Version classiqueVersion mobile

Zola, renégats et alliés

 | 
René-Pierre Colin

Portraits

Texte intégral

Avant-Propos

1Nous avons retenu dans cette galerie de portraits les écrivains dont l’allégeance au naturalisme fut à un moment donné indiscutable et dont la carrière, aussi mince soit-elle en certains cas, présente des traits susceptibles d’enrichir l’histoire de ce mouvement littéraire. Nous avons également rappelé les affinités moins profondes de certains romanciers en des notes plus brèves. D’autre part, les noms des écrivains qui reviennent presque à toutes les pages de notre étude (Zola, Daudet, Edmond de Goncourt, Maupassant, Huysmans) ne sont mentionnés ici que pour mémoire.

2Un problème nous a donné de la tablature : devions-nous livrer la bibliographie complète de tous les écrivains cités dont l’œuvre s’est quelquefois poursuivie pendant près d’un demi-siècle, borner celle-ci à la période que nous avons étudiée, ou ne relever que les textes que nous considérons comme naturalistes ? Ces trois partis sont également contestables : le premier, si l’on envisage la production d’auteurs aussi prolifiques que Rosny ou Abel Hermant, aurait démesurément enflé cette rubrique ; le second ne nous aurait pas permis d’esquisser l’évolution souvent révélatrice des carrières ; le dernier nous aurait empêché d’ébaucher la stratégie de tous les auteurs. Au bout du compte, nous avons choisi la position qui nous a paru chaque fois la plus éclairante. Un bref protocole révèlera les limites et les règles que nous nous sommes fixées. En tout état de cause, nous ne mentionnons que les textes qui ont fait l’objet d’une publication en volume. Nous signalons à plusieurs reprises des œuvres que nous n’avons jamais rencontrées, en particulier des plaquettes de poésie, mais dont l’existence est attestée : l’absence de références permet de les distinguer.

3Lorsqu’une bibliographie a déjà été sérieusement établie, nous nous contentons, bien sûr, de la signaler. Le cas est rare. La Bibliographie de la littérature française de 1800 à 1930 de H. Thieme (Genève, Paris, Droz, 1933) est peu sûre et la Bibliographie des auteurs modernes de langue française de Talvart et Place (Editions de la Chronique des lettres françaises, 1928 et sq.) est fréquemment à réviser. La Bibliographie des écrivains français de Belgique 1881-1960 (Bruxelles, Palais des Académies, 1958, 1966, 1968 et 1972) est en revanche solide. Nous avons cru bon de fournir au lecteur les grandes lignes d’une bibliographie chronologique lorsque la méthode employée par nos prédécesseurs, aussi précise qu’elle ait été, était différente. Enfin, nous avons renoncé à fournir la liste copieuse des publications de Dubut de Laforest et de Vast-Ricouard, nous bornant à signaler leurs rôles : c’est moins en l’occurrence l’abondance de leurs productions qui nous a fait reculer que la difficulté de repérer les éditions originales dans le domaine de la littérature populaire. L’histoire de celle-ci au demeurant commence à peine !

4Une bibliographie critique complète ces courtes études. N’y figurent que les travaux les plus importants : nous n’avons pas cru bon en particulier d’y rappeler systématiquement les articles mentionnés dans nos notes. Précisons enfin que notre choix iconographique a été soumis à des impératifs techniques et que nous avons dû renoncer à reproduire ici certains documents photographiques. Louis Desprez est, en fait, le seul écrivain dont nous ne connaissons les traits que par les descriptions qu’en ont laissées ses amis.

5Nota : Les dates de naissance figurant ci-après ont été vérifiées sur les registres de l’état-civil. Je remercie vivement le personnel des mairies consultées en France et en Belgique, ainsi que l’inspecteur de l’état-civil du canton de Vaud et le responsable des Archives cantonales vaudoises.

6Sauf indication expresse, le heu d’édition des volumes cités est Paris.

Les générations naturalistes

Années de naissance

1822 : Edmond de Goncourt

1823

1824

1825

1826

1827

1828

1829

1830 : Jules de Goncourt

1831

1832

1833

1834 : Paul Heusy

1835

1836

1837

1838

1839

1840 : Emile Zola. Alphonse Daudet

1841

1842

1843

1844 : Camille Lemonnier. Francis Enne

1845

1846

1847 : Paul Alexis

1848 : J.-K. Huysmans. Octave Mirbeau.

1849

1850 : Guy de Maupassant. Léon Hennique. Raoul Vast

1851 : Henry Céard

1852

1853 : Robert Caze. Jean-Louis Dubut de Laforest. Georges Ricouard

1854 : Georges Eekhoud. Jules Case

1855

1856 : J.-H. Rosny

1857 : Edouard Rod. Harry Alis

1858 : Paul Bonnetain

1859 : Oscar Méténier

1860 : Paul Margueritte. Gustave Guiches

1861 : Lucien Descaves. Louis Desprez

1862 : Abel Hermant. Georges Darien. Paul Adam

1863 : Jean Ajalbert. Henri Nizet

1864 : Henry Fèvre

1865 : Jean-François Elslander

7Ce tableau pourrait presque se passer de commentaires. Le simple énoncé des dates permet en effet de distinguer autour de Zola la génération des médanistes, le plus âgé étant séparé tout au plus par quatre années du cadet. Robert Caze avait pris l’habitude dans ses lettres de se lier à ce groupe où il comptait d’ailleurs plusieurs amis. La génération du Manifeste des cinq est formée d’écrivains que leur âge rapproche également et qui éprouvent le besoin d’une rupture brutale parce qu’ils n’ont pas été accueillis comme ils le souhaitaient lors de leur arrivée sur la scène littéraire. Mais le plus curieux est qu’on a parfois accolé le nom de « médaniste » à certains de ces apostats. Ainsi Lucien Muhlfeld qui regroupe en un chapitre du Monde où l’on imprime, regards sur quelques lettrés et divers illettrés contemporains (Perrin, 1897) l’étude de « trois bons médanistes» : Céard, Huysmans et... Descaves. Muhlfeld ne commet pourtant aucun lapsus, il considère que l’auteur de Sous-Offs est bien « issu du naturalisme de Médan puisqu’il s’en sépara avec éclat après La Terre ». Il parle à propos des cinq de « néo-réalisme » ou de «réalisme appliqué » (pp. 153-154). Au « talent de saisir et de traduire le monde sensible », ils ont ajouté, dit-il, « une orientation, une intention» (p. 155). C’est remarquer une volonté plus affirmée de jouer un rôle dans la vie sociale du pays, voire dans sa vie politique, que partagèrent en réalité sur le tard, comme nous l’avons vu, bien d’autres écrivains. Plusieurs naturalistes qui étaient du même âge que les cinq se sont éloignés vers la même époque, sans donner pour autant à leur rupture l’allure d’un coup d’éclat.

Paul Adam

8né le 7 décembre 1862 à Paris, mort le 1er janvier 1920 à Paris.

9Le 3 septembre 1890, Paul Adam écrivait à Zola : « Vous avez) manifesté maintes fois le désir de critiquer les tendances des nouveaux littérateurs qui se séparent de la formule naturaliste inaugurée par votre belle œuvre. Je crois tenir une certaine place parmi ces derniers venus (...). Je débutai par Chair molle et Soi, livres pour lesquels vous daignâtes m’encourager. Si, depuis, ma manière se modifia, ce n’était pas que je ne persistasse à vous considérer comme le glorieux continuateur de Balzac, mais j’ai cru devoir satisfaire ma conscience en cherchant à sortir d’une simple habileté d’imitation ». (B.N., naf 24510 f° 8).

10De fait, il ne resta pas longtemps dans le sillage du naturalisme, sous la houlette de Paul Alexis, son « parrain » littéraire : curieux de tout, doué d’une exceptionnelle capacité de travail, il devait naturellement suivre au début de sa carrière les pistes nouvelles qui s’ouvraient. Néanmoins, on ne peut limiter son œuvre naturaliste à un titre ou deux. Après le traditionnel « roman de filles », et une tentative fort novatrice, Soi, il publia avec Jean Moréas deux volumes que l’on méconnaît en en faisant des textes symbolistes. Les thèmes traités par les nouvelles du Thé chez Miranda contiennent tous les piments naturalistes, l’adultère, la vie de caserne même, en une langue, il est vrai, bien byzantine. Les Demoiselles Goubert s’inspirent ensuite manifestement des Sœurs Va tard. Dans les romans qui suivent, Adam se souvient encore maintes fois de ses débuts : Robes rouges, Le Vice filial explorent successivement le milieu des magistrats et les coulisses des petits théâtres avec un souci de l’exceptionnel qui montre de quelle façon l’auteur prétend dépasser les limites du mouvement. Le Vice filial, par exemple, évoque l’amour incestueux d’une fille pour son père, en alliant non sans habileté la franchise naturaliste à un fort parfum décadent. Adam, à cette époque, renouvelle sans cesse ses sujets, cherchant surtout à rendre en brèves notations les sensations et les perceptions de ses personnages, comme il l’avait fait dans Soi.

11Cette part de son œuvre est malheureusement trop oubliée : devenu un idéologue, un maître à penser pour quelques jeunes intellectuels, il se prit bientôt pour une manière de guide dogmatique et fort inquiétant dans son culte de « la Force » et de « l’Idée latine » qui devaient ouvrir en Europe « l’ère des civilisateurs ». Cette évolution a inspiré à Jean Borie (Mythologies de l’hérédité au XIXe siècle, Galilée, 1981, p. 190) ce jugement définitif : « C’était un con, peut-être, mais un con prophétique ». Plus élégant, Tristan Bernard préférait dire :

« Je lirai Le Mystère des Foules
de Paul Adam
Quand les poules, les poules
Auront des dents ».

12Bien des textes d’Adam méritent en fait d’être redécouverts, non seulement parce qu’ils éclairent l’itinéraire d’une partie de l’intelligentsia qui allait être bientôt séduite par le fascisme, mais aussi parce qu’ils témoignent d’une quête inlassable de nouvelles formes romanesques.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891). Pour la suite voir Talvart et Place et J. Ann Duncan (op. cit., infra).

Chair molle. Roman naturaliste (Bruxelles, Auguste Brancart, 1885)

Soi (Tresse et Stock, 1886).

Le Thé chez Miranda, en collaboration avec Jean Moréas (Tresse et Stock, 1886)

Les Demoiselles Goubert, mœurs de Paris, en collaboration avec Jean Moréas (Tresse et Stock, 1886).

Petit Bottin des lettres et des arts, en collaboration avec Félix Fénéon, Oscar Méténier et Jean Moréas (Giraud, 1886).

La Glèbe (Tresse et Stock, 1887).

Petit glossaire pour servir à l’intelligence des auteurs décadents et symbolistes, par Jacques Plowert (Léon Vanier, 1888)

Etre (Tresse et Stock, 1888).

L’Essence de soleil (Tresse et Stock, 1888).

En Décor (Albert Savine, 1891).

Robes rouges (Ernest Kolb, 1891).

Le Vice filial (Ernest Kolb. librairie des auteurs modernes, s.d.,-1891).

Bibliographie critique

Camille Mauclair, Paul Adam, Flammarion, 1922.

F. Jean-Desthieux, Paul Adam, le dernier des encyclopédistes, Boivin, 1928.

J. Ann Duncan, Les Romans de Paul Adam. Du symbolisme littéraire au symbolisme cabalistique, Berne, Peter Lang, 1977.

J. Ann Duncan, L’Epoque symboliste et le monde proustien à travers la correspondance de Paul Adam, Nizet, 1982.

Jean Ajalbert

13né à Clichy-la-Garenne le 10 juin 1863, mort à Cahors le 14 janvier 1947. (L’état-civil de Clichy fait mention d’un frère jumeau prénommé Maurice).

14Cet auvergnat qui apprit le patois du Cantal, le goût de la fourme et les pas de la bourrée entre Clichy et Levallois-Perret, dans la ferme de ses parents, débuta dans les lettres par trois recueils de « vers impressionnistes » qui célébraient les paysages de barrières, l’herbe rapée des glacis, les cheminées de Paris sous les cieux fuligineux chers à Raffaëlli ou évoquaient la vie quotidienne des ouvrières en des termes outrageusement naturalistes. « Grossesses », « Fleur de Syphilis », « Petites ouvrières », « Sage-Femme » : quatre titres de son premier volume préfacé par Robert Caze qui traduisent clairement son inspiration.

15Répandu dans tous les cercles d’avant-garde, l’avocat Ajalbert afficha longtemps des opinions libertaires : il fut sur le point de défendre Vaillant, mais choisit par tactique d’y renoncer lorsqu’il eut compris la hâte du Parquet à juger son client. C’était à ses yeux le seul moyen de prolonger les délais de l’instruction.

16Il demeura actif et tonitruant au cours d’une carrière de notable des lettres, sans éclat, mais bien gérée. A l’Académie Goncourt, Ajalbert, connu pour son coup de fourchette et son goût de l’intrigue, passait pour la créature de Gaston Gallimard. Il sut tirer le meilleur profit d’un entregent considérable : on le vit successivement conservateur de la Malmaison, puis administrateur de la Manufacture nationale de Beauvais où il se montra, dit-on, fort efficace.

17L’ancien anarchiste, devenu le chantre de l’Auvergne, de l’aviation et de l’Indochine française, ne connut aucun succès exceptionnel, mais il accumula livre sur livre avec une ponctualité remarquable de solide gestionnaire. Il eut surtout le mérite de se faire à plusieurs reprises l’historien de ses débuts littéraires. L’œuvre naturaliste d’Ajalbert exploite en les exacerbant les tics de l’écriture artiste (En Amour) et rend bien plus hommage à Goncourt qu’à Zola. Il donna d’ailleurs en trois actes une adaptation de La Fille Elisa qui se heurta à la censure.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891. Pour la suite voir Talvart et Place).

Sur le vif, vers impressionnistes, avec une lettre de Robert Caze (Tresse et Stock, 1886).

Paysages de femmes (Léon Vanier, 1887).

Sur les talus, poème (Léon Vanier, s.d.,-1887).

Le P’tit (Librairie illustrée, 1888).

En Amour (Tresse et Stock, 1890).

Femmes et Paysages (Tresse et Stock, 1891).

La Fille Elisa, pièce en trois actes (Charpentier, 1891).

Bibliographie critique

Ajalbert n’a fait l’objet d’aucune étude importante. On se reportera surtout à ses volumes de mémoires :

Les Mystères de l’Académie Goncourt (J. Férenczi, 1929).

Mémoires à rebours (1935-1870) I. Règlements de comptes (Denoël et Steele, 1936).

Mémoires en vrac. Au temps du symbolisme, 1880-1890 (Albin Michel, 1938).

En outre : Abel Beaufrère : Ajalbert, membre de l’Académie Goncourt et Auvergnat de Paris (Revue de la Haute Auvergne, XLVIII, 1981-1982, pp. 406-427).

Paul Alexis

18né à Aix-en-Provence le 16 juin 1847, mort à Levallois-Perret le 28 juillet 1901.

Paul Alexis. Dessin de Luque.
Les Hommes d’aujourd’hui, VII, No 336 (1888)

19« Le bon Alexis », « le brave Alexis », « l’ami Trublot » est bien l’incarnation de la fidélité à un homme qui sut très tôt l’accueillir avec chaleur, et au naturalisme pour lequel il batailla jusqu’à la mort. Cela lui vaut d’être pris souvent pour un médiocre des lettres, parfaitement dévoué à Zola, mais borné, maladroit et sans véritable talent. C’est oublier que cet écrivain lambin et paresseux, de son propre aveu, pataud et gaffeur sans nul doute, a joué un rôle de premier plan non seulement en soutenant avec beaucoup de goût les impressionnistes, en épaulant sans cesse Antoine aux premières heures du Théâtre libre, mais encore en évitant que le naturalisme ne s’enlisât dans des dogmes étroits. Le paradoxe est que l’on fait volontiers d’Alexis un esprit mesquinement attaché à quelques idées rudimentaires alors qu’il a toujours milité en faveur d’une absolue liberté de la création.

20L’œuvre journalistique d’Alexis fut surtout importante au Réveil, au Cri du peuple et au Journal. Les chroniques signées Trublot qu’il donna au journal de Jules Vallès ne manquent pas toujours de saveur bien que leur style faussement populaire sente fort le procédé : il savait voir, cependant, et certains de ses articles (par exemple Le Mouvement littéraire en 1891-1892, dans Le Figaro) reflètent un travail d’enquêteur précis et bien informé.

21Il n’a laissé que deux romans : le second, Vallobra (1901), tiré d’une pièce aujourd’hui perdue et qu’il ne put faire représenter, exploite assez maladroitement les recettes du feuilleton, mais traduit cependant avec clarté les opinions politiques d’Alexis, très tôt tourné vers le socialisme, et ardent dreyfusard. Madame Meuriot n’eut pas le succès escompté : cette histoire d’adultère entre une femme mûre et un jeune homme dont on a fait, à tort, après La Curée, la deuxième Phèdre naturaliste, est une manière de somme puisque l’auteur, dans cette peinture de la petite-bourgeoisie, ne se bornait pas à fournir sa version de Pot-Bouille, mais livrait de curieux aperçus sur sa philosophie personnelle. A ce titre, cette œuvre d’une structure un peu fruste, mériterait une réédition.

22Le destin posthume d’Alexis est au fond à l’image de sa vie. La malchance, en effet, s’attachait à ses pas : « Paul Alexis, écrit Rosny, eut toute sa vie la « cerise ». Garçon opaque, aux yeux nébuleux, à la vue basse, il marchait mal, semblait maladroit de ses membres, et ses paupières, trop pochées, dénonçaient le fléchissement du cœur (...). C’était l’homme qui, affligé d’une insurmontable inertie, laisse faire le sort ». (Torches et lumignons, pp. 102-103).

23Certaines de ses nouvelles, La Fin de Lucie Pellegrin et Le Collage, représentent le meilleur de son talent où une sensualité débordante s’allie curieusement à des notations délicates. Il pratiqua le théâtre non sans un petit succès aux côtés du tonitruant Oscar Méténier, mais, dans ce domaine non plus, il ne put longtemps s’imposer.

24Le « Saint Jean de Médan » reçut le grand prix de la Fondation Chauchard (3000 fr.), décerné par le Comité de la Société des gens de lettres en décembre 1899, mais cette récompense tardive qui le consolait mal de ses déboires face à l’Académie Goncourt, ne put longtemps éclaircir sa vie : son épouse mourut de la fièvre typhoïde le 31 mai 1900 et Alexis, prématurément usé par la vie du Boulevard, le jeu et les petits verres, ne lui survécut guère qu’un an.

Eau-forte de Théodore Hannon. (Le Collage, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

Bibliographie

25(L’approche bibliographique la plus importante de l’œuvre d’Alexis figure dans l’ouvrage de Bard H. Bakker cité infra qui ne fait pourtant pas état des contes et nouvelles que l’auteur n’a pas repris en volume).

Celle qu’on n’épouse pas, comédie en un acte (Charpentier, 1879).

(Les Soirées de Médan, Charpentier, 1880).

La Fin de Lucie Pellegrin (Charpentier, 1880).

Emile Zola. Notes d’un ami (Charpentier, 1882).

Le Collage (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

Denise (dans Le Livre des têtes de bois, Charpentier, 1883).

Le Besoin d’aimer (Charpentier, 1885).

Un Amour platonique (Librairie des publications à cinq centimes, 1886).

La Fin de Lucie Pellegrin, pièce en un acte (Charpentier, 1888).

L’Education amoureuse (Charpentier, 1890).

Monsieur Betsy (en collaboration avec Oscar Méténier), comédie en quatre actes (Charpentier, 1890).

Les Frères Zemganno, pièce en trois actes (en collaboration avec Oscar Méténier) (Charpentier, 1890).

Madame Meuriot, mœurs parisiennes (Charpentier, 1891).

Charles Demailly, pièce en cinq actes (en collaboration avec Oscar Méténier) (Charpentier et Fasquelle, 1893).

La Provinciale, pièce en trois actes (en collaboration avec Giuseppe Giacosa) (Calmann-Lévy, 1894).

Trente romans : le cœur, la chair, l’esprit (Charpentier et Fasquelle, 1895).

La Comtesse. Treize symboles. Quelques originaux (Fasquelle, 1897).

Vallobra (Fasquelle, 1901).

Mademoiselle Pomme (pièce en un acte en collaboration avec Duranty) (Les Cahiers naturalistes, no 21, 1962).

Bibliographie critique

Un ouvrage fondamental : « Naturalisme pas mort ». Lettres inédites de Paul Alexis à Emile Zola 1871-1900, présentées et annotées avec de nombreux documents par B.H. Bakker (University of Toronto Press, 1971).

Ce volume est complété par Vingt-cinq lettres inédites de Paul Alexis à Emile Zola et à Jeanne Rozerot publiées par B.H. Bakker (Les Cahiers naturalistes, no 49, 1975).

Sara Via : Description et anti-description chez Paul Alexis (La Description, Lille. Publications de l’Université de Lille III 1974) (Sara Via est l’auteur d’une thèse Paul Alexis and Emile Zola : the Heritage of Naturalism (University of Virginia, 1971) que nous ne connaissons pas).

Enfin, la préface de Jean de Palacio à La Fin de Lucie Pellegrin (Genève, Slatkine, 1979) est parfaitement informée. Jean de Palacio a, en outre, composé pour les Cahiers naturalistes, no 61, 1987, un riche dossier Paul Alexis avec Une lecture du Collage proposée par Sylvie Thorel.

Harry Alis

26(pseudonyme de Jules Hippolyte Percher. L’acte de naissance porte l’orthographe Hyppolite), né à Couleuvre (Allier) le 7 octobre 1857, mort à Paris le 1er mars 1895.

Eau forte de Brunin. (Les Pas de Chance, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883)

27Plein d’énergie, positif et courageux, Harry Alis crut longtemps à la nécessité de l’union de la jeunesse des lettres. La Voix des Ecoles, le premier hebdomadaire qu’il lança le 4 avril 1878, n’eut guère le temps de la réaliser. La Revue moderne et naturaliste connut un destin plus brillant, mais son audience demeura trop faible, même lorsqu’on eut fait grand bruit autour de deux textes signés par Minturn et Maupassant : le Parquet d’Etampes y avait trouvé matière à s’émouvoir.

28Cet épisode ne fit que resserrer les liens d’amitié qui unissaient Harry Alis et Maupassant : tous deux partirent peu après pour un voyage en Algérie. A son retour, Alis publia son premier roman, Hara-Kiri, fonda l’éphémère Panurge qui, à défaut de lecteurs, sut attirer d’intéressants collaborateurs comme Jean Lorrain, Méténier, Rachilde ou Rod... En 1884, son nom fut longtemps prononcé, la Société des gens de lettres ayant cru bon de refuser sa candidature.

29Harry Alis, qui collaborait au Parlement, l’organe de Dufaure, puis de Ribot, devint le chef du « service informations » du Journal des Débats lorsque celui-ci fit sa fusion avec Le Parlement. Il devint bientôt un spécialiste de la politique coloniale et quand il eut créé le Comité de l’Afrique française, il contribua même à lancer plusieurs expéditions : son rêve était, grâce à la conquête du Tchad, de permettre la création d’un des plus vastes empires coloniaux du monde et d’arracher l’Egypte à la domination anglaise. Un différend, qui l’opposa à un autre membre du Comité, Le Chatelier, devait lui coûter la vie : la poitrine transpercée par l’épée de son adversaire, il mourut dans la salle de bal du Moulin Rouge, dans l’île de la Grande Jatte, où le duel avait eu lieu.

30A cette date, Harry Alis avait délaissé la littérature depuis près de dix ans, après la publication de Petite ville (1886). Quelques fous (1889) ne faisait en effet que rassembler des nouvelles antérieurement publiées dans des journaux. Son éloignement coïncide d’ailleurs avec une lassitude à l’égard du naturalisme : « Que de naturalistes, de pessimistes, de décadents ! Que de mots vides et quel défaut de fierté personnelle », notait-il avant d’abandonner les lettres. (Petite ville, Jules Lévy, 1886. Lettre-préface à Félicien Champsaur, p. III). Ce désaveu surprend d’autant plus que ce roman, qui prétend rassembler les lettres expédiées à un ami par un écrivain parisien en vacances dans le Bourbonnais, relève parfaitement de l’esthétique qu’Alis avait contribué à défendre : cette galerie de personnages grotesques, bonhommes ou médiocres, traduit un certain dégoût à l’égard de la vie littéraire qui peut expliquer en partie le revirement de cet écrivain sans grand souffle, mais non dépourvu de charme.

Essai de bibliographie

31(La bibliographie d’Harry Alis ne figurant nulle part, nous choisissons de la fournir aussi complètement que possible).

Alis et Tomel : Le Revers de la médaille (A. Cinquabre, s.d.,-1878) (Il s’agit de six nouvelles composées avec Guy Tome l).

Une Réforme dans l’armée des Fierrabras (Auguste Ghio, 1879).

Hara-Kiri (Ollendorff, 1882).

Les Pas de chance (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

Reine Soleil, une fille de la glèbe (Ollendorff, 1884).

Miettes (Jules Lévy, 1885).

Petite Ville (Jules Lévy, 1886).

Le « Sud-Express », voyage d’inauguration à Lisbonne (Extrait du Journal des Débats d’octobre 1887) (Imprimerie de P. Dupont, 1888).

Quelques Fous (Lemerre, 1889).

Mettray, la maison paternelle (extrait du Journal des Débats) (Tours, Marne, 1890).

A la conquête du Tchad (Hachette, 1891).

Nos Africains (Hachette, 1894).

Promenades en Egypte (Hachette, 1895).

Bibliographie critique

Auriant : 17, rue Clauzel. A propos de la pose d’une plaque. Un ami de Maupassant : Harry Alis, Documents inédits (Mercure de France, 1er mai 1931, pp. 591-623).

Auriant : Harry Alis et ses correspondants (L’Esprit français, septembre-octobre 1932, no 74-75, pp. 19-27 et 144-152).

Paul Bonnetain

32né à Nîmes le 4 août 1858, mort à Hong (Laos) le 15 mars 1899.

Dessin de Desmoulin
(En Mer, Jules Lévy, 1887).

33« Hilaire Dupoignet est un héros flûtencul de la guerre du Tonkin, où il se signala comme infirmier. Les troupiers l’avaient surnommé Cinq contre un, à cause d’une habitude honteuse qu’il se hâta de révéler à ses contemporains dans un roman autobiographique d’une invraisemblable fétidité. Il l’écrivit à son retour, de cette même main qui avait rendu de si grands services et se couvrit ainsi d’une gloire nouvelle, que les qualités de son esprit n’avaient pas promises (sic), mais que la vilenie de son âme lui fit obtenir d’emblée. (...) Lâche évident, chourineur probable, empoisonneur par principes, mais incendiaire frigide, il offre à l’observateur la lividité sébacée d’un homme sur le visage duquel on aurait pris l’habitude de pisser... » (Léon Bloy : Le Désespéré, Nouvelle librairie A. Soirat, 1886, pp. 329-330).

34Après avoir rappelé dans Le Tour du monde d’un troupier (1882) sa longue expérience de « marsouin », Bonnetain obtint effectivement avec Chariot s’amuse un succès de scandale : ce compendium des fantasmes sexuels de toute une époque qui passe en revue la masturbation, l’homosexualité, le viol, la prostitution, la nymphomanie, l’hystérie, est le reflet hallucinant d’une idéologie extrêmement répressive.

35L’auteur trouva de nouvelles occasions de défrayer la chronique grâce à la liaison orageuse qu’il entretint avec Marie Colombier dont il fut le « nègre » occasionnel. Il partageait les bonnes grâces de la tapageuse cabotine avec l’amant en titre, un industriel de Rive-de-Gier nommé Petrus Richarme qui, sans doute pour l’éloigner, suggéra à ses amis du Figaro que son rival ferait un parfait correspondant de guerre au Tonkin. Excellent observateur, en effet, Bonnetain sut vite attirer l’attention de l’administration qui lui confia des missions au Soudan, puis à la fin de sa vie, grâce à la protection de Paul Doumer, au Laos.

36Le nom de Bonnetain reste surtout attaché au Manifeste des cinq dont il prit certainement l’initiative : on s’explique mal son reniement de Zola lorsqu’on lit les lettres chaleureuses et admiratives qu’il lui a adressées pendant quatre ans. Sans doute le soutien que celui-ci lui accorda lui parut-il, à la longue, insuffisant, en particulier lors du procès de Chariot s’amuse, roman que Zola avait de quelque manière parrainé, puisqu’il en avait choisi le titre ! Il est probable, en outre, que Goncourt et Daudet qu’il fréquentait assidûment n’encourageaient pas son admiration pour l’auteur des Rougon-Macquart.

37La rupture de Bonnetain à l’égard du naturalisme n’eut d’ailleurs rien d’absolu puisque Le nommé Perreux publié en 1888 peut passer à bon droit pour un roman très représentatif du mouvement auquel il s’était rallié non sans opportunisme : à ses débuts, en effet, il avait dénoncé son goût du sordide et du laid dans une parodie publiée dans Le Beaumarchais (24 juillet 1881).

38L’œuvre de Bonnetain s’acheva dans les trémolos du roman psychologique, l’évocation de l’amour en mer, mais elle conserva une évidente tonalité pessimiste (L’Impasse) gâtée par bien des facilités et par les nécessités de la « copie à rendre » pour tâcher d’éteindre des dettes perpétuelles.

39La personnalité de cet écrivain très tôt séduit par les paradis artificiels n’est point facile à cerner. De belle allure, il avait « la tête fatale d’un homme destiné à finir mal » (Goncourt : Journal, 12 novembre 1884), des « yeux aventureux, téméraires, à la fois acérés et lointains, néfastes » qui « faisaient augurer qu’(il) serait dangereux pour lui-même, que ses propres actes rendraient sa destinée inclémente». (Rosny : Torches et lumignons, pp. 58-59). Pauvre, mais fastueux, condottière ténébreux pour les uns, matamore pour les autres, il avait été marqué par une enfance profondément malheureuse : pressé de réussir, il ne put se faire une place solide dans les lettres et son caractère velléitaire, brusque et cassant, était peu fait pour lui concilier ses supérieurs hiérarchiques du Ministère des Colonies avec lesquels il se heurta de plus en plus. Bien que les autorités aient tenté de faire passer sa mort pour le dénouement d’une crise de fièvre jaune, on a des raisons de penser qu’il s’agissait d’un suicide.

40Emile Bonnetain, frère cadet de Paul, né à Dole en 1860, est l’auteur d’un roman naturaliste, Mon p’tit homme (Bruxelles, Kistemaeckers, 1885). Il tenta, lui aussi, d’obtenir le soutien de Zola, puis abandonna les lettres et devint fonctionnaire.

Essai de bibliographie

41(Nous choisissons de donner un essai de bibliographie complète, les travaux publiés étant peu sûrs. Rappelons que maints titres différents rassemblent peu ou prou les mêmes textes. Ce sont : Le Tour du monde d’un troupier, Autour de la caserne, Les Enfants de la giberne, Au large et Marsouins et Mathurins. En Mer n’est pas non plus entièrement inédit).

Le Tour du monde d’un troupier (Maurice Dreyfous, 1882).

Chariot s’amuse (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

Une femme à bord (Marpon et Flammarion, s.d., - 1883).

Au bord du fossé, comédie en un acte (Tresse, 1884).

Autour de la caserne (Victor Havard, 1884).

Ma poupée, saynète (Tresse, 1885)

Au Tonkin (Victor Havard, 1885).

L’Opium (Charpentier, 1886).

En mer (Jules Lévy, 1887).

Histoire d’un paquebot (en collaboration avec Louis Tillier) (Quantin, s.d., - 1887).

Les Enfants de la giberne (Librairie des publications à cinq centimes, 1887).

Le Monde pittoresque et monumental : l’Extrême Orient (Quantin, 1887).

Au large (Marpon et Flammarion, s.d., - 1888).

Le nommé Perreux (D. 10230) (Charpentier, 1888).

Amours nomades (Charpentier, 1888).

Marsouins et Mathurins (Marpon et Flammarion, s.d., - 1888).

La Pelote, pièce en trois actes (en collaboration avec Lucien Descaves : il s’agit d’une adaptation du roman Une vieille rate de ce dernier) (Lemerre, 1889).

Après le divorce, pièce en un acte en prose (Lemerre, 1890).

Passagère, (Lemerre, 1892).

Dans la brousse (Sensations du Soudan) (Lemerre, 1895).

L’Impasse (Lemerre, 1898).

Bibliographie critique

A.A. Greaves, auteur d’une thèse inédite sur Bonnetain (Université de Nottingham) a publié deux articles :

Paul Bonnetain, an introductory study (1858-96-sic) (Nottingham French Studies, mai 1966, pp. 2-12) et Paul Bonnetain : his attitudes to naturalism (Ibid., octobre 1966, pp. 80-88).

Christophe Charle : Exotisme colonial et stratégie littéraire. L’exemple de Bonnetain (Komparatistische Hefte 3-1981, pp. 28-36, Université de Bayreuth).

Marie Colombier : Mémoires - Fin de tout (Flammarion, s.d.) (Ce volume de mémoires de la fameuse rivale de Sarah Bernhardt cite plusieurs lettres de Bonnetain et éclaire certains aspects de sa vie).

******************

Une partie des lettres de Bonnetain à Zola a été publiée par Auriant : Autour du cinquantenaire de la Terre : Paul Bonnetain et Emile Zola, (lettres inédites) (Mercure de France, no 936, 1937, pp. 662-664).

Jules Richard Case

42né à Sens (Yonne) le 24 juin 1854, mort à Strasbourg le 15 décembre 1931. (Il fut d’abord inscrit par erreur sur l’acte d’état-civil sous le nom de Jules Richard, dit Case. Cet écrivain porte le nom de sa mère Cassandra Case, née à Clapham, Angleterre : c’est un enfant naturel).

43Employé de banque, puis fonctionnaire au ministère de l’Instruction publique de 1880 à 1887, Case qui n’était pas sans ressemblance, par son allure farouche, avec Léon Bloy, resta à l’écart des groupes. Ce taciturne, bien reçu chez Maupassant qui avait été son collègue, parvint à se fâcher avec tous ceux qui auraient pu le soutenir. Son œuvre romanesque sans grand éclat est travaillée de tentations opposées, ce qui conduisit Gustave Kahn à le qualifier de « physio-psychologue » (Jules Case, Revue blanche, 1895, t. IX, p. 210).

44En fait, ses personnages exsangues, anémiques retiennent mal l’attention, quel que soit le milieu où ils évoluent, le monde rural (La Fille à Blanchard, version paysanne de Roméo et Juliette), le monde politique (Bonnet rouge) ou surtout, la moyenne bourgeoisie dont il peint les drames dans des romans fort ternes.

45Case mit son talent de polémiste au service de bien des mauvaises causes : le reniement du naturalisme, l’antidreyfusisme... Membre actif de la Ligue de la Patrie française, on le vit aux côtés de Maurras, d’Henri Vaugeois, de Maurice Pujo, bataillant au nom du nationalisme et de l’antisémitisme. En 1899, il tente en vain de lancer avec les fondateurs de la bi-mensuelle Revue de l’Action française un quotidien de combat dont il devient le sergent-recruteur. Son mariage en 1902 avec une femme d’origine allemande, Anna Kalisch, paraît avoir apaisé ses ardeurs politiques. Oublié, son nom reparaîtra lors de la publication d’une œuvre d’un charme discret, le Salon du quai Voltaire (1914).

Bibliographie

46(Jusqu’en 1891. Case s’est éloigné radicalement du naturalisme après la publication de Bonnet rouge).

La petite Zette (Victor Havard, 1884).

Une Bourgeoise (Havard, 1885).

La Fille à Blanchard (Havard, 1886).

Bonnet rouge (Havard, 1887).

Ame en peine (Havard, 1888).

L’Amour artificiel (Havard, 1889).

Jeune ménage (Havard, 1891).

Robert Caze

47né à Paris le 3 janvier 1853, mort à Paris le 28 mars 1886.

48Robert Caze avait à peine dix-huit ans lorsqu’il devint le secrétaire de Paschal Grousset, délégué aux relations extérieures de la Commune. Le rôle de cette administration était d’éclairer la province et l’étranger sur ce qui se passait dans la capitale, mais si l’on en croit Lissagaray son action dans ce dernier domaine fut à peu près nulle. Caze n’en chercha pas moins à se rendre utile auprès du chef de cabinet de Grousset, Olivier Pain. C’est aux côtés de celui-ci qu’il fît, dit-on, le coup de feu sur la barricade du Château d’Eau où devaient périr Delescluze et Vermorel, mais il demeura pourtant in connu du Parquet militaire de Versailles. Il fallut l’arrivée de MacMahon au pouvoir et la relance de l’épuration pour qu’il se sentît en danger et qu’il se décidât à quitter la France. Avant son départ, il a collaboré à la « revue littéraire de la jeunesse », La Joute : si l’on excepte quelques critiques, il ne semble alors se consacrer qu’à la poésie. Il ne la délaissera d’ailleurs jamais, évoquant tantôt les misères du peuple, tantôt les plaisirs de la Nature.

49En Suisse, Caze va demander sa naturalisation sous un faux nom, Robert de Berzieux, à l’aide d’un acte de naissance qui le déclare natif de la commune d’Epiquerez ! Cela lui permettra à son retour en 1880 de reprendre son vrai nom, mais ses deux enfants continueront, eux, à s’appeler de Berzieux. Il collabore à plusieurs journaux suisses, et devient professeur de langue et de littérature françaises à Porrentruy. Il y donne des conférences, devient le président de la société d’érudits de la localité, l’Emulation jurassienne, et abreuve la presse d’articles dont certains sont à l’évidence alimentaires. On voit en effet cet anticlérical qui prend activement partie dans un journal ultramontain et dans la Volkszeitung protestante ! On ne tarde pas à percer à jour cette duplicité et il doit bientôt démissionner de son poste de professeur.

50A son retour après l’amnistie, il collabore à bien des journaux de gauche (en particulier au Réveil, au Cri du peuple, au Voltaire), tout en publiant des romans et des recueils de nouvelles. Son activité est débordante : on le rencontre au premier Chat noir, à la Revue indépendante, au Lutèce, soutenant maints jeunes confrères. Il tient salon : chez lui se mêlent les naturalistes, les symbolistes, les impressionnistes de plume ou de pinceau... Edmond de Goncourt a pour lui une grande estime, Zola suit avec intérêt les progrès de son œuvre, Huysmans est l’ami de cet homme plein d’allant, toujours de belle humeur...

51En 1886, il se querelle avec Félicien Champsaur : il se croit visé par un article parlant d’un écrivain parti à Lourdes en train spécial en compagnie de sa maîtresse. Champsaur frappe publiquement Caze et Charles Vignier décrit l’altercation en donnant le mauvais rôle à l’auteur de L’Elève Gendrevin. Envoi de témoins : Paul Adam et le capitaine Dubois-Pillet. Le stupide mécanisme est en place. La rencontre a heu à Meudon le 15 février. Grièvement blessé, Caze agonise longuement. Après sa mort, la tragédie ne s’arrête pas. Louise, sa femme, dépourvue de ressources, meurt un an plus tard. Le nom de Caze est encore prononcé dix ans après quand son fils Roger comparaît devant la cour d’assises : chef d’un groupe de voyous connu sous le nom de « bande du marquis », il est condamné à quinze ans de travaux forcés. Cette lamentable affaire donne à quelques écrivains une occasion de s’interroger sur la condition matérielle et l’absence de protection sociale des hommes de lettres.

52Si les nouvelles de Caze sentent trop souvent la besogne de commande, ses romans savent, en revanche, recréer l’atmosphère grise des vies moyennes, engluées dans la monotonie, gagnées à la lassitude. Il reste fidèle en prose aux sujets simples et, malgré son admiration pour Zola, il condamne le goût de « l’énorme », de « l’extraordinaire». Son évolution spirituelle suit manifestement celle de Huysmans : Caze renonce sur le tard à son anticléricalisme et on trouve dans sa correspondance l’écho des conversations qu’il a avec l’auteur d'A Rebours. N’écrit-il pas à son ancien élève Virgile Rossel qu’il trouve « que l'Imitation de Jésus-Christ et les Pensées de Schopenhauer sont deux livres supérieurs à Chariot s’amuse » ? (Virgile Rossel : Un disparu : Robert Caze. Notes et souvenirs. La Semaine littéraire, Genève, 1897, no 187, p. 361). Grand-Mère, son dernier roman, illustre parfaitement cet itinéraire singulier : on y trouve en effet une profonde compassion pour l’héroïne dont la vie sacrifiée nous est patiemment retracée.

Essai de bibliographie

Les Poèmes de la chair (A. Sagnier, 1873).

Hymnes à la vie (1875).

Cantate à la gloire de Rousseau (en collaboration avec John Grand-Carteret et H. Kling) (Genève, 1878).

Ritournelles, (Neuchâtel, J. Sandoz, 1879).

Le Protestant. Manuel des protestants disséminés (Neuchâtel, J. Sandoz, 1879). (Ce volume que nous n’avons pas retrouvé pourrait bien être une preuve supplémentaire de l’incroyable opportunisme religieux de Caze à cette époque).

Poèmes rustiques (Neuchâtel, J. Sandoz et Fischbacher, 1880).

Le Martyre d’Annil (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

Les Enfants. L’Elève Gendrevin (Tresse, 1884).

Les Bas de Monseigneur (Marpon et Flammarion, 1884).

Femme à soldats (Bruxelles, Kistemaeckers, s.d.-1884).

Les Parfums (1885).

Paris vivant (Giraud, 1885).

Les Femmes. La Semaine d’Ursule (Tresse, 1885).

La Foire aux peintres (Extrait de Lutèce, no 172 à no 175) (Léon Vanier, 1885).

Les Parfums (1885).

Les Mots (1886).

Dans l’intimité (Tresse et Stock, 1886).

Les Femmes. Grand-Mère (Tresse et Stock, 1886).

Bibliographie critique

P.V. Stock : Mémorandum d’un éditeur, t. 1 (Stock, Delamain, Boutelleau, 1935).

J. Reymond : Robert Caze, journaliste, poète, professeur et romancier (1853-1886) (Actes de la Société jurassienne d’émulation, 1963, pp. 125-152).

Bard H. Bakker : Un naturaliste oublié : Robert Caze (Fiction, Form, Experience. The french novel from Naturalism to the present (offert en hommage au professeur Albert J. Salvan) edited by Grant E. Kaiser (Montréal, Editions France-Québec, 1976, pp. 21-43).
 : Un ami de Huysmans, Robert Caze (Bulletin de la Société J.-K. Huysmans, 75,1983, pp. 25-35 et 77, 1985, pp. 3-20).

Henry Céard

53né le 19 novembre 1851 à Bercy, mort le 16 août 1924 à Paris.

Dessin de Luque.
Les Hommes d’aujourd’hui, VIII, no 382, 1890.

54Dans Sauveteurs et incendiaires, Léon Daudet intitule le chapitre qu’il consacre à Céard « le type de « l’à quoi bon » ». Nul doute, en effet : la résignation est bien le maître mot de cet homme qu’il faut cependant se garder de peindre en ne soulignant que son scepticisme, son pessimisme. La manière dont il décrit tout à la fois Schopenhauer et son ami Gabriel Thyébaut éclaire parfaitement sa propre philosophie : «Assurément Thyébaut, avec Schopenhauer, ne croyait pas à l’excellence initiale de quoi que ce soit au monde : mais (...) il concevait que le devoir de tout être pensant était de réparer vaille que vaille, les malfaçons d’un univers construit sans soin, remis à la conduite de l’instinct et de corriger à force d’intelligence les inconvénients de la nature et des individus». (Arsenal, ms. 13 419). Céard demeure, malgré sa sombre vision des choses et des êtres, un positiviste, un esprit pragmatique et curieux : cette dernière qualité fait de lui le médaniste le plus sollicité par Zola en quête de renseignements. Grand lecteur, Céard a le goût assez sûr tant qu’il n’est pas aveuglé par un nationalisme qui va s’exacerbant et qui va l’entraîner à un antidreyfusisme virulent. Rien de plus sinistre d’ailleurs, que la hargne qu’il déploie alors à l’encontre de son ancien ami.

55Céard ne lutta pas longtemps pour s’imposer au public par le roman : son œuvre dans ce domaine tient en trois titres : Mal-Eclos, jamais repris en volume, et surtout Une belle journée et Terrains à vendre au bord de la mer. Une belle journée est le type du chef d’œuvre méconnu, équilibré, pointu, d’un ton subtilement pince-sans-rire. Terrains à vendre... dont la première version compte 775 pages est une véritable somme naturaliste, riche d’une soixantaine de personnages, et d’une structure remarquable, malgré l’ampleur du récit. Cette œuvre mériterait largement une réédition et l’on trouverait grand profit également à rassembler les meilleures chroniques de ce journaliste brillant.

56Ses pièces, même Les Résignés (1889), ont en revanche vieilli et son œuvre poétique d’inspiration d’abord naturaliste (La Ballade des pauvres putains) s’achemina vers les pires conventions des Sonnets de guerre (1919).

Bibliographie

57(Simple rappel des publications principales. Ronald Frazee et Colin Burns ont fourni deux excellentes approches bibliographiques dans leurs travaux cités infra).

La Saignée (Les Soirées de Médan, Charpentier, 1880).

Une belle journée (Charpentier, 1881).

Les Résignés, comédie en trois actes en prose (Charpentier, 1889).

Tout pour l’honneur, drame en un acte en prose (Charpentier, 1890).

La Pêche (Revue d’art dramatique, 15 juillet 1890).

La Glace, scène rimée (Le Journal, 7 octobre 1892).

Le Marchand de microbes ou la fille aux ovaires. Parade du XXe siècle. (En collaboration avec Henri de Weindel) (Editions de la Revue d’art dramatique, 1898). (Un acte en vers).

Ne dérangez pas le monde. Fantaisie dramatique en un acte et en vers (Editions de la Revue de la pensée moderne, s.d.,- 1903).

Terrains à vendre au bord de la mer (Charpentier, 1906).

Laurent, comédie en un acte en vers. (En collaboration avec J.L. Croze) (Charpentier-Fasquelle, 1909).

Sonnets de guerre, 1914-1918 (Librairie française, 1919).

Le Mauvais Livre et quelques autres comédies (Librairie française, 1923).

Edmond de Concourt et Henry Céard : Correspondance inédite (1876-1896) suivie de Coups d’œil et clins d’yeux, journal inédit, 1874-1875. Textes inédits publiés et annotés par Colin Burns, avec une préface de Pierre Cogny (Nizet, 1965).

Elle (Les Cahiers naturalistes, no 53, 1979).

Bibliographie critique

L’œuvre de Céard a suscité deux études fort riches :

Ronald Frazee : Henry Céard, idéaliste détrompé (Presses universitaires de France, 1963).

Colin A. Burns : Henry Céard et le naturalisme (Birmingham, John Goodman and Sons, 1982).

Francis Marcoin : Titre et/ou épitaphe (pour une lecture de Terrains à vendre au bord de la mer d’Henry Céard) (Les Cahiers naturalistes, no 45, 1973).
: Le naturalisme d’Henry Céard : allégeance et distanciation (lecture de la description dans Une belle journée (Les Cahiers naturalistes, no 55,1981).

Georges Darien

58pseudonyme de Georges Adrien, né à Paris, le 6 avril 1862, mort à Paris le 19 août 1921.

59Darien, certes, n’a jamais donné de témoignage de son ralliement au naturalisme. Il vient trop tard à la littérature, il a trop farouchement le sens de l’indépendance, trop peu le sens des stratégies : « Lèvres minces, regard aigu, moustaches de chat roux, mâchoires serrées, — et les muscles sous la peau. Le monsieur pas commode auquel il ne fallait pas se frotter ». (Descaves : Souvenirs d’un ours, p. 116). Il n’en est pas moins mêlé à l’histoire tardive du mouvement non seulement parce qu’il fut un collaborateur de Descaves, mais aussi parce que son itinéraire, ses échecs répétés, rappellent la carrière d’autres écrivains, en particulier celle d’Henry Fèvre.

60Issu de la bourgeoisie protestante, fils d’un commerçant en nouveautés et lingeries, Darien, qui avait perdu sa mère, se heurta très vite à une marâtre catholique qui prétendait convertir les enfants du premier lit. Est-ce pour fuir l’atmosphère délétère de ce foyer que le jeune parpaillot, déjà réfractaire, s’engagea ? On sait où le conduisit cette décision.

61A son retour, Darien s’achemina vers la presse anarchiste. Son premier roman publié, Bas les cœurs, évoque la grande peur des bien-pensants pendant la première occupation allemande et cette œuvre d’un trait un peu lourd renoue avec les thèmes de Boule de suif ou de Mademoiselle Fifi. Biribi, écrit avant, mais publié, hélas pour l’auteur, trop tardivement, vit son succès occulté par le tapage produit par Sous-Offs et par le déferlement de romans militaires.

62Darien, dont la vie et les moyens d’existence restent sur bien des points obscurs, ne connut de son vivant que l’insuccès. Grâce à Auriant, André Breton et aux éditeurs Jean-Jacques Pauvert et Jérôme Martineau, l’œuvre de cet écrivain peu commun reçut au vingtième siècle une audience importante.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891).

Bas les cœurs, 1870-1871 (Savine, 1889).

Les vrais Sous-Offs. Réponse à M. Descaves (en collaboration avec Edouard Dubus) (Savine, s.d.,-1890).

Biribi, discipline militaire (Savine, 1890).

Les Chapons, pièce en un acte (en collaboration avec Lucien Descaves) (Tresse et Stock, 1890).

Les Pharisiens (L. Genonceaux, 1891).

Bibliographie critique

63Une seule étude, riche de documents, mais bourrée de partis pris hasardeux et de jugements hâtifs sur tous ceux, ou presque, qui approchèrent Darien :

Auriant : Darien ou l’inhumaine Comédie (Bruxelles, Ambassade du Livre, s.d.).

La publication de l’étude de W.D. Redfern : Georges Darien : Robbery and Private Enterprise est annoncée.

Alphonse Daudet

64né à Nîmes le 13 mai 1840, mort à Paris le 16 décembre 1897.

Bois de Daudenarde

Bibliographie critique

Pour une orientation :

Geoffrey E. Hare : Alphonse Daudet, a critical bibliography, I. Primary material (Londres, Grant and Cutler, 1978).

65Biographie :

Léon Daudet : Alphonse Daudet (Fasquelle, 1898).

Mme Alphonse Daudet : Souvenirs autour d’un groupe littéraire (Fasquelle, 1910).

Lucien Daudet : Vie d’Alphonse Daudet (Gallimard, 1941).
Les indications de Lucien Daudet ont permis la publication de Quarante ans de Paris 1857-1897 (Genève, La Palatine, 1945) qui contient Trente ans de Paris et Souvenirs d’un homme de lettres (publiés par Daudet en 1888) et maints fragments biographiques.

Deux études critiques importantes :

Jacques-Henry Bornecque : Les Années d’apprentissage d’Alphonse Daudet (Nizet, 1951).

Murray Sachs : The Career of Alphonse Daudet. A critical study (Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1965).

Un volume très acerbe :

Auriant : Le double visage d’Alphonse Daudet (Gouy, A l’Ecart, 1980). Enfin, Roger Ripoll a entrepris pour la Pléiade une édition des romans de Daudet.

Lucien Descaves

66né le 18 mars 1861 à Paris, mort à Paris le 6 septembre 1949.

Portrait en taille douce par Alphonse Descaves. (Une vieille rate, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

67Le nom de Lucien Descaves demeure dans l’histoire de l’Académie Concourt comme celui d’un esprit intransigeant, bougon, prêt à tous les éclats pour défendre l’héritage moral des deux frères. C’est le même caractère ombrageux, mais d’une absolue probité, qu’il manifesta pour préserver l’œuvre littéraire de Huysmans qui avait été constamment son ami et dont il fut l’exécuteur testamentaire. « L’ours », comme il se nommait lui-même, débuta dans les lettres sous la fameuse couverture de Kistemaeckers qu’il avait eu l’occasion de rencontrer chez son père, le graveur Alphonse Descaves. Les histoires passablement sordides qu’il publia alors ne manquaient pas de relief, mais sa langue très chantournée était plus faite pour séduire Huysmans que Zola. C’est pourtant à ce dernier qu’il dédia La Teigne, après lui avoir adressé la lettre suivante : « Je connais une joie comparable à celle de mettre le mot : Fin à la dernière page de l’œuvre patiemment bâtie, c’est la joie d’attacher en même temps, au seuil du livre, le petit drapeau que les maçons hissent au faîte de la maison édifiée. Ce drapeau, avec votre nom dans ses plis, je n’ai pas voulu, sans votre permission, le faire flotter sur La Teigne, un roman très simple et pas du tout coup de pistolet qui paraîtra en janvier chez Kistemaeckers ». (Descaves à Zola, le 18 novembre 1885, B.N. naf. 24 517, f° 370). Zola, qui avait fort peu goûté déjà Le Calvaire d’Héloïse Pajadou, n’apprécia certainement pas davantage ce roman d’une construction bien lourde, il est vrai, et il ne mit sans doute aucune chaleur à soutenir ce disciple. Un an plus tard, la rupture fut totale.

68Le scandale de Sous-Offs rendit Descaves célèbre : on y retrouvait son acharnement, sa véhémence dans la peinture du détail, le ressassement écœurant des jours rendu dans une langue riche, qui cultivait volontiers les tics de l’écriture artiste.

69Descaves garda le goût des dossiers fortement documentés : Les Emmurés (1894) peint avec une rare précision le monde des aveugles. Ses sympathies allèrent toujours à un Paris populaire, celui de la Commune dont il resta toute sa vie un fervent admirateur (La Colonne, 1901 ; Philémon, vieux de la vieille, 1913), celui de la misère ouvrière (Soupes, 1898). Il mit autant de vigueur à défendre l’imagerie d’Epinal ou à peindre Marceline Desbordes-Valmore. Aucune de ses œuvres n’obtint cependant le succès de Sous-Offs.

70Descaves se plaisait à se désigner comme un « réfractaire à l’école de Jules Vallès » (Souvenirs d’un ours, pp. 290-291). C’est sans doute beaucoup dire : les batailles de cet écrivain, qui vécut il est vrai dans l’indignation, se livrèrent le plus souvent dans l’étroit milieu des gens de lettres et l’on décèle dans bien des œuvres postérieures à la période naturaliste un idéal un peu étriqué de petit bourgeois raide et cassant.

Bibliographie

71(Notre bibliographie s’arrête à la publication des Emmurés dont la genèse est contemporaine de la période que nous considérons. Pour la suite, voir Talvart et Place).

Le Calvaire d'Héloïse Pajadou (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883 : l’achevé d’imprimer est daté d’août 1882).

Une vieille rate (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

La Teigne (Roman parisien) (Bruxelles, Kistemaeckers, 1886).

La Caserne. Misères du sabre (Tresse et Stock, 1887).

La Pelote (en collaboration avec Paul Bonnetain), pièce en trois actes (Alphonse Lemerre, 1889) (Adaptation du roman Une vieille rate).

Sous-Offs, roman militaire (Tresse et Stock, 1889).

Sous-Offs en cour d’assises. Notes de l’auteur (Tresse et Stock, 1890).

Les Chapons, pièce en un acte (en collaboration avec Georges Darien) (Tresse et Stock, 1890) (Adaptation de Bas les cœurs de Darien).

Les Emmurés (Tresse et Stock, 1894).

Bibliographie critique

Le portrait de Descaves a été composé par Huysmans pour Les Hommes d’aujourd’hui, no 367, 1889.

Le volume d’Emile Moselly : Lucien Descaves (E. Sansot, s.d.,-1909) donne quelques témoignages.

On se reportera surtout aux Souvenirs d’un ours (Les Editions de Paris, 1946), autoportrait quelque peu complaisant, à défaut d’étude récente.

Louis Desprez

72né le 20 juin 1861 à Chaumont (Haute-Marne), mort le 6 décembre 1885 à Rouvres-sous-Lignol, aujourd’hui Rouvres-les-Vignes (Aube).

73La brève existence de Louis Desprez fut constamment marquée par le malheur. Il n’avait pas trois ans quand sa mère disparut, il en avait dix, sans doute, lorsque se produisit l’accident (une chute sur la glace, d’après Fèvre) qui fit de lui un infirme frappé d’une irrémédiable coxalgie tuberculeuse. Pendant des mois, et probablement même des années, Desprez demeura cloué au ht dans une chambre de la maison de son père, Claude Desprez, que son veuvage avait assombri. C’est là qu’il reçut les premières visites d’Henry Fèvre, son futur collaborateur, et de son frère Lucien. Lorsqu’il reprit ses études interrompues pendant quatre ans au lycée de Chaumont, puis au collège de Chartres, où son père avait été nommé inspecteur d’Académie, Desprez combla une partie de son retard scolaire en se montrant excellent élève.

74Il eut très tôt, fermement, l’intention d’embrasser la carrière des lettres. Ses débuts aux côtés de Fèvre, étaient cependant peu faits pour rencontrer le succès : les vers de La Locomotive ne vont pas au-dessus du médiocre. On y décèle surtout la profondeur du sentiment républicain de Desprez, élevé par son père dans l’admiration des soldats de l’an II et des grands ancêtres de la Révolution : de telles racines devaient faire de lui un écrivain inquiet de l’indifférence de ses confrères à l’égard de la chose publique.

75L’Evolution naturaliste qu’il signe seul ensuite, malgré quelques traits encore un peu scolaires, est une œuvre critique animée d’une grande sincérité. Desprez n’est pas un dévot, il n’entretient pas le culte des pontifes et sait souligner les contradictions de leurs pensées : sur ce terrain, d’ailleurs, sa propre doctrine est hésitante puisqu’il rappelle plus d’une fois les maîtres à l’orthodoxie naturaliste, tout en reconnaissant le premier les dangers de celle-ci.

76Autour d’un clocher est un roman prometteur, un peu lourd, un peu pataud, sans doute, mais on y sent une verve, une allégresse, une énergie peu communes. On sait comment cette œuvre écrite avec Henry Fèvre devait faire de ce petit homme chétif, bancal et roux le martyr du naturalisme.

Bibliographie

77(La bibliographie établie par Guy Robert (Op. cit. infra) comporte également la liste des articles de Louis Desprez. Un seul point est à corriger : l’article publié dans L’Evénement du 17 mars 1885 s’intitule Mes prisons, par un naturaliste et non Mes prisons, par un pornographe, titre attribué à ce document lors de sa réédition dans Les Marges, mai 1936).

Fèvre-Desprez : La Locomotive (Marpon et Flammarion, 1883).

L’Evolution naturaliste (Stock, 1884).

Fèvre-Desprez : Autour d’un clocher, mœurs rurales (Bruxelles, Kistemaeckers, 1884).

Bibliographie critique

Kistemaeckers : Un procès littéraire. Louis Desprez (Souvenirs d’un éditeur) (Mercure de France, 15 octobre 1921, pp. 429-442).

P.-V. Stock : Mémorandum d’un éditeur, t. 1 (Stock, Delamain, Boutelleau, 1935).

Jean Loize : Autour d’un cinquantenaire (Le Petit Troyen, 7 février, 24 février, 22 mars, 10 avril, 20 avril, 10 mai, 21 juillet et 21 septembre 1935).

Jean Loize : Pélerinage naturaliste autour d’un clocher. Louis Desprez (Visages du monde, no 17, 1935).

Guy Robert : Lettres inédites de Louis Desprez à Emile Zola (Les Belles Lettres, 1950).

René-Pierre Colin : 1885 : Zola et l’affaire Desprez (Les Cahiers naturalistes, no 59, 1985, pp. 144-150).

Jean-Louis Dubut de Laforest

78né à Saint-Pardoux-la Rivière (Dordogne) le 24 juillet 1853, mort à Paris le 2 avril 1902.

79Fils d’un avocat de village solidement établi dans sa région, il débute dans le journalisme local, passe une licence en droit et s’expose pendant la période du 16 mai à des poursuites judiciaires pour avoir publié deux brochures républicaines Nos Avocats de village et Lettre à M. de Fourtou. Nommé conseiller de préfecture dans l’Oise, sur la recommandation de Gambetta pour lequel il nourrira toujours de la vénération, il commence à partir de 1880 la rédaction d’une œuvre abondante qui le conduit à abandonner deux ans plus tard une carrière qui s’annonçait bien. Ses romans relèvent, dit-il, de « l’investigation pathologique » et il ne cesse de rappeler le patronage que lui accordent Charcot, Lombroso ou de plus petits seigneurs de la Faculté. Naviguant dans les eaux du naturalisme, Dubut de Laforest, fier des encouragements reçus, se passe en revanche de la bénédiction des maîtres du mouvement qui ont peu d’estime pour ses romans populaires, riches de rebondissements et pleins d’une verve de commis-voyageur. Peu rancunier dans ce domaine, il n’en salue pas moins en toute occasion « l’école du document », daubant volontiers les lecteurs hypocrites, cagots ou jésuites, qui prétendent mépriser ce courant moderne. La publication du Gaga (Dentu, 1886) lui vaut un procès qui assoit davantage sa réputation. (Voir L’Affaire du « Gaga » par Edmond Hippeau, avec une lettre de Dubut de Laforest, E. Dentu, 1886). Cet écrivain audacieux, vibrant et roublard, ce Porthos du feuilleton, toujours « sous pression » selon ses proches, se suicida en se défenestrant.

80Georges Eekhoud : né à Anvers le 27 mai 1854, mort à Schaerbeek le 29 mai 1927.

81Fils de riches bourgeois anversois, Eekhoud se retrouve orphelin à onze ans. Il est recueilli par un oncle maternel, gros industriel de la ville qu’il peindra, poussé au noir, dans La Nouvelle Carthage. Après de bonnes études en Suisse, il entre à l’Ecole militaire qu’il quitte après y avoir suscité un petit scandale en se battant en duel. Lorsqu’il reçoit l’héritage paternel dont son oncle a eu la tutelle, il le dissipe très vite. Sa grand-mère maternelle lui laisse à son tour tous ses biens qu’il dilapide en menant à larges guides une vie de gentilhomme campagnard en compagnie d’artistes et de paysans.

82Désormais, il va vivre du journalisme, plus que de la vente de ses livres, des recueils poétiques hugolâtres d’abord, puis des œuvres hautes en couleurs où il narre souvent de sanglants faits divers ruraux (Kees Doorik et plusieurs de ses Kermesses). Eekhoud est d’abord un peintre de la Campine à la langue riche, mais au souffle court. Toutes ses œuvres ont quelque chose de statique : sa force est dans les tableaux de ripailles, dans la description du travail, aussi. Il se délecte dans les portraits de gaillards rablés, gens de la terre ou rôdeurs de pavé, où se décèlent facilement des penchants homosexuels. Escal-Vigor qu’il publie en 1899 est fort explicite sur ce point, de même que L’Autre vue ou Voyous de velours qui célèbre à longueur de page « les membres cambrés et fuselés, les reins ondoyants, les déhanchements et les tortillements » des petits truands de la rue bruxelloise.

83Eekhoud n’est guère adroit à construire une œuvre : la vraisemblance lui fait souvent défaut, son lyrisme s’étire volontiers et la langue qu’il prête à ses personnages est très conventionnelle.

84D’un abord peu amène, voire farouche, ce Flamand, qui n’avait pas l’entregent d’un Lemonnier, ne suscita guère d’écho en France qu’après la naissance du Mercure de France où il eut bien des appuis. S’il entra dans les voies du naturalisme, ce fut avec « une soif ardente et enfiévrée », un enthousiasme qu’il a souvent proclamé (Revue artistique, 21 juin 1879), mais aussi avec une circonspection qui était peu faite pour s’accommoder des déclarations bruyantes en faveur parmi ses confrères.

Bibliographie

Une bibliographie chronologique complète figure dans la Bibliographie des écrivains français de Belgique 1881-1960 (BEFB), tome 2, établi par JeanMarie Culot, et par René Fayt, Colette Prins, Jean Warmœs, sous la direction de Roger Brucher (Bruxelles, Palais des Académies, 1966, pp. 61-69).

Bibliographie critique

Outre l’ouvrage classique de Gustave Vanwelkenhuyzen : L’Influence du naturalisme français en Belgique de 1875 à 1900 (Liège, la Renaissance du livre, 1930), on consultera :

Jacques Detemermann : Le Procès d’Escal-Vigor (Le Naturalisme et les lettres françaises de Belgique, no 4-5 de la Revue de l’Université de Bruxelles, 1984, pp. 141-169).

Georges Rency : Georges Eekhoud. L’homme, l’œuvre (Bruxelles, Office de publicité, 1942).

Gustave Vanwelkenhuyzen : Vocations littéraires (Genève-Paris, Droz-Minard, 1959, pp. 41-63).

Jean-François Elslander

85né à Bruxelles le 19 septembre 1865, mort à Ostende le 11 août 1948.

86Ce tard venu représente tous les excès, toute la frénésie du naturalisme belge ne reculant devant aucun détail pour attirer l’attention. En vain, dans le cas présent. Dans Rage charnelle, un bûcheron viole et tue la fille de sa maîtresse, pollue le cadavre et finit par mourir au cours de ses transports... Mêmes outrances dans Le Cadavre, médiocre et complaisante nouvelle, ou Le Mal, journal d’un matricide.

87Ce « lycanthrope du naturalisme », qui illustre l’appauvrissement de la production Kistemaeckers, demeure bien mal connu : on sait qu’il se préoccupa toute sa vie de pédagogie et d’art moderne et qu’il signa deux autres romans naturalistes : le meilleur, Le Musée de Monsieur Dieulafait, raconte les déboires d’un célibataire, collectionneur de curiosa, sur lequel une ancienne prostituée a jeté son dévolu. Comme il résiste à ses avances, elle prend la tête d’une véritable cabale qui se nourrit évidemment du scandale suscité par ses innocentes manies. Cette œuvre lente a le charme discret, mais gauche des romans de Champfleury. Parrain est en revanche une lourde pochade.

88Elslander fut longtemps l’animateur d’une célèbre galerie d’art de Bruxelles, la galerie Giroux.

Bibliographie

Une bibliographie chronologique complète figure dans la BEFB, t. 2, p. 76.

Bibliographie critique

Raymond Trousson : Deux naturalistes oubliés : Henri Nizet et Jean-François Elslander (Le Naturalisme et les lettres françaises de Belgique, no 4-5 de la Revue de l’Université de Bruxelles, 1984, pp. 171-185).

Gustave Vanwelkenhuyzen : op. cit.

Francis Enne

89né le 21 septembre 1844 à Nesle (Somme), mort à Alger le 12 mai 1891.

Eau-forte de Brunin. D’après nature, 2ème série, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883.

90Francis Enne débuta à la fin du Second Empire dans d’éphémères journaux du Quartier latin. Il collabora à La Rue, puis au Peuple de Vallès, à La Marseillaise de Rochefort, sans jamais abandonner ses habitudes de bohème : « On menait tout de front-Bullier et la politique, l’émeute et les bocks » (Gambetta, D’après nature, 2e série, p. 162). Avant Vermersch, il aurait vainement essayé de créer un Père Duchesne avec la collaboration de Gustave Maroteau, il travailla en tout cas à La Montagne de ce dernier et fut mêlé encore à bien d’autres aventures journalistiques. On a donc quelques surprises à constater qu’il ne prit sans doute aucune part active à la Commune bien qu’il ait jugé bon de se réfugier à Londres où il collabora aux côtés de Vermersch au Qui vive. Proche de Léon Cladel et d’Hector France, il se retrouve tout naturellement parmi les premiers naturalistes édités par Kistemaeckers dont il partage le radicalisme et l'anticléricalisme.

91On le voit après l’amnistie au Mot d’ordre, à. L’Avant-Garde, au Radical, au Réveil, toujours jovial, blagueur et franchement ivrogne : sa trogne est célèbre et Le Petit Bottin des Lettres et des Arts le salue comme « un des plus solides buveurs des lettres actuelles ». Ce détail, inséparable, il est vrai des mœurs du Boulevard, explique que ses amis politiques ne l’aient pas toujours jugé suffisamment sérieux : Enne est à Paris un figurant actif et non pas un acteur de premier plan.

92Tirant parti de l’expérience acquise au temps où il répandait l’idée républicaine en province, d’abord au Républicain du Finistère, puis à La République de la Sarthe qu’il avait créée à la demande de Gambetta, il partit en Algérie où il obtint cette fois la rédaction en chef de L’Echo d’Oran (1887) avant de travailler à la fondation de L’Echo de l’Algérie.

93Ce « gros garçon boutonneux » (Goncourt) resta aussi un figurant du naturalisme : il ne fréquentait ni Auteuil, ni Médan, mais Daudet, Maupassant, Huysmans eurent de la sympathie pour ce joyeux Silène qui n’oubliait jamais, à l’occasion, d’épauler les camarades par un article opportun.

Eau-forte de L. Lenain. D’après nature, 1ère série. Bruxelles, Kistemaeckers, 1879.

Essai de bibliographie complète

1870-1871. Acte d’accusation par Louis Noir. La Guerre : Louis Noir. La Faim : Francis Enne. La Révolution : Poupart-Davyl. (Imprimerie Rouge frères, s.d.).

Le Panthéon républicain (en collaboration avec O. Monprofit) (Fayard, 1874 : 57 livraisons).

D’après nature, première série (Bruxelles, Kistemaeckers, 1879).

L’Abbé Delacollonge, mœurs cléricales (Bruxelles, J. Maheu, s.d. et Kistemaeckers, 1881).

La Vie simple (Charpentier, 1882).

D’après nature, deuxième série (Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).

La Comtesse Dynamite (en collaboration avec Fernand Delisle) (H. Oriol et A. Lavy, 1883).

Brutalités : histoires vécues (Frinzine, 1885).

Etude politique. Les pleutres (Oran, imprimerie de l’Echo d’Algérie, 1889).

94Nota : deux ouvrages figurant au catalogue de la B.N. sous le nom de Francis Enne ne sont à l’évidence pas de lui. Il s’agit de Une question aux femmes et de Souvenirs et impressions d’enfance et de jeunesse ou la Conversion d’une contemporaine. Francis Enne aurait en outre publié deux feuilletons, Bons cœurs et L’Hystérique, que nous n’avons pas retrouvés et qui, en tout cas, ne furent pas repris en volume.

Bibliographie critique

Noël Richard lui consacre une vingtaine de lignes médiocrement informées dans A l’aube du symbolisme (Nizet, 1961, pp. 132-133).

Henry Fèvre

95né à Chaumont (Haute-Marne) le 17 mars 1864, mort à Riaucourt (Haute-Marne) le 14 juillet 1937.

Dessin de Xaudaro

96La mairie de Rouvres-les-Vignes (Aube) conserve la photographie d’un vieillard sanglé dans un long manteau. Il s’agit d’Henry Fèvre lisant le discours qu’il a préparé à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de son copain Louis Desprez. Avant d’entrer en agonie, celui-ci lui avait écrit : « Ah ! les gredins de bourgeois à préjugés, à qui je dois cette torture en partie, ce parquet, ce préfet de police, ces garde-chiourme, si j’en crève, promets-moi de leur foutre une dégelée de coups de trique ».

97Fèvre tint cette promesse : en quelques œuvres d’une violence exacerbée, il dénonça l’armée (Au port d’arme, Désarmement ? Parfaitement), les tabous sexuels (Le Fiasco passionnel, L’Honneur). Mais l’insuccès s’attachait à ses pas : à plusieurs reprises, en 1889, en 1890, en 1897, il sollicita l’appui de Zola qui, depuis la mort de Desprez lui avait gardé toute sa sympathie. Il était par ailleurs familier du Grenier.

98Il s’essaya au roman comique (Monsieur Pophilat, grand homme), usa des recettes du feuilleton pour défendre les idées auxquelles il demeurait fidèle (Les Liens factices évoque le mariage bourgeois et la bâtardise, La Traversée de l’enfer peint la misère des travailleurs...). Fèvre est de ceux que lasse l’indifférence trop longtemps affichée par les naturalistes à l’égard de la politique et il souhaite y jouer un rôle actif. (Voir les documents annexés). Ses positions deviennent de moins en moins pondérées et on le voit fréquemment aux côtés de Jean Grave dans les cercles anarchistes. Ses articles virulents publiés dans les Entretiens politiques et littéraires attirent sur lui plutôt l’attention de la police que celle des lecteurs. Les enquêtes dont il est l’objet finissent par développer en lui un véritable sentiment de persécution : il est brièvement interné chez les agités de Charenton en 1904.

99On s’explique mal l’insuccès tenace de cet écrivain. Certes, son imagination est étroite, mais la verdeur de son style et la virulence de ses idées méritaient un meilleur sort. Galafieu, biographie d’un raté, a de la vivacité, de la couleur et l’auteur s’y révèle portraitiste adroit. Même dans ses œuvres les plus médiocres, on découvre des pages habiles, des paysages de barrière rendus avec intensité. Au théâtre, sa pièce en cinq actes, L'Honneur dont il tira ensuite un roman, fut montée avec succès par Antoine, mais Malbos, joué au Grand-Guignol, et L’Etoile rouge ne laissèrent pas de profonds souvenirs.

100Fèvre en vieillissant s’assombrit d’autant plus que de graves difficultés financières l’assiégeaient. Il survécut surtout grâce au soutien de la Société des gens de lettres et de son frère Lucien qui, lui, avait connu une brillante réussite sociale. Sans doute une bonne part de son échec s’explique-t-elle par une exploitation trop tardive des données naturalistes dont le public commençait à se lasser lorsqu’il commença sa carrière, autant que par sa maladresse à se frayer un chemin. Par une singulière ironie du sort, ce révolté, ce réfractaire repose à Riaucourt dans la même tombe que son père, magistrat.

Essai de bibliographie complète

Dialogue entre un normalien et un taupin, par J. Viguier et H. Fèvre (Chaumont, imprimerie veuve Miot-Dadant, 1882).

Fèvre-Desprez : La Locomotive (Marpon et Flammarion, 1883).

Fèvre-Desprez : Autour d’un clocher, mœurs rurales (Bruxelles, Kistemaeckers, 1884).

Etude sur le salon de 1886 et sur l’exposition des impressionnistes (Extrait de La Revue de demain) (Tresse et Stock, 1886).

Au port d’arme (Charpentier, 1887).

Monsieur Pophilat, grand homme. Roman comique (E. Kolb, s.d.,-1890).

En détresse, comédie en un acte (Tresse et Stock, 1890).

L’Honneur (Kolb, s.d.,-1890).

Désarmement ? Parfaitement (Chez tous les libraires, 1891).

Galafieu (Stock, 1897).

Les Liens factices (Fasquelle, 1898).

Les Minutes parisiennes. Gnq heures : la rue du Croissant (Ollendorff, 1901).

Les Ingénues. Les rusées, les sérieuses, les gentilles, les bergères (Antony-Chamuel, 1901).

Les beaux mariages (Fasquelle, 1902).

La Traversée de l'enfer (Per Lamm, s.d.,-1904).

Les Souris dansent (Fasquelle, 1906).

L’Intellectuelle mariée (Albin Michel, 1925).

Bibliographie critique

Guy Robert : Lettres inédites à Henry Fèvre (Antoine, Barrès, Daudet, Concourt, Huysmans et Zola) (Revue d’Histoire littéraire de la France, janvier-mars 1950, pp. 64-82).

Voir aussi la bibliographie critique de Louis Desprez.

Documents annexes sur la prise de conscience des artistes en 1893

101Bibliothèque de l’Arsenal, 15198/101

102Lettre de Henry Fèvre à Lucien Descaves

Billancourt, 2 avril 93

Mon cher Descaves,

Nous sommes en train avec Jules Case et Ajalbert, de faire une tentative de centralisation des forces littéraires jeunes, au point de vue politique. Dans l’absolu désarroi actuel, nous croyons utile et intéressant de ne pas laisser la direction des choses publiques aux charlatans, aux financiers et aux politiciens de profession. Et nous sommes prêts, en dehors de toutes formules politiques connues, à nous grouper pour faire acte de présence et affirmer notre intention de nous mêler, si les circontances le permettaient, de la direction des affaires.

Pas de programme étroit compromettant notre indépendance personnelle.

Seulement la déclaration commune de travailler à des réformes sociales urgentes, pratiques, en dehors de toute idée de révolution.

Veux-tu, si la chose te semble intéressante me donner un rendez-vous pour t’en parler, au Journal, si tu veux. C’est assez pressé.

Et je te demande de ne pas en parler en attendant.

Cordialement à toi.

Henry Fèvre

Rue Rieux, 5, villa des Fayères, Billancourt

************************

103Descaves a noté sa réponse :

Je m’empresse de répondre à ta lettre. Je ne t’ai pas bien compris. Si vous voulez par vos écrits (et les miens) fomenter une propagande révolutionnaire active, j’en suis. Si vous voulez des plans, je n’en suis pas. J’ai autant de mépris pour l’assiette au beurre que pour l’assiette au leurre, et je veux garder le droit d’exprimer librement ce mépris. Je fais des livres, je ne fais pas des lois ; c’est bien assez de celles-ci qui dévissent : c’est trop.

***********************

104Lettre de Henry Fèvre à Lucien Descaves, 15198/102

105Billancourt, 4 avril 93

Mon cher Descaves,

Tu as complètement méconnu nos intentions si tu crois que notre ambition est égoïste et pratique.

Nous croyons complètement que le nouveau monde social que nous espérons peut être dès maintenant réalisé, au jour le jour, pacifiquement. La réalisation, en ce qu’elle a de possible et d’humain, de cet idéal, est notre but. Les moyens nous importent moins.

La révolution n’est elle-même qu’un moyen, non le but lui-même. Nous sommes prêts à y participer, si les faits la nécessitent. Mais en attendant, nous sommes prêts aussi bien à agir légalement, et à la Chambre comme dans la rue.

La question est seulement de faire en commun un acte de présence politique et de ne pas laisser la direction des affaires et de l’opinion, comme on l’a trop souvent fait, aux charlatans et aux politiciens de profession.

Si tu crois qu’une révolution se suffit à elle-même comme but, qu’il refleurira de toutes pièces le surlendemain une humanité féerique, et qu’en dehors de tout ou de rien, il n’y a pas quelque chose à faire dès aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous entendre.

Nous voulons, nous, rester jusqu’ici en dehors de toute formule, aussi bien révolutionnaire et anarchiste que les autres.

Pourtant les choses sont encore bien vagues, je n’ai eu jusqu’à présent personnellement que la petite initiative d’un programme.

Et tu jugerais mieux de la chose en causant non seulement avec moi, mais avec les autres.

Mais en tant que révolutionnaire systématique, c’est moi alors qui n’en serais pas.

Je ne vois pas plus la nécessité des tueries de rues que celles des frontières.

Et l’assiette au beurre peut aussi bien se jeter au nez des révolutionnaires qu’aux autres.

Bien à toi.

Henry Fèvre

Je serai au Journal demain mercredi.

Edmond de Goncourt

106né à Nancy le 26 mai 1822, mort à Champrosay (Seine-et-Oise) le 16 juillet 1896.

Gravure de Desboutin

Bibliographie critique

André Billy : Les frères Goncourt (Flammarion, 1954).

Enzo Caramaschi : Le Réalisme romanesque des Goncourt (Pisa, Libreria Goliardica, 1964).
 : Réalisme et impressionnisme dans l’œuvre des frères Goncourt (Pisa-Paris, Libreria Goliardica-Nizet, 1971).

Alidor Delzant : Les Goncourt (Charpentier, 1889).

Hubert Juin : Préfaces à Germinie Lacerteux, Manette Salomon, La Fille Elisa et La Faustin, trois volumes (UGE, 1979).

Robert Ricatte : La Création romanesque chez les Goncourt. 1850-1870 (Armand Colin, 1953).
 : La Genèse de la Fille Elisa (PUF, 1960).

Pierre Sabatier L’Esthétique des Goncourt (Hachette, 1920).
 : « Germinie Lacerteux» des Goncourt (SFELT, 1948).

Ernest Seillière : Les Goncourt moralistes (Editions de la Nouvelle Revue critique, 1927).

Le catalogue de la bibliothèque des Goncourt constitue un remarquable instrument de travail :

Bibliothèque des Goncourt. Livres modernes. Vente à l’Hôtel Drouot, avril 1897, in - 8 de XVI - 175 p., avec une préface d’Alidor Delzant.

Gustave Guiches

107né à Albas (Lot) le 18 juin 1860, mort à Paris le 3 août 1935.

108« Gustave Guiches, d’une voix qui passait du grave au doux, plus plaisant que sévère, truffé d’anecdotes, l’œil malin, parisien et provincial, mêlant la tradition Barbey-Villiers-Bloy à l’entregent boulevardier, avait les éléments du talent, toute la sauce qui attendait la pièce de résistance ». (Rosny : Torches et lumignons, p. 178). Celle-ci, à dire vrai, ne vint jamais.

109Jeune homme, il avait assidûment fréquenté Villiers de l’Isle-Adam, Bloy, Huysmans et donné, certes, de belles promesses : ses premiers romans, Céleste Prudhomat, L’Ennemi sur l’arrivée du phylloxéra, L’Imprévu, étaient solidement charpentés, adroitement écrits, mais Guiches, excellent chroniqueur au Gaulois, au Figaro, à L’Echo de Paris, eut vite tendance à user de recettes et à aligner les volumes alimentaires, le journalisme prenant pour lui le pas sur le roman.

110En s’éloignant du naturalisme, son œuvre s’appauvrit et plus d’un de ses livres décourage la lecture, surtout à cause de la pauvreté de leur inspiration : par exemple, Un Monsieur très bien (1910) ou malgré des pages plus subtiles, Les Deux soldats (1917), lourd roman de propagande. Son œuvre théâtrale qui eut quelques succès a beaucoup vieilli. En revanche, on retrouve toutes les qualités du portraitiste dans ses trois volumes de mémoires : Au Banquet de la vie, Le Banquet et Le Spectacle qui méritent encore la lecture et qui peuvent lui constituer un tout autre titre de gloire que sa participation au Manifeste des cinq : il garda d’ailleurs « un souvenir penaud et contrit de cette folle incartade de jeunesse ».

111Bien que son œuvre soit copieuse, Guiches ne connut aucune grande réussite et ne s’enrichit pas dans la pratique des lettres : il mourut quasiment nécessiteux, malgré le soutien de quelques amis de plume.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891. Pour la suite, voir Talvart et Place).

Céleste Prudhomat, mœurs de province (librairie Moderne, 1887). (Une édition antérieure a paru chez Laurent l’année précédente, sous la signature de George (sic) Guiche (sic).

L’Ennemi (Librairie Moderne, 1887).

Les Ombres gardiennes (Bruxelles, librairie Moderne, 1887. Edition d’un texte publié dans La Revue indépendante d’avril 1887).

La Pudeur de Sodome (Quantin, 1888. Texte publié d’abord dans La Revue indépendante de janvier 1888).

L’Imprévu (Tresse et Stock, 1890).

Bibliographie critique

Henri Austruy : Gustave Guiches. Sa vie, ses œuvres, ses amitiés (d’après des lettres et des documents inédits) (Nouvelle Revue, 15 janvier, 15 février, 1er et 15 mars, 1er mai 1936).

On se reportera en outre aux trois volumes de mémoires cités.

Léon Hennique

112né le 4 novembre 1850 à Basse-Terre (Guadeloupe), mort à Paris le 25 décembre 1935. (Contrairement à une légende établie par la fille de l'écrivain, l’acte de naissance de Hubert Florimond Antoine Léon Hennique n’a pas été détruit dans un incendie et sa date de naissance est parfaitement attestée).

Portrait de Michiels. Deux nouvelles, Bruxelles, Kistemaeckers, 1881.

113Le paradoxe d’Hennique est d’avoir donné quelques-unes des œuvres les plus représentatives du mouvement sans s’y être jamais absolument inféodé : le drame historique le tenta, la pantomime également. Est-ce simplement parce qu’il avait compris qu’il n’était pas possible de se mesurer avec Zola ? En 1890, il lui écrit : « Je ne cesserai de le dire, mon cher maître (...) depuis Balzac, vous avez tout fait, tout serré de près, tout conduit à bien, dans un certain ordre d’idées. Nous autres, si nous nous attardions à vous suivre, ne ferions que chausser vos bottes. Ce n’est pas un avenir pour nous. J’aime vos énormes talents, je les admire profondément, mais quoi, ne faut-il point essayer autre chose ? » (B.N., naf. 24 520, ff. 169-170).

114Malgré les qualités de ses œuvres, le succès n’était pas venu : L’Accident de Monsieur Hébert, trop copieux, reste pourtant une réussite, La Dévouée, Benjamin Rozes et Les Funérailles de Francine Cloarec, un peu rudimentaires, soutiennent encore l’attention par leur style coloré et Pœuf est un petit chef d’œuvre.

115Hennique se tourna plus volontiers vers le théâtre sans délaisser absolument le naturalisme (Jacques Damour, d’après Zola, Esther Brandès...). Dans le domaine romanesque, après une œuvre singulière, Un Caractère, Hennique ne publia que Minnie Brandon, mince histoire d’amour dont l’héroïne est une Anglaise alcoolique. Ses productions suivantes se signalent surtout à l’attention des bibliophiles : ce sont des volumes de dilettante, illustrées d’eaux-fortes, à tirage fort réduit. Bientôt même, il ne publia plus.

116Le portrait que nous en donne sa fille Nicolette Hennique-Valentin est, certes, plein de ferveur, mais il sert bien mal la mémoire de l’écrivain : Hennique fut antidreyfusard et son antisémitisme (très évident dans Esther Brandès) ne se laissait guère oublier dans sa vie familiale. Ennemi des ragots, nous dit-on, il apparaît dans ce volume malveillant et pudibond... A croire que ce grand bourgeois avait vite oublié l’ampleur de ses incartades naturalistes, ce que suffiraient à prouver les positions timorées qu’il adopta lorsqu’il siégea à l’Académie Goncourt.

Le Temps illustré, février 1899.

Essai de bibliographie

117(La bibliographie de Talvart et Place présente plusieurs erreurs et omissions : nous choisissons de donner ici un essai de bibliographie complète).

Les Héros modernes. La Dévouée (Charpentier, 1878).

Elisabeth Couronneau (Dentu, 1879).

L’Empereur Dassoucy (en collaboration avec G. Godde), comédie en trois actes (Charpentier, 1880). (Cette œuvre fut écrite par Hennique au temps de sa vie d’étudiant. Georges Godde, son ami de jeunesse, devait publier chez Kistemaeckers, dans son sillage, Le Scrupule du père Durieu. Peu de temps après, il donna des signes manifestes d’aliénation et fut enfermé à Sainte-Anne).

Les Hauts-faits de M. de Ponthau (Derveaux, 1880).

L’Affaire du grand 7 (Les Soirées de Médan, Charpentier, 1880).

Pierrot sceptique (en collaboration avec Huysmans), pantomime (Edouard Rouveyre, 1881).

Deux nouvelles. Les Funérailles de Francine Cloarec. Benjamin Rozes (Bruxelles, Kistemaeckers, 1881).

Un petit homme (Le Livre des têtes de bois, recueil collectif, Charpentier, 1883).

Les Héros modernes. L’Accident de Monsieur Hébert (Charpentier, 1884).

La Mort du duc d’Enghien, en trois tableaux (Tresse et Stock, 1886).

Pœuf (Tresse et Stock, 1887).

Jacques Damour, un acte (Charpentier, 1887).

Esther Brandès, pièce en trois actes (Tresse et Stock, 1888).

Un Caractère (Tresse et Stock, 1889).

Amour, drame en trois parties (Tresse et Stock, 1890).

L’Argent d’autrui, comédie en cinq actes (Tresse et Stock, 1894).

La Menteuse (en collaboration avec Alphonse Daudet), pièce tirée de la nouvelle publiée par Alphonse Daudet (Flammarion, s.d.,-1895).

Deux patries, drame en 5 tableaux dont un prologue (Charpentier et Fasquelle, 1895).

Benjamin Rozes (Flammarion 1898). Cette réédition comporte outre Les Funérailles de Francine Cloarec, Les Anolis, Un Meuble de Famille, Quittes pour la peur et Au Clair de Lune.

Minnie Brandon (Fasquelle, 1899).

Chronique du temps qui fut la Jacquerie (signée Mayneville) (Romagnol, 1903).

La Rédemption de Pierrot (Ferroud, 1903).

Le Songe d’une nuit d’hiver, pantomime inédite (Ferroud, 1903).

Reine de rois (pièce en cinq actes, en collaboration avec Johannès Gravier) (L’Illustration, s.d.,-1909).

Bibliographie critique

Le volume cité de Nicolette Hennique-Valentin est à manier avec prudence :

Mon père : Léon Hennique (éditions du Dauphin, 1959).

Owen R. Morgan : Léon Hennique and the disintegration of Naturalism (Nottingham French Studies, octobre 1962, pp. 24-33).
 : Léon Hennique et Emile Zola (Les Cahiers naturalistes, no 30, 1965, pp. 139-144).
 : The Plays of Léon Hennique (Nottingham French Studies, octobre 1966, pp. 89-99 et mai 1967, pp. 19-29).

Jean-Joseph Rousseau : L’Œuvre romanesque de Léon Hennique (1850-1935) (Thèse de troisième cycle dactylographiée, Nantes, mars 1984).

Abel Hermant

118né le 8 février 1862 à Paris, mort le 22 septembre 1950 à Chantilly.

Détail d’une photographie. (Aux côtés d’Hermant posent, entre autres, Marcel Proust, la princesse de Polignac, la princesse de Caraman-Chimay...)

119Abel Hermant rappelle dans ses Souvenirs de la vie mondaine que, pendant la Commune, alors qu’il se rendait au lycée, les gamins couraient après lui dans ; la rue en l’appelant « l’aristo » (pp. 108-109). Incurablement bien élevé, ce bourgeois sut très vite se tracer des chemins avec un sens aigu de ce qui pouvait le servir. Froid et sec d’allure, manquant en tout cas d’effusion, Hermant, dont toutes les premières œuvres furent d’un naturalisme indiscutable, à l’exception de l’inévitable recueil poétique intitulé de façon fort révélatrice, Les Mépris, ne s’assimila pourtant à aucun groupe. « Au «Grenier», les jeunes ne l’appréciaient guère ; il effarouchait Goncourt, Daudet détestait cette roideur si contraire à sa nature » (Rosny : Torches et lumignons, p. 69). De fait, Goncourt rapporte ce propos : « Daudet parlait ce soir du petit Hermant, de ce petit bonhomme soigné, pommadé, astiqué, de ce garçonnet poupin, toutefois à la petite mine résolue, aux démarches pour sa carrière littéraire allant toujours au but et ne s’en écartant jamais, aux demandes de lettres de recommandation si nettement exigeantes et sans aucune fioriture amicale, sympathique, complimenteuse (...) ». (13 janvier 1887). Ajalbert, plus vif, remarque que « de cette enveloppe un peu menue de bébé incassable, joues rosées et les yeux de verroterie (...) rien ne sortait, comme d’un distributeur automatique qui reçoit la pièce, mais ne rend pas la tablette de chocolat » (Les Mystères de l’Académie Goncourt, Ferenczi, 1929, pp. 12-13).

120Le talent d’Hermant glissera vers l’évocation des cercles bourgeois ou aristocratiques, observés souvent avec causticité (Les Grands Bourgeois, 1906, en particulier). Parmi bien des volumes conventionnels et creux, on peut encore trouver un chatoiement superficiel et un charme évident à plusieurs de ses romans comme Les Confidences d’une aïeule (1893).

121Est-ce l’opportunisme ou la sénilité qui poussèrent dans la Collaboration ce pontife du Temps, ce puriste hautain ? On put entendre quelques mois cet ancien anglophile célébrer l’Allemagne hitlérienne au cours de conférences où il se plaisait à invoquer les mânes de Madame de Staël et de Renan. Arrêté, condamné, emprisonné, chassé de l’Académie française, Hermant, que Lavedan avait comparé à un pêcheur qui jette sa ligne partout où il a vu les autres prendre du poisson, finit misérablement.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891. Pour la suite, voir Talvart et Place).

Les Mépris, poésies (Ollendorff, 1883).

Monsieur Rabosson (L’éducation universitaire) (Dentu, 1884).

La Mission de Cruchod (Jean-Baptiste), roman contemporain (Dentu, 1885).

Le Cavalier Miserey - 21e chasseurs, Mœurs militaires contemporaines (Charpentier, 1887).

Nathalie Madoré (Charpentier, 1888).

Surmenage sentimental. Instantanés (librairie illustrée, 1888). (Une nouvelle naturaliste d’inspiration militaire suivie d’impressions de voyage en Italie).

La Surintendante (Charpentier, 1889).

Cœurs à part, nouvelles (Charpentier, 1890).

Amour de tête (Charpentier, 1890).

L’Amant exotique (Marpon et Flammarion, s.d.,-1890) (Cette intéressante longue nouvelle est suivie d’un récit naturaliste, La Permission, où un conscrit breton désespéré à l’idée de retourner au régiment entraîne dans la mort sa femme et son enfant).

Bibliographie critique

Un seul ouvrage à consulter :

André Thérive : Essai sur Abel Hermant (Société d’éditions « Le livre », 1926).

Paul Heusy

122(pseudonyme d’Alfred Guinotte), né à Venders (Belgique) le 10 décembre 1834, mort à l’hospice de Brévannes (Seineet-Oise) le 22 novembre 1915.

123Docteur en droit de l’Université de Liège, inscrit au barreau de cette ville, Alfred Guinotte quitta la Belgique où il avait à plusieurs reprises défendu des ouvriers grévistes. Il se fixa à Paris et collabora à plusieurs journaux radicaux comme La Marseillaise et Le Radical. Léon Cladel le reçut avec chaleur et lui conseilla de dédier les quatre contes d'Un Coin de la vie de misère (1878) respectivement à Flaubert, Daudet, Goncourt et Zola : Antoine Mathieu, étude de pauvre, est la biographie d’un mineur, Jean Benoit, celle d’un berger, La Fille de Jérôme Hattu évoque la déchéance de la fille d’un cordonnier, La Vieille marchande de plaisirs narre avec une profonde sympathie l’histoire d’une famille pauvre mêlée à toutes les révolutions parisiennes.

124Jules Vallès accueillit Heusy dans La Rue où il publia deux nouveaux récits, La Femme aux épluchures et Graine de rouleuse, qui ont les mêmes qualités de sobriété, voire de sécheresse que ses contes précédents. Heusy songe alors à réunir de nouvelles histoires dans un volume intitulé Gens des rues qui ne verra pas le jour, il fait rééditer une version enrichie de son premier livre et entreprend un roman, L’Histoire du peintre Eugène-Marie, qui va également rester inédit.

125Marié à Laurence Le Hardy de Beaulieu, il se laissa tenter par les projets de son beau-père qui lui promettait un bel avenir en Floride dans la culture de l’oranger. Le séjour dura trois ans, de 1883 à 1886, et engloutit les biens du ménage. A son retour, Heusy publia quatre Lettres floridiennes dans Le Radical où il reprit sa place jusqu’à son nouveau départ pour les Etats-Unis en 1908. Une fois de plus, c’est contraint et forcé par les chimères de sa famille qu’il s’embarque : il s’adapte si peu à la vie américaine, à Saint-Paul dans le Minnesota cette fois, qu’il décide de rentrer seul en France en juillet 1913 pour retrouver une dernière fois l’atmosphère des salles de rédaction. A quatre-vingts ans, Heusy va assurer l’interim de ses confrères partis au front ! Mais peu de temps après, un cancer à la bouche l’emporte.

126Heusy fut le chroniqueur des pauvres : il enregistra sur un ton toujours contenu les désolantes histoires des ouvriers, des artisans usés par le labeur. La froideur du récit, qui paraît se borner toujours à constater, donne à ses œuvres, son unique livre et ses histoires non rassemblées, une certaine force.

Bibliographie

Une bibliographie chronologique complète figure dans la BEFB, t.3, (1968), volume établi par René Fayt, Colette Prins, Jeanne Blogie, sous la direction de Roger Brucher, pp. 84-85.

Bibliographie critique

Paul Delsemme : Pour une meilleure connaissance de Paul Heusy (Regards sur les lettres françaises de Belgique. Etudes dédiées à la mémoire de Gustave Vanwelkenhuyzen et publiées par Paul Delsemme, Roland Mortier et Jacques Detemmerman (Bruxelles, André de Rache, 1976, pp. 49-76).

Gustave Vanwelkenhuyzen : op. cit.

Joris-Karl Huysmans

127pseudonyme de Charles-Marie-Georges Huysmans, né à Paris le 5 février 1848, mort à Paris le 12 mai 1907.

Gravure de F. Desmoulin

Bibliographie critique

Robert Baldick : La Vie de J.-K.Huysmans (traduite de l’anglais par Marcel Thomas, Denoël, 1958).

Henry Céard et Jean de Caldain : Le « J.-K. Huysmans intime », réédité par Pierre Cogny (Nizet, 1957).

Guy Chastel : J.-K Huysmans et ses amis (Grasset, 1957).

Pierre Cogny : J.-K. Huysmans à la recherche de l’unité, avec de nombreux inédits (Nizet, 1953).

Michael Issacharoff : J.-K. Huysmans devant la critique (1874-1960) (Klincksieck, 1970).

Gustave Vanwelkenhuyzen : J.-K. Huysmans et la Belgique (Mercure de France, 1935).

Fernande Zayed : Huysmans, peintre de son époque (avec des documents inédits) (Nizet, 1973).

*****************

Bulletin de la Société J.-K. Huysmans, depuis mars 1928.

Les Cahiers de la Tour Saint-Jacques : J.-K. Huysmans, VIII, 1963.

Mélanges Pierre Lambert : J.-K. Huysmans, avec un avant-propos de Pierre Cogny (Nizet, 1975).

Revue des Sciences humaines : J.-K. Huysmans (Colloque du Mans, introduction de Max Milner, avril-septembre 1978).

Les Cahiers de l’Herne : Huysmans (sous la direction de Pierre Brunei et André Guyaux). (Ce volume contient une bibliographie mise à jour par René Rancœur : 1949-1984).

Camille Lemonnier

128né à Ixelles (Bruxelles) le 24 mars 1844, mort à Ixelles le 13 juin 1913.

Portrait de Lenain. (Le Mort, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882).

129Massif, puissant et rubicond, Lemonnier paraissait fait pour incarner un des commensaux de ces plantureuses bombances flamandes dont rêvait, à certaines heures, le dyspeptique Huysmans. Ce solide gaillard a prodigué dans ses meilleures œuvres, sensuelles et violentes, un talent forcené, pléthorique, gourmand de mots sonores plus que d’intrigues subtiles. Il écrase d’ailleurs ses histoires souvent ténues sous un vocabulaire vertigineux, plein d’outrances et de couleurs qui prime largement sur la composition parfois pesante et mal dominée : « Le naturalisme, écrit-il à Max Waller le 26 décembre 1881, n’est pas le rapetissement, mais la plus grande somme d’intensité dans le type jusqu’à en faire craquer la basse vérité photographique ».

130Le 27 mai 1883, Lemonnier, qu’un jury officiel avait négligé, fut salué par ses confrères au cours d’un banquet comme le «Maréchal des lettres » belges : il répondit en toute modestie qu’il considérait cet honneur comme « la Pâque publique » de la littérature nationale. C’est surtout depuis la publication d’Un Mâle (1881) qu’on le tient pour un naturaliste. Il souligne lui-même qu’il se sent moins attiré par l’auteur des Rougon-Macquart que par d’autres écrivains, ceux que La Jeune Belgique nomma, un temps, les « naturalistes-parnassiens » : « Si (...) Zola caractérise un des côtés – et non le plus pur – de la grande école à laquelle se sont rattachés les plus robustes esprits de ce temps, Léon Cladel et Alphonse Daudet en ont exprimé les côtés élevés, ce mélange d’idéalité et de réalité sans lequel le roman n’est qu’une compilation de documents mis bout à bout et formant une sorte de vaste procès-verbal » (Le Journal des gens de lettres belges, 15 juillet 1882).

131Lemonnier, très proche de Cladel, entretient aussi de chaleureuses relations avec Champfleury. De telles accointances surprennent car son tempérament le pousse constamment à l’excès, à la surenchère comme s’il souhaitait secrètement se mesurer avec Zola. Avec quelle hâte révèle-t-il que Happe-Chair a été conçu avant Germinal, ce qui n’est point trop sûr. Dans La Fin des bourgeois (1892), il s’adonne à des variations sur les sujets du cycle des Rougon-Macquart, il emprunte des traits à Huysmans... Si l’on ne peut absolument parler de plagiat, force est de reconnaître cependant que Lemonnier avait plus de vocabulaire que d’imagination.

132Il s’achemina ensuite vers la composition d’œuvres adoucies, plus calmes, habitées d’une sérénité panthéiste, non sans revenir parfois à ce naturalisme qu’il avait si longuement illustré (L’Homme en amour, 1897).

Bibliographie

Une bibliographie chronologique complète figure dans la BEFB, t. 3, pp. 216-255.

Bibliographie critique

Léon Bazalgette : Camille Lemonnier (E. Sansot, 1904).

Maurice des Ombiaux : Camille Lemonnier. Monographie anecdotique et documentaire... (Bruxelles-Paris, Charles Carrington, 1909).

Maurice Gauchez : Camille Lemonnier (Bruxelles, Office de publicité, 1943).

Gustave Vanwelkenhuyzen : op.cit.
 : Vocations littéraires (Genève-Paris, Droz-Minard, 1959, pp. 7-40).
 : Histoire d’un livre. Un mâle de Camille Lemonnier (Bruxelles, Palais des Académies, 1961).

Paul Margueritte

133né à Laghouat (Algérie) le 1er février 1860, mort à Paris le 30 décembre 1918.

134Très grand, très frêle, Margueritte fut toujours fasciné par l’art de la pantomime et il interpréta même à plusieurs reprises de manière saisissante, dit-on, son Pierrot assassin de sa femme. D débuta dans le roman par Tous quatre qui rassemblait à lui seul la matière d’au moins trois œuvres : il y rappelait ses souvenirs du lycée militaire, peignait la vie littéraire et ajoutait au tableau l’histoire d’une liaison saphique. Ce roman mal structuré, mais fermement écrit, traduisait déjà un pessimisme singulier à l’égard de l’avenir. De fait, le succès ne couronna pas les efforts de Margueritte vite contraint de multiplier les publications : beaucoup semblent aujourd’hui ternes, insipides et se bornent à narrer les minces passions de personnages sans couleur ni poids. Les romans qui se souviennent de l’allégeance de l’auteur au naturalisme (Jours d’épreuve, par exemple) traduisent au contraire un talent d’observateur pointu, quoique trop uniformément sombre.

135La vie de Margueritte manqua, il est vrai, d’agrément : cousin de Mallarmé (sa mère Eudoxie-Victorine était la fille d’un des frères de Numa Mallarmé, le père du poète), fils d’une figure quasi légendaire, il n’eut en fait pas plus de soutien que ses confrères pour pénétrer dans le monde des lettres. Très myope, passablement sourd, cardiaque enfin, il traversa de dures épreuves intimes et ne commença à connaître vraiment le succès que lorsque son frère Victor collabora avec lui à partir de 1896 : la tétralogie d'Une Epoque qui retrace la guerre de 1870 et la Commune est solidement composée, mais les protagonistes de ce cycle s’imposent moins au souvenir que certains portraits de second plan vifs et enlevés.

136Le jugement de Rosny, son confrère de l’Académie Goncourt, est comme souvent fort clairvoyant : « Au fond, il fut contraint d’écrire trop de « lignes » pour subsister et surtout pour subvenir à ses charges, lourdes dès les débuts. Mal muni pour une œuvre abondante, doué d’acuité et de finesse plutôt que de puissance, il retissa fatalement la même tapisserie ». Ainsi retrouve-t-on dans ses souvenirs d’enfance, Les Pas sur le sable et Les Jours s’allongent, une version adoucie des faits évoqués dans Tous quatre, ce roman si riche de promesses, ainsi est-on tenté de ne voir dans La Confession posthume, Pascal Géfosse, Amants, La Force des choses, Sur le retour..., que des variations médiocres sur des thèmes éculés.

137Probe et discret, peu habile au milieu des « rosseries » du monde des lettres, Margueritte ne se laissa guère entraîner qu’une seule fois à une incartade qu’il regretta très vite, le Manifeste des cinq.

Essai bibliographique

138(Jusqu’en 1891. Après 1890, l’œuvre de Margueritte ne concerne plus l’histoire du naturalisme).

Pierrot, assassin de sa femme, pantomime. Préface de Fernand Beissier (Schmidt, 1882).

Mon père (Schmidt, 1884).

Tous quatre (Giraud, 1885).

La Confession posthume (Giraud, 1886).

Maison ouverte (Savine, 1887).

Pascal Géfosse, mœurs du jour (Librairie illustrée, s.d.,-1887).

Le petit théâtre (théâtre de marionnettes) (Librairie illustrée, 1888).

Jours d’épreuve, mœurs bourgeoises (Kolb, s.d.,-1889).

Amants (Kolb, s.d.,-1890).

La Force des choses (Kolb, s.d.,-1891).

Bibliographie critique

Edmond Pilon : Paul et Victor Margueritte (Sansot, 1905).

Guy de Maupassant

139né le 5 août 1850 au château de Miromesnil, commune de Tourville-sur-Arques (Seine-Inférieure), mort le 6 juillet 1893 à Paris, dans la maison de santé du docteur Blanche.

Eau-forte par Just
(Mlle Fifi, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882)

Bibliographie critique

Charles Castella : Structures romanesques et vision sociale chez Guy de Maupassant (Lausanne, l’Age d’homme, 1972).

Pierre Cogny : Maupassant, l’homme sans Dieu (Bruxelles, la Renaissance du livre, 1968).

Gérard Delaisement : Maupassant journaliste et chroniqueur (Albin Michel, 1956)

Louis Forestier : Edition des Contes et nouvelles de Maupassant (Gallimard, la Pléiade, t. 1,1974, t. 2,1979) et des Romans (1987).

Armand Lanoux : Maupassant, le Bel Ami (Fayard, 1967).

Albert-Marie Schmidt : Maupassant par lui-même (Le Seuil, 1962).

François Tassart : Souvenirs sur Guy de Maupassant par François, son valet de chambre (Plon, 1911).
: Nouveaux souvenirs intimes sur Guy de Maupassant (Inédits). Texte établi, annoté et présenté par Pierre Cogny (Nizet, 1962).

André Vial : Guy de Maupassant et l’art du roman (Nizet, 1954).
: La genèse d’« Une Vie » avec de nombreux documents inédits (Les Belles Lettres, 1954).
: Faits et significations (Nizet, 1973).

*********************

Europe, revue mensuelle. Guy de Maupassant (no 482, juin 1969).

Oscar Méténier

140né le 17 janvier 1859 à Sancoins (Cher), mort en 1913 à Saint-Mandé (Val-de-Marne). (L’acte de naissance porte les prénoms Marie Joseph Oscard - sic -).

« Méténier est un petit homme
Actif, ardent et convaincu,
Frétillant et pétillant comme
S’il avait du feu sous le cul.

Il fut d’abord au séminaire
Et pendant cinq ans, bien comptés,
D fut apprenti-commissaire
Pour finir ses humanités (...).

A la Chapelle, à la Roquette
Et dans tous les coins d’icigo,
Avec des macs à rouflaquette,
Il apprit à parler l’argot ». (Aristide Bruant).

141Petit, vif, bavard et cordial, tel apparaissait en effet Méténier au temps où il tentait de concilier ses deux activités de policier et d’homme de lettres : les commissariats où il officiait ne tardèrent pas à ressembler à des salons bizarres où les boulevardiers, les actrices se mêlaient « sans répulsion, à la clientèle ordinaire du lieu ». (Ernest Raynaud : Souvenirs de police, Au temps de Ravachol, Payot, 1923, p. 30). Doué d’une grande facilité de travail, Méténier savait mettre en rapport les personnages les moins faits pour se connaître, tirer d’un mauvais pas quelque ami de lettres, un Jean Lorrain, par exemple, égaré parmi les lutteurs de foire et les garçons-bouchers... « Cœur charmant, dévoué à tous (...) il rabattait, de temps en temps » vers Ajalbert, jeune avocat, les plus beaux « échantillons de la pègre de son arrondissement » (Mémoires en vrac, p. 261) qu’il fréquentait chez les mastroquets de la rue Galande.

142A cette fréquentation, Méténier perdit ses préjugés, si tant est qu’il en ait jamais eu. Prêt à porter à la scène La Puissance des ténèbres bien qu’il ne sût, disait Tailhade, ni le russe, ni le français, prêt à détrousser les œuvres d’un sien parent qui avait laissé une mine de manuscrits, prêt à lancer ses œuvres comme des manifestes, il géra tambour battant sa carrière d’« homme de lettres ». « Amoral, frivole, fanfaron » selon Rosny, il connut quelques succès au théâtre et, toujours en quête de quelques pécunes, car il était fort joueur, il accumula les contes, les nouvelles et les romans-feuilletons avant de créer en avril 1897 le théâtre du Grand-Guignol où le naturalisme devait trouver son dernier souffle.

143La meilleure part de son œuvre, ou du moins la plus curieuse, est liée à son expérience des truands parisiens. Sa peinture de la bourgeoisie est en revanche d’une absolue pauvreté, comme en témoigne par exemple Le Gorille, plat roman antisémite. Connaissant les habitudes de Méténier, nous sommes peu enclin à lui attribuer l’entière paternité d'Outre-Rhin, dans la veine d’Erckmann-Chatrian, ou le roman historique, Myrrha-Maria, situé à l’époque de Charles XII. L’auteur des adaptations théâtrales de Mademoiselle Fifi (1896), et de Boule de Suif (1902) fut emporté par le même mal que Maupassant.

Dessin de Xaudaro

Essai bibliographique

(Jusqu’en 1891).

La Chair (Bruxelles, Kistemaeckers, 1885).

La Grâce (Giraud, 1886).

La Croix (Bruxelles, Kistemaeckers, 1887).

Bohème bourgeoise (Savine, 1887).

En Famille, comédie en un acte (Tresse et Stock, 1887).

Madame Berwick (Sénez, 1888).

Outre-Rhin (Savine, 1888).

La Puissance des ténèbres, de Tolstoï, drame en cinq actes et six tableaux (traduit en collaboration avec Isaac Pavlovsky (Tresse et Stock, 1888) (Deux traductions avaient déjà paru : celle d’E. Halpérine (Perrin, 1887), et celle de Neyroub (Savine, 1887).

Madame la Boule (Charpentier, 1889).

L’Orage, d’Ostrovsky, drame en cinq actes et six tableaux (traduit en collaboration avec Isaac Pavlovsky) (Tresse et Stock, 1889).

Chroniques du XVIIIe siècle. Myrrha-Maria (Tresse et Stock, 1889).

La Casserole, drame en un acte (Tresse et Stock, 1889).

Autour de la caserne. La Croix (Savine, 1890) (La Croix, voir plus haut, est suivi ici de plusieurs nouvelles).

Le Mari de Berthe (Kolb, s.d.,-1890).

Monsieur Betsy, comédie en quatre actes (en collaboration avec Paul Alexis) (Charpentier, 1890).

Les Frères Zemganno, pièce en trois actes (en collaboration avec Paul Alexis) (Charpentier, 1890).

Le Gorille (Victor Havard, 1891) (Voir plus haut Madame Berwick)

La Lutte pour l’amour. Etudes d’argot (Charpentier, 1891).

Les Voyous au théâtre (Histoire de deux pièces) (Bruxelles, Kistemaeckers, 1891).

Zézette, mœurs foraines (Charpentier, 1891).

Octave Mirbeau

144né le 16 février 1848 à Trévières (Calvados), mort à Paris le 16 février 1917.

Portrait par Henry Bataille.

145Les premiers contes publiés par Mirbeau parurent dans Le Figaro en 1882, et, cette même année, il se fit remarquer par un virulent pamphlet contre Le Comédien qui mit en émoi toute la gent cabotine. Mais il fallut quatre ans encore pour qu’il publiât ses premiers volumes, Lettres de ma chaumière et Le Calvaire. Ces dates, à elles seules, permettent de mesurer la place particulière de l’ancien commensal du dîner Trapp qui resta trop longtemps éloigné de la littérature pour prendre une part active au combat naturaliste : tenté successivement par la politique la plus réactionnaire, la spéculation boursière, la pêche en mer, la débauche et la rédaction d’articles incendiaires contre les républicains, les Juifs, le cosmopolitisme (dans l’hebdomadaire Les Grimaces), le frénétique Mirbeau rata le coche de Médan.

146Venu à la littérature, paradoxalement, avec la génération des cinq du Manifeste, il ne se rangea pas pour autant aux côtés des « anazolistes ». Mais son tempérament était peu fait pour le conduire à s’inféoder : Mirbeau navigue au gré de ses sympathies et de ses dégoûts sans jamais se ranger parmi les naturalistes, même si la critique, non sans justesse, se plaît à souligner les traits qui peuvent permettre de rapprocher son esthétique de celle de ces écrivains. Son originalité est pourtant manifeste : Le Calvaire, L’Abbé Jules et Sébastien Roch sont à maints égards des romans autobiographiques, de secrètes confidences qui rapportent, poussées au noir, les expériences de l’auteur : la guerre, la passion sexuelle, la vie de famille dans l’atmosphère étouffante des petites villes, le collège et ses intrigues...

147Mirbeau eut toute sa vie le travail fort difficile, la hantise de « la page blanche » ce que reflète la composition souvent hétérogène de ses premières œuvres, pleines de strates, de relances, à l’exception de L’Abbé Jules qui annonce les romans les plus maîtrisés. Il sut prendre grâce à ses chroniques une position importante à la fin du siècle. Devenu anarchiste, dreyfusard, Mirbeau, l’ancien monarchiste, va demeurer jusqu’à sa fin, capable d’enthousiasme, de courage. Ce forcené avait la violence des esprits généreux : mobile, brouillon, toujours hyperbolique, s’abandonnant à l’impulsion du moment, il est par excellence un individualiste, un isolé : « Merveilleusement injuste (...), il n’est pas possible de lui attribuer un caractère ; seule l’exagération était constante : tout le reste variait au gré de l’heure, du temps, des causeries, des lectures, des événements, en sorte qu’on ne savait jamais ce qu’il penserait d’un homme ou d’une œuvre, ni s’il en penserait la même chose après un jour, un mois, une année... » (Rosny : L’Académie Goncourt, p. 13).

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891. Pour la suite, voir Martin Schwarz, Noël Arnaud et

surtout Jean-François Nivet, op. cit., infra).

Le Comédien (Brunox, 1883) (Reproduction de l’article paru dans Le Figaro du 26 octobre 1882 « suivi de l’entrefilet de M. Vitu, la lettre de M. Mirbeau à M. Magnard, l’Ordre du jour du théâtre du Château d’eau ». Brochée tête-bêche figure La Réponse de M. Coquelin : les Comédiens par un comédien).

Le Salon de 1885 (Baschet, 1885).

Lettres de ma chaumière (A. Laurent, 1886).

Le Calvaire (Ollendorff, 1887).

L’Abbé Jules (Ollendorff, 1888).

Claude Monet, Auguste Rodin (Galerie Georges Petit, 1889).

Sébastien Roch (Charpentier, 1890).

Bibliographie critique

Noël Arnaud : Edition présentée et annotée du Journal d’une femme de chambre (Gallimard, Folio, 1984).

Reg Carr : Anarchism in France : the case of Octave Mirbeau (Manchester University Press, 1977).

Marc Elder : Deux essais : Octave Mirbeau, Romain Rolland (Crès, 1914).

Hubert Juin : Préfaces aux rééditions de L’Abbé Jules, Sébastien Roch, les Vingt-et-un jours d’un neurasthénique et La 628-E8 (UGE, 1977).

Edmond Pilon : Octave Mirbeau (Bibliothèque internationale d’édition, 1903). Martin Schwarz : Octave Mirbeau. Vie et œuvre (The Hague, Mouton, 1966).

Jean-François Nivet : Mirbeau journaliste (thèse de doctorat dactylographiée, Lyon II, 1987).

Henri Nizet

148né à Bruxelles le 13 décembre 1863, mort à Rhode-Saint-Genèse (Belgique) le 16 avril 1925.

149Docteur en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles (1881), docteur en droit (1883), Nizet débuta dans les lettres non sans esbroufe : il attire surtout l’attention par une trivialité peu commune, un goût particulier pour les détails nauséeux ou scatologiques. Ses personnages sont toujours des ratés en proie à une médiocrité poisseuse. Bruxelles rigole peint les mœurs des étudiants étrangers, Les Béotiens évoque les journalistes et les écrivains belges en une satire passablement basse qui eut pour conséquence de faire isoler son auteur. Le troisième roman de Nizet, Suggestion..., de tous, le mieux construit, traduit encore la même prédilection pour la vulgarité et le scabreux.

150Nizet est un observateur précis, mais constamment travaillé du désir de dénigrer ou de faire saillir les aspects répugnants de la réalité : la vie estudiantine représente pour lui « la litanie des amours de louage » (Bruxelles rigole, p. 21), des débauches lugubres et des coups de pied de Vénus. Il ne nous fait grâce d’aucun détail : le cubèbe, le mercure, le copahu, le matico ont plus d’importance pour le héros de ce livre, le Grec Michel Milostaki que les livres et l’étude. La sexualité est d’ailleurs toujours abordée dans ses rapports avec la thérapeutique, que ce soit à cause du parfum de louche prostitution qui règne dans les deux premiers romans ou à cause de la malformation intime de Séphorah, qui joue un rôle important dans Suggestion...

151Nizet est un émule de Huysmans dont il exacerbe et délaye les procédés de description : les relations des deux hommes, jamais étroites, furent longtemps interrompues à la suite de la révélation des procédés publicitaires de Nizet et de Kistemaeckers qui n’eurent aucun scrupule à se servir, pour leur réclame, d’une lettre de Huysmans. Grâce à l’entremise de Descaves, sans doute, les deux écrivains connurent une réconciliation.

152Nizet vécut surtout du journalisme et fut en particulier la cheville ouvrière de La Dernière heure, quotidien libéral bruxellois, où il donna régulièrement des chroniques signées Alceste. Nerveux, tranchant, ce pessimiste dont une photographie révèle le regard perçant derrière d’épaisses lunettes, la longue barbe noire, publia, à part ses trois romans, un copieux manuel sur l’hypnotisme.

153Marie Mercier-Nizet dont l’œuvre poétique n’est pas oubliée en Belgique était la sœur aînée d’Henri. Elle vécut de 1859 à 1922.

Bibliographie

Une bibliographie chronologique complète figure dans la BEFB, t. 4, (1972), volume établi par René Fayt, Colette Prins, Jeanne Blogie, Renée Van de Sande sous la direction de Roger Brucher, pp. 341-342.

Bibliographie critique

Raymond Trousson : Deux naturalistes oubliés : Henri Nizet et Jean-François Elslander (Voir rubrique : Elslander)

Gustave Vanwelkenhuyzen : op. cit.

Albert Pinard :(? — ?)

Portrait de Slom (Pile-de-Pont, Jules Lévy, 1886)

154Ce journaliste radical était un habitué des réunions qui se tenaient le mercredi soir chez Huysmans et que fréquentaient en particulier Céard et Gabriel Thyébaut. Il collabora au Globe, aux Droits de l’Homme, au Radical et attira surtout l’attention de quelques curieux par la publication de Madame X..., la simple histoire d’une femme qui enflamme l’imagination d’un jeune homme sans jamais se donner, sans rien révéler non plus de son existence. « Je suis très épaté par le volume de Pinard, écrit Huysmans à Caze. Enfoncé le poildeculisme de Duranty ! C’est plein de talent sa Madame X... Voilà qui est sûr ». (Cité par Léon Deffoux : Le Naturalisme, p. 134). Pinard qui écrivait par ailleurs de sèches observations de personnages populaires, ouvriers et artisans, déçut ensuite lorsqu’il fit paraître un médiocre feuilleton, Le Cocher Etienne.

Essai de bibliographie

(Après 1886, aucun écrit d’Albert Pinard n’intéresse l’histoire du naturalisme). La Sève, poésies (Sagnier, 1873).

Célébrités contemporaines, M. de Lesseps, biographie (Quantin, 1883).

Madame X... (Giraud, 1884).

Les Elus de la Seine, Préface d’Henry Maret (Jules Lévy, 1885).

Le Cocher Etienne (Marpon et Flammarion, s.d.,-1885).

Pile-de-pont (Jules Lévy, 1886).

Edouard Rod

155né à Nyon (Suisse) le 29 mars 1857, mort à Grasse le 29 janvier 1910.

Portrait par Alphonse Descaves.
(La Chute de Miss Topsy, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882).

156Le père de Rod, ancien instituteur, sceptique et frondeur, reprit le commerce de librairie-papeterie et reliure de son beau-frère décédé. Son caractère aimable éclairrait un peu un foyer durement éprouvé puisque, de cinq enfants, Edouard était le seul survivant. Sa mère, pratiquement paralysée (elle mourut en 1867), s’était réfugiée dans une piété exaltée et démonstrative contre laquelle devait réagir le jeune enfant. Il fit de brillantes études achevées en Allemagne où l’avait conduit une curiosité déjà vive pour les littératures étrangères.

157Peu de temps après son arrivée à Paris en septembre 1878, le « vieux savant », comme le nomme son ami Nadar, prend une part active au combat naturaliste en publiant une brochure, A propos de l’Assommoir, en participant à la rédaction de plusieurs revues gagnées en partie au mouvement et en rédigeant des nouvelles et des romans qui ressortissent absolument à cette esthétique. Rod en est un représentant un peu gourmé, un peu terne et son rigorisme convient mal à la rédaction d’une histoire de fille (Palmyre Veulard), d’un adultère (Côte à côte, La Femme d’Henri Vanneau). « Travaillez bien, lui écrit Zola, quand vous aurez beaucoup de talent, vous aurez tout à fait raison ». (24 août 1881). Il est plus adroit dans la peinture de l’indécision amoureuse (La Chute de Miss Topsy).

158En 1885, Rod publie La Course à la mort, œuvre sombre, d’une structure confuse, où triomphe un schopenhauerisme exacerbé : dès lors, l’auteur s’éloigne de plus en plus du naturalisme qui aurait pourtant pu raviver d’un certain éclat les intrigues austères, grisâtres même, de maints volumes (Le Sens de la vie, Les Trois cœurs...).

159Rod fut un actif truchement des littératures allemandes, russes et italiennes et les études de ce comparatiste font souvent date. On comprend que cet intellectuel pâle, mélancolique et brumeux, ait tranché parmi les jeunes naturalistes. Trublot a rappelé à son propos la scie féroce que répétait en l’accueillant Vallès, son patron à La Rue : « Rod !... Oh ! Rod !... Rod !... Rod !... Comment va votre maladie de matrice ? » (La Course à la morgue (sic), Le Cri du peuple, 14 juin 1885).

160Edouard Rod renia bientôt ses œuvres de jeunesse en priant la critique de le juger en oubliant tout ce qui avait précédé La Course à la mort. L’œuvre romanesque qui suivit proposa des solutions assez factices, en tout cas sans avenir, à la crise du roman dont il avait été le témoin et l’analyste. Le cheminement moral et intellectuel de Rod, sa vaste curiosité qui l’empêchèrent d’être plus qu’un acteur transitoire du naturalisme n’en appellent pas moins une grande considération.

Bibliographie

(Complète jusqu’en 1891).

A propos de l’Assommoir (Marpon et Flammarion, 1879).

Le Développement de la légende d’Œdipe dans l’histoire de la littérature, dissertation de licence (Lausanne, G. Bridel, 1879).

Les Allemands à Paris (Derveaux, 1880).

Palmyre Veulard (Dentu, 1881).

Les Protestants. Côte à côte (Ollendorff, 1882).

La Chute de Miss Topsy (Bruxelles, Kistemaeckers, 1882).

L'Autopsie du Dr. Z*** (Frinzine, Klein et de, 1884).

La Femme d’Henri Vanneau (Plon-Nourrit, 1884).

La Course à la mort (Bibliothèque des Deux Mondes, Frinzine, 1885).

Tatiana Leïlof (Plon-Nourrit, 1886).

De la littérature comparée, discours d’inauguration du cours d’histoire générale des littératures modernes (Genève, Georg-Paris, Frinzine, 1886).

Etudes sur le XIXe siècle (Perrin, 1888).

Le Sens de la vie (Lausanne, Payot, 1889).

Les Trois cœurs (Perrin et cie, 1890).

Les Scènes de la vie cosmopolite (Perrin, 1890).

Dante (Lecène et Oudin, 1891).

Nouvelles romandes (Perrin, 1891).

Les Idées morales du temps présent (Perrin, 1891).

Bibliographie critique

Firmin Roz : Edouard Rod (Sansot, 1906).

Charles Beuchat : Edouard Rod et le cosmopolitisme (Champion, 1930).

Michael G. Lerner : Edouard Rod et Emile Zola. I. Jusqu’en 1886 (Les Cahiers naturalistes, no 37, pp. 41-58).
 : Edouard Rod and Emile Zola. II. From la Course à la mort to Dreyfus (Nottingham French Studies, 1969, VIII, pp. 28-39).
 :
Edouard Rod (1857-1910) : a portrait of the novelist and his times (The Hague, Mouton, 1975).

J.-H. Rosny

161(pseudonyme de Joseph-Henri Boex) né à Bruxelles le 17 février 1856, mort à Paris le 15 février 1940).

Rosny en 1908, à sa table de travail dans son appartement de la rue d’Alésia.

162C’est bien sûr, avec ironie que Huysmans présente Rosny comme le « meilleur élève» de Zola, livrant « dans un jargon de chimie malade, un laborieux étalage d’érudition laïque, de la science de contremaître ». (Là-Bas, p. 34) Zola n’avait point ouvert les bras à celui qui, de fait, avait recherché sa protection. On sait de quelle manière Rosny se vengea de cette fin de non-recevoir que l’on se prend à regretter. Zola dut broncher devant le style emphatique, tarabiscoté de ce ravageur de lexiques que l’on présenta vite comme le type même du décadent. Ce n’était, en réalité, que le reflet d’une extraordinaire boulimie, d’une curiosité universelle que sa conversation et sa prose prodiguaient toujours sans frein. Ses amis l’identifiaent si bien à son héros, Le Bilatéral, l’homme des ratiocinations infinies qu’ils le surnommèrent, un temps, « le vieux Bi ». (Ajalbert, Les Mystères de l’Académie Goncourt, p. 271).

163Ses premières œuvres furent loin de rencontrer le grand public : elles n’imposent à la mémoire aucun personnage solidement bâti et leur rédaction opaque et chahutée oblige le lecteur à faire un effort largement récompensé, il est vrai. Rosny est un des rares témoins du monde ouvrier de la fin des années 1880, il sait reproduire dans Le Termite les discussions du Grenier. Quant aux trouvailles de son imagination, elles retiennent et enchantent souvent (Les Xipéhuz).

164En vieillissant, il va aller vers une plus grande simplicité sans renoncer jamais à la saisie totale de l’univers. La plus mince aventure est toujours pour lui prétexte à des digressions cosmiques, ses personnages se pourchassent de la même manière dans l’opulence des salons que dans les ténèbres de la silve préhistorique. Il retrouve partout son souci essentiel, l’étude de « la vie morale », condition même de la vie sociale, comme il ne cesse de le rappeler.

165Il n’a pas encore trouvé l’explorateur qui saura révéler sa puissance de visionnaire, l’ampleur de ses vues et les nuances d’une prolixité telle qu’il fallut bientôt deux hommes pour en assumer le poids. C’est en effet une bibliothèque entière qu’a composée Rosny. A quelle date son frère, Séraphin-Justin, né à Bruxelles le 21 juillet 1859, devint-il son associé ? La question est controversée : à notre sens, la collaboration ne fut effective qu’à partir de Daniel Valgraive dont les envois à la presse furent, pour la première fois, cosignés. Les volumes précédents, lorsqu’ils furent réédités après la séparation des deux frères, le furent sous le seul nom de Rosny aîné.

166Il est regrettable que ce puissant travailleur n’ait laissé que trois volumes de souvenirs : Torches et lumignons, L’Académie Goncourt et Portraits et souvenirs (œuvre posthume), car il fut sans doute le meilleur mémorialiste de cette période littéraire.

Bibliographie

(Jusqu’en 1891).

Nell Horn, de l’Armée du Salut, roman de mœurs londoniennes (Giraud, 1886).

Le Bilatéral. Mœurs révolutionnaires parisiennes (Albert Savine, 1887).

L’Immolation (Savine, 1887).(Ce recueil de cinq nouvelles contient la première édition des Xipéhuz).

Les Corneilles (Librairie Moderne. Maison Quantin, 1888).

Marc Fane, roman parisien (Librairie Moderne. Maison Quantin, 1888).

Le Termite, roman de mœurs littéraires (Savine, 1890).

Daniel Valgraive (Alphonse Lemerre, 1891).

Bibliographie critique

Georges Casella : J.-H. Rosny (E. Sansot, 1907).

Pierre Moreau : Introduction à un Choix de textes de J.-H. Rosny aîné, préface d’Albert Dubeux (La Colombe, 1961).

Vast-Ricouard : Raoul Vast : né à Paris en 1850, mort à Paris le 11 mars 1889, et Georges Ricouard, né à Bordeaux en 1853, mort à Paris en 1887.

VAST-RICOUARD
(Détail d’une caricature d’Emile Cohl : le Roman en 1886, Le Charivari, 2 septembre 1886).

167Si les romans de Dubut de Laforest soutiennent encore l’attention par leur vivacité, ceux de Vast-Ricouard, dépourvus de relief, déroulent leurs péripéties de la manière la plus convenue. Les condiments utilisés par ces deux analystes des « vices parisiens» semblent tout à fait éventés et le souci sociologique de ces observateurs fut à l’évidence bien mince.

168Ils tentèrent de faire survivre le concept de réalisme lorsqu’ils eurent compris qu’une telle étiquette pouvait faciliter la vente et leur procurer en marge du naturalisme une position indépendante. Outre La Revue réaliste, ces faux « disciples de Zola » créèrent avec Gros-Kost, pour « tuer les Cabanel, les Bouguereau, les Puvis et autres invalides », le très éphémère Salon réaliste dont Ollendorff publia deux numéros, le 1er et le 8 mai 1880. Manet en illustra la couverture.

169Ces deux écrivains méritent d’être mentionnés dans l’histoire du naturalisme à cause de la gêne qu’inspiraient leurs proclamations théoriques, capables selon certains de dévaloriser le mouvement à l’heure où l’on tentait de donner au groupe de Médan l’apparence de la cohésion.

Emile Zola

170né à Paris le 2 avril 1840, mort à Paris le 29 septembre 1902.

Zola en 1885
Dessin de Guth.

Bibliographie critique

David Baguley : Bibliographie de la critique sur Emile Zola 1864-1970 (Toronto, University of Toronto Press, 1976).
: Bibliographie de la critique sur Emile Zola 1971-1980 (Toronto, University of Toronto Press, 1982).

Colette Becker : Les Critiques de notre temps et Zola (Garnier, 1972).

Jean Borie : Zola et les mythes ou de la nausée au salut (Le Seuil, 1971).
: Le Tyran timide. Le naturalisme de la femme au XIXe siècle (Klincksieck, 1973).

Paul Brulat : Histoire populaire de Emile Zola (La Librairie mondiale, s.d.,-1906).

Alain De Lattre : Le Réalisme selon Zola. Archéologie d’une intelligence (PUF, 1975).

Auguste Dezalay : Lectures de Zola (Armand Colin, 1973).
: L’Opéra des Rougon-Macquart. Essai de rythmologie romanesque (Klincksieck, 1983).

Jacques Dubois : L’Assommoir de Zola. Société, discours, idéologie (Larousse, 1973).

Jean Fréville : Zola, semeur d’orages (Editions sociales, 1952).

John Grand-Carteret : Zola en images (Félix Juven, 1908).

Henri Guillemin : Zola, légende et vérité (Julliard, 1960).
: Présentation des Rougon-Macquart (Gallimard, 1964).

Philippe Hamon : Le Personnel du roman. Le système des personnages dans les Rougon-Macquart d’Emile Zola (Genève, Droz, 1983).

Albert Laborde : Trente-huit années près de Zola. La vie d’Alexandrine Emile Zola. Préface de Pierre Paraf (Editeurs français réunis, 1963).

Armand Lanoux Bonjour, monsieur Zola (Hachette, 1962).

John C. Lapp : Les Racines des Rougon-Macquart, traduit par Danielle Lapp (Bordas, 1972).

Edmond Lepelletier : Emile Zola. Sa vie. Son œuvre (Mercure de France, 1908).

Henri Mitterand : Zola journaliste (Armand Colin, 1962).
: (avec Jean Vidal) : Album Zola (Gallimard, la Pléiade, 1963).
: (avec Halina Suwala) : Emile Zola journaliste. Bibliographie chronologique et analytique, t. 1 (1859-1881) (Les Belles Lettres, 1968).

Roger Ripoll : Réalité et mythe chez Zola. Atelier de reproduction de Lille III, diffusion Champion, 1981.

Guy Robert : La Terre d’Emile Zola. Etude historique et critique (Les Belles Lettres, 1952).
: Emile Zola. Principes et caractères généraux de son œuvre (Les Belles Lettres, 1952).

André-Marc Vial : Germinal et le « socialisme » de Zola (Editions sociales, 1975).

Alexandre Zévaes : Zola (Editions de la Nouvelle Revue critique, 1945).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Paul Alexis. Dessin de Luque.Les Hommes d’aujourd’hui, VII, No 336 (1888)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Eau-forte de Théodore Hannon. (Le Collage, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Eau forte de Brunin. (Les Pas de Chance, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Dessin de Desmoulin(En Mer, Jules Lévy, 1887).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Dessin de Luque.Les Hommes d’aujourd’hui, VIII, no 382, 1890.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Henry CÉARD
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Bois de Daudenarde
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Portrait en taille douce par Alphonse Descaves. (Une vieille rate, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Eau-forte de Brunin. D’après nature, 2ème série, Bruxelles, Kistemaeckers, 1883.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Eau-forte de L. Lenain. D’après nature, 1ère série. Bruxelles, Kistemaeckers, 1879.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Dessin de Xaudaro
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Gravure de Desboutin
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Portrait de Michiels. Deux nouvelles, Bruxelles, Kistemaeckers, 1881.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Le Temps illustré, février 1899.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Détail d’une photographie. (Aux côtés d’Hermant posent, entre autres, Marcel Proust, la princesse de Polignac, la princesse de Caraman-Chimay...)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Gravure de F. Desmoulin
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Portrait de Lenain. (Le Mort, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Eau-forte par Just(Mlle Fifi, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Dessin de Xaudaro
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Portrait par Henry Bataille.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Portrait de Slom (Pile-de-Pont, Jules Lévy, 1886)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Portrait par Alphonse Descaves.(La Chute de Miss Topsy, Bruxelles, Kistemaeckers, 1882).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Rosny en 1908, à sa table de travail dans son appartement de la rue d’Alésia.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende VAST-RICOUARD(Détail d’une caricature d’Emile Cohl : le Roman en 1886, Le Charivari, 2 septembre 1886).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Zola en 1885 Dessin de Guth.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1481/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search