Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Construire la ville

 | 
Maurice Garden
, 
Yves Lequin

Présentation

Maurice Garden

Full text

1Au cours de l’année 1981, le Centre Pierre Léon, Centre d’Histoire Économique et Sociale de la Région Lyonnaise, Laboratoire Associé du C.N.R.S. à l’Université Lyon II, a organisé et accueilli trois tables rondes consacrées aux différents aspects de l’histoire de la ville aux périodes moderne et contemporaine. Ces trois tables rondes ont été rendues possibles grâce à l’aide financière de la Mission de la Recherche Urbaine (Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie) et de la D.G.R.S.T. Elles ont permis de réunir à trois reprises un groupe d’une vingtaine de chercheurs, français et étrangers, spécialistes de l’histoire urbaine. Il faut rappeler que ces rencontres lyonnaises, œuvre heureuse de décentralisation de la recherche, ont fait suite à plusieurs réunions du groupe constitué à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris, qui, depuis 1977, a relancé la réflexion interdisciplinaire et internationale sur les divers aspects de l’évolution du phénomène urbain.

2Le texte que nous présentons aujourd’hui comporte l’essentiel des communications et des débats de la première table ronde, que nous avions intitulée « CONSTRUIRE LA VILLE ». Pour des raisons éditoriales, nous ne pouvons reproduire les contributions de Roger Chartier et de Anthony Sutcliffe, qui exposaient les textes publiés intégralement dans des ouvrages importants, mais nous avons tenu à conserver le texte des discussions qui font référence à leurs exposés, car les questions qui leur furent posées sont capitales pour donner toute son unité au présent volume.

3Cette table ronde n’expose pas les résultats d’une recherche ponctuelle : elle fait état des recherches en cours, et surtout elle pose les problèmes, elle indique les pistes, elle révèle les ingorances, elle cherche à ouvrir de nouveaux chantiers, à orienter de nouvelles réflexions qui permettraient de mieux comprendre le phénomène urbain aujourd’hui.

4La ville française moderne, la ville du XVIIe et du XVIIIe siècle, a occupé une large place dans les débats. Non pas que l’époque moderne en France soit une grande période de créations urbaines : les « villes-nouvelles » sont rares, même si l’analyse des quelques exemples, parmi les plus célèbres, Richelieu ou Versailles, est importante pour comprendre les représentations de la ville qu’avaient les pouvoirs et les créateurs à l’époque. Mais si le réseau ancien des villes subsiste tel quel dans son ensemble, la physionomie des villes, leur paysage ne cessent de se transformer. La progressive disparition de la ville médiévale, provoquée parfois par les conséquences d’accidents - incendies ou inondations – est plutôt le résultat de la croissance même de la ville, de l’extension de son activité, de l’enrichissement de ses habitants. Les descriptions des premiers modèles de grandes opérations de lotissement à Paris plus qu’en province au XVIIe siècle, permettent de s’interroger sur les processus de construction, de rénovation, de transformation, qui sous des formes diverses, après l’épisode haussmannien du XIXe siècle, sont encore si actuels aujourd’hui. L’historien insiste beaucoup sur la diversité des exemples : on ne peut mesurer la construction urbaine à l’aune parisienne, le semis des petites villes ne se comporte pas comme les quartiers des grandes métropoles régionales. Mais pourtant dans l’aménagement, dans le lent processus de modification, d’embellissement, d’alignement, d’élargissement des voies, de création des places, de dessin des jardins, d’élévation des bâtiments publics au côté des églises, s’affirme un nouvel esprit de la ville. Encore très minoritaire, en croissance plus faible qu’on ne le dit souvent au XVIIIe siècle, la ville impose son hégémonie à l’ensemble de la société et de l’économie.

5Il serait vain, et méthodologiquement dangereux, de vouloir identifier et expliquer les modes de construction, de financement, et de spéculation de l’époque moderne, avec les mêmes analyses que pour les périodes plus récentes. Mais la connaissance de ces opérations, mêmes limitées, de lotissement dans les grandes villes modernes est capitale pour l’histoire de la ville d’aujourd’hui : le « petit » parcellaire reste très souvent une contrainte essentielle pour les dimensions de la construction, et s’affrontent déjà les intérêts opposés du spéculateur (le financier de l’Ancien Régime) et du propriétaire (noble ou bourgeois).

6Pour le XIXe siècle, qui constitue la plus grande part des interventions de cette table ronde, le rythme de la construction urbaine change totalement. Des exemples locaux, Lyon ou Grenoble, Montpellier, Mulhouse ou Roubaix, ont fait l’objet de présentations détaillées. Il s’agit rarement d’une construction nouvelle, mais bien plutôt de remodelages, de transformations, qui sont évidemment de nature totalement différente quand il s’agit d’une opération d’haussmannisation d’un centre ville ancien (la presqu’île à Lyon, ou le chantier inachevé du Peyrou à Montpellier) ou de l’extension, presque a nihilo, des grandes villes ouvrières du textile comme Roubaix ou Mulhouse. Ici l’historien peut apporter aux autres praticiens des études urbaines, par la précision de son analyse, mais il est aussi à l’écoute de tous ceux qui étudient le phénomène urbain ; les juristes et les économistes, en particulier en élargissant par des expériences internationales ou comparatives, donnent plus de pertinence et d’acuité aux questions que se pose l’historien. A vrai dire l’histoire économique de la construction urbaine reste encore très incomplète aujourd’hui. Si Michel Lescure peut préserver un modèle rigoureux pour les chantiers parisiens, il n’est sans doute pas prudent de l’étendre à toute la conjoncture économique du XIXe siècle. Le cas lyonnais est ici très caractéristique. En moins d’un siècle, la ville de Lyon est passée de 150.000 à plus de 500.000 habitants. Enserrée entre Rhône et Saône depuis le XVIIe siècle, elle déborde de ce territoire trop exigu, gravit les pentes de la Croix-Rousse, avant de franchir le Rhône et de s’étaler très largement sur la rive gauche. Or, l’histoire de la construction lyonnaise retient très largement le seul exemple de la percée haussmannienne réalisée par la Société de la Rue Impériale, le remodelage du centre de la presqu’île. Et pourtant l’essentiel du Lyon nouveau est ailleurs. Qui a financé la construction de la Croix-Rousse, comment s’est faite l’urbanisation de la rive gauche, avec, quels capitaux, quels agents, quelles stratégies se sont appliquées, conjointement ou successivement ? Ces problèmes évoqués pour Lyon se retrouvent dans toutes les grandes villes, où s’ajoutent, se superposent, non seulement des immeubles nouveaux, des quartiers nouveaux, mais de nouvelles conceptions sociales et culturelles qui influencent constructions et reconstructions. Les formes actuelles des grandes opérations immobilières urbaines du second XXe siècle, la Part-Dieu à Lyon, Mériadeck à Bordeaux, la Défense ou Montparnasse à Paris, Polygone et Antigone à Montpellier,... se situent dans le prolongement de ces premiers grands travaux du XIXe siècle ; mais elles laissent subsister aussi les formes anciennes de construction, de propriété, de copropriété, héritées du passé. De même, l’habitat social, le logement ouvrier, la cité patronale ont influencé l’image de la ville contemporaine. Mais on ne saurait oublier leur caractère longtemps exceptionnel et pionnier. La confrontation, la coexistence de plusieurs modèles, en même temps, et successivement, sont le véritable mouvement de la construction de la ville. L’économie joint ici le juridique et le politique. La ville est le terrain idéal des expériences de politique locale. Toute l’histoire des tentatives de socialisme municipal, et de nécessaires compromis entre les pouvoirs urbains et les constructeurs, rappelle combien la maîtrise de la ville a longtemps appartenu à des minorités actives, qui détenaient les pouvoirs nécessaires pour « construire la ville ». Dès l’époque moderne, les acteurs sont multiples. Et l’on dénonçait déjà les spéculateurs au temps de Richelieu et de Mazarin, mais rappelons-nous que dès cette époque les opérations les plus amples pouvaient se terminer par une faillite, comme celle de Louis le Barbier qui se proposait de vendre « ses hôtels clefs en main » au Pré-aux-Clercs dans les années 30 du XVIIe siècle ! Depuis les mécanismes de financement se sont compliqués, le nombre d’intervenants et de décideurs s’est multiplié ; l’historien démêle avec patience les fils des opérations anciennes ; il rend avant tout compte de la diversité, de la complexité de phénomènes qui s’ajoutent, sans jamais effacer totalement le passé. Comprendre la ville, dans son être matériel, ne se peut faire sans écouter non la leçon, mais la lecture de l’historien.

***

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Terms of use: http://www.openedition.org/6540