Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Deuxième partie. Familles habitats métiers

Chapitre V. Les métiers

Texte intégral

I - UNE INCONNUE : LES INACTIFS

  • 1 GASCON (R.) op. cit. p. 892 - 895 et 902 - 905.

1Avant que le recensement de 1597 ne soit connu, l’essentiel de la connaissance des métiers lyonnais reposait sur les Nommées Urbaines de 1515, 1545, 1571. Notre propos n’est pas ici d’en souligner les inconvénients, qui sont ceux de toute source fiscale : déjà une critique précise en a énuméré les lacunes1. Plus que l’absence dans ces textes des artisans fraîchement arrivés, des marchands-banquiers et de tous ceux de l’art de la soie, il fallait déplorer celle des petites gens de toute espèce, d’un poids démographique largement supérieur : les serviteurs, les gagne-denier, les mendiants.

2Ce sont ces obscurités-là qu’il faut demander à nos sources de dissiper : leurs silences se placent plus volontiers à l’autre bout de l’échelle sociale, quand les familles consulaires et d’officiers royaux ne sont recensées qu’avec beaucoup de discrétion. Le seul nom du chef de maison tenait alors lieu de définition et de caution et, sous l’angle d’une étude des métiers et des statuts, il faut d’une manière générale recourir à d’autres moyens pour lever les incertitudes.

3Il est, hélas, nécessaire d’introduire deux réserves quant aux possibilités des recensements. L’une tient au caractère incomplet de la série de minutes qui nous ont été conservées : nous ignorons presque tout des quartiers de Saint-Just, de l’Asnerie et de BonRencontre. Il est donc impossible de brosser un tableau complet des métiers urbains, et, de ce fait, il est des activités bien localisées qui peuvent être restées dans l’ombre. L’autre résulte de l’irrégularité des mentions au sein de chaque relevé de pennonage et, si le recours aux sources auxiliaires a pu souvent améliorer notablement l’intérêt de plusieurs textes en comblant leurs lacunes, il n’en a pas toujours été ainsi. Les irritantes catégories de « divers et indéterminés » que l’on aurait voulu partout réduire font donc peser trop fréquemment leur hypothèse sur la valeur des résultats. Toutefois, leur présence a un aspect rassurant ! Il faut soupçonner les textes parfaits en apparence, dans la mesure où à chaque nom correspond un métier, de n’être que des Etablies enrichies du dénombrement des membres des familles. En effet avons-nous recueilli au hasard des documents quelques lueurs au sujet de ces chefs de feu dont rien ne nous était dit quant à leur activité. Ce savoyard, dont le recensement omettait le métier, était en fait plus qu’octogénaire ; tel autre, trouvé dans une hôtellerie, disait n’avoir point de profession. Pareilles identifications ne sont malheureusement que la leçon de rapprochements fortuits ; rares étaient les enquêteurs qui précisaient : pauvre maladif, ou chappelier impuissant au travail. Un précieux, mais unique point d’appui est cependant fourni sur le plan quantitatif par la récapitulation des diverses catégories d’habitants, tant grands que petits, au pennonage du Griffon en 1636. Des 236 hommes mariés ou veufs, serviteurs exclus, qui furent recensés, 36 étaient velyards, estroupies et invalydes. Plus de 15 % des chefs de foyer, dans ce quartier industrieux, étaient ainsi inaptes au travail du fait de leur âge ou de leurs infirmités ; qu’en était-il ailleurs, là où ceux qui vivaient noblement s’ajoutaient au nombre des inactifs ?

Figure 10. COMPOSITION DE LA POPULATION DU QUARTIER DU GRIFFON EN 1636

  • 2 Taux comprenant les femmes chefs de feu et calculés après correction.
  • 3 M. GARDEN a pu écrire (op. cit. p. 26) au sujet de ce dernier : Les métiers ou qualités des habita (...)

4Manifestement on s’appliqua davantage à recenser les petites gens que ces notables : le peu de précision qui caractérise le relevé des métiers dans les pennonages situés entre Saint Paul et Saint Jean en est l’illustration. La qualité des sources reste dans l’ensemble acceptable : sur les trente-deux minutes utilisables, seize indiquent le métier de 80 à 93 % des chefs de feu, et neuf autres de 70 à 80 %2. A cet égard, les recensements de 1636 et 1709 sont largement plus décevants3.

II - LA LECON DES MOTS

5La connaissance précise des métiers anciens pose à elle seule de multiples problèmes, aussi bien en ce qui concerne la nature même des activités que le degré de richesse ou de misère de ceux qui les pratiquaient. Sous une même appellation pouvaient voisiner des réalités toutes différentes à l’égard de ces deux aspects. L’incertitude provient ici des mots.

6Dans cette perspective, nous avons une nouvelle fois jumelé le recensement de septembre 1597 et l’enregistrement des savoyards d’octobre aux fins de rapprocher les termes employés pour définir ici et là le métier du même individu. Il en ressort nettement plusieurs conclusions.

  • 4 On trouve même menuisier pour charpentier.

7Un certain nombre de termes forment des couples de synonymes employés couramment l’un pour l’autre. C’est le cas de chappuis et de charpentier4, de praticien et de solliciteur, de forgeur et de mareschal, de barbier et de chirurgien, de boulanger et de fournier, de tailleur et de cousturier et parfois même de frippier ; qui est dit laboureur est nommé ailleurs jardinier. L’imprécision augmente quand le regroleur devient savetier et le boucher, trippier. On ne s’explique la rareté apparente des recouvreurs qu’après en avoir trouvé sous le vocable de masson...

8Les noms de métier dissimulent par ailleurs des spécialisations plus étroites que le mot ne l’annonce. Le meilleur exemple en est celui de Nicolas Deschamps qui, porté sous le terme générique de teinturier de soie sur la liste des Savoyards, gagnait en fait son pain en râpant le bois brésil pour apprêter la couleur. Plus loin, c’est un garnisseur de chapeaux que l’on recense comme mercier... la nomenclature des métiers lyonnais, très abondante, ne doit donc être prise autrement qu’en tant que simplification, regroupement d’activités déjà souvent parcellaires ou marginales : du moins peut-on le penser quand on rencontre un faiseur de manches de hallebardes ou un faiseur de chapeaux de papier...

  • 5 Une distinction analogue est introduite par Edmond ESMONIN entre aubergistes ou hôteliers et tenan (...)

9Le rapprochement des sources met de même en évidence le problème qui se pose dès que l’on veut cerner l’activité des hostes. Aussi bien que pour les autres métiers, la confusion des termes est complète : d’une pièce à l’autre, l’hoste devient celui qui tient cabaret ou le tavernier. Ce qui n’exclut pas toutefois des formules telles que hoste et cabaretier... Hostelier est d’un emploi plus rare. En second lieu, le procédé met en relief une particularité presque caractéristique de la profession : beaucoup de ceux qui l’exercent la complètent par une autre. Les hôtes des Trois Pigeons, des Cinq Croix, de la Fontaine d’Or, du Sauvage et du Dauphin sont ymagier, maçon, tonnelier, marchand de chevaux et même boulanger. D’autres sont tailleurs, bateliers ou emballeurs. Au Grand Palais, Pierre Traverse exerce conjointement l’état d’hôte et celui de chirurgien. Encore n’avons-nous connaissance de telles situations que lorsque l’homme est savoyard ou dans les très rares cas où le recensement mentionne les doubles métiers. C’est dire que, très probablement, elles étaient le lot de la grande majorité des hostes, petites gens louant quelque chambre à une clientèle précise et occasionnelle : des compagnons, des muletiers. Ainsi les enquêteurs qui parcourent le pennonage du Plâtre ne trouvent de présent personne de logé à l’enseigne du Griffon d’Or, ni à Notre-Dame de Pitié, ni Au Raisin, à la Grive ni au Loup ; en revanche deux médecins torinois vivent à Saint Roch depuis un et trois ans. De pareils exemples se révèlent en nombre dans les autres quartiers. Tous semblent vouloir démontrer que ces hôtes font en fait office de logeurs, et à médiocre échelle : le nombre de leurs pratiques va de un à cinq, rarement au-delà. Il ne peut s’agir là que d’une activité de complément incapable à elle seule d’assurer le pain quotidien. Aussi est-ce elle qui, par excellence, nous permet de trouver des doubles métiers. A l’opposé il faut placer l’importance des grandes albergeries de la rue de Flandres : à l’angle de la rue de la Perollerie, l’hôte du Lyon d’Or, son épouse, ses quatre enfants et ses trois serviteurs partagent leur toit avec 19 clients, pour la plupart marchands de Paris et de Roanne. Aux Trois Roys, l’hôte s’aide de six serviteurs, dont deux chambrières, pour le service de 21 personnes souvent titrées et suivies de laquais ! Dans ce quartier du Port Saint Paul, qui vit en grande partie de l’hôtellerie, on recense 59 voyageurs pour seulement 444 habitants et ce, hors foire de marchandises. Il n’est donc guère de mesure commune entre ces hôtes-ci et leurs homologues du Plâtre ou des Cordeliers. Cette diversité d’envergure - diversité de fortune - apparaissait déjà dans les Nommées ; elle ressurgit quand, en Août 1636, on trace la croix des pauvres face au nom de Jean Dumas, hôte. Quand toute notre connaissance du métier et de la fortune d’un homme se résume à ce dernier mot, est-il possible d’en tirer légitimement des conclusions ? L’ambiguité du terme semble l’interdire5.

10Les mêmes difficultés d’interprétation s’appliquent à un mot dont l’emploi s’étendait à un large éventail de métiers : celui d’affa neur.

  • 6 Cf. GASCON (R.) op. cit. p. 387 et 906.
    GARDEN (M.) op. cit. p. 235 - 249.

11Le problème n’est pas neuf. Déjà a-t-on mis à plusieurs reprises l’accent sur l’imprécision du terme6. La multiplicité des acceptions apparaît dès que l’on rapproche, une nouvelle fois, les indications de sources parallèles.

12Affaneur est très ordinairement employé en lieu et place de gagne-denier. Nombreux sont les Savoyards inscrits en octobre sous l’une des dénominations, que l’on avait recensés sous l’autre en septembre. On n’imagine guère quel autre motif que l’inclination personnelle de l’enquêteur pour l’usage d’un des deux mots pourrait en rendre raison. Il est moins banal d’avoir à constater que, sous le vocable d’affaneur, on trouve aussi bien le reveyran que le maçon et son manœuvre.

13La variété des activités se double de l’inégalité des fortunes : sans la minutie des recenseurs du quartier de la rue Neuve, comment supposer que Nesme Morin, affaneur, ait pu être un homme fort nanty, ayant du bien à la Croix-Rousse ?

14La connaissance de ces quelques exemples n’est en somme que le fruit de rapprochements accidentels ; au-delà, on ne peut que s’interroger au sujet de la foule des cas individuels pour lesquels il ne reste qu’une indication de métier unique, démunie de toute précision. Comment se satisfaire, en toute rigueur, d’une collection de ces mentions dès qu’il s’agit de cerner l’importance de chaque branche d’activité ? Il faudrait pouvoir en même temps apprécier les fortunes et connaître précisément la nature des métiers. Pareilles lacunes rendent donc fragiles et arbitraires les options qu’il faut se résoudre à prendre dans une nécessaire esquisse de classement des catégories socio-professionnelles.

III - UN PANORAMA DES METIERS

15La leçon des recensements n’est pas - nous l’avons dit - celle des Nommées. Elle n’élague pas systématiquement les catégories situées aux extrémités de l’échelle sociale et fournit une image de vingt-six ans postérieure au dernier de ces documents. En revanche, notre source pèche par omission. Quatre des trente-six quartiers de 1597 restent ainsi dans l’ombre. Nous ne pouvons pas connaître le nombre des ouvriers en soie de Bourgneuf, ni celui des marchands et des polalliers de l’Asnerie ; rien ne nous permet de dénombrer les maçons, les laboureurs et les vignerons de Saint Just, pas plus que les affaneurs, les charpentiers et les chapeliers de Bon-Rencontre. Les indices relevables à cet égard au fil du recensement des Savoyards et des Etablies de 1594 n’aboutissent qu’à des données d’ordre surtout qualitatif, pratiquement intransposables dans le dessein de pallier les lacunes de la série de minutes de 1597.

  • 7 Cf. annexe 68 : Les métiers masculins à Lyon. 1597.
  • 8 Le nombre des véritables insuffisances des sources pourrait être souvent réduit. Un dépouillement (...)

16La réserve n’est pas unique : il s’y ajoute une nouvelle fois la déplorable irrégularité de tenue de sources décrivant ici 94 % des métiers masculins et, là, 30,5 % seulement. Globalement, les défauts du recensement ne sont heureusement pas rédhibitoires : aux 4168 mentions collectées parmi trente-deux procès verbaux ne s’opposent que 1149 cas d’activité inconnue, soit un taux de détermination de 78,4 %7. Les 21,6 % des chefs de feu pour qui les enquêteurs n’ont porté nulle mention de métier ne représentent pas autant d’activités sous enregistrées : il faut faire la part, aux deux extrémités de l’échelle sociale, de ceux qui échappent à une définition d’ordre professionnel, c’est-à-dire des vieillards et des infirmes hors d’état de travailler - les misérables - et des bourgeois vivant noblement après avoir laissé leur négoce à leur fils, quand celui-ci n’a pas acquis quelque charge d’élu ou de trésorier - les aysés - 8.

  • 9 Le nombre total de leurs feux a été évalué à 660, soit, en se référant à une proportion-type de fe (...)
  • 10 4168 mentions sur un ensemble évalué à 5907 feux masculins.

17Que l’on évalue, en recourant à l’estimation globale du nombre de feux, l’effectif des métiers masculins dans l’ombre - soit 590, chiffre rond9- : il résulte qu’à l’échelle de la ville entière, le recensement de 1597 décrit sept métiers sur dix10. La lacune des Nommées était d’ordre socio-professionnel : elle est ici de nature à la fois territoriale - c’est notre ignorance de ce qui a trait aux quartiers dont les minutes sont défectueuses ou perdues - et apparemment aléatoire - c’est notre incapacité de déterminer les conditions de recensement entraînant l’omission de la mention de métier.

  • 11 Cf. annexe 69 : Les métiers lyonnais en 1597. Récapitulation par branches d’activité. Effectifs en (...)

18Le panorama général qu’il est possible de dépeindre au prix de ces approximations et de ces évaluations présente toutefois des traits assez prononcés pour être assurés et pour fournir une image d’ensemble acceptable de la répartition des feux lyonnais par grandes branches d’activité11.

Figure 11. REPARTITION DES METIERS PAR BRANCHES - 1597 (sur 32 quartiers)

  • 12 La proportion réelle était probablement légèrement plus forte, les pennonages de Bourgneuf et de B (...)
  • 13 Les différentes omissions rendent fragiles les chiffres bruts issus du recensement de 1597, que no (...)

19Le secteur numériquement dominant est, bien sûr, le textile : entendons là le mot dans sa plus large acception en y incluant production, transformation et négoce. Cette prééminence est cependant une prééminence relative : au tout premier rang des activités, la branche ne regroupe guère que 25 % des chefs de feu12, de l’humble buandier jusqu’au grand marchand faisant le Train des Flandres13.

20L’effectif de la deuxième activité lyonnaise se situe très en retrait par rapport aux 1331 foyers du textile : l’alimentation ne compte que 369 unités, soit 6,9 % de l’ensemble. Le poids des métiers du cuir est d’ordre comparable : 319 feux, soit 6 %.

  • 14 Outre les gens de loi - avocats, procureurs, solliciteurs etc. -, les huissiers, enquêteurs, greff (...)
  • 15 Grabelleurs, chargeurs, conducteurs de marchandises, marqueurs, visiteurs.
  • 16 Domaine, Election, Bureau de Finances, Conservation.
  • 17 Mesureurs, courriers, mandeurs, commis de la Grenette, du voyer, gardes des portes, des chaînes, r (...)

21Nulle autre catégorie n’atteint le seuil de 5 % des recensés ; la diversité des métiers est telle que les activités se dispersent jusqu’à former une poussière de gagne-pains quasiment isolés : un grelottier, un tondeur de mulets, un émailleur de verre... Il faut toutefois souligner l’importance relative de tous ceux qui gravitent autour de la Sénéchaussée et Siège Présidial de Lyon14, autour de la Douane15 et des diverses juridictions16, et autour du Consulat, dont dépendent de nombreuses petites charges municipales17. L’ensemble ne représente pas moins de 4,9 % des feux recensés, au quatrième rang devant les métiers du métal et devant ceux du transport. Les affaneurs - dont les textes exagèrent sans doute fréquemment le nombre - et les métiers du bâtiment ne prennent qu’une place secondaire : 222 gagne-deniers et 205 maçons et charpentiers ne représentent que 4,2 et 3,9 % des chefs de feu lyonnais.

22La vue d’ensemble des métiers lyonnais à travers le recensement de 1597 porte donc finalement deux principaux enseignements. D’une part, la taille de la ville et la multiplicité de ses fonctions entraînent une grande variété des types d’activité : une nomenclature des métiers et des états fondée sur ce texte comporterait près de trois cents rubriques. D’autre part, les mêmes raisons font qu’aucune branche ne regroupe assez d’hommes pour devenir majoritaire et ainsi définir à elle seule l’activité urbaine. Celle qui, de très loin, l’emporte sur les autres ne fait vivre qu’un Lyonnais sur quatre.

IV - LOCALISATION DES METIERS ET DECOUPAGE INSTITUTIONNEL

  • 18 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597. Nous n’avons retenu ici q (...)

23Il ne faut pas trop miser sur une description des activités lyonnaises hypothéquée par les imperfections de la source. Les lacunes sont telles qu’au-delà d’un tableau général, brossé à larges traits, il est inutile d’espérer un dénombrement précis des métiers. Cette insuffisance n’a de valeur qu’à l’échelle de la ville entière ; localement, à l’intérieur de bon nombre de pennonages, les procès verbaux sont en revanche assez détaillés pour que nous puissions en extraire des éléments de connaissance des métiers qui soient de qualité18. Existait-il donc des quartiers qui ne fussent centrés que sur une unique branche d’activités ? Le découpage institutionnel, hérité en grande partie du Moyen Age et remanié pragmatiquement au fil des variations démographiques des diverses régions du tissu urbain, possédait-il une quelconque signification sur le plan économique ?

24La réponse à pareille question est positive dans le cas de quelques quartiers. L’importance locale d’une branche d’activité y est si nette qu’il n’est pas exagéré de qualifier ces pennonages d’homogènes : un secteur donné peut accaparer de 40 à 60 % des feux. L’exemple le plus net est celui du Griffon, où 615 pour mille des chefs de foyer relèvent du textile, et plus particulièrement de la soie, de la passementerie et de la futainerie.

Figure 12. UN QUARTIER HOMOGENE DE PRODUCTION : LE GRIFFON - 1597 (sur 122 feux)

25À un degré moindre, le quartier de la Croisette présente le même faciès d’espace spécialisé : 477 pour mille des métiers masculins ont une vocation textile, les autres activités ne rassemblant isolément que des effectifs insignifiants. À l’instar de ce qui s’observe dans de nombreux autres cas, cette hypertrophie locale d’une branche s’explique largement par l’importance d’un secteur de production précis : la chapellerie représente à elle seule 59 % des métiers textiles du pennonage.

  • 19 L’imprécision des mots et, plus, l’irrégularité de leur emploi font qu’aucun système de classifica (...)

26Cette relative homogénéité n’est pas une caractéristique propre aux quartiers de production. L’Herberie est ainsi une zone hautement spécialisée, presqu’entièrement dévolue au négoce. Des cinquante-deux feux versés dans la catégorie « textile », quarante-sept sont ceux de marchands drapiers, merciers, négociants de Train de Flandres ou de Milan. Il est ici légitime de les agréger aux ferratiers, aux épiciers et autres gens du grand commerce : le négoce rassemble donc 83 des 119 foyers du quartier, soit 70 %19. Le menu peuple est quasiment exclu du pennonage : on recensa à peine une douzaine d’artisans ou d’hommes de bras dans l’étendue de cette Herberie où tout était marchand ou notable. Les rares femmes chefs de feu ne constituaient pas d’exception : leurs serviteurs de Flandres, de Limoges ou de Moulins indiquent assez la nature de leur activité.

Figure 13. UN QUARTIER HOMOGENE DU GRAND COMMERCE : L’HERBERIE. 1597 (sur 119 feux)

27Cette unité, cette homogénéité de quartier négociant est, semble-t-il, un cas unique à Lyon. C’est que les limites, parcourant une partie de la place de l’Herberie, l’entrée de la rue Mercière et la rue Chalamont, ne définissaient qu’un espace restreint. Il en est autrement dans les autres pennonages habités par des marchands. Le recensement des maisons de la rue Juiverie proprement dite n’est qu’une énumération de grands noms italiens, mais le découpage embrasse aussi de pauvres bâtisses peuplées de petites gens. Le pennonage de la rue Mercière, pourtant accolé à celui de l’Herberie, présente une assez large diversité d’activités : à côté de nombreux marchands merciers vivent des chapeliers, car la Croisette est toute proche, des cartiers, des ceinturiers, des aiguilletiers... Il en est de même à Saint Nizier : là sont rassemblés les drapiers. C’est une concentration d’un degré extrême qui inclut les principaux marchands, les Ponthus, Quinson, Cellon. Dans ce quartier, la maison entière d’un négociant est vouée au commerce du drap : on y trouve trois allemands, ses associés, quatre serviteurs et les frères Rotemond : en tout dix personnes formant une maisonnée exclusivement masculine. Mais si, économiquement, ce noyau marchand l’emporte de très loin sur les autres activités du quartier, numériquement, il ne représente qu’une fraction réduite du nombre des feux, de l’ordre du cinquième. Il reste que les métiers liés à la draperie - tondeurs, cardeurs, tailleurs - sont nombreux à Saint-Nizier. Il résulte que si le textile est, comme dans la majorité des quartiers lyonnais, la branche prédominante, les activités de production en rendent davantage raison que celles de commercialisation. L’Herberie, quartier marchand homogène, reste donc un cas spécifique isolé.

  • 20 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597.

28L’étude des autres pennonages, quand elle est permise par la qualité des sources, montre que le plus souvent le tracé des limites institutionnelles isole des unités multipolaires20. Deux, trois, voire quatre branches d’activité l’emportent numériquement sur le reste des chefs de feu, quand l’émiettement n’est pas tel qu’aucune spécialisation professionnelle de quartier n’est vraiment discernable, pas plus qu’une prédominance relative qui ait quelque chance d’être significative.

29Un exemple très net de pennonage aux activités centrées sur trois pôles distincts est celui qui se présente aux Cordeliers. La composante textile, qui est pratiquement le dénominateur commun de l’ensemble des sous-unités urbaines, ne se place qu’au second plan, derrière les métiers du transport : mais elle ne l’emporte que de peu sur le bâtiment, qui groupe plus de 15 % des chefs de feu. Le pennonage est vaste, et la méconnaissance de la situation topographique de chaque maison visitée pèse lourdement ; on ne peut que deviner, à l’intérieur du territoire du quartier, des zones typées, présentant de l’une à l’autre des différences sans doute assez accusées.

Figure 14. UN QUARTIER DE PRODUCTION TRIPOLAIRE : LES CORDELIERS

30A la rue Neuve, pennonage accolé aux Cordeliers, se retrouve la prédominance relative du bâtiment, du textile et du transport, mais les affaneurs y vivent en assez grand nombre pour donner corps à une quatrième composante. Il en résulte une répartition des activités de type tétrapolaire, les effectifs se partageant entre le différents centres de manière équilibrée.

Figure 15. UN QUARTIER DE PRODUCTION TETRAPOLAIRE : LA RUE NEUVE

  • 21 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597.
    annexe 73 : Répartition de (...)
  • 22 Seules les proportions des principales branches sont réellement significatives, la faiblesse des e (...)

31Cette polarisation des métiers pratiqués dans un quartier donné correspondait-elle à un phénomène purement conjoncturel, accidentel même ou, au contraire, la vocation d’un pennonage ne se réduisait-elle pas à la dominance d’une activité unique - cuir Rue du Bois ou soie au Griffon - en conservant une répartition des effectifs obéissant à une structure relativement stable ? Les recensements de 1597 et de 1636 ne fournissent qu’un élément de réponse à cet égard, les minutes de Saint Georges présentant seules, à chacune de ces dates, la précision nécessaire21. La part de chacune des principales branches n’a guère varié au cours des quatre décennies : la hiérarchie s’est maintenue, les écarts sont de peu d’importance22. L’originalité professionnelle du quartier ainsi constatée ne résidait donc pas dans la constatation unique et grossière de l’existence d’un important pôle textile, mais également dans la stabilité relative des effectifs alignés par l’alimentation - bouchers et tripiers - et le transport - bateliers ou reveyrants - pôles secondaires.

Tableau 41. REPARTITION DES CHEFS DE FEU A SAINT GEORGES PAR BRANCHES D’ACTIVITE 1597 - 1636

1597pour mille

1636pour mille

Textile

344

304

Alimentation

142

170

Transport

93

85

Bois

82

33

Autres branches

241

389

Indéterminés

98

19

Effectif

183

270

32Mais qu’en était-il ailleurs ? Selon que les centres d’activité de pennonages en mutation aient été complémentaires - bâtiment, transport et affaneurs de la rue Neuve - ou simplement juxtaposés - boucherie et soierie à Saint Georges - l’évolution dans le temps de leurs effectifs respectifs aboutissait-elle ici à des modifications indépendantes et là, à une reproduction d’un équilibre entre branches ? On ne peut guère que s’interroger, à cet égard, sans oublier que le quartier institutionnel n’était pas une entité définie de manière à regrouper les artisans d’un même métier. L’homogénéité ou la multipolarité d’un pennonage est un fait constaté, rien de plus ; la donnée ne résulte finalement que de l’étendue de son territoire, du degré de concentration spatiale comme de l’importance numérique de chaque branche d’activité et... du hasard du tracé des limites : qu’un quartier perde ou acquerre quelques maisonnées professionnellement bien typées : l’équilibre de ses différents centres en sera bouleversé.

  • 23 Si, nécessairement, le degré d’homogénéité professionnelle d’un quartier est limité, il n’en va pa (...)

33Pourtant, l’étude par pôles des métiers de chaque pennonage n’est pas dépourvue d’autre intérêt que descriptif. Elle permet d’échapper à l’association simpliste entre quartier et métier-totem : la réalité est presque partout complexe, variée, nuancée. Elle est un élément essentiel pour une réflexion sur le pennonage en tant qu’unité de milice : cohésion ou divergence des attitudes est à en rapprocher23. Elle permet surtout d’échapper à une typologie des quartiers à fondement économique - des cotes d’imposition, par exemple - qui méconnaît les spécialisations de métier en ne mettant en valeur que le niveau de fortune. Il semble en effet que les aléas des conjonctures sectorielles aient pu frapper sélectivement sur le plan démographique les quartiers vivant des activités correspondantes. Homogénéité professionnelle aurait-elle alors été synonyme de vulnérabilité ; multipolarité - donc diversification - de plus grande inertie ?

V - LES METIERS DANS LA VILLE

  • 24 GASCON (R.) op. cit. p. 445 - 447. Notre propos n’est pas ici de répéter ce qui a été établi à par (...)

34En abandonnant le cadre étroit du quartier pour lui substituer une vue globale, il s’avère que la répartition spatiale des métiers lyonnais de 1597 s’effectue selon des modalités très variables. Toutes les situations, de l’extrême concentration à la plus complète dispersion, se rencontrent. Aussi les recensements offrent-ils la possibilité d’esquisser une autre typologie, celle des métiers, selon les particularités de leur implantation dans la ville24.

  • 25 Les cartiers ne s’insèrent pas dans ce modèle et sont disséminés dans toute la presqu’île.

35Rares sont les activités réellement très groupées. L’imprimerie en est sans conteste l’exemple le plus caractéristique. Même si l’on considère le terme dans son acception la plus générale, en incluant des métiers connexes, il faut constater que, du côté de Fourvière, elle n’occupe personne. De soixante-deux imprimeurs, maîtres et compagnons chefs de feu, quarante-huit sont recensés dans le pennonage de la place Confort ; treize autres vivent à proximité, au Port du Temple, rue Mercière, à Bourchanin ou Grande rue de l’Hôpital. Le cas de Florent Manille, imprimeur trouvé aux Terreaux, fait ici figure d’aberration. Une totale concentration géographique caractérise tout pareillement les métiers dépendant directement de l’imprimerie et évoque un espace de production intégré rassemblant autour d’un métier principal les métiers satellites - ici les faiseurs d’encre, fondeurs de lettres, covretteurs et relieurs, imagiers, papetiers et cartonniers - et les métiers constituant le moteur commercial, ici les marchands libraires25.

36Un exemple tout aussi net de juxtaposition de métiers complémentaires est fourni par les quartiers partiellement voués au transport.

  • 26 Cf. par ex. : GUENEAU (L.) L’organisation du travail à Nevers aux XVIIe et XVIIIe siècles.
  • 27 GASCON (R.) op. cit. p. 165 - 168.

37La concentration des bateliers autour des ports est une donnée répandue26. Les recensements la soulignent à l’envi : dix-sept reveyrants à Saint Georges près du Port Neuf, dix au Port du Temple dans le pennonage qui en porte le nom, dix-neuf à Saint Vincent, et quarante-six aux Cordeliers, rue Neuve et au Plâtre, trois quartiers accolés s’ouvrant sur le Rhône. Là se manifeste la complémentarité qui unit transport et bâtiment. Le fleuve amenait à Lyon les matériaux de construction nécessaires27, en particulier les bois de charpente du Jura et les pierres des carrières du Bugey. Les abords du port des Cordeliers avaient donc une double vocation. Au transport par eau s’ajoutait le roulage représenté par vingt-six charretiers ou rouliers, par dix-sept marchands de chevaux, par des charrons, des emballeurs, et même un tondeur de mulets ! Le second foyer d’activité y était intimement lié : quarante-neuf affaneurs, sans doute autant manœuvres sur les chantiers que portefaix, vingt-quatre maçons dont plusieurs étaient probablement tailleurs de pierre comme Antoine Jagnier - seul homme qui, de tout le recensement, ait été inscrit comme tel - et surtout cinquante-cinq charpentiers, soit plus de la moitié de l’effectif enregistré. L’enseignement porté par l’usage des mots souligne cette relation entre transport et bâtiment : qui est dit reveyrant dans un document devient marchand de bois au hasard d’un autre ; c’est du reste l’etat des capitaines pennons du quartier de la rue Neuve à la fin du XVIe siècle...

38Le rassemblement dans une partie de la ville d’une branche particulière d’activités traduit d’un quartier à un autre des réalités très éloignées.

  • 28 FEDOU (R.) Les Hommes de Loi Lyonnais à la Fin du Moyen Age, p. 356-357 et 363-364.
  • 29 Une régularité qui ne s’explique pas que par les pesanteurs de la tradition et de la propriété fon (...)

39Porte Froc et, à un moindre degré, le Bœuf et le Grand Palais sont le domaine des gens de loi. A la fin du XVIe siècle, la chose est déjà vieille de plus d’un siècle28 ; il suffit de consulter l’Almanach lyonnais des dernières années de l’Ancien Régime pour retrouver une réalité très proche : cette singularité se sera ainsi pérennisée durant plus de trois cents ans29. En 1597, les officiers de la Sénéchaussée et de la prévôté résident presque tous à proximité immédiate du palais de Roanne ; les deux conseillers recensés à la Juiverie et au Change n’en sont guère plus éloignés que le président de Langes qui habite au pennonage du Gourguillon. Une foule de gens de loi de toute espèce, huissiers, avocats, procureurs et praticiens achève de donner à cette partie de la ville un caractère aigu de spécialisation. Les recenseurs n’y trouvèrent ni Elu ni Trésorier de France : ces derniers ne semblaient pas partager l’habitat des gens de justice, mais plutôt celui des marchands, manieurs d’argent comme eux. Si quelques notaires résidaient près du Grand Palais, on ne peut pas davantage parler à leur égard de concentration : ils se répartissent assez régulièrement entre les diverses parties de la ville, cette dispersion de leur habitat illustrant sans doute l’inégalité de leur envergure.

40Socialement tout différent, le rassemblement des chapeliers est géographiquement aussi marqué que celui des hommes de loi. Il est littéralement écartelé par le tracé des limites de quartier. Les pennonages accolés de la rue Thomassin et de la Croisette comptent à eux seuls 93 des 134 chapeliers recensés dans toute la ville. En bordure, rue Mercière et Grande Rue de l’Hôpital, s’en trouvent dix-huit autres : une zone urbaine réduite regroupe ainsi 82,8 % des chefs de feu du métier : une médiévalité d’implantation qui rappelle l’ancienneté de l’activité.

  • 30 Cf. annexe 68 : Les métiers à Lyon en 1597.

41Les manufactures plus récentes, établies dans le courant du siècle finissant, ne présentent nullement ce caractère de concentration extrême. C’est le cas de la futainerie, développée en bonne partie sous l’impulsion de marchands de Chambéry, et, bien sûr, de la soierie et de la passementerie. Hors quelques hauts lieux de leur art - Saint Georges, la Grande Rue de l’Hôpital, le Griffon - veloutiers et taffetassiers sont si disséminés que le plus simple est de décrire les pennonages dont ils sont absents : côté de Fourvière, ce sont les sept pennonages où, de la rue de Flandres à Porte Froc, voisinent marchands et hommes de loi ; côté de Saint Nizier, la leçon est plus nette encore, quand l’ouvrier en soie est omniprésent, sauf à l’Herberie, au quartier de Saint Nizier, à celui de Saint Pierre et à la Pêcherie, fiefs du grand commerce. La visite de 1621, qui indique partiellement l’adresse des ateliers visités, ne dément pas cette dispersion. Futainiers et passementiers ne sont pas davantage regroupés, les foyers centraux étant respectivement le Plâtre et les abords de la place Confort30.

  • 31 Cf. annexe 68 : Les métiers à Lyon en 1597.
    annexe 93 : La population des quartiers en 1597. Donnée (...)

42Il ne saurait ici être question de décrire dans le détail la localisation de métiers dont les effectifs sont souvent extrêmement réduits et dont la connaissance confine à l’anecdote. Il faut néanmoins souligner que quelques activités sont représentées partout, ou peu s’en faut. C’est le cas des boulangers, dont le nombre par pennonage paraît refléter assez fidèlement l’ordre de grandeur de la population31.

Figure 16. BOULANGERS ET POPULATION DES QUARTIERS

  • 32 Cf. annexe 71 : Les métiers masculins à Lyon en 1636.
  • 33 Un chiffre particulièrement élevé qui ne peut s’expliquer sans prendre en compte la proximité des (...)
  • 34 HAUSER (H.) Les Débuts du Capitalisme, p. 209.

43Une présence universelle caractérise également tailleurs et cordonniers. Chaque quartier en compte plusieurs parmi ses habitants. Les premiers sont recensés en nombre élevé dans les pennonages de marchands et d’hommes de loi : en 1597 ils sont quinze rue de Flandres, onze à la Juiverie, quatorze rue du Bœuf, seize à Saint Nizier32, treize à la Pêcherie, contre quatre à Saint Georges, six rue Neuve ou cinq rue Thomassin. En 1636 l’observation se confirme : quatre tailleurs à Pierre Scize, six à la Côte Saint Sébastien, mais vingt-cinq à la Pêcherie33. La clientèle du tailleur se trouvait donc surtout dans les pennonages riches : le menu peuple aurait plutôt utilisé les services des fripiers grâce à qui les pauvres étaient soulagés puisqu’ils trouvent les habits tout faits, à meilleur compte qu’ils ne peuvent les faire en achetant en détail toutes les étoffes qui pourront entrer en un habit34.

  • 35 Il ne faut pas exiger de pennonages très spécialisés ou de superficie exigüe qu’ils s’alignent sur (...)
  • 36 représentés dans 25 des 32 quartiers étudiés.
  • 37 représentés dans 25 des 32 quartiers étudiés.
  • 38 représentés dans 22 des 32 quartiers étudiés.
  • 39 représentés dans 30 des 32 quartiers étudiés.
  • 40 Les actes consulaires regorgent de décisions de voierie décidant d’abattre des façades dangereuses (...)
  • 41 Il est intéressant de constater la faible densité de l’implantation des métiers de la santé. Il n’ (...)

44Bien que la réalité ait été très nuancée d’une partie de la ville à une autre et en dépit de quelques failles assez minimes dans l’uniformité de la constatation35, il reste que tous les pennonages avaient en commun un noyau limité d’activités définies : les boulangers, les tailleurs et les cordonniers, mais également les notaires36, les maçons37, les charpentiers38, les hôtes ou taverniers39. Si le travail du passementier devait orner quelque chapeau espagnol et si l’imprimeur lyonnais travaillait pour l’érudit européen, c’était bel et bien pour les habitants du pennonage que le boulanger cuisait le pain, que le tavernier débitait son vin ; le notaire instrumentait le plus souvent pour une clientèle locale et les métiers du bâtiment eux-mêmes devaient s’exercer en grande partie sur place - l’emploi du pisé nécessitait un entretien fréquent40. Il s’établit ainsi, sur le plan de la localisation, une dichotomie importante : les métiers représentés dans chaque quartier sont ceux qui répondent à un besoin vital ou fréquent de la population du pennonage41 ; ceux qui ne se définissent pas selon ce critère, manufactures produisant pour le grand commerce, métiers rares ou métiers de luxe, ne se rencontrent que dans une partie de la ville, voire dans quelques quartiers.

45Le pennonage riche ne se singularise pas seulement par le degré élevé de fortune de ses habitants. Parmi tous ceux qui ne sont ni grands marchands ni notables et qui cependant résident dans une telle partie de la ville, on distingue la présence d’homme exerçant des métiers rares, peu fréquents dans les zones moins fortunées. Les aisés ont leurs commensaux.

  • 42 Parmi les trois médecins du pennonage, l’un est Louis THOREL. Il y possède deux maisons, dont cell (...)
  • 43 C’est ce que démontre l’étude du livre d’honoraires de Jean BRAC, médecin à Mâcon. Cf. ZELLER (O.) (...)

46Il en est ainsi des médecins. La profession est relevée au quartier du Bœuf42, au Grand Palais, à l’Herberie, à Saint Pierre, à Saint Nizier et à la Pêcherie. Si rien ne peut être appris au sujet de Maître Hurtet, médecin, à la Côte Saint Sébastien, il semble d’après l’habitat que son confrère Conyn soit un fort petit personnage : on le recense avec sa femme, un oncle et trois frères escholliers comme occupant de la deuxième chambre de la maison Granet, située à côté de la maison des Forces dans la partie du quartier des Cordeliers où se rassemblent les fromagers... Hormis ces deux exceptions, les docteurs médecins résident dans les pennonages où, souvent propriétaires de maisons, ils trouvent l’essentiel d’une clientèle recrutée en large majorité dans les strates supérieures de la société urbaine43.

  • 44 Comment distinguer les artistes de ceux dont le pinceau n’effleurait que les façades ?

47Toute une catégorie de métiers suit cette loi de localisation. Elle ne se définit pas par la nature ou la valeur d’une Seule production, mais plutôt par la qualité des chalands. Le trait commun est en effet le caractère de luxe des marchandises offertes à des acheteurs aisés. Même s’il n’est que bien modeste, pour peu qu’il soit comparé aux fastes nobiliaires dont les Lyonnais sont à des lieues, le luxe de la table se marque par l’agrément de pâtisseries et de confiseries. L’ostentation, le goût des joyaux nécessitent la présence d’orfèvres, de joailliers, de parfumeurs, d’orologiers. Fêtes et cérémonies justifient l’existence de plusieurs joueurs d’instruments - joueurs de luth ou de violon-. Les peintres44 apportent enfin aux intérieurs la distinction d’un tableau, aux chapelles la notoriété d’une donation ; ainsi, c’est au quartier du Bœuf que fut recensé Christophle de la Haye.

Tableau 42. QUARTIERS RICHES ET METIERS DE LUXE - 1597

11 quartiers riches

21 autres quartiers

Médecins

7

2

Pâtissiers

15

8

Confiseurs

7

4

Parfumeurs

4

0

Orfèvres et

Joailliers

38

9

Horlogers

7

1

Musiciens

13

4

48La sélection spatiale ne s’effectue donc pas selon le seul niveau de fortune des habitants, critère socio-économique purement quantitatif ; sur le plan qualitatif, les zones riches de la ville attirent sélectivement des activités de luxe souvent pratiquées par des hommes de condition sociale infiniment plus proche du commun des artisans que de leurs voisins grands marchands ou conseillers en Sénéchaussée.

  • 45 Il s’y ajoute probablement quelques-uns des dix-sept fondeurs qui vivent au même endroit ; on n’en (...)
  • 46 En 1568, le penon était DUPUYS, Me de la Poste. Cf. EE 25, fo 9.
    En 1636, la fonction appartiendra (...)

49Quelques centres d’activité créent pareillement à leurs abords immédiats une nébuleuse de métiers liés à leur présence : il s’agit des quelques cas où le lieu de résidence ne coïncide pas avec le lieu de travail. Il en est ainsi de la Monnaie, entre la place Confort et la Saône. Tout autour de l’hôtel se pressent les affineurs, les essayeurs, les tireurs, batteurs ou escacheurs d’or, outre tous ceux qui ne furent recensés que sous l’appellation de la Monnoie. Quarante-quatre chefs de feu exercent un de ces états dans les cinq pennonages compris entre la rue Mercière et la Grande rue de l’Hôpital45. Pareillement, les abords du Puits du sel sont le domaine des messagers. En 1597 comme en 1636, ces courriers sont recensés à peu près exclusivement dans ce quartier et à la Juiverie. Fait significatif, le Puits du Sel a très fréquemment pour pennon celui qui, tel Antoine Jacquet, tient la poste pour le Roy. Le choix semble souligner l’importance locale de l’institution46.

  • 47 A condition de prendre pour objet d’étude des localisations ne concernant que des poignées d’indiv (...)

50Les derniers enseignements dispensés par le recensement de 1597 n’ont qu’une valeur ponctuelle. Ils décrivent des cas isolés : l’exemple-type en est la localisation des corroyeurs, presque totalement réunis dans le pennonage de la rue du Bois : leur nombre ne s’élève toutefois qu’à vingt-quatre. La faiblesse de semblables effectifs fait hésiter. Pareilles leçons n’ont finalement leur place que dans le cadre de monographies de quartier ouvertes à tout détail contribuant à créer une originalité locale47.

VI - METIERS ET PAUVRETE : LE QUARTIER DE SAINT GEORGES

  • 48 EE 34, p. 56, 28 août 1636. Les rues de Lyon furent parcourues au moins deux fois par les recenseu (...)
  • 49 Cf. annexe 3.

51De toutes les minutes du premier recensement de 1636, les aléas de la conservation des archives ne nous ont laissé qu’une pièce unique, celle décrivant le pennonage de Saint Georges48. La perte est d’importance : dans leurs listes de chefs de feu, les capitaines de quartier avaient reçu l’injonction de marquer d’une croix les pauvres49. La série de procès verbaux, sauvegardée dans son intégrité, aurait fourni une précieuse quantification de la masse de ceux que le jugement de leurs contemporains plaçait au-dessous du médiocre à l’égard des ressources. Epave isolée, archive miraculée, la minute de recensement de Saint Georges nous offre, à défaut d’un plus vaste tableau, l’image d’un quartier d’artisans de la première moitié du XVIIe siècle.

  • 50 Cf. annexe 74 : La pauvreté au pennonage de Saint Georges. 1636.

52La source est éloquente : de 293 habitants des deux sexes, 198 sont désignés comme pauvres par la croix tracée auprès de leur nom50. La population du pennonage serait ainsi formée de 67,6 % des misérables : une proportion qui met assez en évidence combien la pauvreté règne en maîtresse dès que l’on s’éloigne des quartiers privilégiés où résident les familles marchandes et consulaires, brillantes exceptions face à la réalité prédominante, celle d’au moins 22 quartiers sur trente-six et dont le recensement de Saint Georges ne présente sans doute pas une image extrême.

  • 51 Cf. tableau 31.
  • 52 EE 34, p. 54. 18 septembre 1636. Rôle d’imposition des veuves du quartier de la Pêcherie.
  • 53 Le recensement d’août est une liste de chefs de feu des deux sexes, avec métiers et mentions de pa (...)

53Reste à définir quel critère le pennon Jean Vidault suivit-il pour distinguer les pauvres du reste des habitants. En premier lieu, une image en négatif se dessine dès que l’on rapproche les catégories ainsi tracées de celles que séparent les structures de l’habitat. Massivement, à 97 %, le pauvre est inquilin. Seuls cinq d’entre eux possèdent un petit bien : mais celui-ci est toujours misérable. Jean Peron net, plus qu’octogénaire, et Jean Bugnon, cordonnier de son état, n’ont chacun qu’une partie de la bicoque où ils vivent. Devant la place Saint Georges, que peuvent valoir les droits de Monette Garan - dite la Moneta - sur une maison dont elle doit aussi partager la propriété ? A ces quelques exceptions près, la jouissance d’un fonds exclut de la liste des pauvres. Par contre, la moitié de ceux que n’afflige pas une croix possèdent la construction qu’ils habitent et ce, en un pennonage où le cœfficient de cohabitation est proche de deux51. En second lieu, il semble que le seuil de pauvreté retenu ait été placé fort bas. Nous ne pouvons l’appréhender que dans le cas unique des veuves. Peu de jours après le recensement d’août 1636, celles-ci durent s’acquitter d’une contribution de guerre dont l’assiette dépendait du seul jugement des capitaines pennons. De quatorze d’entre elles vivant à la Pêcherie, on en réputa cinq incapables de payer quoi que ce soit, fût-ce dix sols, la plus petite cote52 ! A Saint Georges, les doubles croix en marge attestent que de quinze de ces veuves on n’en put ou on n’en voulut taxer que neuf : une proportion toute comparable. Le pauvre du recensement aurait été ainsi un homme ne possédant nulle maison et dont une demi-livre de contribution de guerre excédait les possibilités. La définition est bien floue. Mais pouvait-on espérer davantage de précision de la part des sources ? Il faut surtout déplorer qu’aucun des trois textes ne permette de rapprocher la pauvreté de la taille de la famille propre ni de celle de la domesticité53.

Tableau 43. HABITAT ET PAUVRETE A SAINT GEORGES - 1636

Pauvres

Autres habitants

Total

Propriétaires

5

48

53

Inquilins

193

47

240

Total

198

95

293

54Il ne reste donc possible que de relier directement métier et pauvreté. La misère est de règle dans plusieurs secteurs. Les artisans du cuir, cordonniers et savetiers, n’échappent jamais à la croix des pauvres. Les affaneurs ne sont, bien sûr, guère mieux lotis, vingt-deux d’entre eux sur vingt-quatre voyant leur nom coché en marge ; la réalité est similaire chez les bateliers, un seul ayant été trouvé moins infortuné que les dix-sept autres. Le textile, qui rassemble 81 personnes recensées, ne comprend que neuf cas au-dessus du seuil de pauvreté : six ouvriers en soie, deux mouliniers et un tailleur.

55Le tableau est plus nuancé dans le secteur des activités de bouche. Certes, tous les vignerons et laboureurs cultivant les pentes de Saint Just sont marqués pauvres, de même que deux boulangers sur quatre ; mais dix bouchers sur dix-sept ont été trouvés assez riches pour ne pas l’avoir été.

56La plus faible proportion de pauvres caractérise, outre cinq rares bourgeois et marchands, l’assez nombreux clergé recensé rue des Prêtres. Ce dernier n’a rien de local : les comtes de Lyon, chanoines de Saint Jean côtoient des prêtres de Fourvière, le curé de Saint Romain et des perpétuels de Saint Just. De vingt-cinq membres de ce clergé, dignitaires ou habitués, seul Etienne Donzel, desservant à Saint Saturnin fut inscrit comme pauvre.

57L’ensemble suggère donc l’existence d’une couche hétérogène et aux contours indécis, celle de la population aisée du quartier. Les quatre-vingt-quinze noms de personnes capables de contribuer sont ceux de vingt-quatre membres du clergé et d’une communauté de religieuses, d’onze femmes chefs de feu, de dix bouchers, de six ouvriers en soie, de trois tonneliers et d’autant de bourgeois, de deux tripiers, boulangers, maçons, mouliniers, sergents royaux, praticiens, hôtes, marchands, affaneurs et d’un seul fromager, un tailleur, un tacquier, un batelier et un loueur de chevaux, un notaire, un procureur, un commis des Aides, un huissier, un chandelier et un peintre. L’énumération souligne à l’envi la juxtaposition de deux réalités, celle de l’aisance de groupes nombreux, les membres du clergé ou les bouchers et, de façon diffuse, celle qui ne traduit que la sommation de situations individuelles.

Notes

1 GASCON (R.) op. cit. p. 892 - 895 et 902 - 905.

2 Taux comprenant les femmes chefs de feu et calculés après correction.

3 M. GARDEN a pu écrire (op. cit. p. 26) au sujet de ce dernier : Les métiers ou qualités des habitants ne figurent que dans quatre quartiers sur trente-cinq, privant ainsi la démographie de son support socio-professionnel.

4 On trouve même menuisier pour charpentier.

5 Une distinction analogue est introduite par Edmond ESMONIN entre aubergistes ou hôteliers et tenanciers de chambres meublées.
Cf. : « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 » in : Cahiers d’Histoire, 1957, III, p. 243 - 278.

6 Cf. GASCON (R.) op. cit. p. 387 et 906.
GARDEN (M.) op. cit. p. 235 - 249.

7 Cf. annexe 68 : Les métiers masculins à Lyon. 1597.

8 Le nombre des véritables insuffisances des sources pourrait être souvent réduit. Un dépouillement exhaustif des registres paroissiaux des années 1590 - 1605 améliorerait sans nul doute notre connaissance des métiers en comblant, une à une les lacunes du recensement de 1597.

9 Le nombre total de leurs feux a été évalué à 660, soit, en se référant à une proportion-type de feux féminins de 11 %, 587 feux masculins. Cf. chapitre VIII.

10 4168 mentions sur un ensemble évalué à 5907 feux masculins.

11 Cf. annexe 69 : Les métiers lyonnais en 1597. Récapitulation par branches d’activité. Effectifs en chefs de feu.

12 La proportion réelle était probablement légèrement plus forte, les pennonages de Bourgneuf et de Bourchanin, mal recensés, comprenant alors une importante composante textile. L’assiette statistique utilisée est malgré tout assez large pour réduire à peu de chose l’impact de quelques dizaines d’individus.

13 Les différentes omissions rendent fragiles les chiffres bruts issus du recensement de 1597, que nous ne citons qu’à titre indicatif. La soierie aurait compté un minimum de 325 chefs de feu, dont 237 veloutiers, taffetassiers ou ouvriers en soie. (Des chiffres que l’absence de texte précis décrivant Bourgneuf et la piètre qualité de plusieurs autres amènent à réviser en hausse). On trouva 241 tailleurs, fripiers et couturiers, 199 passementiers et 134 chapeliers. Draperie et futainerie auraient occupé 262 foyers. A l’exception de 85 merciers de toute envergure et 19 guimpiers, on ne trouve ailleurs qu’une poussière de petits métiers aux effectifs très réduits : 4 plumassiers, 9 chaussetiers, 4 contrepointiers, etc...

14 Outre les gens de loi - avocats, procureurs, solliciteurs etc. -, les huissiers, enquêteurs, greffiers, commis, geolliers, sergents...

15 Grabelleurs, chargeurs, conducteurs de marchandises, marqueurs, visiteurs.

16 Domaine, Election, Bureau de Finances, Conservation.

17 Mesureurs, courriers, mandeurs, commis de la Grenette, du voyer, gardes des portes, des chaînes, réveille-matin etc.. S’y ajoute le personnel de l’Hôtel Dieu et de l’Aumône Générale : dépensier, chasse coquins, sergent...

18 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597. Nous n’avons retenu ici que les quartiers où le taux de métiers masculins indéterminés était inférieur à 20 %, soit quatorze minutes.

19 L’imprécision des mots et, plus, l’irrégularité de leur emploi font qu’aucun système de classification n’est pleinement satisfaisant. Mettra-t-on le très insignifiant mercier ou celui qui s’intitule marchand chapelier avec les grands noms du commerce lyonnais ? Ou agrégera-t-on dans une même branche le marchand pelletier et les savetiers, le marchand ferratier et les forgerons ? Nous avons choisi la sécurité du classement par matière première. Rien n’empêche, dans les cas précis où une source secondaire - ici, le rôle de la Grande Ferme et Revenderie - permet de cerner plus précisément l’envergure de chacun, de lui substituer localement une solution plus adéquate.

20 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597.

21 Cf. annexe 70 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1597.
annexe 73 : Répartition des branches d’activité par quartiers. 1636.

22 Seules les proportions des principales branches sont réellement significatives, la faiblesse des effectifs amplifiant ailleurs des mouvements minimes.

23 Si, nécessairement, le degré d’homogénéité professionnelle d’un quartier est limité, il n’en va pas de même en ce qui concerne la dizaine ou l’escouade dont la base de recrutement est géographiquement plus restreinte. Exemple : EE 26, p. 6, Etablie, 9 juillet 1594, pennonage des Terreaux.

24 GASCON (R.) op. cit. p. 445 - 447. Notre propos n’est pas ici de répéter ce qui a été établi à partir des Nommées, mais d’esquisser une image postérieure d’un demi-siècle à celles qui ont été exploitées, celles de 1545, et de bénéficier du caractère plus exhaustif des minutes de recensement.

25 Les cartiers ne s’insèrent pas dans ce modèle et sont disséminés dans toute la presqu’île.

26 Cf. par ex. : GUENEAU (L.) L’organisation du travail à Nevers aux XVIIe et XVIIIe siècles.

27 GASCON (R.) op. cit. p. 165 - 168.

28 FEDOU (R.) Les Hommes de Loi Lyonnais à la Fin du Moyen Age, p. 356-357 et 363-364.

29 Une régularité qui ne s’explique pas que par les pesanteurs de la tradition et de la propriété foncière. Il faut faire la part d’un attachement à cette paroisse Sainte Croix assez répandu, assez crédible pour que l’on pût, tel François Pierre Suzanne BRAC, avocat et ancien échevin, en faire état sans que beaucoup de commentaires soient nécessaires : Je suis né sur la paroisse de Sainte Croix, je n’ai jamais quitté ce quartier, je suis du petit nombre des citoyens de cette ville qui le préfère à tous les autres, ma famille y est toute réunie, mes affaires m’yretiennent...
François Pierre Suzanne BRAC au Comte de CLUNY, grand custode de d’Eglise de Lyon, 27 mai 1786. Archives du Château de La Perrière E6 02, liasse 2. Nous remercions très vivement Monsieur BRAC DE LA PERRIERE qui nous a ouvert les richesses de ses papiers de famille.

30 Cf. annexe 68 : Les métiers à Lyon en 1597.

31 Cf. annexe 68 : Les métiers à Lyon en 1597.
annexe 93 : La population des quartiers en 1597. Données corrigées.

32 Cf. annexe 71 : Les métiers masculins à Lyon en 1636.

33 Un chiffre particulièrement élevé qui ne peut s’expliquer sans prendre en compte la proximité des marchands drapiers.

34 HAUSER (H.) Les Débuts du Capitalisme, p. 209.

35 Il ne faut pas exiger de pennonages très spécialisés ou de superficie exigüe qu’ils s’alignent sur le modèle commun. De plus, il faut faire la part des imperfections de la source, nous laissant, hors les cas extrêmes, dans l’ignorance de trois métiers sur dix.

36 représentés dans 25 des 32 quartiers étudiés.

37 représentés dans 25 des 32 quartiers étudiés.

38 représentés dans 22 des 32 quartiers étudiés.

39 représentés dans 30 des 32 quartiers étudiés.

40 Les actes consulaires regorgent de décisions de voierie décidant d’abattre des façades dangereuses : pour un cas d’incurie ou de misère, combien de réparations effectuées à temps ?

41 Il est intéressant de constater la faible densité de l’implantation des métiers de la santé. Il n’y aurait de chirurgien que dans dix-huit des trente-deux quartiers connus. Leur répartition géographique serait toutefois assez régulière, pour que les habitants d’un pennonage en étant dépourvu n’aient pas à aller très loin pour en trouver un. Les affaneurs posent à nouveau un problème. On les recense dans vingt-huit quartiers. Certes, ils sont particulièrement nombreux près des ports de la ville : quinze près du Port Saint Paul, au Puits du Sel, seize à Confort près du port du Temple, vingt-et-un Grande Rue de l’Hôpital près du port du même nom, quinze aux Cordeliers, vingt-cinq rue Neuve, près du port des Jésuites, vingt-huit à La Lanterne, dix-neuf à Saint Vincent... Mais l’activité de tous ne pouvait se focaliser sur ces lieux, d’autant que quelques-uns en faisaient leur domaine exclusif et le défendaient jalousement. Sans doute l’activité de nombreux affaneurs était-elle centrée sur une zone particulière de la ville, là où ils savaient pouvoir trouver un travail de la part d’employeurs occasionnels, mais accoutumés. L’importance psychologique de l’habitude sous l’Ancien Régime laisse croire que les tâches de force sur les chantiers, les déménagements, à l’instar des crocheteurs parisiens, les transports de toute espèce revenaient par une loi tacite aux affaneurs du quartier. Il y aurait là des recherches passionnantes à mener, particulièrement dans les archives judiciaires.

42 Parmi les trois médecins du pennonage, l’un est Louis THOREL. Il y possède deux maisons, dont celle qui, à l’enseigne du Boeuf, est demeurée célèbre.

43 C’est ce que démontre l’étude du livre d’honoraires de Jean BRAC, médecin à Mâcon. Cf. ZELLER (O.) Médecine et Société : les Papiers de Jean Brac, Médecin à Mâcon. 1660 - 1669. A.E.U. Histoire de la Médecine. Lyon 1981. Mémoire dactylographié.

44 Comment distinguer les artistes de ceux dont le pinceau n’effleurait que les façades ?

45 Il s’y ajoute probablement quelques-uns des dix-sept fondeurs qui vivent au même endroit ; on n’en recensa ailleurs que quatre autres. Sur ce métier mal connu, cf. VIEZ (J.H.) La Corporation des Fondeurs. Société de Publications Mécaniques. 1946. in 8o. 194 p.

46 En 1568, le penon était DUPUYS, Me de la Poste. Cf. EE 25, fo 9.
En 1636, la fonction appartiendra au fils d’Antoine JACQUET.

47 A condition de prendre pour objet d’étude des localisations ne concernant que des poignées d’individus, on pourrait tenter de mettre en relief l’influence du collège de la Trinité, qui attire au Plâtre, rue Neuve et aux Cordeliers un nombre plus élevé qu’ailleurs de précepteurs et d’hôtes logeant des escholliers. Mais la réalité perçue à travers les sources est floue, indécise, incertaine. Fautil accuser les imprécisions et les omissions des minutes, la récente dépopulation de la ville ou une petitesse d’échelle que tout suggère : la taille de l’HôtelDieu, la surface bâtie, la population des maisons, toutes choses qui deviennent liliputiennes vis-à-vis de la réalité du XVIIIe siècle ?

48 EE 34, p. 56, 28 août 1636. Les rues de Lyon furent parcourues au moins deux fois par les recenseurs en cette année 1636 : à la fin d’août et au début de décembre.

49 Cf. annexe 3.

50 Cf. annexe 74 : La pauvreté au pennonage de Saint Georges. 1636.

51 Cf. tableau 31.

52 EE 34, p. 54. 18 septembre 1636. Rôle d’imposition des veuves du quartier de la Pêcherie.

53 Le recensement d’août est une liste de chefs de feu des deux sexes, avec métiers et mentions de pauvreté. Celui de décembre est divisé en deux parties : une liste des maisons avec la population de chacune d’entre elles et un simple rôle d’armement.

Table des illustrations

Légende Figure 10. COMPOSITION DE LA POPULATION DU QUARTIER DU GRIFFON EN 1636
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 11. REPARTITION DES METIERS PAR BRANCHES - 1597 (sur 32 quartiers)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 12. UN QUARTIER HOMOGENE DE PRODUCTION : LE GRIFFON - 1597 (sur 122 feux)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 13. UN QUARTIER HOMOGENE DU GRAND COMMERCE : L’HERBERIE. 1597 (sur 119 feux)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 14. UN QUARTIER DE PRODUCTION TRIPOLAIRE : LES CORDELIERS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 15. UN QUARTIER DE PRODUCTION TETRAPOLAIRE : LA RUE NEUVE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 16. BOULANGERS ET POPULATION DES QUARTIERS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search