Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

II. Structure de la ville et quartiers

Structures ethniques et espace social : Amsterdam à la fin du xviiie siècle

Herman Diederiks

Texte intégral

  • 1 Les deux éléments – caractère ethnique et structure sociale – sont discutés, par O. ZUNZ pour Détro (...)

1Cette communication se propose d’explorer les influences des composants ethniques sur les structures démographiques, la composition des professions et des métiers et les emplacements résidentiels dans une des plus grandes villes de l’Europe pré-industrielle : AMSTERDAM. C’est la communauté juive du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle qui est étudiée ici autour d’une question centrale : y a-t-il un ghetto à Amsberdam aux alentours de 1800 ? La stratification sociale, les conditions de logement et les opportunités professionnelles sont-elles influencées par les caractéristiques ethniques des populations de cette ville, important port maritime et grand centre commercial ?1

2Il faut insister sur la spécificité du développement démographique d’Amsterdam entre 1795 et 1829 qui enregistre un accroissement absolu et relatif du nombre des Juifs et un déclin de la population chrétienne.

Tableau 1. Population d’Amsterdam (1795-1829)

Années

Population Juive (1)

Population totale (2)

% 1/2

1795

20.326

221.000

9,2

1812

18.203

194.196

9,4

1829

21.469

200.357

10,7

Sources :

  • Pour 1795 : E. Boekman, « De bevolking van Amsterdam in 1795 », dans : Tijdschrift voor Geschiedenis, 45 (1930), pp. 278-292.

  • pour 1812 : « Generale Telling van alle de wijken en voor elken wijk in het bijzonder zoo als dezelven door de wijkmeesteren gedaan is en door hun van 18 February tot 3 Maart 1812 gebragt aan het Huiszittenhuis », (Bibliothèque des Archives Municipales d’Amsterdam, nr. H 281.003).

  • pour 1829 : Archives Municipales d’Amsterdam, A.Z. buiten indicateur portefeuille V 2 volkstelling 1829.

3Ce tableau montre qu’au cours des guerres napoléoniennes, entre 1795 et 1812, la ville a perdu 27.000 habitants : c’est un déclin de plus de 12 %. Après le retour à l’indépendance des Pays-Bas, elle ne regagne que 6.000 habitants jusqu’en 1829.

4La communauté juive, elle, ne diminue que de 10,4 % pendant les guerres et s’accroît de près de 18 % entre 1812 et 1829. Au total de 1795 à 1829, elle gagne 5,6 %. On notera le contraste avec le déclin de la population chrétienne.

Répartition spatiale

5Le tableau no 2 présente la répartition des Juifs dans le secteur ancien et dans le secteur neuf de la ville. La division de la ville par le fleuve Amstel apparaît sur le plan no 1.

Tableau 2. Population juive d’Amsterdam (1795 - 1829)

Tableau 2. Population juive d’Amsterdam (1795 - 1829)

(Sources : voir tableau no 1)

6La concentration des Juifs portugais et allemands dans les quartiers anciens situés à l’Est est évidente : en 1795 plus de 98 %, en 1812 plus de 99 % et en 1829 près de 98 % de la population juive sont domiciliés dans ces quartiers.

  • 2 Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, A. Colin, 1967, p. 407.

7Ce fait évident n’est pas assez connu et on peut s’étonner de ce que Fernand Braudel écrit dans Civilisation matérielle et capitalisme en décrivant un quartier de l'Ouest – le quartier Jordaan – : « Les fondations sont mal faites, les canaux étroits,... et, bien entendu, c’est là que s'installe un prolétariat d’immigrés juifs ou marranes du Portugal et d’Espagne, de réfugiés huguenots fuyant la France, de misérables de toute provenance ». Des Huguenots et des Juifs ? : on peut en chercher en vain dans ce quartier décrit par Braudel2.

8La division de la ville en un secteur neuf et un secteur ancien est très grossière mais une observation plus détaillée pose le problème des sources et de la nature de la division à retenir. Nous disposons, en effet, de sources fiscales et semi-militaires faisant état d'une division de la ville en soixante quartiers qui révèlent que les quartiers les plus bourgeois ont été regroupés avec des secteurs du quartier ouvrier de Jordaan. Du point de vue du contrôle social, cette division était peut-être utile aux contemporains, mais pour l'historien de la société, il est plus aisé de retenir un quartier plus homogène. La plupart des quartiers sont délimités par les barrières laissées à chaque extension de la ville.

  • 3 Théo VAN TIJN, Twintig Jaren Amsterdam, De maatschappelijke ontwikkeling van de hoofdstad, van de j (...)

9En 1795, une autre division est introduite avec la création des unités d’élection des conseils populaires, comprenant chacune cinq cents personnes ayant droit de vote. Il y a ainsi 127 quartiers : 93 dans le secteur neuf ou occidental et 34 dans la partie ancienne orientale. Quelques quartiers sont situés en dehors des remparts mais, au début du XIXe siècle, aucun Juif n'y habite. Nous n'avons retenu cette division dans cette communication que parce que c'était celle des recensements de 1812, 1829, 1839 et 1849. Un historien d’Amsterdam a suggéré que la faiblesse des nombres fournis par ces dénombrements venait de ce que les maîtres de quartier chargés du recensement n’étaient pas assez instruits pour accomplir cette tâche. Nous avons quand même utilisé cette source en estimant que les erreurs devaient être réparties de manière égale3.

10Une autre source nous est fournie par l'enregistrement des habitants d’Amsterdam lors d’une levée pour le logement militaire en 1811, enregistrement établi pour la première fois pour les militaires français puis poursuivie après le retour à l’indépendance jusqu’en 1841. Cette source nous informe de l’adresse exacte et du nom, de la profession ou du métier, de la valeur locative, du nombre d’habitants et de la nature de la maison : magasin, atelier, étable, etc... Les autorités de la ville ont utilisé pour cet enregistrement la division de la ville en soixante quartiers, déjà mentionnée. C'est parce que nous avons besoin d’informations sur les métiers et sur les valeurs locatives que nous retenons cette source quoique elle repose sur une division différente de celle qui nous donne la densité juive.

  • 4 Patrick GIRARD, Les Juifs de France, de 1789 à 1860, de l'émancipation à l’égalité, Paris 1976, pp. (...)

11Le concept de « densité juive » me séduit et me permet de soulever un problème. Je veux me référer à une observation de Patrice Girard dans son livre sur les Juifs en France qui me semble fondamentale. Il dit qu’un des paradoxes les plus étonnants de l’histoire juive est que l’historien ne peut délimiter exactement les éléments humains qui le composent. En mesurant la densité juive, il faut toujours tenir compte de la possibilité qu’ont les Israélites de quitter leur communauté d’origine sans laisser de trace après leur émancipation légale. On change de nom, on quitte son quartier et l’historien vous perd de vue4.

12On peut malgré tout supposer qu’au début du XIXe siècle, les Juifs n’ont pas perdu facilement leur identité quoique un petit nombre d’entre eux déjà assimilés et même baptisés protestants aient existé à Amsterdam.

13Si nous observons la densité juive plus en détail, nous remarquons qu’en 1795, dans le secteur oriental – le secteur ancien – quatre districts ont une densité de population juive supérieure à 75 %, ainsi qu’en 1812, et qu’en 1829 un autre quartier vient s’y ajouter.

14Le tableau no 3 montre la dispersion des Juifs dans la ville entière. Dans la partie occidentale – le secteur neuf – ils sont très dispersés et en très petit nombre.

Tableau 3. Concentration de la population juive par quartier

Tableau 3. Concentration de la population juive par quartier

(Sources : voir tableau no 1)

Juifs portugais et Juifs allemands

15Il y a une différence entre Juifs d’origine portugaise et Juifs d’origine allemande : les Sephardim et les Ashkenazim. La plupart des Portugais habite à côté des quartiers juifs les plus denses. La rue de Ueesp, jonction entre les quartiers juifs et l’extérieur, est le domaine des Juifs portugais qui monopolisent les métiers du diamant (clivage et taillerie).

16Voir tableau no 4 page suivante.

Tableau 4. Concentration des Juifs portugais par quartier

Tableau 4. Concentration des Juifs portugais par quartier

(Sources : voir tableau no 1)

  • 5 Theo VAN TIJN, op. cit., p. 88 et suivantes.

17En 1822, est introduite la première meule à diamants mue par un cheval (quatre ateliers en sont équipés en 1830) et en 1840, la machine à vapeur. Le métier se transmettait de père en fils, ce qui explique en partie que les Juifs aient monopolisé l’industrie du diamant5.

Tableau 5. Typologie des quartiers du secteur neuf selon l’origine des Juifs

Tableau 5. Typologie des quartiers du secteur neuf selon l’origine des Juifs

(Sources : voir tableau no 1)

18Ce tableau montre un aspect de la cohabitation des Juifs portugais et allemands dans le secteur occidental de la ville le moins peuplé de Juifs (les données de 1795 ne distinguant pas entre Portugais et Allemands, on ne peut comparer que les deux autres années). Entre 1812 et 1829, le nombre de quartiers où habitent Juifs allemands et Juifs portugais a doublé.

  • 6 Théo VAN TIJN a situé cette dispersion au-delà de 1860, mais la comparaison des plans de la ville e (...)

19Nous avons vu jusque-là la dispersion de la population juive dans un nombre grandissant de quartiers. Les causes de ce phénomène tenaient à l’accroissement démographique, à l’industrie du diamant apportant plus de prospérité, ainsi qu’à d’autres activités économiques comme la fabrication des cigares6. Mais on peut aussi les analyser du point de vue de l’espace urbain laissé disponible par le départ des chrétiens ou par leur mort.

20Y a-t-il un lien entre la diminution de la population chrétienne dans certains quartiers et l’accroissement de la population juive dans ces mêmes quartiers ? Le tableau 6 offre la possibilité de tester cette hypothèse.

Tableau 6. Évolution démographique des quartiers urbains du secteur neuf (1795 - 1829)

Quartiers ayant connu un accroissement de population

Quartiers avant connu une perte

Ensemble des quartiers

36

60

Quartiers habités par les Juifs

12

21

(Sources : voir tableau no 1)

21Dans soixante quartiers de la ville, on observe une diminution de la population et une croissance dans trente-six d’entre eux seulement. C’est un rapport de 3 sur 5. Les Juifs ont élu domicile dans une douzaine de quartiers dont la population s'accroissait, et dans vingt et un dont la population diminuait. Conclusion : il n’y a pas là le signe que le vacuum créé par le départ des chrétiens ait été comblé par les Juifs.

  • 7 Louis WIRTH, The Ghetto, Chicago 1928, p. 283.

22On peut reformuler le point de départ – la relation entre la stratification sociale et le caractère ethnique – dans la question : existe-t-il un ghetto à Amsterdam ? Comment peut-on définir un ghetto ? Louis Wirth a proposé une définition. Il le décrivait comme une zone de ségrégation et comme le milieu le moins indésirable. Les Juifs s'entassent dans le ghetto pour les mêmes raisons que les Italiens vivent dans la petite Sicile, les Nègres dans la ceinture noire et les Chinois dans les villes chinoises. Quand la population s’accroît, les nouveaux venus ne s’installent pas n’importe où. Il y a une redistribution de toute la population et finalement chacun s’insère dans le milieu qui, s’il n’est pas le plus désiré, est en tout cas le moins indésirable7.

  • 8 Helga KROHN, Die Juden in Hamburg (1800-1850). Thre soziale, kulturelle und politische Entwicklung (...)

23Le ghetto peut aussi impliquer une notion juridique, l'obligation pour les nouveaux venus, de s’établir dans une certaine zone. Comme, par exemple, dans les villes allemandes telles Hambourg aux XVIIIe et XIXe siècles, encore qu’à Hambourg, le ghetto ait été assez ouvert8.

  • 9 E.W. BURGESS, « The growth of the city », E.W. BURGESS et R.D. MC KENZIE, The City, Chicago, 1925.

24Selon l’école écologique de Chicago le ghetto n’est qu’une zone de transition où les immigrants se concentrent provisoirement avant de se disperser dans d’autres secteurs de la ville9.

Les Migrations

  • 10 Simon HART a analysé tous les actes de promesses de mariage du XVIe au XIXe siècle : S. HART, Gesch (...)

25Concernant les mouvements migratoires sous l’Ancien Régime, l’information n’est pas abondante. La source principale vient de l’enregistrement des promesses de mariage qui donnent les lieux de naissance10. Malheureusement, seules les promesses de mariage des Juifs allemands pour la période de 1721-1770 ont été analysées (voir tableau 7).

Tableau 7. Répartition des Juifs et des Chrétiens d’après leur lieu de naissance (1ers mariages 1721 - 1770) ( %)

Tableau 7. Répartition des Juifs et des Chrétiens d’après leur lieu de naissance (1ers mariages 1721 - 1770) ( %)

(Sources : Archives Municipales d’Amsterdam DTB)

  • 11 C. REIJNDERS, Van joodse natiën’tot Joodse Nederlanders, een onderzoek naar getto en assimilatiev (...)

26On peut comparer ces pourcentages et conclure que les Juifs d’Amsterdam sont sur-représentés dans ces actes, les femmes plus que les hommes. Dans la littérature, on parle beaucoup d’un accroissement de l’immigration juive dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Les données numériques nous manquent pour cette période et nous ne pouvons mesurer les relations entre cet accroissement et sa fixation dans des quartiers urbains spécifiques. On peut supposer qu’en général les immigrants juifs ont élu domicile dans des quartiers déjà peuplés de Juifs parce qu’ils ont trouvé là de la famille et un environnement connu. Nous avons vu, sur les trois plans de la ville, leur dispersion après l’émancipation juridique de 179611.

  • 12 J.A. VERDOORN, Volksgezondheid en sociale ontwikkeling, Beschouwingen over het gezondheidswezen te (...)

27Cette dispersion, nous l’avons mentionné, était causée par la pression démographique et rendue possible par l’extension des activités économiques. Quoique cette dispersion se soit poursuivie au cours du XIXe siècle, des quartiers de forte concentration juive ont persisté jusqu’à la deuxième guerre mondiale12. A cet égard, les quartiers juifs peuvent être considérés partiellement comme des zones de transition. Au bout d’un certain temps, les nouveaux arrivés qui en avaient la possibilité, les ont quittés pour d’autres quartiers plus agréables.

La natalité

28A défaut de données sur les migrations, on dispose d’autres informations concernant le comportement démographique (natalité, mortalité, mariages, taille des familles). Les données concernant les naissances sont limitées parce que pour les Juifs allemands, nous n’avons que les actes de circoncision qui sont, naturellement, réservés aux garçons. Les Juifs portugais, eux, ont fait l’objet d’une liste des naissances des garçons et des filles, trouvée aux Archives Municipales d’Amsterdam. Le tableau 8 en donne le résumé statistique. Il est probable qu’un sous-enregistrement de filles en perturbe l’exactitude, mais ce tableau fournit malgré tout quelques indications.

Tableau 8. Naissance des Juifs portugais (1736-1811)

Période

Garçons

Filles

Total

 %

1736-1740

259

194

453

8,0

1741-1745

255

202

457

8,0

1746-1750

245

174

419

7,4

1751-1755

261

191

452

8,0

1756-1760

203

212

415

7,3

1761-1765

204

185

389

6,8

1766-1770

223

193

416

7,3

1771-1775

190

170

360

6,3

1776-1780

185

169

354

6,2

1781-1785

168

173

341

6,0

1786-1790

177

187

364

6,4

1791-1795

156

136

292

5,1

1796-1800

148

150

298

5,2

1801-1805

157

147

304

5,4

1806-1810

162

140

302

5,3

1811

31

37

69

1,2

Total

5.687

(Sources : Archives Municipales d’Amsterdam A.Z. 1812,534, nr. 898)

29Les naissances chez les Juifs portugais sont en déclin ; d’autre part, il y a un accroissement des actes de circoncision chez les Juifs allemands. En général, on peut déduire des données dispersées des alentours de 1800, que la natalité des Juifs portugais est plus basse que la natalité juive allemande et que la natalité chrétienne. Pour les Portugais juifs, on peut estimer que la natalité est comprise entre 19 à 22 o/oo et pour les chrétiens entre 32 et 36 o/oo. Il faut donc conclure que l’accroissement général de la population juive est dû à la population allemande.

La mortalité

30Quels nouveaux aspects peut-on emprunter à la mortalité différente des Juifs portugais et des Juifs allemands ?

31En 1812, et en 1829, pour chaque Juif portugais on a compté sept Juifs allemands. Le tableau 9 montre que la mort était un ennemi plus grand pour les Juifs allemands que pour les Portugais. Ce phénomène est-il lié à la natalité plus faible chez les Portugais ? Peut-être.

Tableau 9. Ratio des morts Juifs portugais et allemands (1786-1810)

Période

Portugais

Allemands

1786-1790

1

12,1

1791-1795

1

13,5

1796-1800

1

11,9

1801-1805

1

12,3

1806-1810

1

12,0

(Sources : voir tableau no 8)

32On peut aussi comparer la mortalité juive avec celle de la population chrétienne. Pour les quatre décennies après 1774, la proportion des morts Juifs est plus faible que la proportion de la population juive dans la population entière à Amsterdam.

33(Voir tableau 10 page suivante).

Tableau 10. Pourcentage de la mortalité juive à Amsterdam (1774-1813)

Période

Pourcentage

1774-1783

6,8

1784-1793

8,4

1794-1803

7,4

1804-1813

7,9

(Sources : C. Nieuwenhuys, Proeve eener geneeskundige plaatsbeschrijving der stad Amsterdam, Amsterdam, 1820)

34Le développement de la mortalité peut s’expliquer en partie du fait de l'accroissement absolu et relatif du nombre de Juifs.

  • 13 Theo VAN TIJN, op. cit., p. 122.

35La question qui se pose alors est de savoir pourquoi la mortalité juive est si faible. Une première explication possible vient du fait qu’en général les immigrants sont plus jeunes que les groupes autochtones. Les contemporains ont déjà signalé que la mortalité juive était la plus basse et ils ont mentionné comme causes possibles l’allaitement au sein, qui était pratiqué plus souvent chez les Juifs, l’exercice de métiers moins pénibles et l'absence d’alcoolisme. Un historien a observé que le paludisme rencontrait un terrain moins favorable dans les quartiers juifs que, par exemple, dans le quartier ouvrier de Jordaan. Les quartiers juifs étaient situés plus haut et la circulation de l’eau s’y faisait mieux que dans le quartier de Jordaan13.

La nuptialité

36Une autre indication de l’accroissement de la population juive par le groupe juif allemand est le nombre croissant des mariages juifs allemands. Le tableau 11 montre ce phénomène.

37(Voir tableau 11 page suivante).

38Pendant la deuxième partie du XVIIIe siècle et la première décennie du XIXe siècle, ont eu lieu à peu près 70 % des mariages de Juifs allemands. L’augmentation de la population juive – on peut conclure – est causée essentiellement par l’immigration des Juifs allemands pendant le dernier quart du XVIIIe siècle quoique l’élément autochtone juif, mesuré sur la base des promesses de mariage (tableau 7) ait été, jusqu’en 1770, en pourcentage, plus fort que l’élément chrétien.

Tableau 11. Nombre de mariages Juifs portugais et de mariages Juifs allemands (1700-1810)

Période

Juifs portugais

 %

Juifs allemands

 %

1700-1710

292

12,2

332

2,7

1711-1720

264

11,0

382

3,2

1721-1730

286

11,9

989

8,2

1731-1740

291

12,2

1.067

8,8

1741-1750

224

9,4

1.048

8,7

1751-1760

227

9,5

1.261

10,4

1761-1770

187

7,8

1.281

10,6

1771-1780

157

6,6

1.411

11,7

1781-1790

165

6,9

1.459

12,1

1791-1800

142

5,9

1.577

13,0

1801-1810

161

6,7

1.291

10,7

Total

2.396

12.098

(Sources : voir tableau 8)

La taille des familles

39Une dernière observation démographique a trait à la taille de la famille juive en comparaison avec la famille chrétienne.

Tableau 12. Nombre de personnes par famille juive et par famille chrétienne en 1795

Familles chrétiennes (ancien secteur de la ville)

4,0

Familles juives (ancien secteur de la ville)

4,3

Familles chrétiennes (secteur neuf de la ville)

3,8

Familles juives (secteur neuf de la ville)

4,0

(Sources : voir tableau 1)

40Ce tableau fournit des données empruntées au premier recensement hollandais de 1795. Quoique le quartier ouvrier de Jordaan dans le secteur occidental – le secteur neuf – de la ville ait influencé la moyenne, ce secteur en sa totalité montre des familles plus petites que l’autre côté – le côté ancien. Les quartiers juifs, très peuplés, comptent les familles qui ont le plus grand nombre de personnes.

La surpopulation

41La dernière partie de cette contribution présente quelques observations sur la situation résidentielle et sur la structure professionnelle.

42Un des caractères du ghetto est sa surpopulation et bien que d’autres caractéristiques soient absentes à Amsterdam, la surpopulation reste un fait sûr. Des chiffres concernant la situation résidentielle sont disponibles pour le milieu du XVIIIe siècle et on peut ainsi comparer avec la situation de 1795.

Tableau 13. Pourcentage des personnes habitant dans des maisons et des personnes habitant dans des arrières-corps de la maison et dans des caves en 1747-1751

Quartier

 %
dans des maisons

 %
dans des arrières-corps ou des caves

District 14 (en partie juif)

38,0

62,0

District 15 (en partie juif)

48,6

51,4

District 16 (quartier ouvrier)

43,6

57,4

Toute la ville

54,3

45,7

(Sources : Archives Municipales d’Amsterdam Liberale Gift 1747-1751 Archief Burgemeester Belastingen III)

43Les districts mentionnés dans ce tableau sont dérivés de la division de la ville en soixante quartiers et les quartiers 14, 15 et 16 sont tous les trois situés dans le secteur oriental – l’ancien secteur – de la ville. Dans le milieu du XVIIIe siècle, on a distingué, pour établir une imposition, les maisons des arrières-corps de maisons et des caves. Les districts 14 et 15 correspondent aux quartiers juifs très peuplés ; c’est là que le pourcentage des arrières-corps de maisons et des caves habités est le plus fort, en comparaison avec la ville entière. Pour montrer que la surpopulation n’était pas une spécificité juive, on a donné les chiffres concernant un quartier ouvrier. Dans ce quartier, se trouvent les chantiers navals et la résidence des charpentiers de la marine. Nous pouvons encore comparer le nombre des familles par maison et voir apparaître le surpeuplement général à côté de l’accentuation de l’entassement dans les quartiers juifs. A cet égard – ainsi que le montre le tableau no 14 – les districts juifs contiennent des maisons moins peuplées au milieu du XVIIIe siècle qu’à la fin. Le nombre des familles par maison est passé d’environ 1,9 à 2,9.

Tableau 14. Nombre de familles par maison en 1747-1751 et en 1795

Districts

Années

Toute la ville

14

15

16

1747-1751

1,85

1,9

1,87

2,4

(Sources : voir tableaux no 8 et no 13)

Tableau 15. Nombre de familles et de personnes par maison en 1795

Familles

Personnes

Chrétien (secteur neuf)

2,1

8,1

Juif (secteur neuf)

1,3

5,5

Chrétien (secteur ancien)

2,0

8,1

Juif (secteur ancien)

3,0

12,8

(Sources : voir tableau no 1)

44La surpopulation dans le secteur ancien de la ville est évident ainsi que le tableau no 15 le montre bien.

45Un autre aspect des conditions d’habitation est le montant du loyer. Dans le tableau no 16, les quartiers juifs sont comparés au reste d’Amsterdam. Les conditions défavorables mesurées sur la base du loyer sont évidentes dans les quartiers juifs.

46(Voir tableau 16 page suivante).

Tableau 16. Répartition des valeurs locatives dans les quartiers juifs et dans le reste d’Amsterdam 1811-1813 (en florins)

Tableau 16. Répartition des valeurs locatives dans les quartiers juifs et dans le reste d’Amsterdam 1811-1813 (en florins)

(Sources : Archives Municipales d’Amsterdam Wijkboeken 1811-1813 Militaire Zaken)

Les métiers

  • 14 Quoique après l’émancipation juridique, tous les métiers aient été officiellement ouverts aux Juifs (...)

47La dernière approche que nous voulons introduire dans cette communication, porte sur les métiers ou sur les professions. Parce que pour définir une structure sociale, le métier ou la profession du chef de famille est très important. Avant l’émancipation légale certains métiers étaient interdits aux Juifs. C’était par jalousie que certaines coporations s’étaient fermées aux Juifs. Avant l’émancipation, le commerce était une profession libre et on trouvait là beaucoup de Juifs. On peut étudier la structure professionnelle au commencement de la deuxième décennie du XIXe siècle, soit plus de quatorze ans après l’émancipation mais on trouve encore une sur-représentation juive dans certaines professions comme celles de petits marchands et de fripiers14. Le pourcentage le plus bas de cabarets dans les districts juifs peut être rapporté au fait que la communauté juive était moins touchée par l’alcoolisme que le reste de la ville.

48(Voir tableau no 17 page suivante).

49Quoique la pauvreté et l’alcoolisme coexistent souvent, ce n’est pas le cas chez les Juifs. On peut estimer à 30 % la population employée dans l’industrie chez les Juifs et à environ 50 % dans le reste de la ville. Il y avait chez les Juifs 10 % de plus de commerçants que dans le reste de la ville. La taillerie de diamants, spécialité juive, était, pour eux, une activité industrielle exceptionnelle.

Tableau 17. Pourcentage de quelques métiers dans les quartiers juifs et dans le reste d’Amsterdam (1811-1813)

Métiers

Quartiers juifs

Le reste de la ville

Cabaretiers

2,8

4,8

Marchands

9,2

4,3

Boutiquiers

9,4

8,2

Portefaix

3,2

2,5

Fripiers

1,6

0,5

Marins

0,5

0,7

Bateliers

0,2

0,7

Boulangers

2,1

2,6

Bouchers

0,5

1,4

(Nombre total : 437)

(Nombre total : 5.458)

(Sources : voir tableau no 16)

Conclusion

50Que peut-on présenter comme conclusion ?

51Le point de départ touchait à l’existence d’un ghetto. Certains aspects – comme par exemple, la surpopulation –, sont bien apparus dans les quartiers juifs dans les années proches de 1800. Cette surpopulation est causée par l’immigration et aussi par la faible mortalité des Juifs. Avant l’émancipation, il n’y avait aucune interdiction juridique faite aux Juifs de se disperser dans la ville, mais ils ne le faisaient pas. On a vu que le processus de dispersion ne se développa que très lentement. Aussi la structure professionnelle ne changea-t-elle pas beaucoup. Il existait des relations entre la structure sociale et le caractère ethnique mais il y avait aussi des éléments – difficiles à mesurer – comme la tradition et la religion qui jouaient un rôle important dans la cohésion de la communauté juive.

POURCENTAGE DE LA POPULATION JUIVE PAR RAPPORT AU TOTAL DE LA POPULATION DES QUARTIERS D’AMSTERDAM

POURCENTAGE DE LA POPULATION JUIVE PAR RAPPORT AU TOTAL DE LA POPULATION DES QUARTIERS D’AMSTERDAM

data : h.a. diederiks design : a.e. baayens leiden, may 1981.

Notes

1 Les deux éléments – caractère ethnique et structure sociale – sont discutés, par O. ZUNZ pour Détroit en 1880 ; là le facteur ethnique dominait le système de concentration (O. ZUNZ, « Détroit en 1880 : espace et ségrégation », Annales E.S.C., 32 (1977), p. 129.

2 Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, A. Colin, 1967, p. 407.

3 Théo VAN TIJN, Twintig Jaren Amsterdam, De maatschappelijke ontwikkeling van de hoofdstad, van de jaren’50 der vorige eeuw tot 1876, Amsterdam, 1965, p. 105.

4 Patrick GIRARD, Les Juifs de France, de 1789 à 1860, de l'émancipation à l’égalité, Paris 1976, pp. 13, 14 ; pour le problème de l'émancipation et de l'assimilation, Jaap Meijer donne quelques informations : Jaap MEIJER, Frfenis der Fmancipatie, Net Nederlandse Jodendom in de eerste helft van de 19e eeuw, Haarlem, 1963, pp. 7-12 ; une discussion récente dans les périodiques historiques hollandais éclaire le problème de l’accueil par les Juifs et par les Chrétiens de l’émancipation juridique de 1796 : J. MICHMAN, « Gothische Torens op een Corinthisch gebouw, de doorvoering van de emancipate van de Joden in Nederland », Tijdschrift voor Geschiedenis, 89 (1976), pp. 493-517 ; A.H. HUUSSEN jr, « De emancipatie van de Joden in Nederland. Een discussiebijdrage naar aanleiding van twee recente studies », Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 94 (1979) pp ; 75-83 ; J. MICHMAN, « De emancipatie van de Joden in Nederland », Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 96 (1981), pp. 78-82.

5 Theo VAN TIJN, op. cit., p. 88 et suivantes.

6 Théo VAN TIJN a situé cette dispersion au-delà de 1860, mais la comparaison des plans de la ville entre 1795 et 1829 nous montre que ce processus était déjà commencé au début du XIXe siècle.

7 Louis WIRTH, The Ghetto, Chicago 1928, p. 283.

8 Helga KROHN, Die Juden in Hamburg (1800-1850). Thre soziale, kulturelle und politische Entwicklung während der Emanzipationszeit, Frankfurt am Main, p. 10.

9 E.W. BURGESS, « The growth of the city », E.W. BURGESS et R.D. MC KENZIE, The City, Chicago, 1925.

10 Simon HART a analysé tous les actes de promesses de mariage du XVIe au XIXe siècle : S. HART, Geschrift en Getal, Dordrecht, 1976, pp. 115-181.

11 C. REIJNDERS, Van joodse natiën’tot Joodse Nederlanders, een onderzoek naar getto en assimilatieverschijnselen tussen 1600 en 1942, Amsterdam. 1969, p. 172.

12 J.A. VERDOORN, Volksgezondheid en sociale ontwikkeling, Beschouwingen over het gezondheidswezen te Amsterdam in de 19e eeuw, Utrecht/Antwerpen, 1965, p. 65.

13 Theo VAN TIJN, op. cit., p. 122.

14 Quoique après l’émancipation juridique, tous les métiers aient été officiellement ouverts aux Juifs, un cas de refus d’enregistrement de patente pour un Juif nous est connu – ce cas est peut-être exemplaire – S. BLOEMGARTEN, « De Amsterdamse Joden gedurende de eerste Jaren van de Nataafse Republiek (1795-1798) » : Studia Rosenthaliana, vol. I, nr. II (1967), p. 63.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Population juive d’Amsterdam (1795 - 1829)
Légende (Sources : voir tableau no 1)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 3. Concentration de la population juive par quartier
Légende (Sources : voir tableau no 1)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 4. Concentration des Juifs portugais par quartier
Légende (Sources : voir tableau no 1)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 5. Typologie des quartiers du secteur neuf selon l’origine des Juifs
Légende (Sources : voir tableau no 1)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 7. Répartition des Juifs et des Chrétiens d’après leur lieu de naissance (1ers mariages 1721 - 1770) ( %)
Légende (Sources : Archives Municipales d’Amsterdam DTB)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 16. Répartition des valeurs locatives dans les quartiers juifs et dans le reste d’Amsterdam 1811-1813 (en florins)
Légende (Sources : Archives Municipales d’Amsterdam Wijkboeken 1811-1813 Militaire Zaken)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre POURCENTAGE DE LA POPULATION JUIVE PAR RAPPORT AU TOTAL DE LA POPULATION DES QUARTIERS D’AMSTERDAM
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende data : h.a. diederiks design : a.e. baayens leiden, may 1981.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search