Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

I. Formation des populations urbaines

Immigration et société urbaine en Allemagne à l’époque moderne (xviie-xviiie siècle) (Remarques sur deux types de politique de l’immigration)

Étienne François

Texte intégral

1L’immigration urbaine à l’époque moderne n’est pas seulement déterminée par le déficit démographique des villes, les aléas de la conjoncture et l’évolution de la production et des échanges. Elle est tout autant fonction des politiques menées à son égard : jamais les phénomènes migratoires ne sont laissés à l’époque envisagée au libre jeu des décisions individuelles ou des variations de la conjoncture démographique et économique. Ils font au contraire toujours l’objet d’une surveillance et d’un contrôle permanents, et les décisions prises à cet égard – en particulier celles qui concernent l’immigration définitive – sont considérées comme une pièce centrale des politiques urbaines et sont de ce fait souvent l’enjeu des conflits urbains.

  • 1 Afin de dissiper toute ambiguité, je précise que je n'envisage ici que l'immigration définitive, ce (...)

2L’objet de cette mise au point est d’essayer, par-delà l’infinie variété des situations locales (un des charmes de l’Allemagne est bien son irréductible diversité et le foisonnement de ses contrastes), de dégager, dans leurs caractéristiques et leur fonctionnement, les deux attitudes opposées – oserons-nous dire les deux modèles ! – prévalant face à l’immigration urbaine et de montrer que par leur polarité mais aussi leurs combinaisons, ils permettent de rendre compte de la majorité des cas de figure1.

I. TYPOLOGIE SOMMAIRE DES DEUX MODELES D’IMMIGRATION

1- Le modèle « classique »

  • 2 Sur les conditions requises pour acquérir le « Bürgerrecht » à l’époque moderne, voir en particulie (...)

3Dans ce modèle, l’installation dans la ville est soumise à tout un ensemble de prescriptions très strictes. Loin d'être une formalité, le « droit de bourgeoisie » (Bürgerrecht) qui seul rend possible l'installation définitive ne s'acquiert qu'après toute une série d'« éliminatoires » codifiées : naissance légitime, liberté personnelle, justification d’un niveau de fortune minimum, appartenance à une corporation, appartenance à la confession religieuse de la ville, nécessité le plus souvent d'être marié, versement d'un droit d'entrée d'autant plus élevé qu’on est plus étranger à la communauté urbaine, etc... Si l'impétrant ne remplit pas toutes les conditions requises, il reste, sauf cas particuliers eux aussi bien délimités, un résident temporaire, au statut précaire et aux possibilités d'action restreintes. Par ailleurs, une fois intégré à la communauté urbaine, le nouveau bourgeois ne peut plus guère s'en exclure : il est à la limite aussi difficile de quitter la communauté que d'y entrer. En bref, il s'agit là d’un modèle fermé et malthusien, restrictif et répulsif2.

2 – Le nouveau modèle des villes neuves

  • 3 Pour Mannheim, voir F. WALTER : Geschichte Mannheims vor den ersten Anfangen bis zum Ubergang an Ba (...)

4Dans ce modèle, au contraire, tout est fait pour attirer les immigrants potentiels (cf. privilèges de Mannheim, 1607 et surtout 1652, privilèges de Neuwied de 1662, privilèges de la ville neuve d’Erlangen en 1686, privilèges de Karlsruhe de 1715-1722, etc...) : tolérance religieuse, exemption de taxes à payer pour acquérir la bourgeoisie, facilités pour exercer un métier (à Berlin ou à Mannheim par exemple, les nouveaux venus ne sont pas soumis aux règlements corporatifs), concession d’un terrain pour y bâtir la maison, avances d’argent ou fourniture gratuite de matériaux de construction, exemption d’impôts pendant plusieurs années, juridiction spécialisée, etc... Par opposition au modèle « classique », le nouveau modèle est ouvert et expansionniste, attractif et libéral3.

II. LA LOGIQUE DE CES DEUX MODELES

1 – Le modèle « classique » : préserver la cohésion de la communauté urbaine

5Ce modèle se rencontre avant tout en Allemagne du Sud-Ouest : l'Allemagne dense, maillée par un réseau ancien et serré de petites villes. Ces petites villes, remarquablement caractérisées par M. Walker, peuvent être considérées comme des démocraties privilégiées et solidaires, où l'intégration des individus atteint un rare degré de perfection. Communautés d’égaux (mais non nécessairement égalitaires), elles s'administrent elles-mêmes, formant autant de petites républiques autonomes (cas-type : les « villes libres », en particulier les plus petites, sans patriciat constitué – mais, au-delà des définitions juridiques, les réalités sont très voisines dans nombre de « Landstädte » ne jouissant pas de l’immédiateté d'Empire).

  • 4 Cf. O. BRUNNER : Das « ganze Haus » und die alteuropäische « Oekonomik »in O. Brunner, Neue Wege de (...)
  • 5 Tous ces aspects sont particulièrement bien mis en lumière par H. MOELLER dans son livre sur la pet (...)

6L’économie de ces villes repose avant tout sur l’artisanat organisé en corporations (« Zunfthandwerk »), est assez peu tournée vers l’exportation et est au contraire largement et tendanciellement autarcique. Dans ces petites villes fonctionne à plein le « Ganzes Haus » (Otto Brunner)4 : vie familiale, vie professionnelle et vie politique ne sont pas distinctes, et ne sont que trois facettes complémentaires de la même appartenance à la communauté (l’acquisition de la bourgeoisie, le mariage et l’entrée dans un métier vont presque toujours de pair, les prescriptions concernant l’autorisation de se marier sont tout autant de nature politique et économique que religieuse et familiale...). Une société très intégrée assure à ses membres deux valeurs fondamentales : l’honorabilité (« Ehrbarkeit ») et la subsistance (« Nahrung ») et tout est au service de ces deux notions5.

  • 6 Exemples empruntés à l’étude de M. WALKER ; les paragraphes précédents s’appuient pour l’essentiel (...)

7Tirant leur force avant tout de leur cohésion, ces sociétés closes cherchent à se préserver au maximum contre toute menace de désintégration, qui ne peut venir pour elles que de l’extérieur (xénophobie viscérale). Leur logique interne est auto-reproductrice et endogame, dans une sorte de croissance zéro. A Rottweil par exemple, le fils d’un boucher, pour succéder à son père, entrer dans la corporation – et donc dans la bourgeoisie – ne payait au XVIIIe siècle que quatre florins ; mais un fils de bourgeois de la ville issu d’une autre corporation devait payer huit ou neuf florins pour entrer dans la même corporation : un étranger enfin (le plus souvent époux d’une fille ou veuve de boucher) devait, lui, payer vingt-quatre florins. Tout le mal venant de l’étranger, l’immigrant n’était accepté que comme un mal nécessaire et dans la mesure où, ne remettant pas en cause les fondements de la communauté, il lui assurait au contraire la préservation (à Rottweil toujours, un règlement de 1782 spécifiait qu’un étranger ne pourrait entrer par mariage dans une corporation que si celle-ci n’était pas surpeuplée). Tous les barrages mis à l’immigration et évoqués précédemment, mais aussi toute la règlementation concernant les étrangers – et plus généralement les personnes mal intégrées ou non intégrables (pauvres, juifs, domestiques, apprentis, compagnons, colporteurs...)-visent à préserver la communauté urbaine des dangers venus de l’extérieur et ne tolèrent l’immigration qu’à dose homéopathique, au terme d’un processus de filtrage garantissant la parfaite intégration du nouveau venu6.

2 – Le nouveau modèle : une logique populationiste et mercantiliste

  • 7 Pour présentation sommaire de l’essor des villes neuves et des capitales, voir mon article : E. FRA (...)

8Ce modèle s’applique avant tout aux villes neuves créées aux XVIIe et XVIIIe siècles par les États territoriaux en pleine expansion (capitales politiques, ports et villes commerçantes créées pour concurrencer les anciennes villes marchandes, villes d’artisanat et d’industrie...). Il est au service d’une volonté politique définie par l’État et visant deux objectifs : accroître la population (en particulier à la suite des guerres), développer l’économie (le plus souvent, les deux objectifs sont liés, davantage d'hommes = davantage de soldats = davantage de richesses = davantage d'impôts)7.

9Tout est donc fait pour attirer les candidats potentiels à l’immigration et faciliter leur installation dans la ville neuve créée pour eux (envoi de prospectus en plusieurs langues, agents recruteurs, facilités d’installation, tolérance religieuse, exemptions de charges et d’impôts, protection contre les inconvénients résultant de la réticence souvent très vive des populations autochtones contre les nouveaux venus, etc.).

  • 8 Dans sa remarquable étude sur les Juifs et les Huguenots en Brandebourg au XVIIIe siècle, S. Jersch (...)

10Cette politique n'est cependant pas aussi libérale qu’il paraît au premier abord ; elle est même en un sens aussi sélective que celle des « Home Towns », mais en fonction d’objectifs différents. Plus que le nombre, c’est la qualification des immigrants qui est ici déterminante : il s’agit avant tout d’attirer des commerçants plus actifs et des artisans/entrepreneurs capables d’introduire des secteurs d’activité non représentés. D'où la politique de privilèges et de tolérance religieuse : non seulement parce que les minorités persécutées ou chassées de leur territoire d’origine sont nombreuses et plus prêtes que d’autres à tenter leur chance à l’étranger, mais aussi parce qu’on compte sur leur esprit d’entreprise (stimulé par le statut minoritaire) – ce qui explique la préférence donnée aux juifs, aux calvinistes et aux sectes (mennonites, anabaptistes, frères moraves, etc.). L’avantage d’une politique de tolérance ne tient pas seulement au fait qu’elle permet d’acquérir à assez bon compte une « bourgeoisie de substitution »8 ; la tolérance lie aussi étroitement les minorités à l’État (espoir qu’elles seront les agents reconnaissants de sa politique économique), et dans la mesure même où la tolérance et les privilèges reconnus à la minorité immigrée continuent de la séparer du reste de la population, ils préservent la différence qui fait précisément sa force et son intérêt. A la limite, on pourrait dire qu’ici, tout est fait pour éviter l’intégration (à l’inverse du modèle « classique »)et c’est probablement dans la Prusse de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle que cette subtile dialectique du privilège et de la dépendance est la plus nette.

III. LE FONCTIONNEMENT DE CES MODELES A PARTIR DE QUELQUES EXEMPLES DE CAS

1 – Le modèle « classique » : de l’idéal endogamique à la réalité endogamique

  • 9 C.R. FRIEDRICHS : Urban Society in an Age of War : Nördlingen 1580-1720, Princeton 1979. Cf. mon co (...)

11Le premier exemple observé sera celui de la ville libre de Nördlingen récemment étudiée par C.R. Friedrichs9 ; située en Franconie, la ville de Nördlingen, spécialisée dans le tissage des lodens, fut très durement frappée par la guerre de Trente Ans et ne récupéra ensuite que lentement et incomplètement.

12Dans cette ville de dimensions moyennes (9.000 habitants environ en 1579, 6.071 en 1811-1812), 85 à 90 % des chefs de ménage possédaient le droit de bourgeoisie. Or, si l’on concentre son attention sur les seuls bourgeois, on constate d’abord que la proportion des étrangers parmi les bourgeois inscrits de 1520 à 1700 est dans l’ensemble en corrélation inverse avec l’évolution du nombre total des ménages bourgeois : en d’autres termes, l’intensité des flux migratoires est dosée en fonction des places vides à pourvoir ;lorsque les crises ont creusé des vides, on ouvre un peu moins parcimonieusement les vannes ; dès que l’optimum de population est en passe d’être retrouvé, on les referme, comme l’indiquent les graphiques pages suivantes.

  • 10 « The city fathers were higly selective when it came to admitting outsiders to full membership in t (...)

13On constate ensuite que la politique restrictive vis-à-vis de l’immigration se précise dès avant la guerre de Trente Ans (en 1586, le niveau de fortune requis pour un homme passe de cinquante à cent florins, il est de nouveau doublé en 1607), de telle sorte que le pourcentage d’immigrés sur le nombre des nouveaux bourgeois diminue et ne dépasse pas un seuil très bas. Pratiquant une politique d’immigration de plus en plus sélective, les autorités municipales cherchaient avant tout à préserver la communauté bourgeoise en n’admettant en son sein que des immigrants ayant le niveau de fortune et la qualification requis ; « si la part relative de l’immigration déclina, cela fut provoqué par une limitation au niveau de l’offre et non à celui de la demande »10.

  • 11 Cf. tableau 2.1, Nördlingen Marriages, 1581-1720 : Origine of Spouses, in Friedrichs, Nördlingen, p (...)

14On constate enfin que dès les années 1610, par suite de cette politique délibérément malthusienne, les mariages à Nördlingen sont de plus en plus endogames comme le montrent les chiffres ci-dessous :11

  • 12 M. WALKER, German Home Towns, p. 221.

15L’évolution générale de la conjoncture n’est certes pas entièrement étrangère à ce repli sur soi de Nördlingen (impact des guerres du XVIIe siècle, difficultés de l’artisanat urbain face à la concurrence du « Verlagssystem », perte d’importance relative des métiers travaillant pour l’exportation, rétrécissement de l’aire géographique de diffusion des lodens). Il n’en reste pas moins que le renforcement du malthusianisme est antérieur à la guerre et qu’il n’a ensuite pas été sérieusement remis en cause ; tout, au contraire, indique que le repli sur soi a été la parade délibérée trouvée pour faire face aux difficultés du siècle, et la parfaite stabilité du chiffre de population de Nördlingen au XVIIIe siècle, comme celle du nombre des ménages bourgeois, montrent la persistance de ce comportement par-delà la crise : il est fort probable qu’à la fin du XVIIIe siècle, à Nördlingen comme dans la proche petite ville de Weissenburg, elle aussi en Franconie, 76 % des nouveaux bourgeois inscrits entre 1780 et 1805 étaient eux-mêmes fils de bourgeois, la majorité des immigrés ayant épousé des filles ou veuves de bourgeois12.

NOMBRE TOTAL DES MÉNAGES BOURGEOIS A NORDLINGEN (1579-1724)

NOMBRE TOTAL DES MÉNAGES BOURGEOIS A NORDLINGEN (1579-1724)

POURCENTAGE DES ÉTRANGERS ADMIS PARMI LES HOMMES INSCRITS DANS LA BOURGEOISIE (1580-1700)

POURCENTAGE DES ÉTRANGERS ADMIS PARMI LES HOMMES INSCRITS DANS LA BOURGEOISIE (1580-1700)
  • 13 FRIEDRICHS, Nördlingen, p. 96.

16Soigneusement sélectionnés, peu nombreux et complètement enserrés dans « la stratégie de l’araignée » pratiquée par les « Home Towns », ces immigrants une fois admis se fondaient dans la communauté d’accueil, et leur comportement ultérieur était à l’image de celui des autres habitants de la ville : à Nördlingen entre 1580 et 1585, cinq immigrants entrèrent dans la corporation des cordonniers ; or, l’évolution de leur fortune dans les années suivantes ne révèle aucune différence par rapport à celle des cordonniers originaires de la ville13.

CORDONNIERS ACCÉDANT A LA BOURGEOISIE (1580-1585). ÉVOLUTION DE LEUR NIVEAU DE FOR TUNE EN FLORINS de 1585 à 1627

CORDONNIERS ACCÉDANT A LA BOURGEOISIE (1580-1585). ÉVOLUTION DE LEUR NIVEAU DE FOR TUNE EN FLORINS de 1585 à 1627

* Immigrant.

  • 14 G.L.SOLIDAY, A Community in Conflict : Frankfurt Society in the Seventeenth and Early Eighteenth Ce (...)
  • 15 M. WALKER, German Home Towns, p. 133.

17Il va de soi que c’est dans les petites villes de moins de 10.000 habitants, sans patriciat et vivant assez largement en circuit fermé que le modèle « classique » s’observe à l’état le plus pur. Plus la taille de la ville grandit, plus elle est ouverte sur l’extérieur, plus le modèle a tendance à s’altérer. Il faudrait pourtant se garder de cantonner le modèle « malthusien » seulement aux petites villes de l’Allemagne du Sud, ainsi que le montre l’exemple de Francfort étudié par G.L. Soliday14. A première vue, les contrastes ne manquent pas : Francfort vers 1700 a plus de 25.000 habitants ; plaque tournante, grâce à ses foires en particulier, des échanges et de la banque dans l’Allemagne occidentale, son commerce a des dimensions internationales ; sa population a une structure différente et plus composite (patriciat, 10 % de juifs, un quart de « résidents » non bourgeois) ; incomparablement plus ouverte sur l’extérieur et l’étranger, Francfort aussi est en pleine croissance (17.000 habitants en 1695, 27.000 en 1700). On est loin de la trinité : « egality, stability, democracy » par quoi M. Walker définit les « Home Towns »15.

18A l’intérieur pourtant de la population bourgeoise, qui regroupe les deux tiers environ des ménages, les grandes lignes d’évolution sont les mêmes qu’à Nördlingen : là aussi d’abord on note que le pourcentage des immigrants sur le total des nouveaux bourgeois est globalement en corrélation inverse avec l’évolution de la population bourgeoise comme l’indiquent les deux tableaux suivants :

ADMISSIONS A LA BOURGEOISIE, 1600-1735 (pourcentages)

Période

Fils natifs

Tous immigrants

Immigrants hommes

Immigrants femmes

1600-1630

35,2

64.7

55.5

1631-1650

31,6

68,3

41.5

26,9

1651-1675

44,9

54,9

31,1

23.7

1676-1704

47,1

52.7

32.6

20,2

1705-1735

53.7

46,0

31,1

14.8

1600-1735

43,5

56,3

38,6

17,7

ADMISSION DES HOMMES A LA BOURGEOISIE, 1600-1735

ADMISSION DES HOMMES A LA BOURGEOISIE, 1600-1735

19Comme à Nördlingen d’autre part, les deux tiers des immigrés entrant dans la bourgeoisie entre 1600 et 1737 le font à la suite de leur mariage avec un bourgeois ou une bourgeoise de Francfort et le tableau ci-dessous indique également un net renforcement de l’endogamie :

MARIAGES AVEC DES FEMMES « NON-NATIVES » (pourcentages)

Période

Fils natifs mariés à des femmes « étrangères »

Hommes immigrants déjà mariés

1600-1630

1631-1650

21,6

12.7

1651-1675

13,7

22,6

1676-1704

8,1

17.8

1705-1735

3,0

7,7

1600-1735

8,7

10,4

  • 16 Cf. SOLIDAY, Frankfurt Society..., p. 53 : « Although immigrants revealed much the same general pat (...)

20Comme à Nördlingen enfin, le souci de se protéger contre l’étranger devient une priorité de plus en plus affirmée, quelle que soit la profession exercée : « De 1650 à 1735, la répartition professionnelle des immigrants est identique à celle des fils de bourgeois, mais ce qui change de manière significative, c’est le succès remporté par les bourgeois dans la limitation de la concurrence représentée sur le marché du travail par les immigrants »16.

21(Voir tableau page suivante).

  • 17 Pour une vue d’ensemble sur ces conflits, voir la mise au point de R. HILDEBRANDT : « Rat contra Bü (...)

22La longue crise constitutionnelle agitant Francfort dé 1705 à 1732 — crise sur laquelle vient se greffer le problème de l’attitude à adopter face à l’immigration — illustre de manière exemplaire le retour en force des conceptions les plus restrictives. A l’origine, le conflit est un conflit interne à la bourgeoisie, où le monopole du pouvoir détenu par le patriciat est remis en cause par de larges secteurs de la bourgeoisie mécontents de la gestion (conflit urbain classique : les trois-quarts des villes libres en ont connu au cours du XVIIIe siècle17. Très vite, le conflit est doublé d’un second conflit opposant les résidants tolérés mais exclus de la bourgeoisie (« Beisassen ») à la majorité de la bourgeoisie. Le conflit est déclenché par l’ordonnance très restrictive de 1708 qui, non contente de renouveler les entraves mises à l’activité économique des « Beisassen », stipule de nouvelles interdictions encore plus contraignantes (interdiction du commerce d’entrepôt et de commission, interdiction surtout aux « Beisassen » ayant épousé une fille ou une veuve de bourgeois de reprendre à leur compte l’entreprise ou la maison de commerce possédée ou héritée par l’épouse). Cette nouvelle règlementation, qui fait contraste avec la politique assez libérale menée jusque là par le Conseil, frappe avant tout les négociants italiens ou calvinistes venus s’installer en grand nombre à Francfort à la fin du XVIIe siècle, auxquels était largement dû l’essor commercial de la ville et que leur nombre et surtout leur richesse rendaient mieux à même de se défendre que les « Beisassen » généralement pauvres et non qualifiés que l’on trouvait dans les villes de moindre importance. Tirant donc parti de la crise politique divisant la bourgeoisie, et de l’intervention du pouvoir impérial dans le conflit, ils font appel à Vienne, obtiennent largement gain de cause et tentent ensuite de confirmer ce premier succès en exigeant la liberté de culte pour les calvinistes (Francfort était une ville luthérienne et la majorité des calvinistes, mais aussi des catholiques, étaient exclus du droit de bourgeoisie).

PROPORTION D'IMMIGRANTS PAR RAPPORT AUX NATIFS DANS CHAQUE GROUPE PROFESSIONNEL : 1600-1735

PROPORTION D'IMMIGRANTS PAR RAPPORT AUX NATIFS DANS CHAQUE GROUPE PROFESSIONNEL : 1600-1735
  • 18 La dynamique des deux conflits a été bien résumée dans la conclusion de Soliday dont nous citerons (...)

23Contre cette nouvelle demande, qui remettait en cause le symbole religieux de la communauté bourgeoise, l’ensemble de la bourgeoisie, oubliant ses divisions internes, fait front commun en une sorte d’union sacrée. Pendant cinq ans, de 1726 à 1732, la lutte est d’autant plus vive qu’elle a pris les dimensions d’un conflit de principe, où s’affrontent deux projets de sociétés antagonistes : face aux bourgeois, attachés à la défense de leurs privilèges, à la spécificité luthérienne de la ville, au contrôle strict de l’immigration et au maintien des règlementations économiques, les calvinistes réclament l’accès automatique à la bourgeoisie de tout immigrant faisant état d’un certain niveau de fortune et la liberté de culte pour les trois confessions religieuses reconnues par les traités de Westphalie, c’est-à-dire une révolution transformant la société de Francfort en une « open society ». En 1732, les partisans – majoritaires – du modèle « classique » l’emportent sur toute la ligne et la nouvelle règlementation limitant de manière plus rigoureuse les activités et les conditions de séjour des « Beisassen », mais aussi des Juifs, est approuvée par la cour de Vienne. Le front commun contre la menace venue de l’extérieur a par ailleurs permis aux anciens adversaires de trouver un compromis au conflit constitutionnel, et G. Soliday pense même, avec raison, que ce conflit interne à la bourgeoisie a contribué à mieux intégrer les secteurs jusque-là écartés du pouvoir et encore imparfaitement assimilés, rendant par là-même possible la victoire de 173218.

  • 19 E. HEINEN, « Der Kölner Toleranzstreit, 1787-1789 » in Jahrbuch des kolnischen Geschichtsvereins, 1 (...)

24Exemplaire – et c’est la raison pour laquelle je m’y suis arrêté – ce conflit n’est pas unique : deux générations plus tard lui fait écho le « Toleranzstreit » de Cologne (1787-1789), au catalyseur lui aussi religieux et aux motivations identiques quoiqu’inversées, où, sous la pression bourgeoise, le Conseil de la ville est obligé de revenir sur la tolérance qu’il avait accordée aux protestants19.

2 – Le modèle des villes neuves : mythes et réalités

25L’efficacité de la politique populationiste et mercantiliste de la plupart des États allemands a été trop souvent racontée et glorifiée (pour la Prusse en particulier, et spécialement en cette année de commémoration), pour qu’il soit nécessaire de la reprendre en détail. Au reste si toutes les villes neuves ne réussirent pas, restant parfois, telles Karlshafen sur la Weser, comme des habits trop larges, ces échecs sont au niveau de l’Allemagne des exceptions confirmant la règle.

  • 20 E. KEYSER (Ed), Heissisches Städtebuch, Stuttgart 1957. p. 219-220.
  • 21 E. KEYSER (Ed), Badisches Städtebuch, Stuttgart 1959, p. 112.
  • 22 300 Jahre Neuwied, pp. 73,113 et 136.
  • 23 E. KEYSER et H. STOOB (Ed), Bayerisches Stadtebuch, T. 1, p. 188-189.
  • 24 E. KEYSER (Ed) Badisches Städtebuch, p. 89-90.

26L’essor démographique des fondations nouvelles est un premier indice de leur réussite : la ville neuve de Hanau (en Hesse) exemple précoce de ville neuve planifiée à la fin du XVIe siècle pour accueillir des drapiers et des tisserands calvinistes fuyant les Pays-Bas et qui hébergeait dès 1601 310 ménages, vit s’installer entre 1601 et 1621 2.140 nouveaux bourgeois ; un bon siècle plus tard, en 1754, elle hébergeait 1.620 ménages et quelques 8.000 habitants, tandis que la vieille ville n’avait fait, entre le milieu du XVIe et le milieu du XVIIIe siècle, que doubler le nombre des siens (1.435 habitants en 1557, 3.224 en 1754)20. Mannheim créée en 1606-1607 au confluent du Neckar et du Rhin et dotée en 1652 – pour assurer son redémarrage après les ravages de la guerre de Trente Ans – de privilèges particulièrement « attractifs », devait compter environ 5.000 habitants (dont au moins une moitié d'étrangers) à la veille de sa seconde destruction par Melac en 1698 ; un siècle plus tard, en 1777, elle en avait exactement 25.35321. Neuwied, sur les bords du Rhin, créée au milieu du XVIIe siècle (privilèges concédés en 1662) et capitale du petit comté de Wied, avait en 1690, 130 maisons, en 1734, 356 et en 1797, 500 environ – soit 4 à 5.000 habitants22. La ville neuve d’Erlangen créée en 1686 par le Margrave de Brandebourg-Kulmbach pour accueillir les Huguenots chassés de France et dont le plan en damier reprenait celui de Vitry-le-François, avait en 1698 1.317 habitants (dont un millier de Huguenots) et en 1792 6.750 (contre 2.428 pour la vieille ville)23. Karlsruhe enfin, fondée en 1715 (privilèges en 1722) avait 4.500 habitants à la veille de la Révolution et 10.000 en 181024.

  • 25 Die Stadt-und Landkreise Heidelberg und Mannheim ; Amtliche Beschrebung. T. 3 : Die Stadt Mannheim (...)
  • 26 300 Jahre Neuwied, Annexe statistique, tableau n. 4.

27Second indice de la réussite de la majorité de ces villes neuves ; leur capacité à fixer des minorités religieuses diverses et à les faire coexister dans un climat d'émulation pacifique. Strictement et agressivement calviniste dans la première moitié du XVIIe siècle, Mannheim devint ensuite un refuge d’une rare tolérance : en 1739, 33 % des adultes (domestiques, cour et garnison non compris) étaient catholiques, 30 % réformés, 23 % luthériens, 13 % juifs et 1 % mennonites25. Mais, pour rester dans l’espace rhénan, terre d'élection de la bigarrure confessionnelle, elle est encore supplantée par Neuwied, qui en 1617, pour une population de 5.120 habitants, ne comptait pas moins de sept dénominations religieuses différentes : calvinistes 45 %, luthériens 21 %, catholiques 19 %, frères moraves 8 %, juifs 4 %, mennonites 2 %, « inspirés » 1 %26.

28Dernier indice de réussite enfin : leur dynamisme économique incontestable – du moins, pour revenir aux cinq villes précédemment évoquées, Hanau, Mannheim, Erlangen et Neuwied (Karlsruhe, tout au long du XVIIIe siècle, n’est qu’une ville de consommation, vivant de la présence de la cour). Ce dynamisme est favorisé à la fois par la fixation de minorités entreprenantes (Wallons à Hanau, Huguenots à Erlangen, Flamands, Wallons, Hollandais, Suisses, Italiens et Juifs à Mannheim, Mennonites, Frères Moraves à Neuwied), les privilèges protégeant et favorisant leurs activités (le cas extrême est celui de Mannheim où la charte de 1652 instaure une complète liberté d’entreprise et exempte le commerce de tous droits de douane) et la stimulation apportée par la présence dans ces villes, qui sont en même temps capitales, d’une clientèle riche et nombreuse (cour, fonctionnaires, garnison).

  • 27 H. PREUSS, Die Entwicklung des deutschen Städtewesens, T. 1, Leipzig 1906, p. 171.
  • 28 Die Stadt Mannheim, p. 83.

29La façade est brillante, il faudrait pourtant éviter de se laisser abuser par son éclat. La croissance démographique précédemment évoquée ne tient pas seulement à l’efficacité de la politique d’immigration ; elle vient aussi pour une part non négligeable (mais le plus souvent impossible à chiffrer) de ce que ces villes neuves sont en même temps le plus souvent élevées au rang de capitales : la cour, l’administration, la garnison représentent de ce fait une part souvent importante de la population (sur les 141.000 habitants de Berlin en 1783, 57.000 sont directement dépendants de l’État, dont 33.000 pour la garnison et les familles de militaires)27 et lorsqu’en 1778, la Cour, suivant l’Électeur palatin, quitta Mannheim pour Munich, la population régressa de 25.353 hommes (1777) à 21.858 (1784)28.

  • 29 Dans toutes les villes neuves et capitales, l’autonomie municipale était réduite au strict minimum, (...)
  • 30 F. WALTER, Geschichte Mannheims, pp. 282-290 et 319.

30Longtemps, d’autre part, ces nouvelles sociétés urbaines restent éclatées et sans cohésion, juxtaposant des groupes humains hétérogènes, séparés par leur culture et par leur statut, et qui n’ont pour seul lien que le Prince dont ils dépendent immédiatement29. Significatif à cet égard est l’échec de l’expérience œcuménique tentée à Mannheim par l’Électeur Karl-Ludwig avec la construction en 1677 de la « Konkordienkirche » prévue pour servir de lieu de culte aux trois confessions chrétiennes présentes dans la ville30.

31S’il est certain en troisième lieu que pour prendre leur essor, les créations artificielles, souvent situées dans un environnement réticent voire hostile, avaient besoin des protections que leur assuraient les avantages et les privilèges dont elles étaient dotées, ces mêmes privilèges pouvaient à la longue avoir un effet contraire à l’objectif recherché dans la mesure où ils habituaient l’économie des villes neuves aux facilités trompeuses et factices d’un climat de serre et l’orientaient souvent dans des directions plus utiles aux besoins de l’État qu’à ceux de la population et de l’économie du pays d’accueil (S. Jersch-Wenzel l’a excellemment montré pour Berlin et la Prusse).

  • 31 300 Jahre Neuwied, p. 96-106.
  • 32 F. WALTER, Geschichte Mannheims, pp. 236-242,478-489, 493.

32Lorsqu’enfin, après la période d’euphorie artificielle des débuts, la nouvelle greffe urbaine commence à prendre, s’amorcent alors des évolutions qui vont le plus souvent à l’encontre du projet initial : malgré les privilèges qui les protègent et les séparent en même temps, les minorités immigrées finissent tôt, ou tard par se fondre dans la population d’accueil, perdant progressivement la différence qui avait autrefois fait leur intérêt et remettant en cause leur statut particulier : dès le début du XVIIIe siècle, les habitants de Neuwied contestent la tutelle étroite dans laquelle les tient l’administration princière et réclament une plus grande autonomie municipale31 ; à Mannheim d’autre part, artisans et commerçants reconstituent clandestinement des corporations de type traditionnel dès les années 1670, en obtiennent la restauration au début du XVIIIe siècle et pressent l’administration électorale de mettre des entraves plus contraignantes à l’activité et à la présence des juifs32. Paradoxe des villes nouvelles nées du « nouveau modèle » d’immigration : au fur et à mesure qu’elles perdent leur caractère artificiel, leurs habitants reprennent à leur compte le modèle « classique » d’immigration.

CONCLUSION

33Les quelques exemples analysés l’auront déjà montré : s’il existe bien deux modèles d’immigration urbaine antagonistes, et si Nördlingen d'un côté et Neuwied de l’autre diffèrent point par point, il existe aussi d’une ville à l’autre une grande variété de situations particulières, de nuances ou de combinaisons (voir Francfort ou Mannheim).

34Mais si ces deux modèles sont antithétiques, ils sont aussi en un sens complémentaires ainsi que le révèle la carte des villes neuves qui les montre souvent implantées à proximité des vieilles villes attachées au modèle classique (Altona aux portes de Hambourg, Mülheim face à Cologne, Hanau face à Francfort, Fürth et Erlangen à côté de Nuremberg, etc...). Par plusieurs aspects même, les deux modèles ne laissent pas de se ressembler : l’un comme l’autre sont fondamentalement sélectifs, cherchant à attirer les immigrants dont le « profil » correspond le mieux aux besoins de la ville ; l'un comme l’autre lient l’entrée dans la ville à l’acquisition de privilèges spécifiques ; l’un comme l'autre enfin ne laissent pas d’autre choix à l'immigrant sélectionné et privilégié que de s’installer à la place qui a été prévue pour lui et de tenir le rôle qu’on attend de lui.

  • 33 M. WALKER, German Home Towns, spécialement la 3ème partie « Meeting with the General Estate », pp.  (...)

35Malgré les apparences enfin, c’est bien le modèle « classique » qui est le plus prégnant : – non seulement parce qu’il est de loin le plus répandu, mais aussi parce que, même s’il est plus défensif qu'offensif, il est aussi le plus résistant – par-delà même la césure fatidique de la période révolutionnaire : sous l’Empire et pendant le premier tiers du XIXe siècle, les royaumes de Bade, de Bavière et de Wurtemberg cherchèrent systématiquement à venir à bout de l’autonomie des « Home Towns » en plaçant à leur tête des fonctionnaires d’autorité, en leur retirant le droit de fixer elles-mêmes les règles relatives au mariage et à l’immigration et en s’attaquant à leurs corporations33. Or, pour l’essentiel, les petites villes réussirent à parer victorieusement ces menaces, sauvegardant d'autant plus aisément leur autonomie et leur spécificité que les gouvernements n’allaient pas tarder à découvrir en elles de précieux alliés contre les dangers de subversion politique et sociale – jusqu’à ce que, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le capitalisme et l’industrialisation réussissent ce que les États territoriaux avaient été impuissants à réaliser. Mais peut-on donner tort à M. Walker lorsqu’il montre, par-delà la mort des « Home Towns », la persistance transfigurée de leur héritage dans l’attachement de la petite bourgeoisie allemande au patriotisme de clocher, dans sa défiance tenace à l’égard des étrangers et dans ses rêves de restauration de communautés organiques et chaudes, corporatives et closes ?

Notes

1 Afin de dissiper toute ambiguité, je précise que je n'envisage ici que l'immigration définitive, celle qui débouche sur une implantation de longue durée en ville allant de pair le plus souvent avec l’acquisition du droit de bourgeoisie. Par là même sont exclus de notre propos les migrants temporaires (domestiques, apprentis et compagnons, travailleurs d’occasion oscillant entre ville et campagne...) qui partout représentent une partie importante mais minoritaire et en tout cas marginale de la population urbaine.

2 Sur les conditions requises pour acquérir le « Bürgerrecht » à l’époque moderne, voir en particulier : O.K. ROLLER, Die Einwohnerschaft der Stadt Durlach im 18. Jahrhundert, Karlsruhe 1907, p. 150 sqq. et 281 sqq. ; H MOELLER, Die kleinbürgerliche Familie im 18. Jahrhundert, Verhalten und Gruppenkultur, Berlin, 1969, p. 77 sqq. (nombreux exemples locaux) et M. WALKER, German Home Towns ; Community, State and General Estate. 1648-1871, Ithaca 1971 passim, spécialement pp. 137-142.

3 Pour Mannheim, voir F. WALTER : Geschichte Mannheims vor den ersten Anfangen bis zum Ubergang an Baden (1802), Mannheim 1907, pp. 120-134 et 167-182. Pour Neuwied, voir E. CRUSIUS : Die Gründung Neuwieds ; 1653-1953, 300 Jahre Neuwied, ein Stadt - und Heimatbuch Neuwied 1953, pp. 56-66.
Pour Erlangen, voir E. KEYSER et H. STOOB (Ed) :
Bayerisches Stadte buch, Suttgart, etc. 1971, tome 1, pp. 187-197.
Pour Karlsruhe, voir W. LEISER :
Das karlsruher Stadtrecht in Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 1966 (T. 114). pp. 207-241.

4 Cf. O. BRUNNER : Das « ganze Haus » und die alteuropäische « Oekonomik »in O. Brunner, Neue Wege der Sozialgeschichte, Gottingen 1956, pp. 33-61.

5 Tous ces aspects sont particulièrement bien mis en lumière par H. MOELLER dans son livre sur la petite bourgeoisie au XVIIIe siècle.

6 Exemples empruntés à l’étude de M. WALKER ; les paragraphes précédents s’appuient pour l’essentiel sur sa démonstration.

7 Pour présentation sommaire de l’essor des villes neuves et des capitales, voir mon article : E. FRANCOIS, « Des républiques marchandes aux capitales politiques : remarques sur la hiérarchie urbaine du Saint-Empire à l’époque moderne » in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, oct.-déc. 1978, pp. 587-603.

8 Dans sa remarquable étude sur les Juifs et les Huguenots en Brandebourg au XVIIIe siècle, S. Jersch-Wenzel montre qu’en faisant appel aux minorités, les souverains prussiens ont avant tout cherché à implanter dans leurs territoires sous-développés un « Ersatzbürgertum ». Cf. S. JERSCH-WENZEL, Juden und « Franzosen » in der Wirtschaft des Raumes Berlin/Brandeburg, Berlin 1978.

9 C.R. FRIEDRICHS : Urban Society in an Age of War : Nördlingen 1580-1720, Princeton 1979. Cf. mon compte-rendu à paraître dans les Annales E.S.C..

10 « The city fathers were higly selective when it came to admitting outsiders to full membership in the community. They felt it their duty to protect the community by limiting citizenship to those who met the traditional standards of wealth and skill. One competent artisan, able to contribute his wealth and his skill to the common weal, was worth more to the community than any number of sturdy peasant sons (...). When immigration declined, it was due to limitations on demand, not supply » (p. 62-64).

11 Cf. tableau 2.1, Nördlingen Marriages, 1581-1720 : Origine of Spouses, in Friedrichs, Nördlingen, p. 65.

12 M. WALKER, German Home Towns, p. 221.

13 FRIEDRICHS, Nördlingen, p. 96.

14 G.L.SOLIDAY, A Community in Conflict : Frankfurt Society in the Seventeenth and Early Eighteenth Centuries, Hanover N.H., 1974.

15 M. WALKER, German Home Towns, p. 133.

16 Cf. SOLIDAY, Frankfurt Society..., p. 53 : « Although immigrants revealed much the same general pattern as native sons in their choice of occupations over the entire period from 1650 to 1735, the significant change was the success of burghers in limiting the proportion of immigrants entering the labor market ».

17 Pour une vue d’ensemble sur ces conflits, voir la mise au point de R. HILDEBRANDT : « Rat contra Bürgerschaft : die Verfassungskonflikte in den Reichsstädten des 17. und 18. Jahrhunderts » in Zeitschrift für Stadtgeschichte, Stadtsoziologie und Denkmalpflege, 1974 (1), pp. 221-241.

18 La dynamique des deux conflits a été bien résumée dans la conclusion de Soliday dont nous citerons de larges extraits :
« Yet the consitutional changes of the early eighteenth century did not sever but only modified the traditional relationship between the aristocracy and the « common » citizens. The second type of conflict in Frankfurt – between burghers and outsiders – stayed the disruptive potential of the first. The fight against the magistrates seldom evoked the degree of bitterness that conflicts with the Jews or the wealthy denizens did. In the end the clashes with outsiders mitigated the antagonism between the aristocratic council and its burgher opposition and reminded all Frankfurt citizens of the privileges, interests and values they shared. The Jews were the pariah group : Frankfurters loathed them. The council’s willingness to tolerate Jewish retail activities for political and financical reasons outraged burgher artisans and retailers, yet no one accused the aristocrats of any affection for Jews. Hatred of the Jews was one important element in the deep-seated religious unity which became clearer as the council and its opponents found themselves joint defenders of their city against Calvinist penetration. Determination to preserve the essentially Lutheran character of the community united the magistrates, the burger officer corps and the overwhelming majority of citizens against the denizens. The same prejudice inspired the exclusion of native Catholics from city offices and foreign Catholics from the admission to the Bürgerschaft. These religious conflicts with outsiders (intensified by economic rivalries) promoted integration on the Frankfurt citizenry. By underscoring the legal distinctions between burghers and outsiders, the clashes reinforced the traditional group identity and solidarity of the citizens.
The constitutional conflict laid bare all the tensions in Frankfurt society, but it also reawakened in the citizenry an awareness of its corporate traditions and a profound sense of its existence as a privileged community. The conflict impeded radical structural changes in government and society because it restored unity and cohesion to the Bürgerschaft. »
(p. 232).
SOLIDAY,
Frankfurt Society...

19 E. HEINEN, « Der Kölner Toleranzstreit, 1787-1789 » in Jahrbuch des kolnischen Geschichtsvereins, 1973 (44), pp. 67-86.

20 E. KEYSER (Ed), Heissisches Städtebuch, Stuttgart 1957. p. 219-220.

21 E. KEYSER (Ed), Badisches Städtebuch, Stuttgart 1959, p. 112.

22 300 Jahre Neuwied, pp. 73,113 et 136.

23 E. KEYSER et H. STOOB (Ed), Bayerisches Stadtebuch, T. 1, p. 188-189.

24 E. KEYSER (Ed) Badisches Städtebuch, p. 89-90.

25 Die Stadt-und Landkreise Heidelberg und Mannheim ; Amtliche Beschrebung. T. 3 : Die Stadt Mannheim und die Gemeinden des Landkreises Mannheim, Karlsruhe 1970, p. 85.

26 300 Jahre Neuwied, Annexe statistique, tableau n. 4.

27 H. PREUSS, Die Entwicklung des deutschen Städtewesens, T. 1, Leipzig 1906, p. 171.

28 Die Stadt Mannheim, p. 83.

29 Dans toutes les villes neuves et capitales, l’autonomie municipale était réduite au strict minimum, le pouvoir de contrôle et de décision relevant de l’administration princière. Le plus souvent, le Conseil était présidé par un fonctionnaire d’autorité et en cas de vacance d’un siège au Conseil, l’administration choisissait le nouveau conseiller parmi une liste de deux ou trois noms proposée par les membres restants.

30 F. WALTER, Geschichte Mannheims, pp. 282-290 et 319.

31 300 Jahre Neuwied, p. 96-106.

32 F. WALTER, Geschichte Mannheims, pp. 236-242,478-489, 493.

33 M. WALKER, German Home Towns, spécialement la 3ème partie « Meeting with the General Estate », pp. 283-431.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre NOMBRE TOTAL DES MÉNAGES BOURGEOIS A NORDLINGEN (1579-1724)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre POURCENTAGE DES ÉTRANGERS ADMIS PARMI LES HOMMES INSCRITS DANS LA BOURGEOISIE (1580-1700)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre CORDONNIERS ACCÉDANT A LA BOURGEOISIE (1580-1585). ÉVOLUTION DE LEUR NIVEAU DE FOR TUNE EN FLORINS de 1585 à 1627
Légende * Immigrant.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre ADMISSION DES HOMMES A LA BOURGEOISIE, 1600-1735
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre PROPORTION D'IMMIGRANTS PAR RAPPORT AUX NATIFS DANS CHAQUE GROUPE PROFESSIONNEL : 1600-1735
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search