Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Première partie. Les sources et leur cadre

Chapitre II. Le cadre des recensements : les pennonages

Texte intégral

I - LES CONTOURS DE L’INSTITUTION

  • 1 Essentiellement les « Notes sur les pennonages lyonnais » publiées par Eugène VIAL dans la Revue d (...)

1Les pennonages lyonnais n’ont guère suscité d’études jusqu’à présent. Au milieu de nombreuses publications prenant, depuis une centaine d’années, les diverses institutions lyonnaises pour cibles, on ne trouve, outre les chapitres du Lyon Militaire de Léopold Niepce, que peu d’articles qui leur soient consacrés1. Sans doute ce désintérêt s’explique-t-il doublement par l’aspect apparemment très anecdotique de la vie de la milice et par son caractère anonyme, à la différence d’autres institutions de la ville, telles le Consulat ou la Conservation des Foires, qui présentaient soit l’avantage de pouvoir être replacées dans le courant d’une histoire politique, puis économique, soit celui d’avoir été le théâtre où s’illustrèrent des Lyonnais dont les descendants, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, étaient avides de travaux à résonance historique, mais plus encore généalogique. A cet égard, la connaissance des anciens pennonages n’offrait aucune utilité : ces derniers étaient constitués d’anonymes, de petites gens et, si une partie des capitaines appartenait à des familles de la noblesse d’office et de cloche ou du monde du grand commerce, ce n’était là qu’un aspect secondaire, une des prérogatives de la notabilité.

  • 2 EE 1 à 106, s’y ajoutent de nombreux actes consulaires, série B.B.

2De nos jours la vie des quartiers de milice est un objet d’étude plus attirant. Le cadre des pennonages était aussi celui de rapports de sociabilité urbaine... Il serait d’autant plus intéressant de cher cher à les définir que le fonds des affaires militaires, aux archives municipales, est assez étoffé pour permettre un suivi assez proche de leur évolution, du XVe au XVlIIe siècle...2

3Au sens le plus étroit, le mot pennonage dénommait une unité de milice urbaine formée des habitants d’un quartier de la ville et placée sous l’autorité de plusieurs officiers et bas-officiers. L’emploi qui en est fait à la fin du XVIe et au XVIIe siècle témoigne d’un glissement de ce sens, et pennonage correspond alors à deux objets différents. On arme, on rassemble lespennonages : ce sont les cadres territoriaux de la milice pris comme découpage de l’espace urbain qui sont ici désignés. Le mot est alors utilisé comme synonyme de quartier. On trouve indifféremment sous la plume de chacun des secrétaires de ville successifs des tournures où l’une ou l’autre des appellations sont employées : le pennonage de la Croisette aussi bien que le quartier de la Croisette. Il est même très courant de rencontrer les deux mots utilisés conjointement, en redondance : le quartier et pennonage de Port Saint Paul. Les termes désignant l’institution et son propre cadre territorial ont fini par ne plus s’appliquer à des réalités nettement distinguées.

4Cette confusion des vocables est significative. Elle correspond à l’appauvrissement des fonctions du pennonage lyonnais.

  • 3 GASCON (R.) op. cit. p. 436
  • 4 Ibidem p. 426.
  • 5 CC 328.

5Au XVIe siècle, le quartier est encore un cadre fiscal autant que militaire ; c’est même cette dualité de rôles qui avait amené à se préoccuper de définir des limites précises3. Mais 1571 verra la confection des dernières Nommées, levées auparavant dans chaque pennonage et remplacées dès lors par de nouveaux droits d’entrée4. Le découpage militaire ne servira désormais plus avant longtemps de cadre à la perception d’un impôt. La taxe de 16405 frappant aisés et étrangers fut établie en ne mentionnant que les rues, et si les bribes de registres de capitation et vingtièmes du XVIIIe qui nous ont été conservées sont subdivisées par pennonages, il nous est encore donné de constater que, sur les exploits imprimés que les papiers privés recèlent, le nom du quartier de l’imposé est porté concurremment à celui de sa paroisse.

6Sur le plan politique, le quartier lyonnais est dépourvu d’existence : alors qu’à Toulouse chaque capitoulat avait voix à l’élection d’un des capitouls, ou si chacun des quatre quartiers de Nevers, plus petite ville, choississait au premier degré son magistrat municipal, la nomination des échevins lyonnais, à la Saint Thomas, ne con naissait d’autre partition de la ville que celle qui opposait traditionnellement la rive droite de la Saône, ou costé de Fourvière, ancienne terre du royaume, à la presqu’île, ou costé de Saint Nizier, ancienne terre d’Empire.

7Il en est de même en ce qui concerne des aspects plus secondaires de la vie urbaine. Les juges de la police nommés par le Consulat voient leur compétence s’étendre à des groupes de rues et leurs voies attenantes. La lutte contre l’incendie ne s’organise pas davantage par quartiers : les maîtres charpentiers qui en sont chargés interviennent dans tous les pennonages qui forment la moitié de ville de leur ressort. Tout s’accorde à montrer que, dès la fin du XVIe siècle, le découpage de la ville ne correspond à rien d’autre qu’aux nécessités de la mise sur pied de la milice : quartier et pennonage peuvent donc être confondus sans inconvénient.

II - UNE HIERARCHIE DE QUARTIER

  • 6 L’emploi du terme est massif. De tous les documents du fonds EE que nous avons consultés, deux seu (...)
  • 7 CC 4024 Pièces d’un jugement rendu par les juges de la Douane de Lyon contre des marchands de Lyon (...)

8Chaque unité de milice avait à sa tête un officier de quartier, le capitaine pennon6. Cette appellation n’était pas exclusivement lyonnaise. On trouve trace d’un certain François Noyer, cappitaine penon du pennonage du Marché dans un acte dressé à Saint Chamond au milieu du XVIIe siècle7, sans que l’on sache si l’emploi du mot s’inspirait des institutions lyonnaises ou si au contraire il faut voir là le résultat d’une origine ancienne commune.

  • 8 EE 9, p. 1, 16 mai 1517, élection de Louis BAS, capitaine de la rue Mercière.
  • 9 EE 9, p. 14, 1er mars 1608. Remplacement des pennons de l’Asnerie, du Grand Palais et du Plâtre.

9Le mode de nomination de ces capitaines pennons s’inscrivit dans la même évolution que les autres charges municipales. Une épave isolée8 semble prouver qu’au début du XVIe siècle subsistaient au moins les formes d’une élection des chefs de quartier par les plus notables habitants. Un siècle plus tard, la réalité sera très différente : s’agissant de pourvoir trois charges de capitaine pennon vacantes au début de 1608, le Consulat se bornera à convoquer ceux qu’il a prévu de désigner et, après avoir essuyé un refus, nommera un officier de sa propre autorité9. Quand les actes consulaires du XVIIe recourent, en préambule à un acte de nomination à la formule de l’advis des plus notables et principaux habitants du dit quartier, il ne faut pas y voir plus qu’une clause de style rappelant les anciennes formes jadis suivies.

  • 10 EE 9, p. 33, 19 mars 1587. Ce capitaine BAYARD semble avoir été un de ces notables de quartier don (...)
  • 11 EE 9, p.5, 20 avril 1580.
  • 12 EE 9, p. 4, 25 avril 1580.

10Les échevins ont du reste la haute main sur les capitaines pennons. Ils révoquent au besoin ceux qui sont convaincus d’incapacité : ainsi le capitaine Chopinet, qui n’est obei dans son quartier de la rue Neuve est-il remplacé d’autorité par Jean Bayard, batelier et marchand de bois10 comme son prédécesseur. De même le Consulat se réserve-t-il de nommer et de révoquer les lieutenants et enseignes. Il désavouera ainsi le capitaine Bottet, chef du Griffon, qui avait donné l’enseigne du quartier à un nommé Malleval en dépit de son avis11 et Jean Demarcyeu qui avait démis de ses fonctions le quartenier Jean Begulle, outrepassant ainsi ses pouvoirs de pennon de la Grande Rue de l’Hôpital12.

  • 13 EE 9, p. 29, 22 mars 1628.
  • 14 EE 9, p. 30, 23 mars 1628.

11La dévolution de la responsabilité des pennonages était par ailleurs surveillée en haut lieu. Le gouverneur était attentif à ne pas laisser les membres d’une même famille cumuler les charges d’officier de quartier, ce qui eût constitué un danger latent. Il s’agissait au contraire d’émietter par prudence le pouvoir local. Aussi Monsieur d’Halincourt cassa-t-il la décision du Consulat qui avait remplacé à la tête du pennonage des Cordeliers l’élu Barlet, décédé, par le Sieur Murard fils, trésorier de France, dont le père commandait à Bon Rencontre, quartier jouxtant, considérant qu’il ne se vit jamais que le père et le fils ayent été penons en mesme temps ce qui ne se doit et moins de deux quartiers comme sont ces deux là (Les Cordeliers et Bon-Rencontre) qui tiennent un tiers de la ville du costé du Rhosne13. Dans les véhémentes prostestations que les échevins opposèrent à cette nouvelle ingérence on ne put guère invoquer de précédents décisifs : il ne fut prouvé que l’exercice de la charge de pennon de la rue Neuve par un certain Demontceau quand son gendre Cheylieu en était Lieutenant14 et une situation semblable à la Grenette où le pennon Morand avait pour enseigne un de ses fils. Le gouverneur parla alors d’un désordre qui ne provenoit que de deux ou trois maisons de la ville qui veulent tout gouverner.

  • 15 EE 9, p. 15, 28 septembre 1616.
  • 16 BB 166, fo 109 vo, 13 mai 1625 et BB 193, fo 104 vo, 24 mai 1639.

12La volonté royale s’exprima même à l’occasion par une lettre de cachet : en 1616, la protection du roi permit à Pincetty, capitaine de quartier de la Lanterne, de n’être pas dépossédé de ses fonctions par le Consulat15. Il est surprenant de constater pareille intervention du pouvoir central en une affaire de faible envergure où l’on ne discerne guère que des rivalités personnelles à l’échelon local. Jean Jacques Pincetty avait bénéficié d’assez d’appuis pour obtenir des lettres patentes lui assurant le monopole de l’ondage des camelots : aussi la personnalité de l’homme futelle probablement plus déterminante que la valeur de l’enjeu du litige16.

  • 17 Cf. annexe 12, les capitaines pennons lyonnais. Nous avons amorcé ce travail sur une période d’une (...)
  • 18 EE 24, p.24, 1561.
  • 19 EE 9, p. 9, 23 mars 1628.
  • 20 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.
  • 21 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.
  • 22 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.

13Une étude complète du groupe des capitaines pennons du XVIe au XVIIIe siècle reste à entreprendre17. Sans doute préciserait-elle la profonde évolution de sa composition socio-professionnelle que laissent deviner plusieurs indices. Si, en 1561, Jacques Bellycaut, boucher de son état, pouvait être pennon des Terreaux18, sa condition de simple charpentier empêchera le lieutenant des Cordeliers d’accéder à la fonction principale en 162819, et à la fin du XVIIe siècle il sera devenu inconcevable d’investir des rôles de capitaine, lieutenant et enseigne quiconque n’est pas un notable en qui le Consulat puisse prendre une entière confiance20. Soit que la ségrégation sociale se soit accentuée, soit que les rares familles fortunées satisfaisant à l’obligation de résidence faite aux officiers de quartier n’aient plus fourni les hommes voulus, on verra des quartiers, tels Saint Just et Saint Irénée, le Gourguillon ou Saint Georges ne comprendre que peu de sujets doués des qualites requises et d’autres, ou il ny a presque que des artisans qui habitent rester non seulement sans capitaine, mais également sans lieutenant ni enseigne21. Ainsi en sera-t-il à Bourgneuf où, les jours de garde, on ne trouvera personne pour commander que quelques sergents mal obeis et mal suivis22. Il est de même nettement observable qu’à la fin du XVIe et au début du XVIIe la charge de capitaine pennon marquait le terme d’une carrière. Beaucoup de vacances se produisaient par le décés du titulaire ou par une démission que le grand aage et incommodités faisaient agréer par le Consulat.

  • 23 BB 175, fo 79, 3 avril 1629.
    BB 175, fo 103, 10 mai 1629.
  • 24 BB 131, fo 51, 11 mars 1594.
    BB 168, fo 46, 29 avril 1626.
  • 25 BB 133, fo 14 vo, 1er février 1596.
    BB 158, fo 12 vo, 5 janvier 1626.
  • 26 BB 124, fo 94 vo, 20 avril 1589.
    BB 168, fo 43, 29 janvier 1626.
  • 27 EE 26, p. 1, 1594.
    BB 181, fo 219, 28 septembre 1632.

14De très longues durées d’exercice n’étaient pas exceptionnelles. Quand l’élu Claude Regnaud cède la place à son fils Nicolas, secrétaire du Roi, il met fin à trente-sept années passées à la tête du pennonage de Pierre Scize23. Son homologue de Bourgneuf était pennon depuis trente-deux ans quand il mourut24 en 1626. Mathurin Gallier fut chef de la rue de Flandres durant vingt-quatre années25, Anthoine Pariat, receveur en la douane de Lyon resta capitaine de Bourchanin pendant près de trente-six ans26, François De Grimo était à sa mort pennon de la Croisette depuis trente-huit ans27... L’énumération pourrait être interminable. Elle soulignerait à loisir combien devenir capitaine pennon était le stade final du cursus honorum lyonnais ; beaucoup d’anciens consuls ne dédaignaient pas d’achever ainsi leur carrière. Le résultat inévitable de ce trait de l’institution était un net caractère gérontocratique. A tout moment se trouvaient à Lyon des quartiers commandés par des vieillards. Il paraît douteux que ceux-ci aient exercé personnellement leurs prérogatives ; probablement l’officier en second, appelé lieutenant pennon détenait-il l’autorité effective sur les habitants. Il était très souvent le signataire des procés verbaux que quelques incidents de rue nous ont laissés, et il n’est pas rare qu’il devinsse à son tour capitaine lors de la vacance de la fonction.

  • 28 BB 134, fo 56, 22 avril 1597.
  • 29 EE 33, p. 11, 30 novembre 1597.
    BB 154, fo 99 vo 24 avril 1618.
    BB 190, fo 126 vo, 10 juillet 1636.
    E (...)
  • 30 Preuves documentaires en 1557 (EE 23), 1561 (EE 24), 1568 (EE 25), 1575 (EE 9, p. 2), 1590 (BB 126 (...)
  • 31 EE 25, août 1568. BB 131, fo 47, 6 mars 1594. BB 181, fo 219, 28 septembre 1632.

15Une hérédité de fait se note dans quelques quartiers. Au Port Saint Paul, l’élu Vize succède à son père Claude28. Saint Nizier est le fief des Colhabaud : la lignée comprend trois capitaines. Le premier, Durand Colhabaud, marchand drappier, meurt en charge en 1618, comme le second du nom en 1636 ; on trouve à nouveau un De Colhabaud pennon en 170529... Le plus bel exemple est celui des Montconys : de Claude, dont le nom est mentionné en 1557 au Sieur Deliergues de Montconnys, capitaine pennon en 1652 ils semblent avoir régné sur le quartier du Plâtre sans qu’à aucun moment la fonction soit sortie de leur famille30. Quand aux frères De Grimo, ils accaparèrent le commandement du pennonage de la Croisette durant plus de soixante-quatre ans !31.

  • 32 EE 9, p. 24, 23 avril 1625.
  • 33 BB 181, fos 264 à 269, 7 décembre 1632.
  • 34 Id.
  • 35 BB 183, fo 54 vo, 17 février 1633.

16Les fonctions des capitaines pennons étaient assez nombreuses. La première d’entre elles était, bien sûr, de commander leur unité de milice. Cette responsabilité leur revenait surtout en des circonstances particulières : la solemnité d’une entrée, qu’elle soit royale ou seulement de grande importance, telle la réception réservée au cardinal Barberini, légat du pape, en 162532. A cette occasion le Consulat avait organisé une haie continue de troupes de pennonages tout au long du parcours du cortège en fixant minutieusement l’emplacement que chacune devrait occuper du Pont du Rhône à Porte-Froc. Il incombait également aux capitaines pennons de faire marcher leurs hommes contre les émeutiers lors des émotions populaires. Quand la réappreciation des droits de la Douane de Lyon provoqua une violente réaction antifiscale, les ouvriers qui s’apprêtaient à incendier les logis du fermier, du prévôt des marchands et d’un échevin furent contenus par les hommes du pennonage circonvoisin33. L’évènement se déroulant place de la Douane, il s’agit sans doute de celui de la rue de Flandres. C’est que toutes les unités de milice étaient loin d’être sûres : nous avions appréhendé de faire armer les penonages d’aultant qu ils sont en partie composes des dits ouvriers (...) nous avions ordonnez aux dits capitaines penons de faire distinction des dits ouvriers dans les autres habitants de leur quartier et qu’ils empeschassent ceux la de prendre les armes34. Et quand le calme fut revenu, les échevins donnèrent acte de sa belle conduite à René Gros de Saint Joire qui, habitant à Belmont les Veze -en dépit des réglements qui obligeaient les capitaines à résider dans leur quartier-, était revenu en hâte à Lyon lors de l’émotion35.

  • 36 EE 7, p. 137 et 144 (probablement vers 1628).
    BB 134, fo 65 vo, 13 mai 1597. Ordre aux pennons de f (...)
  • 37 La forme et direction du grand Hôtel Dieu... Lyon, 1661, p. 44, cité in DURAND (G.) Le Patrimoine (...)
  • 38 EE 9, p. 40, 30 janvier 1626.

17Les capitaines pennons avaient pour autre tâche celle d’être les yeux et les bras du Consulat. Toute mission tendant à recueillir des informations sur la population des quartiers leur revenait. C’étaient eux qui, sauf cas exceptionnel, avaient la charge de recenser les habitants, les pauvres, les étrangers, les maisons, les réformés... On leur demandait de connaître assez la fortune de chacun de leurs chefs de maison pour estimer qui était assez aisé pour être chargé de l’entretien des pauvres que chaque crise multipliait36. La lutte contre la prostitution dépendait aussi de leurs renseignements : Ledit Recteur doit avoir des intelligences par les quartiers et lieux qui sont à l’escart dans Lyon, où d’ordinaire se font les maquerellages ou bourdelages retraites et couches des filles de joye, voir souvent les Capitaines Penons et les Matrones et autres desquels il peut apprendre et découvrir les personnes et endroict, où telles actions se praticquent37. Ce devoir de tout savoir et tout surveil ler supposait une grande vigilance pour être convenablement rempli : la population était assez instable pour que l’on ne crût pas inutile de la recenser, au moins en ce qui concerne les nouveaux venus, après chaque échéance de loyer : les capitaines pennons feront denombrement de ceux qui habiteront leurs quartiers deux fois l’annee scavoir incontinent apres Nœl et tout apres la Saint Jehan38. Le nombre d’injonctions et de recommandations que le Consulat eut sans cesse à renouveler pour que les pennons trop laxistes s’acquittassent de leurs obligations laisse douter de la qualité de cette vigilance...

  • 39 EE 9, p. 31.

18Ces pouvoirs d’investigation se doublaient de pouvoirs de contrainte : un arrêt du Parlement de Paris en date du 28 août 1568 confirmait aux capitaines pennons le droit d’arrestation39. Les quelques affaires dont les pièces nous sont parvenues montrent en fait les officiers de quartier communiquant leurs procès verbaux au Consulat et celui-ci ordonnant l’expulsion ou l’emprisonnement des délinquants en vertu de ses derniers pouvoirs de police. En pareil cas les pennons jouaient un rôle sans doute non négligeable d’intermédiaire entre le menu peuple et l’autorité échevinale. Les comparants dont les actes consulaires conservent les noms sont en majorité des notables, principalement des marchands. Quand les petites gens avaient à se plaindre de leurs voisins, c’est à l’officier de pennonage qu’ils s’adressaient, lequel présentait en leur nom ces doléances à l’hôtel commun.

  • 40 EE 9, p. 9, 13 juin 1606.
  • 41 BB 190, fo 129, 17 juillet 1636.
  • 42 Cf. annexe 13 : Un exemple de modification de frontière entre pennonages : Le Temple et Rue Merciè (...)
  • 43 Cf. annexe 14 : La réforme des pennonages lyonnais en 1647.

19Le groupe des capitaines pennons était loin d’être à l’abri des dissensions. Les querelles de prestige naissaient du désir d’exercer son autorité sur le plus grand nombre d’habitants et sur le plus grand territoire possibles. Aussi se disputait-on des hommes et des maisons, et ce d’autant plus aisément que nul plan ne remédiait à l’imprécision des descriptions de limites de quartiers. En 1606 le Consulat dut ainsi intervenir pour mettre fin à la querelle opposant Bonet, pennon de Saint Pierre à Bernard, pennon de la Lanterne, et fixer la frontière entre leurs fiefs respectifs40. Pareil incident éclata en 1636 entre Cartier, chef de la Côte Saint Sébastien et Michel, pennon du Griffon : c’est l’autorité sur deux maisons qu’ils se refusaient mutuellement41. Chaque officier de pennonage était si peu disposé à se laisser déposséder d’une parcelle de territoire que l’on attendait souvent son décès pour rectifier un tracé au préjudice de son quartier42. Ainsi ne dépouilla-t-on de deux maisons le pennonage du Temple qu’après la mort de son chef, Nicolas Rolichon, en 1606. Plus de quarante ans après rien n’aura changé quand le Consulat jettera les bases d’une future refonte des découpages43. Il aura attendu, pour ce faire, la disparition des capitaines de Confort et de la Grande Rue de l’Hôpital, Lentillon et Lagneau. Rien ne s’oppose alors à ce que l’on divise chacun de ces pennonages en deux, ce qui est aussitôt réalisé. En revanche, l’on ne prélèvera des rues de celui de Bourchanin et Bellecour pour créer un nouveau quartier que lorsque le commandement en sera vacant ; de même ne peut-on envisager dans l’immédiat la division des territoires du Griffon et de la Côte Saint Sebastien en trois parties ni celle du Temple et de Rue Mercière en trois autres : la présence à la tête de deux d’entre eux de capitaines pennons en charge depuis plusieurs années est un obstacle à pareil bouleversement. Mort ou démission leur épargneront un tel affront. Quant à ceux qui sont nommés capitaines des pennonages concernés, ils le sont sous condition d’accepter la future amputation de leur influence. Un capitaine pennon, s’il pouvait à la rigueur se dessaisir d’une ou deux maisons, ne pouvait accepter une réduction massive de son autorité au profit d’un de ses homologues.

  • 44 EE 9, p. 19 et 20, 26 avril 1622. C’est
    sans doute ce qui nous vaut de posséder des listes de penno (...)

20Les querelles de préséance, si fréquentes et si envenimées à l’époque, trouvaient dans toute réunion de capitaines de quartier une excellente occasion d’éclater. Là se côtoyaient marchands de toute envergure, anoblis de plus ou moins fraîche date, conseillers en Sénéchaussée, élus, trésoriers de France, ex-consuls... Il fut décidé de faire litière de ces inégalités de condition et de ne reconnaître d’autre hiérarchie des pennons que celle de l’ancienneté de service. Il fallut une ordonnance royale pour qu’au cours des diverses cérémonies, ils marchent dans l’ordre de leur reception sans egard à leurs offices, qualites et professions...44

  • 45 EE 9, p. 25, 30 janvier 1626 ; réglement du 12 février 1579.
  • 46 EE 26, p. 1 à 13, 16 à 20, 28 à 30, 22, 1594.
  • 47 EE 26, p. 15, 21 à 27, 31, 32. EE 25, août 1568.

21Sous les ordres des chefs de quartier se trouvaient, en nombre variable, des officiers en second et des bas officiers. Au XVIe siècle on ne leur attribuait que deux grades, semblables en tout point à ceux de la milice parisienne, celui de quartenier et celui de dizenier. Les uns étaient immédiatement inférieurs aux pennons, les autres, à l’échelon inférieur n’avaient autorité que sur un petit groupe d’hommes d’effectif variable, mais rarement exactement égal à une dizaine. On abandonna, au moins officiellement, l’usage de ces appellations à partir de 1579. A cette date, le gouverneur Mandelot, afin d’honorer le premier quartenier, lui conféra le titre de lieutenant, qui devint vite lieutenant pennon et l’aultre quartenier celui d’enseigne, dont on fit capitaine enseigne45. C’était substituer une hiérarchie signifiée à une hiérarchie tacite. Dans le même silla ge se répandirent les dénominations de sergent et de caporal, achevant ainsi de substituer les termes à résonance militaire aux anciens grades de la milice. En 1594, les Etablies montrent combien on s’était éloigné des institutions originelles : le mot dizaine est devenu synonyme d’escoade et l’effectif ne répond plus en rien au sens premier du mot quand il s’élève à vingt hommes rue Neuve, à une cinquantaine à la Croisette et à environ trente-cinq hommes aux Terreaux46. Il y a là une évolution indéniable vis-à-vis de l’organisation des pennonages suivie vingt ou trente ans auparavant : à cette époque la dizaine alignait partout de neuf à quinze hommes47. Le pouvoir de base s’est concentré.

  • 48 EE 32, p. 21 à 24, 4 septembre 1597.
  • 49 EE 9, p. 40, 30 janvier 1626.

22Au fractionnement de l’autorité correspondait une division correspondante de l’espace urbain. Chaque dizenier, puis chaque caporal recevait le commandement des habitants d’une région du quartier. Plusieurs minutes du recensement de 1597 furent levées sur ce plan. Les enquêteurs chargés de visiter le pennonage de Saint Vincent parcoururent ainsi chacune des quatre dizaines en étant guidés par le caporal compétent. Chaque cahier décrit donc les maisons d’une escouade : les termes employés avaient, eux aussi, fini par dénommer indifféremment un territoire et les hommes le peuplant48. Ce sous-découpage des quartiers aurait été particulièrement éphémère, si l’on en croit le règlement de 1626 qui ajoutait à l’obligation faite aux capitaines pennons de recenser la population deux fois par an celle de faire leur departement de leurs quartiers et dixeniers tels qu’ils adviseront estre a faire49.

  • 50 EE 9, p. 27, 17 février 1628.
  • 51 EE 9, p. 29, 22 mars 1628.

23Les rapports entre capitaine, lieutenant et enseigne n’étaient pas exempts de heurts semblables à ceux qui éclataient entre pennons. On vit ainsi le capitaine Pincetty et le lieutenant Cerize - qui devait ultérieurement lui succéder à la tête du pennonage de la Lanterne - se battre à coups d’épée en pleine Maison de Ville, au grand dam des échevins qui les tançèrent d’importance pour une pareille inconvenance avant d’accepter leurs déclarations de repentir50. L’objet du différend était le choix à faire d’un nouvel enseigne. La même année 1628 verra la vacance du pennonage des Cordeliers être source d’embarras, le remplacement de l’élu Barlet se trouvant compliqué du fait des brouilleries entre le lieutenant Gallifet et l’enseigne Costa51.

III - RESISTANCES ET INERTIES

  • 52 GUENEAU (L.) L’organisation du Travail à Nevers aux XVIIe et XVIIIe siècles. 1660 - 1790. PARIS HA (...)
  • 53 DEYON (P.) Amiens, capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au XVIIe siècle PARIS/LA HAY (...)
  • 54 GARDEN (M.) op. cit. p. 523 - 526.

24Il n’est pas d’ouvrage d’histoire urbaine qui, en abordant le chapitre voué à l’histoire de la milice bourgeoise, n’ait pas à énumérer les phases successives d’une décadence de l’institution et à souligner la répugnance des habitants vis-à-vis du service. A Nevers, les tambours crèvent les caisses plutôt que d’obéir52. A Amiens, les bourgeois envoient leurs domestiques à leur place dans les rangs de la garde53. A Lyon, au XVIIIe siècle, la décadence est plus complète encore, et une soixantaine de remplaçants professionnels, apparemment peu recommandables, assurent en permanence l’occupation nocturne des corps de garde54.

  • 55 EE 9, p. 25, 30 janvier 1626.
  • 56 BB 138, fo 91, 11 mars 1601.
  • 57 BB 168, fos 41 vo - 44, 27 janvier 1626 :

25La réalité n’est pas substantiellement différente à l’époque de nos recensements. De la fin du XVIe siècle au dernier tiers du XVIIe se succèdent des ordonnances sans cesse renouvelées de la part du gouverneur, de l’intendant ou du Consulat pour que les habitants remplissent correctement leurs obligations. Les inventorier serait mettre en évidence leur inefficacité, tant les mêmes injonctions se répètent sans effet apparent. La nonchalance et peu de devoir qui se fait aux gardes de la ville55 ne caractérisait pas que les simples artisans : il fallut faire promettre aux capitaines eux-mêmes de mieux s’acquitter de leurs fonctions. Sans doute voulut-on faire un exemple salutaire en 1601 quand on destitua et jeta en prison le lieutenant et l’enseigne du quartier des Cordeliers qui n’avaient pas su prévenir des désordres, sans doute de médiocre importance, que l’arrivée de réformés genevois avait suscités56. Les habitants cherchaient de leur côté à s’exempter de toute obligation. L’un se disait arquebusier de la ville, l’autre se prétendait soldat du guet. Il fallut que le Sergent Major Severat fît faire des listes de ceux qui l’étaient réellement pour que les imposteurs fussent débusqués57. De leur côté, les gens de la nouvelle opinion arguaient ne pouvoir assurer la garde du fait de la confiscation de leurs armes. Au nombre de ces réfractaires s’ajoutait celui des exemptés de droit : les soldats de Pierre Scize, les archers de la Prevôté, les archers de robe courte, les gardes des ports, les officiers de l’artillerie, ceux de la Douane de Lyon, ceux du grenier à sel, les marchands des Nations et tous ceux qui, ayant occupé une fonction de commandement, l’avaient quittée en jouissant pour la vie de l’exemption de guet et garde.

26Il faut ici souligner combien l’effectif d’un pennonage tel que les Etablies le présentent constituait une fraction très variable de la population du quartier selon la spécificité de chaque cas. Aux exemptions par privilège s’ajoutaient celles qu’il fallait accorder aux infirmes, aux veuves incapables d’envoyer à la garde, mais aussi aux misérables personnes trop pauvres pour être armées. Les minutes de recensement montrent clairement que chaque foyer était pourvu d’une arquebuse, d’un mousquet, de pistolets ou pour le moins d’une pertuisane ou d’une hallebarde. Ceux qui n’en possédaient aucune étaient les plus misérables, ceux que l’on note face à la remarque pauvre sans armes. Dans quelques quartiers on suppléait à cette lacune en prêtant une arme au malheureux : quand il va a la garde le penon lui baille un mousquet. L’officier de quartier armé comme penon disposait en effet de quelques dizaines d’armes. Mais souvent ne comprenait-on au rôle des pennonages que ceux qui pouvaient s’équiper, d’où la faiblesse des effectifs alignés çà et là : ledit quartier (Côte Saint Sebastien) est fort pauvre et ne scauroit mettre le cappitaine penon quarante hommes en garde que malaisement est tres mal arme estanz la pluspart sans armes. Aussi l’importance numérique d’une unité de milice dépendait-elle non seulement de la population du quartier, mais aussi d’un nombre d’exemptés fortement lié à son niveau de richesse. Comment, dans ces conditions, espérer pouvoir tirer des conclusions d’ordre démographique des seules Etablies ?

IV - REFORMES ET REMANIEMENTS

27Le quartier lyonnais était une institution dont une faculté originale était celle de pouvoir s’adapter avec une étonnante souplesse aux circonstances particulières comme aux évolutions d’ensemble. C’est dire que rien n’était moins figé, et cette vie des pennonages se traduisait par des créations, des expansions et des disparitions presque incessantes.

  • 58 Outre la description des limites de 1545 (CC 40 et 41) publiée par R. GASCON (op. cit. p. 899), no (...)
  • 59 Modifications locales de limites de pennonages :
    - EE 9, p. 10, 23 juillet 1613. Cession de maisons (...)

28L’instabilité caractérisait en premier lieu le tracé des limites de quartier58. Un très rapide survol des actes de délibérations consulaires et des pièces du fonds militaire suffit pour acquérir la conviction qu’une rectification de frontière était un fait courant59. Deux situations différentes pouvaient rendre la mesure nécessaire.

  • 60 BB 154, fo 32, 30 janvier 1618.
  • 61 BB 237, fos 117 - 119, 21 septembre 1680.

29L’une était la nécessité de trouver un expédient qui permette de nommer à la tête d’un quartier un notable n’y habitant pas. Le règlement était tout à fait explicite sur ce point et stipulait expressément que les officiers ne pouvaient résider hors de leur pennonage. Les formules de nomination utilisées à la fin du XVIIe siècle soulignent même que le nouveau capitaine, lieutenant ou enseigne sera démis de ses fonctions en cas de déménagement. Aussi n’hésitait-on pas à tourner l’obstacle par un ingénieux artifice : la maison du futur officier se trouvait transportée à l’intérieur du pennonage à lui destiné par la vertu d’un redécoupage judicieux, quitte à donner un caractère provisoire à la mesure. Ainsi, quand il fallut un nouveau chef au pennonage de Saint Just en 1618 ne trouva-t-on sans doute pas le notable adéquat sur place et ce fut le conseiller en Sénéchaussée Alexandre Chollier que l’on nomma. Il résidait, de par sa fonction au quartier de Porte Froc : le Consulat remédia d’un trait de plume à cette anomalie et décréta que la maison du dit Sieur Chollier (...) sera distraicte du pennonage du Sieur eleu Pinet et demeurera incluse au dit quartier et pennonage de Saint Just tant et si longuement que le dit Sieur Chollier sera Cappitaine Penon du dit quartier60. Il semble d’ailleurs que le pennonage de Saint Just, dont hélas nous ne pouvons rien apprendre de nos sources, ait toujours été trop misérable pour fournir ses propres officiers. Le recensement de 1597 révèle à cet égard une entorse à la règle de résidence que l’on ne s’était même pas soucié de dissimuler : les enquêteurs parcourant le quartier du Grand Palais ont ainsi inscrit en leur minute En la maison de Monsieur Vandel le dit Vandel, penon de Saint Just. On s’explique plus malaisément que sous le même toit on ait trouvé Duchier, enseigne de la rue du Bœuf. Quoi qu’il en soit, Alexandre Chollier n’aura que deux successeurs, Chappuis et un autre conseiller Cholier : devant la pénurie de notables, le quartier sera supprimé en 168061. Il est vrai qu’à cette époque on exigeait une application rigoureuse des règlements.

  • 62 plus communément appellé « Port du Temple ».
  • 63 BB 194, fo 144 vo, 18 septembre 1640.
  • 64 Nous ne connaissons pour l’heure aucun fonds recélant les papiers d’un capitaine pennon. Une liste (...)

30Une modification de tracé, toute comparable, avait été effectuée en 1613 aux dépends du pennonage de Confort : il comprenait parmi ses habitants le conseiller en Sénéchaussée Landry qui devait accéder à la charge de capitaine pennon de Saint Anthoine62 et l’on avait donc transféré d’un quartier à l’autre la maison où il résidait, dite du Croissant, ainsi que quelques autres. Vingt-sept ans plus tard, en 1640, Lentillon, chef de Confort depuis 1610, vint réclamer son dû au Consulat qui ne lui rendit que la seule maison du Croissant63. Landry n’était alors plus à la tête du pennonage du Port du Temple depuis plusieurs années. Pourquoi avoir ainsi attendu ? Quelle que soit la réponse, la question amène à s’interroger du même coup sur l’existence d’une mémoire des pennonages. Existait-il des notes, des listes et des croquis transmis de pennon à pennon, ou au contraire n’avait-on aucune copie des documents que les archives consulaires engloutissaient ? Aussi bien que les papiers personnels d’échevins renferment des pièces leur restant de leur rôle public, trouverait-on des traces de leurs fonctions parmi ceux de capitaines pennons64 ? Ou, au contraire, la nécessaire connaissance des lieux et des hommes restait-elle non écrite, apprise par le gravissement successif des trois degrés du commandement de quartier ou transmise au nouveau venu par les officiers plus anciens ?

  • 65 Cf. annexe 13 : Un exemple de modification de frontière entre pennonages : le Temple et rue Merciè (...)
  • 66 Une liste exhaustive ne pourrait être dressée que par un dépouillement intégral des actes de délib (...)

31Une seconde situation de nature à entraîner un remaniement des limites était celle que créait l’apparition d’un déséquilibre démographique entre les quartiers. L’impératif de base était de pouvoir aligner un nombre suffisant d’hommes en état de s’armer quand arrivait le tour de garde du pennonage. Mais la population de la ville était loin de varier uniformément. Au fil de ce que nous devinons être les aléas des conjonctures sectorielles et des transformations de l’habitat, des quartiers à forte cohésion professionnelle connaissaient des phases successives d’expansion et de récession démographiques. Même si l’effectif des dizaines ne représentait pas toujours et partout une proportion constante de la population des pennonages, il existait nécessairement un seuil au-delà duquel l’unité de milice tombait dans une faiblesse excessive65. Sans qu’une preuve documentaire puisse évidemment être avancée, il faut faire également la part du goût de l’ostentation et de la puissance chez les officiers de quartier : l’âpreté des disputes ayant pour objet l’autorité sur la population d’une ou deux maisons en témoigne assez. Quand un capitaine pennon s’efforçait d’obtenir du Consulat que l’on dépouille à son profit les quartiers voisins de quelques bâtisses, il n’échappait sans doute pas au désir d’augmenter son propre prestige autant que la force de son unité. Les échevins tempéraient d’ailleurs fort souvent les excès de ces revendications et, pour trois maisons demandées, n’en accordaient qu’une. Ces petits remaniements furent probablement assez nombreux66. Il en résulte que les descriptions de limites de quartier que nous possédons ont une valeur d’autant moins sûre que l’on s’éloigne de l’année de leur rédaction et si l’on suppose que la manière d’organiser le découpage avait obéi à un « esprit »-à des règles tacites-, il faut également admettre que la multiplication des retouches ne put qu’en altérer notablement les résultats. En fait triomphe un complet empirisme dans les modalités de cette géographie administrative.

  • 67 Cf. annexe 5 : Acte consulaire organisant le recensement de 1597.
  • 68 Cf. annexe 15 : La diversité de dénomination des pennonages lyonnais.

32L’instabilité ne caractérisait pas que les confins donnés aux pennonages : elle s’appliquait de même aux dénominations. Indiscutablement la personne du capitaine pennon revêtait une telle importance que son nom seul constituait pour les contemporains une définition suffisante du quartier à désigner. Très régulièrement au XVIe siècle et tard dans le XVIIe siècle les documents préfèrent les notations hiérarchiques aux notations topographiques. Un seul des trente-six pennonages, la Juiverie, est nommé autrement que du nom de son chef lors de l’organisation du recensement de 1597, et c’est parce qu’il en est dépourvu à cet instant67. En 1636,1a majorité des minutes ne sont pas définies autrement. Aussi ne se préoccupait-on pas de fixer des dénominations précises pour chacun des quartiers68. Peu importait la multiplicité des expressions employées quand on était sûr de ne pas créer d’équivoque en rappelant le nom du pennon. Que l’on écrive Asnerie ou Boucherie Saint Paul ou Poulaillerie Saint Paul n’empêchait pas de comprendre que c’était du quartier de Monsieur Scarron qu’il s’agissait. Quatre siècles plus tard, seule la consultation minutieuse des plans anciens permet encore d’identifier le pennonage de Saint Pierre sous les noms de La Platiere, de L’Enfant-qui-pisse, de La Vieille Boucherie... Il se discerne assez nettement une évolution dans le choix et l’usage de ces variantes. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne du XVIe siècle pour se rapprocher du XVIIIe disparaissent les références au passé : on ne trouve plus mentions du Puits Couvert, de la vieille Boucherie ou du Chapeau Rouge. D’autres appellations se maintiennent et s’imposent, telles Le Change, Porte Froc ou la Pêcherie. Enfin apparaissent des allusions aux modifications de l’urbanisme : le quartier qui s’appelait Bourg Chanyn et Saint Michel au XVIe siècle changea son nom en Bourchanin et Bellecour avant de devenir de la place Louis Le Grand. Des anciens quartiers de la rue du Bœuf et du Grand Palais on fit de même un pennonage de la Place Neuve. L’histoire de ces mots n’est pas indifférente : elle permettrait de retracer un des aspects de la vie du cadre urbain lyonnais.

  • 69 Cf. annexe 14 : La réforme des pennonages de 1647. BB 201, fo 241 vo, 24 déc. 1647.

33La parfaite indifférence manifestée à l’égard des dénominations en usage se motivait par l’inutilité pratique d’une appellation officielle. La preuve nous en est administrée a contrario par l’esprit de la réforme de 1647. En scindant le quartier de Confort en deux parties, on eut soin de préciser laquelle emporterait l’ancienne dénomination et de baptiser l’autre rue de Paradis. Simultanément, on partagea et le nom et le territoire du pennonage de la Grande Rue de l’Hôpital, les nouvelles créations recevant les noms de la Grande Rue pour l’une et de l’Hôpital pour l’autre ; l’usage substituera rapidement Boucherie de l’Hôpital à ce dernier69. Pour la première fois le Consulat avait cru bon de fixer un nom aux pennonages formés : préoccupation toute pratique liée à la nécessité d’éviter les confusions et les conflits. C’est que l’on avait attendu le décés des deux capitaines pennons des quartiers partagés, et avec eux avait disparu l’élément stable de désignation. Limites et officiers avaient été changés simultanément : dans ce seul cas s’imposait la nécessité d’une redéfinition précise.

  • 70 Cette hypothèse mérite d’être prise en considération. Les années écoulées entre 1647 et 1650 furen (...)
  • 71 BB 204, fo 39, 15 janvier 1650.

34Cette grande réforme de 1647 se proposait d’élever le nombre des quartiers lyonnais de trente-six à cinquante. Deux procédés avaient été projetés. Ici, l’on diviserait un pennonage par moitiés, à l’exemple de ce qui fut réalisé à Confort et Grande Rue de l’Hôpital ; là, on remodèlerait la limite séparant deux quartiers pour en créer un troisième, suivant les dispositions arrêtées en vue de refondre Port du Temple et Rue Mercière, Bellecour et Rue Paradis, Côte Saint Sébastien et Le Griffon. Menées à leur terme, ces modifications eussent porté le nombre de quartiers à quarante. Les dix pennonages restant à créer devaient surgir d’un avenir indéfini. En réalité, le stade des deux réalisations initiales ne fut jamais dépassé, portant pour quelques années le nombre des quartiers à trente-huit. La décision n’avait sans doute pas été prise sans hésitations ni résistances : en date du vingt-quatre décembre, elle figure parmi les ultimes actes du consulat sortant de charge. Soit qu’un brusque retournement de tendance se soit produit sur le plan démographique70, soit que les ambitions échevinales aient été excessives, il fallut non seulement abandonner la suite des réformes, mais revenir même en arrière. Dès 1650, il devint nécessaire de prélever une partie du pennonage de la rue Thomassin au profit de celui de Confort que depuis la fin de l’année 1647 on avait entierement partage (...) et de la moitie (...) compose un autre entier71, tant les effets de la réforme incriminée avaient réduit la population du quartier trop rapetissé... Quelle qu’ait pu être l’évolution ultérieure, on peut douter que la réforme ait eu des chances d’être intégralement réalisée, alors que les détenteurs de l’autorité échevinale n’en étaient que bien éphémèrement investis, quand il eût fallu une volonté constante, alors que l’on attendait les vacances de chaque commandement, quand beaucoup duraient des décennies, alors que l’on misait apparemment sur une croissance continue de la population, quand les fluctuations conjoncturelles étaient brutales et de grande amplitude...

  • 72 BB 203, fo 79, 30 mars 1649.
  • 73 Les fermes n’ont pas rendu (...) a cause de l’injure du temps...
  • 74 BB 203, fos 72 vo - 73, 26 mars 1649.
  • 75 BB 203, fo 80, 3 avril 1649.
  • 76 BB 205, fos 403 à 406, 11 septembre 1651.

35Les objectifs visés par la réforme de 1647 sont difficiles à circonscrire. La lettre de l’acte annonce la volonté d’égaliser les effectifs entre les différents quartiers, d’annuler les déséquilibres démographiques engendrés par une croissance inégalement répartie. Mais qu’en est-il des mobiles inexprimés ? Nous sommes là, bien sûr, réduit aux conjectures. Il est à cet égard curieux de relever que le chiffre de cinquante nouveaux quartiers, chiffre manifestement lancé à l’aveuglette et non issu d’un projet élaboré de réorganisation, se place dans une perspective décimaliste se substituant à une division duodécimale. De même est-il périlleux de ne pas prendre en compte les tensions urbaines révèlées au fil des actes consulaires par la constante appréhension de quelque émotion populaire. Le souvenir de 1632 n’était pas si éloigné et la mise en garnison de régiments du Roi l’avait rendu cuisant. Les années 1649 1653 seront marquées par de nombreuses difficultés. Dès mars 1649 la crise économique oblige l’Aumône Générale à distribuer six mille pains par semaine et à tenir enfermés onze cents pauvres ; sa trésorerie s’y épuise72. Les échanges commerciaux chutent à un point tel que les droits du Tiers Surtaux et du Quarantième que perçoit le Consulat ne permettent plus de faire face aux échéances73. Il faut dans le même temps réunir les capitaines pennons pour prévenir une mutinerie des ouvriers de l’art de la soie qui s’esmeuvent et s’attroupent, temoignant estre disposes a faire rumeur74. Au début d’avril, l’Abondance devra secourir l’Aumône Générale écrasée sous les charges en lui cédant cinq cents ânées de grains, ayant mis en considération les grandes pauvretes et miseres qui se rencontrent parmi les artisans de ceste aille, ouvriers en soie, passementiers et autres a cause de la cessation du commerce et des malheurs advenus a ceux qui n’ont plus de moyens pour les employer75. Il y aurait même eu assez de faillites pour que les recteurs aient à distribuer des secours en argent à des familles de condition, honteuses76. Tout se liguait pour accumuler les difficultés. La peste intercepta les routes du Languedoc et l’accès à Marseille de Lyon, qui dépendait étroitement du marché national. Enfin la disette sévissant dès août 1650 s’aggrava après l’hiver 1651 - 1652. Les troubles redoutés depuis longtemps n’éclatèrent qu’en juin 1653. Tout commença à la Grenette le 14 juin, quand la foule exaspérée voulut incendier la maison où un certain Varillon, accusé d’accaparement, avait trouvé refuge. Le guet et les arquebusiers durent accourir, l’homme fut sauvé, mais pour être incontinent jeté en prison et jugé précipitamment par la Sénéchaussée. Le Consulat prit même les frais de procédure à sa charge. Tant d’empressement de la part des autorités à accabler un providentiel bouc émissaire paraît suspect. Exposer Varillon au pilori et le bannir à perpétuité ne détournera pas la vindicte populaire. Dix jours plus tard une autre émeute éclatera rue de l’Hôpital et, cette fois, la force armée arrivera trop tard : on aura tué le sergent Bureau, lui aussi suspect d’accaparement. Enquêtes et condamnations seront expéditives et, le 26 juin, on pendra en place Confort la femme d’un fondeur habitant rue de l’Hôpital, au milieu d’un vaste déploiement d’unités de milice. Le lieu du crime et celui choisi pour le châtiment et son exemplarité se placent au cœur des quartiers « dangereux » qu’en 1647 Ton avait eu soin de démembrer. La réforme, en divisant en deux les anciens pennonages de Confort et de la Grande Rue de l’Hôpital, aboutissait à en doubler l’encadrement, donc la surveillance. Elle tendait du même coup à restreindre les effectifs qu’il devenait possible de ne pas mettre sur pied simultanément. Les autres mesures prévues avaient toutes pour effet de verser une partie des habitants de quartiers populaires, tels Port du Temple et Rue Paradis, dans les rangs de pennonages de nouvelle création comprenant des hommes venant de quartiers plus sûrs, tels Rue Mercière et Bellecour. On se contentait d’affaiblir en les divisant les pennonages de la Côte Saint Sebastien et du Griffon dont le voisinage n’offrait pas les mêmes possibilités. Alors que le maintien de Tordre était, à cette époque, une préoccupation constante du Consulat, qui multipliait les ordonnances de police en aggravant sans cesse les peines, un des aspects tacites de la réforme de 1647 peut être décrit comme une tentative de prévention des soulèvements populaires.

36Le découpage de l’espace urbain lyonnais connut bien d’autres avatars. Ainsi peut-on considérer comme une autre réforme l’ensemble des mesures qui furent arrêtées en septembre et en novembre 1680.

  • 77 BB 237, fos 117 - 119, 21 septembre 1680.

37Une première fois un acte consulaire décida de supprimer le pennonage de Saint Just et Saint Irénée : la pénurie de notables dignes de confiance en fut le motif invoqué. A la différence de ce qui avait été pratiqué en 1647, la réforme eut cette fois un visage autoritaire. On remania totalement l’étendue du quartier de Saint Georges qui reçut une partie de l’ancien Gourguillon, lequel annexait le pennonage supprimé. Un choix fut effectué parmi les officiers et l’on ne craignit pas d’évincer purement et simplement le capitaine, Cholier, et son lieutenant, Chareysieu. Seul l’enseigne retrouva ses fonctions, mais au dépends de son homologue du Gourguillon, Bertholon, qui dut lui laisser place sans compensation77.

  • 78 BB 237, fo 123, 2 novembre 1680.

38Peu après les consuls firent pareillement disparaître le quartier de Bourgneuf qui ne possédait plus aucun officier. Il fut décidé de l’unir au pennonage de Port Saint Paul dont l’ensemble du territoire fut déplacé vers le nord afin d’agrandir du même coup le quartier de la rue de Flandres alors insuffisamment peuplé78.

  • 79 En 1680, le pennonage du Puits du Sel avait déjà disparu, sans quoi il eût été impossible d’unir l (...)

39Finalement, la réforme toucha donc six pennonages. Plus discrète que celle de 1647, elle eut des effets plus notables. Elle établit un nombre de quartiers qui se perpétua jusqu’au bouleversement de 1746. A son terme, le côté de Fourvière, qui comptait encore ses quatorze anciens quartiers en 1652, n’en possédait plus que onze79.

  • 80 EE 24, Etablies de 1561. Document ne décrivant que le côté de Saint Nizier, qu’une reliure anarchi (...)
  • 81 EE 25, Etablies de 1568. Ville entière.
  • 82 EE 9, p. 2, 4 février 1575.

40A ces remodelages importants s’ajoutèrent même des créations plus éphémères, sans doute vouées à adapter le nombre des quartiers à une situation démographique mouvante. Les Etablies de 156180 font ainsi mention d’un quartier de Tenailles nouvellement édiffié et décrivent donc vingt-trois quartiers pour le côté de Saint-Nizier. Sept ans plus tard, de nouvelles Etablies en énuméreront vingt-quatre81. Les régions de la ville assez surpeuplées pour justifier la création de nouveaux pennonages se situaient entre la place Confort et la rue Thomassin-zone qui paraît être par excellence celle des surcharges démographiques-et entre le Plâtre et le Griffon. Les évènements qui suivirent rendirent ces dispositions sans objet et peut-être fallut-il même revenir en arrière : une liste des tours de garde dressée en 1575 n’énumère plus que vingt-et-un quartiers du côté de Saint Nizier et quatorze du côté de Fourvière82.

41Très probablement pourrait-on mettre en évidence d’autres modifications du nombre des pennonages lyonnais au cours du XVIe siècle. Ce serait au prix d’une étude longue et ingrate qui, pour être intéressante, n’augmenterait pas très notablement la connaissance des principaux traits de l’institution qui ont retenu notre attention dans le cadre de l’exploitation des recensements. Il serait peu utile de chercher à multiplier les preuves de l’extrême variabilité de nombre, de nom et de contours que les sources ont amplement montrée comme caractéristique des quartiers lyonnais. Une constante de l’évolution mérite en revanche d’être soulignée : la tendance des réajustements qui se succédèrent du XVIe au XVIIIe siècle montre le déplacement progressif du centre de gravité de la ville vers l’est. A chaque réforme le nombre d’unités de milice formées par les habitants du côté de Fourvière recule devant celui des pennonages de la rive gauche de la Saône. Au fur et à mesure de la sclérose d’une partie de la ville et du développement de l’autre s’accentue l’inégalité de répartition de la population. Au début du XVIe siècle le rapport entre le nombre des quartiers s’établissait de trois à deux : au milieu du XVIIIe siècle il est devenu cinq à deux. C’est dire l’importance du basculement.

Tableau 1. LES QUARTIERS LYONNAIS XVIe - XVIIIe : NOMBRE ET REPARTITION

Tableau 1. LES QUARTIERS LYONNAIS XVIe - XVIIIe : NOMBRE ET REPARTITION

(a) Nombre de quartiers, côté de Saint
Nizier
(b) Nombre de quartiers, côté de
Fourvière
(c) Rapport (a) / (b)
(d) Nombre total de quartiers

V - GEOGRAPHIE DES FORTUNES

  • 83 GASCON (R.) op. cit. p. 435 - 450. L’exploitation des Nommées a permis dans cet ouvrage de brosser (...)
  • 84 CC 328, 26 juin 1640.
  • 85 L’identification de chacun des 236 taxés que nous avons entreprise semble promettre d’intéressante (...)

42Il est extrêmement malaisé de tenter une approche de géographie sociale urbaine en ce qui concerne le XVIIe siècle. En effet, on ne dispose plus à Lyon d’aucun document majeur capable de révéler l’échelle de fortune des quartiers postérieurement aux dernières Nommées qui aient été établies, celles de 157183. Seule une liste d’imposition de juin 1640 nous a été conservée84. Elle énumère les noms d’aisés et d’étrangers frappés par une taxe extraordinaire : c’est donc une image de crête qui nous est fournie. Elle laisse totalement dans l’ombre la masse de la population, ne révélant que le nombre et l’identité des membres de la strate supérieure d’une société urbaine85.

  • 86 Inventaire Chappe, XII, 311.
  • 87 BB 193, fos 99 - 101, 18 mai 1639, fos 102 - 104,21 mai 1639.
  • 88 Obligation était faite aux débiteurs des étrangers de déclarer le montant de leurs dettes, avec in (...)
  • 89 CC 333, 27 mai 1639. On rapporte en outre que l’ingéniosité pallia la faiblesse : on aurait introd (...)
  • 90 CC 328, 26 juin 1640.
  • 91 Cf. Inventaire Chappe, XII, 311 et CC 333, p. 7, 13 mars 1640.
  • 92 CC 328, s. d.
  • 93 BB 194, fo 187 vo, 18 décembre 1640.
  • 94 BB 195, fo 27 vo, 18 janvier 1641.
  • 95 BB 195, fos 28-32, 19 janvier 1641.
  • 96 BB 195, fos 153-157, 3 août 1641.

43L’histoire de cette imposition mérite d’être brièvement retracée. Tout avait commencé par une déclaration royale promulguée le 26 janvier 1639 qui exigeait la somme de 750.000 livres de la part des étrangers établis à Lyon86. La nouvelle avait provoqué une émotion d’autant plus considérable que le traitant chargé de recouvrer les sommes, un nommé Figuepau, agissait avec une brutalité extrême. L’intendant Dreux D’Aubray lui-même avait reconnu devant les échevins que laisser pareil pouvoir à cet homme revenait à mettre le Cousteau es mains d’un furieux87 ! Les résistances furent à la mesure de l’agression. Le Consulat multiplia les démarches, accablant de ses supplications le Cardinal, le Gouverneur et l’Intendant. Les marchands étrangers, menacés en leurs biens et en leurs personnes se mirent en état de déserter la place88 et, l’argent se terrant, on craignit fort que la foire à venir ne puisse avoir lieu. Un arrêt suspensif de l’intendant apporta enfin une solution provisoire89. Le montant global de la taxe fut ensuite réduit des deux tiers, l’intervention en cour du prévôt des marchands l’ayant fait ramener à 250.000 livres. Apparemment résolu à obtenir de Lyon la somme initialement exigée, le Conseil inventa l’année suivante une nouvelle imposition fixée à 740.250 livres, mais cette fois les notables lyonnais, les aisés, étaient frappés au même titre que les étrangers90. Ces derniers avaient d’ailleurs réussi à se soustraire au paiement de la taxe de janvier 1639, puisque, le 13 novembre 1640, ils en furent définitivement déchargés, à la seule condition de s’acquitter de ce qu’ils devaient en tant qu’aisés...91 Les Lyonnais ne mirent pas davantage d’empressement à payer, et vingt-neuf des principaux marchands furent décrétés d’ajournement personnel92. Une émeute ne fut évitée que de justesse en décembre quand De La Noue, exempt de la prévôté de l’Hôtel vint envahir avec ses hommes la boutique du marchand drapier Bais. Le peuple s’assembla et il fallut que les échevins vinssent se relayer deux à deux pour maintenir l’ordre sur la place du Change qui avait été le théâtre de l’incident93. En janvier 1641 on employa à nouveau la force contre les réfractaires : une quinzaine d’archers furent mis en garnison chez Bernico94, pendant que le logis d’Honnorat, pennon de Bon Rencontre était mis à sac, les portes ayant été enfoncées et les serrures de ses meubles brisées pour saisir ses hiens95. Quand. en août, une assemblée générale se réunit pour tenter d’obtenir une modération des taxes, il fut répondu aux Lyonnais que le service du Roi et le bien de l’Etat sont a préférer à toutes ces considérations particulières, conséquemment qu’il convenait s’aider à s’accommoder les choses comme faire se peut, non comme l’on voudroit96. Les archives consulaires de cette époque rapportent l’enchaînement des calamités : Réappréciation de 1632, nouveau sol par livre de 1635, doublement de la douane de Valence, taxe extraordinaire de 350.000 livres en 1637, subsistance des gens de guerre de 1639, taxes d’avènement de 1643, imposition des aisés en 1645 s’élevant à 852.350 livres, fourniture d’équipements militaires en 1647... Les impositions prévues en 1639 et 1640 ne sont finalement qu’un épisode d’un pilonnage fiscal ininterrompu.

  • 97 CC 328.
  • 98 BB 194, fo 138, 30 août 1640 et fo 140, 4 septembre 1640.
  • 99 Cf. annexe 16 : La localisation des fortunes à Lyon d’après la taxe de 1640.

44Il nous reste une copie du rôle des aisés taxés qui avait été dressé au conseil le 26 juin 164097. Les exploits, signifiés dès la fin du mois d’août98, correspondaient à huit montants différents, de sept cents à sept mille livres. Bien que le document d’ensemble ait été établi par rues, il est possible de localiser le quartier de résidence des imposés sans risquer de commettre d’erreurs graves99.

45Un net déséquilibre se dessine entre les deux parties de la ville. Les quartiers situés sur la rive droite de la Saône ne paient plus qu’environ 46 % du montant total de la taxe. En revanche, ce côté de Fourvière est encore le lieu d’élection des fortunes les plus importantes. Cette fraction de l’imposition ne repose que sur 38,6 % de l’ensemble des aisés lyonnais. En autres termes, la cote moyenne de 2.647 livres est moins lourde du côté de Saint Nizier que du côté de Fourvière où, s’élevant à 3.581 livres, elle est de 35,3 % plus forte.

46Dans le détail, la géographie des fortunes a assez peu varié depuis le milieu du XVIe siècle. Le Change et les rues attenante-Juiverie, Asnerie, Saint Jean, de Flandres-sont toujours un foyer du négoce et de la richesse. Les deux tiers du montant des cotes arrêtées pour le côté de Fourvière concernent des aisés y résidant. La part de quartiers plus éloignés du pont de Saône, tels le Gourguillon, le Port Saint Paul, le Puits du Sel et même le Bœuf est largement moindre. On ne trouve aucun notable à pressurer dans les pennonages de Saint Georges, de Saint Just, de Bourgneuf et de Pierre Scize.

  • 100 GASCON (R.) op. cit. p. 439, (quartier X).
  • 101 Cf. annexe 45 : Les serviteurs en 1597. Nombre et répartition.
  • 102 Cf. annexe 46 : Les serviteurs en 1636. Nombre et répartition.

47Du côté de Saint Nizier s’observe une concentration des fortunes assez comparable. L’Herberie, la rue Mercière et les alentours de Saint Nizier rassemblent 78 taxés sur 148, soit 55,9 % de la somme à payer par cette partie de la ville. En revanche, les habitants de la place Bellecour concernés ne sont que sept, quand leur cote moyenne reste à un niveau médiocre. De même les pennonages échelonnés le long du Rhône, de la Grande Rue de l’Hôpital à la Côte Saint Sébastien, ne comprennent qu’un nombre nul ou très petit d’imposés. La seule évolution vraiment remarquable vis-à-vis du tableau offert par les anciennes Nommées se constate à la Grenette. Quartier pauvre au XVIe siècle100, il se serait assez profondément transformé pour comprendre dix-neuf aisés payant 40.500 livres, soit un montant du même ordre que ceux exigés des notables de l’Herberie ou de Saint Nizier. L’étude de la domesticité fournit un indice corroborant l’hypothèse : alors qu’on n’avait trouvé de serviteurs que dans 30,1 % des foyers en 1597101, assez souvent isolés pour que la taille moyenne des domesticités s’établisse à 1,4, on en recensa dans 67,5 % des feux de 1636, à raison de 2,3 individus en moyenne102. C’est là une multiplication des serviteurs plus accentuée que dans les autres pennonages et qui plaide pour une élévation sensible du niveau moyen de fortune à la Grenette.

48A cette exception près, la localisation des fortunes en 1640 ne diffère donc pas fondamentalement de celle observée pour le XVIe siècle. Au niveau le plus élevé, chacun des quartiers a conservé sa propre nuance socio-professionnelle. Toutefois il convient de ne pas se laisser abuser par le caractère partiel du document utilisé. Nous ignorons tout des degrés inférieurs de la hiérarchie des fortunes, et c’est peut-être là que des évolutions notables auraient été discernables, surtout en ce qui concerne des pennonages « neufs » tels la Côte Saint Sebastien et la Rue Neuve.

Notes

1 Essentiellement les « Notes sur les pennonages lyonnais » publiées par Eugène VIAL dans la Revue de la Réunion des officiers de la garnison de Lyon de décembre 1907, juillet et août 1908, et, plus récemment, un article paru dans le Bulletin du Centre d’Histoire Economique et Sociale de la Réaion Lyonnaise à l’occasion d’une enquête sur la vie des quartiers (ZELLER (O.) op. cit.). Cf. aussi PARISET (E.) Emile Perret de la Menue et l’album des Pennonages, LYON, REY, 1907.

2 EE 1 à 106, s’y ajoutent de nombreux actes consulaires, série B.B.

3 GASCON (R.) op. cit. p. 436

4 Ibidem p. 426.

5 CC 328.

6 L’emploi du terme est massif. De tous les documents du fonds EE que nous avons consultés, deux seulement témoignent de l’usage accidentel d’une variante : capitaine pennon en chef (BB 144, fo 37, 1er mars 1608) et premier penon (EE 24, p. 1, 1561).

7 CC 4024 Pièces d’un jugement rendu par les juges de la Douane de Lyon contre des marchands de Lyon et de Saint Chamond ayant fait voiturer des machandises par voies obliques. F0 76 vo, 8 décembre 1652, acte de notoriété dressé devant notaire en présence du capitaine pennon.

8 EE 9, p. 1, 16 mai 1517, élection de Louis BAS, capitaine de la rue Mercière.

9 EE 9, p. 14, 1er mars 1608. Remplacement des pennons de l’Asnerie, du Grand Palais et du Plâtre.

10 EE 9, p. 33, 19 mars 1587. Ce capitaine BAYARD semble avoir été un de ces notables de quartier dont la fortune n’était pas suffisante pour laisser des traces durables dans les annales lyonnaises.

11 EE 9, p.5, 20 avril 1580.

12 EE 9, p. 4, 25 avril 1580.

13 EE 9, p. 29, 22 mars 1628.

14 EE 9, p. 30, 23 mars 1628.

15 EE 9, p. 15, 28 septembre 1616.

16 BB 166, fo 109 vo, 13 mai 1625 et BB 193, fo 104 vo, 24 mai 1639.

17 Cf. annexe 12, les capitaines pennons lyonnais. Nous avons amorcé ce travail sur une période d’une centaine d’années. Deux motifs nous y ont incité : le désir d’éclairer l’institution et la nécessité d’identifier les quartiers qui ne sont très souvent définis, en 1636 comme en 1597, que par le seul nom de leur officier. La tâche s’est révélée très ardue, et les embûches nombreuses. L’usage de sobriquets n’est pas rare : à Bourgneuf le capitaine LEGAIGNEUR n’est autre que Jacques JANIN, pennon. Rue Thomassin, l’officier de quartier est Claude ESERIN, mais l’usage est de l’appeler RIVIERE. Grande Rue de l’Hôpital, le capitaine pennon est Artur DEJOYE, alias CHAMPAGNOIS, aux Terreaux Symon MATHION, alias LACOMBE... Cette pratique, qui a cours dans des quartiers d’artisans, engendre d’importantes difficultés tant qu’une source plus précise que les autres n’a pas permis de lever le masque du sobriquet. Elles s’ajoutent à celles que créent les homonymies - deux pennons du nom de Jacquet en 1597 - et les nombreux cas de succession de père en fils à la tête d’un quartier. Les capitaines pennons ne sont pas remplacés régulièrement, et il advient que, durant une longue vacance, le commandement soit dévolu au lieutenant de quartier portant l’avant-nom trompeur de capitaine. Il n’existe pas de listes complètes d’officiers pennons qui soient susceptibles d’indiquer leur temps d’exercice et leur état. Il faut donc grapiller dans le fonds EE et surtout parcourir l’intégralité des registres de délibérations consulaires pour recueillir des éléments. Aussi l’annexe 12, véritable puzzle, comporte-t-elle encore de nombreuses lacunes et demande à être complétée ; ses indications ont été rassemblées dans le but de rendre possible l’identification et la datation de nouvelles pièces des fonds lyonnais.

18 EE 24, p.24, 1561.

19 EE 9, p. 9, 23 mars 1628.

20 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.

21 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.

22 BB 237 : fos 117-119, 21 septembre 1680. fo 123, 2 novembre 1680.

23 BB 175, fo 79, 3 avril 1629.
BB 175, fo 103, 10 mai 1629.

24 BB 131, fo 51, 11 mars 1594.
BB 168, fo 46, 29 avril 1626.

25 BB 133, fo 14 vo, 1er février 1596.
BB 158, fo 12 vo, 5 janvier 1626.

26 BB 124, fo 94 vo, 20 avril 1589.
BB 168, fo 43, 29 janvier 1626.

27 EE 26, p. 1, 1594.
BB 181, fo 219, 28 septembre 1632.

28 BB 134, fo 56, 22 avril 1597.

29 EE 33, p. 11, 30 novembre 1597.
BB 154, fo 99 vo 24 avril 1618.
BB 190, fo 126 vo, 10 juillet 1636.
EE 10, p. 84, 1705.

30 Preuves documentaires en 1557 (EE 23), 1561 (EE 24), 1568 (EE 25), 1575 (EE 9, p. 2), 1590 (BB 126, fo 53 vo), 1597 (EE 33, p. 36), 1631 (BB 179, fo 14) et 1652 (EE 7, p. 37) ; le quartier n’échappe à la famille qu’en 1665, année de l’investiture d’un nommé GENEVEY (EE 12, p. 28, 1692). L’un d’entre eux laissa un Journal des Voyages de M. de Monconys publié à Lyon en 1665. Celui qui devint pennon en 1631 à la mort de son père était Lieutenant Général en Sénéchaussée de Lyon.

31 EE 25, août 1568. BB 131, fo 47, 6 mars 1594. BB 181, fo 219, 28 septembre 1632.

32 EE 9, p. 24, 23 avril 1625.

33 BB 181, fos 264 à 269, 7 décembre 1632.

34 Id.

35 BB 183, fo 54 vo, 17 février 1633.

36 EE 7, p. 137 et 144 (probablement vers 1628).
BB 134, fo 65 vo, 13 mai 1597. Ordre aux pennons de faire lever les sommes d’argent de la subvention de l’AumoIsne.

37 La forme et direction du grand Hôtel Dieu... Lyon, 1661, p. 44, cité in DURAND (G.) Le Patrimoine Foncier de l’Hôtel-Dieu de Lyon 1482 - 1791, p. 8.

38 EE 9, p. 40, 30 janvier 1626.

39 EE 9, p. 31.

40 EE 9, p. 9, 13 juin 1606.

41 BB 190, fo 129, 17 juillet 1636.

42 Cf. annexe 13 : Un exemple de modification de frontière entre pennonages : Le Temple et Rue Mercière.

43 Cf. annexe 14 : La réforme des pennonages lyonnais en 1647.

44 EE 9, p. 19 et 20, 26 avril 1622. C’est
sans doute ce qui nous vaut de posséder des listes de pennons les classant selon la date de réception de chacun d’eux.
EE 15, p. 3, pennons reçus du 15 décembre 1620 au 9 février 1662. et EE 12, p. 11, pennons reçus du 15 avril 1589 au 16 décembre 1621,
p. 15, pennons reçus du 15 avril 1589 au 22 novembre 1622,
p. 28, pennons reçus du 9 janvier 1631 au 14 décembre 1684,
p. 29, pennons reçus du 9 janvier 1631 au 27 avril 1688,
p. 30, pennons reçus du 19 octobre 1647 au 30 décembre 1692.

45 EE 9, p. 25, 30 janvier 1626 ; réglement du 12 février 1579.

46 EE 26, p. 1 à 13, 16 à 20, 28 à 30, 22, 1594.

47 EE 26, p. 15, 21 à 27, 31, 32. EE 25, août 1568.

48 EE 32, p. 21 à 24, 4 septembre 1597.

49 EE 9, p. 40, 30 janvier 1626.

50 EE 9, p. 27, 17 février 1628.

51 EE 9, p. 29, 22 mars 1628.

52 GUENEAU (L.) L’organisation du Travail à Nevers aux XVIIe et XVIIIe siècles. 1660 - 1790. PARIS HACHETTE 1919.

53 DEYON (P.) Amiens, capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au XVIIe siècle PARIS/LA HAYE, 1967.

54 GARDEN (M.) op. cit. p. 523 - 526.

55 EE 9, p. 25, 30 janvier 1626.

56 BB 138, fo 91, 11 mars 1601.

57 BB 168, fos 41 vo - 44, 27 janvier 1626 :

58 Outre la description des limites de 1545 (CC 40 et 41) publiée par R. GASCON (op. cit. p. 899), nous disposons de différents documents retraçant les découpages :
- EE 20, 1523, ensemble de la ville.
- EE 21, 1535, côté de Saint Nizier.
- EE 22, 1545.
- EE 23, juillet 1557, côté de Saint Nizier.
- EE 24, 1561, côté de Saint Nizier.
- EE 25, août 1568, ensemble de la ville.
-EE 26, p. 25 (La Croisette), 26 (Le Change), 32 (Port du Temple), s. d.
- EE 33, p. 14, janvier 1574, La Juiverie, p. 42 s. d. Port Saint Paul, p. 47 s. d. Bon Rencontre.

59 Modifications locales de limites de pennonages :
- EE 9, p. 10, 23 juillet 1613. Cession de maisons par le Port du Temple à la rue Mercière.
- BB 149, fo 93, 13 août 1613. Cession de maisons par Confort à Port du Temple : le quartier est des plus petits de cette ville et moings peuplé de gens de faction, tant à cause du grand nombre dexemptz qui y sont comme officiers de la Monnoye et autres qu’aussy pour le peu d’estendue qu’il a.
- BB 154, fo 32, 30 janvier 1618. Cession de maisons par Porte-Froc à SaintJust.
- BB 175, fo 33, 6 février 1629. Agrandissement de la rue Neuve.
- BB 187, fo 12, 4 janvier 1635. Cession de deux maisons par la Croisette à la G renette.
- BB 194, fo 144 vo, 18 septembre 1640. Restitution d’une maison du Port du Temple à Confort.
- BB 204, fo 39, 15 janvier 1650. Cession de maisons par le Temple à Confort.
- EE 12, p. 30,6 mai 1644. Agrandissement de la rue Neuve.
- EE 10, p. 81, 17 février 1705. Extension du quartier de Confort.

60 BB 154, fo 32, 30 janvier 1618.

61 BB 237, fos 117 - 119, 21 septembre 1680.

62 plus communément appellé « Port du Temple ».

63 BB 194, fo 144 vo, 18 septembre 1640.

64 Nous ne connaissons pour l’heure aucun fonds recélant les papiers d’un capitaine pennon. Une liste exhaustive de ceux qui en eurent le titre serait le premier pas vers le dépistage de fonds privés méconnus.

65 Cf. annexe 13 : Un exemple de modification de frontière entre pennonages : le Temple et rue Mercière.

66 Une liste exhaustive ne pourrait être dressée que par un dépouillement intégral des actes de délibérations consulaires !

67 Cf. annexe 5 : Acte consulaire organisant le recensement de 1597.

68 Cf. annexe 15 : La diversité de dénomination des pennonages lyonnais.

69 Cf. annexe 14 : La réforme des pennonages de 1647. BB 201, fo 241 vo, 24 déc. 1647.

70 Cette hypothèse mérite d’être prise en considération. Les années écoulées entre 1647 et 1650 furent des années de crise capables d’engendrer une dépopulation de nature comparable à celle de 1594 - 1597. Cf. infra p. 268.

71 BB 204, fo 39, 15 janvier 1650.

72 BB 203, fo 79, 30 mars 1649.

73 Les fermes n’ont pas rendu (...) a cause de l’injure du temps...

74 BB 203, fos 72 vo - 73, 26 mars 1649.

75 BB 203, fo 80, 3 avril 1649.

76 BB 205, fos 403 à 406, 11 septembre 1651.

77 BB 237, fos 117 - 119, 21 septembre 1680.

78 BB 237, fo 123, 2 novembre 1680.

79 En 1680, le pennonage du Puits du Sel avait déjà disparu, sans quoi il eût été impossible d’unir les territoires de Bourgneuf et de Port Saint Paul. Une liste de capitaines pennons, à jour pour 1688, indique comme dernier pourvu de la charge un nommé SARDE entré en fonctions le 4 janvier 1652. (EE 12, p. 29).

80 EE 24, Etablies de 1561. Document ne décrivant que le côté de Saint Nizier, qu’une reliure anarchique rend difficile d’utilisation.

81 EE 25, Etablies de 1568. Ville entière.

82 EE 9, p. 2, 4 février 1575.

83 GASCON (R.) op. cit. p. 435 - 450. L’exploitation des Nommées a permis dans cet ouvrage de brosser un tableau détaillé de la répartition des fortunes et de la localisation des quartiers riches et des quartiers pauvres auquel il faut se rapporter pour le XVIe siècle.

84 CC 328, 26 juin 1640.

85 L’identification de chacun des 236 taxés que nous avons entreprise semble promettre d’intéressantes données sur la société lyonnaise du milieu XVIIe.

86 Inventaire Chappe, XII, 311.

87 BB 193, fos 99 - 101, 18 mai 1639, fos 102 - 104,21 mai 1639.

88 Obligation était faite aux débiteurs des étrangers de déclarer le montant de leurs dettes, avec interdiction de les régler. C’était là piétiner un des privilèges vitaux du commerce lyonnais.

89 CC 333, 27 mai 1639. On rapporte en outre que l’ingéniosité pallia la faiblesse : on aurait introduit subrepticement chez le traitant un individu soupçonné d’être contagieux et, cloîtré chez lui par une quarantaine forcée, le fâcheux se serait ainsi trouvé dans l’impossibilité de perturber les paiements par ses saisies.

90 CC 328, 26 juin 1640.

91 Cf. Inventaire Chappe, XII, 311 et CC 333, p. 7, 13 mars 1640.

92 CC 328, s. d.

93 BB 194, fo 187 vo, 18 décembre 1640.

94 BB 195, fo 27 vo, 18 janvier 1641.

95 BB 195, fos 28-32, 19 janvier 1641.

96 BB 195, fos 153-157, 3 août 1641.

97 CC 328.

98 BB 194, fo 138, 30 août 1640 et fo 140, 4 septembre 1640.

99 Cf. annexe 16 : La localisation des fortunes à Lyon d’après la taxe de 1640.

100 GASCON (R.) op. cit. p. 439, (quartier X).

101 Cf. annexe 45 : Les serviteurs en 1597. Nombre et répartition.

102 Cf. annexe 46 : Les serviteurs en 1636. Nombre et répartition.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. LES QUARTIERS LYONNAIS XVIe - XVIIIe : NOMBRE ET REPARTITION
Légende (a) Nombre de quartiers, côté de SaintNizier(b) Nombre de quartiers, côté deFourvière(c) Rapport (a) / (b)(d) Nombre total de quartiers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search