Version classiqueVersion mobile

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Le quartier Saint-Louis de la Guillotière au xixe siècle

Vincent Féroldi

Texte intégral

  • 1 Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, tome 1 : Les structures du quo (...)

1Dans Les Structures du quotidien, Fernand Braudel écrit : « Toutes les villes du monde, à commencer par celles d’Occident, ont leurs faubourgs. Il n’y a pas d’arbre vigoureux sans rejets à son pied, pas de villes sans faubourgs. Ce sont les manifestations de sa vigueur ». Et d’ajouter : « Les faubourgs ce sont les pauvres, les artisans, les mariniers, les industries bruyantes, malodorantes, les auberges à bon marché, les relais, les écuries pour les chevaux de poste, les logis des crocheteurs »1. Une telle description convient parfaitement à la Guillotière, faubourg de Lyon situé sur la rive gauche du Rhône.

2Ce dernier doit sa naissance à la construction d’un pont de pierre à la fin du XIIe siècle (en 1183). Celui-ci était de première nécessité car il permettait aux habitants de Lyon de gagner le Dauphiné. Deux routes importantes menaient à ce pont : celle de la vallée du Rhône mettant Lyon en rapport avec Marseille et la Méditerranée, et celle de l’Italie par Chambéry et le Mont Cenis. Jusqu’au XVIIIe siècle, la Guillotière fut essentiellement un bourg aggloméré autour du pont et s’étirant le long des deux axes de communication. Mais à la fin du XVIIIe siècle, sous l’impulsion de l’architecte Morand, est construit un quartier au débouché d’un nouveau pont dans la partie septentrionale de la commune. Il en résulte la présence sur le territoire de la ville de la Guillotière de deux agglomérations importantes : le vieux bourg et le nouveau quartier des Brotteaux. Par suite du phénomène d’urbanisation sensible tout au long du XIXe siècle, celles-ci finiront par se rejoindre.

Le quartier Saint Louis en 1851

  • 2 Des raisons éminemment politiques (émeutes de 1831...) ont prévalu à la construction de ces forts. (...)
  • 3 Cet établissement accueille une centaine de pensionnaires en 1851.

3Partie intégrante du vieux bourg, le quartier Saint Louis s’étend autour de l’église du même nom et le long des deux rues principales (actuelles Grande rue de la Guillotière et rue de la Madeleine). Séparé du Rhône par le quartier Basse-Combalot, il est délimité à l’Est par les murs d’enceinte édifiés à partir de 1831. Ces murs et les sept forts qui les défendent enserrent toute la commune, depuis le bois de la Tête d’Or jusqu’aux lônes de la Vitriolerie2. Au coeur du quartier, à proximité de l’Hospice des vieillards3, se tiennent deux marchés d’inégale importance : le marché aux fruits et légumes de la place Saint Louis, destiné à la population locale, et le marché aux grains et aux bestiaux de la place de la Croix (actuelle place Stalingrad) qui sert de marché régulateur de la ville de Lyon pour les arrivages par terre des grains de toutes espèces. En bordure du quartier, dans sa partie méridionale, se sont installées des industries pour le moins malodorantes : vitriolerie (dès 1803), verreries, cristallerie, fabriques de bougies, de savon, de tuiles...

4Le dénombrement de 1851 indique pour le quartier Saint Louis une population de 6.694 habitants répartie dans 2.124 ménages et 435 maisons. On peut distinguer dans ces dernières trois groupes :

  • des fermes, à proximité du chemin de ronde et du chemin de la Mouche ;

  • des maisons bâties pour la plupart d’entre elles sans plan préconçu au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle et élevées le long des axes de communication. Ce sont des maisons de pisé ou des petits immeubles sans style. Ces demeures recèlent des arrières-cours encombrées de constructions adventices édifiées au fil des années, selon les besoins. Ce groupe est le plus important ;

  • des immeubles de trois étages et plus. Ce groupe comprend quelques rares vieux immeubles, tel celui de l’Hôtel de l’Aigle, sis Grande rue de la Guillotière. Mais ce sont surtout des immeubles de trois étages construits dans les années 1820-1830 autour de l’église Saint Louis (actuelles rues de la Madeleine et Claude Boyer) et le long de la rue de Chabrol (actuelle rue Sébastien Gryphe). Ce qui les caractérise, ce sont leurs façades austères, leurs hautes fenêtres, l’absence de toute décoration, car ils étaient destinés aux ouvriers en soie et à leurs métiers à tisser. Signalons cependant une particularité propre à l’un des immeubles de la rue de la Madeleine : il comporte une imposante voûte qui permet un accès direct à la rue Saint Michel.

528 % de ces habitations sont occupés par 5 personnes et moins. Les constructions où demeurent au maximum 10 personnes représentent une maison sur deux. Pourtant, 68 % de la population est hébergée dans un tiers des immeubles et maisons du quartier, et l’on constate que 41,8 % des ménages du quartier sont regroupés dans 65 immeubles, soit 14,9 % des habitations.

Urbanisation du quartier Saint Louis (1840-1890)

  • 4 En 1851, le montant annuel moyen d’un loyer est de 168 francs et il correspond la plupart du temps (...)

6De 1851 à 1876, le quartier Saint Louis se développe fortement comme l’indiquent les résultats du dénombrement de 1876 : 12.673 habitants (+89 %), 4.597 ménages (+ 110 %), 647 maisons (+48 %). Ces accroissements ne sont pas le fruit d’une active politique municipale en matière d’urbanisme. Au contraire ! Ils sont en fait la résultante d’un double phénomène. D’une part, de nombreux individus, originaires pour la plupart de la région Rhône-Alpes, viennent habiter à la Guillotière à la recherche d’un travail et d’un logement à loyer modéré4. D’autre part, des petits propriétaires, des artisans et des commerçants investissent dans l’immobilier en construisant des « logements pour ouvriers », sans avoir pour autant l’appui des édiles municipaux.

  • 5 Date à laquelle la commune de la Guillotière est rattachée à la ville de Lyon.
  • 6 Les travailleurs du textile représentent 22 % de la population active et ceux de l’habillement 15,8 (...)

7En effet, s’il serait faux de dire que de 1840 au 24 mars 18525 la municipalité ne se soit pas préoccupé du développement de la commune, il faut néanmoins souligner que ne sont point prises les mesures nécessaires à la concrétisation des objectifs déterminés. Par exemple, alors qu’en 1844 et 1845 un grand nombre de séances du Conseil Municipal sont consacrées à l’élaboration d’un nouveau plan général de la commune prenant en compte les nouveaux alignements, il faut attendre les années 1849 et 1850 pour voir ce dernier établi. L’annexion de la commune et l’arrivée de Claudius Vaïsse à la Préfecture du Rhône en 1853 n’arrangent rien. Que le quartier Saint Louis soit délaissé au profit des quartiers des Brotteaux et de la Part Dieu, de nombreuses raisons l’expliquent. Alors qu’aux Brotteaux et à la Part Dieu le sol est la propriété dans la majorité des cas des Hospices Civils de Lyon, nous avons affaire à la Guillotière à une multitude de petits propriétaires soucieux avant tout de leurs intérêts propres. De plus, la population du quartier Saint Louis est essentiellement une population ouvrière et artisanale6 et, au niveau de l’environnement, ce n’est guère engageant : omni-présence des murs d’enceinte, existence d’un ruisseau, la Rize, qui est un véritable foyer d’infection, usines et ateliers de toute sorte dont les façades se dressent un peu partout...

8Pourtant, de 1851 à 1876, l’urbanisation du quartier Saint Louis est affrontée à deux événements. C’est en premier lieu les inondations catastrophiques du 31 mai 1856. Par suite de la rupture des digues, le Rhône déferle ce jour-là avec impétuosité sur toutes les terres de la Guillotière. Place des Pères, à côté de l’église Saint Louis, l’eau monte jusqu’à 2 m 16 au-dessus du niveau du trottoir. Si, pour la commune, le bilan s’élève à 335 maisons écroulées entièrement 448 partiellement, le quartier Saint Louis n’est pas en reste : 82 propriétaires déclarent des dommages. 30 bâtiments d’habitation, 16 bâtiments divers, 14 entrepôts, magasins ou ateliers, 8 écuries, 31 hangars et 18 murs se sont écroulés partiellement ou en totalité. 7 morts sont dénombrés dont 6 découverts sous les décombres de leur maison. Pour éviter que ne se renouvelle une semblable catastrophe, des mesures sont prises. Obligatoire est la construction en maçonnerie de moellons sur plus d’un mètre de hauteur de tous les murs intérieurs et extérieurs des bâtiments riverains ou non de la voie publique. Sont décidés la mise à niveau et le pavage des rues dont la chaussée est encore en-dessous du niveau du Rhône, ainsi que l’accélération des travaux de construction d’égoûts.

9Autre réalité propre au quartier : le prolongement de l’avenue de Saxe. Deux projets sont à l’étude. Prolonger vers la rue de la Madeleine et la route de Marseille et réaliser ainsi une admirable avenue rectiligne qui s’étendrait sur toute la Rive Gauche. Ou relier les Brotteaux à la gare de la Mouche en cours d’édification. C’est ce deuxième projet qui est retenu car est advenu « le temps des gares », autour desquelles s’organise la vie de la cité. Dès 1860, la ville s’arrange à l’amiable pour acquérir les terrains situés sur le tracé de la future avenue (actuelle avenue Jean Jaurès) et, en 1863, elle possède ainsi plus de la moitié de la surface au sol nécessaire audit prolongement : la compagnie du Chemin de Fer de Genève et les Hospices Civils de Lyon ont même cédé gratuitement quelques arpents de terrain. Cette même année, une enquête prescrite pour le règlement des alignements est ouverte mais comme la dépense nécessaire à l’achat des terrains, de neuf maisons de belle apparence, de vingt maisons de pisé et de dix hangars – tous situés sur le parcours – est évaluée à 710.923 francs en 1863, il ne faut pas s’étonner de ce qu’en 1866 le projet n’ait guère avancé et que de nombreux habitants de la Guillotière et du quartier, soucieux de la mise en valeur de leurs propriétés, se mettent à signer des pétitions. Bien que l’Ingénieur en chef de la ville de Lyon proposât de terminer l’opération en deux tranches de cinq ans chacune, la ville ne cherche pas à obtenir le décret déclaratif d’utilité publique tant par manque de ressources suffisantes au budget municipal que par le désir avoué de se consacrer en priorité à la mise en valeur des fronts du Rhône et des quartiers situés au nord du cours de Brosses (actuel cours Gambetta). Il faudra attendre 1890 pour que soit effectif le tracé de l’avenue et 1905-1915 pour que l’avenue soit bordée d’immeubles de rapport.

Le marché de la construction

  • 7 Cf. graphique 1.
  • 8 Cf. graphique 2.
  • 9 Cf. tableau 1.
  • 10 31 % des bâtiments construits, reconstruits ou exhaussés ont une hauteur définitive de 4 m maximum, (...)

10Pourtant, de 1851 à 1876, on construit. C’est ce que révèle l’étude des dossiers d’autorisations de travaux de construction, dossiers établis par la Préfecture du Rhône. Au nombre de 698 pour ces 25 années, soit une moyenne annuelle de 26,8, ces dossiers ont pour objet des travaux très divers : construction d’immeuble, exhaussement de maison, peinture de façade, établissement de trottoir, etc...)7. De 1851 à 1856, le nombre annuel de dossiers va en augmentant malgré une légère baisse en 1854. Les inondations de 1856 et la crise de 1857-1858 sont à l’origine de la baisse brutale du nombre de dossiers constatée en 1857 mais une reprise est constatée jusqu’en 1864 : en 1862, on atteint même un chiffre record. De 1865 à 1870, stagnation, et il faut attendre 1874 pour retrouver un niveau d’activités proche de celui de 1864, 1875 et 1876 ne confirment pas ce résultat. Ces 698 dossiers renferment 819 demandes d’autorisation dont 56,2 % d’entre elles concernent l’édification de constructions nouvelles, 13,3 % des travaux d’exhaussement et 6,1 % des travaux de reconstruction. Les constructions d’immeubles, c’est-à-dire de bâtisses ayant une hauteur de façade égale ou supérieure à 14 m, restent très minoritaires8. Ce que l’on édifie avant tout, ce sont des maisons et des hangars9. Les exhaussements d’un, deux ou trois étages se font sur des maisons de construction récente, voire même en construction, ce qui indiquerait que les possibilités d’investissement sont limitées10.

11Qui construit ? Avant tout des propriétaires, mais aussi des artisans du bâtiment, de la petite métallurgie et des commerçants. Il n’y a point de sociétés immobilières. Si 76 % des bénéficiaires de travaux ne résident pas là où vont être effectués les travaux, la plupart d’entre eux habitent le quartier ; ceux qui ont leur domicile à Lyon, Paris ou Saint-Étienne sont une minorité. Notons enfin que 15 % des pétitionnaires ont recours aux services d’un architecte.

12On construit de manière à occuper au maximum l’espace. Il en résulte un nombre élevé de bâtiments à usage d’habitation ou de travail construits sur cour. On construit d’abord à proximité des centres de vie du quartier (rues commerçantes, places) et dans les arrières-cours des immeubles et maisons les plus anciennes. Mais se pose une question : dans les rues où se bâtissent des immeubles neufs, est-ce que se met en place une nouvelle organisation de l’espace habité où la chambre unique ne serait plus le modèle principal d’occupation comme en 1851. D’autres sources que celles étudiées seraient nécessaires pour apporter des éléments de réponse. Mais ce qui apparaît déjà dans notre étude, c’est la diminution sensible de la taille des ménages : 2,75 personnes par ménage en 1876 contre 3,15 en 1851, et c’est aussi la dissociation de plus en plus grande entre lieu d’habitation et lieu de travail. C’est enfin une densité de population beaucoup plus grande en 1876 dans un quartier dont l’apparence extérieure n’a pas fondamentalement changée.

13Pourtant, c’est un nouveau quartier qui va prendre forme à la fin du XIXe siècle avec ses rues-lisières comme l’avenue des ponts du Midi (actuelle avenue Berthelot) et l’avenue de Saxe prolongée (actuelle avenue Jean Jaurès), avec ses îlots-refuges à vocation artisanale et industrieuse (rues Montesquieu, Dumoulin, Sainte Jeanne,...), avec ses rues commerçantes (Grande rue de la Guillotière, rue de la Madeleine, future rue Sébastien Gryphe), avec ses rues résidentielles (avenue de la Thibaudière, avenue de Saxe).

Annexes

ANNEXE 1

L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1851 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1848)

L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1851 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1848)

ANNEXE 2

PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTR UCTION DE MAISON OU D'IMMEUBLE DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)

PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTR UCTION DE MAISON OU D'IMMEUBLE DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)

ANNEXE 3

PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTRUCTION D'ATELIER OU D’HANGAR DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)

PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTRUCTION D'ATELIER OU D’HANGAR DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)

ANNEXE 4

L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1876 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1872)

L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1876 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1872)

GRAPHIQUE I. DOSSIERS D’AUTORISATION DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION ACCORDÉE OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS

GRAPHIQUE I. DOSSIERS D’AUTORISATION DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION ACCORDÉE OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS

GRAPHIQUE 2. PERMIS D’ALIGNEMENT ACCORDÉS OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS : CONSTRUCTIONS NOUVELLES

GRAPHIQUE 2. PERMIS D’ALIGNEMENT ACCORDÉS OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS : CONSTRUCTIONS NOUVELLES

1. Immeubles
2. Hangars, ateliers commerciaux
3. Maisons
4. = 1 +2 +3

TABLEAU 1. LOCALISATION DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION A EFFECTUER DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS DE 1851 A 1876

TABLEAU 1. LOCALISATION DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION A EFFECTUER DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS DE 1851 A 1876

Notes

1 Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, tome 1 : Les structures du quotidien : le possible et l'impossible, Paris, A. Colin, 1979, p. 443.

2 Des raisons éminemment politiques (émeutes de 1831...) ont prévalu à la construction de ces forts. Il s’agissait de pouvoir surveiller les populations ouvrières de la Guillotière.

3 Cet établissement accueille une centaine de pensionnaires en 1851.

4 En 1851, le montant annuel moyen d’un loyer est de 168 francs et il correspond la plupart du temps au loyer d’une chambre unique.

5 Date à laquelle la commune de la Guillotière est rattachée à la ville de Lyon.

6 Les travailleurs du textile représentent 22 % de la population active et ceux de l’habillement 15,8 %.

7 Cf. graphique 1.

8 Cf. graphique 2.

9 Cf. tableau 1.

10 31 % des bâtiments construits, reconstruits ou exhaussés ont une hauteur définitive de 4 m maximum, 38 % entre 4,50 m et 8 m ; 23 % entre 8 m et 14 m, et 8 % de 14 m et plus.

Table des illustrations

Titre L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1851 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1848)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTR UCTION DE MAISON OU D'IMMEUBLE DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre PERMIS D'ALIGNEMENT POUR CONSTRUCTION D'ATELIER OU D’HANGAR DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS (1851-1876)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre L'ESPACE BATI DU QUARTIER SAINT LOUIS EN 1876 (d’après le plan de Rembielinski et Dignoscyo de 1872)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre GRAPHIQUE I. DOSSIERS D’AUTORISATION DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION ACCORDÉE OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre GRAPHIQUE 2. PERMIS D’ALIGNEMENT ACCORDÉS OU NON PAR LA PRÉFECTURE DU RHONE DE 1851 A 1876 POUR LE QUARTIER SAINT LOUIS : CONSTRUCTIONS NOUVELLES
Légende 1. Immeubles2. Hangars, ateliers commerciaux3. Maisons4. = 1 +2 +3
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 1. LOCALISATION DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION A EFFECTUER DANS LE QUARTIER SAINT LOUIS DE 1851 A 1876
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

Centre Pierre Léon

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search