Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Deuxième partie. Familles habitats métiers

Chapitre III. La famille lyonnaise

Texte intégral

I - LES STRUCTURES FAMILIALES

1 - Obstacles et conventions

  • 1 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu. Nous utilisons ici exclusivement les cadres d’étud (...)
  • 2 Dans la classification de Peter Laslett, cette distinction s’établit entre les catégories Ia et Ib (...)

1Les recensements de 1597 et de 1636 comportent l’un et l’autre des minutes assez précises pour qu’à travers elles nous puissions appréhender la structure de la famille lyonnaise1. Il est, hélas, très exceptionnel de voir dans ces textes d’autres membres que le chef de l’unité domestique être nommément désignés : ceci nous prive d’intéressantes possibilités de vérification et d’étude. Un exemple parmi des centaines d’autres suffit à résumer la forme donnée par les enquêteurs à leur inventaire des âmes dans l’immense majorité des cas : Benoist Amblard, dit le sergent La Fleur, ouvrier en drap de soye, de Lion, sa grand-mère, sa mère, sa femme, une nièce, deux petits enfants2.

2L’exploitation de ce type d’indications se heurte, bien sûr, aux difficultés habituelles d’interprétation des termes. Un homme déclarant des petits enfants est-il un grand-père, ou seulement celui dont les fils ou les filles ne sont âgés que de quelques années ? Une réponse satisfaisante peut être suggérée par l’examen de l’usage des mots : quand, dans la minute établie pour un pennonage, revient régulièrement l’expression petit enfant sous la plume du recenseur, il est presque assuré qu’il a voulu préciser par là l’âge de la progéni ture des chefs de maison. Mais ailleurs comment trancher, quand la mention n’est qu’accidentelle et en l’absence quasi absolue d’indications chiffrées quant à cet âge ?

3Il est de même extrêmement périlleux d’attribuer systématiquement les filles et les petits garçons soit à la descendance soit à la domesticité. Là encore, il n’est pas de règle sûre qui soit uniformément applicable à ces documents hétérogènes, sinon de tenter de deviner, au hasard de déductions ponctuelles, quel usage chaque enquêteur faisait des mots.

4Pareillement, les textes nous apprennent çà et là que tel apprenti est un neveu, tel compagnon un frère... Nous avons donc choisi de privilégier les liens de parenté, les rapports d’ordre économique intervenant alors pour expliquer ce type de structure familiale. Mais, chaque fois qu’un serviteur a été déclaré comme tel par le chef de maison en passant sous silence sa qualité de parent, nous perdons irrémédiablement une précieuse information. Il est donc probable que, dans une certaine mesure, des descendants ou des collatéraux n’ont été recensés qu’en tant que domestiques, entraînant du coup une sous-estimation des familles élargies dont on ne peut avoir raison.

5En dernier lieu, on ne peut distinguer les veufs des célibataires : ce n’est que très rarement que, d’un isolé, a été précisé son état de garçon. La situation matrimoniale des femmes est en revanche mieux décrite : la viduité fait figure de définition et semble être régulièrement mentionnée. Rien, par contre, ne désigne les filles majeures. Il en ressort que toute distinction entre les solitaires est privée de fondement (2).

6Ces remarques ne doivent pas amener à juger trop sévèrement nos sources ; ces écueils sont ceux que rencontre toute étude de structure familiale à partir de listes partiellement nominatives. Il faut en accepter les incertitudes avec d’autant moins de scrupules que, numériquement, les cas litigieux pèsent peu en regard de l’importance des effectifs étudiés. C’est, nous l’avons déjà souligné, une des fortunes des documents étudiés que d’offrir de vastes échantillons : le recensement de 1597 détaille 1575 ménages, celui de 1636, 1326.

2 - Le ménage lyonnais : une réalité nucléaire

  • 3 La distinction a ses limites. En s’appuyant sur un petit nombre de travaux on en est venu à oppose (...)
  • 4 LASLETT (P.) Un monde que nous avons perdu.
  • 5 COLLOMP (A.) Famille nucléaire et famille élargie en Haute-Provence au XVIIIe siècle. 1703 - 1734. (...)

7Lyon, ville nordique ou méridionale3 ? En autres termes, le groupement familial n’est-il jamais composé de plus d’un couple marié, jamais deux couples de parents et d’enfants4 ou, au contraire, la famille élargie est-elle de règle et est-ce peut-être seulement le décès du père qui gonfle artificiellement le groupe des familles nucléaires5 ?

  • 6 Cf. annexe 17 : Structure de la famille : récapitulation 1597.
  • 7 LASLETT (P.) « La Famille et le Ménage : Approches Historiques » Annales Economies Sociétés Civili (...)

8Massivement, sans doute possible, c’est du modèle anglais qu’il faut rapprocher la réalité lyonnaise. Les données obtenues à partir du recensement de 1597 nous semblent probantes6. La famille nucléaire triomphe : elle représente plus de 78 % des cas. La famille élargie n’en représente que 6,5, quand les ménages multiples font figure d’exception : à grand’peine en avons-nous rencontré cinq, sur plus de 12 % des ménages, ce qui peut paraître faible pour une ville comme Lyon. A l’exception des familles polynucléaires, les taux obtenus pour chaque catégorie sont ceux-là même que l’on a relevé pour Ealing en 1599 ! Coïncidence, ou convergence7 ?

  • 8 Cf. annexe 18 : Structure de la famille : récapitulation 1636.

9On peut certes s’interroger quant à la valeur de résultats obtenus à partir d’un échantillon de minutes de quartier dont le seul critère de formation a été celui de n’y inclure que des textes présentant une sécurité d’emploi aussi bonne que possible ; l’historien travaille sur des épaves, et ignore le confort des terrains d’étude savamment choisis et dosés. L’hypothèque pesant par là sur les données recueillies semble largement levée par deux observations. D’une part, les 1575 foyers étudiés dépassent largement les effectifs correspondant à un sondage au dixième. D’autre part, on ne peut qu’être frappé de la belle unanimité des résultats de 1597 et de 1636. Le second échantillon de six quartiers - dont seuls deux figuraient dans celui de 1597 -, livre des données globales presque identiques : jamais l’écart entre les fréquences des catégories de structure familiale ne dépasse un demi point8 !

Tableau 2. LES FAMILLES LYONNAISES, REPARTITION PAR STRUCTURES

Catégories de structure familiale

1597 sur 1575 ménages

1636 sur 1326 ménages

1
2
3
4
5
6

12,3 %
1,7 %
78,5 %
6,5 %
0,3 %
0,7 %

12,4 %
1,2 %
78,9 %
6,5 %
0,6 %
0,4 %

10L’extrême similitude de ces coupes séparées par quarante années porte deux enseignements.

11En premier lieu, cette stabilité est intéressante par elle-même. Elle suggère qu’une évolution des structures familiales ne s’appréhende qu’à travers la très longue durée, et qu’en la matière notre espace intercensitaire n’en traduit que l’imperceptible lenteur. C’est là être amené à évoquer tout l’arrière-plan du phénomène où mentalités, coutumes d’héritages et contingences de tous ordres interfèrent et nous laissent des réalités opposées dont même la cartographie n’est pas sans nuances...

  • 9 LEBRUN (F.) La Vie Conjugale sous l’Ancien Régime p. 62 - 63.

12En second lieu, cette étonnante coïncidence qui fait que la répartition des différentes structures familiales se reproduit d’un recensement à l’autre plaide à nos yeux en faveur de la classification de Peter Laslett. François Lebrun insiste à ce propos sur l’instabilité chronique des familles en des temps où la vie était brève et accuse la liste nominative de figer l’éphémère9. Certes, la moindre variation entraîne d’importantes conséquences sur une statistique hypersensible si l’étude a pour objet quelque petite communauté campagnarde, quelques dizaines de foyers. Mais à Lyon, ou dans toute ville de population suffisamment nombreuse, l’importance des effectifs garantit des artefacts, noyant l’accidentel ou l’aberrant dans sa masse. Qu’individuellement chaque famille connaisse, d’évènement en évènement, toutes les formes que l’on voudra. Globalement, le poids du nombre jouera et l’intégration simultanée de milliers de ces cycles aboutira sans remous à une répartition stable : on aura toujours 6,6 % de familles élargies ou 12,3 % d’isolés, dans un renouvellement constant des effectifs.

  • 10 LIONS (P.) et LACHIVER (M.) Dénombrement de la population de Breuil en Vexin en 1625. Annales de D (...)
  • 11 Recherche de Laboratoire de Démographie Historique de l’Ecole des Hautes Etudes, citée par J.L. Fl (...)

13Enfin, sur le plan méthodologique, cette même coïncidence des données est intéressante : l’expliquer par un jeu d’omissions et de surestimations symétriques serait miser sur une très faible probabilité : nous avons là un élément de critique statistique aux indications rassurantes : les résultats se consolident assez pour que, dans une dichotomie schématique entre une France méridionale aux familles polynucléaires et une autre, septentrionale aux foyers restreints, on puisse placer Lyon avec assez de certitude auprès de Brueil-en-Vexin10 et surtout de Valenciennes11.

3 - De la famille à l’individu : le vécu

  • 12 FLANDRIN (J.L.) op. cit. p. 75.
  • 13 Cf. annexe 19 : Sturcture de la famille. 1597. Effectifs en nombre d’individus.

14La classification des historiens de Cambridge ne met l’accent que sur la répartition des foyers par type de structure familiale ; c’est une critique qui lui est souvent adressée que de ne pas désigner clairement où sont les gros bataillons12. Aussi n’est-il pas vain de traduire cette vue en termes d’effectifs13. Ceci a pour effet d’accentuer les écarts de façon prononcée. En 1597, les isolés forment plus de 12 % des ménages : ils n’atteignent pas 4 % de la population. A cette date, près de 85 % des individus d’âges et de conditions confondus vivent au sein d’une famille à noyau conjugal simple : une vie « normale » se déroule donc entre parents, enfants et serviteurs à l’exclusion de tout ascendant ou collatéral. Moins d’une personne sur dix est membre d’une famille élargie, et une sur deux cents d’une famille-souche !

  • 14 Cf. annexe 20 : Structure de la famille. 1636. Effectifs en nombre d’individus.

15Dans la même optique, les résultats tirés du recensement de 1636 ne concordent plus aussi étroitement que si l’on se borne à comparer les nombres de foyers catégorie à catégorie. La famille nucléaire, qui, de 78,5 à 78,9 %, maintient sa position quant à sa fréquence, ne regroupe plus que les quatre cinquièmes de la population ; inversement s’accroît le poids démographique d’autres types de structure, isolés ou ménages complexes14. Mais peut-on parler d’un repli de l’une, d’un gonflement des autres ? Fait purement conjoncturel ou évolution en profondeur ? Il est d’autant plus hasardeux de conclure que, territorialement, les échantillons ne coïncident pas...

4 - Un aspect de la diversité des quartiers ?

  • 15 11 est tentant d’appliquer à semblables données un traitement statistique du type X2. Le faire ser (...)

16Force est de constater, en effet, qu’au-delà de ce qui semble être une réalité massive se dissimule une troublante diversité : celle qui fait que les différentes fréquences de structure familiale varient d’un pennonage à l’autre, les taux locaux s’écartant parfois notablement des moyennes d’ensemble15.

  • 16 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales 1597.
  • 17 Cf. annexe 22 : Quartiers et structures familiales 1636.

17Les exemples les plus remarquables sont celui du pennonage de Saint Georges en 159716 et celui de la Côte Saint Sebastien en 163617. Les familles à noyau conjugal simple-de type 3-sont significativement plus fréquentes que dans tous les autres quartiers étudiés : si l’on exclut le premier, où le taux atteint 88,7 % des foyers, de l’ensemble de l’échantillon, la proportion globale pour les huit pennonages restant tombe à 77,1 % : l’écart avoisine 12 points. Parallèlement, les isolés-type 1-qui sont 9,7 % des ménages de Saint Georges, sont plus rares qu’ailleurs, où le même calcul aboutit à un taux de 12,7 %. Dans le second cas, Côte Saint Sebastien, les comparaisons menées similairement s’établissent entre les 87,5 % de familles de type 3 et les 75,5 % des quatre autres quartiers connus-même écart de douze points-et 7,7 % d’isolés contre 13,9 % pour le reste de l’ensemble. Avons-nous là, sous forme de diversité dans la structure des ménages, un ricochet d’une autre diversité entre quartiers, celle qui sépare les métiers et les fortunes de leurs habitants ? Le seul hasard n’explique pas que ces deux exemples soient ceux de pennonages où le textile, soie ou futaine, domine. Il ne rend pas davantage compte d’une autre certitude : 85 % des familles ne comptent pas de serviteur parmi leurs membres à Saint Georges et il en va de même à la Côte Saint Sebastien où le chiffre de 72,6 % est à rapprocher des 32,8 % caractérisant les autres pennonages à cet égard.

  • 18 Malgré une grande répugnance pour tout ce qui se veut être trans-historique - et ici l’écart est d (...)

18Tout se passe donc comme si ces familles nucléaires là, unités conjugales, mais aussi unités de production, s’étaient, dès la fin du XVIe siècle, repliées sur elles-mêmes, privilégiant leur type de structure en ne laissant de place en leur sein qu’à ceux qui étaient susceptibles de participer à cette production et d’éviter l’entrée de serviteurs18. Plus que quiconque, les enfants de la maison étaient désignés pour assumer ce rôle, dans les conditions bien particulières de l’art de la soie et, peut-être, de la futainerie. On ne peut que déplorer amèrement le silence des textes quant à l’âge et au sexe des enfants de Saint Georges, qui interdit d’éprouver l’hypothèse. Notons toutefois la rareté des familles élargies : il s’agit, pour chacun des cas, de gens n’appartenant pas aux métiers de la soie...

  • 19 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu.
  • 20 ROUPNEL (G.) Les populations de la ville et de la campagne dijonnaise au XVIIe siècle p. 93 - 94.

19En 1597, les proportions les plus importantes de ménages d’isolés semblent désigner un groupe de quartiers contigus. Aux Cordeliers, le taux atteint la valeur extrême de 15,6 % ; rue Neuve et au Plâtre, il est de 14,5 %. Ce sont là des pennonages que nous savons être parmi les plus pauvres et être peuplés en grande partie d’immigrants savoyards. Les possibilités d’exploitation des documents interdisent en fait d’éprouver l’hypothèse d’une corrélation de cet ordre ; seuls des fragments de quelques procés verbaux fournissent simultanément les données nécessaires19, et l’échantillon se trouve réduit à une taille dérisoire qui ne permet plus de conclure quoi que ce soit. En admettant que l’observation soit valide, elle n’aurait en tout cas qu’une portée limitée à l’époque du premier recensement. Tout bascule, en effet, dès que l’on considère les résultats obtenus à l’aide des minutes de 1636. Saint Pierre voit la proportion de ses ménages d’isolés passer de 9,7 % à 16,1 % ; pareillement, l’évolution notée rue de Flandres se traduit par une forte augmentation, de 10,9 % à 14 %. Les quartiers riches présenteraient ainsi en 1636 une des caractéristiques des quartiers pauvres de 1597 ! Le nombre de ces ménages d’isolés paraît être lié au nombre de veuves, accru notablement par les guerres20 et peut être par les pestes, comme à celui des hommes de bras amenés à Lyon par une immigration saccadée ; mais aurons-nous jamais les matériaux qui permettraient de donner à ces hypothèses une nécessaire base statistique ? Ceci montre, entre autres exemples, qu’on ne peut établir de corrélation rigide entre le niveau de richesse d’une partie de la ville et la répartition par structures de ses familles. D’une source à l’autre, les seules permanences observables sont la stabilité des résultats d’ensemble, qui disparaît au niveau des isolats de petite taille, et l’hypertrophie de la catégorie des ménages nucléaires au dépens de celle des isolés dans les quartiers très homogènes et très typés de la manufacture lyonnaise. Toute conclusion d’un autre ordre ne vaut que dans d’étroites limites de temps et d’espace. Ceci suggère que les divers déterminants de la structure familiale doivent être cherchés ailleurs, en prenant en compte des éléments disséminés propres à chaque lieu et à chaque conjoncture.

5 - Immigration et structure familiale

  • 21 BIRABEN (J.N.) L’état des âmes de la paroisse de Montplaisant en 1644. Annales de Démographie, 197 (...)

20Dans une ville manifestement peuplée par une forte majorité d’immigrants, la primauté de la famille nucléaire démontre que la structure des ménages est lyonnaise avant d’être provençale, languedocienne ou dauphinoise. En autres termes, la fréquence des familles élargies, des fréréches et des familles souches que, çà et là on nous a décrites au sein de communautés rurales de la partie méridionale du royaume21 reste une caractéristique inexportable que les ménages fondés à Lyon par des hommes venant de ces provinces ne reproduisent pas, ou du moins trop rarement pour être décelable dans une statistique d’ensemble. L’arrière plan de la question est encore brumeux dans l’état des recherches actuelles ; aussi faut-il se borner à remarquer que rien à Lyon, ni le cadre de l’habitat, ni la nature des activités, ne se prêtait à justifier ou même à rendre possible la cohabitation de plusieurs branches ou de plusieurs générations d’adultes. La ville aurait ainsi imprimé au mode de vie de ceux qu’elle accueillait un trait de celui de sa population. Etaitce là un phénomène réservé à un milieu urbain puissamment métamorphisant, ou au contraire toute émigration contribuait-elle à faire abandonner les modèles d’organisation familiale de la région d’origine ? C’est là un problème dont la résolution exigerait, pour différentes villes, la mise en œuvre de documents livrant simultanément le lieu de naissance des habitants et la structure de chaque ménage, ce dont ne sont susceptibles que des recensements.

  • 22 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu, 1597.

21Les minutes lyonnaises de 1597 ne se prêtent que très imparfaitement à une étude de détail de la question. Le jeu des omissions affectant chaque rubrique22 fait que nous ne disposons que de 510 couples d’informations au sujet de la structure d’une famille et de l’origine géographique de son chef. 264 concernent des natifs du gouvernement de Lyon, ce qui restreint l’échantillon de forains à 246 unités, dont 147 de sujets du duc de Savoie.

Tableau 3. ORIGINE GEOGRAPHIQUE ET STRUCTURE DE LA FAMILLE

Tableau 3. ORIGINE GEOGRAPHIQUE ET STRUCTURE DE LA FAMILLE

22Le caractère tout à fait arbitraire de la composition de l’échantillon et la faible ampleur de plusieurs catégories rendent les résultats très incertains ; il ne faut donc voir là que l’esquisse de ce qui pourrait être une passionnante approche. On se prend à rêver de pouvoir constituer une « banque de données » alimentée par la mise sur cartes du contenu de sources comparables aux registres de l’Hôtel Dieu, afin d’améliorer les possibilités d’exploitation des recensements en comblant le plus possible de lacunes affectant la provenance des habitants... A défaut, il faut se borner à constater que les dix-neuf familles dont le chef est originaire d’une province méridionale sont presque toutes de structure nucléaire et que les ménages lyonnais, foréziens et beaujolais se différencient assez nettement des résultats tirés de l’échantillon entier de 1575 feux. Les isolés seraient plus rares (7,6 % contre 12,3 pour l’ensemble des foyers étudiés), au profit des familles mononucléaires (84,5 % contre 78,5 %). Mais nous sommes là à la limite des possibilités d’exploitation du document..

6 - 1597 - 1636 : les aléas d’une évolution

23Les lacunes et les faiblesses des recensements lyonnais sont telles que, des procés verbaux de 1597, 1636 et 1709, on ne peut extraire qu’une unique série de pièces décrivant à chacune de ces dates les familles d’un même pennonage de manière à nous permettre d’en suivre l’évolution des structures : seules les minutes du quartier de Saint Pierre présentent une régularité convenable.

Tableau 4. L’EVOLUTION DES STRUCTURES FAMILIALES AU QUARTIER DE SAINT PIERRE

1597

1636

1709

1

9,73 %

16,07 %

14,23 %

2

2,65 %

1,78 %

3,56 %

3

77,88 %

76,19 %

64,83 %

4

8,85 %

4,76 %

13,04 %

5

1,19 %

1,19 %

6

0,88 %

3,16 %

Nombre de feux

113

168

253

24L’accroissement du nombre de ménages du quartier ne s’accompagne pas d’une modification des structures familiales aussi continue. La réalité est chaotique. Les foyers de solitaires se multiplient entre 1597 et 1636, mais c’est pour se raréfier en 1709 ; la fréquence des familles à structure non conjugale et celle des ménages élargis suivent une destinée inverse. Seules deux constantes semblent se dégager : le caractère exceptionnel des feux polynucléaires et, peut-être, un lent recul de la famille à noyau conjugal. Les données sont ambigues et d’interprétation hasardeuse.

25L’unique conclusion qui puisse s’imposer ici est d’ordre méthodologique : il ne semble pas qu’un quartier étudié isolément puisse présenter, dans la longue durée, une évolution des structures familiales qui soit comparable en régularité à celles qui sont observables au sein d’une communauté rurale où les facteurs d’immobilisme s’opposent au dynamisme du milieu urbain et de ses activités. La répartition par structures des familles serait, au contraire, soumise à des modifications plus brutales qu’il serait intéressant de pouvoir rapprocher des conjonctures économiques et de l’évolution des conditions d’habitat.

7 - Conditions sociales et structure familiale

  • 23 Les données recueillies dans cette optique par J.P. Bardet pour Rouen en 1793 et par J. Dupaquier (...)

26Le problème consistant à cerner les relations pouvant relier la structure des ménages et la position socio-professionnelle de leur chef a été posé il y a maintenant plusieurs années23. Les premières données établies évoquent un lien d’existence indubitable, mais de nature complexe. Aussi avons-nous voulu interroger nos sources lyonnaises dans le but de pouvoir rendre disponibles de nouveaux chiffres et de hasarder une comparaison avec les résultats de travaux plus anciens. Il nous a fallu ainsi adopter la même classification socio-professionnelle que celle mise en œuvre pour Valenciennes, ce qui n’a pu se faire sans quelques aménagements. Nous avons dû supprimer la catégorie « Mendiants », en raison du silence de nos sources. Par « Manouvriers », il faut entendre affaneurs et gagne-deniers. « Petits officiers » a été compris comme regroupant le petit personnel des juridictions lyonnaises et les titulaires des divers emplois municipaux. La catégorie « Marchands » n’a pu être regroupée sans une part d’arbitraire, des artisans de quelque importance en prenant la qualité, au bas de la hiérarchie de cet état. « Nobles et Sieurs » correspond surtout à des membres de familles marchandes vivant noblement après leur passage à la fonction d’échevin.

  • 24 Cf. annexe 23 : Structure familiale et conditions sociales. 1597.

27L’étude de la répartition par type de structure familiale de 1575 ménages recensés en 1597 montre l’importance à cet égard des différences de condition sociale24. L’observation est très nette en ce qui concerne deux catégories, celle des foyers d’isolés et celle des familles conjugales. A elles seules, elles regroupent 90,8 % des cas et il devient de ce fait difficile de vouloir continuer l’expérience au sujet des ménages à structure non familiale et des familles de type élargi ou polynucléaire qui n’alignent dans chaque catégorie socio-professionnelle que des effectifs trop réduits pour que leur répartition soit significative.

28De « Nobles et Sieurs » à « Manouvriers, transports », les huit regroupements de la classification descendent les degrés de la hiérarchie des fortunes. La fréquence des ménages d’isolés varie exactement dans le même sens. Si un homme sur cinq ne vit, dans la strate supérieure de la société lyonnaise, qu’en compagnie de ses seuls serviteurs, imité en cela par une fraction comparable des officiers et des marchands, la proportion tombe à un sur quinze ou un sur seize chez les artisans et à un sur vingt-quatre chez les plus pauvres éléments du menu peuple, les affaneurs et gagne deniers. En revanche, la catégorie regroupant les veuves et ceux pour qui aucun métier n’a été mentionné, c’est-à-dire surtout des vieillards et des nouveaux venus, comprend près d’un quart d’isolés, qui sont presque autant de solitaires, étant le plus souvent dépourvus de tout serviteur. L’image ainsi offerte est assez semblable à celle de Valenciennes, un siècle plus tard, qui témoigne d’une répartition comparable, les ménages d’isolés se raréfiant à mesure que l’on descend dans l’échelle sociale. Chez les petites gens, les isolés sont toutefois plus nombreux à Lyon : de 4 à 6,7 % des ménages, quand l’intervalle correspondant se situe entre 2,5 et 3,6 % à Valenciennes. De même ne retrouve-t-on pas la différence opposant dans cette dernière ville nobles et officiers, formant des ménages isolés dans respectivement 25 contre seulement 12,8 % des cas. A Lyon, « Nobles et Sieurs », « Officiers » et « Marchands » - entendons grands marchands - n’appartiennent pas à des strates très distinctes, étant très souvent issus d’une même origine. Aussi ne trouve-t-on pas de différence vraiment significative entre les proportions d’isolés de ces trois catégories. Enfin, saisit-on peut-être un aspect de l’inégalité d’envergure séparant les marchands de Lyon de ceux de Valenciennes, les chiffres trouvés rapprochant les uns des nobles et des officiers et les autres des petits officiers de condition plus modeste.

Tableau 5. LYON ET VALENCIENNES : LA CONVERGENCE DES DONNEES

Tableau 5. LYON ET VALENCIENNES : LA CONVERGENCE DES DONNEES
  • 25 Un échantillon plus réduit tiré du recensement de 1636 confirme ces enseignements avec assez de ne (...)

29La même convergence est discernable en ce qui concerne les familles mononucléaires. Leur fréquence varie en sens inverse de celle des ménages d’isolés, et augmente donc à mesure que l’on descend les degrés de la hiérarchie socio-professionnelle. A l’extrémité supérieure de l’échelle elle ne dépasse que de peu la moitié des cas ; tout en bas, elle atteint les neuf dixièmes de l’effectif. A nouveau la répartition semble obéir aux mêmes déterminants qu’à Valenciennes25.

30A ce seul niveau de constatation se posent deux problèmes. Quelle est la valeur d’un parallèle mettant en jeu des recensements isolés, décrivant à près d’un siècle d’intervalle deux villes de taille et de vocation dissemblables et distantes de plus de cent lieues ?

31Mais surtout, quels modèles explicatifs peut-on proposer ? La réalité perçue globalement est ici la résultante d’un grand nombre de composantes difficiles à appréhender. Pêle-mêle se présentent à l’esprit des facteurs tels que l’inégalité des hommes devant la mort, l’importance de l’immigration dans la formation de la population urbaine, les nécessités de la production, les contraintes de l’habitat.. La liste nominative isolée ne peut suffire à conserver les indications nécessaires. Pour démêler l’écheveau, la mise en œuvre de recensements très précis et détaillés nous semble indispensable. Peut-on, sans moyens considérables, faire sortir l’étude des structures familiales du cadre limité des recherches portant sur des populations rurales peu nombreuses et peu diversifiées ?

II - LA TAILLE DES MENAGES

1 - Données numériques d’ensemble

  • 26 MOLS (R.) op. cit. t. II, p. 113 - 121.

32En première approche, les recensements permettent de calculer pour 1597 et 1636 deux valeurs de la dimension moyenne du foyer lyonnais. A la première date, l’étude de 1717 feux, menée sur dix quartiers, révèle une densité de 4,13 habitants par unité de population. C’est là un chiffre très inférieur à celui que l’on donne pour caractériser le feu madrilène en cette même année 1597, soit 5,1 personnes par ménage, et même un peu inférieur à celui calculé pour Munster en 1591 qui était de 4,3526.

Tableau 6. LA DIMENSION DES MENAGES EN 1597

Nombre de feux

Population

feu moyen (en habit, par feu)

feu médian (en habit, par feu)

Saint Nizier

153

874

5,71

4,46

Rue de Flandres

174

841

4,83

3,96

Saint Pierre

113

514

4.55

3,69

Port Saint Paul

102

444

4,35

3,58

Saint Vincent

245

1015

4,14

3,20

Saint Georges

195

785

4,03

3,23

Rue Thomassin

222

861

3,88

2,98

Cordeliers

277

989

3,57

2,65

Le Piastre

62

221

3,56

2,60

Rue Neuve

174

554

3,18

2,44

Ensemble 10

quartiers

1717

7098

4,134

3,23

33Lyon en 1636, vue à travers 1785 feux recensés dans huit quartiers aurait connu un accroissement de la taille de son feu moyen de l’ordre de 7,1 %. Le calcul mené sur cet échantillon conclut à une valeur de 4,43 habitants par ménage. L’hypothèse d’une telle évolution n’est pas contrariée par l’exemple des deux seuls quartiers qu’il nous soit possible de suivre d’une date à l’autre : le feu moyen passe ainsi de 4,83 à 5,52 rue de Flandres et de 4,55 à 5,14 à Saint Pierre. Le caractère particulier de ces deux pennonages accentue même le phénomène, les accroissements de taille atteignant 13 et 14 % : ce sont des valeurs maximales. Malgré cette ex pansion, le feu lyonnais semble assez réduit quand on le compare à Zurich qui avait déjà dépassé le cap des cinq personnes. Pareils éléments de comparaison sont trop rares pour qu’il soit possible de situer Lyon sur une échelle des villes européennes ; les résultats établis semblent toutefois être régulièrement inférieurs à ceux que nous connaissons pour les cités germaniques ou méridionales à la même époque.

Tableau 7. LA DIMENSION DES MENAGES A LYON EN 1636

Nombre de feux

Population

feu moyen (en habit, par feu)

feu médian (en habit, par feu)

Rue de Flandres

171

944

5.52

4,33

Saint Pierre

168

863

5,14

4,20

Le Temple

287

1390

4,84

3,79

La Grenette

114

539

4,73

3,40

Rue du Bois

210

945

4,50

3,54

La Croisette

236

995

4,21

3,16

Côte Saint Sebastien

376

1444

3,84

2,94

Bourgneuf

223

786

3,52

2,75

Ensemble 8

quartiers

1785

7906

4,43

3,37

34Le seul mérite réel de la notion de feu moyen, outre celui de répondre à une préoccupation ancienne, est de permettre d’établir quelques parallèles entre Lyon et des villes antérieurement étudiées. En fait, il est plus expédient d’utiliser le feu médian qui reflète infiniment mieux la réalité. La dissymétrie de la distribution des feux par taille qui témoigne de l’importance numérique des ménages d’une, deux et trois personnes s’exprime bien davantage par la médiane de 3,23 que par la moyenne de 4,13.

Figure 1. 1597 - REPARTITION DES FAMILLES PAR TAILLE (sur 1717 cas)

35Les limites de l’intervalle interquartile montrent pareillement qu’un feu sur deux comprenait entre 1,9 et 4,9 personnes en 1597.

36Les mêmes moyens décrivent également mieux l’évolution notée en 1636. L’accroissement de la valeur du feu moyen - 7,1 % - n’est accompagné que par une variation nettement plus modérée de celle du feu médian : de 3,23 à 3,37, elle n’est que d’environ 4,4 %. Dans le même temps, on assiste à un déplacement des bornes de l’intervalle interquartile vers les valeurs plus élevées : un foyer sur quatre compte maintenant plus de 5,15 personnes. Les feux de dix âmes et plus se sont multipliés, passant de 26,9 pour mille à 52,6 pour mille de l’ensemble, tandis que ceux de moins de quatre habitants ont connu un léger repli de 460,3 pour mille à 435,0 pour mille, largement accentué si l’on isole les solitaires dont la fréquence tombe de 89,7 pour mille à 59,3 pour mille.

Figure 2. 1636 - REPARTITION DES FAMILLES PAR TAILLE (sur 1785 cas)

37Fondamentalement, cet accroissement de la dimension des familles ne pourra s’expliquer que par celui du nombre des serviteurs.

38L’observation est assez massive et régulière pour paraître assurée. Les résultats tirés du recensement de 1597 reposent sur un effectif de plus de sept mille habitants et ceux de 1636 sur près de huit mille. Ces bases présentent donc une surface largement supérieure à celle d’un sondage au dixième. Il nous faut toutefois souligner à nouveau le lancinant problème de l’échantillonnage. Il a fallu subir la loi des sources, et il n’est pas certain que les minutes de recensement choisies au hasard de leur seule qualité soient représentatives de la ville entière. Les chiffres calculés sur des ensembles de huit ou dix quartiers ne doivent donc être pris qu’à titre indicatif ; c’est une réserve qu’il est d’autant plus nécessaire d’introduire que, d’un pennonage à l’autre, se notent d’importants écarts entre les dimensions des feux moyens comme entre celles des feux médians.

2 - Quartiers et taille des familles

  • 27 PIRENNE (H.) Les dénombrements de la population à Ypres au XIVe siècle (1412 - 1506) in Vierteljah (...)

39Faut-il prolonger dans les siècles la remarque d’Henri Pirenne qui suggère une densité des ménages variant à l’époque médiévale en fonction inverse de l’intensité de l’activité industrielle urbaine27 ?

  • 28 Cf. annexe 25 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1597. Effectifs en nombre de f (...)

40Une constatation semble assez massive et assurée pour que nous soyons incité à le faire28. En 1597, les foyers de trois personnes ou moins forment 60,3 % de l’ensemble des feux de la rue Neuve, 57,8 % aux Cordeliers et 56,4 % au Piastre. A un moindre degré se trouve une répartition semblable rue Thomassin, à Saint Vincent et à Saint Georges. Nous sommes là en présence de six pennonages peuplés surtout de petites gens. Pareillement, les solitaires représentent 14,5 % des ménages aux Cordeliers comme au Piastre. Le contraste apparaît nettement vis-à-vis du quartier de Saint Nizier, où ils ne forment plus que 0,7 % des feux ; leur adjoindre les ménages de deux ou trois personnes ne porte le taux qu’à 22,2 % et sans doute, si nous pouvions l’appréhender, la réalité serait-elle plus brutale dans un pennonage fief du grand commerce comme le Change ou l’Herberie. C’est, du quartier des marchands à celui des artisans, dans la proportion de un à deux, voire à trois que varie la fréquence des ménages nains.

41Inversement, les feux comptant au moins dix personnes font figure d’exception dans les pennonages pauvres : pour les six exemples cités, ils représentent entre 0,6 % et 1,6 % du nombre total des foyers quand, à Saint Nizier, ils atteignent 9,8 %, rassemblant le cinquième de la population. Dans la même perspective s’illustre le caractère hétérogène de quartier mixte de la rue de Flandres, où les feux de moins de quatre âmes forment 36,2 % et ceux de dix et plus, 5,8 % : ce sont là des valeurs s’intercalant à mi-chemin entre les cas extrêmes.

  • 29 Cf. annexe 26 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1636. Effectifs en nombre de f (...)
  • 30 GARDEN (M.) op. cit. p. 156 - 157. Du quartier du Change à celui du Plat d’Argent (pennonage de cr (...)

42La leçon du recensement de 1636, fondée sur huit minutes, dont six ne figuraient pas à l’échantillon précédent, permet d’étendre le champ d’expérience : les résultats des différentes sources sont à l’unisson29. Bourgneuf, la Côte Saint Sebastien, quartiers déshérités, comptent 56,4 % et 51,4 % de ménages d’une à trois personnes, quand la rue de Flandres n’en compte que 29,2. Aussi bien 28,8 % des habitants du Temple vivent-ils dans des ménages d’au moins dix personnes quand, là, ce n’est le cas que de 2,8 et 3,3 % de la population. La distinction se reproduit. Mais n’est-ce pas encore elle que nous retrouverons, atténuée, en 170930 ?

  • 31 Cf. annexe 27 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1597. Effectifs en nombre d’in (...)
  • 32 Cf. annexe 28 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1636. Effectifs en nombre d’in (...)

43Au-delà de ces nuances locales se discernent les principaux traits du milieu de vie familial des habitants de Lyon. Quand, en abandonnant le comptage des feux, on ne s’intéresse plus qu’au nombre de personnes vivant dans chacune des catégories de dimension, la rareté des solitaires devient évidente. En 1597,31, 2,2 % des lyonnais vivent seuls ; la proportion n’est plus que de 1,3 % en 163632.

44De même, la fraction de la population vivant dans des feux de moins de quatre personnes est peu importante, toujours inférieure au quart : 24,7 % en 1597, 22,4 % en 1636. Le milieu de vie de près de la moitié des lyonnais est constitué d’une famille d’au moins six personnes : 42,5 % des effectifs y sont rassemblés en 1597, 47,3 % en 1636...

  • 33 Cf. annexes 43 et 44 : Le poids démographique des serviteurs. 1597 · 1636
  • 34 Cf. annexes 29 et 30 : Taille et structure des familles. 1597 - 1636.

45L’intervalle intercensitaire ne se caractérise donc pas par des changements très notables de ces derniers aspects ; il en est autrement de l’importance numérique des feux de quatre ou cinq et six à neuf personnes relativement à celle des foyers comptant plus de dix membres. Les deux premières catégories connaissent un recul global de leurs effectifs de 4,2 % corrélativement à une progression de 6,4 % du nombre de personnes vivant dans cette dernière. Ce glissement ne peut s’expliquer que par une augmentation du nombre de familles comprenant des serviteurs33 particulièrement accentuée dans le cas des familles élargies et polynucléaires dont la dimension moyenne est supérieure à celle des autres types de ménages34.

Tableau 8. L’EXPANSION DE LA DOMESTICITE : REPARTITION PAR TYPES DE STRUCTURE FAMILIALE

Tableau 8. L’EXPANSION DE LA DOMESTICITE : REPARTITION PAR TYPES DE STRUCTURE FAMILIALE

3 - Dimension des familles et conditions sociales

46Un chiffre censé représenter le feu « moyen » masque, nous l’avons constaté, de profondes dissemblances locales qui constituent autant de caractères originaux de quartiers. Au-delà de la constatation se pose le problème des origines de cette variabilité. Faute de pouvoir mesurer le poids d’autres facteurs, il faut se borner à rechercher dans quelle mesure la taille de la famille se trouve liée à sa condition sociale, ce qui équivaut à tenter d’expliquer les différences constatées entre les valeurs de feu moyen des divers pennonages par la dissemblance de composition socio-professionnelle de leurs habitants. La vue est simplificatrice. Elle nous paraît cependant cerner l’essentiel quand des facteurs tels que l’habitat ou les nuances locales de la conjoncture démographique dépendent fortement de la nature des activités et du niveau des fortunes de la population des quartiers.

  • 35 Cf. annexe 31 : Dimension des ménages et conditions sociales. 1597. Par souci de cohérence, nous a (...)

47L’échantillon de 1575 familles issu du recensement de 1597 permet d’observer une étroite corrélation entre le rang social occupé par le chef de feu et la dimension du ménage35. Celle-ci n’est que de 3,4 % personnes par feu chez les affaneurs (Catégorie « Manouvriers, Transports ») ; elle augmente de 26,5 % chez les artisans, où elle passe à 4,3. Les valeurs maximales sont atteintes chez les marchands et les nobles, soit 4,5 et 4,7. C’est finalement un écart de taille de 38,2 % qui sépare, d’une extrémité de la hiérarchie urbaine à l’autre, la famille du gagne-denier de celle de l’ancien échevin.

  • 36 Cf. annexe 32 : Dimension des ménages et conditions sociales. 1636.

48En 1636, le recensement témoigne d’une importante évolution36. Le gonflement de la valeur du feu moyen se note dans toutes les catégories socio-professionnelles à l’exception d’une seule au bas de l’échelle, la famille de l’affaneur a échappé à la tendance générale et ne se compose encore que de 3,4 personnes.

Tableau 9. EVOLUTION DE LA TAILLE DU FEU ET CONDITIONS SOCIALES 1597 - 1636

Tableau 9. EVOLUTION DE LA TAILLE DU FEU ET CONDITIONS SOCIALES 1597 - 1636
  • 37 Cf. annexe 33 : Position sociale et structure des foyers à 3 et 4 générations. 1597.
  • 38 Cf. annexes 19 et 20 : Répartition de la population par types de structures familiales, 1597, 1636

49Ailleurs la croissance37 est très inégale. Elle atteint son maximum en ce qui concerne les foyers de marchands, dont la taille moyenne devient supérieure à celle des familles de la noblesse urbaine. Elle est au contraire beaucoup plus modérée chez les artisans. D’un recensement à l’autre, l’éventail des dimensions s’est largement ouvert. Alors qu’en 1597, la dimension de l’unité familiale la plus nombreuse n’était supérieure que de 32,2 % à celle de la plus réduite, elle l’est devenue de 91,2 % en 1636. Autour du riche marchand vivent presque deux fois plus de personnes que le misérable homme de bras ne peut en nourrir. Il nous a fallu sacrifier le désir de tenter une étude plus fine de ces dimensions de la famille. Si la multiplication des serviteurs rend compte de l’évolution chronologique globale de la valeur du feu moyen (annexes 43 et 44), en est-il tout-à-fait de même pour les dissemblances à caractère socioprofessionnel ? Quelle serait la part d’une inégalité d’une catégorie à une autre, entre la taille des « familles propres » 38 ?

III - LA COMPOSITION DES MENAGES

1 - La cœxistence des générations

50La famille lyonnaise est, nous l’avons dit, de taille relativement restreinte. De son côté, l’étude des structures familiales montre assez l’importance numérique des ménages d’isolés et surtout des foyers à structure conjugale face aux familles élargies et, a fortiori, face aux rarissimes ménages à structure polynucléaire. Par ailleurs, la population de la ville est dans une large mesure composée de « déracinés », d’immigrants dont l’installation à Lyon n’a sans doute pas toujours un caractère définitif. Enfin, la brièveté de l’existence au XVIe siècle laisse peu de chances aux hommes de vivre longtemps aux côtés de leurs petits enfants.

51Tout concourt donc à rendre rare la cohabitation de plus de deux générations sous le même toit. Du fait de leur irrégularité de tenue et de conception, les minutes de recensement ne permettent que malaisément de cerner les caractéristiques des feux de plus de deux générations. Tout au plus peut-on recueillir des indices dispersés. Ainsi les éléments épars semblent-ils dessiner l’image d’un ménage aux origines lyonnaises ou tout du moins installé de longue date et d’un niveau de fortune le plaçant au-dessus du menu peuple, les chefs de maison sont souvent des artisans assez aisés pour se baptiser marchands ou pour occuper un poste de bas officier dans les rangs de leur pennonage, ce qui suppose un certain degré de notabilité. Ailleurs, en l’absence de renseignements précis, la présence de serviteurs constitue un indice s’orientant dans le même sens. La réunion de plusieurs générations sous le même toit serait ainsi le signe d’une certaine stabilité, voire parfois de l’aisance d’un foyer (1).

Tableau 10. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes exclus)

Tableau 10. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes exclus)

52Le cas le plus répandu, et de loin, est celui des familles à deux générations qui, dans l’immense majorité des cas, sont constituées d’un couple et de ses enfants. Traduite en termes d’effectifs, cette prééminence est encore plus écrasante : près de huit lyonnais sur dix vivent au sein de semblables foyers. Malgré une taille évidemment supérieure à la moyenne, les 1,8 % de familles à trois générations en 1597 et les 3,2 % de 1636 ne rassemblent que respectivement 3,1 % et 4,9 % des personnes, sans que l’on puisse attribuer à coup sûr ce gonflement à une évolution réelle ou seulement à la dissemblance des échantillons utilisés. Quand à la famille de Benoist Amblard, elle constitue par ses quatre générations corésidentes une singularité sans équivalent. Sans doute serait-elle tout aussi remarquable de nos jours, alors que nombre de facteurs déterminants ont connu des bouleversements fondamentaux... Prendre en compte les serviteurs ne modifie pas fondamentalement les résultats ; serviteurs et servantes se répartissent de façon à peu près égale dans les foyers sans égard au nombre de générations corésidentes. La famille à deux degrés rassemble donc, en 1597 comme en 1636, les trois quarts de la population.

Tableau 11. TAILLE DES FOYERS ET REPARTITION PAR GENERATION (serviteurs et servantes exclus)

1 génération

2

3 générations

Ensemble

1597

1,70

4,40

5,79

3,45

1636

1,69

4,20

5,39

3,36

Tableau 12. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes compris)

Tableau 12. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes compris)

2 - En marge de l’unité familiale : ascendants et collatéraux

53L’étude des structures familiales montre très clairement que deux types de foyers seulement correspondaient à une situation « normale » - entendons : de très loin la plus fréquente En 1636 comme en 1597 les ménages isolés et les familles conjugales (catégories 1 et 3 de la classification de Peter Laslett) qui, par définition, ne comprennent aucun ascendant ni collatéral, regroupaient plus des sept huitièmes de la population (4). C’est dire que la présence d’autres membres de la famille propre que le père, la mère et leurs enfants ne se notait que rarement.

Tableau 13. LES PARENTS CORESIDENTS 1597 - 1636

Nombre de feux comprenant des parents corésidents

 % des feux

Nombre de parents

 % de la populat.

1597 (1575 feux)

125

7,9 %

152

2,5 %

1636 (1326 feux)

108

8,1 %

133

2,2 %

  • 39 Cf. annexe 34 : Liens de parenté et corésidence.

54L’étude de détail, pour reposer sur une large base statistique, un nombre important de foyers ayant été étudiés, ne concerne donc pas moins de ce fait un nombre limité de parents corésidents39. En dépit de cela, elle aboutit à trois constatations régulières.

55En premier lieu se note une surféminité accentuée de la population ainsi artificiellement isolée. En l’absence d’indications sur l’âge et les activités de ces parents, on ne peut guère saisir les différentes situations motivant cette particularité. La surmortalité masculine en est toutefois une composante essentielle, quand le père, le beau-père et l’oncle sont cinq à six fois m’oins souvent présents que la mère, la belle-mère, la tante...

Tableau 14. LA SURFEMINITE DE LA PARENTE CORESIDENTE

1597

1636

Parents masculins (a)

58

35

Parents féminins (b)

91

94

(a)/(b)

0,64

0,37

Tableau 15. LES ASCENDANTS CORESIDENTS : REPARTITION PAR SEXES

1597

1636

Ascendants masculins (a)

6

8

Ascendants féminins (b)

35

43

(a)/(b)

0,17

0,19

56En second lieu, la répartition par générations des parents corésidents présente une image assez régulière et il ne semble pas possible de discerner une particularité numérique significative.

Tableau 16. LES PARENTS CORESIDENTS : REPARTITION PAR GENERATIONS

Tableau 16. LES PARENTS CORESIDENTS : REPARTITION PAR GENERATIONS

57Enfin, point plus riche d’enseignements à l’égard des mentalités, il nous est donné de situer les différents parents par rapport à la lignée du chef de maison. La disproportion est écrasante entre les père, mère, frère ou sœur de ce dernier et ceux de sa femme : de sept à deux en 1597, et même de treize à deux en 1636. Peut-on mieux exprimer la puissance du sentiment de lignage, la prédominance patrilinéaire se traduisant ici en termes de cohabitation en une patrilocalité largement affirmée ?

Tableau 17. LES PARENTS CORESIDENTS : LA PREDOMINANCE PATRILINEAIRE

Tableau 17. LES PARENTS CORESIDENTS : LA PREDOMINANCE PATRILINEAIRE

3 - Les « enfants »

  • 40 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu. 1597. 1636.

58Apprécier la place occupée dans la population lyonnaise par les enfants à travers les minutes de recensement est un objectif que l’on ne peut atteindre qu’imparfaitement. Les mentions d’âge sont, dans ces textes, absolument rarissimes40. Il n’est donc pas possible de savoir au-delà de quelle limite les enquêteurs substituaient à enfant ou petit enfant les termes fils ou fille. Quand sortait-on de l’enfance, à quel âge devenait-on un homme faict ? Seul de tous les capitaines pennons de 1636, l’ancien échevin Michel, chef du Griffon, eut soin de préciser que, des 1074 bouches de son quartier - tant grand que petits - 373 étaient des enfants de l’age de quinze ans en bas. On adopta sans doute ailleurs un critère semblable ; cette nécessité de devoir s’accommoder de ce seul caractère de probabilité hypothèque de manière irritante les résultats tirés des sources.

  • 41 Il faut alors entendre par « enfants » les fils et filles du chef de maison résidant sous son toit (...)

59Une seconde cause d’incertitude est constituée par l’impossibilité de discerner parmi les apprentis ceux qui auraient fait figure d’enfants à nos yeux, ou au moins, ceux qui n’avaient pas atteint le seuil des quatorze ou quinze ans. Sans doute était-ce le cas d’une grande majorité d’entre eux, mais les rares précisions d’âge concernant des apprentis s’échelonnent de neuf, dix, à dix-huit et vingt ans. Il faut donc renoncer à tout comptage des enfants considérés sous le seul critère de l’âge. Il ne nous reste que la possibilité de dénombrer les fils et les filles du chef de maison. Le tableau ainsi brossé est, bien sûr, fondamentalement différent de ce que présentent les fiches de famille. Si ces dernières définissent les descendances « biologiques », les recensements permettent de saisir combien d’enfants se trouvaient à un instant donné sous le toit parental : une image de la famille vécue41.

60La présence d’un ou de plusieurs enfants se note dans plus du sixième de l’ensemble des ménages, toutes catégories confondues. Les résultats issus des recensements de 1597 et 1636 sont une nouvelle fois à l’unisson : 61,5 et 62 %.

Tableau 18. LES FEUX AVEC ENFANTS EN 1597

Feux avec enfant (s)

Nombre total de feux

 %

Cordeliers

152

282

53,9 %

Saint Georges

137

195

70,3 %

Rue de Flandres

114

174

65.5 %

Saint Pierre

65

113

57,5 %

Rue Thomassin

140

222

63,1 %

Rue Neuve

88

179

49,2 %

Saint Vincent

172

245

70,2 %

Port Saint Paul

69

103

67,- %

Le Piastre

32

62

51,6 %

Ensemble 9 quartiers

969

1575

61,5 %

  • 42 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales. 1597.

61L’écart entre les deux fréquences extrêmes, 21,6 points, souligne l’importance des variations locales. Deux d’entre elles semblent significatives. Le pennonage de Saint Georges, fief de la famille nucléaire, se signale par une forte proportion de ménages avec enfants (2). Inversement, les plus faibles taux se rencontrent aux Cordeliers, rue Neuve et au Plâtre ; le trait est ici commun à trois pennonages voisins remarquables par une importante proportion d’isolés et, corrélativement, par une forte implantation savoyarde42. Le recensement de 1636 fournit un nouvel exemple de l’irrégularité de fréquence du nombre de foyers comprenant des enfants : cinq des six quartiers de l’échantillon retenu ne s’écartent pas notablement de la moyenne de 62 %, mais le pennonage de la Grenette, à 43,9 %, s’en démarque très nettement.

Tableau 19. LES FEUX AVEC ENFANTS EN 1636

Feux avec enfant (s)

Nombre total de feux

 %

Rue de Flandres

108

171

63.2 %

Saint Pierre

103

168

61,3 %

Le Temple

181

287

63,1 %

Rue Du Bois

142

214

66,4 %

Côte St Sebastien

241

376

64,1 %

Grenette

50

114

43,9 %

Ensemble 6 quartiers

825

1330

62,- %

  • 43 Cf. annexe 35 : Les enfants. Répartition par feux. 1597.
  • 44 Cf. annexe 36 : Les enfants. Répartition par feux. 1636.

62La famille lyonnaise compte généralement peu d’enfants. En 1597, 605 foyers sur 1575 en sont dépourvus. Déduction faite de 16 autres, mal recensés, les 954 autres n’alignent que 2412 enfants, soit, en moyenne, 2,5 par unité43. La médiane s’établit à la valeur plus faible encore de 1,7. Ceci ne fait qu’exprimer le fait que 58,2 % des familles ont moins de trois enfants et que seules 11 % d’entre elles ont plus de quatre enfants. Aucune évolution notable ne se lit dans les résultats extraits du recensement de 163644. La moyenne est à cette date de 2,4 enfants par feu, la médiane de 1,6 ; la famille de plus de quatre enfants ne représente plus que 8 % des cas et recule devant celles de moins de trois qui forment 62,2 % de l’ensemble.

  • 45 BB 194, fo 143 vo, 13 septembre 1640. Acte de notoriété délivré à J.J. MANIS, père de dix-sept enf (...)

63Encore faut-il rappeler que ces chiffres s’appliquent à une notion extensive de « l’enfant », puisqu’il nous est interdit de fixer un seuil d’âge, faute de données. Les résultats présentés sont donc à corriger vers la baisse si l’on veut exclure la proportion indéterminable, mais sans doute peu importante, de personnes adultes recensées sous le vocable « enfant ». Finalement, les résultats illustrent surtout la différence entre deux réalités saisies, celle de l’image instantanée tirée des recensements montrant un nombre restreint d’enfants résidant sous le toit paternel à un moment donné, et celle présentée par les descendances nombreuses reconstituées dans les fiches de famille. On ne peut passer de l’une à l’autre qu’en mettant en scène deux traits primordiaux. D’une part, la mortalité infantile réduisait très vite le nombre des enfants. D’autre part, le séjour de ceux-ci dans la maison paternelle était d’autant plus court que l’âge de la mise en apprentissage était précoce. A ces facteurs de dépeuplement de l’unité familiale s’ajoutait la mise en nourrice, dont les minutes de recensement de 1597 relatent quelques exemples, hélas trop rares et trop dispersés pour servir de base à une tentative de quantification. Dans ces conditions, bien peu de lyonnais pouvaient aligner une aussi importante descendance que Jean-Jacques Manis, le prolifique capitaine pennon du quartier de la Poulaillerie Saint-Paul45...

Tableau 20. LES ENFANTS de JJ. MANIS, MARCHAND de DRAP de SOIE 1640

Tableau 20. LES ENFANTS de JJ. MANIS, MARCHAND de DRAP de SOIE 1640

IV - UN MONDE ANONYME : LES SERVITEURS

1 - L’ambiguïté d’un terme

  • 46 GARDEN (M.) op. cit. p. 26.
    MOLS (R.) op. cit. T. III, p. 122 : registre de la capitation de Paris, (...)
  • 47 MUHEIM (H.) Une source exceptionnelle : Le Recensement de la Population lyonnaise en 1709. Les dom (...)
  • 48 Cf. annexes 2 et 5 : actes de délibérations consulaires.
  • 49 Cf. annexe 9 : analyse quantitative de contenu.

64Les serviteurs forment traditionnellement une frange de la population mal décrite par les sources communes. Les données de masse font cruellement défaut à leur égard, surtout à Lyon où nul registre de capitation ne permet plus d’en apprécier les effectifs à l’image des leçons parisiennes ou aixoises46. Les rares recensements représentent donc le dernier recours en fait d’étude quantitative et font ainsi figure de « source exceptionnelle »47. En 1597 comme en 1636 le Consulat s’est montré soucieux de ne pas laisser ces serviteurs échapper aux investigations48. Aussi sont-ils assez régulièrement dénombrés dans l’ensemble, au moins en ce qui concerne les hommes. La fréquence des mentions les concernant Temportent même de beaucoup sur celle qui s’applique aux autres membres de l’unité familiale49. Ainsi nous ont été souvent conservés leur nombre, leur lieu d’origine et leur ancienneté de service. Mais l’ambiguïté naît à nouveau des mots. Que faut-il entendre par serviteur et par servante ? Est-il possible d’appréhender une fonction à partir d’une seule dénomination ?

  • 50 Cf. annexe 37 : Les serviteurs en 1597 : les dénominations.

65C’est une nouvelle fois l’examen détaillé50 des mots utilisés qui permet d’apporter quelques éléments de réponse à ce problème. En dépit d’une assez grande diversité de vocabulaire - on ne relève, pour les seuls serviteurs masculins, pas moins de trentehuit appellations différentes - le terme générique serviteur est de très loin le plus usité : il représente 1236 des 1951 mentions notées au fil de trente-et-une minutes du recensement de 1597. Sans doute les gens de maison, d’atelier ou de boutique n’évoluaient-ils pas le plus souvent dans des sphères d’activité séparées ni nettement définies. Mais la confusion des termes l’emporte sur celle des fonctions. Claude Cellu est dit serviteur d’André Lorans, conservateur des foires, de même que le maître des enfants de la maison, Claude Chatellu. Au Change, le marchand de train de Milan Jehan Monery a pour serviteur Jehan Vacheron, qui deviendra dans les années 1630 - 1660 un important marchand toilier exportant vers l’Espagne et l’Italie. Benoist Roanaux a quitté son Pont de Beauvoisin natal vers 1591 et partage comme serviteur la vie de François Ferron, cordonnier à la Grenette... Pareils exemples pourraient être multipliés à l’envi ; tous montreraient que sous le qualificatif serviteur se dissimulent aussi bien le domestique d’un notable de la ville et le jeune membre d’une lignée marchande apprenant la pratique chez un né gociant que le simple compagnon de métier secondant son maître dans toutes les tâches quotidiennes.

66Le mot apprentif n’échappe pas davantage à semblables avatars. Il s’applique aussi bien aux jeunes garçons de dix ou douze ans que l’on recense chez les veloutiers du Griffon qu’à Hugues De La Praye, travaillant chez son oncle le canebassier Aymé Crestien à l’Herberie et qui occupera au milieu du XVIIe siècle une place de premier ordre parmi les grands marchands lyonnais.

67C’est dire que l’interprétation circonstanciée du terme serviteur supposerait, pour avoir quelques chances d’être assurée, la connaissance exacte du métier de chacun des maîtres, ce qui est loin de représenter la réalité des sources. Notons à ce propos la rareté anormale du vocable compagnon en 1597 : il est plus de deux fois moins fréquent que celui d’apprentif et dix fois moins usité que celui de serviteur. Fait significatif, on ne le trouve couramment employé que dans les pennonages de Saint Georges, de la Côte Saint Sébastien et du Piastre, et dans celui de Confort, quartiers de la soie, de la futaine et de l’imprimerie : ce sont là des métiers qui donnent un sens précis à ce mot de compagnon. Partout ailleurs, on a préféré celui de serviteur.

68L’usage ne semble guère avoir évolué de 1597 à 1636. Les deux recensements ont en commun la même imprécision des termes, et les dénominations plus satisfaisantes n’atteignent pas globalement quatre cas sur dix. Le mot serviteur est ainsi employé quasi systématiquement au quartier de la Grenette sans qu’il soit possible de discerner les différentes situations ainsi confondues ; la rue de Flandres en cette même année 1636 est recensée de pareille manière, quand on ne peut lire dans la minute que six mentions précises. En revanche, le procès verbal de la Côte Saint Sébastien ignore l’emploi de serviteur et détaille assez nettement laquais, compagnons, apprentifs et valets. Une nouvelle fois s’impose la dissemblance entre les pièces du recensement.

  • 51 Cf. annexe 10 : analyse quantitative de contenu.
  • 52 Claude POCQUET DE LIVONNIERE, à l’article de la puissance des maîtres de son traité « Règles du Dr (...)
  • 53 MARIEJOL (J.H.) op. cit. p. 239.

69Il est, par contre, un trait commun à la majorité des minutes de 1597, qui est la façon de définir le serviteur, le choix des renseignements consignés à son égard51. Le nom du chef de feu est, nous l’avons souligné, très minutieusement rapporté ; dans l’ordre commun de fréquence viennent ensuite le métier, l’origine et en dernier lieu l’ancienneté de résidence à Lyon. Le recensement des serviteurs obéit à d’autres normes. Nous ne pouvons connaître leurs maîtres. Sans doute ces derniers devaient-ils se porter garants de ceux qu’ils hébergeaient. Cette notion de responsabilité du chef de maison est parfois même explicitée52, comme dans la minute de recensement de la Côte Saint Sébastien où se répètent des mentions telles que Benoist Beysset, de Saint Jehan La Bussière, futagnier, un compagnon dont il respond. Inversement, les recenseurs se sont appliqués à noter plus souvent l’origine de ces serviteurs et, dans trois quartiers sur cinq la fréquence de cette mention l’emporte sur celle des noms. Cette démarche répondait probablement au désir de surveiller aussi étroitement que possible cette catégorie de la population. Déjà, en 1594, après la réduction de la ville les ordonnances visant à assurer la sécurité avaient concrétisé cette suspicion en édictant des règles restreignant l’embauche de nouveaux serviteurs53.

70Le mode de recensement des serviteurs féminins est tout autre. C’est une rubrique en règle générale très négligée. Quand, de tous les procès verbaux de 1597 existant, un seul, celui de la Lanterne, passe complètement leurs homologues masculins sous silence, il en va autrement en ce qui concerne servantes et chambrières : on ne trouve mention de celles-ci que dans douze minutes, et encore plusieurs réserves doivent-elles être faites à cet égard. Dans trois d’entre elles, les lacunes sont manifestes, et l’inscription n’est là que le résultat de situations particulières. Ailleurs, il n’est guère assuré qu’il ne faille pas faire la part d’une certaine sous-estimation. Ces filles et ces femmes ont de toute évidence présenté peu d’intérêt aux yeux des recenseurs. Les formules vagues et hâtives sont leur apanage : à la Juiverie, on inscrit ainsi Scipion Vertema, seul, avec quelques servantes. A l’imprécision du nombre s’ajoute la pauvreté du contenu des relations. De toutes celles qui vivaient dans les foyers visités, seul le nom d’une chambrière nous est parvenu. C’est que le Sieur de Jarniost étant absent, de même que son clerc et son laquais, il incomba à Madeleyne Imbert, chambrière trouvée seule en la dite maison de dire pour le faict des armes (...) estre enfermées dans le comptoir du dit Sieur appres qu avons veu par toutes les chambres. C’est là une exception sans pareille ; a fortiori n’a-t-on pas jugé bon de consigner quoi que ce soit quant à l’âge, l’origine ou l’ancienneté des serviteurs féminins. La différence d’attitude des recenseurs vis-à-vis de celle adoptée en ce qui concerne les hommes est indiscutable.

  • 54 GARDEN (M.) op. cit. pp. 49 à 55.
    CHATELAIN (A.) La Formation de la Population Lyonnaise : Apports (...)
  • 55 Cf. D’HENNEZEL (H.) Claude DANGON, LYON, 1926.
  • 56 ALGOUD (H.) La soie, Art et Histoire p. 115.
  • 57 HH 159, p. 8, 12 - 13 juin 1621, Rôle des veloutiers, taffetassiers et guimpiers ayant des mestier (...)
  • 58 Cf. annexe 39 : servantes et chambrières à Lyon en 1597.
  • 59 Nous reprenons ici un biais déjà utilisé par Edmond ESMONIN in Un recensement de la Population de (...)
  • 60 Cf. annexe 10 : analyse quantitative de contenu.

71L’ambiguïté du vocabulaire va de pair avec ce désintérêt. Hors trois appellations rares - nourrice, nourrice chambriere et fille les seuls termes utilisés sont servante et chambrière. Il faut se garder de tomber dans l’interprétation trop simple faisant de celle-ci la responsable des travaux domestiques et de celle-là quelque ouvrière se partageant entre maison et atelier. Au sujet de ces dernières, il nous semble douteux qu’elles aient été, au XVIe, aussi nombreuses qu’elles le furent au XVIIIe54. Le métier à la grande tire créé par Claude Dangon55 ne se répandra qu’à partir des années 1605 - 162056. Ce sera lui le grand consommateur de main d’œuvre ; outre ses deux gendres, onze compagnons et dix apprentis, ce même Dangon emploiera vingt-cinq tireurs de lacet à la mise en œuvre de vingt-deux métiers lors de la visite générale de 162157... Si l’on étudie le métier ou l’état des chefs de maison employant des servantes ou des chambrières, il apparaît clairement que peu de gens meschcaniques s’en aidaient en 1597. La domesticité féminine caractérise les hôtelleries, dont elles sont l’indispensable factotum, les foyers de veuves et les maisons de gens aisés, marchands, hommes de loi, maîtres des métiers d’art. Certes, la vue est partielle : elle n’embrasse qu’une dizaine de quartiers58. Mais tout concourt à suggérer que servantes et chambrières vivaient surtout chez les notables ; une partie importante de leurs chefs de maison dont les recensements ne nous disent pas l’état eurent droit au titre de Sieur. L’expérience des textes montre que cette distinction était assez régulièrement réservée aux plus apparens des habitants59. Dans la même perspective se place l’absence de toute servante dans le quartier de Saint Georges, peuplé presque exclusivement d’artisans. Nous ne croyons pas pouvoir mettre en doute l’exhaustivité du procès verbal, qui est sous plusieurs aspects - métier, origine et ancienneté des chefs de feu, description des unités familiales, définition des serviteurs - l’un des plus détaillés de toutes les sources étudiées60. Il faut alors conclure en formulant l’hypothèse d’une profonde différence entre les structures de la main d’œuvre du XVIe et celles, bien mieux connues, de la fin du XVIIe et surtout du XVIIIe. L’épreuve d’autres sources manque encore : la servante à activité productrice dominante était-elle un élément d’une minorité ? Le fait était-il structurel, fruit des conditions techniques de l’époque, ou purement conjoncturel, en rapport avec la très grave crise discernable à Lyon en cette fin de siècle ? Autant de questions dont les réponses échappent totalement aux leçons des recensements.

  • 61 Cf. annexe 37 : les serviteurs en 1597 : les dénominations.
  • 62 Cf. annexe 38 : les serviteurs en 1636 : les dénominations.

72La dichotomie servante - chambrière n’est en effet que d’usage et ne correspond à rien d’autre qu’aux préférences de plume des recenseurs. Les deux termes ont été considérés comme synonymes parfaitement interchangeables. A Porte Froc, à la Grenette, aux Cordeliers, rue Neuve et à la Pêcherie, « chambrière » exclut totalement « servante »61, de même qu’en 1636 au Griffon62. Inversement, cette dernière appellation s’impose, la même année, dans les minutes dressées rue de Flandres, à la Grenette et à Saint Pierre. Il est périlleux d’induire des conclusions pour les quelques quartiers où les deux mots cœxistent. L’examen cas par cas du contexte de leur emploi laisse perplexe, et il nous semble plausible de supposer que le scribe, n’ayant pas arrêté son choix sur l’un ou l’autre des termes, s’est borné à coucher sur le papier les déclarations des chefs de maison en en suivant la lettre.

73L’ambiguïté du vocabulaire caractérise donc aussi bien la description des serviteurs que celle des servantes. Dans ces conditions, est-il possible de faire la part des « domestiques », attachés au service du maître et de ses proches - laquais, précepteurs, cochers et palefreniers - et celle des « serviteurs » - compagnons, apprentis - dont le rôle principal reste de produire ?

2 - Gens de maison et gens mécaniques

  • 63 CARRIERE (J.) La population d’Aix en Provence à la fin du XVIIe siècle Annales de la Faculté d’Aix (...)
  • 64 ESMONIN (E.) « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 » Cahiers d’Histoire 1957, II, (...)
  • 65 GASCON (R.) Histoire Economique et Sociale de la France p. 367, Grand Commerce et Vie Urbaine au X (...)
  • 66 Les liens sont même quelquefois de cohabitation : Claude PONTHUS, marchand drapier est recensé ave (...)
  • 67 Cf. annexe 40 : les domestiques des officiers de judicature et de finance à Lyon en 1597.

74Lyon n’est pas ville de Parlement. Cette constatation emporte une nette implication sur le plan du nombre des serviteurs de maison. Que ce soit à Aix63 ou à Grenoble64 les domesticités nombreuses suivent les parlementaires. Ici, le président au Parlement Barrai a dix-huit domestiques, le gouverneur de Marcieu, seize, le président de Grammont, quatorze. Là, le président en Chambre des Aides Scipion d’Agut en a douze. A Lyon, la strate supérieure de la société est celle des officiers royaux - Trésoriers de France, Elus-, des grands marchands enrichis au XVIe siècle et des échevins formant une assez importante noblesse de cloche. Tous appartiennent à d’anciennes familles négociantes65. Ils en conservent les grands traits du mode de vie : rien ne semble en effet différer entre eux quant à l’habitat ou la maisonnée66. Il n’entretiennent donc que des domesticités restreintes67. Le président du Bureau de Finances de la Généralité, Antoine Camus, baron de Riverie, n’a que deux serviteurs et laquais... François Musino, président en l’élection, se contente de deux domestiques. Les maisons des gens de justice, dont l’ascension est plus ancienne, n’ont pas une plus grande envergure. C’est le président Balthazard De Villars qui est le mieux servi, avec deux clercs, un palefrenier et un jardinier. Les conseillers n’ont jamais plus d’un clerc ou d’un laquais, à l’exception d’un seul, Pierre Allard. Certes, nous ignorons le nombre de leurs chambrières ; il reste que la taille de ces maisonnées n’a pas de commune mesure avec les grandes domesticités parlementaires. Comment eût-on pu, par ailleurs, en entretenir de semblables dans un ou deux étages d’une maison du quartier de Porte Froc ou du Grand Palais ? Ici naît une réserve importante relative aux limites de ce parallèle. Les chiffres aixois et grenoblois évoqués s’appliquent à l’extrême fin du XVIIe et au début du XVIIIe, à une époque où les grands hôtels de l’aristocratie parlementaire avaient été construits et quand le train de Cour du grand siècle avait atteint ses sommets. Mais d’autres sources ne révèleraient-elles pas, au moins en province, semblable nanisme des domesticités d’officiers royaux ? Singularité lyonnaise, ou trait de l’époque ? Les éléments de comparaison font défaut.

  • 68 GARDEN (M.) op. cit. pp. 49 et 248.

75Tout semble démontrer, en tout état de cause, la rareté des serviteurs d’intérieur. On ne recense, en tout et pour tout que vingt-sept laquais, dix précepteurs, six palefreniers et dix domestiques. Viennent s’y ajouter une centaine de clercs et quelques serviteurs de table ou de chambre. Même en admettant que l’appellation serviteur ait pu dissimuler quelques laquais, il reste assuré que compagnons et apprentis, sous diverses dénominations, formaient au moins les neuf dixièmes de l’effectif total. A la Juiverie, quartier assez minutieusement décrit pour que l’on puisse faire fond sur les dénominations relevées, les serviteurs de maison ou de boutique atteignent 34 % de l’ensemble. A Porte Froc il n’est que des clercs, et la proportion monte à 71 %. Ce sont là deux exceptions et, sans que l’imprécision des termes permette de le fixer quartier par quartier, il est patent que dans les pennonages pauvres le taux chute à des valeurs très faibles. Devant l’impalpabilité des limites entre gens de maison et serviteurs d’atelier, il nous faudra assurer nos prises au niveau maximum d’agrégation, donnant ainsi au mot de serviteur un sens extensif. La contingence des sources impose la confusion entre des situations très différentes ; c’est là une réserve qu’il faut souligner sous peine de tomber dans l’abus de langage68.

76L’étude feu par feu des domesticités conduit à la même conclusion quant à la faible importance numérique des serviteurs d’intérieur. On n’en retrouve la trace que dans la strate supérieure de la société lyonnaise, soit quelques nobles, les gens de justice et les marchands banquiers.

  • 69 Cf. annexe 41 : Laquais, hommes et palefreniers à Lyon en 1597.
  • 70 Il était gentilhomme ordinaire de la chambre du prince de Condé et fut. à partir de 1608, capitain (...)
  • 71 Le Sieur de SAILLANS est Pierre BAGLIONI. Sous le nom de DE BAILLON, cette famille figurera parmi (...)
  • 72 Ce terme revêt d’ailleurs des significations diverses selon les sources. En général, le contexte é (...)

77Il en est ainsi des laquais69. Ils ne se rencontrent que dans vingt-sept maisonnées. Leurs maîtres sont le plus souvent des officiers de finance ou de la Sénéchaussée. Viennent ensuite des grands marchands, lyonnais et surtout étrangers, la banque étant là bien représentée : avec un Pollallion, il faut citer les florentins Bennevety, Mey et Scarlaty, Gondi et le lucquois Bonvisi. Enfin quelques membres de la noblesse locale, tels René Gros de Saint Joyre70, un Du Peyrat, un de Sallians71 entretiennent aussi un laquais parmi leurs serviteurs. Les hommes, au statut malaisément définissable72 semblent appartenir au même type de foyer, sans que les deux termes, employés quelquefois concurrement, puissent être superposés. On recense ainsi de tels corésidents chez le Trésorier de France Daveyne ou chez le banquier Oratio Spada. Le palefrenier de maison, fort rare puisque nous n’en rencontrons que six, s’ajoute quelquefois à ces différents serviteurs d’intérieur.

78La rareté de ces derniers, née de leur présence exclusive dans les plus riches demeures, est nettement soulignée par l’irrégularité de leur localisation dans les deux parties de la ville : la totalité des palefreniers, et les trois quarts des laquais vivent du côté de Fourvière.

Tableau 21. REPARTITION DANS LYON DES SERVITEURS DE MAISON EN 1597

Tableau 21. REPARTITION DANS LYON DES SERVITEURS DE MAISON EN 1597
  • 73 A nouveau, ces domesticités importantes pour l’époque se rencontrent chez les membres de familles (...)

79Sans doute est-il légitime d’agréger à cette catégorie les clercs, et ce dans la mesure où ces derniers restent en deçà de la limite qui retranche les domesticités de notables de celles de gens mécaniques. La rigoureuse concentration que l’on observe à leur égard ne fait que traduire celle qui presse les divers hommes de loi autour du Grand Palais dans le pennonage qui en porte le nom, mais aussi tout près, à Porte Froc, rue du Bœuf et au Gourguillon et, à d’autres titres, au Change et à la Juiverie. Antoine Margat, clerc du procureur royal Antoine Gras, au quartier du Port du Temple, est une exception sans équivalent. Un clerc sur deux travaille seul aux écritures de son maître ; il est d’ailleurs souvent le seul domestique de la maison, ce qui suggère des activités ne se limitant pas aux travaux de plume. Le nombre le plus important de clercs se rencontre chez les procureurs. Ceux-ci en ont assez souvent plusieurs, deux, voire même trois, tels De Pomey et Chappuis73. Il semble plus courant chez les avocats de n’en avoir qu’un seul.

Tableau 22. LES CLERCS A LYON EN 1597

Tableau 22. LES CLERCS A LYON EN 1597
  • 74 GASCON (R.) op. cit. p. 11.

80Le petit nombre des clercs employés par les gens de la Sénéchaussée nous avait déjà surpris ; il en va de même en ce qui concerne les notaires. Seuls deux d’entre eux en ont plus d’un, Pierre Begulle le jeune et Anthoine Grangier. Dans les mêmes quartiers du Change et de la Juiverie, leurs confrères Delaforestz, Faure et Fagot n’en ont qu’un seul. Ce sont pourtant là des études bien situées, au cœur de la partie de la ville qu’anime le grand commerce74. Dans ces conditions, il nous semble douteux qu’il faille attribuer à un quelconque sous-enregistrement l’absence de clerc chez les autres notaires de moindre envergure, soit que la faible ampleur de leur tâche n’en rende pas la présence nécessaire, soit que la médiocrité de leur fortune ne permette pas d’en supporter la charge, si faible soit-elle.

  • 75 Cf. annexe 42 : les précepteurs à Lyon en 1597 et 1636.
  • 76 Cf. annexe 40 : les domestiques des officiers de judicature et de finance à Lyon en 1597.

81Une dernière catégorie de serviteurs de maison qui retienne l’attention est celle des précepteurs75. D’un texte à l’autre, on les dénomme indifféremment pédagogues ou maîtres des enfants, et le même individu, s’il est recensé à plusieurs reprises, est souvent qualifié par ces diverses appelations. Leur petit nombre rend, hélas, extrêmement fragile toute observation à leur égard. Les trente-et-une minutes du recensement de 1597 qui dénombrent correctement les serviteurs ne mentionnent que dix précepteurs ; ces serviteurs auraient été plus répandus en 1636 quand, au fil de six minutes utilisables, on trouve la trace de onze d’entre eux. Il reste que deux remarques paraissent dignes d’être soulignées. En premier lieu, ces serviteurs ne sont qu’exceptionnellement seuls, et appartiennent au contraire à des domesticités parmi les plus fournies. En 1597, celles-ci comptent en moyenne 2,3 serviteurs masculins ; en 1636, leur taille s’élève à 4, servantes et chambrières étant cette fois-ci comprises. En second lieu, le précepteur exercerait surtout en milieu marchand, chez des merciers, des futainiers, des épiciers, et ce, à L’Herberie, rue Mercière, au Temple ou à Saint Pierre. Il est proportionnellement bien moins fréquent chez les officiers royaux, quand, de cinquante-deux serviteurs, un seul est dit pédagogue76.

  • 77 Il faut citer ici un témoignage inédit, plus tardif :... vous m’obligeres aussi monsieur de vous i (...)
  • 78 ARIES (P.) L’Enfant et la Vie Familiale sous l’Ancien Régime.
  • 79 DE L’ESTOILE (P.) Journal pour le Règne de Henri IV PARIS GALLIMARD, 1960, p. 24.
  • 80 Cf. annexe 42 : Les précepteurs à Lyon en 1597 et 1636.

82Derrière cette distinction se profilent différentes stratégies éducatives. Celles-ci peuvent avoir varié en fonction de leur finalité : le marchand n’a que faire des humanités, et la technique, la pratique des opérations s’acquerra comme apprenti chez quelque oncle ou quelque correspondant77. Le rôle du précepteur est ici d’enseigner les bases, surtout d’arithmétique. Il en est autrement de ceux qui auront à recueillir quelque jour la charge paternelle, la formation du collège leur convenant mieux78. Le recours au précepteur peut sans doute relever d’autres ordres de motivation : sur le plan religieux, il maintenait les enfants de réformés dans la croyance de leurs parents ; sur le simple plan économique, il représentait une solution peu coûteuse, à la portée de gens d’une aisance moyenne. Pierre de L’Estoile, peu prodigue de ses deniers, nous rapporte ainsi que le mardi 9e (février 1610), j’ai pris céans, pour l’instruction et conduite principalement de Claude et Jérôme, un jeune homme, nommé Michel Fouet, avec lequel, outre la nourriture, je n’ai convenu d’aucun gage, ains seulement de quelque honnêteté à ma discrétion, selon ce qu’il fera et le temps qu’il y demeurera, que je ne pense pas devoir être beaucoup plus long79. Il est malheureusement impossible de relier ces hypothèses aux leçons de recensements, dont la base statistique est trop étroite et qui nous laissent dans l’ignorance du degré de fortune des maîtres. De même faut-il se borner à constater la diversité du nombre d’élèves80 confiés aux soins de précepteurs : il varie de sept, chez le marchand épicier Jean Pinchenette, à un unique enfant chez Mignot, rue de Flandres.

83Laquais, clercs, palefreniers, pédagogues et autres « domestiques » nous apparaissent finalement comme n’appartenant qu’à un nombre limité de maisonnées. Répétons-le, la masse des serviteurs est constituée, en 1597 comme en 1636, par les compagnons et les apprentis des artisans. Mais quel est, dans ces conditions, la part de cette catégorie dans l’ensemble de la population lyonnaise ?

3 - Pour une approche quantitative

  • 81 Cf. annexe 43 : Le poids démographique des serviteurs. 1597.

84La réponse à ce problème ne peut être que partielle81. On ne peut aboutir à un chiffre que si les minutes du recensement livrent simultanément le nombre des serviteurs des deux sexes et celui des membres de chaque feu, ce qui n’est le cas que pour huit quartiers, soit moins du quart de la ville. Nous n’avons donc pas cette chance des sociologues ou des économistes qui est de pouvoir observer un échantillon bâti tout exprès, et il restera une interrogation béante, celle de savoir dans quelle mesure ces huit procès-verbaux reflètent fidèlement la réalité de l’ensemble. C’est que derrière la proportion globale de 12,8 %, soit à peine plus du huitième de la population, se notent d’importants écarts d’un pennonage à un autre.

85Les quartiers les plus pauvres, rue Neuve, Saint Georges, Thomassin, Cordeliers, ne comptent qu’entre six et neuf pour cent de serviteurs ; en revanche, un habitant sur quatre Rue de Flandres et un sur cinq à Saint Pierre appartiennent à la domesticité : il s’agit là de pennonages plus riches où vivent de nombreux marchands. Cette inégalité de proportions se traduit dans la taille des feux. Le fait que la dimension de l’unité domestique réduite à la famille propre soit régulièrement inférieure dans les parties de la ville les plus pauvres à ce qu’elle est dans les quartiers riches est systématiquement accentué par l’inégalité de l’apport des serviteurs. Ainsi, l’unité familiale moyenne de la rue de Flandres passant de 3,54 personnes à 4,31 connaît un gonflement de près de 35 % ; le nombre des domestiques fait passer les mêmes grandeurs de 3,60 à 4,53 à Saint Pierre et de 3,54 à 4,31 au Port Saint Paul, soit des accroissements de 25,83 et 21,76 %. A l’autre extrémité de l’échelle des fortunes, le quartier de la rue Neuve, peuplé de beaucoup d’isolés, la plupart étant des gens de bras, ne voit s’accroître que très faiblement par la présence de serviteurs des unités de taille restreinte : de 2,97 à 3,17 personnes par foyer, le gain n’est que de 6,73 %. Par là se perçoit un des multiples traits différenciant les pennonages selon leur degré de richesse.

86A cet égard, ce que nous pouvons appréhender de l’évolution perceptible en 1636 révèle des différences de degré, mais non de nature. La taille des unités domestiques réduites à la famille propre, là où elle peut être suivie, ne connaît pas de variation significative. A Saint Pierre, elle passe de 3,60 en 1597 à 3,44 de même que 3,54 succède à 3,58 dans le cas de la rue de Flandres. Ne nous méprenons pas sur ce qu’il faut attendre de pareils chiffres ; ils sont extrêmement sensibles à toute modification des effectifs, et il suffit d’ajouter ou de retrancher une dizaine d’habitants pour voir la dimension moyenne de la famille propre varier de grandeur, et admettre qu’aucune différence significative n’est observable d’une date à l’autre sur ce dernier plan. La nouveauté de 1636 par rapport à 1597 se place sur le terrain du gonflement des feux par les serviteurs. Rue de Flandres, le feu moyen passe ainsi de 3,54 à 5,52 : c’est un accroissement de près de 56 % !

87Ailleurs la domesticité est assez nombreuse pour entraîner des augmentations de l’ordre de 50 % à la Grenette ou à Saint Pierre ou de 42 % au Temple. Dans un pennonage pauvre comme celui de la Côte Saint Sébastien, le taux est encore de près de 18 %, chiffre à rapprocher des 7, 8 ou 9 % qui caractérisaient, trente-neuf ans plus tôt, des quartiers comparables. Indéniablement, les serviteurs sont largement plus nombreux en 1636 qu’en 1597, les dissemblances entre pennonages étant toutefois reproduites. En l’absence de toute autre référence, il est hasardeux de risquer une interprétation de cette observation. Laquelle des deux situations présentait-elle un caractère « pathologique » ? Sans doute était-ce celle de 1597, quand Lyon présentait un visage exsangue. Mais celle de 1636 ne marquait-elle qu’une récupération, un retour à la normale, ou au contraire correspondait-elle à une intensification nouvelle des activités de la ville, liée à l’expansion de secteurs tels que la soierie, la futainerie ou la chapellerie ? Toute réponse à ce problème passerait nécessairement par une étude précise des conjonctures lyonnaises du XVIIe siècle qui fait pour l’heure encore complètement défaut.

  • 82 Cf. annexe 45 : Les serviteurs en 1597. Nombre et répartition.
  • 83 MESSANCE (F.) Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen, et de qu (...)

88La proportion des foyers comprenant des serviteurs par rapport à l’ensemble de ceux qui composent chaque quartier présente de même d’une partie de la ville à une autre des différences très significatives. Une approche complète ne peut être menée à bien que dans les neuf pennonages où les servantes n’ont pas été omises ou sous-enregistrées82. Elle révèle des variations du taux allant presque de un à six. C’est une diversité semblable qu’avait montré la capitation parisienne de 175583, quand la proportion de ménages utilisant du personnel de service avait pour valeurs extrêmes 46,3 % à Saint Eustache et 5,3 % au faubourg Saint Antoine.

Tableau 23. LES DOMESTICITES LYONNAISES EN 1597

Quartiers

 % de foyers avec serviteurs

 % de serviteurs masculins

Domesticité moyenne

Rue de Flandres

62,1 %

52,3 %

2

Saint Pierre

58,4 %

49,6 %

1,9

Porte Froc

44.4 %

84,8 %

1,4

Grenette

43,4 %

65,7 %

1,4

Port Saint Paul

39,8 %

50,6 %

1,9

Saint Vincent

30.2 %

56,9 %

1,7

Thomassin

22.5 %

68,6 %

1,3

Le Piastre

20,3 %

94,8 %

1,9

Cordeliers

19,6 %

71,7 %

1,8

Rue Neuve

11,2 %

88,6 %

1,8

10 quartiers

31,1 %

65,- %

1,7

  • 84 MESSANCE (F.) op. cit. p. 184 - 186.
  • 85 ESMONIN (E.) Un recensement de la population de Grenoble en 1725. Cahiers d’Histoire 3, 1957, p. 2 (...)

89La fréquence des maisonnées comprenant serviteurs ou servantes dépend étroitement du niveau de fortune moyen des habitants de chaque pennonage. Des quartiers marchands tels que celui de la rue de Flandres ou de Saint Pierre voient plus de la moitié de leur feux recourir à des serviteurs ; en bas de l’échelle, les quartiers pauvres de la presqu’île, Plâtre, Cordeliers, rue Neuve, ne comptent qu’un ménage sur cinq, voire sur dix, qui leur soit comparable. Au-delà de cette constatation banale se doivent d’être soulignées deux particularités. L’une caractérise les pennonages du menu peuple, ceux-là mêmes où peu de ménages ne sont pas limités à la famille propre. Le taux de masculinité de la domesticité y est écrasant : les hommes dépassent quelquefois les neuf dixièmes de l’effectif, comme au Plâtre. La production, en ces quartiers d’artisans de 1597, ne semble pas appeler la présence de nombreuses servantes. La seconde remarque met en valeur la relative régularité de la taille des domesticités. Quand, dans le Paris de 1755, l’éventail était largement ouvert, de 1,2 à 3,3 serviteurs par feu, il nous apparaît comme étant nettement plus étroit à Lyon, les extrêmes, 1,3 et 1,9 ne s’écartant pas très notablement de la moyenne, établie à 1,7. C’est là une valeur médiocre, assez peu élevée. Les comparaisons à travers les époques et entre villes de vocations dissemblables sont périlleuses. Risquons-nous toutefois à rapprocher les chiffres lyonnais des 2,1 de Messance84 ou des 1,9 de Grenoble en 172585.

90L’évolution notée de 1597 à 1636 se lit aisément dans les chiffres mesurant la fréquence des feux comprenant des serviteurs.

Tableau 24. LES DOMESTICITES LYONNAISES EN 1636

Quartiers

 % de foyers avec serviteurs

 % de serviteurs masculins

Domesticité moyenne

Saint Pierre

79,8 %

51,9 %

2,1

Rue de Flandres

78,9 %

53,6 %

2,5

La Grenette

67,5 %

68,7 %

2,7

Le Temple

60,9 %

51,3 %

2,3

Rue du Bois

55,2 %

63,6 %

2,1

Côte Saint Sébast.

27,4 %

60,1 %

2,1

6 quartiers

55,8 %

56,7 %

2,3

91Le gonflement du feu moyen mis en évidence est le résultat d’un double changement.

92D’autre part, les maisonnées se sont étoffées. On ne peut comparer que trois fois un pennonage d’une date à l’autre : à Saint Pierre, la domesticité moyenne passe de 1,9 à 2,1, tandis que rue de Flandres elle s’élève similairement de 1,9 à 2,5. La progression est nettement plus marquée dans le pennonage de la Grenette où l’on relève un quasi-doublement : de 1,4 à 2,7 serviteurs par feu. Sans que la comparaison puisse, ailleurs, correspondre territorialement, elle semble dénoter indéniablement un mouvement tout à fait général.

93D’autre part, le fait d’avoir au moins un serviteur s’est largement répandu. Le parallèle mené entre les trois mêmes pennonages révèle des accroissements de fréquence allant de 16,9 à 24,1 points. A nouveau, la tendance est manifestement générale. En revanche, nous ne discernons guère de changement dans le sex ratio des serviteurs, aucune variation réellement significative n’étant observable dans les trois quartiers témoins. C’est dire que le nombre des servantes s’est accru de la même façon que celui de leurs homologues masculins. Il faut donc conclure, de 1597 à 1636, à un essaimage marqué de la domesticité qui aurait conservé intactes les structures internes.

  • 86 Cf. supra, tableau 23 : Les domesticités lyonnaises en 1597.

94Les moyennes, pour être d’un emploi simple, ne sont pas sans masquer d’importantes dissemblances. Elles expriment mal les mo dalités internes des répartitions. Il en est ainsi du chiffre de 1,7 serviteur par feu - fonctions et sexes confondus - qui est issu de l’échantillon de dix quartiers de 159786. Il ne dit pas combien de fois le foyer lyonnais ne comportait qu’un seul serviteur ou qu’une unique servante. C’est pourtant, six fois sur dix, la réalité observée. Il ne dit pas davantage l’extrême rareté des domesticités nombreuses, quand, de 583, neuf seulement dépassent les cinq personnes, et quand 92,6 % des feux ont trois serviteurs ou moins.

Figure 3. REPARTITION PAR TAILLE DES DOMESTICITES. 1597. (dix quartiers, 1886 feux)

95Corrélativement, 35,4 % des serviteurs sont seuls, alors que 21,1 % d’entre eux ont au moins trois homologues sous la puissance de leur maître.

Figure 4. LES SERVITEURS DANS LES DOMESTICITES. 1597. (dix quartiers, 583 domesticités)

96Ces données valent ce que vaut l’échantillonage utilisé. C’est là une irritante hypothèse que rien ne nous permet de lever. D’un pennonage à l’autre se constatent en effet des répartitions assez dissemblables du nombre des serviteurs ; elles ne s’expliquent guère sans mettre en jeu simultanément plusieurs éléments. Le niveau de fortune du quartier peut sans doute être assez étroitement relié à la fréquence des domesticités de deux ou trois personnes et de celle des serviteurs isolés.

Figure 5. DIMENSION DES DOMESTICITES : ETUDE PAR QUARTIERS. 1597.

97Ces derniers sont moins répandus dans les parties riches de la ville que dans les zones pauvres où, inversement, ce sont les foyers du premier type qui se raréfient. Le nombre de maîtres employant au moins quatre serviteurs est moins rigidement lié à ce critère. En soulignant la sensibilité d’une statistique ne portant ici que sur de petits effectifs, notons la diversité de fonctions de telles domesticités. Elles correspondent aussi bien au train d’un notable de la ville, avec laquais, serviteurs et chambrières qu’à la main d’œuvre d’un artisan employant compagnons, apprentis et servantes en nombre inaccoutumé.

98Le trop fréquent silence des sources au sujet de la domesticité féminine en 1597 oblige, pour obtenir une vue d’ensemble, à ne considérer que les feux comprenant quatre serviteurs masculins ou plus. Le recensement n’en révèle qu’une quarantaine pour l’ensemble de la ville. Encore s’agit-il surtout de foyers à quatre serviteurs : vingt-deux ménages seulement avaient au moins cinq hommes à leur service.

Tableau 25. LES GRANDES DOMESTICITES MASCULINES EN 1597 (sur trente-et-un quartiers)

Tableau 25. LES GRANDES DOMESTICITES MASCULINES EN 1597 (sur trente-et-un quartiers)
  • 87 FAGNIEZ (G.) L’industrie en France sous Henri IV, p. 63.
  • 88 BB 190, fo 34, 10 février 1637.

99Très au-dessus du commun se place une maisonnée, géante pour l’époque, de quatorze serviteurs et apprentis. C’est celle d’un verrier originaire du Montferrat, Vincent Serode. Gustave Fagniez nous enseigne en effet87 qu’un Jacques Sarrode, d’une famille de verriers italiens qui avait déjà créé des cristalleries à Paris et à Nevers, avait demandé dès 1594 un privilège pour cette industrie, introduite à Lyon par ses soins et exploitée par son frère Vincent, celui-là même que les enquêteurs trouvèrent. Comme il était de règle en semblable cas, la totalité de la main d’œuvre avait été importée : les quatorze serviteurs ou apprentis recensés provenaient tous de Montferrat. De par sa taille, l’entreprise était considérable, et peut-être détenait-elle un quasi monopole : les sources ne mentionnent l’existence d’aucune création comparable avant 1637, année qui vit le Consulat autoriser Claude Legon à établir une ver rerie à l’intérieur de la ville88.

  • 89 GASCON (R.) op. cit. p. 318.

100Jacques Sarrode se serait ultérieurement associé avec deux Milanais, Vincent Busson et Thomas Bartholus après que ceux-ci aient échoué dans une tentative d’installation à Rouen en 1597 ; de fait, un certain Bastien Bartholus fut recensé dans une maison très proche de l’atelier de Sarrode, voisinage significatif. Il est également intéressant de constater que le quartier du Plâtre, après avoir accueilli de nombreux futainiers89, fut le lieu d’implantation de la verrerie : une disponibilité foncière importante expliquerait cette capacité d’attraction des industries nouvelles par ce pennonage.

101La même supériorité d’envergure face aux entreprises des Lyonnais se note au sujet de la main d’œuvre employée par les teinturiers de soie genevois. Paul Pincetty, établi à Lyon depuis 1586, a, outre son fils, cinq serviteurs dans la maison qu’il occupe au Griffon. Mais son activité est devenue lyonnaise depuis longtemps, aussi un seul de ses compagnons est-il genevois comme lui ; les autres sont natifs de diverses provinces du Royaume. Pareillement, son compatriote Jean-Baptiste Pascard n’emploie aucun étranger parmi ses six compagnons teinturiers, de même que Thomas Pascard, qui en fait travailler quatre autres en son atelier voisin.

102Hors ces au bains venus mettre en œuvre leur savoir-faire sur les terres du Roi de France, plusieurs autres catégories de chefs de maison utilisent un nombre de serviteurs élevé en regard de la réalité courante.

  • 90 HH 159, p. 8, 12 et 13 juin 1621. Place Confort. Cf. infra, chapitre VII.

103L’une est celle de maîtres de l’art de la soie : huit veloutiers et taffetassiers ont plus de trois serviteurs d’atelier. En tête se place la maison d’Aubry Regat, à Confort ; trois compagnons et deux apprentis y travaillent. Cette médiocrité générale montre combien l’entreprise de Claude Dangon pouvait, en son temps, apparaître démesurée, avec onze compagnons, dix apprentis, outre vingt-cinq tireurs de lacet et ses deux gendres90. Elle dit aussi la gravité du marasme où était plongée l’industrie lyonnaise de la soie en 1597, quand plus de quarante ateliers visités en 1621, en une période de difficultés, compteront au moins quatre compagnons et apprentis : vingt-sept d’entre eux auront alors une main d’œuvre égale ou supérieure à celle qu’employait Aubry Regat...

  • 91 De l’histoire de la futainerie lyonnaise, nous n’avons guère que l’acte de naissance (R. GASCON, o (...)

104Une poignée de futainiers forme la deuxième catégorie. Leur activité dépend encore en partie de l’initiative étrangère. L’origine piémontaise de cette manufacture se traduit par l’importance de familles marchandes originaires de Quiers, telles les Galbusat et par le nombre de compagnons partis de Chambéry et de ses faubourgs. Une main d’œuvre plus concentrée serait-elle la marque distinctive des industries venues d’ailleurs91 ?

105Quelques tailleurs et quelques cordonniers figurent également dans la courte liste de ceux qui emploient au moins quatre serviteurs. Tous exercent leur métier dans les plus riches quartiers : Rue de Flandres, Le Change, Le Grand Palais, Rue du Bœuf et Saint Nizier, ce qui suggère des échoppes ne travaillant que des étoffes et des cuirs de luxe, avec pour chalands les plus aisés des bourgeois lyonnais.

  • 92 Cf. annexe 52 : Les grandes maisons étrangères de la Juiverie. 1597.

106Viennent enfin les grands marchands. Le mieux nanti est un épicier du pennonage de la Pêcherie, Claude Poculot, qui a sept serviteurs. Les Bonvisi ne prennent que la seconde place : il est vrai que la maisonnée compte sept associés et92 que les six serviteurs domestiques recensés ne font que contribuer à la placer hors du rang par l’ampleur de sa dimension : on ne voit nulle part ailleurs quatorze hommes vivre au même feu : témoignage de l’importance conservée, au crépuscule du siècle, par la casa Bonvisi...

  • 93 Cf. tableau 25 : Les grandes domesticités masculines en 1597.

107De très notables marchands tels que Vincent Richard au Change, Paulo Mascarany à la Juiverie, l’allemand Jehan Pauche et le mercier Charles Aguesceau à l’Herberie, le banquier Oratio Spada à la rue de Flandres n’ont que cinq serviteurs. Tous les autres en hébergent moins. C’est dire que, quelles que fussent les activités des chefs de feu et les attributions de leurs serviteurs, chez les marchand ou l’homme de robe comme chez l’artisan, la famille lyonnaise en 1597 ne comportait qu’un nombre limité de serviteurs masculins. Quarante ans plus tard, la réalité sera différente : on recensera, en six quartiers, cinquante-cinq foyers comprenant au moins quatre serviteurs, soit presque autant qu’en avaient révélé trente-et-une minutes de 159793...

108Les données extraites du recensement de 1636 aboutissent, nous l’avons dit, à une moyenne de 2,3 serviteurs des deux sexes par feu. A nouveau, le chiffre ne résume qu’incomplètement les modalités de l’évolution. Les isolés, qui formaient 60,9 % des domesticités, n’en représentent plus que 44,3 ; en revanche, 18,2 % des maisonnées comprennent au moins quatre serviteurs ou servantes contre 7,3 % en 1597.

Figure 6. REPARTITION PAR TAILLE DES DOMESTICITES (six quartiers, 1326 feux)

109Il s’ensuit qu’il est devenu plus rare d’être seul au service de son maître : ce n’est plus le cas que de 19,6 % des compagnons, des apprentis ou des servantes. 58,1 % d’entre eux appartiennent maintenant à des domesticités d’au moins trois personnes, et encore 42 % à celles de quatre serviteurs et plus.

Figure 7. LES SERVITEURS DANS LES DOMESTICITES. 1636 (six quartiers, 740 domesticités)

110A nouveau s’observent d’importantes différences d’un quartier à l’autre. Elles obéissent aux mêmes déterminants qu’en 1597 : les serviteurs isolés sont plus fréquents dans les pennonages pauvres, tels la rue Du Bois ou la Côte Saint Sébastien, quand se reproduit cette particularité des domesticités nombreuses qu’est une fréquence peu liée au degré de fortune de chaque quartier.

Figure 8. DIMENSION DES DOMESTICITES : ETUDE PAR QUARTIER - 1636

  • 94 Cf. annexe 5 : BB 134, fos 113 - 114 vo, 2 septembre 1597.

111Les omissions du recensement de 1597, surtout en ce qui concerne les servantes, ne permettent pas de mesurer pour toute la ville la densité de la présence des serviteurs des deux sexes. En revanche, la domesticité masculine, nettement définie comme objet du dénombrement94, n’est absente que du procès verbal dressé pour la Lanterne. Faute de mieux, il est donc possible de connaître combien de feux de chacun des autres pennonages employaient des hommes à leur service.

  • 95 Cf. annexe 47 : La domesticité masculine. Cartographie de densité par quartiers. 1597.

112De chaque côté de pont de Saône, les deux quartiers marchands de l’Herberie et du Change comptent les plus fortes proportions de foyers comprenant au moins un serviteur : c’est respectivement le cas de 53,3 et 51,1 % des leurs95. Viennent ensuite deux pennonages de gens de loi, Porte Froc et le Grand Palais, et deux de marchands, Rue de Flandres et Saint Nizier, où plus de quatre feux sur dix répondent à cette définition. Les derniers quartiers du négoce, Juiverie, rue Mercière, la Grenette et Saint Pierre en comptent entre trois et quatre. Ailleurs, dans les parties de la ville où l’activité des artisans l’emporte, la proportion s’éche lonne de 23 %, au pennonage du Griffon, à moins de 5 % dans le quartier misérable de Pierre Scize. Ainsi se dessine une image qui rappelle très fortement la carte des fortunes à Lyon. Une nouvelle fois, le serviteur est plus fréquemment trouvé dans les pennonages marchands que dans ceux de l’artisanat, même quand il s’agit de la soie, à vrai dire en crise : seuls 14,9 % des foyers de Saint Georges, 14,3 % de ceux de la Côte Saint Sébastien comportent un compagnon ou un apprenti.

4 - Domesticité et salariat

  • 96 MESSANCE : Recherches sur la population des Généralités d’Auvergne, de Lyon et de Rouen, p. 105. M (...)

113Un des aspects fondamentaux de la condition de serviteur telle qu’elle est ordinairement décrite96 est la cohabitation avec le maître, situation intégrant le compagnon et la servante à l’unité familiale, mais le vouant à un célibat parfois définitif. Le recensement de 1597 est quelquefois assez précis pour nous montrer çà-et-là une réalité plus nuancée.

  • 97 On trouve en effet, au quartier de la Lanterne, un Claude MEYGRET, de Champagne, dont on ne précis (...)
  • 98 Cette constation pose trois angoissantes questions. Elle montre un exemple de double compte, DE BO (...)
  • 99 Relevons néanmoins un indice isolé : aux Terreaux, où cette précision concernant les serviteurs ma (...)

114Des compagnons échappent ainsi à cette règle de résidence. Aux Terreaux, le maréchal Pierre Mère utilise les services d’un palefrenier et d’un serviteur, Claude Maigret, marié au quartier de la Lanterne97. Non loin de là, le futainier André Genoud représente sans doute un cas limite puisque seul un apprenti âgé de douze ans réside avec lui depuis 1594 et que les trois ouvriers du dit métier qu’il emploie sont mariés - entendons « établis » - l’un à Saint Vincent et les deux autres au Griffon. Dans ce dernier pennonage, la recherche des savoyards nous apprend que Claude Scavoys, compagnon veloutier, habite loin de la maison de son maître où les recenseurs l’avaient trouvé en septembre : il figure en effet sur la liste du quartier de Confort. C’est également le cas de Benoist De Bonnefont, compagnon chez le teinturier de soie genevois Thomas Pascard au pennonage de Saint Georges. Il habite à l’autre extrémité de la ville, à Saint Vincent, où il est recensé comme teinturier de soie, vivant avec sa femme et un enfant98. A nouveau il est impossible d’évaluer la fréquence de tels cas dont seuls quelques exemples nous sont connus par la minutie d’un enquêteur99.

115Il serait intéressant de pouvoir connaître les conditions aboutissant à ces situations assez anormales de compagnons chefs de maison. A défaut d’indications plus complètes, il faut ici se reporter aux leçons de la visite des ouvriers de l’art de la soie de 1621.

116Ayant été réalisée dans le but de mesurer l’effet d’un nouveau réglement sur l’activité des veloutiers et taffetassiers, et sans doute aussi de faire justice des rumeurs lui attribuant une crise de chômage, elle sépare minutieusement les ouvriers au travail de ceux manquant de besogne, notant bon nombre de cas individuels : tel n’a plus d’ouvrage depuis que le maître marchand qui lui en donnait s’est retiré des affaires, tel autre a dû vendre ses métiers pour subsister... Mais régulièrement revient la mention, face au nom d’un maître : travaille pour compagnon. Ceci suggère que plusieurs de ceux que les recensements ont inscrit simultanément comme chef de feu et comme serviteur étaient des maîtres qui, après s’être établis et avoir fondé une famille, ont connu des revers et se sont fait employer par autrui.

  • 100 GASCON (R.) op. cit. p. 904.

117Il est cependant un métier dans lequel il est courant de rencontrer des compagnons chefs de feu : celui des imprimeurs. Ceux-ci habitent exclusivement dans les pennonages du Port du Temple, de la rue Thomassin et surtout de Confort. Peu de maîtres déclarent des serviteurs vivant sous leur toit. Si Pierre Michel en a trois Jacques Maillet un seul, comme Jehan Poys, et si Thibaud Anselin et Etienne Durosne en emploient chacun deux, un imprimeur aussi connu que Guichard Jullieron est seul comme quarante-deux de ses confrères. L’importance même de ce nombre, quand les Nommées de 1571 ne comportaient que treize cotes pour la profession100 laisse supposer que sous l’appellation imprimeur n’ont pas été recensés que des maîtres et que les sept compagnons chefs de feu inscrits comme tels ne représentent qu’imparfaitement l’effectif réel. Le doute s’estompe quand l’on observe que la distinction entre maître et compagnon chef de feu n’est établie qu’en un seul des trois documents qui, réunis, forment la minute décrivant le quartier de Confort. Elle aura été méconnue ailleurs.

118L’art du livre se singularisait déjà sous différents aspects : ses impératifs de financement, ses particularités techniques... Sa main d’œuvre partageait cette originalité par un nécessaire niveau d’instruction et par un mode de rétribution qui la retranchait du commun des serviteurs d’atelier. Son rôle dans les premiers conflits sociaux l’avait clairement démontré. La relative faiblesse des liens de dépendance unissant le compagnon imprimeur à son maître se trouverait accentuée par la rupture de l’essentiel rapport de cohabitation. Dès lors, est-il encore légitime de se référer en pareil cas à un quelconque état de serviteur ? Les conditions de vie du compagnon imprimeur ne préfiguraient-elles pas celles que connaîtra plus tard celui que l’on dénommera : salarié ?

5 - Les horizons du recrutement

119La diversité des quartiers trouve une nouvelle expression dans l’inégalité des espaces où chacun d’entre eux puise ses serviteurs. Il est possible, grâce au recensement de 1597, de saisir l’origine géographique de ces derniers pour quatre quartiers de la ville. Deux sont le domaine presque exclusif du grand commerce : le Change et l’Herberie. Un autre est animé par le négoce des grains et des cuirs : la Grenette. Le dernier est un pennonage peuplé par une majorité de futainiers et surtout de veloutiers : le Griffon.

  • 101 Cf. annexe 48 : L’origine des serviteurs dans un quartier de l’art de la soie : le Griffon.
  • 102 Paul PINCETTE, teinturier genevoys, son fils de dix-huit ans, cinq serviteurs... Jean-Jacques PINC (...)

120L’inégalité de ces aires de recrutement est frappante. Celle du quartier de la Grenette se réduit en fait aux provinces limitrophes, Auvergne et Bourgogne, Dauphiné et aux états de Savoie. Seuls les valets d’un potier d’étain, l’un de Genève, l’autre de Bourg-en-Vivarais et le serviteur d’un apothicaire, originaire d’Apt, échappent à ces étroites limites. Au Griffon, l’image est semblable101. Si les noms de Dijon, de Laval et de Genève ont à être cités, c’est uniquement pour définir les serviteurs d’un teinturier genevois dont la famille atteindra la notoriété, Paul Pincetty102. Deux compagnons d’un tisserand sont nés à Chaumont-en-Bassigny et deux autres, avignonnais, servent des veloutiers dont ils sont les compatriotes. La principale région de recrutement est formée par les états de Savoie, qui fournissent une bonne part des compagnons et apprentis de l’art de la soie, alors qu’il en est tout autrement en ce qui concerne les maîtres. La recherche des ouvriers en draps de soye de 1621 décrira des courants d’immigration tout différents, quand les natifs des états de Savoie pris dans les limites antérieures à 1601 ne formeront pas plus de 10,8 % de l’ensemble des compagnons et des apprentis et seulement 5,3 % des maîtres veloutiers et taffetassiers...

Tableau 26. L’ELEMENT SAVOYARD DANS L’ART DE LA SOIE AU GRIFFON

Savoie

Hors Savoie

Origine inconnue

Total

Maîtres

1528,3 %

3260,4 %

611,3 %

53

Serviteurs

1238,7 %

1548,4 %

412,9 %’

31

  • 103 Cf. annexe 49 : L’origine des serviteurs dans le quartier de la mercerie : l’Herberie.

121La réalité est complètement différente dans les pennonages du grand commerce. Au Change, l’espace d’attraction a pour limites une ligne Rouen, Angers, Limoges, Nîmes à l’ouest et il s’étend à l’est jusqu’aux Grisons et à Trente. A l’Herberie, une aire aussi vaste s’étend de Bordeaux aux terres d’Allemagne et de Nice aux villes flamandes103. Au quartier italien de la Juiverie, on voit les serviteurs arriver de Venise, de Lucques et de Milan, mais également de Bourgogne, de Champagne et de Paris.

122Cette grande dissemblance entre le recrutement des compagnons trouvés dans les pennonages d’artisans et celui des serviteurs de boutique et de comptoir des quartiers de grands marchands contribue à éclairer les relations pouvant avoir relié telle partie de la ville à telle partie du royaume de manière privilégiée.

  • 104 Cf. annexe 50 : L’origine des serviteurs à Lyon en 1597.

123Là, il ne s’agissait que d’appeler une main d’œuvre dont l’élément lyonnais ne représente qu’une faible partie, proche du sixième de l’ensemble104. Les canaux de cet afflux nous échappent ; c’est là une question que les recensements ne peuvent résoudre seuls. Il faudrait pouvoir suivre les filières familiales, le rôle traditionnel d’anciens courants, connaître les étapes de l’immigration et éventuellement ses organisateurs, cerner l’importance exacte de ces hôtes et de ces simples logeurs chez qui les enquêteurs trouvèrent des compagnons nouvellement arrivés.

  • 105 Cf. annexe 51 : Chemins du grand commerce et origines des serviteurs en Auvergne.
  • 106 GASCON (R.) op. cit. p. 162.

124Ici, les mécanismes d’appel sont plus aisément discernables. Au Change comme à l’Herberie, l’immigration a des origines plus fréquemment urbaines qu’ailleurs. Les villes dont les noms reviennent au fil des minutes sont des centres de commercialisation de draps, de toiles, de mercerie. On lit ainsi parmi les provenances Amiens, Rouen, Reims, Troyes, Tours, Issoudun, Saint-Amour... Ces localités semblent esquisser le schéma du réseau de relations de négoce des marchands : les quatres hommes vivant chez le mercier Amable Thierry sont natifs de Clermont, de Maringues, d’Issoire et de Reims. Tout se passe comme si les serviteurs avaient suivi les mêmes routes que les balles de marchandises105. L’importance des liens unissant Lyon aux provinces du centre et du sudouest106 se traduit ainsi par le nombre des serviteurs d’Auvergne et du Languedoc, supérieur à celui des Lyonnais de naissance.

  • 107 CC 1867, p. 2, 1637-1638.
  • 108 CC 328. Taxe des aisés de 1640.
  • 109 Nous ne connaissons aucun document pour cette période qui soit comparable au registre des droits p (...)

125Il ne faut pas se méprendre sur la qualité des hommes au service de marchands drapiers ou merciers. Jehan Vacheron et Hugues de la Praye, jeunes apprentis en 1597, grands noms du négoce lyonnais quarante ou cinquante ans plus tard, ne sont pas des cas d’espèce. Au Change, le viennois Ennemond Duplomb, qui servait le marchand mercier Vincent Richard depuis 1585 figurera pour une taxe de 225 livres sur le registre de la douane de Lyon de 1637 - 1638, essentiellement pour de la mercerie107 et la compagnie qu’il avait constitué avec Savaron sera frappée en 1640 d’une imposition de 2100 livres, comme aisée108 Chez le même maître avait été recensé Jehan Pinedon, d’Alleuze en Auvergne. Nous le retrouverons en 1626, comme marchand de train des Flandres. Il passera le pont de Saône pour former une compagnie avec un certain Maurin, rue Longue, qui sera également imposée pour 2100 livres en 1640 après avoir acquitté pour 377 livres de droits de douane en 1637 et 1638. C’est face à une des plus fortes cotes, 1970 livres que se lit le nom d’Armand Rochette, en raison d’importantes arrivées de draps de laine ; il avait figuré quarante ans plus tôt comme serviteur du drapier André Vaulx, à l’Herberie... Sans doute pourrions-nous multiplier indéfiniment de semblables exemples si la première liste de marchands de Lyon qui soit suffisamment complète était chronologiquement moins éloignée du recensement de 1597109... Il paraît néanmoins assuré qu’une majorité des serviteurs des pennonages de grands marchands était composée de jeunes négociants en apprentissage. Sans doute beaucoup de leurs noms trouveraient-ils un écho dans les archives pouvant subsister à Clermont, au Puy ou à Limoges et se rapportant à un silent trade encore mal connu, voire au grand commerce vers l’Espagne...

Notes

1 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu. Nous utilisons ici exclusivement les cadres d’étude mis en place par Peter Laslett dans Household and Family in Past Time (Type 1 pour les isolés, 2 pour les familles à structure non conjugale, 3 pour les familles conjugales nucléaires, 4 pour les familles élargies, 5 pour les familles polynucléaires et type 6 pour les structures inconnues).

2 Dans la classification de Peter Laslett, cette distinction s’établit entre les catégories Ia et Ib : tous les veufs solitaires sont classés en lb. Il faut la présence d’enfants sans femme au foyer pour qu’un homme puisse être présumé veuf et classé en 3c.

3 La distinction a ses limites. En s’appuyant sur un petit nombre de travaux on en est venu à opposer couramment un midi aux familles polynucléaires à un nord aux familles restreintes. C’est ainsi, par exemple, que Jean Louis Flandrin résume les données du problème dans Familles. Mais l’ensemble des études utilisées forme un assemblage assez hétéroclite, comprenant des conclusions tirées de recensements d’époques bien différentes, de taille très réduite - d’où la sensibilité des résultats - et plus souvent ruraux qu’urbains. Ne faudrait-il pas introduire simultanément une distinction entre ville et campagne ?

4 LASLETT (P.) Un monde que nous avons perdu.

5 COLLOMP (A.) Famille nucléaire et famille élargie en Haute-Provence au XVIIIe siècle. 1703 - 1734. Annales Economies Sociétés Civilisations, 1972, p. 969 - 975.

6 Cf. annexe 17 : Structure de la famille : récapitulation 1597.

7 LASLETT (P.) « La Famille et le Ménage : Approches Historiques » Annales Economies Sociétés Civilisations, 1972, p. 864.

8 Cf. annexe 18 : Structure de la famille : récapitulation 1636.

9 LEBRUN (F.) La Vie Conjugale sous l’Ancien Régime p. 62 - 63.

10 LIONS (P.) et LACHIVER (M.) Dénombrement de la population de Breuil en Vexin en 1625. Annales de Démographie Historique, 1967, p. 521 - 537.

11 Recherche de Laboratoire de Démographie Historique de l’Ecole des Hautes Etudes, citée par J.L. Flandrin op. cit. p. 241.

12 FLANDRIN (J.L.) op. cit. p. 75.

13 Cf. annexe 19 : Sturcture de la famille. 1597. Effectifs en nombre d’individus.

14 Cf. annexe 20 : Structure de la famille. 1636. Effectifs en nombre d’individus.

15 11 est tentant d’appliquer à semblables données un traitement statistique du type X2. Le faire serait, croyons-nous, se laisser leurrer. Même en laissant de côté les critiques que l’on peut adresser au test quant à sa légitimité - tel le choix assez arbitraire du nombre de degrés de liberté - il faut être persuadé qu’il est parfaitement illusoire de prétendre conclure à une significativité au seuil de 5 ou même 10 % quand on ignore tout de l’erreur commise à la confection du document et qui atteint peut-être 20 ou 25 %, en tout cas une valeur très largement supérieure à la précision annoncée ; il ne faut jamais perdre de vue la nature de l’objet étudié : on ne peut, quant à la validité de l’observation, mettre sur le même pied une population de drosophiles dont le comptage est peu générateur d’erreurs et un texte du XVIe siècle par définition imparfait. En allant jusqu’à supposer cette hypothèse levée, les différences entre quartiers soulignées comme significatives n’auraient de valeur prouvée que dans un intervalle chronologique court. C’est pourquoi nous ne nous sommes attaché qu’aux particularités massivement discernables, elles seules ayant pour nous des chances de s’enraciner dans le structurel.

16 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales 1597.

17 Cf. annexe 22 : Quartiers et structures familiales 1636.

18 Malgré une grande répugnance pour tout ce qui se veut être trans-historique - et ici l’écart est de près de trois siècles - il nous faut remarquer que les structures familiales, chez les canuts de la Croix Rousse au XIXe siècle, hélas conçues suivant une typologie qui exclut toute comparaison avec nos chiffres, ont pu être mises en relation avec les conditions de la production. Cf. SHERIDAN (G.) « Idéologies et Structures Sociales dans les Mouvements d’Association Ouvrière à Lyon de 1848 à 1877 », Bulletin du Centre d’Histoire Economique et Sociale de la Région Lyonnaise. 1976, 2, p. 1 - 47.

19 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu.

20 ROUPNEL (G.) Les populations de la ville et de la campagne dijonnaise au XVIIe siècle p. 93 - 94.

21 BIRABEN (J.N.) L’état des âmes de la paroisse de Montplaisant en 1644. Annales de Démographie, 1970
. COLLOMP (A.) Ménage et famille. Etudes comparatives sur la dimension et la structure
. NŒL (R.) - La population de la paroisse de Laguiole, d’après un recensement de 1691 Annales de Démographie Historique, 1967, p. 197 - 223
. - La population de la paroisse d’Inières d’après un recensement nominatif du diocèse de Rodez en 1690, Annales du Midi, Avril-Mai 1968, p. 136 - 156. - L’état de la population de Mostuejouls (Aveyron) en 1690 in Hommage à M. Reinhard : sur la population française au XVIIIe et au XIXe PARIS 1973, p. 505 - 522. FLANDRIN (J.C.) op. cit. p. 240.

22 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu, 1597.

23 Les données recueillies dans cette optique par J.P. Bardet pour Rouen en 1793 et par J. Dupaquier et ses collaborateurs pour Valenciennes et ses villages voisins en 1693 ont été reproduites par J.L. Flandrin dans Familles, op. cit. p. 241. A notre connaissance, nulle exploitation détaillée n’en a été publiée.

24 Cf. annexe 23 : Structure familiale et conditions sociales. 1597.

25 Un échantillon plus réduit tiré du recensement de 1636 confirme ces enseignements avec assez de netteté si l’on écarte les taux aberrants issus d’effectifs de très petite taille. Cf. annexe 24 : Structure familiale et conditions sociales. 1636.

26 MOLS (R.) op. cit. t. II, p. 113 - 121.

27 PIRENNE (H.) Les dénombrements de la population à Ypres au XIVe siècle (1412 - 1506) in Vierteljahrschrift für Sozial und Wirtschaftgeschischete, 1903, t. I, p. 1 - 32. Cité par MOLS (R.) op. cit. t. II, p. 116.

28 Cf. annexe 25 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1597. Effectifs en nombre de feux.

29 Cf. annexe 26 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1636. Effectifs en nombre de feux.

30 GARDEN (M.) op. cit. p. 156 - 157. Du quartier du Change à celui du Plat d’Argent (pennonage de création postérieure à l’époque de nos sources, situé entre la rue Thomassin et la Grande rue de l’Hôpital) la fréquence des feux d’au moins dix personnes varie encore assez nettement : de 6,17 % à 3,35 %.

31 Cf. annexe 27 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1597. Effectifs en nombre d’individus.

32 Cf. annexe 28 : Quartiers et dimension des familles. Récapitulation 1636. Effectifs en nombre d’individus.

33 Cf. annexes 43 et 44 : Le poids démographique des serviteurs. 1597 · 1636

34 Cf. annexes 29 et 30 : Taille et structure des familles. 1597 - 1636.

35 Cf. annexe 31 : Dimension des ménages et conditions sociales. 1597. Par souci de cohérence, nous avons réutilisé la classification socio-professionnelle adoptée précédemment lors de l’étude du même échantillon sous l’angle des structures familiales. Il faut évidemment laisser de côté les résultats qui, reposant sur des effectifs trop réduits, n’ont aucune expressivité.

36 Cf. annexe 32 : Dimension des ménages et conditions sociales. 1636.

37 Cf. annexe 33 : Position sociale et structure des foyers à 3 et 4 générations. 1597.

38 Cf. annexes 19 et 20 : Répartition de la population par types de structures familiales, 1597, 1636.

39 Cf. annexe 34 : Liens de parenté et corésidence.

40 Cf. annexe 9 : Analyse quantitative de contenu. 1597. 1636.

41 Il faut alors entendre par « enfants » les fils et filles du chef de maison résidant sous son toit, sans aucune précision quant à leur âge.

42 Cf. annexe 21 : Quartiers et structures familiales. 1597.

43 Cf. annexe 35 : Les enfants. Répartition par feux. 1597.

44 Cf. annexe 36 : Les enfants. Répartition par feux. 1636.

45 BB 194, fo 143 vo, 13 septembre 1640. Acte de notoriété délivré à J.J. MANIS, père de dix-sept enfants vivants, naturels et légitimes.

46 GARDEN (M.) op. cit. p. 26.
MOLS (R.) op. cit. T. III, p. 122 : registre de la capitation de Paris, 1755. CARRIERE (J.) La population d’Aix en Provence à la fin du XVIIe siècle : recensement de 1695 en vue d’établir la capitation.

47 MUHEIM (H.) Une source exceptionnelle : Le Recensement de la Population lyonnaise en 1709. Les domestiques dans la société.

48 Cf. annexes 2 et 5 : actes de délibérations consulaires.

49 Cf. annexe 9 : analyse quantitative de contenu.

50 Cf. annexe 37 : Les serviteurs en 1597 : les dénominations.

51 Cf. annexe 10 : analyse quantitative de contenu.

52 Claude POCQUET DE LIVONNIERE, à l’article de la puissance des maîtres de son traité « Règles du Droit François » dit cependant : Les maîtres ne sont tenus du fait ou de la faute de leurs Serviteurs qu’en deux cas : 1° S’ils leur ont donné ordre. Pour les fautes par eux commises dans le genre du négoce où ils ont coutume de les employer. Il cite, à titre d’autorités, Guy COQUILLE et quatre références du Journal des Audiences. Il s’agit là d’une vue de juriste. L’ordonnance de François 1er donnée en 1540 laissait une marge importante d’interprétation : Defendons à toutes manières de gens de quelque estat et condition qu’ils soient de se servir de gens incogneus & vagabonds, malfamez, & renommez & de mauvais vie : sur les peines au cas appartenans de respondre civilement des crimes % delicts qu’ils commettront durant qu’ils seront à leur service. Cf. GUENOIS. (Pierre) La Conférence des Ordonnances Royaux fo 628.
En tout état de cause, les circonstances particulières de cette fin de siècle amenaient les autorités à agir sans forme de procès. Des vingt-et-un individus que le chevalier du guet fut chargé d’expulser à la fin 1597, onze étaient des serviteurs. (Cf. supra p. 32.)

53 MARIEJOL (J.H.) op. cit. p. 239.

54 GARDEN (M.) op. cit. pp. 49 à 55.
CHATELAIN (A.) La Formation de la Population Lyonnaise : Apports Savoyards au XVIIIe siècle Revue de Géographie de Lyon. XXVI, 1951, pp. 345 - 349.
L’auteur s’appuie sur un mémoire de l’intendant DE PASSIER écrit en 1768 : quantité de filles de cette province en sortent chaque année pour aller travailler aux fabriques de soye établies à Lyon. Le tirage de cordes est alors leur principale destinée.

55 Cf. D’HENNEZEL (H.) Claude DANGON, LYON, 1926.

56 ALGOUD (H.) La soie, Art et Histoire p. 115.

57 HH 159, p. 8, 12 - 13 juin 1621, Rôle des veloutiers, taffetassiers et guimpiers ayant des mestiers qui travaillent...

58 Cf. annexe 39 : servantes et chambrières à Lyon en 1597.

59 Nous reprenons ici un biais déjà utilisé par Edmond ESMONIN in Un recensement de la Population de Grenoble en 1725 Cahiers d’histoire, 1957, 3. pp. 243 - 278. Il est probablement plus fiable vis-à-vis des textes du XVIIIe que de ceux du XVIe siècle. Une idée semblable est systématisée par Roland MOUSNIER dans sa description des strates de la société parisienne du XVIIe in Paris Capitale au temps de Richelieu et de Mazarin pp. 165 - 175 et surtout in Recherches sur la stratification sociale à Paris au XVIIe et au XVIIIe siècles.

60 Cf. annexe 10 : analyse quantitative de contenu.

61 Cf. annexe 37 : les serviteurs en 1597 : les dénominations.

62 Cf. annexe 38 : les serviteurs en 1636 : les dénominations.

63 CARRIERE (J.) La population d’Aix en Provence à la fin du XVIIe siècle Annales de la Faculté d’Aix-en-Provence. 1958.

64 ESMONIN (E.) « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 » Cahiers d’Histoire 1957, II, p. 243 - 278.

65 GASCON (R.) Histoire Economique et Sociale de la France p. 367, Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle pp. 410 - 413. DE VALOUS (G.) Les familles consulaires de Lyon au XVIe et XVIIe siècle. Bulletin Philologique et Historique. 1962. ZELLER (O.) L’échevinage et la vie économique lyonnaise. 1625 - 1660, 1976, mém. dact.

66 Les liens sont même quelquefois de cohabitation : Claude PONTHUS, marchand drapier est recensé avec son frère, l’élu PONTUS. EE 32, p. 32, 4 sept. 1597, quartier de Saint Nizier.

67 Cf. annexe 40 : les domestiques des officiers de judicature et de finance à Lyon en 1597.

68 GARDEN (M.) op. cit. pp. 49 et 248.

69 Cf. annexe 41 : Laquais, hommes et palefreniers à Lyon en 1597.

70 Il était gentilhomme ordinaire de la chambre du prince de Condé et fut. à partir de 1608, capitaine pennon de la Juiverie. (BB 144, fo 39 vo, 6 mars 1608).

71 Le Sieur de SAILLANS est Pierre BAGLIONI. Sous le nom de DE BAILLON, cette famille figurera parmi les principales lignées lyonnaises du XVIIe siècle : Léonard de Baillon, chevalier, seigneur de SAILLANS et baron de JOUX, gentilhomme ordinaire, sera prévôt des marchands en 1638 - 1639. (BB 192, fo 3 vo, 17 décembre 1637).

72 Ce terme revêt d’ailleurs des significations diverses selon les sources. En général, le contexte évoque quelque commensal d’une riche maison, un secrétaire, un commis ou un valet de chambre. Localement, l’image du simple compagnon de métier l’emporte. (Cf. annexe 41).

73 A nouveau, ces domesticités importantes pour l’époque se rencontrent chez les membres de familles fortunées, liées aux fonctions consulaires.

74 GASCON (R.) op. cit. p. 11.

75 Cf. annexe 42 : les précepteurs à Lyon en 1597 et 1636.

76 Cf. annexe 40 : les domestiques des officiers de judicature et de finance à Lyon en 1597.

77 Il faut citer ici un témoignage inédit, plus tardif :... vous m’obligeres aussi monsieur de vous informer a quelles conditions on pouroit placer un enfant de famille denviron quinze ans pour apprendre le commerce ches quelque honette homme de negotiant et qui soit bon catolique romain, si cest en pension, a Combien et pour combien d’annee il faudra paier ou si on ne trouveroit pas pa hasart quelque jeune enfant qui voulut bien venir en eschange pour apprendre le francois, le chiffre et l’ecriture a roscoff, enfin monsieur faitte moy la grasse decrire un petit memoire instructif des propositions et des maximes du paix, ayant entendu dire quon avoit coutume en placant un jeunne homme ches un fameux marchant, quon passe un acte pour sept ans, quau bout de trois ans, on gagne sa pensions et dans la suitte des appointement suivent ce dont on est capable quil faut fournir caution en antrant et que les septs ans estans finis a la satisfaction et au contentement du marchand, qu’H est de la regle que le dit marchand procure a son Commis toutes ses correspondances dans quelques endroits ou il veille setablir et qu’H escrive pour cela une lettre sirculaire a tous ses correspondants pour les prier de s’adresser a ce jeune marchand dont il répond tant de la Cappacité que de la droiture et bonne foy dans le commerce. Mr DE LA PORTE NOIRE, armateur de Roscoff, à Mr de KERSABIEC SIOCHANT, qui vat en hollande, 20 janvier 1723. (Correspondance de Mr de la Porte Noire, 1721 - 1725, coll. part.)

78 ARIES (P.) L’Enfant et la Vie Familiale sous l’Ancien Régime.

79 DE L’ESTOILE (P.) Journal pour le Règne de Henri IV PARIS GALLIMARD, 1960, p. 24.

80 Cf. annexe 42 : Les précepteurs à Lyon en 1597 et 1636.

81 Cf. annexe 43 : Le poids démographique des serviteurs. 1597.

82 Cf. annexe 45 : Les serviteurs en 1597. Nombre et répartition.

83 MESSANCE (F.) Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen, et de quelques provinces et villes du Royaume, PARIS, 1766, p. 184 - 186, cité in : MOLS (R.) op. cit. III, p. 122.

84 MESSANCE (F.) op. cit. p. 184 - 186.

85 ESMONIN (E.) Un recensement de la population de Grenoble en 1725. Cahiers d’Histoire 3, 1957, p. 243 - 278.

86 Cf. supra, tableau 23 : Les domesticités lyonnaises en 1597.

87 FAGNIEZ (G.) L’industrie en France sous Henri IV, p. 63.

88 BB 190, fo 34, 10 février 1637.

89 GASCON (R.) op. cit. p. 318.

90 HH 159, p. 8, 12 et 13 juin 1621. Place Confort. Cf. infra, chapitre VII.

91 De l’histoire de la futainerie lyonnaise, nous n’avons guère que l’acte de naissance (R. GASCON, op. cit. p. 318), en 1549 et l’acte de décès, dressé à la fin du siècle suivant par LAMBERT D’HERBIGNY. Il y aurait là une injustice à réparer : si la valeur du produit n’a pas de commune mesure avec celle des soieries, la futainerie a, en revanche, donné de la besogne à une partie de la population urbaine et a été à l’origine de courants commerciaux que l’on ne peut négliger.

92 Cf. annexe 52 : Les grandes maisons étrangères de la Juiverie. 1597.

93 Cf. tableau 25 : Les grandes domesticités masculines en 1597.

94 Cf. annexe 5 : BB 134, fos 113 - 114 vo, 2 septembre 1597.

95 Cf. annexe 47 : La domesticité masculine. Cartographie de densité par quartiers. 1597.

96 MESSANCE : Recherches sur la population des Généralités d’Auvergne, de Lyon et de Rouen, p. 105. MOHEAU : Recherches et considérations sur la population de la France, p. 113 - 114, cités par POUSSOU (J.P.) in Démographie Historique, p. 194.

97 On trouve en effet, au quartier de la Lanterne, un Claude MEYGRET, de Champagne, dont on ne précise pas le métier. Ce cas isolé amène à penser que, parmi les chefs de feu dont on ne portait pas l’état, figurait une indéterminable proportion de ces serviteurs mariés ne résidant pas chez leur maître, le surplus étant des infirmes, des vieillards ou de nouveaux arrivants.

98 Cette constation pose trois angoissantes questions. Elle montre un exemple de double compte, DE BONNEFONT ayant été recensé une première fois comme chef de feu et une seconde comme compagnon. L’image des métiers se trouve faussée quand tout laissait croire, à Saint Vincent, qu’il s’agissait d’un artisan travaillant pour son compte. Compter, enfin, son foyer comme étant dépourvu de serviteur fait artificiellement gonfler le taux de cette catégorie de feux. Combien de fois semblables triples distorsions ont-elles sournoisement affecté nos résultats ?

99 Relevons néanmoins un indice isolé : aux Terreaux, où cette précision concernant les serviteurs mariés semble avoir été notée régulièrement tout au long du document, elle concerne cinq cas sur 59. Il ne paraît pas possible de pallier le laconisme des autres minutes en recherchant dans toute la ville les serviteurs recensés en tant que tels chez leur maître, car ils ne sont que trop rarement nominalement inscrits, outre l’obstacle des déformations, des homonymies et des sobriquets.

100 GASCON (R.) op. cit. p. 904.

101 Cf. annexe 48 : L’origine des serviteurs dans un quartier de l’art de la soie : le Griffon.

102 Paul PINCETTE, teinturier genevoys, son fils de dix-huit ans, cinq serviteurs... Jean-Jacques PINCETTY obtint par lettres patentes du 10 mars 1622 un privilège protégeant la manufacture qu’il avait créée à Lyon. On y pratiquait Vondage des camellots, t’accomodage des satins, la réduction des taffetas en tabis. Peu avant 1639, les PINCETTY attirèrent à Lyon des ouvriers allemands et se mirent à fabriquer des treillis. Jean-Jacques PINCETTY, écuyer, fut capitaine pennon du quartier de la Lanterne. On en trouve des mentions documentaires en 1616, 1628 et 1631.

103 Cf. annexe 49 : L’origine des serviteurs dans le quartier de la mercerie : l’Herberie.

104 Cf. annexe 50 : L’origine des serviteurs à Lyon en 1597.

105 Cf. annexe 51 : Chemins du grand commerce et origines des serviteurs en Auvergne.

106 GASCON (R.) op. cit. p. 162.

107 CC 1867, p. 2, 1637-1638.

108 CC 328. Taxe des aisés de 1640.

109 Nous ne connaissons aucun document pour cette période qui soit comparable au registre des droits perçus par la douane de Lyon en 1636 et 1637, où plus de quatre cents noms sont portés.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. ORIGINE GEOGRAPHIQUE ET STRUCTURE DE LA FAMILLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 5. LYON ET VALENCIENNES : LA CONVERGENCE DES DONNEES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 1. 1597 - REPARTITION DES FAMILLES PAR TAILLE (sur 1717 cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 2. 1636 - REPARTITION DES FAMILLES PAR TAILLE (sur 1785 cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 8. L’EXPANSION DE LA DOMESTICITE : REPARTITION PAR TYPES DE STRUCTURE FAMILIALE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 9. EVOLUTION DE LA TAILLE DU FEU ET CONDITIONS SOCIALES 1597 - 1636
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 10. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes exclus)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 12. LES GENERATIONS CORESIDENTES (serviteurs et servantes compris)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 16. LES PARENTS CORESIDENTS : REPARTITION PAR GENERATIONS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 17. LES PARENTS CORESIDENTS : LA PREDOMINANCE PATRILINEAIRE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 20. LES ENFANTS de JJ. MANIS, MARCHAND de DRAP de SOIE 1640
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 21. REPARTITION DANS LYON DES SERVITEURS DE MAISON EN 1597
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 22. LES CLERCS A LYON EN 1597
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 3. REPARTITION PAR TAILLE DES DOMESTICITES. 1597. (dix quartiers, 1886 feux)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Figure 4. LES SERVITEURS DANS LES DOMESTICITES. 1597. (dix quartiers, 583 domesticités)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Figure 5. DIMENSION DES DOMESTICITES : ETUDE PAR QUARTIERS. 1597.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 25. LES GRANDES DOMESTICITES MASCULINES EN 1597 (sur trente-et-un quartiers)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 6. REPARTITION PAR TAILLE DES DOMESTICITES (six quartiers, 1326 feux)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 7. LES SERVITEURS DANS LES DOMESTICITES. 1636 (six quartiers, 740 domesticités)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Figure 8. DIMENSION DES DOMESTICITES : ETUDE PAR QUARTIER - 1636
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14531/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search