Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Notes sur le mouvement de la construction et la croissance urbaine à Grenoble au xixe siecle

Robert Chagny

Texte intégral

  • 1 Raoul BLANCHARD, Grenoble, étude de géographie urbaine, Grenoble, Didier et Richard, 1935, 234 p.
  • 2 Raoul BLANCHARD, op. cit., pp. 5-6 et 103-104.
  • 3 Raoul BLANCHARD, op. cit., p. 96.

1Dans un ouvrage qui fait encore autorité, Grenoble, étude de géographie urbaine, paru en 1911, mis à jour et réédité en 19351, Raoul Blanchard, après avoir souligné la stagnation de la ville au XVIIIe siècle, s’interroge sur les raisons d’une reprise de la croissance urbaine qu’il juge tardive et qui privilégie finalement, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, l’essor vers l’ouest aux dépens de l’expansion vers le sud pourtant amorcée dès les années trente avec l’agrandissement de l’enceinte. Reprenant à ce propos l’essentiel de l’argumentation développée tout au long de son ouvrage, R. Blanchard invoque d’une part les « conditions physiques » du site (différences de fertilité des sols expliquant les écarts de prix encore accrus par la spéculation, conditions de constructibilité, salubrité) qui favorisent à ses yeux l’urbanisation de la plaine sèche et pauvre conquise vers l’ouest sur les alluvions du Drac2 et d’autre part, le développement de l’industrie « principale des causes » écrit-il3, véritable moteur de l’essor urbain.

2R. Blanchard soulève ici sans aucun doute une question importante, et, en soulignant l’interdépendance du développement des différents quartiers, il met bien en évidence la nécessité d’une étude globale de la dynamique urbaine. Cependant sa démonstration repose avant tout sur la description des travaux d’urbanisme et sur l’analyse des rythmes du peuplement des rues et des quartiers ; elle laisse dans l’ombre une dimension essentielle du problème, celle des caractères spécifiques et du mouvement de la production du cadre bâti. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire d’envisager une approche globale tant du mouvement de la construction que de l’inscription spatiale des opérations immobilières dans cette ville de moyenne importance qu’est Grenoble au XIXe siècle. Cette démarche permet de dépasser l’étude purement descriptive du cadre urbain ou la simple juxtaposition de monographies de quartiers ; elle constitue un préalable à l’analyse de la production de l’espace.

  • 4 Lucien FLAUS, « Les fluctuations de la construction d’habitations urbaines ». Journal de la Société (...)
  • 5 Notamment : L. FLAUS, op. cit., G. DÉSERT, « Aperçu sur l’évolution française du bâtiment au XIXe s (...)

3Quelle est donc l’ampleur de la construction ? quels sont ses rythmes ? où construit-on ? que construit-on ?, autant de questions élémentaires auxquelles il n’est pourtant pas facile d’apporter de réponses. Lucien Flaussn’écrivait-il pas en 1949 qu’« (on n’est) pas assuré de pouvoir retracer le mouvement de la construction dans (les villes de provinces) et même dans la banlieue parisienne, avant 19004 ». Les informations en ce domaine sont en effet rares et indirectes. Les chercheurs se sont tournés jusqu’à présent, surtout vers les archives de l’octroi grâce auxquelles il est possible d’établir des indices de la consommation de matériaux de construction5 ; mais outre le fait que cette source ne permet pas de localiser dans la ville les immeubles nouvellement construits, elle ne présente qu’un intérêt limité pour la période ici considérée dans la mesure où les droits d’octroi sur les matériaux de construction ne sont levés à Grenoble qu’à partir de 1861. Sans négliger cette source pour la période qu’elle concerne, ni, éventuellement les autorisations de voirie délivrées par la mairie, ce sont les documents d’origine fiscale et plus précisément ceux de la contribution foncière que nous avons utilisés pour tenter de reconstituer le mouvement et l’implantation de la construction immobilière à Grenoble au XIXe siècle. L’objet de cette communication est de présenter cette méthode de reconstitution appliquée aux années 1825-1885.

4Il est bien évident que de tout temps, constructions nouvelles et démolitions ont eu une incidence sur le calcul du montant de l’impôt de leur propriétaire ; mais les mentions qui en sont faites dans les documents fiscaux – les états des sections dressés sous la Révolution, par exemple – restent longtemps fugitives et imprécises. Il faut attendre, pour pouvoir disposer de données plus fiables, l’application, dans le premier tiers du XIXe siècle, de nouvelles dispositions législatives.

  • 6 LEMERCIER DE JAUVELLE, Répertoire général des contributions directes, 2ème éd. 1878, p. 184.
  • 7 Mais non exclusivement puisqu’interviennent aussi dans le calcul du revenu cadastral total et du pr (...)

5La contribution foncière instituée en 1790 est pendant un siècle un impôt de répartition dont les contingents cependant, jusqu’en 1835, ne varient pas en fonction des augmentations et diminutions de la matière imposable des propriétés bâties ; dans chaque commune en effet, l’impôt dû pour les propriétés détruites est réparti sur l’ensemble des autres cotes qui à l’inverse bénéficient de la cotisation des propriétés nouvellement construites. La loi du 17 août 1835 modifie profondément ce système. Désormais les constructions nouvelles devenues imposables et cotisées comme les autres propriétés bâties viennent accroître les contingents communaux qui inversement se voient diminués du montant des cotisations afférentes aux maisons détruites6. Ce qui plus concrètement signifie que toute construction nouvelle, agrandissement ou destruction donne lieu à évaluation de son revenu cadastral à porter selon le cas en augmentation ou en diminution du revenu total de la matrice ; les données de base ainsi obtenues permettent de calculer les modifications à apporter chaque année au montant du principal foncier. Dans une commune donnée, les variations, d’une année sur l’autre, du principal porté au rôle de la contribution foncière résultent donc, pour l’essentiel7, du bilan des constructions nouvelles, devenues imposables, et des démolitions, qui cessent de l’être ; un bilan qui chaque année doit être exactement établi par l’administration des contributions directes.

  • 8 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 5ème éd., 1906, t. 1, pp. 636-637.

6La loi du 8 août 1890 en transformant en impôt de quotité la contribution foncière des propriétés bâties introduit une modification importante. Toutefois à côté du principal réel désormais porté aux rôles, cette même législation laisse subsister un « principal fictif » qui, établi d’après les règles anciennes, doit servir au calcul des centimes départementaux et communaux8. Ainsi la série des principaux fictifs vient continuer celle des principaux portés aux rôles de 1836 à 1890.

  • 9 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 2ème éd., 1878, p. 184, et DALLOZ, Les cotes annotés, t. IV, 7ème (...)
  • 10 A. DAUMARD, Maisons de Paris et propriétaires parisiens au XIXe siècle, Paris, 1965, p. 28.
  • 11 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., p. 309, et DALLOZ, op. cit., p. 191. Certaines grandes villes comm (...)

7Il convient cependant de préciser que les dispositions rappelées ci-dessus, si elles sont applicables sans délai aux démolitions, ne concernent par contre les constructions nouvelles que trois ans après leur achèvement. En stipulant dans son article 88 que « les maisons, fabriques et manufactures, forges, moulins et autres usines nouvellement construites ne seront soumises à la contribution foncière que la troisième année après leur construction » la loi du 3 Frimaire an VII a introduit une disposition fondamentale. Cette exemption implique évidemment de la part de l’administration fiscale une plus grande précision dans le constat de l’achèvement des constructions nouvelles. S’agissant d’une mesure générale et qui a été constamment reconduite au XIXe siècle9, elle n’ôte rien à la fiabilité des données que nous aurons à utiliser et qu’il suffira de décaler de trois ans10. Par contre, une mesure spécifique comme l’exemption décennale accordée en 1848 aux bâtiments commencés avant le 1er janvier 1849 et achevés avant le 1er juillet 1850 (décret du 13 juillet 1848) introduit des distorsions dont il faudra tenir compte11.

  • 12 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, pp. 185 et 1906, t. 1, pp. 636-638 et 1072 suiv.

8Enfin, l’évaluation du revenu cadastral des constructions nouvelles pose des problèmes complexes ; une règlementation en fixe les modalités qui ne varieront guère dans leurs grandes lignes au cours du XIXe siècle. L’administration des contributions directes établit d’abord la valeur locative des propriétés nouvellement bâties ; elle le fait à partir des baux, de la valeur vénale ou par comparaison avec d’autres immeubles. Elle en soustrait ensuite un montant forfaitaire pour indemnité de « dépérissement » et frais d’entretien ou de réparation. Le revenu net imposable ainsi obtenu se voit appliquer à son tour une « proportion d’atténuation » afin de tenir compte de la hausse des loyers depuis l’établissement du cadastre ou éventuellement la dernière réévaluation générale ; le revenu cadastral qui en résulte est donc établi pour ces constructions nouvelles sur des bases comparables à celles des revenus des autres propriétés bâties de la commune. De ce fait le montant annuel des revenus cadastraux afférents aux constructions nouvelles et additions de constructions ainsi qu’aux démolitions constituent, entre deux évaluations ou réévaluations d’ensemble de la propriété bâtie une série continue et homogène12.

  • 13 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, pp. 185-186 et 1.906, t. I, pp. 638-641.
  • 14 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, p. 346.

9Cependant, cette évaluation des constructions nouvelles ne va pas sans soulever quelques difficultés qu’il conviendra de garder présentes à l’esprit pour interpréter correctement les données recueillies. Et d’abord que faut-il entendre par constructions nouvelles ? S’agissant de bâtiments nouvellement sortis de terre la réponse est sans ambiguïté ; par contre, elle peut être moins évidente lorsqu’on a affaire à des immeubles plus ou moins anciens où des travaux ont été effectués : comment différencier les simples aménagements ou réparations des modifications justifiant une augmentation de la cote foncière ? Ce n’est que progressivement que règlementation et jurisprudence viendront préciser ces distinctions et le champ de l’application de la loi. De même seront fixés peu à peu les cas où une addition de construction doit être évaluée isolément ou bien, compte tenu de sa nature et de son importance, doit entraîner une réévaluation totale de l’immeuble13. Enfin, dans l’appréciation des résultats, nous devrons tenir compte du fait que la législation distingue deux catégories d’immeubles, les maisons et les usines, évaluées sur des bases différentes14.

  • 15 Sources fiscales (contribution foncière) permettant d’appréhender le mouvement de la construction :(...)
  • 16 La série des principaux et principaux fictifs a été établie à partir des états du sous repartement( (...)

10Aux difficiles problèmes que pose la prise en compte des constructions nouvelles et des démolitions dans le calcul de l’impôt foncier, la règlementation du XIXe siècle apporte au total assez tôt des solutions qui s’avèreront dans l’ensemble durables et constituent un cadre permanent. Elles permettent à l’historien de disposer de données relativement homogènes et continues pendant plusieurs décennies. L’application de cette législation nécessite la mise en œuvre de procédures complexes donnant lieu à l’élaboration d’une documentation abondante et diversifiée mais qui n’est que très partiellement parvenue jusqu’à nous. Documents nominatifs de base établis par les contrôleurs à l’issue de leurs tournées et documents récapitulatifs15 permettent chaque année de mettre à jour (en fonction des augmentations et diminutions de la matière imposable) le montant total du revenu cadastral de la matrice et de calculer le montant du principal et (après 1890) du principal fictif16. Il est possible de reconstituer sans difficulté l’évolution de ces derniers ; ces indicateurs fiscaux ne traduisent cependant qu’indirectement et imparfaitement l’évolution du bâti imposable et ne dispensent pas d’avoir recours à des données moins élaborées en l’occurence celles fournies par les « Registres présentant les augmentations et les diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales » (en abrégé « Registres des augmentations et diminutions »), seul document de base conservé de façon satisfaisante.

  • 17 On trouve ces registres en tête du volume no 1 des matrices de 1824 (1ère et 2ème division), 1866 e (...)

11Comment se présentent ces registres ? L’établissement de ce type de document entre dans le cadre de l’application de la loi du 17 août 1835 qui prévoit que désormais les contingents communaux ou principaux de la contribution foncière varieront en fonction de l’évolution de la matière imposable. Reliés avec les matrices17 et placés en tête ils sont mis à jour par le contrôleur des contributions directes qui y inscrit toute augmentation ou diminution du revenu imposable concernant les propriétés bâties et non bâties ; le bilan dressé à la fin de chaque année permet de calculer le nouveau revenu cadastral base de l’imposition de l’année suivante.

12Pour chaque propriété concernée on trouve mention dans ces registres du nom du propriétaire (avec renvoi au folio de la matrice), de la nature et des références cadastrales de la propriété, des modifications intervenues et de l’évaluation nouvelle du revenu. Sont en outre indiquées la date d’achèvement et celle à partir de laquelle, compte tenu de l’exemption temporaire, un bâtiment nouveau ou agrandi devient imposable.

  • 18 LEMERCIER DE JAUVELLE, éd. 1906, pp. 1.389-1.390.

13Ces registres ont été tenus régulièrement de 1837 à 189518 ; une seule lacune est à déplorer, elle concerne l’année 1866, époque de la réfection du cadastre de Grenoble. Sans doute faut-il souligner qu’il s’agit de documents fiscaux dont l’objet est de saisir la propriété et qui de ce fait n’apportent qu’un éclairage indirect sur la construction ; en outre, ils laissent dans l’ombre la propriété bâtie non imposable. Mais quoi qu’il en soit de ces limites ou de certaines difficultés d’interprétation que nous aurons à signaler, il n’en reste pas moins qu’ils constituent une source importante pour la connaissance du mouvement de la construction au XIXe siècle en raison de l’homogénéité des données fournies sur une longue période.

  • 19 En 1886, la réévaluation des revenus cadastraux des propriétés bâties, effectuée en 1889 et qui con (...)

14Cette communication repose essentiellement sur l’exploitation, encore partielle, d’un fichier des constructions nouvelles et démolitions à Grenoble de 1825 à 1885. Ce fichier a été constitué à partir des registres des augmentations et diminutions des matrices cadastrales pour la période 1837-188519, et par le recours aux matrices elles-mêmes pour les douze années qui s’écoulent entre la mise en place du cadastre napoléonien à Grenoble (1825) et l’ouverture des registres en 1837.

15L’exploitation de ce fichier nous a permis d’élaborer des indices reflétant le mouvement annuel de la construction privée (logements, bâtiments à usages commerciaux ou industriels).

  • 20 Dans ce second cas nous avons évidemment déduit l’évaluation initiale de l’évaluation totale après (...)

16Le graphique 1 présente le mouvement annuel de la construction. Il donne l’évolution de l’indice (100 = 1825-1885) des constructions nouvelles et additions de construction en nombre et en montant de leur revenu cadastral. Précisons d’emblée qu’il n’est pas possible de faire la distinction entre les constructions nouvelles d’une part et les augmentations ou additions de constructions d’autre part. Les mentions portées aux registres, aussi précises soient-elles, surtout après 1850, (« constructions nouvelles », « augmentation de construction ») ne doivent pas faire illusion. Elles renvoient non à la réalité des travaux effectués, mais aux modalités d’évaluation : telle modification sera portée comme « construction nouvelle » si elle n’implique pas réévaluation totale de l’immeuble concerné ; s’il y a au contraire réévaluation totale on portera la même année au registre en diminution l’évaluation initiale avant travaux et en augmentation l’évaluation totale refaite à l’issue des travaux20. C’est donc, de l’immeuble bourgeois à peine sorti de terre à la « jacobine » (mansarde) aménagée dans les combles d’une vieille bâtisse, à une grande diversité de constructions nouvelles, que nous avons affaire, sans qu’il soit possible, le plus souvent, de faire la distinction.

17L’examen des deux courbes permet de distinguer nettement au-delà des fluctuations annuelles parfois brutales, quatre grandes phases :

181. De 1825 au début des années quarante (1841) une période d’activité certes contrastée, heurtée, mais dans l’ensemble intense, marquée par une succession de fortes poussées de l’industrie du bâtiment notamment en 1834 et 1839-1840. Deux remarques peuvent cependant contribuer à infléchir notre appréciation ; d’une part il est possible que l’application de la législation de 1835 ne se soit pas faite sans difficultés et sans provoquer quelques perturbations dans les enregistrements : ainsi la poussée de 1834 qui correspond aux premiers enregistrements, ceux de 1837, englobe très vraisemblablement des opérations antérieures ; d’autre part il est parfois difficile dans cette période où la réglementation est encore mal fixée de déterminer s’il y a réévaluation totale ou non d’un bâtiment modifié et donc de défalquer le revenu cadastral primitif du revenu final, ce qui peut constituer un facteur de surestimation du revenu cadastral nouvellement créé. Ces remarques apportent des nuances mais ne sauraient modifier fondamentalement la lecture des courbes : les poussées enregistrées au milieu des années trente et à la charnière des années 1830-1840 correspondent à des opérations immobilières importantes et parfaitement identifiées comme nous le verrons plus loin. Au total à l’échelle de la ville l’ampleur du mouvement de la construction est remarquable : on peut estimer grossièrement que le revenu cadastral total des propriétés bâties, connu pour 1824, s’est accru du fait des constructions nouvelles (et destructions déduites) d’environ 20 %, soit à un taux annuel moyen de 1,7 %.

192. Au milieu du siècle (de 1842 à 1855) l’industrie du bâtiment connaît à Grenoble une longue phase fortement déprimée. L’effondrement est brutal et l’indice stagne entre 15 et 40 au cours de ces quatorze années ; le montant annuel moyen du revenu cadastral afférent aux constructions nouvelles qui était de 8.927 F au cours de la période précédente (1825-1841) tombe à 4.185 F.

203. Le quart de siècle qui s’écoule de 1856 à la fin des années soixante-dix est pour l’industrie du bâtiment à Grenoble une période d’activité intense (montant moyen annuel du revenu cadastral des constructions nouvelles de 1856 à 1878 : 15.835 F) quoique fluctuante. Les crises, très marquées, sont cependant brèves et suivies d’une reprise rapide. Passé la dépression fortement creusée des années 1870-1871 (indices du revenu cadastral des constructions nouvelles : 73 et 38), l’indice du bâtiment retrouve dès 1873 le niveau (indice 179) de ses meilleures années des deux dernières décennies (1858 : 143 ; 1866 : 168 ; 1869 : 186) ; puis après un palier et une crise brève en 1877-1878 s’élève en 1879 à un niveau jamais atteint (indice 328).

  • 21 Histoire de Grenoble, sous la direction de V. CHOMEL, pp. 247-249.

21Il est vrai qu’en 1862 le territoire communal a été considérablement agrandi vers l’ouest par l’annexion de la plaine du Drac où la gare a été construite dès 185821. Cette extension territoriale ne suffit pas cependant à expliquer le mouvement ascendant des courbes, amorcé bien antérieurement ; elle vient souligner à contrario l’importance de l’essor de la construction au cours des années 1856-1859 et 1862 dans le cadre des anciennes limites communales.

  • 22 Pierre BARRAL, Le département de l’Isère sous la Troisième République 1870-1940, Paris, 1962, p. 18 (...)
  • 23 Comme nous l’avons montré plus haut, l’ajustement annuel du principal, puis (après 1890) du princip (...)

224. Enfin, après la forte poussée de 1879, l’indice de la construction se maintient avec quelques fluctuations à un niveau très élevé (entre 271 (1880) et 381 (1885). Le montant moyen annuel du revenu cadastral des constructions nouvelles atteint, pour la période 1879-1885, 48.664 F, et le taux moyen d’accroissement du revenu cadastral du parc immobilier est de 2,05 % par an en 1882-1885 (contre 1,33 %/an en 1866-1878). On est là dans une période d’activité soutenue du bâtiment, une longue phase qui se prolonge d’ailleurs bien au-delà de 1885 comme le montrent de façon concordante aussi bien le mouvement des droits d’octroi perçus sur les matériaux de construction22 que les variations du principal et (après 1890) du principal fictif de la contribution foncière, graphique 223.

  • 24 G. DÉSERT, Le bâtiment, enquête d’histoire économique, Paris, 1971, p. 75 et p. 100 et suiv.
    P. CAYE (...)
  • 25 Les registres des augmentations et diminutions permettent également de reconstituer le mouvement et (...)

23Ainsi, le mouvement de la construction à Grenoble apparaît-il très heurté. Il connaît une alternance de phases d’essor et de stagnation dont la chronologie est clairement établie. Sans doute l’intense activité du bâtiment au cours de la première moitié de la Monarchie de Juillet et sous le Second Empire n’a-t-elle rien d’exceptionnelle ; elle est attestée aussi, avec une ampleur variable, à Paris, Lyon, comme au plan national par l’évolution du montant des droits d’octroi sur les matériaux de constructions24. Par contre, la dépression du milieu du siècle, par sa profondeur et sa durée (1841-1854) semble bien spécifique à Grenoble ; plus tard, au début de la Troisième République, c’est moins l’ampleur de la reprise des années 1872-1879 que la persistance d’une activité soutenue de l’industrie du bâtiment au cours des années quatre-vingts qui est remarquable. Ici, comme à Lyon il est vrai, le retournement conjoncturel de 1882 observable notamment à Paris, n’est nullement perceptible25.

24L’observation des discordances et concordances avec l’évolution démographique et la conjoncture économique permet-elle d’éclairer le mouvement de l’industrie du bâtiment ? (graphique 3). La comparaison est d’autant plus aléatoire que les indicateurs disponibles sont rares et médiocres.

4 – Population municipale. Taux d’accroissement annuel moyen

1821-1826

+ 0,42

1856-1861

+ 1,26

1826-1831

+ 0,64

1861-1866

+ 4,00

1831-1833

+ 1,39

1866-1872

+ 0,38

1833-1841

- 0,35

1872-1876

+ 2,30

1841-1846

- 0,42

1876-1881

+ 2,23

1846-1851

+ 1,44

1881-1886

+ 1,05

1851-1856

+ 0,25

1886-1891

+ 1,33

25La pression démographique constitue-t-elle un facteur d’impulsion décisif ? L’augmentation sensible de la population de Grenoble à la fin des années vingt et surtout au début de la décennie suivante (peut-être même jusqu’en 1836, mais les résultats de ce recensement ne sont pas fiables), le rapide essor démographique des années 1861-1866 (dont le taux se trouve il est vrai quelque peu surestimé du fait de l’agrandissement du territoire communal en 1862), et celui des années 1872-1876 pourraient inciter à donner une réponse positive. Mais inversement il faut souligner que le long déclin démographique de la ville (1833 : 26.243 h. ; 1846 : 24.772) est amorcé antérieurement à l’effondrement en 1841 de l’activité du bâtiment et qu’une quarantaine d’années plus tard, le taux de croissance de la population marque (dès 1876-1881) le pas, puis s’affaisse sans pour autant que soit remis en cause le dynamisme de l’industrie du bâtiment qui atteint alors son niveau le plus élevé. Bien que l’imprécision des données démographiques tirées de recensements pour la plupart quinquennaux, rendent l’observation difficile, il serait hasardeux de conclure à un parallélisme entre croissance démographique et mouvement de la construction, qui restent dans le court et le moyen terme largement autonomes l’un de l’autre.

  • 26 Sources : – Répertoire des actes du tribunal de commerce de Grenoble soumis à enregistrement (1810- (...)
  • 27 Robert CHAGNY, « Histoire économique et sociale et pratique de l’obligation devant notaire. Grenobl (...)
  • 28 Pour tout ce qui concerne la conjoncture et les crises au milieu du XIXe siècle : P. LÉON, La naiss (...)

26Par contre des concordances sont plus nettement décelables tant avec les variations de l’indice du nombre des faillites ouvertes dans le ressort du tribunal de commerce de Grenoble26 qu’avec le mouvement du crédit notarié27. Les premières révèlent la succession au milieu du siècle, de plusieurs crises de grande ampleur (1840 : indice 162 ; 1846-1847 : 195-190 ; 1854 ; 190 ; 1861 : 219). Celle de 1840, qui voit l’effondrement de la banque grenobloise, ébranle durablement l’économie locale et contribue sans aucun doute à la chute brutale de la construction en 1840-1842. Pourtant, alors que la reprise se manifeste en 1844 dans la plupart des secteurs rien de tel n’est décelable dans le bâtiment ; la même remarque vaut aussi pour les années 1852-185328. Ainsi les fluctuations de la conjoncture en ce tournant du siècle ne permettent pas à elles seules de comprendre l’atonie persistante, spécifique par sa durée, de l’industrie du bâtiment, pas plus d’ailleurs que la reprise vigoureuse des années 1856-1858 ni le maintien d’un haut niveau d’activité dans les années quatre-vingts.

GRAPHIQUE 3. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE ET MOUVEMENT DE LA CONSTRUCTION

GRAPHIQUE 3. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE ET MOUVEMENT DE LA CONSTRUCTION
  • 29 Robert CHAGNY, op. cit.

27La courbe de l’évolution du crédit notarié (il s’agit plus exactement du montant des emprunts passés devant notaires par des Grenoblois) paraît épouser plus étroitement celle de la construction ; ainsi se trouve soulignée l’importance de cette forme de crédit dans le financement de l’industrie du bâtiment. Cependant il convient de distinguer deux phases. Jusqu’en 1854 les poussées du crédit notarié correspondent moins aux années d’essor de la construction qu’à la succession des crises : les prêts passés devant notaires, avant tout par des propriétaires-rentiers, fonctionnaires ou membres des professions libérales prennent le relai du-négoce et de la banque en difficulté ; c’est le cas notamment en 1840, 1847, 1854. Pour autant l’industrie du bâtiment ne s’en trouve pas relancée, d’autant que ces emprunts contractés par des débiteurs grenoblois ne constituent dans cette période qu’une part minoritaire de l’ensemble du crédit dispensé par l’intermédiaire des notaires de la ville dont la clientèle reste encore largement rurale29. Par contre, à partir de 1855 le crédit notarié, plus orienté vers l’investissement urbain connaît aussi des fluctuations (essor de 1857-1858, 1862, 1867-1868, 1874) plus solidaires de celles de l’industrie du bâtiment.

28La constatation, (malgré la médiocrité des indicateurs d’activité économique), d’un certain nombre de corrélations, permet de préciser le cadre chronologique. Le mouvement de la construction n’est certes pas indépendant de la conjoncture économique, mais les effets de celle-ci peuvent se trouver amplifiés ou contrariés selon les cas par d’autres facteurs qu’une étude de l’inscription spatiale des nouvelles constructions permet, de façon indirecte, d’éclairer.

  • 30 En application du principe de la fixité des évaluations cadastrales, (loi du 15 septembre 1837 ; ar (...)

29La référence à la notion d’inscription spatiale peut paraître ici ambitieuse dans la mesure où celle-ci renvoie tout à la fois à la localisation et à la typologie des constructions. Or, en ce qui concerne la localisation, les registres des augmentations et diminutions des revenus de la matrice cadastrale donnent bien le numéro de la parcelle sur laquelle s’élève la construction ; mais le renseignement, certes utile, est en fait peu précis dans la mesure où on a affaire souvent à une parcelle plus ou moins vaste qui a été lotie depuis la confection du cadastre. On ignore donc en général l’emplacement exact de l’immeuble ainsi d’ailleurs souvent que son emprise au sol30. Quant à la nature de la construction elle n’est pas donnée non plus avec beaucoup de précision : les mentions portées aux registres (maison, appartement, « jacobines », usine...), même combinées avec le montant du revenu cadastral, permettent d’autant moins de fonder une véritable typologie qu’elles désignent la propriété et non le bâtiment construit, qui peut être – et le cas est fréquent à Grenoble – un immeuble vendu en copropriété.

30Il n’en reste pas moins que les registres des augmentations et diminutions des revenus de la matrice cadastrale fournissent des données précieuses sur la localisation et les caractères de la croissance du cadre bâti. Je m’en tiendrai ici à quelques remarques reposant sur une exploitation statistique sommaire du fichier des constructions, en prenant pour cadre les grandes unités spatiales de la ville au XIXe siècle : la vieille ville (à laquelle se rattache le quartier Saint-Laurent, la nouvelle ville du sud, et les faubourgs de l’ouest (la gare, les Boiteuses, la Frise et Montrigaud) (figure 4).

5 – Localisation des constructions nouvelles

5 – Localisation des constructions nouvelles

31Par un paradoxe apparent, la vieille ville, où l’on a peu construit au XVIIIe siècle et dont on dépeint depuis des décennies l’entassement extrême des immeubles à l’intérieur du périmètre fortifié, fait preuve de 1825 à 1841 d’un dynamisme certain. Elle accueille, dans cette période d’intense activité du bâtiment, la majeure partie des constructions nouvelles (81 % du revenu cadastral créé). En fait, Grenoble dispose alors de réserves foncières non négligeables libérées par les mutations de l’époque révolutionnaire – notamment la vente des biens nationaux – et par l’érosion progressive de la propriété aristocratique, de telle sorte que des opérations immobilières parfois importantes viennent s’enkyster dans l’ancien tissu urbain. C’est le cas en particulier du quartier Sainte-Claire édifié au sud-ouest de la cathédrale sur des terrains vendus comme bien nationaux de première origine. Ébauchée dès la Révolution avec l’ouverture d’une première rue (la rue Bayard) la construction du nouveau quartier n’a cependant pris véritablement son essor que sous la Restauration. La démolition du couvent Sainte-Claire, vendu par la ville qui en était restée propriétaire depuis la Révolution, offre à partir de 1820 de nouvelles possibilités de lotissement. Le quartier Sainte-Claire constitue alors, pendant quelques années un pôle majeur de la croissance de la ville : de 1825 à 1841 il concentre plus du tiers (34 %) du revenu cadastral des constructions nouvelles de la ville entière et de 1831 à 1856 accueille quelques 1.300 habitants supplémentaires, soit 56 % du croît démographique total. Ses immeubles de 3 à 4 étages, vendus en copropriété, abritent une population mêlée de bourgeois aisés, de commerçants, d’artisans. Autre exemple, différent celui-là : le quai de l’Isère, rive gauche. Récemment aménagé en aval du Jardin de Ville il est le lieu d’opérations immobilières plus ponctuelles mais d’une certaine ampleur à l’échelle de la ville ; là une grande bourgeoisie de négociants, magistrats et hauts fonctionnaires investit, sous la Monarchie de Juillet, dans d’anciens hôtels nobles plus ou moins profondément transformés. C’est le cas en particulier de l’Hôtel de Franquières acheté par une société d’entrepreneurs qui le reconstruit en 1839 et le vend en copropriété ; opération immobilière importante puisqu’elle représente à elle seule près de la moitié du revenu cadastral afférent aux constructions nouvelles cette année-là (près de 10.000 F sur un total de 22.000 F).

  • 31 B.M.G.V. 4992.

32A partir de 1841, le mouvement de la construction s’assoupit et pour longtemps, dans la vieille ville, où les projets de type haussmannien ne donnent pas lieu dans la période envisagée à d’importants travaux. Le projet d’axe nord-sud mettant en relation la vieille et la nouvelle ville, bien que fort modeste, n’est pas encore achevé en 1870 (rue Lafayette) ; quant à la « percée impériale » un moment envisagée vers 1860, elle ne verra jamais le jour31. Les quelques immeubles nouvellement édifiés sont situés surtout à la périphérie, au contact de la nouvelle ville du sud ; mais ce qui caractérise la vieille ville après 1841, c’est bien la multiplication des petites additions de constructions : appentis, « jacobines » ou surélévations hasardeuses dont certaines égayent encore les toits du vieux Grenoble et dénotent d’une densification du bâti, surtout dans les quartiers populaires de l’est.

33La « nouvelle ville » au sud offre un autre type de construction et d’autres formes de production du bâti. Le nouveau périmètre fortifié, construit de 1832 à 1836 s’étend sur 45 hectares et double la superficie de la ville sur la rive gauche de l’Isère. Il englobe, comme le montre fort clairement le plan de 1841 (figure 6) les deux faubourgs de Très-Cloître et de Saint Joseph et offre en outre de vastes espaces libres pour des constructions nouvelles. Pourtant la mise en chantier est laborieuse. Bien que déclassées en 1837 les anciennes fortifications constitueront encore longtemps un obstacle entre la vieille ville et les nouveaux quartiers projetés ; leur emplacement (15 ha dont 5 conservés par l’armée) ne sera loti et mis en vente que 17 ans plus tard... ! Pourquoi un tel retard ? Les raisons en sont complexes et relèvent de la politique militaire, des orientations municipales et plus généralement du rapport des forces sociales et politiques en présence dans la ville. La lenteur des négociations avec l’armée à propos de la cession des terrains, le poids des charges incombant aux finances locales, les retombées durables de la crise des années 1837-1842 sur le marché foncier local, des oppositions enfin au sein même de la bourgeoisie locale dirigeante dont certaines couches s’érigent en défenseurs du vieux centre urbain, voilà autant de motifs, étroitement interdépendants, qui contribuent à freiner l’essor de la « nouvelle ville » et à prolonger la longue dépression de l’industrie du bâtiment au milieu du XIXe siècle.

34Il faut donc attendre 1854 pour que les terrains des anciennes fortifications enfin arasées, soient lotis et mis en vente par la municipalité. Construite selon un plan orthogonal qui tranche d’avec le fouillis des ruelles des vieux quartiers, la « nouvelle ville » connaît un essor d’abord rapide, puis plus lent et plus heurté. Avec 82 % du revenu cadastral des constructions nouvelles en 1856-1862, et encore 33 % dans les années 1864-1878, elle constitue à son tour le pôle majeur du développement de la ville. Encore faut-il préciser que la source utilisée, parce qu’elle ne concerne que les propriétés imposables, ne permet de rendre compte que très partiellement de l’ampleur du mouvement de la construction dans ce quartier où sont édifiés sous le Second Empire et au début de la Troisième République de nombreux bâtiments publics (Préfecture, musée, hôtel de la division militaire, palais de l’université, prison...). Au total, cette « nouvelle ville », dont on avait projeté un moment, vers 1840, de faire un vaste faubourg manufacturier, présente vers 1880 les traits d’un quartier bourgeois, aéré mais un peu austère, avec ses vastes places, ses bâtiments publics imposants, ses immeubles cossus (surtout dans la partie nord qui jouxte la vieille ville) qui abritent les sièges d’importantes maisons de négoce et de ganterie, et les résidences d’une haute bourgeoisie de rentiers, et de membres des professions libérales.

Figure 6. PLAN DE GRENOBLE EN 1841 (B.M.G. cd 180) (Cliché B.M. Grenoble)

Figure 6. PLAN DE GRENOBLE EN 1841 (B.M.G. cd 180) (Cliché B.M. Grenoble)

35On a souvent parlé d’échec, à son propos. Il est vrai que le démarrage a été difficile, l’espace peu densément occupé et que son essor a été très tôt supplanté par celui des quartiers de l’ouest. Mais si la « nouvelle ville » ne connaît pas l’animation du vieux centre, il n’en reste pas moins qu’elle a sans doute conquis une partie du prestige social jusqu’alors dévolu à la Grand’rue et à la place Grenette et que sa construction marque bien une étape du développement urbain : reflet d’une formation sociale dominée par une bourgeoisie de marchands gantiers, de rentiers, de fonctionnaires, elle est aussi le lieu d’ancrage des symboles matériels d’un pouvoir qui s’affirme.

  • 32 La loi du 17 juillet 1819 stipule qu’il ne peut rien être bâti dans une étendue de 250 m autour des (...)
  • 33 Compte tenu du caractère très diffus de la construction il est difficile d’établir à cette époque, (...)

36Ce n’est qu’en 1878 que les nouveaux quartiers de l’ouest, en fait encore simples faubourgs aux contours imprécis et dont l’urbanisation reste diffuse et lacunaire, sont intégrés dans le périmètre fortifié (figure 7). En effet, entre la ville et le Drac, la plaine (qui n’a d’ailleurs été rattachée administrativement à Grenoble en totalité qu’en 1862) est restée longtemps quasiment vide. Son développement tardif, ne s’ébranle qu’au cours de la première décennie de la Monarchie de Juillet et connaît une poussée significative dans les années 1834-1841 : les constructions nouvelles se multiplient alors, au nord près de l’Isère ou plus au sud au débouché de la nouvelle porte de Bonne et à proximité de la nouvelle route (futur cours Berriat) qui relie celle-ci au pont de fer du Drac. Les lotissements qui bourgeonnent ici, ceux de La Graille, du Moulin de Canel, du Chemin des Boiteuses... sont constitués de maisonnettes et pavillons modestes, construits pour la plupart en matériaux légers ; la réglementation de la zone des servitudes militaires à l’intérieur de laquelle beaucoup sont situés, interdit d’ailleurs l’usage de la pierre et de la brique32. Aussi n’est-il pas étonnant de constater qu’au cours de ces trois années 1839-1841 les constructions de ces nouveaux faubourgs de l’ouest, bien qu’elles représentent approximativement33 25 % du nombre total des constructions nouvelles de la ville, n’apportent que 4 % du revenu cadastral créé.

  • 34 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1906, t. II, pp. 2.109-2.410.
  • 35 Ainsi les seuls aménagements effectués aux installations ferroviaires par le PLM de 1864 à 1878 ont (...)
  • 36 On trouve là des ateliers de constructions mécaniques, – BOUCHAYER et VIALLET, BRENIER – des fonder (...)
  • 37 Notamment les entreprises ROUILLON et TERRAY à Saint-Bruno.

37Ici comme dans le reste de la ville, les quinze années qui suivent sont une période d’atonie de la construction ; il faut attendre sans doute la fin des années cinquante pour voir la reprise s’amorcer, l’établissement et la mise en service de la gare en 1858 constituant un facteur décisif d’impulsion. Mais le fait qu’une partie de la plaine du Drac (dont l’espace occupé par les installations ferroviaires) dépende administrativement de trois communes voisines de Grenoble rend difficile l’observation et nécessiterait des ajustements complexes entre les données fournies par les différents cadastres. On ne peut donc véritablement suivre le mouvement de la construction de ces quartiers qu’après l’annexion. Avec 37 % du revenu cadastral créé ils ne devancent que de quelques points la «nouvelle ville » du sud au cours de la période 1864-1878, pour ne s’imposer nettement que dans la période suivante (1879-1885 ; 66 % du revenu cadastral des constructions nouvelles à Grenoble). Toutefois, s’agissant d’un ensemble territorial vaste et hétérogène, où se mêlent usines, installations ferroviaires, entrepôts et immeubles d’habitation, ces données globales sont-elles significatives ? La question se pose d’autant plus que les bases d’évaluation des usines sont très spécifiques : ce qui définit l’usine aux yeux de l’administration fiscale c’est moins la taille ou l’usage des bâtiments que la présence des machines, outillage fixe qui, partie intégrante de l’établissement doit être compris dans l’évaluation au même titre que les locaux34. En fait, il serait nécessaire pour affiner l’analyse, non seulement de faire porter l’observation sur des unités géographiquement plus restreintes, mais aussi d’isoler de nos computs les usines : la brasserie, les moulins à ciment, l’usine à gaz, les installations ferroviaires qui constituent une part très importante du revenu cadastral des constructions nouvelles du quartier de la Frise35, les usines métallurgiques qui s’installent à partir de la fin du Second Empire dans le quartier de la Gare36, les tanneries et mégisseries de Montrigaud37. Il conviendrait aussi de distinguer les lotissements donnant lieu, notamment à Montrigaud, au développement d’un habitat populaire et de traiter à part les premières manifestations, à partir de 1879, d’un urbanisme bourgeois dans le quartier des Boiteuses et le long des avenues qui conduisent à la gare. La démolition des fortifications de l’ouest, un nouveau plan d’alignement et le lotissement des terrains ouvrent alors une nouvelle phase du développement de Grenoble et contribuent à l’essor remarquable de la construction observée au cours des années quatre-vingts.

Figure 7. PLAN DE GRENOBLE EN 1883 par F. PAUL (B.M.G. cd 187) (cliché B.M. de Grenoble)

Figure 7. PLAN DE GRENOBLE EN 1883 par F. PAUL (B.M.G. cd 187) (cliché B.M. de Grenoble)

38L’étude de l’évolution du nombre et du revenu cadastral des constructions nouvelles et additions de constructions, malgré d’évidentes imperfections qui tiennent au caractère fiscal de la documentation utilisée, permet de mettre en valeur les traits spécifiques du mouvement de la construction à Grenoble de 1825 à 1885. Poussée perceptible dès la première décennie de la Monarchie de Juillet, plus précoce que ne le donnait à penser un point de vue largement répandu ; dépression profonde et plus durable semble-t-il que dans d’autres cités, au milieu du siècle ; essor d’abord heurté sous le Second Empire et au début de la Troisième République, puis ample et prolongé : telles sont les grandes phases d’une évolution à laquelle il n’est pas possible, au demeurant, d’apporter d’explication simple. La croissance démographique, pas plus que les fluctuations de la conjoncture, l’industrialisation de la ville ou l’aménagement du système de fortifications, ne constituent, pris isolément, des facteurs explicatifs satisfaisants.

39Mais les registres des augmentations et diminutions des matrices cadastrales permettent aussi – et c’est là un avantage par rapport à d’autres sources plus globales – de localiser les opérations immobilières, de les dater et d’en esquisser une typologie. Ils apportent les éléments de base pour des études de type monographique, indispensables (compte tenu de la médiocrité des sources concernant l’industrie du bâtiment) pour approfondir l’analyse des conditions de la production du cadre bâti.

Annexes

ANNEXE 1

INDICE DU REVENU CADASTRAL DES CONSTRUCTIONS NOUVELLES ET ADDITIONS DE CONSTRUCTIONS (100 = 1825-1885)

INDICE DU REVENU CADASTRAL DES CONSTRUCTIONS NOUVELLES ET ADDITIONS DE CONSTRUCTIONS (100 = 1825-1885)

Notes

1 Raoul BLANCHARD, Grenoble, étude de géographie urbaine, Grenoble, Didier et Richard, 1935, 234 p.

2 Raoul BLANCHARD, op. cit., pp. 5-6 et 103-104.

3 Raoul BLANCHARD, op. cit., p. 96.

4 Lucien FLAUS, « Les fluctuations de la construction d’habitations urbaines ». Journal de la Société de statistiques de Paris, 1949, p. 188.

5 Notamment : L. FLAUS, op. cit., G. DÉSERT, « Aperçu sur l’évolution française du bâtiment au XIXe siècle », in Le bâtiment, t. 1, Mouton, 1971.

6 LEMERCIER DE JAUVELLE, Répertoire général des contributions directes, 2ème éd. 1878, p. 184.

7 Mais non exclusivement puisqu’interviennent aussi dans le calcul du revenu cadastral total et du principal d’autres modifications de la matière imposable telles que celles résultant de délimitations nouvelles du territoire communal, ou de transferts de biens immobiliers par ou au profit de la ville, de l’État, de l’Armée (cas des terrains expropriés en vue d’opérations de voirie et qui cessent d’être imposables, ou celui, inverse, des terrains militaires déclassés et vendus à des particuliers).

8 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 5ème éd., 1906, t. 1, pp. 636-637.

9 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 2ème éd., 1878, p. 184, et DALLOZ, Les cotes annotés, t. IV, 7ème livraison. Contributions directes, éd. 1901, pp. 187-191.

10 A. DAUMARD, Maisons de Paris et propriétaires parisiens au XIXe siècle, Paris, 1965, p. 28.

11 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., p. 309, et DALLOZ, op. cit., p. 191. Certaines grandes villes comme Paris et Lyon ont pu bénéficier d’exemptions particulières. Par ailleurs, à la fin du siècle les HBM se voient aussi accorder une exemption temporaire d’impôt foncier. Cf. DALLOZ, op. cit., pp. 190-191.

12 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, pp. 185 et 1906, t. 1, pp. 636-638 et 1072 suiv.

13 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, pp. 185-186 et 1.906, t. I, pp. 638-641.

14 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1878, p. 346.

15 Sources fiscales (contribution foncière) permettant d’appréhender le mouvement de la construction :
a) Documents de base (nominatifs)

IntitulésDatesConservationRéférencesÉtats no 111846Néant-États no 2 (Registre des nouvelles)1835-1880Lacunaire (1855-1866)Matrice CaleRegistre des augmentations et diminutions de la matrice1835-1895IntégraleId. 1824, 1866, 1882 (AMG et AD)b) Documents récapitulatifs

États du sous-répartement18351858-1913 (lacunaire)AD 3 P8Dépouillement des états no 111846Id.Id.États no 3 bisAprès 1891LacunaireAD 3 P2

16 La série des principaux et principaux fictifs a été établie à partir des états du sous repartement(AD 3 P8), des états 3 bis (AD 3 P2) et des comptes administratifs de la commune de Grenoble (AMG).

17 On trouve ces registres en tête du volume no 1 des matrices de 1824 (1ère et 2ème division), 1866 et de la matrice des propriétés bâties de 1882 (AMG cadastre de Grenoble).

18 LEMERCIER DE JAUVELLE, éd. 1906, pp. 1.389-1.390.

19 En 1886, la réévaluation des revenus cadastraux des propriétés bâties, effectuée en 1889 et qui concerne donc les constructions de 1886, compte tenu de l’exemption de 3 ans, pose des problèmes d’interprétation spécifiques que nous ne pouvons aborder dans le cadre de cette communication.

20 Dans ce second cas nous avons évidemment déduit l’évaluation initiale de l’évaluation totale après travaux pour le calcul du montant du revenu cadastral des constructions nouvelles.

21 Histoire de Grenoble, sous la direction de V. CHOMEL, pp. 247-249.

22 Pierre BARRAL, Le département de l’Isère sous la Troisième République 1870-1940, Paris, 1962, p. 183.

23 Comme nous l’avons montré plus haut, l’ajustement annuel du principal, puis (après 1890) du principal fictif de la contribution foncière, est tributaire essentiellement du montant du revenu cadastral des constructions nouvelles ; toutefois entrent aussi en ligne de compte les démolitions, les modifications territoriales et d’une façon générale, tout changement intervenant dans la matière imposable bâtie ou non. C’est pourquoi cette courbe, si elle traduit correctement les grandes tendances de la construction à long et moyen terme, est moins fiable dans le court terme ; elle peut alors faire apparaître des différences sensibles avec le graphique établi à partir des données de base, fournies par les registres des augmentations et diminutions.

24 G. DÉSERT, Le bâtiment, enquête d’histoire économique, Paris, 1971, p. 75 et p. 100 et suiv.
P. CAYEZ, L’industrialisation lyonnaise au XIXe siècle, Lille, 1977, pp. 400, 898 et suiv.

25 Les registres des augmentations et diminutions permettent également de reconstituer le mouvement et l’ampleur des démolitions. Le montant du revenu cadastral des bâtiments imposables détruits est sans commune mesure évidemment avec celui des constructions nouvelles (moyenne annuelle au cours de la période considérée : 3.115 F pour les démolitions, 18.684 F pour les constructions) et ses fluctuations dans le court comme dans le moyen terme montrent d’évidentes discordances avec celles des constructions. C’est qu’à Grenoble dans cette période les démolitions sont moins liées à des opérations de type haussmannien donnant lieu à reconstruction d’immeubles privés qu’à l’ouverture de chantiers publics, militaires (construction des nouvelles fortifications dans les années trente, ou de casernes au début des années soixante à l’emplacement d’une partie du faubourg Très Cloître...) ou civils (aménagements du quai Perrière, construction de la Préfecture...) accompagnée d’expropriations et qui n’influent que très indirectement sur la construction civile.

26 Sources : – Répertoire des actes du tribunal de commerce de Grenoble soumis à enregistrement (1810-1840). AD P 8 série 4.
– Compte général de l’administration de la justice civile et commerciale (1840 et suiv.).
Ces sources permettent d’établir une statistique du nombre des faillites ouvertes chaque année. Nous ne disposons pas par contre de données sérielles concernant le montant du passif.

27 Robert CHAGNY, « Histoire économique et sociale et pratique de l’obligation devant notaire. Grenoble 1810-1875 », Bulletin du Centre d’Histoire Économique et Sociale de la région lyonnaise, 1974, no 2, pp. 45-72.

28 Pour tout ce qui concerne la conjoncture et les crises au milieu du XIXe siècle : P. LÉON, La naissance de la grande industrie en Dauphiné, PUF, 1954, t. II, pp. 791-826.

29 Robert CHAGNY, op. cit.

30 En application du principe de la fixité des évaluations cadastrales, (loi du 15 septembre 1837 ; art. 35), un terrain dont l'utilisation est modifiée conserve jusqu’à une éventuelle réévaluation d’ensemble l’allivrement qui lui a été attribué lors de la confection du cadastre. C’est pourquoi, la construction d’un immeuble sur un terrain non bâti n’entraînant pas la réévaluation de celui-ci, aucune mention du sol occupé par cet immeuble n’apparaît à la matrice.

31 B.M.G.V. 4992.

32 La loi du 17 juillet 1819 stipule qu’il ne peut rien être bâti dans une étendue de 250 m autour des fortifications (1ère zone) et qu’au-delà, dans une seconde zone de 237 m, il n’est permis que de construire en bois ou en torchis, mais non en pierre ou en brique.

33 Compte tenu du caractère très diffus de la construction il est difficile d’établir à cette époque, à partir du cadastre, des limites précises à ces nouveaux faubourgs.

34 LEMERCIER DE JAUVELLE, op. cit., 1906, t. II, pp. 2.109-2.410.

35 Ainsi les seuls aménagements effectués aux installations ferroviaires par le PLM de 1864 à 1878 ont un revenu cadastral estimé à 12.479 F soit 42 % du revenu cadastral total des constructions nouvelles du quartier de la Frise.

36 On trouve là des ateliers de constructions mécaniques, – BOUCHAYER et VIALLET, BRENIER – des fonderies (CHARRUT), des entrepôts de produits métallurgiques...

37 Notamment les entreprises ROUILLON et TERRAY à Saint-Bruno.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre GRAPHIQUE 3. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE ET MOUVEMENT DE LA CONSTRUCTION
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 5 – Localisation des constructions nouvelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6. PLAN DE GRENOBLE EN 1841 (B.M.G. cd 180) (Cliché B.M. Grenoble)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7. PLAN DE GRENOBLE EN 1883 par F. PAUL (B.M.G. cd 187) (cliché B.M. de Grenoble)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre INDICE DU REVENU CADASTRAL DES CONSTRUCTIONS NOUVELLES ET ADDITIONS DE CONSTRUCTIONS (100 = 1825-1885)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Université des Sciences Sociales Grenoble II

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540