Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre VIII. Le retour au pays : le temps retrouvé

Texte intégral

  • 1 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le (...)
  • 2 M. NADAUD, Mémoires de Léonard ancien garçon maçon, édition établie et commentée par M. AGULHON, H (...)

1Après le temps vide de l’absence, celui plein, du retour au pays : « Il fallait paraître même quand on n’avait pas fait grand chose », raconte un fils de colporteur, et tous parlent de ces habits achetés avec le premier argent gagné1. Martin Nadaud dit la même chose pour l’Auvergne2. A son retour, on regarde l’émigrant, on essaye de savoir combien il a gagné, mais d’abord on le voit, il faut qu’il paraisse bien, qu’il montre par son allure qu’il a bien travaillé.

  • 3 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, 95 ans, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joist (...)
  • 4 Musée Dauphinois : Mlle Yvonne Roux, 61 ans, originaire de Venosc, enregistrement fait à Bourg d’O (...)
  • 5 Musée Dauphinois : Mme DAUPHIN, fille d’Émile Gonon, colporteur fleuriste du Mont-de-Lans, enregis (...)
  • 6 M. Joseph GIRAUD, enregistrement cité.

2Quand Félix emmène son neveu comme apprenti en Espagne, pour le payer, il lui offre un habit. M. Ravel se souvient des Martin et des Turc qui rentraient de Russie, une toque rouge sur la tête : « Oh ! quand ils venaient le samedi, par là au Bourg d’Oisans, ils étaient heureux de faire voir qu’ils avaient été en Russie, ils avaient leur toque rouge... »3. Et Louis Giraud n’oublie pas de s’acheter des chemises fines avant de remonter au village. Ils ont belle allure, de l’argent dans leurs poches, des histoires à raconter, et des cadeaux pour leurs femmes et leurs enfants : du fil à broder ou des petits sabots en bois vernis4. Certains fleuristes rapportent des « souvenirs » ; ainsi le père d’Émilie Dauphin qui revient avec un bouddha et une canne incrustée de Madagascar5. Aux femmes, ils offrent traditionnellement un châle aux teintes sombres, mais riche en couleurs6.

3Avant de remonter, ils achètent aussi, selon leurs moyens, ce qui est nécessaire à leur famille et qu’ils ne trouveront pas au pays.

4Les enquêtes orales du Musée Dauphinois attestent un large éventail de comportements. Certains ne ramènent que l’argent. D’autres se fournissent en épicerie « chez Rostaing qui existait déjà... et ils commandaient toute leur épicerie en gros, sucre et tout ce qui s’en suit pour tout l’été et pour l’hiver ». Un autre achète des bêtes : un précieux mulet ou bien quelques poulets.

5Ce que rapportent les colporteurs que nous avons suivis en tournée est aussi très variable et dépend, d’abord du mode de transport qu’ils utilisent pour aller au commerce. Ceux qui, comme Jean Gourand et Jean Eymard, n’ont ni mulet ni charette, ne peuvent se charger beaucoup. En 1859, Jean Gourand rapporte quelques lisières de drap et un peu de calicot pour garnir des chemises. Quelques années auparavant, sa femme lui avait demandé un morceau de tissu pour faire une robe à sa nièce. Jean Eymard, en juin 1865, dans sa dernière lettre avant son retour, demande à sa femme ce qu’elle désire : « Ma chère épouse vous me marquerez ce que vous pouvez avoir besoin pour vous ainsi que pour les parents ». En revanche, ceux qui, comme Joseph Ranque, voyagent avec leur charrette, reviennent plus chargés qu’ils ne partent. Ainsi, chaque lettre qui est adressée à Joseph Ranque comporte une liste d’objets à rapporter, soit pour sa famille, soit pour les amis et connaissances du village.

6L’éventail des marchandises rapportées est très ouvert : serrures, clous pour faire tenir les ardoises, bouchons pour les bouteilles, toutes sortes d’outils, une pierre à aiguiser, une faux, du son pour la mule et même du bois de réglisse, du sucre, du sel pour les bêtes. Ranque rapporte aussi tous les tissus nécessaires à la maison et à l’habillement, ainsi que des habits de confection. En 1868, il se charge même des meubles d’Ange Gonnet, qui retourne au Villard d’Arène après un séjour de plusieurs années comme instituteur à Givors. Quelques années plus tard, il remonte avec un autre mulet qui servira au Villard, et il marchande dans le même temps des petits cochons. A mesure que la liste s’allonge, son père lui suggère de peser sa charrette et, s’il est trop chargé, de le prévenir et de laisser une partie du chargement au Bourg d’Oisans, « qu’ils iront en renfort » chercher.

7Les marchandises sont payées en argent pour les connaissances et l’achat justifié par une facture, mais pour la maison et la famille, elles sont échangées contre sa propre marchandise. Et son père ajoute toujours : « marchander beaucoup... », « et marchander bien ». Pour les achats destinés aux autres familles, il insiste pour que son fils les fasse avec soin, et n’oublie pas de justifier ses dépenses. Aussi quand son père lui demande de rapporter une robe en laine noire pour Marie-Louise, il ajoute : « Et fais attention de faire cette commission comme il faut puisqu’ils ont confiance en toi ». Joseph Ranque ne se livre donc pas à un double commerce mais le métier participe de la sociabilité villageoise et de l’ouverture de l’Oisans sur le monde extérieur.

  • 7 Musée Dauphinois : M. Henri Balme, 69 ans, « marchand de toile ambulant », enregistrement fait à V (...)

8Ces achats faits, avec les bénéfices les colporteurs achètent des terres et entretiennent leur maison. C’est ce qu’indique le dernier colporteur de la vallée du Vénéon7, ce que montre la correspondance de Nicolet, et cette attitude est attestée par nos informateurs. Félix investit en terre tous ses bénéfices et ne garde rien, même pas pour financer sa campagne suivante : en trente ans de métier, il aurait accumulé des terres pour une valeur de 25.000 francs mais, quand il part au Mexique, il n’a que 200 francs de disponible. Et Jean-Pierre Magne joint à ses mémoires deux comptes : celui de l’argent qu’il a gagné au cours de sa vie, soit un total de 47.850 francs, et celui de l’emploi qu’il en a fait. Ce deuxième compte est très sommaire, mais indique tout de même les dépenses essentielles. Il comporte trois rubriques : la première concerne « les dettes de famille ou entretien dans le ménage, payé quand j’ai pris ma part » ; elle s’élève à 5.000 francs. La deuxième concerne ses propriétés, les réparations et les acquisitions. On y trouve :

« Construction du bâtiment du Mont de Lans à

diverses reprises

8.000 frs

Acquisition en propriétés

5.900 frs

Acquisition en mobilier

1.000 frs

Réparation du bâtiment de Besse

500 frs

Champrairie

200 frs

Bons

400 frs

16.100 frs »

9La troisième rubrique indique les dépenses qu’ont occasionnées ses mariages : elles s’élèvent à 1.000 francs. Il rend compte ainsi de 22.100 francs. C’est environ la moitié de ce qu’il a gagné. On peut penser, sans certitude, que l’autre moitié représente la part de son associé. Ce compte est intéressant en ce qu’il montre l’ordre des priorités avouées, avec d’abord l’achat de la terre et l’entretien des bâtiments, puis les dépenses occasionnées par ses mariages. Magne a dépensé pour eux autant qu’il a acquis de biens meubles, et pour chacun, autant que ce que lui a rapporté en une année son commerce de mulet.

  • 8 A.D. Isère, 1J 829, lettres des 6 juin 1835 et 31 août 1838.

10Mais l’achat de terres, surtout dans la première moitié du siècle, est difficile car elles sont rares. Le registre du gantier Nicolet montre que l’essentiel des ventes se fait alors au détriment des malchanceux, des expropriés : ansi, Jean-Pierre Arnol, après sa fabuleuse campagne de 1832-34, rachète en 1838 les biens d’Auguste Arnol que Nicolet a fait exproprier8. Le plus souvent, les colporteurs prêtent eux-mêmes de l’argent, servent de caution et s’approchent ainsi peu à peu des terres qu’ils convoitent. En juin 1891, Jean-Baptiste Oddoux fait part à Nicolet « de sa position où il se trouve devoir à peu près pour la valeur de ses biens ». Un mois après, ses biens sont vendus à Gauthier, qui était sa caution. Dans une lettre de Nicolet à l’huissier Gaston en octobre 1835, on voit Étienne Ronna entrer dans ce circuit d’achat : « Étienne Ronna m’a bien effectivement remis 50 francs à compte de son cautionnement de Arey Caix et vous pouvez très bien lui rendre les pièces relatives à cette affaire mais après le solde du capital et intérêt à raison du 7 % ; le faire en dessous, je serai en perte d’ailleurs il a prise sur les biens d’Arey Caix susdit et se les fera rembourser... ».

11Sur ces prêts d’argent, les souvenirs sont muets, tout comme les mémoires de Jean-Pierre Magne. Et pourtant, dès qu’il a un peu d’argent, le colporteur se transforme en usurier, au même titre que les notables ou le banquier grenoblois. Bien que pour récupérer son argent, il ait l’avantage de vivre au pays, il n’en a pas moins, comme les autres créanciers, beaucoup de mal à se faire rembourser.

12A la fin du siècle, l’émigration a libéré des terres, et l’usure ne sert plus, comme avant, à assurer une mainmise sur les champs convoités, mais les prêts d’argent demeurent. C’est ainsi qu’en mai 1901 la femme de Claude Chouvin demande conseil à son époux, car elle n’arrive pas à recouvrer l’argent qu’ils ont prêté à Émile Rochas. « Que faire puisque c’est ainsi, il vaut mieux les prendre par sentiment, peut-être qu’ils nous payeront », lui répond son mari.

  • 9 Musée Dauphinois, Angelin Garden, 89 ans, originaire du Villard-Notre-Dame, enregistrement fait à (...)

13A son retour, le colporteur est regardé, écouté aussi. Pour les colporteurs des campagnes, quelques indications montrent qu’à l’exemple des maçons limousins, c’est d’argent dont ils parlent : « Ah ! ils racontaient des fois il y en avait qui avaient gagné cent francs »9. On imagine aisément l’avantage que prenaient alors les fleuristes. Mais que racontaient-ils de leurs voyages, outre l’argent gagné ?

14Les mémoires de Magne sont, à cet égard, fort intéressants. Quand il les écrit, le tourisme est à la mode en Oisans et il revit ses voyages avec un œil nouveau, au travers des lectures qu’il a faites depuis. Malgré ces filtres, son récit laisse percer ce qu’il aimait à dire de ses voyages de par le monde. Il aime avant tout montrer qu’il côtoie les grands. Lors de son voyage en Égypte (1833-34), il cite tous les notables qui ont voyagé avec lui sur le « beau trois-mâts », qui les a amenés à Alexandrie, puis il raconte qu’ils se logèrent tous ensemble dans un des plus grands hôtels de la ville et se rendirent visite mutuellement. D’Alexandrie au Caire, ce sont aussi ses compagnons de voyage qu’il mentionne, et une fois qu’il est installé au « palais de campagne » de Mohamet Ali, c’est des hôtes de ce dernier dont il parle. Il reste là trois mois et visite les curiosités qui l’entourent : les pyramides et la forteresse qu’habitent les souverains. Mais quand il écrit, il regrette de n’avoir pas profité de son long séjour pour remonter le Nil jusqu’à Thèbes. Toutefois, il montre une vraie curiosité pour tout ce qui touche à l’épopée napoléonienne : il se rend dans la plaine d’Héliopolis où Kléber a vaincu les Turcs et dans le jardin où il a été poignardé. De son premier voyage au Brésil en 1828, il ne raconte que la Croix du Sud qu’il a vue sur le bateau. Il indique aussi le prix de la viande et décrit les Français qu’il a connus, leur commerce et les relations d’aide et d’amitié qui les ont liés. En Russie aussi, ce sont les grands qu’il décrit : « La basse classe est très ignorante et rapace, pas assassin mais voleur. En revanche, la noblesse est d’une politesse exquise, parlant très bien notre langue, les grands la parlent entre eux, ils parlent même toutes les langues vivantes d’Europe, ils sont grands, généreux et pas liardeurs... ». Il relève aussi les tracasseries policières et l’impossibilité de voyager si l’on n’est pas sous la protection d’un grand. Il indique toutefois que Saint-Pétersbourg est une des plus jolie ville qu’il ait vue, que Moscou est moitié asiatique, moitié européenne, et termine en conseillant de ne pas « émettre son opinion sur le pays : cela ne serait pas prudent ».

15A la description des personnages importants qu’il a rencontrés s’ajoutent donc des notations sur la façon dont il a pu exercer son commerce. Aux États-Unis, ce sont les exigences du négoce qui l’amènent à voyager et, s’il fait un détour, c’est pour prospecter de nouvelles villes. C’est ainsi que, lors de son premier voyage à La Nouvelle Orléans en 1834-35, il choisit de rentrer par New-York et de traverser les États-Unis pour visiter les villes de l’intérieur. Le fleuriste est très impressionné par la magnificence des plantes qu’il voit lors de la remontée du Mississipi, et sur deux pages, inspirées toutefois par les catalogues d’horticulture, il décrit « ces belles forêts vierges, boisées de toutes espèces d’arbres et d’arbustes de fleurs qui font partie des collections des amateurs à prix d’argent, tels que magnolias de toutes espèces, glycines, lyriodendrons tulipifera, rhododendrons, kalmea, azalée et nombre d’autres trop grand pour faire la description... Je sentis un parfum si agréable, que je crus qu’on avait cassé une caisse de parfumerie à bord... Je vois ma caisse de parfumerie qui était une forêt de magnolia grandiflora, toute fleurie, il y avait en outre des lyriodendrons tulipifera aussi en fleurs les deux arbres dans leur pays natal ont au-moins vingt-cinq à trente mètres de hauteur, venaient pour embellir le coup d’œil la glycine apius, plante grimpante le long de ces arbres, y mêlait ses belles thyrses de fleurs bleues mêlées parmi les autres, et une infinité d’autres arbustes fleuris. Quelle douce sensation j’éprouvais dans le moment ! il m’est impossible de le décrire. Je ne dirai plus rien de ce pays. Lisez les ouvrages de ceux qui ont écrit à ce sujet si jamais vous n’allez le visiter ».

16Lors de son dernier voyage aux États-Unis en 1848-49, Magne va dans la région des Grands Lacs, mais ne s’arrête pas pour voir les chutes du Niagara, bien qu’il en soit tout près. Trente ans après, il le déplore et s’en excuse en ces termes : « Je me trouvais tout près des chutes du Niagara et n’allai les visiter croyant d’y retourner une autre année, n’ayant continué mes voyages, j’ai été privé de voir cette merveille, unique dans le monde et j’ai regretté de ne l’avoir pas visité ». Si au terme de ses voyages l’œil de Magne est plus touristique, quand il voyageait les curiosités ne lui faisaient pas faire un détour, et dans tous ses récits, il renvoie aux livres : « Il y aurait beaucoup à écrire si on rapportait toutes les beautés et la richesse du sol de ce beau pays, mais d’autres voyageurs l’ont visité en amateurs et sont bien plus capables de le décrire que moi. Voyez leurs ouvrages et vous n’en aurez pas de regrets. Le faire moi-même est au-dessus de mes connaissances ».

  • 10 Claude CHOUVIN, lettre du 11 janvier 1896.

17Cinquante ans plus tard, les lettres de Claude Chouvin parlent de la santé, du métier, racontent l’Oisans plus que l’Amérique. Son esprit est resté à La Garde, tend vers le retour. Il parle peu des pays dans lesquels il voyage et pourtant, de temps à autre, quand il parcourt une ville pour en connaître les rues intéressantes, il s’arrête et visite la cathédrale. Il décrit ainsi Conception au Chili : « Une ville de 40.000 habitants, des rues toutes droites de troi kilomètres de longueur au-moin, très large, une seule rue qui a des maisons à une étage toutes les autres on que le rée de chausser et de cette manière la ville est très étandue. Un clima magnifique. Dans la ville, il n’y a rien de curieu, tout ce que j’ai vue ces la catédrale qui est bien jolie à l’intérieur et un grand céminère. La ville est très propre ce qui est rare dans les Amériques... On y récolete toute sorte de légumes et surtout du bon vin »10.

  • 11 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, enregistrement cité : « Il avait marié sa fille et son garçon. (...)

18Chez tous ces colporteurs, le voyage est vécu comme un temps entre parenthèses dans l’attente du retour au village où il est vécu pleinement. Magne pourrait faire illusion si l’on oubliait la facilité avec laquelle il a cessé de voyager et a accepté, pour rester au pays, de gagner quatre à cinq fois moins d’argent. Mais au travers des thèmes qu’il aborde dans la description de ses voyages, on mesure que les fleuristes rapportent aussi au village de l’espoir et du rêve. L’évocation répétée de la clientèle aristocratique qu’ils ont fréquentée situe ces paysans hors de leur condition, leur conférant, par les séductions de la parole, une place à part dans les villages, et faisait miroiter du même coup aux plus jeunes qui les écoutent les voies d’une possible ascension sociale. Le texte de Jean-Pierre Magne renvoie ainsi, comme dans un jeu de miroir, les discours du retour aux raisons des départs : Jean-Pierre Magne et son cousin partent pour se créer les conditions d’accès à leur propre communauté. Tous deux invoquent comme motif du pemier départ l’impossibilité de trouver un conjoint. L’aventure américaine devient ainsi un des éléments de la stratégie matrimoniale des familles : les premières campagnes réussies signifient l’accès à la terre et le possible mariage. Et en retour, ces fêtes, où la famille dépense largement pour témoigner de son aisance et de son importance, obligent les pères à reprendre la balle11.

La stratégie matrimoniale

19Ainsi, à l’origine du voyage de Magne et d’Oddoux à Buenos-Aires en 1828, il y a l’échec des projets matrimoniaux de ce dernier. Celui-ci, raconte Magne, courtisait une jeune fille dont les parents avaient même accepté sa demande en mariage, lorsqu’un jeune homme plus riche se présente et, malgré la parole déjà donnée, est choisi à la place d’Oddoux. Ils forment alors tous deux ce projet de départ : « Nous nous stimulâmes l’un l’autre à ce projet pour nous mettre à l’abri à l’avenir, s’il nous prenait encore fantaisie (ce qui ne pouvait manquer) de nous choisir une compagne, de ne pas être renvoyés par les mêmes considérations... Une autre considération, nos voyages extérieurs nous faisaient fermenter l’imagination et nous donnaient des idées de voyages de long cours ».

20A la même époque, le père de Jean-Pierre Magne, qui estime le moment venu de marier son fils, lui présente la fille d’un de ses amis. Les deux familles sont égales par la richesse : « Cette famille était comme mon père, possédait d’assez belles propriétés, mais aussi grévée de dettes ». L’affaire ne se conclut pas : « Dans le temps que je me mis à faire mon voyage dans l’Amérique du Sud, un jeune homme ayant de l’argent comptant se présente et l’épouse ». Ce sont des voisins des Magne, colporteurs comme eux, qui avaient proposé cette union avec une de leurs cousines ; cette même famille invite alors Jean-Pierre Magne à demander une autre de leurs cousines, qui demeure dans un village voisin et, à l’automne 1830, « le premier pas était fait, écrit Magne, il ne restait qu’à cultiver sa connaissance en lui rendant visite le plus souvent possible, sans être indiscret... ». Au printemps 1832, avant de faire les démarches officielles, pour éviter d’affronter, comme son cousin, un refus public, il sonde l’esprit des parents de la jeune fille : « [sa mère] me laissait entrevoir les craintes qu’elle avait à cet égard, son père existait encore et dirigeait la maison avec le vieil esprit des anciens, honnête homme tant que vous voudrez, il ne connaissait qu’une chose pour tenir lieu de tout bonheur : la fortune, qu’elle fut en numéraire ou en propriétés, cela était palpable, tandis que l’intelligence, la science qui n’avait rien et les chances du commerce, pour lui, n’étaient pas de l’effectif... ». Et l’affaire se dénoue pour lui comme pour son cousin : « Un jeune homme, enfant encore, obéissant à l’avarice de ses parents se présente et fut accepté parce qu’il était le plus riche ».

  • 12 Ce trait de mentalité s’inscrit aussi dans la nomenclature administrative puisque, dans les recens (...)

21Magne n’a plus le cœur à se marier mais, en Oisans comme ailleurs en France, un ami colporteur lui rappelle que « l’on se marie ou l’on ne compte pas »12. Il l’engage donc à ne pas renoncer : « Ne faites pas comme moi, le pays est trop triste si l’on y est pas attaché par des liens de famille. Tous vos camarades sont retirés, faites-en de même ». Magne lui répond qu’il est difficile pour lui de se marier convenablement ici eu égard à sa position, et que mieux vaut pour lui, tant qu’il est libre, tenter la fortune et se rendre indépendant ; au reste, il ne saurait pas trop où porter ses vues. Son ami lui répond : « Votre position n’est pas si critique que vous le dites, il faut que vous n’ayez pas su où diriger vos pas où il fallait. Eh bien j’ai une parente, la fille de G... homme ancien voyageur et qui saura vous apprécier ; il vient de faire un bon mariage et si vous voulez je vous introduirai et celui-là vaudra bien l’autre ».

  • 13 On retrouve cette même stratégie en Béam, cf. P. BOURDIEU, « Les stratégies matrimoniales dans le (...)

22Les stratégies ici mises en œuvre sont claires : Magne veut tenter l’aventure qui lui permettra peut-être de revenir riche ; son ami l’engage à ne pas prendre le risque de rester célibataire en laissant passer les années, d’autant que dans cette famille à laquelle il songe, le père vient de faire, pour l’une de ses filles, un bon mariage et peut donc en marier moins bien une autre or, la situation de Magne n’est pas si médiocre qu’il le pense13. Le calcul était exact, mais la situation de Magne en fait à la limite de l’acceptable pour la famille de la jeune fille. Ainsi, quand après deux ans de fréquentation des jeunes gens, le père de Jean-Pierre Magne fait sa demande aux parents, ceux-ci répondent : « ... que je n’avais pas de bâtiments assez vastes pour retirer mes récoltes et que je serai obligé d’en affermer une [grange] ; mais que jamais sa fille n’irait en ferme ». Le futur beau-père, conciliant, propose à Magne de ne pas voyager loin l’année prochaine et de profiter de son temps pour réparer et agrandir son bâtiment ; il s’offre d’ailleurs à l’aider et, une fois ces aménagements faits, consent à lui donner sa fille. Un mauvais mariage, tolérable avec un propriétaire modeste, ne l’est pas avec un fermier, le fut-il d’une petite partie de son exploitation. Apparaît ici un des clivages majeurs de la communauté.

  • 14 A.D. Isère, 1J 829, lettre du 30 août 1834.

23Devant ce quasi refus, Magne revient à sa première stratégie et décide de tenter sa chance au commerce comme on joue aux courses. Dans ses mémoires, il se décrit, attendant l’automne, « vivant retiré... pour m’expatrier et ne plus revenir dans un pays où on adore que la matière » et, ajoute-t-il, à l’automne 1834, « je partis donc le cœur navré de quitter mes montagnes pour toujours, mais espérant me réaliser un petit avoir et trouver une société plus en rapport avec mon caractère. Au courant d’octobre, je fis mes adieux à ma famille sans les prévenir de mes projets et je partis. Mon projet était d’aller dans l’Hindoustan [Indes] et de là, si j’étais un peu favorisé, revenir à Ile de France, ancienne colonie française, pays de Paul et Virginie, deux cœurs que la misère avait unis et qui sont morts l’un pour l’autre et me fixer dans ces contrées là. Mais, ô fatalité, je devais revenir le printemps d’après dans mon pays m’y fixer pour le reste de mes jours ». Il prend un passeport pour Calcutta mais finalement s’embarque pour La Nouvelle-Orléans car, explique-t-il plus loin, « un concurrent de mon pays faisant mon commerce partait dans cette direction, je ne voulus pas jeter le manche après la cognée je pris une autre direction... ». Les lettres de Nicolet nous donnent une toute autre version de ce voyage que le gantier a financé : c’est une initiative d’Oddoux. Il en avait fixé la destination, au printemps précédent, et décida d’emmener avec lui « le jeune Jean-Pierre Magne »14. Bon exemple donc de la relecture romantique que Magne donne de sa propre vie.

24Toutefois, sa stratégie fut la bonne : quand il rentre en 1835, si ses bâtiments sont toujours dans le même état, il a réussi une de ses plus belles campagnes puisqu’il ramène 7.000 francs (en fait 3.500 francs si le chiffre qu’il donne comporte aussi la part de son associé). Les parents de la jeune fille ne sont plus aussi exigeants, ils oublient le bâtiment délabré et le mariage est enfin célébré : « C’est la réussite de mon voyage qui vous a fait changer d’opinion à mon égard, dit-il à son futur beau-père, parce que vous aurez appris que je puis affranchir mon bien de ce que devait mon père ». Ces aventures colporteuses, partie intégrante d’une stratégie matrimoniale, ne sont pas rares, et dans le procès de Félix contre Pierre, on apprend que, dès son retour d’Amérique, Pierre a acheté une propriété d’une valeur de 10.000 francs, au-dessous de l’église, un fonds de marchand de vins en gros, et qu’il s’est marié.

  • 15 En 1815, personne ne paye plus de 200 francs d’impôt foncier en Oisans et les maires s’indignent q (...)

25On retrouve donc en Oisans les traits habituels du mariage de la France paysanne : l’importance du statut d’homme marié, le rôle des parents et de l’intermédiaire qui met en relation les deux familles, et bien sûr de la terre. Elle est, ici plus qu’ailleurs, mesurée : les champs sont minuscules, beaucoup de terres sont hypothéquées et, dans la première partie du siècle, s’accroissent, et la division des propriétés, et l’importance de l’endettement dont on ne se libère pas facilement15. Dans ce contexte, on comprend l’importance de l’argent comptant pour la future belle-famille ; et aussi pourquoi l’idée d’affermer une grange pour rentrer les récoltes soit si mal reçue : elle marque en effet une première entrée dans le monde des locataires, partant la perte du statut de propriétaire auquel ces familles sont très attachées.

  • 16 Entretien fait à Auris en juin 1980.
  • 17 A.D. Isère, 2J 217 : O. GAEL, Le Bourg d’Oisans 1692-1792, Étude démographique, T.E.R., 1974.

26Ces récits donnent vie aux statistiques qui mettent en relief la particulière acuité du problème de la terre en Oisans dans la première partie du XIXe siècle. A Auris, où nombre d’épouses sont plus âgées que leurs maris, on dit : « Au Freney, on marie les champs »16. En fait, c’est dans tout l’Oisans que l’on marie les champs. Pour le Bourg d’Oisans, une étude des actes de mariage, entre 1692 et 1792, montre que, sur 221 couples, 42 hommes sont plus jeunes que leurs femmes, soit près de 20 %17. A Auris même, où nous avons dépouillé ces actes entre 1851 et 1900, nous obtenons le même pourcentage, en ne comptant que les hommes qui ont cinq ans ou plus de moins que leurs épouses. Ici plus qu’ailleurs, les stratégies matrimoniales sont tributaires de la taille et de la localisation des champs. Mais encore faut-il pouvoir acquérir ces terres convoitées. Aux fleuristes, une campagne réussie, un succès au loin, ouvrent les portes de leur propre société ; le voyage les fait rêver d’un retour où, comme Pierre Porte l’écrit à sa famille, ils ne seraient plus des « Jean Tronc ». Dans les rêves de grande aventure, le retour est déjà dans le départ, expliquant ce regard aveugle que presque tous les voyageurs portent sur les pays qu’ils parcourent.

Notes

1 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 13 juin 1974.

2 M. NADAUD, Mémoires de Léonard ancien garçon maçon, édition établie et commentée par M. AGULHON, Hachette, 1977, pp. 118-119.

3 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, 95 ans, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joisten, le 13 novembre 1974.

4 Musée Dauphinois : Mlle Yvonne Roux, 61 ans, originaire de Venosc, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joisten, le 7 juin 1974.

5 Musée Dauphinois : Mme DAUPHIN, fille d’Émile Gonon, colporteur fleuriste du Mont-de-Lans, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joisten, le 27 novembre 1974.

6 M. Joseph GIRAUD, enregistrement cité.

7 Musée Dauphinois : M. Henri Balme, 69 ans, « marchand de toile ambulant », enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 15 septembre 1977.

8 A.D. Isère, 1J 829, lettres des 6 juin 1835 et 31 août 1838.

9 Musée Dauphinois, Angelin Garden, 89 ans, originaire du Villard-Notre-Dame, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Jean-Pierre Laurent, en janvier 1976.

10 Claude CHOUVIN, lettre du 11 janvier 1896.

11 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, enregistrement cité : « Il avait marié sa fille et son garçon... cet hiver, il faut [dit-il] que je regagne c’que j’ai dépensé. Il est parti là-bas... quand il est revenu, il avait dit à sa mère... j’ai rattrapé ce que j’ai donné. Il avait fait une bonne saison ».

12 Ce trait de mentalité s’inscrit aussi dans la nomenclature administrative puisque, dans les recensements, les célibataires, pourtant nombreux en Oisans, sont comptés avec les enfants. Ce n’est qu’à la mi-XIXe siècle, avec l’apparition d’une rubrique qui demande le nombre de ménages, que les célibataires, chefs de ménage, sont distingués des enfants.

13 On retrouve cette même stratégie en Béam, cf. P. BOURDIEU, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales E.S.C., numéro spécial Famille et Société, juillet-octobre, 1972, pp. 1105-1127.

14 A.D. Isère, 1J 829, lettre du 30 août 1834.

15 En 1815, personne ne paye plus de 200 francs d’impôt foncier en Oisans et les maires s’indignent que l’administration royale ait trouvé des « capitalistes » dans le canton, alors que ces « capitalistes », soit sont endettés, soit ont vendu leurs terres, soit ont été expropriés des immeubles pour lesquels ils sont taxés (documents cités par L. CORTES, L’Oisans, op. cit., pp. 233-234). En 1847, le canton de Bourg d’Oisans compte 23 électeurs censitaires et aucun d’eux ne paie plus de 300 francs d’impôt foncier pour des propriétés possédées dans le canton (Voir A.D. Isère, 4M 13, listes électorales de 184748). Les plus grosses côtes se trouvent au Bourg d’Oisans, à Livet-et-Gavet et à Allemont. Par ailleurs, La Grave possède quatre côtes supérieures à 50 ha, qui représentent 8 % d’un terroir dont 53 % appartiennent aux côtés inférieures à 10 ha (Voir P. VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière dans la région alpine, S.E.V.P.E.N., 1963, pp. 157-159. Il montre, au chapitre 3, qu’entre 1820 et 1870, la propriété ne cesse de se morceler). Voir aussi M. GIMEL, « Étude sur la division de la propriété foncière dans le département de l’Isère », Bulletin de la Société Statistique de l’Isère, 1875, pp. 16-128. Enfin, J.P. Magne, dans ses mémoires, montre la difficulté qu’il a eue à lever les hypothèques qui pèsent sur les terres de son père : « Mon père, de ma connaissance, était un des bons propriétaires de la commune, mais à la chute de l’Empire de Napoléon 1er, il ne réussit pas dans deux campagnes, et en 1816 et 1817 je crois vinrent deux mauvaises récoltes par surcroît de malheur, et à la suite de cela, les propriétés se trouvèrent grevées d’une certaine somme de dettes ». Le fils mettra quatorze ans à libérer ces terres.

16 Entretien fait à Auris en juin 1980.

17 A.D. Isère, 2J 217 : O. GAEL, Le Bourg d’Oisans 1692-1792, Étude démographique, T.E.R., 1974.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search