Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

I. Formation des populations urbaines

L’implantation savoyarde à Lyon à la fin du xvie siècle

Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 P. GUICHONNET, « L’émigration alpine vers les pays de langue allemande », Revue de Géographie Alpin (...)
  • 2 G. LIVET, « Une page d’histoire sociale : les Savoyards à Strasbourg au début du XVIIIe siècle » Ca (...)
  • 3 J. NICOLAS, « L’émigration des Mauriennais en Espagne en 1767, » Actes du Congrès des Sociétés sava (...)
  • 4 A. CHATELAIN,« La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe siècle ?Revue (...)
  • 5 Arch. Mun. de Lyon, EE 32 et 33.

1L’image classique du savoyard est celle d’un éternel émigrant. On le trouve dans les pays de langue allemande1, dans le Strasbourg de Georges Livet2, on le suit en Espagne avec Jean Nicolas3 ; on le rencontre évidemment dans le Lyon de l’époque moderne, au XVIIIe comme au XVIe siècle4. Sa présence dans cette ville aux dernières années de ce siècle est décrite dans la précieuse source de masse que constitue le recensement des 28 octobre au 3 novembre 15975. C’est à la fièvre obsidionale que nous sommes redevables de cette pièce. Les hasards des hostilités opposant le royaume de France au duc de Savoie avaient fait qu’un coup de main destiné à s’emparer de Lyon pouvait être redouté. D’imprécises rumeurs avaient trouvé assez de crédit auprès du gouverneur, puis des échevins, pour que l’on prenne en hâte les mesures propres à soutenir une attaque et, avant toute autre chose, on voulut se prémunir de l’action d’une « cinquième colonne » savoyarde. La réaction sera identique en 1636 devant la menace des armées impériales et la suspicion pèsera cette fois sur les Franc-Comtois que l’on ira interroger sur les raisons de leur présence à Lyon. En octobre 1597, les places, les carrefours et les porches d’église se couvrirent de placards imprimés qui invitaient les sujets du Duc de Savoie, de quelque qualité et conditon qu'ils soyent, à se présenter à l’Hôtel de Ville pour y décliner leur identité, leur lieu d’origine, leur métier et l’ancienneté de leur habitation à Lyon. Le crieur public réitéra à son de trompe cette injonction dans les différents quartiers de la ville. Il en résulta 1.530 inscriptions en l’espace de cinq journées. A chacun les notables chargés du recensement remettaient une bulette qui garantissait d’une expulsion arbitraire et, au terme de l’opération, vingt-neuf suspects furent désignés au Chevalier du Guet pour qu’il les fisse chasser hors des murailles. Beaucoup avaient eu le tort d’être allés peu auparavant dans leur contrée d’origine, donc d’être susceptibles d'avoir eu des contacts avec l’ennemi. Ce recensement fixe n’était en fait que la conséquence du demi-échec d’un vaste dénombrement mobile entrepris dès le 4 septembre à travers la ville entière et au cours duquel il avait été tenté de recenser non seulement les Savoyards, mais la totalité des habitants. L’inégalité de valeur des listes dressées à cette occasion s’était soldée par l’impossibilité d’en extraire les indications recherchées et les autorités changèrent de méthode autant que d’objectif en bornant leurs investigations aux seuls Savoyards et en les obligeant à se présenter devant elles au lieu de vouloir les recenser à domicile. Ces circonstances nous ont donc laissé deux grands ensembles de sources : les registres d’inscription des Savoyards, image complète de ce type d’immigration dans les faubourgs et dans les trente-six quartiers, ou pennonages, de la ville, et les minutes de la recension générale de septembre. Distants de moins de deux mois et organisés dans le cadre du même découpage territorial, ils se prêtent aux jumelages destinés à comparer les différents caractères de la population d’origine savoyarde à ceux de l’ensemble des Lyonnais de cette année 1597.

2Une telle comparaison peut se proposer de cerner un facteur important de l’originalité des quartiers. Celle-ci, traduite en termes quantitatifs à partir des données extraites du recensement de septembre 1597, peut s’analyser selon de nombreuses directions. Chaque pennonage, ou chaque groupe de pennonages, se signale par une spécificité socio-professionnelle marquée. Mais les distinctions se manifestent sur bien d’autres plans. Sur celui de l’habitat : population moyenne des maisons comme degré de cohabitation varient largement d’un endroit à l’autre. Sur celui de la famille : par leur taille, par leur structure, par l’inégalité de présence de serviteurs, les modèles de feu lyonnais divergent dès que l’on quitte l’espace du quartier. Mais également sur celui des modes d’implantation des différents groupes d’origine. Chacun d’entre eux possédait sans doute ses caractères propres quant au métier, aux grands traits de mentalité, aux réseaux de solidarités, peut-être aussi aux antagonismes particuliers. Dans le domaine du visible, la singularité immédiatement perceptible était celle du costume et du parler. Points d’autant plus importants dans le cas précis des Savoyards que leurs métiers électifs répondaient souvent au XVIe siècle à la caractéristique d’être des activités de force – transport, bâtiment, coltinage – s’exerçant en plein air et par là même constituant un élément essentiel du spectacle de la rue qui, davantage que ces réalités peu signifiées que sont les variations locales de la famille, contribuait largement, avec le faciès du bâti urbain, à former une des principales dimensions de cette notion assez impalpable d’ambiance, de physionomie ou de coloration de quartier que les littérateurs suggèrent sans vouloir l’analyser et que nous souhaiterions pouvoir objectiver.

3L’utilisation du recensement des Savoyards de 1597 ne peut être entreprise qu’après avoir posé deux définitions touchant au vocabulaire. En premier lieu, toute référence à la notion de quartier ne peut être comprise qu’en termes d’institution. Les notables, en enregistrant les Savoyards qui se présentaient, avaient eu soin de s’enquérir du nom de l’officier de leur pennonage, ce qui avait permis au Secrétaire de Ville de reclasser les noms par quartiers en recopiant au net les carnets originaux. La significativité de nos données en fait de localisation socio professionnelle dépend donc directement de celle du découpage institutionnel. En second lieu, le mot même de « Savoyard » a ici une acception tout à fait extensive. Le développement géographique des États de Savoie était considérable à la fin du XVIe siècle : à la Savoie Propre, au Chablais, au Faucigny, au Genevois, au Piémont, à la Maurienne et à la Tarentaise s’ajoutaient, au-delà des Alpes, le marquisat de Montferrat et, plus près de Lyon – encore ville-frontière – le pays de Gex, le Bugey, le Valromey et la Bresse. Il faudra attendre le traité de 1601 pour que ces quatre possessions soient définitivement rattachées au Royaume. Le sujet du Duc de Savoie peut donc être aussi bien originaire de Neyron, à deux lieues de Lyon, que de Chambéry ou de Turin.

  • 6 Cité par R. DEVOS, in Histoire de Savoie, p. 258.

4Ces réserves étant faites, une première question peut être posée aux sources. L’intensité de la présence savoyarde à Lyon semble avoir été longtemps surévaluée. Les textes du XVIe siècle avancent que deux tiers de Lyon sont enfants descendus de savoisiens ou que presque tous les hommes de bras, qui font le tiers de la ville sont du pays de Savoie6. L’occasion est belle de faire subir l’épreuve des chiffres à ces affirmations. Le résultat n’est pas en leur faveur : un échantillon de 1.326 origines de chefs de feu issu du recensement général de septembre révèle que les états de Savoie ne contribuaient à la formation de la population lyonnaise de 1597 que pour 21,2 %. Ce taux paraît à la fois faible et élevé. Il est faible vis-à-vis de ce que laissait supposer l’ensemble des évaluations des contemporains, et un Savoyard sur cinq habitants est une proportion qui exclut l’existence de cette Lyon savoyarde qui nous était suggérée. Mais il est tout à fait considérable en regard de ce que nous savons des autres courants d’immigration. Alors que les hommes déclarant être nés dans la ville ne représentent que 22 % du total, les originaires du Forez, Lyonnais et Beaujolais sont moins nombreux que les Savoyards, à hauteur de 18,3 %. Les Dauphinois, dont la province est cependant toute proche, n’atteignent qu’un taux de 7,2 % et sont donc approximativement trois fois moins nombreux que les Savoyards. Il existe ainsi une prééminence du courant d’immigration venu de Savoie : mais c’est une prééminence relative.

  • 7 Manœuvre travaillant comme débardeur sur les ports, comme portefaix, comme aide à maçon etc..., cf. (...)

5En second lieu, il nous est loisible de discerner les grands traits de la répartition géographique de l’implantation savoyarde à l’intérieur de la ville. Une première dichotomie peut être mise en évidence : c’est celle qui, traditionnellement, oppose les quartiers de la rive droite de la Saône, le côté de Fourvière, à ceux de la presqu’île, ou côté de Saint Nizier. Les taux représentant le nombre des chefs de feu d'origines savoyarde sont respectivement de 13.6 et de 21,7 %. De nombreux pennonages de la rive droite ne comprennent qu’une très faible proportion de ces immigrants. Il en est ainsi du Change et des quartiers composant la paroisse Sainte Croix chère à Natalie Davis : Porte-Froc, le Bœuf, le Grand Palais. Le taux avoisine ici 7 %, et les métiers des Savoyards recensés là sont essentiellement des métiers rares, tels que parfumeur, horloger, violon ou apothicaire. Plusieurs ont acquis une relative aisance, à l’instar du procureur Guillaume Lempereur, propriétaire d'une maison dans le quartier du Bœuf et recourant aux services de deux clercs, chose rare dans sa profession à cette époque. Plus au nord, la présence savoyarde s’intensifie. Elle atteint 26 % des chefs de feu à la Juiverie, pennonage hétérogène où sont associées la rue du même nom, cœur du négoce italien, et des ruelles misérables peuplées d'hommes de bras. Au Puits du Sel, quartier pauvre, elle atteint le maximum de 30 %. Pennonage déshérité serait-il alors synonyme de pennonage de Savoyards ? L’exemple de Saint Georges oppose un démenti formel à semblable rapprochement. La proportion de chefs de feu savoyards y est calculable à deux reprises : en septembre 1597, elle est de 15,3 % et, en octobre de la même année, l'on aboutit au chiffre tout proche de 14,8 %. Cet ordre de grandeur de 15 % est inférieur de moitié à celui qui a été établi pour le Puits du Sel. Il est même en deçà de la moyenne relevée pour l'ensemble de la ville. C'est que les métiers des habitants de Saint Georges – bouchers, passementiers, tonneliers – ne sont guère pratiqués par les Savoyards dont les grands domaines d'activité sont différents. L'image des quartiers situés du côté de Saint Nizier confirme en tous points cette observation. Dans des pennonages riches et homogènes, la présence savoyarde est, comme à Sainte Croix, réduite à celle de quelques commensaux des aisés lyonnais. Des zones de niveau de richesse généralement médiocre, tels les abords du Port du Temple, ne fixent guère les arrivants de Savoie : comme les métiers de Saint Georges, les états d’imprimeur et de batelier sur la Saône ne sont pas couramment exercés par ces immigrants. Il en est de même dans le quartier populeux de la Grande Rue de l'Hôpital, pour des raisons similaires ; d'autres exemples du même type pourraient ici être cités. En revanche, il existe indiscutablement une « tache » très nettement marquée d'implantation savoyarde dans quelques quartiers du centre de la presqu'île : la Croisette, Bon Rencontre, les Cordeliers, Rue Neuve et. à un moindre degré, le Griffon et la Côte Saint Sébastien. Localement, la proportion des chefs de feu savoyards est proche de la moitié des unités recensées ; elle avoisine fréquemment les quatre dixièmes. Ces quartiers, ouverts sur le Rhône ou à sa proximité, forment une véritable « Petite Savoie »... Cette localisation souligne l'importance de la voie d'eau dans les modalités de cette immigration savoyarde. Faible au débouché de la voie de terre, c'est-à-dire dans les premiers quartiers suivant la descente du Pont du Rhône, l’implantation se développe préférentiellement autour des ports qui, eux-mêmes, justifient la présence à leurs abords de nombreux affaneurs7, bateliers et charpentiers. Il s’agit là de métiers d’élection des Savoyards !

  • 8 Synonyme de batelier.

6Les modalités principales de l’implantation savoyarde semblent donc pouvoir être résumées en trois grands points. A priori, un mécanisme d’exclusion évince les Savoyards des quartiers riches, ceux des hommes de loi et des grands marchands, par le jeu de la sélection professionnelle, sans doute aussi par celui des conditions d’habitat. Inversement, la spécialisation de métier de l’immigrant-type l’amène à se concentrer dans des zones bien délimitées, organisées autour de pôles d’activité précis. Enfin, le hasard seul ne peut expliquer qu’un seul des trente-trois reveyrants savoyards8 recensés ait été trouvé près de la Saône, tous les autres vivant près du Rhône.

7De fait, l’ensemble de la population savoyarde établie à Lyon se différencie assez nettement du reste des habitants quant à la répartition par branches d’activité. Si les Savoyards s’emploient dans le textile en même proportion que les autres Lyonnais de souche ou d’adoption, ils sont relativement plus nombreux dans les métiers du transport, nous l’avons dit, et, surtout, travaillent trois fois plus souvent que la moyenne en tant qu’affaneurs, maçons ou charpentiers. Ce sont les hommes de bras évoqués par les textes.

Ensemble de la population

Savoyards

Textile

25,0 %

24,6 %

Bâtiment

3,9 %

12,4 %

Affaneurs

4,2 %

12,1 %

Transport

4,2 %

6,8 %

8A côté de cette immigration aboutissant à la pratique de travaux de force à faible niveau de qualification se place une immigration plus qualitative, moins nombreuse. Elle est constituée de Savoyards qui, très probablement, n’ont pas acquis leur savoir-faire à Lyon mais sont venus d’une région de manufactures, principalement celle de la futainerie. Ainsi, les futainiers Savoyards, recensés surtout dans le quartier du Plâtre qui avait accueilli cette nouvelle industrie, sont-ils originaires de Chambéry et de toute une nébuleuse de localités : Pierre-Rousse, Montagnole, Saint Alban, Tresserve, Cusy, Rumilly. Chambéry possédait alors une industrie de la futaine née de l’impulsion donnée par des marchands piémontais ; peut-être l’établissement à Lyon de maîtres et de compagnons de cette contrée s’explique-t-elle par les effets de quelque crise sectorielle comparable à celles qui, périodiquement, chassaient les ouvriers en soie lyonnais vers Genève, Avignon ou Tours. Hors de la catégorie des métiers de force se placent également des activités comme la fabrication de la poudre à canon, le travail des métaux précieux, le commerce des chevaux et l'hôtellerie, spécialités des Savoyards au point de faire quelquefois figure de monopole.

  • 9 J. ROUBERT, op. cit.
  • 10 H. HAUSER, Les Débuts du Capitalisme, Paris, Alcan, 1931, p. 209.

9C’est dire que l’image globale des métiers savoyards ne saurait être réduite à celle du simple manouvrier. Une élite se discerne, élite qui sans doute coïncide assez bien avec la liste des cent cinquante-deux sujets du Duc de Savoie qui avaient tenté d'obtenir une naturalisation collective en 15949. Parmi ces derniers se trouvent des membres des chapitres lyonnais, quelques marchands ouvrant boutique rue Mercière et cinq notaires, alors qu'en droit ces charges ne devaient pas être exercées par des aubains. Il est vrai que l'un d'entre eux pouvait se dire véritable sujet du roi de France, étant né pendant l’occupation française des années 1535-15 59. Dans la milice des pennonages, théoriquement responsable de la garde de la ville, les Savoyards occupaient même des postes de commandement ; au moins deux quartiers avaient un de ces étrangers pour capitaine. Il était courant que les bas-officiers des pennonages à forte immigration savoyarde soient eux-mêmes savoyards, le plus souvent artisans aisés à la forte maisonnée. L'intégration réussie de ces notables de quartier ne doit pas accréditer pour autant l'idée d'une insertion sociale savoyarde qui aurait été exempte de tensions. Il semble au contraire que la présence du groupe aurait été mal tolérée et que le Savoyard aurait fait figure de concurrent déloyal aux yeux des artisans lyonnais. Nous devons à Henri Hauser de savoir que les tailleurs et les chaussetiers de la ville, en conflit avec les fripiers, n’avaient trouvé de meilleure invective que de les traiter de Juifs et de Savoyards10

10Reste à pousser plus avant l'étude des régions d’émigration vers Lyon. Grosso modo, l’intensité du phénomène varie en fonction inverse de la distance à la ville. Ainsi, Bresse et Dombes, Bugey et Valromey, Savoie propre et Genevois fournissent-ils la majorité des effectifs.

Bugey et Valromey

31,1 %

Piémont et Montferrat

3,6 %

Savoie Propre

17,6 %

Maurienne

3,5 %

Genevois

11,8 %

Chablais

1,2 %

Bresse et Dombes

8,2 %

Tarentaise

1,1 %

Faucigny

7,2 %

Gex, Ternier

0,6 %

Origine inconnue

14,1 %

11Plusieurs remarques s’imposent. La part de la Bresse parait extrêmement faible quand on sait sa proximité de Lyon ; la médiocrité de ce courant migratoire ne peut s’expliquer que par un peuplement clairsemé dans un pays déshérité, faiblesse démographique qui n’a pu qu’être accentuée par la violence des récentes pestes et par les ravages des guerres. Les gros bataillons viennent donc du Bugey, qui est pratiquement la région natale d’un « Savoyard » sur trois. Les spécialisations de métier y sont quelquefois fortement affirmées : maçons des versants rhodaniens, charpentiers des vallées, tourniers de Dortan. Il faut également souligner la dissymétrie opposant sur le plan de l’émigration, les deux grands axes de pénétration des Alpes. Les originaires de Maurienne sont en effet trois fois plus nombreux que les Tarins. C'est une nouvelle fois avoir l'occasion de constater le rôle de premier plan joué par les grandes voies de communication dans la structuration des bassins migratoires : la Maurienne était la grande route vers l'Italie.

12Dans un autre ordre de préoccupations doit être également soulignée la différence de nature opposant les régions proches des régions éloignées. Le Bugiste et, à un degré moindre, l’originaire de Savoie Propre sont souvent natifs de petits villages, de hameaux minuscules, et leurs métiers se situent généralement dans le bas de l’échelle socio-professionnelle lyonnaise. En revanche, on ne vient de loin, c’est-à-dire du Piémont ou du marquisat de Montferrat, que pour exercer une activité rare ou lucrative, tels les musiciens turinois ou les merciers de la vallée d’Aoste. Là, les origines données sont presque exclusivement urbaines. Le trait semble d’ailleurs caractériser l'ensemble de l'immigration à Lyon, et non seulement celle des Savoyards.

13Enfin, il n’est pas indifférent de savoir comment les originaires de chaque partie des États de Savoie se regroupent dans les quartiers de Lyon. Le Bugiste est l’immigrant-type : on le trouve partout avec une fréquence assez proche de celle qui mesure l'ensemble de la présence savoyarde. La sélection spatiale par le métier, qui avait déjà créé des « quartiers savoyards » joue localement en rassemblant les natifs d’une même région. Ainsi, les Mauriennais, affaneurs de vocation, sont-ils concentrés dans les pennonages du côté de Fourvière, autour de la Douane, des ports, de la Poste et des albergeries : tel est le cas de 83 % d’entre eux. Par contre, le mécanisme de localisation des Bressans est plus ordinaire : ils habitent surtout les quartiers du nord de la ville, à proximité de la porte qu’ils ont dû franchir pour pénétrer à Lyon. Ailleurs, les effectifs se dispersent à un point tel que les taux calculés ne reposent que sur des bases trop étroites pour être significatives : on ne peut donc pas distinguer les modalités d'implantation des autres types de Savoyards.

14Il reste encore beaucoup à dire. Les recensements, pièces finalement assez frustrantes, prodiguent à satiété les occasions de mesurer, de dénombrer, de comparer. Mais, au-delà du jeu dangereux des corrélations, il ne faut pas espérer dégager autant de schémas explicatifs des réalités constatées qu’il serait souhaitable de le faire. Sans doute l’immigration savoyarde à Lyon tenait-elle une place de premier ordre au XVIe siècle, ne fût-ce que par le nombre d'individus mobilisés par elle. Mais le tableau qui vient d’en être brossé est doublement lacunaire. Il souffre de ne pouvoir être confronté à une connaissance similaire des courants d’immigration d’origine dauphinoise, forézienne ou languedocienne, les sources connues à leur sujet n’ayant jamais le caractère systématique du beau recensement d’octobre 1597. Il nous manque aussi de pouvoir appréhender les modalités profondes des établissements de Savoyards à Lyon. Rien ne permet vraiment de distinguer les émigrations sans retour des venues saisonnières ou temporaires ; les anciennetés d’habitation à Lyon déclarées par les recensés, outre le fait que leur sincérité peut être mise en doute, ne signifient pas nécessairement une résidence continue. Les liens et les filières, entre parents, entre pays, toutes les conditions d’insertion sociale restent également dans l’ombre. Ces connaissances-là ne sont guère établies que pour les XVIIIe et XIXe siècles. Quelle source nous éclairera enfin sur cet aspect fondamental de la formation de la population lyonnaise du XVIe siècle ?

L’immigration savoyarde à Lyon en 1957. Carte générale, nombre d’individus

L’immigration savoyarde à Lyon en 1957. Carte générale, nombre d’individus

Notes

1 P. GUICHONNET, « L’émigration alpine vers les pays de langue allemande », Revue de Géographie Alpine, 1954, p. 91-115.

2 G. LIVET, « Une page d’histoire sociale : les Savoyards à Strasbourg au début du XVIIIe siècle » Cahiers d’Histoire. 1959, p. 131-145.

3 J. NICOLAS, « L’émigration des Mauriennais en Espagne en 1767, » Actes du Congrès des Sociétés savantes de la Province de Savoie, Moutiers, 1964, p. 72-86.

4 A. CHATELAIN,« La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe siècle ?Revue de Géographie de Lyon, 1951, p. 345-349.
J. ROUBERT, « Les Savoyards à Lyon à la fin du XVIe siècle, » Congrès des Sociétés savantes de Savoie, 1972, Chambéry, p. 135-146.

5 Arch. Mun. de Lyon, EE 32 et 33.

6 Cité par R. DEVOS, in Histoire de Savoie, p. 258.

7 Manœuvre travaillant comme débardeur sur les ports, comme portefaix, comme aide à maçon etc..., cf. le latin populaire afannare : se donner de la peine.

8 Synonyme de batelier.

9 J. ROUBERT, op. cit.

10 H. HAUSER, Les Débuts du Capitalisme, Paris, Alcan, 1931, p. 209.

Table des illustrations

Titre L’immigration savoyarde à Lyon en 1957. Carte générale, nombre d’individus
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search