Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Troisième partie. Lyon et sa population

Chapitre VIII. La population Lyonnaise

Texte intégral

1Chercher à évaluer combien d’hommes et de femmes vivaient à Lyon à différents moments des XVIe et XVIIe siècles est un épineux problème qui n’a sans doute guère de chances d’être résolu quelque jour de manière vraiment satisfaisante. Les chiffres proposés sont toujours établis par un biais quelconque : extrapolation à partir de données fiscales, calculs fondés sur le rapport entre la consommation de la ville en vin ou en blé et une consommation individuelle théorique, et parfois aussi, recours aux témoignages de contemporains.

2Chacun de ces essais est généralement suivi de l’ombre de critiques que l’on ne peut guère plus réfuter qu’accepter : on devine des variations de la population d’amplitude mal connue, au fil des conjonctures, et les points d’ancrage font presque toujours complètement défaut.

  • 1 GARDEN (M.) op. cit. p. 25 - 26.

3Il ne convient pas mieux de s’en remettre aveuglément aux leçons d’un recensement : on a montré avec quelle grande prudence il fallait approcher celui de 1709, bien que son but ait été de dénombrer tous les Lyonnais et en dépit de sa date tardive qui nous aurait incité, a priori, à placer quelque espoir en sa qualité1. Il faut bien se résigner à n’accorder d’autre valeur que celle d’un ordre de grandeur à toute estimation de la population de Lyon à l’époque moderne, quels qu’en soient les fondements.

  • 2 in KLEINKLAUSZ (A.) Histoire de Lyon, t. I, p. 487.
  • 3 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle, p. 341-351 Immigration et Croissance Urb (...)
  • 4 in MOLLAT (M.) Etudes sur l’Histoire de la Pauvreté, p. 761 - 822.
  • 5 MANDROU (R.) L’Europe Absolutiste, Annexe.

4Les chiffres avancés divergent notablement. Roger Doucet donnait cinquante à cinquante-cinq mille habitants à la ville en 15502. Monsieur Gascon, de son côté, va jusqu’à soixante ou quatre-vingt mille vers 15603. Natalie Davis propose un maximum de soixante-cinq mille vers la même époque4. Enfin, Robert Mandrou lance le chiffre de cinquante mille, mais c’est pour 16505.

I - CHIFFRES ET ESTIMATIONS

5Nos recensements permettent-ils de mobiliser de nouvelles connaissances pour ce débat ? Est-il possible de contourner leurs pièges et de conclure en restant dans le domaine du probable ? Deux questions de poids, dont les réponses sont ambigües.

6Nous n’avons pu utiliser que neuf fois des chiffres de population représentant l’effectif complet d’un quartier de 1597 ; à nouveau, il s’agit là des minutes qui nous avaient permis d’appréhender la structure familiale auxquelles s’ajoute celle de Saint Nizier qui récapitule les bouches de chaque foyer sans autre précision. Leurs indications surprennent, quand on ne voit que deux pennonages dépasser le millier d’habitants, quand trois autres avoisinent les cinq cents et quand la moyenne pour ces huit quartiers s’établit à 753 personnes, en ne prenant en compte que la population fixe. Voilà qui, d’emblée, restreint singulièrement l’horizon d’une estimation générale de la population de la ville !

  • 6 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597. Données brutes.

7Restait le cas des vingt-sept autres pennonages pour lesquels un comptage direct était impossible ; nous n’avions là, au mieux, que le nombre des foyers6.

8Transformer ce type de donnée en chiffres de population, c’était affronter trois problèmes.

9Avant tout, il fallait se donner les moyens de cerner les quatre pennonages pour lesquels les minutes de recensement étaient soit perdues, soit trop lacunaires pour être utilisables. L’extrapolation a ses dangers, surtout quand l’hétérogénéité de l’objet ne permet pas d’exclure la possibilité de voir des cas d’espèce s’écarter largement de la moyenne ; force nous a été d’en accepter les risques. Quand l’approche a pour base la connaissance de trente-deux des trente-six pennonages, on peut ne leur accorder qu’une portée limitée. Qui habitait à Bourgneuf, à Saint-Just, à Bon-Rencontre ou à l’Asnerie ? Nous manquions à leur sujet d’Etablies, listes d’effectifs de la milice ; nous avions d’ailleurs appris à être méfiant vis-à-vis de leur utilisation à des fins d’ordre démographique... Il ne nous est resté que deux indices extrêmement minces : la connaissance approximative de leur étendue géographique et le nombre des Savoyards y faisant leur résidence. Nous avons donc été réduit à procéder par analogie vis-à-vis des quartiers limitrophes : Bourgneuf entre Pierre-Scize et le Puits du Sel, Saint Just surplombant le Gourguillon et Saint Georges, Bon Rencontre face aux Cordeliers et à la Croisette, l’Asnerie entre Juiverie et rue de Flandres. Cette méthode nous a amené à fixer les nombres recherchés respectivement 160, 190, 180 et 130 foyers : son caractère arbitraire n’est pas à démontrer. Elle se légitime néanmoins à nos yeux par deux considérations, l’une étant qu’elle ne fait appel qu’à des points de comparaison strictement contemporains de la source, exigence de premier ordre en des temps de bouleversements rapides, l’autre mettant en relief le fait qu’une erreur relative de 25 % qui affecterait systématiquement chacune de ces estimations ne se répercuterait, au niveau global, que par une marge supplémentaire de 2 à 3 %, ce qui est largement en retrait par rapport à l’ampleur de l’incertitude inhérente aux résultats issus directement des sources.

10Le second problème était celui que posait la sous-estimation du nombre des femmes chefs de maison, nécessitant la correction des données établies pour plusieurs pennonages.

11Hors les situations d’omission complète, chaque cas a dû être étudié isolément afin que soit retenu ou écarté le taux de fréquence obtenu au dépouillement. Il ne nous a pas paru possible de fixer à cet usage un seuil limite uniforme, la réalité laissant place à une diversité crédible : nous n’attribuons pas au sous-enregistrement la rareté des foyers féminins à l’Herberie (2,5 %), petit pennonage où il n’est de place que pour le grand commerce et où les veuves, nous l’avons dit, appartiennent à ce même milieu. Mais comment accepter des résultats bruts tels que les 1,7 % des Terreaux ou les 2,5 % de la Côte Saint Sébastien quand leurs homologues atteignent 9,3 % à la Lanterne et 14,3 % à Saint Vincent, pennonages voisins et comparables quant aux activités de leurs habitants ? Là, la négligence semble évidente. En définitive, il a fallu décider de corriger le nombre de ménages dans douze quartiers ; dans la perspective d’obtenir un chiffre global acceptable, non de restituer localement la réalité, nous avons appliqué uniformément aux différents nombres de foyers masculins le taux de correction de 11 % qui est celui que l’on obtient à partir des neuf minutes de recensement les plus sûres.

12Le troisième problème était de traduire en chiffres de population ces nombres de ménages corrigés et complétés. Deux possibilités s’offraient : soit chercher à tenir compte de la coloration socioprofessionnelle de chaque pennonage et moduler en fonction de cela la valeur du « feu moyen », soit appliquer de façon générale la moyenne précédemment établie de 4,13 personnes par foyer. La première voie, sans bénéfice assuré, donnait trop de champ à l’appréciation subjective, aussi l’avons-nous délaissée. Au contraire, les neuf pennonages de l’échantillon dont est issu ce chiffre semblent résumer assez bien la physionomie de l’ensemble de la ville... A moins de construire sur du sable des réseaux de corrélations menacés de se révéler factices, la sagesse semble être d’accepter la loi de nos sources irrégulières, à charge de devoir insister sur la nécessaire réserve à introduire : jamais la certitude de manipuler des échantillons totalement représentatifs ne peut ici être acquise.

13Finalement, une évaluation provisoire de la population lyonnaise de 1597 a été effectuée en réutilisant les chiffres découlant des neuf minutes de recensement ayant servi de référence et en appliquant le cœfficient de 4,13 au nombre de foyers de chacun des vingt-sept autres pennonages. Ce procédé a livré un total de 27.047 habitants.

14Il faut y ajouter l’effectif d’une catégorie systématiquement passée sous silence par les sources, celle du clergé régulier : nul n’a heurté à l’huis des communautés. Respect, application d’une recommandation verbale ou inanité de la démarche vis-à-vis de gens qui ne montent pas au rempart et possèdent leurs propres réserves de grains ? En l’absence d’éléments de réponse, notons que la lacune ne semble pas d’importance. La grande offensive de la Contre-Réforme n’a pas encore multiplié les couvents, et la très grande majorité des maisons religieuses que pourra énumérer Lambert d’Herbigny en 1697 ne seront fondées que dans les deux premiers tiers du XVIIe siècle. En 1597, combien de personnes le clergé lyonnais représentait-il ? Au mieux quelques centaines...

  • 7 Chiffres obligeamment communiqués par Mademoiselle Jacqueline ROUBERT.

15C’est un affectif du même ordre que, dans les hôpitaux, les recenseurs ont laissé de côté. La Chana et Sainte Catherine, lieux de passage, n’abritent qu’une vingtaine d’âmes, et le Grand HôtelDieu lui-même voit sa population totale osciller entre 290 et 300 personnes durant cette année 15977.

16Ne faisons pas davantage fond sur la clientèle des auberges ou des chambres à louer pour élever le chiffre de population qui se dessine. Elle n’a d’importance réelle que dans le pennonage de Port Saint Paul où 59 personnes de passage, logées au Lyon d’Or, au Heaume, à La Teste Noire et aux Trois Rois, s’ajoutent aux 444 habitants du quartier. Nul n’est descendu à TEcu de France et au Chapeau Rouge des transformations remplacent les voyageurs par des maçons et leurs manœuvres. Vide aussi le second Lyon d’Or, à la Lanterne, et les maisons voisines des Trois Mores et de l’Escu de France n’abritent qu’un marchand lorrain et un nobliau suivi de son domestique. Tout près de la Platière, Pierre Cazot, hôte de L’Ange s’apprête à voir partir ses trois seuls clients... Uniformément, les hôtelleries, visitées sans doute avec suspicion se révèlent quasiment vides et il n’est pas rare de voir le recenseur faire suivre le nom de l’hôte de la seule mention : personne. Il est vrai que ce quatre septembre 1597 est hors foire, et que l’on n’imagine guère les marchands venir risquer leur vie et leurs marchandises dans une ville menacée d’être assiégée quand l’ennemi campe à Montluel. Aussi sont-ils peu nombreux dans les hôtelleries qui abritent surtout des gentilshommes ou des plaideurs. Il ne faut pas espérer, dans ces conditions, voir la population de passage dépasser de beaucoup la centaine.

17Plus impalpables sont nos éléments d’appréciation du nombre des errants, vagabonds vivant à l’intérieur des remparts. C’est là, par excellence, la catégorie de gens qui échappe systématiquement aux recensements, pour de multiples raisons. Crainte de l’expulsion, criminalité qu’on nous dit essentielle, et, dans un autre ordre de causes, une organisation du dénombrement basée sur le lieu de résidence des habitants : autant de motifs expliquant que, sciemment ou non, beaucoup se soient soustraits à l’enregistrement. Quand on couche sur le papier le nom de Verboudy et sa femme, pauvres gens mandyant leur vie au quartier de Saint Georges, c’est qu’ils ont été trouvés dans ce qui leur tient lieu de logis au-dessous d’une maison que se partagent un vigneron et un tavernier, probablement quelque cave... Tous les cas de recensement de pauvres pour qui la mention quaymand ou mendyant a tenu lieu d’état lors de la recherche de septembre ne semblent concerner qu’une petite minorité de misérables connus dans le quartier où, peut-être on les voit depuis longtemps et, avant tout, de gens ayant un domicile précis. Ce ne sont pas ces vagabonds qui n’ont d’autre abri que les porches et les couloirs, si nul n’enfreint les ordonnances en leur procurant un gîte.

  • 8 BB 134, fo 82, 13 juin 1597.
  • 9 BB 134, fos 23 - 24, 10 février 1597. L’année précédente avait connu des mesures semblables : une (...)
  • 10 BB 134, fo 36, 10 mars 1597.
  • 11 BB 134, fo 82, 13 juin 1597.
  • 12 BB 134, fos 40 vo - 42 vo, 18 mars 1597.
  • 13 BB 134, fos 43 - 44, 20 mars 1 597.
  • 14 BB 134, fo 61 vo, 2 mai 1597.
  • 15 BB 134, fos 86 vo - 87, 30 juin 1 597. De toutes ces pièces, rien ne semble nous être parvenu. Ell (...)

18La distinction est fondamentale entre les paouvres estrangiers caymands et gens sans aveu et les paouvres de la ville8. Aux uns, on ne reconnaît nul droit à l’assistance en ces temps difficiles, si ce n’est qu’une unique passade. Dès février, les capitaines pennons avaient été chargés d’en faire une exacte recherche en tout leur pen nonage assistez de lung des Recteurs de laulmosne generalle pour iceux être mis hors la ville9. La décision se motivait par la crainte de la contagion : craignant donc lesdits sieurs prevost et echevins que les paouvres estrangiers et ceux de la ville qui ne reçoivent laulmosne ordinaire qui affluent journellement par les rues à cause de la cherté des vivres et denrées et notamment celle des bleds et la cessation du commerce n’engendre quelque mal et contagion joint mesme que les dits estrangiers ont ou peuvent avoir frequente en quelque village d icy au tour ou lon a advis quy a ce mal... On sait combien l’on attribuait facilement aux misérables la responsabilité des épidémies ; notons toutefois que peu après, l’on rouvrit l’hôpital Saint Laurent pour établir la quarantaine des marchandises10. Le solagement, sous forme d’une quête hebdomadaire dans chaque pennonage destinée à ceux qui ne recevaient pas l’aumône ordinaire, ne s’adresse qu’aux habitants de la ville, aux fins dempescher les dits paouvres de caymander par les rues et evicter au dit mal de contagion11. En cette année 1597, cœxistent donc deux attitudes diamétralement opposées vis-à-vis des pauvres. Pour les gens vivant à Lyon depuis suffisamment de temps, on va au-delà des secours habituellement prodigués et l’on organise une charité de quartier qui, de bénévole, deviendra rapidement forcée. Aux autres, l’on fait une chasse effrénée. La nouvelle de la chute d’Amiens entraîne la réunion d’une assemblée d’habitants12 où, entre autres mesures de défense, il est décidé, trouvant quelques vaccabonds faict neant et gens sans aveu et qui nont moyen de sentretenir dans la ville leur faire incontinent vuyder icelle. Deux jours plus tard, le consulat désigne dix-huit notables qui, deux à deux devront visiter quatre pennonages et ce, chaque semaine13 ! Au bout d’un mois, la mesure est maintenue et perfectionnée : chaque paire de bourgeois n’aura plus à surveiller que deux quartiers14. Elle est renouvelée à la fin juin pour les deux mois précédant le recensement général15. En une période de cinq mois, il aura ainsi été procédé à vingt-trois recherches des nouveaux habitants, du moins en principe. Nous ne connaissons nul autre exemple de pareil acharnement...

19Ceci étant, on peut supposer que Lyon se garda assez bien pour éviter des infiltrations massives de déshérités que les calamités de l’année obligent à croire incessantes, et que par là il ne faut pas surévaluer le nombre de ces errants si méthodiquement pourchassés. Une discordance, toutefois : les craintes du capitaine de la Côte Saint Sébastien devant l’infinité de pauvres mendiants gens incognus trouvés contre toute attente dans une maison du pennonage...

  • 16 DELUMEAU (J.) La Peur en Occident XVIe - XVIIIe, p. 189 - 194.BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril (...)

20Ces mesures d’expulsion des pauvres n’ont, certes, aucun caractère d’originalité. Elle s’appuient sur des considérations très classiques : l’excès de bouches à nourrir, la crainte de la contagion. Mais là s’ajoute clairement la peur de la subversion16. Les premières ordonnances promulguées à leur encontre coïncident de près avec les revers militaires.

  • 17 DELUMEAU (J.) La Peur en Occident XVIe - XVIIIe, p. 189 - 194.BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril (...)
  • 18 BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril 1597.

21Le même esprit anime un acte consulaire d’avril de la même année17. Il y est fait mention de certaines assemblées faites par ceux de la R.P.R. en divers lieux et la suspicion entraîne de nouvelles mesures de bannissement. Les premières recherches d’habitants confectionnées par les bourgeois en furent l’instrument : les dits Sieurs ont recongneu tous les habitants dicelle par rooles apportez sur les recherches faites aux dits quartiers et voyant y avoir des personnes qui portoient ombrage au peuple et la demeure desquels estoit inutille au pays/leur ont fait commandement de vuyder la ville...18 Nous n’avons, hélas, pu retrouver aucun document qui permette d’apprécier le nombre de ces expulsions. Tout semblait vouloir concourir à diminuer la population de la ville...

  • 19 BB 134, fos 109 vo - 110, 19août 1597.
  • 20 Un exemple parmi d’autres : Remette BACHACHARD femme de Barthélémy PECHET, vivandier en l’armée du (...)

22Un dernier événement est susceptible d’avoir influé sur l’effectif de la population globale : la guerre. Il est régulièrement constaté que, chaque fois que les armées royales eurent à combattre du Roussillon à la Savoie, on ne manqua pas d’exiger de Lyon un tribut en hommes, sous forme de mise sur pied aux frais communs de quelques centaines de combattants, le plus souvent des arquebusiers ; le papegeay ne se justifiait pas autrement. Ainsi, la ville dut fournir son contingent en 1636 : il nous en reste des listes... de déserteurs, ce qui en dit long. En 1597, on puisa de même dans la population lyonnaise pour grossir les moyens du lieutenant général commandant les opérations de Savoie : Les dits Sieurs (...) comme y ayant dedans ceste ville grand nombre de gens qui ont pour principal exercisse celui des armes (...) ont résolu faire lever promptement trois cens arquebusiers sous la charge des cappitaines Laforge, Lachala et Saint Pardon pour les conduire au Sieur de Lesdiguieres19. Dans plusieurs pennonages sont recensés ces hommes, déjà en route lors du dénombrement. Ce sont des tailleurs, des épingliers, des savetiers, des passementiers, des merciers... Grande rue de l’Hôpital, huit des trois cent dix chefs de feu masculins sont ainsi portés absents. A la Croisette, manquent un fondeur, un savetier, aux Cordeliers des reveyrants ; ainsi grapille-t-on ici et là quelques indications sur les habitants à la gayre, mais leur nombre ne dépasse pas quelques dizaines. Même en supposant que l’on n’ait pas réussi à aligner trois cents soldats, il est évident que les recenseurs n’ont noté que très accidentellement ces situations particulières. Nous ignorons tout des conséquences familiales de ces départs : il reste certain que beaucoup d’enquêteurs auront négligé d’inscrire les foyers dont le chef était loin de la ville. A cette source de sous-enregistrement, il faut ajouter celle que constitue le départ, volontaire cette fois, de boulangers et d’artisans lyonnais partis comme vivandiers20 à la suite des armées et que nous ne connaissons que dans un nombre de cas sans doute très en deçà de la réalité : le choix s’offrait entre la misère, la disette et les hasards de la guerre, parfois heureux...

  • 21 La sous-estimation résultant de notre relative ignorance de la population flottante en doit pas êt (...)

23Auberges vides, pauvres chassés, artisans partis en guerre, ville en état de siège : tout concourt à nous laisser penser que la population, fixe ou spéciale, ne pouvait atteindre un chiffre comparable à ceux que l’on nous annonce pour le milieu du siècle. Qu’aux 27.000 personnes dénombrées dans un premier temps on en ajoute deux mille autres qui correspondraient à l’ensemble des omissions énumérées. Que l’on ait raison des sous-enregistrements sournois qui résultent de négligences ou d’absences dispersées sur lesquelles nous n’avons aucune prise par l’application d’un taux de correction de 20 %. C’est celui, taillé large, que préconise Roger Mols et qui ne peut s’orienter ici que dans le sens d’une majoration, les modalités du recensement rendant les sous-évaluations grandement plus probables que les doubles comptes. Au terme de ces opérations, on aboutira à une évaluation maximale de la population lyonnaise se plaçant dans l’intervalle de trente à trente-cinq mille habitants en 159721.

II - LYON, « VILLE MORTE » ?

24Ce chiffre étonne par sa faiblesse. Pourtant, comment imaginer que la réalité eût été différente quand des pennonages minutieusement détaillés et que nous savons être parmi les plus peuplés, tels Saint Vincent ou les Cordeliers, ne dépassent le millier d’habitants que de quelques unités ?

25Pourra-t-on retenir l’évaluation à titre d’ordre de grandeur, ou l’attribuera-t-on aux traîtrises d’un recensement bon à mettre au rancart sitôt retrouvé ?

26Plusieurs faits, qu’il n’est pas vain de rappeler, s’accordent à plaider en sa faveur.

  • 22 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine, p. 668 - 672 et 873.
  • 23 DOUCET (R.) Revue d’Histoire Economique et Sociale, 1951, XXIX.
  • 24 D’HERBIGNY (L.) Mémoire sur le Gouvernement de Lyon. 1697. LYON, 1902, p. 16.

27Les cinquante ou soixante mille habitants que l’on a prêtés à la ville l’ont été pour sa période de prospérité : 1550 - 1560. Les quarante années qui séparent cette ère de la fin du siècle contiennent les trois décennies qui ont vu le grand commerce et la banque s’effondrer complètement. Notre propos n’est pas de retracer ici les origines et les concrétisations de cette conjoncture : il nous faut toutefois insister sur l’ampleur du phénomène22. Les années 1589 - 1598 furent, à n’en point douter, tout à fait catastrophiques pour l’économie lyonnaise. Les études sont unanimes à ce sujet : c’est pour Henri Lapeyre le temps de la décadence financière, ce que les chiffres de Roger Doucet semblent confirmer23. Dans la même perspective se constate le déclin de la soierie qui ne compterait plus que 1600 métiers dans les années 1590. On pourrait multiplier les exemples nous amenant à mettre en avant la relation encore imprécise entre conjoncture économique et conjoncture démographique... Remarquons toutefois que cent ans plus tard, Lambert d’Herbigny ne craindra pas d’attribuer une perte de vingt mille habitants aussi bien à la diminution des fabriques qu’à la mortalité24.

  • 25 GASCON (R.) op. cit. p. 492 - 500.
  • 26 GASCON (R.) ibid. p. 348.
  • 27 MARIEJOL (J.H.) Charles Emmanuel de Savoie Duc de Nemours, p. 282. PERICAUD (A.) Notes et Document (...)

28Il faut sans doute faire une large place aux effets des grandes pestes, celle de 1577 et surtout celle de 156425. Doutons de la possibilité d’une rapide récupération dans le contexte de cette période. Elle semble d’ailleurs démentie par les textes : les actes consulaires évoquent en 1569 la perte d’un tiers de la population de la ville et en 1577 l’existence de sept à huit cents maisons vides26. 1580, 1581, 1586 auraient vu de nouvelles alertes : une épidémie de coqueluche et deux retours de la peste27.

  • 28 MARIEJOL (J.H.) ibid. p. 116.
  • 29 B8 131, fo 38, 25 avril 1594, réinvestiture des anciens bannis.
  • 30 EE 32, p. 2, 4 septembre 1597, quartier de Bourgneuf.
  • 31 HH 159, p. 5 à 9, 11 et 12 juin 1621.

29On ne connaît guère avec précision ce que furent les conséquences de la Ligue à Lyon. Il est bien difficile de quantifier, même approximativement, les départs engendrés. Localement, au hasard d’un texte, on saisit la trace de bannissements28 : ainsi les officiers de pennonage furent-ils l’objet d’une purge générale29... Des artisans furent-ils victimes de ces proscriptions ? A Bourgneuf, quartier de réformés, nous savons gràce aux bribes de recensement que nous possédons que François Charpeney, taffetassier à Lyon depuis dix ans, n’est revenu que depuis un mois. Antoine Ramadier, lyonnais d’origine exerçant le même métier, n’est de retour que depuis deux ans. A la maison de la Fleur de Lys, on trouve Jehan Parquet, aussi ouvrier en soie, qui n’est revenu qu’en 1594...30 Emoustillants indices qui ne permettent rien, sauf de s’interroger : ces hommes avaient-ils fui Lyon comme parias, ou seulement comme victimes de la crise économique ? Devant le chômage synonyme de misère, deux voies s’offraient à l’artisan. La visite générale de l’art de la soie, en 1621, ne nous en décrit qu’une, et pour cause31. Quelques maîtres attendent des jours meilleurs en travaillant chez autrui comme simple compagnon ; d’autres doivent vendre leur métier pour s’acquitter de leur loyer et subsistent dans la majorité des cas en devenant ayde des massons, perdant sans doute irréversiblement leur outil et leur savoir-faire. L’autre voie était de prendre la route de Tours, d’Avignon ou de Genève dans l’espoir d’une réintégration problématique...

30Dès lors, il est loisible de supposer que, proscrits ou chômeurs, nombre de Lyonnais durent quitter la ville durant la Ligue.

  • 32 GASCON (R.) op. cit. p. 921.
  • 33 GASCON (R.) op. cit. p. 403 - 404.
  • 34 BB 134, fo 82 vo, 13 juin 1597.

31Aux malheurs de trois décennies s’ajoutent en 1597 des calamités plus immédiates. C’est l’année d’une des pires chertés du siècle : le bichet de froment, qui coûtait 41 sols 3 deniers en 1589 valait 80 sols 8 deniers en 1596 pour atteindre les cent sols l’année suivante32. Les registres de délibérations consulaires tout entiers retentissent des plaintes et des angoisses des Lyonnais, et le prévôt des marchands Thomassin et les échevins ne traitent que des moyens de détourner les menaces. Celle de la contagion, que le souvenir de 1564 semble rendre obsédante. Celle d’une attaque de la ville par les armées de Savoie, que des complicités intérieures rendent envisageable. Celle, surtout, de la disette, quand deux années de cherté ont mis à la charge de l’Aumône Générale plus de 6700 pauvres33. Devant les officiers pennons qui avaient été convoqués à la maison de ville, le prévôt va jusqu’à parler d’un nombre qui approche sept à huit mille34. C’est dépeindre une situation comparable à celle de 1531.

  • 35 Fragment de document d’origine consulaire, cité sans référence in KLEINKLAUSZ (A.) Histoire de Lyo (...)
  • 36 Cité par MARIEJOL (J.H.) op. cit. p. 285.

32L’année 1597 marque ainsi le paroxysme d’une crise extrêmement grave survenant après une phase de décadence économique marquée. La dépopulation aurait été massive et brutale : depuis l’entrée du Roi à Lyon, les revues faite par Mr de La Guiche montrent que le peuple s’écoule et à présent il est certain qu’il n’y a pas la moitié du peuple qu’il y avait lors de la venue du Roi...35 Claude De Rubys, écrivant en 1604, estime qu’il faut pour le jourd’hui jouer pour le moins au rabat des deux tiers pour la diminution du peuple procédée de la perte du commerce et des guerres civiles36. S’il y a eu quelque inévitable exagération dans cette affirmation, sa lourdeur même enseigne la force de l’impression qui l’avait suscitée.

  • 37 Archives de l’Hôtel-Dieu, F 25 et F 26. Registres 1593 - 1601.
  • 38 Cf. annexe 95 : Les décès à l’Hôtel-Dieu, 1594 - 1601.

33Comment fixer la part de chacune des causes de dépopulation ? La mortalité ne semble pas vraiment déterminante. Une réduction du nombre des habitants aussi massive que celle que nous discernons ne pourrait être la conséquence que d’une grave épidémie, alors que nous n’en trouvons pas trace à la fin du siècle. Les livres de l’Hôtel-Dieu qui récapitulent chaque dimanche les entrées, les sorties et les décès de la semaine écoulée37 donnent une image de la mortalité qui n’est pas à l’abri de fondamentales critiques. En particulier, il est impossible d’apprécier l’impact des étrangers de passage sur les données extraites des registres. Il reste néanmoins intéressant de constater que la grande cherté de 1597 ne se traduit en aucune manière par un « clocher » de la courbe des décès : c’est à l’automne 1595 et au printemps de 1598 que la mortalité atteint ses sommets38. Ces constatations isolées restent bien fragiles et n’ont valeur que d’indice. Il leur faudrait l’épreuve de la confrontation avec les éléments fournis par les registres paroissiaux. Elles ne semblent toutefois pas accréditer l’hypothèse d’une contagion ou d’une disette meurtrière.

  • 39 BB 137, fo 137 et sq., 7 septembre 1600. Cité par : HAUSER (H.) Les débuts du capitalisme, p. 240 (...)
  • 40 BB 146, fos 130-132, 9 décembre 1610. Source souvent utilisée, publiée in extenso in FAGNIEZ (G.) (...)
  • 41 Cf. annexe 94. BB 133, fo 128 vo - 130, 18 juillet 1596. Source partiellement citée in BRESARD (M. (...)

34La ville se serait alors surtout dépeuplée par le départ d’une fraction du menu peuple. Ce serait là une réaction assez courante en cas de difficultés insurmontables. Elle sera évoquée par l’un des notables réunis en Assemblée à l’Hôtel Commun quand Lyon aura à craindre la perte de ses privilèges établissant la liberté des métiers : il faudra que ung paouvre artisan qui n’aura pas de quoy payer sa taxe cesse de travailler, il s’en ira et laissera sa femme et ses enfants sur les bras de l’aulmosne generalle39. L’Avis des notables négociants de Lyon, rédigé en 161040 décrit pareille ment la désertion de la ville par ses artisans : la guerre a faict mourir une partie des ouvriers ; la faim en a chassé une aultre partie qui est allée non seulement aux aultres villes du royaume chercher sa vie, mais qui est le pis, s’est retiré aux estrangiers pour y establir les manufactures qu’ils soloient venir querir a Lyon Et toutesfois il ne fault pas soubter que, sy le concours et affluance du negoce se remectoit à Lyon, les ouvriers y arriveraient de toutes parts, pour la comodité de la vente, pour le bon vivre qu’il y faict, pour la liberté des maistrises des mestiers, et pour l’ancienne réputation de ladite ville qui dure encores et faict souhaiter a tout le monde d’en reveoir les effects. Le texte fait écho au mémoire41 de 1596 qui rapportait : les ouvriers sont contraincts sortir hors la dite ville N’ayant de quoy estre employes Ceuls de lart de la soye Vont partie en avignon, partie se retire a Gennes les Imprimeurs sont tous a Geneve Les chapeliers et autres ouvriers de layne fil peaulx et dautres marchandises vont au duche de milan et piedmont exercer leur art...

  • 42 On retrouve en 1744 le désir d’empêcher ces départs dans les préliminaires du Proget de Reglement (...)

35L’abondance des témoignages est telle que toute insistance à l’égard de l’importance du phénomène est superflue. Mémoire de 1596, opinion soutenue par le marchand Vincent Richard à l’assemblée de septembre 1600, avis des notables de 1610 et visite générale de l’art de la soie de 1621 : tout souligne l’importance de cette réaction des artisans lyonnais qui consiste à fuir la ville sans tarder et en grand nombre dès que de désespérantes difficultés s’amoncellent42. Peut-être est-ce même là un échappatoire spécifiquement lyonnais, quand la faculté de laisser sa famille sur le bras de l’aulmosne generalle rend le départ de Lyon plus aisé pour l’homme de métier : partir seul à la quête de ressources et s’aventurer sur les grands chemins avec femme et enfants sont des hasards bien différents. En tout état de cause, il faut soit ajouter foi aux dires des contemporains, quitte à en tempérer les exagérations, soit rejeter la leçon du recensement de 1597 qui les corrobore largement en décrivant une ville dépeuplée.

  • 43 Citons deux exemples. Jean François SALVIATORI, après avoir négocié durant 51 ans à Lyon, mourut d (...)
  • 44 On ne peut raisonnablement espérer la découverte d’un document qui permettrait de quantifier ces m (...)
  • 45 Les bases documentaires manquent complètement à cet égard, nous ne l’ignorons pas. Il serait passi (...)

36Tous partaient-ils effectivement vers d’autres cités manufacturières ? L’hypothèse nous semble peu probable. Il ne faut pas oublier combien la population de Lyon était formée de forains. Très ponctuellement, nous avons eu l’exemple d’immigrants ayant quitté Lyon après plusieurs dizaines d’années de résidence, repartis achever leurs jours dans leur ville d’origine43. Ceci suggère qu’a fortiori la solution devait être envisageable pour qui n’avait quitté son Forez ou son Bugey natal que depuis peu, mettant alors en jeu des solidarités villageoises ou familiales44. Les courants unissant Lyon et son espace auraient ainsi été largement réversibles. La distinction introduite par les historiens, dans une optique quelque peu volontariste, entre immigration temporaire et immigration définitive ne correspondrait alors pas à des réalités opposées, mais au contraire très proches. Le poids des conjonctures serait ici déterminant, fixant ou rejetant les arrivants en fonction des circonstances45.

III - UN INDICATEUR DE CONJONCTURE SECTORIELLE ?

37Les épaves du recensement de 1636 qui nous sont parvenues sont en trop petit nombre pour permettre une approche directe de la population totale de la ville : nous ne disposons là que de douze minutes de recensement et de quatre listes d’armement pour fonder une évaluation. Vingt quartiers restent de ce fait dans une complète obscurité, et il est hors de question, en pareilles conditions, de risquer une extrapolation qui n’aurait aucun sens. Notre seul espoir de pouvoir tenter une estimation approchant la réalité réside donc dans l’étude de l’évolution de la population des pennonages entre 1597 et 1636.

38La croissance d’ensemble des effectifs paraît indiscutable. Le recensement de 1636 permet de saisir dans leur totalité onze des trente-six quartiers, soit un échantillon représentant probablement plus du quart de la ville entière. La moyenne calculée sur cette base est de 1054 habitants par pennonage, chiffre qui est à rapprocher de celui qui avait été établi pour huit minutes du recensement de 1597, soit 753 personnes. C’est un accroissement de l’ordre de 40 % qui se révèle et qui suggère une population totale se plaçant dans un intervalle de 42 à 49.000 habitants, l’estimation arrêtée pour 1597 étant prise pour référence.

  • 46 Cf. annexe 96.

39Cette évolution, de toute évidence, n’a pas été uniforme. Les quartiers ont suivi des destinées divergentes durant les quarante années intercensitaires. Une simple comparaison entre les nombres de foyers enregistrés le montre assez46.

40Il est des quartiers figés, que l’on retrouve en 1636 presque tels que le recensement de 1597 les avait décrits, au moins en ce qui concerne les maisons, les foyers, les activités. Le pennonage de la Grenette en est la parfaite illustration, quasiment immobile. Les quartiers voisins n’ont guère progressé : si la Croisette compte 31 % d’augmentation du nombre de ses ménages, la rue Du Bois ne s’accroît que de 13 %, ce qui est aussi le fait de la Pêcherie, non loin de là. L’évolution du quartier de la rue de Flandres est, pour l’autre partie de la ville, un exemple de la même stabilité, le nombre de foyers n’y changeant pas de façon significative.

  • 47 Cf. annexe 97 : Géographie de l’expansion démographique. 1597 - 1636.

41Les quartiers connaissent une expansion démographique plus brutale si l’on s’éloigne du centre de la ville47. Saint Pierre voit son nombre de feux passer de 113 à 168. Au pied des remparts, la progression est de 47 % à Saint Georges, 64 % à Bourchanin, et le vaste pennonage de la côte Saint Sébastien connaît plus qu’un doublement, presque un triplement quand près de deux cents foyers supplémentaires sont recensés...

42Cette observation appelle plusieurs commentaires. En premier lieu, nous croyons discerner des anneaux concentriques d’intensité de croissance : de nulle dans les pennonages centraux, elle s’accentuerait dès que l’on s’en éloigne. La remarque sous-tend une double explication. A la Grenette, rue du Bois et alentour, tout est construit, partout et depuis longtemps. Les lieux se prêtent mal à l’accueil d’une population plus nombreuse, si ce n’est par un entassement peu crédible ou par un développement en hauteur de l’habitat qui ne paraît pas courant au début du XVIIe siècle. En revanche, la place ne manque guère autour de Bellecour ou sur les pentes de la Croix-Rousse. C’est là que l’on note en 1597 de nombreux jardins, des laboureurs, des vignerons. Ces zones périphériques semblent propices à la multiplication d’un habitat sans doute précaire : petites maisons de torchis à l’étage unique...

  • 48 D’HERBIGNY (F.) Mémoire sur le Gouvernement de Lyon (1697), LYON 1902, p. 16 - 17.
  • 49 De fait, la vue d’ARNOULLET (1557) ne montre guère que des constructions sporadiques sur les pente (...)

43C’est également dans ces quartiers que se situent les grandes constructions du XVIIe siècle, l’Hôpital de la Charité, le nouvel Hôtel de ville des Terreaux, ce qui suppose des disponibilités foncières ou des terrains aisément libérables. Ainsi rue du Pizay les recenseurs ont-ils noté avoir visité plusieurs grandes etablies du Sr Grenidon où il n’y a rien. En outre, il faut insister sur la leçon donnée par les plans de Lyon. Même quand ils sont aussi tardifs que celui de Séraucourt, ils révèlent en périphérie l’existence d’un tissu urbain très lâche ; la population de la ville était pourtant de très loin supérieure au milieu du XVIIIe siècle à ce qu’elle avait été aux meilleurs temps du XVIe. L’intendant Lambert d’Herbigny est d’ailleurs catégorique : l’enceinte de la ville est bien plus grande que ne le comporterait le nombre des maisons et des habitants. Comme c’était une ville frontière avant que la Bresse fût au Roi, elle a été fortifiée ; et comme à l’occident et au nord elle est environnée de montagnes, il a fallu pousser les murailles jusques sur les hauteurs de ces montagnes afin de n’en être pas commandé ; tout ce vaste terrain est occupé par des jardins et des vignes48. Le cadre lyonnais est donc plus aisément susceptible d’accepter un apport de population dans les quartiers voisins de l’enceinte que dans ceux qui en constituent le centre49.

44En second lieu, il n’est pas indifférent de déterminer quelles sont les activités des parties de la ville restées immobiles et quelles sont celles des zones d’expansion.

45La Pêcherie, la Rue de Flandres sont des quartiers de marchands et de notables : là les Suisses et les Allemands, ici la Douane et tout ce qui s’y rattache. Mais qu’est-il advenu du grand commerce dans ce premier tiers du XVIIe siècle ? La soie subit une conjoncture convulsive, Lyon n’est plus un grand centre de banque et le négoce se tourne essentiellement vers l’Espagne, où quelques marchands exportent des draps et des toiles. Si l’activité est motrice, elle ne l’est plus assez pour entretenir un appel de population dans les quartiers de décision : elle joue ce rôle ailleurs, sans doute en grande partie hors de la ville, en tous cas dans des quartiers de production. De fait, La Côte Saint Sébastien et Saint Georges sont essentiellement centrés en 1636 sur la soierie et la futainerie...

46Dès lors, la conjoncture démographique d’un pennonage ou d’un groupe homogène de pennonages paraît liée à la conjoncture économique du secteur d’activité concerné, aussi bien que la population de la ville peut l’être au mouvement général des affaires. Dans le cas précis de ces quartiers assez nettement spécialisés que sont Saint Georges et la Côte Saint Sébastien, la connaissance du nombre des habitants nous semble avoir valeur d’indicateur de conjoncture sectorielle. Après les désastres des années 1620, la soie et la futaine auraient-elles connu des temps propices ?

47L’accroissement général du nombre de foyers des quartiers s’accompagne d’un gonflement de leur dimension moyenne. Cette évolution, nous l’avons constaté, n’est pas le fait de la famille propre. Elle ne s’explique que par l’augmentation du nombre et de la dimension des domesticités.

  • 50 Cette « plasticité », déjà soulignée par François LEBRUN (le XVIIe siècle, p. 304) paraît être un (...)

48Ainsi croyons-nous discerner quelques uns des traits de la liaison unissant les conjonctures économiques aux conjonctures démographiques. Au niveau global, une crise généralisée viderait la ville par le déguerpissement d’une partie de ses habitants. Ce phénomène s’accomplirait sélectivement, frappant ou épargnant les quartiers selon leurs activités dominantes. Il se traduirait alors par une notable réduction du nombre des foyers. Mais, à un second niveau de sensibilité, la population pourrait varier du seul fait des serviteurs, dont le nombre dépendrait essentiellement des conditions de la production. L’effectif des compagnons et apprentis serait alors regardé comme un précieux indicateur de l’activité de chaque métier urbain. Hors les périodes de reconstitution suivant les grandes épidémies, cette souplesse50 se concrétiserait par une alternance de phases d’appel, de stagnation ou de rejet pour les habitants des bourgs et des campagnes de l’aire d’attraction lyonnaise. C’est de là qu’il faudrait pouvoir saisir ces fluctuations. L’état de serviteur était l’une des portes de l’immigration à Lyon : la proportion d’hommes nés hors de la ville y était, rappelons-le, écrasante, significativement plus importante que celle caractérisant les chefs de feu. Les premiers touchés par les convulsions des activités urbaines seraient, en ces conditions, les non-lyonnais : nous atteignons sans doute là un des aspects essentiels de la précarité de l’établissement à Lyon des forains dont l’apport restait pourtant, pour la formation de la population lyonnaise, tout à fait essentiel.

Notes

1 GARDEN (M.) op. cit. p. 25 - 26.

2 in KLEINKLAUSZ (A.) Histoire de Lyon, t. I, p. 487.

3 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle, p. 341-351 Immigration et Croissance Urbaine au XVIe siècle : l’exemple de Lyon, Annales Economies Sociétés Civilisations, 1970, p. 988 - 1001.

4 in MOLLAT (M.) Etudes sur l’Histoire de la Pauvreté, p. 761 - 822.

5 MANDROU (R.) L’Europe Absolutiste, Annexe.

6 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597. Données brutes.

7 Chiffres obligeamment communiqués par Mademoiselle Jacqueline ROUBERT.

8 BB 134, fo 82, 13 juin 1597.

9 BB 134, fos 23 - 24, 10 février 1597. L’année précédente avait connu des mesures semblables : une première recherche ordonnée en mars parce quil y a des caymands estrangiers et vallides en grande quantité en ceste ville et que l’οn crochette fort souvent des bouticques (BB 133, f° 39 v°, 20 mars 1596), une seconde en juillet (BB 133, f° 125, 14 juillet 1597).

10 BB 134, fo 36, 10 mars 1597.

11 BB 134, fo 82, 13 juin 1597.

12 BB 134, fos 40 vo - 42 vo, 18 mars 1597.

13 BB 134, fos 43 - 44, 20 mars 1 597.

14 BB 134, fo 61 vo, 2 mai 1597.

15 BB 134, fos 86 vo - 87, 30 juin 1 597. De toutes ces pièces, rien ne semble nous être parvenu. Elles auront suivi le destin des papiers de Philibert de la Guiche.

16 DELUMEAU (J.) La Peur en Occident XVIe - XVIIIe, p. 189 - 194.BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril 1597.

17 DELUMEAU (J.) La Peur en Occident XVIe - XVIIIe, p. 189 - 194.BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril 1597.

18 BB 134, fos 52 vo - 53 vo, 15 avril 1597.

19 BB 134, fos 109 vo - 110, 19août 1597.

20 Un exemple parmi d’autres : Remette BACHACHARD femme de Barthélémy PECHET, vivandier en l’armée du Sr LEDIGUIERE, qui lui a laissé trois enfants.

21 La sous-estimation résultant de notre relative ignorance de la population flottante en doit pas être un objet d’exagération. En 1776, en une ville largement plus peuplée, ne se comptaient que 2781 lits connus de louage à tant par nuit, 919 chambres garnies, outre 176 mauvais lieux connus, 97billards publics, 52 cafés : de quoi loger, au mieux, cinq mille personnes ? Archives du Château de La Perrière, E5 08, liasse 2.

22 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine, p. 668 - 672 et 873.

23 DOUCET (R.) Revue d’Histoire Economique et Sociale, 1951, XXIX.

24 D’HERBIGNY (L.) Mémoire sur le Gouvernement de Lyon. 1697. LYON, 1902, p. 16.

25 GASCON (R.) op. cit. p. 492 - 500.

26 GASCON (R.) ibid. p. 348.

27 MARIEJOL (J.H.) Charles Emmanuel de Savoie Duc de Nemours, p. 282. PERICAUD (A.) Notes et Documents pour servir à l’Histoire de Lyon, t. II, p. 74 - 75.

28 MARIEJOL (J.H.) ibid. p. 116.

29 B8 131, fo 38, 25 avril 1594, réinvestiture des anciens bannis.

30 EE 32, p. 2, 4 septembre 1597, quartier de Bourgneuf.

31 HH 159, p. 5 à 9, 11 et 12 juin 1621.

32 GASCON (R.) op. cit. p. 921.

33 GASCON (R.) op. cit. p. 403 - 404.

34 BB 134, fo 82 vo, 13 juin 1597.

35 Fragment de document d’origine consulaire, cité sans référence in KLEINKLAUSZ (A.) Histoire de Lyon, t. II, p. 4, et MARIEJOL (J.H.) Charles Emmanuel de Savoie Duc de Nemours, p. 285. La venue du Roi dont il est ici question est sans doute possible celle de 1595 ; évoquant la magnifique Entrée de 1544, on eût écrit : le feu Roi. La phrase est d’ailleurs très probablement une citation tronquée et déformée après avoir été extraite du mémoire remis à M. D’ELBEINE, député de la ville en Cour, le 18 juillet 1596. Le contexte de l’original est alors sans ambiguité : c’est de l’Entrée du 4 septembre 1595 qu’il s’agit. La dépopulation aurait ainsi été foudroyante, vidant Lyon en dix mois. Cf. annexe 94, BB 133, fos 128 vo - 133, 18 juillet 1596.

36 Cité par MARIEJOL (J.H.) op. cit. p. 285.

37 Archives de l’Hôtel-Dieu, F 25 et F 26. Registres 1593 - 1601.

38 Cf. annexe 95 : Les décès à l’Hôtel-Dieu, 1594 - 1601.

39 BB 137, fo 137 et sq., 7 septembre 1600. Cité par : HAUSER (H.) Les débuts du capitalisme, p. 240 - 243.

40 BB 146, fos 130-132, 9 décembre 1610. Source souvent utilisée, publiée in extenso in FAGNIEZ (G.) L’Economie Sociale de la France sous Henri IV, p. 367 à 373, et citée par PARISET (E.) Histoire de la Fabrique Lyonnaise, p. 54 - 55, par MARIEJOL (J.H.) op. cit. p. 277 - 278 et in KLEINCLAUSZ (A.) Histoire de Lyon, t. II, p. 15.

41 Cf. annexe 94. BB 133, fo 128 vo - 130, 18 juillet 1596. Source partiellement citée in BRESARD (M.) Les Foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles p. 102 et in KLEINCLAUSZ (A.) op. cit. t. II, p. 4. Parmi (les ouvriers des Manufactures)... Archives du Château de La Perrière. Ε5 03.

42 On retrouve en 1744 le désir d’empêcher ces départs dans les préliminaires du Proget de Reglement pour l’etablissement d’un bureau pour une vente economique et annuelle de bleds et de riz aux pauvres ouvriers des fabriques de Lyon instituée à perpétuité par les Confrères Penitents de la Compagnie Royale de Notre Dame du Confalon à Lyon : il s’agissait d’arretter les Emigrations frequentes que la cessation du Travail et la cherté des Denrées occasionnent

43 Citons deux exemples. Jean François SALVIATORI, après avoir négocié durant 51 ans à Lyon, mourut dans sa ville natale de Cherasco. (BB 167, fos 57 - 58, 11 mars 1625). Homme de condition plus modeste, l’hôte de N-D de Pitié, Benoist SAUGE, dont la présence est attestée à Lyon en 1594 et 1597, est trouvé à Chambéry en 1599 : ROUBERT (J.) op. cit. p. 141.

44 On ne peut raisonnablement espérer la découverte d’un document qui permettrait de quantifier ces mouvements alternants. Il est néanmoins des textes suggestifs : accusée d’un larcin minime par les maîtres gardes chapeliers, une pauvre femme ne trouve d’autre échappatoire pour se délivrer de la gêne et de l’état malheureux ou ils (les maîtres gardes) voulaient l’assujettir que de s’en aller dans son pays chez quelqu’un de ses parents dans le Bugey où elle a reste plus de deux années/elle est revenue à Lyon depuis un mois/elle a trouvé tout son menage detruit/tout vendu par son mari jusqu’à ses hardes... Archives du Château de La Perrière. E5 05. Requête présentée par la femme BERTIER à François-Pierre-Suzanne BRAC, échevin gradué.

45 Les bases documentaires manquent complètement à cet égard, nous ne l’ignorons pas. Il serait passionnant de pouvoir cerner flux et reflux entre Lyon et un de ses principaux foyers d’immigration. Il faudrait tenter une comparaison entre les listes de forains que livre le recensement de 1597 et les registres des sépultures, voire des mariages, de quelques-unes des paroisses d’origine les plus fréquemment citées.

46 Cf. annexe 96.

47 Cf. annexe 97 : Géographie de l’expansion démographique. 1597 - 1636.

48 D’HERBIGNY (F.) Mémoire sur le Gouvernement de Lyon (1697), LYON 1902, p. 16 - 17.

49 De fait, la vue d’ARNOULLET (1557) ne montre guère que des constructions sporadiques sur les pentes de la Croix Rousse.

50 Cette « plasticité », déjà soulignée par François LEBRUN (le XVIIe siècle, p. 304) paraît être un aspect fondamental de l’Ancien Régime. Elle caractérise aussi bien des secteurs entiers, tels la soierie, capable de reprises succédant à des périodes de complet marasme, que l’individu isolé, changeant au besoin de métier, quittant une ville pour chercher emploi à des lieues de là. C’est aussi l’instabilité de la domesticité, dont la rotation au sein des familles est intéressante à plus d’un titre. Souplesse des conditions d’habitat, également, quand une strate entière de la population connaît des déménagements incessants. Les maisons elles-mêmes paraissent changer assez fréquemment de propriétaire. Caractère éphémère, enfin, de la composition des familles soumises à des cycles d’autant plus rapides que la vie est brève... Au-delà des impressions nées de quelques indices, il faudrait pouvoir quantifier, mesurer l’importance de ces continuels changements, intéressants en eux-mêmes et par les implications que l’on devine sur le plan de mentalités.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search