Version classiqueVersion mobile

Habiter la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Quelle histoire pour la ville ?

Maurice Garden

Texte intégral

  • 1 Tables rondes organisées avec l’aide de la Mission de la Recherche Urbaine et de la D.G.R.S.T. les (...)
  • 2 Construire la ville, XVIIIe-XXe siècles, sous la direction de M. GARDEN et Y. LE QUIN, Lyon, P.U.L (...)

1Présenter en quelques pages une perspective d’histoire urbaine est présomptueux. Toutefois, introduisant ce volume qui comprend la plupart des communications faites aux deux tables rondes intitulées Habiter la ville et Vivre la ville1, suite au Construire la ville2, il nous semble que beaucoup de directions sont indiquées, que de nombreux problèmes sont abordés, qu’à plusieurs reprises la réflexion sur la nature d’une « histoire urbaine » a avancé au cours de ces journées. Il faut en remercier avant tout l'ensemble des participants à ces tables rondes, qui ont enrichi les discussions qui suivaient les communications, et qui ont totalement inspiré le texte qui suit.

2Richesse, mais aussi oppositions, conflits, peut-être jusqu’à l’incompréhension, sont le lot de semblables débats qui réunissent des chercheurs dont les centres d’intérêt sont extrêmement disparates par la chronologie, de l'Arles médiévale évoquée par Louis Stouff jusqu’à la toute contemporaine architecture urbaine de la Finlande où nous conduit Anne Papart. Par la thématique, l’urbain recouvre toute une grille d’analyses très vastes du démographique au politique. Mais la même dispersion s'applique aux territoires, monographie de ville, voire de quartiers urbains, ou vaste synthèse d’une période ou d'un pays,, voire même comparaison de pays à autres comme l’ont fait Étienne François pour les villes de l'Allemagne moderne ou François Bédarida évoquant les tendances de l’histoire urbaine britannique. Ne peut-on enfin parler du « choc des méthodologies », entre l’empirisme de l’historien et la recherche d’une conceptualisation plus affirmée, l’interrogation des sources revêtant à son tour des aspects totalement antithétiques, depuis la recréation symbolique de l’esprit d’un quartier de Natalie Davis jusqu’à la recherche informatisée très sophistiquée de Georges Granasztoï et Alain Demonet sur les villes hongroises du XVIe siècle, ou la figuration des itinéraires sociaux dans le Lyon du XXe siècle reconstitués par Jean-Luc Pinol.

3J’écarterai rapidement deux questions irritantes, souvent rappelées, mais fausses questions à mon sens : premièrement, est-ce que la confrontation, ou la comparaison des périodes historiques est dénuée de tout intérêt, ou non ? Deuxièmement, comment rapprocher dans des synthèses temporelles ou spatiotemporelles des histoires monographiques de villes, dont les différences ou les contrastes sont tels qu’on les pense a priori irréductibles ?

4Une lapalissade est une réponse insuffisante, mais cependant utile, à la première question. L'histoire urbaine, comme toute l’histoire, comme tous les faits ou événements historiques, est soumise aux variations chronologiques, et on ne saurait étudier une structure urbaine indépendamment de la période dans laquelle elle se place. Mais comme pour le temps de l'homme, le temps de la ville est variable, différent selon les époques, différent selon les villes. Matériellement telle cité endormie semble traverser les siècles avec une superbe sérénité, alors que sa voisine dynamique modifie son territoire, son architecture, son réseau, mais aussi sa population, sa société, son mode d'exister. Attention ici lors d’une comparaison ville à ville, ou système urbain à système urbain. Lors de la table ronde, Louise Tilly s’est essayé à une explication du développement urbain de Milan, qui a été l’occasion d’un débat animé sur une comparaison des évolutions de Milan et de Lyon, voire de l'ensemble des grandes villes du monde alpin entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. A une période de rapide évolution des conditions économiques et techniques, et de profonde transformation des formes du travail et de la production, il est évident que l'analyse d’une évolution ne peut servir pour une autre qui connaîtrait des conditions différentes. Le temps relativement court a ici son importance, et l’ignorer conduit soit à dialogues de sourds, soit à contre-sens. Ainsi dans les années 1850 Lyon ou Saint-Étienne, Lyon ou Lille, mais aussi Lyon ou Milan, à plus forte raison Montréal et Paris ou Londres n'ont pas une identité d'évolution et il peut y avoir avantage à utiliser la comparaison en décalant dans le temps. Tel phénomène d’industrialisation, création de nouvelles formes urbaines, est déplacé d'une région à l'autre, d’un pays à l'autre ; les exemples ne se répètent pas à l’identique, mais chaque situation exemplaire peut fournir un élément partiel d'explication pour une autre époque. De même quand Peter Clark et Daniel Roche pénètrent au cœur des cabarets et des tavernes, ils savent qu'ils ne décrivent pas exactement les mêmes comportements, et qu'il sera impossible d'étendre à d'autres périodes, médiévale ou plus contemporaine, leurs conclusions. Mais la méthode de recherche est par contre plus universelle, et le cabaret, type daté et situé, peut être un modèle d’étude pour des sociabilités urbaines totalement différentes, pas seulement celles du bistro, mais aussi celles du jeu, du sport, de la musique et du spectacle à différentes époques. Les palpitations d’un quartier de Lyon au XVIe siècle auscultées par Natalie Davis, variables selon le milieu social, l'appartenance culturelle, ou l'adhésion religieuse ne se retrouveront jamais à l’identique, que ce soit à la Croix-Rousse au XIXe siècle ou au XXe siècle, dans l’Irlande d'aujourd’hui ou dans telle partie de Montréal ou de la banlieue parisienne, mais-la façon de regarder, d'interroger les sources, de pénétrer au cœur d’une population animant un territoire peut être identique.

  • 3 BULST Neithard (éditeur), Bevölkerung, Wirtschaft und Gesellschaft, Stadt, Land, Beziehungen in De (...)

5Les phénomènes d’immigration urbaine, analysés par Louis Stouff à propos d’Arles médiévale, et placés dans une perspective élargie à l’ensemble de la vallée du Rhône par Jacques Rossiaud, ne sont bien sûr pas les mêmes au Moyen Age, au XVIIIe siècle ou aujourd’hui. Quand les historiens médiévistes insistent sur les problèmes d’acculturation ou d’oppositions culturelles entre gens de langue d’oc et hommes du parler provençal ou franco-provençal, n’ont-ils pas à apprendre aux historiens qui s’intéressent aux migrations urbaines de l’époque présente ? Comparons donc, sans hésiter, d’une période à l’autre, d’un pays à l’autre, en étant conscients des limites ou des barrières d’une telle confrontation, mais aussi de sa richesse méthodologique3.

6De la même façon, évitons d’opposer sans cesse monographie et synthèse, en histoire urbaine comme dans les autres champs de l’histoire. Est-ce une gageure de prétendre qu’une monographie peut être synthèse ? Des exemples abondent en histoire urbaine comme ailleurs. Mais l’histoire n'est pas somme de monographies, elle est aussi réflexion sur la globalité, même si celle-ci est le résultat de contrastes, d’oppositions, de différences qui ne sauraient être réduites. Étienne François a tenté ce difficile pari pour l’attitude des villes allemandes de l’époque moderne, face aux problèmes de l’immigration. Et tout de suite affluent les questions, les réticences. Comment oser une synthèse, quand certaines villes sont catholiques, d'autres protestantes, certaines sont fermées, d’autres résolument ouvertes. Le temps et l’espace jouent ici contre la synthèse : la fin de la Guerre de Trente Ans et ses épouvantables conséquences démographiques ne peuvent qu’encourager une politique d'attraction, qui sera elle-même mise en cause dès que les bourgeoisies reconstituées ne penseront plus qu’à défendre leur patrimoine contre des nouveaux venus qui voudraient s’approprier une part de la richesse. Des facteurs politiques, la plus ou moins grande indépendance municipale, les changements de frontière ou de rattachement, essentiels dans le cas de Strasbourg par exemple, des conditions économiques intègrent l’histoire urbaine dans des ensembles qui dépassent largement le périmètre urbain. Mais tenir compte de ces facteurs parfois externes à la ville proprement dite, n'est pas éliminer la possibilité de rechercher les traits communs entre des types de populations, de structures, de cultures. La synthèse n’a de sens que si elle s’appuie sur une information de même valeur. Prenons un exemple tout à fait superficiel : l’un des bons outils de l’analyse des populations urbaines, à côté des recensements et des listes électorales – voir, par exemple, les travaux de Giusberti sur Bologne, ou de Zeller et Pinol sur Lyon, ou de G. Granasztoi sur les villes hongroises –, sont les listes nominatives des indicateurs de la fin du XIXe siècle ou du XXe siècle. Mais on ne peut comparer que ce qui est comparable. L’indicateur de la ville de Saint-Étienne pour l’année 1930 par exemple est un instrument de travail remarquable. A chaque adresse sont cités les chefs de ménage avec leur qualité ou profession, propriétaires et locataires, hommes et femmes, petits métiers comme notables. Concierges, femmes de ménage, avoisinent ainsi les mineurs, les passementiers, les armuriers, comme les médecins, les notaires ou les ingénieurs. Les femmes chefs de ménage sont même indiquées avec la qualité de « ménagères » quand elles ne sont pas rentières. Il permet ainsi une photographie de la répartition socio-spatiale de la population stéphanoise de toute première qualité, complément fort intéressant des recensements, parfois moins précis sur les appartenances socio-professionnelles. Mais il serait vain de comparer avec les volumineux volumes du Bottin parisien, qui ne mentionnent que les professions commerciales et libérales, à l’exclusion de tous les employés et gens de métiers.

7Une synthèse n'est réalisable que si les précautions méthodologiques élémentaires sont prises au niveau des monographies. Comme les sources varient dans leur présentation d’une ville à l’autre, l’historien se doit de construire à chaque enquête un instrument d’analyse approprié à chaque type de document. On se rappelle combien irritants furent les débats sur la classification socio-professionnelle, au moment des grandes enquêtes d’Ernest Labrousse, François Furet, Adeline Daumard et Pierre Léon. La recherche d'un code unique, valable pour des sociétés urbaines aussi variées que celle de l’Ancien Régime et de la fin du XIXe siècle, aboutit souvent à des impasses : les résultats locaux étaient comparables, mais à quel prix ? Chaque ensemble social était progressivement vidé de sa spécificité pour entrer dans le moule commun, et la comparabilité n’avait alors plus grand sens. Aussi chaque historien a-t-il eu tendance à construire isolément sa propre grille de lecture et d’assemblage des données. Cette construction plus ou moins fine a le mérite de coller de plus près à la réalité, mais elle ne favorise pas l’agrégation des données. Pour que celle-ci soit possible, il est nécessaire que toute étude monographique, comme l'a souligné avec force Bernard Lepetit, explicite clairement ses choix et les raisons de ces choix. Il serait également souhaitable que les banques de données constituées pour une recherche individuelle ne soient pas perdues, mais que, conservées et informatisées, elles puissent servir à d’autres, et à résoudre d’autres questions.

8Trois directions de recherche fondamentales ont été dégagées au cours de ces tables rondes :

  • la formation de la population urbaine, l’expression dépassant le strict aspect démographique pour désigner plutôt la formation de l'ensemble social,
  • l’utilisation socio-culturelle du territoire, avec tout un ensemble de travaux sur les quartiers, mais plus généralement sur les pratiques sociales et culturelles de la ville ;
  • l’ensemble des problèmes politiques de la gestion de la ville, l’existence de l’autonomie d’une politique urbaine, ses domaines particuliers et ses variations.

9Nous voulons ici seulement souligner quelques points forts de ces trois thèmes, d’une grande richesse, et qui constituent tout autant de chantiers ouverts ou à ouvrir.

La formation des populations urbaines

  • 4 POUSSOU Jean-Pierre, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attractio (...)
  • 5 ZELLER Olivier, Les recensements lyonnais de 1597 à 1636, démographie historique et géographie soc (...)
  • 6 PERROT Jean-Claude, Genèse d'une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle. Mouton, Paris, 2 vol., 1975
  • 7 LEQUIN Yves, Les ouvriers de la région lyonnaise dans la seconde moitié du XIXe siècle (1848-1914) (...)

10La densité des études de démographie historique et le volume des monographies urbaines sont ici considérables. Depuis longtemps, et grâce en particulier aux travaux fondamentaux de Jean Pierre Poussou et d’Alfred Perrenoud, les formes d’immigration sont bien connues4. Historiquement s’opposent en fait deux situations totalement différentes : celle des villes dont le niveau de population est à peu près stable pendant une longue période, et celle des ensembles urbains en plein essor. L’époque moderne sur la longue durée abonde en exemples du premier type. Pour s’en tenir à la France, des villes grandes ou moyennes connaissent une grande stabilité générale pendant un, deux ou trois siècles, avec des rythmes de croissance sans doute supérieurs à ceux des campagnes environnantes, mais presque toujours inférieurs à 1 % par an. Les grandes métropoles régionales de la France moderne, Lille, Toulouse, Strasbourg, Rouen, et même Lyon et Marseille, presque toutes les capitales provinciales appartiennent à ce type, qui est aussi celui de la plupart des villes allemandes, des grandes cités italiennes qui stagnent après leur prodigieux développement de la Renaissance. L’impression de stabilité dans la longue durée ne doit pas cacher toutefois des fluctuations de courte durée. Olivier Zeller, qui a eu le flair de découvrir deux recensements ignorés de Lyon en 1597 et 1636 en fournit un excellent exemple5. Les populations sont extrêmement sensibles aux fluctuations conjoncturelles de l’économie ou de la politique. Les troubles sociaux, ou religieux du XVIe siècle finissant provoquent des hémorragies, qui sont du même ordre de grandeur que les célèbres épidémies pesteuses ou les grandes crises frumentaires. Essayant de dresser le bilan démographique de Caen dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Jean-Claude Perrot a le premier montré les flux contrastés des entrées et des sorties, celles-ci l’emportant sur les premières à certaines périodes6. Mais on sait maintenant que dans presque toutes les villes de l’Ancien Régime, malgré une fécondité urbaine souvent élevée, le bilan naturel est toujours largement déficitaire, les conditions d’alimentation et d’hygiène surtout infantiles, étant désastreuses. La ville doit donc sans cesse reconstituer sa population. Les courants migratoires sont d’une grande continuité dans le temps, et Yves Lequin a depuis longtemps remarqué la pérennité des zones d’attraction lyonnaise depuis le XVIe siècle étudié par Richard Gascon jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, en passant par le XVIIIe siècle de Maurice Garden7. Si les flux sont mieux connus que les reflux, temporaires ou définitifs, il reste peut-être à accentuer les recherches qualitatives sur cette immigration urbaine de type ancien. L’étude extrêmement détaillée de Jean-Pierre Poussou sur Bordeaux ne peut être entièrement le modèle de l’Ancien Régime européen, dans la mesure où elle concerne une des rares villes à croissance extrêmement rapide entre 1750 et la Révolution française. L'accélération des flux d’entrée crée l’appel à de nouveaux territoires de recrutement, et sans doute à une base sociale plus largement paysanne et populaire attirée par l’emploi d’une ville à forte croissance.

  • 8 SALA Paolo, Recherches en cours sur la formation de la population de Milan.

11C’est bien la situation de la plupart des grandes villes touchées par l’industrialisation et la tertiarisation aux XIXe et XXe siècles. Mais les conditions de l’immigration, puis de l’intégration ont considérablement changé. Il ne s’agit pas seulement d’une transformation d’échelle, mais peu à peu d’une modification de la nature même de l’immigration. A défaut de registres de population, comme en ont établi les administrations des villes italiennes du XIXe siècle, la connaissance précise des phénomènes de mobilité reste délicate8. Il est rare de saisir par les sources classiques de la démographie sociale – registres d’état civil ou recensements périodiques de la population – le moment d’arrivée de l’individu dans la ville, et plus encore les conditions de l'arrivée. Pendant tout le XIXe siècle, la ville qui élargit son territoire dans des banlieues de plus en plus étendues, ne peut installer vraiment la population nouvelle qu’elle appelle pourtant. Il serait sans doute anachronique d’évoquer les cités de transit ou autres lieux d’hébergement temporaires d’aujourd’hui, mais il se passe bien un phénomène de ce type. Des milliers d'hommes et de femmes arrivent dans ces grandes villes qui offrent des emplois dans les grands secteurs économiques en expansion. N’oublions pas que cette croissance suscite à son tour une augmentation très forte de la consommation, plus forte peut-être même que celle de la population : la vie urbaine crée des formes nouvelles de consommation, diminue ou même interdit les habitudes rurales d’autoconsommation, augmente la circulation de numéraire par l’habitude du salariat. Toute une dynamique est ainsi en mouvement : création d’emplois dans le secteur demandeur, mais également création d’emplois nombreux en aval, nécessités dans un premier temps par l’approvisionnement de la masse humaine, dans un second temps par la gestion de cette nouvelle population. Métiers de l’alimentation comme du bâtiment, employés des octrois comme de la police, maîtres d’école comme employés de magasin se multiplient à des rythmes divers, selon des modalités propres à chaque site.

  • 9 FONTAINE Laurence, Le voyage et la mémoire. Colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle, Lyon, P.U.L., (...)
  • 10 JACQUEMET Gérard, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Éditions de l’E.H.E.S.S., Par (...)

12Mais ce mouvement n’est ni uniforme, ni véritablement contrôlé. Les mécanismes de la migration dépendent autant des conditions d'existence des lieux de départ que des capacités attractives du lieu d'arrivée, mais il faudrait s’interroger sur les motivations individuelles ou collectives, sur les résistances des collectivités et des hommes. Pourquoi, pendant tout le XIXe siècle, les villages de l’Oisans continuent-ils à fournir des centaines de colporteurs qui partent vendre dans toute la France les articles de mercerie, et qui n’hésitent pas à traverser océans et continents pour proposer aux Latino-américains ou aux Russes le rêve de leurs fleurs éclatantes ou de leurs arbres fruitiers prolifiques ?9 Mais il faut un siècle avant que ce genre de commerce archaïque s’effrite, avant que ces hommes jeunes finissent par décider de ne plus revenir au pays, mais au contraire de faire descendre vers la plaine et la ville femmes et enfants restés jusque là pour tenir l’exploitation rurale. Ailleurs, dans des conditions différentes de comportements démographiques, de structures familiales, de propriété de la terre, d’endettement, le milieu local a craqué beaucoup plus vite. Le facteur de proximité n’est pas le seul à jouer, et on devrait suivre d’autres pistes, ne serait-ce que la nature des rôles masculin et féminin dans chaque région. Le lien si souvent affirmé entre industrialisation et urbanisation a en effet privilégié l’étude de la migration masculine, fournissant l’essentiel de la main-d'œuvre de la grande industrie naissante. Mais on sait que les femmes sont presque aussi nombreuses, puis finalement plus nombreuses à quitter la campagne pour gagner la ville au cours du XIXe siècle. Elles jouent un rôle déterminant, que l’on ne saurait entièrement préciser. En tout cas le passage de la mesure quantitative des flux migratoires à une analyse qualitative et plus complexe des modalités d’intégration à la ville doit prendre en compte ce genre de question. Trop longtemps, on a insisté sur l’anonymat du citadin, sur la perdition morale de l’individu dans la grande ville, sur le déracinement. L’absence d’un parc immobilier suffisant, le caractère tout à fait exceptionnel des premières « cités ouvrières » construites pour loger, et contrôler, mais aussi stabiliser les ouvriers, ont fait naître l’image dominante des garnis où se côtoient sans se connaître les nouveaux venus, image développée comme thème littéraire, et comme dénonciation moralisante. Mais la modification des conditions d’exercice du travail, la dissociation entre lieu de travail et domicile, comme l’a montré Gérard Jacquemet pour Belleville, font apparaître d’autres pratiques10. Si la fin du XIXe siècle permet de présenter les premiers incontestables bilans naturels excédentaires de populations urbaines, ce n’est pas seulement par suite de l’amélioration des conditions de salubrité et d’hygiène alimentaire. Les adductions d’eau potable, l’édification de réseaux d’égoûts, le développement de la santé de l’enfant, la diminution de la mise en nourrice comme l’adoption du lait stérilisé sont autant de causes ; mais à côté de ces facteurs externes, n’y a-t-il pas pour la première fois l’adoption de la ville par les classes populaires ? Pendant longtemps rien ne retient en ville l’ouvrier ou le journalier, ni sa famille, ni son logement, ni même son employeur. Tous les liens sont précaires, ceux du garni comme ceux du cabaret et du concubinage. L’enfant est absent, le logement proche du taudis, les salaires quotidiens à la tâche. Transformations du rapport au travail, lente mais incontestable amélioration de l’habitat, découverte du « chez soi » qui recrée une nouvelle intimité perdue depuis le départ de la ferme, triomphe, au moins momentané, de la famille conjugale, où les deux conjoints travaillent, souvent dans des entreprises différentes, fixation de l’enfant par la fréquentation scolaire durable et assidue : tous ces facteurs contribuent à une totale modification.

L'appropriation de la ville

13Au-delà des bilans démographiques se pose déjà la question de l'organisation sociale de l’urbain. Lors des débats au cours des tables rondes, Yves Lequin a, à plusieurs reprises, souligné la nécessité d’une double approche méthodologique des comportements, les stratégies des groupes pouvant n’être que complémentaires à celle des individus, même lorsqu’elles paraissent contradictoires. Plus que toute autre communauté d’habitants, la grande ville née avec l’ère industrielle, semble exacerber les contrastes, les oppositions, et faire naître les conflits. Toute analyse du social par l’approche des corps ou des groupes qui la composent conduit à cette mise en lumière des contradictions, qui peuvent mener aux violences dans les rapports entre groupes. On retrouve ici une approche qui a été longtemps prépondérante dans l’histoire du monde ouvrier par exemple (mais qui n’est pas absente de l’historiographie d’autres groupes sociaux ou professionnels). Depuis longtemps historiens et sociologues, à partir principalement de l'analyse marxiste, mais en en conservant une partie des méthodes même quand ils en abandonnaient la construction idéologique, ont cherché à définir les groupes sociaux, désignés ou non par le terme de classe.

  • 11 DAVIS Natalie, Les cultures du peuple, rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubi (...)
  • 12 AGULHON Maurice, Le cercle dans la France bourgeoise, Paris, A. Colin, 1977.
    ZUNS Olivier, Naissanc (...)
  • 13 Il faut insister sur l’approche ethnologique de la ville européenne, dont on trouve de nombreux ex (...)

14L’histoire urbaine, développée d'abord pour les villes de la période moderne, a utilisé constamment cette approche, opposant en fait presque toujours dominants et dominés, riches et pauvres, élites sociales et culturelles et monde populaire, bourgeois et prolétaires. D'une ville à l’autre, d’une période à l’autre, les contours des groupes se déplacent, mais la dynamique urbaine semble toujours se résumer aux temps forts des conflits qui opposent plus ou moins violemment l'un à l’autre. Un déplacement de la recherche sociologique et historique vers une explication plus fouillée des rapports du social et du culturel a sans doute été une première évolution. Aujourd’hui une réhabilitation de l’approche des comportements par l’étude des motivations de l’individu, ou de cellules plus limitées, depuis la famille stricte, jusqu’aux petites communautés liées par le territoire (le quartier, la paroisse) ou par le travail (le bureau, l’entreprise), conduisent à préserver de façon nouvelle la société urbaine. Pour reprendre encore une expression d’Yves Lequin, on n’est plus sûr de la contradiction apparente entre un militantisme de classe, et une stratégie individuelle du même acteur, qui peut paraître beaucoup plus proche des aspirations ou des comportements de la classe antagoniste. Pourrait-on rapprocher ici les travaux de Natalie Davis et de Carlo Ginzburg par exemple pour mieux faire saisir combien ils sont indispensables l’un et l’autre11, au même titre que ceux de Maurice Agulhon ou d’Olivier Zuns, à l'explication du fait urbain ?12 De très nombreuses études ont été faites au cours des dernières années sur le quartier, portion de territoire, en même temps groupe d’habitants, dans l’espoir de mieux comprendre les comportements collectifs à partir d’une petite population localisée13. Antoine Prost, François Bédarida, Natalie Davis ont essayé de mieux préciser le contenu même de la notion de quartier urbain. Comme l’explique François Bédarida à propos des théories urbaines formulées en Grande-Bretagne, beaucoup d’analyses du quartier reposent d’abord sur une non-connaissance du fait urbain. Le poids ancien de théories anti-urbaines – la violence, la délinquance, l’immoralité, mais aussi l’anonymat, l’égoïsme – empêche une appréhension urbaine de l’espace, que l’on cherche à diviser, et du groupe, pour lequel on tend à retrouver une dimension comparable aux communautés rurales. Tout, ou presque tout le discours sur le quartier-village relève en partie de cette assimilation, et on l’appliquera tant à la Butte aux cailles parisienne qu’à La Croix-Rousse lyonnaise, même quand les formes de l’habitat se transforment à grande vitesse sous nos yeux. Antoine Prost utilisait une comparaison intéressante : beaucoup de notions intégrées depuis longtemps à la culture politique occidentale – celle des frontières, celle de capitale –, sont étrangères aux historiens d’autres civilisations, africaines par exemple, et il ajoutait : « nous avons la même difficulté à penser des quartiers qui n’ont pas de centre et qui n’ont pas de limites ». L’ambiguïté de la définition du territoire finit par poser la question de la pertinence de l’approche de l’urbain par le truchement du quartier. Pour telle ville, à tel moment, une analyse précise de la répartition spatiale des habitants, selon leur appartenance socio-professionnelle, permet de dégager des ensembles. Quand il y a suffisamment de stabilité de la population, (peut-être du type de population, plutôt que des individus eux-mêmes, la mobilité interne restant longtemps un phénomène majeur des milieux populaires urbains), quand il y a sur l’espace ainsi vécu des lieux, des institutions, des signes symboliques, qui concourent à unifier la pratique quotidienne de ce territoire, ou simplement comme le démontre avec force Natalie Davis une expression culturelle commune, alors existe un quartier. Mais ailleurs ce peut être une rue, là un pâté de maisons, là encore la limite peut passer à travers les immeubles eux-mêmes, le quartier associant ou dissociant façades et arrière-cours, ou les deux côtés de la même rue.

  • 14 GARDEN Maurice, « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? », Économie et Humanisme, 1981.
  • 15 BENOIT-GUILBOT Odile, « Des quartiers urbains : pour qui, pour quoi ? », Cahiers O.C.S., vol. 6, P (...)
  • 16 PINOL Jean-Luc, Espace social et espace politique, Lyon à l'époque du front populaire, Lyon, P.U.L (...)
  • 17 GRIBAUDI Maurizio, « Stratégies migratoires et mobilité relative entre village et ville », Populat (...)
  • 18 GRANASZTOI Georges, DEMONET Michel, « Analyse factorielle et modèle social : une ville de Hongrie  (...)

15Mais même dans ce cas, est-ce que le recours au quartier permet de mieux comprendre le social ?14 Il présente l’avantage de mieux appréhender les liens ténus du quotidien, effacés par un regard trop lointain d’un ensemble trop vaste et confus. Il redonne vie aux signes d’une solidarité de l’instant, signification à des relations de voisinage ; mais le regard indiscret du Rétif de la Bretonne des Nuits de Paris, les longues promenades des quais de l’Ile-Saint-Louis suffisent-ils à créer autre chose qu’une illusion ? Quand le quartier affirme son identité, qu’il proclame son autonomie culturelle, comme aujourd’hui dans les multiples tentatives de journaux, est-il vraiment réalité, ou apparence ? Odile Benoit-Guilbot, qui a observé avec beaucoup d'acuité et une longue persévérance, la nature des liens qui se construisent à l’échelon du quartier, dans la grande ville, comme dans les villes nouvelles, constate à la fois la force oppressive du quartier, et sa fragilité15. Et l’oppression ne peut se vaincre que par la fuite, le déménagement, un peu comme dans le village ancien qui excluait les mauvaises têtes ; mais chaque fuite, chaque départ est une petite désagrégation d’un ensemble qui n’arrive pas à se consolider. En fait quand Jean-Luc Pinol suit les itinéraires des Lyonnais dans l’entre-deux-guerres16, ou quand Maurizio Gribaudi étudie par une démarche généalogique les familles de Borgo San Paolo dans la banlieue turinoise au moment de la montée du fascisme17, ils ne rencontrent pas vraiment le quartier, mais des espaces de vie qui s’entrecroisent, se superposent, parfois se regroupent avec quelque cohérence, parfois se disloquent, parce qu’incompatibles avec les ambitions individuelles. Par le biais du quartier, les historiens ont souvent cru pouvoir dépasser l'illusion du classement social, ou de la vaine recherche de la moyenne, « classe moyenne » ou « Français moyen ». Reste à comprendre comment s’associent ces caractères différents qui ne sauraient offrir une synthèse par l’addition. Georges Granasztoï étudie les villes hongroises des XVIe et XVIIe siècles en utilisant une analyse multiple de correspondances, mettant en jeu tous les facteurs démographiques, économiques et culturels dont les archives ont laissé la trace. Par un découpage très détaillé, il fait éclater les quartiers, avant de chercher à les reconstituer par la dominance de traits communs. Mais il retrouve finalement des groupes, qui sans doute investissent de préférence tel ou tel espace, mais dont les formes antagonistes de dépendance ou de domination ne sont qu’imparfaitement traduites par l’organisation de cet espace18.

  • 19 MERRIMAN John, French Cities in the Nineteenth Century, Londres, 1982.

16Je serai assez tenté de conclure sur ce point en proposant une relecture des analyses tout à fait différentes pour le temps, le lieu, et même l’objet, mais convergentes sur le fond, de Natalie Davis sur le Lyon du XVIe siècle, et de John Merriman sur Perpignan au XIXe siècle19. Dans tous les cas, il y a toujours eu rivalités de quartiers, comme il y avait dans la campagne bagarres entre jeunes de paroisses voisines. Clans rivaux, confessions opposées, rouges et blancs, s’appuient sur une base territoriale, terre d’asile également, pour s’entrebattre. Mais derrière, il y a des attitudes plus fondamentales, qui ne peuvent plus s’expliquer par la localisation, mais par l’interférence de phénomènes complexes, classes d’âge, contrastes sociaux, naissance d’attitudes urbaines nouvelles. Il y aurait quelque intérêt à utiliser le regard des historiens pour comprendre certains mécanismes de violences et de solidarités, dans nos villes actuelles, comme dans celles d’autrefois. John Merriman montre bien cette connection, pour ne pas dire connivence entre la rivalité interparoissiale, et des mouvements où les paroisses sont solidaires contre la police, l’administration ou le gouvernement. Quand aujourd’hui les groupes de jeunes agressent les forces de police qui viennent dans une Z.U.P. effectuer un contrôle, ou arrêter un petit délinquant, on se trouve vite devant une coalition qui dépasse la simple solidarité d’origine ethnique ou de groupe d’âge. Les familles, les femmes interviennent, de même que se constituent des forces opposées, véritables groupes d’autodéfense quand ce n’est pas plus. Autrefois déjà les foules urbaines étaient solidaires, contre les agents du fisc, les agents de l’octroi, les maîtres-gardes des métiers qui traquaient travailleurs clandestins ou petits contrebandiers. Dans quelle mesure les querelles et bagarres locales ne sont-elles pas répétition d’une hostilité plus générale envers l’ordre ? Et ici on retrouve bien la continuité d’une nature de la ville, permanente depuis la Florence médiévale jusqu’aux banlieues actuelles.

17Il est évidemment trop facile d’avancer cette notion d’une « nature » de la ville, qui se rapprocherait des « humeurs » par lesquelles la médecine ancienne expliquait l’incompris. Mais les enquêtes sur les quartiers, y compris celles de la sociologie urbaine contemporaine, quand elles sont rigoureuses, ont contribué à un changement de perspective heureux pour l’histoire urbaine. Sans doute peut-on continuer à reprocher trop d’empirisme aux recherches, l’absence souvent de réflexion préalable dans la délimitation du champ, aussi bien territorial que thématique. L'essentiel est cependant dans la multiplicité des approches, dans la prise en compte conjointe de facteurs contrastés, confrontés, alors que trop souvent jusqu’alors ignorés, ou traités à part. La superposition ou l’imbrication des analyses devient fondamentale, et le passage par le quartier est un des plus faciles (mais non l’unique) pour essayer d’observer et de comprendre les relations individuelles, les stratégies des générations et des groupes d’âge, la psychologie des acteurs expliquée à la fois par l’appartenance au groupe localisé, et à d’autres groupes délocalisés. Par cette analyse duelle la ville redevient objet et sujet, de même que l’ensemble de sa population.

Un détour obligé : pouvoir de gestion et gestion du pouvoir

  • 20 ROCHE Daniel, Journal de ma vie, Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, (...)

18L’adoption d’une double démarche anthropologique et généalogique, tout à fait essentielle pour saisir de façon plus profonde l’histoire sociale et l’histoire culturelle, dans la durée, et dans l’infinie variété des attitudes individuelles, risque de faire oublier cependant la ville elle-même. Toute généalogie familiale sur plusieurs générations, toute étude d’itinéraires individuels au cours d’une vie, doivent intégrer les paysages dans lesquels s’inscrivent ces tranches de vie. La ville actuelle, née au XIXe siècle, ne permet plus cette profonde intimité avec la topographie, que l’on sent dans le texte de Jacques-Louis Ménétra, ce verrier dont les parcours parisiens ont été décrits par Daniel Roche20. Il faut pour cela plus de marche à pied, plus d’interconnaissances, une flânerie que permettait la ville ancienne et l’élasticité du temps de travail.

19En réalité, la forme urbaine a changé en même temps que l’usage de la ville par ses habitants. Jean-Claude Perrot a expliqué comment les impératifs de circulation, de transports, de commerce, ont conduit à une modification, peut-être même à une création de l'urbanisme à Caen au XIXe siècle. Ces priorités peuvent changer d’une époque à l’autre, voire dans la courte durée. On a vu, lors de la table ronde Construire la ville en particulier combien il y a d’improvisation, d’individualisme, de laisser-faire dans l’édification de zones nouvelles sous la pression d’une population en rapide augmentation. Les exigences du nombre peuvent conduire à cette anarchie d’une construction qui ne respecte qu'à peine les règlements d’alignement. A une autre époque, le besoin de logements conduit à l’édification des tours de béton qui finissent par devenir verrues ou abcès dans les banlieues d’aujourd'hui. Que diminue la pression du nombre, et réapparaissent d’autres priorités, souvent exprimées en retard, celle de la circulation, celle de la sécurité, qui peuvent conduire à la destruction de la construction antérieure : les exemples en abondent dans l’histoire des villes.

  • 21 MAILLARD Jacques, Angers, des lendemains de la Fronde à la veille de la Révolution. Le pouvoir dan (...)
  • 22 MARTOUREY Albert, Formation et gestion d’une agglomération industrielle au XIXe siècle, Saint-Étie (...)
  • 23 LIVET Georges et VOGLER Bernard, Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Association des P (...)
  • 24 MEURET Bernard, Le socialisme municipal : Villeurbanne, 1880-1982, Histoire d’une différenciation, (...)

20Toute une histoire des politiques urbaines et de la gestion de la ville reste nécessaire pour mieux appréhender la nature même du fonctionnement de la ville. Les historiens de l’époque moderne ont souvent insisté sur la mise en tutelle, pour ne pas dire en minorité permanente, des villes par le pouvoir central. Il ne faut pas oublier que cette centralisation française, très précoce, et affirmée de façon permanente depuis au moins Henri IV jusqu’aux débuts de la 3ème République, n’est pas la situation dominante dans l’Europe moderne. Quand on parle en France de « démocratie urbaine » antérieure aux reprises en main du pouvoir royal, on se réfère en fait autant à un âge d’or antérieur où la ville aurait eu le choix libre de ses magistrats municipaux, qu’aux « républiques » urbaines de l'Italie ou de l’Allemagne, où la ville-état est à la fois organe indépendant et capitale totalement dominante d’un état de faible dimension21. Mais cette liberté ne joue que dans un cadre strictement limité. L’organisation sociale exclut une partie de la population, la plus pauvre bien sûr, et les stratifications horizontales privilégient des rapports de clientèle ou de fidélité qui jouent encore aujourd’hui dans la conduite politique des villes. Pendant toute l’époque moderne, la ville se considère comme un corps, au même titre que les autres communautés. Et la gestion d’un corps s’établit presque toujours par l’intermédiaire d’une minorité, aristocratie locale qui annexe la démocratie. Toute analyse politique du fonctionnement de la ville ne peut se faire en oubliant ces notions de sanior pars ou de major pars confisquant le droit au pouvoir en même temps que le droit d’expression. Dans sa toute récente thèse de doctorat, Albert Marthourey constate à quel point seule une toute petite minorité de la population est concernée par les élections municipales dans les deux premiers tiers du XIXe siècle à Saint-Étienne. Même sous le Second Empire, avec le régime électoral du suffrage universel, dans une ville de près de cent mille habitants, un Conseiller municipal peut être élu, par le double jeu de l’absentéisme et de la division en toutes petites circonscriptions électorales, avec une poignée de suffrages22. Par quel moyen la ville conquiert-elle son indépendance, une liberté d’agir ? J’ai évoqué ailleurs la longue habitude de la clientèle, de la faveur, de la protection, du contrôle social et personnel effectif, qui était celui en vigueur dans bon nombre de villes françaises de l’Ancien Régime, par l’intermédiaire des gouverneurs et autres lieutenants-généraux23. L’autorité préfectorale, la longue période de nomination des maires par le pouvoir central, la rigueur du contrôle sur les finances et les budgets municipaux concourent à ce maintien en tutelle et en minorité. De nombreux travaux commencent à être réalisés sur les expériences de socialisme municipal, et sur leurs avatars à la fin du XIXe et au début du XXe siècles24. Beaucoup reste à faire dans ce domaine, en particulier par l’édification d’une grille de correspondance entre les budgets municipaux, et le type d’utilisation des recettes de la ville par les municipalités. Peut-on dire que malgré les contrôles stricts dont elles sont l’objet, les villes gagnent peu à peu une indépendance dans leur gestion locale ? La part consacrée dans chacune à des chapitres différents, la sécurité, la police, l’enseignement, la voirie, l’hygiène, la protection sociale, la culture, l’embellissement urbain et les arts, constitue autant d’indicateurs précieux, qu’il faut rapprocher et comparer, dans le temps, et d’une ville à l’autre. Mais il ne faut jamais oublier la permanence d’un jeu, ou d’une compétition « local-national », toujours présent en France. Dans ce domaine plus qu’ailleurs, il serait indispensable de multiplier les comparaisons internationales : une plus grande indépendance dans l’exercice des pouvoirs locaux dans d’autres pays, en Europe comme aux Etats-Unis, suscite des questions aux comportements français. Que ces gestions plus autonomes ne soient pas sans crises, et sans difficultés financières parfois considérables – les villes américaines d’aujourd’hui fournissent des exemples –. n’est pas sans intérêt non plus. Les cas présentés par Stephan Jonas et Bernard Vogler pour les villes alsaciennes de l’époque d’annexion à l'Allemagne entre 1870 et 1914 sont particulièrement intéressants, illustrant l'influence d’un système politique général sur l’évolution interne de chaque cité.

  • 25 DUBY Georges, (sous la direction) Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 4 vol. parus, parti (...)
  • 26 Appel d’idées. Connaissance des agglomérations. Ministère de (’Urbanisme et du Logement. Plan urba (...)

21Ces quelques remarques très sommaires ne sauraient couvrir l’ensemble des progrès d’une histoire urbaine en plein essor25. Mais elles voudraient surtout s’adresser à la fois aux responsables des politiques urbaines, et aux initiateurs de la recherche urbaine. Non seulement, il est impossible d’étudier une ville sans tenir compte de son histoire – les villes « neuves » américaines se soucient à ce point de leur jeunesse et de leur manque de tradition qu’elles font de plus en plus appel à des spécialistes de « public history » chargés de construire leur identité collective – mais encore, les spécialistes de la ville, y compris les acteurs techniques et sociaux, ne sauraient se passer de la rigueur des analyses historiques, souvent applicables au présent26. Aux côtés des autres disciplines de la recherche en sciences sociales, l’histoire de la ville est non seulement un enrichissement culturel, mais encore un modèle d’analyse.

Notes

1 Tables rondes organisées avec l’aide de la Mission de la Recherche Urbaine et de la D.G.R.S.T. les 15 et 16 mai 1981, 30 septembre et 1er octobre 1981, à Lyon, au Centre Pierre Léon (Laboratoire associé au C.N.R.S., Université Lyon 2).
Toutes les communications présentées à ces deux tables rondes ne sont pas reproduites dans ce volume ; le retard de la publication faisant que certaines ont déjà paru (sauf celle de Natalie Davis), avec l’accord des organisateurs des tables rondes, en particulier celle de François Bédarida : « La vie de quartier en Angleterre : enquêtes empiriques et approches théoriques », Mouvement Social, no 118, 1982.
GIUSBERTI Fabio, « Mobilité de la population en territoire urbain : un secteur de Bologne dans les années 1816 et 1820 », Annales de démographie historique, 1982.

2 Construire la ville, XVIIIe-XXe siècles, sous la direction de M. GARDEN et Y. LE QUIN, Lyon, P.U.L., 1983, 186 p.

3 BULST Neithard (éditeur), Bevölkerung, Wirtschaft und Gesellschaft, Stadt, Land, Beziehungen in Deutschland und Frankreich, 14 bis, 19 Jahrhundert, Auenthal Verlag. Trier, 1983.

4 POUSSOU Jean-Pierre, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attraction urbaine, Paris, E.H.E.S.S., 1983.
PERRENOUD Alfred, La population de Genève, X VIe-XIXe siècles. Société d'histoire et d’archéologie de Genève, Genève, 1979
PERRENOUD Alfred, « Croissance ou déclin ? Les mécanismes du non-renouvellement des populations urbaines ». Histoire, Économie et Société,1982.
BARDET Jean-Pierre, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social, SEDES, Paris, 1983, 2 vol.

5 ZELLER Olivier, Les recensements lyonnais de 1597 à 1636, démographie historique et géographie sociale. Lyon, P.U.L., 1983.

6 PERROT Jean-Claude, Genèse d'une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle. Mouton, Paris, 2 vol., 1975.

7 LEQUIN Yves, Les ouvriers de la région lyonnaise dans la seconde moitié du XIXe siècle (1848-1914), Lyon, P.U.L., 1977, 2 vol.

8 SALA Paolo, Recherches en cours sur la formation de la population de Milan.

9 FONTAINE Laurence, Le voyage et la mémoire. Colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle, Lyon, P.U.L., 1984.

10 JACQUEMET Gérard, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Éditions de l’E.H.E.S.S., Paris, 1983.

11 DAVIS Natalie, Les cultures du peuple, rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1979.
GINZBURG Carlo, Le fromage et les vers, l’univers d’un meunier au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980.

12 AGULHON Maurice, Le cercle dans la France bourgeoise, Paris, A. Colin, 1977.
ZUNS Olivier, Naissance de l'Amérique industrielle : Détroit, Paris, Aubier, 1983, (« Collection Historique »).

13 Il faut insister sur l’approche ethnologique de la ville européenne, dont on trouve de nombreux exemples dans les Cahiers de l’O.C.S.
Voir aussi VIDELIER Philippe, Vénissieux de A à V, une banlieue à travers le miroir de l'informatique, Lyon, P.U.L., 1984.
Monde alpin et rhodanien, no 34, 1984, Vivre la ville, approches régionales du fait urbain ; ou la nouvelle revue Terrain, Carnets du patrimoine ethnologique.

14 GARDEN Maurice, « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? », Économie et Humanisme, 1981.

15 BENOIT-GUILBOT Odile, « Des quartiers urbains : pour qui, pour quoi ? », Cahiers O.C.S., vol. 6, Paris, C.N.R.S., 1980.

16 PINOL Jean-Luc, Espace social et espace politique, Lyon à l'époque du front populaire, Lyon, P.U.L., 1980.

17 GRIBAUDI Maurizio, « Stratégies migratoires et mobilité relative entre village et ville », Population, 1982, no 2, et « Un gruppo di immigrati piemontesi a Torino : traiettorie individuali e sociali attraverso tre generazioni (1900-1960), Annali della Fondazione L. Einaudi, vol. XV, Turin, 1981.

18 GRANASZTOI Georges, DEMONET Michel, « Analyse factorielle et modèle social : une ville de Hongrie », Annales E.S.C., 1982.

19 MERRIMAN John, French Cities in the Nineteenth Century, Londres, 1982.

20 ROCHE Daniel, Journal de ma vie, Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, Montalba, 1982.

21 MAILLARD Jacques, Angers, des lendemains de la Fronde à la veille de la Révolution. Le pouvoir dans une ville française à l’époque moderne, Paris, 1983, thèse, 3 volumes dactylographiés.

22 MARTOUREY Albert, Formation et gestion d’une agglomération industrielle au XIXe siècle, Saint-Étienne de 1815 à 1879, thèse, dactylographiée, Lyon, 1984.

23 LIVET Georges et VOGLER Bernard, Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Association des Publications Universités de Strasbourg, Paris, Ophrys, 1983.
Voir GARDEN Maurice, « Formes de contrôle du pouvoir local : Lyon en 1721 ».

24 MEURET Bernard, Le socialisme municipal : Villeurbanne, 1880-1982, Histoire d’une différenciation, Lyon, P.U.L., 1982.
BONNEVILLE Marc, Villeurbanne, naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière, Lyon, P.U.L., 1978.
BRUNET Jean-P., Saint-Denis, la ville rouge, Paris, Hachette, 1980. La gestion municipale à Saint-Denis, Paris, Cujas, 1981.

25 DUBY Georges, (sous la direction) Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 4 vol. parus, particulièrement tome 4.
AGULHON Maurice, La ville de l’âge industriel,1983.
BERGERON Louis, RONCAYOLO Marcel, « De la ville préindustrielle à la ville industrielle. Essai sur l’historiographie française », Quademi Storici, 1974.

26 Appel d’idées. Connaissance des agglomérations. Ministère de (’Urbanisme et du Logement. Plan urbain, 19834.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search