Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Deuxième partie. Familles habitats métiers

Chapitre IV. Maisons et habitants

Texte intégral

I - LA MAISON, UNITE DE RECENSEMENT

1L’attitude adoptée par les enquêteurs de 1597 ou par les capitaines pennons de 1636 à l’égard de la façon de consigner dans leurs procès verbaux les indications décrivant l’habitat des lyonnais recensés ne présente pas davantage d’uniformité que celle qu’ils suivirent vis-à-vis de chacune des autres rubriques. De trente-trois pièces de la recherche de 1597, vingt-sept seulement subdivisent leur contenu maison par maison. Encore faut-il déplorer que, par hâte ou par lassitude, cette précision ait été abandonnée au bout de quelques pages par les recenseurs de Saint Nizier et de la rue Thomassin et complètement omise par l’un des notables chargés de parcourir une partie du pennonage de Saint Vincent. En 1636 la carence est presque générale : les habitants sont enregistrés hâtivement, souvent à la manière d’une Etablie, et une référence régulière aux maisons visitées ne se trouve que pour quatre quartiers...

  • 1 RAMBAUD (A.) La Chambre d’Abondance de la Ville de Lyon. 1643 - 1777.p. 135-136.

2Il n’est pas vain de tenter de définir ce que les auteurs du recensement ont entendu par maison. En quelques très rares cas, le scribe a séparé les habitants trouvés dans la maison donnant sur la rue de ceux vivant a la courette ; mais cette distinction entre les corps de logis n’est qu’exceptionnelle. Un nombre important de constructions de Pierre Scize, de Bourgneuf et de Saint Vincent répondait vraisemblablement au même plan que la maison paincte et que la maison du cygne, futurs greniers d’Abondance à la fin du XVIIe siècle, se composant de deux bâtisses de deux ou trois étages séparées par une cour intérieure1. Ce type de disposition des lieux aura été passé sous silence dans la quasi totalité des cas : la maison recensée n’était pas conçue comme une unité architecturale, mais comme une unité de propriété foncière. Du reste, on confondait volontiers deux bâtiments contigus d’âge et d’aspect différents dès qu’une même personne entrait en leur possession. Toute étude de l’habitat lyonnais menée à partir des recensements doit subir le poids de cette réserve.

  • 2 Cf. annexe 53. L’Habitat Lyonnais en 1597. Données brutes, annexe 55. Le degré de cohabitation. 15 (...)

3Cette même remarque contribue vraisemblablement à expliquer le nombre très élevé de foyers recensés dans quelques constructions2 : dix-huit et vingt-trois en deux maisons du Plâtre, vingttrois également en une autre située à la Pêcherie, dix-neuf à Saint Vincent. Toutes se situent dans la partie nord-ouest de la presqu’île et, si ce dernier quartier, très vaste, voit les masures des bords de Saône et des pentes de la Croix Rousse l’emporter en fréquence devant les bâtiments plus importants, il n’en est pas de même à la Lanterne et à la Pêcherie où le cœfficient de cohabitation est largement plus élevé que dans le reste de la ville. Nulle part les maisons lyonnaises n’abritaient autant de feux que près de la Boucherie des Terreaux : le devaient-elles à l’ampleur de leur surface habitable, ou seulement à un fort degré d’entassement, la chambre y étant - déjà - l’unité locative ?

Tableau 27. LE DEGRE DE COHABITATION A LA LANTERNE ET A LA PECHERIE

Nombre de feux Par maison

La Lanterne

La Pêcherie

16 Quartiers

1 à 3

70,5 %

72,9 %

85,9 %

4 ou 5

20,- %

15,3 %

9,4 %

5 et plus

8,4 %

11,9 %

2,4 %

Vides, indéterminés

l,- %

1,6 %

4A l’incapacité du mot maison de nous décrire l’espace construit autrement qu’en termes de propriété s’ajoute le silence de trop de procès-verbaux à l’égard des bâtiments vides. Ceux-ci formaient quelquefois une proportion notable de l’ensemble. Ainsi, au quartier de Bourchanin, les recenseurs ne trouvèrent personne dans dix maisons, soit environ le dixième de celles qu’ils visitèrent. En ces conditions, il ne faut accorder au chiffre issu du dénombrement des constructions formant la trame de chaque minute que la valeur d’un ordre de grandeur.

  • 3 GASCON (R.) op. cit. p. 345.

5Le nombre de maisons situées sur le territoire d’un pennonage variait considérablement d’une partie de la ville à une autre. De vingt-quatre quartiers pour lesquels un chiffre plausible est utilisable, le Port Saint Paul est celui qui comprend le moins de constructions, soit 41 ; le Plâtre est celui qui en possède le plus, soit 148. L’écart est de deux à sept. La moitié des pennonages étudiés a entre 60 et 99 maisons : le quartier moyen compterait près de 80 constructions. Une extrapolation tentée sur cette base évaluerait le nombre total des maisons de Lyon à environ trois mille. Un tel résultat est en retrait par rapport aux 3561 de la taxe de 15513. Fautil voir là l’effet des abandons et des ruines de la fin du siècle ?

Tableau 28. NOMBRE DE MAISONS PAR PENNONAGE. 1897 (sur 24 pennonages)

Tableau 28. NOMBRE DE MAISONS PAR PENNONAGE. 1897 (sur 24 pennonages)

II - MENAGES ET MAISONS : LE DEGRE DE COHABITATION

6La grande diversité régnant entre les quartiers de Lyon trouve une expression particulièrement accentuée en matière d’habitat. Ainsi s’observent en 1597 et en 1636 des écarts du nombre moyen de feux par maison allant du simple au double.

  • 4 Cf. annexe 57 : Carte des degrés de cohabitation dans les quartiers lyonnais. 1597.

7Ce nombre, que Roger Mols nomme « rapport ménage-maison » n’est malheureusement pas calculable partout. De vingt-sept minutes conservant mention des bâtiments visités, neuf ne sont pas utilisables ici. Le recensement des femmes chefs de feu y est, nouvelle embûche, lacunaire ou inexistant. Restent donc dix-huit moyennes de quartiers4.

Tableau 29. NOMBRE DE FEUX POUR CENT MAISONS. 1597

La Pêcherie

312

La Grenette

231

La Lanterne

296

Porte Froc

214

Les Cordeliers

266

Bourchanin

211

Rue de Flandres

260

Saint Pierre

195

Port Saint Paul

258

Saint Vincent

177

Rue du Bœuf

252

Saint Nizier

172

Rue Neuve

249

La Juiverie

168

Rue Thomassin

248

Saint Georges

152

Le Grand Palais

235

Le Change

148

  • 5 Au sujet des quartiers situés entre le Pont de Saône et les Cordeliers et pour la fin de l’Ancien (...)

8L’importance numérique des maisons abritant plus de trois foyers à la Pêcherie et à la Lanterne place ces pennonages en tête de cette liste restreinte. Ce rang leur serait ravi à coup sûr par les quartiers de Confort et de la Grande rue de l’Hôpital si les minutes de recensement décrivant ces derniers avaient été établies plus minutieusement, en enregistrant régulièrement les feux féminins. Tels qu’ils existent, les résultats bruts n’en sont pas moins éloquents, soit respectivement 232 et 298 ménages pour cent maisons ; ils laissent supposer des chiffres réels avoisinant 350. Or, il s’agit là des pennonages que la réforme de 1647 aura soin de diviser et qui seront le théâtre de l’émeute de 1653. Le fait semble significatif. Peut-on rendre complètement raison du caractère « laborieux », « dangereux » de cette partie de la ville à l’aide de seules considérations purement socio-économiques, niveau des fortunes, nature des activités, aléas des conjonctures ? N’est-il pas envisageable de vouloir accéder à un trait intéressant de mentalité collective en prêtant un rôle au cadre matériel ? Lier les structures d’habitation à la condition des habitants n’explique pas tout5. Existait-il des différences très significatives entre les conditions d’existence des petites gens occupant les maisons basses entourées d’ortolages et le menu peuple vivant dans les bâtisses de la presqu’île, à parfois plus de dix ménages par toit, sinon sur le plan de l’environnement social ? Plus une maison abrite de foyers, plus autrui est immédiatement présent, plus le réseau des relations de proche voisinage est potentiellement dense. En pareils termes, l’entassement caractérisant les maisonnées de la Grande Rue de l’Hôpital et du quartier de Confort se prêtait tout-à-fait à la propagation des rumeurs, à l’exaspération des craintes et, par entraînement mutuel, à la naissance de l’éphémère sentiment de force qui naît de l’unanimité des colères.

9S’il est difficile de décrire plus précisément les traits de ces grandes maisonnées, il est en revanche plus aisé de déterminer, à la lecture des recensements, à quelles réalités correspondaient des taux moyens de cohabitation peu élevés, inférieurs à deux foyers par maison pour l’ensemble d’un quartier.

  • 6 De très nombreux specimen de ces petites maisons pouvaient s’observer il y a peu d’années tout au (...)
  • 7 6 maisons, 37 foyers, 6,16 foyers par maison.
  • 8 34 maisons, 45 foyers, 1,32 foyers par maison.

10Cette caractéristique désigne, en premier lieu, les pennonages où la très faible superficie de maisons ne dépassant que rarement la hauteur d’un étage commande un fractionnement de l’habitat nécessairement limité6. C’est le cas des quartiers situés à la périphérie de la ville : Saint Vincent où, pour 93 maisons, on aurait recensé 165 feux, soit un taux moyen de cohabitation de près de 1,8 ou Saint Georges dont 128 maisons n’abritent que 195 ménages, soit un taux de 1,5. La rareté des indices topographiques relevés au fil des sources ne permet guère de dépasser cette appréhension globale ; un regard à l’intérieur d’un pennonage n’est possible qu’à Saint Vincent où la division territoriale de l’opération de recensement a laissé des pièces distinctes. Il révèle une nette opposition entre les parties extrêmes du quartier : l’enquêteur chargé de visiter les maisons voisines du logis des Innocents et de la Gallere trouva en moyenne plus de six ménages par bâtiment7, alors que le drapier Anthoine Roussel qui parcourut les alentours du Château Gaillard ne recensa que 45 chefs de feu pour 24 bicoques8. En reprenant les expressions de Roger Mols, on pourrait conclure qu’ici la densité par maison tendait à se confondre avec la densité par ménage aux pourtours du tissu urbain, près des remparts. La minute de recensement du quartier de Bourchanin ne dément pas l’observation. Entre Saint Michel, l’Arsenal et l’abbaye d’Ainay, lieux précisément repérés dans le texte, les cinquante-deux maisons laïques occupées n’abritent que cinquante-neuf feux. La perte ou l’inutilité des procès verbaux de Pierre Scize, Saint Just et Côte Saint Sébastien exclut malheureusement toute observation plus complète des endroits éloignés du cœur de la cité.

  • 9 73,3 % au Change, 75 % à Saint Pierre, 76 % à Saint Nizier et même 83 % à la Juiverie.
  • 10 GASCON (R.) op. cit. p. 443 - 444.
  • 11 GODART (J.) La Juridiction Consulaire à Lyon, p. 124 - 134.

11Un faible taux de cohabitation ne caractérise pas exclusivement ces zones périphériques. Il s’applique également à des pennonages centraux : Saint Pierre, Saint Nizier, La Juiverie et le Change. La présence de grands marchands est à cet égard tout-à-fait déterminante. Trois d’entre eux sur quatre9 occupent seuls la totalité des maisons dont ils sont presque toujours propriétaires. A l’origine de cette pratique se placent des nécessités d’ordre professionnel. Il faut loger associés et serviteurs, quelquefois aussi recevoir quelque marchand correspondant de passage à Lyon ; il faut également laisser place au comptoir, entreposer les balles de marchandises, toutes choses nécessitant un espace important. Ainsi, les marchands Panse, Bruno, Laurencin et Blic, dont les maisonnées nous sont connues grâce aux inventaires, occupaient tous plusieurs étages10. Octavio Mey en louait même quatre - soit la totalité de la maison Garnier, rue Juiverie - en 1636, année de sa faillite11. Mais, au-delà, quelle était la part de ce qui ne se laissait pas réduire aux simples contingences matérielles ? Quelles limites assigner à l’ostentation, à l’attachement à quelque modus vivendi spécifique ?

Tableau 30. LE DEGRE DE COHABITATION DANS LES PENNONAGES MARCHANDS

Tableau 30. LE DEGRE DE COHABITATION DANS LES PENNONAGES MARCHANDS
  • 12 MOLS (R.) op. cit. II, p. 137 - 138.
  • 13 Les maisons de ces quartiers proches des remparts ne se différenciaient d’ailleurs en rien de cell (...)

12Globalement, l’échantillon de dix-huit quartiers aboutit à une moyenne de 222 foyers pour cent maisons. C’est, pour l’époque, un chiffre élevé : Roger Mols cite comme points de référence les 169 de Madrid en la même année 1597 et les 188 de Séville dix ans plus tôt. La seule ville présentant des cœfficients de cohabitation comparables à ceux de Lyon était Nîmes dont les quartiers, en 1592, comprenaient entre 168 et 227 foyers pour cent de leur maisons. Les autres résultats connus révèlent des valeurs beaucoup plus faibles : 125 à Bourges, mais au début du siècle, 135 au quartier sud d’Annecy en 156112, après avoir franchi la porte de Vaise, de Saint Georges, de Saint Just ou de Saint Marcel ; l’entassement des alentours de l’Hôtel-Dieu ou de la Platière et le spectacle, l’ambiance, qui en résultaient ne pouvaient se comparer qu’à ceux que montraient quelques quartiers d’un nombre limité de villes importantes.13

  • 14 Cf. annexe 58 : Nombre de feux masculins par maison. 1597. Ce n’est là qu’un biais, avec les incon (...)

13La traditionnelle opposition établie entre le coste de Fourrière et le coste de Saint Nizier avait une nette expression sur le plan de l’habitat. Le rapport « ménage-maison » calculé pour huit quartiers de la rive droite de la Saône était de 2, quand il s’élevait à 2,38 dans dix pennonages de la presqu’île : l’écart est de 19 %. On ne peut tirer du recensement de 1597 une image plus élargie qu’en recourant à l’expédient qu’est un calcul ne retenant que les seuls foyers masculins14. Des dix-huit quartiers où, en moyenne, chaque toit abritait au moins deux chefs de feu, cinq seulement appartenaient au coste de Fourrière : la leçon est identique, l’écart global est comparable.

  • 15 Cf. annexe 59 : Le degré de cohabitation en 1597. Effectifs en nombre de ménages.

14Au delà des particularités locales se dessinent les grands traits d’un habitat conçu en termes de cohabitation15. Combien de voisins l’inquilin d’une maison lyonnaise avait-il en moyenne ? Les grandes constructions étaient encore trop rares pour rassembler une fraction importante de l’effectif total des foyers recensés : 23,1 % seulement de ces derniers vivaient sous le même toit qu’au moins quatre voisins. Pareillement, les 44,5 % des constructions où maisonnée était synonyme de ménage n’abritaient que 21 % de l’ensemble. La situation la plus fréquente, soit 43,8 %, était d’occuper l’un des deux ou des trois logements d’une maison qui probablement ne comptait guère plus d’étages. La réunion de ces deux dernières catégories donne l’échelle de la réalité qui prévalait : près de deux ménages sur trois vivaient à Lyon en 1597 en compagnie de moins de trois foyers voisins.

  • 16 Cf. annexe 56 : Le degré de cohabitation en 1636. Effectifs en nombre de maisons.

15Le recensement de 1636 ne fournit qu’une vision très partielle de l’habitat : seules quatre minutes en ont été levées maison par maison. Le nombre moyen de feux par construction obtenu sur cette base trop étroite, soit 2,60, n’a donc guère d’autre valeur qu’indicative. Il suggère néanmoins une accentuation dans le temps du degré de division de l’habitat que les trois seuls exemples précis qu’il nous soit possible de relever ne démentent pas. Cette évolution ne s’est pas déroulée de façon uniforme16. Rien n’a varié, rue de Flandres d’un recensement à un autre : on trouva 64 maisons en 1636, contre 68 en 1597, ce qu’une rectification de frontière ou une reconstruction locale peut suffire à expliquer. Mais surtout, la répartition des types de maisonnées n’a pas connu de variations vraiment significatives.

Tableau 31. L’EVOLUTION DU DEGRE DE COHABITATION 1597 - 1636

Tableau 31. L’EVOLUTION DU DEGRE DE COHABITATION 1597 - 1636

16Il n’en n’est pas de même à Saint Georges. Sans qu’il soit possible de faire la part des nouvelles constructions, des réoccupations de chambres et de maisons trouvées désertes en 1597 ou des redistributions internes des surfaces habitables, nous constatons, parallèlement à une augmentation du nombre de bâtiments recensés, une raréfaction relative des maisons à logement unique au profit des constructions comprenant de deux à sept ménages. Le phénomène perceptible au quartier de Saint Pierre se place dans le même sens. Aux dissemblances statiquement observables à travers la « coupe » qu’est un recensement isolé, s’ajoutent donc de nettes divergences d’évolution.

  • 17 Cf. annexe 60 : Le degré de cohabitation. 1636. (Effectifs en nombre de ménages).
  • 18 GARDEN (M.) op. cit. p. 156-161.

17Sur le plan du vécu, ces transformations des structures de l’habitat se trouvent largement amplifiées. Il est devenu nettement moins fréquent d’être le seul occupant d’une maison : ce n’est plus le cas que 26,4 % des foyers de Saint Georges, contre 44,1 % en 1597, et de 14,9 % de ceux de Saint Pierre, contre 26,6 % à cette même date. La répartition des ménages se redistribue ici au bénéfice des maisonnées de deux à cinq feux. Même dans le quartier figé qu’est celui de la rue de Flandres, la tendance est à un fractionnement plus poussé de l’habitat. C’est là un changement important du cadre de vie17. Il décrit une phase d’une des transformations fondamentales du milieu urbain lyonnais. On ne se loge déjà plus en 1636 comme on pouvait le faire au XVIe siècle : la tendance à l’entassement qui apparaît çà-et-là n’est pas sans préfigurer une réalité qui s’imposera avec force au siècle suivant18.

Tableau 32. L’EVOLUTION DES MAISONNEES EFFECTIFS EN NOMBRE DE MENAGES

Tableau 32. L’EVOLUTION DES MAISONNEES EFFECTIFS EN NOMBRE DE MENAGES

III - MAISONNEES LYONNAISES

  • 19 Cf. annexe 61 : La population des maisons en 1597. Données brutes.
  • 20 Cf. annexe 62 : La population des maisons en 1636. Données brutes.

18Si, dans leur ensemble, les minutes de recensement de 1597 rapportent assez régulièrement le nombre de foyers vivant dans chacune des maisons, seules quelques unes récapitulent les effectifs de ces familles avec assez de précision pour que l’on puisse aboutir à une mesure satisfaisante de la dimension de la population de chaque habitation. L’échantillon retenu après élimination des pièces où les femmes chefs de feu ont mal été enregistrées ne comprend donc que dix minutes pour 1597, dont trois ne sont utilisables qu’en partie19, et cinq seulement pour 163620, ce qui correspond respectivement à l’étude de 751 et de 427 maisons, soit approximativement un quart et un septième du nombre de constructions globalement évalué.

  • 21 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597.

19Au premier examen, la maisonnée lyonnaise de la fin du XVIe siècle semble être d’une taille moyenne bien chétive : 8,5 habitants par maison. La dimension médiane, qui chute à la valeur de 6,3, met davantage l’accent sur l’importance numérique des constructions faiblement peuplées21. De fait, 69 % des maisons ne comptent pas dix habitants, quand 5,3 % seulement d’entre elles en abritent vingt ou plus. Huit fois sur dix, la plus peuplée du pennonage ne dépasse guère la trentaine d’occupants.

  • 22 MOLS (R.) op. cit., II, p. 161.

20Cette médiocrité n’est qu’apparente. Les chiffres cités sont, pour l’époque, parmi les plus élevés. Une moyenne de 8,6 habitants par maisons caractérise la ville de Madrid en cette même année 1597. Dunkerque, que l’on nous dit être un lieu d’extrême entassement, n’atteindra une réalité comparable qu’à la fin du XVIIe siècle, tandis que Bordeaux et Toulouse compteront encore moins de huit personnes par maisonnée tard dans le XVIIIe22...

21Les données globales dissimulent une nouvelle fois les traits d’une importante dissemblance entre les pennonages. Cette variété accentuée résulte naturellement de la double inégalité notée entre quartiers quant à la dimension moyenne des familles et au nombre moyen de foyers par maison.

Tableau 33. QUARTIERS ET MAISONNEES - 1597 (Feu moyen calculé sur 10 quartiers : 4,13) (Nombre moyen de feux par maison calculé sur 18 quartiers : 2,22)

  • 23 Ces résultats, issus directement de l’exploitation des données présentées à l’annexe 78, différent (...)

Pennonages

Valeur du feu moyen

Nbre moyen de feux par maison

Maisonnée moyenne 23

Rue de Flandres

4,83

2,60

12,6

Port Saint Paul

4,35

2,58

11,1

Saint Nizier

5,71

1,72

9,6

Rue Thomassin

3,88

2,48

9,5

Les Cordeliers

3,57

2,66

9,5

Saint Pierre

4,55

1,95

9,

Rue Neuve

3,18

2,49

7,9

Saint Vincent

4,14

1,77

7,8

Saint Georges

4,03

1,52

6,1

22Chacun de ces deux facteurs intervient manifestement de manière indépendante.

  • 24 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales.

23Une faible valeur de la dimension moyenne des maisonnées d’un quartier peut traduire, selon les cas d’espèce, deux situations différentes. A Saint Georges ou à Saint Vincent vivent des familles de taille légèrement en retrait vis-à-vis de la norme dans des petites maisons où le degré de fractionnement de l’habitat est faible ; la conséquence est ici une maisonnée moyenne de 6,1 ou de 7,8 personnes. Un résultat tout-à-fait comparable à ce dernier - soit 7,9 - correspond à une réalité fondamentalement différente au pennonage de la rue Neuve : là, la taille des feux est assez faible pour se fixer à 3,18, ce que ne peut compenser une division de l’habitat plus marquée que dans l’ensemble de la ville. Quartier peuplé de familles peu étoffées et presque toujours dépourvues de serviteur, quartier des solitaires24, la rue Neuve était également le cadre de vie électif des hommes de bras venus de Savoie. Autant de particularités qui ne se traduisent pas encore par l’entassement des arrivants dans les chambres...

  • 25 Cf. annexe 59 : Le degré de cohabitation.

24Des maisons plus peuplées que la moyenne ne caractérisaient pas davantage un type unique de pennonage. Ainsi les familles relativement petites des Cordeliers et de la rue Thomassin vivent-elles en assez grand nombre sous chacun des toits pour donner des résultats finaux comparables à ceux de Saint Pierre et de Saint Nizier où, très particulièrement, des familles de marchands aux fréquents serviteurs occupent presque seules des maisons entières25.

  • 26 Cf. annexe : Répartition de la population par tailles de maisonnée. Effectifs en nombre d’habitant (...)

25Les valeurs très élevées de la maisonnée moyenne ne s’observent que dans le cas précis où les deux facteurs précités jouent dans le même sens : les amples familles de la rue de Flandres cohabitent sept fois sur dix à plus de deux unités par maison, ce qui n’est le cas, ailleurs, que de 54,6 % des foyers. Là s’arrêtent les enseignements du recensement : en l’absence de données architecturales, on ne peut guère dépasser le stade du dénombrement des habitants pour saisir, à travers les densités d’occupation, une dimension essentielle du vécu. Le seul recours à cet égard est de traduire une nouvelle fois les données obtenues en nombre d’individus dans le dessein de restituer une dimension importante de l’environnement social. L’étude statistique révèle ici la rareté de deux situations26.

26Les très petites maisons, celles qui ne comptent pas cinq habitants ne totalisent pas le dixième de la population résidente : 9,4. Cette vue globale dissimule toutefois des nuances locales considérables : il est même possible d’affirmer que les écarts sont si fréquents et si importants que neuf des dix quartiers de l’échantillon présentent des répartitions largement différentes de la mesure d’ensemble. Ainsi, rue de Flandres, 1,3 % seulement des habitants vivent dans une de ces maisonnées naines, quand la même proportion atteint 17,7 % à Saint Georges.

  • 27 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597. Effectifs en no (...)

27Inversement, les constructions abritant plus de vingt-cinq personnes ne regroupent qu’une fraction à peine plus importante de la population étudiée : 9,8 %. A nouveau se notent de nombreuses particularités locales, qui ne s’inscrivent pas nécessairement en négatif par rapport à la catégorie précédente, tant les diverses caractéristiques des quelques dizaines de maisons de chacun des quartiers concourent à composer presqu’autant d’images originales27.

28Au-delà de ces particularités, il reste qu’en 1597 le Lyonnais vivait entre une fois sur deux et deux fois sur trois dans une maison comprenant plus de quatre et moins de quinze habitants. Cette maisonnée-type qui s’impose par sa fréquence pure aussi bien que par le nombre des individus concernés est ici un élément essentiel de notre connaissance du cadre de vie.

Tableau 34. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1597 (Effectifs en nombre d’individus)

Tableau 34. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1597 (Effectifs en nombre d’individus)
  • 28 Cf. annexe 79 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en no (...)
  • 29 MOLS (R.)op. cit., II, p. 161.

29Le recensement de 1636 est avare d’indications relatives aux maisons. Cinq minutes seulement livrent des données au sujet de leur population, d’où un échantillon encore plus restreint qu’en 1597... Tout démontre néanmoins, sans que l’on puisse en discerner les modalités, une densification marquée de l’habitat. De 8,5 personnes par maison en 1597, la moyenne d’ensemble passe à 13,228, ce qui place Lyon au niveau des plus grandes villes européennes29. Les pièges de l’échantillonnage imposé par les sources ne peuvent rendre raison de l’observation et en infirmer les conclusions : des cinq pennonages, l’un Saint Pierre, est marchand, deux, rue de Flandres et Saint Georges sont peuplés conjointement par des artisans et par des aisés, les deux derniers, Port du Temple et Puits du Sel, étant des quartiers de manufactures. Le mouvement est, par ailleurs, tout-à-fait général.

Tableau 35. L’EVOLUTION DES MAISONNEES. 1 597 - 1 636.

Tableau 35. L’EVOLUTION DES MAISONNEES. 1 597 - 1 636.

30La maisonnée moyenne calculée à partir de ces cinq minutes aurait connu un accroissement de plus de 55 % accompagné d’une évolution encore plus sensible de la taille de la maisonnée médiane qui illustre l’effacement relatif des maisons médiocrement peuplées. Si le sens du phénomène est uniforme dans les trois seuls quartiers où il nous soit donné de saisir des éléments chiffrables à chacune des deux dates, il n’en est pas de même en ce qui concerne son intensité. Le gonflement est deux fois plus marqué à Saint Pierre et trois fois même à Saint Georges qu’il ne l’est rue de Flandres.

31Le jeu des omissions fait qu’une tentative d’analyse de cette évolution ne peut se faire que sur la base trop étriquée de deux procès verbaux décrivant 124 maisons en 1597 et 135 en 1636.

Tableau 36. L’EVOLUTION DES MAISONNEES : DIVERGENCE DES FACTEURS

Tableau 36. L’EVOLUTION DES MAISONNEES : DIVERGENCE DES FACTEURS

32L’accroissement moyen de la taille des familles reste du même ordre d’un quartier à l’autre : 14,3 % rue de Flandres, 13 % à Saint Pierre. En revanche, les évolutions divergent en ce qui concerne le degré de division de l’habitat. Si le gonflement des feux explique presque seul l’accroissement des maisonnées - 17,5 % - du premier de ces deux quartiers, il ne fait que contribuer assez modestement à l’augmentation de 35,5 % de la population de la maison moyenne du second, où le facteur décisif est un net émiettement de l’habitat : le nombre moyen de feux par construction s’y est accru de 21,5 %. Les chiffres révèlent une nouvelle fois combien la nature hétérogène du tissu urbain se traduisait par une importante diversité d’évolution entre pennonages.

  • 30 Ces difficultés sont de plusieurs natures. On ne peut pas se fier à l’ordre de visite des maisons, (...)
  • 31 Cf. annexe 67 :1597 - 1636 L’évolution de treize maisonnées.

33L’appréhension des faits ne peut guère être que globale. Les difficultés d’identification des maisons découragent rapidement toute tentative de jumelage entre les deux recensements30 : quatre constructions seulement parmi les cinquante-neuf qui composaient le quartier de Saint Pierre en 1597 peuvent être repérées avec certitude en 1636, quand l’essai n’est guère plus fructueux rue de Flandres, aboutissant à isoler seulement neuf couples d’informations pour 68 maisons31.

34Bien qu’excessivement fragmentaires, ces quelques données semblent suggestives. Elles révèlent une grande instabilité du degré de division de l’habitat : le seul hasard ne peut faire qu’aucune des treize maisons n’abritait le même nombre de feux en 1597 et en 1636...

  • 32 Cf. annexe 64 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en no (...)

35En revanche, les cinq minutes utilisables permettent de brosser les grands traits de l’habitat lyonnais de 163632.

Tableau 37. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1636 (Effectifs en nombre de maison. Indice 100 en 1597)

Tableau 37. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1636 (Effectifs en nombre de maison. Indice 100 en 1597)
  • 33 Cf. tableau 37 : Les maisonnées lyonnaises en 1636.
    annexe 78 : Répartition des maisons lyonnaises (...)
  • 34 Cf. annexe 79 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en no (...)

36L’accroissement général de la taille des maisonnées se traduit par un très net recul de la fréquence des unités de moins de cinq habitants qui, de 28 % de l’ensemble en 1597, rétrogradent à moins de 16 %. Les maisons abritant entre cinq et quatorze personnes rétrogradent également de 59 % à 49,2 % : les plus affectées sont ici surtout celles de cinq à neuf qui, de 41 % des cas n’en représentent plus que 24,6 %33. Corrélativement se multiplient les maisons davantage peuplées, celles de quinze à vingt-quatre habitants qui font plus que doubler de fréquence et celles dépassant le seuil des vingt-cinq, dont l’importance relative quadruple presque, de 2,4 à 9,1 % des cas. Si, en 1597, 69 % des maisons ne comptaient pas dix habitants ce n’est plus le cas que de 40,5 % de celles de 1636 et si 5,3 % seulement d’entre elles abritaient au moins vingt personnes34, la proportion en est devenue 19,2 %. Ces deux images de l’habitat lyonnais distantes de moins de quarante années présentent des réalités considérablement différentes. Mais peut-on les prendre pour premiers jalons d’une évolution de longue durée ou, au contraire, les chiffres témoignent-ils surtout des conséquences démographiques de conjonctures particulières ? Cette question cruciale ne mobilise encore que de trop rares éléments de réponse.

37L’étude par quartiers de ces transformations de l’habitat met une nouvelle fois en évidence les limites à assigner à la portée de toute vue globale.

Tableau 38. 1597 - 1636 EVOLUTIONS LOCALES DE L’HABITAT (Indice 100 en 1597)

Tableau 38. 1597 - 1636 EVOLUTIONS LOCALES DE L’HABITAT (Indice 100 en 1597)

38La répartition par taille de population des maisons des trois quartiers où il est possible de la suivre évolue souvent de manière particulière. L’indice représentant l’intensité du phénomène par catégorie et par pennonage s’écarte notamment de la ligne d’ensemble dans de nombreux cas : rue de Flandres, où l’importance relative des maisonnées moyennes croît nettement moins rapidement qu’ailleurs ; à Saint Georges, où, inversement, les constructions les plus peuplées prennent l’avantage...

  • 35 Cf. annexe 65 : Répartition de la population par tailles de maisonnée. 1597. Effectifs en nombre d (...)

39Ces bouleversements ne peuvent pas ne pas trouver d’écho dans les conditions de vie du lyonnais35. L’effacement relatif des petites maisonnées et, symétriquement, la multiplication des grandes se répercutent sur le nombre de personnes vivant dans les unes ou dans les autres. Les petites constructions voient l’importance numérique de leurs occupants chuter de 9,4 % en 1597 à 4 % en 1636 quand elles n’en abritent que moins de cinq, et de 32,5 % à 12,9 % quand l’effectif de ces habitants se situe entre six et dix. Les maisons de plus de vingt-cinq inquilins qui ne logeaient pas le dixième de la population en 1597 regroupent maintenant presque le quart des effectifs.

40La maisonnée-type ne peut plus être, en pareilles conditions, celle de cinq à quatorze habitants. Six fois sur dix, le Lyonnais de 1636 vit sous le même toit qu’un nombre de personnes au moins égal à quatorze : la norme s’est nettement déplacée vers les valeurs les plus élevées.

41Ce changement d’échelle subi par le milieu de vie prend localement un caractère très accentué. Dans le pennonage du Port du Temple, seize bâtisses qui ne forment qu’un cinquième de l’ensemble des constructions regroupent 45,2 % de la population du quartier. Plus de six habitants sur dix vivent là dans une maisonnée d’au moins vingt personnes. Les maisons de moins de dix inquilins n’y abritent pas 5 % des âmes.

IV - COMPAGNIES MARCHANDES ET VOISINAGE

  • 36 CC 1867. 1637 - 1638.

42L’activité économique lyonnaise dans les années 1630 justifiait l’existence de nombreuses compagnies marchandes. Un conflit important les ayant opposées au fermier des Cinq Grosses Fermes, ce dernier taxant les marchandises d’après le poids de marc quand les Lyonnais auraient voulu ne s’acquitter des droits que selon le poids de ville, plus avantageux, il nous est donné d’en avoir une liste complète grâce au registre qui fut tenu en 1637 et 1638 des trop perçus que l’on entendait récupérer36. Elle mentionne ainsi cent dixsept compagnies négociantes parmi la théorie des marchands de toute envergure et de toute spécialité. Le rôle de la taxe des aisés permet souvent de localiser leur domicile, situé généralement autour du Change ou, de la Pêcherie au Port du Temple, autour de Saint Nizier. Les procès verbaux de recensement de ces parties de la ville ont hélas été perdus. Un seul subsiste, celui du pennonage de Saint Pierre. Il montre l’enchevêtrement des liens de voisinage et de cohabitation avec ceux d’association commerciale.

  • 37 ou MOUGNAT.

43Les membres d’une compagnie ne se bornent pas à partager les risques et les profits de leurs activités : la corésidence est, semble t-il, un trait essentiel de cette microstructure. Sur les quelque deux cent quarante personnes citées dans la liste des compagnies, douze seulement habitent à Saint Pierre : huit vivent sous le même toit que leur associé. Marc Antoine et Pierre Perrin, père et fils, font négoce d’épices avec Aymé Vadot et partagent avec lui une des maisons du sieur Bezein. Non loin de là vivent Margat et Moignat37, garçons, espiciers, avec un seul serviteur. En revanche, Jean Baptiste Raffael et Guy Trémel, en compagnie pour le commerce des mêmes épices, sont recensés comme formant un feu unique comprenant femmes, serviteurs et servantes. La famille de Jean Villain vit sous le même toit que celle de son associé Jean Yon, qui est en outre propriétaire de la maison. Le dernier occupant de cette dernière est Jacques Challon, épicier comme les voisins. Il n’habite pas luimême la demeure qu’il possède non loin de là : il y a pour inquilin Anthoine Peytier, son compagnon de négoce... Ce dernier a pour corésident Anthoine Batheon, marchand futainier, propriétaire de la maison habitée par Margat et Moignat et deux orfèvres...

Figure 9. COMPAGNIES COMMERCIALES ET CORESIDENCE AU QUARTIER DE SAINT-PIERRE - 1636

44Si les situations de proche voisinage ne font qu’exprimer la concentration spatiale plus ou moins accentuée des métiers d’apothicaire, de futainier et d’épicier, des relations plus ténues semblent discernables. Il faudrait pouvoir préciser le degré de complémentarité des activités de futainiers et d’épiciers corésidents, tels Peytier et Batheon, quand les livres de douane nous les montrent acquittant les droits pour des denrées souvent identiques... Il faudrait aussi prendre en compte l’aspect religieux des liens de cohabitation : existait-il des maisonnées de réformés ?

V - L’HABITAT DES VEUVES : UNE SEGREGATION ?

  • 38 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597.
  • 39 CARRIERE (J.)op. cit. p. 15.

45La femme chef de feu ne semble pas avoir intéressé les recenseurs d’Ancien Régime. Les résultats du dénombrement de 1597 sont éloquents à cet égard : dix-neuf minutes seulement sur un ensemble de trente-trois paraissent en porter régulièrement mention38. Ce genre de négligence était chose assez courante pour qu’un siècle plus tard l’intendant Lebret organisant pareille opération à Aix-en-Provence ne manquât pas de spécifier qu’il ne fallait pas omettre de faire mention des femmes veuves, des filles orphelines et autres qui ne sont plus sous la puissance paternelle39. Le laxisme était pire encore quand il fallait enregistrer le métier ou l’état de ces chefs de feu féminins : face à trois cent trente six femmes recensées ne se trouvent que trente et une de ces mentions, soit moins d’une pour dix. Tant d’irrégularité décourage toute étude systématique.

46Les éléments épars qui peuvent être recueillis dessinent toutefois l’image d’un type d’habitat particulier à ces femmes.

47Un premier niveau de ségrégation « verticale » apparaît pour peu que l’on détaille les maisonnées une à une. Les trop rares procès verbaux jalonnant la visite de mentions d’étage montrent très souvent les veuves vivant sous les toits, comme Claudine Michaut, revenderesse habitant sur le dernier d’une maison du quartier des Cordeliers avec ses deux filles et deux petits-fils. Ailleurs, où il est très probable que les recenseurs ont procédé pareillement, en commençant par les étages inférieurs, les veuves figurent généralement aux derniers rangs de l’inventaire des chefs de feu. Elles sont plusieurs fois enregistrées collectivement, sans même que leur nom ait été conservé : plusieurs paouvres femmes veuves. Les sources ne font jamais plus qu’évoquer de telles communautés de misérables...

  • 40 Les veuves résident en outre dans des maisons dont le degré de division est plus élevé que la moye (...)

48La sélection par la pauvreté aboutit en second lieu à créer de véritables maisons de veuves, telle celle de Guillaume Guiffray : au bas, un nommé Pierre Chaintre, une buandière veuve, à la deuxiesme, Etienne Tardon, maçon savoyard, sa femme et ses deux enfants, à la troisiesme chambre, une veuve garde dacoucher et, audessus, aultre pauvre veuve, jardiniere. Laure Colon, pauvre femme bechant les jardins et Jehanne Michon, pauvre femme sans rente partagent de même quelqu’humble bâtisse de Saint Vincent avec la famille d’un affaneur et un quidam solitaire40. Le rassemble ment de semblables maisons constitue à très petite échelle des zones où se concentrent les femmes chef de feu : l’exemple le plus caractéristique en est une suite de quatre bicoques de Saint Georges peuplées exclusivement de veuves, les unes mendiant, d’autres étant chargées d’enfants, telle Jane Bodrant, à qui feu son mari en avait laissé cinq.

  • 41 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597.

49Cette ségrégation « horizontale » mène à une importante inégalité de présence des femmes chefs de feu d’un pennonage à l’autre. En 1597, elles ne représentent que 2,5 % des foyers de l’Herberie quand, à Saint Vincent, elles en forment 14,3 %41. Il faut pourtant se garder d’établir une corrélation rigide entre de telles proportions et le niveau de fortune du quartier. Le recensement de 1636 est d’un emploi assez sûr pour en fournir la preuve. En effet, les veuves ont été assez précisément visées par la recherche pour que les pièces conservées aient permis d’en dresser plusieurs fois une liste séparée. En outre, le jumelage avec le rôle des veuves taxables a donné dans l’ensemble d’excellents résultats.

Tableau 39. LES FEUX FEMININS EN 1636

Quartier

Nbre total de feux

Nbre de feux féminins

 %

Bourgneuf

224

66

29,5 %

Rue de Flandres

171

24

14,- %

Saint Georges

286

16

5,6 %

Le Temple

287

54

18,8 %

La Croisette

236

10

4,2 %

La Grenette

114

6

5,3 %

Rue du Bois

210

42

20,- %

Saint Pierre

168

21

12,5 %

La Côte Saint Sébast.

376

62

16,5 %

Total 9 quartiers

2072

301

14,5 %

50Aux 29,5 % de Bourgneuf, aux 20 % de la rue Du Bois s’oppose le démenti des 4 ou 5 % caractérisant d’autres pennonages d’artisans, tels la Croisette, la Grenette ou Saint Georges. Sans doute viduité était-elle presque toujours synonyme de misère : des 62 veuves de la Côte Saint Sébastien, le capitaine pennon ne crut pouvoir en taxer que quatre, bien que la plus faible contribution de guerre exigible n’ait été que de dix sols. Mais comment expliquer une répartition aussi singulière ? Si « pennonage pauvre » n’équivaut pas à « pennonage de veuves », il faut avancer deux hypothèses. Soit l’on prête un rôle au degré d’activité du quartier, et l’on imagine les zones densément peuplées réservant leur espace bâti à la production industrielle - cordonnerie à la Grenette, art de la soie à Saint Georges, chapellerie à la Croisette - et expulsant de ce fait leurs inactifs. Soit l’on abandonne le quartier institutionnel en tant que cadre d’étude, le jugeant trop hétérogène : la voie à parcourir est alors celle d’une microanalyse urbaine tournée vers cet aspect unique de la sélection spatiale. Une nouvelle fois, les recensements n’ont fait que fournir des données troublantes sans que leurs leçons puissent suffire à les éclairer.

VI - LES JALONS D’UNE EVOLUTION : 1597-AN IV

  • 42 GARDEN (M.) op. cit. p. 156 - 162.

51Joindre les enseignements des sources de 1597 et de 1636 à ceux des recensements de 1709 et de l’Αn IV42 permet de jeter les premières bases d’une approche de l’évolution des grands traits de l’habitat lyonnais couvrant près de deux siècles.

Tableau 40. L’HABITAT LYONNAIS : 1597 - AN IV L’EVOLUTION DES DONNEES DE BASE

1597

1636

1709

AN IV

feu moyennombre moyen de feux par maisonnombre moyen d’habitants par maison

4,13 (a)2,22 (b)8,50 (c)

4,43 (a)2,60 (b)13,20 (c)

4,687,2034,00

2,7210,1827,70

BASES DE CALCUL

a) 10 quartiers 1717 feuxb) 18 quartiers 1267 maisonsc) 10 quartiers 751 maisons

a) 8 quartiersb) 4 quartiers 350 maisonsc) 5 quartiers 427 maisons

3 quartiers276 maisons1995 feux

3 quartiers370 maisons3767 feux

  • 43 GARDEN (M.) op. cit. p. 156.
  • 44 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597. Effectifs en no (...)
  • 45 Cf. annexe 64 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en no (...)

52De la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe ces jalons suggèrent l’existence d’un double mouvement continu. D’une part, la taille moyenne des familles n’aurait cessé de croître : d’un indice 100 en 1597, la mesure passe à 107 en 1636 et à 113 en 1709. D’autre part, la dimension des maisonnées aurait connu une expansion considérable : un second indice prenant la même origine la traduit par les valeurs de 155 en 1636, 400 en 1709 avant de rétrograder à 326 en l’an IV. Ce véritable changement d’échelle du cadre de vie paraît avoir été tout-à-fait général : la plus faible maisonnée moyenne trouvée en 1709, celle du quartier du Change, soit 21,7 personnes par maison43 est de très loin supérieure à la valeur maximale observée en 1597, 12,6 à la Rue de Flandres44, et reste au-delà des 19,3 des grandes maisonnées du Port du Temple en 163645. Parallèlement s’accentue le degré de division de l’habitat : à l’indice 117 en 1636, 324 en 1709, il atteint 459 en l’an IV.

53La connaissance précise du cadre matériel reste le problème central. Les évolutions mesurées ne se produisirent pas en un milieu immuable, mais au contraire au sein d’un espace bâti en constante transformation. Il n’est pas possible, en l’absence de données utilisables retraçant l’histoire des maisons lyonnaises, de faire la part de l’agrandissement des surfaces habitables et celle de la croissance du degré d’entassement dans l’extension des maisonnées. L’essentiel reste donc à dire.

Notes

1 RAMBAUD (A.) La Chambre d’Abondance de la Ville de Lyon. 1643 - 1777.p. 135-136.

2 Cf. annexe 53. L’Habitat Lyonnais en 1597. Données brutes, annexe 55. Le degré de cohabitation. 1597.

3 GASCON (R.) op. cit. p. 345.

4 Cf. annexe 57 : Carte des degrés de cohabitation dans les quartiers lyonnais. 1597.

5 Au sujet des quartiers situés entre le Pont de Saône et les Cordeliers et pour la fin de l’Ancien Régime, Antonino DE FRANCESCO a pu écrire : la population de ces quartiers se révèle être en possession d’une marge de choix en ce qui concerne/’habitation bien plus large que celle qui aurait été initialement prévisible. En conclusion, la diversité de valeur des immeubles ne semble pas, bien qu’opérant une inévitable sélection, réduire en un ghetto les catégories moins aisées, mais consentir à ce que chaque groupe des plus diverses extractions sociales cœxiste, à des degrés variables, avec les autres. (Storia Urbane, « La selezione spaziale per categorie socio-professionali in alcuni quartier ! della lione di fine 700 », 1978, II, p. 102). Il ne faudrait donc pas exagérer le rôle des déterminismes de nature économique...

6 De très nombreux specimen de ces petites maisons pouvaient s’observer il y a peu d’années tout au long de la Grand’Côte, avant que l’on ne jugeât indispensable d’éventrer le quartier. La majorité montrait un arc de boutique longé par un étroit corridor qui donnait accès à un étage éclairé par une ou tout au plus deux fenêtres. Quelques autres, souvent très délabrées, subsistent au Gourguillon et aux Epies.

7 6 maisons, 37 foyers, 6,16 foyers par maison.

8 34 maisons, 45 foyers, 1,32 foyers par maison.

9 73,3 % au Change, 75 % à Saint Pierre, 76 % à Saint Nizier et même 83 % à la Juiverie.

10 GASCON (R.) op. cit. p. 443 - 444.

11 GODART (J.) La Juridiction Consulaire à Lyon, p. 124 - 134.

12 MOLS (R.) op. cit. II, p. 137 - 138.

13 Les maisons de ces quartiers proches des remparts ne se différenciaient d’ailleurs en rien de celles des faubourgs, si l’on croit la similitude des constructions de Saint Just, de Saint Georges et de la Grande Côte avec celles qui subsistent à la Guillotière.

14 Cf. annexe 58 : Nombre de feux masculins par maison. 1597. Ce n’est là qu’un biais, avec les inconvénients de toute vue latérale. Les femmes chefs de feu ne se répartissaient pas dans les quartiers de manière uniforme ; toutefois leur nombre n’était pas assez considérable pour que l’on puisse craindre des dissemblances importantes entre le classement conventionnellement obtenu et la hiérarchie réelle qui les aurait prises en compte.

15 Cf. annexe 59 : Le degré de cohabitation en 1597. Effectifs en nombre de ménages.

16 Cf. annexe 56 : Le degré de cohabitation en 1636. Effectifs en nombre de maisons.

17 Cf. annexe 60 : Le degré de cohabitation. 1636. (Effectifs en nombre de ménages).

18 GARDEN (M.) op. cit. p. 156-161.

19 Cf. annexe 61 : La population des maisons en 1597. Données brutes.

20 Cf. annexe 62 : La population des maisons en 1636. Données brutes.

21 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597.

22 MOLS (R.) op. cit., II, p. 161.

23 Ces résultats, issus directement de l’exploitation des données présentées à l’annexe 78, différent légèrement des chiffres que l’on obtiendrait en menant le calcul à partir des moyennes rappelées dans le tableau, les irrégularités de la source ayant amené à chaque fois la constitution d’échantillons non strictement superposables. Faut-il une nouvelle fois rappeler combien les nombres n’ont ici d’autre valeur que celle d’ordre de grandeur et que notre intérêt va davantage aux nuances perceptibles dans le cadre de vie urbain qu’à une approche purement sociométrique, à coup sûr fragile et contestable.

24 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales.

25 Cf. annexe 59 : Le degré de cohabitation.

26 Cf. annexe : Répartition de la population par tailles de maisonnée. Effectifs en nombre d’habitants.

27 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597. Effectifs en nombre de maisons. La catégorie regroupe 59 % des constructions.

28 Cf. annexe 79 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en nombre de maisons.

29 MOLS (R.)op. cit., II, p. 161.

30 Ces difficultés sont de plusieurs natures. On ne peut pas se fier à l’ordre de visite des maisons, les itinéraires ayant été différents. Les patronymes, écrits souvent phonétiquement, ont été l’objet de distorsions considérables. Les veuves devenues propriétaires ne portent pas nécessairement le nom de leur défunt mari. A ceci s’ajoutent les modifications matérielles de l’espace bâti. Surtout, la plupart des maisons ont changé de possesseur durant les trente-neuf années de l’intervalle intercensitaire : la nécessité de disposer d’une étude suivie des constructions revient ici, en lancinant leitmotiv...

31 Cf. annexe 67 :1597 - 1636 L’évolution de treize maisonnées.

32 Cf. annexe 64 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en nombre de maisons.

33 Cf. tableau 37 : Les maisonnées lyonnaises en 1636.
annexe 78 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597. Effectifs en nombre de maisons.
annexe 79 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en nombre de maisons.

34 Cf. annexe 79 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en nombre de maisons.

35 Cf. annexe 65 : Répartition de la population par tailles de maisonnée. 1597. Effectifs en nombre d’habitants. annexe 66 : Répartition de la population par tailles de maisonnée. 1636. Effectifs en nombre d’habitants.

36 CC 1867. 1637 - 1638.

37 ou MOUGNAT.

38 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597.

39 CARRIERE (J.)op. cit. p. 15.

40 Les veuves résident en outre dans des maisons dont le degré de division est plus élevé que la moyenne du quartier, ce qui suggère un fréquent habitat en chambre.

41 Cf. annexe 92 : Population des quartiers en 1597.

42 GARDEN (M.) op. cit. p. 156 - 162.

43 GARDEN (M.) op. cit. p. 156.

44 Cf. annexe 63 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1597. Effectifs en nombre de maisons.

45 Cf. annexe 64 : Répartition des maisons lyonnaises par taille de population. 1636. Effectifs en nombre de maisons.

Table des illustrations

Titre Tableau 28. NOMBRE DE MAISONS PAR PENNONAGE. 1897 (sur 24 pennonages)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 30. LE DEGRE DE COHABITATION DANS LES PENNONAGES MARCHANDS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 31. L’EVOLUTION DU DEGRE DE COHABITATION 1597 - 1636
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 32. L’EVOLUTION DES MAISONNEES EFFECTIFS EN NOMBRE DE MENAGES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 34. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1597 (Effectifs en nombre d’individus)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 35. L’EVOLUTION DES MAISONNEES. 1 597 - 1 636.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 36. L’EVOLUTION DES MAISONNEES : DIVERGENCE DES FACTEURS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 37. LES MAISONNEES LYONNAISES EN 1636 (Effectifs en nombre de maison. Indice 100 en 1597)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 38. 1597 - 1636 EVOLUTIONS LOCALES DE L’HABITAT (Indice 100 en 1597)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 9. COMPAGNIES COMMERCIALES ET CORESIDENCE AU QUARTIER DE SAINT-PIERRE - 1636
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14534/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search