Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

II. Structure de la ville et quartiers

La notion de quartier à Strasbourg vers 1600

Jean-Pierre Kintz

Texte intégral

1Toute ville importante pose à ses dirigeants des problèmes de sécurité et d’hygiène, de ravitaillement, de police et d’assistance. Strasbourg peuplé de 24.000 habibants environ à l’aube du XVIIe siècle, n’échappe pas à la règle commune. Ces aspects de la vie communautaire, relativement bien connus, insistent sur l’unité de la vie urbaine. Pour les habitants, le cadre normal de vie était en réalité constitué par le quartier. Les registres paroissiaux, les inventaires après décès, les nombreuses chroniques permettent, en l’absence de documents judiciaires, de retracer quelques aspects caractéristiques des différents secteurs de la ville.

  • 1 On ne pourra plus ignorer la monumentale Histoire de Strasbourg des origines à nos jours publiée s (...)
  • 2 HIMLY François-J., Atlas des villes médiévales d’Alsace, Publ. des Sociétés d’Histoire et d'Archéo (...)
  • 3 Dans le livre offert en hommage à Raymond OBERLÉ, publié par l’Université de Haute-Alsace, nous pr (...)
  • 4 Les métiers sont souvent regroupés à Strasbourg. On appelle tribu cette unité administrative et éc (...)

2Le développement topographique de la ville a particulièrement marqué de son empreinte la vie des divers quartiers1. Pour le voyageur pressé, Strasbourg présentait l’aspect d’un îlot bordé de deux secteurs périphériques, ou faubourgs. Un ancien fossé de rempart coupait en réalité le centre en deux zones bien distinctes : la vieille cité carolingienne autour de la cathédrale et les quartiers plus récents près des deux églises Saint-Pierre au paysage nettement différencié2. C’est autour de la cathédrale et de l’hôtel de ville que résidaient de nombreux bourgeois fortunés. Ces deux édifices représentaient les deux pouvoirs ecclésiastique et civil. Les théologiens strasbourgeois justifiaient souvent cette dualité par l’évocation des deux Tables de la Loi. Dans ce quartier la pierre a constitué, avec le bois sculpté, le principal matériau de construction. L’oriel de la façade et le pignon à volutes soulignent la richesse des habitations. L’aménagement de l’appartement l’exprime également : le praticien dispose d’un grand confort. De nombreuses pièces, réparties parfois entre les étages, permettent de vivre plus agréablement. L’une d’entre elles sert de « salle à manger ». L’artisan, au contraire, reçoit ses hôtes dans la « stube », salle de séjour où l’on sert également les repas. La salle de bains représente un signe supplémentaire d’une vie luxueuse. Les registres paroissiaux apprennent que ce quartier est habité par le monde des affaires et du négoce, celui des juristes et des professeurs, celui des artisans aisés tels les orfèvres. Les plus grosses fortunes strasbourgeoises atteignent 50.000 florins environ à une époque où celle des ménages dépasse en moyenne à peine 4.000 florins. Au cours de la guerre de Trente Ans, 11 % des familles possédaient 70 % du patrimoine privé. Cette richesse permettait aux bourgeois de s’instruire et d’acquérir des objets d’art. Dans un échantillon de 580 inventaires on relève 40 collections de livres, en particulier des cosmographies, des chroniques, des herbiers. Des gravures et des peintures à l'eau ou à l'huile ornaient le dixième des appartements de la ville3. C’est dans ce quartier où avait été installée la « semi universitas », ou Académie, que s’étaient établies.la plupart de ces familles aisées et soucieuses d’apprécier la culture humaniste de la Renaissance. Le centre de la ville était devenu le siège du pouvoir politique, économique, religieux et culturel ce que soulignait la présence des monuments et des bâtiments publics. On y avait également édifié la Monnaie et le Trésor de la Ville qui recevait les dépôts d’argent des particuliers. De nombreuses tribus, ou groupements de métiers, y avaient ouvert leur poêle pour les réunions et les distractions4. C’est ici qu'avaient été construites les résidences patriciennes admirées par les voyageurs. On y respirait la puissance sous toutes ses formes, ce qui représentait la caractéristique principale du quartier. Une animation particulière gagnait ce centre les jours de marché ou de foire. Paysans, marchands et simples particuliers y affluaient alors. L’élargissement de certaines rues – ainsi pour le marché aux grains – permettait d’accueillir une foule relativement nombreuse. Les artistes ont fixé un autre rôle dévolu à ces espaces : celui des distractions. La gravure de Wencel Hollar représentant les parties de traîneaux et de glissade sur la place des Cordeliers est restée célèbre. A certaines occasions, des bandes d’adolescents organisées déclenchent ici des batailles rangées (bubenkriegen). La vie de quartier n’est-elle pas alors davantage ressentie autour de ces grands espaces capables d’accueillir la foule ?

3Au bord de la rivière – la Bruche, selon les contemporains – un petit quartier bien différencié s’était formé autour du port avec la halle de commerce, les auberges surpeuplées à l’époque des foires, les marchés, la grande Boucherie et le pont des Hautes Œuvres. C’est ici que travaillaient portefaix, coltineurs, débardeurs, grutiers, etc... et que l'on rencontrait les polissons. Ces « böse buben » dormaient en été sous le pont et en hiver dans la paille entassée dans ces lieux. Ces marginaux vivaient la vie de quartier à leur façon. Pour eux, il formait un lieu de rassemblement. Les bandes grossissaient-elles en période de disette ? L’opinion publique accusait ces « buben » de vivre de rapines. Certaines rues de la ville étaient parfois barrées de chaînes la nuit pour gêner la fuite des voleurs. En été, ces malvêtus laissaient leurs hardes sur la berge et prenaient des bains de rivière au grand scandale du clergé et des bourgeois. Que pouvait-on faire contre ces « nakende buben » (jeunes gens dévêtus) ? Certains quartiers pouvaient ainsi recevoir une empreinte « extérieure », celle des voyageurs, marchands, vagabonds ou misérables.

  • 5 DOLLINGER Philippe, Die Stadt in der europäischen Geschichte, in Festschrift Edith Ennen, Bonn, 19 (...)
  • 6 GUTTON Jean-Pierre, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Coll. Sup., Paris, (...)

4L’ouest de la vieille ville avec ses ruelles étroites, tortueuses, mal aérées, présentait son entité propre. L’entassement des maisons reflétait celui des hommes. Des historiens estiment que la densité de peuplement a pu atteindre ici le chiffre de 200 habitants à l’hectare5. Ce quartier populaire était celui des journaliers, des manouvriers et des tanneurs. Le pasteur de la paroisse reconnaissait traditionnellement qu’elle était l’une des plus pauvres de la ville. Le montant des quêtes dans les sept paroisses le confirme ! C'est ici que l’on rencontrait de nombreux « hausarme », c’est-à-dire des pauvres de la commune. A Strasbourg vivaient, à l’époque de la guerre de Trente Ans, 11 % de ménages endettés et 24,5 % de familles ne possédant pas 600 florins de bien. La marque de ce quartier restait essentiellement socio-économique. On savait ici ce que signifiait la misère humaine que la politique d’assistance imaginée par les dirigeants de la cité dès 1523 s’efforçait de rendre supportable6.

  • 7 Soulignons que Strasbourg, ville luthérienne, avait conservé l’ancien calendrier. Il y a donc un d (...)

5Dans les deux secteurs périphériques de la ville, la campagne reprenait ses droits : maisons à colombages, fermes, terres cultivées et pâturages. C'est au nord-ouest que l’on remarquait les quartiers les mieux différenciés. La paroisse de Sainte-Aurélie était la seule à former une unité topographique et sociale. Toutes les autres de la ville s’étendaient à la fois sur le centre et une partie des faubourgs. Cette unité religieuse était importante même dans une cité protestante où la « paroisse personnalisée » devait être de règle. La religion marquait la vie quotidienne. Le pasteur et les conseillers presbytéraux prétendaient encore en 1604 pouvoir choisir le vicaire de la paroisse contrairement aux dispositions des ordonnances ecclésiastiques. Le prénom fréquemment donné aux filles était celui d’Aurélie, la « patronne » de l’église alors que la Réformation avait trouvé ici un milieu de rayonnement favorable dès ses débuts. Dans cette paroisse, les querelles religieuses ne pouvaient pas être oubliées. Des établissements catholiques avaient en effet réussi à s’y maintenir. De nombreux marchands welches – c’est-à-dire parlant le français – et des domestiques immigrés fréquentaient la chapelle des Johannites principalement à Noël, à l'époque de la foire commerciale7. Les couvents continuaient à pratiquer la charité selon la coutume traditionnelle. Le Magistrat admettait volontiers dans les temps de pénurie alimentaire que les pauvres quémandassent leur pain dans les « couvents papistes ». Ce quartier présentait une certaine unité socio-économique ; il était celui des maraîchers employant une nombreuse domesticité. Des charrons produisaient des attelages et certains instruments aratoires. La vie sociale battait au rythme des travaux des champs. Durant l’été la jeunesse, comme celle du quartier proche du Finkwiller où l’élevage l'emportait sur l’agriculture, aimait folâtrer hors des murs. Plusieurs centaines de jeunes personnes organisaient des rondes sur les prés, chantaient et dansaient. Les pasteurs protestaient contre le manque de sanctification du dimanche. L'animation du quartier avait-elle été rendue impossible ? Le besoin d'évasion portait les jeunes gens à sortir de la ville.

6A l’ombre de l’église Sainte-Aurélie les questions économiques présentaient certainement autant d’importance que dans les autres quartiers. La domination de quelques très riches propriétaires terriens sur une foule de valets et de domestiques ne semble pas y avoir été contestée. Une longue crise économique était vécue par un groupement voisin pendant plusieurs décennies. Les petits maraîchers du faubourg de Pierre défendaient âprement le droit de produire et d’exporter de la semence d’oignons. Le Magistrat put craindre un tumulte en 1586 et en 1616. On reste d'autant plus frappé par la solidarité qui se manifesta alors que l’habitat se présentait essentiellement le long d’une voie qui menait à l'une des portes de la ville. La route formait ici le trait d’union du quartier et le travail de la terre, celui de la population.

  • 8 L’Ordonnance ecclésiastique de 1598 stipule que chaque paroisse doit ouvrir deux écoles, une pour (...)

7Dans le secteur méridional l’homogénéité des quartiers s’affirmait moins nettement sauf à la Krutenau édifiée entre un bras du Rhin (le Rheingiessen) et les murailles de l'enceinte. Les zones de parcours et les terrains vagues gardaient une certaine importance. Le Magistrat a encouragé l'établissement d’ateliers de travail bruyants, nuisibles ou dangereux dans les faubourgs et même en dehors de la ville. Cette injonction s'adressait aux foulons, fondeurs de suif, savonniers, boyaudiers, etc... Les explosions de moulins à poudre restaient redoutées. Ne provoquaient-elles pas les mêmes effets que les tremblements de terre ? L’importance des surfaces d’eau – rivières, bras du Rhin, étangs – explique que la paroisse Saint-Guillaume était principalement habitée par des bateliers et des pêcheurs. Leur tribu a pu prétendre en 1600 que presque tous les membres résidaient à la Krutenau. Dans ces quartiers s’établissaient souvent les immigrés avant de pouvoir s'installer près de leur lieu de travail. La mobilité et le brassage de la population permettent de comprendre certains traits de mentalité. Le pourcentage des conceptions anténuptiales ou illégitimes ne dépasse cependant guère celui de la ville qui reste particulièrement bas (taux d’illégitimité : 1 %). Le pasteur de la paroisse Saint-Guillaume se plaignait parfois de l’existence de fausses croyances ou de « mauvaises influences ». Ses ouailles étaient enclines à croire à la sorcellerie, à la magie, au monde des fantômes, etc... Il aurait certainement préféré que l’école et l'église fussent le centre d'animation du quartier8. Dans ces secteurs méridionaux avaient été installés les établissements pour accueillir les malheureux et les réprouvés : malades, orphelins et enfants exposés, syphilitiques et vérolés. L’emplacement de l’auberge des voyageurs pauvres (elendenherberg) faisait exception mais se trouvait également en dehors de la vieille ville, près de l’église Sainte-Aurélie. On y accueillait – on n'osait pas parler d’enfermement – les étrangers misérables. Politique consciente qui visait à écarter les marginaux du centre de la ville ?

8Une grande ville apparaît au niveau de la vie quotidienne comme une juxtaposition de quartiers distincts par leur paysage, leur fonction et leur histoire. Le vieux centre de Strasbourg s’était « embourgeoisé » en partie. Les principaux bâtiments traduisaient la puissance du patriciat et du clergé qui dirigeaient la « ville libre ». Les activités professionnelles favorisaient le regroupement dans les secteurs particuliers et imposaient une certaine mobilité aux ménages. Les voies de passage, les grandes places, les espaces vides favorisaient les regroupements ou les affrontements. Un sentiment d’unité était assurément ressenti par les habitants. Vivre la ville signifiait ainsi, pour la plupart, vivre la vie de son quartier.

STRASBOURG VERS 1590

STRASBOURG VERS 1590

CRISES DE SUBSISTANCES ET COMMERCE DE CÉRÉALES (1560-1650)

CRISES DE SUBSISTANCES ET COMMERCE DE CÉRÉALES (1560-1650)

IMPORTATIONS DE BOVINS A STRASBOURG (1560-1650)

IMPORTATIONS DE BOVINS A STRASBOURG (1560-1650)

Notes

1 On ne pourra plus ignorer la monumentale Histoire de Strasbourg des origines à nos jours publiée sous la direction de Georges LIVET et de Francis RAPE. Strasbourg, Éditions des Dernières Nouvelles, 1980-1982, 4 vol. Pour les XVIe et XVIIe siècles, on pourra se rapporter à notre ouvrage La Société strasbourgeoise du milieu du XVIe siècle à la fin de la guerre de Trente Ans. 1560-1650, Essai d'histoire démographique, économique et sociale, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, à paraître en 1983.

2 HIMLY François-J., Atlas des villes médiévales d’Alsace, Publ. des Sociétés d’Histoire et d'Archéologie d’Alsace, Strasbourg, 1970, 133 p.

3 Dans le livre offert en hommage à Raymond OBERLÉ, publié par l’Université de Haute-Alsace, nous présentons un article sur « Instruction, culture et sensibilité bourgeoise à Strasbourg du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle ». Parution fin 1982.

4 Les métiers sont souvent regroupés à Strasbourg. On appelle tribu cette unité administrative et économique. Chaque tribu est dirigée par un corps d’échevins dont le recrutement est soumis au régime de la cooptation. Nombreuses précisions dans notre article, « Élites et pouvoirs politiques à Strasbourg au milieu du XVIIe siècle ». Annuaire des Amis du Vieux-Strasbourg, 1981.
Parmi les ouvrages sur les métiers, on peut signaler une présentation faite pour le grand public par Paul MARLIN, Les corporations à Strasbourg. 1200-1789. Strasbourg, Istra, 1964, 72 p.

5 DOLLINGER Philippe, Die Stadt in der europäischen Geschichte, in Festschrift Edith Ennen, Bonn, 1972, p. 521-528.

6 GUTTON Jean-Pierre, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Coll. Sup., Paris, P.U.F., 1974, p. 105.

7 Soulignons que Strasbourg, ville luthérienne, avait conservé l’ancien calendrier. Il y a donc un décalage de dix jours entre les jours de fête de styles, ancien et nouveau. Le calendrier grégorien n’a été introduit qu’après le rattachement de la ville au Royaume de France en 1681.

8 L’Ordonnance ecclésiastique de 1598 stipule que chaque paroisse doit ouvrir deux écoles, une pour les garçons et une autre pour les filles.

Table des illustrations

Titre STRASBOURG VERS 1590
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre CRISES DE SUBSISTANCES ET COMMERCE DE CÉRÉALES (1560-1650)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre IMPORTATIONS DE BOVINS A STRASBOURG (1560-1650)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search