Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre II. Splendeur et misère du colportage uissan

Texte intégral

Diagnostics anciens

  • 1 J.D. FORBES, op. cit., 18 septembre 1858.

1Combien étaient-ils à partir la balle au dos ? Si on en croit la littérature : tous ou à peu près. J.D. Forbes, dans son récit de 1839, après avoir relevé la politesse de manière et la pureté de dialecte de l’homme auquel il a demandé son chemin entre Venosc et La Bérarde, ajoute : « J’appris plus tard qu’il n’y a peut-être pas un homme de cette vallée qui n’ait plus ou moins voyagé. Pendant les sept à huit mois qui constituent vraiment leur hiver, tous les habitants mâles jusqu’au dernier (sans même en excepter un) quittent leur demeure et parcourent les diverses parties de la France comme colporteurs, leur principal commerce étant la vente de plantes vivantes et de graines. Ils reviennent à l’époque de leur tardif printemps, rapportant les objets nécessaires à leur consommation et que leur pays ne pourrait leur fournir. Et de là viennent, comme je l’ai déjà dit, l’indépendance et l’aisance des habitants de Saint-Christophe, en même temps qu’une certaine énergie de caractère qui tient plus du paysan quelque peu aristocrate de la Suisse que du paysan français en général »1.

2Le baron Achille Raverat, remontant la même vallée du Vénéon au milieu du siècle : « Une chose nous avait surpris : depuis notre entrée dans la vallée, nous n’avions aperçu aucun homme parmi la petite population qui l’habite ; et, surprise plus grande encore ! de cette même population la plupart des femmes étaient enceintes ». La « mère Pâquet », qui tenait l’auberge de Venosc, où il s’était arrêté, lui fournit l’explication suivante : « Dans ces pays, il est une industrie locale exercée par les habitants probablement depuis des siècles : pendant les chaleurs de l’été, les femmes et les enfants vont cueillir sur le sommet des montagnes les plantes aromatiques et vulnéraires connues sous le nom de thé suisse, fleurs béchiques, etc., et que les hommes, une balle sur le dos, vont colporter au loin.

  • 2 A. RAVERAT, op. cit.

3« A la suite de leurs tournées, parfois assez lucratives, on les voit, comme des volées d’oiseaux, rentrer dans leur village à l’approche de l’hiver qu’ils passent au sein de leur famille ; aussi, de même que les oiseaux, ces braves gens n’ont-ils qu’une saison pour leurs amours !... Mais au printemps, laissant provisoirement femmes et enfants sous la garde des vieillards, ils repartent, chargés des plantes ramassées l’été précédent »2. Remarquons au passage que ces deux récits se contredisent quant à la saison des absences.

  • 3 Le baron d’HAUSSEZ, op. cit., p. 96.

4A ce type de textes, majoritaire, où tout habitant est colporteur, s’oppose une autre tradition où la spécialisation n’est pas tant fixée. Le baron d’Haussez, ancien préfet de l’Isère, qui écrit en 1828, illustre ce deuxième courant : « La rigoureuse température des montagnes se réunit au peu de fécondité du sol pour forcer à une émigration de quelques mois par année les hommes, les enfants même dont les forces ne trouveraient pas à s’exercer sur un sol couvert de plusieurs pieds de neige. Des plantes récoltées à peu près au hasard, des fragments de minéraux, quelques écureuils, des marmottes, offrent aux plus industrieux des moyens de commerce qu’ils vont exercer quelques fois jusqu’aux extrémités de l’Europe. D’autres s’établissent en qualité d’instituteurs dans des communes rurales. Le reste se condamne aux travaux les plus pénibles de quelque nature qu’ils soient et partout où ils se présentent »3.

5Les deux traditions ont donc construit leur représentation à partir de ce qui les a le plus frappées : dans le premier cas, en étendant à tous le génie commerçant de quelques-uns ; dans le second, en liant la détresse du plus grand nombre et un colportage de misère, toujours à la limite de la mendicité vagabonde.

6Plus près de nous, et en s’appuyant sur des enquêtes orales menées en 1911 et 1922-1923, C. Robert-Muller et A. Allix décrivent ainsi la conjoncture et l’ampleur du phénomène : « La tradition orale ne fait guère remonter le début du colportage de l’Oisans plus haut que les premières années du XIXe siècle (...). Sur ce point, la tradition orale est en défaut (...). Peut-être, cependant, cette pratique a-t-elle diminué à la veille de la Révolution française, alors que la population de l’Oisans semble avoir traversé une forte période de baisse ; peut-être a-t-elle repris avec une intensité nouvelle, lorsqu’après les guerres de l’Empire la population a recommencé de s’accroître, au début du XIXe siècle.

  • 4 C. ROBERT-MULLER, A. ALLIX, Les colporteurs de l’Oisans, Grenoble, 1925, réédité P.U.G., 1979, pp. (...)

7Dès le milieu du siècle, la pratique du colportage hivernal semble bien implantée dans dix-huit au moins des vingt-deux communes de la région. Elle s’accentue après la guerre de 1870 et prend alors parfois des formes nouvelles ; elle atteint son maximum entre 1880 et 1890, pour décliner graduellement jusqu’à la veille de la grande guerre »4.

8Les souvenirs recueillis leur font retrouver la trace, pour l’année 1886, de 786 colporteurs, ce qui représenterait pour certaines communes plus de 80 % des chefs de ménage. Estimant incertains ces souvenirs vieux de trente-cinq à quarante ans, et qui pèchent par défaut, au moins pour certaines communes, ils corrigent à la hausse les chiffres obtenus et évaluent le nombre de colporteurs, pour les belles années de la décennie 1880, à 800 ou 900, voire un millier. « Cela représente presque un chef de famille sur trois, et pour l’ensemble de l’Oisans, un sur quatre. A Ornon, à Clavans, peut-être aussi à Mizoën et à Venosc, et à coup sûr dans les petites communes telles que Villard-Reculas, Oulles et Villard-Notre-Dame, il est certain que tous ou presque tous les chefs de famille partaient commercer l’hiver ».

  • 5 A. CHATELAIN, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale de (...)
  • 6 J.-J. DARMON, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteurs et cu (...)

9Il est à noter que la conjoncture ainsi proposée est contraire à celle que l’on observe partout ailleurs en France. Abel Chatelain, dans son ouvrage sur les migrants temporaires au XIXe siècle, place l’apogée du phénomène dans la première partie du siècle et constate pour la seconde moitié un recul général, l’émigration définitive prenant le dessus5. Jean-Jacques Darmon, dans son étude des colporteurs pyrénéens, aboutit aux mêmes conclusions : une forte progression dans les années 1820, et une chute brutale entre 1850 et 1870. Le déclin s’amplifie après 1870 jusqu’à la disparition du colportage dans les années 1880. Colportage de livres, le colportage pyrénéen est certes particulier, et cède aussi sous les coups du pouvoir politique. Mais son effacement traduit également un fait de civilisation ; il meurt d’être inadéquat à son temps6.

  • 7 R. BECQUEVORT, Les colporteurs d’Arconsat au XIXe siècle, Cercle occitan d’Auvergne, Clermont-Ferr (...)

10Même évolution à Arconsat. Le colportage n’y débute que dans les années 1815, mais il prend vite une grande ampleur : 73 passeports sont délivrés en 1819, 133 en 1820. A partir du dernier quart du XIXe siècle, le phénomène va sans cesse en diminuant, remplacé par une émigration définitive vers les centres urbains, et il s’éteint définitivement avec la première guerre mondiale7. Pour cette commune, manquent malheureusement des données chiffrées pour les années 1840-1870, mais l’évolution d’ensemble reste la même.

11L’Oisans serait-il le contre-exemple d’une tendance générale ?

La conjoncture démographique de l’Oisans

12Pour répondre à une telle question, il nous faut d’abord restituer la conjoncture démographique des villages uissans qui, seule, peut donner sens aux variations du nombre des colporteurs. Le mouvement général de la population montre un fort contraste entre les deux demi-siècles : une croissance forte jusqu’au maximum séculaire de 1846, un recul d’abord brutal, puis plus régulier, de 1846 à 1901.

13Le premier tiers du XIXe siècle connaît une expansion marquée de la population, qui passe en trente ans de 12.888 à 16.262 habitants, soit une croissance annuelle de 0,78 %. Le minimum séculaire de 1846 frôle les 17.000 habitants. Après cette date, la chute est brusque : dix ans après, les communes de l’Oisans ont perdu près de 2.000 habitants, et vingt-cinq ans après près de 3.000. La baisse se poursuit ensuite, plus modérée et, en 1901, le chiffre total de la population est à deux cents près celui de 1801.

14Ce siècle pour rien, du point de vue démographique, qui précède l’effondrement du premier quart du XXe siècle (moins 2.000 habitants en vingt-cinq ans), n’est pas identique pour chacune des communes. Ce sont les variations de population de la plus grosse d’entre elles, le Bourg-d’Oisans, qui lui donne son profil d’ensemble. Elle rassemble un peu moins du cinquième de la population de l’Oisans et pèse plus lourd dans la seconde moitié du siècle. Avec des pentes moins raides, la conjoncture démographique d’ensemble décalque donc celle du Bourg d’Oisans, caractérisée par une forte croissance entre 1816 et 1846, et par un abrupt déclin dans les quinze années qui suivent.

15Seconde évolution particulière qui marque la courbe d’ensemble : celle de Livet-et-Gavet. La commune qui bénéficie de l’équipement hydro-électrique de la basse vallée de la Romanche, retrouve en 25 ans - de 1866 à 1891 — les trois cents hommes qu’elle avait perdus dans les vingt années précédentes, et le mouvement s’amplifie ensuite puisqu’en dix ans, de 1891 à 1901, elle gagne plus de quatre cent cinquante habitants supplémentaires. Cette croissance spectaculaire (près de mille personnes de plus à la fin du siècle) explique pourquoi la courbe démographique globale des communes de l’Oisans, après une chute brutale au milieu du siècle, connaît un recul beaucoup plus modeste dans le dernier tiers du siècle.

16Pour les communes de haute et de moyenne montagne (à part Saint-Christophe, que le tourisme a préservée pour un temps — 416 habitants en 1801, 478 en 1901 —), l’évolution démographique épouse de près la conjoncture agricole. Treize d’entre elles ont leur maximum de population entre 1846 et 1851. Nous avons inclus La Garde dans ce groupe, bien que son maximum intervienne dès 1826 avec 430 habitants car jusqu’en 1846 sa population est étale : 428 habitants en 1831, 418 en 1846 ; la chute vient ensuite : elle perd 17 % de sa population dans les vingt années qui suivent. La précision des recensements n’est d’ailleurs pas telle que l’on puisse clairement distinguer les chiffres de population lorsqu’ils ne sont pas séparés par plus de 2 % d’écart. Clavans, à l’inverse, ne gagne dans les recensements que 32 habitants entre 1831 et 1851 — soit plus de 8 % en vingt ans —, ce qui ne permet pas de situer sa population maximum en toute certitude. Elle perd ensuite 15 % de ses habitants dans les dix années qui suivent. Ce sont là les communes les plus basses ; seule Oulles dépasse 1.400 mètres mais elle compense les désavantages de son altitude par une plus grande richesse en pâturages et en pacages.

17Les neuf autres communes s’étagent entre 1.450 mètres — Villard-Reculas — et 1.660 mètres — Villard-Reymond —. Seule Venosc, commune d’envers, au cœur de l’aride vallée du Vénéon, n’est qu’à 950 mètres. Elles ont toutes atteint leur maximum de population au plus tard en 1831 (Huez l’atteint même en 1810). A la fin du siècle, ces communes d’altitude ont perdu entre 52 % et 23 % de leur population maximale. A part Saint-Christophe, aucune ne retrouve les chiffres de 1801. Les plus lourdement touchées sont Villard-Eymond et Venosc, qui perdent respectivement 52 et 46 % de leur population.

18Les communes plus basses, plus favorisées parce que profitant d’une saison agricole plus longue et de meilleurs terroirs, mais aux densités plus fortes aussi, enregistrent des pertes analogues. Certaines ont profité un temps d’activités annexes, comme Le Freney qui, au milieu du siècle, garde pour dix ans encore, grâce à la construction de la route du Lautaret, le maximum de population atteint en 1846. Répit temporaire car la chute est ensuite extrêmement brutale : en vingt ans, elle perd 170 habitants, soit 26 % de sa population (voir tableau I).

  • 8 A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., pp. 756-758 et fig. 56.

19Finalement, à part Livet dont la courbe a épousé le rythme du développement industriel de la basse vallée, toutes les autres communes de l’Oisans ont, avec un décalage de quinze à vingt ans, le même profil démographique : une croissance avec toutefois des paliers au début du siècle, puis une récession. Pour les villages les plus hauts, la succession des mauvaises années au commencement du siècle marque le premier déclin et enclenche l’inversion de la courbe. La grande crise du milieu du siècle amorce, pour les autres, la première chute brutale. Pour tous ensuite, la décroissance avec une baisse en escalier qui traduit l’extrême fragilité de ces communes vulnérables à toutes les crises agricoles. Une dernière chute correspond à l’invasion des blés étrangers à bas prix après 1870 et ne cesse, au début de 1893, qu’avec l’instauration d’un tarif protecteur ; elle a touché plus fortement les communes de moyenne et basse altitude. La fin du siècle marque une pause avant la culbute que font toutes les communes après 19118.

Dénombrer les colporteurs

20Il est difficile de confronter à cette conjoncture démographique une conjoncture du colportage car les sources utilisables sont à la fois fragmentaires, indirectes et difficiles d’interprétation. L’étude des passeports, qui laisse espérer une bonne source puisque depuis les lois du 10 vendémiaire an IV et du 25 vendémiaire an VI tous les migrants sont tenus de s’en faire établir un dans leur commune d’origine, se révèle décevante. Fort peu ont été conservés et, en outre, ils ne reflètent qu’imparfaitement le nombre de colporteurs puisque certains, connaissant suffisamment de routes et de personnes pour avoir des répondants partout, n’en demandent pas alors que d’autres font circuler à l’abri de leur passeport des enfants et des jeunes gens en dessous de l’âge de la conscription.

21Les recensements quinquennaux sont rares eux aussi dans les archives communales avant celui de 1896 et, sur les listes nominatives qui ont été conservées, peu de colporteurs se disent tels, préférant la dénomination de cultivateurs.

Tableau I. Le recul démographique des villages de l’Oisans au XIXe siècle

Tableau I. Le recul démographique des villages de l’Oisans au XIXe siècle

22Les archives municipales sont trop pauvres pour permettre une étude d’ensemble et les enquêtes statistiques qui comptabilisent en principe le nombre de patentes délivrées dans chaque canton oublient le plus souvent de les mentionner. Ainsi, en 1806, les comptes rendus de l’enquête sur l’état des citoyens se contentent d’indiquer que « le nombre des patentes est à peu près le même que dans les années précédentes si on excepte les cabaretiers qui se sont multipliés d’une manière peut-être fâcheuse pour la société ». Seule l’enquête de 1848 en donne le nombre total : 594.

  • 9 L. CORTES, op. cit., p. 226 ; A.D. Isère, 4E 38 1K2.

23Ce sont donc les archives commerçantes qui permettent le mieux de mesurer le phénomène, et en premier lieu, les patentes. Bien que peu de registres en aient été conservés, il reste deux séries complètes, l’une en 1796 et 1797, l’autre en 1850, permettant deux pesées globales : la première avant que le grand siècle du colportage ne commence, l’autre au moment où la plupart des villages ont atteint leur maximum de population. A la fin du siècle, les listes d’élection au tribunal de commerce peuvent pallier l’absence de registre de patentes. Une telle liste nous permettra une dernière pesée en 1870, au moment où la courbe de population a déjà faibli depuis au moins vingt ans9.

  • 10 M. BALME, Observations sur l’application de la loi des patentes dans le canton de Bourg-d’Oisans, (...)

24Toutefois, ces listes de patentés doivent elles aussi être examinées avec précaution comme le fait remarquer au préfet de l’Isère Maître Balme, notaire au Bourg d’Oisans, dans les Observations sur l’application de la loi des patentes dans le canton de Bourg d’Oisans qu’il lui adresse en 1850. Pour étayer son argumentation, il a dépouillé les rôles des patentes de l’année 1850, village par village. Au total, Balme a dénombré 798 patentes. Mais, écrit-il, il faut retrancher à ce nombre environ un huitième qui représente le nombre de marchands qui ne quittent jamais le pays ni leur domicile. En ôtant le même pourcentage sur la somme totale exigée au titre des patentes, il reste, ajoute-t-il, une somme énorme — 23.093 francs et 21 centimes — que doivent payer « 700 individus nomades que l’on qualifie de marchands colporteurs et qui sont frappés par la loi des patentes comme marchands forains10.

25« Or, Messieurs, vous savez et tout le monde sait si le colporteur de l’Oisans peut et doit sérieusement être considéré comme marchand forain dans le sens de la loi : le très grand nombre de ces hommes, qualifiés de colporteurs, du mois de novembre au mois d’avril de chaque année, ne quittent leurs parcelles de terre, ne produisant en général que du seigle et des pommes de terre, que parce qu’il leur est impossible de les cultiver et d’y toucher, à cause des quantités considérables de neige qui les recouvrent pendant cinq à six mois au moins, et vont, dans des contrées mieux favorisées de la nature, chercher un moyen d’existence que la nature leur a refusé chez eux ; et la plupart même de ces hommes, qualifiés mal à propos de colporteurs, vont souvent travailler comme manœuvres et cultivateurs dans des ateliers de travaux publics. Ce sont là des faits de notoriété publique... ».

26Il demande donc, puisque les critères de la loi n’épousent guère la réalité et que le recouvrement de cet impôt est presque impossible, qu’une première réforme fasse correspondre patentes et activité commerciale véritable.

27Il révèle en même temps combien est instable la réalité qui se cache sous ce mot de colporteur puisque, pour beaucoup, être colporteur et payer patente c’est acheter le droit à partir honorablement. Une fois partis, il n’est pas sûr qu’ils porteront effectivement la balle. En théorie, ils partent pour cinq à six mois tous les ans ; en fait, certains ne partent pas chaque année, d’autres restent plus longtemps, d’autres ne reviennent jamais.

28Toutefois, l’analyse de ces trois séries de patentes autorise plusieurs conclusions. D’abord elle révèle une grande instabilité du nombre des colporteurs. La caractéristique principale de ces relevés reste en effet la grande variation du nombre des patentes prises d’une année à l’autre. Si pour l’an V, Louis Cortès en a relevé 269, et pour l’an VI 270, les disparités sont très grandes à l’intérieur d’un même village, et le Bourg-d’Oisans pèse d’un grand poids : 120 patentes en l’an V, 82 en l’an VI. En 1850, Maître Balme en compte 798 et, deux ans auparavant, l’enquête de 1848 en relevait 594. Le notaire Balme donne une des clefs de ces écarts : tous les patentés ne sont pas colporteurs. Comment démêler les vrais des faux ? Les colporteurs des mendiants et des vagabonds ? Seule une étude de cas, et celle des mécanismes qui sous-tendent le métier peuvent faire pénétrer à l’intérieur de ces variations et leur donner sens.

29Parmi les patentés, le nombre de colporteurs diminue à la fin du siècle. En effet, la liste des électeurs commerçants de l’arrondissement de Grenoble dressée en 1870 précise le nom, le prénom, la date de naissance, le domicile et la profession de ces hommes, permettant de distinguer les sédentaires des migrants et, à l’intérieur de ces derniers, les différents types de colporteurs. Le nombre total de patentés pour l’Oisans est alors de 571, mais le nombre de colporteurs, lui, n’est que de 358, c’est-à-dire 62,9 % du total. Première constatation par rapport à l’estimation de Maître Balme : le pourcentage de colporteurs a baissé puisqu’il était de 87,5 % en 1850. Et l’écart par rapport à ce taux moyen est très grand : pour le groupe de tête (La Garde, Mont-de-Lans, Venosc) le rapport se situe autour de 90 % ; pour d’autres communes (Livet-et-Gavet, Vaujany et Allemont) le rapport oscille entre 0 % pour Livet-et-Garet, qui prend pourtant 22 patentes, et 19 % pour Allemont. Les cabaretiers, les ardoisiers à Allemont, les coquetiers à Vaujany expliquent ces patentes non colporteuses (tableau II).

30A partir de ces trois sources (les patentés de l’Empire, ceux de la mi-siècle, les électeurs de 1870), on peut donc dresser un palmarès des villages colporteurs. En l’an V et en l’an VI, huit se retrouvent dans les dix premiers les deux années considérées : non seulement Bourg-d’Oisans, Ornon et Oz, mais aussi Livet-et-Gavet, Allemont, Oulles, La Garde et Villard-Eymond. En 1850, sept sont situées au-dessus de la moyenne uissane : La Garde, Venosc, Omon, Huez, Mont-de-Lans, Villard-Reymond, Clavans et Bourg d’Oisans. Par rapport aux communes les plus patentées des ans V et VI, quatre nouvelles venues (Mont-de-Lans, Clavans, Huez et Venosc) et cinq disparitions (Livet-et-Gavet, Allemont, Oz, Oulles, Villard-Eymond). Les données de 1870 montrent la stabilité des rangs : comme vingt ans plus tôt, le classement met dans l’ordre La Garde, Venosc, Huez (troisième au lieu de quatrième) et Omon (quatrième au lieu de troisième) ; Clavans demeure septième. Seuls changements, l’intrusion du Freney dans le groupe de tête et la disparition de Villard-Reymond.

31Ce classement des villages colporteurs permet ainsi de clairement distinguer trois groupes de communes. Les plus fortement et durablement colporteuses sont sans conteste La Garde, Venosc, Mont-de-Lans, Huez et Omon. Vient ensuite le groupe des communes de la vallée de la Romanche : Clavans, Le Freney, Auris, auxquelles se rattachent Les Villards, Oulles et Saint-Christophe, Besse et Mizoen, plus tournées vers l’activité pastorale. Enfin, s’individualise un ensemble où le colportage n’est qu’activité marginale : la vallée de l’eau d’Olle, forestière et ardoisière avec Allemont, Oz et Vaujany, et Livet qui ne l’a pratiquement jamais connu. En 1870, comme en 1850, ces quatre communes viennent en queue du classement : elles sont les seules à compter moins de 2 % de colporteurs par rapport à leur population totale à la mi-siècle, les seules avec Auris et Villard-Reculas à en dénombrer moins de 1 % dans les années 1870. La place du Bourg-d’Oisans est intermédiaire entre les communes de la vallée d’eau d’Olle et celles de la Romanche. Les Gauchoirs, hameau du Bourg recensé à part jusqu’au milieu du siècle, est le site qui, jusqu’à la fin du siècle, gardera une tradition colporteuse. Seuls colporteurs au bourg, les immigrés des villages montagnards, emportant avec eux la tradition du voyage.

Tableau II. Patentes et colporteurs en 1870

NOMBRE DE PATENTES EN 1870

NOMBRE DE COLPORTEURS EN 1870

PROPORTION DE COLPORTEURS EN 1870

Allemont

21

4

19,0

Auris

9

5

55,5

Besse

21

10

47,6

Bourg d'Oisans

139

60

43,2

CLavans

19

13

68,4

Huez

36

29

80,6

La Garde

30

29

96,6

Le Freney

26

21

80,8

Livet et Gavet

22

0

0

Mizoen

12

9

75,0

Mont-de-Lans

71

64

90,1

Ornon

48

34

70,8

Oulles

9

7

77,7

Oz

12

4

33,3

Saint-Christophe

12

9

75,0

Vaujany

12

1

8,3

Venosc

53

47

88,7

Villard-Eymond/N.D.

7

5

71,4

Villard-Reculas

3

1

33,3

Villard-Reymond

9

4

44,4

Oisans sans B. d'O. et Lt-Gt

410

296

72,20

Oisans avec B. d'O. et Lt-Gt

571

356

62,35

  • 11 A.D. Isère, L. 305, district de Grenoble, canton d’Allevard.

32Enfin, l’amplitude du mouvement suit la courbe démographique. Au début du siècle, les colporteurs sont peu nombreux : les guerres de la Révolution et de l’Empire ont absorbé trop d’hommes comme l’explique le maire du Villard-Eymond dans l’enquête statistique de l’an IX : « Le commerce à col est depuis la Révolution très modique vu que nous avons vingt jeunes à l’armée, quinze pères de familles défunctés et que les enfants des pauvres ne peuvent aller au commerce ne pouvant apprendre ny à lire, ny à chiffrer, ny à écrire ». Il rappelle cette impossibilité pour les marchands d’aller au commerce, quand on lui demande de répartir sa population entre ceux qui vivent uniquement du produit de leurs biens-fonds, et ceux qui vivent uniquement aussi d’un revenu en argent : « Vu la rareté des bras à cause de notre contingent pour l’armée, nous [nous] aidons mutuellement dans nos travaux »11. Au début du siècle, les routes sont moins sûres que jamais, et le commerce languit. Il faudra attendre le retour de la paix et l’explosion démographique qui la suit pour que, de plus en plus nombreux, les colporteurs prennent la balle.

  • 12 A.D. Isère, 3P 9 239, rôle des contributions directes, perception de Bourg-d’Oisans.

33Puis le nombre des colporteurs diminue dans la seconde partie du siècle, suivant en cela la tendance générale de cette activité dans toute la France. Toutefois les rôles des patentes, conservés pour six communes en 1890, permettent de constater que si le nombre de colporteurs diminue en valeur absolue, son pourcentage par rapport au nombre de familles reste souvent à peu près stable, ainsi à Venosc (26 % en 1890, 25 % en 1870), à Saint-Christophe (12 % et 8 %), à Villard-Reymond (13 % et 9 %). D’autre part, dans le recul général, certaines communes voient s’accroître le pourcentage de leurs colporteurs, par exemple le Villard-Eymond et plus encore Oz qui retrouvent leur importance marchande du début du siècle12.

Tableau III. Les patentes en l’an VI, en 1850 et en 1870

Tableau III. Les patentes en l’an VI, en 1850 et en 1870

A la fin du siècle : colportage et émigration

  • 13 A.D. Isère, Bureau du recrutement de Grenoble, 1867-1907, 3 volumes par an + tables alphabétiques.

34L’étude des registres du Bureau du Recrutement de Grenoble, qui sont conservés à partir de l’année 1867, vont nous permettre de mesurer, pour la fin du siècle, le rapport entre l’émigration et le colportage. Ces registres concernent, en effet, tous les hommes de vingt ans qui ont leur domicile dans l’une des vingt communes de l’Oisans situées dans le département de l’Isère (à l’exception donc de La Grave et du Villard d’Arène). Ils les suivent entre l’âge de la conscription (vingt ans) et celui où ils quittent la réserve de l’armée (quarante-cinq ans)13.

35Les renseignements d’état civil, parce qu’ils indiquent pour chaque conscrit son lieu de naissance, son domicile, sa résidence au moment de l’incorporation et le domicile de ses parents, témoignent sur les migrations familiales. Ils signalent aussi les métiers ; mais là comme ailleurs, les colporteurs pour la plupart ne se disent pas tels : ils sont cultivateurs. De temps à autre, une mention au crayon a ajouté « colporteur ». Mais l’armée veut pouvoir joindre ses hommes à tous moments, et ceux-ci sont donc tenus d’indiquer à l’autorité militaire leurs déplacements, leurs changements temporaires de résidence et leurs changements de domicile. Les colporteurs le font avec l’expression : « va voyager », suivie de la liste des départements qu’ils fréquentent ou des villes qu’ils parcourent, parfois des régions militaires que ces déplacements recouvrent. C’est ainsi que nous avons pu repérer 405 voyageurs pour les trente-trois dernières années du siècle.

36Nombre bien sûr sous-évalué car y échappent, par définition, ceux qui sont réformés, une partie de ceux qui bornent leurs déplacements au département de l’Isère, quoique quelques-uns mentionnent ces voyages familiers. Parmi ceux qui voyagent toujours dans la même région, beaucoup se contentent de l’indiquer une fois pour toutes ou de temps à autre. Même les grands fleuristes ne signalent pas tous leurs voyages à l’étranger. En revanche, ceux qui quittent leur village pour aller travailler dans une autre ville, ceux qui émigrent, sont plus scrupuleux. Mais pour ces derniers, nous ne connaissons leur profession que s’ils sont fonctionnaires, employés aux chemins de fer, étudiants ou enseignants ecclésiastiques ; quelquefois cependant, les commerçants indiquent la spécialité de leurs magasins. A part les papetiers, ceux qui vont travailler en usine ne l’indiquent jamais ; seule la ville où ils s’installent peut nous faire supposer une émigration manufacturière. En revanche, les colporteurs vagabonds, tant qu’ils échappent à la loi, nous échappent aussi. C’est ainsi que nous ne les connaissons que parce qu’ils ont été condamnés. Par exemple, un conscrit, originaire du Bourg d’Oisans, qui n’indique aucun changement de résidence, est condamné en 1883 à un an de prison pour vol par le tribunal de Grasse ; puis de nouveau, en 1892, il est incarcéré à la prison centrale d’Albertville, pendant dix-huit mois, toujours pour vol. Mais à partir dès sa libération, tous ses changements d’adresses sont notés scrupuleusement : entre 1893 et 1896, il déménage quatre fois à l’intérieur de Grenoble, puis en 1897 il s’installe à Voiron et en 1899 à Saint-Jean-de-Moirans.

37Ces réserves faites, les registres sont bien tenus, surtout à partir de 1872 où la présentation se modifie : les changements de résidences ne sont plus indiqués parmi les observations d’ordre judiciaire et disciplinaire, mais ont leur colonne propre. Traduction aussi que cette donnée n’est plus marginale et que les déplacements sont si nombreux qu’il faut de la place pour les noter. En 1878, dernier changement dans la présentation : les registres se présentent sous la forme de trois fascicules par an et chaque page est réservée à un conscrit, mais les renseignements sont les mêmes.

  • 14 G. VEYRET-VERNET et P. VINCENT, « Étude démographique du Haut-Dauphiné septentrional au XIXe siècl (...)

38La vieillesse et la famille sont les deux plus grandes absentes de ces archives. Sortis du cadre de la réserve, les hommes nous échappent. Une dernière mention indique, au moment où ils quittent l’armée, où ils se trouvent : ils n’ont encore que quarante-cinq ans. Nous échappent donc ceux qui, ayant passé leur vie hors du pays, y retournent, la retraite prise. Toutefois, les courbes de population qui accusent une chute brutale dans le premier quart du XXe siècle témoignent que le départ sans retour a définitivement pris le pas14.

39Les situations de famille nous sont aussi inconnues, sauf pour ceux qui ont demandé une permission pour se marier pendant leur service militaire et pour ceux qui, à partir de la classe 1886, ayant quatre enfants au moins au moment de la guerre, ne sont pas rappelés. Des autres, nous ne savons rien.

40De l’étude des registres de conscrits se dégage donc un tableau de la mobilité dans son ensemble. Nous avons trié, pour les années de 1875 à 1880, globalement et pour chaque commune, ceux que nous avons identifié comme colporteurs, ce qui permet de situer le colportage dans le mouvement plus vaste d’une émigration de longue durée et de constater si un groupe se développe au détriment des autres.

Tableau IV. 1875-1880 : Les conscrits : ceux qui restent, ceux qui émigrent, ceux qui colportent

Tableau IV. 1875-1880 : Les conscrits : ceux qui restent, ceux qui émigrent, ceux qui colportent

41L’étude confirme globalement ce que les patentes ont enseigné, mais avec quelques nuances : les villages de la vallée de l’eau d’Olle n’ont pas eu de colporteurs pendant ces six années, et Oz n’en a eu que deux sur trente-trois conscrits. Le grand nombre que nous avons trouvé pour ce village en 1890 reste donc sans explication. Livet n’a, comme on pouvait s’y attendre, aucun colporteur, et Bourg-d’Oisans n’en garde que quelques-uns. La vallée du Vénéon vient maintenant largement en tête : Venosc et Saint-Christophe sont les deux seules communes où le nombre de colporteurs est plus élevé que celui des autres migrants. Des quatre communes qui en 1850 et 1870 venaient largement en tête, La Garde et Huez ont basculé dans l’émigration définitive, et si Ornon et Mont-de-Lans maintiennent un nombre notable de colporteurs, il n’est point sensiblement différent de celui d’Auris et de Clavans, traditionnellement moins colporteuses. La part des sédentaires qui restent au village et des colporteurs qui y reviennent est, sinon supérieure, du moins égale à celle des émigrants qui le quittent. De semblables proportions se retrouvent aux Villards, avec la prééminence du Villard-Eymond. Besse et Mizoen se comportent comme dans la première partie du siècle : une forte émigration et une petite activité colporteuse. Enfin, Le Freney s’individualise dans le groupe des communes de la Haute Romanche : la construction de la route avait retenu ses habitants sur place ; maintenant qu’elle est finie, ils la prennent sans retour.

42Second constat : la montée de l’émigration définitive. Globalement, par année, le pourcentage de colporteurs reste à peu près constant : il oscille autour de 15 % des conscrits, avec une pointe de 20 et 25 % dans les années 1873, 1874 et 1875. En revanche, le nombre des autres mobiles, qui est de 35 % en 1867, passe à 50 % l’année suivante et, à partir de 1870, oscille autour de 65 %, pour les dix années suivantes. L’émigration définitive a pris le pas sur l’émigration hivernale dans les vingt années qui ont suivi les grandes crises agricoles du milieu du siècle.

43Une étude plus fine de ces registres confirme que la mort du colportage était inscrite déjà dans ces années. Et dans les villages, comme Venosc, le Villard-Eymond ou Auris, où le phénomène prend une ampleur tardive, une mutation s’est opérée au sein de l’activité : à Venosc, on n’est plus colporteur, on est horticulteur ; à Auris, on est lunettier, au Villard-Eymond marchand de graines.

  • 15 A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., p. 765, note 20.

44Sur l’ampleur du phénomène au XIXe siècle, deux conclusions structurelles s’imposent. D’abord le colportage intéresse certains villages, et non tout l’Oisans. Activité marginale dans beaucoup, il ne concerne jamais plus d’un homme sur deux, même dans les communes où il est le mieux représenté. A La Garde, en 1816, ils sont 37 à faire porter sur leur passeport « cultivateurs et colporteurs », et un à dire qu’il est « cultivateur et égizeur »15. Or le village compte 78 maisons en 1810. En tenant compte de l’accroissement de population de ces années, pas plus de la moitié des chefs de familles prend la balle, et pourtant La Garde est, dans tous nos comptages, la commune la plus colporteuse.

45Nombre beaucoup plus faible que la tradition orale le rapporte donc, nombre aussi très variable d’une année sur l’autre. L’extrême fragilité de ces paysans aux à-coups de la conjoncture économique explique en partie ces grandes variations dans les chiffres à l’intérieur d’une même commune d’une année sur l’autre. Le notaire Balme ajoute qu’il ne faut pas se laisser abuser car beaucoup de ceux qui prennent patentes n’iront pas colporter. Ils achètent en quelque sorte un droit à partir honorablement, affirmant ainsi qu’ils ne sont ni des mendiants ni des vagabonds. Mais que seront-ils ? C’est l’assise financière de leur entreprise, l’argent prêté ou refusé, la marche de leur campagne qui en décideront. Il est donc temps de pénétrer dans ces circuits de l’argent qui distinguent les différents colportages et font éclater la notion en de multiples pratiques.

Notes

1 J.D. FORBES, op. cit., 18 septembre 1858.

2 A. RAVERAT, op. cit.

3 Le baron d’HAUSSEZ, op. cit., p. 96.

4 C. ROBERT-MULLER, A. ALLIX, Les colporteurs de l’Oisans, Grenoble, 1925, réédité P.U.G., 1979, pp. 11-19.

5 A. CHATELAIN, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale des migrants temporaires des campagnes françaises du XIXe au début du XXe siècle, Publication de l’Université de Lille III, 1976.

6 J.-J. DARMON, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteurs et culture populaire, Plon, 1972, pp. 37, 50, 92 et pp. 123-128.

7 R. BECQUEVORT, Les colporteurs d’Arconsat au XIXe siècle, Cercle occitan d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 1973, pp. 3-6.

8 A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., pp. 756-758 et fig. 56.

9 L. CORTES, op. cit., p. 226 ; A.D. Isère, 4E 38 1K2.

10 M. BALME, Observations sur l’application de la loi des patentes dans le canton de Bourg-d’Oisans, 1850, Bibliothèque Municipale de Grenoble, 0 14098, Allemont V/5152. M. BALME fait référence à la loi du 27 septembre 1849.

11 A.D. Isère, L. 305, district de Grenoble, canton d’Allevard.

12 A.D. Isère, 3P 9 239, rôle des contributions directes, perception de Bourg-d’Oisans.

13 A.D. Isère, Bureau du recrutement de Grenoble, 1867-1907, 3 volumes par an + tables alphabétiques.

14 G. VEYRET-VERNET et P. VINCENT, « Étude démographique du Haut-Dauphiné septentrional au XIXe siècle », Revue de Géographie Alpine, 1946, pp. 333-354, en particulier pp. 348-350, et A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., p. 749.

15 A. ALLIX, L’Oisans, op. cit., p. 765, note 20.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Le recul démographique des villages de l’Oisans au XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau III. Les patentes en l’an VI, en 1850 et en 1870
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau IV. 1875-1880 : Les conscrits : ceux qui restent, ceux qui émigrent, ceux qui colportent
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search