Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

II. Structure de la ville et quartiers

Longue durée et analyse factorielle premiers résultats de l'enquête sur une ville de Hongrie (xvie - xviiie siècles)

György Granasztoï

Texte intégral

Les villes hongroises des XVIe-XVIIIe siècles

  • 1 BENZECRI, J.P. et collaborateurs, L'analyse des données, Paris, 1973, 1-2 vol.

1A la fin du Moyen Age hongrois (1526), dans les villes privilégiées et autonomes, le chiffre de la population est peu élevé – il varie entre deux et six mille habitants – et la surface protégée par les enceintes ne dépasse pas les 55 hectares. Puisque, d’autre part, les distances qui séparent ces villes, une bonne vingtaine, sont grandes, le réseau urbain médiéval hongrois peut être considéré comme peu concentré. Par contre, le nombre des différents centres locaux est élevé, l’on compte plusieurs centaines de bourgs non-fortifiés de taille et de statut fort divers. Le roi, l’administration, la noblesse et le haut clergé considèrent les citadins comme des sujets à imposer mais n’habitent pas les villes, sauf la capitale de Buda ; pourtant leur rôle stratégique est reconnu. La vie urbaine, les activités bourgeoises sont méprisées1.

2Au cours des XVIe-XVIIIe siècles, cette situation se modifie dont voici quelques aspects ;

  • l’invasion turque fait éclater les cadres étatiques du féodalisme hongrois, produit des migrations mais le caractère évoqué du réseau urbain reste grosso modo identique ;

  • le protestantisme devient un courant religieux de premier ordre et notamment gagne la population de toutes les villes ;

  • certains organismes de l’État, le haut clergé, les éléments de la noblesse, s’installent dans les villes dont l’importance stratégique augmente considérablement. La bourgeoisie veut préserver à tout prix son autonomie et veille sur ses privilèges médiévaux.

La ville en question

3La ville de Nagyszombat (Trnava, aujourd’hui en Tchécoslovaquie) se situe au nord-ouest de la Hongrie historique et fait partie des huit villes royales anciennes de statut particulier. Elle vit et subit les changements cités d'une manière particulière d’où l’intérêt spécial de son étude.

4Ville de commerce par excellence, elle accueille beaucoup de ceux qui quittent les villes du centre du pays après 1526-1529. Les immigrés appartiennent à l’ethnie hongroise et forment rapidement, aux côtés des « nations » germanique et slave de la commune, la troisième nationalité de celle-ci. A la même époque (1532), le primat de Hongrie, fuyant aussi les Turcs, choisit Nagyszombat pour y installer sa résidence provisoire.

5Les archevêques-primats et le chapitre d’Esztergom créent ici, progressivement, le premier bastion de la contre-réforme catholique qui est très encouragée par les Habsbourg (1540 : séminaire, 1615 : arrivée des jésuites, internat des jeunes nobles ; 1635 : première université permanente de la Hongrie ; 1636 ; installation des pères paulistes, etc...).

6Le protestantisme, malgré la présence du primat, séduit les habitants mais renforce les différences ethniques puisque, si les Allemands sont habituellement luthériens, les Hongrois suivent massivement la tendance calviniste (1603 : communauté religieuse calviniste).

7La population s’enrichit et augmente ses effectifs durant la majeure partie du XVIIe siècle grâce à une activité commerciale intense : exportation du vin de la région vers la Bohême et vers la Moravie, exportation bovine vers Vienne et vers les villes de l’Allemagne du Sud.

8La ville est convoitée par les Turcs et par les différentes rébellions : en 1605 elle est rançonnée par le chef d’un soulèvement ; en 1683, c’est le prince Thököly qui la fait incendier puis la met à contribution ; entre 1701-1706, pendant la guerre d’indépendance du prince Ràkoczi, elle passe en d’autres mains plusieurs fois.

9Parmi les nombreuses épidémies de peste il faut citer celles de 1679 et de 1708.

Sources et données

10L’étude statistique est fondée sur cinq livres d’impôt, respectivement de 1579, 1612, 1634, 1656 et 1711. Il est possible de localiser les contribuables sur le plan de la ville. Les livres d’impôt renseignent sur le statut social des contribuables, indiquent dans chacun des cas le niveau de la fortune et sa composition, rendent possible le dessin d’une structure professionnelle. C’est donc la combinaison de la carte et de la statistique qui permet une interprétation de l’espace urbain.

Dimension de l’espace

11Muraille sud : 420 m – muraille nord : 470 m muraille est : 715 m – muraille ouest :817 m

Nombre de maisons imposées

1579

1612

1634

1656

1711

524

624

647

634

521

Nombre de contribuables

776

1.059

1.083

901

719

Quantités de céréales en moyette (*)

Quantités de céréales en moyette (*)

(*) 1 moyette contient 0,9 kg de blé.

Quantités de vin en futaille (*)

1579

1612

1634

1656

1711

17.661

22.776

22.331

25.348

7.854

(*) 1 futaille = 53 litres

  • 2 D’une littérature sur l’application de cette méthode je cite KLAPISCH, Chr., DEMONET,M., « A uno pa (...)

12L’analyse des correspondances offre un modèle descriptif des sources. Pour y aboutir, au départ, conformément aux critères de la méthode, les variables retenues de la masse des informations doivent être partagées en deux ensembles : « individus » et « variables ». L’ensemble des « individus » est constitué des maisons groupées en flots. « La composition » d’un individu est empirique, puisque l’flot est une création de l’historien aux fins de l’analyse. L’ensemble des « variables » réunit les données statistiques relatives aux flots, leur classement se fait soit automatiquement soit empiriquement. Le classement est automatique dans les cas où les variables prennent des valeurs exprimées en argent ou en unité de mesure, mais il redevient empirique lorsque nous composons des classes de professions selon le schéma classique de l’histoire statistique2.

13Le traitement des données par ordinateur produit des listes et des graphes, notamment des cartes à interpréter. Mais en dehors des analyses des correspondances ainsi faites, nous utilisons une longue série de tableaux et de cartes des variables simples, calculés et tracés également par des moyens informatiques.

1 – L’année 1634, toutes les variables

14– Centre et périphérie (1er axe)

15Les îlots à valeur propre positive élevée (fig. 2) sont souvent habités par des nobles, par des ecclésiastiques et par la couche supérieure de la bourgeoisie (propriétaire des grandes quantités de vin et de blé). Ici les maisons sont grandes. Trois centres se distinguent sur la carte : l’un est au nord-ouest, l’autre est au sud-ouest, le troisième se trouve autour de l’église paroissiale St-Nicolas.

16Les îlots à valeur négative élevée représentent la périphérie. Les maisons, plutôt pauvres, y sont souvent habitées par des transporteurs, des gens de métier (métallurgistes, etc.) et les auberges et tavernes y sont fréquentes.

17Il est curieux qu’un îlot ayant un caractère de périphérie se trouve presque au centre géométrique de la ville. Ce fait souligne que la division dynamique (richesse et statut social élevé contre condition modeste) marque une ville éclatée en plusieurs centres.

18– Division sociologique (2ème axe)

19Les îlots à valeur propre positive élevée sont habités souvent par des grands commerçants ayant des maisons vastes et possédant des quantités élevées de blé et de vin (fig. 3). Ces îlots sont fréquents surtout au nord.

20A l’opposé, dans les maisons autour de l’église St-Nicolas (valeur propre négative élevée) de faibles quantités de vin et de blé se rencontrent, pourtant ces maisons sont souvent habitées par des locataires et surtout par des écclésiastiques.

21Le fonctionnalisme qui divise cette fois les îlots caractérise deux types de centres urbains : l’un est plutôt laïque et bourgeois, l’autre est plutôt religieux.

2 – 1579-1711 (sous-ensemble des professions)

22Si dans les cas précédents les analyses tiennent compte de la plupart des variables, cette fois l’on ne retient que les classes, ou groupes, professionnels.

23– Blocages et sommets du changement professionnel (1er axe)

24La partie centrale et centre-méridionale de Nagyszombat est le théâtre des changements radicaux depuis le XVIe siècle (fig. 4). Au début, l’industrie du cuir qui perd sa signification jusqu’à 1656, et certains métiers de l’habillement y sont prépondérants. A la fin de la période, de nouveaux métiers de l’habillement (cordonniers hongrois, passementiers, etc.), des métiers de l’alimentation et certains commerçants y font leur apparition. Cette partie de la ville change donc son visage entre 1579 et 1711.

25En d’autres flots, dispersés, quelques aspects du grand « boom » du XVIIe siècle sont mis en relief. Certaines professions vivent des années particulièrement fastes : journaliers agricoles (1612-1634), professions mixtes (organistes, violonistes et autres musiciens, étuvistes : 1612–1634), métiers du tissage (foulons, tisserands, etc. : 1656). Leur importance est pourtant négligeable en 1579 et en 1711.

26– Centre et périphérie de l’essor du XVIIe siècle (2ème axe)

27La partie centrale et certains flots de la périphérie (valeurs propres positives élevées) sont le lieu de résidence des artisans qui profitent des conjonctures favorables (métallurgistes, métiers du cuir, du tissage : 1612-1656).

28A l’opposé, métallurgistes (1579), métiers de l’habillement (1579), de l’alimentation (1579) et du bâtiment (1612) sont dispersés bien que plus fréquents vers le sud. Ce sont les anciens métiers qui perdent du poids jusqu’au milieu du XVIIe siècle, exceptés les métallurgistes qui se regroupent dans le centre et suivent l’évolution (fig. 5).

LISTE DES VARIABLES

29La maison et le sujet

  • numéro de maison

  • maison entière ou partielle

  • le sujet (est homme, femme, veuve, orphelin ou « homme défunt »)

  • propriétaire ou locataire

  • statut spécial (senator, dominus, reverendus, comes, spectabilis ac magnificus, peritus).

30Impôt

  • sur la maison

  • personnel (sur le locataire uniquement)

  • sur le commerce

  • sur l’activité d’artisan

  • sur l’activité de transporteur

31Quantités de produits divers, stockées surplace

  • vin

  • blé

  • seigle

  • orge

  • avoine

32Profession du sujet

  • métier ou activité spéciale

33Remarque : en 1711, quantités de céréales uniquement, mais nombre de vaches !

NAGYSZOMBAT – 1634 (1er Axe F)

NAGYSZOMBAT – 1634 (1er Axe F)

NAGYSZOMBAT – 1634 (2ème Axe F)

NAGYSZOMBAT – 1634 (2ème Axe F)

PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (1er Axe F)

PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (1er Axe F)

PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (2ème Axe F)

PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (2ème Axe F)

(C.N.R.S. – Centre Interrégional de calcul électronique – Circe)

Notes

1 BENZECRI, J.P. et collaborateurs, L'analyse des données, Paris, 1973, 1-2 vol.

2 D’une littérature sur l’application de cette méthode je cite KLAPISCH, Chr., DEMONET,M., « A uno pane et uno vino », in Annales E.S.C., 1972, pp. 873-903 ; DEMONET, M., DUMONT, P., LE ROY LADURIE, E., « Analyse factorielle des recensements militaires de 1819-1830 », in Historical Methods Newsletter, 1974, pp. 147-147-161 ; DEMONET, M., DUMONT, P., LE ROY LADURIE, È., « Anthropologie de la jeunesse masculine en France au niveau d’une cartographie cantonale (1819-1830), in Annales E.S.C., 1976, pp. 700-760 ; MILLET, H., « La composition du chapitre cathédral de Laon au XIVe siècle : résultats d’une analyse factorielle », in Annales E.S.C., 1981, pp. 117-138 ; GUERREAU, A., « Analyse factorielle et analyses classiques : le cas des Ordres mendiants dans la France médiévale », in Annales E.S.C., pp. 869-912. Cf. aussi notre article sur une autre ville hongroise dans les Annales, (sous presse, 1982, no 4).

Table des illustrations

Titre Quantités de céréales en moyette (*)
Légende (*) 1 moyette contient 0,9 kg de blé.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Nagyszombat
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre NAGYSZOMBAT – 1634 (1er Axe F)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre NAGYSZOMBAT – 1634 (2ème Axe F)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (1er Axe F)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre PROFESSION DE NAGYSZOMBAT (TOTAL) (2ème Axe F)
Légende (C.N.R.S. – Centre Interrégional de calcul électronique – Circe)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15077/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Auteur

Institut d’histoire – Budapest

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search