Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre VI. Les colporteurs familiers

Texte intégral

  • 1 A.D. Isère, 1J 927, papiers de Jean Gourand de Clavans, colporteur dans l’Yonne et la Nièvre (1834 (...)

1Le colporteur par excellence, le colporteur familier est celui qui a une, éventuellement deux, tournées fixes. Nous allons le découvrir au travers de quatre d’entre eux, qui ont laissé lettres, factures ou livres de comptes. Ce sont Jean Eymard, Jean Gourand, tous deux de Clavans, Jean-Joseph Ranque du Villard-d’Arène et François Balme du Rivier-d’Ornon. A eux quatre, ils couvrent le siècle : Jean Gourand est né en 1809 ; ses papiers, conservés aux Archives Départementales de l’Isère, attestent qu’il était colporteur au moins entre 1834 et 1859. Jean Eymard est né en 1832 et le livre de comptes qu’il a laissé montre qu’il colportait déjà depuis plusieurs années quand commence le registre, en 1858, et qu’il a voyagé encore quelques années après 1870. Joseph Ranque est né en 1837, il a pris la succession de son père, entre 1863 et 1878. Le plus jeune, François Balme, sera un des derniers à exercer le métier ; ses factures nous le montrent, voyageant entre 1883 et 19141.

2Les trois premiers sont les plus caractéristiques du métier à son apogée : ils sont tous trois agriculteurs et possèdent quelques bêtes ; les Ranque étant, suivant la tradition du Villard-d’Arène, les plus fortement engagés dans l’élevage. François Balme est plus loin de la terre, plus profondément tourné vers le commerce. Il traduit l’adaptation du colporteur aux nouvelles données économiques de la fin du siècle.

3Ce sont les besoins de l’agriculture et les dates des marchés aux bestiaux qui déterminent le moment de leur départ pour le plat-pays. En revanche, les dates de retour montrent que les intérêts du commerce l’emportent alors sur ceux de l’agriculture. Le dernier paramètre est la composition de la famille restée au village. Chez les Gourand et chez les Ranque, le père est là, qui supplée l’absence du fils, libérant du souci de la vente des bêtes et des travaux de la terre au printemps. Mais Jean Eymard et, à partir de 1859, Jean Gourand, quand leurs pères trop âgés ne peuvent plus faire les travaux de fumure, demandent tous deux à leurs femmes, sur lesquelles repose la charge de l’exploitation, d’engager des hommes du village pour les aider, plutôt que de laisser leurs affaires et de remonter travailleur eux-mêmes.

4Dans la maisonnée de Jean Gourand, il y a le père, Didier, ancien colporteur, et deux fils, dont Jean, qui est marié. Sa femme, Madeleine Hustache, est originaire de Besse. Ils auront trois enfants : deux filles puis, en 1840, un fils. L’hiver, seuls le père, sa bru et ses petits-enfants restent au village. Ses deux fils sont colporteurs. La femme de Jean s’occupe des bêtes et, aidée du grand-père, prépare les champs, les fume et les ensemence. L’hiver, ils gardent deux vaches et une génisse qui sont pleines toutes les trois, des moutons et un mulet dont Jean se sert en tournée. Ils cultivent aussi des pommes de terre, en quantité suffisante pour pouvoir en vendre. En 1848, nous apprenons qu’ils ont deux cochons, qui sont aussi du gouvernement de sa femme, car Jean s’enquiert de ses intentions à leur égard : va-t-elle les tuer ou les garder encore ?

5En mars 1859, l’équilibre au sein de la famille se rompt car le beau-père ne peut plus aider à préparer la terre, et Jean Gourand a cette année-là emmené leur fils avec lui. Parce qu’elle ne peut plus faire seule le travail des champs, Madeleine Hustache réclame son fils : « Réponds vite pour me dire quand le fils montera nous aider à travailler car notre père ne peut plus ». Le père promet Pâques et lui demande, en attendant, d’embaucher quelqu’un pour l’aider. Dans sa réponse, la mère dit aussi sa tristesse d’être loin de son fils : « Vous me dites que notre garçon partira le 16 avril ; si vous voyez qu’il peut gagner sa vie dans le commerce, et s’il vous est utile, nous nous passerons de lui en prenant quelques journées pour faire nos semailles. Si toutefois, comme les jours sont si longs pour porter le ballot, il vaut mieux qu’il monte que de venir malade. Le temps me dure bien de le voir ». L’année a été difficile, et les raisons du commerce seront plus fortes : ce n’est qu’en mai que l’enfant remontera.

6Jean Eymard part de plus en plus tard. Pour ses premières campagnes, il est en route le 15 octobre, mais en 1861 il ne part que début novembre, à partir de 1863 il quitte Clavans à la mi-novembre, voire même à la fin novembre et, en 1867, il ne part que le 30 décembre. En revanche, ses retours ont toujours lieu dans la deuxième quinzaine de juillet. Le colportage est un métier de famille chez les Eymard aussi. Jean voyage autour de Corbigny, son père et son frère autour de Châtillon. Son frère croise aussi sa propre tournée : dans son livre de comptes, on retrouve souvent la mention : « pour reste de compte de moi et de mon frère jusqu’à ce jour ». Comme la tradition familiale est ancienne, nombre de parents se sont installés dans la région. Il leur rend visite, donne des nouvelles, et fait halte chez eux : « J’ai également vu les parents, les parents d’Aunay... les petites nièces... vous me ferez réponse à Corbigny chez le cousin Chèze... ». Il a aussi des parents à Montigny. A Clavans, sa femme s’occupe de la terre et des chèvres : « Ma chère épouse, vous me marquerez si vous avez ramassé un peu de feuille... ». Au printemps, il l’engage aussi à louer de l’aide pour préparer la terre, pendant son absence.

7Chez les Ranque, le fils part en octobre, sitôt les pommes de terre arrachées. Son père est là, qui s’occupe des opérations d’achat et de vente des bêtes. La famille habite alors les hameaux d’été qu’elle ne quitte que fin novembre, quand les brebis mettent bas. En novembre, ils battent le grain ; en décembre, ils cuisent le pain pour l’année. Eux aussi cultivent des pommes de terre pour en vendre une partie, et ils font du fromage dont ils vendent de grandes quantités : « Nous avons vendu cinq quintaux et dix-huit livres de fromage » lui écrit son père au printemps, au moment où Célestine, sa femme, fait saigner le cochon. Joseph rentre fin avril. Famille de colporteurs là encore : son père, Jean-Joseph, a visité les mêmes régions de la Loire pendant dix-huit ans. Célestine Séonnet, sa femme, est issue du même milieu : son frère et ses deux beaux-frères sont aussi colporteurs.

L’organisation de la campagne

8Jean Gourand voyage dans l’Yonne, Jean Eymard dans la Nièvre et Joseph Ranque dans la Loire. Quittons un instant ces trois colporteurs pour situer leurs lieux de colportage dans l’ensemble des destinations des autres marchands d’Oisans. A quels mobiles répond le choix d’une tournée ? Les archives militaires sont une source très précieuse pour connaître la destination des marchands selon leur famille et selon leur village. Elles confirment la typologie que dessinaient déjà les moyens financiers en révélant un autre indicateur : les lieux de vente. Elles opposent aux colporteurs vagabonds que l’on repère un peu partout en France, mentionnés aux hasards de leurs condamnations, les colporteurs familiers qui reprennent le métier de leur père, reviennent dans les mêmes villages et servent les mêmes familles.

9Mais ces archives appellent sur ce point deux remarques. D’une part, les colporteurs qui visitent l’Isère ne mentionnent que très rarement aux autorités militaires leurs tournées : le groupe est donc presqu'inexistant dans notre géographie. D’autre part, archives tardives dans l’histoire du colportage puisqu’elles concernent les quarante dernières années du XIXe siècle, les registres militaires indiquent aussi la disparition du métier en dévoilant une catégorie de plus en plus importante : celle des colporteurs d’occasion, des colporteurs « faute de mieux » ou « en attendant mieux ». Nous laisserons, pour le moment, ce groupe ainsi que celui des fleuristes, pour ne considérer que les colporteurs traditionnels et lire leurs tournées en fonction des traditions familiales et villageoises.

10Ces documents délimitent, selon les villages, trois grandes zones de colportage : l’Est de la France, le Centre et le Sud-Est. Quelques villages font exception qui, comme Venosc ou La Grave, ont aussi colonisé l’Ouest aquitain et breton.

11L’étude de ces fiches militaires montre, comme le registre de Nicolet et comme les papiers des trois colporteurs que nous suivons, que plus qu’à une tradition villageoise, nous avons affaire à une tradition familiale. Le colporteur voyage d’abord dans les mêmes régions que ses parents et, s’il prend femme dans un autre village, il continue de se rendre dans les mêmes villages, faisant essaimer ainsi la tradition d’origine. Ainsi, le seul colporteur de Livet-et-Gavet est né à Besse, où ses parents vivent encore ; il voyage dans une des régions traditionnelles des marchands de Besse : la Nièvre. D’Ornon, Jean Faure est seul à se rendre dans le Jura : marié à Ornon, il continue à parcourir le pays où sa famille, toujours installée à Huez, a l’habitude d’aller. En revanche, le seul colporteur de Saint-Christophe à se rendre dans la Côte-d’Or a épousé une fille du Mont-de-Lans et, en l’absence de tradition familiale qui lui soit propre, adhère à celle de sa belle-famille.

12Suivons la géographie que ces archives découpent. Des communes de la vallée de l’Eau d’Olle, Allemont, Vaujany et Oz, il ne reste plus de colporteurs à Allemont à cette époque. Mais une série de vingt et un passeports des ans VIII et IX indique que deux mineurs vont travailler dans les Hautes-Alpes et que dix-neuf colporteurs partent dans le Puy-de-Dôme. Les colporteurs de Vaujany se partagent entre la Drôme, l’Ardèche, le Vaucluse et le Puy-de-Dôme. Ceux d’Oz voyagent dans l’Est : l’Ain, le Jura et le Doubs ; un seul va dans les Bouches-du-Rhône. Les marchands d’Oulles et d’Ornon parcourent les mêmes contrées : plus de la moitié à Ornon et les trois-quarts à Oulles se dirigent vers les Bouches-du-Rhône ; un autre groupe va porter la balle en Saône-et-Loire. Dans les communes de la Haute-Romanche, on peut opposer deux groupes. Un qui envoie ses marchands vers l’est, et l’autre vers les contreforts nord et nord-est du Massif Central. Ceux de La Garde et d’Huez voyagent presqu’exclusivement dans l’Est (la Haute-Saône, les Vosges, la Meurthe-et-Moselle, le Jura, le Haut-Rhin, autour de Belfort, quelques-uns poussant jusque vers les Ardennes et la Haute-Marne), et ceux du Freney, de Clavans, du Mont-de-Lans, de Mizoen et de Besse vont vers le Massif Central, dans la Nièvre, l’Ailier, la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or, l’Yonne.

13Auris, village situé entre ces deux groupes, participe des deux traditions : si la grande majorité de ses colporteurs voyage dans les Vosges, le Doubs, la Haute-Saône et la Haute-Marne, un autre groupe continue les tournées traditionnelles vers la Côte-d’Or, la Loire, la Saône-et-Loire et le Cantal. La fin du siècle montre le développement de la tournée dans l’Est, au détriment des tournées vers le Massif Central, autrefois prépondérantes. Ce renversement traduit l’essor des colporteurs lunettiers d’Auris. Le Bourg d’Oisans participe de toutes ces traditions, reflet de l’émigration des montagnes vers le Bourg.

14C’est de la vallée du Vénéon que sont issus la plupart des colporteurs fleuristes, et tout particulièrement de Venosc. Le développement de cette nouvelle forme de commerce n’a pas pour autant fait disparaître la tradition de ceux qui parcourent la France. Si la majorité se dirige vers le sud du Massif Central (Ardèche, Lozère, Aveyron, Cantal et Haute-Loire), c’est aussi Venosc qui envoie ses marchands le plus loin, en Bretagne, Vendée et Aquitaine. Saint-Christophe se partage presqu’également entre deux directions : un premier groupe suit le chemin des transhumants et va vers le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône et les Basses-Alpes, et un second, d’égale importance, gagne l’Ardèche.

15A cette époque déjà, certains utilisent le train, comme Jean Eymard, qui laisse sa charrette et son mulet dans le lieu où il colporte, et fait le trajet en partie en train. Il passe par Vienne, Saint-Etienne, Nevers et Châtillon, comme il l’écrit à sa femme en novembre 1865 : « Ma chère épouse, j’ai fait une bonne route, je suis venu avec les oncles Garnier jusqu’à Vienne où nous avons diné ensemble et je suis reparti à 6 heures et demi du soir le dimanche et je suis allé coucher à Saint-Etienne. Je suis arrivé à 10 heures et je suis allé coucher six heures dans un hôtel où on m’a pris 1,50 francs de lit. J’aurais bien voulu être à Clavans, ça ne m’aurait peut-être pas coûté le même prix. Je suis reparti de Saint-Etienne par le train de 5 heures 30 minutes et je suis arrivé à 1 heure à Nevers où j’ai déjeuné car j’avais appétit et je suis parti à 4 heures du soir où je suis arrivé à 10 heures du soir à Chatillon ».

16Joseph Ranque met quatre jours pour se rendre dans la Loire (avec sa charrette tirée par un mulet), en passant par Vizille, Grenoble, Voreppe, Saint-Jean-de-Bournay, Vienne et Rive-de-Giers. Il parcourt en moyenne cinquante kilomètres par jour. Quelquefois, il fait le détour par Lyon et il peut mettre une semaine pour se rendre dans la Loire.

  • 2 A.D. Isère : Bureau de Recrutement de Grenoble, 1867-1907, 3 volumes par an + table alphabétique. (...)

17Ils emportent toujours quelque chose à vendre sur leur route ou dans les villes où ils font leurs achats. En quittant Clavans, Jean Eymard emporte des escargots qu’il vend à Châtillon : « Je suis resté huit jours à Châtillon pour faire mon assortiment et pendant ce temps-là, j’ai vendu trois mille d’escargots à Châtillon ; il m’en reste peu ». Joseph Ranque, lui, remplit sa charette de fromages2.

  • 3 Musée Dauphinois, Mémoires de Jean-Pierre Magne, habitant de la commune du Mont-de-Lans, Canton d’ (...)

18Tous se fournissent dans les villes proches des villages où ils vont vendre. Jean Gourand achète à Avallon, à Chalon et à Autun, Jean Eymard à Châtillon, Joseph Ranque à Lyon et à Saint-Etienne, mais il achète aussi des draps dans une fabrique de Saint-Chaffrey. Ils se font expédier par ballots dans les villages de leur tournée les articles ainsi acquis. Tous achètent leurs marchandises à crédit, s’engageant à rembourser une fois leur campagne de commerce achevée. Certains fournisseurs leur consentent une remise de 3 à 8 %. Ici aussi, émigration temporaire et émigration définitive s’épaulent : les émigrés uissans sont, quand cela est possible, des fournisseurs privilégiés. En 1835-36, l’oncle de Jean Pierre Magne achète la moitié de ses marchandises à Lyon « à un négociant originaire des Alpes et montagnard comme nous »3.

19Gourand, Ranque et Eymard sont trois rouenniers, c’est-à-dire marchands de tissus. Les archives concernant Jean Gourand ne permettent pas de connaître le volume et la composition de son stock. Sur l’assortiment de Joseph Ranque, seules des factures nous renseignent : on y relève des toiles blanches, bleues, rouges ou grises pour faire des blouses, du coton écru, de la cretonne, du madras gris ou noir, de l’indienne, de la percale, du coutil, du velours, de la popeline, du cordat, du drap, de la molesquine, du mérinos, de la flanelle, du molleton, des péruviennes et des couvertures. Il s’approvisionne aussi en cuir et en laine à filer et vend des vêtements de confection et des accessoires, du linge de maison et aussi des sabots.

20C’est le commerce de Jean Eymard qui nous est le mieux connu, car de lui nous sont parvenus deux lettres (l’une du 25 juin 1865 termine une campagne, l’autre du 18 novembre 1865 commence la suivante) et un livre de comptes qu’il a tenu entre les années 1858 et 1870. Dans ce livre, il a noté au jour le jour, avec beaucoup de détails, ses déplacements, les marchandises vendues, les acheteurs et toutes les opérations financières liées à ces ventes, ce qui permet de connaître avec exactitude l’assortiment qu’il offre à son passage.

21Il vend tous les tissus nécessaires à la famille et à la maison : toutes sortes de cotons (ciré, blanc, nouveauté, croisé), de l’indienne, du coutil, du drogué, de la serge, du poulangis, du cachemire, du satin, de la tartanelle, de la flanelle et même de la flanelle de santé, de la toile en fil, de la molesquine, du drap blanc, du drap noir, du drap nouveauté, de la doublure, des couvertures. Il propose aussi quelques vêtements tout faits : des gilets tricotés ou en drap, ou juste des devants de gilet, des tabliers, des blouses, des robes ; quelques vêtements de travail, et encore des bonnets, des cache-nez, des mouchoirs de poche, des cravates, des serviettes. Il vend aussi de grands châles en coton, en soie ou en cachemire qu’il appelle mouchoirs ou mouchoirs-tapis et que, selon les saisons et les occasions, les femmes portent plus ou moins chauds ou précieux sur leurs vêtements. Et pour compléter, pour les hommes du Massif Central, la grande cape appelée limousine. Et bien sûr, du fil à coudre et à raccommoder et un peu de mercerie. Choix étendu qui montre, comparé aux trois colis qu’en 1815 le père de Jean Pierre Magne transportait, comportant, comme l’indique son passeport, un colis de drap commun d’environ trente kilos, un autre de drap ordinaire d’environ vingt-cinq kilos et un troisième d’indienne de près de dix-huit kilos, la diversité des conditions à l’intérieur même de ce groupe de rouenniers.

  • 4 F. ZONABEND, La mémoire longue, temps et histoires au village, P.U.F., 1980, p. 270.

22Jean Gourand voyage dans la Nièvre, autour de Château-Chinon, de 1839 à 1848 au moins, avec son frère Didier. En 1858, nous le retrouvons faisant des tournées pour son cousin, Jouffrey, qui a ouvert deux boutiques, l’une à Montreuillon pour lui, et l’autre à Saint-Pareuse pour son fils. Sa tournée illustre plus qu’aucune autre l’interdépendance entre les différents types d’émigration. Nombre de membres de sa famille se sont installés dans les régions qu’il parcourt et c’est chez eux qu’il va dormir ; il ne couche à l’auberge que dans les villages trop éloignés des siens pour y rentrer le soir. A partir du moment où il travaille pour son cousin Jouffrey, il « vit et dort chez lui », reproduisant un autre modèle de cette interdépendance entre émigration temporaire et émigration définitive : les colporteurs, quand ils ouvrent boutique, laissent leur femme la tenir et continuent, comme par le passé, à aller à la rencontre de leurs clients4. Jean Gourand seconde son cousin dans ses tournées : il est colporteur, il est aussi employé.

23Les Ranque parcourent la région entre Rhône et Loire autour de Givors, Rive-de-Gier, Saint-Chamond, Saint-Etienne, Firmigny et la bordure sud des villages ruraux des monts du Lyonnais. Tournée qui semble très voisine dans sa pratique de celle de Jean Eymard, mais pour laquelle nous n’avons que des renseignements fragmentaires.

Une tournée-type : celle de Jean Eymard

24Nous suivrons donc Jean Eymard, puisqu’il est le seul à avoir laissé un livre de comptes grâce auquel nous pouvons suivre, au jour le jour, la tournée d’un de ces colporteurs rouenniers, familier, attendu. Il nous fait entrer dans son espace commercial, pénétrer chez ses clients, comprendre ses rapports avec eux, regarder sa pratique commerciale et mesurer la place qu’il occupe dans ces villages où il vit l’hiver.

25Durant les douze années que couvre ce livre, il parcourt toujours la même région. Un espace menu, puisqu’il visite les villages et hameaux autour de Corbigny, dans la Nièvre ; petit circuit de 15 kilomètres avec, à une extrémité Corbigny, gros bourg de près de 2.000 habitants, où se trouvent la poste et le chemin de fer, et à l’autre, Epiry-Montreuillon, dotée d’une autre gare du chemin de fer et hâvre affectif puisque des cousins y résident et qu’il y va dormir.

Tournée de Jean Eymard

Image

26Il commence sa tournée aux portes de Corbigny, dans les hameaux qui en sont à l’écart, comme Egrange ou La Clair. Le canal de l’Yonne en est le cœur avec les villages groupés autour de ses écluses et ceux qui en sont distants de quelques kilomètres : Sardy, Guipy, Pazy, Epiry, Marcilly, Chitry, Mouron, petits villages de 100 à 400 habitants.

27Dans un espace aussi petit, on ne peut parler d’itinéraire, de tournée fixe : Eymard va continuellement d’un village à l’autre, d’une écluse à l’autre. Il ne commence jamais sa campagne par le même endroit. En 1858 par exemple, il part de Corbigny et termine à Marcilly ; l’année suivante, il commence par Marcilly et finit par Tavenay-Sardy. Toute halte est lieu de vente, toute rencontre est propice à se faire verser quelques sous de remboursement ou à vendre quelque chose. Il s’arrête partout, dans les maisons bien sûr, sur les lieux de travail, au port pour y rencontrer les éclusiers, dans les quelques fabriques, dans les échoppes des artisans, dans les boutiques (c’est chez le boulanger qu’avec le cantonnier Raton, Jean Eymard fait ses comptes) et à l’auberge aussi où il fait ses plus grosses ventes. Il est là pendant les fêtes et, le 24 avril 1884, durant la fête de Corbigny, il vend à François Milot de Vaux-Collancelle un pantalon blanc en fil et un devant de gilet avec sa doublure.

28Le paysage est cartographié dans sa tête et chaque nouveau client est d’abord situé géographiquement par l’emplacement de sa maison : à Blin-Sardy, la maison la plus près des Pèles, à Mouche-Pazy, la maison au-dessus des basses-cours ou la maison la plus près de la Tuilerie, la femme de la maison la plus près du bois, Antoine en allant à la brèche de Guipy. Le paysage sert de repère, ses vieux clients aussi : en juin 1860, il vend à « la voisine à Bouvot et l’autre femme qui reste avec elle », en 1867, cette autre femme qu’il connaît bien (elle est la fille du père Maître d’Epiry) et qui a longtemps été identifiée comme « la voisine à Bouvot », est aussi située géographiquement : « celle qui reste à côté de Bouvot ».

Situées dans l’espace, ses pratiques le sont aussi humainement, dans les réseaux de relations, les parentés, les métiers. Il inscrit toutes ces solidarités sur son carnet, ainsi que les surnoms, la façon dont les gens sont connus au village, et la manière dont, au fil des conversations, ils se font connaître eux-mêmes. Etrange rapport marchand, où le commerce se fait avec des personnes dont on ne demande pas le nom et qui se définissent elles-mêmes par leur place dans les relations villageoises. Jean Eymard tient ainsi son carnet, laissant des espaces blancs pour les noms de famille, remplis au fur et à mesure si nécessaire, ou abandonnés si son client n’a pas besoin de nom de famille pour être identifié : en octobre 1859, il inscrit Jeannot Image à la boîte aux loups à Pazy et, dès décembre, le rectangle disparaît : Jeannot, c’est Jeannot tout court, à la boîte aux loups. Tout comme Claude Image qui deviendra « le Claude au Port-Brûlé », et quand il vend du tissu à Bussière, il ajoute : « celui qui reste chez le Claude au Port-Brûlé Colancelle ».Ou Loé Image à Tavenay-Sardy qui est « Loé dit le frisé » ensuite. Du champs n’a pas dit de prénom, la place laissée disparaîtra, il est Duchamps, tout comme Grimouille qui restera toujours « Grimouille » à Epiry. Mais Jacob à Sardy, c’est Jacob Antoine. De certains, il ne sait rien, même deux ans après. En mai 1859, à Epiry Image lui doit « pour reste de 21 mètres de toile en fil blanc pour chemise et 1,20 mètre de toile pour faire des cols, 32 francs » ; il verse 25 francs comptant et acquittera le reste deux ans après. Le colporteur ne sait toujours pas qui il est, et pourtant il est retourné plusieurs fois dans la maison pour vendre à sa belle-sœur et à son beau-frère. En octobre 1868, il vend aussi à Pazy à un immense rectangle blanc mais là, il ne le remplira jamais, tout comme il ne reverra jamais son argent.

29Certains patronymes sont si répandus qu’ils ne suffisent pas à s’y retrouver, comme les Harent pour lesquels profession et surnom s’ajoutent, comme Harent dit le père garçon, ou Harent Pierre le fermier, ou l’aubergiste à Sardy, ou André le cantonnier à Pazy, ou François au Port-Brûlé. Chaque paragraphe de son carnet renvoie à une halte, à une maisonnée. Il inscrit, s’il le peut, le nom du chef de famille, mais détaille aussi ce qu’il a vendu à chaque personne qui vit sous son toit, comme le 24 mai 1860 à Guipy, où il a vendu à Louis Dargneau de la toile en fil, mais aussi du coton bleu pour faire un jupon à sa mère, et de la cretonne à sa sœur pour faire un tablier.

30Au travers de ce carnet, c’est la vie de ces villages nivernais qui nous est restituée, avec leurs paysages de grosses fermes et de petits hameaux épars entre collines et bois, la présence des Messieurs (M. Miron à Sardy, M. Henry à Prélichy et M. Verlachez à Epiry), les seuls qui entretiennent plusieurs domestiques, la fabrique de Pazy qui emploie trois ouvriers, le monde des éclusiers qui travaillent sur le canal de l’Yonne. On y lit les dépendances, celles des femmes et des servantes sans nom, qui n’existent qu’au travers de leurs époux ou de leurs patrons, celles des ouvriers qui dépendent de leurs employeurs, alors que certains domestiques hommes traitent directement avec le colporteur.

31C’est aux femmes qu’il vend, mais c’est l’homme qu’il inscrit : « Bessave, la mère » ; « Roubi, la mère » ; « Languigay François, sa fille » ; « Mourau, sa femme » ; « Tapenier à Sainte-Camille à Pazy, à sa fille » ; « réglé avec la femme du Bisé sur le port ». Les femmes mariées sont anonymes. Seule Suzanne, témoignage d’une conversation plus chaleureuse, a laissé un prénom : en décembre 1858, il note qu’il a vendu à Jean Gavillon un mouchoir tartan en laine grise pour sa fille et il ajoute « que sa femme s’appelle Suzanne ». Le veuvage leur donne un prénom : en 1869, la femme de Pierre-André Gavillon, en même temps qu’elle devient la veuve Gavillon, devient aussi Joséphine à La Chaize-Pazy, la veuve Vuode devient Perrette à Sardy, et Davaud la veuve devient la Jeanne à Sardy. Veuves, les femmes acquièrent une personnalité. Parmi les femmes qui comptent au village, beaucoup sont des veuves : la Borderaude, la mère Choubaud, la mère Jeanson, la Clermandote. Quelques rares femmes existent en dehors de leur compagnon, comme la mère Jules de Sardy, une veuve remariée sans doute (sur son carnet, il distingue ce qu’il vend à Jean Des-bœuf de ce qu’il vend à la mère Jules, sa femme), et surtout la Mignauve, seule femme pour laquelle il écrit : « Sautran, l’homme de la Mignauve ».

32Si nous connaissons si peu de femmes, c’est que financièrement elles dépendent de leurs maris, tout comme les ouvriers et les servantes dépendent de leurs patrons, et c’est toujours en rappelant ce lien qu’il inscrit les uns et les autres. Ainsi, les servantes sont presque toutes anonymes. On ne connaît d’elles que le nom de leur patron ou de la maison où elles travaillent : « Jacob Pierre de Tavenay-Sardy pour sa servante » ou « Charreton Jean dit Victor pour sa servante » ou « la servante du domaine Ulyaret ». Il en nomme quelques-unes dont il connaît aussi les parents, comme « Marie Bornaud qui est servante chez Paulard » ou qu’un sobriquet permet de reconnaître parmi les autres servantes d’auberge comme « la servante à l’aubergiste dite Mariechaude à Sardy ».

On repère aussi les personnalités, les rôles-clefs de la communauté (Jacob le trésorier à la boîte aux loups, André le musicien) et les itinéraires géographiques, professionnels et familiaux. Tous les trajets qui lui permettent de situer ses clients et de les fixer dans sa mémoire sont inscrits dans son livre : « Auguste Image qui était à Marcilly et à présent qui est aux Granges chez Paulard » ; « le domestique à Simon du Creuset-Sardy celui qui était chez M. Verlachez à Epiry » ; « un des domestiques de M. Miron de Sardy celui qui est à Egraille cette année » ; « Board Claude de Tavenay restant à Fussy-Collancelle » ; « Charles Mallard de Clamecy restant à la Chaize » ; « Rond de Jailly commune de Bazolles qui a resté au Port-Brûlé... ». On voit la réussite professionnelle de Charles Petit, par exemple, qui au début du livre est « le garçon à Sardy » puis devient « le menuisier à Sardy ».

33Les liens familiaux sont ceux qu’Eymard note en priorité, à la fois lien repère et lien moral, soit une autre géographie qu’il investit peu à peu, s’appuyant sur les uns pour pénétrer chez les autres. Tous ces frères, beaux-frères, gendres ou enfants n’ont souvent d’autre nom que leur lien de parenté avec un de ses clients mieux connu : « le beau-frère de Meunier dit Briète menuisier » ; « le frère au Brûlé à Collancelle » ; « Charles le gendre du grand Philippe à Marcilly-Cervon » ou « Gaujour son beau-frère de Chareton-Epiry » ou « Pinglin d’Epiry marié avec la fille de la veuve Loubaut » ; « les nièces au Charreton Jean, fermier à Ardan-Pazy, la Marie Louise et la Marie » ; « plus pour son autre nièce, celle qui reste pas avec lui ». On connaît aussi « la mère nourrice de Blin-Epiry» et sa fille « celle qui est servante chez M. Valachez ». Autour de la mère Jules de Sardy, il y a son gendre « Pierre le gendre à la mère Jules de Sardy, lui son gendre reste à Pazy » ; quelques années plus tard, il connaîtra son nom : Aidmon Pierre, mais continuera d’ajouter : « le gendre à la Mère Jules de Sardy, son gendre qui reste à Pazy », et l’un de ses fils « le garçon à la mère Jules de Sardy, son garçon domestique à Enné chez Pierrot ». Autour du père Fétéchy de Pazy, il y a « la fille, celle qui est servante à Saint-Gremange » et « sa sœur, la bibi ».

34Ces noms et ces surnoms traduisent aussi les manières dont les colporteurs pénètrent les villages, s’y glissent presque subrepticement. Leur présence, d’abord inquiétante, puis visible et familière, sur les routes ou à l’auberge, perd ainsi de son étrangeté au fur et à mesure qu’ils entrent, grâce à leur savoir sur les habitants, dans le tissu social des hameaux. On voit, au travers de son livre de comptes, Jean Eymard tisser la toile de cette connaissance, apprendre les clefs de ces nouveaux villages, travail très lent où le temps ne compte pas : sa disponibilité est totale. Il a acquis, au fil de ces hivers dans le plat-pays, une double identité. Il connaît ces pays aussi bien que celui où il est né, et l’on conçoit que tout naturellement il désire s’y fixer : émigration sans traumatisme, longtemps préparée. On comprend aussi ces dynasties de colporteurs qui vont toujours au même lieu car le capital de connaissance qu’ils lèguent au fils qui reprendra la balle n’a pas de prix.

35Les clients de Jean Eymard sont les petites gens du village qu’il connaît et fournit. D’après les mentions de métier, quand il les a indiqués, on trouve une écrasante majorité de domestiques et de servantes. Trait significatif, dans les trois maisons bourgeoises où il s’arrête, il sert la domesticité et non les maîtres. Sont ses clients, aussi, les employés communaux qu’il rencontre sur les chemins : les gardes, les gardes-champêtres et les cantonniers. Il s’arrête dans les échoppes des artisans : menuisiers, tisserands, fileurs, sabotiers, cordonniers, charrons et maréchaux-ferrants. Il les fournit, ainsi que leur domestique ou leur ouvrier, pour lesquels le maître se porte garant. Il visite aussi la fabrique de Pazy, petite fabrique où le patron travaille avec trois ouvriers. Lors de sa campagne de 1868-69, il y fait sept haltes, vendant tantôt à l’un, tantôt à l’autre, pour un total en fin de tournée de 178,50 francs, qui ne seront d’ailleurs toujours pas réglés en 1875. Il fait halte dans les fermes, qu’il inscrit comme si chaque hameau n’avait qu’un fermier : le fermier à Mouche-Pazy, à Fussy-Collancelle, à Trouillère-Guipy... et autour de la ferme, chez le meunier et les basses-courriers. Autre clientèle, les éclusiers, ceux de Manabert-Chaumot, de la Chaise-Pazy, de Collancelle, de Sardy. On rencontre aussi un instituteur, un tailleur, son seul client à Corbigny même, et bien sûr les aubergistes où il se nourrit et tient boutique ouverte.

36Dans l’index alphabétique qu’il a constitué à la fin de son livre de comptes, on relève 303 noms. Chaque nom renvoie à une maisonnée, une halte. Toutes n’ont pas été inscrites dans l’index, nous en avons compté 43 en plus : sont omises les maisons dont il ne connaît pas le nom du chef de famille bien sûr (il y en a une trentaine) mais aussi d’autres comme la fabrique de Pazy qu’il n’a pas répertoriée. C’est donc environ quatre cent maisonnées qu’il fournit régulièrement chaque année.

37Nous avons choisi, pour étudier le commerce d’Eymard, de nous pencher sur une tournée, celle de 1859-60, suivie jour après jour. Combien de maisons visite-t-il par jour ? Quels sont les temps forts et les périodes creuses de l’année ? Cette année-là, il est dans la Nièvre le 15 octobre, et la quitte le 8 juillet. Il est sur les routes tous les jours, à l’exception de deux semaines pendant lesquelles il ne fait rien : juste après son arrivée, du 16 au 21 octobre, et en février, du 20 au 26. Nous avons rassemblé dans un tableau, le nombre de jours de vente par mois, le nombre de maisons où il a vendu et le montant des ventes que ces haltes représentent.

Tableau V. Jean Eymard, une tournée 1859-1860 : jours de vente, maisons visitées, recettes

Nombre de jours de vente

Nombre de maisons où il vend

Les recettes

Du 15-10-1859 au 31-10-1859

9

22

193,35

Du 01-11-1859 au 30-11-1859

22

46

634,90

Du 01-12-1859 au 31-12-1859

23

45

648,15

(au 25-12-1859)

(19)

(41)

(614,60)

Du 01-1-1860 au 31-1-1860

20

41

414,17

Du 01-2-1860 au 28-2-1860

11

18

106,15

Du 01-3-1860 au 31-3-1860

21

50

513,25

Du 01-4-1860 au 304-1860

18

27

241,25

Du 01-5-1860 au 31-5-1860

20

42

352,28

Du 01-6-1860 au 30-6-1860

20

48

770,95

Du 01-7-1860 au 06-7-1860

6

16

148,80

Total

170

355

4.022,95

38Eymard vend en moyenne deux jours sur trois et visite avec profit entre une et quatre maisons par jour avec deux pointes, l’une le 23 mai où il a fait des affaires dans cinq maisons et l’autre le 12 novembre où il va jusqu’à six.

39Ses recettes suivent le cycle que décrivent tous les colporteurs dans leurs lettres : ils vendent bien jusqu’à Noël. Après les fêtes, vient une période creuse : « Les environs de Carnaval comme d’habitude ne sont pas favorables au commerce », écrit Jean Gourand à sa femme, le 1er mars 1858. C’est aussi après les fêtes que d’autres colporteurs retournent chez eux passer une quinzaine de jours, comme Joseph qui, en compagnie d’autres marchands du Villard d’Arène, quitte le plat pays à cette époque-là. Les ventes reprennent autour de Pâques, pour s’amplifier avant les grandes foires de l’été. Ainsi, les meilleurs mois de Jean Eymard sont d’abord le mois de juin, avec 770,95 francs de chiffre d’affaires, mais ce mois-là, il a aussi fait ses deux plus grosses ventes de l’année : 194 francs à Simon Baudiol, aubergiste à Pazy, et 94,5 francs à Guillaume Baudiot, maréchal à Pazy ; puis viennent les mois de novembre et décembre avec, respectivement 634,90 francs et 648, 15 francs de chiffre d’affaires, 22 et 23 jours de vente et 46 et 45 maisonnées. Ce sont les mois aussi où ses clients achètent le plus : en novembre, chaque vente se monte à 13,80 francs environ et en décembre à 14,40 francs. Cette année-là, janvier n’est pas si mauvais : il a vendu dans 41 maisons pour 10,10 francs de marchandises en moyenne ; le total s’est élevé à 414,17 francs. Février est la période la plus creuse : 11 jours de vente et 106,15 francs de volume d’affaires, réparti en 18 maisonnées, c’est-à-dire 5,90 francs par vente en moyenne. Première reprise des affaires en mars, où il réalise 513,25 francs de gains en 21 jours de vente avec, par opération, sensiblement la même moyenne qu’en janvier : 10,25 francs. Après Pâques, nouveau temps mort : 18 jours de vente, 27 maisons visitées et 241,25 francs de chiffre d’affaires, dont la troisième grosse vente qu’il a faite dans l’année : 55,10 francs. Si on fait abstraction de cette vente, il a vendu en moyenne pour 7,14 francs à ses autres haltes. La reprise commence en mai, les sommes sont un peu plus élevées : 8,38 francs par maison ; les haltes surtout sont beaucoup plus nombreuses : 42 maisons en 20 jours de vente. La reprise est lente, puisque son chiffre d’affaires ne dépasse pas 352,28 francs. Cette tendance s’accentue en juin : en 20 jours de vente, il a visité 48 maisons et réalisé 770,95 francs. Si on met à part ses deux plus grosses ventes de l’année, il traite à chaque halte pour 10,48 francs en moyenne. Juillet s’annonçait bien, puisqu’en 6 jours de vente, il a visité 16 maisons et gagné 148,80 francs, c’est-à-dire 9,3 francs en moyenne. On comprend la réticence des marchands à remonter tôt au pays, et le choix devant lequel ils sont. Leurs deux cercles de vie se croisent et les sollicitent : on a besoin d’eux au pays pour préparer la terre et semer, mais s’ils quittent le plat-pays trop tôt, ils perdent deux de leurs meilleurs mois pour le commerce.

  • 5 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 70.
  • 6 Musée Dauphinois : Henri Balme, 69 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 15 se (...)

40Dans sa campagne de commerce de 1859-60, Jean Eymard vend pour 4.022,95 francs de marchandises. Il a l’habitude d’inscrire le montant de la vente, ce que le client lui a versé le même jour et ce qu’il lui reste à payer, mais quelquefois, il se contente de noter : « a fait reste sur plusieurs marchandises » (en 1859-60, les sommes ainsi mentionnées sans indiquer la valeur des objets vendus se montent à une centaine de francs). Nous n’avons malheureusement aucune facture qui nous permette d’évaluer son bénéfice. Les sources conservées pour Jean Gourand et Joseph Ranque ne permettent pas non plus une connaissance précise de leurs gains. Pour Jean Gourand, il ne reste qu’une facture du 28 octobre 1855 de 1.025,2 francs. En revanche, pour Joseph Ranque, subsiste un ensemble de neuf factures étalées de septembre 1867 à mai 1868 pour un total de 3.200 francs, dont 2.536,05 francs qu’il a dépensés dans les premiers jours de septembre en cinq factures. Début novembre, il complète avec deux nouvelles factures se montant à 436,10 francs, puis de nouveau en février pour 278,30 francs, un petit achat en mars et un dernier de 16 francs en mai. Il faut aussi ajouter, pour Joseph Ranque comme pour Jean Eymard, le produit de la vente du fromage pour l’un et des escargots pour l’autre et en retrancher, bien sûr, l’argent qu’ils ont dépensé pour vivre pendant l’hiver. Si ces chiffres ne permettent aucune estimation précise, ils rendent plausibles la tradition orale qui évalue à environ 600 francs le bénéfice d’une campagne de mercier5. Le petit nombre de maisons visitées par jour est aussi rappelé par les anciens colporteurs : « Dans le temps, on coupait les draps. Ils achetaient un rouleau et là on restait toute la matinée dans la ferme. Maintenant, tout de la confection, c’est plus vite fait »6.

Le crédit obligé

41Le crédit est au centre de cette pratique commerciale, à la fois comme nécessité économique et comme mode de relation sociale. Le crédit est au fondement de la relation entre le colporteur et les villageois : tout son livre de comptes l’atteste, qui n’indique pas un seul achat au comptant. Tous les clients de Jean Eymard, sans exception, le payent à crédit. Nous avons évalué, pour cette tournée de 1859-60, ceux qui acquittent leurs achats avant son retour en Oisans, ceux qui attendent la tournée suivante, ceux qui mettent plus de deux ans avant de le rembourser, et ceux qui ne l’ont toujours pas payé dans les dernières mentions qui datent de 1875 (voir tableau VI). Sur les 340 ventes qu’il a faites cette année-là, 199 de ses clients l’ont remboursé avant la mi-juillet 1860, 64 pendant sa tournée suivante, 73 dans les années qui suivent et 4 ne le rembourseront jamais. Ce sont donc 141 personnes, près de la moitié, qui ne le payent pas pendant sa tournée. Si l’on regarde plus en détail, on se rend compte que, plus les mois passent, moins les gens règlent leurs dettes avant son départ, au point qu’à partir du mois de mai, le rapport s’inverse et les clients qui le payent l’année suivante deviennent plus nombreux que ceux qui l’acquittent pendant sa tournée.

Tableau VI. Dates des remboursements en fonction des périodes de vente

Image

Tableau récapitulatif de l’année

Acquitté en 1859-1860

Acquitté en 1860-1861

Acquitté après 1861

Jamais acquitté

Du 15-10-1859 au 31-12-1859

91

10

10

1

Du 01-01-1860 au 30-04-1860

78

14

34

2

Du 01-05-1860 au 06-07-1860

30

40

29

1

Total

199

64

73

4

42Les derniers mois sont aussi ceux des remboursements ; à partir du mois de juin, les haltes sont nombreuses qui s’inscrivent sur son carnet comme une mise au net de sa relation commerciale : « pour reste de tout compte réglé ce jour » ; vient ensuite le montant du reliquat, souvent minime (3,50 francs pour Raton le cantonnier, 0,75 pour Nolot le domestique de M. Miron, 1 franc pour Claudine Saulin), quelquefois plus important (10 francs pour Jeannot Lazard, 7 francs pour le meunier Bounourou, 15 francs pour la veuve Vuode, 22 francs pour Sautran, l’homme de la Mignaude). Les comptes ne sont, en fait jamais définitivement réglés et ces sommes symboliques qui demeurent attestent que leur raison n’est plus économique mais relationnelle. Le rapport marchand s’inscrit dans une sociabilité de la confiance et du compte toujours ouvert. Le fermer signifierait la brouille, la fin de la relation commerciale et humaine.

43Les remboursements se font tout au long de l’année, par petites sommes que l’on verse au hasard des visites de Jean Eymard. Quelquefois, colporteur et acheteur décident de reprendre ensemble l’état de leurs comptes, et c’est à ces moments-là que le colporteur écrit que les comptes sont réglés, tout en laissant une somme qui témoigne que les relations ne sont pas rompues. Ainsi Charbonnier dit Boulanger, un de ses gros clients, aubergiste à Sardy qui le 24 décembre règle ses comptes mais laisse 3,40 francs. Chaque visite est l’occasion de verser quelque chose : entre 1 franc et 10 francs, souvent moins ; certes, on en profite aussi pour acheter, mais les quelques francs versés sont destinés à payer des achats anciens. Laurent Salé au Port-Brûlé, le 9 novembre 1859, achète du drap pour faire une veste, de la doublure et du molleton bleu pour faire un jupon, en tout pour 30,30 francs sur lesquels il ne verse rien. Le 22 décembre, il rembourse 6 francs. Le 19 janvier, il achète un foulard en soie, 1,50 mètre de cretonne pour un total de 35 francs et verse 0,50 franc. Le 26 juin, Eymard et lui règlent leurs comptes : il devait 28,35 francs et 7,65 francs de la tournée précédente. Il donne à Jean Eymard 36 francs, mais achète le même jour 4,50 francs de toile pour faire une chemise, rouvrant ainsi son crédit. Le 14 décembre 1860, il achète du coutil bleu rayé et de la cretonne bleue pour 7,50 francs. Le 5 janvier, il se fournit en tissus pour faire un corset et un gilet, ajoutant 8,15 francs à son compte et, le 14 juillet, il achète un mouchoir en cachemire de 22 francs et verse 20 francs, réglant ainsi ses anciennes dettes mais laissant son compte ouvert pour la tournée suivante. Il soldera le mourchoir en cachemire le 11 juillet 1862, laissant d’autres achats impayés. Dettes en spirale qui expliquent pourquoi nombre d’achats du printemps ne se règlent qu’à la tournée suivante.

44Tendance mais non règle bien sûr : certains remboursements sont très longs et les comptes alimentés par de nouveaux achats, sans même que des remboursements partiels s’y intercalent. Ainsi, Ambroise Boussard de Chaumot achète pour 23,50 francs de marchandises le 21 mars 1860, pour 35 francs le 6 juillet, pour 10 francs le 13 janvier 1861 et pour 17 francs le 25 janvier. Le 25 janvier, il verse 15 francs. Quatre ans après, le 20 novembre 1865, il donne encore 30 francs, et ce n’est qu’en janvier 1872 que Jean Eymard inscrit « acquitté ». Rares sont ceux qui mettent, comme Ambroise Boussard, tant d’années sans rien acheter avant de rembourser. Là, les difficultés économiques faussent la relation marchande.

45Louis Rommier de Sauvin-Collancelle fait 15 francs de reste sur un mouchoir nouveauté le 12 décembre 1859. La tournée suivante, il achète beaucoup : pour 81,20 francs le 14 novembre, pour 27,40 francs le 11 mars et rembourse peu à peu : 5 francs le 3 avril 1860, 1 franc le 3 décembre suivant, puis 5 francs le 15 et 35 francs le 29 avril 1861. Il reste encore plus de 70 francs. Pendant onze ans, il ne verse rien et, en mars 1872, il donne 15 centimes. Ce n’est qu’en juillet 1873 que la dette est acquittée.

46Léonard Cairon, de Fussy-Collancelle, quand les comptes sont faits le 10 juillet 1862, doit encore 35 francs de cette tournée et 7,75 francs des tournées précédentes. Petits achats et petits remboursements s’ajoutent dans les années suivantes : 3 francs d’achat le 3 décembre 1868, 8 francs pour un pantalon de laine bleue le 17 février 1870 ; il verse 8 francs le 26 mars. Pendant cinq ans, point d’achats puis, le 3 mai 1875, il donne 5 francs au colporteur et son compte reste ouvert.

47Nous avons relevé les délais des 73 ventes de la tournée 1859-60, qui ne seront pas acquittées l’année suivante, soit près d’une vente sur cinq (voir tableau VII). Pour l’essentiel, Jean Eymard met cinq ans à rentrer dans ses fonds. Toutefois, sur ces 73 ventes, 6 lui seront payées entre sept et treize ans après et 6 autres probablement jamais. Pour ceux qui ne s’acquittent jamais, les sommes en jeu ne sont pas très grosses. C’est Jean Cottin, domestique à Blin, auquel le colporteur vend pour 15,35 francs de toile pour faire des chemises ; il ne versera jamais la moindre somme. C’est Petit, le garde à Sardy, qui achète le 18 décembre un gilet tartan et 1,80 mètre de serge pour faire un pantalon, en tout 10,50 francs ; il versera 50 centimes le même jour, puis plus rien. C’est Jacques Dret, de Tavenau-Mouron qui achète pour 16,55 francs et verse 30 centimes d’acompte. C’est aussi Jeannette des Fauchy à Pazy qui ne remboursera jamais les 4 mètres de calicot à 2,50 francs qu’elle a achetés « pour faire une chemise à son petit ».

48Les précautions que prend Jean Eymard pour assurer ses ventes s’inscrivent dans le même cadre non-marchand des règles de la sociabilité et de la confiance. Elles ne sont pas fondées sur une présomption de malhonnêteté (aucun papier n’atteste de la dette du client), mais sur une présomption de mauvaise mémoire : on peut avoir oublié. N’ayant que sa parole, son carnet et sa propre mémoire, Jean Eymard inscrit tout, pour aider le client à se souvenir : les marchandises achetées et leur destination (pour faire un tablier, un pantalon à son petit), les lieux de vente s’ils sont différents de leur domicile (« Boyer le garçon de Sardy qui est domestique doit pour une limousine vendue à Marcilly chez Gauthé l’aubergiste...) ». Il détaille les marchandises qu’il a vendues à Louis Bertin et ajoute : « Le tout vendu chez Sirop aubergiste en la présence d’Auguste Judas » ; pour Mougnet de la Trouillère-Guipy, il précise : « Le tout vendu à Corbigny ». Il inscrit les lieux de vente, et aussi les témoins pour rappeler la scène. Quand il vend pour 20,40 francs de marchandises à Judas dit le gros nez, il ajoute : « Le tout vendu à lui en présence de la femme à Jeannot » ; il vend 18 mètres de toile blanche en fil pour faire des chemises à Jacob Billardon de Cropigny et note « en sa présence et celle de sa mère », et quand il règle ses comptes avec Harent dit le père garçon, de Fussy-Collancelle, sa bru est présente.

Tableau VII. Les délais de remboursement

Image

49Pour les domesiques, si l’employeur est là, il l’inscrit et il marque les engagements que ce dernier a pu prendre. Il vend à Germain Marsiot, en juillet 1863, de la toile pour faire des chemises, de la molesquine pour faire un pantalon, un devant de gilet nouveauté et de la doublure, « le tout vendu à lui en présence de sa bourgeoise ». En mars 1864, il lui verse 20 francs, et quand Jean Eymard repasse en juin, il relève, de la conversation avec son patron : « Coquard son bourgeois en a répondu et s’est chargé de me payer ». Ce qui sera fait en juillet 1865.

50Dans ces crédits, on relève deux tendances. D’un côté, moins on se connaît, plus le crédit est court et les sommes petites. A Mouche-Pazy, un des habitants de la maison au-dessus des basses-cours lui a acheté, le 24 octobre 1859, un habit ; c’est presque un achat au comptant puisqu’il ne laisse qu’un franc, crédit symbolique, sorte de droit d’entrée du colporteur dans cette nouvelle maison. Un inconnu à Epiry lui a acheté le 6 mai 1859 pour 32 francs de toile : il lui verse 25 francs et acquitte les 7 francs restant en janvier suivant. Un autre inconnu de Pazy le rembourse le mois suivant.

51A l’inverse, ses meilleurs clients ont les plus longs et les plus gros crédits. Guillaume Baudiot, maréchal à Pazy, a acheté à sept reprises des marchandises à Jean Eymard pendant sa tournée de 1859-60. Dès son arrivée, le 25 octobre, il achète des tissus pour habiller toute sa famille : il laisse un acompte et reste débiteur de 27,1 francs ; le 5 décembre, il fait la même chose, laissant 10,90 francs impayés ; le 6 janvier, il achète une couverture en laine verte, du tissu pour faire une robe à sa petite fille, deux cravates, un tablier pour sa servante et six mouchoirs de poche et fait un reste de 36,06 francs. Ce n’est que le 9 janvier qu’il verse 20 francs, tout en achetant aussi une couverture de coton grise à 9 francs. Le 15 février, il achète presque comptant d’autres marchandises puisqu’il ne laisse que 0,40 franc ; le 21 mars, il laisse de même 5,25 francs sur des tissus de coton et d’indienne, le 20 juin il se fournit pour 94,15 francs de marchandises, et Jean Eymard retourne en Oisans sans en être payé. Quatre ans après, le 2 juillet 1864, Guillaume Baudiot solde les dettes de cette campagne. Simon Baudriol, l’aubergiste de Pazy, auquel il a vendu pour 194 francs de marchandises le 20 juin 1860, commence à les régler lors de la tournée suivante du colporteur en lui donnant 50 francs le 7 décembre 1860, mais un mois avant il avait fait des achats pour lesquels il avait laissé précisément 50 francs de crédit. C’est donc en mars 1861 qu’il règle en fait ses dépenses du mois de juin 1860.

  • 7 Les papiers concernant François Balme sont conservés au Musée Dauphinois.

52Ces crédits qui ne se referment pas à chaque campagne, qui courent facilement d’une année sur l’autre, et pour 20 % des ventes sur des temps encore plus longs, font voir combien la position du colporteur est difficile. Il y existe une distorsion entre ses modes d’achats et ses pratiques de vente, puisqu’il achète à six ou neuf mois de crédit à des fournisseurs qui admettent très mal de plus longs délais alors que ses pratiques n’ont pas les mêmes habitudes. Cette généralisation du crédit au village révèle une double nécessité : l’exigence économique du manque d’argent et la nécessité sentimentale de ne pas payer comptant. Pris entre des bailleurs de fonds et des fournisseurs à la mentalité de plus en plus capitaliste et le monde des sociabilités villageoises, piégé entre ces deux univers, participant lui-même de l’un et de l’autre comme le montre le livre du gantier Nicolet, le colporteur ne peut survivre qu’en modifiant lui aussi ce rapport essentiel au client : le crédit. Ce n’est guère facile. En 1910, François Balme fait toujours crédit : le 5 mars, par exemple, il dresse la liste de ses débiteurs (une cinquantaine de personnes), les sommes qu’ils lui doivent et en regard, pour certains la mention « payé », pour d’autres, les sommes qu’il a reçues en acompte7.

53De la nécessité économique, deux lettres, l’une adressée à Joseph Ranque et l’autre à François Balme, témoignent. La première, écrite de l’Etrat le 23 août 1878 par A. Decroix, demande à Joseph Ranque de ne pas encaisser le billet qu’il lui a souscrit à son départ — le rapport marchand devient déjà plus formel —, et qui échoit le 5 septembre suivant : « Si dans votre bonté vous vouliez être assez bon pour rembourser ce billet à son retour, vous me feriez un grand plaisir, car je ne me trouve et ne puis me trouver en mesure pour y faire face ».

54« Faites-moi ce plaisir, Monsieur Joseph, à seule fin d’éviter les frais car comme vous devez le savoir les frais ne font que vivre les huissiers et ruiner l’ouvrier ».

55« Si vous me faites ce plaisir, à votre retour vous aurez votre argent tout prêt... »

56A Voreppe, le 18 avril 1896, une femme qui signe « femme Arragon », s’adresse à « Monsieur Balme ». Elle lui écrit : « Comme mon mari vous avait promis de payer votre mandat le 25 de ce mois, et qu’il est tombé malade quelques jours sa paye ne sera pas forte et ayant deux gros mandats pour la paye, il lui sera impossible de le retirer. Si vous aviez la bonté de ne pas nous l’envoyer, de nous attendre encore un peu, je sais bien qu’il y a longtemps que vous attendez mais que voulez-vous on ne fait pas comme l’on veut... »

57En contrepoint, le père écrit à son fils de ne pas faire de crédit. C’est le leitmotiv des lettres de la famille de Joseph Ranque, rappel constant des nouveaux rapports qui doivent s’instaurer entre le colporteur et ses pratiques si celui-ci veut continuer à pouvoir vivre en exerçant le métier. En décembre 1864, Jean-Joseph, le père de Joseph Ranque, s’inquiète de savoir si son fils a pu faire rentrer les crédits de l’an passé. En mars 1868, il analyse ainsi, du point de vue de la famille restée au pays, un des dangers de cette pratique commerciale fondée sur des rapports personnels, sur la confiance et sur la présence chaque année renouvelée : « Tu comprends que si tu venais à mourir ça ne serait pas moi qui pourrais les faire rentrer [les crédits] puisque toi-même as déjà beaucoup de peine à te débarbouiller (sic). Si tu avais couru un peu plus de pays, tu n’aurais pas eu l’occasion de faire autant de crédit, en un mot j’aimerais mieux garder ma marchandise que de la semer à tord et à travers de cette manière ». Il mesure aussi la difficulté de faire évoluer cette pratique au lieu même où elle a toujours fonctionné. Nicolet lui aussi ne savait comment, sans blesser ses « bons colporteurs », leur faire admettre que la crise économique imposait la multiplication des garanties au détriment de la confiance mutuelle. Jean-Joseph conseille à son fils d’élargir sa tournée, et en quelque sorte de s’en créer peu à peu une autre, en y instituant un rapport marchand fondé sur le comptant. Son épouse ne manque pas non plus, à l’ouverture de sa campagne, de lui rappeler ces conseils « et [de] prendre garde aux mauvais crédits, plutôt garder votre marchandise que de la semer à tort et à travers ».

58Ainsi, le discours du gantier qui en 1837-1838 se plaignait de ce que les bons colporteurs avaient disparu et de ce que le métier se gâtait, se retrouve, près de trente ans plus tard, déplacé au niveau du colporteur : « Aujourd’hui que le nombre des braves est très rare, écrit Jean Joseph à son fils en 1864, le danger est encore plus assuré, une partie de ceux qui t’achètent à crédit espèrent ou attendent un changement de gouvernement pour le pays... et le nombre des bons payeurs est très rare ».

59Cette difficulté à changer des pratiques commerciales qui, pour les villageois, ont existé de tous temps, conduit le père de Joseph à lui conseiller d’abandonner ce métier qu’il ne peut modifier et qui ne peut le faire vivre que si il arrive à le changer : « J’ai éprouvé moi seul comme le connaissant et l’ayant étudié pendant une dix-huitaine d’années, le danger que tu cours en t’exposant à faire des crédits, parce que tous ceux qui ont voyagé dans ces environs, je n’en ai point connu qui aient fait bonne preuve. Je te parle du moment que la foi n’était pas encore éteinte et aujourd’hui que le nombre des braves est très rare, le danger est encore plus assuré. Si tu veux me croire abandonne plutôt cette vocation... ». Quatre ans plus tard, le père l’engage de nouveau à changer de métier : « Nous t’engageons à te ménager et prendre garde à tes crédits, de les faire rentrer tant que tu pourras et prendre garde à ne pas te faire donner quelques mauvais coups et si tu voulais m’en croire d’abandonner cette vocation car pour mon compte je n’y vois de tous côtés que des pièges ». A chaque campagne, il l’exhorte à ce que ce soit la dernière : « Si tu voulais me faire plaisir, ça serait de ramasser tant que tu pourrais le peu ou beaucoup de crédits que tu peux avoir et d’abandonner cette vocation et de prendre garde que rien ne t’arrive plutôt que de vendre ta marchandise à fonds perdu ». Le 15 avril 1875, Joseph est sur le point de rentrer ; il écrit à sa famille qu’il s’est débarrassé de presque toute sa marchandise, « seulement c’est les crédits qui ne s’empressent pas de rentrer. Je ne pourrai pas partir avant le 28 ou le 29 courant », témoignant ainsi de la difficulté de changer des pratiques si fortement inscrites dans les rapports personnels. En 1877, son père une fois encore lui demande de quitter ce métier inadaptable aux nouvelles normes économiques : ce sera sa dernière campagne.

60Au XXe siècle, la contradiction dans laquelle le colporteur du milieu du XIXe siècle était pris entre des fournisseurs au crédit court et des clients au crédit long, se résoud sur le modèle des fournisseurs. Les colporteurs, et les petits commerçants qui en sont issus, imposent à leur tour la nouvelle règle économique qui leur avait été imposée auparavant : le colporteur que François Zonabend a rencontré à Minot ne fait pas de crédit.

  • 8 Mme RIVIERE-SESTIER, « Histoire de la migration des Amieux du Villard d’Arène », La Meije, mars 19 (...)
  • 9 P. DELARUE et A. MILLIEN, Recueil de chants populaires du Nivernais, op. cit.

61Mais si certains ont réussi cette nécessaire transformation des rapports marchands, la plupart ont préféré abandonner le métier. Les nouvelles données économiques achèvent, en effet, de discréditer une activité qui l’était déjà dans les mentalités : les familles craignent les mauvaises rencontres, les mauvais coups, la maladie, et leurs lettres le disent. En 1840, Madeleine Hustache s’inquiète pour son mari : « Ne marchez pas la nuit : on parle beaucoup de chiens enragés... ». En 1852, Ange Clot écrit à son beau-frère, Maurice Amieux, que le fils de Jean Berthet a été assassiné par des colporteurs qui lui ont pris 1.600 ou 1.800 francs8. Ces dangers sont si réels qu’ils sont passés dans le langage proverbial : en Nivernais, on disait : « trembler comme un chien de marcier », pour faire allusion à l’illusoire protection d’un chien face aux dangers que couraient les colporteurs dans les bois, où les loups rôdaient encore. « Il tuerait bin un marcier pour un pigne », disait-on aussi pour évoquer ceux qui les attaquent pour les détrousser d’un maigre butin, et déjà Rabelais utilisait ce proverbe en en intervertissant les termes : « O si vous me faictes vostre lieutenant, dit Mardaille, je tueroye un pigne pour un mercier »9.

62Mais la maladie reste la plus redoutée, car c’est elle que le marchand rencontre le plus souvent, elle qui, par le manque à gagner qu’elle occasionne, peut faire basculer le colporteur dans le groupe de ceux qui n’arrivent plus à rembourser leurs emprunts. Tous ont été malades : Jean Gourand n’a pas pu voyager pendant quinze jours en 1844 et, de nouveau en 1848, souffrant, il a dû s’arrêter. Joseph Ranque a eu mal aux jambes pendant l’hiver 1868, et c’est son ami Ange Clot qui lui envoie de quoi se soigner : « Voici la consulte. Tu prendras ce petit pot que je t’envoie, tu feras de la charpie et tu la mettras avec cet onguent pour te mettre sur la plaie, après tu continueras les cataplasmes et tu mettras dessus cette charpie ».

63La solitude est aussi mal vécue des deux côtés. Si elle est brisée de temps à autres par les lettres échangées, par les visites que le colporteur rend aux parents émigrés, par la rencontre avec d’autres marchands originaires des mêmes contrées, et si certains remontent même quelque temps chez eux après les fêtes de Noël, l’absence reste difficile à vivre, et le devient plus encore lorsque les nouvelles de la maison ne sont pas bonnes : « Vous m’annoncez vos ennuis, j’y prend part. J’espère qu’un jour nous aurons le bonheur d’être ensemble auprès l’un de l’autre pour nous communiquer de bouche à oreille les sentiments les plus tendres », écrit Jean Gourand à sa femme. Au milieu du siècle déjà, Ange Clot écrit à son beau-frère la lassitude du colporteur : « Le triste métier que nous faisons avec Antoine Gonnet nous occupe : nous sommes toujours en route ».

64Mais surtout, mesuré à l’aune de la révolution industrielle, ce métier où le temps ne compte pas, devient brutalement archaïque. Ces journées occupées à servir deux ou trois maisons, dans une disponibilité totale, tout ce temps passé — perdu, se met-on à penser — pour quelques francs se heurte en Oisans même à la formation d’une nouvelle mentalité. Le développement industriel, l’émigration vers les centres usiniers et l’administration a fait évoluer au village même la notion de travail. L’émigration hivernale était d’abord vécue comme une absence : plus que l’argent gagné, il s’agissait d’abord d’aller manger ailleurs. L’habitude des revenus fixes de l’ouvrier et de l’employé a ajouté une nouvelle dimension à l’absence ; elle a donné valeur au temps et au travail : l’émigration doit aussi être rentable. La distorsion entre les pratiques des fournisseurs et celles des clients a rendu cette prise de conscience plus aiguë encore : l’absent est maintenant à la merci de perdre de l’argent. Le groupe familial et villageois en vient alors à rejeter cette émigration colporteuse : « Si tu veux me croire abandonne plutôt cette vocation et fais comme un grand nombre de jeunes du Villard qui ont été passer leur hiver, se mettant en sureté de ne pas manger plus qu’on ne peut posséder, ou de ne pas oser paraître en société. On ne dirait pas que ce sont les crédits, on dirait que c’est l’inconduite ! », écrit, dès 1864, Jean-Joseph Ranque à son fils.

L’évolution du métier

65Cette indispensable transformation des pratiques commerciales des colporteurs en a généré d’autres : la professionnalisation et la spécialisation se sont accentuées. Choisir le commerce au détriment de l’agriculture a toujours été la tentation de ces migrants temporaires. A la fin du XIXe siècle, ceux qui n’ont pas abandonné le métier s’y consacrent presque exclusivement et font passer la terre au second plan.

66C’est le cas de François Balme, du Rivier d’Ornon. Premier signe : il part de plus en plus tôt et rentre de plus en plus tard. Des notes d’hôtel montrent qu’il était encore en tournée après le 14 juillet, et déjà sur les routes le 4 septembre. Il est rouennier comme les autres mais sa tournée subit de profondes modifications. L’espace reste traditionnel : il voyage dans la basse vallée de la Romanche, autour de Vizille, dans la vallée du Grésivaudan qu’il parcourt sur les deux rives (Bernin, Pontcharra, Chapareillan, Goncelin) et dans la vallée de l’Isère vers Lyon (La Côte-Saint-André, Rives, Beaurepaire, Péage-de-Roussillon). Mais il mène sa tournée de façon différente, à commencer par ses achats qu’il ne fait plus en une semaine avant de se mettre en route. Il a toujours dans sa charrette un assortiment de tissus et de vêtements, mais il a aussi dans sa main un catalogue ou des échantillons de plusieurs maisons de commerce : de la maison Bouteron de Grenoble, des fabriques de toiles Seiligmann et Cie à Vaucouleurs dans la Meuse, des maisons de tissage de toiles de Voiron et de la fabrique de linge de table Duvieux à Panissières dans la Loire.

67L’assortiment de tissus et de vêtements qu’il voiture a lui aussi changé : le choix de tissus qu’il propose est moins diversifié que chez Jean Eymard ou Joseph Ranque, et les quantités en sont plus grandes. Il achète, par exemple, en 1890 pour 5.150 francs de toiles chez Denantes à Voiron, et au stock traditionnel de chemises de flanelle, de gilets et de camisoles qu’il se fait expédier à la fin de l’été en gare de Bourg d’Oisans par la maison Bussard de Nancy, il ajoute une plus grande variété de chemises et de pantalons de confection qu’il achète chez Chatin à Grenoble. Son stock de tissus se standardise et la confection prend une part plus importante dans son assortiment.

68Représentant de commerce de la maison Bouteron, il se fait expédier par celle-ci, tout au long de l’hiver, de petits colis correspondant aux commandes que ses clients lui ont faites. L’essentiel des factures qui nous sont parvenues entre 1883 et 1914 est de ce type. Ainsi pour 1906, nous avons une série de factures de la maison Bouteron où, pour chaque article, le nom du destinataire est indiqué, et l’ensemble est groupé en colis postaux envoyés dans les différents villages. Le 7 septembre, un colis, d’une valeur marchande de 5,50 francs, est adressé à Saint-Georges-de-Commines. Le 24 octobre, deux paquets sont envoyés au Rivier d’Ornon pour ses clients des Sables, du Bourg-d’Oisans et de Rochetaillé. Le 6 décembre, un autre part pour Rioupéroux, le 8 puis le 19 d’autres pour Goncelin, et le 26 décembre les achats de deux domestiques, d’un fermier et d’un restaurateur sont expédiés en gare de Bernin.

69Représentant aussi de maisons spécialisées dans le linge de table, il fait choisir ses clients sur échantillon et leur fait parvenir directement leurs commandes par les soins de ces maisons de commerce. Ainsi, à partir d’une même facture, la maison Bourrion de Voiron ventile en différents colis le linge de table qui lui est demandé : un pour Chignin pour le boulanger Bissoud à Marches, un autre en gare de Tencin pour un hôtelier, un troisième pour un autre hôtelier à Chapareillan et un dernier pour un cafetier à Bernin. François Balme regroupe ainsi des commandes adressées à la maison Ducreux de Panissières ou à la maison Richard de Cholet.

70Commandes groupées, mais aussi commandes individuelles. Il fait expédier, par une maison de Lys-les-Lannoy, dans le Nord, à Mme Bayard, pour 27 francs de satinette grenat pour faire une robe, en décembre 1906, et le 15 janvier quelques mètres de tissus d’ameublement et quelques mètres de franges et de guipures à Marius Ruynat par la même maison. Enfin, profitant de la proximité de Grenoble, il fournit aussi ses clients à la demande et va leur porter ce dont ils ont besoin. Le 2 avril, il s’arrête chez Chatin pour un complet, un pantalon, un gilet de chasse et vingt mouchoirs. Il y retourne deux semaines après pour une douzaine de mouchoirs.

71Ainsi, parce qu’il a su utiliser les nouveaux moyens de communication et les nouvelles manières de vendre, sa clientèle est plus diversifiée et son volume d’affaires plus important que celui du traditionnel rouennier. Outre les familles, il fournit aussi les collectivités : hôtels, cafés, restaurants et l’orphelinat de Marches auquel il vend pour près de 700 francs de toiles pour faire des langes.

72François Balme achète, comme les colporteurs traditionnels, son stock de départ à crédit, mais règle ses commandes en cours d’année, soit au comptant, soit à leur réception, au plus tard deux ou trois mois après. Un certain nombre de factures relatives à sa tournée de 1899-1900 ont été conservées. Elles concernent surtout les commandes en cours de tournée. L’ensemble se monte à 3.600 francs. Or, cette somme ne comprend qu’une partie de ces commandes d’hiver et n’inclut pas le fonds de son commerce. Elles montrent toutefois qu’en utilisant catalogues et échantillons, le colporteur devient un négociant plus important. Il devient aussi celui qui fait entrer dans les foyers les premiers catalogues de vente par correspondance. Comme les grands fleuristes, il se fait imprimer du papier à en-tête, et l’un d’eux laisse penser qu’il a ouvert boutique à Ornon dans les années 1900.

73Les premières balles de colporteurs, hors celles des rouenniers, se caractérisaient par une très grande variété d’articles où se mariaient, dans l’assortiment, l’épicerie, les fleurs et la quincaillerie. A la fin du siècle, les colporteurs se spécialisent dans un type unique de commerce.

74C’est à cette époque que les lunettiers en tant que tels apparaissent. Dernière née des spécialités, c’est celle qui résiste le plus longtemps : elle ne disparaîtra en effet qu’avec la création de la Sécurité Sociale qui détourne d’eux la clientèle qu’ils avaient pu se constituer. La lunetterie, qui est l’apanage de quelques familles d’Auris et d’Huez, a redonné vie dans ces villages à un colportage qui en avait presque disparu. Ils voyagent dans l’Est et le Jura, au pays de la lunetterie, et se fournissent presque exclusivement à Morez.

  • 10 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 70.

75Nous sommes mal renseignés sur la manière dont les lunettiers conduisent leurs tournées. Une double tradition s’est créée autour d’eux ; ils sont présentés d’un côté comme de bons spécialistes. Allix rapporte qu’un lunettier d’Auris, soigné à l’hôpital, étonnait les médecins myopes en leur disant, rien qu’en touchant leurs verres, le nombre de dioptries de leurs lunettes. Mais ils sont décrits aussi comme des colporteurs charlatans qui, possédant un jeu d’une dizaine de lunettes, avec bien sûr une paire à verres neutres, étaient assurés de ne rencontrer que des gens ayant besoin de leurs services. La tradition orale les fait figurer parmi les plus riches : ils gagneraient, en vendant leurs marchandises, autour de 2.000 francs par campagne, dix fois son prix de revient10.

76Le commerce des fleurs est devenu la spécialité la plus fameuse. Mais si la plupart des fleuristes s’expatrient pour leur campagne de commerce, certains ne quittent pas la France. Ils sont fleuristes certes, mais leurs pratiques commerciales les inscrivent dans l’évolution du colportage traditionnel plus que dans l’ambiance du colportage à la grande aventure. Une série de factures, couvrant des années 1868 à 1880, conservées au Musée Dauphinois et adressées à Louis Giraud et à son fils Frédéric, de Venosc, nous révèlent quelques-uns des aspects de ce colportage fleuriste en France. Louis est un colporteur sans tournée : l’importance de la marchandise et sa fragilité en rendent le transport difficile. Il ouvre donc boutique. Ses factures nous permettent de restituer quatre campagnes : en 1868-69, il s’installe à Pézenas ; en 1874-75, il est à Aurillac ; 1877-78, près de Béziers et de Toulouse et en 1878-79 à Béziers puis à Castres.

77Il fait son approvisionnement en deux temps. Au début de sa campagne, en trois ou quatre jours, il se fournit de tout ce dont il aura besoin jusqu’en janvier environ, séjournant à l’hôtel pendant ses achats. Il achète des arbres d’ornement, des arbres fruitiers, des arbustes, des fleurs en pots, une grande variété de rosiers et de graines. Il se fournit tantôt chez les pépiniéristes de Lyon, tantôt chez ceux d’Angers, et se fait expédier sa commande dans la gare de la ville où il compte ouvrir boutique. Dans la ville qu’il a choisie, il loue un magasin et achève ses commandes : pour ses deux dernières tournées, il se fait expédier des fleurs de Hollande et, la dernière année, il ajoute un lot important de plantes qu’il fait venir d’Hamma près d’Alger. En février, il peut changer de ville et, à cette occasion, faire un nouvel assortiment : Tannée où il est à Aurillac, il se fait expédier des plantes fleuries d’Angers ; les autres années, il en fait commande en Hollande, à Toulouse, à Alger. La documentation laisse penser que ces quelques mentions n’épuisent pas la liste de ses fournisseurs (en 1878-79, par exemple, il se fait aussi envoyer, de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, pour près de 600 francs de lauriers et de poiriers nains).

78Sa dernière tournée est la plus riche en documents, mais nous ne sommes pas sûrs que toutes les factures aient été conservées. Au départ, il achète à Lyon pour 1.000 francs de plantes, et ses diverses commandes, au début de l’automne, se montent encore à 500 francs. En janvier, il se réapprovisionne pour près de 1.000 francs. C’est donc au minimum une campagne qui lui a demandé 2.500 francs d’investissement, sans compter la location du magasin et les frais des déplacements.

79Nous ne pouvons évaluer ses gains ; il apparaît toutefois que son commerce marche bien puisque chaque campagne semble plus importante que la précédente, tant par sa mise de fonds que par ses réapprovisionnements en cours de tournée. Par ailleurs, la dernière année, il règle toutes ses factures au comptant, à l’exception d’une petite facture de 50 francs qui, elle, traînera un an, mais les années précédentes, il n’en réglait comptant que la moitié environ.

  • 11 A.D. Isère : Bureau du Recrutement de Grenoble, 1881, Louis Giraud.

80Son commerce représente une étape intermédiaire entre le colporteur familier et le marchand installé. Les Giraud sont proches de ces colporteurs qui, ayant accumulé suffisamment de capital, ouvrent boutique et se fixent dans des régions qu’ils ont prospectées, comme d’autres Giraud le feront à Angers11. Il participe aussi de l’horizon des fleuristes au long cours, en ce que, comme eux, il cherche à toucher une clientèle citadine et aisée. Si les plantes de France deviennent, au loin, des plantes exotiques, les Giraud s’approvisionnent hors de France, pour séduire, aussi par l’exotisme, leur clientèle. Les désignations sont révélatrices de la manière dont il se regarde et du chemin parcouru. Sur ses factures, on ne trouve jamais Louis Giraud, colporteur, mais Louis Giraud, marchand fleuriste, négociant, marchand de plantes. A partir de 1877-78, il se qualifie d’horticulteur ou de marchand horticulteur et, l’année suivante, cette dénomination prend le pas sur toutes les autres.

Notes

1 A.D. Isère, 1J 927, papiers de Jean Gourand de Clavans, colporteur dans l’Yonne et la Nièvre (1834-1858). Les papiers concernant Jean Eymard sont conservés au Musée Dauphinois et ceux concernant la famille Ranque sont conservés par M. Paul-Louis Rousset. Il les a utilisés dans son livre, Au pays de la Meije, La Grave, Villard d’Arène. La vie et l’histoire du haut Oisans, Grenoble, Éditions Dardelet, 1977. Je le remercie de me les avoir communiqués et de m’avoir fait profité de sa profonde connaissance de l’Oisans.

2 A.D. Isère : Bureau de Recrutement de Grenoble, 1867-1907, 3 volumes par an + table alphabétique. Le département est l’unité géographique que les colporteurs indiquent pour leurs déplacements. Les rares noms de villages mentionnés sont difficiles à repérer car orthographiés phonétiquement avec la prononciation dauphinoise ; ainsi sous Chaulieu, on lit facilement Saulieu. Pour d’autres villages plus petits, l’identification n’est pas toujours possible. C’est donc le cadre du département qui a été retenu pour cartographier les régions visitées par les colporteurs.

3 Musée Dauphinois, Mémoires de Jean-Pierre Magne, habitant de la commune du Mont-de-Lans, Canton d’Oisans, département de l’Isère. Je remercie tout particulièrement Anne Laurent qui m’a fait profiter des études qu’elle a entreprises sur ce texte, et c’est à sa transcription que nous nous référons.

4 F. ZONABEND, La mémoire longue, temps et histoires au village, P.U.F., 1980, p. 270.

5 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 70.

6 Musée Dauphinois : Henri Balme, 69 ans, enregistrement fait à Venosc par Charles Joisten, le 15 septembre 1877.

7 Les papiers concernant François Balme sont conservés au Musée Dauphinois.

8 Mme RIVIERE-SESTIER, « Histoire de la migration des Amieux du Villard d’Arène », La Meije, mars 1967, no 157, p. 11.

9 P. DELARUE et A. MILLIEN, Recueil de chants populaires du Nivernais, op. cit.

10 C. ROBERT-MULLER et A. ALLIX, op. cit., p. 70.

11 A.D. Isère : Bureau du Recrutement de Grenoble, 1881, Louis Giraud.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search