute trouve-t-on des professions, et je pense ici à la construction, où la propriété semble davantage nécessaire à l’activité car elle sert en partie d’entrepôt. Il y a bien sûr le cas des maîtres-artisans qui possèdent leur boutique.

  • 29 Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « Propriété foncière et société à Montréal : une hypothès (...)

61En concluant sur la propriété, il ne faudrait pas oublier que les quartiers sont également le lieu d’une grande propriété foncière et d’une spéculation active, même si cet aspect de la question a été volontairement écarté ici.29

  • 30 Le rythme des constructions passe d'une moyenne annuelle de 190 pour les années 1830, pour atteindr (...)

62Dans le domaine des conditions de l’habitat, l’examen de l’ensemble des quartiers ne peut guère nous permettre d’aller très loin. Les quartiers sont en effet très divers dans la qualité de leurs habitations : avec le développement immobilier qui a marqué les années quarante et cinquante30, le paysage urbain des deux quartiers est complètement transformé. Les vergers qui subsistaient reculent devant les lotisseurs et les constructeurs. Aux vieilles constructions de bois s'ajoutent ou se substituent des constructions en dur, en brique surtout et qui sont plus élevées. La maison en bois d’un étage qui dominait les faubourgs en 1825, recule devant les nouvelles Terrace houses et leur adaptation locale.

63A travers cette évolution des constructions, des problèmes existent, mais ils ne font surface que lors d’une crise, qu’il s’agisse d’une conflagration ou d’une poussée de mortalité. Le premier de ces problèmes est celui de l’entassement. Les seules mesures que nous avons sont celles des recensements de 1851-2 et 1861. Au premier, la population de famille par maison s’établit à 1,2 pour le quartier de Saint-Laurent et à 1,3 pour celui de Saint-Louis ; neuf ans plus tard, l’entassement a augmenté dans Saint-Laurent jusqu’à 1,3 mais a diminué dans Saint-Louis, n’atteignant que 1,05. Ce dernier mouvement est sans aucun doute un effet du redéveloppement du quartier après le désastreux incendie qui détruisit près du quart de son stock immobilier en juillet 1852. Le phénomène de l’entassement nous est confirmé d’ailleurs par le rapport municipal au sujet de l’aide accordée aux sinistrés. Évaluant le sous-enregistrement des habitants de la zone incendiée à plus de 17 %, le rapport ajoute :

  • 31 Procédés du comité général de secours nommé par les citoyens de Montréal, pour venir en aide aux vi (...)

« Il est bien connu cependant qu’il se trouvait un très grand nombre de personnes demeurant dans les quartiers incendiés comme sous-locataires, ne payant aucune taxe et dont les noms ne paraissent pas sur les livres de la corporation. [la ville] »31

64Enfin, les conditions de l’habitat sont fort variables à l’intérieur des deux quartiers ; seule une analyse plus fine nous permettrait de saisir la diversité des situations et de les mettre en rapport avec l’appartenance sociale des individus.

Conclusion

65L’objectif de ce texte est modeste. A partir d’un examen de l’historiographie américaine concernant les questions de mobilité géographique et sociale, il cherche à explorer une hypothèse, celle de la présence d’éléments de stabilité dans la structure sociale. L’existence de ces éléments permet à la société d’acculturer à la vie urbaine les milliers de nouveaux venus qui se pressent dans les villes du XIXe siècle.

66L’exemple retenu pour examen, deux quartiers montréalais, a permis de montrer comment la structure professionnelle pouvait comporter certains éléments de stabilité. Ces derniers ne peuvent tout expliquer à eux seuls cependant. D’autres facteurs, d’autres éléments, entrent ici en jeu ; à côté de la propriété foncière et des conditions d’habitat, pensons ici à toute la dimension culturelle dont le rôle est encore mal connu. Toutefois, à regarder l’évolution de la structure professionnelle des quartiers de Saint-Laurent et de Saint-Louis, on tire l’impression d'une évolution où les changements, tout en étant perceptibles, ne bouleversent pas de fond en comble l'équilibre global. Le maintien de la prééminence de certaines professions assure une certaine continuité.

67Le type et le rythme du développement économique sont sans doute à mettre en rapport avec cette évolution. Une industrialisation plus brutale modifie peut-être les structures plus en profondeur et procède davantage par rupture. Dans le cas de Saint-Laurent et de Saint-Louis, nous avons l'impression d'une certaine continuité et d'une évolution lente. Les poussées industrielles ultérieures n'auront peut-être pas les mêmes effets.

Notes

1 Rowland BERTHOFF, « The American Social Order : A Conservative Hypothesis », The American Historical Review, LXV, 3 (April 1960) : 495-514.

2 Robert H. WIEBE, The Search for Order. 1877-1920, New-York, Hill and Wang, 1967.

3 S. THERNSTROM, Poverty and Progress, New-York, Atheneum, 1973, (Première édition en 1964).

4 En particulier le changement à l’intérieur même des professions. On peut penser que le processus de déqualification du travail, étudié par Braverman au XXe siècle, a pu commencer avant. H. BRAVERMAN, Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Maspéro, 1976.

5 David MONTGOMERY, « Gutman’s nineteenth-century America », Labor History, 19, 3 (Summer 1978) : 416-428.

6 James A. HENRETTA, « The study of social mobility : ideological assumptions and conceptual bias », Labor History, 18, 2 (Spring 1977) : 165-178.

7 S. THERNSTROM, « Urbanization, migration and social mobility in late nineteenth-century America », A. B. Callow, ed., American Urban History, New-York, Oxford University Press, 1969 : 263-273.

8 H. GUTMAN, Work, Culture and Society in Industrializing America, New-York, A. A. Knopf, 1976 : 3-78.

9 H. GUTMAN, op. cit., 74-75.

10 Herbert J. GANS, The urban villagers, New-York, The Free Press, 1962.

11 Irving HOWE, World of our fathers, New-York, Harcourt Brace Jovanovitch, 1976.

12 Charles STEPHENSON, « gathering of strangers ? Mobility, social structure, and political participation in the formation of nineteenth-century american working-class culture », M. Cantor, ed., American working-class culture, Westport, Greenwood Press, 1979 : 31-60.

13 Bryan PALMER, A culture in conflict, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 1979.

14 Gregory S. KEALEY, « The orange order in Toronto : Religious riot and the working class », G.S. Kealey and P. Warrian, ed.. Essays in Canadian Working-class history, Toronto, McClelland and Stewart, 1976 : 13-34.

15 Gérard BOUCHARD, « L’histoire démographique et le problème des migrations : l’exemple de Laterrière », Histoire sociale/Social History, VIII, 15 (mai 1975) : 21-33. Darrell A. NORRIS, « Household and transiency in a loyalist township : the People of Adolphustown, 1784-1812 », Histoire sociale/Social History, XIII, 26 (novembre 1980) : 399-415.

16 Pour le rôle de la voie fluviale dans l’immigration, voir Jean-Claude LASSERRE, Le Saint-Laurent, grande porte de l’Amérique, Montréal, Hurtubise HMH, 1980, 1ère partie.

17 Louise DECHENE, « La croissance de Montréal au XVIIIe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique française, 27, 2 (septembre 1973) : 163-179.

18 L’évolution de la ségrégation résidentielle à l’intérieur des divisions administratives d’une ville peut être mesurée à l’aide de l’indice de dissemblance (Index of dissimilarity) ; plus l’indice est faible moins il y a de ségrégation. Pour Montréal, l’indice passe de 17,4 en 1825, à 44,2 en 1871. J.-C. ROBERT, Montréal 1821-1871. Aspects de l'urbanisation, thèse de 3e cycle, EHSS/Paris I, 1977, 388.

19 Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « Propriété foncière et société à Montréal : une hypothèse », Revue d’histoire de l’Amérique française, 28, 1 (juin 1974) : 45-65.

20 Dans un article récent, Gérard BOUCHARD et son équipe critiquent cette grille et en proposent une autre. Mais l’application de leur nouvelle grille conduit, pour le XIXe siècle, au gonflement de la catégorie « divers », dans chacun des secteurs qu’ils retiennent. Gérard BOUCHARD, Christian POUYEZ et Raymond ROY, « Le classement des professions par secteurs d’activité : aperçu critique et présentation d’une nouvelle grille », L'actualité économique (octobre-décembre 1979) : 585-605.

21 J.-C. ROBERT, Montréal 1821-1871. Aspects de l’urbanisation, 53-75.

22 Thomas DOIGE, An alphabetical list of the merchants, traders and housekeepers residing in Montreal to which is prefixed a descriptive sketch of the town. Montréal, James LANE, 1819 ; An alphabetical list of the merchants, traders and housekeepers residing in Montreal, Montreal, James LANE, 1820.

23 Les journaliers sont concentrés à 82 % dans un quartier et dans les quatre autres on retrouve les valeurs suivantes : 7,9 %, 6,6 %, 3,1 % et 0,4 %.

24 Voici le nombre d’observations pour chacune des années :

Image 1000000000000242000000AB828E62FD.jpg

25 Jean-Paul BERNARD, Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « La structure professionnelle de Montréal en 1825 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 30, 3 (décembre 1976) : 383-415.

26 Louise DECHENE, loc. cit., avait remarqué le même phénomène de remplacement pour la vieille ville au XVIIIe siècle.

27 H. C. KLASSEN, L. H. Holton : Montreal Businessman and Politician 1817-1867, Ph. D. University of Toronto, 1970, 4546. L’annuaire de Montréal pour 1849 évalue à 6.200 personnes les départs pour contrer les alarmistes qui parlent de 15.000 à 18.000 départs. R. W. S. MACKAY, The Montreal Directory, New edition corrected in May 1849.

28 L. W. SICOTTE, Extrait du livre de renvoi officiel de la cité de Montréal, (1871).

29 Paul-André LINTEAU et Jean-Claude ROBERT, « Propriété foncière et société à Montréal : une hypothèse », 56.

30 Le rythme des constructions passe d'une moyenne annuelle de 190 pour les années 1830, pour atteindre près de 500 durant les années 1842-1846 et culminer à 773 entre 1852 et 1861. J.-C. ROBERT, Montréal 1821-1871. Aspects de l’urbanisation, 378.

31 Procédés du comité général de secours nommé par les citoyens de Montréal, pour venir en aide aux victimes du grand incendie du 8 et 9 juillet 1852. Rapports du comité exécutif de ce corps et compte rendu du trésorier du fonds de secours, Montréal, John Lovell, 1853.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. REPARTITION DE LA POPULATION
Légende Source : Recensements, Montreal Madrid, April 16, 1850
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 2. SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS ORIGINES ETHNIQUES ET LIEUX DE NAISSANCE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TAUX ANNUEL MOYEN D'ACCROISSEMENT
Légende Source : Jean-Claude Robert, Montréal 1821-1871. Aspects de l'urbanisation, Annexe 1, Tableau 2.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU 3. EVOLUTION DE LA REPARTITION DES PROFESSIONS PAR SECTEUR D'ACTIVITE ECONOMIQUE VILLE ET QUARTIERS SAINT-LAURENT ET SAINT-LOUIS, 1820-1861
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search