Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Structures industrielles et politique urbaine à Mulhouse au xixe siècle (1798-1870)

Stephan Jonas

Texte intégral

  • 1 La Cité de Mulhouse (1853-1870) : un modèle de participation de l’habitat économique et social du X (...)

1Ma communication sur la construction – je dirais volontiers la production – de la ville industrielle de Mulhouse voudrait contribuer à mieux faire connaître, mais aussi à réévaluer le rôle et l’influence que les thèses et les pratiques de philanthropie industrielle ont eus sur la question urbaine et du logement au cours des deux premiers tiers du XIXe siècle1. Je crois que cette période, qui est fondamentale pour la ville industrielle européenne, est profondément marquée par le patronat industriel, par l'engagement du capital industriel dans la production de la ville industrielle capitaliste et dans la naissance d’une classe urbaine nouvelle, celle de la classe ouvrière.

2Cet engagement du capital industriel est fondamental à cause de l’inexistence à cette époque d’une politique et d’une pratique de planification urbaine globale étatique. Et nous verrons plus loin que l’engagement du capital industriel dans la production de la ville à travers une politique de philanthropie industrielle, précède à Mulhouse – et cette ville industrielle n’est certainement pas un exemple isolé – l’engagement du capital financier, aussi bien que celui du pouvoir de l’État et de la Municipalité.

  • 2 A.L. MORTON, L'utopie anglaise, Maspero, Paris, 1964 ; L. BENEVOLO, Aux sources de l’urbanisme mode (...)

3Je dis bien qu’il s’agit du patronat industriel et du capital industriel, et non pas de la bourgeoisie philanthrope, des hommes d’église philanthropes et des aristocrates philanthropes en général, comme une certaine historiographie urbaine ou autre a tendance à le dire, quand il s’agit de parler du mouvement philanthropique du XIXe siècle. Cette distinction est essentielle pour Mulhouse, œuvre à 100 % des « Herrenfabrikanten » – Messieurs les fabricants comme on les nommait. Et Mulhouse n’est pas un cas isolé dans l’Europe industrielle, bien au contraire, mais peut-être un cas seulement, important par sa dimension, un cas pur par sa transparence. Je voudrais souligner un fait important : le projet urbain de philanthropie industrielle est toujours un projet réalisé, – même quand il s’agit d’un échec : cas extrêmement rare en Europe. De ce point de vue, le projet urbain patronal de philanthropie industrielle doit être nettement distingué et séparé des projets des socialistes utopiques2.

  • 3 L’impact de la restructuration et de la crise d’une industrie sur l’organisation spatiale et un fon (...)

4Quand le mouvement philanthropique industriel s’est engagé dans la production de la ville, c’était une intervention bien définie, socialement adéquate à son rôle de producteur du type nouveau ; il visait à ériger un système urbain industriel conforme aux besoins de la production industrielle, aux besoins de la grande industrie. Mais par-delà et indirectement, le patronat industriel a aussi impliqué l’énorme infrastructure industrielle, autant de garantie pour le prix de revient et le chantier, pour la construction des routes et la location et la vente de l’habitat ouvrier ou plus tard sa gestion. Et le désarroi et l’inquiétude que suscite actuellement en France la politique de désengagement des grandes entreprises d’État ou privées, notamment dans notre région, dans le bassin sidérurgique de la Lorraine ou dans le cas des Mines de Potasse d’Alsace, qui vendent à des sociétés d’aménagement mixtes des milliers de logements ouvriers, des cités ouvrières entières, avec leurs voiries et réseaux divers (VRD) et leurs équipements socio-culturels d’origine industrielle, montrent que la différence peut être énorme entre le capital industriel et le capital financier dans la question urbaine et du logement3. Sous cet angle, toute étude historique telle que celle proposée par ce colloque peut avoir des aspects éminemment prospectifs.

5Les trois parties retenues pour mon exposé correspondent aux trois étapes importantes du développement urbain de Mulhouse devenu ville industrielle. La première partie montre comment l’industrie, la grande industrie naissante fait sauter, après avoir pénétré dans l’espace urbain historique, les cadres urbanistiques anciens, physiques et sociaux. La deuxième partie essaie d’expliquer comment les industriels mulhousiens protestants conçoivent dès 1820 un projet d’extension urbaine précoce : la création d’un quartier bourgeois moderne. La troisième partie voudrait éclairer quelques aspects importants de la « généalogie » de l’espace urbain d’une ville industrielle importante du milieu du XIXe siècle et la réponse mulhousienne à la question urbaine et du logement ouvrier par la création d’une cité ouvrière modèle, une des plus célèbres de l’Europe du siècle dernier.

6Sur le plan de la formation d’un espace urbain moderne du type de la grande industrie du XIXe siècle, c’est-à-dire d’un type précoce de conurbation à l’anglaise, nous pouvons distinguer à Mulhouse deux grandes périodes du siècle qui s’écoule, entre l’installation en 1746 de la première fabrique d’impression sur tissu jusqu’à la création de la première cité ouvrière en 1853 :

  1. 1746-1798 : premier décollage industriel d’une ville-état et d’une petite république helvétique calviniste alliée aux Cantons suisses et enclavée profondément, avec son finage de 1.200 hectares, dans les terres royales autrichiennes et françaises ;

  2. 1798-1848 : deuxième décollage industriel par mécanisation d’une ville industrielle moderne devenue française en 1798 et capitale industrielle de 30.000 habitants, suite à l’ère napoléonienne et au blocus continental qui lui était très favorable.

7Quand Mulhouse, cette petite république entièrement calviniste de 4.000 habitants, se lance en 1746 dans « l’aventure » industrielle, ses bourgeois entreprenants, avec la fraction des marchands-fabricants qui exploitent habilement une situation frontalière, ne font que suivre le Jura suisse qui depuis quelques décennies déjà a introduit en Europe l’indiennage : l’impression sur tissu, procédé venant de l’Inde. Et quand trois jeunes fils de bourgeois de moins de trente ans : J.H. Dollfus, JJ. Schmaltzer et S. Koechlin, fondent la première fabrique d’indiennage, les manufacturiers bâlois voisins, qui sont protecteurs mais encombrants, avaient voulu depuis longtemps s’installer à Mulhouse, mais l’accès leur avait été refusé.

  • 4 De la bibliographie alsacienne du XIXe siècle sur Mulhouse voir notamment : Dr. A. PENOT, Statistiq (...)

8Les concurrents extérieurs une fois écartés et l’opposition intérieure des sept corps de corporation brisée, la bourgeoisie protestante de Mulhouse bâtit rapidement un empire industriel, situé certes loin à la fois des matières premières et des débouchés, mais qui marchera quand même. Pour la question passionnante et très controversée concernant les causes de la réussite industrielle mulhousienne, je retiendrai ici : les facteurs idéologiques de « l’esprit capitaliste et l’éthique protestante » (Max Weber) ; les facteurs politiques des protections suisses et des bonnes relations avec Versailles ; les facteurs géo-politiques de la situation frontalière, du carrefour et de la proximité de Bâle ; les facteurs régionaux des zones industrielles des Vosges et du Jura ; et les facteurs économiques du négoce, des capitaux et de la contrebande. Tout marchera bien et très vite à Mulhouse : introduction du métier à tisser le ruban en 1752, introduction de la filature et du tissage du coton en 1754, déjà treizième fabrique d’indiennes en 17674.

9Les industriels mulhousiens entreprenants sont soutenus dans leur effort de développement industriel par une poussée démographique favorable qui dure depuis un siècle – 130 % de croissance au cours du XVIIIe siècle – et par une situation financière remarquable : capitaux disponibles, nombre élevé des créanciers et valeur élevée des créances. Et à la veille de la Révolution française, quand la ville, à la suite d’un blocus français impitoyable pour la faire céder, décide son rattachement à la France en 1798, Mulhouse est déjà une ville industrielle redoutable et redoutée en Rhénanie et en France, avec une trentaine de fabriques qui emploient environ 8.000 travailleurs, dont de nombreux travailleurs étrangers.

10Le premier décollage industriel a quelque peu bouleversé la composition sociale de la ville à cause de l’arrivée massive des travailleurs étrangers, comme le montre le tableau 1. L’étranger, en l’occurrence, veut dire tous ceux qui ne sont pas d’origine mulhousienne. Pendant cette période la bourgeoisie est devenue certes minoritaire démographiquement, mais elle garde le pouvoir sans partage, un pouvoir symbolisé par le Magistrat, qui est une espèce de ploutocratie autoritaire par laquelle quelques familles exercent leur autorité.

11Cette première période industrielle n’a pas provoqué dans la ville historique, malgré l’accumulation intra-muros des entreprises et des masses ouvrières, une ségrégation résidentielle par couches et par classes. La population de 7.600 habitants est entassée, encore en 1798, dans les quelques 700 maisons existantes qui ne sont plus larges que de 5 à 7 mètres et ne sont plus hautes que de deux étages. Cette cohabitation intra-muros est non seulement tolérée par la bourgeoisie protestante, mais elle est imposée. Et si les travailleurs étrangers sont admis comme locataires dans tous les quartiers, leur nombre absolu est le plus grand dans les quartiers situés à proximité des zones industrielles : Porte de Miroir, Porte Haute, et qui sont les quartiers les plus peuplés (voir tableau 2).

  • 5 R. OBERLÉ, « Le siècle des lumières et les débuts de l’industrialisation », in Histoire de Mulhouse (...)

12Si les variations ne sont pas grandes par quartier en ce qui concerne le nombre de personnes par ménage, le nombre d’habitants par maison dans le quartier principal de la ville, et qui est le quartier principal de la bourgeoisie, est nettement moins grand (6,8 habitants/maison) que ceux habités par les travailleurs étrangers (11,5 et 10,3 Habitants/maison)5. La bourgeoisie, qui refuse le droit de propriété foncière aux étrangers, profitera de sa position privilégiée de propriétaire foncier et immobilier pour pratiquer une politique de loyer cher à l’égard des étrangers et elle aura aussi l’avantage de spéculer sur les loyers, notamment à l’occasion des crises économiques cycliques et nombreuses, quand les étrangers seront régulièrement et massivement expulsés de Mulhouse.

13Le cœur de la ville est le quartier de la Place (de Réunion, après 1798) avec son vieux temple protestant ; et son Hôtel de Ville remarquable, avec des boutiques de commerçants et d’artisans, avec des maisons bourgeoises, est la véritable centralité urbaine.

  • 6 R. OBERLÉ, op. cit., pp. 143-144.

14Au moment de l’annexion à la France, la bourgeoisie a, malgré le demi-siècle d’industrialisation, gardé son homogénéité et son unité territoriale et politique, puisqu’aucun élément étranger n’y était admis en tant que citoyen à part entière. « L’industrialisation », remarque le Professeur Oberlé, historien alsacien et archiviste de la ville de Mulhouse, « n’a pas entraîné une restructuration de la société mulhousienne. La vieille bourgeoisie maintient ses positions et détient les postes-clefs tant à l’Hôtel de Ville que dans l’économie, les travailleurs « étrangers » ne peuvent s’insérer dans cette société hiérarchisée. Les caractères de l’ancien régime mulhousien sont maintenus au sein de la petite République»6.

TABLEAU 1. COMPOSITION SOCIALE DE MULHOUSE EN 1782

Catégories sociales

Nombre d’hab. v.a.

En %

Bourgeois

3.443

43,2

Étrangers

3.259

41,1

Admis à protection

894

11,1

Divers

360

4,6

Total

7.956

100,0

TABLEAU 2. RÉPARTITION DES COUCHES SOCIALES PAR QUARTIER

TABLEAU 2. RÉPARTITION DES COUCHES SOCIALES PAR QUARTIER

Source : R. OBERLÉ.

15Le deuxième décollage industriel et le nouveau Mulhouse à l'ère machiniste (1798-1848) sera la période importante de la jonction de l’espace économique et industriel mulhousien avec celui de la France. Cette jonction sera avant tout avantageuse pour Mulhouse à cause de Père napoléonienne et du blocus continental. Mulhouse opère alors son deuxième décollage industriel en étroit parallélisme avec l’industrie anglaise – principale concurrente mais aussi le principal modèle à suivre – avec la mécanisation de son industrie textile et métallurgique, chimique et autre : avec l’introduction de la filature et du tissage mécanique en 1809, avec la première machine à vapeur en 1812, avec la première fabrique de produits chimiques en 1815 et avec la création de la Fonderie en 1826. Rien que pendant Père napoléonienne, 30 nouvelles fabriques s’ouvrent et Mulhouse, avec sa zone d’influence accapare rapidement, dès cette époque, un tiers de la production des filatures françaises.

16Sous l’influence de l’expansion industrielle dévoreuse d’espace et l’emploi massif des travailleurs spécialisés et sans qualification, le Vieux Mulhouse, déjà surdensifié, explose littéralement. Sa transformation, devenue vitale pour l’industrie, s’impose dès l’expansion de Père napoléonienne. Les principes organisateurs retenus pour la réorganisation de l’espace urbain seront soumis à la logique de l’espace usinier et c’est la stratégie de développement de l’espace industriel, considérée désormais à l’échelle de l’agglomération, qui définira les grandes lignes du développement de l’espace urbain de Mulhouse.

17Une ère nouvelle s’ouvre donc à Mulhouse, inaugurée sous le signe de l'éclatement de la ville historique et du début des projets d’urbanisme, d’aménagement et de grands travaux publics, dont les grandes étapes ont été les suivantes entre 1798 et 1853 :

  • démolition des portes entre 1809 et 1811 et réaménagement des remparts qui entouraient le centre historique ;

  • commencement, à partir de 1807, de constructions hors enceinte et sur les axes routiers principaux, des faubourgs ;

  • faire traverser dans la ville, au Sud, dans une bonne position de centralité et à proximité du centre historique, le canal du Rhône au Rhin ; traversée achevée en 1812 ;

  • dégagement de nouvelles zones industrielles au Nord, à l’Ouest et au Sud du centre historique, à partir de 1817 ;

  • création, en 1826, d’un quartier bourgeois résidentiel, « Le Nouveau Quartier », au Sud du centre historique ;

  • Réaménagement et maîtrise par des canalisations et recouvrements des eaux multiples, devenues inutiles du point de vue défensif, mais restées indispensables pour l’industrie ;

  • construction d’un canal de décharge au Nord, achevé en 1846, en bonne centralité, qui a permis de gagner plusieurs dizaines d’hectares de surfaces constructibles sur les anciennes zones marécageuses ;

  • entrée du chemin de fer en ville en 1842, en bonne position de centralité, suivant la ligne du canal du Rhône au Rhin ; la Gare centrale sera construite dans le Nouveau Quartier (bourgeois) ;

  • création de la première cité ouvrière au Nord du centre historique sur huit hectares, en 1853.

18Le résultat d’ensemble de la restructuration de l’espace urbain de Mulhouse sera, comme dans d’autres villes industrielles anglaises, belges ou autres, mi- succès, mi- échec sur le plan de la maîtrise de l’aménagement. En effet, les volontés bourgeoises de planification urbaine sont l’œuvre d’un patronat industriel en majorité néoconservateur qui est partisan de la libre entreprise. Ainsi les grands travaux seront inévitablement accompagnés de mouvements spéculatifs, touchant aussi bien le sol urbain que des logements construits ou loués aux ouvriers. Les grands travaux d’aménagement, qui seront faits en grande partie sur des budgets municipaux et publics, profiteront ainsi aux riches : industriels, financiers, propriétaires fonciers et immobiliers.

19Disons ici quelques mots supplémentaires sur le Nouveau Quartier, construit à partir de 1826, parce qu’il exprime bien, aussi bien les changements urbanistiques que ceux des mentalités de la classe dirigeante. Ayant habité un peu partout dans le centre historique pendant le premier décollage industriel, la bourgeoisie industrielle ne veut plus rester dans le centre historique devenu de plus en plus surdensifié et obsolète, et veut s’installer désormais dans un cadre urbain nouveau.

20Commencé en 1826, prévu pour deux cents maisons bourgeoises de type immeuble collectif de luxe, mais dont seulement le tiers sera construit par la suite, ce quartier résidentiel, réservé exclusivement aux bourgeois les plus riches de la ville, constituera une rupture urbanistique avec le passé. Et il sera jusqu’à nos jours, avec la Cité Ouvrière, son « contraire », la seule réalisation urbanistique et architecturale résidentielle d’ensemble de qualité, à l’échelle de cette capitale industrielle et digne d’elle.

  • 7 P. LEUILLIOT, « Essor économique du XIXe siècle et les transformations de la cité (1815-1870) », in(...)

21Combiné, sur le plan de l’urbanisme, avec d’autres grandes réalisations d’aménagement cités plus haut, le Nouveau Quartier est certes un symbole bourgeois à des titres multiples. Premièrement, ses promoteurs sont issus des deux clans familiaux industriels les plus puissants de l’époque : Nicolas Koechlin et Jean Dollfus... mais aussi le célèbre financier bâlois Ch. Merian. Deuxièmement, la conception architecturale du type néo-classique s’inspirera du modèle parisien de style Empire (architectes : J.C. Stotz et F. Fries). Troisièmement, la centralité du quartier qui est une place triangulaire aménagée en jardin, est interdite au non bourgeois et clos. Quatrièmement, dans le bâtiment central de la place centrale s’installeront les trois « temples » du capitalisme libéral triomphant : la Société Industrielle de Mulhouse, la Chambre de Commerce et la Bourse. Voici les termes par lesquels la Société Immobilière du Nouveau Quartier exprime la raison d’être du quartier bourgeois : « ... frappé de la disproportion des bâtiments que possède la ville avec l’augmentation toujours croissante de sa population, convaincu de la nécessité d’un agrandissement, soit pour accorder les progrès de l’industrie à laquelle elle doit sa prospérité et utiliser les nouvelles sources de richesse commerciale qui promettent de s’ouvrir pour elle dans un avenir peu éloigné, soit pour assurer la salubrité compromise par la trop grande agglomération de ses habitants »7.

22Un des premiers effets des grands travaux publics et d’aménagement a été la rupture de l’ancien équilibre foncier, caractérisé par la mainmise d’une minorité bourgeoise sur la propriété urbaine. Certes la ville a, sous l’ère napoléonien ne, été le théâtre de profonds changements économiques et sociaux, suivis d’une crise économique à la suite de laquelle le capital industriel mulhousien tombe provisoirement sous la dépendance de la haute finance bâloise. Certes, la période du Premier Empire a inauguré une époque favorable de grande contrebande et spéculation industrielles. Mais le fait sociologique est là : la bourgeoisie protestante change sa politique foncière séculaire et s’ouvre. Il s’agit là d’un véritable changement social et des mentalités. A ce propos nous voudrions ici évoquer rapidement deux indices significatifs et bien étudiés à Mulhouse : l’évolution des propriétés et la croissance des maisons.

23La carte du géomètre Hofer, dressée en 1830 et gravée dans les ateliers d’Engelmann, et les études cadastrales ont permis de constater que le nombre des propriétaires fonciers, en augmentation constante depuis la fin de la république helvétique autonome, était de 1.457. Ce nombre s’accroît dans une proportion de 6-7 % jusqu’en 1857, et dans une proportion encore plus rapide de 15 %, jusqu’en 1870, pour atteindre le nombre de 2.409 propriétaires. Nous pensons que la croissance d’un quart – 592 propriétaires, 24,5 % du total – pendant la Monarchie de Juillet et le Second Empire est considérable et cache en tous cas l’accession à la propriété foncière des couches petites bourgeoises et de moyenne bourgeoisie, issues de l’industrie : dessinateurs, commissionnaires, agents d’assurance, employés (encadrement), contremaîtres, magasiniers, facteurs, chimistes, etc...

24Il en est de même en ce qui concerne l’accroissement du parc des maisons pendant la première moitié du siècle. Il y avait en 1798 à Mulhouse environ 700 maisons se situant à l’intérieur des remparts. A partir de 1807, à la suite des démolitions des portes et des remparts et avec le développement des faubourgs extra-muros, on construit massivement à Mulhouse les habitations du péri-urbain. Et comme le montre le tableau 3 sur l’évolution du parc des maisons entre 1798 et 1848, 75 % du parc nouveau, c’est-à-dire 152 maisons, se construisent dans les faubourgs en constitution. Ce déplacement brutal de l’axe de développement des logements est significatif et n’arrange pas le centre historique obsolescent.

  • 8 J. SCHOULE, « L’évolution de l'habitat mulhousien de 1830 à 1977 », in Bulletin de la Société Indus (...)

25Pendant la Restauration et la Monarchie de Juillet, la majorité du parc immobilier d’habitation passe en dehors de la cité historique. Les beaux terrains du Nouveau Quartier ne suffisent pas au développement des demeures bourgeoises, qui envahissent d’abord les secteurs Sud des zones situées à proximité du centre historique, et finalement tout le vignoble mulhousien, situé au-delà du nouveau canal et du chemin de fer. C’est le départ de nombreux industriels protestants en dehors de la cité historique et du Nouveau Quartier et c’est le début de la ségrégation spatiale du tissu urbain par couches et par classes sociales. Vers la fin du Second Empire, la majorité des industriels habitent déjà sur la colline agréable du vignoble, où ils ont construit des villas et des palais luxueux et prétentieux8.

TABLEAU 3. ÉVOLUTION DU PARC DES MAISONS A MULHOUSE DE 1789 A 1848

Année

Ville historique

Faubourgs

Total des maisons

Total de la population municipale

1798

700

700

6.020

1815

756

152

908

9.530

1848

900

1.300

2.200

30.000

  • 9 Dr. A. PENOT, Les cités ouvrières de Mulhouse, leurs bains et lavoirs, Mulhouse, 1857 ; L. REYBAUD,(...)

26Nous n’avons pas d’études précises sur la façon dont les zones ouvrières des faubourgs industriels se remplissent, sinon par les écrits rares, mais devenus connus des enquêteurs sociaux locaux (Dr. Penot, Dr. Weber) et nationaux (Dr, Villermé, L. Reybaud), qui, à propos de la question urbaine et du logement de Mulhouse, se plaignent des méfaits de la spéculation foncière et immobilière qui sévit dans la ville, pratiquant des loyers chers et usuriers et construisant des logements exigus et sous-loués. Il est assez fréquent à Mulhouse de louer des lits dans les appartements misérables où s’entassent plusieurs familles. Les loyers sont chers et les spéculateurs encaissent des bénéfices considérables en louant des chambres exiguës pour des loyers qui constituent fréquemment 25-30 % du salaire d’un ouvrier de l’industrie textile9.

  • 10 LIVET-OBERLÉ, Histoire de Mulhouse..., op. cit., p. 176.

27Si, sous l’influence de l’essor du deuxième décollage industriel, le nombre des propriétaires fonciers est en progression, les industriels réussissent tout de même à augmenter régulièrement leurs réserves foncières. En 1829, une cinquantaine d’industriels possèdent 156 hectares de terrains en bonne situation foncière et industrielle. A cette même époque, les quelque cinquante ouvriers qui ont de petits terrains non bâtis – vignoble, verger ou jardins potagers – ne possèdent que 14 hectares, c’est-à-dire un peu plus d’un pour cent du territoire mulhousien10. La propriété industrielle double vers 1865 et passe à 311 hectares, en constituant ainsi un quart de l’espace municipal. Pour considérer l’espace usinier de l’agglomération, il faut savoir qu’une partie considérable des usines se trouvent dans les villages voisins : Dornach, grande banlieue industrielle, Pfastatt, Rixheim, Riedisheim, etc...

28Nous pouvons, grosso modo, diviser en trois groupes la bourgeoisie mulhousienne suivant sa stratégie immobilière et de possession du sol urbain, de l’époque de la Monarchie de Juillet et du Second Empire :

  • politique foncière industrielle : pratiquée par les fabricants ; terrains acquis pour l’industrie ;

  • politique de rente foncière spéculative : pratiquée par les grands négociants ; terrains acquis pour surbâtir ;

  • politique de spéculation foncière : pratiquée par les rentiers et les commerçants ; terrains et logements acquis pour spéculer.

  • 11 La première banque mulhousienne, par ailleurs très modeste, celle fondée par Charles SCHLUMBERGER, (...)

29Les nouveaux comportements fonciers et immobiliers bourgeois apparus dans l’espace urbain mulhousien après 1830 (mais déjà présents d’une façon plus larvaire dès l’époque napoléonienne) sont importants et annoncent une mutation dans la propriété foncière. Ces nouveaux comportements expriment également, comme nous le verrons plus loin, des changements intervenus dans les structures sociales. En tous cas un fait sociologique mérite d’être soulevé ici, qui est le suivant : les industriels protestants ont toujours répugné à tout activité bancaire et ont refusé tout désengagement du capital industriel et de propriété foncière du type industriel, à la faveur du capital financier11.

  • 12 A Mulhouse ce n’est pas « la poussée de la classe ouvrière », comme le pense A. LIPIETZ, peut-être (...)

30D’autre part, grâce à la politique d’économie et de prévoyance sociales, dont nous parlerons plus loin, les industriels constituent à Mulhouse, par un jeu complexe de vente au prix coûtant, symbolique, au prix bas ou par donation, une propriété municipale et communautaire considérable, qui font, en quelque sorte, partie organique de l’espace usinier, sans y appartenir juridiquement : hôpital, canaux, chemin de fer, rues, école, routes, places, et bientôt cités ouvrières. Il s’agit, en fait, d’un processus important d’accumulation et de socialisation du sol urbain du type libéral, mal étudié d’ailleurs. En tous cas la politique mulhousienne du sol et de l’aménagement urbain permet peut-être de nuancer un certain nombre de thèses sociologiques sur la politique foncière du capitalisme classique du XIXe siècle12.

  • 13 Max WEBER, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.
  • 14 G. BURDEAU, Le libéralisme, Seuil, Paris, 1979.

31En pleine période du deuxième décollage industriel et de la mutation urbaine consécutive aux nouvelles structures industrielles, se constitue en 1825 un instrument associatif et institutionnel qui rendra célèbre la ville et le patronat industriel protestant : la Société Industrielle de Mulhouse (S.I.M.). Expression d’un patronat dynamique et jeune de l’ère machiniste des années 1810-1820, marqué certes par l’éthique protestante dans le sens weberien du terme13, mais déjà et surtout tourné vers le libéralisme : goût du risque, esprit d’entreprise, calcul des chances, exaltation de l’initiative individuelle14, – liée par des mariages et des intérêts, agissant de concert, la S.I.M. s’est assigné dans son acte de fondation du 24 décembre 1825 trois buts notamment, qui montrent le haut degré associatif bourgeois libéral qui règne déjà à Mulhouse sous la Restauration :

  • faire avancer et propager l’industrie ;

  • faire passer l’industrie de l’état empirique au rang d’une véritable science ;

  • encourager l’esprit d’entreprise et proposer à l’État la réalisation de projets d’utilité publique.

32Cette association industrielle, la première à cette échelle sur le continent, sera la première association patronale française, avec la Société d’Encouragement de Paris. Il n’est pas question ici de décrire en détail l’activité industrielle de la S.I.M. Disons seulement, qu’elle regroupe rapidement la totalité des industriels mulhousiens qui sont tous protestants, et qu’elle se dote d’instruments de travail remarquables et puissants tels qu’une bibliothèque et un instrument de diffusion scientifique : le Bulletin de la Société Industrielle et des comités permanents de travail et de recherche appliquée à l’industrie : comités de mécanique, de chimie, de statistique (économie), de commerce, de beaux-arts et d’économie sociale (qui deviendra sous le Second Empire Comité d’utilité publique) ; d’un musée industriel, d’une école de dessin, d’un musée d’histoire naturelle, etc...

  • 15 S. JONAS, « Cité de Mulhouse, 1853 », in ouvrage collectif Città di Fondazione, Marsilio Editori, V (...)
  • 16 Dr. A. PENOT, « Des institutions de prévoyance sociale fondées par les industriels du Haut-Rhin en (...)

33Sous l’influence d’une minorité libérale philanthrope et réformiste, la S.I.M. s’engagera dès 1827 sur la voie « de réalisation de projets d’utilité publique» (autre que ceux de la recherche et la production industrielle) : font partie, dès 1830, d’un vaste programme de réforme sociale et de prévoyance sociale.15. Toutes les grandes directions de ce programme, à l’exception de la question du logement ouvrier, sont déjà abordées à Mulhouse avant 1848 ; ce sont l’éducation, les subsistances, les lavoirs et bains, les services de santé et les sociétés de secours mutuels en cas de maladie, les caisses d’épargne et la caisse d’assistance et prêts, les caisses de retraite, l’asile pour les vieillards et infirmes, les pensions à domicile, les précautions contre les accidents causés par les machines16.

  • 17 Dr. VILLERMÉ, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de co (...)

34La mise en application réelle et intégrale de ces mesures d’économie sociale se heurte à l’hostilité de la majorité néo-conservatrice de la S.I.M. C’est surtout dans la question du logement ouvrier que les actions et les propositions de la minorité réformatrice se heurtent aux résistances les plus farouches de la majorité, qui va cependant pour la première fois reculer, à l’occasion de la publication du rapport du Dr. Villermé sur Mulhouse et sur son enquête, présentés en 1837-1839 à l’Académie des Sciences Morales et Politiques, à Paris. Le tableau sévère et sans complaisance de la politique sociale de la S.I.M., peint par l’enquêteur social conservateur, très écouté et estimé par celle-ci,17 favorise l’action de l’aile réformatrice. Et, à l’occasion du célèbre concours lancé en 1838 par la S.I.M. et intitulé « De l’industrialisme dans ses rapports avec la société sous le point de vue moral », une large discussion s’ouvre sur la question du logement ouvrier. Et après la question de l’habitation bourgeoise des années 1820-1830, la décennie qui suit sera dominée, du point de vue de la politique urbaine, par la question du logement ouvrier.

  • 18 J.B. DUROSELLE, Les Débuts du catholicisme social en France (1822-1870), P.U.F., Paris, 1951 ; R.H. (...)

35Outre le fait qu’il s’agit là de la première discussion théorique menée au sein de la bourgeoisie française sur le logement ouvrier, – précédant même les discussions animées entre 1845-1850 par les catholiques sociaux (de Melun, Villermé, Béchard, Harou Romain et Hennequin) sur les cités ouvrières18, – les discussions de 1838-1839 sont importantes parce qu’elles ont comme résultat le rejet de la formule caserne ouvrière, accordent la préférence à l’habitation ouvrière unifamiliale, formule jugée plus favorable pour la moralisation et la fixation de la classe ouvrière. Par ailleurs, ce choix deviendra en fait définitif et en 1853 c’est cette forme individuelle-là qui sera retenue et réalisée dans le cadre de la construction de la Cité ouvrière de Mulhouse. Le paradoxe du choix urbanistique entre le quartier bourgeois du type collectif et le projet de cité ouvrière du type individuel n’est qu’apparent. Pour les bourgeois, la cohabitation dense de familles ouvrières favorise « la sédition socialiste » et « le mélange des sexes ».

36Le projet urbain de « quartier ouvrier » sera réalisé en 1853, quand certains industriels réformateurs de la S.I.M., sous la direction de Jean Dollfus – qui est aussi leader du patronat libre-échangiste –, se regrouperont au sein de la Société Mulhousienne des Cités Ouvrières (SOMCO) et feront très rapidement surgir la « Cité » : d’abord en 1854-1855 un ensemble de 200 maisons unifamiliales sur 8 hectares, et vu son succès auprès des ouvriers, la Cité deviendra rapidement la plus grande réalisation de cité ouvrière des années 1850-1870 sur le continent : 920 maisons sur 30 hectares. En 1895, quand la Cité sera définitivement achevée, les 1.240 maisons ouvrières comptent près de 10.000 habitants ; poids démographique et sociologique considérable, puisque la population de la Cité constituera 10-15 % de la population totale de Mulhouse.

  • 19 La liste des membres du congrès international de bienfaisance de Bruxelles de 1856 est composée ain (...)

37Œuvre de la bourgeoisie protestante, maître absolu de l’industrie et de la municipalité de la ville, la Cité sera célèbre avant même son achèvement. Elle sera également très vite plébiscitée comme une réalisation-pilote du Second Empire. Elle servira de trait d’union entre industriels philanthropes anglais et alsaciens, français et germaniques, entre catholiques sociaux et protestants sociaux, notamment dans le mouvement européen de bienfaisance, fer de lance du néo-conservatisme bourgeois du logement ouvrier européen naissant19. Elle sera, par conséquent, aussi une cible de la presse socialiste naissante pour dénoncer les tentatives intégrationnistes du patronat industriel dans la question du logement ouvrier.

38D’origine industrielle, du type grande industrie, la Cité devient, et par son originalité en tant que quartier péri-urbain ouvrier et populaire d’un type nouveau, et par les innovations multiples, techniques, institutionnelles, architecturales, urbanistiques, financières, que sa réalisation a fait naître dans le domaine du logement ouvrier naissant, une référence internationale pour la bourgeoisie libérale réformiste, un modèle. A la fois modèle d’habitat unifamilial, modèle de croissance et de forme urbaines, modèle de participation patronal-étatique du type philanthropique et associatif. Il n’est pas question ici de faire une étude détaillée sur la Cité de Mulhouse, mais plutôt de montrer son insertion dans la politique urbaine des industriels et sa signification par rapport aux structures industrielles.

39Le recensement de 1851 trouve à la ville de Mulhouse 32.600 habitants, chiffre qui est une sous-estimation, à cause de l’impossibilité de recenser avec précision la population ouvrière flottante, nomade et étrangère qui peut atteindre les 20 % de la population. Mulhouse a donc au moins quadruplé, sinon quintuplé, au cours du deuxième décollage industriel, c’est-à-dire au cours de la première moitié du XIXe siècle. Mais cette population municipale n’est que le noyau central d'une agglomération urbaine en formation et en croissance rapide de 60.000 habitants. Dans l’espace industriel et usinier de cette nouvelle conurbation rhénane travaillent quelques 30-35.000 ouvriers de la grande industrie, dont la moitié doit vivre en zones péri-urbaines et dans l’espace rural environnant, essentiellement à cause de la spéculation foncière et immobilière qui sévit sur le marché du logement et du manque d’aménagement capable, sinon de prévoir du moins de suivre partiellement la croissance démographique sauvage d’un capitalisme sauvage secoué par des crises cycliques régulières.

40Le deuxième décollage industriel mulhousien est aussi un processus de nouvelle structuration territoriale de la grande industrie. Et celle-ci passe, surtout à partir des années 1830-1850, à un espace supérieur : celui de la région industrielle du Haut-Rhin. La bourgeoisie mulhousienne de plus en plus puissante, qui intervient directement dans l’organisation des matières premières, des sources d’énergie, des marchés et des débouchés, imprime aussi sa politique régionale par étapes marquées par l’installation massive de l’industrie en dehors de l’espace municipal et de sa zone péri-urbaine, dans un Hinterland de plus en plus profond. Mais dans ce processus d’étalement, un mouvement dialectique de concentration nouvelle apparaît avec force : l’augmentation des ouvriers dans l’espace municipal.

41Au cours de la première moitié du XIXe siècle la structure sociale et la composition de la population urbaine par classes et couches sociales se sont profondément changées. La ville bourgeoise rattachée à la France en 1798, devient pendant le deuxième décollage industriel, une ville ouvrière non seulement sur le plan de l’emploi, mais aussi sur celui de la résidence. La répartition en pourcentage de la population active, calculée par le Professeur Leuilliot, montre qu’au milieu du XIXe siècle existe déjà à Mulhouse un groupe de prolétariat résidentiel qui constitue 60 % de la population active et qui est composé de la façon suivante : 38 % d’ouvriers de la grande industrie, 18 % de domestiques et 3,5 % de journaliers. L’ancienne bourgeoisie s’est dispersée dans les catégories professionnelles suivantes : artisans, commerçants, propriétaires et industriels, (cf. tableau 4).

TABLEAU 4. LA COMPOSITION DE LA POPULATION ACTIVE RÉSIDENTIELLE DE MULHOUSE EN 1850

Catégories

En % *

Estimation No 1 50 % de la population active **

Estimation No 2 60 % de la population active **

Ouvriers

38,0

6.194

7.448

Journaliers

3,5

571

686

Domestiques

18,0

2.934

3.528

Artisans ***

12,0

1.956

2.352

Commerçants ***

8,0

1.304

1.568

Industriels et propriétaires ***

12,0

1.956

2.352

Cultivateurs ***

1,5

244

294

Diverse bourgeoisie ***

6,0

978

1.176

Gens de robe

1,0

163

196

Total

100,0

16.300

19.600

* D’après P. Leuilliot.
** Nos estimations.
*** « Bourgeoisie » de la Ville de Mulhouse dans le sens mulhousien du terme de l’époque du rattachement de la ville à la France, en 1798.

42Les nouvelles structures industrielles ont fait naître une nouvelle forme de division du travail, expression sociologique de la nouvelle division du travail usinier et de la nouvelle répartition des tâches du travail industriel ; phénomènes de structure que la grande génération des économistes anglais, tels qu’Adam Smith et Ricardo, érigeront en lois, sous le concept de la division du travail appliquée à la révolution industrielle.

43Dans la composition sociale apparaissent en même temps de nouvelles couches intermédiaires, comme une conséquence des transformations des structures industrielles, qui sont encore statistiquement « cachées » dans la répartition de la population, mais dont l’existence est non seulement connue, à Mulhouse, mais assez bien répertoriée en tant que profession. Il s’agit d’une population active technicienne et d’encadrement, tertiaire et administrative, bien située dans la structure de décision, puissante sur le plan de la politique locale, dont les principaux représentants sont les professions suivantes : chimistes, dessinateurs, commissionnaires, facteurs (industrie textile), magasiniers, contremaîtres, employés (encadrement), agents d’assurances, etc...

  • 20 Pendant la campagne mulhousienne des élections législatives, en 1849, un rapport du Commissaire de (...)

44Cette couche importante de moyenne et petite bourgeoisie nouvelle en formation apparaît déjà dans les rapports préfectoraux des années 1848 comme le principal agent politique du mouvement révolutionnaire local20. C’est une population jeune et dynamique, très urbaine, qui cherche sa place dans la politique locale et trouvera sous le Second Empire les moyens électoraux et institutionnels de se mesurer avec le patronat industriel protestant.

45La Cité de Mulhouse, en tant qu’espace urbain unique maîtrisé et planifié de la deuxième moitié du XIXe siècle à Mulhouse, exprime bien ces changements structuraux – spatiaux et sociaux – consécutifs à l’évolution de l’espace et de l’activité usiniers de la grande industrie. La nécessité de créer un espace urbain planifié à caractère ouvrier peut s’expliquer par plusieurs raisons. Premièrement, par la présence de plus en plus massive d’une classe ouvrière en mutation ; cette classe ouvrière est jeune, composée en majorité de femmes et d’enfants, caractérisée par une grande mobilité géographique et dominée par une population ouvrière flottante et étrangère : un véritable sous-prolétariat doublement exploité, vivant dans la misère matérielle et morale.

46L’espace municipal est littéralement envahi par cette classe ouvrière nouvelle sous le Second Empire, quand la croissance de la ville de Mulhouse accuse un rythme assez irrégulier caractérisé par deux grands bonds en avant : en 1851-1856 et 1861-1866. Ces bonds en avant seront suivis d’années de stagnation. Ce rythme irrégulier est la conséquence du développement industriel et de la stratégie patronale en matière de main-d’œuvre. Cette période de croissance urbaine est importante pour la classe ouvrière de la ville municipale, dans la mesure où les quelques 17.000 habitants de plus – croissance de plus de 34 % en cinq ans entre 1851 et 1856 – sont dans leur majorité des ouvriers.

  • 21 L. BENEVOLO, Aux sources de l’urbanisme moderne, op. cit. ; G. CAMPOS VENUTI, Urbanistica et auster (...)

47Ce recentrage résidentiel voulu par le patronat est donc en décalage par rapport au développement des structures industrielles, soulignant ainsi le fait important que nous essayons de montrer dans cet article : il n’y a pas, en matière urbanistique, un synchronisme a priori entre l’économie et l’urbanisme. Par contre, l’évolution des structures urbaines de Mulhouse sous le Second Empire pourrait souligner et prouver l’existence d’un rapport dialectique entre urbanisme et politique21, dans la mesure où la création de la Cité de, Mulhouse a été le phénomène moteur et décisif dans la fixation des ouvriers résidents à l’intérieur de l’espace municipal. Or, nous avons vu que la création de la Cité intervient relativement tardivement, pour des raisons de politique industrielle, par rapport au deuxième décollage industriel.

48A la fin du Second Empire et de seize ans d’existence, la Cité de Mulhouse fait déjà partie des rares cités ouvrières européennes de dimension internationale vu leur taille et leur influence. Avec ses 920 maisons sur plus de 40 hectares, situées dans une zone péri-urbaine à caractère industriel-résidentiel, elle compte 6.550 habitants à prédominance ouvrière, mais dont la composition sociologique suivra en définitive beaucoup plus la hiérarchie de l’entreprise industrielle que celle des réalisations philanthropiques anglaises ou belges, qui sont souvent de véritables ghettos ouvriers à bas salaire ou des cités populaires assistées.

49Entre 1848 et 1870, les structures socio-professionnelles se sont modifiées d’une manière considérable ; et au moment de la chute du Second Empire 80 % de la population active mulhousienne font déjà partie du salariat industriel moderne. Les concepteurs de la Cité ont toujours mis l’accent sur le fait que la diversification sociologique de la population était pour eux un phénomène jugé positif. Mais leur politique dans ce domaine était beaucoup plus basée sur une adaptation empirique « inventive » aux situations que sur une prévision consciente. Et si au début la Cité était réservée exclusivement aux ouvriers, petit à petit, elle a été ouverte aux artisans (liés à l’industrie) et petits commerçants, puis aux contremaîtres et au personnel d’encadrement de l’industrie. Et, petit à petit, la Cité est devenue un quartier populaire industriel, expression morphologique et sociologique d’une nouvelle population d’origine industrielle. L’enquête de 1874 de la Société Industrielle a, en effet, recensé dans la Cité pas moins de 80 professions, que nous pouvons grouper en quatre catégories sociales significatives ; ouvriers ; personnel d’encadrement d’entreprise ; artisans et petits commerçants de quartier ; et veufs, veuves, retraités.

50Trois-quarts des ménages de la Cité appartenaient au prolétariat de la grande industrie : 70 % d’ouvriers (journaliers, manœuvres, ouvriers de fabrique et ouvriers ayant un métier) et 5 % de veuves ayant des enfants qui travaillaient dans des usines. La composition sociologique de la Cité était aussi riche et variée que celle de la ville. Le tableau 5 sur la répartition interne des ouvriers par catégorie de salariés montre que la moitié des familles appartiennent aux ouvriers ayant un métier. Mais le bloc d’ouvriers flottants composé de journaliers et de manœuvres (34 %), d’ouvriers de fabrique (8,4 %) et de veuves d’origine ouvrière avec enfants travaillant en usine (5,3 %), constitue l’autre moitié des familles ouvrières ; proportion considérable.

TABLEAU 5. LA COMPOSITION SOCIOLOGIQUE DES 920 PROPRIÉTAIRES DE LA CITÉ EN 1874

Catégories

v.a.

En %

 % des 50 premiers propriétaires en 1854*

Ouvriers (journaliers-manœuvres, ouvriers de fabrique, ouvriers qualifiés)

644

70,0

84,0

Personnel d’encadrement (contremaîtres, employés, autres intermédiaires)

102

11,1

2,3

Artisans et petits commerçants

86

9,3

4,6

Veufs, veuves et retraités

81

8,8

2,3

Divers

7

0,8

6,8 **

Total

920

100,0

100,0

* Pour mémoire.
** Professions non identifiables dans le Grand Livre de la SOMCO.

51On peut donc s’interroger sur la conception de sélection des industriels mulhousiens philanthropes. Elle n’était pas basée sur la notion de qualification ou celle du niveau de salaire, mais sur la notion de « l’ouvrier rangé » : ouvrier économe, épargnant, attaché à la propriété du logement, à la famille. La répartition interne des ouvriers ayant un métier montre cependant que la notion philanthrope mulhousienne d’ouvrier rangé sous le Second Empire est plutôt à l’image des ouvriers bien ou très bien payés, recrutés essentiellement parmi les mécaniciens, graveurs, tourneurs, forgerons, imprimeurs, charpentiers, tisserands et pareurs, et non parmi les manœuvres et les ouvriers de fabriques qui constituaient la minorité des propriétaires des maisons de la Cité.

  • 22 Voir à ce sujet le groupe de philanthropes formé dans la cour de la Reine Victoria d’Angleterre, co (...)

52La composition non ouvrière de la Cité est intéressante. Cette population constituait un peu plus d’un tiers de la population totale. D est utile de remarquer ici que cette proportion ne sera jamais dépassée jusqu’aux années 1975-1980. Leur présence si massive exprime bien la montée de la petite bourgeoisie urbaine dans la ville : retraités non ouvriers (4,5 %), artisans et petits commerçants (9,3 %). Mais l’originalité de la composition sociologique de la Cité est incontestablement la présence massive (plus de 11 %) du groupe social du personnel industriel d’encadrement. Si leur installation volontaire dans un milieu ouvrier correspond à une politique industrielle qui sera généralisée en Europe un demi-siècle plus tard, le pouvoir étatique bonapartiste n’a pas regardé d’un œil favorable l’installation de cette couche sociale dans le milieu ouvrier. Les rapports de police et du procureur général signalent que le milieu du personnel industriel d’encadrement, très sensible aux idées républicaines et à la démocratie, voire au socialisme, se trouvait souvent à Mulhouse à la tête des manifestations politiques, rares il est vrai, sous le Second Empire22.

53Mulhouse, ville industrielle-modèle importante du XIXe siècle, justifie amplement, nous semble-t-il, l’analyse et l’affirmation des historiens de la révolution industrielle, mais aussi celles faites plus récemment par les historiens de l’archéologie industrielle, qui soulignent le rapport « génétique » complexe qui s’établit entre la ville industrielle et l’industrie elle-même. Il n’est peut-être pas inutile de souligner à ce colloque que pendant la période du capitalisme classique, le rapport ville-industrie, et l’organisation de l’espace urbain et l’espace social, subissent l’industrialisation plutôt qu’ils ne la préparent.

54Comment caractériser brièvement, pour terminer, les programmes d’urbanisme successifs de la période étudiée ? Ils ne seront à notre avis jamais –, contrairement aux projets d’urbanisme des socialistes utopiques, mais ceux-là, il est vrai, ne restent à cette époque que théoriques – des projets globaux et ne seront pas posés en termes de nécessité de créer des formes nouvelles relevant de l’idéologie et de la théorie pures du libéralisme. Les grands travaux d’aménagement du début du XIXe siècle, le nouveau quartier bourgeois de 1825 et la cité ouvrière de 1853 resteront toujours des projets pragmatiques mais opérationnels, sectoriels mais efficaces et décisifs pour le futur développement de la ville.

55Malgré leurs aspects techniques, les projets d’urbanisme de Mulhouse n’en deviennent pas pour autant politiquement neutres. Bien au contraire. Ils complèteront bien la stratégie industrielle de l’idéologie néo-conservatrice qui domine la plus grande partie du XIXe siècle.

56Les œuvres d’économie sociale telles que la cité ouvrière de Mulhouse soulèvent cependant un problème important : existait-il ou non en Europe, des théories et des doctrines d’urbanisme de rechange, en face des thèses et doctrines bourgeoises néo-conservatrices dominantes ? Nous pensons que oui, le courant de philanthropie industrielle en était une. La naissance d’un courant minoritaire de réforme sociale de la bourgeoisie mulhousienne – semblablement à plusieurs cas anglais – remonte aux années 1830-1840. Elle date donc d’avant toute organisation de la classe ouvrière européenne et ce n’est pas la naissance de celle-ci qui l’a provoquée, comme une certaine historiographie ouvrière misérabiliste voudrait le faire croire.

  • 23 J.N. TARN, Five Per Cent Philanthropy, An account of housing in urban areas between 1840 and 1914, (...)

57Cependant, le courant de « philanthropie à 5 % » – l’excellente formulation du Professeur anglais J.N. Tarn fait allusion aux 5 % (ou plus) toujours prélevés sur les capitaux donnés par les philanthropes, à but non lucratif et sans intérêt, pour construire des cités et des logements ouvriers –23 n’est pas une vraie alternative à la question urbaine et du logement du capitalisme du XIXe siècle. Il résulte d’une logique capitaliste qui est celle-ci : l’urbanisation fait partie de l’industrialisation, de l’économie générale et du politique, dont les finalités et la maîtrise divisent la bourgeoisie elle-même, où la tendance de réforme sociale représente historiquement et sociologiquement une solution, certes fragile, mais une solution réelle de rechange, pour des questions de cette nature, en dehors de son rôle de soupape de sécurité de la classe dirigeante ; rôle que l’État tarde à jouer et qu’il assumera seulement vers la fin du siècle.

PLAN DE SITUATION

PLAN DE SITUATION

LA CITÉ OUVRIERE DE MULHOUSE – PROJET INITIAL 1853

LA CITÉ OUVRIERE DE MULHOUSE – PROJET INITIAL 1853

(Bibliothèque de la Société Industrielle de Mulhouse)

CITÉS OUVRIERES DE MULHOUSE

CITÉS OUVRIERES DE MULHOUSE

(Bibliothèque de la Société Industrielle de Mulhouse)

MULHOUSE ET SES FAUBOURGS EN 1830 PLAN DE HOFER

MULHOUSE ET SES FAUBOURGS EN 1830 – PLAN DE HOFER

(Cliché : Musée Historique de Mulhouse)

MULHOUSE ET SA BANLIEUE EN 1850 – PLAN DE HOFER

MULHOUSE ET SA BANLIEUE EN 1850 – PLAN DE HOFER

(Cliché : Musée Historique de Mulhouse)

NOUVEAU QUARTIER, 1826 (projet partiellement réalisé). Architectes : Félix FRIES et Jean Geoffroi STOTZ

NOUVEAU QUARTIER, 1826 (projet partiellement réalisé). Architectes : Félix FRIES et Jean Geoffroi STOTZ

(Cliché : Musée Historique de Mulhouse)

(Cliché : Musée Historique de Mulhouse)

Notes

1 La Cité de Mulhouse (1853-1870) : un modèle de participation de l’habitat économique et social du XIXe siècle ; Appel d’offres recherche CORDA-DGRST terminé en 1981 ; 420 p. +170 p. d’annexes ; responsable scientifique : S. JONAS ; autres membres de l’équipe : Ph. HECKNER et J.M. KNORR ; ARIAS-Unité Pédagogique d’Architecture de Strasbourg.

2 A.L. MORTON, L'utopie anglaise, Maspero, Paris, 1964 ; L. BENEVOLO, Aux sources de l’urbanisme moderne, Horizons de France, Paris, 1972 ; S. JONAS, « De la famille au quartier : la conception d’unités de vie sociale dans la pensée et les projets utopiques-socialistes chez Thomas MORE, OWEN et FOURIER », in Cahiers de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, Université de Strasbourg II, no 1, 1979.

3 L’impact de la restructuration et de la crise d’une industrie sur l’organisation spatiale et un fonctionnement social. Analyse comparative de bassins industriels et miniers en crise ; Appel d’offres recherche « Développement Spatial, Cadre de vie et Mobilité », Ministère de la Recherche et de la Technologie, DGRST ; recherche en cours ; responsables scientifiques : B. HAUMONT et S. JONAS ; autres membres de l’équipe : N. BINET, G. EMONT, A. KOCHER et B. WOEHL ; A.D.A. Paris et Université de Strasbourg II.

4 De la bibliographie alsacienne du XIXe siècle sur Mulhouse voir notamment : Dr. A. PENOT, Statistique générale du Haut-Rhin, Mulhouse, 1831 ; Recherches Statistiques sur Mulhouse, 1843 ; Ch. GRAD, Études Statistiques sur l’Industrie de l’Alsace, 2 vol., Colmar, 1879 ; plus récemment : H. LAUFENBURGER et P. PFLIMLIN, Cours d’économie alsacienne, 2 vol., Paris, 1930-1932 ; G. LIVET et R. OBERLÉ, Histoire de Mulhouse, des origines à nos jours, Istra, Strasbourg, 1977 ; P. LEUILLIOT, L’Alsace au début du XIXe siècle, 3 vol., Paris, 1959-1961.

5 R. OBERLÉ, « Le siècle des lumières et les débuts de l’industrialisation », in Histoire de Mulhouse... op. cit., pp. 139-144.

6 R. OBERLÉ, op. cit., pp. 143-144.

7 P. LEUILLIOT, « Essor économique du XIXe siècle et les transformations de la cité (1815-1870) », in Histoire de Mulhouse, op. cit., p. 175.

8 J. SCHOULE, « L’évolution de l'habitat mulhousien de 1830 à 1977 », in Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, Nos 766/777, 1977.

9 Dr. A. PENOT, Les cités ouvrières de Mulhouse, leurs bains et lavoirs, Mulhouse, 1857 ; L. REYBAUD, Rapport sur la morale, intellectuelle et matérielle des ouvriers qui vivent de l’industrie du coton, Firmin Didot Frères, Paris, 1862.

10 LIVET-OBERLÉ, Histoire de Mulhouse..., op. cit., p. 176.

11 La première banque mulhousienne, par ailleurs très modeste, celle fondée par Charles SCHLUMBERGER, ne sera ouverte qu’en 1840, suivie en 1843 par le Comptoir de la Banque de France. En fait, la bourgeoisie protestante mulhousienne a toujours pratiqué l’autofinancement familial.

12 A Mulhouse ce n’est pas « la poussée de la classe ouvrière », comme le pense A. LIPIETZ, peut-être avec justesse, pour une période plus tardive en France, mais celle de l’aile libérale réformiste du patronat industriel mulhousien qui essaiera de s’opposer, pour préserver suffisamment de réserves foncières pour le développement industriel, à la spéculation immobilière pratiquée par les autres couches de la bourgeoisie locale, en cherchant une alternative, certes fragile, de construction de logements ouvriers à bon marché. LIPIETZ pense, en effet, qu’« A chaque fois c’est sous la poussée de la classe ouvrière que le capital industriel impose à la propriété immobilière des «réformes sociales » qui correspondent en fait à une résolution de la contradiction secondaire en sa faveur. » (A. LIPIETZ, Le tribut foncier urbain, Maspéro, Paris, 1964, cf. notamment p. 185 et suite). La classe ouvrière n’existe en tant que telle, à Mulhouse avant la constitution des grandes organisations – syndicats et partis ouvriers – qu’à partir du troisième tiers du XIXe siècle.

13 Max WEBER, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

14 G. BURDEAU, Le libéralisme, Seuil, Paris, 1979.

15 S. JONAS, « Cité de Mulhouse, 1853 », in ouvrage collectif Città di Fondazione, Marsilio Editori, Venezia, 1978 ; « Die Arbeiter-Siedlungen : soziologische Probleme », in ouvrage collectif Erhaltung von Arbeiter-Siedlungen (Maintenir les cités ouvrières), Stadt Gelsenkirchen, la Ruhr, R.F.A., 1976.

16 Dr. A. PENOT, « Des institutions de prévoyance sociale fondées par les industriels du Haut-Rhin en faveur de leurs ouvriers », in Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, no 26, pp. 401-434, 1855 ; E. VERON, Les institutions ouvrières de Mulhouse et des environs, Paris, Hachette, 1866 ; M. ENGEL-DOLLFUS, « Mémoire sur l’épargne et la prévoyance dans leurs manifestations à Mulhouse », in S.I.M., Les institutions de prévoyance à Mulhouse, Veuve Bader et Cie, Mulhouse, 1876.

17 Dr. VILLERMÉ, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Renouard, Paris, 1840.

18 J.B. DUROSELLE, Les Débuts du catholicisme social en France (1822-1870), P.U.F., Paris, 1951 ; R.H. GUERRAND, Les origines du logement social en France, Les Éditions ouvrières, Paris, 1967.

19 La liste des membres du congrès international de bienfaisance de Bruxelles de 1856 est composée ainsi : J. DOLLFUS, A. HENNEQUIN, de MELUN, E. MULLER et Dr. VILLERMÉ ; voir aussi : J. DOLLFUS, Note sur les Cités Ouvrières, Congrès international de bienfaisance, Francfort, 1857 ; édition de la S.I.M., Mulhouse, 1857.

20 Pendant la campagne mulhousienne des élections législatives, en 1849, un rapport du Commissaire de police notait que « la classe ouvrière et la petite bourgeoisie ont été vivement travaillées ces derniers temps par la propagande socialiste », et il signalait d’autre part « l’effervescence préélectorale des commis de fabrique qui sont tous rouges, jeunes de 17 à 20 ans... » (in LIVET-OBERLÉ, op. cit., pp. 242-243).

21 L. BENEVOLO, Aux sources de l’urbanisme moderne, op. cit. ; G. CAMPOS VENUTI, Urbanistica et austerità, Feltrinelli, Milano, 1978 ; J. FREUND, L'essence du politique, Sirey, Paris, 1978.

22 Voir à ce sujet le groupe de philanthropes formé dans la cour de la Reine Victoria d’Angleterre, comprenant notamment son mari, le Prince ALBERT et Lord ASHLEY ; et les deux grandes associations : 1) la Société d’Amélioration du sort de la classe ouvrière, créée en 1844 et 2) l’Association métropolitaine pour l’amélioration des habitations des classes industirelles, fondée en 1845.

23 J.N. TARN, Five Per Cent Philanthropy, An account of housing in urban areas between 1840 and 1914, Cambridge University Press, 1973.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2. RÉPARTITION DES COUCHES SOCIALES PAR QUARTIER
Légende Source : R. OBERLÉ.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre PLAN DE SITUATION
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre LA CITÉ OUVRIERE DE MULHOUSE – PROJET INITIAL 1853
Légende (Bibliothèque de la Société Industrielle de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre CITÉS OUVRIERES DE MULHOUSE
Légende (Bibliothèque de la Société Industrielle de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre MULHOUSE ET SES FAUBOURGS EN 1830 PLAN DE HOFER
Légende (Cliché : Musée Historique de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre MULHOUSE ET SA BANLIEUE EN 1850 – PLAN DE HOFER
Légende (Cliché : Musée Historique de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre NOUVEAU QUARTIER, 1826 (projet partiellement réalisé). Architectes : Félix FRIES et Jean Geoffroi STOTZ
Légende (Cliché : Musée Historique de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende (Cliché : Musée Historique de Mulhouse)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14651/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

Auteur

Université de Strasbourg II

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site