Version classiqueVersion mobile

Zola, renégats et alliés

 | 
René-Pierre Colin

Introduction

Texte intégral

A LA HOTTE
Caricature de H. Demare (La Grenouille, 25 février 1877)

« Roussins », chiffonniers et vidangeurs

  • 1 Laurent Tailhade : Oscar Méténier (Petits mémoires de la vie), Crès, 1921, p. 48.
  • 2 Déclaration de Saint-Pol Roux à Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, 1891, cité d’après (...)

1« Son esthétique, bientôt, n’eut plus de secrets pour nous. Les rapports de police l’avaient illuminé. A déguster cette prose forte qui sent le cuir, l’aramon, le tafia, la pipe et le sergot, il avait compris, d’un seul coup, l’essentiel du Naturalisme, la beauté du langage primaire ; il avait aspiré à l’Art simple et véritablement plébéien, en un mot à l’art sans art et mis à la portée du premier venu »1. Il n’importe guère que Laurent Tailhade évoque en ces termes l’entrée dans les lettres du peu glorieux Oscar Méténier, ci-devant secrétaire du commissaire du quartier de la Roquette, puis de la Chapelle. On peut, en revanche, souligner que ces quelques lignes contiennent bien la plupart des arguments du procès que l’on n’a jamais cessé d’instruire à l’encontre, d’un mouvement littéraire que suscitèrent ou auquel se rallièrent un temps des créateurs de la puissance de Zola, Maupassant ou Huysmans : des moyens rudimentaires mis au service de la trivialité, l’art de sonder les êtres et les choses avec la technique sans nuance des policiers, le degré zéro de l’esthétique, les pensées de l’homme ordinaire défilant banalement dans leurs habits de tous les jours. On commence une carrière par la lecture de la main-courante des commissariats où les journalistes viennent puiser la matière des faits-divers, et on se retrouve un jour à côté du chauffeur d’une locomotive pour nourrir le dossier documentaire de La Bête humaine : c’est une même démarche, la quête de ces documents humains qui permettent de remplir « la bourriche du terre-à-terre, l’album du vis-à-vis, le panorama du comme-c’est-ça »2.

  • 3 John Grand-Carteret : Zola en images, Félix Juven, 1908, p. 81.

2Pour la beauté du mythe, ce document ne peut être que sordide. Le riche recueil de John Grand-Carteret, Zola en images, nous rappelle, en effet, les grands thèmes de l’iconographie satirique du naturalisme, les variations sur « le cochon et le maquereau, le pot de chambre, la hotte du chiffonnier, le vidangeur, les sentinelles qui fument, la pétomanie »3 qui se multiplièrent lors de la publication de L’Assommoir, puis de la représentation de la pièce qui en fut tirée. On possède ainsi de nombreuses images de l’enquêteur naturaliste, évidemment myope, ajustant son lorgnon pour considérer au pied d’un mur un étron, à moins qu’il ne chausse les bottes de l’égoutier ou du vidangeur, qu’il ne se charge de la hotte, de la lanterne et du crochet du chiffonnier. Ce dernier mot, certes, depuis le XVIIIe siècle, était utilisé pour désigner un homme de lettres de bas étage, colporteur de ragots ou de nouvelles sans intérêt, un folliculaire, un cacographe, mais la caricature impose maintenant des images, établit des analogies beaucoup plus précises.

  • 4 La hotte dans l’argot des chiffonniers.
  • 5 Grand dictionnaire de Pierre Larousse : article « Chiffonnier ».
  • 6 « Le chiffonnier, quelque dégradé qu’il soit, respecte cependant les lois de la morale. Il n’est ni (...)

3La critique ne se lasse pas de développer ces comparaisons avec des métiers ou des activités qui ont trait à l’ordure des grandes cités, et qui s’exercent alors que les « honnêtes gens » sont endormis. Au moment où les caricaturistes mettent sur les épaules de Zola le « cachemire d’osier », le « mannequin »4, les chiffonniers qui sillonnent les rues obscures restent des personnages qui inquiètent tant les autorités qu’on tente de limiter leurs errances : de minuit à cinq heures du matin, heures réputées dangereuses, on leur enjoint de ne pas circuler. Peine perdue : ils ne tiennent aucun compte de cette mesure qui menace de devenir lettre morte. Les édits royaux ou prévotaux n’avaient pas eu plus de succès jadis, le « matriculage » du chiffonnier a échoué : la plaque de cuivre apposée sur la hotte, portant la description de son propriétaire et son surnom, se retrouve bientôt entre les mains d’un tiers qui l’a reçue en héritage, empruntée ou volée. Comment dès lors recenser, surveiller cette population de la nuit ? Des bruits courent à propos de ces hommes, de ces femmes en haillons : « En 1832, lors de l’invasion du choléra, on les rencontra parmi ceux qui massacrèrent les malheureux que l’ignorance et la superstition accusaient d’avoir empoisonné les fontaines »5. Tout en eux inquiète : le crochet qui peut devenir un instrument de meurtre, la hotte où il est aisé de dissimuler le produit d’un vol, le falot qui sert à reconnaître les lieux d’un futur délit. Louis Paulian qui les a longuement fréquentés tente en vain de les laver de ces accusations en faisant ressortir que les criminels sont fort rares parmi eux6 et qu’on ne peut guère leur reprocher que leur crasse et leur ivrognerie.

4La comparaison, on le voit, n’est pas innocente : le romancier de l’ordure côtoie les classes dangereuses, les acteurs sans aveu de la vie urbaine, ceux qui, selon le rédacteur du grand dictionnaire du XIXe siècle, n’ont ni morale, ni respect des valeurs en usage, pas même de piété filiale. N’a-t-il pas entendu ce dialogue d’une mère et d’une fille : « Malheureuse, tu ne veux pas m’écouter ; ne sais-tu pas que je t’ai portée neuf mois dans mon sein ?

5– Monte dans ma hotte ; je te porterai un an, et tu me devras un terme » ?

6Le chiffonnier et le romancier naturaliste s’adonnent tous deux à une industrie du déchet, de la récupération. Si le XIXe siècle est fasciné par tous les trésors abandonnés à l’égout, par tous ces produits que l’on pourrait sauver pour y puiser des métaux, des graisses, des engrais, il n’est pas prêt à accorder cependant son estime à ceux qui se livrent à cette activité. Le romancier qui, lui aussi, voudrait que rien ne se perde du flux social va encourir une égale réprobation. Son œuvre évoque le ruisseau, l’égout, l’ornière : c’est une opinion si universellement admise que l’adjectif « naturaliste » sert encore aujourd’hui à désigner toute production de l’esprit qui se complaît dans la description de choses sordides ou grossières, qui borne son ambition à recenser avec minutie les minuscules événements de la vie quotidienne, les plus écœurantes platitudes. C’est restreindre singulièrement le sens d’un concept qui, selon le dictionnaire Robert, «proscrit toute idéalisation du réel et insiste principalement sur les aspects qui, dans l’homme, relèvent de la nature et de ses lois ». Comment en est-on venu à confondre cette ambition avec la peinture obsessionnelle des appétits et des besoins naturels ? Pourquoi prend-on en mauvaise part un mouvement qui a produit tant d’œuvres majeures ?

  • 7 Zola, L’Assommoir, Œuvres complètes (O.C.), Edition établie sous la direction d’Henri Mitterand, Ce (...)

7Les naturalistes, il est vrai, n’ont guère reculé devant la provocation et il n’est pas niable que la scatologie a sa part dans L’Assommoir, quand Zola nous montre, par exemple, à Sainte-Anne, un Coupeau ragaillardi, installé « sur le trône »7 et engageant avec Gervaise une conversation sur la prospérité de ses intestins. C’était Coupeau, déjà, qui lors du grand repas de la rue de la Goutte d’Or avait entonné ce couplet fameux :

  • 8 Ibid., p. 780. Le vidangeur est l’inévitable figurant de tout pastiche naturaliste : bègue et ivre, (...)

« L’dimanche, à la P’tite Villette,
Après la chaleur,
J’allons chez mon onc’ Tinette,
Qu’est maîtr’vidangeur.
Pour avoir des noyaux d’c’rise,
En nous en r’tournant,
I’s roul’ dans la marchandise,
Qué cochon d’enfant !
Qué cochon d’enfant ! »8

8On ne s’est guère demandé d’où pouvait provenir cette chanson que les lecteurs découvrirent imprimée non point dans une publication destinée à circuler sous le manteau, mais dans un roman diffusé de manière fort classique. Cette bluette est l’œuvre de Louis-Charles Colmance, un chansonnier du Second Empire qui s’était fait une manière de spécialité dans la chanson, la peinture de l’ouvrier bon enfant et godailleur, toujours prêt à célébrer la « Saint-Lundi », comme le zingueur après sa chute. La provocation de Zola prend ainsi une juste proportion : c’est bel et bien un « document » qu’il nous livre en utilisant un couplet qui eut du succès dans les cafés-concerts à l’époque où il situe son intrigue. La scatologie devient à ses yeux légitime, puisqu’il faut convenir qu’elle ne faisait pas broncher le public de ces établissements. Resterait à définir quelle frange de la société a pu se gausser en entendant une telle chanson qui n’avait pas fleuri dans la clandestinité des salles de garde. Zola, en faisant de cette gaudriole le sommet du répertoire de Coupeau, impose de façon quasiment emblématique une idée que son roman étaye assez largement et dont on lui fit grief : non seulement le « peuple » n’a point de scrupule ni de honte à évoquer les fonctions naturelles, mais il en tire même quelque délectation. C’est du moins l’opinion d’une critique pudibonde que certains sociologues contemporains ont simplement rafraîchie en parlant de « l’ethnocentrisme bourgeois ou petit-bourgeois » de Zola.

  • 9 Ferdinand Brunetière : La Banqueroute du Naturalisme (Le Roman naturaliste), cinquième édition, Cal (...)
  • 10 Huysmans à Zola, vers le 15 novembre 1887.

9Il est vrai que la peinture des trivialités qui demeurait discrète dans les précédents volumes du cycle prend de l’éclat dans ce roman, mais Pot-Bouille qui évoque pourtant une autre classe de la société sait révéler des détails qui ne sont pas moins nauséabonds. La différence tient à la dissimulation que cultive la bourgeoisie : les bourgeois ont aussi un corps et ce corps éprouve les mêmes servitudes que celui des ouvriers du quartier de la Goutte d’Or. La bourgeoisie de Pot-Bouille entr’aperçoit cette évidence avec une honte dont elle ne sait guère se départir. Que ce soit aux servantes que Zola délègue le soin de dire en termes orduriers toute la fange de l’immeuble, tout ce que leurs maîtres taisent ou ce qu’ils ne font que chuchoter, voilà qui ne peut passer pourtant pour la condamnation des domestiques. Elles osent clamer simplement ce qu’ailleurs on murmure dans la crainte de susciter d’insupportables visions. Avec une belle candeur, Ferdinand Brunetière ne nous dit pas autre chose : « Ces jurons et ces blasphèmes, si l’homme du peuple les profère avec cette regrettable facilité, c’est qu’ils ne sont pour lui qu’un signe ou qu’une traduction habituelle de ses émotions. Mais chez nous, ils éveillent, aussitôt qu’entendus, toute une série d’images bien autrement déplaisantes qu’eux-mêmes »9. Délicieux aveu d’un nouveau Tartuffe ! Coupeau claironnant une version inédite de la « chanson du vidangeur » éprouve au contraire la même jubilation que Jésus-Christ dans les scènes de La Terre qui, paraît-il, révoltèrent les cinq signataires du manifeste avant de les conduire à l’apostasie, et Zola, comme le constate Huysmans, sait en tirer de larges effets comiques : « Je trouve d’une irrésistible gaieté la scène des pets. C’est imbécile à la fin, que ces bégueulismes subits de la presse et des gens du monde ! – Mais la Hollande et la Belgique sont pleines de tableaux du vieux Breughel où Ton bombarde et où Ton foire. Tout le monde rit devant. Eh bien, mais alors ? Et j’ajouterai qu’aucun tableau n’a la belle allure du Jésus-Christ criant : entrez, et du père répondant : me v’là »10.

10Les auteurs que Ton prend d’habitude en compte lorsqu’on parle du naturalisme ont, certes, fourni bien des pages qui pourraient illustrer les poncifs de la critique académique ou les quolibets des boulevardiers jamais las de broder sur ces thèmes qu’un « écho de Paris » publié par L’Evénement du 24 octobre 1879 prétend rassembler :

« Menus Propos
Nos Naturalistes.
On annonce :
La Potiche, par M. Emile Zola
Le Pot à eau, par M. Huysmans
Le Vase de nuit, par M. Alexis.

  • 11 Raoul Vast et Georges Ricouard, feuilletonistes, ont longtemps navigué autour du naturalisme, s’en (...)

Viendra ensuite Le Bidet, grande étude à sensation de MM. Vast-Ricouard11. Une série, comme on voit ».

11Ce qu’on présente comme une obsession de l’ordure, de l’excrément, de la sexualité, n’est que la volonté de tout dire, de tout dévoiler à une société lovée sur ses secrets et ses turpitudes. Il est vrai que les naturalistes et leurs détracteurs partagent les mêmes hantises, mais les premiers, du moins, parlent, portent au jour ce que Ton a coutume de taire. Dans ces œuvres, on « se lâche » pour reprendre un des mots-clefs de Zola. Y aurait-il plus de complaisance encore dans les pages négligées de certains écrivains qui n’ont pas connu la gloire posthume ? Ceux-ci sont-ils responsables de la triste réputation du naturalisme ? Bien des auteurs, en effet, ne sont rappelés que pour mémoire dans les histoires de la littérature et si nous avions quelque goût pour la polémique, il nous serait facile de démontrer que des critiques pressés n’ont pas cru utile d’étayer leurs jugements, pourtant péremptoires, par la lecture de certains textes qu’ils mentionnent. Des confusions savoureuses ont pu à cet égard nous éclairer, des œuvres théâtrales prises pour des romans, des résumés parfaitement controuvés d’œuvres réputées trop vite introuvables et reconstituées à l’aide de conjectures...

  • 12 Jules Huret : op. cit., p. 267.
  • 13 Ibid., p. 79.
  • 14 Ibid., p. 38.

12Les ressources des grandes bibliothèques ont, il est vrai, leurs limites. Si nous écrivons que cette étude a débuté par la recherche des textes, c’est sans nulle naïveté, car les caprices du dépôt légal, la minceur des tirages ont rendu bien des œuvres d’un accès difficile. La médiocre qualité du papier ordinaire à la fin du XIXe siècle menace aujourd’hui la survie de nombreux titres : combien de fois, dans l’hémicycle de la Bibliothèque Nationale, nous a-t-on communiqué avec d’infinies précautions des volumes qui, littéralement, s’émiettaient sur le bureau ? Ce n’est ni une monomanie de collectionneur, ni un souci illusoire d’exhaustivité qui ont pu nous guider dans cette entreprise, mais le vœu de prendre la véritable mesure d’un courant littéraire dans toute son ampleur et toute sa variété. La puissante personnalité de Zola n’est pas, à elle seule, tout le naturalisme, malgré les affirmations de quelques-uns de ses plus notoires contemporains. François Coppée s’écriait devant Jules Huret : « Mais le naturalisme, je ne le vois pas, moi ! Je ne vois que Zola ! »12 Mallarmé déclarait quant à lui : « Pour en revenir au naturalisme, il me paraît qu’il faut entendre par là la littérature d’Emile Zola et que le mot mourra en effet, quand Zola aura achevé son œuvre »13. « Le naturalisme, c’est Zola, Zola tout seul » affirmait enfin Jules Lemaître14.

13L’auteur des Rougon-Macquart eut en fait ses alliés, ses disciples, ses clients, ses vassaux rebelles, il eut des pairs ombrageux parfois, jaloux de ses pouvoirs, qui, eux aussi, eurent leurs courtisans. Cette curieuse République naturaliste, toujours déchirée, constitue un riche champ d’étude puisque, à côté des écrivains confirmés, certains jeunes romanciers commençaient alors leurs carrières en utilisant comme un laisser-passer les prestiges de cette étiquette. Pour ne citer que quelques noms, Paul Adam, Abel Hermant, Edouard Rod, si dissemblables pourtant, ont tous débuté ainsi. Qu’avaient-ils en commun ces écrivains des années 1880 ? C’est bien l’ensemble des idées, des doctrines propres, un temps, à ces auteurs que nous nous proposons de décrire sans omettre leur conception de l’art romanesque. Au-delà des divergences parfois hautement claironnées, des reniements dictés par un mouvement sincère ou par l’intérêt publicitaire, on peut retrouver des thèmes obsédants, des préoccupations communes, des soucis identiques, capables d’éclairer d’un jour nouveau l’étude des œuvres majeures que nous n’aborderons jamais comme des massifs isolés.

14Que peut-on saisir, en effet, de la réalité d’une époque grâce à la lecture de la littérature romanesque ? Cette question est d’autant plus légitime que les romanciers naturalistes, loin de s’installer dans un empyrée, ont constamment rappelé leur fonction d’observateur de la société. Certes, le critique qui se sentirait protégé par cette garantie ne manquerait pas de candeur. L’étude des rapports de la littérature et de l’histoire doit explorer d’abord les conditions de la production des œuvres, de leur diffusion, de leur lecture, tant il est vrai que l’analyse d’un roman ne saurait faire fi des données de sa communication.

15L’esthétique naturaliste qui se fonde sur un matérialisme d’autant plus provocant que sa réputation est déplorable auprès de la critique académique ne peut se développer que parce qu’elle rencontre auprès de nouvelles couches de lecteurs une manière d’approbation ou qu’elle n’outrepasse pas les bornes du goût d’une société progressivement gagnée au positivisme, fût-ce à un positivisme quelque peu caricatural. Ce n’est pas dire que le romancier naturaliste soit plus proche de sa clientèle que les écrivains des générations précédentes encore que l’on puisse citer bien des exemples d’apports documentaires ou de collaborations bénévoles, spontanées ou ouvertement sollicitées. Il n’est pas du moins d’une essence supérieure. On s’en gausse d’ailleurs sur le boulevard en soulignant que beaucoup de ces écrivains, s’ils n’étaient pas entrés dans la « carrière des lettres » (l’expression, en l’occurrence, est plus que désuète), auraient auné du drap ou débité du salami. On devine d’ailleurs que ce mépris social annonce l’analyse désormais classique de Georg Lukács qui met à la base de la création du naturalisme une prétendue dégradation du statut de l’écrivain : d’acteur, de participant aux luttes historiques, il serait devenu simple spectateur, témoin, chroniqueur de la vie quotidienne sans espoir, ni souci de jouer un rôle sur l’avant-scène. Il lui resterait la froide observation, l’enregistrement scrupuleux des faits... Parmi les naturalistes, on ne connaît, il est vrai, aucun ancien calicot, aucun transfuge de l’épicerie, mais il est sûr, en tout cas, que ni l’état de leur fortune, ni l’ampleur de leur héritage intellectuel n’eurent d’importance dans la naissance de leurs vocations littéraires.

16Ce phénomène, dira-t-on, n’est pas nouveau et un romancier n’a jamais été contraint d’exposer ses quartiers de noblesse, de fournir l’état de ses finances, mais, avec le naturalisme, on assiste cependant à l’irruption dans la littérature d’une frange si modeste de la petite bourgeoisie que cela prend l’ampleur d’un événement surtout parce que l’on a le sentiment que l’écart s’est tout à fait réduit entre les données romanesques et les conditions de vie des créateurs. On le mesurera d’autant mieux que nous n’avons pas ici considéré l’itinéraire d’un seul écrivain, mais d’un grand nombre de romanciers dont certains sont d’ailleurs fort oubliés : aussi invitons-nous le lecteur à se référer aux brèves notices que nous avons composées à la fin de notre travail.

  • 15 Gustave Vanwelkenhuyzen : L'Influence du Naturalisme français en Belgique de 1875 à 1900, Liège, la (...)

17Dans de telles perspectives, il ne nous était pas possible de borner notre enquête aux seuls écrivains nés en France. Le naturalisme de langue française s’est développé dans deux capitales, Paris et Bruxelles, non seulement à cause d’éditeurs actifs dont nous soulignerons le rôle, mais encore à cause d’incessants échanges entre les romanciers français et belges. Gustave Vanwelkenhuyzen a reconstitué avec précision ce moment important de la vie littéraire des deux pays15 et il n’était donc pas nécessaire de revenir sur les faits. En revanche, ne point accorder d’attention aux naturalistes belges sous le prétexte qu’ils n’ont pas tous la puissance d’un Camille Lemonnier, ce serait amputer l’histoire d’un courant dont nous prétendons précisément évoquer la richesse et la variété.

18L’ampleur même de notre corpus nous protègera peut-être des simplifications, des réductions : il n’y a pas une esthétique naturaliste, clairement établie, fixée de façon définitive, il n’y a pas non plus une politique naturaliste en soi, à laquelle se rallieraient des écrivains venus de bien des horizons et dont on pourrait déceler dans chaque roman une formulation partielle. Il existe tout au contraire un mouvement travaillé de tempêtes, de désaccords profonds, de reniements, qu’aucune structure ne saurait enfermer. C’est sa vie même que nous souhaitons considérer.

19Ce sont les faits dûment constatés qui vont nous fournir nos directions de recherche et non des préjugés : nous nous intéresserons avant tout à ce qui sollicitait l’attention des écrivains dont nous parlons en luttant autant que possible contre l’illusion rétrospective qui nous conduirait à rechercher dans les œuvres d’hier les préoccupations d’aujourd’hui. La littérature d’un pays n’est pas faite de monuments isolés, mais d’un flux continu de témoignages qui dialoguent entre eux, se font écho ou se réfutent. Sur eux pèsent les propos de la rue, des salons, de la brasserie, des assemblées, de la presse que les analyses banalement diachroniques ne sauraient refléter. Si l’étude d’un courant littéraire peut avoir un sens, c’est lorsqu’elle permet de restituer un peu de cette polyphonie.

Ecrivain naturaliste, à la recherche de documents humains. Caricature d’André Gill (La Lune Rousse, 26 octobre 1879).

Notes

1 Laurent Tailhade : Oscar Méténier (Petits mémoires de la vie), Crès, 1921, p. 48.

2 Déclaration de Saint-Pol Roux à Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, 1891, cité d’après l’édition Thot, Vanves, 1982, p. 147.

3 John Grand-Carteret : Zola en images, Félix Juven, 1908, p. 81.

4 La hotte dans l’argot des chiffonniers.

5 Grand dictionnaire de Pierre Larousse : article « Chiffonnier ».

6 « Le chiffonnier, quelque dégradé qu’il soit, respecte cependant les lois de la morale. Il n’est ni voleur, ni assassin ; il n’aime pas à avoir des démêlés avec la justice, et il a horreur de la prison ». Louis Paulian : La Hotte du chiffonnier, Hachette, Bibliothèque des écoles et des familles. Cinquième édition, 1910, pp. 64-65.

7 Zola, L’Assommoir, Œuvres complètes (O.C.), Edition établie sous la direction d’Henri Mitterand, Cercle du Livre précieux, 1966-1969, t. 3, p. 862.

8 Ibid., p. 780. Le vidangeur est l’inévitable figurant de tout pastiche naturaliste : bègue et ivre, il apparaît, par exemple, dans A la feuille de rose, maison turque, la fameuse pochade de Maupassant.

9 Ferdinand Brunetière : La Banqueroute du Naturalisme (Le Roman naturaliste), cinquième édition, Calmann-Lévy, 1893, p. 360. L’édition originale est de 1882.

10 Huysmans à Zola, vers le 15 novembre 1887.

11 Raoul Vast et Georges Ricouard, feuilletonistes, ont longtemps navigué autour du naturalisme, s’en réclamant ou le condamnant tour à tour, au gré de leurs intérêts commerciaux.

12 Jules Huret : op. cit., p. 267.

13 Ibid., p. 79.

14 Ibid., p. 38.

15 Gustave Vanwelkenhuyzen : L'Influence du Naturalisme français en Belgique de 1875 à 1900, Liège, la Renaissance du Livre, 1930.

Table des illustrations

Légende A LA HOTTE Caricature de H. Demare (La Grenouille, 25 février 1877)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Ecrivain naturaliste, à la recherche de documents humains. Caricature d’André Gill (La Lune Rousse, 26 octobre 1879).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search