Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre III. Bailleurs de fonds et colportage le temps de Nicolet

Texte intégral

  • 1 A.D. Isère, 1J 829, Registre des copies des lettres adressées par Victor Nicolet, fabricant de gan (...)

1Le financement des campagnes marchandes est l’un des aspects les plus méconnu du négoce uissan. Allix n’en dit rien, quelques lettres en parlent par allusion, et les documents oraux sont étonnamment discrets sur le sujet. Par chance, les Archives Départementales de l’Isère ont conservé un registre de copies de lettres d’un négociant de la première moitié du XIXe siècle. Il s’agit de celles que Victor Nicolet, gantier rue Saint-Jacques, a adressées pour ses affaires entre 1828 et 1842. Le registre est un grand volume manuscrit d’environ 400 pages, très bien tenu, sinon toujours bien écrit, parfois par lui, exceptionnellement par son fils, et le plus souvent par un commis (deux écritures de commis se mêlent tout au long du document)1. Ce texte est d’un très grand intérêt car il renseigne à la fois sur les pratiques commerciales des gros négociants grenoblois du début du XIXe siècle et sur les mécanismes financiers qui sous-tendent le colportage, puisque Nicolet, comme il le dit lui-même, fait l’essentiel de ses affaires avec « ses » marchands colporteurs. A travers eux, c’est aussi la vie dans les villages de l’Oisans qui se révèle, les relations dans les familles et entre villages, relations horizontales mais aussi relations verticales entre les familles de colporteurs et les quelques notables.

2Mais le document est-il représentatif ? Qui sont les colporteurs que l’on rencontre ? Le système de financement qu’il décrit était-il marginal ou, au contraire, largement majoritaire ? Pendant les quatorze ans que couvre ce registre, nous avons dénombré 234 noms de colporteurs différents. C’est là un chiffre minimal, car souvent Nicolet ne donne pas les noms de tous les frères d’une même famille qui voyagent, mais mentionne, par exemple, « les frères Michel du Bourg d’Oisans ». Or l’expérience montre que ces frères peuvent être deux, trois ou quatre. Chiffre minimum, d’autre part, car les colporteurs pour lesquels Nicolet a besoin d’écrire sont ceux avec lesquels il a des difficultés pour se faire payer. Manqueraient donc ceux qui payent régulièrement : les plus riches. Toutefois, une partie d’entre eux est connue car, dans cette société où les liens de parenté sont extrêmement forts et où la richesse est immédiatement investie dans la terre, les plus fortunés apparaissent soit comme « parrains », soit comme cautions, et lorsqu’un colporteur est obligé de vendre tout ou partie de ses biens, ce sont eux aussi que nous retrouvons comme acquéreurs.

3Sont repérés aussi ceux qui partent au loin, car les mécanismes financiers sont alors plus compliqués et les sommes mises en jeu plus importantes. Nicolet a besoin, pour faciliter les transferts de fonds ou le rapatriement des gains, de l’aide de ses correspondants parisiens, quand il n’écrit pas lui-même à ces voyageurs au Havre ou ailleurs, pour s’assurer qu’ils n’ont pas oublié d’assurer leurs marchandises. Des occasions particulières font connaître d’autres noms, ainsi l’habitude qu’a Nicolet d’utiliser un colporteur à son passage comme facteur ou bien, dans ses transactions de marchand gantier, celle de payer ses fournisseurs avec les billets que lui ont réglés ses marchands : c’est ainsi que l’on connaît les frères Étienne et André Villard. Parfois aussi, quand les colporteurs s’opposent entre eux, ils font appel à Nicolet, qui épluche ses comptes et renseigne. C’est ainsi que nous connaissons Richard fils, de La Grave, qui eut un différend avec son ancien associé, Pierre-Étienne Pellorce du Freney.

4Finalement, celui que l’on connaît le moins, c’est le petit colporteur qui emprunte régulièrement et rembourse de même. Toutefois, certains d’entre eux apparaissent lors de la crise de 1837. A cette époque, Nicolet multiplie les précautions avant de prêter de l’argent, et il écrit à ces petits marchands réguliers mais sans envergure, pour s’excuser des nouvelles règles du jeu qu’il impose.

5La comparaison entre le chiffre de 234 colporteurs connus de Nicolet (chiffre minimal) et ceux que nous avons pu relever pour la première partie du siècle (compte tenu du fait que le Bourg d’Oisans est très peu représenté parmi les marchands du gantier) atteste que Nicolet a prêté de l’argent à la très grande majorité des colporteurs des montagnes. Mais il n’était pas le seul bailleur de fonds, lui-même nous l’apprend car c’est une de ses grandes sources d’inquiétude. Nicolet ne prête qu’à ceux « qui ont du bien » mais ces biens, à combien d’autres créances servent-ils d’hypothèques ? Si l’on dresse la liste des bailleurs de fonds à partir de la lecture des lettres de Nicolet, on rencontre les fournisseurs bien sûr, mais aussi les notaires du cru, les huissiers, les familles riches du village, d’autres colporteurs et des marchands uissans qui ont déjà émigré.

6Nous allons ici privilégier l’étude des pratiques de Nicolet, car c’est sur ce banquier que nous avons le plus de renseignements, tout en sachant que d’autres tendaient, à une échelle moindre, à créer un semblable réseau d’obligés et à récupérer leur argent selon les mêmes mécanismes.

Victor Nicolet, « gantier-banquier » et sa descendance

  • 2 Mémoires de Grégoire PERRIN (1772-1854), Manuscrit Musée Dauphinois.

7De Victor Nicolet lui-même, nous savons peu de choses, hors ce que sa correspondance nous révèle. Il est gantier depuis 1792, fabricant et marchand, à la tête d’une entreprise familiale solide et en expansion, comme le raconte dans ses mémoires Grégoire Perrin, l’oncle de son futur gendre2. Mais au fil des années, les lettres aux fournisseurs de peaux se raréfient, en même temps qu’elles s’accompagnent de doléances sur la cherté de la matière première, sur les difficultés d’approvisionnement, sur les méfaits de la politique protectionniste de l’Angleterre et la crise de la ganterie ; en 1841, Nicolet indique qu’il a cessé la fabrication des gants depuis plusieurs années. Il en continue toutefois le commerce. Fabricant et négociant, il propose aux colporteurs l’assortiment d’autres gantiers, gagnant du même coup quelqu’argent comme intermédiaire : il prend en dépôt un certain nombre de paires de gants jusqu’à la fin décembre, tant que tous ses marchands ne sont pas descendus, puis il retourne les invendus et règle les gantiers. Ce système a pour Nicolet tous les avantages : il prend 1 % de commission et n’a aucun stock inutile.

8Comme les autres gantiers grenoblois de cette première moitié du XIXe siècle, il est avant tout un marchand, un manieur d’argent. Son activité de fabricant ne nécessite aucun atelier particulier, aucune embauche de main-d’œuvre : il sert de lien entre différents artisans, fournit les peaux à des coupeurs, puis les donne ensuite à coudre. Il peut ainsi, selon la conjoncture, faire couper plus ou moins de peaux ou cesser temporairement toute fabrication.

9Son commerce s’appuie sur deux réseaux. D’abord un réseau de boutiques en France et à l’étranger : mention en est faite à Londres, La Haye, Amsterdam, Bruxelles, Zurich, Genève. Il vend en Amérique aussi : il écrit au Havre pour se soucier de savoir si les ordres d’expédition de ses articles pour l’Amérique sont bien arrivés. Très attaché à élargir ses marchés et à exporter, il s’appuie pour cela sur les réseaux que crée le colportage : « L.J. Craffe est un marchand ambulant qui a besoin d’être facilité comme nous avons aussi besoin de faciliter l’exportation », écrit-il en septembre 1829 à l’homme chargé de faire parvenir une caisse de marchandises à ce dernier. Henri Craffe et son fils, colporteurs d’Irée le Pec, visitent le Nord et l’Est de la France ainsi que la Belgique. Ils traversent tout le livre, seuls marchands ambulants à n’être pas originaires d’Oisans. Tous les autres (et c’est avec eux, écrit Nicolet, qu’il fait l’essentiel de ses affaires) viennent de cet Oisans traditionnel, celui qui déborde de l’autre côté du Lautaret dans la vallée de la Guisane, autour de Monestier et jusqu’à Briançon. Les communes qui ne sont pas représentées dans les lettres du gantier sont Livet-et-Gavet, Allemont et Vaujany, celles-là même qui, trop occupées d’industrie, n’émigraient guère, et aussi Oulles et Ornon. Mais comme nous ignorons d’où sont originaires une grande partie de ses marchands d’Oisans, nous ne pouvons être sûr qu’effectivement Nicolet n’y finançait personne.

  • 3 P. LÉON, La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin du XVIIe-1869), Paris, P.U.F., 1954, (...)
  • 4 P. LÉON, op. cit., t. 1, p. 185, et R. BLANCHARD, Les Alpes occidentales, op. cit., t. III, 1ère p (...)

10Il s’inscrit donc dans la tradition de l’industrie grenobloise qui, dès le XVIIIe siècle est, selon les mots de Pierre Léon, « une industrie de carrefour » à rayonnement international3 et dont les objectifs sont, après chaque grande crise, de reconquérir les marchés lointains qui la font vivre. L’émigration dauphinoise et briançonnaise joue un grand rôle dans la conquête de ces marchés, émigration temporaire et définitive toujours étroitement liées, vieille habitude de ces montagnes pauvres où il faut être nombreux pour cultiver la terre et peu pour en partager les fruits ; émigration que, dès les XVIIe et XVIIIe siècles, l’industrie grenobloise a su utiliser comme avant-postes pour son commerce lointain de toiles, de fers et de peaux4.

11A partir des années 1835, ayant cessé la fabrication des gants, c’est vers le négoce et les prêts d’argent que Nicolet oriente son activité. Cette activité bancaire est née des besoins en argent de ses marchands ambulants, mais il la développe en diversifiant ses débiteurs et en étendant l’aire géographique des prêts : notaires, avocats et artisans s’ajoutent aux colporteurs, Grenoble et la vallée du Grésivaudan à l’Oisans.

  • 5 A.D. Isère, 1J 829, lettre à l’huissier Gaston du Bourg d’Oisans, du 1er avril 1837.

12L’Oisans est, pour Nicolet, une terre où l’argent fructifie mais où il n’investit pas. Une seule fois, en 1837, il songe à acheter les biens qu’André Reymond, du Freney, a dû mettre en vente : il espère ainsi faire pièce à une manœuvre frauduleuse qu’il soupçonne. Il se renseigne alors sur la valeur de la terre ainsi mise à prix, ajoutant « qu’il abandonnera la partie plutôt que de se créer encore de nouveaux embarras »5. Mais le capital mobilier qu’il a peu à peu constitué est investi d’abord dans les travaux publics, dans la construction du pont de fer à péage qui s’édifie alors sur le Drac. En décembre 1840, Nicolet presse Maître Hippolyte Argentier, notaire au Freney, de lui rembourser ses prêts car il a, dit-il, un besoin pressant de cet argent « pour faire mon versement des Ponts de Fer fin courant qui sera de près de 15.000 francs... ». Comme son registre s’arrête deux ans après, nous ne saurons pas dans quelles voies il a orienté sa fortune, mais au moment où il se clôt Nicolet a déjà associé son fils, Camille, à ses affaires.

  • 6 Bibliothèque Municipale de Grenoble, Uh 26.

13Ses descendants nous sont connus grâce à une série de fairepart de décès conservés à la Bibliothèque municipale de Grenoble6. C’est son fils, Nathanaël Camille, né en 1824, qui reprend la maison familiale. Par mariage, il s’allie à la banque en épousant une fille du banquier de son père, Mr Pontollon. Juge au tribunal de commerce de Grenoble, il sera aussi administrateur de la Banque de France. Il meurt en 1876. La mutation est lors opérée : la famille abandonne la ganterie pour la banque. Le fils de Camille, Victor Marie Joseph Camille, né en 1847, trouve place dans le Dictionnaire biographique de l’Isère de 1907 : la famille entre avec lui dans la grande bourgeoisie lettrée. Docteur en droit, membre fondateur de la Revue Catholique des Institutions et du Droit, membre de l’Académie delphinale, il publie quelques récits dans les revues alpines. Son itinéraire professionnel le mène du barreau de Grenoble, qu’il quitte en 1875, à la Banque de France, dont il est censeur et administrateur. Comme son grand-père, c’est dans les travaux publics qu’il fait fructifier son capital ; il entre dans l’industrie des ciments comme associé de la société Thorrand et Cie et participe, en 1885, à l’adduction des eaux de la ville de Grenoble. Symbole de cette réussite, il quitte la rue Saint-Jacques pour un hôtel particulier, place de la Constitution, l’actuelle place de Verdun. Son fils, Victor Marie Gabriel Henri, né en 1888, achève le parcours, en s’associant à la création, peu après 1914, de la Banque Nicolet et Lafanechère.

14Si les fils de Victor Nicolet ont développé l’activité bancaire, sa fille, Anne Camille Octavie, aidée de ses fils, fonde en 1860 la ganterie Perrin. Le 28 juin 1833, Nicolet écrit à Mr Bos, percepteur au Bourg d’Oisans, pour lui demander de régler ses comptes au plus vite car le mois suivant il doit faire face aux frais du mariage de sa fille avec Auguste Perrin. L’oncle d’Auguste, Grégoire Perrin, artisan de ce mariage, raconte dans ses mémoires la stratégie qui a guidé son choix. En 1833, âgé alors de soixante et un ans, il se préoccupe d’assurer la continuité familiale à Nantes-en-Ratier, à côté de La Mure, berceau de sa famille où son nom existe depuis plus de 350 ans. Or, il est célibataire. Il passe en revue ses frères et sœurs, pour exclure les enfants de celles-ci, qui « ne portent pas le même nom ». Des frères, l’un est trop âgé pour se marier, un autre est prêtre, le troisième a donné à ses enfants une éducation telle qu’ils ne voudront jamais habiter le pays et, ajoute-t-il, « ils seront assez riches sans avoir besoin de ce que j’ai ». Restent donc les enfants de son frère Joseph. Parmi eux, il choisit Jean Louis Auguste, notaire depuis deux ans et demi : « S’il veut prendre un genre de vie tout autre que celui qui jusqu’à présent l’a dominé, il pourra vivre dans l’aisance, se faire chérir et estimer de tout le monde et rendre beaucoup de services au pays parce qu’il en aura les moyens ». Le neveu acquiesce au projet, et c’est l’abbé Desmoulins du Freney d’Oisans qui est chargé de lui trouver femme.

15L’Oisans est le lien entre les deux familles : Nicolet y a édifié sa fortune comme banquier des colporteurs, Auguste Perrin a relevé la sienne pendant les grands travaux de l’époque napoléonienne, dans la construction des routes et l’exploitation des mines d’Oisans. C’est donc l’alliance d’une vieille famille, dont la fortune a connu des aléas, et d’un marchand prospère, fraîchement entré dans une « bourgeoisie » dont il ignore les conventions. C’est ce que laisse entendre Grégoire Perrin en décrivant la noce : le repas est somptueux, servi pour quarante convives, mais les toasts sont si flagorneurs et si plats qu’il renonce à prononcer celui qu’il a préparé.

16La réussite de Victor Nicolet est toutefois exemplaire : il a marié ses enfants aux plus grandes familles de la région, s’inscrivant ainsi au cœur de la bourgeoisie industrielle et commerçante de Grenoble. La terre qui a nourri son ascension sociale, c’est l’Oisans ; l’argent qu’il a dépensé pour les noces de sa fille, c’est celui que les colporteurs ont gagné en vendant ses gants, ce sont les intérêts de celui qu’il leur a prêté pour assurer leur subsistance pendant ces hivers passés loin des montagnes.

Côté Nicolet : informations et précautions

17N’est pas colporteur qui veut : pour entrer dans le circuit de l’argent, il faut « avoir du bien ». Et c’est un tiers, le plus souvent colporteur lui-même, qui présente le nouveau venu à Nicolet. Ce « parrain », père, beau-père, frère ou oncle, fréquemment issu de la parentèle proche, s’engage moralement à soutenir, voire remplacer le nouveau venu si ses affaires le mettent en difficulté, tout en affirmant que l’homme a des biens suffisants pour répondre de ses emprunts. A ceux qui arrivent seuls, le gantier impose un délai avant d’accepter leur demande, le temps de prendre de son côté des renseignements sur le nouveau venu. Ainsi, Jean Martin, de Venosc, venu emprunter 200 francs, a dû attendre plusieurs jours la réponse de Nicolet.

18C’est entre la fin août et la fin novembre que les marchands quittent leurs villages pour aller au commerce. Et tous s’arrêtent 26 rue Saint-Jacques pour s’y fournir en gants et se faire prêter l’argent nécessaire à leur campagne. Nicolet leur fait signer un billet correspondant au montant de leur dette et incluant les intérêts jusqu’au mois de mai suivant : « Le mois de mai époque déterminée pour les crédits ouverts à tous les marchands de la montagne...». En principe, à son retour, le colporteur s’arrête de nouveau chez le gantier, et règle son billet avant de remonter dans son village.

19Sous la pression des nécessités, ce système s’est extraordinairement compliqué. Pour le gantier-banquier, il s’agit de faire un bon placement et d’assurer, quoiqu’il arrive au colporteur, la rentrée de ses créances. Il a pour cela besoin d’hommes sur place, capables de le renseigner à tout moment sur l’état de la fortune de ses marchands, capables aussi d’encaisser les billets de ceux qui n’ont pas pu les solder à leur retour. Se crée ainsi en Oisans un réseau d’hommes « liges », travaillant pour Nicolet, mais habitant au lieu même des colporteurs.

20A ce premier réseau, s’en ajoute un deuxième, fondé sur l’aide réciproque entre fournisseurs installés, un peu partout en France. Il permet de suivre et intercepter dans leur campagne les marchands qui, faute d’argent, ne sont pas remontés en Oisans, et aussi de savoir de qui d’autre ces colporteurs sont les débiteurs.

21En Oisans, c’est aux notables qu’il s’adresse, et d’abord à deux huissiers qui en quelque sorte se partagent les communes. L’un, Humbert, est huissier à La Grave et se voit confier tout ce qui touche ce village et ses environs (y compris Mizoen mais non Besse), ainsi que la vallée de la Guisane. L’autre, Gaston, huissier au Bourg d’Oisans, s’occupe des autres communes. Nicolet attend d’eux toutes sortes de renseignements, sur les hommes, leur patrimoine, leurs déplacements, voire les principaux événements de leur vie familiale.

22Savoir qui est qui, à cette époque, est affaire de spécialiste. Les patronymes sont très peu nombreux, les prénoms aussi : ils se transmettent à l’intérieur des familles, avec l’habitude de donner au fils ainé le prénom du grand-père paternel, et à la fille aînée celui de la grand-mère maternelle. Il est donc difficile de distinguer un cousin d’un autre. Pour s’y retrouver, Nicolet ajoute au nom, tantôt la mention du village (parmi les Arnol, il distingue ainsi Laurent Amol, de Bons, de Laurent Amol, du Ponteil, et Jean Pierre Amol, du Mont-de-Lans, de Jean Pierre Amol, de Bons), tantôt le nom du père, suivant en cela la tradition (ainsi chez les Amol, il distingue Pierre Amol, feu Jacques, de Pierre Amol, fils à Ambroise), tantôt l’indication d’un lien de parenté, parlant de François Balmain père, de Jean Balme gendre à Dussert ou Jean Baptiste Pic qui devient Pic-Bois du nom de son beau-père. En revanche, certains frères, attachés au même patrimoine et voyageant ensemble, ne sont pas distingués, comme les frères Michel du Bourg d’Oisans, les frères Gonon de Mizoen, ou les frères Fay fils à Laurent. Et fréquentes sont les demandes de Nicolet aux huissiers pour l’aider à se repérer, à situer ces hommes. Il écrit, par exemple, à Humbert en août 1828 au sujet d’un Louis Bouillet et de son fils : « Comme ils sont plusieurs Bouillet au Chaslay... vous aurez la bonté de me fixer sur eux ». Plus tard, en mars 1833, il le remercie de lui avoir montré qu’il identifiait mal Jean Laurent Aymond : « que je vous ai désigné gendre à M. Sionnet tandis qu’effectivement il est neveu à M. Sionnet ». Une autre fois, en octobre 1836, pour être sûr de s’adresser au bon Pierre Ronna du Mont-de-Lans, il remet à l’huissier Gaston, lors d’une transaction entre plusieurs colporteurs, un billet signé du Pierre Ronna qui l’intéresse, pour pouvoir, grâce à sa signature, le distinguer des autres.

23Huissiers, notables, colporteurs se retrouvent au village, au marché du Bourg d’Oisans, et les occasions de discuter sont nombreuses, permettant de démêler, pour l’homme de Grenoble, les fils embrouillés. Le 29 mai 1833, Nicolet remet à Gaston un billet où interviennent trois personnes, or, d’une, il n’est pas sûr : « Je vous remet en même temps un billet que je crois être de M. Bellet fils de 177 francs échu fin mai qui m’a été cédé par M. Jean-François Porte et Ramel cadet. Je vous le remet parce que je pense que vous verrez les uns ou les autres au Bourg et qu’ils vous diront ce qu’il en est ». Un an plus tard, il soupçonne un colporteur d’avoir imité la signature de son père pour cautionner un billet ; il demande à l’huissier de vérifier si la signature est bien conforme. Elle ne l’était pas.

24Les huissiers permettent donc à Nicolet de situer ses marchands dans leur réseau de relations, mais ils lui fournissent aussi, et c’est là l’essentiel, des renseignements sur les patrimoines car Nicolet entend, comme il le dit lui-même, ne pas faire de mauvais placements. Seuls des hommes vivant au cœur des communautés sont à même de connaître les biens de chacun, d’en estimer la valeur, somme au-delà de laquelle le gantier ne prêtera pas : « Avant la campagne qui s’annonce, informez-moi sur la solvabilité des personnes avec lesquelles je fais du commerce ou bien susceptible d’en faire cette année, ci-joint tous les noms que j’ai sur mes livres : apposez la lettre B pour les bons, D pour ceux qui sont douteux et M pour les mauvais... Vous priant de compter sur mon entière discrétion et avoir la bonté de me la retourner garnie dans la quinzaine », écrit-il en juillet 1836 à l’huissier Humbert. Malheureusement, la liste elle-même n’a pas été conservée, mais le langage est sans détour.

25Nicolet a donc un besoin constant de savoir où en sont les propriétés de chacun. Cela commande toute sa stratégie pour récupérer ses créances, et lui permet de décider s’il doit commencer ou continuer à faire des affaires avec tel ou tel. Pierre Collomb et son fils lui doivent près de 500 francs ; le gantier envoie leur billet à l’huissier Humbert, ajoutant : « et me dire confidentiellement si je peux sans crainte leur remettre à nouveau l’automne prochain ». A l’automne 1831, Claude Collomb fils, du Chazelay, a soldé à Nantes les 400 francs qu’il devait. L’automne suivant, il se présente rue Saint-Jacques pour emprunter 800 francs. Nicolet le fait attendre « afin d’avoir le temps de recevoir de vous, Monsieur, ces renseignements que je vous prie de me donner ». Et les lettres sont nombreuses qui se terminent par cette phrase : « en outre, vous me direz si je pourrai sans danger leur faire une nouvelle vente à l’automne prochain, ceci entre nous, dans le secret ».

26Espions du gantier-banquier dans la communauté, les huissiers mobilisent à son profit les liens d’amitié qu’ils ont noués, les confidences qu’ils ont pu recueillir. Jean-Baptiste Charpin et ses fils doivent près de 1.000 francs entre Nicolet et un autre créancier : « L’un des fils, qui est remonté doit vous avoir fait part de leur situation, vous aurez la bonté de me la faire connaître ». Le village tout entier est ainsi livré à la connaissance de Nicolet, car ces communautés sont tissées de dépendances financières dont Nicolet souhaite connaître les fils. Il peut rechigner à prêter encore et imposer, pour être mieux garanti, l’intervention d’une caution : « Quel degré de confiance mérite sa signature ? » écrit-il alors sur le champ à l’un des huissiers.

27Suivre les marchands dans leur itinérance, et savoir qui est rentré, vient en complément des renseignements que Nicolet demande sur les identités. Les marchands ont promis de s’arrêter à Grenoble, à leur retour, pour payer leurs billets, mais ceux qui n’ont rien à donner évitent cette dernière halte. Certains rentrent quand même au village ; aux huissiers de le savoir et de les trouver. Ayant appris en juin 1833 que J. Bert et Pierre Bert, son père, étaient de retour de leur commerce : « je vous remet leur billet que je n’ai pas fait protester car toujours au commerce » ; Félix et Louis Sionnet ne sont pas passés fin mai 1828 : « Je vous prie en réclamer le paiement à Louis Sionnet qui est rentré du commerce et que je n’ai pas vu... ».

28En 1831, il a obtenu un jugement contre Christophe Balme mais il craint, sachant que ce dernier est endetté au-delà de ses biens, de ne pouvoir récupérer sa créance : « L’on m’a dit qu’il a de l’argent sur lui ». Il demande alors à Gaston de guetter son retour, comme il le fait lui-même, pour récupérer au moins cet argent : « Tous les jours je le guette mais il peut m’échapper. Veuillez le soigner à son passage qui doit avoir lieu vers la fin de ce mois ».

29Si certains, bien que sans argent, rentrent en Oisans, d’autres ne le font pas, soit qu’ils aient une occasion de travailler dans la plaine, soit qu’ils hésitent et espèrent que le temps les aidera à revenir honorablement au village. En juillet, ceux qui ne sont pas remontés, ne viendront sans doute plus. A ce moment-là, Nicolet écrit ainsi à ses informateurs : « Je vous prie en même temps me dire si les personnes ci-après nommées sont remontées au pays et avoir la bonté de me désigner ceux où il y aurait du danger de les attendre plus longtemps, ceci entre nous et sous la plus grande discrétion ; savoir... » ; suit une liste de huit noms.

30Ceux qui ne rentrent pas doivent être repérés et localisés. Il y a deux ans déjà que Jean-Louis Michel a quitté La Grave, sans retourner au pays, sans dire où il se trouve. C’est son frère, Jean-Baptiste qui, à son retour du commerce, apprendra à Nicolet qu’il est employé à Nantes par M. Liauthaud. Quelles sont les pressions ou les raisons qui lui font ainsi trahir son frère : tout simplement, Jean-Baptiste est caution du billet que Jean-Louis a signé.

31Ainsi, les frères étaient associés mais, dans d’autres cas, le marchand est parti seul, sans que d’autres soient liés à sa mauvaise fortune. Seule la mort du père peut le faire retourner en Oisans. Quand toutes les recherches sont restées vaines, le gantier-banquier attend ce moment, et dans son registre un jugement reporte la dette sur les biens présents et à venir du colporteur introuvable.

32Les décès, les arrangements de famille, voire les mariages, parce que ces événements familiaux modifient les patrimoines, sont des moments privilégiés pour que Nicolet relance ses créances. Encore faut-il qu’il en soit averti. C’est le dernier volet de la connaissance que Nicolet cherche à avoir sur les communautés qu’il domine à sa manière.

33Laurent Barruel lui doit 70 francs depuis plus de deux ans : « Ayant appris que le père de Laurent Barruel est décédé et qu’il laisse des moyens à ses enfants, je vous retourne ci-inclus son billet de 70 francs échu depuis le mois de mai 1833, quoique ledit Laurent Barruel ne soit pas rentré chez lui, je crois, depuis cette époque, je vous prie le présenter à sa famille pour le faire accepter sur sa portion de légitime ». André Pic est, à ce que croit savoir Nicolet, rentré au pays et « qu’il se trouve en arrangement de famille et que c’est bien le moment de se faire payer son billet de 345 francs ». Quant à Pierre Caix, cela fait six ans déjà qu’il n’est pas rentré dans sa famille. Mais son père vient de mourir, la succession se règle (« je crois vous dire en même temps que ce partage doit avoir lieu incessamment ») et on attend Pierre ; Nicolet envoie à l’huissier Gaston le billet de 105,50 francs, qui attend depuis ces années, pour lui demander de le récupérer sur la portion de biens dont le colporteur va hériter.

34Ceux qui ont fui, ceux qui sont trop pauvres, c’est dans ces moments forts des existences familiales que Nicolet peut les atteindre.

Les hommes du gantier au village

35Œil du gantier-banquier au village, les deux huissiers en sont aussi le bras. Ils sont en effet chargés d’encaisser cet argent que les colporteurs n’ont pas remis comme prévu, en mai, à leur retour de campagne : « Dépéchez-vous, écrit Nicolet à Gaston, de régler mes affaires avant le départ des marchands au commerce ».

36Conscient qu’ils connaissent mieux que lui et les fortunes et les personnes, il leur accorde toute latitude pour agir. S’ils discutent ensemble de chaque cas, si Nicolet leur indique les diverses actions qu’ils peuvent entreprendre selon la solvabilité du colporteur, il les laisse ensuite libres de leurs mouvements et les assure de son soutien. En juin 1828, il écrit à Gaston : « Je vous prie faire en sorte qu’il [mon billet] soit payé ou à tout le moins un bon acompte. Vous agirez suivant le vent ». En 1833, s’adressant à Humbert : « Vous agirez suivant que vous le trouverez bon ou mauvais, tout ce que vous ferez sera bien fait ». Il envoie donc en juin les billets non soldés, ajoutant cette formule : « Je vous prie d’arranger tout cela de la manière que vous le jugerez convenable à mes intérêts ».

37Clefs de voûte des affaires de Nicolet en Oisans, les huissiers sont en retour bien rémunérés. Nicolet travaille depuis longtemps avec Gaston du Bourg d’Oisans. Comme leur correspondance en témoigne, ils ont entre eux plus que de simples relations d’affaires. Nicolet, qui chaque année tâche de se rendre lui-même en Oisans pour connaître dans un rapport personnel ses marchands et leurs familles, ne manque jamais de demeurer quelques jours au Bourg et de passer de grands moments avec l’huissier Gaston. De même, il l’invite régulièrement à partager sa table à Grenoble. Ce dernier n’est d’ailleurs plus tout jeune et son fils, à partir de 1836, le seconde avant de reprendre sa charge.

38En revanche, il est moins familier avec l’huissier Humbert mais, bien que celui-ci quitte sa charge en juin 1840, il n’en continue pas moins à utiliser ses services. Le connaissant moins, il est plus explicite dans ses lettres sur les revenus qu’il lui verse, sans que nous puissions savoir exactement combien d’argent il donne. En 1828, sans doute une des premières années où Humbert se met au service de Nicolet, ce dernier lui écrit : « Je m’engage à vous relever des peines et des dépenses que vous serez dans le cas de faire, vous priant m’instruire de ce que vous aurez fait et de ce qu’il faudra faire suivant la validité des uns et des autres ». A chaque affaire délicate, Nicolet lui rappelle de ne ménager ni sa peine, ni son temps : « Vous serez relevé de vos frais et temps perdus », ou « Mettez par écrit vos frais de correspondance et autre, je solderai tout ».

39Il ne manque pas de leur laisser une petite commission de temps à autre : « ... vous priant de ne pas m’épargner soit pour vos déboursés soit pour vos honoraires, ce qui est parfaitement juste. Faites-vous payer les vingt francs que Claude Collomb vous reste, vous les garderez, vous priant les accepter pour étrennes après quoi vous me ferez votre compte de vos déboursés et nous serons toujours d’accord ».

40Il les intéresse aussi au succès des opérations délicates. Ainsi en février 1831 : « Je vous prie soigner ces recouvrements ou assurances à la première occasion que vous aurez d’aller à Auris. Tâchez même, s’il vous est possible, d’obtenir de Jean Ponce quelques intérêts pour cette somme de 210 francs échue depuis onze ans ne fussent à raison de 5 %. Je me charge de vous les faire allouer pour votre peine si, comme je l’espère, vous parvenez à retirer ou assurer ces différentes sommes ».

41Les huissiers ne sont pas les seuls, en Oisans, à quadriller les villages pour le banquier de Grenoble ; celui-ci s’appuie aussi sur d’autres notables. Nous connaissons ainsi M. Bos, percepteur au Bourg d’Oisans, Me Poyat, notaire à La Grave, Me Argentier, notaire au Freney et Me Balme, notaire au Bourg d’Oisans. A l’exception de Me Balme, auquel il ne s’adresse qu’une fois et avec mille excuses, les autres ont tous en commun d’être au cœur des multiples dépendances financières nouées dans les communautés : d’un côté, ils empruntent à Nicolet, de l’autre, ils prêtent avec intérêt aux colporteurs.

42M. Bos est un des personnages les plus ambigu de cette histoire : plus que les autres, il est des deux côtés. Ses compétences sont indispensables au banquier, mais il est par ailleurs très endetté vis-à-vis de lui et très lié à certains colporteurs auxquels il sert de caution. Conscient de sa force, il en profite, et Nicolet est plus d’une fois très embarrassé pour le rappeler à ses devoirs de débiteur. C’est en effet à lui qu’il s’adresse, par l’intermédiaire de Gaston, pour trier les bons des mauvais : « A mon dernier voyage au Bourg d’Oisans, j’eus l’occasion de parler à M. Bos que je crois est à portée de connaître toutes les solvabilités des personnes de vos environs. J’en ai fait une note de ceux avec qui je travaille. Je vous prie de la remettre à M. Bos qui aura la bonté de me faire connaître par la lettre B ceux qu’il croira bon, par la lettre D ceux douteux et par M les mauvais et il aura la complaisance de me la renvoyer au plus tôt attendu que déjà ils se préparent à descendre pour le commerce ».

43Mais l’année précédente, en 1833, il lui écrivait : « Je suis au désespoir d’être de nouveau obligé de recourir à vous Monsieur, pour ce que vous restez me devoir ». Plus d’un an après, il doit lui rappeler de nouveau ces 1.130 francs, qu’il ne lui a toujours pas remboursés. M. Bos, comme quelques-uns des riches marchands, a un compte ouvert chez Nicolet, et pendant plus de quatre ans le solde en sera négatif. Le percepteur ne répond pas aux lettres que Nicolet lui adresse, jusqu’à ce que celui-ci lui écrive, en mars 1835 : « Vous me devez 1.130 francs, si je n’ai pas de vos nouvelles c’est que vous êtes d’accord pour que je vous adresse mon mandat le 31 courant ». Puis il se tourne vers l’huissier : « M. Bos a un compte ouvert chez moi depuis quelques années. J’en suis sans nouvelles. Je vous adresse un mandat sur lui de 1.159 francs payable au 31 courant. Dans le cas de refus de payement vous ne ferez point de protêt mais sur votre avis, je ferai mon mandat sur timbre ». Au mois d’avril, le percepteur propose de payer la moitié de la dette. Nicolet s’en remet au jugement de l’huissier. Le même scénario recommence l’année suivante, et M. Bos finit par céder. Côté village, il est la caution des frères Daday en 1833 ; et dans ces mêmes années, il prête 257 francs à Laurent Balme.

44Maître Argentier est le notaire du Freney. Il se partage, avec les notaires du Bourg d’Oisans, les affaires des villages avoisinants, Auris et Mont-de-Lans. Dès qu’une affaire devient grave, c’est lui qui indique la valeur des biens sur lesquels Nicolet peut compter. Averti, par sa pratique, de la plupart des arrangements de famille, il prend l’initiative d’en informer le banquier. Bernard Bertaillon et Joseph Caix ont fait faillite à Moulins ; quelques années après, le notaire prévient le banquier que le père de Joseph est mort et que ses fils vont remonter au pays pour régler sa succession. Une autre fois, il lui indique que Pierre Rougier s’apprête à faire un emprunt de 4.000 francs, en engageant ses biens comme il le fait généralement, emprunt pour lequel le colporteur n’a pas l’intention de s’adresser à Nicolet, et pour cause : il lui doit déjà deux billets qui font au total 1.640 francs. Deux colporteurs proposent au gantier d’effacer leurs dettes, mais en n’en payant toutefois que la moitié. Me Argentier, détaillant pour Nicolet les biens de chacun, fait comprendre à celui-ci que s’il les assigne en justice, ce ne sera pas en pure perte.

  • 7 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs. Les aventures de deux marchands de fleurs en (...)

45Mais le notaire Argentier, comme les autres notables, est lui-même endetté : il doit, en 1840, 10.053,23 francs à Nicolet, que le banquier a du mal à se faire rembourser. D’un autre côté, notable d’Oisans et maire du Freney en 1838, il prête de l’argent aux colporteurs, reçoit en dépôt de l’argent que les émigrants envoient et sert de caution à certains. L’un d’eux lui fait envoyer 8.000 francs de Californie en 18497. Caution de Joseph Reymond, d’Auris pour une somme de 600 francs, il descend à Grenoble avec les frères de Joseph pour tenter d’obtenir de Nicolet de nouveaux délais. Il place son argent en terre d’Oisans et achète, par exemple, en 1838, les biens d’Apollinaire Barthélémy, colporteur en faillite. Pour d’autres, il rédige les lettres importantes.

46Maître Poyat, notaire à La Grave, achève ce dispositif de renseignement en Oisans. C’est le seul notaire qui, outre le renseignement, se charge, comme les huissiers, d’encaisser les sommes dues à Nicolet.

47Trait d’union entre le banquier et les colporteurs, liés au premier par les affaires et attachés aux autres par de multiples liens de famille, d’amitié et d’argent, les notables, agents de Nicolet, ont une position très ambiguë.

48L’huissier Gaston, par exemple, est lié par sa sœur à la famille Frezet du Bourg d’Oisans. Or cette famille doit plus de 4.000 francs à Nicolet et l’un des frères, Pierre, s’oppose très violemment à lui, prétendant avoir déjà payé sa part des dettes. C’est à cette occasion que Nicolet fait appel en juin 1841 au notaire Balme : « Profitant de votre aimable complaisance, je vient vous prier de me régler un compte d’intérêt que j’ai avec la famille Frezet du Bourg d’Oisans... Je n’ai pas voulu charger mon ami Gaston de cette commission afin de lui éviter des difficultés avec sa sœur... ». Le gantier-banquier joue des notables les uns contre les autres. A La Grave, par exemple, Michel Humbert a des dettes et envers Nicolet et envers l’huissier du même nom ; c’est donc à Me Poyat que Nicolet s’adresse pour lui demander de « surveiller » et de régler cette affaire.

49Pour Nicolet, il s’agit de ménager les parentés, de jouer avec les coteries, mais aussi et surtout, de conforter la position de ces notables au sein des communautés uissanes auxquelles ils appartiennent pleinement. Conflit latent que les huissiers ressentent et que Nicolet essaye d’apaiser, d’abord par le secret, en taisant qu’ils lui fournissent des renseignements, donc des armes contre les marchands. Toutes ses lettres sont ponctuées de phrases : « ceci entre nous », « confidentiellement et entre nous », « vous pouvez compter sur ma discrétion », etc.

50Les huissiers s’abritent bien sûr derrière leur fonction, et bien que ce soit eux qui décident si de nouveaux délais seront accordés ou si la justice sera saisie, ils imputent à Nicolet la responsabilité des décisions désagréables, se présentant comme de simples exécutants obligés par leurs charges. Nicolet toutefois leur suggère quelques scénarios propres à leur rendre quelque popularité : François Pellorce et son beau-frère Sciaud lui doivent 1.350 francs ; Nicolet écrit à Gaston : « et dans les débats, ayez l’air de prendre sur vous de lui diminuer encore 100 francs... ».

51Les colporteurs ne sont pas dupes, et des conflits éclatent malgré toutes ces précautions : « Je me ferai un devoir de désabuser tous les messieurs, écrit Nicolet pour encourager son huissier, sur les reproches qu’on vous adresse sur les conseils qu’ils croient que vous me donnez et je ne doute pas qu’ils reviendront de leurs préventions. Quoiqu’il en soit, je vous en prie, ne perdez pas courage et achevez ce qu’il vous reste à faire pour me sortir de ce dédale bien ennuyeux, je vous en aurai une éternelle reconnaissance » (lettre à l’huissier Gaston, juillet 1837).

52Cette double appartenance des notables, et la conscience que sans eux le banquier ne pourrait faire aucune affaire, leur donne puissance sur lui. Et si les affaires se règlent avec plus de pertes que ce à quoi il s’attendait, si les notables sacrifient les intérêts du banquier grenoblois, ce dernier manifeste son désaccord, mais non sans quelques hésitations : « Vous m’annoncez avoir terminé à 2/3 de pertes. C’est bien fort pour moi qui en suis pour une forte somme, celle de 2.160,29 francs. Permettez-moi de vous faire des remontrances car je ne vous ai jamais ménagé ma confiance ». Mais il espère toutefois qu’ils vont continuer à travailler ensemble (lettre à l’huissier Humbert, janvier 1835).

53En Oisans, l’information est partout et les liens d’argent minent toutes les relations. L’argent circule entre Nicolet et les colporteurs, Nicolet et les notables, mais aussi entre les notables et les colporteurs, et pour finir entre les colporteurs eux-mêmes. La défiance, la peur d’être dupé et les liens de sociabilité achèvent de donner au banquier les renseignements dont il a besoin. Sous couvert de s’intéresser à chacun, Nicolet demande aux colporteurs des nouvelles des uns et des autres, lors de leurs passages à Grenoble, et ceux-ci, sans s’en rendre toujours compte, lui fournissent de précieuses indications. C’est Reymond, du Freney, qui renseigne Nicolet sur la fortune de Pellissier, du Villard-Eymond. C’est le frère de Jean Juge qui révèle où se trouve son frère : « Votre frère que je viens de voir à Grenoble m’a assuré que vous étiez encore à Orléans et que vous y seriez encore pendant un mois... ». Il en était sans nouvelle depuis longtemps.

Hors d’Oisans : la solidarité des bailleurs de fonds

54Le deuxième volet du dispositif de Nicolet consiste à jalonner la France de relais qui lui permettent de localiser les colporteurs dont il est sans nouvelles, de connaître leurs autres sources de financement et, éventuellement, d’encaisser pour lui de l’argent en cours de tournée. Ces maisons amies, qui sont toutes d’autres maisons de commerce, profitent en retour de l’aide et des informations du gantier.

55De l’efficacité de cet autre réseau, fondé sur le service réciproque, nous avons de nombreux témoignages. En 1832, Nicolet s’est occupé de la créance de M. Royer-Gariel d’Avallon sur Alexandre Arvey : « Toutes les fois que je pourrai vous être utile en quelque chose, lui écrit-il, veuillez ne pas m’épargner. A l’occasion, je saurai aussi profiter de votre obligeance ». Effectivement, neuf ans après, Nicolet lui demande de l’aider à retrouver Laurent Arnol, de Bons, qui colporte du côté d’Avallon.

56Il renseigne la veuve Drouet, à Troyes, qui lui demande des nouvelles de Jean Martin fils, du Mont-de-Lans. A l’inverse, l’aide de ces autres fournisseurs lui permet d’apprécier la situation financière de ses marchands : « Je viens vous faire part que je suis informé que le sieur Jean Baptiste Pic-Bois se trouve dans le moment gêné ou peut-être à la veille de faire de mauvaises affaires », écrit-il en avril 1840, à l’huissier Humbert, le pressant alors de « mettre en sureté cette somme avant que le mal devienne sans remède ». En 1832, il lui demandait d’annuler un marché conclu avec Claude Collomb, du Chazelay, car il avait reçu « des renseignements désagréables sur son compte ». Dans la même lettre, il lui faisait part de la déconfiture d’un autre colporteur : « Je viens de recevoir une lettre de Lyon d’une maison qui connaît bien ses affaires où l’on me dit qu’il est au-dessous de ses affaires ».

57De telles lettres rappellent celles que Nicolet envoie en Oisans, adressant une liste de ses marchands et demandant qu’on les distribue entre bons, mauvais et douteux. On imagine volontiers l’échange de telles listes entre fournisseurs qui se connaissent.

Prêter et recouvrer

58Pour se prémunir devant la mobilité des hommes, la fragilité de leurs assises financières et leurs rapides revers de fortune, le gantier s’appuie donc sur un vaste réseau de renseignements. Le modèle théorique où chaque marchand rembourse ses emprunts à son retour de campagne souffre de nombreuses exceptions. Comment Nicolet s’y prend-il donc pour rentrer dans ses fonds ?

59Sa stratégie repose bien sûr sur l’évaluation qu’il a pu faire du patrimoine de chacun. Avant d’entreprendre une action officielle, il rappelle les colporteurs à leurs devoirs : « Je ne doute pas que l’honneur et la loyauté qui vous a toujours guidé... », ou cherche à les intimider : « Faites-lui peur de... », « Menacez-le de... ». En effet, toute action en justice coûte cher, et si le colporteur n’est pas solvable, à quoi bon se rajouter des frais. D’autre part, tant que le colporteur a des terres, cet argent qui dort en Oisans lui rapporte des intérêts : entre 6 et 7 %. C’est la peur de perdre une partie de ces intérêts qui lui fait préférer les solutions d’attente. Il l’exprime très clairement à l’huissier Humbert, au sujet des dettes de Sionnet père en 1832. Il lui demande d’obtenir une obligation pour prendre hypothèque sur ses biens, mais il précise : « en vous faisant payer comptant les intérêts ou enfin en les faisant ajouter sur l’acte si absolument vous ne pouvez les obtenir comptant, vous observant en outre que l’acte ne peut pas porter les intérêts plus élevés du 5 %. A ce taux je serai bien en perte, tâchez de vous faire payer au moins le 1 % en dehors ».

60Aux actions en justice, il préfère assurer les sommes qui lui sont dues en demandant la signature d’une caution, liant ainsi les patrimoines les uns aux autres, accrochant aux fortunes plus solides les dettes des marchands malchanceux. Demander un délai, c’est ce que font tous les colporteurs, et tous les dossiers que nous avons pu constituer à partir de leurs lettres s’ouvrent toujours avec une demande de délai, qui est acceptée, assortie d’un cautionnement et moyennant que les intérêts soient payés d’abord. Ainsi de M. Michel qui demande, en mai 1833, de retarder le paiement de ses billets jusqu’à la foire d’août : « Cet homme est toujours à me demander des prolongations. Je vous remets ci-inclus ses deux billets avec prière de le voir et lui dire que je veux bien lui accorder cette prolongation sur le billet de 400 francs pourvu qu’il me donne une bonne caution à vous bien connue solvable et en payant les intérêts jusqu’alors. Dans le cas contraire, je n’accorde aucun délai. Quant à celui de 118 francs dont la prolongation échoie à la fin de ce mois, il faut absolument qu’il le retire... ».

61Si les marchands ont des biens estimés suffisants pour rembourser leurs dettes et payer les frais de justice, Nicolet, après les en avoir menacé, met en route la machine judiciaire ; sinon, il tâche, comme pour M. Michel, d’inclure les intérêts dans un nouveau billet, ou tente de se les faire payer à part, en accordant quelques mois de délai si ce nouveau billet est garanti par une autre personne. Le cas de trois colporteurs d’Auris, Jean Ponce, Georges Garden et Pierre Hostache illustre en 1831 cette stratégie : « Dans le cas où ledit Jean Ponce aura des moyens vous protesterez contre lui, vous invitant à faire de même pour les deux autres si vous êtes informé qu’ils aient des moyens afin que les frais ne deviennent en pure perte ; et dans le cas où les uns et les autres ne se trouveraient pas en argent pour payer de suite, moyennant bonne caution, vous êtes autorisé à leur accorder quelques mois de terme en y ajoutant ou en faisant payer les intérêts ».

62Mais s’il sait que leur fortune tourne, et avant qu’il n’en reste plus rien, le banquier engage ses huissiers à agir. Ainsi pour P. Bert qui lui doit 700 francs en 1832, Nicolet invite Gaston, s’il ne peut se faire payer ou obtenir une « bonne signature », à l’assigner « attendu que ses affaires déclinent ». Or l’assignation est presque toujours le prélude de la faillite du colporteur, de la vente de ses biens, de l’expropriation.

63Mais les colporteurs n’empruntent pas seulement à Nicolet ; ils empruntent partout où ils le peuvent, et même si leurs biens sont grevés de dettes et hypothèques, ils n’en continuent pas moins à emprunter dans l’espoir qu’une bonne campagne leur permettra de libérer leurs terres, tel le joueur qui perd et joue toujours, espérant que la chance tournera. Ainsi ce sont souvent d’autres créanciers qui entament la procédure. Elle est immédiatement suivie d’une course à qui s’inscrira le premier aux hypothèques, car chacun sait que seuls les premiers inscrits ont des chances d’être remboursés.

64Pour éviter d’être parmi les derniers inscrits aux hypothèques, Nicolet essaie de garantir ses créances en obtenant que le colporteur signe une obligation portant hypothèque sur ses biens et que ses cautions en fassent autant. Il propose ainsi à la famille Bert d’établir un billet de commerce à date fixe avec de bonnes cautions « s’il n’y a pas de danger d’aliénation de leurs biens dans l’intervalle de l’échéance », mais il ajoute « comme ces gens ont toujours quelques retours du diable et pour donner plus de sureté à mon capital je préfèrerais une obligation à prendre hypothèque sur les biens des pères et frères Bert ainsi que sur ceux de ses cautions pour obtenir plus de sureté ». Mais tout acte coûte de l’argent, et Nicolet qui n’omet pas de rappeler qu’il a oublié de compter un port de lettre, termine en précisant : « Je préfère entrer pour quelque chose dans les frais de l’acte que cependant vous leur ferez payer de suite au notaire ainsi que vos frais déjà faits ; s’il m’en coûte cinq ou six francs je les rattraperai sur les intérêts que vous compterez au 8 % ». La famille Bert lui doit près de 1.200 francs en 1833.

65En 1833 également, Appolinaire Barthélémy doit aussi 1.200 francs à Nicolet, et ses affaires déclinent. Le gantier l’invite à Grenoble pour régler leurs affaires à l’amiable et en informe l’huissier Gaston : « Si par hasard, vous le voyez et qu’il vous parle de moi, ayez la bonté de l’engager beaucoup à venir de suite mais sans lui en faire part. J’ai envie d’obtenir une obligation avant que ses biens en soient chargés. Je serais bien aise que vous me fixiez à peu près sur la valeur de ses biens pour ma gouverne... ». L’année d’après, A. Barthélémy lui rembourse 200 francs et, en juin 1836, ses biens sont vendus y compris sa maison. C’est le notaire du Freney qui les rachète.

66Une obligation coûte cher au colporteur. Nous en avons le détail pour Jean Martinet : en 1833, sur un billet de 432 francs, il a eu 168 francs de frais et 5,5 francs de transcription, ce qui augmente sa dette de près de 40 %. Deux ans après, il est exproprié. Sur cette courte période, seul Raphaël Carraud de Terrasse, au col du Lautaret, qui devait 600 francs à Nicolet en 1831 et sur les biens duquel le banquier avait obtenu une obligation, réussit à se libérer en août 1834.

67Nous avons rencontré une dizaine de cas d’expropriation dans cette correspondance. Ce sont ces ruptures qui mettent en lumière l’interdépendance entre les familles, la multiplicité des créanciers, et combien ces liens d’argent tous azimuts à l’intérieur des villages détruisent les communautés : le village ne peut même pas se souder contre l’investisseur étranger, les jeux sont déjà faits et les biens que les uns perdent sont rachetés par ceux-là même qui les ont aidés, soit en leur servant de caution, soit en leur prêtant de l’argent.

68Plusieurs cas se présentent. Certaines fois, c’est un autre colporteur qui engage la procédure d’expropriation : c’est ce qui se passe pour Jean-Baptiste Charpin, que Balmain fait exproprier en 1831. Souvent ce sont d’autres créanciers qui déclenchent les poursuites : moins renseignés que Nicolet sur les dépendances et les solidarités de ces hommes, ils prennent ainsi moins de risque et s’assurent qu’ils seront les premiers remboursés puisqu’ils sont les premiers à réclamer. L’expropriation de Pierre Marigot de Venosc, en 1841, est la seule pour laquelle une entente s’est créée entre les créanciers : « Ils ont tous signé un compromis par lequel ils se sont engagés à ne faire aucune poursuite et que ceux qui en feraient n’auraient pas plus de droit que ceux qui seraient porteurs de simples promesses ». L’association, en évitant les frais de justice, a permis aux créanciers de rentrer dans leurs fonds, alors que le notaire Balme, du Bourg d’Oisans avait estimé que les biens seraient tout juste suffisants. Vis-à-vis de Nicolet, Laurent Marigot a remboursé les 500 francs qu’il lui avait empruntés en 1838, mais il s’est imprudemment porté caution pour 500 autres francs, empruntés par un autre colporteur de Venosc, Jean Bert. Or, si Jean Bert à cette date n’a pas encore été exproprié, c’est parce que Nicolet sait que les frais de poursuite seraient engagés en pure perte.

69Et dans les cas où lui-même déclenche la procédure, il l’arrête fréquemment avant son terme, préférant « un mauvais arrangement à un bon procès ». Si, en 1828, les frères Gonon, de Mizoen, sont expropriés et leurs biens vendus, dix ans plus tard, les trois frères Fay et leur beau-frère Gonon réussissent à arrêter la procédure grâce à l’intervention d’un autre de leurs beaux-frères, Marc Gravier, lui aussi de Mizoen, qui s’entend avec Nicolet en lui versant 200 francs qui éteignent les poursuites. Les biens des frères Fay n’étaient de toute façon pas suffisants pour couvrir leurs dettes.

70L’expropriation, Nicolet l’utilise beaucoup comme une menace susceptible de débloquer une situation, et pour forcer les cautions à payer pour le colporteur défaillant. La même histoire se répète avec la famille Bert, de Venosc mais, cette fois-ci, Nicolet sait qu’elle a aussi de l’argent à se faire rembourser de l’une des cautions. C’est une partie de ruses où chacun croit être trompé. De la famille Bert, nous connaissons le père, Pierre, et deux fils, Jean et Auguste. En 1832, Pierre doit 700 francs, et Nicolet insiste auprès de Gaston pour qu’il paye rapidement, trouve une bonne caution ou, à défaut, soit assigné « vu que ses affaires dédéclinent». L’huissier obtient 300 francs, le solde est remis sur un nouveau billet payable en mars 1833 au nom de Pierre et de son fils Jean et endossé par deux autres colporteurs : Joseph Ribot et Henri Sicard. Au printemps 1833, Pierre est remonté au pays sans s’arrêter chez le gantier. Joseph Ribot, lorsqu’il y fait halte, paraît surpris que les Bert n’aient pas retiré leur billet et refuse de le réendosser sur le champ : il demande huit jours. Nicolet est très inquiet de cette attitude car il craint que Joseph Ribot ne se fasse rembourser ce qui lui est dû ou se fasse faire une obligation particulière. Nicolet presse donc Gaston d’obtenir une nouvelle signature de Ribot.

71Or, la famille Bert a d’autres billets chez Nicolet : Jean et Pierre lui doivent encore 498 francs, Pierre et Auguste 298 francs, ce dernier billet étant garanti par un autre colporteur de Venosc, Jean Barruel : « Je vous prie, écrit Nicolet, soigner ces trois effets soit à l’amiable, soit par voie de justice ». L’arrangement prévaudra, en juillet, et le père et les deux fils iront à Grenoble faire un nouveau billet du total de toutes leurs créances, en compagnie de deux bonnes cautions.

72Mais l’année suivante, ce billet n’est toujours pas payé et Nicolet se sent joué : « Ce dernier délai, écrit-il à Gaston, n’avait pour but que de gagner du temps pour pouvoir partir au commerce sans être inquiété ». L’année passe ainsi, le billet grossit de ses intérêts, les colporteurs se tournent vers d’autres sources de crédit, et plus nombreux sont les hommes de Venosc impliqués comme cautions. En janvier 1835, Nicolet se tourne alors vers les cautions ; il écrit à Joseph Ramel, l’une d’elle, de venir à Grenoble. Le système va fonctionner, et les dettes se régler entre 1835 et 1837. Pour la campagne de 1837-38, Nicolet accepte même de prêter 304 francs à Jean. Mais le cycle recommence : en mai, Jean n’a pas payé ; retrouvé par Nicolet, il s’engage à se libérer en novembre suivant de Nantes où il travaille maintenant ; cette année, il ne remontera pas au pays.

73D’après la dernière lettre de Nicolet concernant cette affaire, non seulement Jean et Pierre, mais aussi Jean-Baptiste, un autre fils qui a entre temps atteint l’âge d’aller au commerce, n’ont pas réglé leurs billets au terme du mois de mai 1839. Ainsi, avec le temps et une bonne connaissance des villages, Nicolet arrive donc tant bien que mal à récupérer son argent sans trop de pertes ni de procès. Mais il faut bien sûr qu’il y ait des terres à pouvoir mettre en jeu.

74Mais si à la question rituelle « a-t-il suffisamment de biens pour couvrir les frais d’une expropriation ? », un notable répond que non, ou si une fois engagées les poursuites, il s’avère que le colporteur n’a plus rien à offrir, ou encore si la famille se refuse à aider celui des siens qui ne peut honorer ses engagements, il ne reste plus à Nicolet que defaire saisir le colporteur en tournée pour lui prendre ce qu’il a sur lui ou à attendre patiemment qu’il hérite.

75En décembre 1834, Nicolet demande à Gaston de cesser toutes les poursuites à l’encontre de Jean Béchier, de Mizoen, pour « ne pas dépenser du bon argent pour du mauvais ». Dans le même temps, il envoie son fils à La Charité pour qu’il tâche de retrouver ce colporteur. Le fils n’y parvient pas et noue des relations avec des commerçants locaux. Nicolet écrit à l’un d’eux, M. Ribert aîné : « Mon fils m’a fait part d’avoir eu l’honneur de faire votre connaissance. M. Gravier frère me dit que M. Béchier a de l’argent dans votre ville : trouvez l’endroit où il peut être pour faire saisir ses marchandises, argent et tout objet lui appartenant avec toute la rigueur que mérite pareille conduite ». Jean Béchier lui doit trois billets, respectivement de 489,75 francs, 207 francs et 273 francs et, dès lors que Nicolet a la certitude que le colporteur n’a pas de biens en Oisans, il presse Ribert de ne pas perdre un instant dans la crainte qu’il ne s’éloigne et ne disparaisse à jamais. En effet, pour ceux qui sont endettés et sans possession, la tentation est grande en pareil cas de ne plus jamais retourner au pays.

76Parallèlement, le gantier se tourne vers l’homme qui le lui a présenté, vers le « parrain » qui a répondu de lui. C’est Marc Gravier, un des riches marchands de Mizoen. Ils sont trois frères, toujours sollicités qui, finalement, dénouent nombre de conflits. Michel, le frère de Marc, malade, remonte au pays au mois de janvier 1835. Au passage, il s’arrête chez Nicolet qui le questionne sur Jean Béchier. Il apprend ainsi que ce dernier a l’intention d’aller à Troyes. Nicolet, comme à La Charité, écrit à l’un des négociants troyens qu’il connaît : « Comme sans doute il ne se présentera pas sans argent, tâchez de le prendre et de saisir toutes ses marchandises et argent. Vendez-les. Je vous enverrai tous les papiers dont vous aurez besoin. Veuillez bien, mon cher ami, ne pas me refuser vos bons offices dans cette circonstance je vous en aurai une éternelle reconnaissance et vous offre la réciproque dans toutes les circonstances ».

77Malgré la maladie de Michel, les affaires des frères Gravier marchent bien. En février de la même année, Marc envoie 3.000 francs à verser sur le compte qu’il a ouvert chez Nicolet et il ne se soustrait pas aux responsabilités qu’il a prises en présentant Jean Béchier : il paye l’un des trois billets. Nicolet l’en remercie et ajoute : « Je vous serais très reconnaissant de m’aider à me sortir de cette malheureuse affaire en faisant en sorte de le voir et lui faire toutes les représentations possibles en ma faveur et vous faire remettre pour moi tout ce qu’il aura en mains en déduction de ce qu’il me doit et en lui représentant que c’est vous qui l’avez amené chez moi la première fois et que c’est sur votre recommandation que je lui ai ouvert un crédit chez moi et que c’est à cette considération que vous tenez à cœur qu’il me paye. Si vous avez connaissance de l’endroit où il peut être d’un instant à l’autre, ayez la bonté d’en prévenir M. Ribert aîné qui se trouve chargé d’une mission [sic] auprès de lui... ».

78Finalement, Marc a décidé Jean Béchier à revenir avec lui à Mizoen, et en mai Nicolet charge Gaston d’aller les y retrouver munis des deux billets restants et des conseils suivants : « Voyez à en tirer parti soit par la douceur, soit par la persuasion soit enfin par menaces de le poursuivre même par corps et en définitif, s’il le faut absolument lui faire un abandon, vous le ferez et ce que vous ferez sera bien fait ». Nous ne savons pas quel arrangement a prévalu, mais nous constatons seulement que Jean Béchier n’apparaîtra plus jamais dans le livre de Nicolet. Il n’en a pas moins continué le commerce en empruntant à d’autres bourses. Sans plus de succès puisqu’en août 1849 un colporteur de Clavans le fait assigner pour recouvrer 410 francs qu’il lui avait prêtés deux ans plus tôt.

79Pour les colporteurs errants, Nicolet, jugement en main, attend qu’à la faveur d’un événement familial, ils soient tentés de retourner en Oisans. C’est ce qu’il a fait pour Pierre Caix, c’est ce qu’il s’apprête à faire pour Julien Dussert, d’Auris, dont il a appris, en 1835, qu’il ne remonterait plus au pays, lui laissant un billet de 432 francs impayé. Il essaye d’abord, sans succès, de le faire garantir par le père de Julien : « Son père a des moyens, écrit-il à Gaston, ne pourriez-vous pas espérer de le lui faire garantir au moins pour en assurer le capital après la mort ou enfin à prendre sur la légitime de Julien... ». Puis en 1836, il se tourne vers les oncles de Julien sans plus de réussite. En 1837, deux créanciers lyonnais de Julien se décident à le poursuivre en justice. Nicolet leur emboîte alors le pas. Cette démarche décide son oncle, Jean Dussert du Bourg d’Oisans, à promettre soit de payer, soit de garantir la somme qui, le temps passant, se monte à 500 francs. Mais il n’est pas lui-même très aisé car il n’a pas pu cette année solder, à la fin de sa campagne, les 735 francs qu’il avait empruntés pour aller au commerce l’automne précédent.

80L’été suivant, le père de Julien meurt et l’oncle Jean est chargé de s’occuper du partage mais, entre temps, le banquier a fourbi ses armes et il en sait plus long maintenant sur les liens financiers qui unissent cette famille. Il envoie donc à Gaston un billet de Jean de 528 francs, échu depuis mai 1834, ajoutant : « Dites-lui qu’il faut en finir pour ce qui concerne son neveu et qu’il en fasse son affaire propre ou autrement nous allons l’attaquer en partage de biens avec sa famille et faire vendre par expropriation au lieu qu’en se chargeant lui-même de me payer à une époque déterminée, il ne craint pas de perdre puisqu’il revient à ce Julien Dussert d’Auris plus qu’il ne me doit et pouvez lui dire affirmativement que je suis informé qu’il doit à son neveu une somme qu’il lui a prêtée dans le temps, que d’ailleurs s’il ne veut pas me donner cette satisfaction de se charger de ma créance, je le forcerai à me payer de suite les 925 francs qu’il me doit. Vous avez en main le jugement contre son neveu Julien qui vous donne la somme en capital, frais et intérêts, s’il faut faire un petit rabais, faites tout ce que vous jugerez convenable ».

81Si le colporteur meurt en tournée, ces pratiques économiques frappent les familles avec dureté. Le 9 août 1830, Laurent et Jacques Collomb ont quitté La Grave pour leur commerce. Laurent est mort pendant l’hiver, et mort « insolvable ». Nicolet demande à Jacques de payer le billet de 157 francs qu’ils ont souscrit ensemble à leur départ, mais Jacques refuse cette traîtrise du sort et n’accepte pas de payer plus que la moitié du billet. « Je ne sors pas de la justice de ma cause qui est que l’un des deux doit payer », écrit Nicolet en demandant à l’huissier Humbert de se présenter chez Jacques, de se faire régler ces 157 francs qui lui sont dus depuis trois ans et de s’en faire payer aussi les intérêts qui ont couru pendant ce temps-là. Il devine que Jacques ne raisonne pas ainsi et qu’il n’y verra qu’injustice. Il précise en conséquence à l’huissier de compter les intérêts à raison de 7 ou 6 % l’an et ajoute, sachant que ces intérêts seront encore plus mal acceptés, qu’il lui reste pour 50 ou 60 francs de gants que Jacques lui a remis en garde jusqu’à son prochain passage et que c’est sur eux qu’il se paiera des intérêts. Quant au frère, il n’a rien d’autre que ses deux malles qu’on va ouvrir pour inventaire. Nicolet écrit à l’huissier : « Faites venir sa veuve à Grenoble, s’il reste quelque chose après que je me serai fait rembourser ce qu’il me doit, ce sera pour elle »..

82Ainsi, grâce à ce document exceptionnel qu’est le registre des lettres de Nicolet, il est possible d’éclairer ce que les colporteurs ont tu et les mémoires oublié : le lacis de dépendances financières qui à la fois permet et ligote le commerce ambulant. Dans le rapport balzacien noué entre le marchand citadin qui prête, espionne, guette, et les paysans uissans obligés de s’endetter auprès de lui, deux réalités économiques s’avouent. La première atteste qu’en ce début du XIXe siècle, des fortunes provinciales peuvent se bâtir selon les plus anciennes pratiques usuraires, par l’accumulation primitive de profits minuscules, par la surveillance tenace, parfois cruelle, de débiteurs multipliés. Pour nombre de Nicolet du royaume, la manufacture n’est pas une tentation et l’activité commerciale elle-même cède facilement devant les séductions de la banque à petite échelle. Seconde réalité, rurale cette fois : elle indique la fragilité financière de ceux qui tentent l’aventure du colportage. Ils ne sont pas dépourvus de biens, puisque la prudence de Nicolet exige que la terre garantisse son crédit, mais ils ne disposent d’aucun argent aisément mobilisable pouvant financer leurs campagnes marchandes. Le travail des champs ne laisse guère de surplus négociables et les récoltes sont presque toutes entières absorbées par la subsistance familiale, l’entretien de l’exploitation, le paiement de l’impôt. Partir sur les routes exige donc l’endettement, et si la tournée n’est pas réussie, c’est le capital immobilier lui-même qui peut être entamé, ou, pire, démembré entre des créanciers impitoyables.

La décennie 1830 : un métier condamné

83Avant la grande crise économique du milieu du siècle, avant que n’apparaisse au grand jour l’exode massif qui vide les villages de l’Oisans montagnard et colporteur, avant aussi que les innovations techniques ne mettent le métier en porte à faux par rapport à son temps, les difficultés de la première moitié du siècle qui exacerbent les rapports entre marchands et créanciers, qui laminent les maigres profits tirés du prêt au colportage, et développent du même coup antagonismes et rivalités à l’intérieur des communautés, ont déjà sonné le glas de cette activité.

84En prenant le recueil de lettres de Nicolet, non plus affaire après affaire, mais dans son déroulement chronologique, on y lit la montée des tensions et le désintérêt de tous les acteurs pour ce jeu qui ne rapporte plus. La crise est déjà d’ailleurs là quand s’ouvre le registre. Elle se révèle au détour des phrases. En juin 1828, Nicolet parle des incertitudes de la ganterie à la suite de la rupture des opérations commerciales avec l’Angleterre. L’année suivante, c’est le prix des peaux qui a doublé, rendant le commerce encore plus difficile. En 1831, il s’inquiète du nombre toujours grandissant d’ouvriers sans ouvrage et il écrit à Henri Craffe, seul colporteur avec lequel il est en relation qui ne soit pas uissan, pour s’excuser de ne pouvoir l’aider : « J’aimerais vous faire toutes sortes d’avantages, mais vous n’ignorez pas que depuis plusieurs années que nous payons la peau si chère, nos bénéfices ont été réduits à rien et plus encore aujourd’hui que le commerce va si mal en général. Enfin, ce n’est ni vous ni moi qui sommes les auteurs de cette crise, encore faut-il la supporter en nous aidant mutuellement ».

85En Oisans aussi, les choses changent : il semble que pour les premiers billets, le gantier ne demandait pas de caution sauf si le colporteur désirait repousser la date de payement et s’il n’était pas sûr de sa solvabilité. Il le précise pour Pierre Mathonnet, qui lui demande quatre mois de délai pour payer un billet de 307 francs après avoir réglé les intérêts : « Je n’ai consenti à lui accorder que sous les conditions expresses qu’il me fournira bonne caution  ». La même année, en juillet 1828, il écrit ses nouvelles exigences aux huissiers : « Si vous n’arrivez pas à encaisser mes créances, obtenez une bonne et suffisante caution ».

86En 1831, débute sa demande de double cautionnement pour les billets pour lesquels les colporteurs demandent un délai. Ainsi avec la famille Sionnet : le père, Jean-Baptiste, s’est porté caution pour ses trois fils. Nicolet écrit à Humbert pour le prier « me dire entre nous si je dois bien compter sur la solvabilité du père, en cas douteux leur demander d’y joindre une autre bonne signature car surtout dans le temps où nous sommes, l’on ne saurait trop prendre de précautions ». En 1833, il intervient directement dans le choix des cautions. Devant la médiocrité générale des fortunes, Nicolet tâche aussi de lier les plus pauvres aux plus riches et d’imposer comme caution des hommes dont la fortune lui paraît plus assurée : ainsi il demande à Gaston d’obtenir la signature d’Etienne Paquet, si Joseph Balme ne peut payer et, dans d’autres cas, il récuse les cautions qui lui sont offertes. Cette même année, il fait protester les billets qui n’ont pas été soldés à temps et qui ne sont pas cautionnés. Mme Balme a souscrit deux billets, l’un au profit de Laurent Balme cadet du Villard-Reymond, de 158 francs, et l’autre au profit d’Augustin Freizet, de 130 francs. Le gantier a fait protester le premier mais non le second car il était cautionné. Il annonce l’année 1834 de manière plus sombre encore : « Cette campagne s’annonce d’une manière bien défavorable, le commerce languit de toutes les parties en général, la ganterie souffre n’ayant point de demande de nulle part. Tous les ouvriers sont sans ouvrage ».

87Pour les colporteurs aussi, ces années sont difficiles : les campagnes sont mauvaises et beaucoup n’arrivent pas à solder, à leur retour, les sommes qu’ils ont empruntées pour partir. De plus en plus nombreux sont ceux qui demandent des délais ; mais pour Nicolet il n’est plus question d’en accorder sans cautionnement, comme il l’écrit en avril 1834 à l’huissier de La Grave à propos de Joseph Carraud : « Ce même Joseph Carraud est ici aujourd’hui : il est venu chez moi me demander un délai que je n’ai pas voulu lui accorder et que je vous prie de ne lui accorder qu’en refaisant le billet sur timbre et revêtu d’une très bonne signature bien solvable, faute de quoi vous protesterez de suite, en temps utile car je ne veux plus accorder du délai sans cautionnement ». Nicolet termine sa lettre en faisant remarquer que c’est avec les gens de La Grave et des environs qu’il a le plus de mal à être remboursé et le plus de pertes.

88La même année, le jeune Pierre Humbert invite Nicolet à se rendre à Lyon pour qu’il s’arrange avec ses autres créanciers car il ne peut payer tout le monde ; il doit encore environ 400 francs au gantier : « Vous voyez, mon cher ami, conclut Nicolet dans la lettre à l’huissier Humbert où il relate cette histoire, qu’il y a bien de quoi dégoûter de prêter de l’argent et de vendre à crédit et ensuite d’accorder des délais aussi, je me dispose à être à l’avenir bien moins facile à donner du crédit sans caution : il faudra que je connaisse bien leur moralité et solvabilité pour que je me livre aux affaires... ».

89La crise culmine en 1837-38, années où même des maisons bancaires parmi les plus solides doivent déposer leur bilan, ce qui impressionne fortement le négociant-banquier. Pour lui, s’adapter à cette nouvelle crise, c’est peser plus fortement encore sur les gens d’Oisans. C’est à partir de 1837 qu’il insiste sur la nécessité de ne pas accepter de compte en retard. Si attendre et accorder des délais fait, en théorie, fructifier son capital grâce aux intérêts, en pratique, il expérimente qu’au bout du compte, puisque le colporteur est toujours endetté au-delà de ce que peuvent rapporter ses biens, les créanciers sont obligés de se partager ce qu’il a et perdent non seulement sur les intérêts, mais aussi sur le capital. « Veuillez ne pas les laisser partir pour le commerce avant que de les avoir forcés au payement », écrit-il au sujet de deux colporteurs de La Grave, Louis Bouillet feu Jacques et Henry Aymond. Au sujet du billet de Jean Giraud et de Pierre Turc fils à feu Joseph, de 316 francs, échu en mai et sur lequel il reste 166 francs : « Veuillez leur dire que je ne veux point de compte en arrière que je veux en finir un avant d’en commencer un autre et faites leur payer les intérêts pour retard car ils le font exprès pour n’en pas payer ».

90Leitmotivs de cette époque : pas de compte en retard, multiplier les garanties avant et pendant les transactions. Son discours est beaucoup plus tranchant. Protêts et interventions judiciaires se font plus nombreux, en même temps qu’il tâche de régler les affaires qui traînent depuis plusieurs années. Dans le même temps, les taux d’intérêts passent de 6 à 7 %.

91Multiplier les garanties, c’est bien sûr multiplier les cautions. Du simple cautionnement, on passe au double cautionnement en 1831 pour les colporteurs qui ne soldent pas leur billet en mai ; en 1837, il demande cette double caution avant même de s’engager dans une nouvelle opération. Il en avertit Gaston : « Dites à ceux de nos pratiques... que j’ai eu belles marchandises à bon compte pour les recevoir mais que cette année plus que jamais je tiens à avoir double et bonne signature ». Il l’écrit aussi, pour s’en excuser, à certains de ses « bons » colporteurs. Répondant à une lettre de Joseph Hostache, maire d’Auris, où il lui parle des affaires de Julien Garden et de Pierre Hostache, il poursuit : « Je vous dirai avec franchise que je ne suis pas mécontent de lui ni de l’autre qu’ils ont très bien soldé ce qu’ils avaient pris l’année dernière, mais cette année, la crise commerciale se faisant sentir dans toutes les branches qu’ébranlent jusqu’aux maisons de banque les plus solides m’obligent à prendre mes précautions sur mes prêts d’argent. Ces précautions ne sont autre chose qu’à me fournir bonne et suffisante caution. Dans ce cas, pour cette année, je leur fournirai tout ce qu’ils auront besoin en belles marchandises fraîches et à bon marché et quelque peu d’argent pour faciliter le commerce. Dans le cas contraire, je préfèrerai renvoyer à une autre année le plaisir de faire des affaires voulant le faire avec toute la sécurité que demande la circonstance. Voilà le langage que j’ai tenu à M. Julien Garden soit pour lui soit pour faire part au sieur Pierre Hostache et le tout sans intention de les offenser... »

92Quant à l’argent déjà prêté, il est plus exigeant encore : le billet de 626 francs de Pierre Puissant arrive à échéance à la fin du mois de mai 1837 ; dès le 12 mai, il écrit à Gaston pour qu’il veille à se faire payer à l’échéance ou alors, qu’à la première caution, qui est Jean-François Porte, il ajoute un deuxième endosseur valant celui-ci. Il refuse que la même personne soit caution de plusieurs billets. Il interdit ainsi à Etienne Pellorce du Cuculais, qui a déjà cautionné un billet, d’en cautionner un autre.

93En même temps il s’efforce de faire rentrer les vieilles créances, comme ce billet de Louis Bouillet fils à Louis, de 410 francs, dû depuis l’année 1833 : « Je ne retrouve aucune trace de son payement. Depuis cette époque, nous n’avons plus rien fait ensemble. Voyez à me débrouiller tout cela, vous m’obligerez infiniment...» Et son propos devient moins conciliant. Il parle de poursuivre pour des billets qui ont quinze jours de retard : « Faites payer ou assignez Pierre Turc pour son billet de 153 francs » ; « Que Pierre Arnol fils à Ambroise paye ou vous allez le poursuivre ». Il est décidé à faire assigner quatre personnes pour 50 francs : Jean Balme a laissé 50 francs sur son billet avec la promesse que Joseph Turc les donnerait à l’huissier Gaston. Le gantier écrit à ce dernier : « A la première occasion, je vous prie de dire à l’un des signataires du cautionnement que vous trouverez ci-joint de payer ses 50 francs... à défaut, vous les ferez assigner tous les quatre ». C’est à cette époque qu’il revient sur les propositions de rabais qu’il avait acceptées de la part de François Pellorce, et qu’il se décide à son sujet à faire un exemple.

94Le résultat : une avalanche de poursuites. Rien que pour le mois de juin 1838, il a fait procéder à une saisie-arrêt contre Bernard Bertaillon, de Venosc, et fait assigner les héritiers et la veuve de Louis Sert, Henri Jouffrey, Etienne Fège... Dans ce climat de crise, les antagonismes s’exacerbent au village. L’huissier, courroie de transition, devient bouc émissaire : c’est de cette époque que datent les lettres de Nicolet où il écrit « et prenez sur vous de lui diminuer encore cent francs. Je me ferai un devoir de désabuser tous les messieurs sur les reproches qu’on vous adresse, sur les conseils qu’ils croient que vous me donnez... ». Les marchands ne sont plus dupes, la méfiance et la rancœur inspirent maintenant leurs comportements. La dégradation des rapports entre le gantier et ses marchands est encore plus évidente. Deux affaires de 1838 traduisent cette perte de confiance réciproque et l’ampleur des tensions : celle de Julien Dussert, d’Auris, et celle d’Etienne Fège.

95Julien Dussert, qui a été poursuivi par ses créanciers lyonnais, accuse Nicolet de les avoir montés contre lui et de les avoir poussés à saisir la justice. Le banquier s’en défend : « Leur jugement est inscrit quatre jours avant le mien ». Le ressentiment est tel que Nicolet craint que les colporteurs, pour se venger personnellement de lui, ne préfèrent, tant qu’à aliéner leurs biens, que l’argent ne lui revienne pas. C’est ce dont il soupçonne Etienne Fège : « Hier, il est venu chez moi pour me demander des délais sans me présenter un sou. Je l’ai tortillé de toutes manières sans réussir à en obtenir la moindre des choses. Je suis allé de suite chez M. Blaive pour le faire assigner ainsi que les deux cautions... Fège me demandait avec insistance d’attendre quelques jours que ses intentions étaient de vendre une terre pour me payer mais irrité de ce qu’il ne me donnait rien, et dans la crainte qu’il ne prenne des précautions en aliénant ses biens pour me frustrer, car il faut tout prévoir... ». Méfiance et nervosité : Nicolet court chez son avoué pour faire assigner le colporteur.

96On s’en doute, ces années sont particulièrement difficiles pour les marchands, et même ceux dont la fortune semblait bien établie vacillent : « Je vous prie me dire confidentiellement et dans le secret, entre nous, si ce dernier n’est pas toujours bien solvable ». Il ne l’est plus. « La solvabilité dudit Bouillet étant chancelante... », lit-on dans une autre lettre ; et même celle de Michel Humbert diminue : « J’ai bien reçu la votre honorée du 30 écoulé, mais je ne saurais comprendre ce que vous voulez me dire à l’égard de Michel Humbert... serait-il en déconfiture : Cela me serait bien pénible et bientôt on ne saura plus à qui se confier... ». En 1838, la mère de Jean Chalmette vend sa vache pour payer le billet de son fils et le père de Dussert fils vend son cheval. Aux difficultés économiques s’ajoute, durant l’été, une épidémie en Oisans et, à cause d’elle, certains marchands ne remontent pas.

97Les années 1839 et 1840 n’apportent aucun apaisement. Les rapports entre Nicolet et ses marchands sont toujours aussi dégradés, comme en témoigne la correspondance qu’échange le gantier avec M. Liauthaud, installé à Nantes, au sujet de Jean-Baptiste Bert. Fidèle à la tradition des anciens marchands qui ont réussi dans l’émigration et qui continuent à soutenir leur communauté d’origine, M. Liauthaud a embauché Jean-Baptiste Bert l’année précédente et a réglé à sa place le billet qu’il devait à Nicolet. Le gantier l’en remercie en février 1839 et ajoute : « Si comme vous me le faites espérer, il se présente d’ici au 15 courant, je vous prie en solliciter le remboursement intégral... sans lui faire connaître que nous sommes en correspondance à son sujet... et pour votre compte, je ne l’ai pas vu l’année dernière par conséquent nous n’avons rien fait ensemble. Veuillez ne pas lui faire part de mes observations, au contraire, tâchez de l’intéresser à ce qu’il nous serve à nous aider à faire payer Jean Bert car, à vous dire vrai, et entre nous, une bonne partie de ces gens-là se gâtent, ceci pour votre gouverne... ».

98La fin de l’année 1839 se termine par un échange de lettres des plus vifs entre Nicolet et un de ses colporteurs, Philippe Freizet, du Bourg d’Oisans, alors en tournée à Agen. Nous avons la réponse de Nicolet : « Si je suivais l’impression que me donne votre lettre du 1er décembre courant, aussi malhonnête qu’inconvenante, je ne répondrais pas ; mais je dois à mon honneur et à ma réputation outragée vous relever sur les attaques que vous me faites, et c’est la première fois de toute ma vie commerciale que je reçois de pareilles sottises... D’abord, il est faux que je vous ai vendu des marchandises à des prix plus élevés qu’à tout autre ; j’ai votre facture et celle de Sciaud et Martin sur mes livres où je n’y trouve point de différence sinon sur les qualités comme vous en avez vous-même qui diffèrent des prix, comme aussi de qualité, ce qui sera toujours facile à reconnaître et à faire comprendre... ».

99« Quant à la perte d’un mois sur les négociations de vos billets payables en divers lieux, comme tous ceux avec qui je fais des affaires ou prêts d’argent vous avez toujours payé cette différence qui d’ailleurs n’est pas mon bénéfice étant une perte que je suis obligé de faire en négociation... ».

100« Le commerce ne peut pas se faire sans un avantage réciproque, tout petit qu’il soit, libre à celui qui n’y trouve pas son compte de prendre chemin ailleurs ; pour moi, le mien est pris dès aujourd’hui... ».

101« Si vous avez besoin de m’écrire de nouveau, vous aurez soin d’affranchir vos lettres ».

102Ainsi, au tournant des années 40, et avant la grande crise du milieu du siècle, Nicolet se détourne peu à peu des prêts aux colporteurs. Il a multiplié ses exigences au long de cette première moitié du siècle et, parallèlement, les rapports se sont dégradés. Le gantier s’éloigne de l’Oisans, élargit ses activités bancaires à d’autres particuliers, et investit dans l’industrie naissante. Une des sources majeures de financement des colporteurs se tarit et, dans le même temps, nombreux sont ceux qui, à la première occasion, ne remontent pas au pays, restant là où ils ont trouvé à se faire embaucher. Le métier difficile est de plus en plus mal vécu.

Notes

1 A.D. Isère, 1J 829, Registre des copies des lettres adressées par Victor Nicolet, fabricant de gants, rue Saint-Jacques, à Grenoble, à divers marchands colporteurs de l’Oisans chargés de la vente des gants de sa fabrique : remise de marchandises, réglements, avance d’argent, 7 janvier 1820-10 avril 1842.

2 Mémoires de Grégoire PERRIN (1772-1854), Manuscrit Musée Dauphinois.

3 P. LÉON, La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin du XVIIe-1869), Paris, P.U.F., 1954, 2 vol., t. 1, p. 90.

4 P. LÉON, op. cit., t. 1, p. 185, et R. BLANCHARD, Les Alpes occidentales, op. cit., t. III, 1ère partie, p. 331. L’émigration briançonnaise est mieux connue pour cette époque, grâce aux travaux de R. BLANCHARD, Les Alpes occidentales, op. cit., t. IV, 2ème partie, p. 471, de M. CRUBELIER, « Le Briançonnais à la fin de l’Ancien Régime », Revue de Géographie Alpine, t. XXXVI, 1948, pp. 366-368, et de R. MULLER et Ch. P. PEGUY, « Contribution à l’étude humaine des Alpes Briançonnaises », Revue de Géographie Alpine, t. XXXII, 1944, p. 77.

5 A.D. Isère, 1J 829, lettre à l’huissier Gaston du Bourg d’Oisans, du 1er avril 1837.

6 Bibliothèque Municipale de Grenoble, Uh 26.

7 L. CORTES, « Contribution à l’étude des colporteurs. Les aventures de deux marchands de fleurs en Amérique », Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d’Anthropologie, t. XXVI, 1929, no 1-4, pp. 17-22.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search