Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre VII. Le colportage à la grosse aventure « les fleuristes »

Texte intégral

1Les colporteurs fleuristes ne sont pas faciles à identifier. Comme les autres, ils indiquent sur les documents d’état civil qu’ils sont cultivateurs. Ponctuellement, nous apprenons que tel ou tel est dans un pays étranger, et pourtant ils forment un groupe à part, celui des « fleuristes », comme ils se nomment eux-mêmes et comme les appelle le gantier Nicolet : « Ceci afin d’éviter une erreur que nous pourrions commettre en remettant cette somme à un Pierre Ronna que les fleuristes emmènent quelquefois avec eux ».

2Quelques sources nous permettent de les repérer. D’abord une liste des électeurs commerçants, dressée un peu après 1870, qui indique les spécialités des marchands et qui, en outre, complète en partie les archives du recrutement militaire en nous renseignant sur les pères des conscrits. Pour eux, celles-ci sont exhaustives dans les quarante dernières années du siècle : voyageant hors de France, ces colporteurs sont en effet, plus que les autres, obligés d’indiquer leurs absences aux autorités militaires. Mais si l’on retrouve tous les fleuristes de la dernière génération, les renseignements qu’ils donnent aux militaires ne sont pas toujours précis : certains, très scrupuleux, préviennent de chaque nouveau départ, d’autres se contentent d’indiquer leurs premiers voyages, puis un voyage de temps en temps pour souligner seulement l’habitude qu’ils ont de voyager. Les archives familiales permettent de connaître les individus. Le Musée Dauphinois en a réuni deux très beaux ensembles : des lettres de Claude Chouvin, colporteur fleuriste de La Garde dans le dernier quart du siècle, et les mémoires de Jean-Pierre Magne, né en 1806, qui voyage dans la première partie du siècle. Les lettres du gantier Nicolet jouent sur les deux registres : elles renseignent sur certains fleuristes de la première moitié du siècle, sur le financement de leurs campagnes, sur les liens familiaux qui les unissent, et recoupent certains récits, comme celui de Jean-Pierre Magne, révélant quelques-unes des distorsions que le colporteur fait subir aux faits. En revanche, une lettre isolée de Pierre Porte, écrite des États-Unis, en 1839, vient donner épaisseur et vie à une affaire très embrouillée, contée dans les lettres du gantier, et qui oppose ce dernier à la famille Porte.

3Le croisement des sources qui disent la vie au quotidien, qui parlent à la première personne et de celles — lettres de commerce, mentions portées sur le livret militaire ou comptes-rendus d’action judiciaire — qui brouillent cette histoire au singulier des conflits occultés ou éclatés, peut restituer le poids du vécu trop difficile à vivre, trop difficile à dire. Seule, cette approche diversifiée d’une même réalité individuelle permet de rattacher l’histoire familiale à celle du groupe qui la fonde ; seule, elle donne toute leur place et tout leur prix aux archives familiales.

Une tradition familiale

4Le colportage des fleurs est, comme les autres formes de colportage, une affaire de famille. Il est né à Venosc, dont il est devenu la spécialité : c’est le seul village où les fleuristes sont majoritaires (24 sur les 47 colporteurs que donne la liste des électeurs commerçants). Pour l’ensemble de l’Oisans, cette même liste dénombre 30 fleuristes. 24 viennent de Venosc : des B al me, des Giraud, des Martin, des Marigot, des Rochette, un Garden, un Turc et un Veyrat. Dans les autres villages, ils font figure d’exception : il n’y en a que trois au Mont-de-Lans : Pierre-Auguste Ronna, Auguste Rouard et Etienne Veyrat ; un au Freney : Pierre-Louis Pellorce ; deux au Bourg d’Oisans : deux frères, installés au même hameau du Vert et vraisemblablement originaires de Venosc : Christophe fils Giraud et Pierre fils Giraud ; et à Auris, Etienne Balme. Les archives militaires en mentionnent 24 à Venosc : des Balme, des Giraud, des Marigot, des Martin, des Veyrat, un Turc, un Jouffrey, un Garden et un Bert ; trois au Mont-de-Lans : Jean-Pierre Arnol, Pierre Veyrat et Emile Leydet, et un au Freney : Eugène Pellorce. A ces villages traditionnels, s’ajoute, grâce à un beau-frère de Jean-Pierre Arnol, Claude Chouvin, La Garde. Chez Nicolet, deux villages surtout sont représentés : Venosc et Mont-de-Lans, et nous retrouvons Pierre-Louis Pellorce du Freney.

5Si les noms que donnent les archives commerçantes et les archives militaires ne sont pas les mêmes (deux générations différentes y sont répertoriées), l’ordre de grandeur est voisin : dans la deuxième partie du siècle, l’Oisans compte une quarantaine de fleuristes. Par rapport à l’époque du gantier, leur nombre a vraisemblablement doublé et la spécialité s’est étendue à d’autres villages uissans.

6Parti de Venosc, c’est par le jeu des alliances matrimoniales, que ce type de commerce s’est répandu et développé en Oisans même. On peut ainsi, par exemple, clairement dater l’entrée du commerce des fleurs à Auris. Il s’y est introduit par l’intermédiaire d’une famille Balme de Venosc. Nous avons suivi les enfants, les petits-enfants et les arrières-petits-enfants de ce couple de Venosc, né au XVIIIe siècle et qui s’est installé à Auris au début du XIXe siècle, jusqu’au recensement de 1896, en nous attachant aux enfants qui ont vécu pour lire la transmission du métier. Le premier à s’établir est Pierre. Il est né en 1799 à Venosc, et il épouse, vers 1825, une fille d’Auris, Suzanne Dussert. A la mort de sa mère, Elisabeth Sorel, en 1826, Pierre fait venir auprès de lui son père, Jean, et ses deux frères, Jacques et Étienne, nés respectivement en 1803 et 1815 à Venosc. La famille fait alors souche à Auris. En effet, Jacques, peu après son frère, épouse Magdelaine Gardent, d’Auris. Elle meurt en 1834, cinq ans après leur mariage, lui laissant une fille de quatre ans. En 1838, il se remarie avec Magdelaine Veyrat, native aussi d’Auris. Étienne, qui a dix ans quand il va rejoindre son frère, reste célibataire jusqu’à trente-cinq ans et habite chez son frère, Pierre, devenu cabaretier. Il est le premier fleuriste d’Auris et, dès les années 1840, il est suffisamment riche pour s’y acheter une maison. Dix ans après, il épouse Victorine Fontant, du Freney, et ils s’installent tous deux à Auris.

7Après son mariage, Etienne reste colporteur fleuriste. De ses enfants, seul Jean-Pierre, le second fils né en 1857, porte la balle, mais il voyage en France, et c’est un de ses neveux, un fils du second mariage de Jacques, qui continue l’horticulture. Il est né en 1847 et renoue des liens avec le village d’origine des fleuristes en épousant Marie Giraud, de Venosc. Il se marie lui aussi à plus de trente ans, et leur premier enfant, Jean-Pierre, naît à Auris en 1880. Il voyage au Mexique et, vers 1885, s’y installe et y fait venir sa famille. Deux autres enfants naîtront à Mexico : Louis, en 1887, et Marie-Louise, en 1888.

  • 1 A.D. Isère, 11U 29 (9 juillet 1841).

8Pierre Balme s’est, lui aussi, marié deux fois. Sa première femme, Suzanne Dussert, est morte en 1843, lui laissant trois filles : Françoise, Marie et Adélaïde. Il épouse, l’année suivante, Marianne Veyrat dont il aura aussi trois enfants : Pierre, Magdelaine et Joseph. Marie, la fille cadette de son premier mariage, épouse un autre fleuriste de Venosc, Joseph Ramel. Ce dernier est né en 1827, sa mère se prénomme Scholastique, elle est même appelée, sur les documents d’état civil, Dame Scholastique Bert, prénom qui évoque le commerce ancien entre Venosc et l’Espagne et que, seule en Oisans, la famille Ramel transmettra à ses filles. Elle avait même épousé Etienne Ramel, un des fleuristes que finançait Nicolet. Les trois frères Ramel, Pierre, Jean et Etienne, sont ceux dont parle Allix. Jean et Etienne ont l’habitude de voyager ensemble ; ils représentent cette première tradition des fleuristes de Venosc qui, comme Pierre, voyagent dans le Midi de la France et qui, comme ses deux frères, sont aussi horticulteurs en Espagne. Famille riche, dans les années 30, les Ramel se retrouvent cautions des billets de leurs beaux-frères, établis au Mont-de-Lans, au Bourg d’Oisans et bien sûr à Venosc. Etienne, en 1836, aurait même songé à acquérir la maison d’Apollinaire Barthélémy, qu’achètera finalement le notaire du Freney. La mort de Jean, en 1840, porte un rude coup à la prospérité familiale. Elle met sa femme et ses enfants en difficulté et les dresse contre Pierre, leur oncle et beau-frère, qui se refuse à les aider en assumant sa part — en tant qu’associé, frère et caution — des dettes de Jean1.

9Le fils d’Etienne, quand il épouse en 1850 Marie-Élisabeth Balme, continue la tradition des marchands horticulteurs vers l’Espagne, et il y meurt en tournée.

10Ainsi, malgré l’attrait qu’exerce rapidement ce métier, malgré les espérances de richesse et les rêves qu’il engendre, ne sont devenus fleuristes que ceux qui avaient une famille pour les initier. Cette pratique marchande se transmet à l’intérieur des familles : on est fleuriste de père en fils, comme les fils de Jean-François Porte et de Pierre Pellorce, du Mont-de-Lans, ou d’oncle à neveu, comme chez les Balme d’Auris, et Pierre et Félix du Freney, ou de beau-père à gendre, comme Pierre Pellorce, qui part d’abord avec son beau-père, Etienne Ronna, puis avec son beau-frère, Jean-François Porte, ou Claude Chouvin de La Garde, qui débute avec son beau-frère, Jean-Pierre Arnol.

  • 2 Mémoires de J.P. Magne, p. 8 et L. Cortes, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit., (...)

11Deux récits détaillent cet apprentissage : celui de Félix et les mémoires de Jean-Pierre Magne. En 1848, quand l’histoire de Pierre et Félix commence, ce dernier a cinquante-trois ans, il est célibataire, colporteur fleuriste depuis trente ans. Il emmène alors avec lui son neveu, Pierre, enfant mineur et sans fortune qui, jusqu’alors, portait la balle avec son frère, en France. Il le conduit une première fois en Espagne, période d’apprentissage pour l’adolescent qui aide mais qui, n’ayant pas apporté de capitaux, ne retire aucun bénéfice. Et l’année suivante, formé au commerce, il part, associé à son oncle, fleuriste à part entière, pour le Mexique. Jean-Pierre Magne, qui rêve de « quitter la France et [d’]aller tenter la fortune sur la terre étrangère », attendra que son cousin, issu d’une famille « faisant le commerce de plantes et voyageant à l’étranger », accepte de l’emmener2.

Le voyage

  • 3 Les archives privées concernant ces fleuristes sont conservées au Musée Dauphinois.

12Avant de pénétrer à l’intérieur d’une campagne de fleuriste, faisons connaissance avec nos informateurs. Outre Pierre et Félix nous suivrons les frères Marigot, les frères Veyrat de Venosc, et surtout Claude Chouvin de La Garde et Jean-Pierre Magne du Mont-de-Lans3.

13Alphonse Marigot, fils de Joseph et de Madeleine Giraud, est né en 1859. Sa fiche militaire n’indique que deux voyages, le premier en 1881 dans la Seine et le second en 1884 en Espagne, et il signale son retour à Venosc en juin 1888. Des archives privées montrent qu’il ne s’est pas arrêté là et qu’il a fait ensuite divers voyages en Russie. Les archives militaires nous font connaître un autre Marigot, son cousin Adolphe-Alexandre, de quinze ans son cadet, fils de Jean et de Madeleine Turc, qui voyage en Suisse, en Allemagne et en Belgique. Alphonse se présente aux militaires comme un cultivateur, et Adolphe comme un jardinier fleuriste.

14Les frères Veyrat sont mieux connus. D’une part, un de leurs descendants a laissé un bref récit de leur vie ; d’autre part, nous les avons retrouvés tous les trois dans les archives militaires. Ce sont les fils de Pierre Veyrat et de Rose Guille. Le père, Pierre, est né en 1824 et il est inscrit dans la liste des électeurs commerçants de 1870 comme « fleuriste expéditeur ». Un de ses frères a pris femme au Mont-de-Lans et y a continué la tradition des fleuristes. L’histoire familiale évoque ses cousins du Mont-de-Lans, qui ont ouvert boutique en Roumanie, en Turquie, en Égypte et en Iran, et les archives militaires nous font connaître Pierre Etienne Jean Félicien, qui s’installe comme horticulteur à Valence en Espagne.

La famille Balme I

La famille Balme I

La famille Balme II

La famille Balme II

15Les fils de Pierre sont, eux, restés à Venosc. L’aîné, Pierre-Etienne, est né en 1855, et voyage en Russie, en Amérique Latine et en Espagne. Le second, Jean-Pierre, qui est né en 1857, débute comme jardinier en Espagne, à Cadix en 1888, où il retourne deux ans de suite puis, comme son frère, voyage ensuite en Amérique, en Russie et en Europe. Le dernier, Rémi, est né en 1865. Avant de voyager à l’étranger avec son frère, Jean-Pierre, il fait son premier voyage dans le Cantal.

  • 4 Ce mémoire a été publié dans E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle. Témoignages (...)

16Claude Chouvin est né à La Garde en 1853. Fils unique de veuve, il est dispensé du service militaire. Sa fiche militaire indique un premier voyage en 1880, en France, dans le département du Nord. A partir de 1884, il part à l’étranger, à Mexico d’abord puis, à l’automne 1885, au Canada. Il déclare encore deux voyages en 1887 et en 1889, le premier au Costa-Rica et pour le second, il ne précise pas. L’ensemble de lettres que le Musée Dauphinois a recueilli complète cette liste et montre qu’il voyage tous les ans jusqu’en 1901 où, dégoûté, il décide de s’arrêter. Il a alors quarante-sept ans. Ces documents se regroupent autour de quatre de ses derniers voyages. Ils débutent par un mémoire, qu’il a écrit pour raconter son dramatique voyage au Costa-Rica en 1887-884. Trois lettres concernent son voyage au Salvador, dont deux sont écrites par sa femme. Elles sont très précieuses car elles racontent les charges qui incombaient aux femmes restées au pays. Puis, des lettres qu’il a écrites à son fils, pensionnaire à Limoges, restituent sa campagne au Chili. Ces lettres sont plus riches que celles qu’il adresse à sa femme, car à son fils il peut tout dire : « Je suis heureux de vous raconter tout ce qu’il m’arrive à vous seul mon enfant sans en parler à maman parce que ça pourrait lui faire du mal ne lui en parlez pas ». Et enfin, un dernier ensemble de lettres, adressées tantôt à sa femme, tantôt à son fils, raconte sa dernière campagne.

17Les Chouvin sont des agriculteurs et des éleveurs. Ils achètent au printemps des bêtes qu’ils revendent à l’automne. Deux lettres nous permettent de voir, pour les années 1894 et 1895, quel est le volume de ces transactions. En janvier 1894, Célestine donne des nouvelles des bêtes dont elle s’occupe : deux truies qui sont pleines, une vache et une génisse pleines elles aussi, une mule et des mulets, probablement guère plus de deux, mais leur nombre n’est pas précisé. A la foire d’automne de l’année suivante, Claude Chouvin cherche à vendre 46 vaches. Il en a déjà vendu 34 pour un bénéfice de 1.100 francs. Le 22 septembre, le jour du concours, il a exposé 11 vaches et génisses et gagné le premier prix ; il a vendu une génisse, en a acheté une autre avec son veau, ainsi que deux autres génisses qu’il fera hiverner. Il n’y a que la grosse mule qu’il n’a pas vendue (sa femme souhaitait la garder et le prix qu’on lui offrait — 500 francs — lui paraissait insuffisant) et, en association avec un autre habitant du village, il a acheté une autre mule. Ils gardent donc un petit nombre de bêtes en hiver, qui sont des femelles pleines et, en revanche, ils achètent au printemps un troupeau qu’ils revendent à l’automne, une fois qu’il a profité des alpages. Les lettres parlent peu des cultures puisque le colporteur part pendant la mauvaise saison et que, comme la plupart des colporteurs des campagnes, Claude Chouvin est absent au moment de la préparation de la terre et des semailles.

  • 5 Ainsi, en 1830, le maître d’école de Villeneuve-la-Salle recommande à ses élèves la lecture des ou (...)

18Jean-Pierre Magne, lui, est né au début du siècle, en 1806. Il a « relevé et mis au net » ses mémoires à la fin de sa vie en 1896, à quatre-vingt-dix ans. Il est issu d’une famille de colporteurs et il prend la suite de son père, marchand de comestibles, un de ceux que finançait Nicolet, jusqu’à ce que son cousin l’initie au colportage des fleurs à l’étranger. Il en fera le commerce pendant vingt ans, de 1825 à 1845. Ses mémoires présentent un exceptionnel intérêt car ils racontent son entrée dans le métier ; ils décrivent tous ses voyages, les gains qu’il en a retirés, l’utilisation qu’il en a faite, mais aussi ils nous parlent de son éducation, de ses deux mariages et des multiples aspects de la vie et des mœurs en Oisans au XIXe siècle. Il faut toutefois les lire avec précaution puisque, dédiés à ses enfants et écrits à la fin de sa vie, ils arrangent fort la réalité et les dates y sont souvent fantaisistes. Ses espoirs et son expérience lui font dire sa vie autrement qu’elle ne fut. On peut déceler trois des distorsions qui marquent sa narration. Entré très jeune dans le métier, il a souffert de son maigre bagage scolaire, et il noircit à plaisir l’instruction qu’il a reçue. En outre, il a été très sensible à l’idéologie que la Troisième République a répandue dans ce domaine, et c’est à travers elle qu’il dit son expérience. D’autre part, il a lu, comme d’autres jeunes de sa génération, Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, et raconte ses amours à leur façon5. Enfin, l’Oisans a fait, au XIXe siècle, son entrée dans le monde touristique. A l’époque où Jean-Pierre Magne écrit, l’alpinisme y est largement répandu. Le temps des pionniers est passé, et l’Oisans n’est plus ce « mauvais pays » qu’il était auparavant. Ce nouveau regard, que des étrangers ont appris aux Uissans à poser sur leur propre contrée, joint à l’expérience touristique, tisse un nouveau voile dont il est difficile d’apprécier l’épaisseur. Et bien sûr, ne dérogeant pas à la loi du genre, l’auteur s’y présente sous les meilleures apparences.

  • 6 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 37.
  • 7 A.D. Isère, 1J 829, lettre du 1er février 1889.
  • 8 Collaud de la Sallette qui voyage en Oisans en 1784, s’arrête à l’hospice de l’Oche dans la combe (...)

19Dater le début du commerce fleuriste est difficile, puisqu’il est l’aboutissement d’une lente spécialisation, marchande d’une part, géographique d’autre part. Allix mentionne les frères Ramel qui, les premiers, sont partis vendre des fleurs en 18256. Mais cette famille Ramel voyageait déjà à la génération précédente en Espagne7, et la tradition des fleuristes au long cours est issue de ces expéditions qui les ont menés, dès le XVIIe siècle, vers Toulouse et Bordeaux, puis de là, en Espagne d’où, familiarisés avec la langue, ils ont ensuite traversé l’Atlantique, vers les anciennes colonies espagnoles et françaises. Dans la première moitié du XIXe siècle, nombreux sont, dans les lettres de Nicolet, ces marchands qui, comme les Ramel, ajoutent les fleurs à leur assortiment et voyagent dans le sud-ouest de la France et l’Espagne : Jacques Balme dit Lot visite la région de Toulouse, Nicolas Garden celle de Bordeaux, Jean et Nicolas Leydes le midi aquitain, et tous, certaines années, franchissent la frontière vers l’Espagne. A en juger toutefois par les conseils que ne cesse de prodiguer le gantier à ces colporteurs en partance pour l’Amérique, on peut penser que l’océan ne fut effectivement franchi que dans le premier quart du XIXe siècle. Vers l’est, les marchands suivent la tradition italienne des peigneurs de chanvre ; l’espace est plus facile à conquérir et, dès le XVIIe siècle, il est fait mention de marchands de minéraux qui se rendent jusqu’en Russie8.

20Ce métier reste toutefois celui de familles qui régissent leur patrimoine de la même façon qu’elles le faisaient du temps où le voyage ne les menait qu’à quelques centaines de kilomètres de chez eux, et le financement en est le même. Les colporteurs s’adressent au gantier-banquier, aux notables du village et aux usuriers locaux. Seule différence, les fournisseurs sont hors de ce circuit, les marchands n’empruntant pas de marchandises mais de l’argent : l’essentiel des factures qui nous sont parvenues ont été payées comptant. La part de l’autofinancement semble restreinte. Félix, le colporteur dont Louis Cortès raconte l’histoire, bien qu’il ait amassé au cours de ses campagnes de quoi acheter pour environ 25.000 francs de terres, part au Mexique avec 4.000 francs ; il n’a que 200 francs disponibles et emprunte le reste « à diverses personnes ». Les frères Ramel, de Venosc, qui sont suffisamment riches pour servir et de cautions, et de bailleurs de fonds pour d’autres colporteurs, empruntent 2.000 francs à Nicolet quand, en 1839, Jean et Etienne partent en Espagne. Ce sont 2.200 francs que Jean-Pierre Arnol et Jean Ronna, du Mont-de-Lans, ont empruntés au gantier pour leur voyage au Pérou, en 1832.

  • 9 A.D. Isère, 11U 29 (10 novembre 1837).

21Plus que les autres, les fleuristes ont besoin d’argent liquide. Tant que dure le temps de Nicolet, celui-ci leur avance la majeure partie des sommes nécessaires ; en contrepartie, il les utilise pour exporter les produits de son commerce. Tous les documents de cette époque mentionnent, outre les fleurs, « la caisse de ganterie de Grenoble » qu’ils emportent avec eux comme l’écrit Magne en 1829, comme Nicolet, en 1834, en informe une de ses maisons amies qui lui sert de relais bancaire à Paris, celle du parfumeur Charles Gabillot : « Je profite de l’occasion de deux de mes marchands qui se rendent à Paris pour vous remettre cette lettre et un ballot à remettre à M. Magne fils ou Auguste Oddoux », comme enfin, la « société pour le commerce des plantes, oignons, fleurs et gants » qui lie, de 1834 à 1837, Amol, Oddoux, Guille et Magne l’atteste clairement9.

  • 10 Idem.

22Les associations, elles, sont souvent plus larges que celles des autres colporteurs : les fleuristes partent à trois ou quatre et quelquefois plus. On trouve fréquemment l’association d’un ou deux colporteurs fleuristes de la première génération, qui emmènent avec eux des jeunes du pays, fils, neveu, voire cousin, pour leur apprendre le métier. Ainsi, Jean-Pierre Amol et Jean Ronna rentrent, en avril 1834, d’une campagne réussie au Pérou, et Jean-Pierre repart, dès la fin août, en emmenant avec lui trois jeunes : Auguste Oddoux, André Guille et Jean-Pierre Magne. C’est ce que fait aussi François Bellet, du Mont-de-Lans qui, parti en 1836, rentre en juin 1838 et repart dès l’automne suivant, en ayant fondé une société avec trois des jeunes fleuristes de la deuxième génération : Laurent Pellorce, Joseph Ronna et Auguste Oddoux. L’année d’après, les jeunes partent ensemble. Association verbale le plus souvent qui dure le temps du voyage et dont le règlement et la dissolution s’effectuent deux mois après le retour des marchands au pays10.

23Enfin, ce commerce s’engage d’emblée dans de véritables rapports marchands : les transactions sont écrites en double exemplaire, les marchandises sont assurées, et le système bancaire et les correspondants de Nicolet utilisés pour le transfert des fonds. Dans cet apprentissage, Nicolet intervient et insiste pour que toutes ces garanties soient prises. Ainsi, en 1832, le gantier finance la société qu’ont formée Jean-Pierre Arnol et Jean Ronna, du Mont-de-Lans, qui s’apprêtent à partir pour le Pérou. Nicolet leur prête 2.000 francs, qu’il leur remet par l’intermédiaire de Charles Gabillot, marchand parfumeur à Paris, mais les deux colporteurs lui demandent encore 200 francs. Ils sont au Havre, prêts à s’embarquer : « Vous conviendrez facilement messieurs, leur écrit Nicolet, que déjà je vous ai fait de fortes avances et que vous auriez bien fait de me ménager dans les circonstances présentes, néanmoins, mettant toute ma confiance dans vos loyauté et bonne conduite, je ne voudrais pas vous laisser dans la peine pour cette somme. A cette fin j’écris par ce même courrier à M. Ch. Gabillot de Paris de payer le mandat de 200 francs que vous avez convenu fournir sur lui. Il joindra cette somme avec celle de 2.000 que vous avez déjà reçu de lui et y joindra les frais de négociation, port de lettre et autres que je joindrai au capital pour m’en tenir compte avec les autres sommes que vous me devez tous ensemble et en particulier. Vous invitant comme bon père de famille à faire assurer pour la traversée toutes vos marchandises pour une somme même au-dessus de leur valeur et me faire parvenir cette assurance comme l’a fait Pierre-Louis Pellorce du Freney. Ceci pour nos tranquilités, celle de nos familles et de nos amis. Dans cette attente... ».

  • 11 Claude CHOUVIN, Mémoire de mon voyage au Costa Rica, 1887-1888, op. cit.

24Ainsi, les fleuristes deviennent progressivement de véritables marchands, qui savent s’entourer des précautions que demande le grand négoce et, au bout du siècle, ces pratiques sont devenues naturelles, Claude Chouvin décrit le temps perdu dans les formalités pour qu’il puisse, à la suite de la tempête qui a détruit ses plantes quand il faisait route vers le Costa-Rica, faire jouer son assurance11.

25Au temps des pionniers, on partait sans bien savoir quand on rentrerait, et les premiers voyages courraient plus facilement sur dix-huit mois ou deux ans que sur une saison, comme ce sera le cas à la fin du siècle. Mais l’ambiguïté restera toujours : on choisit sa date de départ et on fixe sur place celle du retour. Ainsi, Jean-Pierre Amol et Auguste Ronna partent en 1832 pour le Pérou, et ne rentrent qu’en 1834, François Bellet part en 1836 et revient en 1838, et Jean-François Porte part en 1835 et est de retour en 1837 ; il repart un mois après et, en 1840, décide de rentrer. La date de départ est, comme pour tous les colporteurs, fonction des travaux agricoles : ils partent une fois les récoltes rentrées, et ceux qui s’occupent d’élevage attendent la fin des foires d’automne pour se mettre en route et, bien sûr, toutes sortes de raisons personnelles peuvent les amener à partir plus tard.

  • 12 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, 95 ans, marchand de bestiaux, enregistrement fait à Bourg d’Oi (...)

26Comme les porte-balles, qui emportent des escargots pour vendre sur le chemin ou des fromages, les fleuristes déterrent les oignons de quelques fleurs de montagne, qu’ils vendent avec les plantes achetées : « Ici y ramassaient beaucoup d’oignons qui s’appelaient le lys Martagon. Ca venaient dans les coins, dans les montagnes par là, sur des rochers, à des endroits secs... Ils en avaient peut être cinquante, cent... Alors, c’était là où y avait le plus gros bénéfice, parce que ça coûtait rien »12.

27Les oignons serrés dans un petit ballot, ils quittent la montagne et vont dans les régions de pépinières acheter le reste de leurs marchandises. Dans la première moitié du XIXe siècle, les fleuristes se fournissent à Lyon ou à Paris. Pierre Magne, pour ses voyages vers le sud (Italie, Algérie, Égypte), achète ses plantes à Lyon. Pour son voyage à Buenos-Aires, et par la suite pour tous ses voyages au long cours, il s’approvisionne à Paris. Félix et son neveu se fournissent aussi à Lyon ou à Paris. La région d’Angers ne devient le lieu privilégié d’approvisionnement des fleuristes qu’à la fin du XIXe siècle, illustrant les liens entre émigration colporteuse et émigration définitive : ce sont les colporteurs fleuristes qui se sont installés pépiniéristes à Angers qui y attirent la clientèle de leurs compatriotes. Aux liens villageois, s’ajoutent des avantages financiers que les colporteurs ne trouvent pas chez les autres pépiniéristes : du crédit et la possibilité d’utiliser les entrepôts pour rassembler leurs marchandises en attendant d’embarquer. La plupart emporte la totalité de la marchandise qu’ils ont l’intention de vendre, seuls ceux qui voyagent à travers l’Europe vers l’Orient peuvent se réapprovisionner en cours de tournée. Ainsi, Pierre Veyrat a, dans son agenda, des adresses d’horticulteurs en Italie.

28Un grand nombre de factures ont été conservées, mais l’absence de séries ne permet pas de reconstituer ce qu’un fleuriste pouvait emporter pour une campagne. Toutefois, il reste un bel ensemble de factures adressées à Alphonse Marigot, en novembre 1908, qui donne un aperçu du volume de plantes que devaient emporter ces colporteurs. Y est jointe aussi la facture du menuisier qui a fabriqué les caisses qui serviront au transport. Mais il manque au minimum celle qui justifie l’achat de rosiers. Cet ensemble de factures couvre huit jours, du 12 novembre au 25 novembre, ce qui est le délai usuel durant lequel les fleuristes font leurs achats. Marigot s’adresse à sept horticulteurs différents d’Angers. Il leur achète des arbres d’ornement, des arbres fruitiers, des arbustes, des plantes en pot, des bulbes de fleurs et des graines, pour un total de 573,80 francs. Dans ces factures, Louis Giraud, originaire de Venosc et établi chemin des Vieilles Carrières à Angers, se taille la part du lion avec 330 francs. En échange, c’est la seule facture qu’Alphonse Marigot n’a pas payée avant son départ. C’est chez Louis Giraud aussi qu’il se fait adresser par les autres pépiniéristes les commandes qu’il leur a faites. Nous donnons ici ces factures qui indiquent le détail de ce qu’un fleuriste peut emporter dans une campagne.

29La facture de Louis Giraud comptabilise deux caisses, dont nous ne connaissons pas les dimensions, et Alphonse Marigot en commande par ailleurs cinq autres à un menuisier : trois de 1,65 mètre de long sur 65 cm de haut et de large, et deux de 2 mètres de long par les mêmes hauteur et largeur, ainsi que 40 liteaux. On est loin des menus objets transportés à dos d’hommes ou sur un mulet. Le volume est ici considérable : sept caisses pour Alphonse Marigot et autant pour Claude Chouvin quand il part au Costa-Rica. Pierre Veyrat, en 1888, fait expédier par bateau, de Libau à Lubeck, puis par chemin de fer jusqu’à Saratov sur la Volga, quatre caisses et une corbeille de plantes.

30Aux achats de plantes et de caisses, il faut ajouter la note de l’hôtel où le fleuriste a séjourné pendant ce temps. Pour Alphonse Marigot, elle manque pour l’année 1908. Une a été conservée pour l’année 1897, année où il est parti en Russie. Cette année-là aussi, il est resté à Angers une semaine pour faire ses achats (du 19 octobre au 28 octobre). Il s’est installé à l’Hôtel du Bon Coin, et ses dépenses se sont élevées à 59,10 francs.

31A ces dépenses s’ajoutent le prix du transport, la location du magasin et toutes sortes de frais, qui varient considérablement d’une campagne à l’autre. Si on ne peut donc chiffrer chaque poste des dépenses engagées, en revanche on connaît certains chiffres globaux : ceux de Nicolet oscillent autour de 2.000 francs, mais ils ne représentent qu’une partie des emprunts. Plus significatif : en 1849, Félix emporte 4.000 francs pour son voyage au Mexique et achète pour 2.500 francs de plantes. Dans son agenda, Pierre Veyrat a inscrit pour deux campagnes le chiffre de son capital de départ. En 1901, l’année où il va à Kharkov, il a investi 3.900 francs, et l’hiver suivant 4.700 francs pour aller à Tiflis.

32La nature des marchandises colportées a, contrairement aux autres types de commerce, influencé le choix du pays : celui-ci doit répondre à la double contrainte des plantes et de la clientèle.

33Les plantes commandent un premier partage du monde : les itinéraires doivent se plier au rythme de la végétation. Les fleuristes qui parcouraient la France avaient soin d’emporter d’autres marchandises pour pouvoir continuer à vendre une fois passée la période des plantations d’automne et d’hiver. Quand le commerce est devenu plus sophistiqué, les fleuristes, comme Louis Giraud, pouvaient se réapprovisionner en plantes au printemps. Mais les voyages au long cours ont transformé radicalement ces conditions d’approvisionnement et de vente : d’une part, le monde est vaste et les marchands peuvent jouer sur les différents climats, et donc sur les avances et les retards de végétation, et de l’autre, ils ne peuvent que rarement espérer se réapprovisionner en cours de tournée.

34Ainsi les colporteurs qui ne peuvent partir à l’automne, n’iront pas vers les États-Unis car ils arriveraient la saison des plantations terminée ou trop avancée pour qu’ils aient le temps de vendre toutes leurs marchandises ; ils se dirigent alors vers l’Europe de l’Est et du Nord, où le froid permet des plantations plus tardives. C’est ce que fait Magne en 1841. Comme il n’a pu quitter l’Oisans avant le mois de janvier, il se dirige vers Hambourg « pays plus froid pour pouvoir y exercer mon industrie au printemps ». C’est ce qu’il fait de nouveau, trois ans plus tard, où il part aussi en janvier et « gagne le Nord où les plantations ne se font qu’au printemps. Cette année-là, il va en Russie.

35Aux exigences de la végétation se joignent celles de la clientèle. Les fleuristes doivent en effet se rendre dans un pays où ils trouveront une clientèle suffisamment riche pour désirer s’offrir à prix d’or le luxe éphémère des plantes « exotiques ». Il est toutefois, finalement, peu de pays où les colporteurs n’ont pas rencontré cette clientèle.

36L’Afrique fait exception. Jean-Pierre Magne se rend en Algérie, en 1831, peu après qu’elle est entrée dans la mouvance française. C’est un échec : « Sachant qu’on venait seulement de prendre possession de cette colonie, bien qu’elle soit à notre porte, je la considérais comme un pays neuf. Et en effet, elle était trop neuve pour le genre de commerce que je portais ; nous y fîmes peu de choses, et pour nous débarrasser, je fus forcé de regagner les Iles Baléares et de là, la côté d’Espagne, Valence, Alicante et les environs...». Il lui arrive la même mésaventure en Égypte deux ans après, la clientèle est inexistante. Grâce à des lettres d’introduction, il a pu toutefois vendre l’essentiel de sa marchandise au pacha du Caire : « et cette livraison faite, nous cherchâmes d’écouler le reste auprès des grands du pays. Il n’y avait rien à faire avec eux, le seul où [nous] aurions eu de l’espoir était Ibrahim Pacha qui se trouvait en Crimée dans ce moment et encore ce furent ses jardiniers qui étaient européens qui nous prirent le reste quand nous eumes frappé à toutes les portes ».

  • 13 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le (...)

37Une fois prise l’habitude des grands voyages, le monde n’a plus de frontière. Certains toutefois, comme Claude Chouvin, se cantonnent dans les pays dont ils parlent la langue : « Si j’avais su l’anglais, j’aurais pu aller dans les colonies anglaises mais ça ne fait pas mon affaire vu que je ne le parle pas. Je préfère l’espagnol, je puis me sortir d’affaires ». Mais l’étroitesse de la clientèle et la faveur de plus en plus grande de ce type de commerce en Oisans les obligent à se partager le monde. Une tradition orale rapporte que les fleuristes de Venosc se réunissent avant le départ pour décider ensemble du pays où chacun ira colporter. Une autre tradition place ce « partage du monde » à Marseille, sur le port, avant de s’embarquer13. Une lettre de Claude Chouvin mentionne cette compétition, et montre qu’à la fin du siècle c’est à Angers, où les fleuristes se retrouvent pour faire leurs achats, que se décide où chacun va aller, et pour certains même, avec qui ils vont s’associer. Dès son arrivée à Angers, il écrit à son fils : « Je vous dirai bientôt où je vais car pour le moment tous ces messieurs sont ici avec moi et je ne sais pas trop même où ils vont et lorsque je serai fixé pour leur tournée, moi je verrai ce que j’ai à faire ». Il décide d’aller au Chili, dans une ville qui n’a pas encore vu de fleuriste : Concepción. « Mon départ est fixé au 8 décembre à 7 heures du matin. Je me suis décidé que hier où je devais aller vu que ces messieurs étaient avant moi mais malgré j’ai été aussi vite prêt qu’eux... ». A partir de la fin des années 1880, les fiches militaires attestent ces choix de dernière minute : Chouvin prévient l’autorité militaire qu’il va voyager, mais ne donne pas la destination de son voyage. Les diverses traditions, en fait, ne se contredisent pas : on peut imaginer que ceux de Venosc, où beaucoup vivent l’aventure fleuriste décident au village vers quelle région ils se dirigeront et, qu’au fur et à mesure que se développe cette pratique marchande, le port d’embarquement devient le lieu le plus convenable pour se répartir, en fonction de la destination des bateaux. Du même coup, ils retrouvent, à l’arrivée, ceux qui sont partis d’un autre port ou qui se sont mis en route avant eux.

38Le récit des voyages de Jean-Pierre Magne montre effectivement que pour beaucoup de pays, être deux, c’est déjà trop, même dans la première partie du siècle. En 1839-40, Magne ne s’arrête pas à New-York, car « le pays était couvert de neige et un collègue y était déballé » ; trois ans après, il arrive à Saint-Petersbourg et y trouve un autre fleuriste. Il perd alors l’espoir de tout vendre dans cette ville et décide d’aller à Moscou. A l’automne 1847, il s’embarque pour l’Angleterre, mais « comme nous nous y trouvions plusieurs collègues, je me dirigeais en Irlande... ». Comme il ne réussit pas en Irlande, il s’en retourne, non vers l’Angleterre qui avait déjà fait son plein de colporteurs, mais vers l’Ecosse. Et l’année suivante, il est de nouveau à New-York et, comme une fois de plus il y rencontre d’autres colporteurs, il part immédiatement vers le Nord, dans la région des Grands Lacs.

39Quand aux contraintes du climat et de la concurrence s’ajoutent, comme pour Claude Chouvin, celles de la langue et de la recherche, pour faire plaisir à sa femme, d’une ville au climat salubre et proche du port pour qu’après la traversée il n’ait pas à faire un autre voyage, le choix devient encore plus limité. En 1895, il explicite ainsi à son fils le choix qu’il a fait du Chili : « ... c’est un pays très sain et de plus il n’y a pas de transbordement comme où je suis allé l’année dernière [le Salvador]... C’est pour plaire à maman, ça lui semble que je suis moins en danger et de sorte je l’ai fait pour lui plaire ». Mais il arrivera à la mauvaise saison, ce qui ne lui semble pas un obstacle majeur : « Je vais arriver en plein été ce qui est un peu contraire à mon commerce mais je ne pouvais pas aller à autre parce qu’au Mexique ils sont déjà six pour le même article ».

  • 14 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 71-72.

40Au début du siècle, deux ports se partagent la clientèle des fleuristes : Le Havre pour les départs Outre-Atlantique, et Marseille pour les voyages vers l’Orient. Les voyages sont de véritables odyssées14. Jean-Pierre Magne fait son premier voyage pour le Brésil en 1828, comme passager sur l’entrepont ; et en 1844, pour se rendre en Russie, il prend d’abord un bateau du Havre jusqu’à Hambourg, puis le train jusqu’à Lubeck, et enfin des chariots jusqu’à Saint-Petersbourg.

41A la fin du siècle, les liaisons sont plus fréquentes et plus régulières, et Chouvin voyage confortablement sur des paquebots de ligne, en partant aussi bien du Havre que de La Rochelle ou de Bordeaux. Pierre Veyrat, pour son voyage à Tiflis en 1901, prend le bateau de Marseille à Batoum, en passant par Constantinople, puis le chemin de fer, et il fait le retour entièrement en chemin de fer, en passant par Vienne.

42Les trajets restent longs : près d’un mois et demi au début du siècle pour aller en Amérique Latine, trois semaines à la fin du siècle. Nous avons peu de renseignements sur le prix de ces traversées, sauf pour les deux colporteurs du Freney, Félix et Pierre qui, en 1859, ont mis environ un mois pour aller du Havre à Vera-Cruz et auxquels la traversée a coûté entre 600 et 700 francs chacun. En 1828, Jean-Pierre Magne voyage comme passager sur l’entrepont entre Le Havre et Buenos-Aires, et ne paye que 400 francs au heu des 800 que coûte normalement le billet.

  • 15 Musée Dauphinois : Mme Dauphin, souvenirs sur son père Émile Gonon, colporteur fleuriste du Mont-d (...)

43Finalement, les colporteurs fleuristes auront été partout, jusqu’en Chine, en Thaïlande et Madagascar15. Les deux grandes destinations restent toutefois l’Amérique et la Russie jusqu’en ses confins (l’Amérique Centrale et le Mexique étant les régions les plus fréquentées).

44Nous donnons ici la série des voyages de Jean-Pierre Magne :

Les voyages à l’étranger de Jean-Pierre Magne

1826-1827 :

Milan jusqu’au Frioul.

1827-1828 :

Turin, la Lombardie, Trieste, Corfou.

1828-1830 :

Le Havre, Buenos-Aires, Montevideo.

1831-1832 :

Marseille, Alger, les îles Baléares, l’Espagne (Valence, Alicante).

1832-1833 :

l’Angleterre.

1833-1834 :

Marseille, Alexandrie, Le Caire.

1834-1835 :

Le Havre, la Nouvelle-Orléans, l’Alabama (Mobile), le Mississipi, l’Ohio (Pittsburgh), Philadelphie, NewYork.

1835-1836 :

Bordeaux, Lisbonne, Porto.

1836-1837 :

Le Havre, New-York, la Caroline du Sud (Charleston), New-York.

1837-1838 :

Le Havre, Hambourg.

1838-1839 :

Le Havre, New-York, Baltimore, la Virginie, New-York.

1839-1840 :

Le Havre, New-York, Baltimore, Washington, l’Hudson (Albany, Troie), New-York.

1840-1841 :

Le Havre, Hambourg, Lubeck, Saint-Pétersbourg, Moscou.

1841-1842 :

Le Havre, La Nouvelle-Orléans, le Mississipi, l’Ohio, Philadelphie.

1842-1843 :

Le Havre, New-York, Philadelphie, Boston, New-York.

1844-1845 :

L’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse.

1845-1846 :

Le Havre, New-York, le Canada (les Grands Lacs), New-York.

45Quelle qu’en soit la direction, toutes ces campagnes répondent au même schéma : essayer d’avoir des lettres de recommandation et des correspondants sur place, trouver un magasin bien situé, se faire connaître de la clientèle, puis vendre très vite.

  • 16 Il s’agit de sa campagne de 1833-34.

46Dans certains pays, les lettres de recommandation sont indispensables ; sans elles, le colporteur ne pourrait pas débarquer ou n’arriverait pas à surmonter les difficultés administratives. Elles lui font, dans tous les cas, gagner un temps précieux, tout comme les correspondants qui peuvent l’aider, grâce à leur connaissance de la ville, à trouver un magasin bien situé. En 1827, Jean-Pierre Magne arrive à Trieste où il se lie avec des commerçants qui lui donnent des lettres de recommandation pour d’autres marchands de Corfou. Parce qu’il est introduit, il décide de s’y rendre, et ces lettres d’introduction lui sont en effet indispensables car les lois anglaises qui régissaient Corfou obligeaient tout étranger, avant de pouvoir débarquer, à avoir quelqu’un qui réponde de lui, tant moralement que financièrement. En 1843, il se rend en Russie sans y être introduit, et a beaucoup de mal à obtenir la permission de vendre. A Saint-Pétersbourg, il ne l’arrache qu’après « beaucoup de vaines démarches et des présents ». Mais à Moscou, où il se rend ensuite, il ne peut l’obtenir « malgré toutes les démarches que je fis, accompagné d’un négociant auquel j’étais recommandé ». C’est la complicité d’un employé de police, qui ignorait les procès-verbaux qui lui étaient dressés chaque jour puisqu’il vendait sans autorisation, qui lui permit d’écouler ses plantes, puis sa situation fut régularisée lorsqu’il eut comme cliente la femme du gouverneur de Moscou. Quand il est en Égypte, à Alexandrie, il ne fait rien sinon essayer de se faire connaître, jusqu’à ce qu’il ait des lettres d’introduction pour le souverain, ce qui le décide à partir pour Le Caire16.

47Claude Chouvin, quand il retourne au Brésil en 1901, descend au même hôtel et retourne voir les Français dont il avait fait la connaissance. Ceux-ci s’offrent à lui changer et à lui garder son argent. Ils l’aident à trouver son magasin et à sortir des démarches administratives : « mais mon enfant, j’ai eu des ennuis pour avoir ma patente terrible enfin j’ai tout de même fini de l’avoir aujourd’hui mais figurez-vous depuis le 4 jusqu’au 16 avril si je me suis ennuyé avoir mes plantes et ne pouvoir pas les vendre et voir que tous les jours elles dépérissaient, que faire j’ai fait tout ce qu’il a dépendu de moi, et j’ai encore de la chance de l’avoir il y a un français qui a demandé la sienne il y a un mois et il ne l’a pas encore pu avoir heureusement que M. Bonnard m’a bien aidé sans lui je crois que j’aurais été obligé d’abandonner mes plantes... »

48Et Pierre Veyrat, dans son agenda, note les adresses des Français dont il fait la connaissance dans les pays qu’il visite, celles aussi des autochtones qui parlent le français ; et, comme les rouenniers qui se transmettent leurs clients de père en fils, ce sont ces introductions que les pères donnent à leurs enfants. Ainsi, plusieurs des adresses de Pierre Veyrat lui viennent de son père.

49Sitôt arrivés, les fleuristes se mettent aussi à la recherche d’un magasin pour déballer leurs plantes. De l’emplacement de leur boutique dépend en grande partie le succès de leur campagne. Claude Chouvin commence toujours par visiter la ville à pied, pour faire connaissance avec les quartiers et les rues commerçantes. Mais trouver à louer pour un mois ou deux un magasin situé dans les rues les plus marchandes de la ville n’est pas chose aisée ; ainsi, quand il arrive au Chili, en janvier 1896 : « C’est très difficile à trouver des magasins ou si on en trouve, ils sont très chers » écrit-il à son fils le 11 janvier. Le 16, c’est chose faite : « J’ai loué mon magasin pas trop mal situé mais mon propriétaire est un chicaneur il m’a loué pour le prix de 80 piastres ce qui représente 400 francs par mois et aujourd’hui qui fait le cinquième jour que je suis chez lui il vient me chercher chicane en me disant que je lui ai loué son magasin pour quatre mois et que je dois payer d’avance mais un mois seulement et mon reçu est fait dans les formes qu’il ne me peut rien jusqu’à la fin du mois ou mieux dire jusqu’au 16 février mais sans cela vulgairement dire c’est une sale bête ». Mais Chouvin ajoute que de toutes façons il aura vendu d’ici un mois tout ce qu’il sera possible de vendre à Concepción et qu’alors, il partira ailleurs.

50En 1901, quand il est au Brésil, cette recherche est encore plus difficile. Arrivé le 25 mars, le 2 avril il n’a toujours rien trouvé : « Je suis en cherche d’un magasin depuis que je suis ici et je n’ai encore rien trouvé ou si j’en trouve ils sont dans des mauvaises rues donc ça ne me convient pas. Il y en a un qui m’a presque promis la moitié du sien mais il n’a pas encore pu me donner une réponse il me renvoie d’un jour à l’autre enfin il m’a dit que demain il me donnerait une réponse, sur celui-là il serait pas trop mal c’est pour cela que j’attends et il me coûterait pas énormément cher il me dit qu’il me le donnerait pour 250 francs par mois, mais c’est le tout qu’il se décide... J’ai déjà fait tant de tour dans cette ville de Rio que je connais toutes les maisons mais aussi le soir je suis fatigué j’ai les pieds qui me font mal et je n’aboutis à rien ». Les prix qu’on demande sont extrêmement variables : à côté de ce magasin, qu’il espère obtenir pour 250 francs par mois, il en a trouvé un autre pour 1.300 francs, mais comme la situation économique est très mauvaise en Amérique Latine depuis plusieurs années, Chouvin refuse de prendre le risque de payer un loyer si cher, tout comme il se refuse à voyager à l’intérieur du pays où il rencontrera les mêmes difficultés pour déballer et vendre, tout en ayant à ajouter d’autres frais de voyage à ceux qu’il a déjà eus. Le 2 avril, il obtient enfin le magasin qu’il convoite. Celui-ci est tellement petit qu’il aura du mal à y exposer toutes ses plantes, mais il n’est pas trop cher et très bien situé, « dans la principale rue ». Il a son magasin, mais il ne peut pas vendre car les formalités administratives qu’il a entreprises en même temps ne sont, elles, pas encore terminées : « Il faut d’abord, écrit-il à son fils, une visite d’un médecin pour voir si le local est propice ce qu’ils appellent la visite hygiénique et après on vous délivre votre patente mais quelques fois ça demande quelques jours et moi j’ai très mal tombé je l’ai demandée le mercredi et voilà le jeudi et vendredi samedi et Pâques, les bureaux sont fermés donc je n’ai pas encore vu l’hygiénique je pense qu’il viendra demain, enfin en attendant je m’installe toujours et sitôt que j’aurais ma patente je serais en mesure de vendre, je ne puis pas vendre avant ou alors j’aurais une amende et c’est ce qu’il faut se méfier. Je ne vendrai pas avant que je sois en règle ». Le dimanche de Pâques, la commission hygiénique n’était toujours pas venue, et Chouvin s’inquiète de voir ses plantes flétrir. Ce n’est que le 18 qu’il est enfin en règle.

51Jean-Pierre Magne ne s’étend pas sur les difficultés qu’il a pu rencontrer dans ses recherches d’un magasin. En 1827, quand il se rend à Corfou, c’est un des négociants de la ville, auprès duquel il a été recommandé, qui lui trouve un endroit pour déballer : une chambre chez un Grenoblois installé là-bas comme chapelier. Pour ses autres voyages, il se contente de mentionner qu’il a loué « un beau magasin ».

52Une fois en magasin, le fleuriste doit vendre très vite : d’une part les plantes, qui ont déjà beaucoup voyagé, flétrissent, et de l’autre, la clientèle potentielle est peu nombreuse et, une fois prévenue, vient dans les quinze jours qui suivent. En 1834, dès que ses ventes baissent, Jean-Pierre Magne quitte La Nouvelle-Orléans pour l’Alabama. Les campagnes de Magne suivent toutes ce schéma : il espère écouler l’essentiel de ce qu’il a apporté dans une grande cité en y restant entre quinze jours et un mois, puis en allant de ville en ville finir de vendre ce qui lui reste.

53Mais tous les pays ne se prêtent pas à un tel rythme : dans certains, les difficultés de circulation sont trop grandes. Quand Claude Chouvin est au Salvador en 1894, il commence par ouvrir boutique à San Salvador et, quand son commerce s’est beaucoup ralenti, il décide de quitter la capitale pour Sansonate, petite ville de 12.000 à 15.000 habitants à l’intérieur des terres. Mais pour Sansonate, écrit-il à son fils, il n’y a qu’un convoi par mois et s’il n’avait pas à l’attendre, il serait déjà parti depuis longtemps. Il lui faudra en outre pour s’y rendre « trois jours de mule et une demi-journée de chemin de fer et mes marchandises vont mettre huit ou dix jours ».

54Aux difficultés de transport, s’ajoute — et c’est surtout sensible à la fin du siècle quand la dépression économique se fait sentir en Amérique Latine — le coût du voyage qui fait diminuer d’autant les bénéfices. Claude Chouvin, pour ces raisons, hésite à changer de ville. En 1896, à Concepción, il y est pourtant obligé car son propriétaire ne veut pas lui louer son magasin plus longtemps : « Jusqu’à présent, j’ai pas à me plaindre, j’ai bien vendu, je suis presque rentré dans mon capital mais aussi j’ai vu les plus forts amateurs. Je pense que je resterai encore une quinzaine de jours dans cette ville et j’irai dans une autre que l’on appelle Chilian [Chillan] pour finir de vendre et si je n’ai pas fini à Chilian, j’irai à Talca où je pense entre ces deux villes je bazarderai le tout d’une manière ou d’une autre, mais tout cela va me donner beaucoup de travail et m’occasionner des frais mais je ne puis pas rester plus longtemps à Concepción vu que le loyer de mon magasin fini le 16 janvier et pas moyen de l’avoir pour plus longtemps ». Quinze jours plus tard, il revient sur le sujet d’autant plus amer que cette année, sa campagne avait bien débuté : « Si j’avais pu rester quinze jours de plus dans le même magasin, j’aurai tout vendu et j’aurais eu plus du bénéfice, les frais de voyage en moins et plus de chance parce que j’étais connu. Ça me dérange bien et ça me fait perdre du temps et dépenser de l’argent ».

55Mais en 1901, à Rio de Janeiro, quand ses ventes diminuent, il refuse de changer de ville : les frais seront trop grands par rapport aux gains qu’il peut en espérer. Pendant les huit jours qui ont suivi l’ouverture de son magasin, il a vendu pour 100 francs de plantes par jour. La semaine suivante, il n’a presque rien fait et, plutôt que de partir, pour relancer la vente, il remet des annonces dans les journaux, or celles-ci ne donnent rien : « J’ai eu des visiteurs mais pas d’acheteurs. Il me dit tous la même chose c’est bien joli mais nous n’avons pas d’argent, nous reviendrons mais je ne les vois pas revenir... Les principaux sont venus et ça a été fini. Je ne puis pas aller ailleurs je suis obligé de finir ici à Rio mais je vais être obligé de faire une vente publique pour me débarrasser... ». Après le calme du mois d’avril, ses ventes reprennent en mai : « Je ne passe pas un jour jusqu’à présent sans vendre quelque chose, le moins que j’ai vendu, c’est pour trente 30 francs ». N’ayant plus rien à perdre, il se décide alors à rester encore et à compter sur la chance. Elle lui sourit une fois, le 22 mai, où il vend pour 400 francs de plantes à un seul client ; il se décide alors à rentrer le 5 juin.

56L’agenda de Pierre Veyrat détaille, pour certains de ses voyages, le temps qu’il reste en magasin. Quand il part en Russie, celui-ci dure entre trois et quatre mois. Ainsi, en 1907, il ouvre un magasin à Kharkov du 18 mars jusqu’au 14 mai, deux ans plus tard à Kiev il reste du 6 mars au 19 avril, et l’année suivante dans la même ville du 18 janvier au 18 avril. En revanche, à Buenos-Aires, en 1905, il ne reste ouvert qu’une semaine, du 24 avril au 1er mai. Là, les documents manquent pour que nous comprenions pourquoi il quitte Venosc en février, et quel fut le déroulement de cette campagne si rapide.

57Une fois qu’il est en mesure de vendre, le colporteur doit se faire connaître de sa clientèle potentielle. Sa stratégie de vente se développe en deux temps : la visite aux grands et la publicité. Il privilégie l’un ou l’autre en fonction de l’importance de cette bourgeoisie fortunée à laquelle il destine sa marchandise.

58La visite aux grands, dans les pays où, comme au Moyen-Orient, la clientèle consiste en une dizaine de dignitaires gravitant autour du puissant du lieu, devient prioritaire. C’est à lui que les fleuristes iront d’abord offrir leurs marchandises avant de l’exposer en public, pour profiter de l’effet d’entraînement que la faveur du prince va donner. En 1826, quand Jean-Pierre Magne se rend à Corfou, sur les conseils d’un des négociants de la ville, il porte au gouverneur anglais ses catalogues, ainsi qu’une lettre d’offre. Mais comme celui-ci est absent de Corfou, Magne attend son retour pendant quinze jours et sa visite avant de déballer. Attente payante, puisque sa venue a attiré à la suite celle d’« officiers supérieurs », auxquels il a vendu pour 700 francs de plantes ; « Cette vente faites j’eus la visite des amateurs de la ville... ».

59En revanche, dans les pays d’Amérique Latine, où la clientèle potentielle est relativement importante, les colporteurs mettront des annonces dans les journaux pour signaler leur venue. Nous en reproduisons ici deux, provenant d’une campagne de Claude Chouvin au Chili, qui montrent quels étaient les arguments de vente.

60On peut en relever trois. D’une part, ils mettent en avant le sérieux de leur entreprise : ils se présentent comme des spécialistes, des horticulteurs français, et ils s’adressent à un public de connaisseurs, « pùblico aficionado ». Ensuite, ils vendent des fleurs exotiques pour ces pays qu’ils visitent : des fleurs d’Europe et des fleurs inconnues dans ces régions, « desconocidas aquí ». Connues ou inconnues, elles ont toutes des formes et des couleurs rares, et leur rendement, ainsi que celui des arbres fruitiers, est très élevé : les roses ici « dan flores todos los meses », et les arbres donnent des fruits « el mismo año de su plantacion ». Enfin, les prix sont raisonnables, ou « nunca vistos » : la féérie est bon marché.

61Ils étayent ces arguments publicitaires dans la présentation de leurs marchandises. Le sérieux est attesté par les cartes de visite et les factures que se font imprimer les fleuristes, quelquefois dans la langue du pays, et qui créent l’illusion que cette échoppe en terre étrangère n’est qu’une succursale d’une grande maison, où viennent aussi se fournir les grands de France, comme en témoignent les cartes de visite d’E. Balme et de Claude Chouvin, les factures des frères Marigot ou celles de Pierre Arnol.

La libertad electoral du 19 mars 1886.

62Ces plantes jamais vues, ils les montrent aux éventuels acheteurs en ornant leurs boutiques de planches de fleurs qui feront rêver à ce que deviendront ces bulbes, ces graines, ces arbres nus exposés à la vente. On trouve trois types de planches : certaines sont faites à la main et, parmi celles que possède le Musée Dauphinois, on relève le nom d’artistes lyonnais, savoyards et même parisiens ; d’autres sont faites au pochoir, mais la plupart sont imprimées et faites en séries, ou extraites de revues d’horticulture. Une partie d’entre elles était donnée au colporteur par les établissements où ils se fournissaient, et Pierre Veyrat note dans son agenda l’adresse d’un horticulteur de Lyon, en ajoutant la mention : « donne des gravures ». Nicolet écrit à un colporteur fleuriste pour lui signaler qu’un horticulteur de Lyon a des gravures prêtes pour lui. Ces gravures coûtent cher : dans le récit que Félix fait à l’huissier du Bourg d’Oisans, il dit avoir laissé chez son neveu une malle, des graines, un catalogue, des prospectus pour les fleurs et le livre des gravures, qui contenait deux cents planches, et qui avait coûté huit cents francs.

63Enfin, dernier support publicitaire pour ces plantes féériques, les catalogues où sont détaillées les espèces qu’ils ont en magasin. On a pu en lire deux, celui que les frères Marigot ont fait imprimer en russe à Tachkent pour les amateurs de cette ville, et celui de Jean-Pierre Arnol, le beau-frère de Claude Chouvin.

  • 17 A. LIZAMBERT, « Notes sommaires sur les anciens marchands de plantes de l’Oisans », Bulletin de la (...)

64Sur les planches comme dans les catalogues, l’imagination brode sur des fleurs réelles : toutes ont pu être identifiées, mais la fleur d’origine se pare de couleurs étonnantes, prend de nouvelles proportions ou se dédouble, et les artistes jouent de la disposition des pétales. Ainsi, dans le livre de gravures qu’André Lizambert a feuilleté, il a admiré une rose bleue, une jacinthe tricolore, blanche, bleue et rouge, sortant du même oignon, des gentianes à mille fleurs rouges, des orchis bizarres, des lys bleus, une rose moitié blanche, moitié rouge, etc...17. Et dans le catalogue des frères Marigot, si l’on s’en tient aux roses, on relève des roses pourpre sombre, jaune à liseré ponceau, noir velouté, rouge cerise tacheté de jaune, violet pourpre avec du bleu. Si elles sont banalement rouges, alors elles ont la forme d’un turban ou quatorze centimètres de diamètre. Pour les fruits, l’exceptionnel vient de leur taille, de la précocité et de l’abondance de leur récolte.

65On a pu admirer, sur les planches, des fraisiers arbres dont les fruits sont gros comme une orange, ou des cerisiers donnant des grappes comme du raisin. Les frères Marigot vantent leurs pommiers et leurs poiriers, dont les fruits peuvent atteindre deux kilos, et ils proposent aussi vingt-cinq nouvelles variétés de pêches, dont « les pêches des Princes » sans noyau, ainsi que « vingt-quatre variétés de framboisiers canadiens, à fruits odoriférants gros comme des œufs de poule », « des groseillers dont une seule grappe pèse près d’une livre » ou, plus merveilleux encore, « six variétés de poiriers, cerisiers et pêchers nains d’appartement, qui donnent des fruits délicieux deux fois par an ». Pierre Arnol offre aux connaisseurs « des pêches à noyau de noisette » et « des fraises de Saint-Pétersbourg donnant des fruits tous les mois de la grosseur d’un œuf de poule », et tous ont, devant les clients qui s’étonnent de ne pas récolter ce qu’ils ont semé, des arguments imparables qui évoquent les différences de climat ou la maladresse de leurs jardiniers. Enfin l’exotisme est souligné dans les catalogues. Destinées au marché américain, les fraises viennent de Saint-Pétersbourg, et pour les habitants de Tachkent, fruits et fleurs viennent d’Amérique, du Canada, du Mexique, de la Caroline du Nord, et les cerisiers à grappe de... Sibérie.

66Les fleuristes ont ainsi su profiter, en Amérique, de l’attrait pour tout ce qui vient d’Europe et d’une certaine nostalgie, chez les anciens émigrants, pour le vieux continent, et, aux confins de l’Europe et de l’Orient, de l’engouement des élites pour la culture européenne. Ils ont su répondre aux goûts de ces riches bourgeoisies, en mêlant dans leur art de vendre exotisme, luxe et rêve.

  • 18 Idem.

67La clientèle à laquelle ils s’adressent et le déroulement des campagnes, où la plupart des marchands restent très peu de temps dans chaque ville, supposent une relation marchande sans crédit, un commerce où les achats sont payés au comptant. D’ailleurs, Claude Chouvin, dans ses lettres, ne parle jamais de crédits qu’il aurait consentis. Toutefois, la tradition orale raconte que certains, pour donner plus de sérieux à leur publicité et encourager les acheteurs, se font payer la moitié des achats comptant et l’autre moitié à la floraison, époque où ils ont bien entendu quitté le pays. Ils vendent dans ces cas, dit-on, des bulbes cueillis au hasard des montagnes et s’arrangent pour ne plus retourner dans le même pays, satisfaits du premier versement18. Une telle pratique ne pouvait qu’être marginale, ne serait-ce que parce que, quel que soit le prix de vente de ces oignons de fleurs cueillis dans la montagne, on imagine mal qu’ils puissent amortir tous les frais annexes d’une campagne à l’étranger. Toutefois, les documents conservés attestent qu’en certaines occasions, les fleuristes acceptaient d’être payés à crédit. Jean-Pierre Magne est aux États-Unis en 1843 : « Une crise commerciale existait, écrit-il, il me fallut faire passablement de crédit à Baltimore dont j’ai été intégralement payé ». Il avait toutefois déjà été à Baltimore l’année précédente.

Des aventures individuelles

68Plus que tous les autres types de commerce, le colportage des fleurs est une aventure individuelle, une aventure dépourvue de support commercial, où les risques encourus sont énormes et les bénéfices aléatoires. A chaque étape de sa campagne, en effet, le marchand peut perdre sa marchandise. Au départ, quand ses plantes, une fois sorties de la terre du pépiniériste, risquent de geler si le froid se fait trop vif. En 1899, Claude Chouvin part fin janvier, le 7 février il est prêt, mais le froid est tel qu’il craint que ses plantes ne gèlent s’il les expédie. Deux ans après, il se trouve de nouveau à Angers vers le 25 février. Or, le 18, il fait moins dix degrés : « Je n’ai pas pu faire arracher toutes mes plantes, et maintenant la terre est gelée et je suis obligé d’attendre le dégel forcément il y a que les plantes qui sont dans les serres que l’on a pu emballer mais les arbres à fruits, les rosiers et bien d’autres arbustes de pleine terre c’est impossible de les avoir et je perds du temps à ne rien faire. Je ne vois comment faire autrement si quand le froid est venu je n’avais rien eu acheté je me serai rentourné mais lorsque le froid s’est fait tellement sentir, tous mes achats étaient faits, enfin je m’ennuie pas mal être à l’hôtel dépenser et ne pouvoir pas travailler ». Le 24 février, il est toujours bloqué par le froid, la moitié de ses plantes est arrachée. Pour lui, ce n’est que du temps perdu, car il possède un hangar fermé qui les protège, mais ceux qui n’en ont pas ou ceux qui, comme Louis Pellorce, ont un hangar qui ne ferme pas, voient toutes leurs plantes geler avant même qu’ils aient pu en vendre une seule. Certaines sont récupérables : « Il faut qu’il [Louis Pellorce] les trempe toutes dans l’eau avant que de les emballer ».

69Cette année-là permet de partir début mars. Claude Chouvin s’estime content : à quelques heures près, le bateau qui fait la liaison Bordeaux-Rio de Janeiro aurait appareillé, le laissant à Bordeaux encore quinze jours avant la nouvelle liaison et, écrit-il à son fils, « mes plantes auraient souffert ». Pendant la traversée, elles peuvent pourrir si la mer est trop mauvaise, comme l’a vécu Claude Chouvin lors de son voyage au Costa-Rica en 1884-85, lorsque la tempête a abîmé toutes ses caisses et détruit à terre une partie de la voie ferrée et trois ponts, lui interdisant, quand bien même il aurait pu sauver quelques plantes, de quitter Port-Limon. Sa marchandise est heureusement assurée, mais ne lui seront pas remboursés ni son voyage, ni le temps qu’il a passé à faire valoir ses droits et à attendre un bateau.

70A terre, le fleuriste ne sait quel climat politique et économique il va trouver. En 1829, Jean-Pierre Magne et son cousin arrivent à Buenos-Aires pendant les troubles qui porteront, un mois après leur arrivée, Rosas au pouvoir. L’argent qu’ils ont gagné a perdu les deux tiers de sa valeur. Plutôt que de le changer, ils suivent les conseils de la banque à laquelle ils étaient recommandés et le placent en attendant qu’il reprenne de la valeur. Ils restent un an au Brésil, « et malgré toutes ces belles opérations nous avions éprouvé une perte sur le papier d’environ 10 à 12.000 francs ». A leur retour, c’est la situation politique française qu’ils doivent prendre en compte : ils ont transformé leur argent en cuir mais « la Révolution de juillet en France avait fait baisser cet article d’un du cent à la vente sur les marchés français ». Ils s’en sortent toutefois avec 1.500 francs de bénéfice. En 1838-39, Jean-Pierre Magne est au Portugal mais la clientèle est trop restreinte pour la quantité de marchandises qu’il a emportée ; il songe alors à se rendre en Espagne, pays qu’il sait être bon pour ce type de commerce, mais la situation politique incertaine, qui rend les routes peu sûres, l’en dissuade.

71Une fois installé en magasin, on doit compter aussi avec les impondérables tel, pour Claude Chouvin, en mai 1901, l’incendie de son local. Celui-ci survenant tard dans la saison ne se révèle donc pas trop catastrophique puisqu’il a pu vendre l’essentiel de ses marchandises. Mais tous ses rosiers sont perdus, or il en avait emporté, écrit-il à sa femme, pour plus de 500 francs : « enfin nen parlon plus sa me rend malade même di penser quand on en demande j’ai la fièvre séculère ».

  • 19 Musée Dauphinois. Je remercie mon amie, Jacqueline Macek-Roblès qui a traduit les textes russes.

72Et tout au long de leurs voyages, les colporteurs se heurtent aux administrations des différents pays, que ce soit pour obtenir le droit de vendre ou tout simplement celui de voyager. La Russie n’est de ce point de vue qu’un parcours d’obstacles. Magne écrit qu’on ne peut y voyager et vendre que sous la protection d’un grand. Dans les papiers des frères Marigot, il reste plusieurs témoignages des difficultés qu’ils rencontrent pour faire voyager leurs plantes. Ces papiers ont trait au passage de leur marchandise de Batoum, à l’est de la mer Noire, à Bakou, sur la mer Caspienne, par les chemins de fer transcaucasiens. Cinq documents concernent cette partie du trajet : d’abord une autorisation datée de Batoum le 28 novembre 1896, délivrée par le comité du phylloxéra du Caucase, autorisant l’expédition des colis de plantes à Bakou mais, est-il précisé, ce certificat ne tient pas lieu de laisser-passer ; ensuite deux quittances de la douane de Batoum, l’une attestant le payement du travail de «déchargement, présentation à la douane, pesée, fouille et délivrance des marchandises selon instruction Nos 14/54 », et l’autre indiquant que les taxes ont été acquittées ; enfin, un grandiose billet de transport, de vingt centimètres sur cinquante, qui signale que ces deux colis de plantes vont être transportés à petite vitesse de Batoum à Bakou et donne le prix du transport. La date, illisible, est peut-être celle du 8 décembre 1896 ; dans cette hypothèse, ce sont dix jours de formalités qui ont retenu un des frères Marigot à Batoum. Deux ans plus tard, en février 1898, ils sont de nouveau en Russie, et l’un des frères envoie d’Achkhabad (ville située près de la frontière iranienne) un télégramme à Bakou, où son frère s’occupe de lui faire parvenir des plantes, s’inquiétant d’être sans nouvelle et d’attendre sans rien pouvoir faire19.

73Aux dangers que court leur cargaison, s’ajoutent ceux que les fleuristes courent eux-mêmes en voyageant dans des pays le plus souvent sans hygiène, en s’exposant à des changements de climat très brutaux et, dans la plupart des pays d’Amérique, aux maladies tropicales qui règnent à l’état endémique, avec, pour seule défense, une pharmacopée très réduite. Au Costa-Rica, Chouvin se soigne avec des purges et une prise de quinine de temps à autre : « Le 19 au soir, je me sen un peu indisposer j’ai mal à la tête et je suis aller acheter une purge de sèl danglter et je les ai pris le 20 au matin sa ma fait un peu de léfet mes pas beaucoup et je vais en reprendre une le 22 au matin et je pence que sa me laissera peut être quitte pour la fièvre jais eut le 20 des ressentiment de fièvre jais même eu peur de la reprendre alors me voila au 21 j’ais pris de la kinine et je reprendrai encore une autre purge apprès et je pence que peut être je partiret bientot de ce modit paye... ». Au Brésil, il est très fatigué, la chaleur l’accâble, et il souffre de dysenterie ; comme remède, il se purge, ou bien il prend de l’alcool de menthe : « Je me sans un peu des coliques depui que jai diner ce nes rien j’ai pri de l’alcol de manthe et sa ma un peu passer ». Après l’incendie de son magasin, il est fiévreux et dort mal : « J’ai pri une purge et je suppose que sa me fera du bien ». Pierre Veyrat, qui voyage surtout en Russie, a inscrit sur son agenda deux remèdes contre la bronchite et le rhume : « cirop de talue 4 cuillère à café par jour. Changean de clima où de pays metre sur la bronche un tapcia ».

  • 20 Musée Dauphinois, lettre de Pierre Porte à ses parents, Pittsburgh, le 10 août 1839, et A.D. Isère (...)

74La peur de la maladie est très forte, autant chez ceux qui restent que chez ceux qui partent, et la moitié des lettres qu’ils échangent parle d’elle. Au reste, ces risques ne sont pas une vaine chose, et la maladie et la mort en ont frappé plus d’un. Pierre Porte écrit des États-Unis à sa famille, le 5 août 1839 : son père, Jean-François Porte est au Mexique avec Pierre Pellorce ; il en a eu des nouvelles « par un jeune homme qui arrive d’Acapulco est qui a resté dans le même maison qu’eux est qui les connaissait très particulièrement puisqu’il a même de leurs catalogues ils se portait bien et ils attendait pour partir pour panama et de la s’embarquer pour fiance ». En septembre 1840, ils n’étaient toujours pas rentrés20 et, quinze jours après, le gantier Nicolet apprenait qu’ils étaient morts. A cette fin tragique que les lettres racontent, l’état civil fait écho qui mentionne : mort en Espagne, mort au Mexique...

  • 21 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit.

75Chacun part tenter sa chance. Beaucoup se contentent de vendre leurs plantes certains, soit qu’ils n’aient pas réussi, soit qu’ils veuillent gagner plus encore, essayent autre chose. Peu de récits de ces derniers sont parvenus. Louis Cortès relate les aventures de deux marchands de plantes du Freney, Félix et son neveu Pierre21. Ils partent en octobre 1849 au Mexique, avec des plantes, et débarquent à Vera-Cruz ; là ils achètent des foulards parce que l’affaire leur paraît bonne, et ils continuent leur chemin jusqu’à Mexico où ils commencent la vente. Ils se séparent ensuite pour finir d’écouler leurs marchandises et se retrouvent en Californie, où ils deviennent mineurs et tenanciers de bar. Félix sera aussi boulanger et jardinier. A la fin de l’année 1851, Pierre rentre en Oisans en promettant à son oncle de revenir l’année suivante. Mais comme il ne le fait pas, Félix rentre à son tour, avec juste de quoi payer sa traversée. Il découvre, en arrivant au Freney, que son neveu l’a roulé, qu’il a acheté un magnifique domaine au-dessous de l’église et un fonds de marchand de vins en gros. Au mépris des règles de l’association, il avait envoyé à Maître Argentier, notaire au Freney, 8.000 francs quand il était en Californie, et rapporté avec lui 25.000 francs.

  • 22 A.D. Isère, 1J 829, lettres des 3 juin 1837, 23 octobre 1838, 19 septembre 1838, 28 novembre 1840 (...)

76Une autre histoire, celle des familles de Jean-François Porte et de Pierre Pellorce, est racontée dans les lettres de Nicolet et étayée par des archives familiales22. A l’automne 1835, Jean-François Porte et Pierre Pellorce quittent le Mont-de-Lans. Au bout d’un an, Nicolet s’inquiète de ne voir revenir ni son argent, ni les marchands et, las de les attendre, il décide avec l’huissier Gaston et son avoué, Maître Blaive, de prendre des mesures pour assurer « un capital aussi fort ». Ils rentrent dans l’été 1837, et repartent dès le mois d’octobre pour les États-Unis, Jean-François Porte lui ayant emprunté de nouveau 2.000 francs (sans pour autant avoir soldé l’argent emprunté antérieurement) et acheté pour 160 francs de gants. Il s’engage à rembourser toutes ses dettes au bout d’un an. De ce voyage, les colporteurs ne rentreront pas : ils mourront tous deux, trois ans plus tard, quelque part en Amérique Latine. A l’automne 1838, le fils de Jean-François Porte se présente chez Nicolet avec une lettre de son oncle, Pierre Amieux, maire du Mont-de-Lans, lui demandant de remettre 2.000 francs à son neveu, dont il se porte caution. Nicolet lui remet l’argent et des gants. Pierre Porte s’associe alors avec le fils de Pierre Pellorce, Jean-Pierre Pellorce, et tous deux prennent le chemin des États-Unis allant, comme leurs pères, tenter l’aventure.

77L’été suivant, Pierre Porte écrit en Oisans, où il pense son père et son oncle de retour : il a eu de leurs nouvelles par un jeune homme qui les a vu à Acapulco, où ils se mettaient en route pour Panama, avec l’intention de rentrer en France. Dans sa lettre, écrite de Pittsburgh, Pierre Porte raconte qu’il a fait lui-même une bonne campagne, mais qu’il a investi l’argent qu’elle lui a rapporté dans la culture du mûrier, et que ces opérations l’ont amené à faire beaucoup de crédit. En attendant l’automne, où il va rentrer dans ses fonds, il s’est fait embaucher dans une maison de commerce et, grâce à elle, voyage dans l’intérieur du pays. Il a, dit-il, profité de ses nombreux déplacements, pour se créer une clientèle et, « devant notaire », a passé commande de plantes avec ses clients. Il demande alors à sa famille ou, à défaut, à son oncle Amieux (qui est son parrain et sa caution auprès de Nicolet), de lui faire parvenir à Pittsburgh pour environ mille francs de fleurs. Il les enjoint en outre de faire patienter Nicolet. La lettre, pleine d’invraisemblances, et dont le but est de convaincre la famille d’envoyer encore de l’argent, témoigne aussi sur la rage de réussir qui jette dans des aventures solitaires mais dont le résultat rejaillit sur l’ensemble de la parenté : « Votre fils, écrit-il pour finir, n’est pas de ceux qui cherche a déshonorer leurs familles est a leurs affaires car j’espère avec le temps j’espère prouver a ces beaux complimenteurs que je ne suis pas un Jean tronc ».

78A l’automne 1839, un nouveau groupe de fleuristes se met en route pour les États-Unis : Jean-Pierre Magne, le fils Guiot et Auguste Oddoux. Ils retrouvent là-bas le fils de Pierre Pellorce et celui de Jean-François Porte, qui ne sont pas rentrés comme Pierre l’avait annoncé dans sa lettre ; ils forment tous ensemble une société de commerce. Ils ont envoyé de leurs nouvelles aux frères de Pierre Pellorce, et Nicolet, qui en est averti, leur écrit pour leur demander s’ils ont eu par la même occasion des nouvelles de Pierre Pellorce et de Jean-François Porte : « J’espère qu’ils vous auront dit en même temps où ils se trouvent, ce qu’ils font et à quand leur retour en France, car vous devez penser que le temps me tarde beaucoup de les revoir et de mettre un terme à nos affaires que vous savez nous avons ensemble en attendant, je dois vous dire que mes conseils et intérêts me commandent de prendre des mesures de sureté pour ce qu’ils me doivent ensemble et en particulier. Mais comme dans le temps, il vous fit de la peine de ce que je fis un protêt au billet de la somme de 2.769 francs souscrit par votre frère Pierre Pellorce et Etienne Ronna son beau-père et garanti par vous Messieurs Jacques Pellorce, Laurent Pellorce et Pellorce ex-militaire, vous m’écrivîtes que dorénavant je ne fasse plus de poursuites et que vous restiez toujours leur caution ce qui est bien. Je dois aussi vous annoncer que depuis cette époque le 17 juillet 1836 nous avons réglé avec votre frère Pierre Pellorce les intérêts de ce billet et les acomptes qu’il m’avait précédemment donnés et qu’il me donna au moment de ce règlement, ce qui réduisit son montant primitif de la somme de 2.769 francs à celle de 2.221,50 francs valeur au 15 septembre 1836 sans préjudice de ceux qui ont couru et qui courent annuellement depuis cette époque. Par votre lettre du 16 octobre 1837, vous m’engagiez de lui prêter de nouveau sur votre garantie la somme de 1.620 francs dont il me fit son billet payable le 18 octobre 1837. Depuis cette époque du 18 octobre 1837 je ne l’ai pas revu. Néanmoins je pense bien que pour ces deux objets qui vous sont aussi relatifs que vous restez toujours sa caution ou sa garantie et que je n’ai pas besoin de faire aucune formalité pour en renouveler l’assurance, ce que je vous prie me confirmer par votre réponse au reçu de la présente... ». Il informe en même temps l’huissier du Bourg d’Oisans de sa démarche, lui demandant de monter au Mont-de-Lans pour s’assurer que les cautions vont renouveler leurs garanties « afin que je ne prenne pas contre eux des mesures sévères... et éviter à ces Messieurs absents tout désagrément »

79En août 1840, Victor Nicolet monte en Oisans et y rencontre la femme de Jean-François Porte en présence de son beau-frère, Pierre Amieux, et de son cousin, Marc Gravier de Mizoen. C’est chez le notaire du Freney, Maître Argentier, que la rencontre a lieu : Marc Gravier s’engage à rembourser les emprunts de Jean-François Porte lors de son départ de l’automne 1837, ses billets de 2.000 francs et de 160 francs, qui étaient échus le 18 octobre 1838. A la suite de ces remboursements, Nicolet écrit à l’huissier Gaston pour lui rappeler que Jean-François Porte lui doit d’autres sommes et qu’il s’était porté « caution et principal payeur pour Etienne Fège de la somme de 741 francs payable en mai 1838 ». Il lui demande, s’il n’est pas payé, de les assigner tous les deux « M. Jean-François Porte étant toujours absent, j’ai différé jusqu’à ce jour à les poursuivre en expropriation forcée espérant toujours la présence de M. Jean-François Porte pour y mettre la fin que j’ai droit d’en attendre ».

80« Comme Madame Jean-François Porte se trouve chargée de procuration de son mari, elle voudra bien se charger de payer le capital, les intérêts et frais jusqu’au jour du règlement, si elle n’a pas de l’argent disponible pour l’instant, elle fera son billet à l’ordre de son beau-frère Pierre Amieux qui le payera en mon nom, pour donner plus de force à la chose à cause que c’est une femme. Après quoi, elle s’entendra avec Étienne Fège d’où elle en retirera sûrement plus que moi. Cependant si, comme j’ai tout lieu de m’attendre que Madame Jean-François Porte consentira à ma demande, je lui offre de continuer en mon nom et pour mon compte les poursuites contre Fège seulement. Mais si elle refuse à ma demande, elle me forcera de les reprendre contre tous les deux jusqu’à la fin de payement du capital, intérêts et frais faits et à faire et pourrez l’assurer que le jour de son refus à ma demande à l’amiable sera celui de la reprise des poursuites. Pardon des peines que je vous cause et veuillez en agréer toute ma reconnaissance ».

81Peu après, la mort des deux colporteurs est connue en Oisans : Nicolet invite tous les frères et beaux-frères à se réunir chez lui, et il écrit aussi à la veuve de Pierre Pellorce pour qu’elle se joigne à eux : « Je ne viens point avec des intentions de renouveler vos chagrins sur la perte que vous venez de faire à laquelle comme moi je prends beaucoup de part mais comme nous avons ensemble des intérêts assez importants qu’il est bien temps de régler et de nous entendre sur les payements qui doivent m’en être faits, je vous invite à vous joindre à Messieurs vos beaux-frères Pellorce et Pierre Amieux et venir tous ensemble chez moi à Grenoble dans le courant de la semaine prochaine ou au plus tard d’ici au 7 décembre ne pouvant prolonger plus longtemps ce qui déjà devrait être fait à l’amiable. Dans cette attente... ».

82A l’automne 1840, le fils de Pierre Pellorce rentre des États-Unis. En février 1841, il est à Paris en compagnie d’Antoine Guiot, et tous deux font une convention qu’ils portent ensuite à Nicolet, qui n’y comprend rien et qui écrit aux oncles de Jean-Pierre Pellorce pour leur rappeler aussi que les dettes de leur frère ne sont toujours pas réglées. C’est au milieu de cette affaire en mars 1841 que le livre du gantier s’arrête : « J’ai vu Jean-Pierre Pellorce fils à feu Pierre qui m’a remis une convention qu’il a faite avec Monsieur Antoine Guiot à Paris le 24 février 1841. Il est question d’une somme qui doit être versée entre mes mains mais j’ignore quand, par qui, et comment. S’il est du quelque chose au susdit Jean-Pierre Pellorce, il aurait dû prendre sa portion en numéraire ou à tout le moins se faire une reconnaissance par Antoine Guiot fils.

83« Depuis le dernier voyage que vous avez fait tous ensemble à Grenoble, il m’a été dit que vous avez fait deux assemblées de famille pour vous entendre sur les payements qui doivent m’être fait. J’attends réponse... ».

84Ainsi, menacés d’expropriation, déjà lourdement endettés, les colporteurs partent au Mexique et restent là-bas, comme Pierre et Félix, une fois la période de la vente des fleurs passée, prenant les emplois qui se présentent dans l’espoir de faire fortune et de pouvoir lever les hypothèques qui pèsent sur leurs biens. Les fleurs sont ici un prétexte : ils partent colporter, mais l’occasion décidera de ce qu’ils feront. Dans tous les cas, et même si elle rejaillit sur toute la famille, l’aventure est individuelle et non villageoise ; on s’associe le temps d’une campagne parce qu’on ne peut faire autrement, mais on se méfie et on se dupe : c’est chacun pour soi. Toutefois, l’échec pèse sur le village, sur toutes ces familles alliées qui ont été prises dans l’engrenage des prêts d’argent et de leurs cautionnements.

  • 23 R. BLANCHARD, « Aiguilles », Revue de Géographie Alpine, t. 10, 1922, pp. 127-160.
    A. ALBERT, « Le (...)

85A l’inverse des formes de colportage que l’on rencontre dans le Briançonnais, à Aiguilles ou à Barcelonnette par exemple, on ne trouve aucun Uissan dont la réussite à l’étranger ait rejailli sur sa communauté d’origine23. On n’en trouve pas non plus qui ait fondé de grosses maisons de commerce en pays étranger, soutenues par des maisons d’achats en France et pour lesquelles on fait venir la main-d’œuvre dont on a besoin du village natal, entretenant de ce fait l’émigration tout en enrichissant le village. Il n’y a donc pas en Oisans de ces grosses maisons bourgeoises que se sont fait construire ceux que l’on nomme « les Américains » ou « les Mexicains » quand, au début du XXe siècle, ils sont retournés finir leurs jours dans leur pays d’origine. Seule la fiche militaire d’Etienne Arnol, du Mont-de-Lans, pourrait indiquer une tentative en ce sens. Fils naturel de Julie Arnol, né en 1860, il est cultivateur pâtissier à vingt ans. Il s’installe à 26 ans à Grenoble et part, à 36 ans, à Montevideo comme employé de commerce, précise-t-il à la gendarmerie. Mais, dès l’année suivante, échec personnel ou déclin de la maison américaine, il est de retour à Grenoble.

  • 24 Musée Dauphinois, Étienne VEYRAT, Brève notice sur l’histoire des Veyrat.

86Du commerce des fleurs au métier de jardinier, le lien est étroit, et c’est par l’horticulture que l’on quitte l’aventure individuelle pour un type d’émigration plus proche de celui d’Aiguilles. C’est Venosc encore qui illustre cette expérience des fleuristes qui s’installent horticulteurs dans le sud de l’Espagne, attirant à eux d’autres compatriotes. Dans leurs campagnes, les colporteurs exercent effectivement l’un et l’autre de ces métiers : Jean-Pierre Magne et son cousin, en 1834, sont au Caire ; seul le souverain achète leurs plantes et leur demande aussi d’être, pendant trois mois, les jardiniers de ces fleurs qu’ils lui ont vendues — ce que les colporteurs acceptent. Pierre Veyrat, dans la première moitié du XIXe siècle, raconte son petit-fils, a planté tous les arbres du parc du palais du « vice-roi » du Caucase, et un autre de ses petits-fils était fleuriste à la cour du tzar Nicolas II. En plus des plantes qu’il soignait, il en vendait à Tiflis et à Odessa24. Les trois fils de Pierre Veyrat sont tour à tour jardiniers en Espagne et colporteurs fleuristes en Russie ou en Amérique ; seul le plus jeune, Rémy, ne séjourne pas en Espagne. Les petits-fils ont continué sur les deux registres, et un de leurs cousins s’est fixé en Espagne.

87D’autres ont émigré, comme les Martin et les Giraud, dans les années 1870, les premiers à Madrid et les second à Malaga. Ils y ont fait souche : Pierre Giraud, fils de Jean-François, y réside au moment de son incorporation et il ne quittera pas l’Espagne au moment de la guerre de 1914. Ils attirent à eux d’autres colporteurs fleuristes, soit qu’ils n’y fassent qu’une saison de temps à autre, comme deux des frères Veyrat, Marius Balme ou Joseph Bert, soit qu’ils s’y fassent embaucher pour au moins quinze ans, comme Jean Turc ou Alexis Martin. On est loin toutefois de l’ampleur des liens et du flux migratoire qui a lié « les Américains » à Aiguilles ou « les Mexicains » à Barcelonnette, et ce contre-exemple ne modifie pas le trait fondamental du colportage fleuriste d’Oisans, qui est avant tout aventure individuelle.

88Les bénéfices sont à l’échelle des risques encourus. Certains rapportent des sommes d’argent fabuleuses, comme Jean-Pierre Arnol et Jean Ronna en 1834 : « Je viens d’être informé par M. Giroud fils que son correspondant de Paris a encaissé la somme de 14.015,65 francs que vous avez comptés provenant des 2.800 piastres que M. Gautereau de Lima vous a adressées pour le compte de MM. Amol et Ronna, être vendu à leur bénéfice et le produit m’en être remis ou à mon ordre dans l’intérêt de ces derniers... », écrit Nicolet à M. Villeneuve qui a été chargé du change.

  • 25 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, Les colporteurs de l’Oisans, op. cit., p. 70.

89La tradition orale évalue le bénéfice moyen d’une campagne de fleuriste à 3.000 francs25. 3.929,16 francs est la somme que rapporte Jean-François Bellet, à son retour, en juin 1838, au Mont-de-Lans. Il fait parvenir cet argent à Nicolet par l’intermédiaire d’un négociant parisien auquel le gantier écrit pour donner ses références : « Je reçois à l’instant l’honneur de votre lettre du 24 courant qui m’annonce que vous êtes chargé de la part de M. Bellet du Mont-de-Lans en Oisans de me prévenir que le 25 août prochain vous aurez à recevoir pour son compte la somme de 3.929,16 francs. Je n’ai point encore reçu d’avis de sa part mais, dans ses intérêts, il est urgent que je reçoive cette somme, soit pour payer ce qu’il doit comme il en a les bonnes intentions, soit aussi pour lui en faire rapporter les intérêts du jour que j’aurai cette somme entre les mains...

  • 26 A.D. Isère, 1J 829, lettre à M. Barry Flament à Paris, du 27 juillet 1838.

90« Je pense que vous n’avez rien à craindre de ma responsabilité pour cette somme, d’ailleurs je vous engage à vous renseigner auprès de M. Charles Gabillot négociant parfumeur et auprès des meilleures maisons de ganterie de Paris... »26. Et Nicolas Leyde rentre d’Espagne avec 3.659,50 francs.

  • 27 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le (...)

91Le colporteur ne peut toutefois compter sur aucun bénéfice sûr à son retour. Ainsi, sur les cinq campagnes mentionnées par Claude Chouvin, deux seulement furent de bonnes campagnes : son premier voyage au Brésil, qu’il ne fait qu’indiquer, et sa campagne au Chili, mais les autres, au mieux, furent médiocres (900 francs de bénéfice pour son deuxième voyage à Rio et il est tout juste rentré dans ses frais au Salvador), ou catastrophique (au Costa-Rica, puisque la tempête qui a fait rage pendant la traversée a détruit toutes ses plantes). En 1895-96, bien qu’il ne soit pas allé au Chili à la bonne saison, et en dépit du fait qu’il ait dû quitter son magasin plus tôt qu’il ne l’eût souhaité, il a fait une bonne saison : « J’ai déjà, écrit-il à son fils avant de quitter Concepción pour Talca, un joli petit bénéfice. J’ai pris une traite de 4.800 francs aujourd’hui qui me permet de mettre de côté 2.300 francs de bénéfice et si je pouvais encore faire quelque chose dans l’autre ville ça m’arrangerait bien au moins pour payer mon passage, ça sera du diable si je ne le ferait pas... ». En plus de cette traite, il lui reste 1.800 francs, et il estime que ses bénéfices seront de près de 3.000 francs « si j’ai un peu de chance dans l’autre ville ». Il aura donc investi 2.500 francs dans cette campagne sans compter son billet de retour. Il ne rapporte pas cet argent sur lui, comme la légende le laisse entendre27, mais le transforme en traites sur la banque Neuflize et Cie par l’intermédiaire de la banque du Chili. Il en envoie les numéros à son fils pour qu’il puisse les toucher, au cas où il lui arriverait quelque chose.

92Si la première fois qu’il a été au Brésil, il a rapporté 4.500 francs de bénéfices, la seconde fois, en 1901, il y revient en plein marasme économique. En huit jours, écrit-il à sa femme, il a vendu l’essentiel de ce qu’il pouvait espérer vendre. Il renonce à tenter sa chance dans une autre ville, songe à faire une vente publique, et pense au champs qu’il devra vendre pour couvrir sa mise de fonds : « Je renvoie toute espèce de choses qui me passent dans la tête de crainte de devenir malade, j’en fais le sacrifice nous vendrons une terre ou un pré... ». Mais la vente reprend et il peut annoncer, fin mai : « Si ma vante passe je manqueret peut-être pas grand chose ten soi peu que je vende encore... ». Et effectivement, malgré toutes ses angoisses, il fait un bénéfice de 900 francs et il rapatrie son argent sous forme de deux lettres de change, ne gardant que 800 francs sur lui.

93Dans son agenda, Pierre Veyrat a inscrit, pour deux campagnes, le capital qu’il a investi et ses bénéfices : en 1901, lors de son voyage à Kharkov, il a investi 3.900 francs et gagné 3.705 francs, et l’hiver suivant, à Tiflis, il a investi pour 4.700 francs et fait 7.600 francs de bénéfices. Dans chacun des cas, il a partagé avec ses frères en fonction du capital de départ que chacun y avait mis. Il le précise pour son voyage à Kiev en 1903, où il est parti avec Rémy, et où ils ont vendu pour 3.156 roubles à eux deux : il en gardera 2.409 et en donnera 747 à son frère.

94Pierre Magne donne, à la fin de son mémoire, le détail de ses bénéfices et de ses pertes pour chacune de ses campagnes. Le tableau que nous avons établi montre que, sur le revenu moyen d’une campagne, la tradition orale ne s’est pas trompée. Une incertitude demeure : compte-t-il aussi la part de son associé ? D’autre part, dans tous ces pays visités, les États-Unis viennent largement en tête pour les bénéfices qu’on en retire.

Tableau VIII. Les bénéfices de Jean-Pierre Magne

Années

Pays visités

Bénéfices en francs

1826-27

Italie

600

1827-28

Italie, Corfou

600

1828-30

Brésil, Uruguay

1.500

1831-32

Algérie, Iles Baléares, Espagne

800

1832-33

Angleterre

1.000

1833-34

Égypte

1834-35

États-Unis : Nouvelle-Orléans, Alabama, Mississipi

7.000

1835-36

Portugal

1.000

1836-37

États-Unis : Caroline du Sud

5.000

1837-38

Hambourg

Perte : 250

1838-39

États-Unis : Pennsylvanie, Virginie

8.000

1839-40

États-Unis : Pennsylvanie Washington, New-York

5.000

1840-41

Russie : Saint-Pétersbourg, Moscou

1.500

184142

États-Unis : Nouvelle-Orléans, Mississipi

4.000

184243

États-Unis : Philadelphie, Boston

4.500

184344 Mort de sa femme

184445

Angleterre, Irlande, Écosse

1.000

184546

États-Unis : région des Grands Lacs

2.200

Septembre 1846 Deuxième mariage

TOTAL

42.950

MOYENNE PAR CAMPAGNE

2.934

95La mise de fonds que nécessitent de telles campagnes n’est pas facile à évaluer, puisque les frais varient considérablement d’un voyage à l’autre. Pour s’en faire une idée, nous avons regroupé, selon les différents postes de dépenses, les chiffres les plus sûrs que nous ont donnés nos informateurs. En prenant les prix moyens, on arrive donc à un total de 3.260 francs ; c’est un chiffre minimum puisque les frais de publicité, l’assurance et la vie sur place ne sont pas comptés.

Tableau IX. Les mises de fonds

Tableau IX. Les mises de fonds

(*) Magasin que Claude CHOUVIN a failli prendre.
Total des prix moyens des postes indiqués : 3.260 F

Tableau X. Les fleuristes : quelques taux de profit

Tableau X. Les fleuristes : quelques taux de profit

Le chiffre () est une évaluation de la mise de fonds, pour nous permettre de calculer un taux de profit. Dans ce cas, le taux de profit est en italiques.

96La mise de fonds oscille ici entre 3.500 francs et 4.700 francs. L’investissement de départ se situe donc autour de 4.000 francs et les quelques taux de profit calculés montrent combien, quand elles se soldent par une réussite, ces campagnes sont profitables. Par rapport aux 600 francs que peut rapporter un rouennier (pour une mise de fonds d’environ 3.000 francs), l’échelle des gains n’est pas comparable.

97Si les profits sont infiniment plus élevés que dans toutes les autres formes de colportage, les risques le sont tout autant, et aucune régularité de revenu n’est assurée. Là aussi, à la fin du siècle, la mentalité à changé, les mots de « spéculation » et d’« ambition » qu’employait Pierre Porte pour attendrir sa famille ont perdu de leur pouvoir magique, et les familles retiennent maintenant ceux de « séparation » et de « maladie ».

98Quand Jean-Pierre Magne se remarie en 1846, sa nouvelle épouse lui demande de ne plus voyager. Il accepte, à l’essai, pour l’année qui suit, pour voir s’il peut s’accommoder d’une vie plus tranquille et, écrit-il, si le goût de l’aventure est trop fort, il s’en ira de nouveau, mais « sans aller trop loin ». Il n’a plus voyagé. Pendant cinq ans, il a été avec un de ses nouveaux beaux-frères, marchand de mulets. Il en a retiré 2.500 francs de bénéfices, c’est-à-dire, en cinq ans, à peine l’équivalent d’une campagne de fleuriste. Ces chiffres en disent long sur la peur des familles.

99La correspondance de Claude Chouvin donne les mots qui manquent aux chiffres de Jean-Pierre Magne ; elle dit qu’en cette fin de siècle, la séparation n’est plus supportée par toutes les femmes, et que les femmes de colporteurs la ressentent de plus en plus mal. Célestine Chouvin revient en janvier 1894 sur ce thème de la séparation : « Il n’y a pas encore un mois que tu es embarqué et il me semble qu’il y a des années... J’envie tant le sort de ceux qui ne se quittent jamais mais nous, et encore si tu étais au-moins plus près... peut-être qu’un temps meilleur viendra où nous ne nous quitterons plus. Il me semble qu’autour de moi tout le monde est plus heureux que nous ils ne se quittent pas et ceux qui se quittent se quittent pas pour si longtemps... ». Au thème de la séparation se mêle celui de la peur de la maladie, de la peur de la mort : « Nous avons un enfant qui nous fait bien plaisir, tâche de te conserver pour pouvoir lui rendre la vie plus douce que la nôtre. Je prie Dieu de tout mon cœur qu’il te conserve que deviendrais-je sans toi tout serait perdu, notre enfant que deviendrait-il... ». « Que ferait-il sans toi ? ». Ces peurs sont augmentées par la distance et la longueur des courriers : les lettres mettent au mieux un mois, et plus souvent deux, quand elles arrivent.

100En écho, les lettres de l’époux rassurent : « Je t’assure ma bien aimée que je n’ai pas été une seule minute malade... ». Mais le courrier n’arrive pas, et d’autres angoisses saisissent le colporteur, ainsi en février 1995 : « J’ai grand peur qu’il vous soit arrivé quelque chose... êtes-vous malade... est-il possible que tu m’aies oublié... je me demande si je pourrai résister à ce chagrin qui est continuel vous êtes tous morts pas possible autrement ou alors tu n’as plus d’amour pour moi et de n’importe de quelle façon je serai un homme à n’y pouvoir résister j’en mourrai de chagrin... je suppose que c’est peut-être parce qu’elle n’existe plus ma chère mère que tu ne m’écris pas A que des douleurs mon cœur ressent en t’écrivant cette longue lettre si mes yeux pouvaient voir ce qui se passe chez nous que je serai heureux que je voudrais être à La Garde mais inutile encore deux mois ou plutôt dire deux ans... ».

101L’année suivante, de nouveau sans nouvelles, il dit son inquiétude à son fils : « Je suis dans une grande inquiétude de crainte qu’il vous soit arrivé quelque chose... Mon bien aimé je suppose bien que vous m’avez écrit par ce courrier ainsi que maman au moins que je ne sois pas aussi malheureux que l’année dernière que je puisse recevoir de vos chères nouvelles qui pour moi sont ma seule consolation... ». Dix jours après, il écrit de nouveau à son fils pour l’engager à bien travailler pour pouvoir ainsi se créer une situation meilleure que la sienne : « Combien nous serions heureux moi ainsi que le cher cousin et maman de pouvoir vous créer une position plus avantageuse que moi vous vous en faites pas une idée des peines que l’on a en voyage et tous les tourments ».

102A l’angoisse de plus en plus mal supportée et vécue, s’ajoute à la fin du siècle le marasme économique qui frappe l’Amérique du Sud et qui achève de détourner les fleuristes de cette vie dont le prix d’angoisse devient disproportionné par rapport aux gains financiers. C’est à cette époque aussi que nombre d’Aiguillons et de Barcelonnettes abandonnent leurs magasins de vente en Amérique et, soit se replient sur les magasins qu’ils avaient fondés en France, soit, leurs avoirs réalisés, s’en retournent chez eux.

103De Bordeaux, en mars 1901, quand il est sur le point de s’embarquer, Claude Chouvin écrit à son fils : « Je vais écrire à maman par le même courrier. Elle recevra une lettre en même temps que vous notre chère Célestine qui nous aime tant mais nous aussi nous l’aimons bien que d’ennui nous lui causons par notre séparation ». Ce sera, comme il l’annonce en avril à son fils, sa dernière campagne : « Je vais faire tout mon possible pour tirer parti de mes plantes mais je crois que si je puis retourner en bonne santé chez nous ça sera le dernier voyage que je ferai j’en suis dégoûté complètement il n’y a plus rien à faire que de courir le risque de manger d’argent, les Amériques sont ruinées complètement et toutes sont les mêmes ». Le 16 avril 1901, il redit son usure psychologique et annonce la fin du métier, lui-même tué par la crise économique : « Dieu Veuille que ce voyage se termine bien mais je crois que c’est le dernier je n’ai plus la force de supporter tant d’événements, nous ferons comme nous pourrons mais je ne voyagerai plus les Amériques j’en suis tant dégoûté complètement ce sont des pays perdus, ruinés, c’est à courir le risque de manger d’argent au lieu d’en gagner... ».

Notes

1 A.D. Isère, 11U 29 (9 juillet 1841).

2 Mémoires de J.P. Magne, p. 8 et L. Cortes, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit., pp. 17-18.

3 Les archives privées concernant ces fleuristes sont conservées au Musée Dauphinois.

4 Ce mémoire a été publié dans E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle. Témoignages et documents », Le Monde alpin et rhodanien, 1975, 1-2, pp. 45-49.

5 Ainsi, en 1830, le maître d’école de Villeneuve-la-Salle recommande à ses élèves la lecture des ouvrages de Bernardin de Saint-Pierre.

6 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 37.

7 A.D. Isère, 1J 829, lettre du 1er février 1889.

8 Collaud de la Sallette qui voyage en Oisans en 1784, s’arrête à l’hospice de l’Oche dans la combe de Malaval, et y rencontre « un homme de ces montagnes faisant une collection de minéralogie qu’il allait vendre en Russie. Il nous dit y avoir fait un voyage où il débita une pacotille considérable du même genre », cité par R. CANAC, L’or des cristalliers, Denoël, 1980, p. 125.

9 A.D. Isère, 11U 29 (10 novembre 1837).

10 Idem.

11 Claude CHOUVIN, Mémoire de mon voyage au Costa Rica, 1887-1888, op. cit.

12 Musée Dauphinois : M. Albert Ravel, 95 ans, marchand de bestiaux, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joisten, le 13 novembre 1974.

13 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 18 juin 1874.

14 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 71-72.

15 Musée Dauphinois : Mme Dauphin, souvenirs sur son père Émile Gonon, colporteur fleuriste du Mont-de-Lans, enregistrement fait à Bourg d’Oisans par Charles Joisten, le 27 novembre 1974. Voir aussi C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., pp. 65-67.

16 Il s’agit de sa campagne de 1833-34.

17 A. LIZAMBERT, « Notes sommaires sur les anciens marchands de plantes de l’Oisans », Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d’Anthropologie, t. XXII, 1922, no 1-4, pp. 96-97. Voir aussi la collection du Musée Dauphinois.

18 Idem.

19 Musée Dauphinois. Je remercie mon amie, Jacqueline Macek-Roblès qui a traduit les textes russes.

20 Musée Dauphinois, lettre de Pierre Porte à ses parents, Pittsburgh, le 10 août 1839, et A.D. Isère, 1J 829, lettre de Nicolet à l’huissier Gaston, du 19 septembre 1840.

21 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit.

22 A.D. Isère, 1J 829, lettres des 3 juin 1837, 23 octobre 1838, 19 septembre 1838, 28 novembre 1840 et 5 novembre 1841, et Musée Dauphinois, lettre de Pierre Porte à ses parents, Pittsburgh le 10 août 1839.

23 R. BLANCHARD, « Aiguilles », Revue de Géographie Alpine, t. 10, 1922, pp. 127-160.
A. ALBERT, « Le pays briançonnais : Les Queyrassins négociants », Bulletin de la Société d’Étude des Hautes-Alpes, 1889, pp. 313-331.
P. GOUY, Pérégrinations des « Barcelonnettes » au Mexique, Grenoble, P.U.G., 1980.

24 Musée Dauphinois, Étienne VEYRAT, Brève notice sur l’histoire des Veyrat.

25 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, Les colporteurs de l’Oisans, op. cit., p. 70.

26 A.D. Isère, 1J 829, lettre à M. Barry Flament à Paris, du 27 juillet 1838.

27 Musée Dauphinois : M. Joseph Giraud, 65 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 13 juin 1974.

Table des illustrations

Titre La famille Balme I
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre La famille Balme II
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende La libertad electoral du 19 mars 1886.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Tableau IX. Les mises de fonds
Légende (*) Magasin que Claude CHOUVIN a failli prendre.Total des prix moyens des postes indiqués : 3.260 F
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau X. Les fleuristes : quelques taux de profit
Légende Le chiffre () est une évaluation de la mise de fonds, pour nous permettre de calculer un taux de profit. Dans ce cas, le taux de profit est en italiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540