Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre IV. Côté colporteurs : les sauvegardes du métier

Texte intégral

1Face au bailleur de fonds et à ses agents, quelles sont les possibles défenses du colporteur ? Qu’il ait du bien ou qu’il n’en ait pas, quelles stratégies s’offrent à celui qui veut continuer à quitter, chaque automne, le village en marchand ? La première, on l’a vu, est d’emprunter ailleurs, d’emprunter partout où il le peut, dans et hors le village, en utilisant les sociabilités familiales, marchandes, villageoises, ou en entrant dans la clientèle des notables. Cette contrainte, née de l’impérieux besoin d’aller vivre ailleurs les longs hivers de l’oisiveté forcée, se transforme en âpre quête quand chancelle l’assise financière du marchand voyageur. Elle enferme alors le colporteur, sa famille et son village dans un réseau serré de dépendances financières, de solidarités obligées, de dissimulations prudentes. Ce sont elles qu’il faut maintenant identifier.

Secret et solidarités

2La première sauvegarde et précaution, la seule défense du colporteur face à un système usuraire fondé sur le renseignement, est le secret : secret sur les créanciers pour pouvoir emprunter à plusieurs bourses, secret sur l’état du patrimoine, surtout si celui-ci est grevé de dettes, pour trouver cautions et sources de financement. On imagine alors quelle atmosphère empoisonnée s’instaure dans ces communautés, où chaque confidence peut, parce que rapportée aux bonnes oreilles, se retourner contre celui qui l’a faite.

3Si les liens d’argent, si la conversation trahie ne mettaient en jeu, face aux colporteurs, que les « négociants-banquiers » et les notables, les tensions au village seraient plus claires, en opposant ceux qui ont le pouvoir de l’argent aux autres, mais tous sont, d’une façon ou d’une autre, des « négociants-banquiers ». Et par là cette société qui, de l’extérieur, paraît homogène, tant dans le statut que dans la richesse, faite de petits propriétaires exploitant leurs fonds, se révèle, vue de l’intérieur, minée par la méfiance, les coteries et les dépendances, quand bien même celles-ci ne reposent que sur quelques centaines de francs, mais quelques centaines de francs qui sont souvent toute une fortune. Toutes les relations villageoises sont marquées du sceau de l’ambiguïté. Ce sont des communautés où tout impose la solidarité, mais où celle-ci, qu’elle soit obligée ou spontanée, porte la marque du secret et de la défiance.

4Au premier rang des solidarités obligées : l’association qui est fille de la nécessité financière. La mise en commun des capitaux autorise pour certains une campagne de plus grande envergure, pour d’autres, la possibilité de partir au commerce.

  • 1 A.D. Isère, 4E 24 S1 1.

5Aussi loin que les textes nous permettent de remonter dans l’exercice du métier, on y trouve l’association sous toutes les formes possibles : la mise en commun de l’argent, avec distribution des bénéfices au prorata des sommes investies, mais aussi, comme dans un contrat d’association de 1631, un partage inégal des apports ; un partenaire fournit un cheval et quelque argent, l’autre son travail et des marchandises1.

  • 2 Document conservé au Musée Dauphinois.

6Les exercices d’école apprennent à résoudre les problèmes que pose l’association en fonction du temps qu’elle dure et des sommes mises en jeu. Ainsi, à Villeneuve-la-Salle, un cahier de Jean-Baptiste Bompard, fils de Jean Bompard, achevé le 28 janvier 1788, propose le problème suivant sous le titre de « règle de compagnie double ». « Trois marchands ont fait compagnie. De quoy le premier a mis 598 livres qui les reprend au bout de quatre mois, le deuxième a mis 748 livres qui les reprend au bout de huit mois, le troisième a mis 846 livres qui les reprend au bout d’une année trois mois. Ils ont eu 643 livres de gains. Savoir combien en aura chacun à proportion de la mise et du temps qu’ils ont tenu compagnie »2.

7Les lettres du gantier montrent que rares sont les marchands qui voyagent seuls. C’est associés le plus souvent avec un, voire deux membres de leur famille qu’ils partent : frères, cousins, beaux-frères... mais pas exclusivement.

  • 3 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit., pp. 17-18 et Mémoires de Jean-Pi (...)

8L’association commence dès l’apprentissage. Deux des colporteurs que nous suivrons plus loin dans leurs campagnes l’ont racontée : Jean-Pierre Magne, dans le récit de sa vie, et Félix qui narre, devant l’huissier du tribunal, celle avec Pierre, son neveu, qu’il attaque en justice3. Dans les deux cas l’enfant, dès quatorze ans, part avec son père ou son oncle, travaille, regarde, mais ne gagne pas d’argent puisqu’il n’en a pas mis au départ. Quand il pourra apporter sa part au capital, l’apprentissage sera terminé : vrai marchand, il partira associé ou, comme ils le disent, « en société ».

9L’histoire de Pierre, telle que la raconte Félix, nous le montre partant tout jeune avec son frère aîné porter la balle en France mais ne gardant rien des bénéfices puisque c’est le frère qui fournit marchandises et argent. Puis en 1848, Pierre est emmené par son oncle Félix en Espagne et s’initie aux voyages des fleuristes. Cette année-là encore, il ne touche pas à l’argent gagné, mais son oncle, pour le remercier, lui offre un costume et quelques pièces de cent sous. L’année suivante, satisfait du neveu, l’oncle l’emmène au Mexique comme marchand à part entière, et ils forment oralement une société de compte à demi : ils partagent les bénéfices. L’oncle se montre particulièrement généreux puisque, fournissant tout le capital, il accepte d’en partager les fruits. Plaidoyer de l’oncle qui se peint magnanime pour faire ressortir l’attitude honteuse de son neveu ? La suite du récit tendrait à le prouver qui montre que si l’oncle a emprunté l’argent (lui seul le pouvait, lui seul avait des terres), le neveu est tenu d’en rembourser la moitié, comme par exemple à Vera-Cruz, où ils achètent des foulards dont plus tard Pierre payera la moitié. Et leur livre de gravure, reconnaîtra Félix, qui leur avait coûté 800 francs, appartenait à la société. Vraisemblablement, leur société, comme toutes celles que nous avons rencontrées, était formée sur le principe d’une répartition des bénéfices proportionnelle à la mise de départ.

10Jean-Pierre Magne fait ses débuts avec son père, et une fois ce dernier âgé et malade, continue de voyager avec son oncle. Il reprend alors le fonds paternel et le met dans l’association. Il quitte son oncle après une seconde campagne désastreuse et, pour en payer les pertes, lui laisse ce qui lui reste de ce fonds ainsi qu’une reconnaissance de dettes de 600 francs. Puis il rêvera de lointain jusqu’à ce que son cousin, Pierre Oddoux, qui a déjà voyagé à l’étranger avec son père, accepte de partir en association avec lui.

11Mais l’association est très mal vécue. Dans tous les voyages qu’il a faits, Jean Pierre Magne la dénonce. Dès son premier voyage à l’étranger, qui le mène avec son cousin en Italie, à leur première halte à Milan, ils retrouvent un ami de leurs pères et « pour ne pas nous faire concurrence, nous nous étions associés ». Ensuite chacun se sépare : son cousin va directement à Venise et Trieste, lui et leur nouvel associé continuent de ville en ville, en Lombardie et au Frioul. « En quittant mon cousin, écrit-il, et restant avec notre nouvel associé, ancien voyageur et parlant assez bien l’italien, je pensais avoir de bonnes leçons de commerce, mais je ne fus pas huit jours sans être convaincu que je devais compter sur moi et non sur lui pour nos affaires, bien qu’il fut un parfait honnête homme, bon cœur mais pas marchand. J’aurais passé sous silence cette observation mais c’est pour prouver et prévenir mes enfants qu’on doit compter sur soi et non sur les autres pour ses affaires ».

  • 4 A.D. Isère, 11U 29 (10 novembre 1837).

12L’automne suivant, il repart avec son cousin vers l’Italie, et là, ils rencontrent de nouveau « deux autres voyageurs de notre commune qui arrivaient après nous sur la même direction, et croyant bien faire encore, nous [nous] associons tous quatre... Cette société nous rendit encore victimes comme la précédente ». Respectant les règles de l’association, ils dédommagent l’associé qui a perdu de l’argent, mais ils décident de n’en plus jamais prendre. Mais, fait troublant et qui en dit long sur la façon dont l’association était ressentie, Jean-Pierre Magne taira, dans la relation de ses voyages ultérieurs, celle avec son cousin. Pourtant des lettres de Nicolet, qui finance en partie leurs campagnes de commerce Outre-Atlantique, prouvent que cette association dure, même quand Jean-Pierre Magne prétend voyager seul. Il tait l’association, il oublie aussi d’en mentionner la rupture. L’affaire a pris une importance telle qu’elle conduit Oddoux à saisir, à la fin de l’automne 1837, le tribunal de commerce pour qu’il règle leur différend : il veut rompre l’association qu’il a formée avec Magne et un tiers, ce que Magne refuse4.

13La méfiance et le secret plantés ainsi au milieu de la relation villageoise exacerbent l’individualisme. Les mécanismes financiers avec tous les déséquilibres qu’ils ont sécrétés, transforment l’aventure colporteuse en aventure solitaire. Les colporteurs, mal installés dans leur tournée ou dont les affaires déclinent, taisent projets et étapes pour que le renseignement donné ne puisse être utilisé par leurs créanciers. Les grands fleuristes, par rivalité, en viennent aussi à taire le pays qu’ils ont choisi pour être sûr de n’avoir pas à partager la clientèle, riche mais peu nombreuse, à laquelle ils destinent leurs marchandises.

14Jean Pierre Magne, lors de son troisième voyage aux Etats-Unis en 1841, rencontre « trois concurrents qui à l’exemple des autres y allaient tenter fortune » et Magne, non seulement refuse l’association qu’ils lui proposent, mais aussi ne dit mot de la destination qu’il a choisie, laissant l’un aller à Philadelphie et les deux autres rester à New-York, pendant que lui, préservant son secret, se dirige sur Baltimore et la Virginie.

  • 5 Claude CHOUVIN, lettre du 20.11.1895, Musée Dauphinois.

15Claude Chouvin, un autre fleuriste dont nous suivrons les pérégrinations décide, en 1835, de partir seul. Il explique à son fils que Pellorce aurait aimé s’associer avec lui, « mais, ajoute-t-il, je n’y tiens pas, j’aime mieux partir seul... »5. Il part seul et refuse de dire où il va : « Je leur ai dit que j’allais où je suis allé l’année dernière et ils n’ont pas pensé au Chili... ». Claude Chouvin fait ses dernières campagnes seul, et même ne choisit sa destination qu’une fois les autres partis. Le secret s’étend au village où sa femme cèle, elle aussi, le pays où il est parti : il est au Salvador. Elle lui écrit au sujet d’un parent : « A lui, comme à tout le monde, je lui ai dit que tu étais dans les Antilles ». Quant à Louis Pellorce, autre colporteur fleuriste qu’elle rencontre à Bourg-d’Oisans et qui s’enquiert d’où est son mari : « Je lui ai dit que je ne me souvenais pas. Il aurait bien voulu savoir mais sois sans inquiétude sur ce sujet, personne ne le saura ».

16La deuxième des solidarités, obligées ou spontanées, s’est développée sous la pression des bailleurs de fonds : c’est le système du cautionnement. Mais cette solidarité se place aussi dans le contexte de ces liens d’argent multiples que l’on tâche de cacher. Elle est par excellence une solidarité forcée, une chaîne qui lie les marchands les uns aux autres, et par laquelle les alliances se nouent au gré des nécessités et au mépris de la cohésion villageoise.

17C’est la sollicitude du banquier envers Jean Ramel, caution de Laurent Balme, qui permet de mesurer cette multiplicité des liens d’argent et le secret qui les entoure, attestant du même coup toute l’ambiguïté de cette forme de solidarité.

18En 1833, Laurent Balme doit à Nicolet trois billets, l’un de 948 francs qu’il a réduit à 403 francs, un autre de 1.000 francs qu’il a réduit à 870 francs mais dont les intérêts à 7 % sont dus depuis deux ans, ce qui le porte en fait à 1.010 francs, et un troisième de 650 francs ainsi que les intérêts échus sur une obligation, qui se montent à 192 francs. Les deux derniers billets sont garantis par Jean Ramel, un des riches colporteurs fleuristes de Venosc.

  • 6 Célestine CHOUVIN, lettre du 18.1.1894, Musée Dauphinois.

19Au printemps de 1834, Laurent Balme a mis en vente une partie de ses biens que Joseph Ribot a achetée. Ce dernier est aussi caution et créancier de Pierre et Jean Bert de Venosc, autres colporteurs en difficultés. A l’occasion de la vente sont donnés les noms des derniers créanciers inscrits aux hypothèques : trois sont des notabilités uissanes, le notaire Berthou du Bourg-d’Oisans, le percepteur Bos et le greffier Arnol, respectivement pour 138, 257 et 305 francs, et le dernier est un fournisseur lyonnais de tissus et de bonneterie, la veuve Cambon pour 540 francs. Les autres créanciers sont des colporteurs dont Joseph Ramel, frère de Jean, que Nicolet essaye, en lui montrant l’ampleur des dettes, de conseiller au mieux de ses intérêts : « Maintenant, il ne faut pas vous le dissimuler, malgré tout l’intérêt que vous portez à Laurent Balme, il n’est pas moins vrai qu’indépendamment de toutes ces dettes inscrites, cet homme doit encore en dehors (...)6 ce qui m’engage à ne pas vous dissimuler les craintes que vous devez concevoir sur sa position ».

20Bien que Laurent Balme ait déjà vendu pour 5.800 francs de biens, cela n’a pas suffît à affranchir toutes les inscriptions, et Nicolet pense que d’autres ne vont pas tarder à venir : « Je vous invite à prendre les devants et à vous faire passer une vente de ce qui lui reste ou à tout le moins d’une portion valant au moins de 1.200 à 1.500 francs que vous ferez inscrire de suite avant qu’il n’y ait d’autres inscriptions afin de couvrir votre cautionnement. Dussiez-vous lui laisser le réachat à terme fixe, au moins par ce moyen vous serez à couvert... Le temps presse, hâtez-vous de faire cette acquisition, elle est utile à votre tranquillité ».

21De cette sollicitude de Nicolet, le motif est clair : c’est la caution qu’il ménage. Le conseil n’en est pas moins bien informé ; dès le mois d’août, Jean Ramel a eu connaissance de deux autres créances, formant un total de 1.200 francs, argent emprunté en Oisans là aussi, et les deux prêteurs s’apprêtent à acheter ce qui reste des biens de Laurent Balme. Une fois encore, Nicolet presse Jean Ramel de prendre les devants, et d’acheter lui-même ces biens qui restent.

22Il est rare que l’on ait un tel détail sur la multiplicité des emprunts et que soit aussi crûment montré les rapports qu’ils créent où le colporteur, qui accepte d’être caution, est ainsi joué par celui qui lui demande aide.

  • 7 A.D. Isère, 1J 927.

23Ce système du cautionnement n’en a pas moins deux faces lui aussi. Pour certains, c’est un moyen de s’enrichir à bon compte et d’acheter de la terre. Mais beaucoup ont cru rendre service et se sont fait duper, tel Jean Gourand dont on peut suivre l’histoire au travers de sa correspondance7. Jean Gourand a accepté de se porter caution d’un billet que Michel Arnol a souscrit auprès de la maison Druart frères, de Chalon, en échange des marchandises que cette maison lui a fournies pour sa campagne de 1857-58 : au total 1.590,80 francs. L’automne suivant, Michel Arnol n’a pas soldé son billet, et en octobre, la maison Druart enjoint Jean Gourand de faire payer Michel Arnol, à défaut de quoi elle se retournera contre lui qui est sa caution. Michel Arnol se refuse à payer, la machine judiciaire se met donc en route contre Jean Gourand. On imagine son désarroi. Il se tourne vers un de ses neveux, qu’il pense influent, pour lui demander aide ; celui-ci lui conseille de se résigner :

24« Mon cher Oncle,

25M. Rochette m’a fait part de la position fâcheuse dans laquelle se trouve votre famille relativement à l’affaire Druart de Chalon.

26J’ai fait ce que vous demandez : supplier M. Sorrel d’user de son pouvoir pour avoir un délai. Ce Monsieur a obtenu que la cause soit renvoyée à huitaine ; on ne pourra obtenir mieux.

27Je prends part à votre affliction mais c’est un de ces événements qui se produisent assez souvent dans la vie et qu’il faut savoir supporter avec résignation.

28Dévoué neveu Coche ».

29En janvier, Jean Gourand se rend à Chalon pour obtenir un arrêt des poursuites contre lui. Il verse 200 francs « acompte des intérêts courus sur une obligation en principal de 1.686,80 francs souscrite par Michel Arnol et garantie solidairement par ledit Gourand sans préjudice des frais faits contre Gourand ». Son fils raconte cette entrevue dans une lettre à sa mère. C’est accompagné de leur cousin Jouffrey, qui est maintenant marchand installé, que son père est allé à Chalon. La maison Druart les a renvoyés à leurs responsabilités : qu’ils se débrouillent avec Michel Arnol ; toutefois, s’ils devaient perdre de l’argent, elle leur ferait « une remise de quelque chose », mais qu’ils soient bien sûrs auparavant que Michel ne pourra pas remplir son obligation. « Si donc, ajoute le fils, il a quelque chose, nous le poursuivrons, s’il n’a rien, la perte est certaine ». Cette entrevue avait pour but d’arrêter les frais de justice et d’obtenir un délai. Son père, en versant un petit acompte, a obtenu un répit jusqu’en juin. « A ce temps, nous solderons ces Messieurs et tout sera fait ».

30Ces lettres nous montrent un Jean Gourand inquiet et secret : le commerce n’est pas affaire de femme, et la sienne se plaint de n’être même pas prévenue de ses intentions de voyage. Maintenant qu’il a mis sa famille dans un mauvais pas, elle laisse aller son désespoir ; en contrepoint, les certitudes de son mari vacillent. Le fils tente d’apaiser les parents : « En vous tranquilisant, dit-il en terminant sa lettre, vous me faites du bien et vous soulagez mon père seulement que le remords d’avoir toujours caché ses actions le quittera jamais ».

31Le 29 janvier 1859, le tribunal de commerce condamne Jean Gourand à payer « même par corps car les papiers montrent bien qu’il est caution de Michel Arnol » les sommes suivantes : 1.590,80 francs en capital, 62,93 francs pour l’acte de jugement et 338,70 francs d’intérêts.

32Un mois après, Jean Gourand écrit à sa femme : « Pour la mauvaise affaire de Chalon, nous écrivons de nouveau aujourd’hui à ces Messieurs pour leur demander s’ils ont écrit à Grenoble pour arrêter les frais », ce qui lui laisserait le temps d’achever sa campagne de commerce. Mais il ajoute : « Je ne doute pas que c’est l’huissier qui a fait cela pour avoir un plus grand bénéfice car c’est un voleur ». Il dit aussi le remords de s’être engagé comme caution, sans en avoir parlé à sa femme. « Ne vous tourmentez pas, écrit-il pour conclure, je prie le Bon Dieu, il nous aidera à sortir de ce mauvais pas... surtout à cause d’un vaurien de cette espèce ». Début mars, les frères Druart lui écrivent : « Ne vous tourmentez pas, ce qui a été fait était une formalité utile mais cela n’ira pas plus loin ».

33Deux univers financiers, deux façons de compter le temps donc. Pour le colporteur, ces six mois d’attente ont pesé lourd : « Est-il possible que mon bon cœur me cause tant de tourment et de peine ? », écrit-il à sa femme le 20 mars. Et ces 400 francs de frais et d’intérêts qui s’ajoutent à cette double campagne qu’il doit assumer ne sont pas petite chose. Or, au pays, l’année a été mauvaise : leurs deux vaches ont vélé mais les veaux sont morts ; seule la génisse toujours pleine leur laisse espoir. La période du retour est là, Jean Gourand ne remontera pas avec les autres : pour tâcher de gagner plus, il restera plus longtemps. En septembre, Jean Gourand verse à la maison Druart les « 102 francs, montant des dépenses faites contre lui comme caution de Michel Arnol ».

34Les papiers concernant cette affaire s’arrêtent là. Nous savons toutefois que, cette année-là, Gourand a eu du mal à rembourser ses propres emprunts, d’autant qu’il était déjà très juste d’une année sur l’autre. Le 12 mai 1858, il avait signé une reconnaissance de dettes envers la maison Royer et Couturat, à Avallon, de 1.000 francs, qu’il s’engageait à rembourser dans le courant de juin 1859, « valeur remise en marchandise et pour solde de tout compte avec intérêts à partir du 1er octobre 1857 ». En août 1858, il règle un billet de cette même maison, hors 40 francs d’intérêts et, en septembre 1859, son cousin, Julien Garnier, verse 500 francs, partie d’un autre billet échu deux mois auparavant ; quant aux 40 francs d’intérêts, un avis lui demande de les acquitter pendant sa tournée suivante, en janvier, chez M. Bazin, banquier à Lormes.

35La caution, obligeant la solidarité, induit ainsi la délation. Le colporteur n’est plus maître de sa destinée, elle est liée à d’autres familles, à d’autres patrimoines devant lesquels il devra rendre compte. Ainsi, dans l’hiver 1830-31, Jean-Louis Michel, associé à Claude Mathonnet, s’est fait embaucher chez M. Liauthaud à Nantes et n’est pas remonté au pays, laissant impayé un billet de 316 francs ; or ce billet est cautionné et par son ex-associé et par son propre frère, Jean-Baptiste. Tous deux ont continué le métier et ont dû renseigner Nicolet sur l’endroit où Jean-Louis s’était fixé. Le gantier peut écrire alors à Nantes pour demander à M. Liauthaud de le couvrir de cette somme : « ce qui serait bien et m’éviterait d’en venir à forcer les deux cautions ».

36Pour ces colporteurs modestes, qui ont souvent du mal, pour peu que l’année ne soit pas trop bonne, à payer leurs propres achats, la solidarité menace l’existence. En période d’expansion, les plus chanceux peuvent aider ceux qui le sont moins, mais que vienne la récession et c’est l’Oisans tout entier qui vacille. Le développement du cautionnement, liant les patrimoines les uns aux autres, fait que la chute des uns pèse sur les autres, introduisant un déséquilibre de plus dans les réseaux de relation. C’est ce système qui, à juste titre, est le premier refusé par les colporteurs. Ceux qui ont perdu l’associé, le frère ou l’ami, se rebellent contre ce deuxième coup du sort. D’autres à leur suite, comme François Pellorce et ses frères, qui n’acceptent plus cette solidarité obligée, atteignent le cœur du système mis en place par le banquier.

Les voies de la négociation

37Pour ceux qui ne réussissent pas leur campagne et se retrouvent l’été incapables de rembourser leurs emprunts de l’automne, le retour est difficile : ils doivent trouver un arrangement avec leurs créanciers, et aussi songer à préparer la nouvelle campagne. Certains, célant leur mauvaise fortune, peuvent continuer un temps, comme par le passé, à solliciter de nouveaux emprunts, à gager leurs terres sur de nouveaux billets. Ils ne sont pas rares ceux qui comme Laurent Balme ou Appolinaire Barthélémy réussissent à s’endetter pour deux, voire trois fois la valeur de leurs biens. Mais il est un jour où le soupçon prend forme, où la nouvelle de la faillite commence à circuler au village où finalement tout se sait, et à Grenoble où tout se transmet. De là, portée par le réseau des relations familiales, transmise par les alliés des créanciers lésés, la nouvelle gagne les autres villages montagnards, les autres villes d’approvisionnement.

38Les portes de la rue Saint-Jacques se ferment et chacun s’inquiète d’être payé. La perspective d’être saisi, dépouillé, voire chassé de sa maison est pour le colporteur la menace qui sous-tend toute négociation. Pour lui, la seule défense, le seul atout est son dénuement même, qu’il soit feint ou bien réel. La négociation débute toujours par une proposition de rabais formulée par le marchand défaillant.

39En face d’une telle demande, les créanciers sont embarrassés. Ils calculent la perte qu’elle représente, les frais de justice et, pour n’avoir pas à les supporter, ils tâchent de mesurer la valeur des biens présents et à venir du colporteur. Si Nicolet a la certitude qu’effectivement ceux-ci ne seront pas suffisants, il consent à un rabais de l’ordre de 5 à 10 %. Mais dans nombre d’affaires, il a dû accepter des pertes beaucoup plus fortes.

40Le frère d’André Pic, de La Grave, est mort en 1831 ; il devait 345 francs depuis le mois de novembre 1830. Nicolet accepte un délai jusqu’à la fin des arrangements de famille, et l’année suivante demande à Humbert de régler définitivement cette affaire et d’en tirer le meilleur parti. Peu avant, André était allé voir le gantier, lui proposant de se substituer à son frère moyennant une remise de 25 %. A ces conditions, il se chargeait de payer l’acte obligatoire.

41Les frères Berthet cadet ont demandé un rabais de 50 % et sans cautionnement. Humbert a réglé l’affaire à des conditions encore plus mauvaises : avec deux tiers de perte pour le banquier. Celui-ci s’en étonne : « C’est bien fort pour moi qui en suis pour une forte somme, celle de 2.166,29 francs... Veuillez m’assurer si tous les créanciers ont signé cet arrangement ».

42En janvier 1835, à Orléans, alors qu’il fait sa tournée, Pierre Carraud règle les 518 francs qu’il avait empruntés pour sa campagne précédente ; il lui reste les 260 qu’il avait pris en marchandises. Il écrit à Nicolet pour s’en excuser : il « a eu les fièvres », mais acquittera ses dettes lors de sa prochaine tournée. Histoire de gagner du temps car, le même jour, Nicolet apprend de l’huissier Humbert « que depuis peu, il est survenu quelques affaires contre ledit Carraud ». Immédiatement, Nicolet lui demande de l’assigner en paiement et de se faire inscrire aux hypothèques avant tout autre. L’année suivante, Pierre Carraud, poursuivi, doit vendre ses biens meubles. Il propose en même temps à Nicolet un « arrangement » consistant à ne lui payer que 25 % de ce qu’il lui doit. Nicolet le jette dehors : « Cette offre intempestive m’a tellement outré contre lui que j'e l’ai menacé de le mettre en prison et je l’ai renvoyé de chez moi comme un chien dans un jeu de quilles... ».

43Ces demandes de rabais recouvrent en fait deux desseins différents. Dans le cas d’André Pic, il s’agit de se substituer à un frère parce que le déshonneur d’un membre d’une famille rejaillit sur celle-ci tout entière. Pauvre lui-même, il demande à Nicolet de ne pas lui demander plus qu’il ne peut donner. Le banquier est sensible à cette attitude, conforme à sa morale et aux lois qui régissent sa pratique commerciale. Mais la morale familiale ancienne est en train de s’effriter : assumer les coups du sort ou la déchéance des proches est refusé par plus d’un, tel Jacques Collomb qui refuse de reprendre à son compte les dettes de son frère mort en tournée, bien que l’un et l’autre aient eu l’habitude de partir ensemble, associés.

44En revanche, Pierre Carraud et les frères Berthet ont enfreint les règles tacites, ils ont. joué au-delà de leurs moyens, ont perdu, et tentent de gagner encore. Nicolet accuse Carraud de vouloir « rançonner ses créanciers ». Des frères Berthet, il se demande ce qui a pu les conduire à « perdre leur honneur et leur crédit ».

45Sous le désir de ne pas faire de rabais, il y a bien sûr le désir de ne pas perdre d’argent (quoiqu’un rabais consenti à temps puisse éviter d’en perdre plus) mais il y a aussi la crainte que cette habitude ne serve d’exemple à d’autres.

46La partie qui se joue entre Nicolet, d’une part, François Pellorce et son beau-frère Sciaud, tous deux du Freney, de l’autre, dans les années 1829 à 1838 se construit sur cette tension.

47Au départ, François Pellorce ne solde que les trois quarts d’un billet de 400 francs, à son retour du commerce en mai 1829. L’année suivante, associé à son beau-frère, ils empruntent 1.000 francs pour leur campagne commune. Promesses et délais mènent jusqu’au printemps de 1833 où François Pellorce, au retour du commerce, s’arrête chez le gantier en compagnie de ses deux frères cadets. Là, malgré les menaces, il refuse de payer quoi que ce soit, même les 100 francs, qui avec le temps, sont devenus 136, qu’il avait empruntés, seul, en 1829. Il demande un délai d’un mois. Nicolet, qui a dans ses mains un jugement contre Pellorce et Sciaud, écrit à Gaston, stigmatisant « la mauvaise foi », « la conduite tortueuse » de François Pellorce qui donne le mauvais exemple ; mais il est toutefois soucieux de ne pas engager de frais pour rien : « Je désire avec urgence être bien informé si ledit François Pellorce possède en propre ou en particulier des biens au-dessus de cette valeur de 1.000 francs. Dans ce cas, je serai bien aise de faire mettre à exécution ce jugement attendu que je reconnais en lui l’intention d’éluder autant qu’on ne le poursuivra pas ». L’été suivant, François Pellorce se refuse toujours à solder ses billets, mais Nicolet sait qu’il a de quoi payer. Il intime alors à Gaston de « les poursuivre sans ménagement, François Pellorce n’en mérite pas ». L’affaire traîne encore trois ans. En 1835, Gaston signifie donc un commandement de payer aux deux associés, qui n’est toujours pas suivi d’effet en 1837.

48Ce n’est qu’en 1838 que l’affaire se règle, relancée par la mort du père de François. Ce dernier n’accepte de rembourser que si Nicolet lui accorde un rabais ; il propose de ne donner que 700 francs. Tout ce temps perdu de la part de Nicolet met en lumière la difficulté centrale, qu’étaye un grand nombre de courriers entre le banquier et son huissier, réitérant toujours la même demande : « Renseignez-vous bien sur les moyens de François Pellorce ». C’est que, malgré toutes ses complicités, il lui est très difficile de savoir ce que possède exactement un colporteur.

49Nicolet refuse bien sûr le rabais que demande François Pellorce. Il a refait ses comptes : en mai 1830, le capital du billet de Pellorce et Sciaud s’élevait à 788,57 francs, et les intérêts pendant huit ans et les frais se montent à près de 500 francs. Le rabais lui paraît trop considérable : « Je préfère encourir la chance des expropriations et supposer que Sciaud n’ait plus rien ; je me retourne sur les biens de François Pellorce que je pense devoir être plus que suffisants quand même il n’aurait rien d’autre que ce qui lui est revenu de son père », écrit-il à l’huissier du Bourg-d’Oisans. Il craint toutefois que les biens de François Pellorce ne soient déjà grevés de dettes, y compris ceux dont il vient d’hériter, ce qui le pousse finalement à accepter un rabais : il se contenterait de 900 francs qu’on lui payerait de suite, voire même dans l’année, auquel cas il demande aussi 63 francs d’intérêts et la garantie de deux bonnes signatures. Il termine sa lettre en dramatisant le compromis : « Faites-lui peur de la prise de corps », et, ne perdant pas de vue l’expropriation, il demande encore qu’on l’assure qu’il a suffisamment de biens : « Parlez-en à M. Argentier, il vous fera connaître ses ressources ».

50Mais le lendemain il se ravise : s’il accepte un tel abandon, il craint que le précédent ne fasse boule de neige : « Ce que je vous ai écrit hier me semble un abandon trop fort car, à ne compter que sur la somme de 750 francs... je trouve que les 750 francs pendant huit ans donnent à raison du 6 % seulement un intérêt de 445 francs », s’y ajoutent 85 francs de frais, ce qui fait monter la dette à 1.280 francs. La réduire à 900 francs lui paraît une trop grosse perte, mais aussi un trop mauvais exemple : « Plus encore, nous devons réfléchir sur le mauvais effet que cela produit sur toutes mes créances en général ; déjà, plus que jamais je vois la mauvaise foi où les exigences se manifestent par différentes personnes qui me doivent. Tous viendraient après avec des propositions de rabais et se laisseraient poursuivre, ensuite pour toute fin, ils demanderaient des rabais. En conséquence, c’est bien assez de perdre avec qui n’a absolument pas les moyens de payer intégralement mais celui qui a les moyens, il faut les épuiser ; d’ailleurs nous ne demandons que ce qui nous est bien légitimement dû... ».

51Dans cette période de crise, où les fondements de la morale commerciale sont remis en cause par certains, et où l’argent manque, Nicolet veut faire un exemple ; déjà, les frères de François Pellorce n’acceptent plus d’être liés par leurs biens quand ils acceptent de se porter caution d’un marchand qui ne peut pas honorer sa signature : « et j’en ai la preuve par les raisonnements de ses frères surtout de Pierre à qui j’ai défendu l’entrée de ma maison à cause de ses conseils de ne payer que ce qu’il doit et non ce qu’il a cautionné ». Donc, pas de rabais, écrit-il à l’huissier, à la rigueur un abandon de 100 francs. La discussion a dû être âpre entre l’huissier et François Pellorce si l’on en juge par ces quelques lignes que Nicolet envoie à son huissier quelques jours après : « Je suis au désespoir de vous contrarier mais vous voyez combien ma créance s’est accrue par la longueur du temps... comme concession de 1.350 francs, allez à 1.200 francs et dans le débat ayez l’air de prendre sur vous de lui diminuer encore 100 francs... Faites-lui peur de la prise du corps ».

52Effectivement, l’exemple est contagieux. Antoine Pellorce, beau-frère de François, demande lui aussi un rabais, et Nicolet vient de recevoir des frères Jacques, Laurent et Ambroise Arnol, de Bons, une lettre de supplication : « et auxquelles deux lettres je ne réponds pas, et si j’avais à écouter la supplique, ce serait plutôt en faveur de ces derniers... Mais pour les Pellorce frères et beau-frère à François, j’ai été témoin des mauvais conseils qu’on lui donne, ceci joint à sa mauvaise volonté encourage sa résistance. Maintenant, tous nos arrangements vont dépendre s’il y a ou non de prise sur François Pellorce. C’est pourquoi je vous prie vous renseigner d’une manière bien positive... ».

53L’affaire s’est finalement réglée puisque Nicolet n’en dit plus rien. De cette famille non plus, nous n’entendrons plus parler.

54Coupé des circuits de financement, que reste-t-il au colporteur ? Sans doute rien, hormis émigrer. Toutefois, les lettres de Nicolet montrent que certains, laissant passer le temps, pouvaient repartir. Ainsi Augustin Barelle, du Lauzet, dans la vallée de la Guisane. En 1835, il doit au gantier un billet de 756 francs depuis cinq ans. A cette époque, sa famille cherche à l’affranchir de toute dette. En 1830 donc, Augustin Barelle n’a pas remboursé son billet mais payé les intérêts à venir. Nous savons que Nicolet n’en demande pas plus puisque ce sont les intérêts qu’il craint le plus de perdre si la justice intervient. Mais l’année suivante, ce colporteur « fut saisi et dépouillé par des négociants de Lyon, après quoi il a fini par s’engager ». Tous les billets n’ont pas pour autant été retirés et, quatre ans après, son frère Joseph vient trouver Nicolet, en rentrant du commerce, pour lui proposer de retirer le billet d’Augustin « moyennant la perte de 2/3 disant que c’est ainsi qu’il vient de traiter avec plusieurs autres créanciers ». Nicolet charge Humbert de régler l’affaire : « Je viens à vous, mon cher ami, pour vous prier d’avoir la bonté de voir ces messieurs et traiter avec eux en les amenant à partager, c’est-à-dire 50 % et encore le faire de manière à ce que ceci n’aille pas aux oreilles de personnes car c’est un exemple bien funeste auprès des personnes qui me doivent beaucoup et qui sont toujours prêtes à mal faire ». Puis Nicolet explique ce qu’il devine dans ce brusque désir de la famille : « Sans doute cette famille possède quelques moyens. Ils vont faire sortir ledit Augustin de la troupe, ensuite lui donner les moyens de recommencer son commerce mais avant, l’on veut l’affranchir de toutes dettes ».

55Le marchandage commence l’été suivant, Nicolet ne veut pas descendre au-dessous de 300 francs : « Dans le cas où il se refusera à ce dernier arrangement, vous lui direz que je préfère attendre le moment où il pourra jouir de sa légitime pour me faire payer intact tout ce que son frère me doit capital et intérêts ainsi que les frais que je vais être obligé de faire pour me mettre en sureté ». Mais en post-scriptum, Nicolet ajoute : « Finissez-en sauf si vous êtes informé que les biens qu’il est susceptible de recevoir de son père seraient assez considérables pour nous donner espoir de ne rien perdre. Traitez et faites-vous donner vos honoraires ; ce que vous ferez sera bien fait ». Un mois après, Humbert avait traité pour la somme de 230 francs : Nicolet a perdu plus des trois quarts du capital originel, et le colporteur est prêt à un nouveau départ.

56Mais pour la plupart, l’ultime recours c’est s’enfuir. La correspondance est pleine de ces fuites, au point que la formule épistolaire en est ritualisée : « Dites-moi ceux qu’il y aurait du danger à attendre plus longtemps ». Parmi ceux qui partent ainsi, il y a ceux qui s’échappent et vont se perdre dans la ville anonyme, comme Michel Fontan, colporteur originaire de La Grave, né en 1856, mais marié à Auris, qui disparaît dans les années 1880, abandonnant femme et enfants. Il y a aussi ceux qui se font embaucher ailleurs, comme Pierre Hostache, qui a trouvé du travail dans la construction des fortifications de Grenoble ou Jean Martin qui est devenu garde-champêtre, ne supportant plus cette vie, où les revenus doivent une trop grande part à la chance.

L’ultime recours : la faillite frauduleuse

57Le colporteur qui réussit à s’entendre avec ses créanciers sait que les portes du crédit lui seront, pour un temps au moins, fermées. Or, comment partir ? Comment payer sans tendre la main les frais obligés de voyage et d’auberge ? Comment reconstituer le minimum d’avoir nécessaire au commerce ?

  • 8 A.D. Isère, 1J 829, 4U 321 et 4U 376, procès d’Auguste Bellet et d’André Reymond.

58Deux histoires qui se sont achevées en faillites frauduleuses éclairent cet ultime recours en même temps qu’elles nous montrent, passé le temps de Nicolet, la transformation des rapports marchands entre colporteurs et bailleurs de fonds. Deux histoires qui pour les colporteurs ont mal tourné. Pourtant l’analyse des pièces judiciaires montrent que leur stratégie n’était pas folle, qu’elle aurait pu réussir comme elle avait déjà réussi à l’un d’entre eux, une fois au moins8.

59Le premier, André Reymond est né avec le siècle. A trente ans, il épouse Anne-Marie Pellorce, fille et sœur de colporteur fleuriste. Elle apporte en dot plus de dix mille francs d’immeubles et de créances. Lui a attendu la mort du père et les cinq mille francs de sa part d’héritage pour se marier. Il est déjà dans le commerce et, aux dires de sa femme, « semble prospérer ». Mais, à peine marié, ses affaires vont mal et il se trouve incapable de rembourser, en 1835, les sommes que Nicolet lui a avancées. Il y réussit toutefois malgré le gantier qui le soupçonne de faillite frauduleuse. En effet, en 1837, il vend son bien à son épouse - c’est à cette occasion que Nicolet hésite à acheter lui-même ces terres — et celles-ci ainsi mises à couvert, il négocie et obtient quelques mois plus tard un arrangement avec ses créanciers.

60Ses affaires réglées, il retourne au commerce, et pour faire oublier son passé, change de fournisseurs et de tournée : il abandonne la région d’Auxerre pour celle de Châlons. Nous le perdons alors de vue jusqu’en 1852 où il recommence, en Bas-Dauphiné cette fois-ci, autour de Voiron, Rives, Le Grand-Lemps et Beaucroissant, et chaque nouvelle tournée lui fait taire les précédentes : ainsi, en 1860, il dit qu’il n’exerce le commerce que depuis huit ans. Cette même année, ses affaires périclitant à nouveau, il cherche encore à obtenir de ses créanciers un arrangement semblable au précédent. L’affaire est sur le point de se conclure, son épouse 95 acceptant une fois encore de laisser entamer son patrimoine pour offrir les 40 % requis et ce, malgré le refus de son frère Laurent Pellorce de cautionner l’affaire. Mais, à la stupéfaction de l’avoué, l’un des créanciers s’y refuse. Maître Dupuis lui a pourtant fait mesurer la perte d’argent qui s’en suivra pour tous s’il porte l’affaire en justice. Le négociant lyonnais persiste : il veut, dit-il, « le faire mettre en faillite, le faire incarcérer, ne fût-ce que pour donner l’exemple ». Il lui reproche un double refus : refus de justifier les trois mille francs d’une augmentation de son passif apparus entre les mois d’août et de janvier, refus de faire dresser inventaire de ses biens. Reymond, poursuivi pour banqueroute simple, est toutefois acquitté le 10 juillet 1861. Ses créanciers qui ont perdu doivent se contenter dès lors du 17 %.

61L’affaire en serait restée là, et le colporteur se serait trouvé libre de recommencer encore, si Maître Dupuis n’avait pas dû prévenir la gendarmerie de l’Isère que Reymond, devant l’échec du compromis, s’était enfui. Ce dernier toutefois s’est rapidement ravisé et laissé arrêter. C’est ainsi, qu’un an après son procès, en janvier 1862, alors qu’il était retourné au Grand-Lemps pour annoncer à l’aubergiste chez lequel il avait laissé des marchandises en dépôt « qu’il avait réglé toutes ses affaires et que d’ici peu de temps il repasserait au Rivier avec son gendre et qu’il vendrait des marchandises comme par le passé », qu’un des brigadiers de la gendarmerie de Rives apprend « indirectement » que « ce même individu » qu’il avait vainement cherché un an auparavant avait « il y a environ quinze mois, passant dans un hameau isolé de la commune de Rives, déposé chez un nommé Alex, cultivateur, deux ballots de marchandises ». Pour le gendarme, Alex n’est pas complice : c’est un homme de près de quatre-vingts ans qui « voyant un temps si long s’écouler à fini par soupçonner son entreposeur de paquet d’être quelque chose de moins qu’un honnête homme ». Cette première cache découverte, l’aubergiste dévoile que lui aussi détient des ballots appartenant à Reymond. Le brigadier écrit au procureur impérial, une plainte est déposée et Reymond est poursuivi, cette fois-ci pour banqueroute frauduleuse, et condamné le 6 mai 1862.

62Dix ans auparavant, une affaire semblable avait été portée à la Cour d’assises de Grenoble. Auguste Bellet, né en 1815 au Mont-de-Lans, voyage depuis huit ans autour de Pouilly dans la Côte-d’Or. En juin 1852, il rentre au pays après avoir fait pour la deuxième année consécutive une mauvaise campagne. Il ne se résoud pas à retourner en Oisans fort seulement de 1.500 francs de dettes et, refusant l’échec, simule le succès. Laissant sa balle au plat pays, c’est en charrette qu’il fait son entrée au Mont-de-Lans. On l’admire, le complimente, le taquine aussi pour voir et savoir. Michel Oddoux s’offre à lui faire vendre avantageusement son cheval car comment imaginer que Bellet le garde, lui qui depuis cinq ans n’arrive pas à rembourser les cinq cent francs qu’il a empruntés à Oddoux. Sous le maquignon, Bellet entend le créancier : « Tu n’as, répond-t-il, qu’à remuer le petit doigt et je te rembourserai ». Oddoux le prend au mot et le lendemain, la dette est éteinte. Si la réussite d’Auguste fait la conversation de tous, les yeux du village ne le quittent pas et c’est ainsi que dès le lendemain soir, on sait : « Bellet avait emprunté l’argent d’Hugues pour me payer. J’ai su, dira Michel Oddoux, que le même jour il était allé chez Maître Argentier, notaire au Freney, consentir au profit d’Hugues une obligation pour une somme importante ». Et il ajoute : « J’ai ouï dire que Bellet n’était pas envers Hugues débiteur de toute la somme portée dans l’obligation ; mais, quant à moi, je n’en sais rien ».

63Ainsi Bellet sera d’abord soupçonné puis accusé « de s’être, étant commerçant failli, reconnu frauduleusement soit par acte public soit par son bilan débiteur de sommes qu’il ne devait pas ». Effectivement, Bellet a consenti au profit de son beau-frère une obligation égale à la valeur de ses biens mettant ainsi ceux-ci à l’abri des poursuites de ses créanciers. C’est ce que fera Reymond en vendant les siens à son épouse. Une telle pratique, à la lecture des lettres de Nicolet, semble très répandue et la crainte que les colporteurs ne l’utilisent « pour le frustrer » hante toute sa correspondance. A juste titre d’ailleurs, car pour Bellet comme pour Reymond, la cour rejettera l’accusation. Et pourtant, pour Bellet, les présomptions sont fortes, aggravées par les dires de Maître Argentier qui inscrit au bas de l’acte que la remise d’argent s’est faite « hors la vue du notaire et des témoins », et par les contradictions que le juge a relevées dans les dires de Bellet et de son beau-frère sur l’utilisation de cet argent.

64Immédiatement après avoir mis son patrimoine à l’abri, Bellet retourne à Lyon et arrête sa charrette devant ses fournisseurs habituels, au moins devant ceux dont il a jusqu’alors honoré les créances. Comme cette année il mène grand train, ces maisons acceptent de lui fournir plus de marchandises. Mais Bellet en veut plus encore. Il profite du passage d’autres colporteurs pour s’introduire en même temps qu’eux chez des négociants qui ne le connaissent pas mais l’acceptent parce qu’ils le voient en compagnie d’autres en qui ils ont la confiance. C’est alors que ses malversations sont portées à la connaissance de ses fournisseurs. Ils en sont informés par les colporteurs et par un ancien du Mont-de-Lans devenu négociant à Lyon, Pierre-Etienne Pellorce. Ce dernier, comme tous les émigrés uissans, s’il aide les colporteurs en leur consentant de plus grands avantages et s’il fait beaucoup d’affaires avec eux, est aussi mieux renseigné sur les affaires du pays. Bellet a tenté de le tromper comme les autres et peut-être même plus. Alors qu’il lui devait déjà cinq cents francs, il a néanmoins tenté de se fournir chez lui pour une grosse somme. Pellorce, déjà au courant de l’obligation que le colporteur avait souscrite, n’a accepté de le fournir que pour 132 francs de marchandises et, à son tour, a mis en garde les maisons de commerce. Il a proclamé que, Bellet, endetté, a mis ses biens à couvert et qu’il achète de grandes quantités de marchandises partout où il le peut. De fait, Bellet a acheté à l’automne pour dix mille francs de marchandises chez seize négociants à Lyon, cinq à Dijon et trois à Chalon. Dettes anciennes et nouvelles se répartissent ainsi : neuf créances autour de cent francs, six autour de deux et trois cents francs, quatre autour de cinq et six cents francs et cinq entre huit et onze cents francs.

65Ainsi fourni, Bellet part faire sa tournée en compagnie de son frère. Bizarre tournée, au demeurant, qui consiste à déposer partout où il le peut des caisses et des ballots laissant pour consigne tantôt de les remettre à son frère à son passage, tantôt de n’en souffler mot et d’attendre qu’il vienne lui-même les reprendre.

66Quelques fournisseurs ont toutefois demandé à Bellet à être payé au plus vite, avec « le premier argent ». Ce « premier argent » est celui que le colporteur touche dans les premiers mois de sa campagne quand il se fait rembourser les achats de la tournée précédente. Ainsi, à la fin de l’automne, les premiers billets arrivent à échéance mais Bellet ne les honore pas. Cependant, inquiet, il se rend chez un avoué dijonnais et le questionne sur les risques qu’il encourt à laisser ainsi les dettes s’accumuler ; il lui fait part aussi de son désir « de passer à l’étranger ». Le 12 janvier arrive le billet d’un fournisseur lyonnais auquel il doit, entre ses achats impayés de l’année passée et ceux de l’automne, 1.100 francs. Ce négociant, quand son billet lui revient protesté de Dijon, part en toute hâte pour cette ville à la recherche de son homme. Il n’y est plus mais le marchand n’a pas perdu son temps : il a fait la connaissance de l’avoué que Bellet a consulté, qui s’est fait un plaisir de dévoiler les secrets entendus en son cabinet, et d’un épicier que Bellet a aussi trompé. Le Lyonnais lui remet ses titres et le Dijonnais se charge, puisqu’il est proche des villages où Bellet fait sa tournée, de le retrouver et de le faire saisir ainsi que ses marchandises.

67L’épicier porte plainte et mène l’enquête : il fouille la campagne, visite les auberges, demande aux messagers et aux conducteurs de dépêches de lui donner tous les renseignements qu’ils pourraient obtenir sur Bellet. Le plat-pays, ainsi mobilisé par l’énergie d’un des siens, ne protège pas le colporteur. Au contraire, il aide à le retrouver : l’aubergiste auquel Bellet a demandé de dire qu’il ne le connaît pas si un billet arrive pour lui, rapporte ses dires en même temps qu’il retourne l’effet de commerce. De même, des aubergistes de Dijon ont informé l’épicier que le colporteur était retourné dans la ville, en évitant bien sûr la halte promise pour s’acquitter, et l’avoué qui refusera au tribunal de prêter serment et de « dire ce qui lui a été confié dans le secret du cabinet », a auparavant largement divulgué ses informations. Par l’intermédiaire des conducteurs de dépêches, les avis de recherche sont vite propagés et les caches de Bellet découvertes.

68Seule une maison le protègera : à Lusigny celle où ses deux oncles et sa tante sont installés. Ils y sont depuis sept ou huit ans et ont investi là l’argent gagné au loin dans le commerce des fleurs. Mais ils restent des étrangers et l’huissier qui se rend chez eux regrettera de n’avoir pas eu un mandat l’autorisant à perquisitionner : « suivant la notoriété publique, [il] aurait du m’amener à un résultat avantageux ». Emportées peu après par le frère d’Auguste, les marchandises que la famille a protégées ne seront, comme ce dernier, jamais retrouvées.

69Pendant ce temps, Bellet a déposé son bilan. N’y figurent que les marchandises saisies en même temps que lui à Pouilly. Les caches qui furent ensuite découvertes ont entraîné sa condamnation le 26 août 1862 pour banqueroute frauduleuse. S’il a perdu pour avoir joué trop gros jeu, il a toutefois sauvé son patrimoine.

70Si Bellet et Reymond s’étaient contentés de liquider leur passif, même en soustrayant leur patrimoine, ils auraient réussi, mais ils ont eu le tort de vouloir se constituer un nouveau capital de départ et de faire confiance, pour cela, au pays de leur tournée. Sans doute croyaient-ils être acceptés, comme chez eux, dans ces villages qu’ils fréquentaient depuis huit ans. En fait, ils ne l’étaient pas.

71Le réseau d’informateurs que Nicolet avait mis en place en Oisans rendait plus difficile cette stratégie de la faillite volontaire. Nicolet disparu, la liberté de manœuvre du colporteur se trouve extraordinairement accrue, puisque le système de renseignement s’effrite faute d’être entretenu. La tâche, on l’a vu, est énorme et seuls des hommes dont l’essentiel des revenus provient du prêt au colportage peuvent consacrer le temps nécessaire à ce travail de fourmi qu’est la connaissance de la forêt des homonymies et des familles uissanes. Or, de plus en plus, les affaires traitées avec les marchands des montagnes sont peu de choses par rapport au commerce ordinaire des négociants. Les dépositions de ces derniers lors de ces deux affaires de banqueroute traduisent clairement la marginalisation de cette forme de commerce et révèlent, derrière le cas particulier, leur pratique ordinaire de bailleurs de fonds.

72En apparence peu de choses ont changé. Comme dans la première moitié du siècle, le colporteur achète ses marchandises à crédit et rembourse à son retour de campagne. On remarque cependant plusieurs évolutions : d’abord les sommes mises en jeu dans les transactions sont de plus en plus petites, entre cinquante et cent cinquante francs : soit en moyenne moitié moins que dans les opérations financées par Nicolet. Ce peu de marchandises, comme le relève le syndic de la faillite de Reymond, les colporteurs le payent très cher : « Reymond faisait le commerce dans de mauvaises conditions : il achetait, ainsi que le font tous les colporteurs à des prix trop élevés ». Un autre syndic donne des chiffres : presque tous doivent se contenter de rabais de 2 à 5 % maximum. Seuls les très gros et ceux qui payent comptant peuvent espérer 10 %. D’autre part, l’exigence de cautionnement devient plus rare : un seul créancier accepte de fournir plus de marchandises à Reymond si le gendre de celui-ci, considéré comme « très solvable », cautionne le billet.

73Si plusieurs années de suite, le colporteur rembourse avec exactitude, le négociant peut lui consentir un crédit plus fort, voire lui prêter quelque argent pour vivre pendant sa tournée. Mais il demande, dans ce cas, à être remboursé plus vite, « avec le premier argent » celui qui, compte tenu des pratiques commerciales du colporteur, fait rarement défaut. Ainsi, le négociant tente de limiter les effets de sa désinformation en minimisant ses risques : il vend peu, il vend cher et il peut espérer qu’une partie au moins de ses créances lui sera remboursée. Le colporteur qui joue le jeu est ainsi placé dans une situation difficile : avec des marges bénéficiaires si ténues, chaque campagne réussie est un exploit.

74Par ailleurs, dans la mise en relation entre colporteur et fournisseur, à côté de l’habitude ancienne du « parrainage » du nouveau venu par des colporteurs déjà introduits, une nouvelle pratique se met en place : les bons renseignements ne sont plus seulement donnés par ceux « de là-haut » mais de plus en plus par ceux de la plaine. Les maisons de commerce mettent sur pied à cette époque un réseau de « voyageurs » qui prospectent pour elles les boutiques de la campagne. Ces voyageurs entrent ainsi en contact avec les marchands ambulants qui parcourent les mêmes régions, et les retrouvent le soir à l’auberge. Dans le procès contre Reymond, presque la moitié des négociants sont entrés en relation avec lui parce que leur « voyageur » a eu au plat-pays « de bons renseignements sur lui », parce qu’« il [y] jouissait d’un certain crédit ». Ainsi, c’est la réputation du colporteur dans sa tournée et non plus en Oisans qui, de plus en plus, ouvre les portes des fournisseurs ; en 1862, ils sont cinq, soit près d’un sur deux, à être entrés ainsi en contact avec Reymond. Aucun n’avait connu Bellet de cette façon.

75Enfin, si le colporteur ne rembourse pas ses emprunts, les négociants ne tentent aucune démarche pour récupérer leur créance car c’est sans illusion que les négociants lui prêtent. Ils n’ont d’ailleurs pas tort comme les quelques dossiers de faillite de colporteurs conservés aux archives du Tribunal de Commerce de l’Isère l’attestent : les dossiers sont vite clos « pour insuffisance d’actif » et les avoirs ne couvrent pas même le plus souvent les frais de justice. Les colporteurs le savent, et c’est sur cette situations qu’ils comptent pour se tirer de leurs mauvaises affaires, pour obtenir un arrangement, voire pour se constituer un petit avoir qui leur facilitera une nouvelle mise en route. Le syndic qui s’occupe de la banqueroute de Reymond le dit clairement : « En peu de temps, Reymond a reçu de Lyon pour presque 8.000 francs de marchandises. Il s’est adressé à onze maisons : divisant ainsi ses demandes, il était assuré de réussir et de les recevoir ». Dans le cas de Reymond, seul un négociant grenoblois part à sa recherche, le retrouve au Grand-Lemps et se satisfait du remboursement de l’argent qui lui est dû. Le Lyonnais qui le fait mettre en faillite pour l’exemple a bien failli, lui, outre l’argent perdu, n’avoir pas même la satisfaction de voir le colporteur puni. Dans l’affaire Bellet, sur les vingt-trois négociants trompés, deux seulement ont bougé. Mais, à l’un des deux, entre les effets de la tournée précédente et les achats de l’automne, le colporteur devait 1.100 francs.

76Dans leur déposition, les autres fournisseurs expliquent les raisons de leur passivité alors qu’ils savaient tous que Bellet les escroquait délibérément, tel ce confiseur de Lyon qui accepte au mois d’octobre 1851, parce qu’il est en affaire avec Bellet depuis deux ans, de lui fournir pour cinq à six cents francs de chocolats (deux fois plus que l’année précédente) à la condition toutefois qu’il accepte de raccourcir le délai de remboursement et de le payer avec ce fameux « premier argent ». Bellet qui acquiesce s’engage à le rembourser le mois suivant chez un aubergiste de Dijon. A la date prévue, l’effet revient non seulement protesté mais l’aubergiste informe aussi le confiseur des mauvaises intentions de Bellet en lui rapportant ses paroles : « Si l’on vous présente des effets souscrits par moi, vous répondrez que vous ne me connaissez pas ». Le commerçant toutefois ne tente aucune démarche : « parce que j’avais appris par ses compères qu’après avoir acheté une grande quantité de marchandises à Chalon et à Dijon il s’était réfugié dans les montagnes ». Ils sont nombreux les négociants qui justifient leur passivité en disant : « ayant entendu dire qu’il était au dessous de ses affaires, je n’ai fait aucune démarches ». L’un d’eux qui a fourni pour plus de 700 francs de marchandises et prêté 200 francs n’engage pas de poursuite non plus, bien que, explique-t-il, passée l’époque attendue du remboursement, il a rencontré Pellorce qui l’a informé de l’obligation de 3.500 francs souscrite par Bellet : « J’ai, ajoute-t-il, considéré mon argent comme perdu et je n’ai fait aucune démarche ».

77Au travers de ces témoignages, la montagne apparaît aux négociants citadins comme un refuge de rusés, un repaire inaccessible, une terre hors des lois. Ils n’ont pas tort, mais ce qui protège ces hommes n’est pas la montagne secrète mais le maquis des homonymies, des patronymes semblables, des cousinages enchevêtrés.

78Les villageois jouent de ces identités qui les protègent et des multiples façons dont ils sont nommés. Chaque homme peut en être plusieurs, et le sait. C’est ainsi qu’il se masque et que le village le dissimule. Par exemple, dans l’affaire Bellet, les témoins du Mont-de-Lans, lorsqu’ils mentionnent l’obligation que le colporteur a consenti « à un certain Hugues », laissent au syndic le soin de découvrir qu’il est le beau-frère de l’accusé ; c’est le notaire qui finalement le dévoilera. L’accusé lui-même change de prénom entre le premier et le troisième interrogatoire : il est Auguste au village, Etienne sur l’état-civil. Dans le procès de Reymond, on soupçonne celui-ci d’avoir vendu à un colporteur nommé Hustache des marchandises en dessous de leur prix réel. La justice met plusieurs mois à savoir qui il est. Interrogé, Reymond répond : « Je crois qu’il est originaire de Besse, mais il n’y habite pas : il voyage toute l’année du côté du Morvan. Je ne puis bien préciser le lieux où l’on pourrait le rencontrer ». L’instruction invite alors le juge de paix du canton de Bourg d’Oisans à entendre le témoignage de cet homme mais ce dernier s’excuse de ne pouvoir l’identifier : « La commission me charge d’entendre en sa déposition le nommé Hustache, marchand colporteur demeurant à Besse, sans indiquer le prénom ou toute autre désignation de ce témoin ; or, il y a à Besse un grand nombre d’individus tous marchands colporteurs portant le nom Hustache ». Après recherche, le colporteur est identifié : c’est Jacques Hustache feu Benoit. Mais, ce temps passé à rechercher, avant l’homme, son nom a laissé aux siens le temps nécessaire pour le prévenir : le 15 juin, il n’est pas encore rentré à son domicile et sa famille ne sait indiquer où il se trouve.

79Ces hommes itinérants, aux multiples identités, choisissent l’errance pour échapper aux recherches, et non les possibles refuges de la montagne. Or, les recherches coûtent cher et ces poissons à prendre sont trop petits pour qu’elles soient poussées bien loin. Ainsi, des trois colporteurs recherchés, aucun ne viendra témoigner.

80Cette pauvreté des patronymes s’ajoute aux similitudes du genre de vie et à l’identité des vêtements pour uniformiser la perception que les négociants citadins ont des colporteurs. Tous participent de la même personnalité collective : ils sont « les Dauphinés », les « compères », « ceux du Bourg d’Oisans ». Ainsi chaque opprobre individuelle rejaillit sur tous. En témoigne le procureur impérial qui, dans son réquisitoire contre Bellet, et par delà l'accusé, les désigne tous : « Bellet sous des allures de bonhommie cache la ruse devenue proverbiale des habitants du Bourg d’Oisans ».

81Cette image que les négociants ont des colporteurs des montagnes, si elle favorise leur anonymat, si elle agrandit leur espace de liberté, est aussi lourde de dépendance. C’est une nouvelle solidarité imposée, elle aussi grosse de possibles délations. Et Bellet qui profite de « ses compères » pour faire affaire avec des négociants qui ne le connaissent pas ou qui trompe des fournisseurs chez lesquels d’autres aussi garnissent leur balle en fera l’expérience : il les oblige à le dénoncer pour sauver autant qu’il est possible leur réputation, pour garder leurs fournisseurs, partant leurs moyens d’existence.

82Autre conséquence de ce regard né du désintérêt des négociants pour le petit commerce ambulant : la coupure franche que l’on notait dans les archives anciennes, opposant de fait les mendiants et les marchands, s’affirme de nouveau. En même temps que se développent d’autres manières d’acheter et de vendre, toute une catégorie de colporteurs qui avait prospéré dans la première moitié du siècle disparaît. Restent d’un côté les marchands spécialisés, attachés à quelques maisons de commerce qui savent et qui ils sont et où les trouver. Ceux-ci s’intègrent peu à peu dans les réseaux de représentants que ces maisons développent. A eux sont consenties les remises de 8 à 10 % qui autorisent quelques bénéfices. Aux autres, à ces « Dauphinés » auxquels on vend peu et cher, il ne reste pour survivre qu’à louvoyer entre la mendicité et la grivèlerie.

Notes

1 A.D. Isère, 4E 24 S1 1.

2 Document conservé au Musée Dauphinois.

3 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs », art. cit., pp. 17-18 et Mémoires de Jean-Pierre Magne, Musée Dauphinois, pp. 6-10.

4 A.D. Isère, 11U 29 (10 novembre 1837).

5 Claude CHOUVIN, lettre du 20.11.1895, Musée Dauphinois.

6 Célestine CHOUVIN, lettre du 18.1.1894, Musée Dauphinois.

7 A.D. Isère, 1J 927.

8 A.D. Isère, 1J 829, 4U 321 et 4U 376, procès d’Auguste Bellet et d’André Reymond.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search