Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Conclusion

Texte intégral

1Le recours à l’histoire a autorisé plusieurs déplacements par rapport aux savoirs reçus sur les colporteurs de l’Oisans. On peut en souligner trois. Tout d’abord, il a permis de réviser la conjoncture du phénomène jusqu’alors admise et fondée sur la mémoire. Celle-ci donnait au colportage uissan une chronologie atypique : alors qu’ailleurs en France, le métier se meurt, il entre ici dans son âge d’or. A cette conjoncture de la mémoire, une autre a pu être substituée qui met en harmonie l’Oisans colporteur et les autres régions d’émigration marchande : le colportage en effet y connaît son apogée dans la première moitié du XIXe siècle puis recule pour n’être plus que résiduel dans les années 1900.

2Ensuite, ce métier connu jusqu’alors par le récit, qu’il soit mémoire, lettre ou souvenir, est toujours raconté comme une multiplicité de destins individuels que rien, hormis les exploits et les appartenances villageoises, ne permet de regrouper. Une fois restituées, grâce aux lettres de Nicolet, les mécanismes financiers qui les sous-tendent, ces aventures multiples s’insèrent dans quelques catégories que la taille des champs possédés permet de définir. Du même coup, l’étude des financements nous a fait connaître des « gagne-petits » du crédit, et voir en la personne de Nicolet comment, par la multiplicité de prêts minuscules appuyés sur un solide réseau de renseignements, une grande fortune bourgeoise s’établit. De l’autre, elle a conduit au cœur des communautés et fait pénétrer, non pas un monde ancien où il faisait bon vivre, mais une société instable, ambiguë, déchirée.

3Instable, parce que la terre y est reine, qu’elle est chichement mesurée, ardemment convoitée et vite perdue. Or, chaque crise économique, qui multiplie les faillites individuelles et désagrège les familles, oblige de plus en plus d’émigrants temporaires au départ définitif. Ambiguë parce que si la montagne est dure et réclame l’entraide pour sa mise en valeur, les besoins d’argent génèrent d’autres conduites. A la chasse au renseignement imposée par les créanciers, les Uissans répondent par le secret, la défiance, le repli sur eux-mêmes : on s’aide et on se méfie. Déchirée enfin parce que les dépendances financières multiples divisent les villages, constituent des clientèles et avivent les conflits au sein de la communauté.

4Avoir suivi au jour le jour quelques colporteurs en tournée a fait comprendre l’écartèlement du marchand ambulant pris entre des bailleurs de fonds qui multiplient précautions et poursuites judiciaires pour recouvrer leurs créances avec d’autant plus de force que la vie devient plus difficile, et une clientèle paysanne où l’échange d’argent entre dans le jeu de la sociabilité, où le comptant n’existe pas et où le temps, surtout quand il s’agit de rembourser des dettes, n’a pas de valeur. A ces contradictions, s’ajoute le développement d’autres formes de commerce pour rendre le colportage inadéquat à son temps et obliger les marchands ambulants aux départs sans retour qui sont dans la logique du développement industriel, de l’attrait du salaire fixe et de la pension de retraite.

5Lorsque, à la fin du siècle, la terre n’est plus mesurée, l’émigration définitive prend une telle ampleur que les familles restées au pays se trouvent trop au large dans un espace agricole brutalement agrandi. Or, elles continuent à le mettre en valeur comme au temps où la terre était chargée d’hommes. On peut se demander si la tradition du colportage et les comportements qu’elle a secrétés (défiance, secret, individualisme farouche) ne s’est pas traduite aussi dans la pérennité des modes de culture qui lui ressemblent tant, et si l’abandon du souci de la terre à des épouses coupées de l’innovation n’a pas contribué aussi à l’immobilisme agricole uissan que l’on constate au début du XXe siècle. C’est une des explications possibles de l’inadaptation de l’Oisans aux nouvelles données économiques de la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque chaque paysan continue à cultiver un peu de tout et surtout, symbole de l’auto-subsistance, du blé contre toute raison, lorsqu’à la différence de la Maurienne voisine, les communautés n’abandonnent pas cette agriculture au profit d’un élevage plus rémunérateur et plus approprié aux sols. De là, à la fin du siècle, parallèlement au courant marchand, le débordant et finalement l’emportant avec lui, le flux des départs sans retour qui laisse en Oisans une population qui n’est plus assez nombreuse pour cultiver la montagne et perpétuer la vie ancienne. Celle-ci habite dès lors les mémoires, à la fois exaltée et regrettée, trace imaginée d’une histoire perdue.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search