Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Catastrophes et urbanisation en Bretagne au xviiie siècle

Claude Nières

Texte intégral

1En Bretagne les transformations urbaines dues à des catastrophes sont limitées, puisqu’elles ne concernent que quelques villes sur la centaine qui existent dans la Province.

2On peut considérer comme catastrophique pour une cité la destruction d’une partie importante de celle-ci : une rue, un quartier, plusieurs quartiers. Cette destruction est rapide ; elle a lieu en quelques heures, en quelques jours tout au plus. D n’existe pas en Bretagne ce que l’on pourrait appeler une évolution catastrophique lente, telle celle qui menace Venise aujourd’hui.

3Les causes des catastrophes sont naturelles ou humaines.

– Les causes naturelles

4Les tremblemènts de terre ? La Bretagne n’a souffert que de quelques petits séismes au XVIIe siècle, qui ne causèrent pas de grands dégâts. Les inondations, les destructions par la mer ? Il y eut au cours du XVIIIe siècle plusieurs très gros orages et tempêtes.

5Ainsi les inondations de 1762 emportèrent à Montfort, rue Saint-Nicolas, 30 maisons et bâtisses diverses. A Guingamp en 1768, encore en 1773, le faubourg Saint-Michel fut entièrement submergé. A Châtelaudren dans la nuit du 18 au 19 août 1773 : « presque toutes les maisons du centre de la ville ont été emportées avec leurs habitants ». Les inondations de 1773, dont on dit en Bretagne qu’on n’en avait pas vu de telles depuis le déluge, ont frappé trois villes et plusieurs dizaines de villages.

6Les tempêtes d’une violence exceptionnelle entraînèrent aussi des dégâts, par exemple la rupture du Sillon reliant Saint-Malo à la Terre Ferme, ou la destruction partielle de la digue protégeant Guérande et Le Croisic.

– A côté de ces destructions dues à la nature, d’autres sont le fait des hommes

7Il peut s’agir de destructions volontaires, comme le bombardement de Saint-Malo par les Anglais, la destruction d’une partie de Cancale, celle de Penmarch au moment de la Ligue ou de Clisson en 1794. Mais les destructions accidentelles sont de loin les plus fréquentes. Je pense aux incendies.

8Il est impossible de connaître exactement le nombre d'incendies qui ont frappé les villes bretonnes au XVIIIe siècle, mais quelques-uns furent très importants, ils restent dans la mémoire et laissent des traces d’archives. Ce furent : l’incendie d’une partie de Saint-Malo en 1661, de Rennes en 1720 (du 23 au 29 décembre), les incendies répétés de Fougères en 1710, 1734, 1751 et 1772, de Montfort qui brûla trois fois en deux ans, de Bazouges-La-Pérouse, de Dinan, de Quimper, d’Auray, de Bécherel, etc...

9Toutes ces catastrophes – humaines ou naturelles – se soldent par des pertes matérielles considérables. Les inondations de 1773 par exemple causèrent aux seuls individus 167.255 livres de perte. Le grand incendie de Rennes quelque neuf millions de livres pour les particuliers (2.500.000 en meubles et provisions, le reste en biens immobiliers).

10Toutes les catastrophes n’ont pas les mêmes conséquences. Les tempêtes par exemple ne concernent la plupart du temps que des installations collectives : port, digues, chaussées. Les inondations emportent certes des maisons, noient les caves, mais elles détruisent aussi les ponts, dégradent les pavés. Les incendies frappent essentiellement les bâtiments, qu’ils soient publics ou privés. Mais étant donné le très faible nombre de bâtiments publics en Bretagne – églises mises à part –, ce sont les maisons et les hôtels qui sont d'abord concernés, c’est-à-dire la propriété individuelle.

– Quelles sont les conséquences de tels événements sur la physionomie de la ville, comment la reconstruction va-t-elle s’opérer ?

11Le premier cas est le plus simple. La Communauté de Ville – là où elle existe, à défaut le Général de la paroisse qui ailleurs en tient lieu – laisse les habitants se débrouiller tout seuls. L’individu sinistré rebâtit... s’il le peut. Quelquefois il ne le peut pas. C’est ainsi qu’à Quimper plusieurs emplacements au centre ville restent en l’état pendant plus de dix ans.

12De fait, la liberté laissée à l’individu n’est jamais totale. C’est tout au moins ce qui apparaît des affaires dont les archives nous laissent des traces. La plupart du temps, le propriétaire qui a perdu sa maison se voit obligé de reconstruire dans un délai donné (A Rennes, à Fougères, de quelques mois), et il est assujetti à des règles de construction plus ou moins strictes qui ont pour but d’éviter que de telles catastrophes ne se reproduisent.

13Ces règles concernent deux types de prescriptions :

  1. Il faut construire les murs pignons, goutteraux, de refend en dur ; il faut couvrir d’ardoises ou de tuiles ; il faut ennoyer les cheminées. C’est donc l’interdiction de reconstruire des maisons à pan de bois, couvertes de chaume, si fréquentes dans les villes de Bretagne et d’Europe d’ailleurs.

  2. Les métiers dangereux sont interdits dans les maisons et éloignés du centre de la ville.

14Ces obligations peuvent avoir de lourdes conséquences pour les individus, et conduire à des changements de propriétaires. Mais leurs effets sur la ville entraînent simplement l’accélération de la transformation des maisons dans un sens qui est celui du goût et des techniques de la période. Tel est le cas à Quimper après les incendies de 1762 et 1774, à Saint-Malo après celui de 1661.

15La ville peut y gagner et profiter de l’occasion pour se porter acquéreur de terrains sur lesquels les individus ne peuvent dès lors rebâtir. On en trouve un bon exemple à Morlaix ; « En 1731, un incendie qui dura plusieurs jours dévora l’hôpital, beaucoup de magasins, de maisons,... les pertes furent évaluées à un million de livres et pendant deux années, on fut obligé de loger les pauvres dans les maisons privées. Néanmoins, cet incendie fut utile en ce qu’il dégagea la ville au nord de toutes les masures réunies qui formaient l’hôpital et permit la création de la place de Viarmes et de la rue d’Aiguillon ».

16Déjà, nous le voyons, il y a intervention du pouvoir au niveau le plus élémentaire. Cette intervention existe bien davantage lorsque la catastrophe est l’occasion d’une modification du plan de la ville.

17Le cas le plus fréquent est la réalisation d’un plan d’alignement. Dans la plupart des villes bretonnes existent des plans d’alignement, dès le début du XVIIIe siècle pour quelques-unes, dans la seconde moitié du siècle pour les autres. Ces plans ont pour but le redressement de la rue de traverse, son élargissement, la rectification de quelques tracés qui rendaient la circulation difficile, une régularisation relative du pourtour des places. Sauf exception, leur réalisation est très lente. Elle dépend de la vétusté des bâtiments et de leur remplacement. De fait, les réglementations concernent les travaux de remise en état et de construction.

18L’incendie ou l’inondation qui détruit plusieurs bâtiments, ou qui oblige au minimum à les réparer, déclenche ces procédures et peut permettre une réalisation relativement rapide des projets d’alignements. Ceci a pour effet des modifications du parcellaire, et un retranchement de la propriété privée. Les expropriations ont lieu le plus souvent sans indemnisation.

19Quelquefois, à l’occasion d’une catastrophe importante, les Communautés de ville envisagent de transformer radicalement le paysage urbain. Cette transformation concerne d’abord le plan : les rues redessinées sont droites, alignées et se coupent à angles droits. On régularise l’implantation au sol des maisons, les parcelles sont rectangulaires. Enfin, on envisage la construction ou le déplacement de quelques bâtiments publics.

20Nous trouvons de tels projets à Dinan, à Fougères où les halles sont reconstruites. Mais le projet le plus grandiose fut celui de la reconstruction de la ville de Rennes. Là, les deux tiers de la ville haute intra-muros avaient été détruits, plus de neuf cents bâtiments embrasés. La Communauté en vint donc à envisager la transformation complète du paysage et la construction d’une ville nouvelle à la place de l’ancienne. Les arguments invoqués à Rennes avec force : « La ville doit être belle et commode », nous les trouvons souvent sous la plume de maires ou d’intendants à propos de projets moins ambitieux. A Rennes, on envisagea non seulement de rebâtir la partie détruite, mais aussi de redresser la Vilaine, et de détruire la bonne ville – cette fois volontairement – puis de la reconstruire. Ce plan, tracé par Robelin, aurait de fait donné à la capitale de la Bretagne un équilibre, entre la partie haute et la partie basse de la ville, qu’elle n'atteindra que partiellement au XIXe siècle et plus complètement après la seconde guerre mondiale.

21A Rennes, mais aussi à Fougères, ou à Dinan, les Communautés de ville ne peuvent ni imposer, ni réaliser de vastes transformations. Nous constatons que les Communautés n’ont pas le pouvoir de les imposer aux habitants. Elles n’arrivent à leurs fins qu’en faisant confirmer par le Parlement de Bretagne et surtout par l’Intendant, voire par le Conseil d’État, les règlements et les décisions de leurs délibérations. L’appui du gouverneur, de l’Intendant, l’obtention d’une ordonnance sont en la matière constamment recherchées.

22Ces interventions mettent en évidence la dépendance politique des Communautés et conduisent le plus souvent à une ingérence dans les affaires de la ville, ingérence qui peut aller jusqu’à une modification légère ou profonde du projet des édiles, que cette modification soit voulue par l’Intendant ou par l'État central, et imposée en fin de compte à la Communauté.

23Cette dépendance se manifeste dans le choix des ingénieurs qui tracent les plans, étudient les devis, rédigent les conditions d’adjudication.

24Ces ingénieurs sont de deux sortes. Il peut s’agir soit d’ingénieurs militaires, soit d’ingénieurs des Ponts-et-Chaussées. Les ingénieurs militaires – qui se trouvent en Bretagne parce que c’est une province frontière maritime –, sont directement désignés par le Conseil, et affectés, commis à la demande de l’Intendant. Ce fut le cas de Robelin à Rennes, de Garengeau à Dinan et surtout à Saint-Malo. Les ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, Chocat de Grandmaison en fut le modèle, sont affectés à des secteurs précis et envoyés dans les villes pour contrôler en particulier les travaux de voirie et de pavage, le tracé des rues, la construction des ponts, des digues, des quais, des bâtiments publics, tels que les hôpitaux, les halles, les hôtels de ville, etc... Ce sont ces derniers qui surveillent les travaux, descendent faire les visites, vérifient qu’ils sont conformes aux devis, enfin donnent leur avis pour les rentables. En quelques occasions des architectes prestigieux furent appelés pour diriger un grand chantier. Ce fut le cas des Gabriel à Rennes, ou encore des Abeille à Rennes ou à Nantes.

25Force est de constater que bien souvent tous ces gens passent par dessus la tête des édiles, s’adressent directement à l’Intendant, au Conseil, voire au Surintendant des bâtiments du Roi, à l’Académie d’architecture. Ce sont leurs techniques et leurs goûts qu’ils imposent, et les villes qu’ils transforment se ressemblent toutes. Il suffit de comparer les modèles de maisons qu’ils ont dessinées pour Fougères, Hennebont ou Rennes. Elles sont identiques, même dessin général, même recherche d’une sobriété fonctionnelle, mêmes matériaux, etc... L’intervention de ces hommes dans la construction en Bretagne et surtout celle des ingénieurs militaires marque le paysage urbain breton, comme il marque d’ailleurs l’architecture particulière des malouinières.

26Dans ces conditions, les architectes locaux dont certains furent remarquables n’intervinrent dans le cas des catastrophes que comme seconds, ou comme exécutants, toujours soumis à la critique et aux contrôles. Ce fut le cas exemplaire du malheureux Huguet à Rennes dont le plan pourtant intéressant fut rejeté sans grandes discussions.

27On comprend dès lors que les choix essentiels leur échappent, les édiles fussent obligés de s’adresser aux Intendants et aussi aux Gouverneurs dont les avis furent toujours sollicités.

28Incapables d’imposer un projet, les Communautés n’avaient pas de toutes façons les moyens de les exécuter. A peu près les deux tiers des agglomérations bretonnes possédaient des moyens financiers propres. Il s’agissait soit du revenu des biens patrimoniaux peu importants, soit – et c’était l’essentiel – de droits d’octrois. Or ces droits étaient affectés à des dépenses précises et une partie seulement des recettes allait aux travaux publics : entretien des murs, des fossés là où ils existaient, entretien de l’Horloge publique, des rues. Rien pour l’imprévu.

29Dans ces conditions, les dépenses considérables engagées lors de la remise en état d’une ville après une catastrophe ne pouvaient se faire que par l’obtention d’une augmentation des droits, ou par un emprunt, ou par les deux. Dans l’un et l’autre cas l’Intendant donnait son avis, et le Conseil du Roi tranchait, c’est-à-dire le Contrôleur Général des Finances. De plus, l’Intendant s’était rendu maître des adjudications. Aucune dépense importante concernant ces travaux publics ne pouvait se faire sans son accord, et les adjudications se passaient en la présence de son représentant, le subdélégué, même s’il y avait les commissaires de la Communauté de ville ou des États de Bretagne.

30Mais la transformation d’une ville à la suite d’une catastrophe repose en dernière instance sur les particuliers, et ceux-ci n’ont que de faibles moyens pour faire connaître leur opinion.

31Ils se voient imposer – comme nous l’avons dit – des regroupements de parcelles et des normes de construction. Ils sont chargés d’une partie des frais de rétablissement de la voie publique, voire des conduits publics (les égoûts) là où ils existent, comme à Rennes. En conséquence il ne peut y avoir de modifications profondes d’un quartier sans modifications profondes de la propriété.

32J’ai déjà montré, il y a longtemps, que la reconstruction de Rennes concernait 28 flots, 182 emplacements et quelques 635 parcelles, ces parcelles correspondant à la répartition dans ces nouveaux îlots de la propriété foncière des sinistrés, amputée d’ailleurs. L’implantation au sol de nouveaux bâtiments imposait déjà techniquement un regroupement (dans son projet Robelin avait établi le plan d’une maison type : 7 toises de façade et deux profondeurs théoriques, 7 toises 2 pouces ou 17 toises), parfois des désistements. Le prix de la construction amplifiait ce phénomène. On assiste dès 1721 à la vente rapide de ces emplacements : 128 sur 182 furent adjugés, et au fur et à mesure que les années passèrent le transfert de propriété s’accentua, tendant toujours davantage à la concentration : 47 emplacements appartenaient à un seul propriétaire.

33Ces nouveaux propriétaires étaient des nobles, en particulier des Parlementaires, des marchands, des fermiers, des financiers.

34Quelques bâtiments furent construits en copropriété, chaque appartement appartenant à un des sociétaires, tandis que les parties communes leur revenaient à proportion de leur apport. Il ne restait donc plus de gens modestes.

35Les gens modestes, nous les trouvons dans la construction de bâtiments sauvages, les baraques qui s’incrustent sur les espaces libres, particulièrement dans les fossés de la ville. Bien que provisoires, elles meublent encore aujourd’hui le paysage urbain rennais !

36Il est aussi intéressant de souligner qu’une partie de ces maisons constitua dès le début des maisons de rapport. Ces maisons avaient entre 42 et 63 pieds de haut ; elles comportaient au moins 4 emplacements de boutiques au rez-de-chaussée (sur cave voûtée) et deux à trois étages supérieurs (avec ou sans entresol), deux appartements par niveau

37Le caractère plus limité des catastrophes survenues dans les autres villes étale dans le temps la réalisation de bâtiments identiques.

38L’incendie de Rennes fut aussi l’occasion d’une nouvelle distribution des places et des bâtiments publics. Je n’insisterai pas sur la construction connue du triple bâtiment sur la place de l’Hôtel de ville actuel : Présidial, Horloge, Hôtel de ville, ni sur le dessin de cette très belle place royale qu’est la place du Parlement, dite place du Palais (place Louis XIV).

39Ce fut sans aucun doute parce que l’incendie fut exceptionnel, et parce que la ville était le siège de l’Intendance et du Parlement de Bretagne que la décision fut prise de la reconstruire ainsi.

40Enfin, en matière d’urbanisme, les États interviennent peu, ou tout au moins le domaine de leur intervention est limité aux accès des villes. Ils jouent un rôle important dans la transformation du système de liaisons routières, dans l’aide qu’ils accordent à la transformation des ports. Dans le cas précis qui nous occupe, leur possibilité d’intervention fut limitée mais bien réelle.

  1. Ils pouvaient prendre en charge la reconstruction d’un édifice public ; c’est ce qu’ils firent à Rennes avec la Tour de l’Horloge.

  2. Ils pouvaient accorder des secours exceptionnels.

  3. Ils pouvaient aussi, et ils ne manquèrent pas de le faire, intervenir dans les finances urbaines, ou tout au moins essayer de le faire, en arguant que l’édit d’Union de 1532 leur permettait d’accorder ou non octrois ou augmentations d’octrois. Ces prétentions qui furent toujours rejetées par le Roi et ses représentants occupent pourtant une grande place dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

41Je dirai, pour conclure, que les catastrophes présentent pour l’histoire des villes plusieurs types d’intérêt.

  • Parce qu’elles posent des problèmes multiples juridiques, techniques, fiscaux, etc... elles nous laissent le plupart du temps une documentation abondante sur la ville ancienne concernée.

  • Parce que les solutions proposées, et la suite donnée à celles-ci peuvent être tenues pour révélatrices de l’état de la société urbaine, des rapports entre les Communautés et les pouvoirs, etc...

  • Parce qu’elles sont aussi révélatrices du sens de l’évolution urbaine, et au-delà des principes, des possibilités de réalisation.

42Pourtant, elles ne constituent qu’un des trois axes du développement urbain :

  1. Le premier qui concerne la plupart des villes est celui des transformations lentes des cités, au coup par coup, le plus souvent petitement.

  2. Dans ce processus les catastrophes viennent, ou peuvent venir, accélérer le changement, mais elles ne surviennent que dans un tissu urbain déjà constitué qu’elles ne modifient pas profondément. Mais ;

  3. Les reconstructions que peuvent engendrer les catastrophes sont à rapprocher du troisième axe, celui de la construction de quartiers nouveaux, comme l’île Feydeau à Nantes, ou les accroissements de Saint-Malo, mais aussi de la création de villes nouvelles telles Port-Louis, Brest et Lorient.

43C’est à mon sens le rapprochement de ces trois domaines qui peut permettre de comprendre, au moins au niveau de la Bretagne, les changements physiques des villes, sans être déformé par l’étude d’un seul.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540