Version classiqueVersion mobile

Zola, renégats et alliés

 | 
René-Pierre Colin

Première partie

Les conditions de la création

Texte intégral

A. Origine sociale des romanciers naturalistes 

Des petits bourgeois

  • 1 Actes de la Recherche en sciences sociales, juillet 1975, no 4,
  • 2 Christophe Charte : La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Roman, théâtre et politique, Pr (...)

1L’origine sociale des romanciers naturalistes a déjà fait l’objet de plusieurs études qui, dans leurs conclusions, ne divergent guère, même si elles révèlent dans le détail quelques nuances. Rémy Ponton a dressé1 un tableau de leurs « caractéristiques sociales » en se fondant trois éléments importants : la profession du père, le cursus scolaire de chaque écrivain, et enfin sa situation professionnelle entre 1880 et 1890, entendons l’activité capable de lui rapporter des revenus en dehors de la littérature. Christophe Charle2 a fourni d’autres éléments d’appréciation en s’efforçant de cerner son statut à travers une étude des éléments biographiques. C’est cette voie que nous avons suivie en prenant en compte chaque fois que cela fut possible des témoignages familiaux et une enquête sur les lieux où naquirent et où vécurent ces auteurs. On peut ainsi nuancer les points de vue de Rémy Ponton : si les conclusions qu’il tire nous semblent pertinentes, c’est en effet avec certaines réserves. Il est difficile de prétendre, par exemple que Zola est issu de la moyenne bourgeoisie sous le prétexte que son père fut ingénieur, puisque ce père disparut au moment où il touchait à la réussite, alors que l’enfant n’avait que sept ans. L’existence qu’il mena après cette disparition est plutôt caractéristique de la petite bourgeoisie, ce que confirment sa situation scolaire de boursier et ses tout premiers états.

2De la petite bourgeoisie viennent également Céard, dont le père, Grégoire, était sous-chef de gare, et Huysmans, fils d’un imagier religieux qui mourut quand l’enfant avait huit ans. Le remariage de Malvina, sa mère, avec un certain M. Og, qui jouissait d’un petit capital, donna plus de prospérité à cette famille, sans en modifier radicalement la condition. Og avait investi l’essentiel de ses biens dans un petit atelier de brochage dont Huysmans dut assurer tant bien que mal la gestion après la disparition de sa mère en 1876. Cette affaire allait donner à l’écrivain plus d’angoisse que de gains, puisque dix ans plus tard il put craindre qu’une faillite ne lui fît perdre sa situation rassurante de fonctionnaire. En ce qui concerne les plus jeunes, Jean-Marc Bonnetain, le père de Paul, était employé des postes. Lucien Descaves était le fils d’un modeste graveur, Gustave Guiches d’un percepteur du village d’Albas dans le Lot. Le père de Rosny, tôt disparu, avait été mercier à Bruxelles. Ce milieu de petits artisans, de commerçants impécunieux, d’employés modestes, constitue bien la classe d’origine de la plupart des naturalistes qui sauront d’ailleurs s’en souvenir. Peu de ruraux : Harry Alis (Hippolyte Percher) est le fils d’un régisseur du village de Couleuvre dans l’Ailier. Le cas de Jean Ajalbert est curieux puisque ce futur avocat naquit dans une famille d’éleveurs (de nourrisseurs, dit l’état civil) issue du Cantal, mais établie à Clichy-la-Garenne, puis Levallois-Perret !

  • 3 D’après une lettre du 4 novembre 1878. Maupassant arrondit probablement son salaire annuel puisque (...)

3Une bourgeoisie plus prospère vit naître Paul Alexis et Francis Enne, tous deux fils de notaires, le premier à Aix-en-Provence, le second à Nesle dans la Somme. Le père de Robert Caze avait également été notaire à Toulouse avant de se retirer à Paris. La famille de Mirbeau comptait aussi plusieurs notaires, mais Ladislas-François, le père du romancier, avait choisi d’exercer la médecine, en tant qu’officier de santé. Oscar Méténier était le fils d’un huissier de Sancoins dans le Cher, qui entra bientôt dans les services de la préfecture de police. Il s’y illustra en rédigeant des opuscules de vulgarisation destinés à former les jeunes fonctionnaires, comme le Guide pratique de police à l’usage des commissaires de police et de leurs secrétaires (1885) dont le style prudhommesque amusa, dit-on, plus d’un débutant ! Le père de Maupassant, Gustave, avait eu des rentes, mais la ruine du grand-père, Jules de Maupassant, mit un terme à ces versements. Sur cette pension, Gustave prélevait une somme de seize cents francs qu’il versait à Laure, sa femme, dont il s’était séparé à l’amiable. On sait également qu’en novembre 1872, il donnait à son fils Guy une somme de cent-dix francs mensuels que le futur écrivain jugeait absolument insuffisante. Six ans plus tard, cette modeste pension n’était plus que de six cents francs annuels. Elle venait cependant s’ajouter au salaire de deux mille francs annuels3 que Maupassant recevait alors : il touchait en effet des appointements depuis le 1er février 1873 en tant qu’employé au ministère de la Marine.

  • 4 Léopold Fèvre fut maire de Chaumont de 1880 à 1882, entra dans la magistrature, fut conseiller à l (...)
  • 5 Voir sur ce point Les Pas sur le sable, souvenirs d’enfance, Plon, 1906, et Les Jours s’allongent,(...)

4Sans être à proprement parler de grands notables, le père de Fèvre, magistrat4, et celui de Louis Desprez, professeur agrégé devenu inspecteur d’Académie, avaient acquis une relative aisance. Rémy Ponton classe également dans la moyenne bourgeoisie Léon Hennique et Paul Margueritte, fils d’officiers supérieurs. Agathon Hennique, général de brigade en 1864, fut nommé gouverneur de la Guyane française. Hennique, bientôt orphelin, connut quelques difficultés financières puisqu’il lui arriva d’emprunter de l’argent à Zola, mais le riche mariage qu’il fit en épousant la fille de l’archiviste Dupont, personnage fort influent, le mit définitivement à l’abri du besoin. À partir de 1886, il vécut des rentes héritées de son beau-père. Le général Auguste Margueritte, père de Paul et de Victor, périt à Sedan : ce fut, selon le mot de son fils aîné, un « cyclone », puisque l’enfant jusqu’ici choyé connut après cette disparition une existence dont il a souligné la rudesse5. Il fut contraint de faire ses études au Prytanée militaire de La Flèche dont il parle comme d’une « prison d’enfants ». Il y subit en effet de nombreuses vexations : l’autorité militaire s’obstinait par exemple à lui confisquer ses lorgnons, car elle en proscrivait l’usage ! Très myope, Paul Margueritte acheva tant bien que mal ses études, mais quitta le Prytanée avec un profond soulagement.

5Si l’on excepte Léon Hennique et Abel Hermant, fils d’Achille Hermant, architecte de la ville de Paris, aucun des écrivains dont on peut à bon droit affirmer qu’ils sont issus, de la moyenne bourgeoisie n’a pu jouir longtemps des prérogatives financières attachées à cette classe, pas même Alexis, qui après avoir quitté sa famille avec « cent sous » en poche, en attendait une pension : l’étude de son père, d’abord prospère, déclina régulièrement et Edouard Alexis mourut ruiné en 1890. Goncourt, le 15 avril 1891, constate : « Le pauvre garçon n’a pas hérité ! Le peu qui lui est échu de l’honnête homme de loi qui était son père et qui dépensait plus qu’il ne gagnait, il l’a laissé à sa mère, et le voilà condamné, le paresseux et lambin plumitif, à gagner sa vie ainsi qu’auparavant ». Alexis, en sa jeunesse, avait cependant pu profiter de la situation alors aisée de ses parents, ne serait-ce qu’en achevant des études de droit.

  • 6 Stock, Mémorandum d’un éditeur, Stock, Delamain et Boutelleau, t. 1, 1935 p. 114.
  • 7 Lucien Descaves, Souvenirs d’un ours, les Editions de Paris, 1946, p. 43.

6On retrouve en fait fréquemment dans les foyers où grandirent les futurs romanciers naturalistes une assez grande précarité. Ruinée par la guerre de 1870, la famille d’Ajalbert se lança dans le commerce du vin et connut une déconfiture complète. C’est le krach de l’Union générale qui emporta les biens de la famille de Paul Adam. Il connut dès lors des jours sombres : « (Sa) situation (...) était fort précaire, car il lui fallait subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère, avec laquelle il vivait et qu’il chérissait fort ». (Son père, issu d’une famille d’officiers, n’avait pas choisi le métier des armes : il fut directeur des postes sous le Second Empire. On rapporte que cet ardent républicain contracta la maladie qui devait l’emporter en 1878 alors qu’il surveillait l’envoi des dépêches par aérostats, pendant le siège de Paris). Or, poursuit l’éditeur Pierre-Victor Stock, « cette digne maman qui ne se rendait pas compte de leur nouvelle et malheureuse situation pécuniaire, aggravait parfois les choses par des achats inopportuns, lorsqu’elle succombait à la tentation en parcourant un de nos grands magasins ! La position de Paul Adam était si critique à ce moment, que, très sérieusement et avec beaucoup d’insistance, il voulait entrer dans ma librairie comme commis de vente, à cent cinquante ou deux cents francs par mois »6. La pauvreté menaçait également la famille de Lucien Descaves : « Un éditeur de la rue Turbigo, acculé à la faillite, considérant l’artiste qui travaillait pour lui comme un ami à toute épreuve, lui infligea la plus cruelle en lui faisant signer des billets de complaisance que l’endosseur, mon père, dut acquitter à l’échéance. L’insolvable n’en fit pas moins banqueroute et sa dupe fut à peu près ruinée. Mon père se remit au travail sans désemparer. Quant à ma mère, si elle n’en mourut pas, sa santé jusque là excellente en reçut une atteinte profonde »7. Joseph Boëx, le père de Rosny, mourut en laissant six enfants, et l’on s’explique aisément que le romancier ait dû gagner très tôt sa vie avant d’avoir terminé les études qu’il avait pu entreprendre grâce à un oncle pharmacien. Même gêne chez Jules Case, originaire de Sens, qui était d’ailleurs un enfant naturel.

Etudes accomplies

  • 8 D’après A.A. Greaves, Paul Bonnetain (1858-1896), (sic : en fait, Bonnetain est mort en 1899) : an (...)

7L’analyse des études accomplies par les naturalistes permet de préciser leur situation : rares sont ceux qui ont dépassé le baccalauréat. Certains d’entre eux, d’ailleurs, n’ont même pas pu l’obtenir : Zola se présenta deux fois à l’examen, en août et en novembre 1859 ; la première fois, il échoua à l’oral et il ne franchit pas la barrière de l’écrit à la seconde session. Paul Bonnetain qui connut une adolescence lamentable au milieu des violentes querelles de ses parents, était, semble-t-il, en proie à d’incessantes moqueries de la part de ses condisciples qui connaissaient la réputation de son père, débauché et mauvais payeur8. Renonçant à passer ses examens, il s’engagea à l’âge de dix-huit ans. Les revers de fortune de la famille de Descaves vinrent mettre fin à des études pour lesquelles le goût de l’écrivain n’était au demeurant pas très vif.

  • 9 Lettres inédites de Louis Desprez à Emile Zola, Les Belles Lettres, 1950, p. 12, n. 13).
  • 10 Huysmans, Sac au dos, Les Soirées de Médan, édition de Colette Becker, le Livre à venir, 1981, p.  (...)
  • 11 Paul Alexis, L’Etudiant, (Le Réveil, 30 décembre 1883).

8Les romanciers qui obtinrent sans encombre le grade de bachelier commencèrent parfois des études supérieures, mais la plupart se sont bornés à prendre leurs premières inscriptions. On ne rencontra pas longtemps Hennique, Guiches, Huysmans, Fèvre, Desprez et Mirbeau dans les couloirs de la Faculté de droit. Guiches avait échoué à son premier examen en 1879 à Paris, puis, l’année suivante à Toulouse. Desprez, d’après les recherches de Guy Robert9 ne se présenta à aucune épreuve, alors que Fèvre réussit le premier examen de la licence. Quant à Huysmans, il aurait pu dire comme le héros de Sac au dos : « Je passai tant bien que mal le premier examen et je mangeai l’argent de mes inscriptions de deuxième année avec une blonde qui prétendait avoir de l’affection pour moi, à certaines heures »10. Les études médicales de Céard ne durèrent pas plus de quelques mois. Paul Alexis, nanti d’une licence en droit, n’était guère enclin à s’en vanter : « J’ai « perdu » quatre ans à faire mon droit dans une Faculté de province. Oui, perdu ! De ces quatre ans-là, que me reste-t-il ? Un diplôme de licencié en droit, dont je n’ai que faire, le moindre clerc d’huissier connaissant mieux ses cinq Codes que moi »11.

9Le mépris de l’éducation universitaire est d’ailleurs fort répandu : Abel Hermant, issu d’une solide famille bourgeoise, fut quelque temps un brillant élève de la rue d’Ulm, mais ulcéré par un milieu qu’il devait violemment décrire dans Monsieur Rabosson, il démissionna. Enfin, Robert Caze, qui fut pendant cinq ans professeur de langue et de littérature françaises à l’Ecole cantonale de Porrentruy, en Suisse, n’avait pour tout bagage qu’un baccalauréat obtenu au terme d’une carrière scolaire particulièrement agitée.

« Ronds de cuirs » et journalistes

10Il est plus difficile de cerner la situation professionnelle souvent très mouvante des naturalistes. Pour quelques-uns, cependant, elle est fort simple : à l’époque qui nous occupe, Zola ne vit que de sa création littéraire. Maupassant en fera autant à partir de 1882, après avoir été un employé de moins en moins zélé au Ministère de la Marine, puis à l’Instruction publique. Hennique, qui a été quelque temps lecteur chez Charpentier, avant d’obtenir un emploi à la Bibliothèque de l’Arsenal, se voue également aux lettres, ce qu’il peut aisément se permettre grâce à ses rentes.

  • 12 Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 4 8.
  • 13 Gustave Guiches Au Banquet de la Vie, Spes, 1925, p. 134.
  • 14 Flaubert, Bouvard et Pécuchet (Rencontre, O.C., t. 17, p. 40).

11Ce n’est pas le cas de Huysmans qui, soucieux avant tout de sécurité, demeure jusqu’à sa retraite employé au Ministère de l’Intérieur où il avait débuté le 1er avril 1866, avec le statut d’employé de sixième classe. (Il devait prendre sa retraite le 16 février 1898, en qualité de chef de bureau honoraire). Céard, d’abord employé au Ministère de la Guerre, devint sous-bibliothécaire de l’Hôtel Carna-valet, en avril 1885. Lucien Descaves, avant ses quatre années de service militaire, connut une existence médiocre en tant qu’employé à la Banque Lehideux, puis au Crédit Lyonnais. Il devait quitter cet emploi sans regret. « La stérilité d’un bureau est une chose extraordinaire : rien n’y pousse, ni légumes nourrissants, ni fruits savoureux, ni camaraderie, ni confiance »12. Gustave Guiches vint à Paris pour y prendre un emploi d’attaché au contentieux de la Compagnie du Gaz, où on ne tarda pas à lui rappeler que « l’Administration veut des scribes, mais pas d’écrivains !... »13. Rosny végéta jusqu’à la trentaine à Bruxelles d’abord, puis à Londres. Hippolyte Percher, le futur Harry Alis, débuta comme agent secondaire à l’administration des Ponts et Chaussées. Beaucoup de naturalistes ont connu l’expérience de Bouvard et Pécuchet : « La monotonie du bureau leur devenait odieuse. Continuellement le grattoir et la sandaraque, le même encrier, les mêmes plumes et les mêmes compagnons »14.

12L’année où Maupassant commença à gagner sa vie grâce à son œuvre, il peignit la déplorable condition des employés : « Sait-on ce qu’ils gagnent, ces bacheliers, ces licenciés en droit, ces garçons que l’ignorance de la vie, la négligence coupable des pères et la protection d’un haut fonctionnaire ont fait entrer, un jour, comme surnuméraires dans un ministère.

  • 15 Maupassant, Les Employés, (Le Gaulois, 4 janvier 1882).

13Quinze ou dix-huit cents francs au début ! Puis, de trois ans en trois ans, ils obtiennent une augmentation de trois cents francs, jusqu’au maximum de quatre mille, auquel ils arrivent vers cinquante ou cinquante-cinq ans (...). Sait-on ce que gagne aujourd’hui, dans Paris, un bon maçon ? – Quatre-vingts centimes l’heure. Soit huit francs par jour, soit deux cent huit francs par mois, soit deux mille cinq cents francs par an. Un ouvrier dans une spécialité quelconque ? Douze francs par jour. Soit trois mille sept cents francs par an ! Je ne parle pas des habiles ! »15.

14Un souvenir lui revient : « Il y a quelques années, les employés de la Marine, las de mourir de faim, de voir les Expositions universelles et l’augmentation générale du bien-être faire tout renchérir alors que leurs traitements demeuraient invariablement dérisoires, rédigèrent humblement une requête à M. Gambetta, président de la Chambre. Il y eut dans les bureaux un soupir d’espoir. Tout le monde signait. Des députés avaient promis, dit-on, d’intervenir. Or, la requête fut dénoncée, au nom de la discipline et au mépris de tout droit. L’amiral quelconque, alors ministre, fulmina des menaces de révocation pour les signataires, terrorisa l’administration tout entière. Que pouvait-on faire ? Rien. On se tut, et on continua à crever de misère ».

15La vie de ces hommes ? La voici : « On pénètre là vers vingt-deux ans. On y reste jusqu’à soixante. Et pendant cette longue période, rien ne se passe. L’existence tout entière s’écoule dans le petit bureau sombre, toujours le même, tapissé de cartons verts. On y entre jeune, à l’heure des espoirs vigoureux. On en sort vieux, près de mourir. (...) Tous les jours, les semaines, les mois, les saisons, les années se ressemblent. A la même heure, on arrive ; à la même heure, on déjeune ; à la même heure, on s’en va ; et cela de vingt-deux à soixante ans ».

  • 16 Paul Margueritte, Jours d’épreuve, Mœurs bourgeoises, Ernest Kolb, s.d. (1889), p. 17.

16Dans Jours d’épreuve, Paul Margueritte qui connut lui aussi cette existence, nous présente le type de l’employé : « Hors d’une cravate roulée en corde, sortait une face bilieuse, glabre, d’acteur, usée comme un vieux sou, plaquée de cheveux grisâtres, attristés par deux yeux bleus éteints, fendue par une bouche mince et décolorée. L’individu qui se tenait là, dans la ridicule livrée de son habit noir, était funèbre et cocasse comme son nom : Malurus. Digne avec cela, il représentait le spectre lamentable du vieil employé de ministère, dont la vie s’est écoulée entre les cartons, les pieds dans le feu, les doigts dans l’encre, le nez dans du papier : type fossile de suffisance, de misère et d’abrutissement »16.

  • 17 Ibid., p. 39.
  • 18 Abel Hermant, La Surintendante, réédition Ollendorff, 1894, pp. 65-66.

17C’est en cette compagnie délétère que croupit longtemps le héros de ce roman, André du Guaspre de Mercy : « Portant l’hérédité, encore faible, d’une maladie de foie, André, condamné à une vie malsaine, devenait taciturne, avait le teint jaune, les yeux plombés. S’il était assis, des afflux de sang au cœur, parfois, le soulevaient brusquement. Il faisait, dans l’étouffant réduit, quelques pas, sortait dans le corridor, rentrait. La congestion le reprenait ; et pourpre, le front dans ses mains, il ne pouvait dormir. L’entrée fréquente du sous-chef l’empêchait de lire. Et les journaux ne l’intéressaient guère. Les yeux fatigués de la pièce où il s’étiolait, il tisonnait dans la cheminée, regardait la face blême du commis, ne souffrait trop que lorsque Malurus ressassait d’interminables lieux communs : injustice des avancements, insuffisances des traitements, et cette loterie du sort qui avait avancé ses camarades, le laissant seul dans un coin, pour y mourir (...)· Après vingt-cinq ans de service, tant de besogne, et force passe-droits, il devenait monomane. Et une influence malsaine se dégageait de lui et de la pièce même. La peur de devenir fou, par contagion, commença de hanter André »17. Version tragique de Messieurs les Ronds-de-Cuir qu’il convient cependant de nuancer en rappelant que bien des hommes de cette génération, dépourvus de tout sens de l’imprévu, ont accepté cet enlisement : « Il ne m’est jamais rien arrivé, il ne m’arrivera jamais rien, l’avenir sera identique au passé ; tout est vulgaire, tout est plat », proclame le héros de La Surintendante. « Personnellement, tous comptes faits, j’aime autant cela. J’ai horreur de l’aventure, je ne veux pas de lutte et pas d’aléa dans ma vie... Le hasard m’a donné le métier que j’aurais choisi moi-même à la réflexion. Mon pain est assuré jusqu’au dernier jour (...). Je suis rond-de-cuir, c’est vrai, et, en public, par pose, je me blague moi-même et je geins ; mais (...) je ne voudrais pas, pour tout l’or du monde, être autre chose qu’un rond-de-cuir »18.

  • 19 P.-V. Stock, Memorandum d’un éditeur, t. 1, p. 302. Caze fut secrétaire de rédaction au Réveil, Bo (...)
  • 20 Alexis à Descaves, 27 mai 1884.

18Lorsque le romancier naturaliste se refuse à fréquenter les « galères », les « usines à papier noirci » monotones, mais sûres, que la bureaucratie républicaine peut lui offrir, il n’a guère d’autres ressources que le journalisme. Le journal n’est plus seulement destiné aux notables, il est devenu un objet de consommation si courante que la loi sur la liberté de la presse et la liberté d’affichage est votée le 29 juillet 1881, presque à l’unanimité. Les quotidiens, à Paris comme en province, et la presse non quotidienne, comptent de nombreux titres, mais les positions stables, dans cette profession, sont rares. Robert Caze et Paul Bonnetain qui ont obtenu quelque temps des places de secrétaire de rédaction, s’épuisent à recevoir « d’innombrables importuns, entendre les jérémiades de ceux-ci ou les réclamations de ceux-là, subir les observations du patron rarement satisfait, voir les morasses, surveiller la mise en pages, les articles, les titres, lire le journal de bout en bout, etc. etc. »19. Ainsi accaparés par les responsabilités ou le journalisme au jour le jour, certains traînent pendant des années des projets enlisés ; Alexis-Trublot l’avoue mélancoliquement : « C’est très bien de trubloter, d’engueuler des voyous en m’efforçant d’être plus voyou qu’eux, en parole. Mais ça mange joliment des heures. En somme, le petit journaliste en moi rigole et prend du bon temps ; mais le romancier se ronge et pleure »20.

  • 21 Zola, L'Argent dans la littérature, (Le Roman expérimental, p. 1270).
  • 22 Zola, Les Romanciers contemporains (Les Romanciers naturalistes, O.C., t. 11, p. 237).

19Zola observe pourtant cette situation avec plaisir : « Le journalisme (...) a apporté des ressources considérables. Un journal est une grosse affaire qui donne du pain à un grand nombre de personnes. Les jeunes écrivains, à leurs débuts, peuvent y trouver immédiatement un travail chèrement payé ». Il décrit d’ailleurs des hommes de lettres « qui touchent mille francs et davantage »21 par mois pour leur collaboration à des journaux. Vision optimiste. En fait, les titres qui prospèrent vraiment sont rares et les débouchés offerts aux jeunes écrivains, s’ils sont nombreux, n’en sont pas moins, le plus souvent, d’un médiocre intérêt financier. Le rêve est de placer un feuilleton dans un journal important, le rapport est sûr et le roman se trouve du même coup lancé. Zola qui a publié toutes ses œuvres en feuilleton, malgré sa haine profonde pour ce « rez-de-chaussée des journaux», craint pourtant que les naturalistes « n’éprouvent (...) un tort véritable à laisser dépecer leurs œuvres dans les cases étroites des feuilletons »22. Il n’en est pas moins vrai que ce type de publication qui assure l’aisance du romancier a en outre l’avantage, à ses yeux, de battre en brèche la « terrifiante fécondité » des fabricants de romans auxquels il voue un mépris profond.

Les naturalistes et l’argent :

  • 23 Alexis à Zola, 17 mai 1889. Maupassant, en 1882, vendit Une Vie au Gil Blas pour 8000 francs. C’es (...)
  • 24 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1270.

20La somme versée par les journaux est évidemment liée à la notoriété de l’auteur. Si Zola peut envisager de recevoir 30000 francs du Gil Blas pour la publication de L’Argent, qui lui sera en outre acheté par La Vie populaire, Paul Alexis ne peut guère attendre que le dixième d’une telle somme s’il parvient à placer un roman23. S’il y réussit, il s’en montre fort satisfait, s’il échoue, il doit se contenter de la somme que lui donnera son éditeur : celui-ci paie un droit fixe par exemplaire et il faut donc un gros tirage pour qu’un auteur ait un gain appréciable. Zola le constate en pensant à certains de ses confrères : « Le livre, à moins d’une très grande vogue, n’enrichit jamais l’auteur. Ainsi, c’est déjà une très belle vente, lorsqu’on vend trois ou quatre mille exemplaires ; cela fait donc deux mille francs, en mettant le droit par exemplaire à cinquante centimes, ce qui est un gros prix »24.

  • 25 Le titre définitif de ce roman est Madame Meuriot, mœurs parisiennes (1890), Alexis ne put le fair (...)
  • 26 Alexis à Zola, 17 mai 1889.
  • 27 J.H. Rosny, Portraits et souvenirs, Compagnie française des arts graphiques, 1945, p. 36.

21Paul Alexis peut difficilement envisager le moment où il s’enrichira à ce marché : sans publication de mon roman en feuilleton, écrit-il, « je suis foutu, archifoutu : Mme Cœuriot25 ne me rapportera que mille francs chez Charpentier, passera inaperçue. Et je me vois, avant la fin de l’année, mes quatre sous d’avances bouffés, obligé avec une femme et deux enfants sur les bras, de me renfoncer dans la galère quotidienne des basses besognes du journal, stérilisantes et mortelles pour ceux qui n’ont comme moi pas le travail facile »26. On mesure, à travers cette complainte de l’écrivain pauvre, la condition des besogneux de la plume, condamnés à courir les rédactions pour y placer chroniques et contes. Alexis, qui se tient lui-même pour un paresseux, a pourtant répandu dans de multiples journaux une grande quantité de nouvelles et de récits qui lui permettaient très prosaïquement de nourrir sa famille. Rosny, qui a le souffle beaucoup plus long, ne cesse de produire des romans avec une sorte de frénésie : il a, quant à lui, quatre enfants à charge. Il a rappelé les fréquentations de ses débuts, un petit cénacle littéraire, peuplé de rêveurs faméliques : « Tout de même, des hommes de lettres avec tous les rêves, toutes les chimères, tout le bel éblouissement de l’art. Petits employés, vivant chichement de leurs mensualités maigres, hésitant à s’acheter un nouveau complet ou une paire de bottines-de pauvres gens, enfin, éblouis d’un idéal magnifique »27.

  • 28 Cité par Armand Lanoux, Maupassant, le Bel Ami, Fayard, 1967, p. 139.
  • 29 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1277.

22L’écrivain naturaliste n’est presque jamais un dilettante : lorsqu’il a un emploi stable, il hésite longtemps avant de le quitter pour se lancer, sans appui, dans la vie littéraire. Maupassant a résumé ce sentiment : « Le métier littéraire est aléatoire. Si quelque maladie ou quelque mauvaise fortune m’y obligeait, je serais heureux de pouvoir retrouver mon titre et mon traitement »28. C’est dire que ces romanciers accordent une très grande attention à la gestion de leurs œuvres, ils deviennent des hommes d’affaires, soucieux de la publicité, surveillant de très près les « services de presse », dressant des plans tactiques pour lancer un nouveau volume : bref, le succès commercial de leurs livres est d’autant plus recherché qu’il leur permet d’éviter l’ornière du bureau et les besognes du journalisme. On comprend que l’argent soit, aux yeux de Zola, à l’origine de la dignité de l’écrivain : « C’est l’argent, c’est le gain légitimement réalisé sur ses ouvrages qui l’a délivré de toute protection humiliante, qui a fait de l’ancien bateleur de cour, de l’ancien bouffon d’antichambre, un citoyen libre, un homme qui ne relève que de lui-même. Avec l’argent, il a osé tout dire, il a porté son examen partout, jusqu’au roi, jusqu’à Dieu, sans craindre de perdre son pain. L’argent a émancipé l’écrivain, l’argent a créé les lettres modernes »29.

23On ne doit donc pas être surpris de voir Maupassant se renseigner avec précision sur la vente de ses œuvres. Il se rend chez les libraires, interroge les employés et n’hésite pas à fouailler son éditeur :

  • 30 Hachette avait le monopole de la distribution aux bibliothèques de gare.

24« 1. Tout au long de la ligne de Lyon, dans toutes les grandes gares, les exemplaires d'Yvette ont été vendus. Et la maison Hachette30 n’en a pas envoyé, alors qu’on voit partout Les Sœurs Rondoli.

252. A Marseille, Les Sœurs Rondoli sont partout en montre, nulle part Yvette. A Nice de même, sauf chez Vial. Je parle des librairies de la ville.

  • 31 Maupassant à Victor Havard, novembre 1884. En opposant ainsi la distribution de deux œuvres, Maupa (...)

26A Cannes, la marchande de la gare a vendu le premier jour ses exemplaires d'Yvette et elle m’a paru fort surprise qu’on ne lui en eût pas envoyé d’autres, comme on avait fait pour Rondoli»31.

27Maupassant, dès qu’il se lance dans la vie littéraire, pose ses conditions avec une précision de comptable. Il décline une offre de Charpentier en ces termes : « En principe, je suis résolu à ne jamais signer de traité définitif. Je n’ai, d’ailleurs, avec M. Havard, que des conventions verbales. Mais, si je devais signer un traité avec vous, je ne le ferais que dans les conditions que j’ai trouvées ailleurs. Les voici :

  • 32 Maupassant à Georges Charpentier, 28 novembre 1882.
  • 33 Paul Bonnetain, Les Editeurs (La Revue indépendante, janvier 1885, pp. 316 et 320).
  • 34 Victor Havard à Maupassant, 14 janvier 1885.
  • 35 Maupassant à Charpentier, 28 novembre 1882.

28Jusqu’au troisième mille, je reçois O fr. 40 par exemplaire. A partir du troisième mille, 1 fr. par exemplaire. (...) Au bout de six ans, je redeviens libre de disposer de mon œuvre comme je l’entends. J’ai toujours le droit de faire, quand il me plaît et où il me plaît, des éditions de luxe ou illustrées de mes livres. Ces conventions m’ayant été jusqu’ici très avantageuses, je n’ai pas le désir de les modifier »32. Il réclame donc 28 % du prix de vente d’un volume à 3 fr. 50, à partir du troisième mille : situation exceptionnelle, mais pas unique. Bonnetain précise les conditions habituelles : « Les éditeurs pour un ouvrage de 3 fr. 50, payent aux sept dixièmes des écrivains 35 centimes, aux deux autres dixièmes de 40 à 50 centimes, au dernier dixième 60 ! », mais certains « ont imaginé pour amorcer les jeunes talents, de doubler, à partir du quatrième mille, les prix alloués par les plus généreux de leurs anciens. Chez eux, les trois premiers mille vous sont comptés à 40 centimes l’un, après quoi, l’exemplaire vendu vous rapporte un franc »33. Ce marché ne peut intéresser que des écrivains dont les tirages sont relativement-importants, mais ils doivent se montrer vigilants : Bonnetain soupçonne, en effet, les éditeurs de faire des tirages clandestins pour ne pas avoir à rétribuer aussi largement leurs auteurs. La surveillance de Maupassant s’explique donc parfaitement. Les conditions qu’il impose ne feront que se durcir et il n’est pas rare que Victor Havard s’en plaigne : « Vous me tyrannisez pour votre compte avec une cruauté inouïe... »34. Vivre de sa plume est une entreprise périlleuse et il n’y a rien dans cette rigueur qui doive nous choquer. Maupassant a lui-même résumé son point de vue sur cette question en écrivant tout net à Georges Charpentier : « Je cherche mon plus grand avantage, comme auteur, de même que vous cherchez le vôtre, comme éditeur. Rien de plus naturel »35. Le romancier sait bien qu’il ne peut compter que sur son talent, son travail et peut-être son entregent.

  • 36 Jacques Dubois, Emergence et position du groupe naturaliste dans l’institution littéraire. Colloqu (...)
  • 37 Zola, Alexis et Maupassant (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 623).
  • 38 Alexis à Valabrègue, septembre 1869, Cité par B.H. Bakker : « Naturalisme pas mort », Lettres inéd (...)

29Jacques Dubois a dressé de la manière suivante ce qu’il nomme « le profil de l’écrivain naturaliste »36 : « Un statut familial et professionnel médiocre, une faible dotation culturelle et une origine provinciale ». Nous venons de montrer le bien-fondé des deux premiers points. Quant au dernier, il a souvent été souligné par les romanciers eux-mêmes qui, évoquant leur jeunesse, ont tracé, non sans complaisance, l’image de Rastignac des lettres, « montant » à Paris pour conquérir la ville. Zola décrit ainsi sa première rencontre avec Alexis : « Il arriva en étudiant, tout frais sorti de la Faculté de Droit, et qui désole sa famille en se jetant dans la littérature. C’était une véritable fuite avec des projets de travail magnifiques »37. Alexis confirme d’ailleurs ce point de vue dans une lettre à Valabrègue rédigée au moment même où il mit son projet à exécution : « Jadis des phrases, des rêves, des projets. Aujourd’hui des faits : j’ai brûlé mes vaisseaux. J’ai quitté la famille. A la suite d’un rien, je me suis décidé. Voici ce que j’ai fait : cette nuit, suivi d’un ami, j’ai dévissé de chez moi mes frusques et j’ai écrit à mon père une belle lettre où je lui dis, qu’à 6 heures du matin, je pars pour Paris fatalement entraîné par ma vocation littéraire »38.

L’intronisation

30Si l’entrée dans la carrière des autres naturalistes n’est pas toujours marquée par cette fougue juvénile, elle n’en traduit pas moins, le plus souvent, une rupture avec la vie provinciale : si l’on excepte Céard, Huysmans, Descaves et Hermant, tous les auteurs dont nous avons parlé ont une telle origine, même Zola qui, né à Paris en 1840, passa l’essentiel de son enfance et de son adolescence à Aix-en-Provence. Aucun n’a sa place toute préparée dans le monde littéraire : ils n’y ont ni appui, ni parent, et leurs efforts seront d’autant plus grands pour y pénétrer.

  • 39 Maupassant (Joseph Prunier) à Robert Pinchon, février 1877.
  • 40 Zola, Lettre à la jeunesse (Le Roman expérimental, p. 1230).

31Il faut d’ailleurs s’attarder sur les premières armes de ces romanciers. Lucien Descaves tente d’abord de placer des poèmes dans le goût de Jean Richepin, Fèvre et Desprez s’associent pour célébrer en vers La Locomotive. Il y a là bien des tâtonnements, bien des hésitations. On tourne autour de la Muse, comme les aînés, comme si la poésie était l’inévitable voie d’initiation à la littérature, comme si l’on se défiait encore du roman. Maupassant, lui-même, avait d’abord cru que tel était son avenir. A l’en croire, la réaction suscitée par le naturalisme aurait dû servir le succès de la poésie : « Je fais partie d’un groupe littéraire qui dédaigne la poésie. Ils me serviront de repoussoir ; c’est pas bête : je pousse au naturalisme dans le théâtre et dans le roman, parce que plus on en fera, plus ça emmerdera et c’est tout bénef pour les autres. Gare à la réaction, les amis !... »39. Ce cynisme met en lumière un antagonisme qui exista vraiment à l’égard de la poésie idéaliste, bientôt opposée à une poésie naturaliste dont on souhaite l’avènement : « Que les poètes idéalistes chantent l’inconnu, mais qu’ils nous laissent, nous autres écrivains naturalistes, reculer cet inconnu tant que nous le pourrons. Je ne pousse pas mon raisonnement, comme certains positivistes, jusqu’à prédire la fin prochaine de la poésie. J’assigne simplement à la poésie un rôle d’orchestre ; les poètes peuvent continuer à nous faire de la musique, pendant que nous travaillerons »40.

  • 41 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, p. 46.
  • 42 Ibid., p. 156.

32Très vite, les débutants comprennent la demande considérable qui se fait jour : le public veut des romans, des nouvelles. L’éditeur Kistemaeckers, tout en refusant les vers de Descaves, le lui fait savoir, et en « quelques jours », le jeune écrivain rassemble cinq nouvelles que l’éditeur publie sous le titre de l’une d’entre elles : Le Calvaire d’Héloïse Pajadou. L’éditeur introduit ensuite le débutant auprès de Huysmans et de Hennique qui vont très sérieusement l’épauler. Guiches, aidé de recommandations, se présente à Albert Delpit et à Charles Buet : ce dernier l’invite à un de « ses mercredis». Son salon est fréquenté par « d’incolores et mornes inconnus»41, mais aussi par quelques écrivains d’envergure, Barbey d’Aurevilly, Léon Bloy, Léon Cladel, des écrivains « pourvus de talent, mais dénués d’influence »42. Aussi se décide-t-il à placer dans le supplément littéraire du Figaro une nouvelle intitulée Le Dernier Exploit d’un Huissier qui lui rapporte son premier gain, 75 francs.

  • 43 Rosny aîné, Torches et Lumignons, Editions « La Force Française », 1921, p. 8.

33Rosny qui déposa son premier roman, Nell Horn, dans une officine de la rue Drouot, a rappelé le manque de grandeur de son intronisation. C’est l’éditeur de fortune Giraud qui l’accueillit dans sa « boutique ombreuse » : « Le petit homme avait un air si falot que je tins pour assurer que Nell Horn ne serait pas éditée dans la maison. Son verbe était aussi torpide que son visage, et, comme je l’avais pressenti, Giraud dégageait une puissante odeur de spiritueux »43. Le père Giraud, comme le nomme Rosny, édita pourtant ce premier roman, mais il n’avait certes pas l’entregent de Kistemaeckers. L’auteur de Nell Horn eut cependant la chance de recevoir une invitation d’Edmond de Goncourt et devint très vite un habitué du « Grenier ».

  • 44 Lucien Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 78.
  • 45 Zola à Rosny, 4 novembre 1886. Zola était, il est vrai, plongé dans la préparation de La Terre à c (...)

34Aucune carrière littéraire de quelque importance ne peut être inaugurée sans ces subtils réseaux de relations que les débutants ont à cœur de tisser. On a le sentiment que le monde littéraire est régi par les lois de multiples clans : le jeune auteur doit au plus tôt être adopté par des parrains qui lui serviront de garants devant les éditeurs, les journalistes, etc... Ainsi la plupart des signataires du Manifeste des Cinq ne se sont tournés contre Zola qu’à cause d’un ressentiment ancien. Lucien Descaves qui lui avait dédié La Teigne n’en avait pas reçu d’encouragements, ni même de témoignage de sympathie : « Il ne paraissait pas désireux de me connaître »44. Le premier roman de Rosny fut accueilli sans aucune aménité par le Maître : « Que vous écrirais-je, si je vous lisais ? La vérité ne peut se dire ; puis à quoi sert-elle ? Pourquoi perdre votre temps et me faire perdre le mien ? »45. Bonnetain qui avait eu avec Zola de chaleureuses relations épistolaires avait moins de raison de manifester de l’humeur, mais son arrivisme se lassa sans doute très vite des simples encouragements qu’il recevait. Tous étaient en outre les familiers de Goncourt, ce qui, selon Descaves, expliquerait la réserve de Zola.

  • 46 Concourt, Journal, 28 mars 1889.
  • 47 Ibid., 22 janvier 1895.
  • 48 Goncourt à Kistemaeckers, 25 novembre 1884 (N° 35 du catalogue8. Librairie Matarasso, avril 1936).
  • 49 Goncourt, Journal, 26 juin 1887.

35Celui-ci ne tenait pas, sans doute, à soutenir ces nouveaux venus comme il avait épaulé ses amis des Soirées de Médan : il y a désormais de sa part une défiance à l’égard des nombreuses chaussetrapes d’un monde sans tendresse où il est aisé de perdre son temps dans des querelles d’intérêt et des calculs sans grandeur. Le Journal d’Edmond de Goncourt tient avec un souci maniaque le compte des fidélités, narre l’histoire de vassaux félons, en dresse même des listes mnémotechniques : « Aujourd’hui, en parcourant mon livre d’adresses, j’étais frappé de ce que la lettre C m’avait apporté de traîtres et de connaissances canailles : Caraguel, Jules Case, Céard »46. Sur le tard, Goncourt remarque le rôle que son « Grenier » a joué dans la stratégie de beaucoup d’écrivains : « C’est particulier comme, ausitôt que les inconnus de mon Grenier deviennent un peu connus, ils lâchent le Grenier »47. La déception est d’autant plus cruelle qu’Edmond de Goncourt a bel et bien créé ce lieu de réunions pour raffermir son influence, peut-être son pouvoir, sur les jeunes écrivains : « Je fais en ce moment des travaux dans le haut de ma maison pour établir le dimanche, à la demande de mes amis les naturalistes, une parlotte littéraire » écrit-il à l’éditeur Kistemaeckers48. Il est vrai que certains débutants savent parfaitement ce que l’appui du Maître leur apporte : « Rosny (...) me remercie avec une émotion affectueuse de lui avoir ouvert ma maison, de lui avoir apporté des relations, d’avoir puissamment aidé à sa carrière littéraire »49.

  • 50 Zola, Céard et Huysmans (Le Figaro, 11 avril 1881) : « On vous a dit (...) que le romancier Huysma (...)

36La tactique des débutants peut également emprunter d’autres voies dont la principale est le scandale. Il ne fait guère de doute que Paul Bonnetain y a songé avant de publier Chariot s’amuse, et que Fèvre et Desprez ont également corsé certaines descriptions d’Autour d’un clocher dans le but d’attirer l’attention du public. Leurs aînés avaient partagé ce calcul et l’on pourrait dresser toute une anthologie de ces provocations délibérément glissées dans leurs fictions. Certain « pissat du chat », figurant dans Les Sœurs Vatard, défraya un temps la chronique50. On se voila également la face devant la fausse couche décrite non sans complaisance par Hennique dans L’Accident de Monsieur Hébert. La nécessité de se faire rapidement connaître avait, on s’en doute, plus de part que la perversité dans l’emploi de semblables épices. Quand ils considèrent la perspective d’éventuelles poursuites judiciaires, beaucoup ont un frisson qui n’est pas dû seulement à la crainte. Rien de tel, on le sait, pour lancer un livre et, en cuisinant leur brouet, certains ont la main de plus en plus lourde.

  • 51 Camille B. et Albert H., Petit traité de littérature naturaliste. D’après les maîtres Léon Vanier, (...)

37En 1880, Camille Berriat et Albert Hermann publièrent sous la seule initiale de leurs noms un Petit traité de littérature naturaliste qui, en manière de pochade, relevait quelques-unes des outrances qui formaient, selon eux, comme une nouvelle rhétorique. Les notions permettant de prendre la mesure de celle-ci étaient suivies d’exemples qui produisaient un effet comique court, mais sûr. Ainsi : « La clarté du style est une qualité qui fait saisir, sur le champ et sans effort, la pensée exprimée par la parole ». Suivait cet exemple : « Elles souhaitèrent alors très enchantées, le bonsoir, firent un salut à derrière ouvert ». Huysman (sic), Les Sœurs Vatard, p. 1651. Ou encore : « La prosopographie qui représente d’une manière vive et frappante la figure, l’air, le maintien, la démarche des hommes et des animaux » était illustrée par cet exemple : « Comme fond du tableau, dans une robe de chambre d’homme à carreaux rouges et noirs, Madame, la grasse et bedonnante Madame, occupée à se rassembler, à se ramasser, repêchant autour d’elle sa graisse débordante, calant avec un rebord de table des coulées de chair flasque, Madame, toute la soirée, remontant ses reins avachis d’une main cramponnée au dossier de sa chaise avec des « han » gémissants et des « mon doux Jésus » soupires par une voix à la note cristalline et fêlée d’un vieil harmonica.

  • 52 Ibid., pp. 73-74.

38E. de Goncourt, La Fille Elisa, p. 43 »52

  • 53 Ibid., p. 172.

39Cet humour prétendait susciter l’indignation devant « une formule qui rejetant la raison et le goût, seuls guides à suivre dans la conception de toute œuvre littéraire, aboutit à de pareils excès»53. On peut douter de cette vertu qui, au demeurant, contribuait à la publicité des romans devant lesquels elle prétendait s’effaroucher.

  • 54 Ambroise Macrobe, La Flore pornographique, Doublelzévir, 1883, avant-propos, p. 21.

40Il en va de même de La Flore pornographique, glossaire de l’école naturaliste, extrait des œuvres de M. Emile Zola et de ses disciples que colligea un cuistre badin, Antoine Laporte, caché sous le pseudonyme d’Ambroise Macrobe : « Nous avons cueilli, dans le jardin pornographique, les fleurs nées de la culture du réalisme et du naturalisme ; nous en avons formé une gerbe... »54. On trouvait dans cet opuscule illustré par Paul Lisson (!) quelques mots ou quelques expressions propres, paraît-il, à choquer, que l’auteur avait tirés des œuvres de Zola, Huysmans, Goncourt, Céard, Maupassant et Lucien V. Meunier dont les volumes de « contes gaillards et nouvelles parisiennes » ajoutaient peu à la réputation de la maison Garnier frères : Les Baisers tristes, Chair à plaisir, Miettes d’amour se trouvaient ainsi promus au rang de livres naturalistes !

41Les écrivains que Jules Huret, à l’instar de ses contemporains, nommait les « psychologues » (Anatole France, Jules Lemaître, Edouard Rod, transfuge du naturalisme, Barrés, Camille de Sainte-Croix, Paul Hervieu...) n’eurent point à user du scandale. Dans l’ensemble, ils n’ont pas connu les difficultés de leurs confrères. Ils étaient, pour la plupart issus de la moyenne bourgeoisie et leurs études furent beaucoup plus longues que celles des naturalistes, sauf celles de Barrès et d’Anatole France qui n’ont pas été au-delà du baccalauréat. Ils entrent dans la vie littéraire comme sur un terrain d’avance conquis, ou pour mieux dire, comme en un domaine qui leur appartient.

  • 55 Zola, Notre Ecole Normale (Le Figaro, 4 avril 1881) (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 576). En 1864, D (...)

42Zola n’a jamais fait grief à ses jeunes confrères d’employer des moyens pas toujours parfaitement dignes pour percer : il garde à l’égard des nantis des lettres, des héritiers, une défiance qui va parfois jusqu’à la haine. Sa polémique contre les Normaliens en témoigne : « La fameuse franc-maçonnerie de l’Ecole leur évite les longs combats du début, qui les décourageraient. Ils ont eu des prix au concours général, ils sont célèbres comme des enfants prodiges avant d’être nés à la vie parisienne. A peine ont-ils écrit un bout d’article, qu’on parle déjà de leur style. N’ont-ils pas tout appris, ne sortent-ils pas de « notre Ecole normale » ? M. Sarcey, par exemple, les traite tout de suite d’écrivains, avec une affection paternelle, lui qui a de si beaux dédains pour les jeunes poètes. Tuez-vous pendant dix ans à fouiller la langue dans des œuvres personnelles, apportez une nature nerveuse et exquise d’artiste, M. Sarcey ne s’en apercevra pas ; mais ayez seulement épelé l’alphabet à l’Ecole, écrivez dans le style neutre de l’endroit, et du coup, M. Sarcey comprend et retire son chapeau»55.

  • 56 , Bonnetain fait exception à cette règle : naturaliste avec frénésie dans Chariot s'amuse, il achèv (...)
  • 57 En 1891, Hermant déclare à Huret qu’il répudie « les théories psychologiques » comme il a répudié (...)
  • 58 Paul Margueritte, Pascal Géfosse, A la librairie illustrée, 1887, p. 19.
  • 59 Paul Margueritte, Tous quatre, E. Giraud, 1885, pp. 178-179.

43La plupart de ceux qui renièrent le naturalisme pour rallier le camp des « psychologues », Paul Margueritte, Edouard Rod et Abel Hermant, par exemple, n’avaient point, de par leurs origines, les caractéristiques les plus fréquentes des romanciers naturalistes, ils ne fréquentaient pas les mêmes coteries56. Hermant était reçu dans les mêmes cercles que Marcel Proust. En s’éloignant de Zola, ils choisissaient délibérément d’écrire pour un public qu’ils croyaient plus raffiné, plus subtil : en fait, ils rentraient au bercail en retournant à leur classe57. Margueritte, en 1887, tenait « le fameux art naturaliste » pour une « forme de décadence vulgaire et basse »58. Deux ans plus tôt, il avait pourtant écrit à propos de Tercinet, le héros de Tous quatre : « Quand il avait lu un roman de Goncourt, de Zola ou de Flaubert, il disait : « C’est celui-ci que je préfère »59.

Le statut de l’écrivain

  • 60 Huysmans, Emile Zola et « L’Assommoir », 1877. En Marge, Marcelle Lesage 1927, pp. 7-8.

44Contre cette accusation de vulgarité, les naturalistes tentent d’affirmer leur respectabilité. Ils se défendent du lourd héritage des poseurs romantiques et insistent sur la dignité de leurs mœurs, le calme de leurs habitudes, avec d’autant plus de force que le petit journalisme s’obstine à les présenter comme des vidangeurs. Avec eux, le temps du gilet rouge et de la bohème prend fin : « Un étrange malentendu s’est établi depuis de longues années déjà, entre le public et les artistes, note Huysmans. La légende du gilet écarlate de Théophile Gautier est demeurée célèbre dans les fastes terrifiés de la bourgeoisie. Tous les romantiques passèrent pour des êtres extravagants vivant, Dieu sait comme !mangeant avec leurs doigts, buvant dans des crânes ou des saladiers de fer blanc, marchant sur la tête et les mains, hurlant à la lune, les yeux agrandis par l’opium, le nez bubonné par les pochardises (...). Plus tard, quand parut La Vie de Bohème, tous les courtiers en pommades et en vins sentirent s’accroître encore leur monstrueuse horreur pour les écrivains et les peintres. Il est juste de dire que si jamais artiste s’est complu à traîner ses confrères dans la boue, c’est bien Henri Murger ! Tous les chenapans échevelés, tous les lakistes sans ouvrage, tous les rapins aux abois qui grouillent dans son livre n’étaient ni plus ni moins que d’aimables escrocs. Tous ces soi-disant artistes aux yeux rouges et aux pipes noires firent certainement inventer les coffres à triple serrure. Dès qu’ils poignaient à l’horizon, on serrait les couverts et c’est grâce à eux que le public fut persuadé qu’un écrivain était un être à part, une canaille coiffée d’un chapeau pointu, une pratique qui pleurait devant les étoiles et filoutait, par passe-temps, son cafetier et sa concierge ». Huysmans tente ensuite de mettre en place l’image d’un rigoureux praticien des lettres, confit dans le silence d’une demeure bourgeoise : « Il est grand temps que la foule comprenne qu’à de rares exceptions près, un homme de talent mène une vie honorable. Il n’est que trop vrai, je le sais, que dans le monde des lettres, il se trouve des piliers de brasserie, des queues rouges de maisons suspectes, des poètes saltimbanques et des repris de boisson qui maraudent avec des maritomes, et couchent, ici et là, dans un hôtel borgne ou dans un lit public ; mais tenez pour certain que la plupart de ces gens-là sont des impuissants ; tous les cerveaux fêlés, tous les Pétrarque en gésine de poèmes, tous les Kabalistes toqués, tous les feuilletonistes troubles qui lapent verres sur verres, et s’éternisent dans les caboulots, brassant des béziques ou des piquets, n’ont jamais fait et ne feront jamais une œuvre. Les véritables maîtres dans l’art de penser et d’écrire vivent chez eux, ne travaillent pas dans les cafés et, s’ils vont dans le monde, la plupart n’ont pas besoin de décrocher chez le frelampier du coin un habit noir et des gants passés à la gomme ! Si la tourbe des bohèmes de la plume est nombreuse en France, les naturalistes je le répète encore, n’ont rien à démêler avec elle »60.

  • 61 Gustave Guiches, Le Banquet, Spes, 1926, pp. 114-119.

45Il s’agit bien de la revendication d’un statut social : l’écrivain réclame une place aux côtés du médecin, du notaire, du magistrat, sûr désormais de l’utilité de son œuvre. Gustave Guiches, en nous révélant un moment de la misère de Verlaine, a précisément fourni l’image de ces différentes incarnations de l’écrivain. Huysmans qui avait reçu quelques subsides souhaitait renouveler la garde-robe du poète, réduite, au sortir de l’hôpital, à fort peu de chose, lorsqu’il se heurta au curieux caprice de Verlaine : posséder un complet de velours. Guiches approuva ce vœu qui révoltait en revanche l’auteur de A Rebours : « Mais mon ami, c’est fou ! proteste Huysmans maintenant avec la triple sagesse du Hollandais, du réaliste et du sous-chef de bureau. Ce vêtement, d’abord coûtera plus cher qu’un vulgaire complet. Les taches, inévitables dans le plus bref délai, que supporterait, avec résignation une étoffe modeste, feront scandale sur ce velours orgueilleux et, en quelques absinthes, le rendront impossible !... » Devant Guiches et Huysmans auquel s’est joint Bloy, Verlaine persiste, il veut ainsi ressembler à un charpentier : « Les charpentiers sont épatants ! Ce sont les plus magnifiques exemplaires de la beauté humaine. Ils sont merveilleux ! découplés, souples, agiles ! Je les admire ! Parfaitement. Je veux la veste de velours à côtes, le pantalon bouffant avec la pochette d’où dépasse le bec jaune du mètre, et si je n’ai pas ça, je vous fiche mon billet que je refuse tout vêtement et que je me laisse aller tout nu comme un Saint Jean-Baptiste !... »61. Cette figure de la bohème littéraire, à la fois pathétique et savoureuse, gêne Huysmans en manifestant le révoltant souci de s’assimiler à un homme des classes laborieuses ! La réserve du fonctionnaire n’étouffe cependant pas sa générosité, mais le jeune Guiches, plus indulgent pourtant, avoue lui aussi sa répulsion en franchissant le seuil de la chambre de l’hôtel « atrocement borgne » où Verlaine a provisoirement installé ses pénates. Rejetant aussi vigoureusement les philistins que les bohèmes, les naturalistes, s’ils n’osent point forger, comme plus tard Thomas Mann, le concept d’artiste-bourgeois, aspirent cependant à imposer leurs qualités de pondération et d’équilibre.

  • 62 Zola, L'Argent dans la littérature, op. cit., p. 1279.
  • 63 Edouard Rod, A propos de L'Assommoir, Marpon et Flammarion, 1879, pp. 27-28.
  • 64 Ibid., p. 31.
  • 65 Zola, Nam (Le Figaro, 7 février 1881) (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 519).

46De son côté, Zola évoque « l’émancipation de l’écrivain, le triomphe de l’intelligence appelée à la fortune et devenue une aristocratie»62. En le présentant à ses lecteurs, Edouard Rod a soin de souligner que « ce peintre vigoureux des couches les plus boueuses de notre société, cet homme (...) qui déchaîne tant de haines, est un bon bourgeois,(qu’il) vit tranquille et ne quitte guère son petit intérieur»63 et il trace un portrait assez mièvre de ce romancier qui « vit en paix, entouré de ces objets dont chacun parle, qui tous ont une histoire »64. Zola, en évoquant sa propre vie, ne craint pas de parler de l’argent qu’il gagne et de détruire tout pittoresque : «Pendant quinze ans, j’ai crevé la faim, et l’on me méprisait pour l’argent que je ne gagnais pas ; aujourd’hui que mes livres se vendent, après tant de souffrance et tant de travail, on m’injurie pour cet argent qui vient à moi, par la force même des choses, sans que je le veuille. Cela contrarie donc bien du monde, que je ne mange plus mon pain sec ? Et comme ces bonnes gens me connaissent, quand ils font de moi un homme de lucre ! Questionnez donc mes amis, demandez-leur quel est mon dédain. Hélas ! Je n’ai même pas un vice »65.

  • 66 Gustave Guiches, Le Banquet, p. 300.

47Quand Edmond de Goncourt rédige son testament du 16 novembre 1884 qui fonde l’Académie Goncourt, c’est le sacre de l’écrivain qu’il confirme : « Pour avoir l’honneur de faire partie de la société, il sera nécessaire d’être homme de lettres, rien qu’homme de lettres. On n’y recevra ni grands seigneurs, ni hommes politiques ». Cette réception devait être le couronnement d’un métier, d’une profession enfin reconnue, parvenue à la dignité grâce à des gains légitimes. C’est un semblable avènement de l’écrivain que célèbre Gustave Guiches : « Un violent courant dirige cette fin de siècle vers les réalisations pratiques et emporte le monde intellectuel vers une volonté et un effort qui sont nouveaux pour lui. L’écrivain d’aujourd’hui veut s’affranchir d’une tradition qui le condamne à la pauvreté (...). L’écrivain d’aujourd’hui ne veut pas que les œuvres dont il enrichit le prestige de son pays lui vaillent comme récompense, l’entrée à l’hôpital. L’écrivain d’aujourd’hui veut avoir le droit d’être un homme de talent et de savoir gagner sa vie aussi bien qu’un employé des Contributions ou des Chemins de Fer. Il y a là un mouvement qui s’accuse et qui a, déjà, le souffle d’une révolution. Il a été préparé par des siècles de souffrance. Il surgit d’un glorieux et horrible martyrologe, comme la Chrétienté, puisque l’art, lui aussi, est une religion»66.

48L’ambition de Guiches, « gagner sa vie aussi bien qu’un employé des Contributions ou des Chemins de Fer », n’était pas, on le voit, exorbitante : il fut loin cependant de la réaliser et, malgré quelques succès, il côtoya bien souvent la pauvreté, sinon la misère. Sa mort en 1935 devait d’ailleurs relancer le débat sur la condition des écrivains.

  • 67 Zola, Un prix de Rome littéraire (Le Bien public, 18 juin 1877) (Le Roman expérimental, O.C. t. 10 (...)

49Si Zola considère que rien n’est plus légitime que le profit qu’un écrivain peut tirer de sa plume, il condamne en revanche la tutelle que certains auraient volontiers acceptée de l’Etat, dans un article intitulé Un prix de Rome littéraire : « Il est entendu que l’art et les lettres ne gagnent rien à être patronnés et pensionnés. Cela ne sert qu’à entretenir la médiocrité. Un écrivain médiocre est déjà gênant par lui-même ; s’il était patenté, il deviendrait dangereux (...). Malheur aux faibles ! Ceux qui tombent ont tort de tomber, et c’est tant pis si on les écrase. Ils n’avaient qu’à savoir se tenir debout »67.

  • 68 Zola à Francis Magnard, 4 février 1893.
  • 69 Zola à Dumas fils, 22 février 1894.

50Le vain acharnement qu’il manifesta plus tard pour forcer les portes de l’Académie française ne peut passer pour une palinodie : cette opiniâtreté provoqua un incroyable déferlement de quolibets, de nasardes, de caricatures et de portraits-charges. « Du moment qu’il y a une Académie en France, je dois en être »68 : on connaît ce mot qui reflète moins l’orgueil que le désir d’être reconnu, à l’heure où des romanciers, comme Pierre Loti qui l’emporte sur lui en 1891, commencent à y entrer en plus grand nombre. Après avoir essuyé un échec, n’écrivait-il pas à Dumas fils qui l’avait soutenu : « Le pis est que je me présenterai toujours, car je n’ai pas d’autre façon de protester ? »69. Ainsi, alors que les derniers Parnassiens, certains « psychologues » et des auteurs dramatiques consacrés, étaient accueillis sous la coupole du quai de Conti, Zola se voyait obstinément refuser la porte de l’Académie.

  • 70 Voir sur ce point Colette Becker, Emile Zola et la Société des Gens de Lettres (Les Cahiers natura (...)
  • 71 Zola, La Société des Gens de Lettres. Ce qu’elle est (Le Figaro, 4 avril 1896) (Nouvelle Campagne,(...)
  • 72 Maupassant, Les Académies (Gil Blas, 22 décembre 1884).
  • 73 Maupassant, ibid.

51L’entrée des naturalistes dans la Société des Gens de Lettres dont on aurait pu imaginer qu’elle ne donnerait lieu à aucune difficulté, suscita parfois de vives polémiques. Zola n’y fut admis en qualité de sociétaire que le 9 février 1891, et il devait en être le président au cours des exercices 1891-1892, 1892-1893, 1893-1894, et 1895-189670 : il ne fait aucun doute qu’il aurait pu y être reçu plus tôt, mais il est probable qu’il ne tenait pas à s’exposer à l’antipathie manifeste de certains membres du comité qui avaient, à plusieurs reprises, marqué leur hostilité à l’égard du naturalisme. Ils sortaient en cela de leurs fonctions puisque cette institution n’était « qu’une société commerciale de secours mutuel »71, dont la charge était de veiller aux intérêts des écrivains lors de la reproduction de leurs œuvres par les journaux, d’« empêcher le pillage littéraire, si facile et si constant »72 et d’aider les auteurs impécunieux grâce au pourcentage qu’elle prélevait, en guise de commission, sur les bénéfices de la reproduction. Les feuilletonistes occupaient dans la Société une position éminente puisqu’ils étaient évidemment les premiers bénéficiaires de la circulation des romans : « Là sont réunis, écrit Maupassant, tous ceux qui fabriquent en gros le roman-feuilleton, honorables débitants de lignes, habiles en leur métier spécial, mais qui n’ont pas connu ce qu’un poète nommerait les idéales caresses de la langue française, cette divine maîtresse des artistes. Trublots de la littérature, ils n’ont jamais fréquenté que la bonne de la maison »73.

  • 74 Harry Alis a réuni le dossier de cette affaire dans Miettes (Jules Lévy, 1885).
  • 75 Le siège de la société. Jules Vallès, Parias dodus (Le Matin, 31 décembre 1884).

52Lorsque la Société sortait de ses charges, cela n’allait pas sans quelques remous. On s’était ainsi gaussé ou scandalisé qu’elle n’eût délégué pour la représenter lors du centenaire de la mort de Diderot que le feuilletoniste Emile Richebourg. Quand Harry Alis présenta sa candidature, dûment parrainé par Jules Claretie et Emmanuel Gonzalès, il fut repoussé le 8 décembre 1884 et l’affaire fit grand bruit. Le rapport de Fortuné du Boisgobey à propos de cette demande d’inscription avait livré une analyse passablement fielleuse des œuvres du jeune écrivain. Tout en prétendant soutenir cette candidature, il concluait en effet : « Je vous propose de le nommer sociétaire par la même raison que vous ne pourriez pas refuser M. Zola s’il se présentait ». Le vote qui suivit montra quel prix la majorité du comité accordait à cette comparaison ! Dans la presse, ce fut une levée de bouchers : Maupassant, Albert Dubrujeaud de L’Echo de Paris, Edmond Deschaumes, Francisque Sarcey et bien d’autres74 dénoncèrent ces « mandarins littéraires », ces « comitards ». Jules Vallès, seul, se détourna de l’objet même du problème pour régler un compte avec un des parrains d’Harry Alis : « M. Claretie (...) ne fût-il pas l’insulteur à gages de tous les écrivains qui étaient restés avec le peuple, tandis que lui était allé avec les fusilleurs ! Il lui sied bien, à celui-là vraiment, de dire que la pensée de l’œuvre ne compte pas au guichet de la rue Geoffroy Marie »75.

  • 76 Huysmans écrivit alors à Descaves : « Il serait peut être temps d’exécuter cette vieille nourrice (...)
  • 77 Lucien Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 102.

53Certes, Harry Alis fut reçu sans difficulté lorsqu’il se présenta une seconde fois, le 11 mai 1885, mais sa mésaventure devait se reproduire en 1887 lorsque Lucien Descaves, soutenu par Alphonse et Ernest Daudet, posa sa candidature. Après un débat où Champfleury prononça un mot qui fit fortune : « Si le marquis de Sade se présentait, que feriez-vous ?... »76, l’auteur de Misères du sabre fut repoussé. « Oui, répondirent (les membres du comité auxquels les Daudet et Bonnetain vinrent réclamer des explications), nous n’avons pas à critiquer l’œuvre d’un candidat et ses théories d’art, mais nous avons le droit d’exiger de lui un apport social, c’est-à-dire une œuvre reproductible par nos journaux abonnés et rapportant intérêt à la Société, comme à son auteur. Eh bien ! l’œuvre de M. Descaves nous a paru irreproductible dans aucun journal »77. L’ombrageux Bonnetain poussa son ami à envoyer des témoins « à chacun des membres du comité, – tous des idiots », proclamait-il. Descaves lui répondit dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro : «Envoyer deux de mes amis à quelqu’un des prétendus hommes de lettres qui composaient le Comité dans la séance où ma candidature a été rejetée, cette pensée, je l’ai eue avant qu’elle te vînt. Mais Vapereau les faisant tous naître entre 1810 et 1820, ma résolution a cédé devant la crainte du ridicule. Il y aurait, en effet, plutôt exhumation que réparation, et je ne dois pas oublier que la violation sacrilège de sépulture est punie par la loi ».

54Devant la résistance de ces vieillards ou des feuilletonistes, prospères marchands de prose, devant la porte close des académies, les romanciers naturalistes prirent vite conscience que leur statut d’écrivains ne serait raffermi que par leur conquête du marché du livre et leur succès auprès du public.

B. Le marché du livre

Le succès du genre romanesque

55Le roman naturaliste qui se donne pour un document, une étude et non pour une simple fiction attire un nouveau public. Ce roman nie paradoxalement le romanesque et affirme plus ouvertement que jamais le culte de l’illusion réaliste. Il se présente sans ambages comme un nouveau moyen de connaissances, un outil pour appréhender le monde, ce qui n’est peut-être pas étranger à son prestige relativement récent auprès des lettrés : jusque sous le Second Empire, les auteurs dramatiques et les poètes avaient été bien plus nombreux à l’Académie française que les romanciers, probablement parce que le pouvoir occulte des salons s’exerçait plus volontiers en faveur de la poésie et du théâtre. Une partie du public gardait un certain mépris pour un genre lié à ce que Sainte-Beuve nommait « la littérature industrielle». L’éducation classique ne permettait pas de s’en faire une idée.

  • 78 Louis Desprez, Pour la liberté d’écrire, Bruxelles, Kistemaeckers, 1885, p. 19.
  • 79 Voir Christophe Charle, La Oise littéraire à l’époque du naturalisme, pp. 29-32.

56Le succès du roman n’a cependant pas cessé de progresser tout au long du XIXe siècle et, dans la période que nous considérons, il connaît même un véritable triomphe. Louis Desprez en célèbre la gloire : « D’un genre qui trônait, à la fin des traités de rhétorique, entre le madrigal et l’apologue, (les romanciers naturalistes) ont fait la grande forme de l’étude humaine »78. Ce succès peut, en effet, être facilement confirmé : le dépouillement systématique du Catalogue de la librairie d’Otto Lorenz a permis d’en administrer une preuve statistique. Charle, Ponton et Azas ont établi que la moyenne annuelle des publications romanesques au cours des années 1876-1885 était de 514 titres. 653 romans nouveaux paraissent en moyenne de 1886 à 1890 : ces comptes n’envisagent ni les rééditions, ni les traductions79. On aura une idée claire de l’importance du phénomène lorsque l’on saura que dans les années 1840 à 1875 la moyenne n’était guère que de 218 titres par an.

  • 80 Ibid., pp. 30 et 32.
  • 81 Paul Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 14 octobre 1891).
  • 82 Le Télégraphe, 1er janvier 1885.
  • 83 Sous la direction de Julien Cain, Nouvelle histoire de France, Tallandier, 1969, t. 31, p. 3846.

57A partir de 1890, le déclin est en revanche si net que certains n’hésitent pas à parler de crise80. Paul Alexis mène une enquête auprès des principaux éditeurs. Victor Havard lui confie : « Je nie le Krach, mais j’avoue qu’il y a aujourd’hui malaise...un véritable malaise... De 1876 à 1884, nous avons eu de belles années... Oh ! un véritable âge d’or. Tout se vendait, tout (...) ». Le point de vue est identique chez Charpentier et Fasquelle81. Il serait facile d’attribuer ce recul de la demande et de la production aux problèmes économiques que la France connut dans les années 1880, une crise traînante qui affecta tous les rouages de l’économie. Au début de l’année 1885, la presse s’inquiète : « Commencée dans une crise agricole, industrielle, commerciale, avec des grèves menaçantes, (l’année 1884) s’achève dans la même crise avec l’aggravation naturelle qu’amène une situation qui se prolonge »82. L’argument est sans valeur si l’on veut bien considérer qu’au moment du pire déclin économique de cette période, le marché du livre, et tout particulièrement du roman, connaissait sa plus grande prospérité : en 1884, le budget de l’Etat connut un déficit de 153 milliards de francs83, tandis que le commerce de la librairie s’enrichissait de 700 titres de romans nouveaux. De toute évidence, les échos de la « Grande Dépression » des années 1880 ne se firent pas sentir chez les éditeurs avec une acuité particulière.

  • 84 Paul Alexis, art. cit.

58On peut en revanche suivre sans crainte l’opinion d’Havard et de Charpentier : le recul de l’édition est bien la conséquence de la surproduction connue au cours de cet âge d’or. Le public trop sollicité ne sait plus vers quel ouvrage orienter son choix. L’interlocuteur d’Alexis, chez Charpentier et Fasquelle, n’hésite pas à lui dire : « Nous n’avons plus de critique littéraire : jadis un article de Sainte-Beuve vous lançait un écrivain »84. De fait, la presse s’essouffle à rendre compte de trop de volumes : les chroniqueurs sont liés par mille accointances, pâtissent de maintes stratégies contradictoires.

  • 85 Zola, Les Romanciers contemporains, O.C., t. 11, p. 221.

59Déplaire à un confrère, c’est s’exposer à son courroux lorsqu’on devra à son tour, proposer un ouvrage à son jugement. La force des groupes et des chapelles se fait sentir dans tous les journaux, le public se lasse : très vite, le marché décroît d’un tiers et les éditeurs s’inquiètent surtout d’écouler leurs invendus. Dès 1878, Zola avait signalé cette dangereuse « surproduction » : « J’ignore ce que peuvent devenir ces millions d’exemplaires de livres imprimés ; beaucoup ne se vendent pas et dorment dans les caves des éditeurs. On m’a conté qu’il y avait, à Paris, certaines maisons dont la spécialité était d’acheter' au poids ces soldes d’exemplaires invendus et de les expédier en Amérique, dans l’Extrême-Orient, dans les colonies, jusque chez les sauvages, où elles s’en débarrassent à de très beaux prix, les lecteurs de ces pays lointains étant peu difficiles et dévorant tout ce qui vient de France »85.

60La crise peut donc s’expliquer assez aisément : il est plus délicat d’éclairer l’âge d’or. C’est le résultat d’une heureuse conjonction de facteurs : l’amélioration de la scolarisation des Français élargit d’abord considérablement le marché du livre et surtout du roman, maintenant réhabilité. Ce nouveau moyen d’appréhension du monde, délivré en partie du mépris dans lequel on tenait l’affabulation, profite de la prospérité des journaux : 90 quotidiens paraissent à Paris en 1882, ils permettent de donner des ressources à tout un peuple d’hommes de lettres qui, naguère n’auraient pu vivre de leur plume. Grâce aux feuilletons, le roman est devenu populaire et les jeunes créateurs savent exploiter ce prestige.

Le prix du livre

  • 86 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1269.

61En mars 1880, Zola dressait un bilan optimiste du mouvement intellectuel : « D’abord, l’instruction se répand, des milliers de lecteurs sont créés. Le journal pénètre partout, les campagnes elles-mêmes achètent des livres. En un demi-siècle, le livre, qui était un objet de luxe, devient un objet de consommation courante. Autrefois, il coûtait très cher ; aujourd’hui, les bourses les plus humbles peuvent se faire une petite bibliothèque. Ce sont là des faits décisifs : dès que le peuple sait lire, et dès qu’il peut lire à bon marché, le commerce de la librairie décuple ses affaires, l’écrivain trouve largement le moyen de vivre de sa plume »86.

  • 87 Alexis, L’Avenir du livre et notre exportation littéraire (Le Figaro, 3 janvier 1892).

62En effet, lorsque Paul Alexis conclut, le 3 janvier 1892, l’enquête qu’il a entreprise auprès des éditeurs, il note qu’une révolution a eu lieu dans le domaine de la librairie : « Le volume de trois francs cinquante (...) (a été) substitué à l’ancien volume de cabinet de lecture »87. C’est une mutation déjà ancienne puisque le déclin des cabinets de lecture a débuté vers 1840, lorsque le coûteux inoctavo a commencé à être supplanté par des volumes plus petits et bien moins chers. Au moment où écrit Alexis, il n’est bruit dans les bureaux des éditeurs, que des nouvelles baisses de prix que certains n’hésitent pas à appliquer, lançant des volumes à un franc, voire soixante centimes. Un processus inéluctable est engagé : depuis que les commerces de librairie se sont multipliés, la demande s’accroît à Paris comme en province et une concurrence enragée se déchaîne.

  • 88 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 16 décembre 1891).

63La plupart des éditeurs que visite Alexis tiennent aux fameux in-12, in-16 ou in-18 vendus 3 fr 50, et ils ont souvent des formules violentes à l’égard de ceux qui se sont efforcés de « casser les prix » : ainsi Perrin attaque feu Marpon qui a accepté de vendre le livre « 55 sous ». Il « fît une fortune, mais déprécia le volume »88. Flammarion, l’ancien associé de Marpon, dit au contraire toute sa « foi dans le bon marché » : d’abord, « il fallait bien faire profiter le public de l’abolition de l’impôt sur le papier ». En 1879, en effet, la Chambre des Députés avait supprimé le droit que l’on devait jusqu’ici verser pour la circulation du papier, des vieux chiffons, des rognures, déchets et maculatures, à l’exportation (6 francs pour un quintal) ou à l’importation (8 francs pour un quintal). En outre, n’est-il pas nécessaire de répondre aux vœux de ces nouveaux lecteurs que crée « l’instruction obligatoire » ?

  • 89 Selon Maurice Dreyfous, « celui dont le nom est devenu, jusque dans le dictionnaire de Littré, un (...)

64La virulence avec laquelle ces arguments sont développés pourrait nous laisser croire que ce conflit vient seulement de naître. Il n’en est rien puisqu’on le trouve déjà fort bien exposé dans les prospectus de certains éditeurs au début du Second Empire. Ainsi la Librairie Nouvelle de Jaccottet et Bourdilliat qui possède une collection de volumes in-16, vendus un franc, déclare qu’il faut faire « pour les produits littéraires, ce qui se fait pour tous les autres produits industriels » : elle prétend tirer dix mille volumes de chacun des titres inscrits à son catalogue. Jaccottet et Bourdilliat sont persuadés que les libraires de province ne restreindront plus leurs commandes « par crainte de nouveautés onéreuses et d’une vente difficile». Cette révolution a été permise par Gervais Charpentier qui a d’ailleurs donné son nom à ce type de petits livres, le « volume Charpentier », au texte serré, qui fit fort bien pièce à l’in-octavo onéreux à la typographie très aérée, qui passait pour le « format noble »89. Charpentier avait vendu ce volume 3 fr 50 dès 1838, et ses imitateurs n’hésitèrent pas, en augmentant les tirages, à baisser considérablement les prix de vente. L’éditeur le plus actif dans ce domaine fut sans conteste Michel Lévy qui racheta d’ailleurs en 1861 le fonds de la Librairie Nouvelle : il lança une collection de petits volumes à un franc dont le succès fut énorme. Les éditeurs belges, jusqu’ici mieux armés grâce à un outillage perfectionné et à une main d’œuvre plus spécialisée, trouvèrent en lui un adversaire très efficace.

  • 90 Camille Lemonnier, Une Vie d’écrivain, Mes Souvenirs, Bruxelles, Labor, 1945, p. 45).

65La piraterie belge avait en effet inondé le marché en imposant des réimpressions peu coûteuses qui, évidemment, n’apportaient aucun profit financier aux écrivains ainsi détroussés. Les entreprises des Wahlen, des De Mat, des Tarlier, des Laurent contribuèrent cependant au renom des auteurs qu’elles n’avaient pas enrichis. Camille Lemonnier avoue qu’il dut l’essentiel de sa formation littéraire à la production de ces commerçants avisés pour lesquels il garda toujours une indulgence amusée : « Mon père, très épris de littérature, possédait presque tous les livres de contrefaçon (...). (Celle-ci) draina toute la lecture d’une époque. Il semble qu’avec tant de collections populaires, réimprimées à grand tirage et vendues dix à quinze sous, nous y revenions aujourd’hui, dans le fond, sinon dans la forme »90. Et de fait, c’est bien la chute du prix du livre en France qui entraîna le déclin de l’édition pirate.

  • 91 Les pratiques de Plon paraissent assez exceptionnelles : dans sa « bibliothèque de romans à 1 fran (...)

66Que Michel Lévy pût vendre des œuvres d’écrivains en renom à un prix aussi faible, ne laissait pas d’inquiéter beaucoup de ses concurrents pour lesquels les prix de vente réduits devaient être réservés aux feuilletons, aux œuvres populaires. En fait, très vite, les collections à un franc exploitèrent la réputation d’œuvres antérieurement publiées dans des volumes plus coûteux et qui purent ainsi conquérir un nouveau public. Ce furent loin d’être toujours des collections de littérature populaire91.

67On pourrait croire que les progrès de la technique de l’impression allaient imposer des prix de plus en plus bas : pourtant dans les années 1880, chacun campe sur ses positions. La guerre qui oppose les tenants du livre à 3 fr 50 et ceux du volume à un franc, ou moins encore, demeure toujours aussi virulente. Flammarion prospère avec sa collection fameuse des « Auteurs célèbres » dont le volume ne coûte que soixante centimes. En 1891, il déclare en avoir vendu plus de quatre millions, ce qui choque ou même indigne plusieurs de ses confrères, qui affichent un vif mépris pour cette démocratisation du livre.

  • 92 Alexis, art. cit., 19 octobre 1891.
  • 93 Alexis, Témoignage de P.V. Stock (art. cit., 2 novembre 1891).
  • 94 Alexis, ibid., 19 octobre 1891.

68Ils ont, il est vrai, à se battre sur plusieurs terrains : certains éditeurs mettent en pratique le jeu des soldes qui inondent brutalement le marché. Paul Ollendorff s’en prend avec vigueur aux «épiciers» qui liquident de cette façon leurs « vieux rossignols » : le procédé, ajoute-t-il, n’est pas nouveau, mais auparavant, on ne soldait guère qu’au bout de dix ans, « avec tact et en sauvant les apparences »92. En 1884, en revanche, on voit des éditeurs « lâcher » sur le marché un million de volumes, bradés à 75 centimes pièce. On en est, en 1891, à solder le livre à 10 ou 15 centimes93. Victor Havard, qui ne cache pas que cette pratique lui agrée, utilise un argument de valeur : « La rue ne vaut-elle pas mieux pour ces (...) invendus, qu’une arrière-boutique ?... »94.

  • 95 Alexis, Témoignage de Perrin (art. cit., 16 décembre 1891).

69Les éditeurs connaissent aussi un problème avec les libraires qui acceptent de vendre leur production : en se multipliant, ils ont acquis une puissance nouvelle et ils posent maintenant leurs exigences. Comme ils doivent payer le transport des volumes, ils demandent une remise plus importante sur les prix d’achat. Traditionnellement, les éditeurs leur accordaient 25 %, ils réclament maintenant 33 % ou même 40 %95. Le 13 octobre 1891, vingt-et-un libraires lyonnais adressent un appel à leurs confrères : ils veulent l’uniformisation de la remise et invitent les éditeurs à refuser la pratique des soldes de leurs stocks. S’ils sont contraints d’en venir à cette extrémité, que ce soit du moins avec discernement.

  • 96 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1270.
  • 97 Jules Huret, op. cit., p. 247.

70De tout côté, enfin, on redoute la surproduction comme le principal danger : « Lorsqu’on voit les pauvretés, le déluge d’œuvres médiocres qui encombrent les vitrines, on se demande quels ouvrages les éditeurs peuvent bien refuser »96 s’inquiète Zola, et Paul Bonnetain confie comme en écho à Jules Huret : « Tout le monde écrit des romans, les grues en retraite, les Ligues des Patriotes, les rastaquouères, les notaires et les cabots »97.

  • 98 Trublot (Alexis), La Révolution du livre (Le Cri du Peuple, 2 décembre 1886).
  • 99 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 14 octobre 1891).
  • 100 Alexis, L’Avenir du livre et notre exportation littéraire (le Figaro, 3 janvier 1892).

71A cause de cette concurrence acharnée, les naturalistes sont loin de se désintéresser du commerce et du livre à bon marché : ils accordent même beaucoup d’attention à la chute du prix de vente que certains favorisent en donnant aux éditeurs les plus actifs la permission de reproduire leurs œuvres dans des collections peu dispendieuses : quand l’ancien libraire lyonnais Edinger lance sa « Librairie des publications à 5 centimes », Bonnetain et Alexis traitent avec lui. Chacun y trouve son compte puisque, selon Trublot, cet éditeur a l’intention « d’répandre (...) tous les bouquins naturalisses, jusque dans les plus petits villages de France »98. Edinger diffuse dans sa « Petite bibliothèque universelle » des in-32 vendus le plus souvent 25 centimes : son but n’est pas de détrôner le roman populaire, mais plutôt de faire des œuvres naturalistes une littérature populaire. Alors que son confrère Dentu, qui publie pourtant « trois à quatre cents ouvrages par an » se sent menacé par « les journaux à un sou et à deux sous »99 qui offrent au public feuilletons et nouvelles, Edinger n’en a rien à redouter. Alexis, qui a de bonnes raisons de le soutenir, défend activement « les humbles volumes populaires à soixante centimes, et les innocents suppléments littéraires, les magazines, même les inoffensives reproductions des journaux pauvres (d’argent et de lecteurs). (...) Quand le volume de trois francs cinquante (...) coûtera meilleur marché encore, je prétends, moi, que le public en consommera dix fois davantage »100.

72Il convient de faire ici la part de la stratégie commerciale d’écrivains heureux de découvrir de nouveaux débouchés à leur production. Les romanciers les plus prospères préfèrent traiter avec de grands journaux qui payent, on l’a vu, royalement, les droits de reproduction des romans en feuilletons. D’autres, comme Huysmans, n’acceptent guère de galvauder leurs œuvres sur du papier à chandelle. Mais il n’en demeure pas moins que les naturalistes occupent une bonne place dans la librairie à bon marché, la collection d’Edinger (25 centimes), celle de Marpon et Flammarion qui en publient plusieurs dans leur collection à 60 centimes ou celle de Pierre-Victor Stock qui crée une série de volumes à 2 francs.

  • 101 Zola, Les Romanciers contemporains (Les Romanciers naturalistes, O.C., t. 11, pp. 221-222).
  • 102 Colette Becker, L’Audience de Zola (Les Cahiers naturalistes, no 47, 1974, pp. 40 à 69).

73Ils se consolent ainsi de ne pas occuper la place qu’ils méritent dans les bibliothèques publiques où figurent en revanche « tous les faiseurs de romans » capables de flatter « le goût pervers des lecteurs et surtout des lectrices pour les mensonges aimables »101. Zola, lui-même, comme l’a montré Colette Becker, ne pénètre que rarement dans les bibliothèques populaires à caractère officiel : les commissions chargées de l’achat des livres se détournent la plupart du temps de ses œuvres qu’accueilleront plus volontiers les bibliothèques des Bourses du Travail qui commencent à apparaître à partir de 1887, ou celles des associations ouvrières102. Maupassant et Daudet n’ont pas connu un tel ostracisme. Quant à Huysmans, sa conversion va lui gagner la vaste audience du public catholique que ses œuvres naturalistes n’avaient évidemment pas eue. Les « minores » demeurent à peu près inconnus de toutes les bibliothèques et les quelques volumes signés de leurs noms qui ont pu y entrer ne fournissent, tant ils sont rares, aucun élément sérieux d’analyse.

  • 103 Bonnetain à Zola, 23 septembre (1883) (B.N. naf. 24511, fos 204-205).
  • 104 Dans le recueil intitulé Les Pas de Chance.

74Pour augmenter leurs gains ces écrivains usent alors de singulières pratiques : il n’est pas rare, en effet, de voir un même texte publié à plusieurs reprises sous des titres et par des éditeurs différents. Ainsi, plusieurs recueils de Bonnetain, Le Tour du Monde d’un troupier, Autour de la Caserne, Marsouins et Mathurins, Au Large, reprennent souvent les mêmes nouvelles. Quand il publie Une Femme à bord, il avise Zola que seules, « les 3 premières nouvelles sont inédites», les autres « ont été mises là pour le remplissage, à la dernière heure, l’éditeur trouvant le livre trop mince. Ce sont des mécaniques écrites il y a 3 ans et ne valant pas un fifrelin »103. Oscar Méténier qui n’est pas à une escroquerie près, confie à Victor Havard Le Gorille, roman parisien (1891), qui a paru quatre ans plus tôt sous le titre de Madame Berwick, Le Mari de Berthe publié par Ernest Kolb en 1890 s’intitulera quelques années plus tard Nina Sartorelle, chez Albin Michel... Harry Alis qui a publié chez Kistemaeckers une nouvelle intitulée La Terre104 où il raconte la tragédie d’un paysan savoyard, reprend ce récit un an plus tard, après avoir donné à ce paysan une fille devenue courtisane. L’œuvre a maintenant les dimensions d’un roman qu’il publie chez Ollendorf sous le titre de Reine Soleil. De tels procédés s’expliquent par la demande des éditeurs pressés de profiter de l’engouement des lecteurs pour les récits « modernes ».

Les lecteurs

  • 105 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France, 1800-1967, Armand Colin, 1968, p. 101.

75Le mouvement naturaliste est né et s’est développé à un moment où les lecteurs potentiels se multipliaient. Certes, il serait naïf d’identifier les Français qui savent lire (à peu près 90 % en 1891, mais cette statistique due à l’armée, fort large dans ses appréciations, doit être reçue avec réserve) aux acheteurs de livres ou même plus largement aux lecteurs. Pour beaucoup, le livre demeure un objet peu familier que l’on n’a guère fréquenté que pendant le temps souvent fort bref de la vie scolaire. Si Jules Ferry exagère sans doute lorsqu’il prétend, en 1881, que 624 000 enfants de six à treize ans ne sont pas scolarisés, il est cependant hors de doute qu’un grand nombre d’entre eux quittent la classe vers l’âge de dix ans, au terme d’une période d’études troublée par les travaux saisonniers, à la campagne, et les nécessités économiques, dans les villes105. La gratuité de l’enseignement primaire était pourtant assez répandue puisqu’en 1877, elle concernait déjà 57 % des élèves. La loi Guizot de 1833 en consacrant l’intervention des pouvoirs publics dans l’enseignement primaire, en faisant de l’éducation un devoir social, avait produit d’importants progrès, même si le vœu de voir chaque commune assurer les frais d’une école élémentaire était loin d’être satisfait.

  • 106 Voir sur ce point Jean-Jacques Darmon, Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire,(...)

76Le Second Empire avait ensuite largement développé l’alphabétisation sous l’impulsion de Victor Duruy. Les bibliothèques scolaires, les bibliothèques communales s’étaient multipliées : on en comptait 14 395 en 1869. Le régime de Napoléon III avait ainsi cherché à battre en brèche les progrès de l’idéologie républicaine répandue par de nombreux opuscules, en orientant l’appétit de lecture dans un sens qui pouvait servir ses intérêts106.

  • 107 Maupassant ( ?), L’Instruction obligatoire (Le Temps, 27 février 1927).

77La difficulté était donc de développer et d’enrichir les moyens d’enseignement : il manquait aux enfants tout à la fois l’assiduité scolaire et la prolongation de la durée effective des études. En 1927, Pierre Borel a révélé un texte qu’il attribue à Maupassant et dont la rédaction dut précéder de peu le vote des lois sur l’instruction obligatoire : « On nous dit : nous avons des écoles dans presque tous les villages et le nombre des enfants inscrits est considérable. Mais l’inscription prouve-t-elle l’assiduité ? Ceux mêmes qui vont à l’école y passent quatre ou cinq semaines d’hiver pour disparaître au printemps et revenir vers l’automne tout aussi ignorants que les premiers jours. Après trois ou quatre ans de cette instruction insuffisante, ils quittent la classe à tout jamais et, ne sachant pas assez lire pour prendre plaisir à un livre, se trouvent au bout de peu de temps aussi illettrés que s’ils n’avaient jamais tenu un alphabet. Dans beaucoup de maisons de paysans, il n’y a ni plume, ni papier, ni crayons, ni ardoises. L’école ne suffit donc pas sans l’enseignement obligatoire, et l’intervention de l’Etat est nécessaire »107. Ce sera le grand apport des lois Ferry.

  • 108 Antoine Prost, op. cit., p. 34.

78Quant à l’enseignement secondaire, il ne touche guère qu’un enfant sur vingt-et-un en 1876108. Il demeure tout à fait séparé de l’école primaire, qui, au XIXe siècle, n’est pas la voie royale menant au lycée. Il coûte en effet fort cher, ce qui explique que bien peu d’élèves aient alors achevé ce cycle d’études, « l’école des notables », comme on l’a dit. Le nombre des bacheliers ne dépasse pas sept mille par an, et cette situation ne se modifiera qu’après 1891, avec l’apparition du baccalauréat moderne.

  • 109 p. 183.
  • 110 D’après L'Annuaire statistique de la France, publication annuelle.
  • 111 Héros du « comique troupier ». Le colonel Ramollot fut créé par Charles-Théodore Leroy, beau-frère (...)
  • 112 Plaidoirie devant la Cour d’Assises de la Seine, 15 mars 1890.

79Ce bref tableau ne reflète pourtant pas l’essentiel : un appétit de savoir très important s’est développé dans le pays. La meilleure preuve en est dans la multiplication des cours destinés aux adultes qui, passant de 8000 en 1865 à 33 000 en 1869, touchent près de huit cent mille personnes à cette date109. Le succès des bibliothèques communales traduit également une curiosité importante à l’égard du livre, mais la baisse du prix de celui-ci n’est pas vraiment suffisante pour qu’il devienne accessible à l’ensemble de la population. 3 fr 50, le prix habituel d’un roman dans la période qui nous intéresse, représente alors le prix de huit kilos de pain blanc, de plus de deux kilos de viande de bœuf : le livre n’est plus un objet de luxe, mais ce n’est pas encore un objet de consommation courante110. Nul ne l’ignore : Maître Tézenas, l’avocat de Lucien Descaves au procès de Sous-Offs en tire d’ailleurs argument, pour défendre l’ouvrage de son client : « Le danger, il est dans Ramollot, dans Ronchonnot111, qui coûtent 10 centimes, et non dans un livre qui coûte 3 fr 50. On a tort de laisser publier de telles brochures d’un effet désastreux sur le moral de l’armée. Rien de pareil n’est à craindre avec le livre de Descaves »112. On ne saurait mieux dire que seule la bourgeoisie peut acquérir cet ouvrage qu’elle pourra goûter sans risques puisqu’elle forme une « élite intellectuelle ». Maître Tézenas l’avoue avec candeur : « Ce qui peut faire du mal (...) ce n’est pas un ouvrage dont le soldat ne pourrait pas dépasser à la lecture la dixième page, dont le style le rebuterait dès la première ligne, dont il ne comprendrait ni la portée ni le sens ».

L’accueil des journaux et des revues

  • 113 Colette Becker, L’Audience de Zola, art. cit., p. 43.

80Néanmoins, les romanciers naturalistes ont élargi leur audience, d’abord grâce aux publications à bon marché, puis, bien sûr, grâce aux feuilletons qui ne touchent pas seulement les « nouvelles couches» de la bourgeoisie, imbues de positivisme, mais le public beaucoup plus varié qui lit régulièrement les journaux. Les clivages d’opinion n’ont pas, à cet égard, l’importance que l’on pourrait imaginer : une œuvre publiée dans Le Siècle, cette « feuille d’épiciers libéraux » selon Goncourt, ne rencontre certes pas le même public qu’un feuilleton du Cri du Peuple, mais, en fait, après sa première publication, un roman est fréquemment repris par un autre journal, et même parfois par une foule d’autres. Colette Becker a rappelé le cas de Germinal qui parut d’abord dans Le Gil Blas. La Vie populaire le reprit peu après, ainsi que Le Peuple et Le Cri du Peuple ; Le Révolté en donna de larges extraits, puis Le Réveil des Mineurs, Le Tocsin, etc. suivirent113.

  • 114 Ernest d’Hervilly à Zola, 21 décembre 1882, BN, naf. 22465 fo 326.

81En l’occurrence, le sujet de l’œuvre explique l’écho qu’elle a éveillé dans la presse de gauche et d’extrême-gauche qui a eu à cœur de la faire connaître rapidement à ses lecteurs. Mais la plupart des romans de Zola ont ainsi circulé dans la presse de Paris et de la province. Les noms de moindres seigneurs du naturalisme se retrouvent fréquemment au sommaire des journaux qui ne se consacrent qu’à la littérature, comme le supplément hebdomadaire du Gil Blas ou La Vie populaire qui paraît deux fois par semaine. Ces journaux proposent huit à seize pages de lecture, composées de quelques nouvelles et de plusieurs feuilletons. Dans La Vie populaire, à côté des « valeurs sûres » du sentiment (Albert Delpit, André Theuriet, Georges Ohnet, Albéric Second...) qui se taillent la part du lion, apparaissent souvent des signatures de naturalistes, en général, une ou deux sur les six ou sept auteurs publiés dans chaque livraison. Phénomène suggestif si l’on songe que le public de cet aimable bi-hebdomadaire devait être prompt à s’effaroucher : tiré à 40 000 exemplaires, ce journal rétribue ses auteurs au tarif réglementairement fixé par la Société des gens de lettres, cinq centimes la ligne. Lorsqu’il s’agit d’écrivains de grande notoriété, le prix peut exceptionnellement s’élever à dix centimes114. Les maîtres du roman n’acceptent ce tarif que parce qu’ils ne confient à La Vie populaire que des œuvres déjà parues ailleurs et dont ils tentent ainsi d’élargir l’audience.

  • 115 Gustave Guiches, Le Banquet, p. 278. On se gardera de confondre ce personnage avec son homonyme, l (...)
  • 116 Paul Ginisty, Souvenirs de journalisme et de théâtre, les Editions de France, 1930, p. 46.
  • 117 Torches et Lumignons, p. 170.

82Le Gil Blas est également accueillant aux romanciers naturalistes : très « parisien » de ton, il ouvre ses colonnes à des collaborateurs d’inspiration diverse, depuis Armand Sylvestre qui s’y rend célèbre par des polissonneries vaguement scatologiques jusqu’à Barbey d’Aurevilly, Maupassant, Vallès... La personnalité qui marque le plus ce journal est alors le secrétaire de rédaction, Jules Guérin, « vieux routier du boulevard »115, qui a commis plusieurs romans pimentés, dont Fille de fille, que Maupassant n’a pas hésité à préfacer. Il ne redoute guère, on l’imagine, les libertés de langage et de plume, et rachète d’ailleurs « cette émancipation par l’appel aux collaborations les plus estimées, plus largement rémunérées (...) qu’on n’avait coutume de le faire »116. Guérin est bien l’incarnation du boulevardier, rompu à toutes les ruses, maniant tour à tour la séduction et la menace, « un homme usé, chauve, fumeux, avec des yeux ensemble abrutis, cyniques, madrés et désillusionnés, une voix craquelée et crapuleuse, note Rosny. Cette épave rejetée sur la côte parisienne avait Le Gil Blas pour refuge, et pour recours suprême, s’il le perdait, il n’avait qu’à mourir »117. Un jour vint, de fait, où il le perdit : il s’empoisonna dans un wagon de chemin de fer en absorbant une bouteille de chloral.

  • 118 Rosny, Torches et Lumignons, p. 173.
  • 119 Ibid., pp. 186-187.

83Même si on rencontre peu d’enfants de chœur dans sa rédaction, il arrive que Le Gil Blas bronche devant certaines audaces : les points de suspension qui viennent caviarder plusieurs passages de Germinal en fournissent la preuve. A cette époque prospère, écrit Rosny, « on payait des prix inouïs inaugurés par la bacchanale naturaliste, les tirages abondants, le soudain reverdis du roman et l’engouement du public »118. La croissance de L’Echo de Paris, dirigé par Valentin Simond, débaucha un certain nombre de collaborateurs renommés et, dès lors, Le Gil Blas connut des jours difficiles qu’évoque également Rosny à qui l’on paya un feuilleton quatre sous la ligne, à l’heure du déclin, alors qu’à la commande au temps du succès, on lui avait promis quarante centimes119.

  • 120 Paul Alexis à Alexandre Dumas fils, 28 novembre 1883 (BN, naf. 24636 fo 78, et verso).

84La rédaction du Réveil apprécia tout particulièrement les naturalistes. « La politique, tout au second plan, y est réduite à un minimum», mais le but proclamé de ce journal « individualiste » n’en est pas moins l’avènement d’une « politique véritablement scientifique ». Plus à gauche que Le Gil Blas, Le Réveil tente de lui faire concurrence, mais les collaborateurs de ce quotidien sont « très peu payés »120. Lorsque Robert Caze en assure le secrétariat de rédaction, l’on n’est pas étonné de trouver dans les colonnes de cet organe qui tient le réalisme pour une forme d’art vraiment républicaine, les signatures de Vallès, Alexis, Francis Enne... Le 2 juin 1884, Le Réveil fusionna avec le puissant Echo de Paris que l’on vendait dix centimes alors que Le Gil Blas en coûtait quinze.

  • 121 Jules Laffitte à Zola, 8 mai 1879, naf. 24521, fo 177.
  • 122 Le Voltaire, 17 août et 31 août 1880. Ces deux articles qui contenaient de violentes attaques cont (...)

85Le Voltaire avait donné quelques espoirs aux naturalistes. Ce titre avait remplacé Le Bien public du chocolatier Menier qui avait confié l’information politique à son homme-lige, Yves Guyot, tandis qu’Aurélien Scholl tentait de donner un tour frondeur et léger au quotidien. Cette alliance était si mal assortie qu’elle menaçait la survie du journal. Après une vente par licitation, il fut cédé à l’administrateur Marpon. Zola collaborait à ce journal radical depuis le mois de juillet 1878. Lorsque Jules Laffitte en devint le directeur, en mai 1879, succédant à Aurélien Scholl, il écrivit à Zola : « Le Voltaire devient votre organe attitré »121. Tous les romanciers des Soirées de Médan, à l’exception de Maupassant, y placèrent des articles, mais des dissensions avec le directeur, vite surpris par leur virulence, les conduisirent à renoncer à toute collaboration. Les comptes rendus du Salon, qu’avait signés Huysmans, avaient en particulier laissé pantois Laffitte, bientôt enclin à considérer les naturalistes comme des énergumènes. Zola abandonna ce quotidien avec éclat. Nana y avait subi des coupures et deux des articles qu’il y avait publiés, La Haine de la littérature et La Littérature obscène122, avaient conduit Laffitte à se désolidariser de son collaborateur.

  • 123 Bergerat (sous le pseudonyme de l’Homme masqué), La Bataille de Médan (Le Voltaire, 13 mai 1881).

86Bien des tentatives pour transformer des journaux en organes naturalistes échouèrent et, longtemps, le souci d’avoir un périodique équivalent à ce qu’était Le Rappel pour les idées de Victor Hugo, occupa les esprits. La Vie moderne, dont le premier numéro parut le 10 avril 1879, avait été fondée par Georges Charpentier, l’éditeur de Zola, mais bien que les naturalistes y eussent leurs entrées, cet hebdomadaire ne pouvait tenir un tel rôle : Emile Bergerat, son directeur pendant les deux premières années, veillait à ne point choquer les familles bourgeoises à qui il était destiné. Cet ami de Charpentier ne se croyait d’ailleurs guère tenu à une quelconque solidarité et certaines de ses attaques à l’encontre du naturalisme sont des plus ignobles. N’accuse-t-il pas le mouvement de s’en prendre à tout « ce qui fait que la France est la France » : « A certaines dates de colique, le cheik se lance, lui et les siens, sur l’un des hommes qui représentent le mieux ces dons nationaux et il l’encambronnise (...). Autour de lui, les petits hachichins, les yeux hors de la tête font : bran ! bran ! sur des tambours, bombardent et pétardent. C’est le sublime carré de Waterloo-closet »123.

87Beaucoup de projets avortèrent : en Belgique, deux hebdomadaires défendirent vaillamment le mouvement. L’Actualité à travers le monde et l’Art, que dirigea du 20 août 1876 au 12 août 1877 Camille Lemonnier et L’Artiste, fondé à la fin de 1875, qui prit sous la houlette de Théodore Hannon, un rôle véritablement militant dès le mois de janvier 1877. C’est dans L’Actualité que Huysmans publia sa fameuse étude Emile Zola et « L’Assommoir », et Lemonnier offrit à Céard l’hospitalité pour la publication d’un essai sur les Goncourt. A la mort de la revue, l’équipe de rédaction vint grossir les rangs de L’Artiste où le « Suffète » Hannon ouvrit largement ses colonnes à celui qui était alors son ami, Huysmans, et à Céard, qui commença à y publier Une belle journée. Le programme tenait en deux mots que l’on pouvait lire sur une sanguine de Félicien Rops illustrant la première page : « Naturalisme, modernité ».

88L’Actualité, puis L’Artiste, reproduisirent certaines chroniques qui devaient figurer dans Le Roman expérimental et dans les Romanciers naturalistes. Mais tous les espoirs s’écroulèrent lorsque, faute d’argent, Hannon perdit la direction de la revue : dès la fin de 1878, elle changea radicalement de politique et s’opposa même à l’influence du naturalisme. D’abondantes polémiques vont suivre sans que le mouvement retrouve vraiment en Belgique une revue propre à éclairer ses buts. La Jeune Belgique, fondée à la fin de 1881, compta bien en ses rangs Théo Hannon, Henri Nizet, Camille Lemonnier, Georges Eekhoud, mais il y régna une grande divergence d’opinions entre parnassiens et naturalistes. On célébra volontiers Cladel et on préféra le naturalisme pondéré de Daudet à celui de Zola, objet de controverses, puis ouvertement condamné à partir de 1884.

  • 124 Voir Léon Deffoux, Un projet de journal de Huysmans : La Comédie humaine (J.K. Huysmans sous diver (...)
  • 125 Hennique à Alexis (s.l.n.d., 1880). Cité d’après le catalogue no 19 de la librairie l’Echiquier (1 (...)
  • 126 Huysmans à Camille Lemonnier (s.d., mi-décembre 1880).
  • 127 Ibid.

89L’Assommoir, qu’un certain Greppo prétendit créer à Lyon en 1878, avec la collaboration de Paul Alexis, ne vit jamais le jour, tout comme La Comédie humaine qui aurait dû devenir en 1880 un véritable organe naturaliste de combat. Les Soirées de Médan venaient de paraître : elles avaient donné au public, à tort ou à raison, l’idée d’un groupe littéraire cohérent ; le besoin se fit alors sentir de développer plus fermement les idées du groupe au sein d’un hebdomadaire. Outre les médaniens, le journal devait compter, entre autres, parmi ses collaborateurs, Edmond de Goncourt, Robert Caze, Harry Alis, Edouard Rod, et des correspondants étrangers, Théo Hannon pour la Belgique, Boborykine pour la Russie, Felice Cameroni pour l’Italie et Greenville-Murray pour l’Angleterre. Hélas, l’éditeur Derveaux qui devait financer l’entreprise, se déroba et l’affaire qui avait enflammé les esprits demeura sans suite124. Cet échec causa une profonde déception aux médaniens qui auraient dû être en partie les actionnaires du journal, comme une lettre d’Hennique à Alexis nous l’apprend : « La Comédie humaine est fondée. Le premier numéro paraîtra le quinze octobre (...). On te paiera cinq sous la ligne, tu as en plus des actions dans le journal »125. Lorsqu’il fut certain que Derveaux ne tiendrait pas ses engagements, l’éditeur Marpon proposa de renflouer l’entreprise avec une somme de 30 000 fr qui ne pouvait suffire à créer le journal rêvé. Zola suggéra alors une combinaison. « Faire un brulôt de 4 pages en tout, rédigé seulement par les auteurs des Soirées de Médan »126. Céard, Alexis, Hennique étaient prêts à accepter cette idée dont Maupassant et Huymans découvrirent aussitôt la tare : « Le journal ainsi verrouillé serait pis qu’un Rappel, c’est la chapelle du Parnasse, c’est l’épuisement, sans profit pécuniaire, des quelques rédacteurs, c’est la monotonie la plus complète»127.

  • 128 Dossier 77 du Fonds Lambert, Bibliothèque de l’Arsenal.

90Hennique et Huysmans qui avaient été les chevilles ouvrières de La Comédie humaine poursuivirent Derveaux en justice, ulcérés d’un échec qui frappait l’entreprise alors que des affiches publicitaires avaient déjà été tirées, un local meublé et une équipe organisée. Le tribunal de commerce de la Seine rendit son verdict le 13 avril 1881, et l’éditeur fut condamné à verser quinze cents francs à Huysmans et cinq cents francs à Hennique pour résiliation de convention128. Avec ce rêve disparaissait, pour les écrivains du groupe de Médan, le dernier espoir de se rassembler autour d’idées communes.

  • 129 Revue indépendante, février 1885, p. 358.

91Cinq ans plus tard, La Revue indépendante de février 1885 annonçait la parution d’une revue intitulée La Comédie humaine dirigée par Alexis. Parmi les rédacteurs on citait cette fois Paul Adam, George Moore, Felice Cameroni, Vittorio Pica, Piotr Boborykine, Charles Vignier, Emile Hennequin, Jules Vallès, Oscar Méténier, Pipitone Federico, Francis Enne, Huysmans et Reis Damaso129. On ignore tout de ce nouveau projet né probablement d’une chimère de Paul Alexis.

  • 130 Alexis à Zola, 12 décembre 1884.
  • 131 Tas d’hommes ! ! !, premier numéro du Trublot, décembre 1884.
  • 132 Félix Fénéon, Nouveaux périodiques, La Revue Indépendante, janvier, février 1884, p. 267.

92Pour faire « honte à ceux de (sa) génération qui ont laissé avorter La Comédie humaine »130, celui-ci était parvenu à produire quatre numéros du Trublot, torchon hebdomadaire à Dédèle, «gueulard et populacier » dont ses confrères se détournèrent pour la plupart, confus de lire leurs noms dans la liste des prétendus collaborateurs. Le premier article, il est vrai, donnait le ton : « Tas de mufles et de mufletons ! Députés ! Académiciens ! Sénateurs ! Normaliens ! Ministres ! Boulevardiers ! Mecs et pantes ! Public des premières ! Faux artistes ! Mauvais acteurs ! Romanciers idéalistes ! Tartuffes de toutes les chapelles ! Cagots et Francs-Maçons ! Abonnés du XIXe siècle ! Proprios ! Vautours ! Escarpes ! Raseurs de la critique ! Banquistes ! Tas de banquiers et de concierges ! Haut et bas crapulo, vous allez voir ! Vous allez voir ! J’ai mon balai ! Méfiez-vous. J’ai ma pelle et mes pincettes ! Vous avez pas fini de rire ! J’ai de la poudre insecticide. Vous allez passer de sales quarts d’heure, tous ! J’fonde un torchon, — un torchon à deux sous, – qui paraîtra chaque semaine. Et pour vous montrer combien j’me fous de vous, histoire de vous avertir et de vous humilier, vous ne savez pas... Tenez ! Regardez-le... Je vous montre mon derrière »131 – Cette prose était signée Dédèle, du nom d’une bonne, poursuivie par le viveur Trublot dans Pot-Bouille. A part Alexis, seul Paul Adam pourrait avoir œuvré dans cette calamiteuse feuille de chou que Félix Fénéon salua cum grano salis : « Tous les délicats lisent dans Le Cri du Peuple les articles où – d’un fer barbelé et si fin – Trublot (Paul Alexis) harcèle les rétrogrades de l’art et des lettres. Le spirituel et déjà célèbre écrivain qui s’embusque derrière ce pseudonyme, a fondé un périodique dont quatre fascicules ont paru, contenant une quarantaine d’articles d’une variété kaléidoscopique et d’un style gracieux»132.

  • 133 Y a-t-il là un souvenir du réquisitoire de l’avocat général Ernest Pinard, au procès de Madame Bov (...)

93Ce goût laborieux de la provocation, on le trouvait déjà dans le premier numéro de La Revue réaliste qu’avaient lancée Raoul Vast et Georges Ricouard, le 5 avril 1879, avec les fonds de l’éditeur Derveaux : « La Revue réaliste est un journal de combat. Une lutte est engagée, qui pourrait être aussi féconde que celle de 1830. Mais la victoire est encore incertaine : il faudra bien qu’elle se décide. Formés en phalanges serrées, nous entrons dans le champ de bataille, au cri de « guerre à l’idéalisme », guerre à tous ceux qui chevauchent sur les Pégases fourbus et les hippogriffes morveux de l’écurie poétique ! Intéresser à l’observation exacte des réalités physiques et morales, à l’étude des choses vécues et non imaginées, tel est notre programme, que nous croyons conforme aux besoins intellectuels du jour. Le réalisme doit avoir raison de l’idéalisme, comme les romantiques ont eu raison des métaphysiciens, les positivistes des psychologues. Nous n’entendons pas employer une autre méthode que la méthode scientifique, c’est-à-dire celle qui s’appuie sur l’observation rigoureuse des faits. Guerre surtout, guerre acharnée aux Tartuffes de lettres ! (..) Ces honnêtes gens poussent des cris de vieille Anglaise effarouchée, quand on leur dépeint une femme qui ôte sa chemise et qu’on leur exhibe une cuisse nue133. Mais parlez-leur d’une «héroïne qui dépouille son dernier voile et dont les charmes rougissants frissonnent à l’appel de l’amour », à la bonne heure ! Voilà qui est littéraire et décent ! (...) Nous pensons qu’on doit faire bonne et prompte justice des euphémismes encore à la mode aujourd’hui, des synonymes saugrenus et des périphrases paillardes. (...) Nous irons notre chemin, et, quand nous rencontrerons un vice, nous le déculotterons au grand jour ». Edouard Rod tenta bien d’enrichir ces opinions, d’élargir les perspectives, mais les naturalistes, dans l’ensemble, restèrent très défiants à l’égard de cette revue. Le feuilleton, Le Monsieur de Lolotte, de Gabriel Lafaille, permettait de prendre la pauvre mesure des ambitions de la rédaction.

  • 134 Céard à Zola, le 13 avril 1879 : « Avez-vous vu ? Les Vast-Ricouard ont fait la chose inespérée ! (...)
  • 135 Revue réaliste, no 2, 12 avril 1879.

94Dès le second numéro, Vast-Ricouard, au grand soulagement de Céard134, prenaient leurs distances avec le naturalisme : « On s’est plu à nous représenter comme les disciples d’une école qui, jusqu’ici ne compte qu’un professeur et peu ou point d’élèves. L’erreur – volontaire ou involontaire – de nos détracteurs est grande. Nous avons la prétention d’être indépendants et de ne marcher à la remorque de personne. Dans la littérature de ces six dernières années, un talent s’est révélé, aussi puissant qu’étroit, pareil à ces colonnes d’eau bouillante qui surgissent tout à coup dans les terrains volcaniques et s’élèvent à de grandes hauteurs. C’est bien. Nous admirons sa force, mais nous croyons peu à sa fécondité. (...) Le Naturalisme est un système ; le Réalisme est une méthode. Que d’autres se complaisent dans l’étude exclusive des laideurs. Sur ce chemin nous ne le (sic) suivrons pas. (...) Nous déclarons ici ne pas accepter la qualification de naturalistes (...) » dont se décorent « les acolytes du grand prêtre », ces « constipés de lettres »135.

  • 136 Ibid., no 4, 26 avril 1879.

95En dépit de cette attaque, la rédaction de La Revue réaliste restait divisée. On le vit bien quand Rod constata : « Je dois dire que pour mon compte personnel, je préfèrerais donner le nom de naturaliste à l’école que nous défendons. Ce terme me semble plus général, plus exact que celui de réaliste, en outre, il a l’avantage d’être aujourd’hui très bien compris par tous les adeptes de la méthode scientifique. (...) Nous voulons un art avant tout contemporain. Nous le voulons basé sur une étude approfondie de l’homme et de la nature, des dispositions morales et des influences physiques, de l’action extérieure et des hérédités naturelles. Surtout, nous le voulons utile ; nous voulons que l’art nous instruise, et partant, qu’il nous moralise : car les deux ne sont qu’un »136.

  • 137 Ibid., no 5, 3 mai 1879.
  • 138 Paul Ginisty, Souvenirs de Journalisme et de Théâtre, p. 32.

96Dès lors, la ligne directrice de la revue devint bien floue et l’on vit Vast-Ricouard, sans souci de palinodie, souligner après la centième de L’Assommoir que le public avait applaudi « au premier succès dramatique remporté par l’école que nous défendons »137. Cette revue cessa de paraître à la douzième livraison, sans que ses collaborateurs aient été rétribués, si l’on en croit Paul Ginisty qui en fut quelque temps le secrétaire de rédaction138.

  • 139 Harry Alis, A nos lecteurs (La Revue Moderne et Naturaliste, 1er janvier 1880).

97La Revue moderne et naturaliste dirigée par Harry Alis était plus ancienne que La Revue réaliste et elle vécut plus longtemps. Hippolyte Percher, qui prit ce pseudonyme, avait l’intention d’offrir une tribune aux débutants : « Nous sommes à une époque où la littérature est presque complètement abandonnée pour l’information et la réclame. Les jeunes écrivains qui ont un peu le souci de leur art ne trouvent aucun débouché, enfermés qu’ils sont dans le triste dilemme posé par Balzac : d’un côté le journalisme, c’est-à-dire le plus souvent la vénalité de la conscience avec l’absence de dignité, – de l’autre, le travail et la pauvreté. Car toutes les puissances, le gouvernement, la presse, les écrivains arrivés, si indulgents et si favorables, lorsqu’il s’agit des comédiens, des peintres, des sculpteurs et des musiciens, sont sans pitié pour les jeunes écrivains »139.

  • 140 Harry Alis, Les Vingt-sept (La Revue Moderne et Naturaliste, 14 décembre 1878).
  • 141 Cette nouvelle fut recueillie sous le titre Les Femmes du Père Lefèvre dans le volume La Fin de Lu (...)
  • 142 Flaubert à Maupassant, 19 février 1880.

98Aidé par les finances d’un imprimeur d’Etampes, Auguste Allien, Harry Alis lança sa revue le 14 décembre 1878 : elle contenait cette vigoureuse profession de foi : « Au rancart, la flamme divine, les amours éternelles, les orphelines ingénues, au rancart tous les vieux clichés ! Vive le naturel, les ouvriers et les bourgeois tels qu’ils sont (...). Nous voulons qu’en parlant des bergers, on ne les représente plus attifés en personnages d’opéra, conduisant avec une houlette enrubannée et un chien bien peigné des moutons à l’eau de senteur. Nous peindrons, nous, les pâtres tels qu’ils sont, avec leurs guenilles et leurs sabots, et s’ils chantent l’amour, ce sera un chant d’amour brutal (...). L’écrivain naturaliste, c’est celui qui peint des choses et des faits conformes aux lois de la nature, à la raison, à l’usage commun »140. Enfin Harry Alis en appelait à une alliance des réalistes et des naturalistes qui, à ses yeux, poursuivaient « la même carrière : la destruction du convenu dans les arts et la littérature ». Les ouvertures que l’un des secrétaires de rédaction, l’«hydropathe» Emile Goudeau, fit aux naturalistes, n’eurent guère de succès, sans doute parce que cette revue n’avait pas une politique d’édition claire. La présence, d’ailleurs irrégulière de Vast-Ricouard, et surtout du jeune Félicien Champsaur, ondoyant arriviste, à la rédaction, n’était pas vraiment propre à les encourager à y entrer. Paul Alexis y plaça pourtant une nouvelle, Les Femmes de Monsieur Lefèvre141. Huysmans y publia des Symphonies parisiennes. Quant à Maupassant, il confia à son ami Harry Alis un poème, Une Fille, déjà paru dans La République des Lettres, qui attira l’attention du Parquet d’Etampes. L’affaire, qui visait également une nouvelle de Defentry Wright (Minturn) intitulée Adnia, n’était en vérité qu’un prétexte destiné à abattre l’éditeur Auguste Allien. Celui-ci possédait, en effet, outre La Revue moderne et naturaliste, le journal d’insertions judiciaires et légales de l’arrondissement, L’Abeille, dont il avait également confié la responsabilité à Harry Alis. Il en fit une feuille ardemment républicaine qui irrita plus d’une fois les cléricaux de la ville. Leur cabale, cependant, échoua lorsque Flaubert, volant au secours de son disciple, accepta que la lettre qu’il lui avait adressée fût publiée dans Le Gaulois du 21 février 1880 : « Prévenu « pour outrage aux mœurs et à la morale publique », deux aimables synonymes, qui font deux chefs d’accusation. Moi, j’avais à mon compte un troisième outrage : « Et à la morale religieuse », quand j’ai comparu devant la huitième Chambre avec Madame Bovary. Procès qui m’a fait une réclame gigantesque et à laquelle j’attribue les trois quarts de mon succès. Bref, je n’y comprends goutte ! Es-tu la victime d’une vengeance personnelle ? Il y a là-dessous quelque chose d’inexplicable. Sont-ils payés pour démonétiser la République en faisant pleuvoir dessus le mépris et le ridicule ? Je le crois »142. Le non-lieu fut prononcé et la revue survécut jusqu’au mois d’octobre 1880, sans avoir attiré les signatures qui eussent pu la sauver.

  • 143 Céard à Zola, 8 août 1881.
  • 144 Céard à Zola, 15 août 1881.

99L’année suivante, pendant l’été 1881, la direction de La Revue littéraire et artistique, que l’on appelait « La Revue verte » se déclara prête à mettre son « journal tout à la disposition du naturalisme »143. Jean de la Leude (pseudonyme de Georges Lieussou) et Edmond Deschaumes qui la dirigeaient n’avaient pas toujours manifesté cet enthousiasme à l’égard du mouvement auquel ils prétendaient ainsi se rallier, mais ils avaient pu constater que leur intérêt bien compris allait dans ce sens : « Les articles qu’ils insèrent ont plus de succès quand ils sont à l’avant-garde, et c’est un des motifs qui a déterminé l’évolution vers le naturalisme »144. Il restait, après avoir battu le rappel de Céard, Alexis, Maupassant, Daudet et Rod, à décider Zola qui se laissa convaincre d’y publier deux nouvelles et deux études sur le théâtre avant que la revue ne sombrât le 8 avril 1882.

  • 145 Voir Charles Beuchat, La Revue contemporaine, (1885-1886). Thèse complémentaire pour le doctorat è (...)
  • 146 Trublot, Une Revue de vieux (Le Cri du Peuple, 29 janvier 1885).
  • 147 Huysmans à Arij Prins, s.d. (août 1885).

100Un des collaborateurs de la « Revue verte », Edouard Rod, assistait ainsi à un nouveau naufrage : il avait connu auparavant celui de La Revue réaliste et celui de Jeune France. Il fonda pourtant un nouveau périodique, La Revue contemporaine, littéraire, politique et philosophique145, un mensuel dont le premier numéro parut en janvier 1885, grâce à la collaboration d’Adrien Remade. La rédaction lança ses sergents recruteurs et annonça même la publication d’œuvres qui ne devaient jamais voir le jour. Alexis accueillit le premier numéro avec une grande défiance : « La liste des collaborateurs ? Une marmelade ! Il y en a de toutes les sauces, pour tous les goûts. Et au milieu, les noms d’Edmond de Concourt, de Zola et de Huysmans se trouvent comme dépaysés »146. A Arij Prins qui lui demandait des renseignements sur un de ses romans annoncé par le mensuel, Huysmans répondit : « Il n’est même pas commencé, et très certainement, ladite Revue sera morte avant que les premiers chapitres ne soient faits »147. Les assises du périodique étaient plus solides que ne le pensait Huysmans, mais, tout en s’ouvrant à des tentatives originales, aux littératures slaves, il se démarqua assez tôt du naturalisme dont il continua cependant à suivre et à commenter les manifestations. A la fin de 1885, Rod, appelé à l’Université de Genève pour y enseigner la littérature comparée, dut abandonner la direction. La revue disparut avec le numéro d’août-septembre 1886 et ses collaborateurs rejoignirent pour la plupart La Revue indépendante qui renaissait de ses cendres.

  • 148 Cité par Pierre Lambert dans J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Edmond de Goncourt, Nizet, 1956, p (...)
  • 149 Article anonyme, Matérialisme (Revue indépendante, no 1, 1er mai 1884, p.4).

101Fondée en mai 1884, celle-ci avait d’abord offert une tribune régulière aux naturalistes. C’est bien à tort, en effet, que l’on associe uniquement ce périodique à l’histoire du symbolisme. Son rédacteur en chef, Félix Fénéon, chercha d’abord à recruter les alliés ou les pairs de Zola. Le 15 avril 1884, il écrivait à Edmond de Goncourt dont il souhaitait la collaboration qu’il se trouverait en « pays ami148, – avec MM. J.-K. Huysmans, L. Desprez, Léon Hennique, Henry Céard, Joseph Caraguel, Adrien Remacle, Emile Hennequin, Camille Lemonnier (...) Robert Caze... ». Edouard Rod, Harry Alis, Oscar Méténier, Paul Alexis, Paul Bonnetain devaient également participer à la rédaction de cette revue qui redonna aux naturalistes les espoirs qu’avait fait naître La Comédie humaine. Dès le premier numéro, la rédaction affichait ses sympathies pour le mouvement et sa tendance au matérialisme : « Le matérialisme arrache Dieu de la nature. (...) Ne fixant aucune limite à l’évolution du cerveau humain, il ouvre à l’homme d’infinis horizons ; il le met face à face avec la nature ; il l’oblige à chercher dans l’expérience et dans la raison la solution des problèmes posés devant lui »149.

  • 150 Robert Caze à Arij Prins, 16 juillet 1885, Nederlands Letterkundig Museum en Documentatiecentrum.
  • 151 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, pp. 202-203. Cinq signataires des Soirées de Médan ? S’agit (...)

102Au bout d’un an, cependant, la revue cessa de paraître. Son fondateur Georges Chevrier, qui en était également le bailleur de fonds et le directeur-gérant avait manifesté le désir de « la transformer en un périodique politique intitulé L’Evolution sociale »150, et cette métamorphose n’avait séduit aucun de ses collaborateurs. Quand une nouvelle série naquit à partir du mois de novembre 1886, Edouard Dujardin, le créateur de La Revue wagnérienne, et Gustave Kahn en modifièrent l’orientation sans manifester, d’ailleurs, de franche hostilité aux naturalistes. Les symbolistes dominent effectivement la revue pendant cette seconde période, « mais, comme le constate Gustave Guiches, à côté de ces poètes symbolistes, la Revue fait une large place à la pléiade de prosateurs nés du naturalisme et de qui les livres déjà notoires ont dégagé la personnalité. Ce sont, plus particulièrement rapprochés les uns des autres, par leurs idées, leur sympathie et leurs goûts, Gustave Geffroy, Jean Ajalbert, Paul Bonnetain, J.-H Rosny, Lucien Descaves, Paul Margueritte et moi, de qui la camaraderie littéraire groupe déjà les cinq noms comme les cadets immédiats des cinq noms signataires des Soirées de Médan »151. Désormais, en tout cas, les naturalistes ne se taillaient plus dans la revue la part du lion. Les symbolistes, à leur tour, allaient se trouver évincés, on s’acharna sur leur « fiasco ». En juillet 1890, parut un avis « au public » qui soulignait que le périodique ne serait plus « d’aucune école ». Albert Savine, qui en était désormais l’éditeur, ne souhaitait certes pas éloigner des écrivains dont il restait d’ailleurs un actif soutien, mais une large ouverture pouvait seule pallier à ses yeux les risques de sclérose. Rosny devint quelque temps le critique littéraire attitré de la revue, mais, en fait, la politique menée se fit de plus en plus confuse sous la houlette du rédacteur en chef François de Nion : en juillet 1891, il composa une équipe permanente de collaborateurs qui fut incapable de redonner un souffle au périodique.

  • 152 Céard à Théo Hannon. Arsenal, Ms. 15060/396.

103A aucun moment, les naturalistes ne disposèrent donc d’un organe capable de répandre leurs points de vue et d’aider à l’union. Tour à tour, tel ou tel journal, telle ou telle revue, leur servit de tribune au gré des sympathies ou des calculs. La déploration de Céard, condamné à fournir de la copie à L’Express, pourrait être reprise par beaucoup d’écrivains : « Moi, j’en suis réduit à peiner dans un journal complaisant, mais aussi obscur que timoré où ce qu’on me tolère est bien minime et où il n’y a pas le moindre moyen de « naturaliser» à son aise. J’y gagne quelques maigres sous, mais j’ai l’ennui de n’y pouvoir livrer aucune bataille et de ne pouvoir davantage organiser une défense »152. L’échec de La Comédie humaine avait été pour certains une vraie douleur, mais les éditeurs qui auraient pu aventurer leurs finances dans une entreprise journalistique vouée à la défense et à l’illustration du naturalisme, firent cruellement défaut. Cette carence entraîna de lourdes conséquences : des écrivains qui partageaient les mêmes idées restèrent éloignés les uns des autres, faute de pouvoir confronter leurs points de vue. Condamnés à se réfugier dans des revues à faible tirage, ils vécurent parfois les pauvres combats des chapelles et des groupements insignifiants et éphémères. Le seul avantage de cette situation fut évidemment qu’aucun groupe politique ne put longtemps se targuer d’avoir domestiqué des écrivains plus soucieux de se faire entendre que de se rallier.

  • 153 Zola à Jules Troubat, 5 novembre 1881.

104La direction intellectuelle d’un journal eût certainement coûté beaucoup de temps à Zola enclin, en l’occurrence, à pousser en avant ses proches. Le journalisme auquel il s’était si ardemment mêlé dans des périodiques où il ne se sentait pas toujours à l’aise l’avait amené à disperser ses forces : « J’ai quitté la presse et j’espère n’y point rentrer. Dans les derniers temps, j’ai senti que je m’encanaillais. En somme, je me suis assez battu, que d’autres me remplacent. Moi, je vais tâcher de créer »153.

105Cette décision mettait un terme à la seconde période de la vie journalistique du naturalisme : avant 1880 avaient fleuri des revues créées par des épigones qui avaient senti le vent ou des alliés sincères d’un trop mince prestige, que les maîtres ne rejoignaient qu’avec réticence ; puis s’était fait jour la volonté militante d’avoir un organe tout entier à la disposition d’une cause. L’échec de ce rêve fut consommé en 1882. A cette date, certes, les jeux ne sont pas faits, mais l’union s’est révélée impossible autour d’un but commun. Il y aura encore un « mouvement » naturaliste, mais il devient difficile de parler d’un « groupe ». Après 1882, s’ouvre le temps des occasions ponctuelles qui ne déboucheront jamais sur un projet cohérent.

C. Les éditeurs

  • 154 Zola, Auteurs et éditeurs (Le Figaro, 13 juin 1896. Nouvelle Campagne, O.C. t. 14, p. 806).

106En 1896, un procès opposa Paul Bourget à son éditeur, Alphonse Lemerre, qui avait coutume de conserver le secret sur la gestion commerciale de son affaire. Zola s’étonna qu’en la circonstance le bâtonnier de l’ordre des avocats, Maître Pouillet, qui défendait l’éditeur, ait osé s’en prendre à Bourget pour lui reprocher une curiosité bien légitime à l’égard de la vente des volumes signés de son nom. Il s’était en effet écrié : « O La Fontaine ! ô grands hommes du dix-septième siècle, qui n’aviez point d’argent ! ô pauvre Corneille, qui n’aviez qu’une paire de souliers et qui attendiez, pieds nus, quelquefois, qu’on l’eût raccommodée ! Combien vous étiez loin des hommes d’aujourd’hui ! »154 Zola commenta ainsi cette apostrophe : « C’est bien vrai cela, ô grands hommes qui vous laissiez exploiter ! Qu’il est donc désastreux, aujourd’hui, que vous ne soyez plus là, pour qu’un éditeur vous exploite encore ! ».Les naturalistes n’ont pas connu de semblables mésaventures, mais on ne saurait évoquer leur stratégie commerciale sans parler de leurs éditeurs qui ont évidemment pesé sur l’évolution du mouvement par le choix des auteurs qu’ils accueillaient, la diffusion de leurs œuvres et la réclame faite autour de leurs noms.

Georges Charpentier

  • 155 Paul Alexis, Emile Zola, Notes d’un ami, p. 89.
  • 156 Edouard Rod, A propos de L’Assommoir, pp. 14-15.

107On connaît surtout Georges Charpentier dont les volumes à couverture jaune, plusieurs fois représentés dans des natures mortes par Van Gogh qui en était un grand lecteur, semblent à eux seuls symboliser l’ensemble du naturalisme. Ce fut en effet l’éditeur heureux de Zola : il sut traiter avec lui au moment de la publication du Ventre de Paris. Les deux premiers volumes du cycle des Rougon Macquart avaient paru à la Librairie Internationale de Lacroix et Verbœckhoven qui fit faillite en 1872. Certains prétendirent que cette déconfiture était la conséquence des exigences financières de Victor Hugo qui avait confié à Lacroix Les Misérables, William Shakespeare, Les Travailleurs de la mer, Les Chansons des rues et des bois et L’Homme qui rit, d’autres estiment avec plus de vraisemblance que cette banqueroute fut la conséquence d’une spéculation malheureuse de l’éditeur qui avait acheté des terrains près de Dinan. C’est après ce naufrage, en tout cas, que Charpentier, qui venait de succéder à son père, accueillit Zola en lui proposant d’éditer deux romans par an contre une rémunération mensuelle de cinq cents francs, Charpentier ayant le droit de publier les œuvres « dans les journaux, en volumes,(de) faire traduire et cela pendant dix ans »155. Dans le même temps, il achetait à Albert Lacroix l’autorisation de rééditer La Fortune des Rougon et La Curée. Ce premier contrat passé avec l’éditeur procure un avantage à Zola : il est sûr désormais d’avoir des revenus réguliers. Edouard Rod constate cependant dès 1879 que « cet auteur que l’on accuse de vénalité engageait son avenir, auquel il avait foi, pour dix longues années, et sacrifiait la propriété d’œuvres dont le rapport pouvait être considérable, dans le seul but de pouvoir travailler librement ! Nul doute que la question de vente ne l’ait préoccupé.(...) Mais les conditions peu avantageuses qu’il acceptait prouvent bien que son but en écrivant ses romans, était bien plus de satisfaire à ses goûts de travailleur, à ses besoins d’artiste, que de gagner beaucoup d’argent »156.

  • 157 Dreyfous, Ce qu’il me reste à dire, p. 286.
  • 158 Ibid., pp. 287-288.

108« Conditions peu avantageuses », écrit Rod. Selon Maurice Dreyfous qui fut l’associé de Georges Charpentier jusqu’en mai 1877, avant de se mettre à son compte, ce furent pourtant celles mêmes que Zola souhaitait. Il nous rapporte ses propos avant la signature du contrat : « Vous me demandez ce que je puis désirer. Eh bien, ce que je désirerais est chimérique. J’ai été pendant des années secrétaire de Louis Hachette, je sais donc ce qui se peut, et ce qui ne se peut pas en matière d’édition ; or, ce que je vous demanderais est l’impossible absolu (...). Je voudrais continuer mon œuvre tranquillement et, pour cela, être assuré de toucher chaque mois une somme fixe qui donnerait à ma mère, à ma femme et à moi-même, la certitude du pain quotidien »157. Ce traité qui nous semble peu avantageux pour le romancier est néanmoins présenté comme « une belle folie » par Dreyfous « étant donné l’état de (leurs) finances à (leurs) débuts »158 : en tout état de cause, Zola qui devient une manière de salarié découvre ainsi une sécurité dont jouirent alors peu d’écrivains.

  • 159 Emile Bergerat, Souvenirs d’un enfant de Paris, – les années de bohème – (Charpentier-Fasquelle, 1 (...)
  • 160 Dreyfous, op. cit., p. 297.

109Emile Bergerat prétend que c’est Théophile Gautier, alors proche de sa fin, qui décida Charpentier et Dreyfous à accepter un traité qui leur semblait assez aventureux : « Marchez, avait-il dit, l’affaire est sûre ». Il avait été vivement frappé par le jeune romancier qu’il avait rencontré : « Il ne tient pas encore son style, qui est enchevêtré et plein de lianes, mais c’est un Maître qui nous vient, avec son Z fatidique, comme Z. Marcas et Balzac lui-même »159. Zola pourtant ne put respecter exactement les termes du contrat : « Malgré son acharnement au travail, il ne parvenait pas à nous remettre les deux manuscrits qu’il avait promis de nous livrer chaque année, observe Dreyfous. Nous étions obligés de calmer le remords qu’il avait de ne pouvoir tenir l’engagement qu’il avait pris »160.

  • 161 Zola, Auteurs et éditeurs, art. cit. p. 804. Voir sur ce point, Trente années d’amitié, Lettres de (...)

110Il fallut attendre le 18 mai 1877 pour que le contrat primitif fût révisé : désormais Zola eut droit à un pourcentage de cinquante centimes par exemplaire vendu, soit le septième « du prix annoncé au public ». Plus tard, ce pourcentage fut élevé à soixante centimes, et enfin, à partir du mois de novembre 1892, à soixante-quinze centimes. Ce tarif ne s’appliquait qu’à la série des Rougon-Macquart, puis à celle des Trois Villes : les autres volumes (critique, nouvelles, théâtre...) ne lui rapportèrent jamais que cinquante centimes par volume vendu. En révisant ainsi le contrat du 22 juillet 1872, Charpentier faisait certes preuve d’honnêteté, puisque ce premier traité avait été passé pour dix ans. En fait, on peut également considérer que, désormais rassuré sur les succès futurs de son auteur, il était inquiet de le voir le quitter au terme d’une association que Zola eût été en droit de juger fort défavorable pour lui. Bien plus, si ce nouveau contrat lui assure des revenus très importants, force est de constater que l’écrivain aurait pu obtenir des sommes bien plus considérables chez d’autres éditeurs : qu’on se souvienne de l’âpreté de Maupassant exigeant un franc par volume vendu à partir du troisième mille ! Si Zola renouvelle par la suite régulièrement son association avec Charpentier, c’est sans doute à cause de l’amitié qui le lie à son éditeur : « Je suis depuis bientôt vingt-cinq ans l’ami tendre et inébranlable de mon éditeur, auquel, pendant ce quart de siècle, je n’ai jamais demandé un compte », écrira-t-il en 1896161. C’est aussi à cause de la manière satisfaisante dont son œuvre était diffusée.

  • 162 Abel Hermant, Souvenirs de la vie mondaine, Plon, 1935, p. 124.
  • 163 Emile Bergerat, Souvenirs d’un enfant de Paris, pp. 66-67.
  • 164 Dreyfous, op. cit., p. 177.
  • 165 Maupassant, Souvenirs d’un an. Un après-midi chez Gustave Flaubert (Le Gaulois, 23 août 1880).

111Georges Charpentier, élégant et mondain, n’eut pas, pourtant, dès sa jeunesse, de forts penchants pour son futur métier. Sur ce point, il semble bien que des dissensions l’opposèrent à Gervais, son père, et même qu’elles n’aient point été rares. Celui-ci avait, il est vrai, la réputation d’un homme quinteux. Abel Hermant rapporte que l’escaher de la librairie avait sa légende : « Le père Charpentier qui disputait à Buloz le titre de plus mauvais caractère de Paris, y avait eu jadis des séances de pugilat avec Balzac et l’avait une fois envoyé rouler jusqu’en bas. Je ne garantis rien »162. Georges en tout cas, ne se laissait guère impressionner par l’ire paternelle. Emile Bergerat nous a laissé le portrait d’un jeune homme désinvolte et cocasse : alors qu’il souhaitait collaborer à La Revue Nationale que Gervais Charpentier avait fondée, il se présenta à Georges en compagnie de Déroulède : « Mon noble père est avec un raseur, déclara le jeune Charpentier. Qu’y a-t-il pour votre service ? (...) Collaborer à la Revue ? Quelle drôle d’idée. Papa ne paye pas, d’abord, ou à peine, et ensuite, elle est « crevante ». Mais enfin si vous y tenez, il y a un moyen, et il est sûr. Attendez patiemment mon « daron », et démolissez-lui George Sand : il ne lui pardonne pas d’avoir cocufié Musset, à Venise »163. Bergerat et Charpentier avaient pratiquement le même âge : Bergerat était né en 1845, et Georges Charpentier en 1846. Que Bergerat s’obstine à présenter son vieil ami « Zizi » (son zézaiement lui avait valu ce surnom), comme un « grand enfant » n’en est pas moins révélateur de la réputation de légèreté que s’était acquise le futur éditeur, « indolent et je m’en fichiste », selon son associé également164. En 1880, Maupassant en trace ce portrait : « Il est mince et joli garçon, avec un menton légèrement pointu, nuancé de bleu par une barbe drue et soigneusement rasée. Très élégant, créé pour le mot sympathique, à moins que le mot n’ait été inventé pour lui. (...) Il sourit sans cesse, en joyeux sceptique, fait semblant d’écouter, promet tout ce qu’on veut, accepte un volume qu’il n’éditera pas, suit ce qu’on dit... à l’autre bout du salon ; puis s’assied, fumant un cigare qui l’absorbe bientôt tout entier »165.

  • 166 Selon Dreyfous, une calomniatrice aurait fait croire « à Gervais Charpentier que Georges n’était p (...)

112Les témoignages amicaux et familiaux attestent que son père le mit proprement à la porte alors qu’il avait dix-huit ans166 : tout en rédigeant des faits-divers pour Le Journal des Débats, il continua à mener une existence de bohème dorée et à fréquenter assidûment les salons. C’est dans l’un d’eux qu’il rencontra la fille du joaillier de la couronne Marguerite Lemonnier, issue d’une très riche famille et alliée de surcroît à deux lignées d’imprimeurs, les Jombert et les Firmin-Didot.

  • 167 Bergerat, op. cit., p. 74.

113Georges Charpentier n’avait pas alors de situation : « Est-ce de ma faute si on m’a élevé à ne rien faire de mes dix pinces et pour enfiler, au temps voulu, des braies dorées d’éditeur ! »167. Il ne pouvait donc espérer s’imposer aux parents de Marguerite. Michel Robida, son petit-neveu, et son ami Bergerat prétendent que c’est la représentation d’un acte de Georges au Théâtre Cluny qui permit la réconciliation du père et du fils. Toujours est-il qu’à sa mort, le 14 juillet 1871, Gervais Charpentier laissait à son indocile rejeton, qui put alors se marier, sa maison d’édition.

  • 168 Dreyfous, op. cit., p. 282.
  • 169 Ibid., pp. 284-285.

114A en croire Maurice Dreyfous, Georges Charpentier «connaissait fort bien les œuvres de Zola, et lorsque nous nous préoccupions de raviver la maison dont nous venions de prendre possession, il était naturel que l’œuvre de Zola fût l’une de celles à qui nous devions penser tout d’abord »168. Selon la même source, l’écrivain, lors de la déconfiture de Lacroix « avait tenté de placer son œuvre chez d’autres éditeurs et notamment chez Michel Lévy. Partout, il avait essuyé des refus plus ou moins courtois. Il était las de tous ces déboires qui confinaient à l’humiliation »169.

  • 170 C’est le titre de l’acte créé par le Théâtre Cluny le 21 juin 1870.
  • 171 Bergerat, op. cit., p. 288.

115De son côté, le jeune éditeur commençait à prendre le sens des responsabilités : « Le début de Georges Charpentier dans l’édition et le commerce du livre aurait pu fournir à Balzac un chapitre de son Birotteau, raconte Emile Bergerat. Rien de plus psychologique que la transformation de ce grand enfant en notable. C’est à y assister que je compris le jeu de carambolage de la vie et le peu de gravité des choses dites si drôlement « sérieuses ». Assurément, l’auteur de La Folie persécutrice170 était propre à l’industrie dont son père avait voulu l’écarter. Il l’a prouvé en ralliant à sa maison tous, ou à peu près tous les bons écrivains de sa période, et le bon chien chasse de race. Mais pour l’y préparer, la nature ne s’était pas, comme on dit, foulé la rate, et ce fut bien, selon Taine et Darwin, le milieu ici qui détermina le type »171.

116Charpentier, au seuil de sa carrière, montra un esprit conquérant : il envoya Maurice Dreyfous auprès de Zola dès qu’il connut la banqueroute de Lacroix et les recherches vaines du romancier, et il s’en fut lui-même trouver Flaubert qui, après sa rupture avec Michel Lévy, lui confia le soin d’éditer Salammbô. Son entregent devint vite considérable : le salon des Charpentier au 28 quai du Louvre, puis, à partir de 1875, au 11 de la rue de Grenelle, accueillit toutes les personnalités en vue, écrivains, peintres ou hommes politiques. La finesse, les qualités mondaines de Marguerite Charpentier contribuèrent largement au succès de ces réunions.

  • 172 Céard à Zola, 28 février 1879.
  • 173 Cinq éditions parurent de 1879 à 1880.

117Mais l’éditeur, en dépit de ses succès, restait cependant prudent à l’égard des écrivains du groupe de Médan qu’il avait su accueillir. Il ne put retenir Maupassant dont, sur le conseil de Flaubert il avait publié Des Vers, Léon Hennique et Huysmans l’abandonnèrent au profit de Pierre-Victor Stock à la fin de 1885. Il semble que le dynamisme de Charpentier, sa volonté de donner la plus large audience possible à leurs œuvres, se soient refroidis ou du moins qu’ils l’aient cru. On ne trouve plus trace à cette date de la combativité commerciale dont Céard avait parlé à Zola lors de la publication des Sœurs Vatard : « Le placier a l’air d’avoir fort convenablement fonctionné : j’ai vu des exemplaires dans toutes les vitrines à livres depuis le boulevard Beaumarchais jusqu’à l’Opéra »172. L’édition fut d’ailleurs épuisée en quelques jours et fut ensuite retirée à plusieurs reprises173. Le nombre d’exemplaires vendus ne fut donc pas négligeable, compte tenu de la faible notoriété de cet auteur presque débutant. Le même phénomène se reproduisit lors de la publication d’En Ménage. Huysmans avait des lecteurs peu nombreux, fidèles cependant, mais ce public, alors, ne s’élargissait pas comme le prouve la diffusion d'A Rebours. Léon Hennique, quant à lui, produisait peu et la vente de ses livres demeurait faible. Charpentier qui avait pris la mesure du succès potentiel de ces deux auteurs ne se mettait plus en frais pour leur assurer une publicité importante.

  • 174 Dreyfous, op. cit., p. 303.

118Malgré cette politique d’édition prudente, il connut à plusieurs reprises de grandes difficultés qui entamèrent parfois la confiance que certains romanciers avaient en lui. Les réussites considérables de Zola ne permettaient pas toujours de renflouer les caisses vidées par une gestion moins rigoureuse qu’il n’eût fallu. Selon Dreyfous, le succès de L’Assommoir arriva « juste à temps pour tirer notre affaire d’une situation pour le moins inquiétante »174. En 1883, la maison est si « branlante » d’après Goncourt que des pourparlers sont engagés avec Calmann-Lévy. Lourdement endetté, Charpentier songe à transformer sa librairie en une société anonyme dont il posséderait la moitié des actions. Les négociations bientôt enlisées reprennent ensuite avec Lucien Marpon, un libraire particulièrement entreprenant qui jouait déjà un rôle actif dans la diffusion des volumes produits par Charpentier. Celui-ci, au bout du compte, préféra couvrir ses dettes en vendant certaines de ses propriétés. De telles menaces influencèrent, bien sûr, défavorablement les auteurs aux tirages plus modestes que ceux de Zola, qui faisaient les frais de ces perturbations.

  • 175 Charpentier à Concourt, 22 septembre 1886 (B.N., naf 22456 fo 411).
  • 176 Charpentier se retira définitivement des affaires en juillet 1896, laissant la direction à Fasquel (...)

119Charpentier, dans ces passages difficiles, misait évidemment sur les romanciers dont les ventes étaient sûres et avait tendance à négliger de « pousser » les romans délicats à lancer. Goncourt le lui reprochait régulièrement comme en témoigne cette lettre fort lasse de l’éditeur : « Chaque fois que vous me donnez un manuscrit, c’est la même correspondance aigre que vous jugez à propos de m’adresser. J’ai beau y être fait, je ne trouve pas cela pourtant très agréable. Sérieusement, je vous jure que ce n’est pas ma faute si vos livres ne se vendent pas autant que vous le désirez et que je le voudrais »175. Il est certes difficile de trancher entre l’éditeur et l’auteur qui, trop facilement peut invoquer en cas de mévente la médiocrité de la distribution ou les faiblesses de la publicité. Force est de reconnaître, cependant que seule la fidélité amicale de Zola permet de considérer Charpentier comme le grand éditeur naturaliste : rien ne prouve, en effet, qu’il ait déployé beaucoup d’ardeur pour se concilier des écrivains dont le succès était moins assuré, ni même qu’il ait eu l’ambition de soutenir le mouvement. Certains de ses concurrents se montrèrent à cet égard bien plus clairs dans leur politique d’édition176.

Pierre-Victor Stock

  • 177 Alexis à Zola, 1er janvier 1886.
  • 178 Cité par Michel Robida, Le Salon Charpentier et les Impressionnistes (la Bibliothèque des Arts, 19 (...)

120En quittant son précédent éditeur, Huysmans passa un contrat de dix ans avec Pierre-Victor Stock, un jeune homme qui avait, certes, moins de moyens financiers pour assurer la publicité des volumes de son catalogue, mais qui manifestait avec une certaine âpreté le désir de recruter les écrivains du groupe de Médan. A Paul Alexis qui lui proposait un manuscrit fait de son propre aveu de chroniques « retapées », Stock déclara sans ambages : « Je trouve cette affaire comme mauvaise, commercialement. Mais, ainsi que deux de vos amis, signez-moi un traité de dix ans, vous engageant à ne rien publier ailleurs, et j’envoie immédiatement Le Petit Village à l’imprimeur (...) et je m’engage à publier tout ce que vous voudrez, à dix sous au lieu de huit le volume de trois francs cinquante. (...) Mon idée est d’avoir les cinq du groupe de Médan, et complètement »177. Stock ne pouvait ignorer qu’il n’avait aucune chance de parvenir à ses fins, mais il sut profiter des dissensions entre auteurs et éditeurs et des faiblesses de Charpentier, devenu à l’évidence moins actif, plus indifférent que par le passé. Abel Hermant qui fut quelque temps le gendre de ce dernier, le décrit ainsi : « Un homme charmant et désabusé, déjà triste de vieillir, à quarante-trois ans. Il se méfiait de la destinée, non qu’elle l’eût malmené plus que de raison, mais elle l’avait doucement forcé de suivre une route qui n’était pas celle qu’il eût choisie. Il doutait en général du succès de ses entreprises ; le succès n’aime pas que l’on doute de lui »178.

  • 179 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 2 novembre 1891).
  • 180 Après le rachat de sa maison par Maurice Delamain et Jacques Boutelleau (Chardonne), on put voir S (...)

121La personnalité de Stock était bien différente : il était devenu l’associé de sa tante, la veuve Tresse, en 1885. (Son oncle Joseph était mort en 1877, à vingt-et-un ans). Il ne tarda guère à modifier les buts d’une maison plus que centenaire, l’antique librairie de Jean-Nicolas Barba, pratiquement spécialisée dans l’édition des brochures de théâtre et des livrets d’opéra. Stock était un esprit actif, moderne, parfois brouillon, qui s’entichait volontiers des modes. Ce sportif, « flambeur » par foucades, côtoyait souvent la faillite, malgré la faible étendue de son champ d’action : il ne publia pendant longtemps pas plus de « quinze à vingt volumes par an »179 auxquels il n’assurait pas toujours, à en croire Huysmans un « lançage » suffisant. Celui-ci le tient pour un honnête homme, même si sa correspondance traduit à son égard de constants changements d’humeur, en particulier, il est vrai, lorsque Stock laisse sur les tables de jeu des sommes que ses auteurs auraient dû recevoir. Le poker aura d’ailleurs une large part à sa ruine180. L’éditeur qui sera un ardent dreyfusard, affiche des opinions de gauche et même d’extrême-gauche : il crée pour la propagande de ses idées une « bibliothèque socialiste-anarchiste» avec des collaborateurs du journal La Révolte. Dans le même temps, il ne néglige pas d’ouvrir sa maison à des auteurs étrangers dans sa fameuse « bibliothèque cosmopolite ». Son courage a cependant des limites : il hésite, puis renonce à faire paraître Le Désespéré de Léon Bloy ou Les Pharisiens de Georges Darien, romans dont il a quelques raisons de penser, il est vrai, qu’ils peuvent mécontenter une large partie de la critique à cause des nombreuses attaques d’hommes de lettres qui y figurent. Ses relations avec ces deux écrivains sont d’ailleurs tendues, voire périlleuses, puisqu’en certaines périodes de désaccord, Darien lui adresse de véritables menaces de mort !

122Cet ambitieux éditeur qui rêvait, on l’a vu, de publier les auteurs du groupe de Médan, ne réussit à traiter qu’avec Huysmans et Hennique. Il parvint également à rallier à sa maison Lucien Descaves. Deux autres naturalistes qu’il publia connurent des sorts tragiques : Louis Desprez, dont il avait édité L’Evolution naturaliste, mourut à vingt-quatre ans le 6 décembre 1885, quelques mois après l’emprisonnement que lui avait valu la publication d'Autour d’un Clocher, et Robert Caze, le 28 mars 1886, à la suite d’un duel avec Charles Vignier. Stock avait eu plus que de l’estime pour ces deux écrivains qu’il a évoqués dans son Mémorandum d’un éditeur : tous deux, plus d’une fois, l’avaient conseillé non sans finesse. La perte de ces conseillers éditoriaux fut particulièrement funeste.

Henry Kistemaeckers

  • 181 Voir Deffoux et Zavie, Le Groupe de Médan (Payot, 1920), Colette De Cruye naere-Baudet, Henry Kist (...)

123Les œuvres de Descaves, Desprez et Caze avaient auparavant été éditées, comme celles de nombreux romanciers naturalistes, par le belge Kistemaeckers, un personnage souvent fort calomnié181. Cet ancien commissaire-comptable de la Compagnie générale de navigation de Londres avait débuté dans l’édition en accueillant les œuvres d’anciens communards en exil, Benoît Malon, lourde, Arthur Arnould, Lissagaray, Paschal Grousset... C’était pour ce socialiste un acte dans le droit fil du soutien qu’il accordait libéralement aux réfugiés. C’est dans ces cercles de publicistes qu’il apprit à connaître deux écrivains qui le déterminèrent à publier des œuvres littéraires : Léon Cladel, solide militant de l’amnistie, et Hector France qui avait été plus directement mêlé à la Commune. Les premiers volumes de romans et nouvelles que publia Kistemaeckers étaient tous l’œuvre d’écrivains qui partageaient ses vues républicaines et anticléricales et tout naturellement l’intérêt de l’éditeur se porta sur les naturalistes : une collection intitulée la Petite Bibliothèque socialiste n’avait pas obtenu en effet le succès qu’il escomptait. Son ardeur militante allait trouver avec le naturalisme un nouveau champ pour s’exprimer.

  • 182 Trublot (Alexis), Le Cri du Peuple, 22 mai 1884.
  • 183 Louis Desprez, Pour la liberté d’écrire, p. 44.
  • 184 En Belgique, on le nommait parfois le « fabricant de cercueils », surnom qui n’avait aucune portée (...)
  • 185 Huysmans, cité par Deffoux et Zavie, op. cit., pp. 200-201.
  • 186 Huysmans à Descaves, s.d. (février 1883), Arsenal, Fonds Lambert.

124Son entreprise prospéra vite : en effet, pour renflouer les éventuels déficits de sa maison, il avait racheté une collection de «curiosa» publiée par un ancien proscrit de 1848, réfugié en Belgique, Rozez. Si cette décision conduisit l’éditeur au succès, elle créa aussi autour de lui une fâcheuse réputation. Il n’est pourtant pas niable que la pornographie qui fit son succès permit à Kistemaeckers de mener une politique d’édition très originale : « Ce corsaire, ce forban, cet écumeur de la librairie » était aussi, selon Alexis, « un artiste et un homme de goût » qui accueillait volontiers les premiers essais des jeunes romanciers : « Lorsque, devant un manuscrit apporté par un jeune, la plupart de ses collègues restent aussi bêtes qu’un directeur de théâtre devant une pièce d’inconnu, lui, avec un flair merveilleux, découvre si le jeune est quelqu’un, si le jeune a quelque chose dans le ventre »182. Louis Desprez, au procès d'Autour d’un Clocher, déclara qu’il avait « su devenir le Lemerre des jeunes romanciers naturalistes »183. Celui que le monde littéraire appelait familièrement « Kist » ou encore, avec Félicien Rops, « ce polisson de Tristemacaire »184, édita des volumes souvent élégants, agrémentés parfois de gravures et d’eaux-fortes. Huysmans, lui-même bibliophile, estimait beaucoup la présentation hardie de ces livres : « Il n’y a que Kist qui sache faire la couverture d’un livre, il n’y a que lui qui ait eu l’audace typographique de mettre des bas de casse sur un titre »185. Il est vrai qu’il avait par ailleurs peu confiance en son goût littéraire : « J’ai vu Kistemaeckers, à Paris, récemment, mande-t-il à Descaves, il a cru devoir parler littérature et m’a positivement courbaturé. Il n’a pas précisément le sens de cet art-là »186.

  • 187 Ce prospectus figure en particulier à la fin de l’édition originale d’Autour d’un Clocher, 1884.

125Les deux hommes se fâchèrent peu après, lorsque Huysmans découvrit en guise de prospectus destiné à lancer Bruxelles rigole d’Henri Nizet187, le texte d’une lettre flatteuse qu’il avait imprudemment adressée à son confrère belge. Que sa prose ait pu servir à une réclame sans qu’on ait cru bon de l’avertir, voilà qui dépassait, pour lui, les pires avanies.

126Le procédé était, en fait, révélateur de l’esprit de l’éditeur. En commerçant habile, Kistemaeckers faisait des remises de 50 % aux dépositaires qui accueillaient sa production et passait d’étonnants contrats avec les directeurs des grands journaux parisiens, comme Le Voltaire, Le Gil Blas, L’Intransigeant, La France et L’Evénement : les directeurs de ces quotidiens qui représentaient alors plusieurs nuances de la gauche s’engageaient à publier régulièrement des critiques des éditions Kistemaeckers pendant que celui-ci, en contrepartie, diffusait quatre à cinq mille exemplaires de leurs journaux sur le territoire belge. L’éditeur manifestait en outre son anticonformisme en refusant toute concession à l’égard de la maison Hachette qui avait la haute main sur les bibliothèques de gare. Il annonçait fièrement : « Nous prévenons nos clients que n’admettant aucune censure en matière artistique et littéraire, nous refusons la vente de nos éditions au Monopole des Gares du chemin de fer. En conséquence, nos acheteurs sont priés de s’adresser directement à leurs libraires ».

  • 188 Goncourt, Journal, 20 juin 1884.
  • 189 Huysmans à un correspondant inconnu, 12 juin 1891, Bibliothèque de l’Arsenal 15150/1980-939.
  • 190 Le Nouveau Parnasse satyrique, publié à Bruxelles en 1881 est une production Kistemaeckers : y fig (...)

127On comprend que Kistemaeckers ait su s’attirer à certains moments les bonnes grâces de Huysmans, d’Hennique, d’Alexis et même, chose rare, de Maupassant, dont il édita Mademoiselle Fifi en 1882, d’Edmond de Goncourt qui l’autorisa à republier En 18... le premier livre des deux frères, « une réédition splendide, écrit Goncourt, avant d’ajouter, perfide, – splendide d’après le goût belge »188. Il nous semble, en fait, que le goût de l’éditeur ou plutôt son art de composer un livre, était souvent digne d’admiration, alors que le choix des œuvres qu’il publiait l’était souvent bien moins. L’anticléricalisme le plus bas, la scatologie, la grivoiserie, paraissent assez fréquemment à son catalogue et le naturalisme sert parfois d’excuse à la publication de romans assez nauséabonds, « des obscénités et des ordures », écrit Huysmans lorsqu’il s’est éloigné de son cher « Kist »189. Hennique, lui-même, s’aventura dans cette voie, non sans humour, il est vrai, quand il publia Benjamin Rozes, une nouvelle qui narre les déboires d’un vieux tabellion en proie à un ver solitaire !190.

128Kistemaeckers fut poursuivi dix-huit fois en cour d’Assises, cinq fois en correctionnelle. Son passé d’éditeur des proscrits, son ardent républicanisme avaient sans doute autant de part dans ces tracasseries que son goût pour la prose pimentée. Il ne fut que très rarement condamné, mais ces poursuites, à la longue, ralentirent son activité. Menacé enfin d’une lourde condamnation pour avoir laissé publier des annonces libertines dans un journal dont il était l’éditeur-gérant, Le Flirt, il se réfugia en France, en 1902. Les autorités françaises refusèrent trois ans plus tard son extradition.

129Aventurier de l’édition, il n’était pas ce marchand sordide et roublard que dénonçaient vertueusement certains journaux, lassés par les « procès Kistemaeckers » : encourageant les jeunes écrivains comme aucun autre éditeur de son temps ne le fit, il travailla aussi à donner au naturalisme ses lettres de noblesse en créant une très originale collection de petits in-16, dite « Edition de bibliophile ». Quinze volumes furent ainsi publiés de 1879 à 1883, par des naturalistes déclarés (Francis Enne, Léon Hennique, Camille Lemonnier, Huysmans, Maupassant, Edouard Rod, Paul Alexis, Lucien Descaves et Harry Alis), des compagnons de route occasionnels (Léon Cladel et Georges Godde) et par quelques écrivains que l’enthousiaste « Kist » avait convaincu de s’intéresser, ne fût-ce qu’à cette occasion, au courant qu’il souhaitait illustrer (Pierre Elzéar, Catulle Mendès et René Maizeroy).

  • 191 Henricus Johannes Hubertus Maria Kistemaeckers, dit Henry, était né à Anvers, le 30 mars 1851.

130Il resta fidèle toute sa vie à ses goûts littéraires. Il mourut à quatre-vingt trois ans191, le 9 décembre 1934 : soucieux de ne pas exposer ses vieux amis aux mélancolies d’un enterrement par un temps glacé, il confia à son fils, le dramaturge Henry Kistemaeckers, cette singulière dernière volonté, que l’on tînt secrète sa mort pendant trois mois jour pour jour et qu’alors seulement, Descaves, Hennique et Antoine en fussent prévenus.

Des alliés précaires : Derveaux, Kolb, Havard et Savine

  • 192 Plaidoirie de Maître Millerand, le 15 mars 1890.

131Charpentier, Stock et Kistemaeckers furent certainement les plus importants éditeurs de romans naturalistes, ou pour être plus juste, les seuls qui prirent vraiment en compte ce courant dans leur stratégie commerciale. Millerand, l’avocat de Stock pendant le procès de Sous-Offs, admit ainsi que les livres de son client « (appartenaient) à une école littéraire particulière, (dérivaient) d’une conception tout à fait spéciale »192. On pourrait ajouter à ces noms celui de LéonVictor Derveaux qui créa une « bibliothèque naturaliste » où il réédita Marthe de Huymans, et qui eut quelque temps l’ambition de soutenir le périodique La Comédie humaine, essentiellement « réservé à l’exposition et à la défense des principes de la littérature naturaliste ». Mais après l’échec de ce projet, Derveaux se borna à publier surtout les laborieux feuilletonistes Vast-Ricouard pour illustrer le naturalisme.

  • 193 Rosny aîné, L’Académie Goncourt, Crès, 1927, p. 191.

132Ernest Kolb, éditeur de littérature populaire, publia au cours de sa fugace carrière quelques œuvres d’Oscar Méténier, de Paul Margueritte, d’Henry Fèvre et de Rosny qui se borne à constater à son sujet : « Souriant et inoffensif, il passa comme un météore »193. A partir de janvier 1893, il devint l’éditeur des Entretiens politiques et littéraires fondés par Paul Adam, Henri de Régnier et Francis Viélé-Griffin. La revue entrait alors dans sa phase la plus nettement anarchiste.

  • 194 Selon Stock, Etienne Giraud, « un petit homme, un être falot, inconsistant et sans aucun caractère (...)

133D’autres maisons d’édition menèrent une politique bien timorée à l’égard du mouvement. Victor Havard fut longtemps le principal éditeur de Maupassant qui l’abandonna au profit de Paul Ollendorff, sous la marque duquel prospérait Georges Ohnet : il n’eut guère l’ambition de recruter d’autres romanciers naturalistes. Ceux-ci avaient peu de chance de voir leurs œuvres publiées lorsque les maisons dont nous avons parlé ne les avaient point accueillies. Seule la « Nouvelle Librairie Parisienne » ouvrit sa porte à quelques débutants : Margueritte, Darien, Méténier ou Rosny. Curieuse maison tombée pendant la gestion d’Etienne Giraud194, puis reprise par Albert Savine, un jeune éditeur intéressé tout à la fois par le roman et le document pimenté. Né à Aigues-Mortes, le 20 avril 1859, fils d’un trésorier-payeur général, Savine avait d’abord voulu préparer l’Ecole des Chartes, mais sa grande fortune, représentée en grande partie par des plantations à Cuba, le conduisit à renoncer à ce projet. Il collabora très tôt à des revues de félibres et s’intéressa vivement à toutes les formes de la littérature occitane : c’est ainsi qu’il fut conduit à fréquenter des réfugiés carlistes catalans et qu’il entreprit ses premiers travaux de traduction. Dans sa boutique de la rue des Pyramides se pressaient des auteurs venus de bien des horizons, toujours fort remuants : l’édition d’un factum de Numa Gilly, le député-maire de Nîmes, qui prétendait dénoncer les malversations des membres de la commission du budget valut à l’éditeur quatre mois de prison et onze cents francs d’amende en 1889. Savine était également en relations d’amitié avec Edouard Drumont qu’il lui arriva d’éditer : autour de lui gravitait tout un peuple sordide de folliculaires antisémites et corrompus. On comprend mal que ce lettré se soit égaré en d’aussi calamiteuses compagnies : cet esprit curieux et diligent a lui-même publié de nombreux ouvrages et contribué, par son travail de traducteur à faire connaître en France plusieurs auteurs espagnols et anglais, en particulier Conan Doyle, Oscar Wilde, Kipling, Stevenson et H.G. Wells. Au total, il laissa près de deux cents traductions !

  • 195 Rosny, Torches et Lumignons, pp. 251-252.

134« C’était, dira Rosny, un homme singulier par un mélange de hardiesse, d’intelligence, de nonchalance et de désordre. Il se lançait témérairement dans des affaires complexes. Il y avait en lui un homme entreprenant et un autre homme, fait pour la vie de bibliothèque. Sa librairie devint assez chaotique. Il l’avait transportée rue des Pyramides, où s’accumulaient des éditions hasardeuses. C’est la maison où j’ai rencontré les employés les plus bizarres. Le père Giraud d’abord, marchand de vins faisant fonction d’éditeur, puis un nommé Giuseppe N..., un métis bizarre, en qui le sang italien avait anéanti le sang Scandinave ; puis un vieux bonhomme qui poussait des hurlements, qui vitupérait inlassablement le Parlement et les Juifs et substituait une propagande antisémite aux devoirs de sa charge »195.

  • 196 Darien adapte ainsi le nom de Karagheuz (Nerval écrit Caragueuz), le personnage principal du théât (...)
  • 197 Darien, Les Pharisiens, UGE, 10/18, 1978, pp. 75 et 80.
  • 198 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 16 décembre 1891).

135Dans Les Pharisiens, Georges Darien en a laissé un portrait bien moins nuancé : Savine y est peint sous le patronyme suggestif de Rapine. Ce « Méridional taciturne » n’aurait eu qu’un « semblant d’honneur, un à peu près de probité, une apparence de conviction et une façon de conscience ». Il aurait nourri des ambitions démesurées : « Gonflé d’orgueil, mais trop timide pour jouer au pied levé les Caragousses196 politiques qui battent la caisse sur les tréteaux du parlementarisme, ou pour faire concurrence aux Thénardiers littéraires qui pendent sans vergogne à leur décroche-moi-ça la défroque des morts qu’ils ont volés, Rapine s’était résolu à rester derrière son comptoir de librairie en attendant son heure. Chat roulé dans la farine, prêt à tout, il guettait une proie »197. On peut découvrir la source de ces invectives dans la déception d’un auteur à qui Savine avait refusé un manuscrit : en fait, l’éditeur avait engagé une large partie de son patrimoine dans une maison chancelante qu’il tenta de renflouer par des moyens où la littérature n’eut plus bientôt qu’une faible place. Il avait en effet débuté avec un lourd problème : quatre-vingt cinq mille invendus que la gestion confuse de Giraud n’avait pu écouler198.

  • 199 Albert Savine, Les Etapes d’un naturaliste, Impressions et critiques, Giraud, 1885.
  • 200 Sur Albert Savine, on consultera Borel du Bez, Albert Savine 1859-1927, Editeur, homme de lettres (...)

136L’amour du libelle l’éloigna du naturalisme qui avait pourtant été l’objet de sa sollicitude. Il avait intitulé un de ses recueils d’articles critiques Les Etapes d’un naturaliste et l’on pouvait y lire cet aveu d’allégeance : « Voyageur à travers les théories littéraires, écolier qui fuyait l’éducation classique la plus banalement universitaire, j’ai jeté l’ancre, sans céder aux attirances de la sirène romantique, près des rivages du Naturalisme, épris de cette floraison superbe, qui va de la force de Zola au nervosisme des Goncourt, de la grâce de Daudet à l’étrangeté de Huysmans »199. En fait, les quelques romanciers naturalistes qu’il édita abandonnèrent pour la plupart, avec plus ou moins de fracas, les pistes que, débutants, ils avaient quelque temps suivies. Savine, persuadé qu’il avait un rôle politique à jouer, se laissa trop souvent circonvenir. Mêlé à plusieurs procès qui écornèrent sa fortune, il fut également fort éprouvé par les soulèvements cubains qui conduisirent à l’abandon de la prépondérance espagnole sur l’île au profit d’une main-mise américaine en 1898. Il fut ainsi dépouillé de ses plantations et quasiment ruiné. Lorsque Stock eut repris son fonds de librairie en 1900, il survécut en multipliant ses publications historiques et ses traductions. Pendant des années, on put croiser ce personnage corpulent à la Bibliothèque nationale, où il occupait chaque jour le fauteuil 152. Un accident l’immobilisa le 11 juillet 1925 et il finit sa vie, oublié, le 6 juin 1927200.

137Quant aux plus importantes maisons d’édition parisiennes, elles restèrent en dehors du mouvement : la maison Hachette se tournait alors de plus en plus vers le livre d’éducation, mais sa puissance demeurait considérable puisque depuis 1853, elle possédait le monopole des Gares du chemin de fer, c’est-à-dire l’exclusivité de la distribution dans les bibliothèques de gare. En 1882, on en comptait 750. Hachette pouvait, à son gré, refuser l’entrée de certains ouvrages dans ces lieux si importants pour la vie de la librairie au XIXe siècle : il s’agissait d’une véritable forme de censure qui frappait de temps en temps les romans naturalistes, en particulier ceux dont l’auteur n’avait pas atteint une notoriété considérable. Cette mésaventure advint à Maupassant après la publication d'Une Vie, mais l’interdit fut promptement levé après l’intervention d’une puissante relation de l’auteur. Une « gazette rimée », publiée dans La Jeune France du 1er mai 1883 s’amuse de cet épisode :

Cet effronté de Maupassant
Révolte la pudeur des gares (...)
Le danger pour les voyageurs
Ce n’est pas que le train dévie.
Quel est, demandez-vous, songeurs,
Le danger pour les voyageurs ?
C’est qu’il leur monte des rougeurs
Au front en lisant Une Vie ! (...)
O Guy, pille Octave Feuillet
Où maint bleuet déjà grapille, !
Pour te faire un style douillet
O Guy, pille Octave Feuillet ».

  • 201 Alexis, Le Mouvement littéraire (art.cit.). (Le Figaro, 2 novembre 1891). L’interdiction sera levé (...)

138En 1891, Alexis qui a enfin terminé, non son premier livre, mais son premier roman, heurte à son tour la pudibonde maison avec Madame Meuriot : il s’en inquiète auprès d’un représentant de la librairie qui explique cette décision par l’indignation qu’aurait suscitée en lui une scène « vraiment d’un décolleté... »201. On imagine les conséquences que pouvait entraîner une telle interdiction pour un romancier sans grande notoriété.

  • 202 Huysmans à Jules Destrée, 1er décembre 1885.
  • 203 Alexis, art. cit. (Le Figaro, 14 octobre 1891).

139Calmann-Lévy, « puissant seigneur »202 qui publie pourtant un million sept cent vingt-quatre mille volumes en 1878 (cent quatre-vingt quatre titres nouveaux), n’accorde pas d’attention particulière au mouvement, non plus que Dentu, éditeur parfois plus prolifique encore, puisqu’il lui est arrivé de publier « trois à quatre cents ouvrages par an »203. A la mort d’Edouard Dentu, le 13 avril 1884, la maison conserve toute son activité, mais l’autorité du grand éditeur fait vraiment défaut à ses successeurs.

  • 204 Cf. Claude Pichois, Les Cabinets de lecture à Paris pendant la première moitié du dix-neuvième siè (...)
  • 205 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, p. 168. La maison Quantin édita également quelques romans d (...)

140Le commerce de la librairie achève de s’établir dans ses formes modernes, tandis que les cabinets de lecture s’étiolent et disparaissent : il n’en reste plus que 118 en 1883204 à Paris et beaucoup d’entre eux sont déjà en voie de transformation. Les éditeurs se multiplient, et ce sont précisément ces nouveaux venus, parfois plus riches d’idées que de fonds, qui ont soutenu le naturalisme. Ce sont des commerçants dont les méthodes sont nouvelles et qui ont même, à certains égards, une réputation d’avant-garde, des hommes jeunes, souvent ouverts au changement, qui ont su profiter de l’impulsion donnée à la librairie par un mouvement capable de réveiller et de stimuler les goûts du public, un public devenu plus large. Gustave de Malherbe qui accueille le débutant Gustave Guiches à la Librairie Moderne, maison Quantin, le constate avec plaisir : « Le moment est aux initiatives intéressantes et hardies. Zola nous a rendu un service énorme, car c’est grâce à lui que le public fait ce qui, d’habitude lui répugne le plus. Il lit »205.

Bilan : carences et atouts

  • 206 Victor Cousin, Du Vrai, du beau, du bien, 1853. Cité d’après la dixième édition 1863, Didier, p. I (...)

141Au naturalisme, il manqua donc essentiellement l’appui logistique d’un journal solidement organisé, dévoué à ses seuls intérêts et suffisamment ouvert pourtant pour qu’il ne fût pas rapidement condamné à la sclérose. Le soutien des plus grosses maisons d’édition lui fit également défaut, mais on peut imaginer qu’elles eussent pesé lourdement sur l’évolution du mouvement : elles représentaient des appareils de pouvoir solidement établis, peu propres à accueillir des initiatives téméraires. Les jeunes éditeurs qui soutinrent le courant ne se présentaient pas comme des directeurs de conscience idéologique bien que certains d’entre eux, Stock, Kistemaeckers ou Savine, fussent alors à maints égards plus engagés dans les luttes politiques que leurs auteurs. Ces divergences, cependant, ont moins d’intérêt que ce qui circule effectivement entre les créateurs, leurs auxiliaires et leurs lecteurs, une volonté d’imposer la liberté de penser et d’écrire et une allègre indifférence à l’égard de ce qui survit d’une philosophie spiritualiste dans les cercles bourgeois, dans l’Université et dans certains salons. Le temps n’est pas si éloigné, en effet, où Victor Cousin, sorti de ses craintes de 1848, avait lancé son homélie fameuse, si souvent réédité sous le Second Empire : « Si vous aimez la liberté et la patrie, fuyez ce qui les a perdues. Loin de vous cette triste philosophie qui vous prêche le matérialisme, l’athéisme comme des doctrines nouvelles destinées à régénérer le monde : elles tuent, il est vrai, mais elles ne régénèrent point (...).Soyez (...) très persuadés qu’en France la démocratie traversera toujours la liberté, qu’elle mène droit au désordre et par le désordre à la dictature. Ne demandez donc qu’une liberté modérée, et attachez-vous-y de toutes les puissances de votre âme »206. Les héritiers de son « régiment » règnent encore sur bien des esprits. Le verbe fleuri de Caro qui, à la Sorbonne, berce un auditoire de « Carolines », la résistance des grands salons, le pouvoir de l’Académie en témoignent encore. On comprend qu’une littérature qui se déclare matérialiste les offense en proposant une esthétique qui proclame la valeur morale de la science, célèbre l’expérience et la raison et affirme sa foi dans le progrès. C’est sur le double terrain de l’éthique et de l’esthétique qu’est conduite, en effet, l’offensive naturaliste.

Notes

1 Actes de la Recherche en sciences sociales, juillet 1975, no 4,

2 Christophe Charte : La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Roman, théâtre et politique, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1979.

3 D’après une lettre du 4 novembre 1878. Maupassant arrondit probablement son salaire annuel puisque dans la même lettre il parle d’un salaire de deux cents seize francs mensuels. Peu de temps après, il percevra un salaire légèrement inférieur au ministère de l’Instruction publique.

4 Léopold Fèvre fut maire de Chaumont de 1880 à 1882, entra dans la magistrature, fut conseiller à la cour d’appel de Dijon, puis président du tribunal de Semur-en-Auxois (Côte d’Or).

5 Voir sur ce point Les Pas sur le sable, souvenirs d’enfance, Plon, 1906, et Les Jours s’allongent, souvenirs de jeunesse, Plon, 1908.

6 Stock, Mémorandum d’un éditeur, Stock, Delamain et Boutelleau, t. 1, 1935 p. 114.

7 Lucien Descaves, Souvenirs d’un ours, les Editions de Paris, 1946, p. 43.

8 D’après A.A. Greaves, Paul Bonnetain (1858-1896), (sic : en fait, Bonnetain est mort en 1899) : an introductory study (Nottingham French Studies, mai 1966).

9 Lettres inédites de Louis Desprez à Emile Zola, Les Belles Lettres, 1950, p. 12, n. 13).

10 Huysmans, Sac au dos, Les Soirées de Médan, édition de Colette Becker, le Livre à venir, 1981, p. 121.

11 Paul Alexis, L’Etudiant, (Le Réveil, 30 décembre 1883).

12 Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 4 8.

13 Gustave Guiches Au Banquet de la Vie, Spes, 1925, p. 134.

14 Flaubert, Bouvard et Pécuchet (Rencontre, O.C., t. 17, p. 40).

15 Maupassant, Les Employés, (Le Gaulois, 4 janvier 1882).

16 Paul Margueritte, Jours d’épreuve, Mœurs bourgeoises, Ernest Kolb, s.d. (1889), p. 17.

17 Ibid., p. 39.

18 Abel Hermant, La Surintendante, réédition Ollendorff, 1894, pp. 65-66.

19 P.-V. Stock, Memorandum d’un éditeur, t. 1, p. 302. Caze fut secrétaire de rédaction au Réveil, Bonnetain au supplément du Figaro.

20 Alexis à Descaves, 27 mai 1884.

21 Zola, L'Argent dans la littérature, (Le Roman expérimental, p. 1270).

22 Zola, Les Romanciers contemporains (Les Romanciers naturalistes, O.C., t. 11, p. 237).

23 Alexis à Zola, 17 mai 1889. Maupassant, en 1882, vendit Une Vie au Gil Blas pour 8000 francs. C’est la somme que Zola avait reçue du Bien public pour L’Assommoir. Lorsque La République des lettres prit le relais, il obtint 1000 francs de cette revue.

24 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1270.

25 Le titre définitif de ce roman est Madame Meuriot, mœurs parisiennes (1890), Alexis ne put le faire paraître dans Le Gil Blas, mais L’Echo de Paris l’accueillit.

26 Alexis à Zola, 17 mai 1889.

27 J.H. Rosny, Portraits et souvenirs, Compagnie française des arts graphiques, 1945, p. 36.

28 Cité par Armand Lanoux, Maupassant, le Bel Ami, Fayard, 1967, p. 139.

29 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1277.

30 Hachette avait le monopole de la distribution aux bibliothèques de gare.

31 Maupassant à Victor Havard, novembre 1884. En opposant ainsi la distribution de deux œuvres, Maupassant cherche à accabler Havard, l’éditeur d’Yvette, en prônant les méthodes d’Ollendorff à qui il a confié le soin d’éditer Les Sœurs Rondoli.

32 Maupassant à Georges Charpentier, 28 novembre 1882.

33 Paul Bonnetain, Les Editeurs (La Revue indépendante, janvier 1885, pp. 316 et 320).

34 Victor Havard à Maupassant, 14 janvier 1885.

35 Maupassant à Charpentier, 28 novembre 1882.

36 Jacques Dubois, Emergence et position du groupe naturaliste dans l’institution littéraire. Colloque de Cerisy, Le Naturalisme, U.G.E., 10/18, 1978, p. 85.

37 Zola, Alexis et Maupassant (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 623).

38 Alexis à Valabrègue, septembre 1869, Cité par B.H. Bakker : « Naturalisme pas mort », Lettres inédites de P. Alexis à E. Zola, 1871-1900, University of Toronto Press 1971, pp. 9 et 10.

39 Maupassant (Joseph Prunier) à Robert Pinchon, février 1877.

40 Zola, Lettre à la jeunesse (Le Roman expérimental, p. 1230).

41 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, p. 46.

42 Ibid., p. 156.

43 Rosny aîné, Torches et Lumignons, Editions « La Force Française », 1921, p. 8.

44 Lucien Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 78.

45 Zola à Rosny, 4 novembre 1886. Zola était, il est vrai, plongé dans la préparation de La Terre à cette date.

46 Concourt, Journal, 28 mars 1889.

47 Ibid., 22 janvier 1895.

48 Goncourt à Kistemaeckers, 25 novembre 1884 (N° 35 du catalogue8. Librairie Matarasso, avril 1936).

49 Goncourt, Journal, 26 juin 1887.

50 Zola, Céard et Huysmans (Le Figaro, 11 avril 1881) : « On vous a dit (...) que le romancier Huysmans était un écrivain de la dernière grossièreté, piquant de sa plume les immondices de la langue, se plaisant dans tout ce que l'art a de plus crapuleux.)...) Dans tout le roman des Sœurs Vatard, on n’a vu que les fameuses « pisses de chat » qui se trouvent à la troisième ou quatrième page ; pas un critique n’est allé plus loin et tous se sont répétés » (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 581).

51 Camille B. et Albert H., Petit traité de littérature naturaliste. D’après les maîtres Léon Vanier, 1880, p. 48.

52 Ibid., pp. 73-74.

53 Ibid., p. 172.

54 Ambroise Macrobe, La Flore pornographique, Doublelzévir, 1883, avant-propos, p. 21.

55 Zola, Notre Ecole Normale (Le Figaro, 4 avril 1881) (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 576). En 1864, Duranty parlant des Contes à Ninon avait émis cette critique a posteriori savoureuse : « Ces contes ont de la grâce et de l’invention. Le sentiment y coudoie la satire. Le style sent un peu son Ecole normale. Il n’y a pas heu de s’en plaindre : c’est une école spirituelle ». Correspondance littéraire, le Progrès de Lyon, 16 décembre 1864.

56 , Bonnetain fait exception à cette règle : naturaliste avec frénésie dans Chariot s'amuse, il achèvera sa carrière par un roman que n’auraient pas renié les « psychologues » L’Impasse, 1898.

57 En 1891, Hermant déclare à Huret qu’il répudie « les théories psychologiques » comme il a répudié les opinions naturalistes.

58 Paul Margueritte, Pascal Géfosse, A la librairie illustrée, 1887, p. 19.

59 Paul Margueritte, Tous quatre, E. Giraud, 1885, pp. 178-179.

60 Huysmans, Emile Zola et « L’Assommoir », 1877. En Marge, Marcelle Lesage 1927, pp. 7-8.

61 Gustave Guiches, Le Banquet, Spes, 1926, pp. 114-119.

62 Zola, L'Argent dans la littérature, op. cit., p. 1279.

63 Edouard Rod, A propos de L'Assommoir, Marpon et Flammarion, 1879, pp. 27-28.

64 Ibid., p. 31.

65 Zola, Nam (Le Figaro, 7 février 1881) (Une Campagne, O.C., t. 14, p. 519).

66 Gustave Guiches, Le Banquet, p. 300.

67 Zola, Un prix de Rome littéraire (Le Bien public, 18 juin 1877) (Le Roman expérimental, O.C. t. 10, p. 1369).

68 Zola à Francis Magnard, 4 février 1893.

69 Zola à Dumas fils, 22 février 1894.

70 Voir sur ce point Colette Becker, Emile Zola et la Société des Gens de Lettres (Les Cahiers naturalistes, no 55, 1981).

71 Zola, La Société des Gens de Lettres. Ce qu’elle est (Le Figaro, 4 avril 1896) (Nouvelle Campagne, O.C., t. 14, p. 744).

72 Maupassant, Les Académies (Gil Blas, 22 décembre 1884).

73 Maupassant, ibid.

74 Harry Alis a réuni le dossier de cette affaire dans Miettes (Jules Lévy, 1885).

75 Le siège de la société. Jules Vallès, Parias dodus (Le Matin, 31 décembre 1884).

76 Huysmans écrivit alors à Descaves : « Il serait peut être temps d’exécuter cette vieille nourrice sèche du réalisme tourné au Prudhommat le plus bête. Dire que cet imbécile a été de l’avant – ça m’épouvante – sérieusement » (s.d. – début 1888 ?) (Arsenal fonds Lambert).

77 Lucien Descaves, Souvenirs d’un Ours, p. 102.

78 Louis Desprez, Pour la liberté d’écrire, Bruxelles, Kistemaeckers, 1885, p. 19.

79 Voir Christophe Charle, La Oise littéraire à l’époque du naturalisme, pp. 29-32.

80 Ibid., pp. 30 et 32.

81 Paul Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 14 octobre 1891).

82 Le Télégraphe, 1er janvier 1885.

83 Sous la direction de Julien Cain, Nouvelle histoire de France, Tallandier, 1969, t. 31, p. 3846.

84 Paul Alexis, art. cit.

85 Zola, Les Romanciers contemporains, O.C., t. 11, p. 221.

86 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1269.

87 Alexis, L’Avenir du livre et notre exportation littéraire (Le Figaro, 3 janvier 1892).

88 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 16 décembre 1891).

89 Selon Maurice Dreyfous, « celui dont le nom est devenu, jusque dans le dictionnaire de Littré, un mot courant de la langue française au même titre que celui d’Elzévir, n’était pas le premier inventeur du format Charpentier. L’inventeur véritable s’appelait Paulin et les volumes du format dit Charpentier portant la signature de Paulin sont plus anciens que l’édition de Brillat-Savarin qui fut le premier ouvrage publié par Charpentier dans ce format dit in-18 jésus. Le père Charpentier ne manquait jamais de rétablir là-dessus l’exacte vérité » (Ce qu’il me reste à dire, Un demi siècle de choses vues et entendues, 1848-1900, Ollendorff s.d., p. 191).

90 Camille Lemonnier, Une Vie d’écrivain, Mes Souvenirs, Bruxelles, Labor, 1945, p. 45).

91 Les pratiques de Plon paraissent assez exceptionnelles : dans sa « bibliothèque de romans à 1 franc le volume », il publie surtout des feuilletonistes, Emmanuel Gonzalès, Elie Berthet, Fortuné du Boisgobey, Pierre Zaccone, Ponson du Terrail... Peu d’exceptions notables, sinon Champfleury dont les œuvres ont d’ailleurs été à plusieurs reprises éditées dans des collections à bon marché.

92 Alexis, art. cit., 19 octobre 1891.

93 Alexis, Témoignage de P.V. Stock (art. cit., 2 novembre 1891).

94 Alexis, ibid., 19 octobre 1891.

95 Alexis, Témoignage de Perrin (art. cit., 16 décembre 1891).

96 Zola, L’Argent dans la littérature, op. cit., p. 1270.

97 Jules Huret, op. cit., p. 247.

98 Trublot (Alexis), La Révolution du livre (Le Cri du Peuple, 2 décembre 1886).

99 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 14 octobre 1891).

100 Alexis, L’Avenir du livre et notre exportation littéraire (le Figaro, 3 janvier 1892).

101 Zola, Les Romanciers contemporains (Les Romanciers naturalistes, O.C., t. 11, pp. 221-222).

102 Colette Becker, L’Audience de Zola (Les Cahiers naturalistes, no 47, 1974, pp. 40 à 69).

103 Bonnetain à Zola, 23 septembre (1883) (B.N. naf. 24511, fos 204-205).

104 Dans le recueil intitulé Les Pas de Chance.

105 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France, 1800-1967, Armand Colin, 1968, p. 101.

106 Voir sur ce point Jean-Jacques Darmon, Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire, Plon, Collection Civilisations et mentalités, 1972.

107 Maupassant ( ?), L’Instruction obligatoire (Le Temps, 27 février 1927).

108 Antoine Prost, op. cit., p. 34.

109 p. 183.

110 D’après L'Annuaire statistique de la France, publication annuelle.

111 Héros du « comique troupier ». Le colonel Ramollot fut créé par Charles-Théodore Leroy, beau-frère d’Alphonse Allais. Le colonel Ronchonnot, épigone de Ramollot, est né de l’imagination de Gustave Frison. ·

112 Plaidoirie devant la Cour d’Assises de la Seine, 15 mars 1890.

113 Colette Becker, L’Audience de Zola, art. cit., p. 43.

114 Ernest d’Hervilly à Zola, 21 décembre 1882, BN, naf. 22465 fo 326.

115 Gustave Guiches, Le Banquet, p. 278. On se gardera de confondre ce personnage avec son homonyme, le nervi antisémite du Fort Chabrol.

116 Paul Ginisty, Souvenirs de journalisme et de théâtre, les Editions de France, 1930, p. 46.

117 Torches et Lumignons, p. 170.

118 Rosny, Torches et Lumignons, p. 173.

119 Ibid., pp. 186-187.

120 Paul Alexis à Alexandre Dumas fils, 28 novembre 1883 (BN, naf. 24636 fo 78, et verso).

121 Jules Laffitte à Zola, 8 mai 1879, naf. 24521, fo 177.

122 Le Voltaire, 17 août et 31 août 1880. Ces deux articles qui contenaient de violentes attaques contre les hommes politiques ont été recueillis dans Le Roman expérimental.

123 Bergerat (sous le pseudonyme de l’Homme masqué), La Bataille de Médan (Le Voltaire, 13 mai 1881).

124 Voir Léon Deffoux, Un projet de journal de Huysmans : La Comédie humaine (J.K. Huysmans sous divers aspects, Mercure de France, 1942, pp. 28-38).

125 Hennique à Alexis (s.l.n.d., 1880). Cité d’après le catalogue no 19 de la librairie l’Echiquier (1984).

126 Huysmans à Camille Lemonnier (s.d., mi-décembre 1880).

127 Ibid.

128 Dossier 77 du Fonds Lambert, Bibliothèque de l’Arsenal.

129 Revue indépendante, février 1885, p. 358.

130 Alexis à Zola, 12 décembre 1884.

131 Tas d’hommes ! ! !, premier numéro du Trublot, décembre 1884.

132 Félix Fénéon, Nouveaux périodiques, La Revue Indépendante, janvier, février 1884, p. 267.

133 Y a-t-il là un souvenir du réquisitoire de l’avocat général Ernest Pinard, au procès de Madame Bovary : « L’art sans règle n’est plus l’art ; c’est comme une femme qui quitterait tout vêtement » ? Louis Desprez, se défendant devant la Cour d’Assises de la Seine, le 20 décembre 1884, au cours du procès d'Autour d’un Clocher, rappela la fameuse formule et conclut pertinemment : « Ce qui signifie, car on bronche devant ces solennelles naïvetés, qu’une femme nue n’est plus une femme ». Pour la liberté d’écrire, p. 51.

134 Céard à Zola, le 13 avril 1879 : « Avez-vous vu ? Les Vast-Ricouard ont fait la chose inespérée ! Leur deuxième numéro se dégage de toute communauté avec nous ».

135 Revue réaliste, no 2, 12 avril 1879.

136 Ibid., no 4, 26 avril 1879.

137 Ibid., no 5, 3 mai 1879.

138 Paul Ginisty, Souvenirs de Journalisme et de Théâtre, p. 32.

139 Harry Alis, A nos lecteurs (La Revue Moderne et Naturaliste, 1er janvier 1880).

140 Harry Alis, Les Vingt-sept (La Revue Moderne et Naturaliste, 14 décembre 1878).

141 Cette nouvelle fut recueillie sous le titre Les Femmes du Père Lefèvre dans le volume La Fin de Lucie Pellegrin.

142 Flaubert à Maupassant, 19 février 1880.

143 Céard à Zola, 8 août 1881.

144 Céard à Zola, 15 août 1881.

145 Voir Charles Beuchat, La Revue contemporaine, (1885-1886). Thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres (Jouve et Cie, 1930).

146 Trublot, Une Revue de vieux (Le Cri du Peuple, 29 janvier 1885).

147 Huysmans à Arij Prins, s.d. (août 1885).

148 Cité par Pierre Lambert dans J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Edmond de Goncourt, Nizet, 1956, p. 64.

149 Article anonyme, Matérialisme (Revue indépendante, no 1, 1er mai 1884, p.4).

150 Robert Caze à Arij Prins, 16 juillet 1885, Nederlands Letterkundig Museum en Documentatiecentrum.

151 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, pp. 202-203. Cinq signataires des Soirées de Médan ? S’agit-il vraiment d’un lapsus de celui qui fut un des « anazolistes » ?

152 Céard à Théo Hannon. Arsenal, Ms. 15060/396.

153 Zola à Jules Troubat, 5 novembre 1881.

154 Zola, Auteurs et éditeurs (Le Figaro, 13 juin 1896. Nouvelle Campagne, O.C. t. 14, p. 806).

155 Paul Alexis, Emile Zola, Notes d’un ami, p. 89.

156 Edouard Rod, A propos de L’Assommoir, pp. 14-15.

157 Dreyfous, Ce qu’il me reste à dire, p. 286.

158 Ibid., pp. 287-288.

159 Emile Bergerat, Souvenirs d’un enfant de Paris, – les années de bohème – (Charpentier-Fasquelle, 1911, pp. 400-401).

160 Dreyfous, op. cit., p. 297.

161 Zola, Auteurs et éditeurs, art. cit. p. 804. Voir sur ce point, Trente années d’amitié, Lettres de l’éditeur Georges Charpentier à Emile Zola, 1872-1902. Editions de Colette Becker, Presses Universitaires de France, 1980.

162 Abel Hermant, Souvenirs de la vie mondaine, Plon, 1935, p. 124.

163 Emile Bergerat, Souvenirs d’un enfant de Paris, pp. 66-67.

164 Dreyfous, op. cit., p. 177.

165 Maupassant, Souvenirs d’un an. Un après-midi chez Gustave Flaubert (Le Gaulois, 23 août 1880).

166 Selon Dreyfous, une calomniatrice aurait fait croire « à Gervais Charpentier que Georges n’était pas son fils ». Cette « mauvaise conseillère » l’aurait « amené à vouloir frustrer son fils de la maison d’édition au moyen d’une vente fictive au profit de l’un de ses proches parents à elle » (op. cit., pp. 189-190).

167 Bergerat, op. cit., p. 74.

168 Dreyfous, op. cit., p. 282.

169 Ibid., pp. 284-285.

170 C’est le titre de l’acte créé par le Théâtre Cluny le 21 juin 1870.

171 Bergerat, op. cit., p. 288.

172 Céard à Zola, 28 février 1879.

173 Cinq éditions parurent de 1879 à 1880.

174 Dreyfous, op. cit., p. 303.

175 Charpentier à Concourt, 22 septembre 1886 (B.N., naf 22456 fo 411).

176 Charpentier se retira définitivement des affaires en juillet 1896, laissant la direction à Fasquelle : il avait successivement perdu ses deux fils, à dix-neuf ans de distance, ce qui le plongea dans un profond marasme. Il mourut le 15 novembre 1905.

177 Alexis à Zola, 1er janvier 1886.

178 Cité par Michel Robida, Le Salon Charpentier et les Impressionnistes (la Bibliothèque des Arts, 1958, p. 131).

179 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 2 novembre 1891).

180 Après le rachat de sa maison par Maurice Delamain et Jacques Boutelleau (Chardonne), on put voir Stock travailler quelque temps dans le cercle de jeu où il s’était ruiné, puis il se retira dans le Midi pour y gérer une auberge.

181 Voir Deffoux et Zavie, Le Groupe de Médan (Payot, 1920), Colette De Cruye naere-Baudet, Henry Kistemaeckers (Biographie nationale belge, t. 38, 1973-1974, colonnes 426-425) et surtout René Fayt, Un éditeur des naturalistes, Henry Kistemaeckers (Le Naturalisme et les lettres française de Belgique. Revue de l’Université de Bruxelles, 1984, 4-5, pp. 217-239) et Colette Baudet, Grandeur et misères d’un éditeur belge :Henry Kistemaeckers (1851-1934), Bruxelles, Labor, 1986.

182 Trublot (Alexis), Le Cri du Peuple, 22 mai 1884.

183 Louis Desprez, Pour la liberté d’écrire, p. 44.

184 En Belgique, on le nommait parfois le « fabricant de cercueils », surnom qui n’avait aucune portée symbolique puisqu’il s’agit simplement de la traduction de ce patronyme flamand.

185 Huysmans, cité par Deffoux et Zavie, op. cit., pp. 200-201.

186 Huysmans à Descaves, s.d. (février 1883), Arsenal, Fonds Lambert.

187 Ce prospectus figure en particulier à la fin de l’édition originale d’Autour d’un Clocher, 1884.

188 Goncourt, Journal, 20 juin 1884.

189 Huysmans à un correspondant inconnu, 12 juin 1891, Bibliothèque de l’Arsenal 15150/1980-939.

190 Le Nouveau Parnasse satyrique, publié à Bruxelles en 1881 est une production Kistemaeckers : y figurent onze poèmes plus ou moins pornographiques de Céard, Hennique, Huysmans, Alexis et Maupassant et un poème de Robert Caze. Ce volume destiné à circuler sous le manteau ne comporte pas de nom d’éditeur.

191 Henricus Johannes Hubertus Maria Kistemaeckers, dit Henry, était né à Anvers, le 30 mars 1851.

192 Plaidoirie de Maître Millerand, le 15 mars 1890.

193 Rosny aîné, L’Académie Goncourt, Crès, 1927, p. 191.

194 Selon Stock, Etienne Giraud, « un petit homme, un être falot, inconsistant et sans aucun caractère (...) n’était en réalité que l’employé d’Albert Savine, son prête-nom. (...) Savine, riche alors, tenait surtout à être un homme de lettres et il se cachait, à cette époque, d’être un éditeur et le propriétaire réel de la librairie qu’il venait de fonder sous la firme Nouvelle Librairie Parisienne. E. Giraud, éditeur « (Jean Lorrain anecdotique, Mercure de France, 15 juin 1938, pp. 562-563). On comprend mal, à dire vrai, cette discrétion. Jusqu’en 1886, les auteurs de cette maison traitèrent avec le seul Giraud que Rosny tenait également pour l’homme de paille de Savine. Celui-ci, introduit dans la maison depuis quatre ans, la racheta précisément en 1886.

195 Rosny, Torches et Lumignons, pp. 251-252.

196 Darien adapte ainsi le nom de Karagheuz (Nerval écrit Caragueuz), le personnage principal du théâtre d’ombres des Turcs. Paresseux, hypocrite, sensuel, bavard, il se mêle de tout, entreprend beaucoup et ne dédaigne pas l’escroquerie.

197 Darien, Les Pharisiens, UGE, 10/18, 1978, pp. 75 et 80.

198 Alexis, Le Mouvement littéraire en 1891-1892 (Le Figaro, 16 décembre 1891).

199 Albert Savine, Les Etapes d’un naturaliste, Impressions et critiques, Giraud, 1885.

200 Sur Albert Savine, on consultera Borel du Bez, Albert Savine 1859-1927, Editeur, homme de lettres et historien, Gap, Imprimerie Jean, 1929.

201 Alexis, Le Mouvement littéraire (art.cit.). (Le Figaro, 2 novembre 1891). L’interdiction sera levée assez rapidement.

202 Huysmans à Jules Destrée, 1er décembre 1885.

203 Alexis, art. cit. (Le Figaro, 14 octobre 1891).

204 Cf. Claude Pichois, Les Cabinets de lecture à Paris pendant la première moitié du dix-neuvième siècle (Annales, juillet-septembre 1959, pp. 521-534).

205 Gustave Guiches, Au Banquet de la Vie, p. 168. La maison Quantin édita également quelques romans de Rosny.

206 Victor Cousin, Du Vrai, du beau, du bien, 1853. Cité d’après la dixième édition 1863, Didier, p. IX.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search