Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Le quartier Mériadeck à Bordeaux

Pierre Guillaume

Texte intégral

1En livrant 26 hectares, situés au cœur de la ville, à une démolition intégrale, Bordeaux s’est engagée dans une opération qui n’a guère d’équivalent en France, et qui, par son ampleur, ne peut se comparer qu’à la reconstruction de certains centres de villes détruits par la guerre. Cette décision ne put être prise que parce que la médiocrité du quartier était si évidente qu’il ne trouva guère de défenseurs. Lancée en 1955, l’opération est loin d’être achevée en 1980. Si elle a bénéficié de la stabilité du pouvoir municipal, resté aux mains de Jacques Chaban-Delmas, elle n’en porte pas moins la marque d’une évolution complexe de la ville, tant dans ses fonctions urbaines que dans ses structures administratives. Opération volontariste s’il en est, la reconstruction de Mériadeck – on dit aussi du quartier de l’Hôtel de ville – est également une création continue, qui est marquée d’une adaptation constante à des besoins nouveaux, à une esthétique mouvante, à des mœurs changeantes, notamment en matière de consommation. Enfin, parce que la vocation même attribuée au nouveau quartier a changé, son insertion dans la ville a dû être repensée, et c’est tout le tissu urbain qui s’est trouvé modifié par la greffe de ce corps étranger.

Un quartier de peu d’intérêt

2Le quartier de Mériadeck est né des besoins de l’archevêque de Bordeaux, Monseigneur de Rohan-Mériadeck, qui, en 1771, entreprend l’édification d’un nouveau palais archiépiscopal. Il s’en remet alors à des financiers – parisiens disent les historiens bordelais – pour lotir les terrains s’étendant entre les anciens remparts, le cours d’Albret actuel, et la Chartreuse. Cette opération d’urbanisme dut à de multiples raisons de ne pas connaître grand succès :

  • lieu de convergence de la Devèze et du Peugue, le secteur situé en contrebas du Mont Judaïque appartient à la ceinture de terres marécageuses qui sont responsables d’une insalubrité dont Bordeaux ne triomphera qu’au XXe siècle1 ;
  • cette insalubrité est soulignée, sinon vraiment accrue, par la présence du cimetière et la proximité de l’hôpital Saint André,
  • trop éloignée du port et du marché des Capucins, l’un et l’autre grands pourvoyeurs d’emplois, cette zone n’attire pas autant que d’autres les migrants en quête de travail,
  • enfin, et surtout, Mériadeck a été victime de la conjoncture. Les dernières années de l’Ancien Régime sont marquées d’un essouflement relatif du commerce bordelais, mais surtout, Révolution et Empire entraînent une régression démographique qui ne sera pas compensée avant 1841.

3Quartier mal né, Mériadeck est, dès le début du XIXe siècle, assez mal famé, comme le montrent les travaux faits à partir du très remarquable recensement de 1831. Au XXe siècle, Mériadeck est le quartier de la prostitution et de la brocante. C’est le lieu de convergence de tous les déshérités de la ville, qui poussent leurs carrioles jusqu’à la place qui rassemble leurs étalages minables. Mi cours des miracles, mi marché aux puces, la place Mériadeck est, comme telle, une attraction touristique qui ne sert guère le prestige de la ville.

  • 2 0-19 ans : 24,7 % ; 20-64 ans : 63,0 % ; plus de 65 ans : 12,3 %.

4L’ensemble des 26 hectares voués à la démolition ne saurait pourtant se ramener à cette vision simpliste. En 1955, ils rassemblent quelques 7.500 personnes, réparties entre 2.934 familles. C’est une population relativement vieille2, et dont la fortune est médiocre, puisque plus de 50 % des revenus mensuels sont inférieurs à 30.000 anciens francs. L’habitat n’apparaît pas, pour autant, catastrophique. Les logements « malsains et défectueux » ne représentent que 10 % de l’ensemble, ainsi que ceux qui sont surpeuplés. Mériadeck n’apparaît nullement comme un quartier à l’abandon ; on y compte 315 commerces de détail, et 48 établissements industriels. Les fonctions de Mériadeck étaient complexes, puisque 132 commerces sur 315 étaient spécialisés, notamment dans l’ameublement.

5Il apparaît donc que Mériadeck fut condamné sur sa mauvaise réputation, beaucoup plus que sur sa réalité sociologique complexe, et pour n’être pas protégé par une architecture dont on ne peut que reconnaître l’extrême médiocrité, à l’exception de la façade du cours d’Albret.

Une décision clairement datée

6On ne peut comprendre la décision prise pour Mériadeck sans la replacer dans un contexte chronologique très précis. Les premières études sont faites en 1955 ; la décision est prise par une délibération du Conseil municipal de Bordeaux du 8 février 1960. Cette période n’est plus tout à fait celle de la reconstruction accélérée, qui a dicté la réalisation désordonnée de tant d’ensembles médiocres. La loi cadre du 1er août 1957 et l’ordonnance du 31 décembre 1958 imposent les plans d’urbanisme, et définissent de nouvelles politiques de rénovation du patrimoine immobilier. Toutefois, la conservation de ce patrimoine ne deviendra un impératif prioritaire qu’avec la loi Malraux du 4 août 1962. Entre 1955 et 1960, on pouvait donc penser en termes de rénovation d’un centre urbain, sans rencontrer les contraintes qui gêneront ensuite toute atteinte à l’habitat ancien. Ce n’est sans doute pas simple effet du hasard si le Ministre des Travaux Publics de Pierre-Mendès France, en 1954, est aussi le maire de Bordeaux.

7Une fois l’opération décidée, il fallait faire le choix d’un maître d’œuvre. On pouvait penser soit à un Établissement public, soit à une Société d’économie mixte. C’est cette deuxième formule qui est retenue, car c’est elle qui donne à la ville les plus grandes facilités pour contrôler l’opération, alors que l’Établissement public aurait accru la tutelle de l’administration. En 1960, la maîtrise de l’opération est donnée à la Société bordelaise mixte de construction et d’urbanisme qui, en 1965, cède la place à la Société bordelaise de Rénovation urbaine, la S.B.R.U., qui ne se distingue de son prédécesseur que parce que sa seule mission est la construction de Mériadeck, rôle qu’elle conserve lorsque, le 1er janvier 1968, la Communauté urbaine se substitue à la mairie de Bordeaux.

8La Société d’économie mixte est chargée des opérations suivantes :

  • acquisition des terrains et immeubles,
  • relogement des occupants,
  • démolition,
  • mise au point des programmes d’équipement,
  • cession des terrains aux constructeurs.

9A compter du 20 septembre 1960, le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • acquisition du premier au 18ème mois,
  • évacuation du troisième au 21ème mois,
  • démolition du troisième au 23ème mois,
  • équipement général à partir du 20ème mois,
  • vente des terrains à partir du 22ème mois.

10La Société d’économie mixte est habilitée à contracter tous les emprunts nécessaires (art. 11 de la convention la liant à la ville), pour une opération subventionnée par l’État (art. 12), et dont le déficit est couvert par la ville (art. 13).

11Tel qu’il était conçu, le mécanisme de l’opération voulait que la revente des terrains finance la démolition progressive et l’équipement. De fait, il n’en a rien été. S’il n’est pas possible de faire le bilan financier d’une opération encore inachevée, on peut rappeler, à titre purement indicatif, des prévisions faites au 1er janvier 1974, et qui donnaient, pour les ressources, la ventilation suivante :

– cession des terrains

33,35 %

– participation des constructeurs

6,55 %

– participation Communauté urbaine

31,92 %

– subvention État

28,18 %

12Ces prévisions font aussi apparaître que la revente des terrains, pourtant viabilisés et équipés, ne couvre que 80 % du coût de leur seule acquisition. Notons ici que l’opération Mériadeck, qui suppose l’expropriation d’une multitude de petits propriétaires, ne pouvait être que beaucoup plus lente et surtout beaucoup plus onéreuse que celle de la Part-Dieu, à laquelle elle est souvent comparée. Cité peu guerrière, Bordeaux ne dispose que de quelques casernes, dont le départ envisagé ne libérera que de modestes superficies. La trésorerie de l’opération est assurée par l’appel à l’emprunt, auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, et aux avances du Fonds national d’Aménagement foncier et d’urbanisme.

Les finalités de l’opération

13L’objectif initial de l’opération est la construction de logements. C’est lui qui inspire le plan-masse présenté en 1960 par l’architecte en chef, M. Jean Royer. Liée à la promotion de Bordeaux au rang de métropole d’équilibre, en 1964, l’idée d’un quartier voué au tertiaire supérieur se fait progressivement jour ; elle ne modifie pas encore profondément le nouveau projet élaboré en 1967 par MM. Royer et Willerval, qui apparaît sur la scène bordelaise avec le titre d’architecte coordinateur. Ce n’est qu’avec le nouveau plan-masse du 2 décembre 1970 que M. Willerval peut imposer ses idées, adaptées à la vocation désormais reconnue au quartier ainsi qu’aux tendances nouvelles de l’architecture urbaine.

14Cette évolution se justifie par des études successives des besoins de Bordeaux et de son agglomération. En 1962, une enquête concluait à la nécessité de construire 63.000 logements avant 1975, dont un millier, de qualité supérieure, serait réalisé à Mériadeck. Une autre enquête, menée auprès de 700 entreprises, chercha à déterminer les besoins en bureaux, et l’on s’arrêta au chiffre de 50.000 m2. Pour la desserte de l’ensemble, on envisagea alors la construction de 62.555 m2 de parkings.

15Lorsque l’on raisonnait en termes de quartier d’habitation, on prévoyait un centre commercial principal, trois centres secondaires, un cinéma, un centre culturel et une école (cahier des charges de 1960). Toutefois, si on évoqua la possibilité de reloger les habitants et leurs activités sur place, ce ne fut jamais une priorité, puisque, en 1960, on pensait à les installer « dans des immeubles de remplacement édifiés dans le nouveau quartier du Grand Parc, suivant les formules Logeco et H.L.M. ». Quant aux entreprises, on leur offrait la possibilité de s’implanter dans les zones industrielles délimitées en banlieue. Ainsi, lorsque l’on pensait en termes de logement, il s’agissait d’appartements de qualité, destinés à des nouveaux venus. Il y eut un début d’application avec l’édification d’un immeuble de 72 logements, effectivement occupé par une population aisée (46 % de cadres supérieurs).

16Ce choix initial fut donc remis en question par la promotion de Bordeaux au rang de métropole d’équilibre, dont on espérait un développement d’un tertiaire supérieur, partiellement venu de Paris et de sa région. Se fit également jour la crainte que les milieux aisés bordelais, traditionnellement attachés à la résidence individuelle, ne boudent les immeubles qu’on leur destinait. Il fallut cependant près de dix ans pour que la nouvelle vocation du quartier soit clairement affirmée. Ce délai fut pernicieux pour le projet car, entre temps, des ensembles de bureaux très importants se construisirent le long des boulevards, cité administrative, I.B.M., Crédit Agricole, M.A.A.I.F., C.N.R.S., etc... Quand l’idée fut enfin admise, il s’avéra que la décentralisation espérée ne bénéficiait guère à Bordeaux. L’image d’un quartier de services était néanmoins imposée. La crainte fut alors que le quartier ne soit qu’administratif, comme pouvaient le laisser penser les implantations très précoces de la nouvelle poste centrale, puis de la préfecture de région, des sièges de la Communauté urbaine et du rectorat. Entre temps, les équipements collectifs initialement prévus étaient abandonnés. Pour éviter la désertification du quartier, en dehors des heures de bureau, on décida alors l’implantation d’un centre commercial, regroupant une grande surface et des commerces de haut de gamme, puis celle d’une « animathèque» géante, entendons par là une patinoire transformable en salle de spectacle, entourée d’un bowling, de courts de tennis, de gymnases, d’une boite de nuit... et d’un nouveau parking.

Les choix architecturaux

17Au projet d’un ensemble de logements correspondait une structure de tours et d’immeubles barres, dont le seul élément réalisé fait frémir par sa médiocrité. Ce choix, tant de plan que de dessin, est bien celui d’une époque de transition, où la nécessité de faire utile est encore si pressante que l’on n’ose toujours pas penser en termes de recherche architecturale. Dès cette époque, M. Royer imposa cependant les idées de construction sur dalle de béton et de séparation des circulations automobile et piétonnière. En 1970, M. Willerval substitue aux tours et barres un dessin crucéiforme, en rejetant toutefois toute uniformisation. Le modèle permettait des interprétations très libres, dont l’exemple extrême est donné par la Caisse d’Épargne, qui n’est pas sans évoquer par ses rondeurs le musée Guggenheim.

18L’intégration dans le site supposait que la hauteur des immeubles soit limitée, ce qui fut le cas, à l’exception du siège de la C.U.B., œuvre de M. Willerval, et dont on veut parfois bien dire qu’il est le moderne beffroi de l’agglomération. M. Royer avait proposé la réalisation d’un jardin en esplanade, dans l’axe même du jardin du palais Rohan. Comme entre les deux s’interposaient, sur le cours d’Albret, les deux hôtels de Poissac et de Basquiat, construits au XVIIIe siècle, on avait envisagé le déplacement latéral du premier. Ce projet audacieux et onéreux fut abandonné et l’on renonça ainsi à la perspective qui aurait conduit de l’Hôtel de Ville à la Préfecture de région et à la Communauté urbaine, sa voisine immédiate.

19En 1973, les 305.000 m2 prévus, auxquels s’ajoutent les parkings, se répartissaient en bureaux (52,5 %), en logements (37 %), en commerces (10,5 %, de la surface de planchers). Depuis 1960, on pouvait noter une densification très notable de l’occupation des sols, puisque la surface prévue n’était encore, en 1966, que de 279.000 m2. En 1980, cette densification apparaît notamment avec l’édification d’un immeuble entre les bureaux du rectorat et le cours d’Albret sur une parcelle dont la vocation à être un espace vert paraissait manifeste. Cette ventilation de 1973 a été remise en question, par la construction, entre autres, de « l’animathèque ».

20Les principales étapes de l’érection du quartier ont été les achèvements successifs de :

– l’hôtel Frantel

1973

– le rectorat

1973

– la Préfecture de région, la C.U.B., la dalle piétonne

1978

– le centre commercial

1980

– l’animathèque

1981

21Sans que cela soit aussi simple, on peut voir, dans cette chronologie, la succession de trois phases :

  • démarrage au début des années 1970,
  • freinage de 1974 à 1976 et relève assurée par les services publics,
  • relance à la fin des années 1970 devant conduire à l’achèvement en 1984.

22Le rythme de construction de Mériadeck apparaît ainsi comme marqué par la conjoncture. En 1981, Mériadeck affirme encore son modernisme par le recours, pour son chauffage, à la géothermie.

Mériadeck et la ville

23Lorsque l’on pensait Mériadeck en termes de zone d’habitat rénové, on projetait la transformation du cours d’Albret en « rocade ». Dès lors que Mériadeck devient pôle d’attraction commercial tout autant que lieu de travail, la nécessité s’impose de l’ouvrir, tant sur le centre ville traditionnel que vers les banlieues résidentielles. On prend alors le parti d’élargir la rue d’Ornano, en en abattant un côté, entre Mériadeck et la barrière, et d’aménager le carrefour avec le cours d’Albret. Sur ce point, on bute sur un immeuble commercial considérable, celui des meubles Bayle, que l’on renonce à exproprier. La circulation est-ouest étant ainsi améliorée, on aménage le passage nord-sud en faisant passer une voie en tunnel sous l’esplanade. De hauteur insuffisante, ce tunnel est endommagé à maintes reprises par des poids lourds, jusqu’à ce que l’on se décide à en abaisser la chaussée, pendant l’été 1980. La jonction avec la place Gambetta est extrêmement délicate, car elle implique que l’on touche au secteur sauvegardé. On perce une voie nouvelle dans l'îlot dit « Marcel Pénard ». Bâtie sur un parc souterrain supplémentaire, la rue ainsi tracée n’offre, sur son côté nord, que le spectacle désolé d’arrières de maisons dont seule la façade est harmonieuse, ce qui est vrai partout, mais particulièrement à Bordeaux, très marqué par la tradition de l’urbanisme d’apparat du XVIIIe siècle. On songe, en 1981, à un décor en trompe-l’œil. A partir de la place Gambetta, la rue Porte-Dijeaux, devenue piétonnière, assure la jonction avec la rue Sainte Catherine. Il apparaît que cette voie piétonnière a tiré grand parti de sa restauration, si l’on en juge par la floraison de boutiques créées depuis l’ouverture de Mériadeck.

24Il est, certes, trop tôt pour se prononcer sur l’impact du nouveau quartier sur la ville. Celle-ci, rompant avec une tradition multiséculaire, s’éloigne du fleuve, mais la décadence de la partie urbaine du port n’est pas liée à la construction de Mériadeck. Le cours de l’Intendance voit se multiplier les cessations de commerce et prend cet aspect désolé des artères de villes nord-américaines où se développe un urbanisme enterré. Les entreprises qui disparaissent sont, en général, très vieillies et elles sont achevées par une circulation automobile trop intense, plutôt que par le nouveau centre commercial, puisque les nouvelles rues piétonnes sont, elles, prospères. Si rien ne prouve que Mériadeck nuise à l’activité du centre traditionnel, il est, par contre, indéniable qu’il entre en concurrence avec d’autres réalisations contemporaines. L’hôtel Frantel est souvent préféré à ceux de Bordeaux Nord, également privé par Mériadeck d’une partie des activités tertiaires que l’on avait songé à y implanter. Il semble bien que le souci d’assurer le bon démarrage commercial de Mériadeck ait retardé la reconstruction de l’îlot Saint Christoly, qui, jouxtant la place Pey Berland, doit accueillir un jour, croit-on, la F.N.A.C. On peut donc penser que s’il y a une osmose assez réussie entre le vieux Bordeaux et Mériadeck, celui-ci nuit à d’autres réalisations en cours, dont Bordeaux Nord, est certainement la plus hasardeuse.

  • 3 Notre documentation doit beaucoup aux dossiers de presse du Centre d’Étude et de Recherche sur la (...)

25Commentant la semaine SIGMA, en 1967, Le Monde évoquait « cette manifestation qui, pendant une semaine, s’abat comme un cyclone sur une ville comme Bordeaux, si guindée, si endormie, si traditionnellement bourgeoise ». Le 27 mars 1980 ; François Simon évoque, toujours dans Le Monde, le centre commercial qui s’ouvre à Mériadeck, comme « un magnifique piège à chalands ». A en croire les chroniqueurs parisiens, la modernité, quelle qu’en soit l’expression, va donc mal à Bordeaux. On peut certes être plus que sceptique sur l’intérêt de ce type de référence à de pseudo-mentalités collectives. On peut surtout souligner ici la difficulté qu’a Bordeaux à se débarrasser de son étiquette de ville bourgeoisement et assez ridiculement vieillotte, qui, dans une très large mesure, lui a été collée par François Mauriac. Nul ne peut nier que Bordeaux se soit assoupi pendant près de cent cinquante ans, mais au XVIIIe siècle, c’était la ville de l’ouverture au monde et de bien des audaces intellectuelles et artistiques. Au XXe siècle, l’aristocratie du bouchon, tellement détestée, et calomniée par l’auteur de la robe prétexte ou de Préséances, ne règne plus sur une communauté urbaine, qui accueille Ford, I.B.M., Dassault, Sarget, etc... C’est à une nouvelle population de techniciens et de cadres que s’adresse l’innovation dans une ville qui, dans ses heures de gloire, a été l’une des plus largement ouverte aux influences extérieures, aux modes internationales du moment, dont SIGMA et MÉRIADECK sont des expressions actuelles3.

Notes

1 La médiocrité du sous-sol est l’une des explications du coût très élevé de l’équipement du nouveau quartier.

2 0-19 ans : 24,7 % ; 20-64 ans : 63,0 % ; plus de 65 ans : 12,3 %.

3 Notre documentation doit beaucoup aux dossiers de presse du Centre d’Étude et de Recherche sur la vie locale, et au rapport de séminaire de M. Robert Pierron, La rénovation du quartier de l’Hôtel de Ville à Bordeaux, 1975,160 p.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540