Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

I. Formation des populations urbaines

La population d’Arles au xve siècle : composition socio professionnelle, immigration, répartition topographique

Louis Stouff

Texte intégral

1A l’extrême fin de la période médiévale, vers 1440, Arles est une agglomération modeste de 5.000 à 6.000 habitants. Cette faiblesse démographique est le résultat de la classique « crise du bas Moyen Age » (la ville perd plus de la moitié de ses habitants entre 1320 et 1440) et le reflet des fonctions urbaines. A partir du milieu du XIIIe siècle, la nouvelle géographie urbaine de la Provence occidentale, du bas Languedoc oriental, des pays du bas-Rhône, lui est défavorable. La concurrence d’Aigues-Mortes, de Montpellier, plus tard de Beaucaire, celle d’Aix et de Marseille, enfin et surtout celle d’Avignon, tendent à réduire son rôle. L’Arles du bas Moyen Age est une cité romaine déchue. Elle a perdu les fonctions de capitale et grand port de la Gaule qui étaient les siennes au Ve siècle et qu’elle avait en partie retrouvées entre 1100 et 1250. La reprise qui commence vers 1430-1440, est très lente : la population d’Arles n’atteint qu'à la fin du XVIe siècle le niveau de 1300. S’intéresser à Arles vers le milieu du XVe siècle, c’est s’intéresser à une ville au creux de la vague, puis à une ville en train d’amorcer son redressement. L'évolution démographique d’Arles au bas Moyen Age ne fait pas l’objet de cette communication, mais il était nécessaire de présenter ces considérations préalables pour la compréhension des trois points retenus : la composition socio-professionnelle de la population, le rôle considérable de l’immigration, la répartition topographique des habitants à l’intérieur des murs.

I. LA COMPOSITION SOCIO PROFESSIONNELLE : UNE VILLE DE LA TERRE

2Il est possible de la connaître pour les années 1437-1438 grâce à un livre terrier, ancêtre du cadastre, et à une liste des chefs de feux.

  • Les professions intellectuelles et en particulier juridiques, occupent une très faible place : 3,3 % du total, 4,6 % des Arlésiens dont la profession est connue. Arles est à l’opposé d’Aix et des capitales de principautés qui se développent à la même époque.

  • Les marchands sont eux aussi peu nombreux et parmi eux beaucoup ne sont que de modestes revendeurs ou des courtiers : 6,3 % et 8,8 %.

  • Le monde de la boutique et de l’échoppe est mieux représenté : 18,8 % et 26,1 %. Mais parmi les 231 boutiquiers et artisans, aucun métier ne l’emporte vraiment. Aucune « industrie » n’existe. Il y a seulement à Arles, les métiers destinés à satisfaire les besoins de tous les jours des habitants et la variété des métiers est beaucoup moins grande que dans les villes comme Avignon ou Montpellier, sans parler de Paris. Même les quelques tisserands travaillent, avant tout, pour la demande locale.

  • Les hommes qui, d’une façon ou d’une autre, participent à l’exploitation de l’immense territoire d’Arles : laboureurs et brassiers, possesseurs de troupeaux et bergers, pêcheurs, chasseurs et « boscadiers », correspondent à 42,1 % et 58,5 %. Parmi les habitants dont la profession est inconnue, un grand nombre doivent être de modestes brassiers, tandis qu’une bonne soixantaine sont des nobles et quelques bourgeois qui ne sont rien d’autres que des propriétaires fonciers vivant des revenus de leurs terres et de leur bétail. On peut penser que les 2/3 des Arlésiens vivent de la terre. Tandis que, dans le 1/3 restant, à peu près tous possèdent ou exploitent au moins une parcelle de vigne. Arles est une ville de la terre.

  • Si l’on veut définir une ville sur les seuls critères des fonctions urbaines et en particulier par son économie, Arles mérite-t-elle le nom de ville ? Arles, au XVe siècle, est proche de ces localités d’Italie du Sud et de Sicile qui comptent plusieurs milliers d’habitants et ne sont pourtant que des villages. Arles n’est une ville que par l’héritage de son passé, par le cadre prestigieux dans lequel vivent ses habitants : elle est « une agroville plus un souvenir ».

II. L’IMMIGRATION : L’AFFLUX SANS CESSE CROISSANT DES HOMMES DU NORD

3Les archives artésiennes confirment l’importance considérable du phénomène et permettent de présenter :

41 – Une chronologie de cette immigration fondée sur le pourcentage d’immigrés parmi les testateurs par quart de siècle et par tranche de cinq ans entre 1376 et 1475, révèle qu’il y a plus de 50 ans de stagnation entre 1376 et 1430 (10 % d’immigrés parmi les testateurs), puis à partir de 1430 les étrangers se pressent comme jamais dans la ville ; entre 1461 et 1465, 40 % des testateurs sont d’origine étrangère. Par la suite le pourcentage des forains se stabilise au tiers. Le renouvellement de l’anthroponymie est considérable : entre 1439 et 1459, « le taux d’usure de l’anthroponymie » est de 24 % par décennie contre 13 % à la même époque dans les villages de Languedoc. La population d’Arles est en plein renouvellement : mais, en même temps, seul cet afflux croissant d’étrangers empêche Arles de mourir, lui permet de surmonter de graves mortalités, réussit même après 1440 à renverser la tendance et à amorcer un repeuplement. Car, jusqu’en 1475 au moins, le coefficient familial reste inférieur à 2 et le pourcentage des testateurs mariés sans enfant toujours proche de 50 %. Pour les campagnes du Languedoc, Emmanuel Le Roy Ladurie distingue le XVe siècle, le temps de « l’homme rare », des XVIe et XVIIe siècles, temps de l’essor et de l’immigration. A Arles, les immigrants commencent à arriver en masse au moment de l’étiage démographique.

52 – Une géographie de l’immigration

  • Dans une première liste d’Arlésiens, celle de 1270, l’étude des anthroponymes qui sont des termes géographiques, noms de lieux ou de régions, permet de voir qu’Arles a puisé ses habitants en Provence (60 %) et surtout en Provence occidentale.

  • Vers 1360, il y a continuité : la Provence occidentale représente 60 %, le reste de la Provence, 11 %, le bas Languedoc, 10 %, les hommes du Nord restent peu nombreux, mais fait nouveau : 13 % des immigrants sont des Italiens, des marchands venus s’installer après être passés par Avignon.

  • Après 1375, la documentation s’enrichit, elle permet de voir que la part des Italiens est désormais infime, qu’entre 1376 et 1400 jamais Arles n’a été aussi « provençale ». Le moment où la crise est la plus grave, l’immigration lointaine reste faible, tandis qu’au contraire les habitants de la Provence occidentale la considèrent comme un refuge. Durant cette période, le vocable « France » recouvre avant tout des bas Languedociens. Une évolution à peine perceptible commence : le royaume de France et les régions Rhône-Alpes voient leur part s’accroître.

  • A partir de 1430-1435, en même temps que le rythme s’accroît, de profonds changements apparaissent dans les origines. Les pourcentages par quart de siècle révèlent les progrès sensibles des Français (13 %, 21 %, 24 %, 27 %) et des gens du monde alpin et rhodanien (10 %, 15 %, 24 %, 40 %). Après 1465, le ralentissement qui s’amorce n’empêche pas les Savoyards, les Dauphinois, les Auvergnats et les hommes du diocèse de Lyon de conserver de très loin la première place. De 1426 à 1475, le mot « France » recouvre de plus en plus des gens du nord, de l’ouest et du centre du royaume, par ailleurs de moins en moins de Languedociens. Les originaires de la province de Bourges finissent par avoir plus de poids que ceux de la province de Narbonne.

6A Arles, c’est donc bien au XVe siècle qu’ont commencé « les migrations » et « tentations du nord ».

73 – Les aspects sociaux et professionnels de l’immigration

8On peut reprendre, pour Arles, à cette époque, les formules de Fernand Braudel : « Le monde des artisans, au XVIe siècle, est mêlé, rarement autochtone... ». « Les immigrants apportent avec eux, des techniques nouvelles, non moins indispensables que leur personne à la vie urbaine ». Les procès-verbaux des délibérations communales le confirment. Les autorités locales encouragent l’installation de gens de métiers.

9Une partie des hommes du nord immigrés sont des artisans et il y a une indiscutable spécialisation régionale pour certaines professions. Les cardeurs, tisserands, tondeurs de draps, viennent du centre, de l’ouest et du nord du royaume de France ; les maçons, du diocèse de Lyon ; les fustiers, de celui de Genève ; les boulangers, du Velay, de Bourgogne, des Pays-Bas, de Champagne ou de Lorraine.

10« Le prolétariat ecclésiastique nomade », évoqué dans Paysans de Languedoc, se retrouve à Arles où un grand nombre des pauvres prêtres rentiers des paroisses viennent de Provence (diocèse de Fréjus), des Alpes, du Massif Central, de Bourgogne et de plus loin encore (Bretagne, Champagne, Lorraine).

11L’immigration est aussi le fait des bergers, des laboureurs et des brassiers. Les pastres arrivent des localités de la Crau, des diocèses de Mende, Valence, Digne, Sénez et Vintimille. Les laboureurs sont des Camarguais ; les ortolans, des Savoyards et des Lyonnais ; les boscadiers des hommes de la Cluse de l’Arve. Les plus nombreux sont les brassiers, les « affanadors » ; ils viennent d’Auvergne, du Lyonnais, surtout des diocèses de Belley et de Genève. Si l’on en croit une lettre du roi de France, Charles VIII, des milliers d’ouvriers agricoles arrivent chaque année au début de l’été. Pendant quelques semaines, Arles devient une ville savoyarde : la plupart de ces hommes regagnent leurs terres d’origine, une fois la saison des travaux achevée ; d’autres restent : domestiques agricoles permanents chez des propriétaires arlésiens, brassière vivotant pendant la morte saison, habitant de modestes « hostals » dans les quartiers les plus pauvres, se mariant sur place, parfois finissant par passer du statut d'habitator Arelatis à celui de civis et habitator Arelatis.

12L’immigration marque profondément la société urbaine :

13Certaines légendes n’ont voulu retenir dans la population d’Arles qu’un prétendu apport sarrasin. En réalité, dans la cité du bas Moyen Age, l’apport prépondérant vient du nord et surtout de Savoie. Arles a beau être méditerranéenne par sa situation géographique, elle n’a jamais été par son peuplement aussi rhodanienne et continentale. On peut reprendre à son propos les formules d’Emmanuel Le Roy Ladurie pour les migrations dans le Languedoc voisin, à l’époque moderne : « Du fait qu’elles sont constantes, annuelles et à sens unique, elles finissent par renouveler le stock ethnique et familial... ».

14Des problèmes linguistiques se posent. Que peuvent bien comprendre les Provençaux dans le sermon dominical de leur curé originaire de Bretagne ou du diocèse de Châlons-sur-Marne ? Dans la ville voisine de Tarascon, durant la même période, on voit des paroissiens de Sainte-Marthe venir se plaindre auprès du Conseil : ils n’entendent rien au prône de leur curé et demandent son remplacement. On évoque toujours à propos de la francisation des pays de langue d’oc, la trahison des élites : l’aristocratie locale se mettant à lire des œuvres en français, à parler français et même à écrire en français. L’exemple arlésien ne contredit pas cette thèse, mais il en révèle le côté partiel et par là même partial. Au milieu du XVe siècle, lorsque les Frères Prêcheurs font construire leur nouvelle église, des contrats passés avec des maçons sont rédigés en français. A Arles, à cette époque, ce n’est pas la noblesse qui ignore la langue vulgaire locale, mais une partie de la masse des pauvres hères qui viennent d’arriver. Certains parlent le franco-provençal, d’autres des dialectes de langue d’oïl. L’immigration contribue à franciser la ville. Aussi n’est-ce pas un hasard si Arles est, dès 1503, bien avant l’édit de Villers-Cotterêts, la première localité provençale dont les procès-verbaux de délibérations communales sont rédigés en français.

15Il y a des femmes parmi les immigrés, mais elles sont beaucoup moins nombreuses que les hommes. L’immigration est constituée, avant tout, d’hommes célibataires. Repérer un célibataire dans le stock des testateurs, c’est souvent repérer un étranger. Tracer la courbe du pourcentage des célibataires, c’est pratiquement tracer celle de l’immigration. La correspondance est remarquable entre les deux. La présence de ces hommes, sans doute jeunes pour la plupart, doit poser avec une particulière acuité le problème de la prostitution sur lequel on est mal renseigné. Une seule chose est à peu près certaine : prostituées et proxénètes viennent eux aussi du nord.

16La présence des immigrants est une cause de troubles. Dans la seconde moitié du XVe siècle, ils s’en prennent aux juifs. En 1484, ils détruisent la juiverie. A plusieurs reprises, à la veille des moissons, le Conseil décide la fermeture des portes. L’embauche des travailleurs agricoles se fait extra muros, au nord de la ville.

17Arles n’a recours à la « fermeture » que très tard et celle-ci ne touche que les saisonniers. Ceux qui restent s’assimilent plus ou moins. Certains épousent des Arlésiennes, connaissent une ascension sociale. Mais il est certain que sans constituer une minorité organisée, les Savoyards gardent entre eux des liens étroits : ils se marient entre eux, se prêtent mutuellement de l’argent, se retrouvent dans des associations de type religieux (confrérie Saint-Pierre de Luxembourg). Ils arrivent souvent en groupe des mêmes localités et gardent des liens avec leur terre d’origine. On pourrait en dire autant des Auvergnats. « La société urbaine... était d’abord tissée de ces ethnies juxtaposées... », comme l’écrit Jacques Rossiaud. On peut ajouter que les nouveaux arrivants ne se répartissaient pas au hasard dans l’espace urbain ; ils restent souvent des voisins.

III. LA RÉPARTITION TOPOGRAPHIQUE DE LA POPULATION : UNE SOCIÉTÉ DE VOISINS

18La répartition des hommes est pour une faible part, mais une part tout de même, le fait des autorités. Les soixante feux juifs vivent dans un ghetto à l’intérieur de la paroisse Saint-Martin : la grande rue Juiverie et la petite rue Juiverie. L’exercice de certaines professions est strictement localisé : la boucherie, la vente du poisson.

19En revanche, l’existence de noms tels que merseria, herbaria, ou sabbateria, ne signifie pas une spécialisation de certaines rues et une localisation des métiers. Les artisans sont dispersés dans un grand nombre de paroisses. De la même manière, il n’y a pas de ségrégation complète des riches et des pauvres. Presque toutes les paroisses, même les plus pauvres, renferment un petit nombre de riches, nobles ou bourgeois.

20Une étude de la sociophotographie d’Arles permet toutefois de repérer un certain nombre de regroupements :

  • Par origine géographique : les Savoyards, près de la porte de la Cavalerie, les Cravens à l’est de la Cité, les Camarguais dans le Vieux-Bourg. Une première tendance apparaît : les immigrants s’installent en général près de la porte qu’ils ont franchie à leur entrée dans la ville.

  • Par la proximité des lieux de travail ou des champs d’activité : la totalité des pêcheurs et presque tous les ripayres, le long du fleuve dans les paroisses Saint-Laurent et Sainte-Croix, les juristes entre le palais du viguier où se rend la justice et celui de l’archevêque, les marchands entre le port et la place du setier dans les paroisses Saint-Martin et Saint-Lucien, les hôteliers près des portes de la Cavalerie et du Marché-Neuf, les éleveurs dans la paroisse de la Major, la plus proche des terrains du parcours de la Crau.

  • Si la ségrégation n’est pas totale, il y a cependant des quartiers riches, les paroisses Saint-Martin et Notre-Dame la Principale au centre de la ville ; des paroisses moyennes, Saint-Laurent, Saint-Julien ; des paroisses pauvres, à la périphérie. Les documents fiscaux, cadastres et listes de capage, disent très bien cette diversité des niveaux de fortunes. Celle-ci se traduit dans le paysage urbain par la diversité des hostals : dans la Juiverie et dans la paroisse Saint-Lucien, leur valeur moyenne est de 60 florins ; dans les paroisses de marchands, d’artisans, de juristes (Saint-Martin, Saint-Julien et Notre-Dame la Principale), elle est de 40 à 45 florins ; dans la hauture, le Vieux-Bourg, une partie du Bourg-Neuf, elle tombe à 15-25 florins. La géographie monumentale de la ville correspond à la géographie sociale.

  • Les facteurs purement matériels ne sont pas les seuls qui interviennent. L’examen de la clientèle des notaires, celui de la composition des confréries, confirment la solidité de ces liens de voisinage. Les confréries Saint-Pierre de Luxembourg et Saint-Esprit de la Cité recrutent leurs membres presque exclusivement au nord et à l’est de la ville, la confrérie Saint-Esprit du Bourg, dans le Vieux-Bourg.

21Dans la vie de la population arlésienne, le quartier joue un rôle fondamental. Le Vieux-Bourg, avec ses deux paroisses, Sainte-Croix et Saint-Laurent, ses pécheurs, ses gardians, ses laboureurs camarguais, ses jardins, son couvent des Augustins (les 3/4 des gens qui font un legs à ce couvent dans leur testament, habitaient le Vieux-Bourg), avec son hôpital et la confrérie qui lui est attachée, avec sa boucherie et sa poissonnerie, forme un monde, et un monde original. On peut en dire autant de la Hauture, avec ses nourriguiers, ses bergers, avec ses jardins et ses étables, avec ses cravens, avec ses arènes et le couvent des Frères Mineurs qui occupe dans le cœur des habitants une place particulière. Le voisinage est, dans la cité d’Arles du Moyen Age finissant, une solidarité fondamentale.

***

22Chaque ville est un cas particulier. Chaque époque a son originalité. On peut tout de même se demander si l’importance des hommes de la terre (agriculteurs et éleveurs), la place considérable des immigrants, le rôle des solidarités de voisinage ne sont pas des traits que l’on retrouve dans d’autres villes du XVe siècle ou des Temps Modernes. Peut-on, en effet, imaginer que 1453, 1492 ou 1500, constituent des coupures valables pour l’histoire urbaine ?

COMPOSITION PROFESSIONNELLE DE LA POPULATION ARLÉSIENNE. Professions des chefs de feux et propriétaires 1437 – 1438

PROFESSION INCONNUE OU SANS PROFESSION (dont 151 femmes sans profession) :

345

AGRICULTURE

286

Laboureurs :

110

Brassiers-laboureurs :

46

Brassiers, affanadors :

122

Eyguesiers :

2

Fangueiayres :

2

Ortolans :

4

ÉLEVAGE

135

Nourriguiers :

23

Pastres-nourriguiers :

23

Pastres :

81

Gardians :

8

PECHE, CHASSE, TRANSPORT, BOIS

96

Pêcheurs :

60

Ripayres, carratoniers :

8

Ripayre et pêcheur :

1

Ripayre et boscadier :

1

Boscadiers :

13

Charretiers :

10

Chasseurs :

3

MÉTIERS DE LA PIERRE, DU BOIS ET DES MÉTAUX

67

Banastiers :

2

Peyriers, maçons, lapicides :

9

Coutelier :

1

Fustiers :

31

Rodiers :

6

Broquiers :

3

Bourreliers :

3

Fabres, maréchaux :

9

Sarralhs :

2

Fabricant d’arbalètes :

1

MÉTIERS DU CUIR, DES PEAUX, DU TEXTILE, DE L'HABILLEMENT

74

Tondeurs de draps :

3

Sabbatiers, cuiratiers, blanquiers :

23

Cardeurs :

2

Penchenayres :

2

Tisserands :

24

Teinturiers :

3

Cordiers, teletiers (toiliers) :

7

Sartres :

6

Pelletiers :

4

MÉTIERS DU COMMERCE

78

Revendeurs :

18

Apothicaires, boutiquiers :

15

Drapiers :

11

Courtiers :

10

Courtiers en peaux :

3

Merciers, boursiers :

3

Chaussetiers :

3

Marchands :

12

Mesureurs de grains :

3

MÉTIERS DE L’ALIMENTATION

90

Poissonniers :

11

Macelliers (bouchers) :

18

Chandeliers :

6

Pistres et founders :

15

Meuniers :

15

Hôteliers :

18

Barraliers, aygadiers, taverniers :

7

PROFESSIONS INTELLECTUELLES

41

Avocats, bacheliers en lois, jurisconsultes :

4

Notaires :

25

Médecin :

1

Chirurgiens :

2

Barbiers :

9

FONCTIONS OFFICIELLES

8

Juge :

1

Sergents :

4

Maîtres des salines :

2

Portanier :

1

DIVERS

8

Cuisiniers :

2

Bugaderia :

1

Clercs :

3

Domestiques :

2

TOTAL

1.228

L’IMMIGRATION (1376-1475). Origine des testateurs par grands ensembles géographiques et par quarts de siècles

L’IMMIGRATION (1376-1475). Origine des testateurs par grands ensembles géographiques et par quarts de siècles

LES MÉTIERS DU FLEUVE. Répartition des pêcheurs, rypayres et boscadiers entre les onze paroisses de la ville.

LES MÉTIERS DU FLEUVE. Répartition des pêcheurs, rypayres et boscadiers entre les onze paroisses de la ville.

LE MONDE DES MARCHANDS. Répartition des marchands, drapiers, revendeurs, merciers, caussatiers, courtiers entre les onze paroisses de la ville et la juiverie.

LE MONDE DES MARCHANDS. Répartition des marchands, drapiers, revendeurs, merciers, caussatiers, courtiers entre les onze paroisses de la ville et la juiverie.

LES MÉTIERS DE LA TERRE. Répartition des laboureurs, brassiers, etc… entre les onze paroisses de la ville.

LES MÉTIERS DE LA TERRE. Répartition des laboureurs, brassiers, etc… entre les onze paroisses de la ville.

LES MÉTIERS DE L’ÉLEVAGE. Répartition des nourriguiers et des pastres entre les onze paroisses de la ville.

LES MÉTIERS DE L’ÉLEVAGE. Répartition des nourriguiers et des pastres entre les onze paroisses de la ville.

L’IMMIGRATION 1931-1475. Pourcentage des Arlésiens d’origine étrangère parmi les testateurs (moyennes quinquennales)

L’IMMIGRATION 1931-1475. Pourcentage des Arlésiens d’origine étrangère parmi les testateurs (moyennes quinquennales)

LES CÉLIBATAIRES – 1391-1475. Pourcentage des célibataires parmi les testateurs (moyennes quinquennales)

LES CÉLIBATAIRES – 1391-1475. Pourcentage des célibataires parmi les testateurs (moyennes quinquennales)

Table des illustrations

Titre L’IMMIGRATION (1376-1475). Origine des testateurs par grands ensembles géographiques et par quarts de siècles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre LES MÉTIERS DU FLEUVE. Répartition des pêcheurs, rypayres et boscadiers entre les onze paroisses de la ville.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre LE MONDE DES MARCHANDS. Répartition des marchands, drapiers, revendeurs, merciers, caussatiers, courtiers entre les onze paroisses de la ville et la juiverie.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre LES MÉTIERS DE LA TERRE. Répartition des laboureurs, brassiers, etc… entre les onze paroisses de la ville.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre LES MÉTIERS DE L’ÉLEVAGE. Répartition des nourriguiers et des pastres entre les onze paroisses de la ville.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre L’IMMIGRATION 1931-1475. Pourcentage des Arlésiens d’origine étrangère parmi les testateurs (moyennes quinquennales)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre LES CÉLIBATAIRES – 1391-1475. Pourcentage des célibataires parmi les testateurs (moyennes quinquennales)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search