Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre IX. Les devenirs

Texte intégral

1Tout au long de cette étude, nous avons vu combien le colportage était une affaire de famille et de parentèle. Cette solidarité familiale se rencontre à tous les moments : lors de l’apprentissage du métier, dans les associations, dans le financement où, même si les fonds viennent en partie du dehors, le cautionnement lie entre eux les divers membres d’une même parenté pour l’exercice du métier, enfin dans les itinéraires, semblables de génération en génération, avec les haltes obligées chez les parents émigrés dont on donne des nouvelles.

2Mais de ce métier, dès le milieu du siècle, les familles ne veulent plus. Les fils tentent d’y échapper, et leurs parents les aident, comme le montrent les correspondances de colporteurs qui parlent de leurs fils.

  • 1 A.D. Isère, 1J 927, Lettres de juin 1858, janvier, février et avril 1859.

3Le plus vieux, Jean Gourand, écrit en 1858 à sa femme pour lui demander si son fils, alors âgé de dix-huit ans, a l'intention « de faire un commerçant ». Sa femme lui répond qu’il n’est pas fixé sur cette carrière, qu’il ne dit pas non toutefois, mais que « sa passion favorite serait la carrière des Sciences mais il le voit nos moyens financiers ne permettent pas qu’il s’y verse ». Les ambitions sont déjà autres, seule la pauvreté maintient la tradition familiale. Et l’année suivante, il part pour le commerce avec son père. Trois mois après, il raconte son expérience à sa mère : « Il [le commerce] est toujours le même, pas très favorable pour moi il n’a pas plus de charme qu’à l’ordinaire et je ne puis vous dire encore si je serai de ses partisans mais je vais partir seul ces jours-ci... Mon idée est toujours la même si je ne fais pas un marchand, je dis adieu à Clavans. Vous comprenez que rien ne m’y attache si ce n’est vous autres mes chers parents ». Au retour de cette brève tournée, le père et le fils écrivent leurs impressions à Clavans. Le père déclare : « Notre garçon a fait une tournée de trois semaines, il a bien travaillé, je suis très content de lui, s’il continue, il fera un bon voyageur ». Le fils : « La tournée que j’ai faite ne m’a pas plu du tout quoique cependant j’ai a peu près gagné ma vie, il est vrai aussi que j’ai fait cette tournée dans le pays des véritables morvanguiaus mais aujourd’hui je suis ici à Ste Pérouse et je vais partir pour le pays bas, là j’espère que je trouverai des individus qui sauront au moins me dire de quel côté le soleil se lève ». Après cette nouvelle tournée, il n’est toujours pas convaincu : « Pour le commerce je ne vous en dit rien parce qu’il me semble que ma charge n’est plus si lourde, c’est certainement parce que je vends toujours quelque chose de temps à autre mais non parce que j’ai trouvé des appats dans ce métier ». Il devait remonter le 16 pour aider sa mère au transport du fumier et aux semailles de printemps, mais les poursuites dont son père est l’objet comme caution de Jean Arnol et les frais qu’elles impliquent, les font décider de voyager le plus tard possible pour gagner le plus possible. Le fils Gourand remercie sa mère de le laisser encore : « Du présent, je vous en parlerai avec un peu de satisfaction si en me tournant sur ma chaise je ne sentais la douleur que me font les ballots sur le croupion malgré cela je ne m’étonne pas, il me semble que depuis que j’ai quitté le Morvan je suis transporté dans un autre royaume. Je me plais à admirer la verdure du printemps je vois encore avec plaisir les troupeaux de bœufs courir gracieusement dans les beaux prés... mais ce qui parfois m’ennuie c’est que je suis décrotteur attendu que les chemins de travers sont très mauvais dans les pays où je voyage. Je ne vous en dirai ni bien ni mal seulement il me semble que j’ai trouvé des appats et je suis fort content que vous ayez eu la bonté de me mettre en liberté pour rester jusqu’au mois de mai »1.

4Epilogue : quelques années plus tard, le fils écrit de Séchilienne. Il est marié et son fils commence à marcher. Le couple cultive un jardin, des pommes de terre pour sa consommation, et soigne un cochon qu’il tue à l’entrée de l’hiver. Par rapport à Clavans, il a gagné la terre à bon marché : « Les terres ici ne manquent pas : on en trouve tout ce qu’on veut sans payer de ferme... Quelle est ma position ? Vous savez ce que je gagne, je vis avec ce que je gagne au jour le jour et conformément à ce passage de l’Évangile où il est dit « à ne vous inquiétez point du lendemain ».

5Le fils de François Balme, Cyprien, est au début du XXe siècle surveillant dans un collège religieux de Sassenage : « Du matin jusqu’au soir, écrit-il à son père le 25 mai 1903, il faut être là à surveiller ces enfants mais le travail n’est pas trop pénible et je suis quand même bien content ». Il fait plus tard la connaissance d’un jeune avocat, qui le pousse à préparer son brevet : « Je m’y présenterai toujours, à supposer que je rentre dans les chemins de fer, ce brevet n’est pas inutile ». En post-scriptum de sa lettre, il ajoute : « J’espère bien monter pour les grandes vacances, à moins que je trouve quelque préceptorat ce qui vaudrait encore mieux pour moi car le travail de la terre est bien dur et surtout ne gagne rien ». Mais Cyprien ne réussit pas à échapper à la terre : en 1906, il est colporteur et indique : « Le commerce n’est pas des plus brillant lors même je gagne bien ma vie... ».

6On a vu l’insistance du père de Joseph Ranque pour qu’il abandonne le métier, et celle de Claude Chouvin pour que son fils, par l’instruction, puisse trouver une situation meilleure que la sienne. Jean-Pierre Magne lui-même cesse de voyager dès 1847, après son deuxième mariage, pour être marchand de mulets. Après cette expérience, il se tourne vers des parents de son épouse, établis en Provence, et se spécialise dans l’élevage des ovins : il achète, au printemps, un troupeau de moutons et de brebis, qu’il fait alpager en été pour le revendre à l’automne. Au moment où il écrit, il a l’intention de n’engraisser pendant l’été que des agneaux. De colporteur, il est devenu maquignon, et s’est fixé ainsi au pays. Et pourtant, c’est sur le regret de n’avoir pas saisi sa chance, et de n’avoir point émigré en Amérique, qu’il termine ses mémoires : « Tout ce que je puis [dire] c’est que j’ai regretté et regrette de ne m’y être fixé pour toujours ».

7Au terme de ce parcours en compagnie de quelques colporteurs et de leurs fils, nous retrouvons les mêmes thèmes : ce sont les parents et la misère qui les retiennent au pays.

8Ces quelques exemples s’inscrivent dans des mouvements plus vastes, que l’on peut mesurer de deux manières : d’une part, en étudiant le dernier recensement du XIXe siècle qui indique à quelle structure familiale appartiennent les derniers colporteurs ; d’autre part, en suivant le devenir de la génération de marchands rencontrés dans les archives militaires.

Le recensement de 1896 : une structure familiale dégradée

  • 2 A.D. Isère, 1Mi 155, dénombrement de la population du XIXe siècle, listes nominatives, canton de B (...)

9Le recensement de 1896, bien que de valeur très inégale selon les communes, atteste que la grande tradition des familles colporteuses est brisée. La moitié seulement des communes de l’Oisans rattachées à l’Isère indique des colporteurs, et dans certains villages, comme Venosc, plusieurs fleuristes ont préféré se faire inscrire comme propriétaires. Claude Chouvin lui-même est au Chili au moment du recensement ; à La Garde, il est indiqué comme propriétaire. Le recensement atteste la marginalisation d’un métier, souvenir d’une époque révolue, qui ne persiste qu’aux lisières des familles. Ainsi, à l’exception du Villard-Notre-Dame (Villard-Eymond), aucun des marchands voyageurs ou des marchands forains n’est chef de ménage2. Nous avons schématisé, par village, ces structures familiales rencontrées en 1896.

10A Ornon, on rencontre deux colporteurs : l’un vit avec son frère, se sœur et sa mère (il a 43 ans mais c’est son frère, de trois ans son cadet, qui est chef de ménage), l’autre vit chez sa sœur, dont le mari est italien et qui a quatre enfants. A La Garde, ce sont deux frères qui vivent ensemble. Le plus jeune a 25 ans, il est chef de ménage. Sa fiche militaire nous montre qu’en 1896 il a été colporteur trois mois dans la Vienne, et qu’en 1897 il est nommé garde à pieds. Son frère a 47 ans, il est marchand forain. A Allemont, le colporteur est un célibataire de 30 ans qui vit seul. A Venosc, un seul « voyageur » (il a 40 ans et vit seul) et trois négociants que l’on retrouve dans la liste des électeurs commerçants : ils sont tous trois épiciers au village. Les fleuristes ne se sont pas signalés. A Clavans, c’est dans une large fratrie que l’on retrouve un « négociant » : trois frères célibataires de 42, 36 et 24 ans vivent avec leur vieille mère, qui est chef de ménage, et leur sœur qui est mariée. C’est le mari de celle-ci qui est négociant (l’appellation est du reste imprécise : il peut être sédentaire). Ce couple a deux enfants de 7 et 2 ans, et la maisonnée deux domestiques de ferme. Au Fréney, le chef de ménage est hôtelier ; il a gardé sous son toit son fils de 30 ans et sa fille de 32 ans. C’est l’époux de celle-ci, qui a 34 ans, qui est « voyageur de commerce » ; ils ont une fille de 8 ans. Au Villard-Reymond, trois frères vivent avec leur père veuf qui a 53 ans ; il est fromager. C’est l’aîné des frères, âgé de 25 ans, qui est « employé de commerce », le cadet, qui a 20 ans, est cultivateur et le benjamin, qui en a 18, est aussi fromager. Pour les aider, ils ont une domestique de l’âge du père — elle a 55 ans — qui est aussi fromagère. Au Bourg d’Oisans, seize chefs de ménage sont négociants, mais ce sont les commerçants sédentaires de ce bourg qui a pris de l’importance. Les deux colporteurs que l’on y rencontre habitent tous deux dans des hameaux, à l’écart, et sont tous deux de jeunes fils aînés vivant dans leur famille. L’un a 18 ans et habite aux Gauchoirs, hameau longtemps dans la mouvance de Venosc ; l’autre a 27 ans et il habite au Vert ; c’est l’enfant d’un premier lit. A Vaujany, c’est le domestique d’un couple qui élève trois enfants de l’hospice — pratique courante dans plusieurs villages d’Oisans, en particulier à Allemont, Vaujany, Besse, Oz, Auris et, dans une moindre mesure, au Freney et à Venosc — qui est aussi « marchand ».

  • 3 A.D. Isère, 3P9 239 rôle de patente pour l’année 1890.

11Au Villard-Notre-Dame, il y a encore des chefs de famille colporteurs en 1896 que l’on peut suivre dans le recensement de 1901. Première constatation, ils étaient dix-sept en 1896, ils ne restent que quatre, cinq ans plus tard. Dans la première famille Balmet, le père Alphonse est en 1890 marchand forain avec une voiture et deux colliers3. En 1896, il a 50 ans et est toujours marchand ambulant ; sa femme, Marie Garden-Poudre, a 46 ans, et ils vivent avec leurs quatre enfants : deux garçons, Alphonse et Alfred, âgés de 27 et de 17 ans, tous deux marchands ambulants, et deux filles, Marie et Lucie, de 20 et 14 ans. En 1901, le père n’est plus colporteur, son fils aîné est parti. Sa fiche militaire indique où : après avoir voyagé quelques années en Charente et en Dordogne, il s’est fixé à Monsec dans la commune de Mareuil près de Périgueux. Seuls restent les deux filles (l’aînée est couturière) et Alfred, qui voyage encore en Dordogne, Charente et Haute-Vienne. Après la guerre, il se retire du côté de Périgueux.

12L’autre famille Balmet s’est aussi dispersée mais nous avons moins de précisions sur son devenir. En 1896, ce sont trois frères, fils de Jean-Baptiste et de Marie Garden-Brêche, qui vivent ensemble et sont marchands ambulants. Les parents sont morts entre 1879 et 1884. L’aîné, Jean-Baptiste, est né en 1853 ; il ne figure pas sur les registres de patentes de 1890, ni dans le recensement de 1901. Auguste, le second, est né en 1858 ; il est le seul à être resté colporteur ; il est célibataire et, en 1901, vit seul. Le plus jeune frère s’est installé à Montceau-les-Mines.

Tableau XI. Structure familiale des colporteurs dans le recensement de 1896

Tableau XI. Structure familiale des colporteurs dans le recensement de 1896

Tableau XII. Evolution de la structure familiale des colporteurs du Villard-Notre-Dame dans les recensements de 1896 et de 1901

Tableau XII. Evolution de la structure familiale des colporteurs du Villard-Notre-Dame dans les recensements de 1896 et de 1901

13La famille Galle, en 1896, achève son activité colporteuse. Le père, Ambroise, qui est né en 1832, est toujours marchand forain. En 1890, il a pris patente pour une voiture et deux colliers. Il a deux fils, Ambroise et Théophile, qui sont aussi marchands voyageurs, mais leurs fiches militaires nous indiquent que tous deux émigrent dans les régions où ils ont colporté : la Charente et la Vienne. Ils s’établissent près de Laval.

14Chez les Garden, en 1896, deux frères qui vivent ensemble sont colporteurs dans les Deux-Sèvres. Ils ont alors 30 et 32 ans. En 1901, l’un des frères a pris femme hors d’Oisans, mais est retourné vivre au pays, et son frère, toujours célibataire, habite avec eux et continue le colportage.

15En 1896, chez les Garden-Brêche, le père de 70 ans vit avec sa femme et ses trois enfants ; les deux aînés, un garçon et une fille, Alexandre et Adeline, sont tous deux colporteurs. En 1901, le père est mort, Adeline est partie et, seul Alexandre, qui a près de 40 ans et ne s’est pas encore marié, continue le métier ; il vit avec sa mère et sa jeune sœur de 19 ans.

16La dernière maisonnée est celle de Marie Garden, autre veuve qui vit avec ses deux enfants de 49 et 40 ans, un garçon et une fille, tous deux célibataires. Adolphe, le fils, est à la fois cabaretier et marchand forain avec une voiture et un collier. En 1890, il est le maire du village. Les autres célibataires émigrent tous : Félix Paquet, colporteur en 1896, émigre à Saint-Bonnet-le-Château, près de Montbrison, et Aimé Pellissier, porte-balle sans voiture ni collier, dans les Deux-Sèvres. Julie Paquet, une des rares femmes colporteurs, a 46 ans, elle vit avec sa mère de 71 ans ; en 1901, elle n’est plus là.

17A la fin du siècle, si la spécialisation a aidé à prolonger le métier, comme on le voit chez les grainetiers et épiciers du Villard-Notre-Dame, la structure familiale ne se renouvelle plus. Seuls quelques pères de familles, âgés d’une cinquantaine d’années, sont encore colporteurs. Leurs enfants le seront aussi, mais pour quelques années seulement en attendant d’émigrer. Ceux qui continuent le métier sont tous dans une situation familiale atypique : membres d’une famille élargie ou soutiens de famille, célibataires vieillis, ou bien neveux vivant chez un oncle ou gendres encore jeunes habitant avec leur belle-famille.

Les archives militaires : le devenir des colporteurs

18D’autre part, qu’est devenue cette dernière génération de marchands, née à la mi-XIXe siècle, recensée dans les archives militaires ? Il faut d’abord rappeler les faiblesses de la source. Première limite : l’armée ne suit ces hommes que tant qu’elle peut faire appel à eux. Passé 45 ou 50 ans, ils ne l’intéressent plus. L’émigration viagère est ainsi ignorée. Ensuite les registres ne sont pas toujours bien tenus. Il faut noter toutefois qu’à partir de 1872, ils sont plus précis et qu’ils le seront de plus en plus au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. Par exemple, ils indiquent pour tous les hommes rappelés où ils se retirent après la guerre. Et c’est quelques fois le hasard ou la mort qui laissent deviner les installations hors d’Oisans. Ainsi, Jean-Pierre Dussert, du Mont-de-Lans, né en 1855, est marchand ambulant dans la Côte-d’Or autour de Beaune jusqu’en 1893, date à laquelle il déclare rester au Mont-de-Lans. Mais la gendarmerie le découvre, en 1898, habitant à Paris, au 29 quai de la Gare. C’est la mort le plus souvent qui révèle métiers et devenirs : celle par exemple de Pierre Turc, du Mont-de-Lans, né en 1847, et mort à Saint-Didier-sur-Arroux en Saône-et-Loire en 1882. A cette occasion, on apprend qu’il avait fixé son domicile dans cette commune, lieu ordinaire de colportage. Celle aussi de Jules Vieux, mort à 28 ans, en 1892, à Saint-Laurent dans le Jura, ou celle d’Alphonse Chouvin, mort à 30 ans, en 1885, à Saint-Galmier dans la Loire ; en 1882, il était à Grand-Croix au café Mercier et en mars 1884 route de Roanne à Saint-Étienne. Des colporteurs, sans doute, mais combien d’autres dont nous ne savons rien.

19Malgré leurs limites, les registres militaires autorisent une étude d’ensemble du devenir des colporteurs qu’ils font connaître. Nous avons donc dressé un tableau qui fait le tri par commune entre, premièrement, les colporteurs dont le métier ne modifie pas un statut de cultivateur-éleveur, deuxièmement, ceux qui tentent l’installation marchande sur les lieux de colportage, soit comme patron, soit comme employé (à l’intérieur de ce groupe, nous avons isolé ceux qui à quarante-cinq ans sont déjà revenus au pays), troisièmement, les colporteurs en quête d’un métier, colporteurs d’occasion qui portent la balle un an ou deux après le service militaire ou de temps à autre pour occuper leur hiver entre deux emplois (à l’intérieur de ce groupe, nous avons aussi indiqué ceux qui sont rentrés au pays), quatrièmement, les colporteurs vagabonds et mendiants.

Tableau XIII. Le devenir des colporteurs

Tableau XIII. Le devenir des colporteurs

Colporteur retour : 218, soit 52,9 % ; Emigration : 176, soit 42,7 % ; Emigration et retour : 19, soit 4,6 % ; Total des retours : 57,5 %. Nous n’avons pas compté ceux qui sont morts avant 25 ans

20Un peu moins de 60 % des colporteurs retournent au pays, un peu plus de 40 % le quittent. Pour ceux qui restent, les correspondances et le recensement de 1896 donnent l’image d’une population qui n’émigre pas parce qu’elle ne peut le faire. Les lettres invoquent la misère et les vieux parents dont il faut s’occuper. Les archives militaires y ajoutent, pour plusieurs, la maladie et une santé trop fragile pour être embauché ailleurs : ainsi ce colporteur de Clavans qui voyage dans le Jura, le Doubs et l’Isère dans la dernière décennie du siècle, et qui n’ira pas au front en 1914 car il est sourd et en très mauvais état général. Ce n’est pas un hasard non plus si tant de colporteurs meurent très jeunes en tournée. Les archives disent aussi le rôle des soutiens de famille, de ceux qui doivent en Oisans faire vivre des parents âgés, une mère veuve ou des frères et sœurs orphelins, comme cet autre de Clavans, Pierre Dussert, né en 1861. En 1885, l’armée le libère, il est fils aîné de veuve. Pendant cinq ans, il voyage dans l’Ailier. Sa mère décédée, ses frères et sœurs grandis, il part à Marseille et entre dans la police.

21Mais on rencontre aussi des marchands, selon l’ancienne tradition des marchands du XVIIe siècle qui, comme les deux frères Bernard de Venosc, Jean-Jacques et Jean-Joseph, vivent dans deux endroits : ils voyagent en Vendée et ont ouvert boutique à Nantes, mais ils continuent à payer leur patente de marchand forain avec voiture à Venosc où ils ont gardé champs et maisons.

22Parmi ceux qui émigrent, plus de la moitié s’installe sur les lieux du colportage. On voit là encore combien trois types d’émigration sont mêlés. L’émigration temporaire fait le lit de l’émigration définitive qui, à son tour, crée des pôles d’attraction pour ceux de la famille restés au pays. Suivons, pour deux communes, Clavans et Venosc, l’une de rouenniers, l’autre de fleuristes, la formation de ces espaces privilégiés. Pour Clavans, ils sont ceux du Nivernais. Pierre Chabert y est né en 1848 et ses parents sont retournés vivre à Clavans. Il colporte à Ouroux, là où il est né. Un autre Chabert va voyager dans l’Yonne toute proche avant son service militaire et, dès sa libération, il se fixe à Lormes dans la Nièvre, Lormes où beaucoup déjà se sont établis donnant du travail aux jeunes restés au pays. AugusteCharbonnel, né en 1847, est marchand ambulant dans l’Yonne et, dès la fin de son service militaire, il est embauché chez des parents à Vauclaix dans la Nièvre, puis à Saint-André en Morvan dans la commune de Lormes, où il se fixe pour vingt-cinq ans. Il retourne ensuite à Clavans. Son frère Julien, de cinq ans son cadet, visite l’hiver les mêmes villages : Vauclaix, Saint-André-en-Morvan. Il meurt à Clavans en août 1884 à trente-deux ans. C’est à Saint-André-en-Morvan qu’André Dussert ira se fixer dès sa sortie du service militaire. Et ainsi, de cousins en parents, Clavans va colporter autour de Châtillon, Nevers, Corbigny, Moulins, Lormes. Jean Eymard parle des cousins d’Aunay et de Châtillon chez lesquels il va dormir et prendre des nouvelles : les Dussert et les Garnier. Vingt ans plus tard, leurs neveux vont les retrouver : les enfants de Didier Garnier et de Madeleine Chabert, et ceux de Michel Dussert et de Marguerite Dussert s’installent ou voyagent dans ces villages. Ainsi, des fils de Didier Garnier, l’un meurt à Cervon en 1883 et les deux autres y passent leurs hivers. Et les enfants de Michel Dussert vont à Aunay près de Châtillon. Pierre s’y installe cinq ans après son service et y reste sept ans. Il se fixe ensuite à Lormes. Son frère Julien le suit. Il va d’abord à Aunay, puis à Lormes où il aide son frère à monter une affaire et où il s’installe définitivement en 1902.

23Ces pôles d’attraction ne concernent pas seulement les colporteurs mais favorisent grandement une émigration sans traumatisme. A l’intérieur des familles, une double identité se crée, nourrie par les lettres échangées entre ceux qui ont émigré et ceux qui sont restés au pays, cimentée par l’envoi réciproque des enfants. Ceux d’en bas viennent en Oisans pour l’air pur, ceux d’en haut dans le plat-pays pour y poursuivre des études, qu’ils soient filles ou garçons.

24Pour ceux de Venosc, les sites d’installation sont Paris, Bordeaux, Angers, Châteaubriant dans la Loire-Inférieure, et en Espagne, Madrid, Séville, Cadix et Malaga. Jean-Joseph Garden, fleuriste né en 1852, fait deux voyages en Russie, l’un en 1880 et l’autre en 1881, puis un voyage au Mexique en 1882, et part en 1885 retrouver ses parents installés à Paris. Son père, Jean Garden, est né en 1817 ; c’est un « fleuriste-expéditeur ». Il a gardé ses biens en Oisans. En 1890, il possède à Paris une petite maison avec terrain, et en Oisans trois maisons et de vastes terres. Il paye 8 francs pour sa maison à Paris et 74 francs pour ses propriétés à Venosc, ce qui le range parmi les plus gros propriétaires. Pierre Martin réside dès avant son service militaire à Paris ; il se dit négociant, employé sans doute chez un parent. En 1892, il s’installe à Lyon, et en 1899, il est fixé comme épicier. L’émigration définitive lui a permis de sauter l’étape du colportage.

25Angers a accueilli un groupe important de Vénoscains, dont les archives militaires mentionnent le premier. C’est Louis Giraud, né en 1861, le fils de Louis et d’Adélaïde Ramel, qui, au retour d’un voyage en France, en Suisse et en Belgique, s’y installe en 1893. En 1894, il voyage de nouveau en Suisse, en Alsace-Lorraine et en Belgique mais, la campagne finie, il retourne chemin des Maîtres d’École à Angers où il a élu domicile. Il investit ses bénéfices dans l’achat de terres et ouvre une pépinière. En 1896, ses affaires sont suffisamment prospères pour qu’il s’établisse définitivement là-bas. Il déménage alors chemin des Vieilles Carrières, et Angers devient le heu privilégié où se fournissent les fleuristes. Toutefois, l’échange est à double sens puisque Louis Giraud embauche des jeunes gens de Venosc et leur apprend le métier de jardinier. Ainsi, Alphonse Marigot y séjourne en 1902 et, comme Louis Giraud à ses débuts, continue de voyager à l’étranger jusqu’en 1908, mais entre deux campagnes il retourne à Angers. Ensuite, il y fixe son domicile jusqu’à la guerre. Celle-ci terminée, il se retire à Châteaubriant. Il trouve dans cette ville Jean-Alexandre et sa femme, Catherine Ramel, qui y sont négociants, et le frère de Catherine, Adrien Ramel, qui est voyageur de commerce pour la maison de sa sœur et de son beau-frère. Catherine et Adrien ont eux aussi gardé une maison et quelques terres à Venosc.

26A Bordeaux enfin, les familles de Venosc qui ont fondé des maisons de commerce font appel aux jeunes pour les aider à les développer. Ainsi, les deux fils de Pierre Giraud et d’Anne Rochette passent à Bordeaux une partie de leur vie. L’aîné, Louis, né en 1860, déclare aux militaires qu’il est employé de commerce et, jusqu’en 1888, travaille dans une de ces maisons bordelaises. Son frère, Etienne, né en 1883, s’y fait aussi embaucher, après avoir été colporteur dans l’Alher, la Loire et le Cantal. Il revient mourir à Venosc en 1898.

27Tous les villages ont créé ainsi des pôles d’émigration qui recouvrent les destinations colporteuses. C’est là où l’installation marchande réussit le mieux, une installation qui prend plusieurs générations puisque ceux qui se fixent sont les descendants des colporteurs financés par Nicolet. Ainsi, au Mont-de-Lans, Nicolet assigne en jugement les trois frères Fay fils de Laurent et, en 1838, il accepte de traiter avec leur beau-frère, Marc Gravier de Mizoen, et de retirer sa plainte contre les deux cents francs qu’il offre. Nous pouvons suivre ensuite les enfants de Pierre Fay, Auguste et Alexandre, nés l’un en 1850 et l’autre en 1854. Auguste, au moment de son incorporation, est marchand ambulant dans la Côte-d’Or et réside chez son frère à Crécy-sur-Thil, un frère né dans la période qui sépare le registre de Nicolet et ceux du recrutement. En janvier 1894, il y est installé comme marchand d’étoffes. Alexandre, qui voyage d’abord dans l’Yonne puis dans la Côte-d’Or, s’y établit dès 1885. Les frères Gravier, de Mizoen, colportent, du temps de Nicolet, autour d’Orléans. L’un d’eux au moins y a fait souche et embauche à Mizoen. Jean-Baptiste Jouffrey, qui est né en 1849, précise aux militaires qu’il va travailler à Orléans chez M. Gravier, et Pierre Delert demande à passer son conseil de révision à Orléans.

  • 4 Mme RIVIERE-SESTIER, « L’histoire des Amieux du Villard d’Arène », La Meije, nos 150-164.

28A ces histoires brèves que les archives militaires suggèrent plus qu’elles ne les content, la trajectoire de la famille Amieux du Villard d’Arène, qui est, elle, bien connue, ajoute une description précise des mécanismes d’une installation marchande réussie4. Maurice Amieux émigre une première fois en 1840 (il a alors 33 ans) à Voiron comme négociant en toile. Il est alors à la fois négociant et colporteur. En août 1850, par exemple, la mairie de Voiron lui délivre un passeport qui est visé en août 1851 par le Commissaire de Saint-Malo. Négociant à temps plein, Maurice Amieux accumule un capital qui lui permettra plus d’ambition lors de sa deuxième émigration. C’est en association avec Benjamin Carraud, employé alors dans une maison d’épicerie de Montluçon, qu’il envisage cette deuxième installation. Ils hésitent entre Bruxelles et Strasbourg, et choisissent finalement Nantes. Le choix est révélateur : la Bretagne a déjà été investie par les gens de La Grave, et la personne qui y attire Maurice Amieux est M. Aimond, connu vingt ans plus tôt par l’intermédiaire de Nicolet : il était alors négociant à Nantes où ses affaires prospéraient. Il a convaincu Maurice Amieux : « J’ai vu M. Aimond ainsi que M. L., qui m’ont fortement engagé à nous fixer à Rennes où il y a aucun de nos pays... Aimond me dit que la réussite est assurée si nous voulons nous occuper sérieusement ; leur maison y a fait de grandes affaires, mais elle a été cédée à un nommé L. qui l’a laissé tomber au point qu’il a été obligé de liquider il y a 7 ou 8 ans... Nous serions entourés de parents et d’amis ce qui nous permettrait de donner à notre maison toute l’extension possible si les affaires marchaient... Si nous pouvions réussir en Bretagne, j’ai la certitude que nous serions plus heureux qu’en Alsace par rapport aux relations intimes que nous poumons avoir avec nos pays et parents... ». Les avantages sont donc doubles : psychologiques et matériels. M. Aimond trouve d’ailleurs le local dans lequel Amieux et Carraud commencent leur commerce. Cette fois-ci, ils laissent la toile pour l’épicerie en demi-gros.

29Attirés en Bretagne par des compatriotes déjà installés, à leur tour, ils font venir d’autres Gravarois. Dès septembre 1850, Maurice Amieux s’adresse à un parent établi à Châlons-sur-Marne pour qu’il lui envoie comme commis, un autre parent, Claude Berthet. Celui-ci est d’accord « pour ne pas le laisser au pays oisif, attendu qu’il a besoin de travailler ». La demande est à double sens, et de La Grave aussi on écrit à Amieux pour qu’il fasse venir à lui les jeunes du pays. Ainsi, son cousin et filleul, qui est instituteur à La Grave, se joint à son père pour le prier de faire son possible pour employer son frère.

30L’affaire prend de l’importance, et c’est à son beau-frère, Auguste Poyet qu’Amieux demande de prendre la direction de la conserverie à Etel. Celui-ci, parce qu’il n’est pas possible de gagner sa vie au pays, accepte ; cette décision lui coûte, car il doit laisser sa femme et ses enfants : « Il s’agissait d’une détermination un peu sérieuse pour moi, vu que je serai obligé de laisser ici tout et mes enfants. Il me fallait ensuite, pour ma satisfaction intérieure, le consentement de ma femme. Elle comprend que je m’use le tempérament et que je n’aboutis à rien. Donc, après nous en être entretenu ensemble, nous avons décidé que si vous me pensiez capable de soutenir vos intérêts, je me disposerais à partir le plus tôt possible. Je tâcherai de louer ma maison, de régler mes petites affaires de façon à ne pas laisser ma femme dans l’embarras... J’ai fait des sacrifices de toutes les couleurs, mais le plus grand c’est ma santé... C’est mes pauvres enfants qui me donnent de l’inquiétude, les laisser sans fortune et surtout sans instruction... ». L’expatriation sans famille est difficile : « Si je ne croyais pas en mon courage et me laissais sous l’influence d’un peu de mauvaise humeur, je vous dirai que je ne reste plus ici, ce n’est plus tenable ».

31La croissance de l’entreprise s’appuie donc sur une double pratique : celle de la boutique et du marché local, celle du colportage. En 1860, la maison Amieux et Carraud a deux établissements pour la fabrication des conserves de légumes, l’un à Nantes et l’autre à Rennes, et une usine à Etel pour le conditionnement des sardines à l’huile. Sitôt la fabrication des légumes terminée, Maurice Amieux part dans le midi de la France pour placer ses produits. Il retourne ensuite à Etel s’occuper des sardines et, une fois la mise en boîte achevée, il repart vendre ces nouvelles productions.

32A l’installation réussie, longuement préparée, s’oppose celle de colporteurs endettés qui fuient l’Oisans et leurs créanciers. Leur réussite n’est qu’un mirage car trop de billets échus et impayés les privent du capital indispensable à toute installation marchande. Tels des joueurs, pourtant, ils refusent l’échec et doublent la mise.

33Nous connaissons ainsi trois cas de colporteurs qui ont fait faillite en tentant d’ouvrir boutique hors d’Oisans : en 1828, les frères Aymond et Gravier, originaires de La Grave, en 1838, Bernard Bertaillon et Joseph Caix, du Freney, à Moulins et, en 1839, Jacques Sionnet à Limoges. Tous ont tenté leur installation dans de très mauvaises conditions, tous étaient déjà endettés pour d’autres affaires, et depuis plusieurs années.

34Aymond et Gravier ont fait une faillite frauduleuse. Ce sont « des fripons », écrit Nicolet auquel ils doivent en 1828 555,50 francs pour trente-six douzaines de gants. La famille a chargé Me Poyat, notaire à La Grave, de s’arranger avec les créanciers. Malheureusement, nous ne connaissons pas le détail des arrangements ; seule apparaît la volonté de Nicolet de ne pas traiter si « on ne lui donne pas 50 % franco » et son désir de faire un exemple : « Le commerce aurait besoin d’un exemple éclatant », ce qui en dit long sur les difficultés des uns et des autres.

35En 1838, deux mois avant que Bernard Bertaillon et son associé, Joseph Caix, ne soient déclarés en faillite à Moulins, Nicolet avait fait opérer une saisie-arrêt sur les biens du premier. En plus de leurs dettes anciennes, ils devaient tous les deux un billet de 427 francs grossi de 100 francs de frais. Avant d’être associé à Joseph, Bernard Bertaillon l’avait été à Pierre, son frère ; mais ce dernier n’était pas remonté en Oisans depuis 1828, laissant impayé un billet de 109,50 francs, dont Nicolet lui rappellera l’existence quand, en 1834, il retournera au Freney pour régler la succession de son père.

36En 1835, un premier jugement avait été pris contre Jacques Sionnet sur l’intervention d’un autre de ses créanciers. Envers le gantier, il était débiteur de 358 francs, auxquels s’étaient ajoutés 100 francs de frais. L’affaire s’était arrangée, et leurs relations ne s’étaient pas interrompues, si bien que lorsque Nicolet apprend en 1839, par une lettre du syndic chargé de la liquidation, que Sionnet vient de faire faillite à Limoges, celui-ci lui doit deux billets, l’un de 443 francs et l’autre de 102 francs.

37Ces trois histoires se ressemblent : ce sont des histoires de fuite hors du pays d’hommes qui veulent forcer la chance et croient qu’une installation créera la richesse. Pour deux d’entre eux, l’échec est rapide ; le troisième ne tient plus longtemps que parce qu’il devient un escroc.

38Au début du XXe siècle, les archives militaires se font l’écho de tels échecs. Là aussi, ils sont le fait de colporteurs qui tentent l’installation d’emblée, dans des villages où l’émigration définitive n’a pas fait souche. Ainsi, quand Jean Dussert, de Clavans, s’installe marchand drapier à Montluçon en 1909, il a déjà trente-neuf ans. En 1912, il est condamné par la cour d’assises de l’Ailier à deux ans de prison avec sursis pour banqueroute frauduleuse. La guerre le trouve ouvrier dans une scierie grenobloise. Émile Blanc, du Mont-de-lans, né en 1852, s’installe près de Chalon-sur-Saône ; en 1881, il se retrouve en prison pour banqueroute simple. Etienne Bert, né en 1878, tailleur d’habits et colporteur, s’installe à Lyon comme tailleur d’habits en 1907 ; il fait faillite trois ans plus tard, mais reste à Lyon. Eugène Moulin, de Vaujany, né en 1874, colporteur, tente à plusieurs reprises de s’installer dans l’Isère. En 1897, il part voyager près de Bourgoin ; en 1901, il est en état de liquidation judiciaire. En 1908, on le retrouve près de La Mure, à Villard-Saint-Christophe, et c’est finalement à Crachier près de Vienne qu’il s’installe en 1922.

39Autant de destins individuels qui illustrent la fragilité des installations marchandes lorsqu’elles ne sont pas assises sur un solide acquis financier ni appuyées sur un premier noyau d’émigrés, parents au « pays ».

40Un tiers des colporteurs qui émigrent, sinon définitivement, du moins pendant la majeure partie de leur vie active, n’a été colporteur qu’à l’occasion. La plupart ne portent la balle qu’un an ou deux après leur service militaire ou en attendant celui-ci. D’autres voyagent entre deux emplois ; certains enfin, après avoir tenté d’autres métiers, retournent dans leur village et prennent alors la balle.

41Au Mont-de-Lans, par exemple, sur les dix colporteurs qui ne s’installent pas sur les lieux de colportage, cinq reviennent au pays : l’un est wagonnier P.L.M. à Valence, un autre employé d’abord à Cannes puis aux usines Durand à Vizille, le troisième préfère être bûcheron à Saint-Laurent-du-Pont, un autre travaille au P.L.M. à Paris, et le dernier, pensionné de guerre, retourne jouir de sa pension au pays. Parmi ceux qui ne reviennent pas, deux partent à Paris, l’un y sera gardien de la paix et l’autre homme d’équipe au P.L.M. puis facteur, le troisième s’établira à Saint-Étienne, le quatrième marchand tailleur à Gap et le cinquième agent de police à Bône dans le Constantinois algérien. A Ornon, sur les dix colporteurs qui cherchent un autre avenir, quatre vont s’établir à Grenoble (l’un comme domestique, deux comme employés au chemin de fer, et le quatrième dans une scierie), un autre se fait voleur à Arbois, après avoir été colporteur en Saône-et-Loire, deux vont à Paris, un est employé à Rive-de-Gier, un autre à La Mure, et le seul qui revient au pays travaille d’abord à Brignoles dans le Var, puis retourne à Omon et porte ensuite la balle dans l’Isère. A Oulles, sur les six colporteurs d’occasion, deux terminent gardes-forestiers, l’un en Savoie, l’autre à Allemont, un autre est garde-champêtre en Oisans, un autre va travailler au P.L.M. et le dernier, colporteur en Saône-et-Loire, s’installe à Arles. A Clavans, deux vont à Paris, dont l’un comme employé aux Magasins du Louvre, un autre est gardien de la paix à Marseille et le dernier, après avoir échoué dans l’installation marchande, se fait embaucher dans une scierie.

42Ces quelques exemples, choisis parce que les indications y sont relativement précises, appellent plusieurs remarques et précautions. D’abord, il paraît impossible de ventiler dans un tableau d’ensemble les devenirs des colporteurs par catégories socio-professionnelles car les sources les indiquent trop rarement. D’autre part, la quête du métier est, pour la plupart, longue, et les changements de situation fréquents. Enfin, lorsque nous perdons leur trace, leur vie n’est pas toujours stabilisée.

  • 5 Lettre du 30 octobre 1884.

43Toutefois, plusieurs caractéristiques se dégagent. C’est dans la petite administration, la police, la gendarmerie et les chemins de fer, que les colporteurs d’occasion cherchent à se faire embaucher, bien plus que dans l’industrie naissante. Par exemple, ceux qui vont s’installer dans la zone industrielle autour de Saint-Etienne (Rive-de-Gier, Givors, Grand-Croix, Lorette) choisissent presque toujours un établissement commercial, et non une usine. Une lettre de Jean-Joseph Ranque à son fils témoigne aussi que la tradition des maîtres d’école persiste, et que ces instituteurs profitent de la route des colporteurs : « Nous avons quelques jeunes gens partis pour Givors : Germain, celui d’Antoine Rousset, Augustin Gonnet et Louis d’Antoine Gonnet qui sont partis tenir l’école près de l’Ange Clot du côté de Givors »5.

44La relation entre les colporteurs « faute de mieux » et les colporteurs « d’occasion » est très étroite, et renvoie à cette structure familiale dégradée qu’atteste le recensement de 1896 : nombreux sont les colporteurs qui vivent en fratries et qui voyagent entre frères, jusqu’à ce que la disparition ou l’installation de l’un d’eux pousse celui qui reste à chercher autre chose, ainsi pour ces deux couples de frères d’Ornon. Les premiers voyagent dans la région d’Antibes. L’aîné, Jean Marie né en 1862, s’y fixe au bout de dix ans. Son frère Louis, de trois ans son cadet, se fait embaucher alors chez un négociant de Draguignan, mais l’expérience échoue et il retourne colporter deux ans. Il travaille ensuite aux mines de La Mure, qu’il quitte en 1908 pour un emploi de domestique à Grenoble. L’autre couple, Louis-Maxime et Louis-Étienne Chabert, voyagent ensemble en 1892 dans les Bouches-du-Rhône et le Var puis, de 1893 à 1898, dans le Vaucluse. Louis-Maxime meurt à Ornon en 1899 ; son frère abandonne alors le métier pour se faire embaucher à la scierie Henry à Grenoble. Dans d’autres fratries, c’est la disparition de la mère qui coupe les attaches avec l’Oisans. Tels ces frères d’Huez qui voyagent ensemble quelques années puis arrêtent tous deux en même temps : l’un va louer ses bras aux mines de La Mure et se retire après la guerre au Sappey, et l’autre va travailler aux mines de talc du Bourg d’Oisans alors qu’il voulait être cuisinier.

45La quête est souvent longue. Jean Petit, d’Ornon, né en 1861, voyage pendant dix ans jusqu’en 1893 ; il parcourt toutes les régions comme pour prospecter tout en gagnant quelque argent : l’Ain, la Saône-et-Loire, l’Isère, le Rhône, le Jura et l’Isère encore, jusqu’à ce qu’en 1893 on le retrouve logé à Paris et, deux ans après, à Versailles, au Palais... Louis Caix, du Freney, est incorporé en 1878, mais dispensé — sont frère est encore sous les drapeaux-. En 1880, il voyage dans le département du Rhône et, dès l’automne suivant, s’installe à Lyon, changeant de domicile tous les trois ans environ, jusqu’en 1892 où il trouve à se faire embaucher à Givors. Eymond Caix, également du Freney, va tenter sa chance à Lyon à vingt ans. En 1885, aîné d’orphelins, il est dispensé de service militaire ; quatre ans après, il rentre au pays et colporte pendant trois ans dans l’Ailier ; en 1892, on le retrouve logé en garni à Lyon ; en 1899, il y est toujours.

46Enfin, dans quelques villages, comme à Venosc avec les fleuristes, à Villard-Eymond avec les grainetiers, à Vaujany avec les épiciers ou à Auris avec les lunettiers, la spécialisation a eu la double conséquence de maintenir plus longtemps vivace la tradition colporteuse et de favoriser la conversion vers le négoce. Ainsi, Vaujany n’a pas de colporteur d’occasion, le Villard-Notre-Dame n’en a qu’un, et l’on n’en rencontre pas non plus dans le groupe des fleuristes de Venosc. S’ils sont quatre à Auris, en revanche seize restent colporteurs au village contre sept qui émigrent.

Les colporteurs et les autres

  • 6 Plus la grande ville est située loin de l’Isère, et plus les déplacements sont nombreux avant que (...)

47Pour tenter de mesurer l’influence de cette longue tradition colporteuse dans les villages d’Oisans, nous avons étudié le devenir de tous les conscrits entre 1867 et 1880. Il s’agit donc de la génération née juste après la grande crise agricole des années 1845-47. Là encore, la source militaire est plus indicative que réellement précise. Nous lui avons posé trois séries de questions. Tout d’abord, l’émigration se fait-elle directement ou après plusieurs déplacements ? Le document, on l’a dit, sous-évalue les itinérances, et pourtant la moitié des émigrants ne se fixent qu’au terme de deux déplacements ou plus, et plus d’un cinquième a été dans au moins trois villes différentes. Ces villes vers lesquelles se tournent les Uissans, sont-elles les mêmes que celles fréquentées par les marchands de génération en génération ? Pour le savoir, il faut isoler, parmi les conscrits qui émigrent, ceux qui s’installent sur les lieux de colportage, sans pour autant avoir été colporteurs. L’influence des lieux de colportage est manifeste, bien que les résultats soient une fois de plus complexes puisque dans les trois villages colporteurs de La Garde, Clavans et Saint-Christophe, aucun conscrit n’est repéré dans les lieux du colportage durant les quatorze ans de l’échantillon. Mais pour les autres communes, le pourcentage moyen est de 30 %. C’est l’émigration de la première partie du siècle qui rend inutile pour la génération suivante l’étape colporteuse. Deux types d’émigration se rencontrent dans ces régions traditionnellement parcourues. Elles sont, d’une part, les lieux privilégiés de l’émigration viagère ; ainsi, à Venosc, sur les sept conscrits qui reviennent au pays, cinq auront passé au loin la plus grande partie de leur vie, et deux y auront séjourné un temps ; à Besse, s’ajoute aux itinéraires colporteurs le chemin des bergers de Camargue, l’autre métier traditionnel. D’autre part, quand l’émigration est définitive, elle est aussi plus directe et plus stable : peu se fixent au terme d’un long parcours. En revanche, la grande ville, à l’exclusion de Grenoble, se trouve toujours au terme d’une longue itinérance6.

48Troisième interrogation : quels sont les métiers, choisis ou obligés, de ces émigrants ? Malheureusement, les indications de profession sont très lacunaires. Au Mont-de-Lans, dix sur quarante-trois indiquent leur profession ; à Venosc neuf sur vingt-deux ; à Ornon, cinq sur vingt-neuf ; au total, moins d’un sur quatre dit son métier. Pour Besse en revanche, on est mieux renseigné, puisque vingt-trois des trente-sept garçons qui quittent le pays précisent le métier qu’ils vont exercer.

Tableau XIV. Profession des conscrits non colporteurs à Besse, Mont-de-Lans, Ornon et Venosc, d’après les archives du recrutement de 1867 à 1880

Tableau XIV. Profession des conscrits non colporteurs à Besse, Mont-de-Lans, Ornon et Venosc, d’après les archives du recrutement de 1867 à 1880

49Le groupe des fonctionnaires est d’importance presque égale à celui des artisans, des employés et des ouvriers. C’est toutefois dans les échelons les plus bas de l’administration que les migrants trouvent un emploi. Un seul a fait des études supérieures et il devient pharmacien en Égypte, au Caire. Les métiers traditionnels sont toujours présents : ainsi, l’Oisans reste le foyer de séminaristes et d’instituteurs qu’il était aux siècles précédents. Les mineurs, une fois fermées les carrières uissanes, continuent cette tradition hors d’Oisans, comme ces quatre mineurs de Venosc qui se sont fait embaucher dans les carrières de charbon de Bessigue dans le Gard. Et le chemin de fer remplace l’embauche traditionnelle sur les chantiers des ponts-et-chaussées. Quelques destinations hors d’Isère, sans mention de profession, peuvent attester un courant vers les sites industriels naissants. Toutefois, pour les trois conscrits d’Ornon qui transitent par Rive-de-Gier, la question reste posée : est-ce l’industrie qui les attire ou Rive-de-Gier en tant que site traditionnel de colportage ? Deux se fixeront plus tard à Lyon et le troisième, après y être resté deux ans, revient sur l’autre site des marchands, à savoir le Var, puis il retourne à Ornon. Les ouvriers dont la profession est attestée travaillent dans les usines du Dauphiné : à Pont-de-Claix, à Rioupéroux ou dans les papeteries de la vallée du Grésivaudan.

50Pour déceler l’évolution des dernières décennies du siècle, les mêmes questions ont été posées pour le village d’Auris, mais sur un échantillon plus grand et chronologiquement plus tardif. Dans ce village, nous avons étudié le devenir des conscrits sur vingt et un ans, de 1875 à 1895. L’étude concerne donc tous ceux qui sont nés entre 1855 et 1875, y compris les soutiens de famille et ceux que leur mauvaise santé a fait placer dans les services auxiliaires.

51Sur les 88 conscrits que nous avons dénombrés, 36 restent au pays, dont un tiers soit parce que leur situation de famille les y oblige, soit parce que leur santé est trop fragile. Sur ces 88 conscrits, onze sont des soutiens de famille ; sur ces onze, quatre restent à Auris, quatre sont colporteurs et trois seulement émigrent. Dix autres conscrits sont affectés, pour raisons de santé, dans les services auxiliaires de l’armée : sur ces dix, neuf ne quittent pas leur village, un seul est colporteur. En outre, cinq meurent entre 26 et 34 ans, dont trois à Auris, un à Grenoble et un à Saint-Etienne. Parmi ceux qui émigrent, l’itinérance est plus grande que généralement en Oisans : sur 38 émigrants, 20 se fixent après un premier déplacement, 10 au bout du second et 8 au terme de trois déplacements ou plus. Parmi ces 38 émigrants, 8 retournent au pays avant cinquante ans, et 12 des 14 conscrits qui sont colporteurs restent à Auris : la spécialisation maintient bien vivace la tradition. Au total donc, ce sont 32 conscrits sur 88 qui émigrent, un peu moins du tiers.

Tableau XV. Le devenir des conscrits d’après les archives du recrutement à Auris de 1875 à 1895

Tableau XV. Le devenir des conscrits d’après les archives du recrutement à Auris de 1875 à 1895

52Parmi les métiers des émigrants, on note quatre enseignants laïcs ou religieux dont un reste à Auris, un charpentier et cinq ouvriers aux usines du Bas Oisans (Livet-et-Gavet, Les Clavaux, Rioupéroux). Parmi ceux qui ne bougent pas, trois vont s’installer sur ces sites industriels et trois y travaillent à un moment ou à un autre de leur vie. Seul un conscrit de 1894 s’en va comme journalier à l’usine de Saint-Gobain à Saint-Fons. On relève encore deux horlogers qui s’installent dans l’Isère, deux papetiers à Villard-Bonnot et un mineur.

53Le désir d’émigrer est patent, et la tradition colporteuse joue toujours son double rôle : aider ceux qui sont obligés de rester au pays ; inciter ceux qui peuvent partir à immigrer dans les régions déjà investies. L’appel de l’industrie dauphinoise se fait sentir mais point encore celle des grands centres de la région lyonnaise. En cette fin du XIXe siècle, à Auris, la tradition marchande est encore la plus forte.

54L’influence du colportage sur l’émigration montagnarde est donc décisive. Tout d’abord, il repère les lieux qui pourront être ceux d’une installation définitive. Les espaces parcourus deviennent ainsi ceux d’une fixation durable, individuelle d’abord, familiale ensuite. Des pôles d’attraction se constituent, selon une géographie qui est celle de l’activité colporteuse, liant chaque village uissan à un espace privilégié, celui du commerce de ses marchands itinérants. D’autre part, le colportage apprivoise ce départ. L’expatriation est rarement un geste brutal et unique. Partir chaque année ou plus irrégulièrement habitue à l’arrachement, même s’il est dur à vivre, persuade peu à peu de la nécessité du départ. De là, ces migrations en plusieurs temps faites d’hésitations et de repentirs jusqu’à la décision ultime. Enfin, le colportage crée une tradition de pratique professionnelle. Les émigrants uissans ne gagnent pas volontiers les manufactures, mais tentent de demeurer dans la marchandise, une fois poussées leurs nouvelles racines. Certes, l’administration, qui confère statut et retraite, constitue la carrière convoitée mais à défaut, l’activité qui, loin du pays, paraît la plus acceptable est le négoce, ce négoce autrefois ambulant et maintenant sédentaire.

Notes

1 A.D. Isère, 1J 927, Lettres de juin 1858, janvier, février et avril 1859.

2 A.D. Isère, 1Mi 155, dénombrement de la population du XIXe siècle, listes nominatives, canton de Bourg d’Oisans.

3 A.D. Isère, 3P9 239 rôle de patente pour l’année 1890.

4 Mme RIVIERE-SESTIER, « L’histoire des Amieux du Villard d’Arène », La Meije, nos 150-164.

5 Lettre du 30 octobre 1884.

6 Plus la grande ville est située loin de l’Isère, et plus les déplacements sont nombreux avant que le conscrit ne s’y fixe. Ainsi, c’est au terme de sept installations provisoires (Saintes, Orléans, Dijon, Saumur, Saint-Symphorien-sur-Loire, Nîmes et Béziers) qu’un ébéniste s’installe à Paris.

Table des illustrations

Titre Tableau XI. Structure familiale des colporteurs dans le recensement de 1896
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau XII. Evolution de la structure familiale des colporteurs du Villard-Notre-Dame dans les recensements de 1896 et de 1901
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau XIII. Le devenir des colporteurs
Légende Colporteur retour : 218, soit 52,9 % ; Emigration : 176, soit 42,7 % ; Emigration et retour : 19, soit 4,6 % ; Total des retours : 57,5 %. Nous n’avons pas compté ceux qui sont morts avant 25 ans
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Tableau XIV. Profession des conscrits non colporteurs à Besse, Mont-de-Lans, Ornon et Venosc, d’après les archives du recrutement de 1867 à 1880
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau XV. Le devenir des conscrits d’après les archives du recrutement à Auris de 1875 à 1895
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search