Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre V. Les colporteurs faméliques

Texte intégral

1La manière dont le colporteur finance sa campagne de commerce indique une première typologie de l’activité : sera-t-il colporteur mendiant, colporteur familier, colporteur négociant ? Elle mène aussi au cœur de cette société ambiguë, où l’on s’aide et où l’on se déteste, où le notable est tout puissant et où l’on n’a qu’un désir : partir.

2Les correspondances décrivent une société où chaque campagne peut être la dernière, celle qui oblige les marchands à aliéner leurs biens, et des villages où la plupart des hommes ignorent où les trouvera l’hiver suivant. Une société où fréquent est le départ, temporaire tant que le commerce hivernal permet de rembourser les emprunts, et définitif l’exil lorsque l’argent manque ou que le colporteur a réussi à en gagner suffisamment et peut ouvrir boutique ailleurs. Elles font mesurer aussi combien le mot colporteur recouvre de pratiques différentes, du mendiant au riche marchand, et combien la typologie que l’on repère sous le terme est une typologie en mouvement, aux frontières mouvantes : les revers de fortune arrivent vite, la mobilité des patrimoines est grande et chaque crise économique en fait basculer plus d’un dans la misère et l’errance.

  • 1 R. BLANCHARD, « Le Haut-Dauphiné à la fin du XVIIe siècle, d’après les procès-verbaux de la révisi (...)

3Deux critères se recoupent et délimitent les trois grands types de colportage : le financement et les itinéraires. Tout en bas, les colporteurs faméliques qui portent la balle et tendent la main. Proches d’eux, ceux qui vont vendre des objets de peu de valeur, voire obtenus gratuitement, comme ces gens d’Oulles dont parlent les procès de la révision des feux de 1700, qui « vont porter quelques vieux linges et pâtes dans le Lyonnais et le Vivarais », ceux de Villard-Reymond, qui vont vendre la vaisselle de bois qu’ils ont fabriquée, ou ceux de La Grave qui fournissent les pharmaciens en plantes médicinales : « la violette des Alpes, la caryophyllée des montagnes, l’arnica, la véronique d’Allionii, le génépi, et beaucoup d’autres plantes usitées en médecine... »1. Ces derniers partent aussi en tournée avec ces simples qu’ils ont ramassés dans les montagnes : ils vendent des plantes et un savoir. Tous ont en commun de ne pas avoir de tournée fixe, de clientèle attitrée.

  • 2 A.D. Isère, 4E 24 S11, Archives Municipales d’Auris, documents relatifs aux marchands colporteurs, (...)
  • 3 A.D. Isère, 4E 24 S11, Mémoire de la marchandise de Jehan Hostache et de Jacques Garden du 24 déce (...)

4Au-dessus d’eux, les marchands, plus proches du boutiquier en ce qu’ils vendent des produits plus spécifiques (quincaillerie, tissus, épicerie) qui ont nécessité un investissement financier de départ. La balle ne suffit plus, et ils transportent leurs marchandises sur un mulet ou dans une voiture. Ils visitent régulièrement une ou deux régions. A l’intérieur de ce groupe, les différences de statuts sont grandes, comme ces deux témoignages du milieu du XVIIe siècle l’attestent : en 1642, les autorités d’Orléans dressent un inventaire des marchandises que Jehan Pierra transporte au moment de « prendre et tirer congé » de cette ville : deux pièces de serge et d’autres marchandises étant en deux ballots à luy appartenant chargés sur un cheval »2. Comparé à ce que transportent Jehan Hostache et Jacques Garden, en décembre 1654, c’est peu de chose. Ces derniers, outre toutes sortes de tissus (de la ratine, du drap, des toiles, de la serge, du taffetas, du crêpe) ont aussi, dans leur assortiment, des bonnets, des gants, des boutons, des rubans, de la dentelle, du bourdon pour chapeaux, mais aussi des bagues d’argent, de la mercerie, de la coutellerie, des croix et des épices3. Ceux-là sont des marchands prêts à s’installer hors d’Oisans, dès qu’ils le pourront.

5Dernier type, les colporteurs à la grosse aventure, qui parcourent le monde avec leurs caisses de fleurs, et dont la campagne exige un plus grand investissement financier et une pratique plus complexe des mécanismes de crédit.

6Les colporteurs faméliques, à la lisière de la mendicité et du colportage, traversent donc toute l’histoire du colportage : ce sont les plus pauvres, ceux qui n’ont pas terre à offrir en gage en échange de l’argent liquide ou des marchandises que le gantier, les fournisseurs, les notables ou les plus riches du village leur avancent, ceux que les revers de fortune rejettent hors de ces circuits ordinaires de l’argent. Avec eux, la mendicité se cache derrière la balle.

  • 4 Musée Dauphinois ; M. Jean Orcel, enregistrement fait à l’Alpe d’Huez par Charles Joisten, le 25 j (...)

7Ces hommes sont aussi les « premières balles », celles de l’apprentissage, celles de l’espoir de campagnes réussies, apportant l’argent et les terres qui ouvrent les portes du crédit et autorisent à délaisser la petite quincaillerie pour un assortiment plus vaste, la balle pour le mulet, la charrette ou, plus tard, le train. C’est, à la fin du siècle, l’itinéraire de Jean Orcel qui a porté sa première balle à douze ans, vendant de la petite quincaillerie, et ne la troquant qu’en 1920 contre la malette du lunettier, le « costume », le train et les hôtels4.

  • 5 Idem et 4U 321, procès d’Auguste Bellet.

8Il existe deux types de balles. Les plus lourdes peuvent peser entre quarante et quarante-cinq kilos ; tressées en osier, elles sont portées sur le dos et les marchandises rangées dans des paniers pourvus de compartiments au-dessus desquels on place ses habits de rechange. Elles sont très hautes : « La balle en osier dépassait dessus la tête, elle partait des reins, elle dépassait au moins de cinquante centimètres au-dessus de la tête. C’était chargé et puis il y avait comme un petit piolet, alors quand ils voulaient se reposer, ils le mettaient derrière comme une canne, ils se penchaient un petit peu en avant, ils se redressaient et ils tenaient d’une main le bâton et le bâton soulevait la balle ».D’autres se contentent d’« une petite caisse en sapin, d’environ un demi mètre de longueur sur trente-trois centimètres de hauteur et vingt-cinq centimètres de largeur »5.

  • 6 P. DELARUE et A. MILLIEN, Recueil de chants populaires du Nivernais, sixième série, Publication de (...)

9Les colporteurs parcourent de vastes régions à pied : les tournées font plusieurs départements. Ainsi, Laurent Orcel parcourt le Doubs, le Jura, les Vosges, la Marne et la Haute-Marne. Ils dorment où la nuit les trouve, chez les paysans, dans les granges, et leur tournée dure de la rentrée de juin jusqu’à Pâques. Ils fixent les prix avec le client après marchandage, et l’on raconte les astuces de leur manière de vendre, comme tricher sur le poids et les quantités ou apitoyer leur clientèle en se présentant avec à la main une lettre annonçant que leur femme est mourante et qu’ils doivent vendre leur marchandise à n’importe quel prix pour pouvoir rentrer chez eux au plus tôt6.

10Ils recherchent les marchandises de faible poids sur lesquelles ils peuvent faire quelques bénéfices, et à la petite mercerie, aux couteaux, aux jouets, ils ajoutent quelques plantes pour faire des tisanes, quelques paires de lunettes et de petits bijoux. Le procès de Bellet, grâce aux marchandises qui furent saisies et inventoriées nous fait connaître au milieu du siècle le contenu de la balle d’un colporteur en Côte d’or. Comme il cherche à développer son commerce, il a restreint sa tournée aux environs de Pouilly, Lusigny, Plombière et Bligny. Dans ce dernier bourg, il dort à l’auberge où il a pris « l’habitude de laisser des ballots dans une chambre dont il a la clef » et qu’il utilise pour regarnir sa balle. Travaillant en pays de vignoble, il vend de grandes quantités de bouchons ; parcourant des fermes où les habits sont tissés à la maison, il s’est fourni de « nombreuses boîtes de batons cannelés de bleu indigo » pour la teinture. A ces objets nécessaires, il ajoute des marchandises plus précieuses et plus rares : de la soie à filer, des bonnets et des foulards de soie, des gants, de l’encens et des flacons d’eau de cologne. Outre ces menus objets de luxe, il offre à la vente des épices et de l’épicerie fine, « des boîtes de thon et de sardines, du poivre, du café de santé, des batons de thé, de l’huile d’olive, des amandes et des noisettes » ainsi que quelques mystérieux paquets de poudre blanche, des boîtes de pommade et des lunettes.

  • 7 J.-B. Perchaud, cité par L. CHEVALIER, Les migrants temporaires, op. cit., p. 437.

11Un glissement s’opère vite : pour vendre boucles d’oreilles et tisanes, ils percent les oreilles, conseillent sur les vertus des plantes et font le docteur, le dentiste et le vétérinaire. Ils ajoutent ainsi aux menus objets qu’ils transportent, un prétendu savoir qu’ils monnayent, et les vastes régions qu’ils parcourent et dans lesquelles ils ont peu de points d’attache leur assurent une relative impunité. La figure du colporteur médecin émerge ainsi. Au début du XXe siècle, elle est encore familière en Limousin : « Parfois parcourt le village, allant de maison en maison, sa boîte sur le dos, un « dauphiné » venu des Alpes : il vend les simples de ses montagnes. Celui-ci a les mains blanches et porte veston ; on le considère comme une manière de médecin ou de savant qui connaît les vertus des plantes et guérit par des tisanes toutes les maladies »7.

12C’est à leur propos que sont racontées toutes ces histoires de tromperies et de ruses que seuls des hommes qui passent dans les villages, inconnus la veille et disparus le lendemain, peuvent alimenter. Les archives anciennes en ont conservé peu de témoignages mais la mémoire orale a transmis nombre d’histoires sur ces vétérinaires, médecins, pharmaciens ou arracheurs de dents. Allix en a rapportées quelques-unes, le Musée Dauphinois, grâce à ses enquêtes orales, en a recueillies d’autres.

  • 8 A.D. Isère, 4U 321 et 4U 376.

13Ces tournées de plus ou moins grande ampleur traduisent aussi une différence de culture : plus le colporteur se rapproche du boutiquier sédentaire et plus il a, comme lui, besoin de tenir livre de compte et de dresser inventaire. Le colporteur qui lit mal, écrit mal ou ne sait pas compter est en revanche contraint de restreindre ses ambitions. Des deux porte-balle dont les dossiers de banqueroute sont conservés à Grenoble, le procureur impérial relève pour l’un, en 1852, qu’il sait à peine lire et écrire, qu’il n’a pas de livres de commerce, ne fait pas d’inventaire et ne tient aucune comptabilité « car il est impossible de décorer de ce titre un carnet informe qui se trouve entre les mains du syndic » ; et pour l’autre, en 1862, qu’il lit et écrit correctement mais que ses carnets sont tenus de façon irrégulière et incomplète8.

14A la fin du siècle, les archives militaires rendent compte de ces différentes catégories de colporteurs faméliques : les mendiants, les vagabonds, les colporteurs de faux savoirs et ceux qui, pour réussir quand même, se sont transformés en escrocs. Les condamnations disent cette délinquance des porte-balles sans terre. Ainsi ces faux médecins et pharmaciens sans titre, comme ce colporteur de La Garde, que nous suivons à partir de 1889 et qui parcourt la France. Il a alors vingt-six ans et va voyager dans les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime. L’année suivante, il fait sa tournée en Saône-et-Loire et dans l’Ailier. L’hiver 1891, il est dans le Gard, le Vaucluse et les Basses-Alpes. En 1892, dans le Cher, l’Indre et la Nièvre. En 1893 et 1894, il retourne dans l’Ailier : a-t-il eu le tort d’y venir deux ans de suite ? En juin 1894, il est condamné à six mois de prison par le tribunal correctionnel du Puy pour usurpation de fonction. Serait-il un de ces médecins charlatans dont l’histoire de La Garde a conservé maints souvenirs ?

15Plus précises sont les charges contre ce colporteur de Venosc, marchand ambulant dans l’Ardèche et la Loire : le 7 août 1871, le tribunal correctionnel du Puy le condamne à six mois de prison, 100 francs d’amende et quarante jours de contrainte par corps pour exercice illégal de la médecine et escroquerie. Trois ans plus tard, il a abandonné la médecine et la Loire, et c’est le tribunal de L’Argentière en Ardèche qui le condamne à quatre mois d’emprisonnement pour escroquerie. Arrêté deux ans plus tard, à Privas, en mars 1877, il est incarcéré à la prison centrale d’Embrun pour vol qualifié : il est condamné pour cinq ans mais y mourra au bout de quatre.

16Un colporteur d’Auris, né en 1856, dont la famille est originaire de La Grave, visite Vienne, Vesoul, puis est employé à Grenoble dans une maison de commerce en mai 1893. Un an avant, il avait été condamné par le tribunal de Barcelonnette à un mois de prison, 500 francs d’amende et aux dépens pour vol, complicité de vol et exercice illégal de la pharmacie. Il sera ensuite condamné encore deux fois par le tribunal correctionnel de Chambéry, en 1895 et 1897, à six mois de prison pour escroquerie. Il mourra à Grenoble en 1900.

17Un autre, né en 1856 à Oz, fait de la contrebande entre le Jura et la Suisse, et compte sur sa balle pour dissimuler ses activités. Couverture imparfaite, qui le fera condamner trois fois pour contrebande. En 1900, toutefois, il s’installe à Besançon. Il n’est plus colporteur ; reste-t-il contrebandier ?

18Les fleuristes ont aussi leurs voleurs et leurs ivrognes. Des quatre fils d’une même famille, un seul n’aura pas affaire à la justice. Nous le retrouvons, patente de marchand forain avec balle en règle, colporteur en 1890, mais un colporteur qui n’a pas grand chose ; un petit champ pour lequel il paye 69 centimes de contribution foncière. Colporteur fleuriste, il déclare un voyage en Hongrie en février 1880. Ses trois frères sont ivrognes, vagabonds, escrocs, et pire encore. L’aîné, né en 1848, voyage et est condamné, en août 1875, par le tribunal correctionnel de Lorient à quinze jours de prison pour outrage public à la pudeur. L’année suivante, il s’installe à Saint-Etienne. Le second, né en 1852, commence par voyager en France et s’installe à Paris en 1885. En avril 1883, il part à Buenos-Aires. En 1889, il est de retour à Venosc mais se fait condamner, en janvier 1890, à quatre mois de prison pour vol et, l’année suivante, à Orange, à trois mois pour escroquerie. A partir de 1894, il s’installe à Lyon comme employé dans un magasin de fleurs. Le dernier, Pierre, né en 1853, est à Reims en juin 1882, où il se fait condamner à trois semaines de prison pour outrage à agent, rebellion et ivresse. Sitôt sorti, c’est la cour d’assises de la Marne qui le condamne à cinq ans de travaux forcés pour incendie volontaire d’une maison habitée. Un de leurs cousins, qui se dit jardinier, est condamné trois fois en 1883 par le tribunal de Saint-Étienne, à huit jours de prison pour rébellion et ivresse, à quinze jours de prison pour bris de clôture et à un mois de prison pour ivresse. Blessé en 1889 à la jambe droite, il se fait réformer. Nous perdons alors sa trace.

19Seul un corporteur d’Huez va accomplir ses forfaits au lieu où tous colportent : dans le Jura. Il est d’Huez certes, mais sans traditions familiales puisqu’il est né à Grenoble en 1866 ; enfant abandonné, il a été placé dans une famille d’Huez. Lors de son incorporation, il déclare aux militaires qu’il est voyageur de commerce, mais il ne sait pas compter. Puis il quitte son régiment en avril 1888, est déclaré insoumis par la gendarmerie de Grenoble et condamné à deux ans de prison pour désertion. Amnistié en juillet 1889, il part à Vesoul. Nous le retrouvons encore deux fois, l’une à Grenoble en juillet 1894, où il est condamné à six mois de prison pour abus de confiance, et l’année suivante où la cour d’assises du Jura le condamne aux travaux forcés à perpétuité pour assassinat et vol qualifié.

20Si toutes les étapes vers la pauvreté et la délinquance sont représentées, ce sont toutefois les mendiants et les vagabonds qui sont les plus nombreux. Eux aussi évitent les lieux de tournées habituels de ceux de leur commune, et un colporteur de Saint-Christophe, qui dit régulièrement voyager dans les Hautes-Alpes ou le Var comme ceux de son village, se fait prendre en fait à Belfort, et condamner à six jours de prison pour vagabondage.

21Entrés dans la mendicité, ils n’en sortent plus et les condamnations sont nombreuses. Ainsi, ces deux frères de Mizoen dont l’un, né en 1866, est condamné sept fois entre seize et vingt ans par les tribunaux de Grenoble ou Chambéry à des peines allant de dix jours à un an de prison, pour vol et vagabondage et, la dernière année, pour vol et abus de confiance. Après son service militaire, il repart sur les routes de l’Isère, de la Savoie et des Hautes-Alpes et, de 1895 à 1905, il est arrêté quatre fois, encore pour vol, condamné à des peines allant de deux mois à un an de prison. Son frère, né en 1860, a lui aussi été condamné avant son service militaire à des peines allant de huit jours à huit mois de prison pour les mêmes motifs. En 1893, après son service militaire, il dit aller voyager dans le Var, mais disparaît : à partir de 1896, il demeure introuvable. Et Pierre, colporteur du Mont-de-Lans, né en 1851, commence comme beaucoup par être colporteur ; il voyage dans la Drôme et la Haute-Saône, puis il saisit l’occasion et se fait embaucher par la compagnie des chemins de fer du P.L.M. à Lyon pour trois mois ; il a alors trente ans. On le retrouve à quarante, condamné à six jours de prison pour mendicité. Mais la palme revient à ce colporteur du Bourg d’Oisans, inscrit maritime au port de Marseille, qui dit aux militaires qu’il est marin-marchand, et qui est condamné dix fois entre 1877 et 1882 par les tribunaux de Marseille, Béziers, Avignon, Toulon, Aix, Montpellier et Narbonne, à des peines allant de six jours à quatre mois de prison pour mendicité et vagabondage et, une onzième fois à Narbonne, à quatre mois de prison pour vol.

22La proportion de ces faméliques est toutefois faible : sur les 405 colporteurs que nous avons recensés dans les archives militaires, seuls 16 ont été condamnés pour mendicité ou vagabondage. En revanche, sur les 25 colporteurs du Bourg-d’Oisans, 2 sont des mendiants, mais 6 parmi ceux qui seront colporteurs toute leur vie sont condamnés pour vol ou abus de confiance. Le Bourg est déjà pour beaucoup, à cette époque, le lieu de la première émigration, et d’une première échappée hors des solidarités étroites du village. Ce sont justement elles qui dessinent la figure des colporteurs familiers.

Notes

1 R. BLANCHARD, « Le Haut-Dauphiné à la fin du XVIIe siècle, d’après les procès-verbaux de la révision des feux de 1700 », Revue de Géographie Alpine, III, 1915, p. 407 ; et JULLIEN, description manuscrite de l’Oisans, 1802, cité par A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., p. 766, note 22.

2 A.D. Isère, 4E 24 S11, Archives Municipales d’Auris, documents relatifs aux marchands colporteurs, XVIe et XVIIe siècles, documents du 11 juin 1642.

3 A.D. Isère, 4E 24 S11, Mémoire de la marchandise de Jehan Hostache et de Jacques Garden du 24 décembre 1654. Voir aussi M. LETONNELIER, « La « balle » d’un colporteur de Valbonnais en 1623 », Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d'Anthropologie, t. XXIX, 1936, pp. 60-61.

4 Musée Dauphinois ; M. Jean Orcel, enregistrement fait à l’Alpe d’Huez par Charles Joisten, le 25 juin 1974.

5 Idem et 4U 321, procès d’Auguste Bellet.

6 P. DELARUE et A. MILLIEN, Recueil de chants populaires du Nivernais, sixième série, Publication de la Section Nivernaise de la ligue de l’Enseignement, Nevers-Paris, 1947, p. 73.

7 J.-B. Perchaud, cité par L. CHEVALIER, Les migrants temporaires, op. cit., p. 437.

8 A.D. Isère, 4U 321 et 4U 376.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search