Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Chapitre I. Partir

Texte intégral

  • 1 A.D. Isère, 4E 24 1D1, Archives municipales d’Auris, enquête sur le cadastre de la communauté d’Au (...)

1Ils partent, laissent la terre de l’enfance, les solidarités familiales et villageoises pour, chaque automne, se mettre en route vers des contrées parfois inconnues et quitter, un temps ou à jamais, les horizons familiers. En Oisans, les communautés justifient cette émigration en disant que les « fonds, possessions et héritages ne sont pas capables d’occuper lesdits habitants toute l’année, ni par conséquent de les nourrir. Ainsi sont contraints à s’en aller hors du lieu, tant dedans que dehors la province, pour s’exercer tant en négoce de marchandises que autrement, sans quoi ils n’auraient moyen de subsister ni de quoi payer leurs tailles. »1

2Misère et fiscalité sont ainsi les arguments toujours mis en avant par les habitants et, depuis, les causes tenues pour classiques de l’émigration temporaire des Uissans. En Oisans, l’émigration serait structurelle, liée au mode d’exploitation de la montagne, à la civilisation paysanne elle-même, cette civilisation qui crée ses terroirs de ses propres mains, mobilise de nombreux bras durant la brève saison agricole pour une récolte qui, pourtant, ne suffira pas pendant ce temps trop long où la terre couverte de neige ne donne rien. L’émigration est d’abord économie de nourriture, émigration de la faim, économie de l’absence. Il faut aussi payer l’impôt, acheter le vin pour les hommes, le sel pour le saloir et les bêtes : pour tous ceux qui ne vendent rien de leurs récoltes, l’argent gagné dans le voyage marchand est donc l’unique recours.

  • 2 R. BLANCHARD, Les Alpes occidentales, t. III, Les grandes Alpes françaises du nord, Arthaud, 1943, (...)

3Dans cette économie de l’absence, d’autres voient la réponse des hommes à ces hivers qui les laissent inemployés pendant plus de la moitié de l’année, lorsque l’isolement des villages, coupés les uns des autres par la neige ou les avalanches, rend plus difficile encore l’oisiveté forcée. Raoul Blanchard y voit la cause fondamentale de l’émigration hivernale : seules sont touchées les communes purement agricoles ; celles où une industrie hivernale a pu s’installer y échappent, ainsi Allemont et Livet2. En effet, malgré les aléas de la conjoncture, elles sont toujours restées des communes industrielles. A Livet, proche des premiers hauts fourneaux, où dès 1665 le duc de Lesdiguières a fait charbonner des bois entiers pour l’entretien d’« artifices » établis à Saint-Barthélemy, Vaulnavey et Vizille, s’installe, à partir de 1865, dans les anciennes fonderies de Rioupéroux, une des plus importantes papeteries du Dauphiné. A la fin du siècle, Livet est au centre de l’énergie hydro-électrique. Allemont, avec ses ardoisières d’abord, puis ses mines et ses fonderies, fut, elle aussi, toujours une commune usinière.

4Mais ces communes sont aussi, avec Bourg d’Oisans, les plus basses : Livet est à 560 mètres et Allemont à 800 mètres ; Bourg d’Oisans est entre les deux. Donc des communes où les hivers sont moins rudes et les communications plus faciles. Sont indissolublement liées l’implantation usinière et un accès relativement aisé. Ainsi, à l’exploitation des ardoisières dans un climat trop rude en hiver, avec des routes trop souvent coupées, les habitants d’Ornon préfèrent l’émigration : un des éléments qui fait le succès de l’industrie rurale a ici manqué. Ornon est à 1.100 mètres.

  • 3 R. BLANCHARD, « Le Haut Dauphiné à la fin du XVIIe siècle, d’après les procès de la révision des f (...)

5Émigration de misère donc ? Mais pour émigrer, il ne suffit pas d’être malheureux, il faut aussi un vouloir, une disposition, un rêve peut-être. Partir n’est pas le corollaire obligé de la misère. L’enquête sur la révision des feux, faite entre 1698 et 1702, présente des villages plus misérables encore que ceux d’Oisans, tels ceux de la Chartreuse pas si lointaine, où les hommes et les femmes, dans la famine la plus absolue, sont réduits à manger de l’herbe, ou celui de Saint-Thomas en Royans où l’on meurt de faim, sans parler de ces habitants des basses vallées des Baronnies qui se disputent les poires sauvages, les grignons d’olives et les glands pour en faire du pain3. Et pourtant, ils n’émigrent point.

  • 4 J.-P. LAURENT, préface à E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle. Témoignages et d (...)

6Faut-il alors pour l’Oisans invoquer autre chose, une tradition ancienne du départ, une farouche envie de laisser la terre ingrate de l’enfance, le rêve devenu certitude qu’ailleurs le sort sera meilleur et l’existence moins dure à vivre ?4.

7On peut repérer, pour l’Oisans du XIXe siècle, des prises de conscience, des habitudes qui rendent l’arrachement accepté et l’inconnu souhaité. C’est d’abord l’affrontement avec une nature mal maîtrisée dont on ne tire que de maigres profits au terme d’une lutte chaque année renouvelée. A ce sentiment d’habiter un « mauvais pays » s’ajoute une longue tradition d’émigration définitive qui enseigne que la réussite passe par le départ. Enfin, dans certains villages, l’éducation apprivoise l’exil et valorise la vie citadine aux dépens de la communauté montagnarde.

« Un mauvais pays »

  • 5 E. WHYMPER, Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869, traduit de l’anglais par A. JOANNE, Paris, Ha (...)

8En effet, jusque dans la première moitié du XIXe siècle, l’Oisans est un mauvais pays pour ses habitants comme pour ses visiteurs. Pour ces derniers la référence d’alors est la Suisse où l’on rencontre scènes pittoresques et nature humanisée, où l’on retrouve, malgré la montagne, la campagne. Pour cette sensibilité, l’Oisans fait figure de repoussoir : « On cherche en vain ces paysages à la fois grandioses et aimables qui font l’attrait de Grindelwald et de Chamouni », écrit Elie de Beaumont au début du XIXe siècle. Ici, le gracieux fait défaut : peu de verts pâturages, de jolies vallées, de chalets coquets, de belles forêts ; seuls, des paysages de rocs et de glace qui effraient le promeneur.5 Les textes qu’ont écrit les voyageurs sur leur expérience dauphinoise sont très intéressants d’un double point de vue. D’une part, ils montrent l’évolution du regard de l’autre sur ces paysages. D’autre part, ils décrivent les réactions des habitants à leur venue, la façon dont ils ont trouvé des guides ou des porteurs locaux et, du même coup, révèlent comment les Uissans vivent leurs montagnes et se les approprient.

9Peu nombreux, dans le premier XIXe siècle, sont les promeneurs qui se rendent en Oisans et leur venue semble suspecte aux habitants :

  • 6 J.-D. FORBES, Norway and its glaciers, visited in 1851, followed by journals of excursions in the (...)

10« En 1839, le 10 juillet, j’étais le premier visiteur de la saison. A la même époque, seul, à pieds et pressé, la nuit approchant, de gagner Saint-Christophe où je devais coucher, je rencontrais un homme à qui je demandais le chemin. Il me regarde d’un air quelque peu soupçonneux et me dit qu’il espérait bien que ce n’était pas quelque méfait qui me faisait chercher un asile dans la vallée ; chez lui comme chez presque tous les purs montagnards, le sentiment du pittoresque n’existait pas : une contrée est un mauvais pays en raison de son élévation, et le curieux qui voyage court grand risque d’être pris pour un chercheur de trésor s’il porte avec lui un marteau, sinon pour un coupable qui fuit la justice...».6

  • 7 Le baron A. RAVERAT, A travers le Dauphiné, voyage pittoresque et artistique, Grenoble, 1861, Laff (...)

11Les récits traduisent le malaise, la hâte des passants à quitter ces régions trop rudes et leur quête d’un vert paysage, d’un bouquet d’arbres où ils peuvent reposer leurs yeux fatigués de ces « rochers taillés à pic, élevés, anguleux, pelés, affreux ». Ainsi, de la vallée du Vénéon, tous rapportent un seul souvenir enchanteur : celui du village de Venosc. « En arrivant à Venosc, on est ravi par la vue du village situé dans un évasement des montagnes et dominé par une belle forêt et de verts pâturages », note le baron Achile Ravérat, mais, passé Venosc, « la nature déserte qui nous avait si vivement impressionné depuis les Gauchoirs, se montre ici sous des couleurs encore plus sombres... », et la mélancolie fait place à « un profond sentiment d’admiration mêlé d’une vague terreur ». Malaise qui va grandissant : « C’est aussi dans ce trajet, note-t-il en redescendant le Vénéon, que nous voyons le plus de véritables horreurs. Leur spectacle m’a tellement impressionné que, même encore aujourd’hui, ce souvenir est sans cesse présent à mon esprit »7.

  • 8 NICOLAS, Mémoire sur les maladies épidémiques qui ont régné dans la province du Dauphiné depuis l’ (...)

12Même malaise dans la vallée de la Romanche où seuls le Freney et Auris avec ses terrasses verdoyantes reposent de l’âpreté des lieux. En deçà, c’est le « sombre passage des Infernets » ; audelà, « on ne rencontre plus de grands arbres, plus de noyers, plus d’arbres à fruits : un jardin potager devient une rareté, et c’est à peine si la nature lui laisse même produire les légumes les plus communs de nos plaines ». Puis vient la traversée de « la gorge sombre de Malaval » — val de malheur — et, à sa sortie, « quelques huttes à moitié enterrées dans le sol et tout misérable qu’en soit l’aspect, il paraît agréable et contraste avec le Malaval ». Au bout du voyage, la vallée de La Grave, « vallée froide, triste, sans arbre, presque sans culture, et qui emprunte peut-être son nom à son aspect morne et sévère... ». C’est ainsi que le baron Ravérat décrit la vallée de la Romanche en 1835 et jusque dans les années 1870, les récits des voyageurs sont imprégnés des mêmes images, tel celui de Nicolas qui décrit en 1785 le Malaval : « On y croit être dans le chaos et à l’extrémité de l’univers », ou celui de Joanne, dans son itinéraire du Dauphiné de 1862, qui raconte la vallée de la Grave : « Rien de plus laid, de plus triste, de plus misérable que ce village si ce n’est la vallée au milieu de laquelle il est bâti. »8

13Un autre témoin, le baron d’Haussez, alors préfet de l’Isère, venant d’Entraigues, emprunte en 1829 le col d’Ornon pour regagner Bourg d’Oisans. Il ne prend plaisir qu’à la seule plaine du Bourg d’Oisans :

  • 9 Le baron d’HAUSSEZ, Souvenirs pour servir à la statistique du département de l’Isère, Bordeaux, 18 (...)

14« Le pays, à l’exception du village d’Ornon, dont les cabanes sont jetées partout où un sol moins incliné leur a offert un emplacement, est dépeuplé et d’un aspect sauvage. Après un long et pénible trajet, les montagnes s’affaissent et la route descend vers le Bourg d’Oisans. C’est un plaisir inexprimable, lorsque l’on a traversé un pays où les terres sont incultes, les arbres si chétifs, les hommes si rares, d’apercevoir un bassin magnifique, coupé par une grande rivière et orné des cascades qui se précipitent des montagnes qui le forment. Le Bourg d’Oisans et ses fraîches prairies, et sa riche culture occupent la partie unie de la vallée sur le flanc de laquelle sont groupés de nombreux hameaux »9.

15A une époque où l’on aime les natures paisibles et verdoyantes, les paysages humanisés et rustiques, le regard de l’autre ne voit en Oisans qu’horreurs de la nature.

16Il faut attendre le milieu du siècle pour qu’une nouvelle sensibilité se forme. Elle naît de la volonté des élus dauphinois d’ouvrir l’Oisans au tourisme. En effet, le Conseil municipal de Grenoble propose, en 1847, un prix d’encouragement pour un « guide du voyageur dans le département de l’Isère », proposition qu’il renouvelle en 1863. L’année suivante, paraît le Guide du Voyageur dans l’Oisans du docteur Roussillon et l'Essai Descriptif sur l’Oisans de l’avocat briançonnais Aristide Albert.

  • 10 J.-H. ROUSSILLON, Guide du voyageur dans l’Oisans, Grenoble, 1854, ré-édité P.U.G., 1979, pp. 34.

17D’emblée, Roussillon relève que « nul, parmi ses habitants, n’a songé à exalter les grandes choses qui l’environnent (...). Que la Suisse ait de beaux paysages, nul ne peut le contester. Mais pourquoi l’admiration est-elle si exclusive pour elle ? (...) Pourrait-elle ne pas accepter, à cet égard, le jugement de la nation anglaise, juste appréciatrice du beau, et qui assure aux sites de l’Oisans la supériorité du grandiose sur ceux de beaucoup d’autres contrées semblables en Europe, généralement visitées pour leurs beautés pittoresques »10.

  • 11 J.-H. ROUSSILLON, op. cit., pp. 118-117.

18Faire aimer la grandeur au détriment du pittoresque, changer le goût en suscitant l’enthousiasme pour « les grandes scènes de la nature », tel est le but de Roussillon qui veut faire entrer l’Oisans dans l’âge touristique. Mais ses descriptions n’osent pas encore exalter le grandiose, elles s’efforcent plutôt de l’adoucir, en mettant en valeur les espaces où l’œil peut se reposer. S’agissant de la vallée de la Romanche, il la décrit ainsi : « Fidèle à son caractère dans l’Oisans, elle [la nature] offre dans presque toute la longueur de cette vallée un singulier mélange de beautés et d’horreurs ; presque partout, le mouvement et la vie, la fraîcheur et l’espérance sont en contact avec le néant et la décrépitude. Ici, se montrent des plateaux fertiles, des pentes productives, de verts pâturages ; là, des rochers nus, des blocs tombés ou brisés entassés par les siècles. Sur des montagnes à parois décharnées, apparaissent de brillantes cultures, et, au milieu d’elles, des villages assis en maîtres de ces beaux domaines. L’horizon, souvent rétréci par les montagnes, est bizarrement découpé par les cimes gigantesques qui le bornent, et dans les endroits où elles se rapprochent le plus, se forment des gorges profondes où tout revêt la tristesse. Puis, bientôt il s’élargit, et jette aux regards du passant quelque oasis inattendue qui le charme et le console »11.

19Il faut attendre l’engouement des Anglais pour l’Oisans pour que les promeneurs prennent plaisir à lever les yeux vers les cimes. Le premier, James D. Forbes y vient pour la première fois en 1839 ; il y retourne en 1841. De ses excursions, il laisse un récit, publié dans son livre sur la Norvège et ses glaciers, traduit en partie dans la Revue des Alpes en avril 1858. Son ouvrage a en Angleterre un immense succès et, dans les années soixante, les Anglais investissent peu à peu l’Oisans. Ainsi, T.G. Bonney, W. Matthews, E.F. Tuckett, Edward Whymper et, à leur suite, le grand vainqueur des principaux sommets, Coolidge, dans les années soixante-dix. L’Oisans est entré à ce moment-là dans le circuit touristique.

20Les récits qu’ils ont laissés de leur expérience dauphinoise manifestent la nouvelle manière d’aborder les paysages que souhaitait Roussillon mais qu’il n’osait pas prendre à son compte. Le chaos devient merveille : c’est ainsi qu’un des combles de l’horreur jusqu’alors, est complètement transfiguré sous la plume de Whymper : « J’entrai alors dans la merveilleuse combe de Malaval où j’entendis la Romanche ronger ses rives avec fracas. Près du Dauphin, j’aperçus le premier glacier de l’Oisans, s’étendant à droite sur la montagne. De ce point jusqu’au-delà du Lautaret, chaque brèche qui s’ouvrit dans les montagnes me laisse voir un glacier étincelant ou un pic élancé ».

21Quant aux habitants, c’est la montagne utile qu’ils aiment et qu’ils connaissent. L’autre leur fait peur. Seuls les chasseurs de chamois s’y aventurent à la poursuite d’une bête. Les autres ne vont que là où vont leurs troupeaux. La plupart des sommets n’ont pas de nom, la topographie est très mal connue.

22En 1861, Whymper, après avoir remonté le vallon des Aiguilles d’Arves et être passé entre celles-ci, se trouve aux chalets de Rieublanc où il rencontre trois vieilles femmes : « Elles refusèrent obstinément de croire que nous avions passé entre les Aiguilles.

23— C’est impossible, les vaches, n’y vont jamais.

24— Pouvons-nous arriver à La Grave en passant par dessus l’arête qui est là-bas ?

25— Oh oui ! Les vaches l’ont souvent traversée.

26— Pourriez-vous nous montrer le chemin ?

  • 12 E. WHIMPER, op. cit., p. 197.

27— Non ; mais vous pourriez suivre les traces laissées par les vaches »12.

  • 13 R. CANAC, L’or des cristalliers, Paris, Denoël, 1980, p. 112.

28C’est en cherchant une chèvre égarée, dit-on, qu’un berger du village d’Allemont, qui avait mené paître son troupeau sur la montagne de Challanches, trouva une pierre argentifère, qui conduisit ensuite à la découverte des mines d’argent du lieu13.

  • 14 E. WHYMPER, op. cit., p. 200 et pp. 216-217.

29Whymper a beaucoup de mal à se repérer dans les sommets qui entourent La Grave, et il note « qu’ils étaient confondus de la manière la plus embarrassante pour nous, non seulement par toutes les autorités que nous pouvions consulter, mais aussi par les gens du pays ». Il confond, en 1861, le Pic sans nom et Les Ecrins : « Notre connaissance imparfaite de la contrée et les rapports inexacts des gens du pays nous avaient fait commettre une méprise qui n’a rien d’extraordinaire (les deux montagnes se ressemblent beaucoup), si l’on songe à la difficulté que l’on éprouve dans cette région à obtenir, excepté des sommets les plus élevés, une vue complète de ce groupe enchevêtré »14. L’altitude et l’uniformité des principaux pics, jointes à l’étroitesse des vallées et à leur direction irrégulière, empêchent toute identification précise des lieux, à moins que l’on ne monte sur quelque sommet, ce que les Uissans ne faisaient pas, à l’exception des chasseurs de chamois qui scrutent la montagne pour y découvrir un animal et non pour la connaître. Pourtant c’est à eux que les Anglais s’adressent pour qu’ils leurs servent de guides ou les renseignent sur les éventuels passages entre telle ou telle vallée.

30Quand, en 1839, Forbes souhaite aller au-delà de la vallée du Vénéon, le curé de Venosc lui donne le nom de deux chasseurs de chamois dont celui de Joseph Rodier qui deviendra le premier guide natif de l’Oisans. Il aura d’ailleurs du mal à le faire mettre en route, sa femme n’ayant donné son consentement qu’à regret, faisant tout pour retarder les préparatifs du départ. Rodier lui-même ne s’est décidé à finir son petit déjeuner et à remplir sa gourde que devant la volonté bien déterminée de Forbes de ne pas remettre son projet.

  • 15 T.G. BONNEY, Outline sketches in the High Alps of Dauphiné, London, 1865, p. 42.
  • 16 J.D. FORBES, op. cit., 2 octobre 1858, et E. WHYMPER, op. cit., p. 207.

31Nombreux sont les guides autochtones qui refusent de continuer une voie ; ainsi le guide de T.G. Bonnet, en 1880, lorsqu’ils se rendent de La Bérarde en Valgaudemar15. Pour les habitants, parcourir la montagne pour son plaisir est tout à fait inconcevable : « Notre guide de Venosc, qui s’en retournait avec les mulets qui avaient apporté nos provisions et nos valises, excellent homme dont c’était la première visite à La Bérarde, déclarait que c’était le bout du monde et nous suppliait de ne pas aller plus loin ». Quand Whymper entreprend de relier La Grave à La Bérarde, par la brèche de La Meije, les habitants de La Grave, « sortis en masse sur la route, nous suivaient des yeux avec stupéfaction en constatant que leurs trop confiantes prédictions se trouvaient démenties »16.

  • 17 W.A.B. COOLIDGE, « L’Oisans il y a vingt ans », Annuaire de la Société des touristes du Dauphiné, (...)

32Et Coolidge atteste qu’une crainte superstitieuse ne devait pas être absente de cette peur de la montagne qu’avaient les autochtones : « J’ai été pris bien souvent pour un vagabond, un ouvrier, un marchand de lunettes, un espion, un mineur, etc... mais c’est la seule fois que j’ai été soupçonné de connivence avec Sa Majesté le Diable »17. Que ce soient Forbes, Bonnet ou Whymper, tous racontent l’incrédulité des villageois quand, au sortir d’une course, ils donnent comme motif de leur voyage, la curiosité, le plaisir ou l’exercice ; les habitants pensent déserteurs, voleurs fuyant la justice ou chercheurs de trésors, les seuls qui jusqu’alors s’étaient aventurés hors des sentiers des chèvres.

33A la conscience d’habiter un mauvais pays s’ajoute celle d’habiter un pays trop ingrat. Les plaintes rituelles des archives officielles participent surtout de la peur d’avoir à donner plus et du désir de donner moins. Mais, confidences des habitants aux voyageurs, sur le mode du sait-on jamais, elles révèlent aussi, par leurs thèmes, ce qui est le plus difficile à accepter. Ainsi ce montagnard qui servit de guide au baron Achille Raverat et qui lui raconte en redescendant de La Bérarde : « Dans ce pays, les hivers sont si rigoureux que la population de nos hameaux demeure des semaines entières sans aucune relation avec Saint-Christophe et Venosc ; et si pendant la mauvaise saison quelque habitant vient à décéder, il est impossible de procéder à son inhumation. On dépose son corps dans une petite chapelle, la figure découverte, et il y reste jusqu’au retour du printemps, qui permet à M. le curé de Saint-Christophe de venir faire l’enterrement.

34« Il y a quelques années, avant l’érection de cette chapelle, le corps était exposé sur le toit de la chaumière où, pendant l’hiver, il restait enseveli sous une épaisse couche de neige.

  • 18 A. RAVERAT, op. cit., p. 214.

35« De misérables récoltes de pommes de terre, un peu de seigle et de blé noir, joints au lait de nos troupeaux, voilà à peu près tout ce que la nature nous donne en retour de beaucoup de travail. Comme nous manquons de bois, la bouse de vache desséchée, mêlée à de la paille hachée et conservée avec soin, est l’unique combustible employé... »18. Ainsi, de sa terre natale, il ne dit que le travail, la faim, le froid et, plus douloureuse encore, l’impossibilité en hiver d’y enterrer les morts.

  • 19 G. DUBOIS, « Un manuscrit de l’intendant dauphinois Fontanieu, Mémoires généraux sur les productio (...)

36Et, de fait, l’amour du pays natal n’est peut-être pas aussi fort que la tradition veut bien le dire. Le thème est ancien. L’intendant, Moïse de Fontanieu, l’exprime dans les années 1740 : « Ce qui caractérise le génie des habitants du haut Dauphiné est un amour extrême de leur patrie, amour qui n’est pas assurément fondé sur l’agrément du climat ; une intelligence dont on peut être surpris et qui n’a rien du sauvage de leur pays, une obéissance extrême et ponctuelle, et un attachement fidèle à la France, une économie qui tient beaucoup de l’avarice, un travail infatigable dans les lieux où la nature semble se refuser à tous les travaux et par lequel ils l’ont pour ainsi dire domptée, enfin des talents pour le commerce qu’ils vont mettre en usage chez l’étranger parce que les ressources leurs manquent chez eux mais toujours avec un esprit de retour qui les ramène enfin dans le sein de leur famille pour remplir les charges municipales lorsqu’ils y sont appelés, ou pour y mourir »19.

37Roussillon, qui écrit en 1850, reprend ce thème de l’homme montagnard « rude comme le sol » et aimant son pays, pour noter aussi, et il s’en excuse, que cet homme appartient déjà au passé : « Endurci par le travail et le besoin, il puise dans les privations et les peines sa force de résistance contre un climat destructeur. En lutte continuelle avec les éléments, il semble s’assimiler quelque chose des tourmentes dont il est témoin. Sa situation, son genre de vie et l’air pur qu’il respire, en donnant à son corps la vigueur, excitent aussi les facultés de son esprit. Il est intelligent, parce que sa pensée est sans cesse surexcitée par tout ce qui l’entoure ; il est laborieux, parce que le travail est une nécessité pour lui ; il est intrépide et courageux, parce qu’il est souvent menacé dans ses jours ; il est religieux enfin, jusqu’à la superstition même, parce que, dominant l’humanité sur ses montagnes, il se sent en quelque sorte plus près de Dieu. Son isolement le rattache à cette humanité par les qualités affectives ; il est bon, affable, généreux, hospitalier pour les étrangers ; mais s’il les reçoit avec plaisir, il les voit s’éloigner sans envie pour les contrées meilleures où ils retournent ; car il aime son pays et le préfère à tout autre, quelque ingrat qu’il soit pour lui.

  • 20 J.-H. ROUSSILLON, op. cit., pp. 16-17.

38« Malheureusement, il faut le dire, le temps, qui exfolie sans cesse le tissu de ces montagnes, n’épargne pas non plus leurs populations et tend à les dépouiller de leur primitive écorce. L’habitude des émigrations hivernales y transforme journellement les mœurs et les usages, affaiblit l’amour natal lui-même, et la manie de l’imitation, qui, en Suisse comme ailleurs, commence à faire le désespoir du touriste, gagne aussi les montagnes de l’Oisans »20.

  • 21 Sur ce point, la littérature des alpinistes anglais n’est pas tendre. Ils dénoncent les porteurs q (...)

39Ce thème du montagnard attaché à sa terre malgré l’ingratitude de la nature est un thème constant de la littérature sur l’Oisans, surtout dans la forme que lui donne Roussillon, opposant l’homme mythique du temps d’avant, hélas en train de disparaître, à celui du présent, transformé et gâté. Un tel motif se construit à la croisée de plusieurs desseins. Le premier, clair chez Fontanieu, est politique : ne s’agit-il pas de dire aux mécontents la fable de l’homme qui, dans les pires conditions, reste fidèle à son pays, à sa communauté, à son roi ? Le thème proclame aussi l’excellence morale de l’homme de la nature, implicitement opposé aux citadins corrompus. L’isolement montagnard, comme dans d’autres textes la vie insulaire, devient ainsi le modèle d’une humanité ailleurs perdue, façonnée à l’image de la nature qui l’agresse, pénétrée des sentiments religieux et des vertus morales effacés par la civilisation destructrice. Enfin le motif n’est pas sans arrière-pensées touristiques : cet homme que Roussillon donne à lire et nie en même temps, le voyageur ne le rencontrera pas en Oisans ; mais il pourra en rêver, peupler les paysages arides de ses semblables, et reconnaître, grâce à lui, l’origine perdue des habitants qu’il croisera. Il servira de contrepoids aux déconvenues qu’il rencontrera dans ses contacts avec les habitants21.

Une longue tradition d’émigration définitive

40A l’image de l’attachement au pays s’en oppose une autre : celle de la réussite lointaine, du départ sans retour, alimentée par l’aventure des riches marchands uissans qui ont fait fortune ailleurs et y sont restés. Et même si leur souvenir n’est pas entretenu dans les familles, dans les veillées, les témoignages de leur réussite sont toujours présents aux yeux de ceux qui sont demeurés au pays : ainsi les maisons affermées en attendant d’être vendues, ou les dons en argent qu’ils envoient pour permettre soit de régler les dettes de la communauté, soit de rémunérer un nouveau maître d’école.

41Ils ont réussi mais ils ne reviennent pas. A l’inverse des gens d’Aiguilles ou de Barcelonnette, dans les Hautes-Alpes, qui, fortune faite, retournent dans leurs villages pour y faire construire des maisons cossues et y finir leurs jours, les marchands uissans ont une tradition d’émigration définitive. Seule Venosc, au XVIIe siècle, a vu l’un des siens revenir au pays et se faire construire une gentilhommière.

42Cette tradition d’émigrants définitifs, que nous pouvons suivre dans les archives à partir du XVIe siècle et qui est toujours vivante au milieu du XIXe siècle, est la référence dans laquelle s’inscrit la tradition colporteuse. Elle fournit un modèle de la réussite dont le paraître au village n’est pas absent : les marchands sont partis mais ils laissent un banc sur le côté droit de l’église gravé de leur nom. Leur destin fait rêver.

43Soixante ans avant le texte de l’intendant Fontanieu, l’évêque de Grenoble, Monseigneur Le Camus, entreprend une visite pastorale en Oisans. Il est à Huez, le 22 juillet 1678 : c’est déjà le plein été, la course aux récoltes et pourtant, une partie des hommes n’est pas rentrée. C’est chez l’un d’eux que l’évêque va loger : « La messe finie, Monseigneur est allé loger chez le sieur Georges Pierra, marchand, qui demeure à Nevers où il négocie. Il y a une partie des habitants d’Huez qui ont leur famille dans Huez et qui demeurent presque toute l’année dans le lieu où ils ont leurs boutique et marchandises laissant leurs femme et enfants dans le pays ». L’évêque relève aussi que la sacristie « est bien munie d’ornements riches et propres car presque tous les marchands lorsqu’ils viennent de leurs négoces, ils apportent quelque chose à l’église, les uns une chasuble, les autres un voile, aussi les églises d’Oisans sont mieux pourvues d’ornements que les autres du diocèse ».

44A Venosc, l’église recueille les bienfaits de ces réussites marchandes : « Cette paroisse est une des plus riches de l’Oisans. Il y a plusieurs marchands qui trafiquent les uns dans le royaume, les autres dans l’Italie ou en Allemagne tenant leur famille à Venosc où ils viennent de temps en temps ».

45A Saint-Christophe, en revanche, le temps où la générosité des marchands aidait église et familles restées au pays, où ils avaient, bien qu’absents, le souci de compter au pays, est bien enfui. Les riches marchands sont partis, et leurs descendants ont oublié leur clocher d’origine : « Cette paroisse est une des plus pauvres du diocèse, il y a beaucoup de familles qui ne mangent pas du pain trois mois de l’année ne vivant le reste du temps que d’herbes cuites avec du petit lait sans sel, ils font sécher la feuille des raves et en vivent pendant l’hiver...

  • 22 A.D. Isère, Visites pastorales de Monseigneur Le Camus, IV G 273.

46« Il y avait autrefois beaucoup de riches marchands, mais aujourd’hui, il n’y a que trois maisons qui aient de quoi vivre et quelques petits marchands qui portent la balle sur le dos »22.

47En 1683, visitant la paroisse des Hières, Le Camus note : « Il y a trente marchands au loin dans leur négoce ».

  • 23 R. BLANCHARD, Le Haut Dauphiné..., op. cit., p. 410.

48Les procès de la révision des feux de 1700 font état de ces départs définitifs : trois à quatre familles à Allemont, plusieurs à Villard d’Arène, cinquante et une familles à La Grave, vingt en dix ans à Saint-Christophe, beaucoup à Besse et Mont-de-Lans, quelques-unes à Huez et Auris23.

  • 24 E. BOUCHU, Mémoire sur la généralité de Grenoble, 1698, reproduit en partie dans J. BRUN-DURAND, L (...)

49L’intendant du Dauphiné Bouchu comme l’historien Juvenis relèvent, eux aussi, cette tradition marchande qui envoie, au XVIIe siècle, dans les provinces françaises, en Italie, en Espagne et même au Portugal, les hommes de ces communes montagnardes. Parmi les plus intrépides, ils citent les habitants de La Grave, du Monestier, de Briançon, de La Salle et de Névache. Ils partent pour le commerce, mais aussi pour peigner et accommoder le chanvre24.

50Dès la première moitié du XVIIIe siècle, Brunet, seigneur de l’Argentière, dans ses Mémoires Historiques, décrit ce déclin de l’émigration temporaire que Monseigneur Le Camus avait déjà mentionné. Il rappelle que Briançon fut un centre commercial très florissant où les foires de juin et de septembre, autrefois franches, attiraient beaucoup d’étrangers et servaient d’entrepôt général aux marchandises des fabriques du Dauphiné qui passaient en Piémont. Quand ce commerce est anéanti en 1713 par la cession des vallées au roi de Sardaigne, les pôles commerçants se déplacent alors vers Lyon et Romans. Mais Brunet ajoute que les raisons de cette décadence ne viennent pas que du changement politique : « La principale cause de la décadence du commerce dans le Briançonnais vient de ceci : les négociants de plusieurs communautés qui allaient dans les principales villes d’Europe, laissaient dans le pays et dans un petit bien leurs femmes et leurs enfants. Ils vivaient seuls dans le commerce, avec peu de dépenses ; ils venaient passer les étés chez eux, apportaient leurs profits, faisaient des acquisitions, et en s’en retournant, ils emmenaient des jeunes élèves qui, accoutumés à une vie frugale, faisaient bien vite, par leurs épargnes, une petite fortune.

  • 25 Cité dans A. ALBERT, « Les Queyrassins négociants », art. cit., p. 317.

51Mais, dans ce siècle, l’esprit d’économie s’étant peu à peu ralenti et l’amour de la Patrie diminué, ces négociants se sont accoutumés à ne plus revenir si souvent au pays ; les dépenses et les hasards des longs voyages ont été leur première excuse ; les douceurs qu’ils ont goûtées dans les bonnes villes, comparées avec la vie dure des montagnards, leur ont fait naître l’envie de faire des acquisitions où ils étaient et d’y transporter leurs familles. Les premiers qui ont pris ce parti ont bientôt fait ouvrir les yeux à d’autres qui les ont imités et, dans peu d’années, loin de voir des acquéreurs de fonds qui venaient dépenser ou employer l’argent qu’ils apportaient, il s’est trouvé nombre de vendeurs qui sortaient pour toujours leurs biens du pays ; de là cette diminution considérable du prix des immeubles ; de là cette désertion des meilleurs habitants des communautés ; de là enfin une surcharge pour les pauvres qui sont restés, et plus de difficultés d’entretenir cet esprit de commerce, y ayant moins d’occasion de former des élèves »25.

52Il atteste aussi la décadence de trois autres occupations, autrefois florissantes : l’émigration hivernale des peigneurs de chanvre en Italie et dans les provinces du Royaume, celle des maîtres d’école et celle des transhumants qui mènent l’été leurs troupeaux de brebis vers le Piémont.

  • 26 Chanoine DARANATZ, L’émigration dauphinoise, Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d’ (...)

53La transformation de l’émigration temporaire en émigration définitive est donc partout relevée, dès le XVIIe siècle, comme sont connues certaines des régions d’installation. Le chanoine Doranatz, par exemple, a relevé dans les minutes de six notaires de Bayonne, pour les années 1631 à 1734, une vingtaine d’actes qui attestent qu’une petite colonie de familles dauphinoises s’y était établie : les familles s’appellent Argentier, Durif, Genevois, Pelorce, et les villages d’origine mentionnés sont Le Freney, Venosc, Les Gauchoirs, Oz, Les Garcins, Le Ponteil26. Et Aristide Albert cite, parmi les habitants de La Grave et du Villard d’Arène, les Daillas, qui se sont installés au Havre, les Raby à Brest, Julien Clot à Lorient et les Gonnet à l’île Maurice.

  • 27 A.D. Isère, 4 E24 S24.

54Cette tradition des marchands, les archives d’Auris nous permettent de mieux la cerner. Un document sans date mais que, par recoupement avec d’autres pièces, on peut dater du dernier quart du XVIIe siècle, situe l’importance de ce groupe. C’est une liste des cent chefs de ménage, suivie du montant de l’impôt qu’ils doivent acquitter : la somme varie entre une livre pour les journaliers et vingt livres pour trois marchands. Soixante-dix de ces chefs de ménage sont ou journaliers ou laboureurs. Les laboureurs payent entre une à dix livres, mais le plus grand nombre acquitte trois livres. Viennent ensuite dix-huit marchands et deux veuves de marchands : quatre acquittent entre trois et cinq livres, six entre six et sept livres, six autres entre huit et douze livres, puis trois entre quatorze et quinze livres et les trois plus imposés : vingt livres. S’y ajoutent trois tisserands, qui payent une livre ou une livre vingt, deux voituriers inscrits pour une livre, un cordonnier et un charpentier, trois livres, et une « bourgeoise », onze livres dix. Les marchands sont une grosse minorité donc, au sein de laquelle se trouvent les hommes les plus riches du village27.

55Parmi ces marchands, on relève six Gasques, six Michel et Jacques Rigaud, noms disparus à Auris au XIXe siècle, et un Claude Arvey, or au XIXe siècle, les seuls Arvey sont les meuniers d’Auris, et ils viennent juste de quitter Le Freney. Des autres, les patronymes ne sont pas perdus : Porte, Pierra, Dusser, Faure et d’Heu. De ces vingt marchands, la moitié au minimum a définitivement émigré avec leurs familles. Flux lent, courant sur deux, voire trois générations, ce qui est le temps nécessaire pour asseoir solidement les affaires de la famille. De là, cette double vie dont parle Monseigneur Le Camus : les marchands sont plus souvent dans le pays où ils tiennent boutique mais, en juin et juillet, ils doivent choisir : on a besoin d’eux des deux côtés. En Oisans, c’est la pleine époque des travaux agricoles et dans le plat-pays, c’est le temps des grandes foires d’été. Beaucoup ne remontent pas : il faut réussir d’abord là où on est.

  • 28 A.D. Isère, Archives paroissiales d’Auris, 4E 24 S1 1, 27 J3/67. Je remercie mon ami Keith Luria, (...)

56Parmi ceux qui sont partis, nous pouvons suivre l’aventure d’Hugues Gasques. En 1682, il paye quarante-trois livres dix-huit sols et onze deniers de taille royale ; un seul habitant d’Auris paye plus que lui avec quarante-huit livres. La même année, il inscrit dans son testament sa double appartenance : testament de Hugues Gasques feu Pierre marchand d’Auris à Moulins en Bourbonnais28. Testament double en ce que ses dernières volontés ne sont pas les mêmes selon que la mort le trouvera à Auris ou à Moulins. S’il meurt à Auris, il demande à être enterré là, et charge son fils héritier, Jean-Antoine, de s’occuper des messes, des aumônes pour les pauvres, des dons pour l’église, pour l’essentiel destinés à Auris. En revanche, s’il meurt à Moulins, il demande à son beau-frère, Nicolas d’Heu, marchand à Moulins, de s’occuper de tout avec l’aide de ses associés. Dans ce cas, il sera enterré à Moulins, et messes et aumônes seront dites et distribuées principalement dans cette ville. Il y a bien sûr une partie commune : un héritier, son fils aîné, qui devra dédommager ses frères et sœurs plus jeunes et entretenir sa tante, la sœur d’Hugues. Et il demande à son beau-frère, Nicolas d’Heu, déjà émigré à Moulins, d’être le tuteur de ses enfants mineurs.

  • 29 A.D. Isère, 4E 24 S1 1, documents relatifs aux marchands colporteurs, XVIe-XVIIe siècles.

57Quant aux Michel, certains sont installés à La Rochelle, à la fin du XVIIe siècle ; un autre, associé à son beau-frère, Nohé Gasques, est « marchand traffiquant en Languedoc »29.

58Les archives attestent toute une gamme d’attitudes pour ces marchands installés hors de leurs villages d’origine. Certains ne veulent plus avoir affaire avec Auris : ils se sont débarrassés de tout ce qu’ils possédaient en Oisans et ils n’appartiennent plus au village. Ainsi, Jean Porte, en 1689, fait signifier à la communauté d’Auris qu’il ne lui reste aucun bien et aucun domicile dans ce village, et qu’à l’avenir il ne faut plus le compter dans aucune charge de la commune puisqu’il n’y a plus rien. Il s’est établi à Saint-Pierre-le-Moûtier, en Nivernais, « avec sa famille où il a son domicile et commerce de marchandise », ayant acquitté « tous les droits et prétentions qu’il avait dans la communauté d’Auris ».

  • 30 A.D. Isère, 4E 24 1D2 actes d’assemblée de la communauté d’Auris.

59D’autres, au contraire, conservent tout ou partie de leurs biens en Oisans et continuent d’aider leur village d’origine, comme en témoigne une des délibérations de la communauté d’Auris, en 1678 : « ... la plupart des principaux négociants qui se sont retirés de la communauté avec quelques-uns de ceux qui sont encore habitants, dans le dessein de suivre bientôt les autres, ont conjointement voulu faire un dernier effort pour donner moyen aux pauvres de pouvoir encore un peu subsister ». C’est-à-dire qu’ils prêtent de l’argent pour acquitter les dettes de la communauté « en corps » et « sans en tirer aucun intérêt, ladite communauté obtiendra seulement permission de péréquer chaque année la somme de quatre ou cinq cent livres jusques à ce que lesdits créanciers soyent payés et par ce moyen elle se trouvera quitte, sans qu’aucune personne en aye souffert... »30.

60Ce texte est intéressant parce qu’il souligne que ceux des marchands qui habitent encore Auris ont le dessein de suivre bientôt les autres, formulant clairement un désir d’émigration définitive.

  • 31 A.D. Isère, 4E 24 S22, état des immeubles délaissés par les protestants et fugitifs.
  • 32 L. CORTES, L’Oisans, Grenoble, 1926, Laffite reprints, 1980, pp. 81-82.

61Ces textes appellent toutefois une remarque : ils sont tous antérieurs à la Révocation de l’Edit de Nantes. Ces riches marchands seraient-ils des protestants, ce qui expliquerait pourquoi une partie de ces patronymes ont disparu d’Oisans ? Le rôle d’un impôt mis sur les protestants d’Auris en 1572 dénombre neuf réformés, parmi lesquels quatre Gasques, Jehan Arvey, Sébastien Michel dit en ville, deux Bettou et un Berlie31. En 1683, Mgr Le Camus, qui relève le nombre de communiants et le nombre de huguenots, mentionne quatre familles réformées à Auris ; ce qui est peu32. Quant à Hugues Gasques, son testament nous le montre catholique. Les protestants à Auris n’ont d’ailleurs jamais été qu’une petite minorité. Et la tradition des marchands, fraction riche de la communauté, se retrouve, avec les mêmes caractéristiques, dans toutes les communes, qu’elles soient protestantes ou catholiques, à La Grave comme à Huez.

Une éducation qui prépare les esprits au départ ?

62Un pays mal connu et ingrat, une tradition du départ définitif et aussi, dans certains villages, une éducation qui prépare au voyage.

63L’éducation, telle qu’on peut la percevoir, est très inégale selon les communes. Toutefois, un ensemble de documents scolaires de Villeneuve-la-Salle, postérieurs à ceux qu’Aristide Albert a pu consulter, attestent la préparation des esprits au départ (il s’agit d’une commune hors d’Oisans, située de l’autre côté du Lautaret, dans la vallée de la Guisane, mais participant de la même civilisation colporteuse, puisqu’existent entre elle et La Grave des liens familiaux et que plusieurs colporteurs de l’un et l’autre villages font appel au même « banquier » pour financer leurs campagnes).

  • 33 A. ALBERT, art. cit., p. 319.

64Dans les deux cas, il s’agit de tables de multiplication, de manuels de calcul rapide et de tables de conversion des monnaies françaises en monnaies étrangères. A. Albert a eu sous les yeux un de ces manuels, dont il donne le titre : Poids, Titre et Valeur de Différentes Espèces d’Or et d’Argent, etc. On y a joint quelques détails sur les monnaies courantes de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique, par Ant. Sériot, Genève. Il n’en donne pas la date, mais ajoute : « Les monnaies de la Bavière, de la Prusse, du Brunswick, du Hanovre, de la Saxe, de l’Angleterre, du Danemark, de l’Espagne, de Genève, de la Hollande, de la Hongrie, de l’Italie dans ses divisions politiques au XVIIIe siècle, de Liège, des Pays-Bas autrichiens, de Russie, du Portugal, de la Perse, de la Suède, de la Pologne, etc... sont ramenées à leur valeur des monnaies françaises et genevoises »33.

  • 34 L’ensemble des documents concernant Villeneuve-la-Salle se trouve au Musée Dauphinois.

65Dans l’ensemble de documents que le Musée Dauphinois a recueilli sur l’école de Villeneuve-la-Salle dans le premier tiers du XIXe siècle, se trouve un carnet manuscrit, sorte de cahier de travail au jour le jour, où sont mêlés des rédactions sur le retour du printemps ou sur les amusements des enfants pendant l’hiver, des problèmes de mathématiques, des modèles pour toutes sortes de billets commerciaux, des modèles de lettres ; ce carnet est, en quelque sorte, le viatique du parfait colporteur, qui doit savoir tenir un livre de comptes, manier les effets commerciaux, rédiger les lettres indispensables, et même écrire une pétition au préfet34.

66Ici, c’est le contenu des lettres qui nous a retenu. Il y en a cinq : trois à un ami, une pour l’oncle qui l’a initié au commerce, et la dernière pour sa mère. A la mère, il souhaite une bonne santé, s’excuse de ne pas écrire plus souvent, et promet de lui rendre tous les soins qu’elle lui a prodigués enfant. Puis il parle de ses études où il s’applique, lui demande de lui acheter deux ouvrages « l’ouvrage de Bernardin de Saint Pierre qui est bien amusant et la grammaire de Noé et Chapsal qui est bien utile pour mon instruction ». Et pour finir, il demande des nouvelles de toute la famille et des voisins, se plaignant de n’avoir pas de nouvelles de sa sœur et de son beau-frère, et il termine selon la formule que nous retrouvons au bas de presque toutes les lettres de colporteurs : « Je suis et serai toujours pour la vie votre très soumis et très affectionné fils ».

67L’oncle et la tante sont remerciés de l’accueillir auprès d’eux pour lui apprendre le commerce. « Il ne tiendra pas à ma bonne volonté que vous ne soyez contents car je suis dans l’intention de faire tous les efforts qui seront en mon pouvoir pour me rendre toujours plus digne de vos beautés (sic), c’est dans cette vue que je vous promets à tous deux de mettre à profit tous mes instants ».

68Des trois lettres à un ami, l’une est pour prendre part à sa peine après qu’il a souffert d’une tempête qui a fait beaucoup de dégâts ; l’autre est pour s’excuser de ne pouvoir se rendre à l’invitation qu’il lui a faite d’aller lui rendre visite et, dans la troisième, l’épistolier imaginaire se met dans la situation de celui qui est parti, qui est à Paris et qui écrit à son ami pour l’engager à venir le rejoindre ; pour cela, il lui décrit Paris et ses boutiques que l’on dresse dans les rues et sur les ponts au moment de Noël et termine en opposant aux joies de la ville la monotonie et l’ennui de la vie au village : « Ainsi, cher ami, tu vois que l’on jouit de beaucoup plus de plaisirs que chez nous où l’on ne va que chez un parent à un autre en leur souhaitant le bonjour. Je t’intéresse fort à venir faire la demeure à Paris afin que tu puisses y goûter de ses charmes ».

69Cinq lettres donc, au milieu des règles de trois et des effets de commerce. Elles disent les passages de la vie, les expériences essentielles, les affections perpétuées. Elles donnent du même coup le canevas de ces lettres réelles, identiques les unes aux autres, immuables dans leur ordre : les vœux aux siens, les descriptions des activités, les salutations à la famille et les compliments aux voisins. Ici, la figure de la mère, aimée et lointaine, est celle du départ, de l’arrachement à la communauté, de l’attente de nouvelles. Celle des parents marque le temps de l’apprentissage, l’entrée dans le métier, le passage à l’état d’homme. Les invitations d’amitié disent autre chose : l’exil apprivoisé, les valeurs inversées, la substitution de la sociabilité confraternelle à la familiarité communautaire.

70Dès l’enfance, des textes modèles entendent ainsi inculquer un système de valeurs où l’horizon villageois est disqualifié, Tailleurs urbain magnifié. Abandonner le pays, même mauvais, n’est pas chose aisée : tout un « travail » social est donc nécessaire pour faire accepter l’éloignement des proches, l’abandon des habitudes premières. Les réussites exemplaires, les séductions de Tailleurs, l’identification entre le départ et l’indépendance, autant de motifs à la croisée de la mémoire collectivement constituée et d’une imagerie idéologiquement imposée, qui rendent volontaire ce qui, dans d’autres sites, est un impossible arrachement.

Notes

1 A.D. Isère, 4E 24 1D1, Archives municipales d’Auris, enquête sur le cadastre de la communauté d’Auris.

2 R. BLANCHARD, Les Alpes occidentales, t. III, Les grandes Alpes françaises du nord, Arthaud, 1943, 2 vol., vol. II, p. 324.

3 R. BLANCHARD, « Le Haut Dauphiné à la fin du XVIIe siècle, d’après les procès de la révision des feux de 1700 », in Recueil des travaux de l’Institut de Géographie Alpine, 1915, pp. 337-419, plus particulièrement p. 401.

4 J.-P. LAURENT, préface à E. BESSON, « Les colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle. Témoignages et documents », Le monde alpin et rhodanien, 1975, 1-2, p. 7.

5 E. WHYMPER, Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869, traduit de l’anglais par A. JOANNE, Paris, Hachette, 1873, et 2e éd., 1875, p. 18.

6 J.-D. FORBES, Norway and its glaciers, visited in 1851, followed by journals of excursions in the High Alps of Dauphiné, Berne and Savoy, Edinburg, 1853. L’appendice a été traduit en français sous le titre : « Récits d’excursions dans les Alpes du Dauphiné » Revue des Alpes, Grenoble, 1ère année, 1858, vol. 1 et 2, samedi 18 septembre 1858.

7 Le baron A. RAVERAT, A travers le Dauphiné, voyage pittoresque et artistique, Grenoble, 1861, Laffite reprints, 1979, p. 201.

8 NICOLAS, Mémoire sur les maladies épidémiques qui ont régné dans la province du Dauphiné depuis l’année 1780, Grenoble, 1786, p. 99, et A. JOANNE, Itinéraire du Dauphiné, 1ère partie : Isère, Paris, Hachette, 1862, p. 130.

9 Le baron d’HAUSSEZ, Souvenirs pour servir à la statistique du département de l’Isère, Bordeaux, 1828, réimprimé dans Almanach de la Cour de Grenoble et dans Annuaire de l’Isère pour 1838, Grenoble, 1838, p. 95.

10 J.-H. ROUSSILLON, Guide du voyageur dans l’Oisans, Grenoble, 1854, ré-édité P.U.G., 1979, pp. 34.

11 J.-H. ROUSSILLON, op. cit., pp. 118-117.

12 E. WHIMPER, op. cit., p. 197.

13 R. CANAC, L’or des cristalliers, Paris, Denoël, 1980, p. 112.

14 E. WHYMPER, op. cit., p. 200 et pp. 216-217.

15 T.G. BONNEY, Outline sketches in the High Alps of Dauphiné, London, 1865, p. 42.

16 J.D. FORBES, op. cit., 2 octobre 1858, et E. WHYMPER, op. cit., p. 207.

17 W.A.B. COOLIDGE, « L’Oisans il y a vingt ans », Annuaire de la Société des touristes du Dauphiné, XVII, 1892, p. 185.

18 A. RAVERAT, op. cit., p. 214.

19 G. DUBOIS, « Un manuscrit de l’intendant dauphinois Fontanieu, Mémoires généraux sur les productions et le commerce du Dauphiné », Bulletin de la Société Scientifique du Dauphiné, t. 53, 1933, pp. 87-276, citation p. 123.

20 J.-H. ROUSSILLON, op. cit., pp. 16-17.

21 Sur ce point, la littérature des alpinistes anglais n’est pas tendre. Ils dénoncent les porteurs qui volent ou mangent les provisions et les auberges — sauf celle de Venosc — où, si l’on s’habitue à l’odeur, on ne résiste pas aux insectes. Tous concluent que le seul endroit où l’on puisse dormir en Oisans est la maison du curé.

22 A.D. Isère, Visites pastorales de Monseigneur Le Camus, IV G 273.

23 R. BLANCHARD, Le Haut Dauphiné..., op. cit., p. 410.

24 E. BOUCHU, Mémoire sur la généralité de Grenoble, 1698, reproduit en partie dans J. BRUN-DURAND, Le Dauphiné en 1698, suivant le mémoire de l’intendant BOUCHU sur la généralité de Grenoble, Lyon, Grenoble, Valence, 1874. R. JUVENIS est cité dans A. ALBERT, « Le pays briançonnais : les Queyrassins négociants », Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 1889, pp. 313-331, plus particulièrement p. 315.

25 Cité dans A. ALBERT, « Les Queyrassins négociants », art. cit., p. 317.

26 Chanoine DARANATZ, L’émigration dauphinoise, Bulletin de la Société Dauphinoise d’Ethnologie et d’Anthropologie, t. XXX, 1941, p. 99.

27 A.D. Isère, 4 E24 S24.

28 A.D. Isère, Archives paroissiales d’Auris, 4E 24 S1 1, 27 J3/67. Je remercie mon ami Keith Luria, qui m’a fait connaître de nombreux documents concernant Auris au XVIIe siècle.

29 A.D. Isère, 4E 24 S1 1, documents relatifs aux marchands colporteurs, XVIe-XVIIe siècles.

30 A.D. Isère, 4E 24 1D2 actes d’assemblée de la communauté d’Auris.

31 A.D. Isère, 4E 24 S22, état des immeubles délaissés par les protestants et fugitifs.

32 L. CORTES, L’Oisans, Grenoble, 1926, Laffite reprints, 1980, pp. 81-82.

33 A. ALBERT, art. cit., p. 319.

34 L’ensemble des documents concernant Villeneuve-la-Salle se trouve au Musée Dauphinois.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search