Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Roubaix dans la première moitié du xixe siècle

Pierre Deyon

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Madame Martine Le Blan qui a bien voulu me communiquer une partie des informat (...)

1Avec Roubaix dans la première moitié du XIXe siècle, j’évoque un cas exceptionnel : la transformation d’un bourg en une grande ville en 70 ans, sous l’influence dominatrice de l’industrie textile. Il s’agit d’un centre de manufacture rurale, d’un centre ancien qui avait vécu pendant deux siècles sous la domination commerciale de Lille, qui s’est libéré de cette tutelle pendant la Révolution Française et qui est devenu un des théâtres de la révolution industrielle et une grande ville ouvrière1.

2Un cas particulier pour trois raisons :

  • la croissance démographique de Roubaix au XIXe siècle est exceptionnelle : de 8.000 habitants en 1806 à 125.000 en 1896. La première étape que nous étudions aujourd’hui nous mène à 32.000 habitants en 1850 ;

  • un passage sans transition des labours à la fabrique, des chemins vicinaux à la rue ouvrière. C’est la proto-industrialisation qui est responsable de cette transformation sur place dans le cadre du finage ancien ;

  • c’est une mono-industrie qui crée la ville. Très rapidement, je vais essayer d’évoquer le point de départ grâce à la carte que vous avez sous les yeux et les moteurs de la transformation. Nous insisterons ensuite sur les agents de cette transformation et nous essaierons d’en décrire les résultats.

PLAN DE ROUBAIX terminé le 25 Vendémiaire An 13 (1804) (A.D.N.P30 305b)

PLAN DE ROUBAIX terminé le 25 Vendémiaire An 13 (1804) (A.D.N.P30 305b)

LES ORIGINES (1804) ET L’ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

3Le point de départ : une commune avec au centre un bourg étoilé, onze hameaux répartis dans le terroir agricole et de grosses fermes isolées qui sont toutes entourées d’un fossé rempli d’eau. Au total, 1.500 maisons dont un tiers, d’après le rôle de 1804, ne comportent qu’une porte et une fenêtre. Ce sont des maisons de journaliers textiles (mi-temps journaliers agricoles, mi-temps journaliers textiles).

4Si l’on compare cette carte de 1804 avec le dénombrement de 1806, on peut décrire plus concrètement le contenu de cette agglomération et de ces hameaux. Le hameau des Trois Ponts, par exemple, abrite 6 fermiers ou « censiers», 20 cultivateurs, 38 tisserands et 11 journaliers : l’activité textile est déjà répandue dans l’ensemble du territoire et pas seulement dans le bourg. Ces tisserands, le dénombrement nous le montre, dirigent des ateliers familiaux, des ouvroirs familiaux où tous les enfants, filles et garçons de plus de 12 ans, sont déclarés « tisserands ». Chez les cultivateurs comme chez les fermiers (la distinction entre cultivateurs et fermiers est très significative), les inventaires après décès témoignent également, comme le dénombrement, de la diffusion de l’industrie textile. Dans le bourg se trouvent, à côté des tisserands et des ouvriers du textile, les éléments qui organisent cette manufacture rurale, les fabricants (les organisateurs de la production à domicile, les « putter out ») qui constituent dès la fin de l’Ancien Régime, la couche dominante de la population de ce bourg.

5Dans la première partie du XIXe siècle, la croissance industrielle repose, à Roubaix, sur trois paris technologiques successifs :

  • le premier pari est celui de la filature mécanique du coton ;

  • le deuxième, après 1827, est un retour partiel à la laine, avec la fabrication d’étoffes façonnées, souvent de fils mêlés, au métier Jacquard ;

  • le troisième, après 1841, c’est l’introduction du cardage et du peignage mécanique de la laine.

6Mais toujours, dans tous les cas, il y a une association de l’ouvroir domestique et de l’atelier concentré, l’ouvroir pour le tissage, l’atelier pour la filature ou le peignage. Cette situation perdure jusque sous la Troisième République. En 1870, encore les deux-tiers des métiers textiles sont des métiers à main.

7La croissance démographique est soutenue par un courant d’immigration très important de main-d’œuvre française ou belge s’installant dans les nouvelles rues que l’on peut étudier avec les différents dénombrements (conservés de cinq ans en cinq ans à la mairie de Roubaix). Ces nouvelles rues, dans la première partie du XIXe siècle, ont couramment plus de 50 % de leurs habitants nés hors de la ville. Parmi ces immigrants, la proportion des Belges est considérable. Dès 1820, ils sont 20 % des jeunes mariés à l’Hôtel de Ville de Roubaix. En 1840, 35 %. Pourquoi les Belges ? C’est l’époque où l’industrie linière de la Flandre intérieure connaît une crise exceptionnelle et ces travailleurs gagnent les centres de textile de l’agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing. Dans cette première période du XIXe siècle, il y a un parallélisme contraignant entre les flux migratoires, le mouvement industriel et l’activité du bâtiment dans la ville.

QUELS SONT LES AGENTS DE CETTE TRANSFORMATION DE LA VILLE ?

8Je voudrais parler successivement de la ville elle-même et des différents groupes sociaux. La politique de la ville s’inscrit dans le cadre de la loi à laquelle on faisait allusion tout à l’heure, la loi sur l’alignement de 1807, mais il est intéressant de voir que la ville de Roubaix a précédé la jurisprudence évoquée dans la voie du libéralisme et de l’abstention.

9La procédure publique prévue par la loi de 1807 comportait : déclaration du projet de lotissement et d’ouverture de rues nouvelles à la mairie, avis du Conseil Municipal et décisions du Préfet et du Ministère de l’Intérieur. Mais, à Roubaix, très vite, le Conseil Municipal le déclare : Les particuliers qui veulent ouvrir des rues devront assurer seuls les charges de l’établissement des pavés, des adductions d’eau. Dans les délibérations du Conseil Municipal, cette exaltation de l’initiative privée et l’évocation des difficultés qu’on rencontre dans tout projet administratif constituent un thème banal : en 1826, par exemple, la ville rejette un plan d’urbanisme que son agent voyer lui avait proposé, projet ambitieux qui impliquait les finances municipales et qui aurait en particulier ouvert à la voirie publique de vastes ensembles de lotissements à l’est de la ville. La Commission qui recommande au Conseil Municipal le rejet déclare : « jusqu’ici toutes les rues qui ont été ouvertes dans les quinze dernières années n’ont rien coûté à la ville. Des intérêts particuliers en ont fait seuls les frais, et ces rues sont les plus belles et ont marché très rapidement car l’intérêt particulier s’en est occupé ». En vertu de ce principe, la ville s’est efforcé de limiter l’étendue de la voirie publique. Elle a essayé de maintenir coûte que coûte la distinction entre ce qu’on appelait Roubaix-bourg et Roubaix-campagne. Roubaix-bourg c’est le Roubaix de la voirie publique, c’est le Roubaix du plan d’alignement. Le Roubaix-campagne, c’est le Roubaix de l’urbanisme sauvage, c’est le Roubaix, dans une large mesure, des nouvelles fabriques ou des ateliers domestiques. Une autre citation du Conseil Municipal est tout à fait digne d’une anthologie : « Il ne faut pas agglomérer les champs (c’est-à-dire promouvoir l’extension de la zone de voirie publique, l’extension de Roubaix-bourg) ce serait faire augmenter les impositions et surtout ce serait accabler l’ouvrier et rendre le travail plus coûteux». C’est la raison essentielle du rejet de 1826. Il est intéressant de signaler qu’on ne construit pas de voies publiques mais qu’on construit des « pied sentes », c’est-à-dire des sentiers pavés, d’un mètre de large, pour permettre aux ouvriers tisserands de la périphérie d’apporter, à la boutique du marchand négociant, sur leur brouette, les chaînes façonnées. Ces sentiers ne sont pas accessibles à la voiture.

Le contrôle des bâtiments

10Dès 1820, la ville a fait savoir que ses pouvoirs d’alignement, elle ne les exercerait que sur les rues existantes, et non pas sur les voies à créer. Seuls les bâtiments sur les voies publiques doivent recevoir une autorisation. Par contre, derrière les façades des bâtiments publics et dans la campagne, en dehors de la voirie publique, la mairie se refuse à toute intervention sur la nature des bâtiments, sur les conditions de la construction, sur la spécification des matériaux ou des procédés de construction. Dans la campagne, on construit ce que l’on veut, si on n’est pas sur un chemin vicinal de grande communication. La conséquence de ce libéralisme absolu, c’est l’apparition, nous le verrons plus loin, de formes originales d’habitat groupé, les « forts » et les « courées ». Cette abstention des pouvoirs publics durera jusqu’à la loi de 1850 sur les logements insalubres.

11Quels sont ces intérêts particuliers dont on exalte l’efficacité ? Une remarque préalable : dans cette campagne roubaisienne, ainsi que dans les villages avoisinants, les paysans fermiers ne possèdent qu’une très petite partie du sol. Mêmes les plus riches censiers ou fermiers ne possèdent qu’une partie de leur exploitation. Au total, les paysans ne possèdent pas plus de 20 % du sol cultivé. Ce sont les propriétaires qui vont très souvent être les initiateurs du processus d’urbanisation car les propriétaires qui habitent dans le bourg, à Lille ou à Tourcoing, vont vendre leurs parcelles ou construire sur leurs parcelles. Les rôles des contributions permettent de faire apparaître certains spéculateurs. Voici, par exemple, dans celui de 1840, le percepteur des contributions qui possède 42 jardins. Il les a acquis les années précédentes et il les garde en attendant de les lotir. Voici un négociant lillois, Charvet Delebecque, qui lui aussi a acquis dans les dix dernières années 60 parcelles.

12Qui va construire ? L’ancien propriétaire, ou le nouveau, qui vont construire pour louer. Ce sont des propriétaires-constructeurs et des propriétaires-loueurs. Le rôle des portes et fenêtres puis les matrices cadastrales permettent de connaître la répartition de la propriété construite. En 1807, 634 propriétaires possèdent les 1.500 maisons de l’agglomération. En pourcentage du nombre des propriétaires, les rentiers sont les plus nombreux (48 %), ensuite viennent les cultivateurs (18 %), puis les fabricants (17 %), et enfin les artisans et commerçants. La répartition du nombre des maisons elles-mêmes est différente. Les rentiers possèdent 20 % des maisons de Roubaix, les cultivateurs 29 %, les fabricants 30 % (je précise que les fabricants, ce sont les organisateurs du travail à domicile, les marchands-fabricants, les marchands-négociants, qui sont souvent, dès cette époque, des « filateurs à la mécanique » qui font tisser leurs filés, à façon, dans des ouvroirs domestiques). Parmi les six principaux propriétaires, on trouve encore cinq cultivateurs qui possèdent entre 20 et 30 maisons. A noter que ces cultivateurs ont été souvent contraints à ces formes de spéculation foncière par des propriétaires non résidents qui, entamant l’étendue de l’exploitation par la vente de quelques parcelles, obligeaient les censiers à les imiter, pour la petite part de l’exploitation qu’ils possédaient. La transition est très intéressante. On a de nombreux cas de familles où le père reste cultivateur, un fils garde encore quelque temps l’exploitation amputée et l’autre fils se lance dans la fabrique. Pour lui la transition est immédiate, directe entre l’activité agricole et les activités manufacturières.

13En 1848, le rôle des portes et fenêtres ne donnant plus la profession, il faut recourir à la matrice cadastrale. L’agglomération s’est considérablement développée. Elle comporte 5.770 maisons et 1.250 propriétaires. Je ne donne pas la statistique de la répartition du nombre des maisons et du nombre des propriétaires, mais je signale les deux faits essentiels dans l’appropriation de la propriété bâtie à Roubaix :

  • l’augmentation considérable de la part des commerçants et des artisans qui possèdent alors 30 % des maisons. C’est une approche grossière car nous n’avons pas apprécié la valeur de ces maisons. Il est intéressant de voir comment procèdent certains de ces commerçants et de ces artisans. Ils commencent par être des sous-loueurs : ils louent une courée et ils sous-louent dans la courée à des ouvriers du textile. Le sous-locataire est un client obligé de l’épicerie, de la boulangerie ou du cabaret qui a organisé cette sous-location ;

  • le rôle des fabricants qui a été essentiel dans la croissance urbaine de Roubaix entre 1804 et 1848. En 1848, 9 fabricants possèdent à eux seuls 760 maisons. Entre 1806 et 1848, ils ont construit 42 % des maisons nouvelles, soit plus de 1.800 maisons. Pourquoi les fabricants ? Je crois pouvoir avancer une explication qui s’appuie sur des témoignages convergents. L’engagement de ces marchands-fabricants dans la spéculation immobilière est pour eux une forme de contrôle de la main-d’œuvre des travailleurs à domicile. Les registres de prudhommes de Roubaix, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, nous prouvent que les rapports entre les marchands-fabricants et les tisserands à domicile ne sont pas faciles. Ces 5 à 6.000 tisserands à domicile sont des gens qui ne sont pas sans défense, qui polémiquent sans cesse devant le prudhomme à propos du prix des façons, qui pratiquent couramment le piquage d’once, c’est-à-dire qui dérobent une partie de la matière première parce qu’ils essaient coûte que coûte de garder un peu de clientèle privée ou de vêtir leur famille aux dépens du marchand-négociant, et surtout de conserver une certaine indépendance en nouant des relations avec différents marchands-négociants. Ils sont instables. Ils rapportent les chaînes qu’on leur a livrées avec un ou deux mois de retard ; ils ne respectent pas les dispositions du livret ouvrier qui les contraignent théoriquement à prévenir plusieurs semaines à l’avance l’employeur qu’ils veulent quitter. Les témoignages sont nombreux. Lorsque le marchand fabricant est à la fois l’entrepreneur et le propriétaire, il a des moyens de contrôle sur ses façonniers. Les registres de notaires, en particulier dans le courant du mois de janvier, comportent tous des dizaines de congés qui sont donnés plus d’un mois à l’avance pour un départ au premier mars imposé aux locataires défaillants ou aux ouvriers indisciplinés. Témoignage direct : celui d’un grand fabricant, un filateur, François Frasez célébré par les jurys de l’exposition de 1839 comme un entrepreneur dynamique et bienfaiteur de la ville. Il a construit un fort, le fort Frasez qui compte 100 maisons ouvrières et on explique qu’il a pu ainsi avantager les familles ouvrières en permettant au tisserand de travailler avec toute sa famille dans le cadre de l'ouvroir familial, baisser le prix des façons et concilier l’intérêt du patron et du tisserand et qu’ainsi on a « évité les dangers moraux de la vie d’atelier ». Il faut due qu’en juillet et août 1830, c’est dans les quelques ateliers concentrés de Roubaix qu’avaient commencé les troubles.

LES TRANSFORMATIONS DE LA VILLE

14Ce sont les cadastres et en particulier ceux de 1826 et de 1848 qui, comparés au plan de 1804, peuvent nous aider à aborder ces transformations de la ville. Comment s’est faite l’extension entre 1804 et 1848 ?

Première forme de l’extension de la ville : développement de noyaux périphériques

15Elle s’est faite d’abord, à la périphérie, en noyau isolé. Il s’agit éventuellement de la densification d’un hameau ou bien il s’est constitué un hameau de toutes pièces autour d’une cense isolée, dont une des parcelles a été transformée en colonie ouvrière, parfois autour d’une filature. Il s’agit le plus souvent d’une série de résidences pour des tisserands à domicile sans atelier concentré.

Deuxième forme de l’extension : l’extension périphérique de l’agglomération ancienne

16Au contact de l’agglomération ancienne, s’ouvrent des voies nouvelles, pour la plupart dues à l’initiative privée, surtout autour des deux axes qui, du centre de Roubaix, conduisent vers Tourcoing au Nord-Ouest ou vers Lille au Sud-Ouest.

Troisième forme : la densification de l’espace aggloméré ancien

17Comment analyser, visualiser ces formes de l’habitat dans la première partie du XIXe siècle ? Deux types roubaisiens de « colonie ouvrière ».

1– Les forts

18C’est un nouvel habitat aggloméré qui s’est constitué sur les grandes parcelles périphériques qui appartenaient aux grosses fermes dont j’ai parlé. Au pourtour d’une parcelle, se construit une rangée de maisons ouvrières toutes semblables. On ne s’embarrasse d’aucun souci géométrique. On suit le dessin de la parcelle. Si celle-ci est assez large, on construit encore une rangée médiane de maisons pour utiliser l’espace au maximum. Il y a des formes bizarres : au Nord-Ouest le Triez Saint-Joseph dont les alignements restituent simplement le dessin de l’ancienne parcelle agricole. C’est ainsi que s’élèvent à Roubaix le fort Mulliez, le fort Bayard, le fort Pouchin, le fort Frazez. Tous ces noms sont ceux de fabricants filateurs.

2 – Les courées

19Cet habitat s’établit sur les parcelles étroites du bourg ancien ou des hameaux. A l’origine, sur la parcelle, il y a un bâtiment comme on dit à Roubaix, en « marteau ». Au moment de la spéculation immobilière, on va recouper, derrière la façade, la parcelle en un ensemble de maisons ouvrières sans aucun contrôle puisqu’elles ne sont pas en façade. Deuxième possibilité, toujours à partir de ce type de maison en marteau, on va utiliser la parcelle pour construire deux rangées de maisons face à face. On accède à la courée par une porte, généralement très étroite, qui forme couloir. Les courées de Roubaix dont il existe encore plusieurs dizaines, sont très caractéristiques : un couloir étroit dans la façade d’une maison sur voie publique et derrière cette maison, au débouché de ce couloir étroit, une cour avec de part et d’autre, à 4, 5 ou 6 mètres de distance, deux rangées de maisons qui, compte tenu de leur rapprochement, ne voient jamais la lumière du soleil. Dans les courées, c’est souvent l’entassement, l’insalubrité, ce qui n’est pas le cas des forts qui s’élèvent en pleine campagne.

3 – Les types de maisons

20Ces forts construits par les fabricants à cette époque représentaient souvent, à l’origine, une certaine amélioration de l’habitat ouvrier car il s’agissait toujours de constructions en dur qui prenaient la succession des constructions en paillotis de l’Ancien Régime. On distinguait de façon systématique les maisons d’ouvriers (maisons des fileurs) qui comportaient une porte et une seule fenêtre, des maisons de tisserands qui, abritant plusieurs métiers, avaient plusieurs fenêtres. La plupart de ces ensembles ont disparu au cours de ces derniers mois.

LE FORT MULLIEZ 1926

LE FORT MULLIEZ 1926

(Archives Municipales de Roubaix)

21Le troisième type est celui de la maison de fabricant, dans le bourg. Ces maisons obéissent à une certaine volonté esthétique et au goût de l’ostentation de ces fils de paysans qui accèdent à la condition bourgeoise et industrielle. La municipalité, elle-même si libérale en ce qui concerne les constructions extérieures au bourg, a promulgué un règlement qui fixait pour la voirie publique de Roubaix-bourg, la hauteur des fenêtres, du rez-de-chaussée et du premier étage, la hauteur des appuis de fenêtres, la nature des linteaux et des portes cochères et les ornements de façade. Ce souci esthétique de l’habitat bourgeois contrastait avec le libéralisme un peu sauvage qui concernait l’habitat périphérique, et ouvrier.

22Ce qui est remarquable, c’est qu’en 1850, au centre de l’agglomération coexistent les deux types d’habitat. A 50 mètres de distance, on trouve par densification du tissu urbain ancien, les courées ouvrières et les façades cossues, ostentatoires des maisons de fabricants. On peut encore les voir aujourd’hui (au haut de la rue de Paris et de la rue de Lille). Ceci traduit un sentiment de sécurité, une confiance dans l’efficacité du contrôle social et une certaine dose de bonne conscience chez les élites roubaisiennes. A cette époque, il est vrai, elles monopolisent toutes les fonctions représentatives, administratives et d’arbitrage social (la composition du tribunal des prudhommes est à cet égard tout à fait significative).

CONCLUSION

23En conclusion, je dirai :

  1. Qu’ici nous avons un rapport tout à fait étroit entre le rythme industriel, le rythme d’immigration et le rythme de construction. Je pourrais montrer que les phases de construction les plus actives, de 1820 à 1825 et de 1835 à 1844, correspondent aux grandes phases d’essor industriel.

  2. Qu’il faut se garder de l’anachronisme. En 1850, la situation de l’habitat à Roubaix est meilleure que la situation de l’habitat lillois (tous les enquêteurs l’ont signalé) ; sans doute une partie de cet habitat est déjà dégradée (les maisons de briques se dégradent très vite) mais la situation de Roubaix est beaucoup moins grave que celle du quartier Saint-Sauveur à Lille. D’autant plus qu’une partie de l’habitat ouvrier nouveau est un habitat de périphérie, de plein champ, construit en dur à l’initiative, pour une large part, des fabricants et des entrepreneurs textiles.

24Après 1850, les choses vont changer. Le patronat textile roubaisien va cesser de construire et de s’intéresser au logement ouvrier. Sans doute parce qu’il a d’autres moyens de contrôle, dans les fabriques concentrées, qui se développent alors, et parce que, désormais, il consacre ses investissements à l’achat d’outillage et aux bâtiments industriels pour suivre le rythme des progrès technologiques de l’industrie textile, mobilisant ainsi le capital des familles.

RUE NAIN A ROUBAIX

RUE NAIN A ROUBAIX

25Mais la place des fabricants dans la propriété de l’habitat ouvrier – et j’anticipe sur la période 1840-1914 – va être prise par les classes moyennes. A la fin du XIXe siècle, les artisans et commerçants détiendront la plus grande part des maisons ouvrières. La situation de l’habitat s’aggrave alors, car se multiplient les petites courées étroites et Roubaix connaît une insalubrité record, avec des conditions de santé déplorables pendant toute la première moitié du XXe siècle. Au même moment, le patronat textile se retire du centre de la ville et installe ses hôtels au Sud, sur les terrains du parc Barbieux, un des agréments de la ville. Il est vrai qu’il a alors perdu le contrôle de la ville dont la municipalité est passée aux guesdistes.

26La croissance urbaine est stoppée à partir de 1895 avec la croissance industrielle. Roubaix culmine alors avec 125.000 habitants (aujourd’hui 106.000 environ). On va peu construire dans la période 1895-1940. L’habitat ouvrier ne se renouvelle pas mais se dégrade sur place, ce qui fait apparaître ce décor, parmi les plus sinistres de France. Il était encore sur place en 1975, mais occupé non plus par des ouvriers français mais par des ouvriers nord-africains. De même que Roubaix avait connu à la fin du XIXe siècle une population à majorité belge, beaucoup de quartiers aujourd’hui ne sont pas majoritairement nord-africains, mais exclusivement nord-africains. Ce décor est en cours de destruction ; la tâche de certaines autorités régionales et de certains collègues historiens est aujourd’hui de préserver quelques éléments de ce décor ancien qui n’est pas gai, mais qui est très significatif de toute une période de l’histoire de cette ville.

Notes

1 Je tiens à remercier Madame Martine Le Blan qui a bien voulu me communiquer une partie des informations qu’elle avait recueillies sur l’urbanisme roubaisien au XIXe siècle.

Table des illustrations

Titre PLAN DE ROUBAIX terminé le 25 Vendémiaire An 13 (1804) (A.D.N.P30 305b)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre LE FORT MULLIEZ 1926
Légende (Archives Municipales de Roubaix)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre RUE NAIN A ROUBAIX
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540