Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la mémoire

 | 
Laurence Fontaine

Avant-propos

Texte intégral

1Ce travail trouve son origine dans une exposition : celle consacrée en 1975 par le Musée Dauphinois aux colporteurs fleuristes de l’Oisans. Les documents alors rassemblés par Charles Joisten et Jean-Pierre Laurent, et exploités dans une première étude par Élisabeth Besson, ont été pour nous un irremplaçable matériau de départ.

2En commençant cette recherche, notre intention était double : d’une part, situer dans une perspective d’histoire socio-économique régionale, l’aventure exceptionnelle de ces colporteurs partis vendre à travers le monde leurs plantes et leurs fleurs ; d’autre part, comprendre, en un site privilégié, la trajectoire, les mécanismes et les effets de l’activité colporteuse. Celle-ci, en effet, s’est trouvée mise au centre des interrogations sur le devenir de certaines sociétés paysannes du XIXe siècle, montagnardes tout particulièrement. Selon les temps et les lieux, le colportage peut, soit conforter l’économie traditionnelle, ajoutant un revenu inédit aux ressources ordinaires, soit, tout au contraire, détruire les équilibres anciens, en laissant aux seules femmes les champs et les bêtes, en habituant au départ, en fixant dans les régions visitées un premier noyau d’émigrants. Suivre en Oisans comment le colportage s’inscrit dans la civilisation rurale ancestrale, comment aussi il favorise le dépeuplement de la montagne, est donc l’un des objectifs de ce travail, qui exigeait de prendre la mesure et de dresser la chronologie du phénomène.

3Comme l’ont montré plusieurs études récentes, selon les régions, varient et les destinations des colporteurs, et la nature des marchandises colportées, et les formes, matérielles ou financières, du commerce itinérant. Il fallait donc identifier en Oisans chacun de ces éléments, en n’oubliant pas que les réussites fleuristes n’y sont pas le tout du colportage. Les écarts sont grands, en effet, entre ces itinérants à la grosse aventure et ceux qui se contentent d’horizons plus proches, d’un commerce plus modeste. Comme souvent, l’apparente unité d’une pratique masque, en fait, des différences profondes dans les réalités sociales qu’elle recouvre : ce sont elles que nous avons essayé de cerner en proposant une typologie du colportage uissan.

4Mais le voyage est aussi récit. Récits confiés aux lettres envoyées au pays à ceux qui restent. Récits en filigrane portés par l’écriture utile du livre de comptes. Récits en forme de mémoires, une fois la retraite venue. Récits dits aujourd’hui pour construire une identité au passé, pour enraciner dans une aventure hors du commun un présent ordinaire. Tous sont justifiables d’une double lecture. Ils énoncent ce que nulle autre archive n’indique : un vécu fourmillant, tissé d’humbles gestes, de décisions quotidiennes, de pratiques répétées ; mais aussi, ils avouent les pensées et les rêves, les attachements et les illusions. Ils doivent donc être entendus, non seulement comme les témoins d’une réalité disparue, mais également comme les traces précieuses des manières partagées de voir le monde et de penser l’histoire.

5Notre travail a tenté d’entrecroiser diverses approches, souvent disjointes ou opposées les unes aux autres. Nous nous sommes donc efforcés de faire profit des techniques classiques de l’histoire des sociétés, des questionnements de l’anthropologie rurale, des acquis récents de l’histoire orale, et nous avons essayé de lier pesées globales et études de cas, saisies chiffrées des phénomènes en leur entier et lectures minutieuses de sources individuées.

6En présentant ce travail, mes pensées vont vers Charles Joisten qui a eu l’idée de cette recherche et qui n’en pourra voir l’achèvement. Je voudrais remercier aussi l’équipe du Musée Dauphinois, et tout particulièrement son directeur, Jean-Pierre Laurent, Anne Laurent et Annie Bosso qui m’ont tout grand ouvert les collections du Musée ; Monsieur Vital Chomel, directeur des Archives Départementales de l’Isère, qui m’a signalé nombre de documents et a répondu à mes questions avec une inlassable patience ; Messieurs Pierre Balme, Roger Canac, Roland Martin et Paul-Louis Rousset, qui m’ont fait partager leur amour et connaissance de l’Oisans ; ceux qui m’ont aidée de leurs avis, Natalie Davis, Louis Bergeron, Maurice Garden, Philippe Lejeune, Yves Lequin, Keith Luria, Henri Morsel, Françoise Zonabend, et Roger Chartier ; mon amie, Jacqueline Macek-Roblès, qui a traduit les textes du russe.

7Et les habitants de l’Oisans qui m’ont appris leur pays.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search