Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Conclusion

Un nouveau regard sur la ville ?

Texte intégral

La peste de l’Homme c’est l’opinion de savoir.
MONTAIGNE

1A peine avons-nous le sentiment d’avoir ébauché notre travail que, déjà, il faut conclure. Faute de temps, faute de moyens matériels, nous avons dû nous résoudre à ne jamais nous aventurer très avant dans les perspectives qui se sont constamment ouvertes devant nous. Notre choix initial était, rappelons-le, de lancer grâce aux recensements une tête de pont vers de nouveaux domaines de recherche et d’établir des résultats numériques susceptibles d’être utilisés comme points de comparaison en regard d’autres temps et d’autres lieux. La rançon de cette option est ici l’aspect quelque peu déshumanisé des successions de chiffres, surtout quand nul document plus directement suggestif, plus imagé, n’apporte une touche de vécu... A l’heure d’un premier bilan, trois conclusions essentielles s’imposent toutefois avec une netteté suffisante.

I - ORIGINALITE DES QUARTIERS ET HIERARCHIE DES DETERMINANTS

2La notion de quartier comprise en tant qu’originalité de chacune des diverses parties du tissu urbain trouve dans les leçons des recensements des modes d’expression qui vont au-delà des distinctions à fondement socio-professionnel : aux singularités signifiées par tout ce qui peut composer le spectacle de la rue s’ajoutent les différences discrètes, celles dont les effets s’exercent principalement au sein de la famille, unité primaire.

3Tel est l’enseignement fondamental que dispense l’étude « régionale» des structures familiales. L’apparente homogénéité de répartition présentée à cet égard par l’ensemble des quartiers centraux se trouve démentie en périphérie où l’importance des manufactures, soie et futaine, se traduit par une accentuation de la prééminence de la famille de type conjugal simple.

4En revanche, la dimension moyenne des ménages varie constamment lorsque l’on parcourt la ville : elle est très manifestement liée au niveau de fortune des habitants. L’inégalité de taille des familles propres qui oppose quartiers riches et quartiers pauvres ne fait que contribuer faiblement à en rendre raison. La différence fondamentale réside dans la répartition des serviteurs, ici peu nombreux, là, omniprésents.

5A l’intérieur des unités familiales, l’étude de composition renforce les conclusions issues de l’approche des structures. Statistiquement, une seule dichotomie peut être considérée sans isoler des effectifs trop restreints : celle qui sépare les foyers avec enfant de ceux qui en sont dépourvus. Elle présente des variations locales significatives. Les pôles en sont le quartier peuplé d’hommes de bras, d’immigrants, où la famille est le plus souvent composée d’adultes, et le quartier d’artisans où, au contraire, l’enfant est présent dans sept cas sur dix.

6L’étude de l’habitat n’a pu être que sommaire : les recensements n’ont pas permis d’appréhender le faciès architectural des constructions. Il nous reste toutefois la connaissance des dissemblances relevées entre quartiers au sujet du degré de division des maisons et du nombre de personnes habitant, en moyenne, sous chaque toit. L’image qui en résulte présente des milieux de vie et des cadres de voisinage tout-à-fait différents d’un endroit à un autre.

7La localisation des métiers était déjà bien connue ; la donnée n’en est pas pour autant devenue banale. La spécificité professionnelle de chaque partie de la ville est toujours un élément de base pour qui voudrait tenter de recréer « l’ambiance » de rues, voire de pennonages entiers. Plus encore, elle est seule capable d’éclairer l’évolution démographique particulière d’un quartier en la reliant aux avatars d’une conjoncture économique sectorielle.

8La répartition interne de l’immigration lyonnaise était loin d’avoir un caractère purement aléatoire. C’est dire que la présence de groupes d’origine très nettement discernables était un élément tout-à-fait essentiel de l’originalité des quartiers : ce que le hasard des sources a permis d’établir pour les Savoyards, ne le trouverait-on pas aussi bien en ce qui concerne les Dauphinois, les Auvergnats ou les Bourguignons ? L’intensité seule de l’observation en serait moindre : sa nature serait similaire.

9Enfin les pennonages sont-ils apparus comme obéissant à des destinées différentes. Si, en 1636, quelques uns d’entre eux restaient très proches de ce qu’ils avaient été quarante ans plus tôt, d’autres révèlaient des signes de profonde évolution...

10Chacun des éclairages ainsi projetés tour à tour sur le quartier lyonnais ne met en valeur qu’une face d’une seule réalité. Structures et composition des familles, caractéristiques de l’habitat, nature des activités et modes de formation de la population d’un pennonage ne sont que les parties d’un tout. Ces composantes n’ont été distinguées que pour la commodité de l’analyse. Cà et là, ont été mises en évidence quelques corrélations reliant certaines d’entre elles. Nous ne croyons pas possible d’aller au-delà à partir des seuls recensements de 1597 et de 1636 et ce, pour une double raison. D’une part, l’irrégularité de tenue des documents utilisés ne permet d’établir que des résultats partiels. D’autre part, l’instabilité chronologique de plusieurs de ces données fait que le tableau que nous pouvons brosser des grands traits d’un quartier n’a de valeur que dans la courte durée. Il est illusoire, en pareilles conditions, d’échafauder une hiérarchie des déterminants sur une base statique. Une série de recensements rapprochés et semblables permettrait seule d’étudier à cette fin l’évolution corrélative des variables : par exemple, mesurer les fluctuations de la taille moyenne des familles d’un groupe de quartiers en fonction de celles de la présence d’immigrants savoyards.

11Une seconde réserve doit être introduite quant à la valeur qu’il faut accorder à la notion même de quartier. Le découpage de la ville était, nous l’avons dit, parfaitement arbitraire et celui qui, en traversant la rue, enjambait la frontière théorique de son pennonage était fort loin de se trouver immédiatement plongé dans un monde différent. Inversement, il arrivait que les limites d’un quartier enfermassent des rues ou des ilôts très dissemblables. Si l’organisation des recensements nous a contraint à adopter les délimitations militaires pour cadre d’étude, il n’en faut pas moins souligner cette hétérogénéité qui, dans quelques cas, rend grossière toute vue globale quand il serait légitime de décrire tantôt des originalités de parties de quartier, tantôt des originalités de groupes de quartiers. L’absence presque complète d’indications topographiques n’a pas permis, en une première approche, de situer précisément, maison par maison et rue par rue, ces sous-unités homogènes. Il reste que le degré très poussé de la division institutionnelle de l’espace urbain a eu pour effet de former le plus souvent des pennonages de superficie restreinte peu susceptibles d’amalgamer des populations très différentes et par là capables de jouir d’un caractère d’originalité non factice.

II - SCENES DE LA VIE D’UNE VILLE

12Bien que lacunaires, les recensements de 1597 et de 1636 ne voient pas leur intérêt limité à la seule description des particularités de chaque quartier de Lyon. A un degré supérieur, ils offrent la possibilité d’embrasser du regard la ville entière, d’en résumer l’aspect, d’en constater la croissance.

13Un trait fondamental de la démographie lyonnaise est une extrême sensibilité aux diverses conjonctures. La crise économique de la fin du XVIe siècle et les troubles de la Ligue ont non seulement brisé l’expansion de la population de Lyon, mais ont ruiné les acquêts des premières décennies du siècle. En 1597, le nombre des habitants n’était guère supérieur à la moitié de ce qu’il avait été cinquante ans auparavant. Les éléments manquent pour décrire ce que fut la phase de reconstitution : nous retrouvons néanmoins en 1636 une ville méconnaissable. Les familles, accueillant davantage de serviteurs, ont connu un accroissement de taille très notable ; les maisons se sont repeuplées et le nombre de ménages des pennonages périphériques s’est accru dans des proportions considérables, allant au-delà d’un doublement sur les pentes de la Croix-Rousse. Seules les structures familiales contrastent par leur immobilité vis-à-vis de ces formes multiples d’évolution. Dépeintes isolément, deux scènes de la vie de Lyon distantes d’une quarantaine d’années ne semblent pas vouloir faire revivre la même cité.

14Cette variabilité importante de plusieurs aspects fondamentaux de la vie urbaine amène à en souligner le caractère conjoncturel. Elle suggère le retour de semblables saccades à différentes époques de l’existence de la ville. Que fut Lyon aux pires moments de la guerre de Trente ans ? Que fut le retentissement démographique des troubles des années 1649 - 1653 ? Comment se traduisirent, en ces mêmes termes, les effets de la conjoncture économique «colbertiste » et de celle d’une nouvelle fin de siècle calamiteuse ? Les conclusions issues des recensements de 1597 et de 1636 incitent à avancer l’hypothèse de brusques et d’importants retours en arrière qui, indépendamment des grandes crises de mortalité, auraient jalonné l’expansion de longue durée de la population lyonnaise à l’époque moderne.

III - VERS UNE MICROANALYSE URBAINE ?

15L’ultime conclusion est d’ordre méthodologique. Les recensements de 1597 et de 1636 n’ont pas été exploités dans toutes les voies directes possibles ; mais quelles sources peut-on croire avoir totalement épuisées ? Nos rêves vont toutefois au-delà de l’étude des aspects que, faute de temps, il nous a fallu sacrifier.

16Après les emprunts successifs faits par l’histoire des villes des termes d’anatomie, puis de physiologie, et enfin de pathologie, il serait plaisant d’imaginer une histologie urbaine, sans pour autant tomber dans les excès de l’organicisme... L’idée de base en serait de prendre pour cible cette cellule élémentaire du tissu urbain qu’est la maison et d’en suivre dans la longue durée les modifications et les renouvellements. Pratiquement, les recensements fourniraient le squelette de l’étude, l’indispensable référence topographique. En un premier temps serait constitué un échantillon de minutes de recensements dont les critères de sélection seraient une qualité éprouvée et la disponibilité de pièces homologues à chaque dénombrement ; il devrait naturellement réunir des pièces représentatives de chacun des types de pennonages.

17Ce choix étant opéré, la deuxième phase de préparation des matériaux serait une recherche des éléments capables de combler les lacunes d’information que l’analyse de contenu a mises en évidence. Les Nommées particulières de la fin du XVIe siècle, les indications dispersées dans les actes consulaires et dans les pièces fiscales fourniraient nombre de mentions de métier omises par les recenseurs. Sur un autre plan, les décisions de voierie jalonnant les registres de délibérations consulaires permettraient de situer rapidement assez de maisons pour esquisser un premier plan de situation de chaque quartier et de ses constructions.

  • 1 J. POINTET a, rappelons-le, minutieusement réuni les éléments d’une histoire des maisons lyonnaises (...)

18Ce n’est qu’à l’issue de ce balisage préliminaire que pourraient débuter les recherches essentielles. Elles consisteraient principalement dans la mise en œuvre de nouvelles sources, en particulier les actes de louage et de vente à collecter systématiquement parmi les minutes notariales qui seraient utilisés conjointement avec les manuscrits du fonds Pointet1. Sur ce dernier point, la confrontation des recensements et de l’étude de l’ilot 18 réalisée par Madame Lavigne nous a semblé rendre de très heureux augures...

19Il serait présomptueux de décrire davantage le déroulement et les limites d’une recherche qui a toutes chances d’être reformulée à l’épreuve des sources. En désigner seulement les objectifs de départ nous paraît plus réaliste.

  • 2 Mis en œuvre dans leur détail, les Chartreaux de 1 528 - 1529, fourniraient des indications très pr (...)

20Nous voudrions d’abord aboutir à des mesures de la densité d’occupation des planchers : seule la médiocre qualité des procès verbaux des pennonages du Grand Palais et de la rue du Bœuf nous a empêché d’y parvenir au sujet de l’ilot 18 dont les maisons subsistent en majorité et dont nous connaissons les modifications architecturales. L’utilisation simultanée du fonds Pointet, des données directement mesurables sur place et des minutes de recensement permettrait très vraisemblablement d’aboutir à des résultats chiffrés assez nombreux pour être intéressants. Dans le même temps, une définition assez précise des limites de quartier livrerait une densité d’occupation des sols d’une approximation satisfaisante2.

21Un second objectif serait l’étude des modifications du cadre architectural des quartiers de l’échantillon. Ce que nous savons de Lyon au XVIIIe siècle montre en regard des réalités perçues pour le XVIe finissant et pour le début XVIIe des différences de degré si accentuées qu’elles font figure de différences de nature. Il s’impose de rechercher le cadre chronologique et les modalités d’une mutation capable d’avoir ainsi transfiguré des parties entières de la ville, soit par rehaussement des maisons, soit par reconstruction complète. C’est à ce prix que les estimations globales de la population lyonnaise pourront être éprouvées.

22Il nous paraît également essentiel de tenter de suivre les rythmes de mutation de la propriété immobilière urbaine et ceux de rotation des locataires, même en sachant combien ce but peut être difficile à atteindre. Archives hospitalières, papiers privés et minutes notariales offrent déjà quelque recours en la matière.

23Deux derniers terrains d’investigation s’ajoutent à l’inventaire. L’un serait l’étude de la composition sociale de la maisonnée, la description de ce qui semble devoir être un glissement de la ségrégation horizontale vers une différenciation verticale. L’autre, jumelant registres paroissiaux et minutes de recensement, aurait pour objet de rapprocher parrainage et voisinage et d’étudier l’endogamie de quartier, voire de rue.

24Rien, au cours de ces approches, ne se ferait, nous le savons, sans une forte proportion de « déchets », de dépouillements de sources dont l’exploitation se révélerait infructueuse. Le risque est à la mesure des espérances. Les recensements, au-delà de leurs enseignements directs, offrent la possibilité de composer un tableau d’ensemble à partir de données éparpillées pour l’instant inutilisables. Ne jettera-t-on pas ainsi, grâce à leur conservation, un nouveau regard sur la ville ?

Notes

1 J. POINTET a, rappelons-le, minutieusement réuni les éléments d’une histoire des maisons lyonnaises dont seule la partie concernant la Croix-Rousse a été publiée en 1926 en plus de deux mille pages... Tout le reste de cet immense travail dort actuellement au musée de Gadagne...

2 Mis en œuvre dans leur détail, les Chartreaux de 1 528 - 1529, fourniraient des indications très précoces. Cf. GASCON (R.) op. cit. p. 345.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search