Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Annexes

Texte intégral

Le mal du pays
Lettres de Claude Chouvin à sa famille

1San Salvador le 17 février 1895

2Bien Chère Épouse et Mère

3Comme toujour je vous écrit par tous les couriers qui me sont possible pour vous dire que je sui en très bonne santér je tassure ma bien Aimée que je nes pas été une seule minute malade pour vue que vous aures vous en soyez de même ces la ceule chose que je demande a Dieu je vien de recevoir une lettre de Mer Pellorce ou il me dit qu’il est en très bonne santer mes il a rèster au Nicaragua et il se plin aussi beaucoup du commerce mois je nen parle plus jes fait le sacrifisse de cette année et bien heureux que je ne manger et pas d’argent.

4Ma très chère Célestine ce qui menui ces que je nest pas encore reçue de tes chères nouvelles je sui fort inquiet de vous autres jai grand peur qu’ils vous soient arrivez quelque chose par tous les couriers qui vient d’Europe je vai voir au courier et toujour rien ête vous malades pour quoi ne pas mécrire seret il paussible que tu mes oublier je sui dans un transport si au moin je recevet une lettre de notre chèr Anfent mes ni de l’un ni de lautre que vous est il donc arriver pour ne pas mécrire il faut que jai toujour quelque chose pour me donner des anuis mes que Dieu veuille que mes supositions soit fausse et que sa soi tout le contrère que je supose que vous soyez tous en très bonne santer.

5Aujourd’hui par l’impassiance je suis aller voir le Directeur au courier et je me sui fortement plin vue que je ne recevai pas de vos chères lettres il ma mener voir tous les casiers des lettres ou il ma assurer que rien était venue a mon adresse il a même recomander les amployérs de bien faire attancion allors je supose que vous mavez pas écrit qu’il vous aient arriver quelque chose, ou allors je sui complètement oublier de celle que jaime il me faudret encore cela pour finir de complêter mon existance sa seret bien tout finie pour moi non jamai je ne pourai pas suporter la vie san ma bien chère Célestine que je voudret être plus près pour voir ce qu’il y a mes l’espasse et trop grande et de panser que jais encore peut etre deux grand moi avant que de pouvoir vous ambrassez et vous sairer sur mon coeur si Dieu veus nous accorder ce honneur.

6Car ma bien Aimée pas une nui de repos toujour la même idée qui me tourmante combien de foie déjà mes yeux se sont ramplie de larme moi qui était abituer de lire tes chères lettres que cétait pour moi toute ma force cétait allor ou je vivet de feset des affaires est jétais heureu mes cette année ses tout le confrère ou jamais eu le plus de besoin de tes chères lettres je nen nes pas mes peut être que mon bien chère anfent ne maura pas oublier par le prochin courier je pouret peut être avoir une lettre de lui et si jen reçoi pas par le courier prochin je nen recevret auqu’une je seret partit de San Salvador je seret dans une autre ville allors sa sera tout fini pour moi sans une nouvelle les êtres qui me sont si chèrs je me demande si je pouret résister à ce chagrin qui est continuel vous êtes tous morts pas paussible autrement ou alors tu na plus d’amour pour moi et de nimporte de quel fasson je seret un homme a ni pouvoir résister jen mouret de chagrin combien des foie je ne pui pas même manger a l’hôtel l’orsque je pence a vous mon diner et fini Dieu mauret il puni de la sorte ce nes pas possible, qu’il faut que je soi si tourmanter je técrit ma bien Aimée et adorer Célestine que Dieu veuille que sa soi toi qui lise ma lettre car dans ce moments je pleure a chode l’arme je me sui fermer dans ma chambre pour pouvoir pleurer a ma fantaisie sa me fait un grand bien cest alors que je fait toutes les réfleccions imaginère toi ma bien aimée qui étai si exagte a mécrire toit qui avait ten peur qui marive quelque chose tan de soin que tu me prodiguet lorsque j’étau auprès de toi et me voir complètement abandonner senet pas possible que tout ce que je supose me soit arriver je pence pas que ju mériter un chatiment pareille la ceule lettre que j’ai reçue de toi elle était du 13 Descembre et celle de notre bien cher Anfent datée du 15 Descembre ou jauret due en recevoir jusqua ces jours au moin 3 et rien toujour rien, Anfin ma bien Aimée que Dieu veuille que rien ne vous sois arriver ni a toi ni a notre cher Anfent et ainsi qua ma chère Mère peut être mes lettres se sont perdues et que jaurai encore le grand honneur de vous revoir tous dans les mêmes conditions que l’orsque je vous ais quitér.

7Mes a bien Aimée si toute foi javai encore le honneur de pouvoir vous trouvez tous en bonne santer que je serais eureux je croi que rien ne peut égaliser la joie que j’éprouveret ha que je voudret pouvoir être libre et partir par le prochin bateaux, mes sa mest impossible vue la cantiter de plante qui me reste jen est encors pour bien de tent avan que d’avoir tout vandue et jamai je ne pouret tout vendre mes je veu faire tout mon possible pouran tirer le meilleur partit je pence aller a Sonsonate une petite ville de l’intérieur une petite ville de 12 à 15 mille habitants ou je resteret une quinzène de jour si je pouvet partir quand je voudret je seret déjàs aller mes je ne pui pas partir illy a des convoits que tout les mois et je suis obliger attandre le 25 février pour pouvoir partir ou il me faut 3 jours de mule et une demie journée de chemin de ferts et mes marchandises von mettre 8 ou 10 jours ces ce qui va me donner du retard. Donc je ne pence pas pouvoir partir avan la fin du moi de mars et je ne seret pas avant la fin acril au paye, et tu peu croire ma bien Aimée combien je vai trouver le tent long et je nes pas le moyen de pouvoir faire autrements que d’attandre et esperer, Fait donc ma bien Aimée tout ton possible pour te conserver à l’affection de celui qui t’adore et ne néglige rien pour te soigner ainsi que pour ma mère ou je supose que ces peut être par-ce-que elle n’existe plus ma chère mère que tu ne mécrit pas a que des douleurs mon coeur ressant en técrivant cette longue lettre si mes yeux pouvet voir ce qui se passe chez nous que je seret eureu que je voudret aitre à La Garde pour me consoler mes inutile encore 2 mois ou plutot dire deux ans que je langui et combien tes lettres me font défaux tout me manque quand aurège le honneur de vous revoir tous je vous ambrasses tous du plus profond de mon coeur et je sui ton tout devouer fidel Epoux C. Chouvin et rien ne me fait plaisir san ma chère Célestine combien je taime tu ne peu pas le comprendre.

8Tu ne me fera pas de réponse a cette lettre je ne ses pas si je pouret la recevoir ou plutot dire par quel port je vais arriver en France fait bien des compliments au Parrin a la maraine et a tout mes amies de ma par a la Rosine ainsi a Elodie malgré que je n’adère pas a son mariage.

9Rio de Janeiro 2 avril 1901

10Mon très chèr Fils,

11Se nes pas encore le dépar du courier mes je suis si tèlement embeter que pour me distrère je vous écri, je suis en chèrche d’un magasin de pui que je suis ici et je nes encore rien trouver, ou si jen trouve ils sont dans des mauvèses rue donc sa ne me convien pas il y a un qui prèsque promi la moitier du sien mes il na pas encore pu me donner une réponce il me renvoi d’un jour a un autre enfin il ma dit que demin il me donneret une réponce, sur, celui-là il seret pas trop mal ces pour ce la que j’attant et il me couteret pas énormement chèr, il ma dit qu’il me le doneret pour 250 f par moi, mes ces le tout qu’il se décide Figurez vous combien je menuit, mes fort eureusement mon chéri que je sui en très bonne santer, mes boutons son passer et il me semble que je soufre moin de mon oprétion, donc mon Enfant je nes pas a me pleindre pour la santer, que Dieu veuille que vous et Maman vous soyez en bonne santer ces tout ce que je pui demander de plus chèr à Dieu une bonne santer a tous les deux je pence recevoir de vos nouvelles vèr le 8 avril donc dans 6 jours je serai bien eureux de lire vos chères lettres pourvue que vous soyez en bonne santer je crin toujour qu’il vous arrive quelque chose. Jais aussi fait une longue lettre a Maman que je croi elle ne se plindra pas de mes courtes lettres je suis si telment embêter qu’il me semble en vous écrivant sa me soulage, jai déjà fait tent de tour dans cette ville de Rio que je connai toutes les maisons mais aussi le soir je suis fatigué jai les pieds qui me fon mal et je n’abouti a rien tous les jours ces la même chose je ne découvre absolument rien de nouveau il y a un autre magasin qui feret très bien mon affaire je suis aler mes on men demande 1 300 franc par moi et je trouve que ses trop chèr vu la situation du pays ils sont dans une crise monétaire épouvantable ces pour cela que je ne veu pas me mêtre dans une fausse rue si se mes possible je suis très ennuyer dans ce moment je ne ses comment je vai maranger et voila 8 jours que je suis dans la même situation jirais a ailleur et ou je nen ses rien ces partout la même chose et sa me ferez encore beaucoup de fret donc de toute manière je suis obliger de rester ici, et si je pouvet au moin chiner mes sa mes impossible vue le clima sa me feret du mal assurément je vai faire tout mon possible pour tirer partit de mes plantes mes je croi que si je pui retourner en bonne santer chez nous sa sera le dernier voyage que je ferai jen suis dégouté complètement il n’y a plus rien affaire que de courir la risque de manger d’argent, les amériques sont ruiner complètement et toute sont les mêmes, Ce matin je nes encore rien pu décider pour mon mon magasin ces renvoyer a une heure mes comme je vien d’aprandre qu’il y a un courrier je me hâte de vous envoyer ma lettre votre tout devouer Père C. Chouvin.

12Bien des complimants a Melle Alaire a Emanuel et a Mr Paganon de ma par Recomender bien a Maman de ne pas senuyer a mon égar que je suis en très bonne santer recomender bien aussi la Filase que rien ne lui arrive je nes pas pu retarder jaurai voulu vous donner le résultat de mon magasin mes le courier par a 2 heure et je suis obliger de mettre ma lettre a 11 heures pour qu’elle puisse partir mes esperons que jaurai peut être une chanse et que sa ne sera pas toujour la même chose.

Catalogue en russe des frères MARIGOT

Autorisation de publication du 11 mars 1897, Gouverneur de la ville, le Colonel Tveritinov.
Typo-lithographie des frères Portsev, à Tashkent.

Publicité de Claude Chouvin dans La liberted electoral du 19 mars 1986

Cartes commerciales

Table des illustrations

Légende Catalogue en russe des frères MARIGOT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Autorisation de publication du 11 mars 1897, Gouverneur de la ville, le Colonel Tveritinov.Typo-lithographie des frères Portsev, à Tashkent.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Publicité de Claude Chouvin dans La liberted electoral du 19 mars 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Cartes commerciales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search