Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre X. De l’oubli à la légende

Texte intégral

Figures littéraires

  • 1 Nous avons utilisé les ouvrages suivants :
    . L. de JUSSIEU, Simon de Nantua ou le marchand forain, (...)

1Ce métier, comme tous les métiers itinérants, est tôt devenu un motif littéraire. Personnage de Rabelais, figure de la littérature de gueuserie, le colporteur incarne le faux mendiant, le vagabond voleur. Au XIXe siècle, est-ce toujours ce même visage que la littérature offre de lui ? La réponse n’est pas aisée et reste tributaire du hasard des lectures. Des écrits collectés et centrés sur la figure du colporteur, une première constatation peut rendre compte : ils sont dus à des écrivains catholiques qui écrivent pour édifier ou instruire leurs lecteurs1. Le choix du colporteur comme héros montre combien ce personnage était populaire ou considéré comme tel par ces élites.

  • 2 Y. d. ISNE, Le colporteur.
  • 3 Ibid.

2Ces ouvrages se répartissent en deux groupes qui présentent chacun une image antithétique du colporteur : dans l’un, il est une figure du Malin, dans l’autre, une représentation du Christ. Ces imageries si contrastées se construisent, toutefois, toutes deux à partir des mêmes éléments constitutifs de la figure du colporteur : la pauvreté appelle l’envie, la mobilité autorise toutes les forfaitures et assure l’impunité, l’expérience donne le savoir-faire, la séduction et la ruse. Dans l’autre, la misère témoigne de l’humilité du colporteur — ici la pauvreté est choisie, le métier une vocation : « Après de longues réflexions, il décida que le métier de colporteur réaliserait ses rêves les plus ambitieux »2 —, sa mobilité lui assure la liberté, l’indépendance de jugement, et l’expérience lui confère la sagesse. Cette sagesse est acquise de deux manières : par l’isolement : « L’habitude de la réflexion — fruit de la solitude — en faisait un être à part, que l’on consultait volontiers et dont on se répétait les avis »3 ; dans les rencontres et la pratique du métier : plus le porte-balle visite de pays différents et plus il voit et entend de choses et de dires.

  • 4 Ibid.
  • 5 L. de JUSSIEU, Simon de Nantua, p. 75.

3Mais la seconde tradition prend aussi appui sur la première et renvoie toujours à l’image du colporteur diabolique contre laquelle celle du saint se construit : « Dans tout homme, si bas qu’il soit tombé, il y a un point vulnérable au bien... Découragé, tombé, déchu, on peut encore devenir un héros et un Saint », écrit l’un des auteurs dans sa préface4. La leçon est d’autant plus exemplaire qu’elle est donnée par un personnage qui aurait pu être un de ces vagabonds redoutés et qui est situé tout au bas de l’échelle sociale, d’un homme que les valets regardent de haut et traitent avec mépris. Ce métier autorise ainsi nombre de transpositions d’épisodes de la vie du Christ et se prête admirablement à l’enseignement des valeurs chrétiennes ; en témoigne cet épisode où le colporteur répond aux valets qui le traitent de porte-balle avec mépris : « Pensez-vous m’humilier en m’appelant porte-balle ? et vous figurez-vous que je ne vaille point autant que vous ? si mes habits ne sont pas si beaux et si élégants, j’ai l’avantage de ne servir personne, entendez-vous : et je dis tout franc ce que j’ai sur le cœur à ceux qui le méritent »5.

  • 6 M. BAULANT, « Groupes mobiles dans une société sédentaire : la société rurale autour de Meaux aux (...)
  • 7 A. BLANC-PERIDIER, Le colporteur, 1933.

4La première tradition prolonge la littérature de gueuserie et prend appui sur la vieille peur des villageois pour tout ce qui vient de l’extérieur : le colporteur est le personnage sur lequel se déplacent les tensions internes du groupe, sorte de bouc émissaire de l’imaginaire. Ainsi, autour de Meaux, les grossesses illégitimes sont attribuées toujours à quelque marchand ou voiturier de passage6. Ce colporteur de fiction renvoie donc à l’existence de ces colporteurs faméliques, toujours en route et sans attaches au plat-pays. Cette tradition est illustrée dans des pièces comme celle d’A. Blanc-Péridier, Le colporteur, où celui-ci n’est qu’une incarnation du diable qui tente, sous couvert d’offrir sa pacotille, de pousser au suicide une jeune femme éplorée par la mort de son amant. La mystification est déjouée par l’arrivée d’une amie de la maison, qui se présente en portant un chapelet béni. A la vue de l’objet religieux, le colporteur s’enfuit ; la jeune femme sent alors la tentation qui l’habitait disparaître et s’abandonne à la prière7.

5L’autre tradition prend modèle sur le livre de Laurent de Jussieu, Simon de Nantua ou le marchand forain. L’ouvrage a obtenu, en 1818, le prix de la Société pour l’instruction élémentaire en faveur du meilleur livre à l’usage des habitants des villes et des campagnes. Il a connu de nombreuses rééditions tout au long du XIXe siècle, et fut même offert comme livre de prix scolaire. Le colporteur rejoint ici les grandes figures missionnaires de la propagande catholique intérieure, mais il se double aussi d’un citoyen pédagogue. L’ouvrage se présente comme un Tour de France, tel Le Tour de France de deux enfants, mais les héros sont ici le porte-balle et l’auteur qui l’accompagne dans ses tournées. Chaque halte offre ainsi matière à enseignement : le livre est donc un manuel d’instruction civique et morale, un ouvrage d’éducation religieuse et un recueil de conseils d’hygiène sur la nécessité de la propreté ou, par exemple, la manière d’emmailloter les bébés.

  • 8 C. JACQUEMOT, Le colporteur et le pinson, 1930, scène 3.

6Entre les deux guerres, une thématique nouvelle s’impose, et plus que le saint, c’est l’homme libre qui est célébré. Fergus le colporteur est une de ces figures de la mobilité choisie. L’ouvrage connut au moins vingt-trois éditions. Ici le héros exerce le métier, non par nécessité, mais par goût de la liberté. L’histoire se passe pendant la guerre de 1914-18. Elle raconte comment Fergus a démantelé un réseau d’espionnage monté par un Suisse, qui se faisait passer pour le curé du village, et un Juif. L’aventure se déroule dans un climat patriotique et antisémite imprégné de la morale chrétienne la plus traditionnelle. A la même époque, une pièce pour enfants reprend ce thème du colporteur-homme-libre, Le colporteur et le pinson. Au début de l’ouvrage, le père apporte à ses enfants un pinson qu’il a ramassé dans la neige. Ses enfants le réchauffent puis le mettent en cage. Peu après, un vieux colporteur frappe à leur porte pour se mettre à l’abri. Le père lui propose alors de quitter son dur métier et de rester chez eux comme jardinier. Mais le colporteur refuse en ces termes : « Chacun goûte au bonheur à sa façon. Moi, je n’ai jamais connu la servitude... j’ai toujours été le maître de moi-même... Ah ! vous, mes enfants, vous ne savez pas encore ce que c’est qu’un idéal... oh ! oui, j’ai souffert bien souvent, j’ai connu la faim et l’angoissante perspective des nuits sans logis, mais je savais qu’après l’orage le ciel redeviendrait pur et qu’après la nuit sombre, brillerait le soleil et jamais l’espoir n’a quitté mon âme... ah ! vous ne savez pas combien c’est beau la liberté ». Puis il reprend son chemin. Après son départ les enfants, voyant l’oiseau malheureux dans sa cage, lui rendent aussi la liberté8.

Les trajectoires des mots

7Il faudrait mesurer l’influence de ces archétypes littéraire en Oisans en étudiant enseignement et bibliothèques. Deux indices montrent le poids de ces représentations du colporteur chez les intéressés eux-mêmes : d’une part, la manière dont les colporteurs définissent l’exercice de leur métier dans les demandes d’autorisation de colportage qu’ils sont tenus, à la fin du siècle, d’adresser à la préfecture ; d’autre part, les mots qu’ils utilisent eux-mêmes pour parler de leur profession et de celle des autres colporteurs uissans.

  • 9 A.D. Isère, 9T 78.

8Les déclarations de colportage, dépouillées entre 1897 et 1902, attestent deux façons de dire et de demander l’autorisation d’exercer le métier9. La première, limitée à une sèche demande de feuille de colporteur, se rencontre surtout parmi ceux qui désirent vendre des livres, des brochures, des journaux : « Voulant désormais vendre Le Socialiste sur l’Isère », dit l’un, et le maire d’Allevard retourne la déclaration du sacristain de l’église, en y ajoutant : « Le déclarant qui déjà colporte le journal La Croix veut certainement sous la direction de l’archiprêtre d’Allevard faire une propagande cléricale acharnée dans le canton ». D’autres se réclament de l’Armée du Salut.

9La seconde mendie sa feuille, apitoie et se justifie. Parmi ces derniers demandeurs, deux populations se recoupent, les mendiants et les vagabonds qui sollicitent le droit de colporter, afin d’échapper à l’une ou l’autre condition. Parmi les vagabonds, beaucoup ne font que passer par l’Isère : « Etant sans travail et voulant partir de Grenoble pour Paris... » « Pour se rendre à Lyon son pays natal... » « Presque sans argent et fatigué car je viens de Genève à pied... pour pouvoir prendre le chemin de fer ». Mais vagabondage et mendicité ne sont que les deux aspects d’un même état, et c’est tantôt l’un ou l’autre qui surgit : « Je suis malade... Je veux vendre tout le long de la route pour me rendre chez moi sans être obligé d’aller tendre la main... ».

10Activité à la lisière de la mendicité, activité infâmante, que l’on s’excuse de vouloir exercer. Pour beaucoup, c’est la maladie qui ne laisse pas d’autre choix : « Je suis été réformé au corps pour une bronchite que j’ai depuis l’année 1893... ne pouvant pas faire un travail un peu pénible, ce serait pour vendre du fil, des aiguilles, des lacets, etc... » « Exerçant la profession de colporteur vu que je suis atteint de myopie progressive très accusée de mystagmus et par le fait incapable de faire le moindre travail nécessitant une acuité visuelle même faible... » ; ou c’est l’âge : « Je me trouve sans travail, ancien militaire âgé de 62 ans » ; ou encore la situation de famille : « Je suis sans travail et je suis seul avec ma mère, j’ai perdu mes deux frères en l’espace de huit mois ».

11Mais dans tous les cas, être colporteur n’est pas considéré par ceux-là même qui en font la demande comme un métier, comme un travail. C’est précisément parce qu’ils sont « sans travail », « incapables de travailler », qu’ils font une telle demande. « Permettez-moi de venir bien respectueusement solliciter de votre bonté et bienveillante bonté un récépissé de colporteur. Atteint d’une infirmité qu’un certificat médical justifie, ulcères variqueux à la jambe droite lesquels me rendent incapable de travailler et me mettant dans l’obligation pour me soustraire à la douloureuse situation de mendier d’exercer la profession donc je sollicite de votre bonté l’autorisation... » ; « Ayant fait cinq ans de service dans les colonies et ayant continuellement les fièvres ce qui m’empêche de travailler... » ; « Me trouvant estropié ne pouvant travailler...» ; « Me trouvant en ce moment dépourvu de travail je désirerais vendre des chansons ou des journaux qui me permettrait de vivre en attendant de trouver de l’ouvrage... ».

12Toutes ces lettres sont imprégnées par l’intériorisation de la doctrine chrétienne du bon pauvre : la référence y est souvent claire, contrastant avec l’image de ces populations dangereuses, brigandes et vagabondes, qui hantent les imaginations d’Occident depuis le Moyen Age : « Amputé du pouce de la main gauche, me trouvant actuellement sans occupation et avec des ressources plus que modestes, j’espère nanti de cette pièce me procurer le pain de chaque jour... » ; « Je me trouve moi et ma femme sans ouvrage, désirant me tirer d’affaire honnêtement je vendrai un peu de papeterie, mercerie... » ; « Me trouvant dans une situation déplorable... j’ai eu la jambe gauche dévorée par un ours... ». Mais entre errance et délinquance, la frontière est fragile : « J’ai été mis en état d’arrestation... et libéré aujourd’hui pour délit de vagabondage et mendicité. Ne pouvant travailler de ma profession de menuisier, ma vue étant très affaiblie, je vous prie, Monsieur le Préfet, de vouloir bien m’accorder un récépissé de colporteur et que je puisse gagner ma vie sans implorer la charité publique jusqu’à Bordeaux où j’ai des connaissances et des amis ». Ainsi, gueux et militants politiques ou religieux, se côtoient dans ces demandes.

13Seules deux demandes associent colportage et métier : « Colporteur ambulant... afin que je puisse exercer ma profession ». Et Cyprien Guimard, né à Ornon mais demeurant à Grenoble, qui demande « l’autorisation de vendre de la librairie et quelques petits articles, bijouterie et ustensiles pour voyager en France et à l’étranger ».

  • 10 Dans le royaume d’Argot, une différence entre les merciers est établie par le mode de colportage : (...)

14Les marchands uissans ne se reconnaissent plus dans ces colporteurs. Par ailleurs, le sens du mot se précise, et son emploi se circonscrit aux porte-balles sans tournée fixe. A la fin du siècle, le mot s’est marginalisé, déprécié et, quelle que soit la façon dont cette acception dévalorisée a pénétré en Oisans, les colporteurs veulent s’en démarquer. Le refus d’être appelé colporteur se lit confusément dans la seconde moitié du siècle, et clairement dans le dernier quart, où une nouvelle nomenclature se crée. En effet, si les textes de l’époque moderne connaissent trois catégories : les « marchands trafiquant en... », les « petits marchands portant la balle » et les « merciers », au XIXe siècle, dans les textes administratifs, les désignations varient d’un document à l’autre. Nous avons vu que dans la plupart des cas, les colporteurs donnent comme profession celle de cultivateur. Dans les passeports de la première moitié du siècle, ils sont « marchands colporteurs ». Sur les patentes, les désignations sont plus précises : selon que l’on porte une balle ou que l’on conduise un mulet ou une charrette, la redevance n’en est pas la même ; ainsi sont distingués les colporteurs avec balle, les marchands forains avec bête de somme, et pour les attelages des gros épiciers ou des grands rouenniers, on indique le nombre de colliers10.

15Les Ranque, du Villard d’Arène, ou Jean Gourand, de Clavans, sont sur leurs passeports marchands colporteurs, mais sur les registres de patentes, ils sont marchands forains avec bête de somme. Entre eux, ce sont des « voyageurs ». C’est ainsi que Jean Gourand se définit : après avoir emmené son fils en tournée avec lui en 1859, il écrit à sa femme que ce dernier a les qualités qu’il faut pour faire « un bon voyageur ». Jean-Pierre Magne, dans son texte autobiographique, se dit aussi voyageur, et désigne de ce mot les autres colporteurs : « Un de mes amis, voyageur comme moi... ». C’est ce verbe « voyager » qui nous a permis dans les archives militaires de distinguer les colporteurs des autres migrants, c’est lui aussi qui vient naturellement sous la plume de Jean-Pierre Magne quand il parle des régions que son père parcourait : « Cette dernière tournée est celle que mon père voyageait depuis longtemps... ».

  • 11 A.D. Isère, 4E 38 1K2.

16En revanche, à partir de 1870, le mot disparaît peu à peu, comme l’atteste la façon dont chaque commune a désigné ses marchands dans les listes des électeurs commerçants établies peu après 1870 : seule Oulles reprend le lexique des patentes, distinguant les marchands avec balle, les marchands avec bête de somme et les marchands avec voiture. Si au Villard-Reymond, tous sont colporteurs ou marchands forains, à Saint-Christophe, Vaujany, Ornon, Mizoen et Venosc, il n’y a que deux classes : les marchands forains et les fleuristes expéditeurs. Même dichotomie au Villard-Eymond : on est marchand forain ou marchand de graines ; à Clavans, on est marchand de rouennerie ou marchand de comestibles ; dans les autres villages, les spécialités sont moins marquées, mais tous ceux qui en ont une préfèrent l’utiliser plutôt que de prendre le mot de colporteur, qui est sorti alors de la sphère du travail et des métiers. Ainsi Huez, Clavans et Besse, n’ont plus ni colporteurs, ni marchands forains ; elles n’ont que des marchands de comestibles, des marchands épiciers, des marchands de draperies, des marchands de rouennerie, des marchands quincailliers. Les colporteurs sont devenus marchands, marchands comme l’étaient au XVIIe siècle les plus riches habitants du village, ceux qui ont inscrit dans le paysage communal le témoignage de leur ascension sociale11.

17Ainsi, au tournant du siècle, le rouennier, François Balme, s’intitule négociant, et Louis Giraud se fait appeler tour à tour marchand fleuriste, négociant, puis horticulteur ou marchand horticulteur. Les fleuristes, avant de choisir dans les années 1870 de déclarer aux militaires qu’ils sont jardiniers fleuristes ou fleuristes horticulteurs, préféraient auparavant se taire et ne livrer de leur vie que leur rôle de « cultivateurs ». En 1879 encore, Alphonse Marigot se présente comme « cultivateur » ; quinze ans plus tard, son cousin Adolphe est « jardinier-fleuriste ». Émilie Dauphin se fait l’écho de la puissance des mots : parlant du métier de son père, Émile Gonon, colporteur fleuriste du Mont-de-Lans, elle dit : « Le métier de fleuriste rapportait davantage. Il était très content : il n’était plus colporteur mais marchand de fleurs ».

18Le fils de Laurent Orcel, Jean, dit la même fierté chez son père, le jour où il a quitté la balle du mercier pour la mallette du lunettier : autre clientèle, autre tenue vestimentaire, et sous la description du confort du train et des nuits à l’hôtel, on entend le plaisir d’être considéré et de porter costume : « [Mon père]... dès le jour qu’il a commencé à porter la balle de lunettes, alors il ne voyageait plus à pieds, ou rien que pour visiter, alors après c’était le train, c’étaient les hôtels. Parce qu’il fallait qu’il touche une clientèle qui était beaucoup plus riche, beaucoup plus aisée pour pouvoir vendre ça... Alors après, ils avaient toujours un costume... mon père, il trouvait quand même une autre vie que celle qu’il avait avant.

  • 12 P. RETUREAU, Une forme méconnue de vente à domicile, les négociants-voyageurs, thèse de 3e cycle, (...)

19Une thèse récente qui se penche sur ce métier fait sienne ce changement de dénomination : le colporteur est devenu négociant-voyageur. Sous le titre Une forme méconnue de vente à domicile, les négociants-voyageurs, l’auteur définit le nouveau colporteur des campagnes : il s’appelle négociant-voyageur et c’est un commerçant exploitant neuf mois de l’année, hors de son pays d’origine, une région où il possède une clientèle stable dont il est le fournisseur, souvent de père en fils. Inscrit au registre du commerce, il pratique la vente à domicile et vend essentiellement à crédit, quant aux trois autres mois de l’année, il les passe sur sa terre familiale. Il s’oppose donc aux forains, qui vendent sur la place du marché et ne font pas de crédit, et aux colporteurs qui n’ont pas de tournées fixes. Le désir de ces professionnels est d’être appelé « négociants-voyageurs » et rien d’autre « pour des raisons tant morales que professionnelles »12. Le mot a donc achevé sa course et est venu réactiver les images qu’il faisait déjà naître à la fin du Moyen Age. Le colporteur est bien l’incarnation du « faux mendiant », suspect de tous les crimes, de toutes les débauches.

20Les colporteurs sont ainsi rejetés hors de la sphère du monde du travail, des métiers : seuls sont dorénavant des colporteurs, les porte-balles sans tournée, les colporteurs « faméliques », ceux-là mêmes que la littérature met en scène. Mais si en Oisans, on évite l’emploi du mot, la réalité qu’il recouvre n’en a pas pour autant disparu, et d’autres manières de la nommer apparaissent. M. Albert Ramel raconte que son père, enfant d’un premier lit, après une dispute avec son père, quitte sa famille et part à Grenoble avec un ami : « Il a acheté la balle et puis il a acheté ce qu’il fallait mettre dedans et puis ils sont partis sur le trimard tous les deux ».

21Questionné sur le sens de ce mot, il précise : « C’étaient les colporteurs, c’étaient ceux qui marchaient toujours à pieds, la vie dure, voilà ce que c’était le trimard ».

Les parcours de la mémoire

  • 13 Sont donc utilisés les entretiens déjà cités, réalisés avec Henri BALME, Ernest CHALVIN, Émilie DA (...)

22Banni du vocabulaire, disparu dans la pratique, qu’évoque le colportage aujourd’hui en Oisans ? Nous avons étudié la mémoire du phénomène à partir des enquêtes que Charles Joisten a menées en Oisans en 1974 et 1975, en lisant cet ensemble de récits comme un tout, comme un moment de la mémoire sur le colportage qui dit le temps présent au travers du passé, qui dessine aussi une société rêvée13. Plus de cinquante ans auparavant, Allix et Robert-Muller avaient questionné la mémoire des Uissans sur les mêmes thèmes : il aurait été intéressant de retrouver les réponses aux questions que ces deux chercheurs avaient alors posées pour voir comment au début du siècle la mémoire organisait les souvenirs, et quelle société elle faisait naître au travers de ses discours ; mais seuls les résultats de l’enquête nous sont parvenus. Ils révèlent, toutefois, prolongeant le refus du métier et son bannissement du vocabulaire, l’oubli, dans un premier temps, des ancêtres colporteurs, au moins dans les communes où le métier a le plus tôt disparu. Ainsi, La Grave et ses environs, commune colporteuse s’il en fut dans la première moitié du XIXe siècle, a oublié, au début du XXe siècle, le phénomène, au point que, se fiant à la mémoire collective, ces auteurs avaient conclu que la région autour du col du Lautaret n’avait jamais connu cette forme d’émigration temporaire.

23L’intérêt des savants a revalorisé cette profession aux yeux des descendants, les écrits érudits ont été lus en Oisans et ont enrichi les souvenirs. Si bien qu’aujourd’hui, la mémoire est aussi apprise : on rapporte ce qu’on a lu. En 1974, c’est sur ces textes que la mémoire s’appuie, à eux qu’elle se réfère, et les mêmes histoires circulent d’un entretien à l’autre, modulées selon la personnalité des conteurs. Ces derniers, quelquefois, citent leurs sources, comme M. Giraud qui évoque le livre de Louis Cortès sur l’Oisans et qui, il y a quelques années, proposait de nous montrer sa riche bibliothèque sur le sujet. Dans ses récits, il évoque d’autres émigrations comparables, comme celle des Barcelonnettes, dont il a aussi une connaissance livresque. Mme Turc, au sujet d’une question sur les veillées, cite « le très beau livre » de M. Rousset : elle-même ne peut parler des veillées car elle a passé sa jeunesse placée en Camargue. Ainsi des textes publiés aux traditions orales, les mêmes histoires circulent : érudition et souvenirs ont structuré une nouvelle image du métier, et, en 1974, la mémoire s’est réappropriée la figure du colporteur des campagnes jadis bannie, et l’aventure fleuriste, elle, est devenue légende.

24Toutefois, une coupure se marque dans ces récits recueillis par le Musée Dauphinois entre les interlocuteurs qui n’ont jamais exercé le colportage et ceux qui l’ont pratiqué ne fût-ce qu’un an. Deux informateurs l’ont vécu : l’un a porté la balle un an après son service militaire ; l’autre était, il y a dix ans encore, le dernier colporteur rouennier de la vallée du Vénéon. Dans leurs témoignages se profile la légende noire du métier : « C’était aller mendier le souper », dit l’un, « J’aime pas tirer les sonnettes », dit l’autre, en opposant le colportage en ville à celui qu’il a toujours pratiqué dans les fermes de la Bresse. Mais il décrit son activité, non plus tant comme un métier qui lui sert à gagner sa vie, mais comme l’occasion d’aller retrouver des amis, et pour sa femme celle du plaisir de lécher les vitrines de Chalon.

25Dans les autres témoignages, les colporteurs perdent toute épaisseur individuelle et deviennent les archétypes d’une communauté qui n’est plus. Tous les discours visent à exalter, au travers d’individus d’exception, la cohésion du village. A l’intérieur de ce cadre, le destin des fleuristes et des porte-balles peut se lire en parallèle. La cause du départ est semblable pour les deux types de colportage. C’est la misère qui les pousse hors de chez eux : « Huez, dans le temps, avant la guerre, j’ai toujours entendu dire mon père que c’était vraiment misérable. Et puis Huez avait une grande population... Plus de cinq cents habitants à Huez. Donc, il fallait vivre ». « Ils ne pouvaient pas rester ici, il n’y avait pas de quoi manger ». Mais ils échappent à la misère qui les jette sur les routes grâce à leurs qualités personnelles, tant physiques qu’intellectuelles.

26Matrice des autres figures colporteuses, quelle est celle du fleuriste au travers des enquêtes orales ? Son image se construit en valorisant la cohésion de sa communauté d’origine et le génie des individus qui la composent. Si l’on suit une campagne de fleuriste, telle qu’elle est racontée en Oisans, à chaque étape (le financement, l’association, le choix du pays, la fourniture en plantes et même parfois les planches de fleurs), tout vient de Venosc et de la mise en commun des ressources de chacun, ce qui est dire une époque harmonieuse où volonté générale et volonté individuelle s’accordent sans écart : « C’était le 29 juin, le jour de la Saint Pierre où ils s’associaient, ils mettaient leurs économies ensemble et ils y pensaient tout l’été. Ils commandaient, ils envoyaient un mot à leur pépiniériste à Angers, parce qu’à Angers c’était peut-être le seul endroit où à ce moment-là on devait faire de la pépinière. Et le député-maire d’Angers, Monsieur Turc, il est d’ici. Il y a au moins une quinzaine de familles établies là-bas qui sont de Venosc... Alors, je vous dis, le jour de la Saint Pierre ils se mettaient ensemble et ils décidaient leur campagne et ils l’étudiaient un peu avec les autres pour pas faire les mêmes villes, pour pas faire les mêmes endroits... ».

27« Vous pensez que c’était eux qui les dessinaient [les albums] ? »

28« Oui, parce que c’est sommaire... Ils avaient quelque coup d’œil, ou peut-être que si il y en avait un qui savait mieux dessiner, qui avait le don, dessinait-il pour les autres, enfin ils devaient s’arranger... ». Les plantes sont cueillies dans la montagne ou achetées à Angers auprès de pépiniéristes originaires de Venosc ; l’aventure n’est ainsi tributaire d’aucun élément étranger au village. Dans le déroulement de la campagne, tout met en valeur le génie personnel : « Alors en arrivant dans une ville, il prenait d’abord un interprète et avec l’interprète ils étudiaient la monnaie et ils louaient le magasin. Ensuite ils exposaient, ils faisaient un peu de publicité, ils exposaient et pour avoir moins d’explications à donner il y avait l’explication visuelle, c’était le dessin ».

29« Et comment se déplaçaient-ils pour aller si loin ? »

30« Ils prenaient tous les moyens du bord, il y en avait qui ont traversé l’Oural avec des chars à bœufs... Il y avait des tas de ruses même pour arriver à ramasser leur argent ». Le problème de la terre n’existe plus, la concurrence et la méfiance n’ont pas leur place dans ces descriptions.

  • 14 Par exemple, A. LIZAMBERT, « Notes sommaires sur les anciens marchands de plantes de l’Oisans », B (...)

31Les circuits de financement, l’apprentissage des règles du commerce international sont oblitérés : les fleuristes sont les héros d’une aventure de courage, d’audace et d’intelligence, issus de villages qui sont autant de petites républiques d’hommes libres et égaux, qui parcourent un monde où n’existent ni banque ni assurance. Dans la narration de ces épopées, des variantes se rencontrent selon les conteurs, mais la trame est identique : c’est la même que celle que les écrits du début du siècle ont répandue en Oisans14.

  • 15 Musée Dauphinois, agenda de Pierre Veyrat, cité par E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XI (...)

32Enfin un glissement s’opère, et les colporteurs deviennent les égaux de leur clientèle aristocratique : d’une part, ils ont noué des amitiés avec ces clients, et donc participent de leur monde ; de l’autre, ils ont été souvent plus astucieux qu’eux : « Mon père..., raconte dans une notice sur sa famille un fils de colporteur, a planté tous les arbres du parc du Palais du Prince Galatzine ou Galitzine, vice-roi du Caucase. Mon arrière-grand-père avait ouvert un magasin à Sébastopol, Batoum et Kharkov. Le prince Galitzine satisfait de ses services, lui avait offert un bonnet en astrakan et un sabre dédicacé... Mon grand-père maternel, Etienne Marigot, faisait la Roumanie et la Turquie. Sa première visite était pour la reine de Roumanie qui l’engageait afin d’avoir ses plus beaux plants... Mon frère aîné Pierre Veyrat... avait obtenu d’être fleuriste à la cour du tzar Nicolas II... La première tentative de sédentarisation fut faite d’autre part par mon frère Pierre Veyrat, en association avec le comte Effremoff en Bessarabie à Kicheneff. Il s’agissait là des plantations de vignes en cépages français et de production de vins ». L’agenda de Pierre Veyrat, le père du narrateur, contient la mention : « Vandue à Monsieur le prince Galichin, année 1901 à 1902, à Tiflis, Caucase, moit de décembre, janvier et février : 1ère vante : 613 roubles, 2ème vante : 917,35 roubles, 3ème vante : 1280,95 roubles, au total : 2811,30 roubles », soit à peu près 7500 francs or15.

  • 16 Musée Dauphinois : enregistrement de quelques personnes de la Maison de Retraite du Bourg d’Oisans (...)

33Ce sont les mêmes thèmes que nous retrouvons privilégiés dans les mémoires de Magne, où ce dernier aime d’abord raconter ses rencontres avec les grands et les faveurs qu’il a reçues d’eux. L’histoire la plus fameuse est bien sûr celle de la rose bleue, verte ou noire, qu’un colporteur a vendue, et que nous retrouvons évoquée dans toutes les enquêtes et dans tous les articles sur les fleuristes. Plusieurs versions se trouvent dans les récits : « A Venosc, le père Martinet, le père Baron ont été vendre la rose bleue en Amérique »16. « Les colporteurs de la famille Balme, on les appelait la rose bleue. C’était un sobriquet mais c’était pas de mon temps ceux qui avaient vendu la rose ». Il l’avait vendue à l’impératrice de Russie, dit un descendant de cette famille. « La rose bleue, quelqu’un de Venosc l’a vendue à la cour de Russie ». « Ils ont vendu des roses bleues, je crois c’est à l’impératrice Eugénie, je ne me souviens pas bien ». « Un qui habitait à la cime de Venosc, il avait vendu ça [la rose bleue] à l’impératrice d’Autriche, et pis quand il est arrivé en France, il s’en était flatté... Il trottait par là dans Bourg d’Oisans, un samedi de marché, on disait « voilà la rose bleue.... Ensuite, ils l’avaient peint en bleu ». Amis de ces clients aristocrates mais plus rusés qu’eux, les marchands sont assimilés à la noblesse qu’ils servent. Ils sont qualifiés d’« aristocrate du métier », de « sang bleu », et cette aristocratie se transmet aux ancêtres puisque le seul colporteur qui, au XVIIe siècle, retourne à Venosc fortune faite, et fait construire une gentilhommière, se trouve aussi anobli dans les mémoires.

  • 17 Musée Dauphinois : Mme Perceval, petite-fille d’un colporteur fleuriste de Venosc [Rémy Veyrat], e (...)

34Le dernier pôle structurant l’épopée fleuriste est l’attachement au pays. Ainsi cette aventure qui doit tout au village se referme sur lui et sur l’amour que le colporteur lui porte. D’où, pour une part, son refus de le quitter. L’émigration repoussée vient donc compléter l’imagerie, indiquant les possibles dédaignés. La petite-fille d’un fleuriste de Venosc raconte que son père, alors qu’il voyageait en Russie, se trouva pris par le mauvais temps, et s’arrêta dans une auberge où il n’y avait qu’une chambre et des dortoirs. La chambre lui fut donnée parce qu’il était Français, mais le tsarevitch, qui fut lui aussi pris par le mauvais temps, s’arrêta dans la même auberge, et le colporteur lui céda sa chambre. Ils firent ainsi connaissance, et le prince offrit une place de précepteur à la cour, que le colporteur refusa, trop attaché à sa liberté et à son pays17. La fille d’un fleuriste du Mont-de-Lans indique que son père avait ouvert un magasin à Madagascar où il était allé souvent, mais que chaque été il revenait au pays. Il aurait pu s’installer là-bas mais il n’a jamais voulu forcer sa famille à partir « de peur qu’elle languisse ».

35D’autre part, de ceux qui partent quand même, seul le souvenir des réussites prestigieuses est raconté. L’émigration dont on parle, c’est celle de Bérard, qui s’est établi horticulteur en Espagne, d’un autre qui est devenu paysagiste au Maroc. « Il y en a qui se sont installés en Amérique, je connais quatre, cinq familles qui se sont installées en Espagne, à Madrid, à Séville, et il y en a à Grenade. Ils s’installaient comme quoi ?... Ils ouvraient un magasin de fleurs et ils achetaient des propriétés et ils plantaient... Même ici les Martin, c’était ceux qui arrangeaient les salles du trône, pour les réceptions... Un Giroud de Grenade qui a fait sa fortune avant la guerre de 1914 et qui est mort il y a deux ans, trois ans. Le père avait fait fortune mais le jeune homme, il avait pas continué. Il est même resté là-bas il était insoumis... Il était arrivé à être consul ou vice-consul... ».

36Enfin, les colporteurs sont membres à part entière de leur communauté : c’est mariés avec des filles du village, bons époux et bons pères, qu’ils s’expatrient quelques mois pour les besoins de leur commerce.

37« Et parmi les colporteurs qui partaient, est-ce que certains ramenaient des femmes ? Oh ! non, jamais de l’extérieur. Ils partaient mariés, ils s’étaient déjà établis ici, ils faisaient leurs foins, ils faisaient leurs patates et ils arrivaient pour tout semer et ils partaient pas avant que tout soit rentré, et puis ils laissaient les femmes et les enfants et ils s’en allaient passer l’hiver et ils revenaient tous les printemps, sauf quand ils avaient trouvé quelque chose pour s’établir, ils venaient chercher leur femme. Mais ils n’ont jamais ramené de femmes, jamais ». Un autre répond à cette question : « Ah ! non. Y en a qui en a ramené une ; c’est le seul. Mais moi je me rappelle juste de lui, il avait été colporteur, il avait ramené une femme quand même... Il s’était même marié là-bas, je l’ai connu vaguement mais ce n’était pas habituel ».

  • 18 F. ZONABEND, La mémoire longue, op. cit., p. 159.
  • 19 A.D. Isère, état civil d’Auris, registre des mariages dépouillé de 1840 à 1910.

38Effectivement, prendre femme au village est la règle. Mais ce mariage est ici présenté, non comme un vouloir, mais comme une réalité normative ; il est certes un désir puisque la communauté valorise le propriétaire marié mais dans ces récits, du même coup, ne sont pas mentionnées toutes les structures familiales atypiques, grandes pourvoyeuses de colporteurs, attestées dans la dernière partie du siècle (et qui étaient déjà largement répandues auparavant) : fratries, célibataires vieillis vivant seuls ou avec d’autres membres de leur parenté, ou ceux qui, trop pauvres, n’ont pas trouvé femme au village. Par ailleurs, ceux que leur propre village n’a pas intégrés ont plus de mal encore à trouver une place dans les villages qu’ils visitent, comme le montre l’exemple de Minot en Bourgogne, où l’un des deux mariages qui ont eu lieu contre la volonté des parents, est précisément celui d’une fille d’agriculteur avec un fils de colporteur18. A Auris, il y a trois exemples de tels mariages : un colporteur épouse une fille de Marseille et revient avec elle vivre en Oisans, et deux autres s’installent dans le pays de leur épouse. L’une des deux, devenue veuve, se remarie quelques années plus tard avec un autre colporteur d’Auris19.

39Ces récits, qui valorisent ainsi le village à travers leurs fils itinérants, masquent le rôle des femmes : ils décrivent des marchands mariés, qui quittent leur famille une fois les récoltes rentrées et qui retournent en Oisans dès la fonte des neiges préparer les semailles de printemps. Les femmes n’ont ainsi aucune part à l’aventure et pas de rôle spécifique puisque l’homme n’est absent que le temps de la morte saison. Les témoignages sont donc muets sur cette progressive inversion des tâches dans la communauté où, au fur et à mesure de l’allongement de l’absence, les femmes prennent en charge l’exploitation familiale toute entière. La figure féminine devient dans le discours un faire-valoir ou un frein : c’est elle qui empêche l’aventure, qui refuse que le colporteur ne parte trop loin : « Il [mon] père adorait son métier, mais il a été très malade alors ma mère n’a pas voulu qu’il parte ».

40Dans l’aventure fleuriste ainsi contée, l’échec prend une dimension unique. L’échec financier est quelques fois suggéré : « Alors le drame c’est qu’ils voulaient toujours repartir, même quand ils avaient fait de mauvaises campagnes. Alors après, ils repartaient sans passer à Angers, avec des plantes qu’ils ramassaient par là et ils vivaient d’expédients, ils pouvaient pas rester ici, y avait pas de quoi manger ». Mais en général l’aventure colporteuse n’est pas mise en regard des dépendances, de l’usure, des terres hypothéquées : elle n’a pas de pesanteur économique.

41Par un curieux transfert, l’échec du fleuriste se raconte comme celui de l’alpiniste, l’autre grande figure de ces montagnes : au bout de l’aventure, tous deux peuvent rencontrer la mort non l’expropriation, et la légende les peint sous les mêmes traits, mettant en relief leur goût du risque. Les uns se mesurent à la montagne, et pour les autres le terrain de jeu est le vaste monde. Ainsi de Pellorce et Sciaud, la mémoire a conservé pour l’un comme pour l’autre le souvenir de la mort en voyage. Or l’un et l’autre nous sont connus par les lettres du gantier Nicolet : ce sont eux qui, très endettés, refusent de solder leurs billets, d’honorer aussi les engagements qu’ils ont pris comme caution. Sciaud, dit Nicolet, n’a plus rien, et il demande à Me Argentier de le renseigner bien précisément sur les biens de Pellorce, car il compte se retourner contre lui. La correspondance de Nicolet atteste qu’il était socialement mort pour le banquier car il n’a plus de biens. Quant à Pellorce, la mort de son père et l’héritage qui s’en est suivi ont permis de régler ses affaires. Toutefois, à la même époque, un autre Pellorce, Pierre Pellorce, et son associé Jean-François Porte sont morts en Amérique Latine. La mémoire a mêlé les deux aventures : un Pellorce, comme le souvenir s’en est gardé en Oisans, « a disparu en voyage, d’une mort tragique, à bord d’un bateau je crois ». C’est la fin de Pierre et de son associé Jean-François Porte, mais la narratrice attribue cette mort tragique à François Pellorce et à Sciaud. Ce glissement, que l’on comprend parfaitement quand on a travaillé sur ces familles qui portent toutes le même nom, est toutefois révélateur de ce que l’on peut dire et de ce que l’on tait, de ce que l’on a retenu et de ce que l’on a oublié.

42L’autre échec qui nous est conté est la mort d’un colporteur à la frontière espagnole : « J’ai un aïeul, un bisaïeul qui est mort en Espagne dans une bagarre à la frontière où il n’avait rien à voir. Et le cabaretier avait envoyé un mot ici en disant si vous voulez poursuivre, votre mari a été tué dans une bagarre où il n’avait rien à voir, il s’est trouvé pris dans une histoire, un règlement de compte de contrebandiers, juste en passant la frontière. Alors elle avait cinq enfants en bas âge, elle n’a pas pu se déplacer, car elle n’avait pas de sous. Voyez c’était plein d’aléas quand même ». Fin tragique et romanesque ici aussi, qui est rencontre avec le destin.

43Les aventures ainsi contées ont deux issues possibles : ou la mort tragique et spectaculaire, ou la réussite exemplaire qui est l’assimilation à la condition sociale de la clientèle. La mort tragique renvoie aux raisons qui fondent la spécificité des fleuristes par opposition au colporteur des campagnes : il ne s’agit pas d’une affaire de tradition familiale, ni même d’une différence de richesse, mais d’une question d’audace personnelle : « Il y avait vraiment deux catégories ? C’est-à-dire que voilà les porte-balles prenaient un enfant pour les aider ou quelque chose. Oui en somme il y avait le colporteur riche, qui travaillait... c’est-à-dire que voilà quelqu’un qui ne voulait pas risquer, il y avait les gens qui risquaient et les gens qui ne risquaient pas leur fortune sur deux, trois tonnes de marchandises à charger, il y a des gens qui ne voulaient pas risquer... ». La naissance et la mort du fleuriste se répondent l’une l’autre pour exalter les destins individuels hors du commun ; mais ces destins s’inscrivent pleinement dans la communauté villageoise dont les colporteurs sont membres à part entière et qui leur fournit les conditions de la réussite.

44Le destin du porte-balle n’est pas aussi épique et pourtant, passé le temps du mépris et de l’oubli, son image se modèle peu à peu sur celle du fleuriste et les récits exaltent les mêmes valeurs. Il est aussi un homme hors du commun, d’abord par sa force physique, son courage et son endurance. L’un dit qu’ils faisaient des concours à qui aurait la balle la plus lourde, un autre qu’il a vu un colporteur porter une balle de soixante kilos pendant quinze kilomètres sans la poser, un troisième raconte qu’une balle pesait communément soixante-dix kilos, et que son grand-père « une fois en faisant de la cueille pour les chèvres était tombé, il s’était enfoncé le crâne et cassé les deux poignets. On fait venir le docteur de Bourg d’Oisans... c’est plus vieux que moi... Il lui avait mis des palettes aux poignets et le crâne il l’avait un peu désinfecté... Il avait mis deux mois pour se guérir le crâne... Et avec ses deux brassards il ne pouvait pas se charger sa balle, et il pouvait pas la décharger ; il pouvait pas se couper son pain, il est parti quand même. Il a pris un voisin qui est allé jusqu’à Grenoble et qui s’est rentourné immédiatement, il a pris le cafard, le mal du pays, il a continué seul. Alors dans les maisons on lui chargeait sa balle et on la lui déchargeait.

45A cette force et à cette endurance, le porte-balle allie, comme le fleuriste, l’intelligence : « C’était des fortiches » qui arrivaient à vendre cher n’importe quoi. On retrouve, dans la description des tournées, le même travail de valorisation de la société villageoise, et l’accent est mis sur la solidarité. « Est-ce qu’il y avait de la concurrence entre colporteurs ? C’est-à-dire non, il y avait beaucoup de colporteurs mais ils s’aidaient. S’ils se retrouvaient dans le même pays, alors ils s’arrangeaient... Ils disaient à tel jour on se rejoindra à tel endroit. Voilà et après, ils repartaient dans l’autre sens, de manière à ne pas passer deux dans le même pays ». Eux non plus ne cherchaient pas à prendre femme dans les pays qu’ils visitaient, et, à part les jeunes, les autres étaient déjà mariés : « Ils avaient déjà une famille quand ils partaient ». Et ceux qui sont restés aiment à dire qu’ils auraient pu émigrer, « être fonctionnaire » et « avoir une petite retraite », mais qu’ils ont choisi de rester en Oisans, comme Henri Balme qui a laissé une place à l’E.D.F. parce qu’il avait promis à son parrain de prendre sa succession.

46Le seul moment de la vie du colporteur, qui est volontiers décrit comme difficile à vivre et conflictuel, est l’apprentissage du métier. Sous l’opposition des générations se lisent aussi un rite de passage et l’épreuve qui autorise l’entrée dans la communauté : « Quand ils partaient pour voyager les jeunes, ils étaient obligés de payer en somme leur apprentissage. Alors ils partaient avec des plus vieux qu’eux, ils voyageaient pour leur compte c’est-à-dire ils travaillaient toute la journée et l’argent ils le donnaient tout en payant le droit de voyager avec eux, d’accompagner les anciens, c’est-à-dire que les anciens leur apprenaient le métier. Et alors après, ils se débrouillaient tout seul... Et mon père m’a toujours raconté que c’était très difficile à ce moment-là parce que ça remonte avant 1900 puisque mon père est né en 1885, alors vous voyez c’était très dur. Et ils voyageaient tout à pieds... Et puis les personnes avec qui il était qui étaient bien plus vieux que lui n’ont pas toujours été correctes avec eux ». La fille d’un autre colporteur raconte que son père avait commencé à quatorze ans : « C’était un oncle qui l’avait dressé ». Le choix du verbe traduit ce moment difficile où les anciens forment durement le jeune novice.

47Quand les enquêteurs évoquent la légende noire, celle des voleurs et des charlatans, les informateurs ne la nient pas. Mais ces histoires de colporteurs qui trompent leur clientèle, et dont le narrateur précise que l’auteur vient de son village ou de sa famille, mettent généralement en rapport colporteurs et notables. Telle cette histoire d’un Balme de Venosc qui avait son banc au marché de Châlons le vendredi, face au Palais de Justice, et auquel un monsieur demande s’il vend la plante qui correspond à la fleur qu’il a exposée en photo. Quand le colporteur acquiesce avec assurance, l’acheteur l’envoie au Palais de Justice. Il se croit pris, mais, quand il se trouve devant le Président du Tribunal, ce dernier lui demande de planter la fleur. Le marchand s’exécute, mais quitte Châlons pour n’y plus revenir. Ces histoires de tromperies servent donc, ici aussi, à valoriser, au travers des hommes, les villages auxquels ils appartiennent : la tromperie a valeur de revanche sociale.

48Mais comme on ne peut tirer la même fierté des hommes qui trompaient de pauvres gens, le discours devient autre : le narrateur raconte des histoires qui se sont bien terminées et installe un doute quant aux possibles savoirs du colporteur. Le fils d’un colporteur dit ainsi que son père une fois avait guéri un malade « qui avait froid à la jambe ». Son père le met au coin du feu et enveloppe la jambe avec de la laine. « Le Monsieur avait donné cinq sous en disant : quand je serai guéri, je vous donnerai les cinq francs qui restent ; mais il n’osait pas passer et son collègue, car ils étaient toujours deux, est passé. Le monsieur lui a dit vous lui donnerez les cinq francs mais c’est dommage car je lui aurais payé un bon repas ». Un autre raconte que son grand-père avait bien été obligé de se mettre à arracher les dents, bien que « ça lui répugnait... parce que les gens disaient il va falloir qu’on se fasse arracher des dents par votre concurrent qui va passer dans huit jours ». Il achète l’instrument que tous utilisaient, mais ne le fait que pour rendre service, et il était devenu tellement habile qu’à Venosc même on lui demandait ses services : « Alors il a acheté son davier et puis il l’avait sur lui. Il opérait à chaud, quand les gens avaient mal d’un abcès. On lui disait vous arrivez bien. Il avait réussi sa première extraction, après ça l’avait encouragé, il arrachait les dents au pays ». Et tous disent la répugnance de leurs parents : « Mon père le faisait un peu [soigner les bêtes] mais pas beaucoup mais il y en avait qui ne faisaient que ça le docteur ».

49Les vrais charlatans sont toujours rejetés dans d’autres communes. Le dernier interlocuteur les renvoie au Mont-de-Lans : « Dans les autres communes on faisait beaucoup les pharmaciens : au Mont-de-Lans, ils vendaient de la cape qui existe encore, c’est une mixture, l’huile de cape c’est une composition, je crois qu’il y a de l’huile de genièvre, quelque chose qui est puissamment désinfectant quand même ». Ainsi, les pharmaciens montagnards vendent « quand même » des désinfectants. Ceux qui se livrent à des tromperies plus graves, les narrateurs les chassent des montagnes : au mieux ils viennent de la plaine du Bourg d’Oisans, mais le plus souvent, ils sont originaires d’autres régions : « Les moins sérieux, qu’est-ce qu’ils faisaient ceux-là ? Ces gens-là partaient aussi avec un panier ou une mauvaise balle. Ils vendaient des drogues, des saloperies... S’ils voyaient quelqu’un de pas bien intelligent, ils trouvaient le moyen de fabriquer une bouteille de n’importe quoi pour leur vendre. Ils mettaient du vinaigre dedans, ils mettaient une goutte de pernod ou une goutte de gnole. Ces gens-là qui faisaient ce truc-là, c’était un peu les gens du Bourg d’Oisans. Des gens en retard... Alors ces gens-là partaient avec pas grand chose, des gens qui avaient déjà pas le rond, ils partaient avec une bricole du pays et puis ils achetaient, et puis ils en fabriquaient. Tandis que les gens de nos montagnes pourtant y en avait quand même quelques-uns, mais pas de la même manière. Non, c’était pas le même travail... Et ils vendaient la drogue le flacon trente sous, vingt sous, quarante sous, ce qu’ils pouvaient attraper... Ça se faisait partout ça ; y avait pas que nos voyageurs de chez nous, y avait les voyageurs d’ailleurs ; surtout de la Savoie. Oh ! ils étaient plus fins là-bas, plus coquins, pas le même monde. Est-ce qu’il y avait des charlatans aussi ? Oui, il y en a encore surtout chez les Auvergnats : ils vendaient de l’eau avec de l’éther et c’était réglé ». Il raconte ensuite que les gens d’ici l’ont fait, mais pas avec la même intensité : ils vendaient des tisanes.

50Ces récits qui gomment toute référence au statut social du marchand, si ce n’est dans l’évocation des causes du colportage, qui taisent les mécanismes financiers, les prêts d’argent, et où la terre est une grande absente, hissent peu à peu le petit colporteur au niveau du fleuriste, niant les deux différences les plus marquées : d’abord celle des gains, ensuite celle du prestige. La fille d’un colporteur de petite mercerie et de graines de Venosc raconte que son père, qui partait entre deux et trois mois (de la mi-janvier à la fin mars ou au début d’avril), rapportait 3.500 francs. Un autre parle de son voisin qui, quand il avait besoin d’argent, s’en allait quinze jours ou trois semaines en juillet et revenait avec 1.000 à 1.500 francs. Ils n’ont donc rien à envier aux fleuristes quant à l’argent gagné. Et le prestige que le fleuriste se taille au village en évoquant ses rencontres avec les grands se trouve, pour le petit porte-balle, transposé dans les villages qu’il visite : ils sont les amuseurs du plat pays. « Ils étaient attendus, les jeunes gens venaient à leur rencontre, leur aidaient à porter la balle pour avoir la veillée chez eux. Alors ils déballaient, bien sûr ils faisaient le porte à porte, mais dans une bonne maison, où il y avait des filles, où il y avait des garçons, il était là avec la balle et c’était à l’écurie, et toute l’écurie jouait. Alors il jouait, je ne sais pas le jeu que c’était, mais ils jouaient et ils jouaient de la marchandise, ils avaient une savonnette qu’ils offraient à leur belle comme ça voilà. Ça faisait des veillées extraordinaires et ils étaient attendus, ils étaient fêtés ». Ils sont attendus, bien reçus : « Alors je vous dis il le voyait dans un village, il disait ben tiens voilà Monsieur Roux qui est là, ben ce soir il va être là ; et puis les petits des écoles le voyait dans les écoles comme ça, alors ils le rapportaient à leurs parents. Alors ils savaient que tel jour il allait passer chez eux. Alors les mamans préparaient leur porte-monnaie pour acheter quelque chose » et il était reçu à la table des paysans, ceux-ci lui offraient un lit quand ils en avaient un, voire le gardaient plusieurs jours s’il était souffrant.

51Ces récits font donc entrer les colporteurs dans une histoire légendaire : des sagas familiales se créent et l’aventure fleuriste prend une dimension mythique. Trois courants se sont ainsi mêlés pour favoriser l’émergence de ces nouvelles représentations : les curiosités érudites, l’engouement pour les modes de vie passés et la fonction valorisante de la mémoire familiale. Du même coup, dans l’aventure colporteuse aujourd’hui contée, l’histoire est abolie, et les narrations empruntent les traits du mythe. Ainsi, à l’origine, ce sont quelques héros qui créent le métier, quelques hommes qui se sont intéressés à une orchis sauvage, le lys martagon, qui pousse dans les montagnes, et qui s’en vont la vendre au loin. Il n’est pas question de la lente spécialisation qui s’est opérée au cours des XVIIIe et XIXe siècles. La durée est abolie, l’histoire commence à l’époque des premiers souvenirs transmis, ceux des grands-parents, et l’apogée se marque à l’âge des souvenirs personnels, ceux de l’enfance. Ainsi quand Allix et Robert-Muller ont fait leur enquête en Oisans, les habitants des villages qui n’avaient pas « oublié » le colportage parce que celui-ci y était encore résiduel, ont multiplié ces marchands qui portaient la balle de bijoutiers, fleuristes ou lunettiers et, d’autre part, ont situé la naissance du métier au début du XIXe siècle et son apogée dans les années 1880. En 1974, la chronologie se déplace : l’origine du métier est placée en 1860, et son apogée avant la première guerre mondiale. Ainsi, dans ce jeu entre le savoir érudit et la mémoire paysanne, temps et histoire disparaissent, la pratique du père devient la pratique de tous les temps, l’histoire d’une génération vaut pour toute l’histoire, une histoire qui abolit les tensions et exalte les exploits.

Notes

1 Nous avons utilisé les ouvrages suivants :
. L. de JUSSIEU, Simon de Nantua ou le marchand forain, suivi des
œuvres posthumes de Simon de Nantua, Paris, 1853.
. CHEVRIER, Le colporteur, histoire morale et critique, Paris, 1899.
. G. de MAUPASSANT, Le colporteur, Paris, 1900.
. Y d’ISNE, Le colporteur, Paris, 1926.
. C. JACQUEMOT, Le colporteur et le pinson, pièce en un acte, 1930.
. A. BLANC-PERIDIER, Le colporteur, un acte en vers, Paris, 1933.

2 Y. d. ISNE, Le colporteur.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 L. de JUSSIEU, Simon de Nantua, p. 75.

6 M. BAULANT, « Groupes mobiles dans une société sédentaire : la société rurale autour de Meaux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu, no 5, Paris, U.G.E., 10/18, 1979, p. 78-121.

7 A. BLANC-PERIDIER, Le colporteur, 1933.

8 C. JACQUEMOT, Le colporteur et le pinson, 1930, scène 3.

9 A.D. Isère, 9T 78.

10 Dans le royaume d’Argot, une différence entre les merciers est établie par le mode de colportage : entre ceux qui portent la balle au bout d’un bâton ou sur le dos et ceux qui la portent à col. Voir R. CHARtier, « La monarchie d’Argot entre le mythe et l’histoire », Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu, no 5, Paris, U.G.E., 10/18, 1979, p. 280.

11 A.D. Isère, 4E 38 1K2.

12 P. RETUREAU, Une forme méconnue de vente à domicile, les négociants-voyageurs, thèse de 3e cycle, Lille, 1971, p. 18 et p. 36.

13 Sont donc utilisés les entretiens déjà cités, réalisés avec Henri BALME, Ernest CHALVIN, Émilie DAUPHIN, Joseph GIRAUD, Jean ORCEL, Albert RAMEL, Yvonne ROUX, Alphonse SONNIER, Léonie TURC.

14 Par exemple, A. LIZAMBERT, « Notes sommaires sur les anciens marchands de plantes de l’Oisans », Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d’Anthropologie, 1922, no 14, pp. 15-16. « Avant de partir, le colporteur récoltait ou faisait récolter par les enfants, dans la montagne, toutes sortes de graines, d’oignons, de racines, de tubercules, en formait un bagage aussi gros que possible et partait ainsi pour les pays lointains... Il s’assurait auparavant qu’aucun confrère n’était déjà venu battre la région ; il ne craignait pas alors d’aller frapper aux portes des riches personnages, de présenter ses images et de faire son boniment toujours bien approprié au milieu auquel il s’adressait... Un vulgaire tubercule d’orchis était facilement vendu 100 ou 200 francs et le tout à l’avenant. Il ne fallait pas, bien entendu, passer deux fois par la même localité ; mais le monde est vaste et pendant de longues années ce commerce fructueux a pu se poursuivre impunément ».

15 Musée Dauphinois, agenda de Pierre Veyrat, cité par E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle », art. cit., p. 43.

16 Musée Dauphinois : enregistrement de quelques personnes de la Maison de Retraite du Bourg d’Oisans, fait par Charles Joisten, le 13 novembre 1974.

17 Musée Dauphinois : Mme Perceval, petite-fille d’un colporteur fleuriste de Venosc [Rémy Veyrat], entretien cité par E. BESSON, art. cit., p. 42.

18 F. ZONABEND, La mémoire longue, op. cit., p. 159.

19 A.D. Isère, état civil d’Auris, registre des mariages dépouillé de 1840 à 1910.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search