Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Troisième partie. Lyon et sa population

Chapitre VII. Les savoyards à Lyon

Texte intégral

I - LYON SAVOYARDE ?

  • 1 Cité par Roger DEVOS dans Histoire de Savoie, p. 258.
  • 2 Ibid.
  • 3 ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la Fin du XVIe siècle.
  • 4 Nous entendons le mot « Savoyard » dans le sens extensif de « sujet du Duc de Savoie » et incluons (...)

1Les deux tiers de Lyon sont enfants descendus de savoisiens et comme sujets de votre Altesse, déclarait à son souverain l’ambassadeur de Savoie René de Lucinges en 15861. Neuf années plus tard, Pomponne de Bellievre, « Intendant pour le Roi », écrivait pareillement : presque tous les hommes de bras, qui font le tiers de la ville, sont du pays de Savoie2. Et, de fait, il est admis depuis toujours que les savoyards étaient nombreux à Lyon au XVIe siècle3. Il n’est donc nul besoin d’aller plus avant : l’importance numérique de cette immigration était assez accentuée pour avoir fortement impressionné les contemporains et suscité un mythe durable, la vision d’une Lyon savoyarde4.

  • 5 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle, p. 342.

2On sait combien nos aïeux du XVIe siècle donnaient aisément dans ce qui nous paraît, de nos jours, être l’exagération : sans doute s’agissait-il plus pour eux d’exprimer, de faire partager leur sentiment grâce au pouvoir des nombres que de quantifier strictement, souci d’homme de l’ère industrielle. Déjà a-t-on justement souligné cette poétique du chiffre5... Disposant enfin de données numériques de valeur, il nous faut maintenant faire sa part à la réalité et la sienne à la légende.

3La grande recherche des natifs de Bresse, Bugey, Valromey, Gex et Savoie durant les quatre derniers jours d’octobre et le lendemain de la Toussaint 1597 permet, nous l’avons dit, de distinguer, sans risque d’erreur importante, quatre catégories d’habitants : les chefs de maison, dont le métier est spécifié, les serviteurs, qui souvent précisent le nom de leur maître, ceux qui ne sont que de passage : religieux, escholiers, marrons, voyageurs logeant à l’auberge. Il ne reste finalement dans l’ombre qu’un petit groupe d’hommes dont on ne sait que le nom. Notons qu’aucune Savoyarde ne se présenta à l’hôtel de ville en tant que chef de maison, ou du moins qu’on n’en inscrivit aucune : on ne se défiait que des hommes.

4Il est donc possible, en se référant au recensement général qui n’est antérieur que de trente-quatre jours, d’évaluer approximativement la part des Savoyards dans la formation de la population lyonnaise. En revanche, rien ne permet, hélas, de distinguer l’immigration temporaire de l’établissement définitif dans la ville.

5Globalement, la comparaison entre les deux séries de documents, menée sur trente-deux pennonages - les minutes de quatre quartiers étant perdues ou défectueuses - révèle que, des 5340 hommes chefs de maison recensés en décembre, 1031 seulement avouent être nés en Savoie : un sur cinq. Il semble qu’une fois encore les hommes du XVIe siècle aient laissé les impressions ressenties prendre le pas sur toute idée d’examen rationnel. Aussi bien grossissait-on volontiers le nombre des réformés, des étrangers ou des gueux.

  • 6 Cf. 84 : L’apport savoyard dans la population des quartiers. Cette double approche est possible po (...)

6La proportion se trouve confirmée si l’on interroge isolément les quelques minutes du recensement de septembre 1597 qui indiquent avec suffisamment de précision l’origine géographique de chacun des chefs de feu. A Saint Georges, un sur six est natif de Bresse ou de Savoie ; un sur cinq l’est à Bourchanin, à Confort, rue Thomassin, au Puits du Sel et rue Grenette ; plus d’un sur quatre à la Croisette et au Plâtre. Les deux ensembles de sources s’accordent donc à faire justice des évaluations des contemporains6.

7Mais là ne se limite pas leur intérêt : ils nous montrent également l’irrégularité de la présence savoyarde au sein des quartiers.

II - LES SAVOYARDS DANS LA VILLE : MODALITES INTERNES D’UNE IMMIGRATION

8Une première distinction peut être soulignée à l’égard de la répartition interne : c’est celle qui, traditionnellement oppose les deux parties de la ville. Du côté de Fourvière, on ne trouve que 13,6 % de chefs de feu savoyards quand la proportion monte à 21,5 % du côté de Saint Nizier.

  • 7 Ce procureur, originaire de Tenay, ne fait nullement figure de pauvre auxiliaire de la justice. Le (...)

9Sur la rive droite de la Saône, les taux les plus bas, qui avoisinent 7 %, se rencontrent au Change, rue du Bœuf, au Grand Palais et à Porte Froc : quartiers riches, domaine de l’homme de loi et du marchand, où l’artisan est rare. Les sujets du Duc y exercent donc des métiers en relation étroite avec la présence d’une clientèle fortunée. Il en est ainsi de trois joueurs de violon, tous originaires de Turin et établis depuis plusieurs années à Lyon, dont on n’imagine pas la présence en ville sans fêtes et cérémonies. On trouve de même Nicolas Gaillard, horloger, Pierre Simonet, orfèvre de Chambéry, Amblard Dumont, parfumeur né à Pont de Veyle et trois chirurgiens. L’ensemble des Savoyards est nettement au-dessus du commun de leurs compatriotes : il faut citer Sébastien Georges, marchand apothicaire et maître juré, le drapier Claude Valandre, Amy Decabulo, marchand ou Guillaume Lempereur, procureur7 ; les quelques serviteurs venus prendre leur bulette ne démentent pas la règle et beaucoup d’entre eux ont place en tant que clerc dans la maison d’un conseiller en la Sénéchaussée ou d’un avocat.

  • 8 Actuelle montée des Carmes Déchaussés.
  • 9 La recherche des savoyards d’octobre 1597 dit : Balda Sarcamis ce qui, au delà d’un cas bien banal (...)

10Dans cette optique, le nombre important de petites gens d’origine savoyarde vivant au pennonage de la Juiverie pourrait faire figure d’aberration : il représente plus du quart des chefs de feu, quatre fois davantage que dans les quartiers voisins. L’examen du procès verbal du recensement de septembre rend la situation limpide : le pennonage s’étend bien au-delà de la rue dont il porte le nom comprenant en particulier le bas de la montée Saint Barthélémy, la rue montant à la porte dite de Confort8 et nombre de maisons serrées au sud de l’église Saint Paul. Aussi la lecture de la pièce fait-elle succéder à l’esprit des images très variées, et il n’est nul besoin d’indications topographiques, qui font ici presque complètement défaut, pour situer les maisons dont on décrit la population : l’hétérogénéité socio-professionnelle manifeste et sans nuances en tient largement lieu. Les natifs de Savoie que le jumelage des sources a permis de localiser ne se trouvent recensés que dans une partie des maisons portées au document : aucun de leurs noms ne s’intercale dans l’énumération continue des grands marchands italiens de la rue Juiverie, à l’exception de ceux de quelques Piémontais appartenant au même monde : Jean-François Salviatory père et fils et Balthazard Caymis9. En revanche, c’est proche Saint Paul que sont rassemblés les humbles : des affaneurs et des courriers surtout. Les rues environnant Saint Paul, peuplées d’artisans, s’opposent nettement à la rue Juiverie, exemple presque unique de ségrégation sociale aussi bien verticale qu’horizontale : la répartition des Savoyards en est l’illustration.

11La proportion de ceux-ci parmi les chefs de feu du pennonage du Puits du Sel porte le même témoignage. Dans ce quartier pauvre peuplé de gens de bras, elle dépasse 30 %. Quelques uns des immigrants font, certes, figure d’exception : Georges Chenu et Claude Ducrest, l’un bâtonnier, l’autre prêtre de Saint Paul, tous deux originaires de Bresse, le notaire Claude Chappelu, né à Seyssel, et peut-être Pierre Périllat, fromager du Grand Bornand. Mais l’immense majorité est composée, à l’image du quartier, de journaliers et d’artisans : à nouveau des affaneurs, des maçons, des emballeurs, des petits métiers, tel ce rhabilleur de bas d’estame venu de Maurienne...

12Il faut souligner que le caractère populaire d’un quartier n’est pas pour autant synonyme de forte présence savoyarde. Deux méthodes d’estimation sont à cet égard possibles pour plusieurs pennonages, et Saint Georges est de ceux-là. Soit l’on s’en remet aux leçons du recensement de septembre, malgré un tiers de cas d’indétermination, et l’on trouve 15,3 % de mentions d’origine concernant des Savoyards. Soit l’on compare le nombre des chefs de feu inscrits en octobre à ceux que la recherche des habitants dénombre, et le taux obtenu est alors de 14,8 %. La coïncidence semble assez nette pour étayer le résultat : les natifs de Savoie étaient relativement peu nombreux à Saint Georges. Si le capitaine pennon, Gonin Collomb, était lui-même de Cruzilles, huit seulement des trente-cinq veloutiers, deux des onze passementiers, un seul des quinze tonneliers étaient de semblable origine. De dix-sept bateliers, aucun n’est savoyard ; de même peu d’affaneurs et de gagne deniers vivaient-ils dans ce quartier éloigné des principaux ports de la ville, ce qui n’est pas sans conséquences, car il s’agit là du gagne-pain de beaucoup de ces immigrants. Seuls les bouchers et tripiers du Genevois sont assez nombreux pour représenter le tiers de l’effectif de la profession.

13Le métier semble ainsi être le pivot autour duquel s’articulent les modalités internes de l’immigration savoyarde à Lyon. Celle-ci est écartée des quartiers riches à composition socio-professionnelle relativement homogène, du Change à Saint Jean ou près de l’Herberie ; ailleurs, c’est la spécialisation des rues ou des parties de pennonage qui conditionne l’intégration des arrivants. Aussi les fortes concentrations se produisent-elles dans les endroits de la ville où vit une population partageant les même activités que les Savoyards : ce trait est particulièrement accentué entre Rhône et Saône, entre Cordeliers et Griffon : quartiers pauvres de ces hommes de bras qui avaient si fortement impressionné Pomponne de Bellièvre.

14On ne peut expliquer autrement la relative rareté de leur implantation du côté de Fourvière en regard de ce que nous constatons du côté de Saint Nizier, où les Savoyards sont largement plus nombreux.

  • 10 Chieri.

15Il est, certes, des pennonages où peu d’entre eux habitent tels les trois qui s’échelonnent au long de la rue Mercière : dans le petit quartier très homogène de l’Herberie, il n’est pas de place pour le pauvre, si l’on excepte un emballeur, nécessaire auxiliaire des grands marchands que sont les frères Georges et Léonard Loys, originaires de Chambéry, Henri Caboud, marchand drapier de Nantua, les futainiers Augustin Garbusat et Dominique Ramel, de Quiers10 en Piémont ou Jehan Bole, du Val d’Aoste qui exerce le négoce chez les Solicoffre. Au pennonage voisin, qui porte le nom de la rue, la réalité est déjà plus nuancée ; à côté de merciers connus, Barthélémy Feige, Pierre Eustace et son neveu Jehan Molinet, Estienne Bozonnet et Gaspart Quinson, l’on trouve des gens de moindre envergure, hôtes, chapeliers, aiguilletiers : des métiers qui suggèrent néanmoins des rapports d’étroite complémentarité entre les diverses activités des habitants du quartier. Enfin, le quartier du Temple, s’il comprend une partie de la rue Mercière, s’étend vers des parties beaucoup plus pauvres de la ville animées par des métiers très variés ; les plus nombreux sont ceux de maroquinier, de libraire et d’imprimeur. Ce ne sont guère les professions d’élection des Savoyards, qui ne sont donc que faiblement représentés. Les deux sources s’accordent à montrer que, des dix bateliers trouvés autour du Port du Temple, aucun n’est originaire de Savoie ; la plupart sont de Condrieu ou de Lyon. La situation est comparable dans les quartiers de Confort et de la Grande rue de l’Hôpital. Dans une poussière de métiers variés à l’extrême dominent quelques activités où peu de Savoyards figurent. Des cinquante-six imprimeurs, maîtres et compagnons, qui vivent à Confort, douze seulement viennent de Bresse, d’Annecy ou des alentours du Pont de Beauvoisin. Près de l’Hôtel-Dieu, on ne trouve que deux Savoyards pami les trente-neuf passementiers, dix autres parmi les trente-quatre maîtres veloutiers et taffetassiers, et trois seulement sur un groupe de vingt-et-un bouchers et tripiers.

16L’implantation savoyarde est nettement plus marquée dans le quartier de la Croisette. Le métier de tournier y est le monopole des natifs de la région de Dortans ; beaucoup de tailleurs, de fripiers et d’affaneurs viennent également de Savoie. En revanche, les chapeliers, numériquement très importants dans le quartier, comptent surtout des Lyonnais et des Foréziens dans leur rangs : huit seulement parmi quarante-neuf de ces artisans sont savoyards.

  • 11 Cf. annexe 85 : Un groupe d’origine en 1597 : les Savoyards.

17Le phénomène est largement plus intense et devient flagrant quelques dizaines de mètres plus au nord : il existe là, au milieu des quartiers pauvres de la ville, une « tache » nettement dessinée où la présence savoyarde s’impose. Elle correspond à un ensemble de pennonages contigus, riverains du Rhône, s’échelonnant des Cordeliers aux premières pentes de la Croix Rousse. C’est là, qu’en chiffres absolus, l’on dénombre le plus d’orignnaires de Savoie : globalement, il a été délivré 141 bulettes à des habitants des Cordeliers, 123 à ceux du Plâtre, 90 rue Neuve. Les proportions obtenues en rapportant le nombre de ceux que l’on identifie comme étant chefs de feu à celui que nous rapporte le recensement de septembre pour l’ensemble des habitants de chaque quartier soulignent cette importance, en dépit de leur inévitable caractère d’approximation. Le pennonage des Cordeliers fait figure de petite Savoie : près de la moitié des hommes recensés sont nés dans cette province. Autour du collège de la Trinité, dans le quartier immédiatement voisin de la rue Neuve, le rapport est de quatre à dix, quant au Plâtre et au Griffon il correspond encore au tiers des habitants. Sans doute le pennonage de Bon-Rencontre, entre Cordeliers et Croisette figurait-il au rang de ces quartiers savoyards ; les minutes du recensement de 1597 font défaut, mais le seul nombre d’enregistrements en octobre - quatre-vingt-neuf - est éloquent : c’est le niveau important atteint par le pennonage de la rue Neuve11.

18Ces quartiers à forte prédominance des éléments savoyards présentent deux traits communs qu’il n’est pas vain de décrire. En premier lieu, tous, de Bon-Rencontre au Griffon sont ouverts sur le fleuve. D’autres exemples de localisation sectorielles d’immigrants auraient laissé supposer une densité particulièrement forte près de la porte du Pont du Rhône, c’est-à-dire au voisinage du point d’arrivée de la route de terre venant de Savoie : il en est autrement, des quartiers de Bourchanin, de la Grande Rue de l’Hôpital et de Confort ne comptant guère qu’une assez faible fraction de leur population qui soit d’origine savoyarde : entre un sixième et un cinquième de l’ensemble. La proximité du Rhône semble avoir été plus largement déterminante que celle de la route du Pont de Beau-voisin. A cet égard, il est une particularité qu’aucune sous-estimation différentielle ne saurait expliquer : l’immense majorité des bateliers, ou reveyrants de Savoie habitent près du seul Rhône ; sur un total de trente-trois inscriptions sur les registres d’octobre, une seule concerne un homme fixé du côté de Fourvière et l’irrégularité des implantations est nette du côté de Saint Nizier, quand aucun savoyard n’appartient aux quartiers tournés vers la Saône - l’exemple du Port du Temple est significatif - et que tous se concentrent près des berges du Rhône. Tout s’accorde à souligner l’importance de la voie d’eau.

19En second lieu, les pennonages à caractère nettement savoyard sont ceux où dominent un petit nombre d’activités bien définies. Aux Cordeliers, bâtiment et transport rassemblent la plupart des hommes de Savoie : dix-huit affaneurs, vingt-et-un maçons, seize charpentiers, douze bateliers. Le commerce du fromage, nettement localisé derrière l’église Saint Nizier, est naturellement leur monopole, et l’on compte onze fromagers, le plus souvent natifs du Grand Bornand. Le pennonage voisin de la rue Neuve offre une image semblable : c’est par excellence le quartier des affaneurs, qui sont dix-sept, des bateliers, en même nombre, et des charpentiers, dont treize se sont inscrits. Hormis celui, bien spécifique, de marchand fromager, tous ces métiers des habitants de ces quartiers ignorent la sédentarité du savetier en son échoppe ou de l’ouvrier de l’art de la soie face à sa pièce d’étoffe ; par nature, ils s’exercent en plein air et ne consistent pas en un unique savoir-faire, quand la force physique en est une des conditions essentielles. Dans le spectacle de la rue, des abords des ports et des chantiers de construction, ces hommes-là occupaient une place d’autant plus importante que la présence des artisans se faisait plus discrète. Dès lors, il paraît normal que le nombre de ces hommes de bras ait été surévalué par quiconque se sera arrêté aux seules impressions suggérées par ce caractère savoyard apparemment très prononcé de ce qui était surtout l’espace extérieur, commun, visible, d’une partie de la ville.

  • 12 La fabrication de poudre à Lyon semble avoir été largement aux mains de Savoyards. Près de Belleco (...)

20En revanche, l’importance de l’implantation savoyarde dans les quartiers du Plâtre et du Griffon ne s’explique pas que par le nombre des affaneurs, des charpentiers et des maçons. Il faut prendre en compte, parmi des métiers assez diversifiés, quelques pôles d’activité bien particuliers. Ainsi, six des treize meuniers au Plâtre, la quasitotalité des maîtres et compagnons poudriers du Griffon12 sont de Savoie. Mais surtout, ces quartiers sont animés par la futainerie. De quarante-six Chambériens vivant à Lyon, dix-huit tissent le chanvre et le coton, dont dix au seul pennonage du Plâtre, les autres étant recensés non loin de là, à la Lanterne ou aux Terreaux. Seul François Bonier, futainier né près de Chambéry, fait exception à la règle en demeurant à Pierre Scize. Dans le même sens se place le fait que, des quarante-deux futainiers, canebassiers et tisserands savoyards recensés, trente-cinq le soient dans cinq pennonages groupés : Plâtre, Griffon, Terreaux, Saint Vincent et Côte Saint Sébastien.

21La localisation dans la ville des groupes d’origine savoyards obéit donc manifestement à deux déterminations, à vrai dire intimement liées. La sélection par la pauvreté exclut les Savoyards des quartiers aisés. A l’intérieur même des zones les plus humbles, leurs métiers électifs tendent à les regrouper autour des pôles d’activité correspondant à leurs spécialités.

III - METIERS ET NOTABLES SAVOYARDS

  • 13 Cf. annexe 80 : Les métiers savoyards à Lyon d’après le recensement d’octobre 1597.
  • 14 Cf. par ex. : DE FERRIERE (CJ.) « Dictionnaire de Droit et de Pratique », LYON, PARIS 1758, in 4°, (...)
  • 15 ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la fin du XVIe siècle, p. 136.
  • 16 On trouve en 1594 Jean et Etienne LAURENT, tous deux clercs originaires de Nantua : les notaires C (...)

22Il faut, à la lecture de la recherche d’octobre 1597, abandonner l’image d’une immigration savoyarde qui ne serait axée que sur la pratique d’un éventail restreint de métiers : hôte, affaneur, maçon, charpentier, fromager ou batelier. Il ne s’agit ici que des activités le plus fréquemment pratiquées, et la réalité offre le spectacle d’une grande diversité : une nomenclature des métiers savoyards, après réduction des synonymes, ne comprend pas moins de cent quarante états différents13. C’est dire qu’il n’est guère de secteurs où l’on ne trouve d’hommes venant de Savoie au côté des Lyonnais et des Foréziens. Les professions surveillées d’orfèvre, de serrurier, d’apothicaire et de chirurgien ne leur sont pas fermées. Le clergé urbain, nous l’avons souligné, recrute largement en Bresse et en Savoie. Les Savoyards ne semblent exclus que d’un seul univers, celui des trésoriers de France, des conseillers en Sénéchaussée et des Elus. Encore peut-on s’interroger à cet égard : n’étaient-ils écartés de facto de l’état d’office du seul fait de la médiocrité de fortune des quelques familles marchandes de la rue Mercière qui avaient des racines savoyardes, tels les Feige, les Bozonnet ou les Molinet ? De jure, la charge plus modeste de notaire leur était interdite, comme à tout étranger14, ce qui n’empêchait pas Benoît Laurent de l’exercer en 1594 : ce fut lui qui rédigea les actes relatifs à la demande de naturalisation formulée par plus de cent cinquante de ses compatriotes15. Trois ans plus tard, on délivra des bulettes d’enregistrement à quatre autres notaires : à Claude Laurent, qui instrumentait à Saint Georges16, à Claude Chappelu, originaire de Seissel, à Claude Sonthonas, notaire des grands marchands de la Juiverie et qui était né près de Nantua au temps de l’occupation française, et à Pierre Sonda, habitant au Port du Temple. Les Savoyards n’étaient pas davantage exclus du commandement des pennonages : outre Gonin Colomb, pennon de Saint Georges, il faut citer le chef de la Lanterne, François Bernard, natif de Chambéry. Peut-être François Loys, pennon de la rue Mercière, est-il à placer au même rang, s’il est parent des frères Loys, marchands chambériens établis au quartier tout proche de l’Herberie. Côte Saint Sébastien, la lieutenance du pennonage est exercée par Laurent Symon, de Cerdon ; quant aux plus bas des grades de la milice urbaine, il est tout-à-fait courant qu’ils soient attribués à des Savoyards... Emmanuel Pey, hôte du Merle Blanc est sergent à Pierre Scize, Jehan Traverse, grabelleur à la Douane, de Saint Jean de Maurienne, est caporal à la Juiverie, Benoist Donzel dit Degrolée, maître charpentier, est sergent aux Cordeliers, comme Claude Rey, que son métier a fait surnommer Latorne, l’est rue Neuve Je Grand Benoist - entendons Benoît Dechalles, marchand veloutier - est capitaine enseigne du Griffon. Dans ces trois derniers quartiers à forte coloration savoyarde, les fonctions-clés, celles qui supposent les relations les plus intenses avec les hommes du pennonage - commandement et surveillance, mais aussi voisinage, communauté du métier et solidarité entre pays - sont tout naturellement l’apanage de Savoyards d’origine. Une règle que ne dément pas la Côte Saint Sébastien dont, outre l’enseigne, un sergent est né à l’est du Guiers, près du Pont de Beauvoisin. Le trait commun de ces bas-officiers est, par ailleurs, d’exercer à chaque fois le métier le plus caractéristique de leur quartier et de figurer parmi les plus importants des artisans, aidés de plusieurs compagnons. Benoît Donzel a trois fils et trois serviteurs, Claude Rey, petit nourri en la aille a deux compagnons, tous deux savoyards, et un apprenti ; Benoît Dechalles fait travailler sous son toit deux veloutiers, l’un de Chambéry, l’autre de Rumilly et Claude Thomassier, Côte Saint Sébastien, emploie quatre hommes à la même activité. Tous, à l’ascendant que donne une ancienne résidence dans le quartier, joignent le poids d’une maisonnée fournie qu’aucun autre habitant du pennonage ne pourrait aligner. L’ordre et la sécurité de la ville reposent d’ailleurs en partie sur des Savoyards : sans qu’il soit possible d’extraire des sources une proportion chiffrable, il faut noter leur présence assez courante dans les rangs des archers du guet et des arquebusiers de la ville.

  • 17 DE VALOUS (G.) « Les familles consulaires de Lyon aux XVIe et XVIIe siècles ». Bulletin Philologiq (...)

23Bien plus haut dans la hiérarchie lyonnaise se trouvent également certains de leurs compatriotes. Les familles consulaires d’origine étrangère ne sont pas exclusivement italiennes, suisses ou allemandes : Ferrus, Gabiano, Pierrevive sont des noms savoyards ou piémontais17.

  • 18 NICOLAS (J.) « L’émigration des Mauriennais en Espagne en 1767 ». Actes du Congrès des sociétés Sa (...)
  • 19 GUICHONNET (J.) « L’émigration alpine vers les pays de langue allemande ». Revue de Géographie alp (...)
  • 20 HAUSER (H.) Les débuts du capitalisme. PARIS. ALCAN. 1931. p. 209.

24Ces différents éléments ne semblent pas composer l’image d’une immigration savoyarde totalement fugitive, instable, surimposée à la population de la ville mais, au contraire, d’une intégration assez remarquable à la vie des pennonages. Le Savoyard est, certes, un éternel émigrant : on le rencontrera à Paris, en Espagne 18, dans les pays allemands19. Mais les données manquent avant le début du XVIIIe siècle. Il ne semble pas douteux que Bresse, Bugey et Valromey aient été très largement tournés vers Lyon et que ceux qui en venaient ne faisaient pas complètement figure d’étrangers. Henri Hauser nous rapporte toutefois des preuves d’hostilité à leur égard de la part de Lyonnais20 : c’était invecter les fripiers de la ville, vers 1570 - 1580, que les traiter de juifs ou de savoyards...

  • 21 Cf. annexe 81 : Les Savoyards à Lyon en 1597. Répartition par branches d’activité.

25Que les sujets du Duc aient été représentés dans la quasi totalité des branches d’activités n’empêche nullement de constater l’existence de dominantes dans l’éventail des métiers pratiqués21. Celles-ci ne sont toutefois pas assez accentuées pour que la hiérarchie des effectifs considérée dans son ensemble soit notablement différente de celle qui décrit l’ensemble des Lyonnais.

Tableau 46. LES METIERS ELECTIFS DES SAVOYARDS

pour mille Savoyards

Chefs de Feu Ensemble des habitants

Textile

246

250

Bâtiment

124

39

Affaneurs

121

42

Alimentation

83

69

Transport

68

42

Cuir

54

60

Hôtes

35

29

Métaux

31

48

Bois

27

26

Autres branches

116

179

Indéterminés

95

216

26Ainsi, dans nombre de secteurs, les Savoyards ne se répartissent pas autrement que les habitants d’autres origines : tel est le cas dans les métiers du bois, du cuir, de l’alimentation et en ce qui concerne les hôtes. De même la branche textile rassemble-t-elle les principaux effectifs : un Savoyard sur quatre en relève. Des 319 chefs de feu recensés, la fraction la plus nombreuse exerce les métiers de la soie et de la passementerie : elle compte 123 individus, soit 38,6 %. Viennent ensuite les 73 tailleurs et fripiers, les 44 futainiers et canabassiers, les 35 chapeliers.

27En revanche il est deux - sinon trois - branches qui rassemblent une proportion significativement élevée de l’ensemble de l’immigration savoyarde. L’une est le bâtiment. Si, à l’échelle de la ville, un peu moins de quatre habitants sur cent sont charpentiers ou maçons, la fraction quadruple chez les sujets du Duc. L’autre branche est constituée par les seuls affaneurs. La catégorie est trois fois mieux représentée chez les Savoyards que dans la population lyonnaise globale, soit des proportions de respectivement 4,2 et 12,1 %. Enfin, faut-il souligner que les métiers du transport - bateliers, maquignons, emballeurs - semblent être relativement plus souvent pratiqués par les Savoyards que par les autres habitants : ici 4,2 %, là 6,8 %, soit une proportion excédant l’autre de plus de 60 %. Hommes du bâtiment ou du transport, affaneurs, tous ont le double trait commun d’exercer des activités où prime la force physique et qui ont pour champ l’espace extérieur, visible ; les chantiers, les ports, les rues... Au-delà des inévitables exagérations, la prédominance de l’élément savoyard parmi les hommes de bras est confirmée par les nombres : mais cette prédominance n’a de valeur que relative.

IV - LES REGIONS D’EMIGRATION SAVOYARDE VERS LYON

28Les études consacrées à l’émigration savoyarde au XVIIIe siècle ont nettement montré l’existence de zones traditionnellement tournées vers un exutoire démographique précis. Divers facteurs concouraient à faire suivre à l’émigrant le même chemin que ses parents et que ses voisins et à lui faire pratiquer, à destination, un métier identique. Il était ainsi des régions, quelquefois même des paroisses, dont l’excédent de population se portait massivement vers une région ou une ville d’accueil : ici, l’Espagne, là, les pays de langue allemande, ailleurs, le royaume de France.

  • 22 Cf. annexe 89 : L’immigration savoyarde à Lyon en 1597.

29Lyon au XVIe siècle attirait-elle sélectivement les natifs de régions de Savoie bien délimitées ? Pareille question, pour recevoir une réponse pleinement satisfaisante, exigerait une connaissance sans faille de la population de ces différentes régions afin de mesurer l’intensité du prélèvement opéré par la ville au sein de chaque communauté d’habitants. A défaut, il reste de la recherche d’octobre 1597 une image de l’immigration des différentes parties des Etats de Savoie22.

Figure 19. REPARTITION REGIONALE DE L’IMMIGRATION SAVOYARDE A LYON (sur 1562 mentions, Lyon et faubourgs)

  • 23 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon - Carte régionale : Bresse et Dombes.
  • 24 BOUCHU : Déclaration des Biens des Communautés, t. II.

30De Bresse et de Dombes ne proviennent que 8,2 % des immigrants. La proportion paraît dérisoire en regard de la proximité de la région et, cartographié, l’apport de cette région présente l’aspect d’un semis très clairsemé de localités23. La route de Genève et la vallée de la Saône sont les deux axes autour desquels se disposent les foyers d’émigration vers Lyon. Parmi ceux-ci, quelques centres urbains prennent une place importante ; à eux seuls, Montluel, Meximieux et Bourg fournissent 51 des 128 savoyards recensés. A très petite échelle se notent quelques timides spécialisations. Les plus proches paroisses, Rillieux, Neyron, Miribel, Montanay sont origine de tonneliers ; Bourg envoie quelques marchands ; des imprimeurs viennent de Montluel et de Meximieux. Ailleurs la réalité est impalpable et n’évoque rien qui puisse dépasser le hasard des destinées individuelles. Le fait le plus marquant reste la faiblesse des effectifs : il est vrai que le pays avait subi guerres et épidémies et que la Dombes ne pouvait supporter un fort peuplement. L’enquête de l’intendant Bouchu ne brossera pas, soixante-dix ans plus tard, un tableau fort différent24.

  • 25 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon - Carte régionale : Bugey et Valromey.
  • 26 Cf. annexe 91 : Les spécialisations de métier en Bugey et Valromey.

31L’image offerte par l’émigration prenant source en Bugey et Valromey est profondément différente25. Il n’est là guère de paroisse dont quelqu’enfant ne soit venu vivre à Lyon. L’intensité du phénomène ne semble pas décroître avec la distance. Les contingents fournis par la région de Seyssel ne sont en rien inférieurs à ceux des environs de Lagnieu ou de Saint Rambert. Les villes, dont l’importance est peut-être surestimée du fait de la teneur des déclarations originales, occupent une nouvelle fois une place importante dans la fourniture d’émigrants. Les seules localités de Belley, Cerdon, Chatillon-de-Michaille, Nantua et Seyssel regroupent 188 des 486 bugistes recensés. La seule ville de Seyssel fut donnée soixantedouze fois comme origine ! Au milieu de la diversité de l’ensemble se perçoivent des spécialisations professionnelles géographiques assez accentuées. Les maçons et les charpentiers proviennent en majorité du Valromey et des versants tournés vers le Rhône26. Les tourniers arrivent tous de la rive gauche de l’Ain ; six des dix originaires de Saint Martin du Fresne, dix des onze de Dortans tournent le bois dans un atelier lyonnais. Les épingliers de Nantua et de sa proche région ont vu quelques uns d’entre eux partir vers Lyon ; de même Cerdon est-elle la patrie des tireurs, batteurs ou escacheurs d’or. Le tout, perçu fugitivement à la lueur d’un seul recensement, ne met jamais en scène plus que quelques dizaines d’individus...

  • 27 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Savoie Propre.
  • 28 Saint Genix sur Guiers.
  • 29 Cf. annexe 91 : Les spécialisations de métier : Savoie Propre.

32La Savoie Propre se place au second rang derrière le Bugey et le Valromey par l’importance de son émigration vers Lyon27. Plusieurs pôles urbains y dominent nettement : le Bourget, Rumilly, Pont de Beauvoisin, Saint Genis d’Aoste28, mais surtout Chambéry et Yenne. Cette dernière localité envoie à Lyon 56 hommes, dont 36 charpentiers, maçons et affaneurs. La rive sud du Rhône semble ainsi tout aussi vouée à fournir sa main-d’œuvre au bâtiment lyonnais que la rive bugiste. La manufacture de futaines de Chambéry nourrit celle de Lyon en maîtres et en compagnons venant de toute une nébuleuse : Pierre-Rousse, Montagnole, Saint Alban, Aix, Tresserve, Cusy et Rumilly. Ce sont les caractères de ce type-là d’émigration qu’il faudrait pouvoir cerner29.

  • 30 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Genevois, Faucigny, Chablais.

33La place occupée par le Genevois est plus effacée : ses émigrants ne forment que 11,8 % de l’effectif savoyard. Plus éloigné, le Faucigny ne concourt que pour 7,2 % à ce dernier. Quant au Chablais, il n’envoie que 18 hommes à Lyon, soit 1,1 % : les horizons de son émigration sont ailleurs. Trois villes seulement contribuent de façon importante à la population lyonnaise dans l’ensemble de ces trois provinces de Savoie30. Annecy le fait pour 69 personnes ; parmi elles, des fourbisseurs, des imprimeurs et... des tripiers. Par contre, les mouliniers sont pratiquement absents de cette émigration : on ne recensa qu’un maître et qu’un compagnon natifs de cette ville. Thônes est représentée par 30 individus de toutes professions, dont quatre courratiers de chevaux. La Roche sur Foron l’est par 28 autres ; curieusement, elle est l’origine donnée par six meuniers établis à Lyon, deux à Bourchanin et quatre au Plâtre, quand les Etats de Savoie ne fournissent dans leur ensemble que 16 hommes de ce métier à Lyon.

  • 31 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Maurienne et Tarentaise.

34Enfin, il est à noter que l’émigration en provenance des hautes vallées alpines se réduit à peu de chose. La Maurienne n’est représentée que par une soixantaine d’individus, dont un tiers d’affaneurs. Les Tarins, moins nombreux, ne furent trouvés qu’en nombre de dix-sept. Une nouvelle fois est-il possible de mettre en rapport l’intensité d’un courant d’émigration avec le tracé des voies de communication31.

  • 32 Cf. annexe 86 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par pennonages.
  • 33 Cf. annexe 87 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par zones (Données absolues)

35Par ailleurs, les sources permettent de localiser l’habitat des immigrants savoyards à l’intérieur de Lyon grâce aux mentions de quartier portées par les recenseurs d’octobre 159732. Les effectifs dispersés entre 36 quartiers et quelques faubourgs deviennent si souvent insignifiants que seul un regroupement des pennonages par niveau de fortune et par situation géographique peut permettre de relier l’origine des Savoyards à l’endroit de la ville où ils ont élu domicile33. Encore faut-il s’imposer parfois d’écarter des résultats sans réelle signification, les bases de calcul restant trop minces.

  • 34 Cf. annexe 88 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par zones (Données relatives (...)

36L’immigrant-type reste le Bugiste. Il se répartit à travers les régions de la ville d’une manière qui ne diffère jamais profondément de l’ensemble de ses compatriotes34. C’est le côté de Saint Nizier qui accueille la plus large part des Savoyards : à peu près un sur quatre. A eux seuls les pennonages de Bon Rencontre, des Cordeliers, de la rue Neuve et du Plâtre regroupent 28,5 % des inscrits : c’est aussi là que la présence savoyarde est la plus accentuée.

37Deux groupes d’immigrants s’écartent toutefois avec netteté du modèle général. En premier lieu, les originaires de Maurienne sont les seuls à se fixer majoritairement du côté de Fourvière. La particularité est assez nette pour caractériser 83,3 % des 54 individus concernés. Plus précisément, le groupe de quartiers allant du Change à la Juiverie rassemble près de la moitié de ces Savoyards. En second lieu, les Bressans sont largement moins concentrés autour des Cordeliers que leurs compatriotes : là ne vivent que 14,5 % des leurs, contre 28,5 % au niveau général. Leurs quartiers électifs sont ceux qui s’étalent sur les pentes de la Croix Rousse, de la Lanterne à la côte Saint Sébastien, ceux qui sont à proximité de leur région d’origine : 25 % d’entre eux y habitent, contre 15,9 % pour l’ensemble des Savoyards.

  • 35 Plusieurs directions de recherche n’ont pas été suivies. Il serait intéressant d’étudier cette émi (...)

38Un aussi rapide survol n’a pas fait que dégager les principaux enseignements du recensement des Savoyards d’octobre 1597 ; il en a aussi montré les insuffisances35. Pour l’étude d’un bassin migratoire, un ensemble de quinze cents données individuelles se révèle être dérisoire. Ses enseignements, littéralement, se pulvérisent ; toute tentative d’affinement de l’analyse aboutit immédiatement à isoler des effectifs très réduits qui n’ont plus de signification statistique. Tableau chronologiquement figé, il ne permet en rien de distinguer les régularités, les permanences, du conjoncturel, de l’accidentel. La cartographie, pour ne pas se perdre dans le maquis des cas d’espèce, est contrainte à simplifier, à ne viser que l’illustration de réalités compactes : la concentration des tourniers autour de Dortans, celle des futainiers autour de Chambéry... Le recensement ne nous dit rien quant à la nature des différents liens, des différents mécanismes entrant en jeu dans un phénomène migratoire. Une origine et un métier sont des indications rapidement épuisées. Pièce unique, pièce suggestive, le recensement est aussi une pièce frustrante !

Notes

1 Cité par Roger DEVOS dans Histoire de Savoie, p. 258.

2 Ibid.

3 ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la Fin du XVIe siècle.

4 Nous entendons le mot « Savoyard » dans le sens extensif de « sujet du Duc de Savoie » et incluons donc Bugistes et Bressans dans la catégorie.

5 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle, p. 342.

6 Cf. 84 : L’apport savoyard dans la population des quartiers. Cette double approche est possible pour neuf quartiers, en tout ou en partie. Les taux obtenus présentent deux à deux des écarts d’un demi à cinq points, à l’exception d’un cas particulier. Cela souligne le caractère approximatif de pareilles évaluations, mais délimite du même coup assez sûrement la plage où se situe le taux réel.

7 Ce procureur, originaire de Tenay, ne fait nullement figure de pauvre auxiliaire de la justice. Les recenseurs l’ont trouvé en septembre dans la maison qu’il possède au quartier du Bœuf, à côté de celle de l’échevin BOULLIOUD. LEMPEREUR a alors deux clercs à son service.

8 Actuelle montée des Carmes Déchaussés.

9 La recherche des savoyards d’octobre 1597 dit : Balda Sarcamis ce qui, au delà d’un cas bien banal de déformation d’un nom que l’accent italien a porté à estropier, montre le peu de familiarité de l’échevin tenant le registre avec un prénom rare et, au-delà, le fait qu’il pouvait ignorer jusqu’au nom d’un de ceux qui figureraient pourtant parmi les plus notables des marchands étrangers.

10 Chieri.

11 Cf. annexe 85 : Un groupe d’origine en 1597 : les Savoyards.

12 La fabrication de poudre à Lyon semble avoir été largement aux mains de Savoyards. Près de Bellecour, non loin de l’arsenal, Antoine LACOMBE, poudrier d’Annecy, emploie quatre serviteurs natifs du même lieu et de Grolée. Deux autres maîtres viennent de Natage et de Virieu le Petit. Au Griffon, Claude HENRY, né également à Virieu, possède une maison où travaillent cinq compagnons savoyards. C’est un notable : il a été de ceux qui réclamaient une naturalisation collective en 1594, et le nombre de ses serviteurs est élevé. Au même pennonage, on trouve en outre deux autres poudriers, l’un d’Annecy, l’autre de Virieu : ces origines reviennent en leitmotiv et suggèrent une causalité indiscernable dans nos documents.

13 Cf. annexe 80 : Les métiers savoyards à Lyon d’après le recensement d’octobre 1597.

14 Cf. par ex. : DE FERRIERE (CJ.) « Dictionnaire de Droit et de Pratique », LYON, PARIS 1758, in 4°, 2 t., 821 et 764 p., Art. « AUBAIN », Les aubains non naturalisés (...) ne peuvent posséder aucunes charges ni aucuns bénéfices en France sans avoir une dispense du roi. Mais comme ces dispenses ne peuvent servir que pour la charge ou le bénéfice pour lequel elles sont accordées la plupart aiment mieux obtenir des lettres de Naturalité. POCQUET de LIVONNIERE (Règles du Droit François, PARIS, SAUGR AIN-DESPILLY 1786, in 8° 488 p.) est tout aussi catégorique et cite à l’appui de ses assertions les œuvres de juristes de renom : LOYSEL, BACQUET, CHOPPIN.

15 ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la fin du XVIe siècle, p. 136.

16 On trouve en 1594 Jean et Etienne LAURENT, tous deux clercs originaires de Nantua : les notaires Claude et Benoît LAURENT y étaient également nés. Tout laisse supposer qu’il s’agit des membres d’une même famille.

17 DE VALOUS (G.) « Les familles consulaires de Lyon aux XVIe et XVIIe siècles ». Bulletin Philologique et Historique. 1962. p. 460.

18 NICOLAS (J.) « L’émigration des Mauriennais en Espagne en 1767 ». Actes du Congrès des sociétés Savantes de la Province de Savoie. MOUTIERS, 1964.

19 GUICHONNET (J.) « L’émigration alpine vers les pays de langue allemande ». Revue de Géographie alpine, 1948.

20 HAUSER (H.) Les débuts du capitalisme. PARIS. ALCAN. 1931. p. 209.

21 Cf. annexe 81 : Les Savoyards à Lyon en 1597. Répartition par branches d’activité.

22 Cf. annexe 89 : L’immigration savoyarde à Lyon en 1597.

23 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon - Carte régionale : Bresse et Dombes.

24 BOUCHU : Déclaration des Biens des Communautés, t. II.

25 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon - Carte régionale : Bugey et Valromey.

26 Cf. annexe 91 : Les spécialisations de métier en Bugey et Valromey.

27 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Savoie Propre.

28 Saint Genix sur Guiers.

29 Cf. annexe 91 : Les spécialisations de métier : Savoie Propre.

30 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Genevois, Faucigny, Chablais.

31 Cf. annexe 90 : L’immigration savoyarde à Lyon. Carte régionale : Maurienne et Tarentaise.

32 Cf. annexe 86 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par pennonages.

33 Cf. annexe 87 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par zones (Données absolues).

34 Cf. annexe 88 : L’immigration savoyarde à Lyon : Localisation interne par zones (Données relatives).

35 Plusieurs directions de recherche n’ont pas été suivies. Il serait intéressant d’étudier cette émigration savoyarde sous l’angle de la ponction démographique opérée sur chaque paroisse, de chercher à mettre en évidence d’éventuels anneaux d’intensité d’émigration, de comparer l’apport de la montagne à celui de la vallée.

Table des illustrations

Légende Figure 19. REPARTITION REGIONALE DE L’IMMIGRATION SAVOYARDE A LYON (sur 1562 mentions, Lyon et faubourgs)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search