Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Première partie. Les sources et leur cadre

Chapitre I. Les sources

Texte intégral

I - LEUR HISTOIRE

  • 1 JOLY (Alice) « Archives de la Ville de Lyon. Série EE. Affaires Militaires. Inventaire Numérique e (...)

1A l’origine de notre étude se situe, comme il se doit, un bienheureux hasard... Nous ne soupçonnions pas même qu’il pût subsister à Lyon d’autres recensements anciens que celui de 1709 quand nous eûmes à parcourir, très fortuitement, le registre EE 34 des Archives Municipales de Lyon. L’inventaire de ce fonds1 le présentait comme étant une recherche menée dans les quartiers de la ville, visant à compter armes et forains en 1636, la périlleuse année de Corbie.

  • 2 Ainsi seules l’écriture et la texture du papier permettent de distinguer de la masse les moitiés d (...)

2Il s’avéra rapidement que plusieurs des pièces, par ailleurs entremêlées inextricablement à des documents tout différents, ne répondaient nullement à cette définition2. Elles ne se bornaient pas à dénombrer morions, mousquets et hallebardes, mais détaillaient les familles, s’attardaient à cerner l’identité et l’origine des serviteurs et récapitulaient souvent, foyer à foyer, les âmes, -entendons : les bouches à nourrir-. Dès lors une brève recherche dans les registres de délibérations consulaires nous suffit-elle pour acquérir la certitude définitive de tenir là, effectivement, un véritable recensement.

  • 3 Cf « Mémoires du Marquis de Montglat », cité dans LEBRUN, « le XVIIe siècle », p. 82.

3C’est que l’entrée du royaume de France dans la guerre de Trente Ans ne s’était pas faite sous les meilleurs auspices ; à peine l’énergie de Richelieu avait-elle ramené l’ordre intérieur, et l’armée du roi était aussi peu capable de guerroyer que ses finances... Aussi l’invasion de la Picardie par les Espagnols avait-elle jeté dès le mois d’août un étonnant vent de panique sur Paris3. Pour Lyon, un danger plus immédiat était constitué par la Franche-Comté Impériale susceptible de fournir une base d’opérations à une autre attaque et, à la fin d’octobre, le siège mis devant Saint Jean de Losne pouvait-il justifier les vives appréhensions des Lyonnais.

  • 4 A.M.L. : BB 190 fos 144-145 vo, 22 Août 1636. BB 190 fos 190 - 191 vo, 10 novembre 1636.
  • 5 Cf ZELLER (G.) L’organisation Défensive des Frontières du Nord et de l’Est au XVIIe siècle pp. 32 (...)

4Celles-ci ne firent que s’amplifier quand, à la mi-novembre, on vit revenir les échevins de Mâcon demander aux consuls lyonnais une troupe de renfort et l’asile pour leurs femmes et leurs enfants, secours qu’ils avaient sollicités une première fois au mois d’août, se croyant menacés4. Les actes de délibération de ces jours-là nous ont conservé le climat de fébrile inquiétude qui dominait : un des privilèges de la ville était celui de se garder elle-même, et les quelques dizaines de suisses constituant la seule force permanente solide ne formaient qu’une petite troupe hors de rapport avec les nécessités d’un siège. En cas d’assaut, les défenseurs devaient être les habitants eux-mêmes, groupés dans leurs milices de quartier, les pennonages. Une telle éventualité paraissait d’ailleurs fort plausible : le temps où Lyon était ville - frontière était encore proche, et la prise de la ville par les Impériaux eût été un coup terrible pour le royaume, le privant de ressources importantes et interceptant un axe vital5.

  • 6 BB 190 : fos 102 - 102 vo, 10 juin 1636, dégagement des abords des remparts.
    fos 104 vo - 105 vo, 1 (...)

5En toute hâte, les autorités locales se mirent donc en devoir de mettre la ville en état de défense ; on releva les remparts, on débarrassa les places, on convoqua les capitaines de quartier pour organiser la défense et chaque habitant - les pauvres exceptés-, dut se munir d’une provision de la poudre à canon que plusieurs marchands munis de sauf-conduits avaient couru acheter dans les provinces paisibles6.

  • 7 A.M.L. BB 190 fos 113 vo - 114, 1er juillet 1636

6Mais surtout, on se préoccupa de la sûreté intérieure de la ville. A deux reprises, en janvier et en juillet, avait-on déjà recherché à travers tout Lyon les étrangers, et notamment ceux de la Comté de Bourgoigne7. Le seul trait de mentalité qui consistait à voir un danger en tout forain n’explique pas seul cette hostilité. Le gouverneur, dont les échevins n’ont fait que publier l’ordonnance, ne pouvait qu’être soucieux d’éviter un de ces coups de main dont le passé montrait à Lyon des exemples fameux. Déjà avait-on eu lieu de se défier des bateliers comtois, en trop grand nombre à l’intérieur des murailles...

  • 8 A.M.L. BB 190 fos 190 - 192, 10 novembre 1636, Annexe 2.
  • 9 Les fonctions consulaires étaient accaparées par un petit nombre de familles ; il n’en est pas moi (...)
  • 10 Cf. MOLS (R.) Introduction à la Démographie Historique des Villes d’Europe T 1, pp. 50 - 51. Peut- (...)
  • 11 Curieusement, le recensement de mai 1709, bien que né de la disette, est contemporain de la paruti (...)

7Il ne restait alors qu’à garantir l’approvisionnement de la ville, à s’assurer des réserves : c’est sans nul doute ce qui poussa le prévôt des marchands à faire compléter les rôles d’armement que dresseraient les capitaines pennons en y faisant ajouter : le nom de tous les habitants du quartier, de leurs domestiques et enfants afin qu’on puisse être informé du nombre de personnes qu’il y a dans la ville8. L’autorité exercée de droit par le prévôt sur les échevins et les officiers de quartier ne semble pas seule expliquer que l’initiative de la mesure lui ait été due, ainsi que le précise le texte. Ce Jean Charrier, seigneur de La Rochette9, était l’un des trésoriers de France et rien n’interdit de penser qu’il avait pu avoir connaissance des enquêtes prescrites par le surintendant d’Effiat en 1630, et par le Cardinal en personne en 1634 : cette même année 1636 avait vu la parution du Nouveau Traité des Aydes, Tailles et Gabelles de Du Crot qui mentionne précisément ces tentatives de recensement à l’échelle du royaume10 ! Sans nul doute celles-ci ne pouvaient-elles, de toute façon, être ignorées du monde des officiers royaux. La coïncidence chronologique est ici assez précise pour que le fait fasse figure d’exemple de diffusion en province de ce qui, dans les esprits, était une nouveauté, une pratique sans précédent imaginée à la Cour11. En un mot, un type neuf de réaction devant l’évènement.

8De ces péripéties nous sont restées quinze des trente-six minutes, des pièces de qualité très inégale. Chaque officier interpréta à sa guise l’ordre reçu : les uns se bornèrent à dresser la liste des hommes faits en état de servir, quand d’autres effectuaient leur tâche avec une minutie extrême, couchant force détails sur le papier. Si le capitaine du quartier de la Lanterne se contenta d’envoyer au Consulat une méchante feuille énumérant ses hommes et leurs armes, son homologue de Saint-Pierre poussa la précision jusqu’à reporter en marge les provisions de blé de chaque foyer...

9On ne sait comment, matériellement, fut réalisé le recensement, mais il le fut, à coup sûr, assez lentement : la première liste conservée est datée du 27 novembre, et il fallut attendre le 12 décembre pour que le pennon de la rue Du Bois s’exécutât à son tour.

  • 12 EE 34, pièce 34, 11 sept. 1636 ou 28 août 1636. Le texte porte deux dates. Très probablement s’agi (...)
  • 13 EE 34, pièce 60, s. d.
  • 14 EE 34, pièce 54, 18 septembre 1636.
  • 15 Cf. annexe 3, A.M.L. : BB 189, fos 145 vo - 146, 26 août 1636. BB 190, fos 155 vo - 160 vo. EE 34, (...)

10La même liasse renferme des sources secondaires intéressantes, chronologiquement proches, recoupant ou complétant utilement les précédentes. Ainsi nous ont été conservés les rôles d’armement des quartiers de la Côte Saint Sébastien, et de Pierre Scize12, la liste des veuves de toute la ville13, doublée d’une semblable pour le seul pennonage de la Pêcherie14, et surtout un précieux dénombrement des ecclesiastiques, officiers, et autres habitants (...) exemps et non exemps de quelle qualité et condition quils soient sans nul exepter marquant dune croix les pauvres qui avait été effectué à la nouvelle de la chute de Verdun sur le Doubs et dont il ne reste, hélas, qu’une unique épave concernant le quartier de Saint-Georges15. Cette dernière enquête avait pour finalité, au moyen d’une contribution extraordinaire, la levée de deux mille hommes de pied et de trois cents chevaux destinés à protéger les faubourgs ; sans doute redoutait-on les ravages de quelque parti de cavalerie. La mesure avait reçu, en assemblée particulière, l’approbation des notables marchands, des chapitres nobles, des gens de la Sénéchaussée et des Elus.

11Enfin, l’histoire de la propriété foncière à Lyon trouve cette même année 1636 une source de choix : la recherche des habitations de la ville appartenant à des forains, dont vingt-cinq listes de quartier nous sont parvenues (6).

  • 16 BB 189, fos 151-151 vo, 6 septembre 1636. Cf. BB 189 fo 146 vo, 26 août 1636 : aux recherches de j (...)
  • 17 EE 10, pièce 12.
  • 18 EE 10, pièce 13.
  • 19 EE 10, pièce 16.
  • 20 EE 10, pièce 1,31 août 1628.
  • 21 EE 10, pièce 2, 1er avril 1631.

12Il faut souligner ici combien il était chose courante à Lyon au XVIIe siècle de dresser des rôles d’étrangers, de pauvres, de réformés, en diverses occasions. Parcourir le fonds des affaires militaires révèle les traces de dénombrement des forains en 163616, 164017, 165318, et 166119. Lors de la grande peste de 1628, une recherche générale eut pour objet tous ceux qui travaillent la soie de quelque façon et manière que ce soit20. Trois ans plus tard, ce sont les étrangers que l’on recense, en vue d’un grand enfermement21. Rien ne subsiste aux Archives Municipales de ces documents : peut-être dorment-ils, égarés dans quelque autre série ou dans quelque fonds privé ? Gouverneurs, échevins et officiers royaux ne mettaient guère de différence entre leurs papiers de famille et ceux qui leur venaient de leur rôle public : nous l’avons pu vérifier, les sources de l’histoire lyonnaise sont encore en partie dans les archives des lignages consulaires...

  • 22 EE 9, pièce 40, 30 janvier 1626. EE 102, pièce 39, 2 juin 1602, rôle des habitants de la Grenette.

13Il est de même bien désolant de constater que, des listes de nouveaux habitants que chaque capitaine pennon devait dresser après Noël et la Saint-Jean, ne subsistent que des épaves22. On eût suivi grâce à elles, les changements de domicile du menu peuple à chaque terme de loyer, et pu mesurer quel était le degré de stabilité de la population de chaque quartier.

14Mais le fonds EE ne recèle pas que des déceptions : il a aussi ses richesses. L’inventaire étant manifestement trompeur, nous entreprîmes d’interroger systématiquement la série entière ; et une nouvelle fois, il s’avéra que la cote 31 ne pouvait correspondre à l’inventaire des armes annoncé. Là encore, un recensement s’offrait à nos yeux ; il remontait à septembre 1597.

15Trente pièces décrivant la population d’autant de quartiers de la ville. Pièces extrêmement dissemblables, certes, mais d’une qualité générale et d’une finesse de détail qui l’emporte largement sur la recherche de 1636, pourtant postérieure de quarante années. Les indications de métier ne manquent que rarement et les renseignements abondent sur l’origine géographique des chefs de maison et de leurs serviteurs, sur l’ancienneté de leur résidence dans la ville, sur la composition des familles. Fréquemment s’y ajoutent des annotations particulières quand il s’agit de recenser des voyageurs, des pauvres ou des suspects. Ainsi nous rapporte-t-on du relieur de livres Jehan Chantre qu’il fait des messages, va et vient dans le pays et que au jour passé il fut prins et relasché ; commensal des libraires et des imprimeurs voisins, l’homme semblait dangereux... Côte Saint Sébastien, le pennon s’alarme devant une maison grande et spacieuse (...) dans laquelle se retirent une infinité de pauvres mendients, gens incogneus ausquels le propriétaire loue/laquelle est fort dangereuse de la contagion pour la grande multitude d’habitants et infection qui y est. Ailleurs se notent en marge, çà et là, des mentions telles que soubsonné en la religion ou rien ne vault.

16Les investigations continuèrent. Sous le titre affaires politiques et militaires pendant les troubles des guerres de religion et la Ligue, la cote 102 dissimulait trois des rôles de quartier manquant nul ne saura sans doute jamais comment furent-ils ainsi égarés ! C’est donc un ensemble de trente-trois des trente-six pièces qui nous est conservé : une proportion acceptable pour une source d’ensemble de l’histoire sociale et de la démographie lyonnaises du XVIe siècle. Les trois minutes manquantes, qui très probablement ont été effectivement levées, furent-elles détruites ou dorment-elles encore dans quelque liasse ?

  • 23 EE 5, pièce 11, 27 novembre 1597, Proclamation affichée par ordre du gouverneur.
  • 24 Cf. annexe 5 - BB 134, fo 113, 2 septembre 1597, BB 133, fo 52, même date.

17Il semble que nul recensement n’ait jadis été effectué autrement que sous l’empire de la nécessité, lors de circonstances critiques, si l’on excepte les rôles fiscaux, plus sommaires. C’est la disette qui motiva le comptage de 1709 ; en 1636, la crainte d’un siège : 1597 ne fait pas exception à la règle. La menace venait cette fois de Savoie ; le duc Charles-Emmanuel tenait tête depuis des années au lieutenant général de Lesdiguières dans une guerre de sièges et de surprises dont l’enjeu était le marquisat de Saluces. Lyon redoutait d’autant les entreprinses qui sont sur ceste ville23 qu’elle occupait une position d’avant-poste, lace aux possessions ducales, celles-là même que le traité de 1601 agrégera définitivement au royaume. Et sans doute avait-on lieu en effet de multiplier les précautions. Le récent souvenir des années de Ligue, le nombre important de Savoyards d’origine parmi les habitants et un rétablissement de l’autorité royale que la réduction du Consulat par l’édit de Chauny avait rendu cuisant : autant de raisons de s’assurer des loyalismes, devant la menace étrangère. L’ordonnance de Philibert De La Guiche, gouverneur de Lyonnais, Forez et Beaujolais, semble s’inscrire totalement dans cette perspective : la minutieuse préparation du recensement, par l’intermédiaire de l’échevinage, montre la volonté d’obtenir presque immédiatement un rapport sur la population urbaine qui ne laissât guère de place au laxisme si caractéristique des chefs de quartier, à la complaisance ou... à la trahison24. Chaque pennonage devint le lot de quatre bourgeois, chargés d’entrer de la cave jusques au grenier. Le capitaine pennon, le lieutenant ou son enseigne, dont on n’était peut-être pas toujours sûr, voyaient leur rôle borné à guider dans leur visite leur quarteron de notables étrangers au quartier, au rang desquels figurait presque systématiquement quelque officier royal ou quelque homme de loi.

18La journée du 4 septembre fut arrêtée pour l’exécution de cette recherche, dont les résultats devaient être aussitôt rapportés à la maison de ville. Une telle énergie, de fait sinon d’intention, fera complètement défaut en 1636, et sans doute une comparaison entre la durée d’exécution de chacun de ces recensements en est-elle la meilleure illustration...

19Il n’est pas indifférent de savoir comment l’affaire fut menée sur le terrain. Beaucoup de procès verbaux, dans un préliminaire emphatique et pointilleux, nous montrent les notables à pied d’œuvre dès sept heures du matin. La longueur de ces en-têtes et le soin apporté à la confection des rôles, au moins dans les premiers instants, révèlent l’importance que les recenseurs attachaient à leur tâche ; en filigrane, l’impulsion des fortes recommandations verbales que, bien probablement, on avait eu soin de prodiguer... Tout ceci tranche avec le laisser-aller et la hâte qui transparaissent dans bien des établies de la fin du siècle.

20La diversité se manifeste de suite. Ici, on peut imaginer les cinq hommes, écritoire en main, escaladant les degrés des maisons, heurtant aux portes, pressant de questions le voisinage des absents, interrogeant des habitants suspicieux ou obtus... Là, au contraire, chacun part de son côté, flanqué qui d’un sergent, qui d’un caporal.

21C’est en particulier le cas de pennonages très vastes, tels que le Plâtre et Saint-Vincent, ou très peuplés comme Confort lequel pennonage nous nous sommes divisés (...) pour chacun en faire son quartier aultrement ne l’eussions bien pu suyvre et rechercher exactement en un jour.

  • 25 MOLS (R.), op. cit. p. 51.
  • 26 GARDEN (M.) Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle p. 25.

22Ces procés-verbaux-là sont donc écartelés en différentes minutes : autant d’hommes, autant d’interprètations des ordres, autant de résultats. Il va de soi qu’aucun imprimé n’avait été prévu ; si les recensements bourguignons de 166625 purent en bénéficier, la lacune se fera aussi bien sentir à Lyon en 1709...26. Le cas de ces textes de présentation hétérogène n’est heureusement qu’exceptionnel : ailleurs, le document est unique, sauf à montrer un changement de plume, changement de scribe, à la mi-journée, les uns s’octroyant un moment de répit : ledit jour sur une heure après midy avons parachevé la dite visite, les autres déclarant au contraire ne pas avoir interrompu leur enquête la dite recherche a este faicte et parachevée le dit jour a cinq heures de soir sans discontinuer.

23Il est difficile de se représenter l’ampleur et la complexité de la mission : le Plan Scénographique des années 1550 est une vue simplifiée, qui ne montre guère les cours, arrières-cours, soupentes, caves ou étableries, refuges des misérables. Il n’est donc pas rare de voir les recenseurs ajouter çà et là tel foyer que, trois maisons plus tôt, ils avaient ignoré. Pour une de ces rectifications, combien d’omissions définitives ?

24Peu d’indications subsistent quant à l’itinéraire suivi dans chaque quartier : elles ne sont toujours que ponctuelles. Il est néanmoins possible de reconstituer le trajet dans les quartiers de Bourchanin et du Grand Palais ; Saint Georges présente à cet égard l’intérêt d’avoir été visité en août et en septembre 1636 : si l’on numérote les maisons dans l’ordre suivi au cours de la première recherche, l’arrangement dans la seconde montre tantôt de longues séquences discordantes, des séries de numéros pairs succédant à d’autres impairs, tantôt de courtes séquences concordantes. On ne peut rendre raison de cette observation qu’en rapportant celles-ci à des ruel les très courtes - de la rue Saint-Georges à la Saône ? - et celles-là à des rues plus longues, les recenseurs ayant, l’une des fois, passé de chaque maison à son vis-à-vis, et tenu un même côté de la voie avant de rebrousser chemin, l’autre fois. Comparer, de 1597 à 1636, l’ordre des maisons donne un résultat semblable : à la différence des villes où les collecteurs de taille avaient à suivre un parcours immuable, rien ne fixait à Lyon l’itinéraire des enquêteurs ; c’est qu’un recensement était un fait exceptionnel.

25La diversité caractérise également la façon d’interroger les habitants et de consigner les résultats. Deux extrêmes bornent l’éventail des qualités, comme en 1636 : conscience minutieuse des recenseurs qui obtiennent de chaque chef de feu ses nom et sobriquet, son métier et son origine, le nombre, le lieu de naissance et l’ancienneté des serviteurs, inventorient les armes et, dans certains cas, portent de surcroît en marge des annotations et la mention des biens fonciers ; mauvaise volonté manifeste de leurs homologues qui, faisant la sourde oreille, se débarrassent de la corvée en bâclant une simple liste nominative des nouveaux venus, dissimulant leur impéritie en concluant du reste qu’avons trouvé n’y a chose d’importance plusieurs pauvres femmes veuves et gens non suspects.

  • 27 Cf. annexe 5.

26A cette disparité des réalisations semble correspondre la grande latitude d’interprétation autorisée par la formulation des ordres. Les uns auront pris au pied de la lettre l’injonction de recognoistre (...) quels moyens ils (les habitants) ont de demeurer dans la ville27 quand les autres auront attribué un sens excessivement restrictif à la recommandation précédente notamment s’enquerront de ceulx qui y sont habitués depuis trois ans en çà. Comment rendre compte de ces divergences d’attitude vis-à-vis d’un même texte ? La possibilité d’une quelconque incompréhension semble devoir être écartée chez des recenseurs tous marchands, officiers ou avocats. Il semble plutôt qu’il faille se placer sur le terrain des réactions individuelles : sourde opposition, désintérêt, rejet de la nouveauté...

27Diversité, enfin, au sein même de chacun des documents. Généralement, les premières pages sont d’une clarté et d’une précision inespérées : c’est parmi elles que l’on trouve les plus précieuses rubriques : âge et sexe des enfants, présentation par étages, voire par chambres. Mais trop souvent la qualité du texte s’appauvrit au fil des heures, alors que l’écriture, de plus en plus hâtive, s’étire et devient difficilement lisible. Là transparaît la véracité brute des relevés : elle laisse deviner la fébrilité des recenseurs, astreints à mener leur tâche à son terme avant la nuit ; elle dit aussi leur fatigue : les quelque quatre-vingts maisons qui constituent, en moyenne, un quartier du centre de la ville, hautes d’au moins deux étages, ne représentaient pas moins de trois mille degrés à gravir : une ascension de six cents mètres entrecoupée de près de deux cents interrogatoires sans doute laborieux ! On s’explique aisément que les meilleures volontés se soient ainsi émoussées !

  • 28 EE 32, p. 32, quartier de Saint-Nizier. Le document annonce 973personnes en tout quand notre recom (...)
  • 29 MUHEIM (H.) Le recensement de la population lyonnaise en 1709 : les domestiques p. 208.
  • 30 Par ex. : A.D. Nièvre BB 20, 1587 - 1599 fo 70, 1er juin 1590.

28Nous n’avons trouvé nulle trace de l’exploitation par les autorités des documents qui, au soir du 4 septembre, leur furent remis. Le recensement en tant que tel s’était soldé, de toute évidence, par un échec : seuls quatre enquêteurs avaient réussi à conclure leur tâche par un nombre28 ; d’autres l’avaient menée avec assez de soin pour que l’on pût, au prix d’un comptage minutieux, parvenir à un résultat semblable. Mais trop souvent les notables n’avaient accordé d’importance qu’au dénombrement des foyers sans égard à leur taille ni à leur composition. Il n’existe donc pas en 1597, ni est-il besoin de le préciser, en 1636, de pièce comparable à l’Etat Général des Quartiers de la Ville de Lyon de mai 170929. On ne peut pas davantage trouver trace d’une estimation globale de la population parmi les actes consulaires : pareille indication, dans cette source de l’histoire lyonnaise si universelle et si souvent consultée, eût tiré nos recensements de l’ombre depuis fort longtemps. Que de fois les pièces eurent-elles un destin inverse quand, satisfait d’une estimation approximative, on laissa se perdre les minutes qui avaient permis de l’établir30.

29Sans doute devons-nous au secrétaire de la Ville, dont la méticulosité reste manifeste, qu’il n’en ait pas été ainsi ; sans doute aussi le gouverneur et les consuls furent-ils mécontents de l’opération : en des circonstances aussi pressantes, quel parti immédiat tirer d’un semblable enchevêtrement d’indications ? Les seules paraissant expédientes sont les grandes croix qui, en marge, attirent l’attention sur les suspects et sur les Savoyards. On ne voulut donc pas s’en tenir là.

  • 31 JOLY (A.) « Inventaire Numérique... : EE 33, Recherche des étrangers, XVIIe ».
  • 32 EE 32, Pièces 35 à 41 : 28, 29, 30, 31 octobre et 3 novembre 1597.
  • 33 BB 134, fo 136, 23 octobre 1597. Cf. annexe 7.
  • 34 EE 5, pièce 11,27 octobre 1597. Cf. annexe 8.

30Insatisfaction féconde qui nous valut la dernière de nos pièces majeures. Le trente-troisième registre de la série EE constituait une énigme irritante31. Ses trente-sept premières pièces, magnifiquement conservées, mais sans date, énuméraient, pennonage par pennonage, non les étrangers, mais ceux qui, habitants de Lyon ou simples passagers, étaient natifs des terres du duc de Savoie, la dernière étant consacrée aux faubourgs : Croix Rousse, Vaise, Les Deux-Amants, Saint-Irénée et la Duchère. De suite, la connaissance du nom des capitaines pennons permit de situer ces textes dans l’intervalle 1597 - 1600. Une datation précise ne surgit que de leur rapprochement avec sept petits livrets dont plusieurs sont en piètre état, mais qui s’échelonnent du 28 Octobre au 3 Novembre 1597. Nous avions sous les yeux les brouillons des pièces à identifier32. Les actes consulaires apportèrent enfin une certitude définitive : le 23 Octobre 1597, les échevins avaient résolu d’obtenir du gouverneur que l’on obligeât les Savoyards à venir décliner leur identité33. Dès le 27, le crieur public enjoignit en effet, par tous les carrefours et lieux accoustumés à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’ils soyent, Chefs de maisons ou autres habitons en ceste ville de Lyon et faugbours d’icelle qui sont natifs du pays de Savoie, Piedmont et Bresse, de se consigner par nom et surnom en l’hostel Commun de la ville... Un des placards affichés à cette occasion aux portes des églises et sur les places nous a même été conservé34.

  • 35 Cf. ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la fin du XVIe. pp. 135-136.
  • 36 EE 33, p. 5, p. 22, p. 31 : François Bernard, capitaine pennon, Sebastien Georges, maître apothica (...)

31Tout était désormais clair et l’on peut aisément se figurer la scène : les échevins assistés de notables, retranchés par quelque table de la file - bruyamment impatiente ou silencieusement respectueuse ? - des anciens sujets du Duc qui, au nombre de plus de quinze cents, se pressèrent durant cinq jours devant l’Hôtel de la rue Longue. A chacun, on demandait son nom, parfois son âge, son état, son lieu d’origine et son ancienneté dans la ville. Soucieux de détourner d’eux les soupçons, certains exhibaient des lettres de naturalité du feu roy que Dieu absolve, beaucoup les leur enviaient !35 D’autres ne manquaient de faire valoir qu’ils étaient nés du tems que le Roy tenoit le dit pays36. On se vantait aussi, par précaution, d’avoir été capitaine pour le service de la Ville, ou d’avoir jadis suyvi l’armée du Roy. De toute évidence, le climat de méfiance, de suspicion était ressenti par tous : par les Savoyards, qui ne négligeaient rien pour prouver leur loyalisme ; par les Lyonnais, qui voyaient volontiers en eux un nouveau Cheval de Troie...

  • 37 EE 33, pp. 1 à 37.
  • 38 EE 32, pp. 35 à 41.
  • 39 Cf. ROUBERT (J.) op. cit. pp. 140 à 143, liste de Savoyards demandant une mesure de naturalisation (...)

32On ne repartait, muni d’une bulette garantissant de l’expulsion qu’après avoir décliné le nom du capitaine pennon de son quartier que le notable inscrivait en marge. C’est ce qui explique la qualité du registre définitif : le minutieux secrétaire de ville put, grâce à ces mentions, ouvrir trente-sept rôles et reclasser, à l’issue des journées d’enregistrement, tous les inscrits, pennonage par pennonage, hors de toute précipitation37. Les sept carnets originaux permettent de retracer le déroulement des opérations38. Dès la première journée suivant la proclamation, on vit s’effectuer plus de quatre cents enregistrements, dont beaucoup concernaient des marchands, des hôtes, des personnages du clergé : ceux qui, en 1594, avaient voulu officialiser leur intégration à la ville et mettre leurs biens à l’abri du droit d’aubaine39. La grande presse eut lieu le mercredi, quand plus d’un demi millier d’inscriptions furent consignées sur deux registres ouverts simultanément ; les petites gens succédaient devant les échevins à leurs compatriotes plus fermement établis à Lyon. Les jours suivants virent le flot se tarir progressivement : on ne délivra plus que 288 bulettes le jeudi et 177 le lendemain. La fête de la Toussaint étant le samedi, on ne crut pas inutile d’atténuer par une journée de grâce la rigueur de l’ordonnance et, le lundi, le prévôt des marchands en personne inscrivit encore plus de cent cinquante retardataires, auxquels s’ajoutèrent sept ultimes noms, dont celui d’un prisonnier fraîchement élargi. La difficulté est d’évaluer le nombre de ceux qui n’accomplirent pas la formalité, soit qu’ils aient de bonne foi ignoré ce qui leur avait été enjoint, soit qu’invalides, absents pour quelque temps, ou même réfractaires, ils ne se soient pas rendus à l’hôtel de ville...

  • 40 EE 102, p. 32, s. d.
  • 41 Cf. supra p. 24. L’esprit de la mesure apparaît nettement dès que l’on identifie les individus vis (...)

33Les évènements donnèrent raison à ceux qui n’avaient rien négligé pour paraître de bons sujets du roi : une liste de vingt-neuf noms de suspects fut remise au chevalier du guet, chargé de les chasser40. Parmi eux, plusieurs Piémontais, qui semblaient faire l’objet d’une méfiance particulière, quelques serviteurs, des nouveaux venus, et ceux qui avaient déjà attiré l’attention sur eux lors du recensement : on ne s’étonne guère de trouver le relieur Jean Chantre chez les proscrits41. La mesure, dont on ne sait si elle fut exécutée, n’eut en tous cas qu’un caractère provisoire, au moins pour certains. Barthélémy Galbuzat, marchand futainier de Quiers, en fut frappé : ceci n’empêche pas que c’est très probablement sa veuve que l’on recensera, dans le même quartier, en 1636, et qu’Augustin, Jean-Anthoine et Dominique, tous également futainiers, figureront en bonne place parmi les aisés de la taxe de 1640...

34A nos yeux, les recensements de 1597, de 1636 et la recherche des Savoyards sont trois documents étroitement complémentaires qui s’éclairent mutuellement. Au premier chef, parce qu’ils permettent, par comparaison, de saisir les diversités et d’apprécier les évolutions. Mais aussi, parce qu’ils offrent d’intéressantes possibilités de recoupement, donc de contrôle puis d’enrichissement des données. Là s’ouvre le domaine des problèmes méthodologiques.

II - PROBLEMES D’EXPLOITATION

  • 42 Une classification est, évidemment indispensable. Mais n’est-il pas préférable de n’en opérer les (...)

35La première difficulté à résoudre avant toute démarche fut celle du dépouillement. D’emblée, nous avons écarté le système qui consiste à disperser chaque texte en autant de fiches perforables que de foyers et dans lequel les principales variables sont matérialisées par des encoches. Cette manière de procéder nous semble comporter des inconvénients majeurs pour une première approche des textes. En premier lieu, il est difficile, à moins de compliquer notablement la méthode, de traduire ce qui relève des problèmes de l’habitat. En particulier, on détruit ainsi les indications de proximité que l’original peut avoir transmises, et l’étude des maisonnées amène à des situations trop complexes. En outre, l’on est fatalement amené à accepter une perte d’information : le système ne permet pas de faire face à la grande diversité des métiers, qu’il faut donc réduire, avec la part d’arbitraire que cela comporte, à un nombre restreint de catégories sur la significativité desquelles on peut s’interroger42. Il en est de même en ce qui concerne les origines géographiques, qu’il faudrait se résoudre à n’aborder qu’au niveau d’agrégats grossiers. Enfin, et surtout, le travail glisse vers une démarche mécaniste, se réduisant à essayer, par comptage, d’établir des corrélations à base numérique, dont on sait le péril qu’il y a à tirer des conclusions immédiates.

  • 43 Cf. annexe 8 : feuille type de relevé.

36Nous avons donc préféré une transcription intégrale, plus longue certes, mais exempte de telles tares. Matériellement, les relevés ont été établis sous forme d’une suite de tableaux, les séparations horizontales étant destinées à distinguer les maisons successives et, à l’intérieur de chacune d’entre elles, les différents foyers. Deux cases ont été destinées à recevoir l’une le nombre de ces foyers dans chaque maison, et l’autre la population totale de cette dernière43. Les dix colonnes portent le nom du chef de maison, son métier, son origine, son ancienneté de résidence, la composition de sa famille - serviteurs exclus-, le nombre et le nom des domestiques de sexe masculin, leur origine, leur temps de service passé, le nombre des servantes, la récapitulation des bouches composant le foyer. Nous n’avons laissé de côté que l’inventaire détaillé des armes, qui ferait pâlir d’envie les collectionneurs !

  • 44 A.M.L. GG 014, p. 5.

37Quelques symboles, abréviations et couleurs conventionnelles ont complété utilement cette présentation : ils permettent de faire figurer des indications tirées d’autres sources sans introduire un risque de confusion. Le support matériel de notre dépouillement est donc fort anodin, et ne requiert que de petits moyens ! A notre grande surprise, l’une des minutes du recensement de 1709 fut établie selon une méthode assez semblable44. Une exploitation par ordinateur ne fut jamais envisagée, en dépit de la taille des documents : un coût prohibitif excluait cette solution qui aurait par ailleurs amené avec elle de nouveaux problèmes, les noms présentant d’un texte à l’autre de très importantes distorsions que la machine n’aurait pas surmontées.

38Notre procédé n’est pas à l’abri des critiques. La principale porte sans doute sur l’enfermement des données dans le cadre du pennonage : il est, par exemple, à peu près impossible de localiser un Savoyard qui n’a pas su ou voulu indiquer le nom du capitaine de son quartier, de même que l’on perd la trace de quelques compagnons qui, ne résidant pas chez leur maître, ont été recensés avec lui en tant que serviteurs, mais ont pu l’être ailleurs en tant que Savoyards. Mais ce ne sont là que des cas d’espèce, ne concernant que de très faibles effectifs ; l’extrême dissemblance d’une pièce à l’autre rend en fait obligatoire la séparation par pennonages, sous peine de placer sur le même plan des données de valeur inégale.

39De même peut-on regretter qu’aucun classement alphabétique des chefs de maison ne soit possible. L’inconvénient est de peu de poids si l’on considère que le recensement de 1597 fut accompli en une seule journée, et que donc le danger de double compte est très restreint. Nous avons cependant cherché d’éventuels chevauchements. Ils auraient pu porter sur des maisonnées entières, plus que sur des individus ; ceci même n’en n’écarterait pas la possibilité : très souvent, des capitaines pennons se disputèrent l’autorité sur une maison, parfois même l’épée à la main, et on peut parfaitement supposer l’un de ceux-ci recensant les occupants de la bâtisse litigieuse pour ne pas sembler avoir abdiqué ses prétentions...

40Enfin notre méthode est-elle indiscutablement pesante : il est exclus de trier les foyers ou les maisons en fonction d’un critère donné : chaque question oblige à une relecture complète, de même qu’il faut récapituler manuellement les différents effectifs texte après texte. C’est là un dernier inconvénient qu’il faut accepter pour saisir les métiers, les familles ou les maisonnées dans leur environnement, non fossilisés par quelque desséchant codage.

41La deuxième difficulté naît de la diversité qui présida à tel point à la confection des minutes qu’à grand peine trouverait-on deux documents exactement comparables dans leur présentation et dans leur qualité. Pour enfoncer l’obstacle, l’approche se devait de répondre à deux exigences. Elle devait, en premier lieu, ne laisser aucun champ à des éléments subjectifs d’appréciation : seule la donnée chiffrable en est capable. Elle devait, en second lieu, être indifférente à cette hétérogénéité qui recèle précisément les difficultés caractérisant notre type de source ; seule une « grille » articulée par rubriques pouvait s’appliquer directement à tous les relevés quelles que soient leurs singularités. Il fallut donc opérer, cas par cas, et parfois même en fractionnant les textes, une rapide analyse de contenu. Le but de cette première démarche ne fut pas de critiquer les documents, bien que par la suite plusieurs résultats aient pu être utilisés à cette fin, mais d’avoir un tableau complet et concis des possibilités de chaque minute afin de former des échantillons aussi adaptés que les sources le permettent vis-à-vis de chacune des questions qu’il était possible de leur poser. La composition de détail de la grille d’analyse ne mérite pas une description complète ; elle se calque sur le modèle d’un texte idéal qui comporterait tous les types d’indication que les différents originaux mentionnent isolément ou partiellement : le principe de base est le dénombrement, sans critique, des mentions dans le document afin d’en rapporter le résultat au nombre qui aurait correspondu à une qualité idéale. Le but est d’obtenir un taux de fréquence permettant d’effectuer une sélection en deçà d’un seuil de significativité, fixé arbitrairement, au delà duquel l’importance des cas d’indétermination ôte sa valeur à la mesure. Ainsi, les 195 chefs de maison du pennonage de Saint Georges sont décrits par 165 mentions de métier, soit 84 %, ou même 89 % si l’on exclut les femmes chefs de feu, dont on n’indique l’état qu’exceptionnellement, et seulement 118 précisions d’origine géographique, soit 64 % seulement des hommes. Dans cet exemple, la première donnée est excellente ; la seconde ne peut être utilisée qu’avec précaution.

  • 45 Cf. annexe 9 : analyse quantitative du contenu des sources.

42L’intérêt pratique du procédé est évident : la présentation du dépouillement par colonnes permet d’effectuer rapidement les comptages, et les taux de fréquence obtenus facilitent non moins aisément la constitution immédiate d’échantillons, le seuil limite arrêté45.

43Ses résultats dispensent un second enseignement : l’appauvrissement des contenus s’ordonne toujours, quel que soit le quartier, selon le même ordre. Les noms, prénoms, sobriquets sont presque toujours mentionnés ; seul quelque quidam fraîchement arrivé ou une pauvre veuve peut échapper à la règle. Le métier se place toujours au second rang : dans les Etablies, il complète seul l’identité de chacun. Bien après se place le lieu de naissance, quand il n’est pas omis. La plus faible fréquence s’applique à l’ancienneté de résidence à Lyon : encore ne retient-on, sans réel moyen de contrôle, qu’un ordre de durée, souvent arrondi à la dizaine près, sur la valeur duquel la confrontation entre sources différentes jette un grave doute : la concordance est irrégulière, et l’on n’hésite pas à se déclarer vieux lyonnais si l’on se croit menacé. Le hasard ne fait pas seul que, à travers tous les pennonages de la ville, l’ordre de fréquence des mentions soit immuable. Laurens Grosbonnet est avant tout chapelier à Bon Rencontre : qu’il soit natif d’injoux, arrivé depuis neuf ans à Lyon n’est qu’accessoire. Ni la minutie, ni la négligence des recenseurs ne sont appliquées aveuglément et ne peuvent être considérées comme indifférentes. On aura laissé de côté, ou l’on ne se sera intéressé occasionnellement qu’à ce qui paraissait secondaire : cette hiérarchie entre les critères de détermination de l’individu est la leçon des omissions. Il y a là une concrétisation intéressante des mentalités.

44La troisième phase préalable à l’exploitation des sources, la critique historique et statistique, est sans nul doute la plus délicate. Toute crédulité se solde par des résultats irrecevables ; inversement, l’hypercritique peut amener à rejeter des données originales au nom de présuppositions.

45Deux principaux écueils étaient à éviter. L’un était le risque de travailler sur des documents incomplets, ne décrivant qu’une partie de l’espace du quartier ou, pis, de sa population. L’autre consistait à utiliser des indications de détail erronées. Il fallut donc, point par point, épuiser toutes les possibilités de vérification, même partielles.

46Il fut aisé, dans un premier temps, de s’assurer qu’aucun des textes n’avait été amputé. Les formules concluant les minutes, la présence de feuillets restés inutilisés, les récapitulations établies par les recenseurs au bas ou au dos des papiers en sont des preuves suffisantes.

  • 46 EE 27, p. 7, 1er juillet 1594.

47La difficulté fut plus grande quand il fallut se pencher sur le nombre des maisons de chaque pennonage, et éprouver la précision des mentions indiquant propriétaires ou enseignes. Nous ne pûmes, à cet effet, que comparer nos documents soit à d’autres sources, telles les Etablies de 1594 qui, précisant le domicile des habitants astreints au service de garde, permirent d’asseoir le recensement de la rue Du Bois46, soit à leurs homologues de 1636.

Six quartiers seulement ont permis ce type d’épreuve.

1594

1597

1636

Le Temple

72

72

Saint-Pierre

59

71

Rue du Bois

66

60

Puits du Sel

65

67

Rue de Flandres

68

64

Rue Saint Georges

128

146

  • 47 LAVIGNE (M.) Inventaire monumental de l’îlot 18 dans le quartier Saint Jean à Lyon.

48Il ne convient pas d’exiger des nombres qu’ils coïncident strictement, pour de multiples raisons. Près de quarante ans ne s’écoulent pas sans que l’habitat urbain ne se transforme, et d’autant plus profondément que plusieurs quartiers disposaient à la fin du XVIe siècle d’une importante réserve foncière sous forme de jardins, de terrains non bâtis. Le Plan Scénographique en porte témoignage. L’évolution remarquable à Saint-Georges et dans le pennonage de Saint Pierre va en ce sens. Les actes consulaires au XVIIe siècle révèlent en outre de nombreuses démolitions et des agrandissements de maisons dans le centre de la ville. De plus, ce que les recensements considèrent comme une maison-unité architecturale ne correspond pas à une notion rigidement définie : deux bâtiments accolés distingués à l’origine peuvent être ultérieurement confondus pour peu que le même personnage en devienne propriétaire ; des transformations, en modifiant l’aspect, aboutissent à la même confusion47.

49Le nombre de maisons que nous pouvons extraire des sources n’est pas davantage à l’abri du doute. Quand, au fil d’une même minute le nom d’un propriétaire revient à diverses reprises, trois situations bien différentes sont possibles. Il peut s’agir d’un oubli des recenseurs qui, revenant sur leurs pas, ont quelquefois voulu réparer un oubli commis quelques maisons plus tôt. Au quartier de la Pêcherie, on croit ainsi ne trouver que Guillaume Couvet, chasse-coquins, en la maison du Sieur Etienne, orfèvre. Après quoi l’on recense deux inquilins habitant chez le Capitaine Jacques, mais c’est pour revenir en arrière ajouter Anthoine Delagrange que l’on avait omis chez le premier et ce même Jacques, meunier et enseigne du pennonage, en son propre logis. En pareil cas, il est explicitement mentionné : en ladite maison. Il peut également s’agir de plusieurs constructions appartenant à la même personne, ce qui est fréquent. A Saint Georges, le sieur Carcany en possède ainsi trois. Rue de Flandres, Mathieu Sève, Sieur de Saint André en a cinq. De tels exemples surabondent, et souvent ces propriétés qu’un seul a rassemblées sont contiguës ; aussi est-il alors précisé : en autre maison...

50Mais comment trancher quand ces indications ont été négligées ? Tout semble clair quand le nombre des habitants en cause est assez important pour représenter la population d’une des maisons du quartier. En revanche, le foyer isolé trouvé seul dans une construction pose problème si le nom du propriétaire a été cité peu avant. Nous ne croyons pas que l’application d’une convention quelconque soit uniformément possible à l’égard de dizaines de textes dont l’esprit varie de l’un à l’autre. Nous avons préféré prendre en compte le plus grand nombre d’indices disponibles dans chacun des cas : taille des maisons du quartier, métier du propriétaire et des inquilins, habitudes de plume discernables chez le rédacteur du procès verbal. Notons enfin que tous les recenseurs n’adoptaient pas les mêmes critères, les uns incluant en leur rapport les maisons vides ou en ruine, les étableries et les constructions de jardin, les autres ne décrivant que les bâtiments habités. Il ne faut donc pas se laisser aveugler par les chiffres, et ne leur demander que de s’inscrire dans la vraisemblance.

  • 48 LAVIGNE (M.) op. cit. Que Madame Lavigne, qui nous a permis de consulter sa thèse inédite, trouve (...)
  • 49 Cf. annexe 11 : les maisons de l’îlot 18 dans le recensement de 1597.

51Une vérification partielle, mais riche de prolongements, a pareillement été effectuée à l’égard des minutes décrivant les quartiers de Porte - Froc et de la rue du Bœuf, grâce à l’étude précise qui a été faite de l’îlot délimité par les rues Saint Jean, de la Bombarde, du Bœuf et la place Neuve Saint Jean48. Cet inventaire monumental, écrivant l’histoire de chaque construction, a parfaitement corroboré les indications du recensement de 1597, qui n’omettrait aucune des maisons et ne les désigne jamais autrement que sous le nom de celui qui en était effectivement le propriétaire à cette date. Comment ne pas ressentir de colère à l’encontre des recenseurs qui ne nous ont laissé pour l’un de ces pennonages qu’un dénombrement des seuls chefs de feu et serviteurs et, pour l’autre, une pièce qui serait prometteuse si les enfants n’y étaient pas portés de manière extrêmement vague ! Nous sommes ainsi privés de la possibilité de mesurer la densité d’occupation des planchers de ces maisons du XVIe siècle, alors que beaucoup d’entre elles nous ont été conservées et que nous en connaissons les rehaussements plus récents49.

52Il est aussi, en l’absence d’une étude générale de la maison lyonnaise, une source de recoupement utile, mais floue : celle que constituent les nombreuses constructions des XVe et XVIe siècle subsistant à Lyon, véritables archives vivantes. Les coups de hache des percées haussmaniennes et les profanations actuelles n’ont pas irrémédiablement défiguré le tissu urbain ancien. Pouvoir contempler de nos jours les bicoques de Saint-Georges, de Bourgneuf ou des Epies et les hautes demeures de la rue Mercière est un privilège ; il permet de se figurer assez facilement le faciès de chacun des quartiers, même si le XVIIe en a surélevé les étages et le XVIIIe remodelé l’aspect. Cette suite d’images permet d’entrer de plainpied dans les recensements et d’écarter les soupçons que pourraient susciter les très grandes inégalités relevées entre les populations de maisons différentes.

53La phase suivante de la critique était vitale : il fallait chercher à apprécier le degré d’exhaustivité des dénombrements de chefs de maison. A cette fin, nous avions la chance de disposer de sources remplissant de façon idéale deux conditions essentielles à la validité de toute confrontation. D’une part, le recensement de 1597 est chronologiquement très proche de la recherche des Savoyards : il ne le précède que de cinquante-six jours. D’autre part, ces deux documents ont été établis suivant des procédés tout différents, bien qu’adoptant la même subdivision par pennonages.

  • 50 Cf. supra p. 30 et EE 5, pièce 11.
  • 51 ROUBERT (J.) op cit.

54Nous avons posé comme postulat le caractère d’exceptionnelle qualité de l’enregistrement des natifs de Savoie. Plusieurs faits plaident en ce sens. Si les habitants furent surpris par la visite des recenseurs, tout fut au contraire prévu pour que nul Savoyard ne puisse prétendre cause d’ignorance de l’obligation qui lui était faite de se présenter à la maison de ville : criées aux carrefours, affichage aux portes d’églises50. La nouvelle, sans doute, se répandit vite. De notables personnages ne crurent pas la précaution mutile et ne dédaignèrent pas de se faire inscrire : noble Martin De Couvet, baron de Montribloud voisine avec les notaires Claude Sonthonas, Pierre Sonda, Claude Chappelu et Claude Laurent. Les grands chapitres virent certains de leurs membres accomplir la même formalité : trois chanoines de Saint Nizier, quatre de Saint Paul, un de Saint Jean, plus trois religieux d’Ainay. Le clergé lyonnais semblait d’ailleurs recruter largement parmi les anciens sujet du Duc : la liste se complète en effet par trois frères Cordeliers, le prieur des Augustins et le curé de Saint Vincent, deux prêtres de la Platière, un de Saint Pierre, le curé de la Guillotière et deux prêtres de Saint Georges. Il convient d’apprécier le fait à sa juste valeur : c’est là toute l’élite des anciens Savoyards qui défile ainsi dans les registres. Ce sont ceux-là mêmes qui cherchaient trois ans plus tôt, à obtenir une mesure de naturalisation générale51. La pratique, dans le déroulement des recensements, était précisément d’omettre assez souvent les membres du clergé et les grands noms : les notables ne se risquaient pas à l’importunité d’une visite inquisitoriale, mal venue, presque injurieuse, et se tiraient d’affaire en mentionnant la seule qualité des nobles, en n’allant que rarement au-delà de vagues formules quant à la composition de leur maison. Madame de Mandelot, avec son train en est le parfait exemple. Que les pompeux chanoines ou que le baron Couvet n’aient pas craint de mêler leur nom à ceux des humbles artisans semble de bon augure et incite à penser que les Savoyards furent assez inquiets pour déférer en masse à l’injonction du gouverneur, quelle que fût leur condition.

55De nombreux indices laissent croire qu’il n’en a pas été autrement chez le menu peuple. Ici, c’est un hôte qui vient dénoncer trois marrons de Lanslebourg logés chez lui, et ces derniers qui, de leur côté se mettent en règle peu après. Là, ce sont des femmes de bateliers ou de charpentiers qui accomplissent la même démarche au nom de leurs maris absents pour quelques mois.

56Sur un plan différent, l’importance de ces effectifs recensés plaide dans le même sens. Près de douze cents chefs de maison savoyards semble être un nombre vraisemblable : près d’un foyer sur six.

  • 52 ROUBERT (J.) op. cit.

57En dernier lieu, un intéressant rapprochement a pu être tenté entre ces registres de 1597 et la liste des 152 noms de ceux qui, en avril 1594, voulaient devenir régnicoles52. Le jumelage, rapidement mené, a permis de retrouver deux Savoyards sur trois et d’établir la véracité des mentions de métier ou d’origine, résultat qui semble satisfaisant dans la conjoncture particulière de ces trois années de bouleversement.

58Cet ensemble de raisons nous a amené à supposer que la recherche des savoyards d’octobre 1597 était un document d’une valeur assez sûre pour pouvoir servir de texte de référence vis-à-vis du recensement de septembre. Quartier à quartier, les listes ont été comparées, dans le but de mettre en évidence et d’évaluer d’éventuels sous-enregistrements.

59La tâche comprenait de nombreux obstacles. Il fallut tout d’abord rendre les sources aptes à être confrontées, les réorganiser selon une présentation éliminant leurs différences de conception. Ainsi les Savoyards durent-ils être répartis en quatre catégories : l’une regroupa tous ceux dont on ne savait rien et qui avaient résisté à toutes les tentatives d’identification ; ce n’est heureusement le cas que d’un petit nombre d’individus. Une seconde fut destinée à ceux qui n’étaient que de passage à Lyon, marrons, voyageurs, escholiers, et à quelques autres dont la position particulière ne permettait pas de les retrouver nominalement dans les textes de septembre. La troisième fut créée pour les serviteurs qui, n’étant que rarement désignés par leur nom dans les recensements, ne pouvaient pas davantage être l’objet de la vérification. La dernière, seule, permit le recoupement désiré : elle regroupait les Savoyards que l’on présumait chefs de maison, donc que l’on pouvait rechercher dans les textes mis en cause. Ce premier tri élimina moins d’un quart de l’effectif enregistré.

  • 53 Cf. annexe 10.

60Il fut très souvent extrêmement malaisé de retrouver ces noms dans les minutes de recensement. Celles-ci sont parfois quasiment illisibles ; toute lecture de nom propre devient alors très hasardeuse. Les distorsions sont, en outre, souvent considérables. On ne peut s’en étonner si l’on se rappelle que les notables, en fonction à l’Hôtel Commun, ont eu à transcrire des renseignements oraux et que c’est à partir de leurs brouillons que le secrétaire de ville eut à établir le document que nous avons utilisé. Les recensements de septembre sont loin d’être exempts des mêmes défauts. Que l’on ait estropié le nom du marchand lucquois en « Arnaud Finy » prête à sourire ; mais comment détecter de telles déformations quand elles affectent des hommes du menu peuple ? L’identification est, par ailleurs, exclue quand l’usage des sobriquets n’est complété par nulle autre mention. Seuls des hasards heureux ont permis de savoir que Jehan François Deparis et Thevenon ne faisaient qu’un même personnage, ou que Claude Droguet, charpentier, n’était autre que le « capitaine Laplanche ». En outre, des situations particulières amènent à rechercher des noms hors du pennonage indiqué. Erreur de classement du secrétaire de ville ou ignorance des intéressés ? Plusieurs de ceux qui avaient prétendu appartenir au quartier de la Lanterne habitaient, d’après le recensement de septembre, dans le pennonage voisin de Saint Pierre. Encore peut-on espérer résoudre de telles énigmes : ceci devient quasiment exclus quand un compagnon n’indique pas clairement son état en venant se faire inscrire sur les listes de savoyards, car les minutes, nous l’avons déjà souligné, ne précisent pas régulièrement les noms de serviteurs53. En pareil cas, nous surévaluons sans remède le nombre des désaccords du jumelage. Enfin se heurte-t-on parfois à l’irritante imprécision des recenseurs qui nous vaut des descriptions telles qu’en la maison des héritiers Guillen sont logés onze inquilins, tous pauvres gens comme savetier, baptelier, affaneur et autres, qui sont demeurant de longues années en ceste ville.

61C’est dire que jamais il n’est possible d’exiger des textes une coïncidence étroite ; déjà faut-il faire la part de la mort et de la mobilité sous toutes ses formes durant les huit semaines de l’intervalle intercensitaire.

  • 54 Cf. annexe 11 : critique du recensement de 1597 par jumelage.

62L’épreuve put être appliquée à trente-deux des documents. Tous n’en sortirent pas avec le même bonheur : huit d’entre eux atteignirent des taux de coïncidence compris entre 95 et 85 %, huit autres de 85 à 75 % et six de 75 à 65 %, les dix derniers s’échelonnant du douteux au médiocre54.

63Une nouvelle fois, il fallut n’utiliser le chiffre qu’avec une grande prudence. Les difficultés d’identification n’ont pas pu jouer uniformément leur rôle : le taux calculé reflète autant la valeur de la tenue du relevé que son degré d’exhaustivité. Il ne peut finalement servir que de base d’appréciation et perd beaucoup de sa significativité quand les minutes de recensement sont très peu lisibles. En second lieu, il paraît indispensable de se pencher, à chaque fois, sur les listes de ceux qui, absents en septembre, figurent néanmoins sur les registres d’octobre. Elles énumèrent un grand nombre de massons, de chappuis, d’affaneurs et de bateliers. On ne peut, en pareil cas, considérer comme anormal que les recenseurs ne les aient pas portés sur leurs minutes : très probablement étaient-ils hors de leur domicile au moment de la visite, et souvent même loin de la ville ; tel désaccord entre les sources n’entraîne pas les mêmes conclusions du point de vue de la critique selon qu’il porte sur un métier sédentaire ou non ! La difficulté irrésoluble est de faire la part, dans ces lacunes, de ce qui est dû à la sous-évaluation et de ce qui revient à l’absence seule des individus... Probablement ces manques ont-ils surtout affecté des isolés ne laissant à Lyon nulle famille capable de renseigner les recenseurs ; plusieurs fois, nous avons pu avoir la certitude que ce sont les voisins qui ont tenté de le faire, n’étant d’ailleurs guère en mesure d’indiquer que le métier : un affaneur dont on na sceu dire le nom.

64Ces réserves faites, la confrontation entre le recensement général et l’enregistrement des Savoyards nous laisse trois résultats concrets. Les quartiers présentant un taux de coïncidence égal ou supérieur à 80 % ont été considérés comme dénombrant de façon satisfaisante les chefs de feu, au moins quand il s’agit d’hommes. Inversement, quand le résultat médiocre de l’épreuve coïncidait avec la pauvreté du contenu et la hâte de l’écriture, nous avons rejeté la pièce. A chaque fois, la vérification ne fit guère que confirmer ce que d’emblée le soin et la précision ou, au contraire, la négligence des enquêteurs avait permis de pressentir... Dernier enseignement : les métiers du bâtiment et du voyage sont, par nature, les moins bien recensés.

65A ce stade de la critique se posait une angoissante question : fallait-il, ou non, rejeter plusieurs des minutes qui, bien que très détaillées, n’avaient que piètrement supporté l’épreuve du recoupement ? Les grandes difficultés d’identification déjà évoquées nous ont finalement amené à leur accorder quelque recours, d’où la nécessité de tenter une vérification différente.

66Il n’était pas possible de comparer, sous peine de se fourvoyer, le nombre de foyers de chaque quartier à une moyenne quelconque. L’histoire des pennonages montre assez clairement combien d’importantes disproportions de population les différenciaient. Face aux 333 foyers du quartier de Confort, aux 316 de celui de la Rue de l’Hôpital, un tel procédé eût mené à considérer comme lacunaire la minute du recensement de la rue de la Grenette qui n’en décrit que 113 : pourtant savons-nous par ailleurs que le pennonage était assez petit pour ne pouvoir organiser sans difficultés ses tours de veille, ne comptant que cent ou cent vingt habitants. Mais ce n’est qu’incidemment, parce que ceux de la R.P.R., en nombre de familles de vingt-cinq ou environ ayant été désarmés, en tiraient apparence de prétexte pour s’excuser des gardes, que nous disposons d’un tel document de référence, même approximatif.

67La voie la moins hasardeuse fut donc de procéder à deux vérifications. L’une fut d’apprécier la vraisemblance du nombre de foyers calculé pour chaque quartier vis-à-vis de ce que nous savons de son étendue et de sa densité de construction : trop souvent, ces données-ci s’inscrivent en pointillé... L’autre fut de cerner l’attitude des recenseurs en face des femmes chefs de foyer : généralement, c’est celle du « tout ou rien ». C’est donc là une cause fréquente de sous-estimation, sur laquelle nous aurons à revenir. Dans un cas comme dans l’autre, seule l’expérience des textes, au fil des dépouillements, permet de mettre le doigt sur des lacunes qui sont loin d’avoir un caractère d’évidence, ne fût-ce qu’en raison de la diversité, vraiment omniprésente.

68Il fut encore plus malaisé de mettre en jeu des éléments de critique vis-à-vis des pièces du recensement de 1636. Les sources de recoupement, qui devaient nécessairement être chronologiquement très proches, ont fait cruellement défaut. Nous n’avons pu en retenir et en utiliser finalement que deux.

  • 55 BB 171, fos 100 - 101, 16 mars 1627.

69La première a permis d’éprouver très ponctuellement les minutes de recensement quant à la valeur des indications portant sur les constructions. Les maisons appartenant à des étrangers à la ville avaient été repérées dès septembre. Le jumelage des sources, quand il fut pratiquable, a permis de s’assurer de l’exhaustivité des procés verbaux de décembre et dans quelques cas privilégiés de compléter leurs descriptions en identifiant les propriétaires avec une meilleure précision et en ajoutant çà-et-là des renseignements d’ordre topographique permettant de localiser plusieurs maisons de certains pennonages, et fournissant ainsi les premiers éléments d’une ultérieure tentative de reconstitution des rues et des limites de ces quartiers.55

  • 56 EE 34, p. 54, rôle des veuves du quartier de la Pêcherie.

70La seconde, d’apparence séduisante, se révèla d’une grande difficulté d’utilisation. Le 18 Septembre 1636, le Consulat avait décidé de mettre les veuves de Lyon à contribution, au vu des grands besoins d’argent entraînés par la défense de la ville. Chaque capitaine penon avait donc reçu une liste de ces contribuables inhabituels avec l’ordre de les visiter et de les imposer... et pour le regard de celles que vous jugerez en votre conscience et sans faveur n’avoir moyen de fournir les croisir sur ledit rolle...56. Ainsi neuf veuves du quartier de la Pêcherie furent-elles portées pour des sommes allant de dix sols à deux livres, quand cinq autres jugées trop pauvres n’eurent rien à donner.

  • 57 EE 34, p. 60, s. d. (18 septembre 1636 ?)
  • 58 L’ordre suivi dans la liste des veuves est en effet exactement celui de la minute du recensement d (...)

71Le texte d’ensemble qui avait permis au secrétaire Demoulceau de dresser les listes remises à chacun des chefs de quartier nous a été conservé, et l’idée d’un recoupement général semblerait s’imposer si l’examen de détail de la pièce ne révèlait l’inégalité d’intérêt de son contenu d’un pennonage à l’autre57. Si le rôle particulier de la Pêcherie semble satisfaisant, il n’en va pas de même dans plusieurs quartiers, tel celui de La Côte Saint Sébastien qui ne présente que quatre noms de veuves quand le recensement de décembre en porte soixante deux. Cette irrégularité s’explique aisément par le fait que, manifestement58, le rôle des veuves a été établi à partir des pièces du recensement d’août et qu’il en a ainsi hérité les imperfections. A ce caractère limité de la vérification opérée grâce à cette source s’ajoutent les habituelles difficultés d’identification, car les veuves sont appelées soit par le nom de leur défunt mari, soit par celui de leur père, soit même quelquefois par leur surnom. On a souvent porté au rôle des veuves qui n’étaient pas le chef de la famille élargie où elles vivaient, et il n’est de ce fait, pas toujours possible de les retrouver nominalement au sein des minutes de recensement. C’est dire combien les résultats du jumelage sont ici partiels et insatisfaisants.

  • 59 Ont été principalement utilisés à ces fins :
    - Le roole général des marchands vendans et desbitans (...)
  • 60 Cf. annexe 9. Analyse quantitative de contenu. Recensement de 1597.

72Outre ces deux essais, on ne peut s’en remettre qu’aux enseignements de la critique interne de chaque document. Mais que faire, sinon s’assurer de la vraisemblance des résultats en traquant des omissions toujours possibles, ou recompter les opérations de récapitulation laissées par les recenseurs, bien souvent erronées ? Le reste de la démarche appartient au détail : point de stratégie générale vis-à-vis des pièges tendus par les sources. Il s’agit plutôt là d’une sorte de combat de rues, où l’on progresse par bonds en terrain inconnu, quitte à battre parfois en retraite. Il faut ainsi abandonner Bourchanin et Bellecour lors de l’étude de la taille des familles en 1597 : les femmes chefs de feu y sont omises. Il faut de même renoncer à inclure le quartier de la Grenette dans l’échantillon d’analyse des structures familiales, même si enfants et ascendants sont bien recensés : comment admettre en effet qu’il ne puisse guère y avoir que des veufs ? Les épouses ont été le plus souvent oubliées ! Enumérer pareilles épreuves serait fastidieux. Elle sont, certes, indispensables, mais leur rôle se joue en coulisse. Enfin, il a pu être fructueux, dans un nombre important de quartiers, de faire appel à des sources secondaires destinées moins à critiquer la valeur des textes qu’à en compléter les indications, particulièrement en ce qui concerne les métiers59. C’est là un travail de reconstitution en mosaïque que l’on aurait aimé pousser aux limites du possible. A l’expérience, l’efficacité en est souvent restreinte par le fait que les différentes sources semblent, de l’une à l’autre, né caractériser précisément que les même individus - un noyau stable du quartier ? et, au contraire, ignorer ceux-là mêmes que l’on aurait voulu cerner - une population plus flottante ? - ceux dont les recensements ne font que signaler la présence. La valeur des textes a toutefois été dans l’ensemble notablement améliorée. Si les résultats de la méthode se révèlent minimes dans le cas des quartiers pauvres, là où elle est paralysée par les obstacles dressés en raison de l’usage de sobriquets, de la mobilité géographique et de la rareté des sources, ils sont largement plus satisfaisants en ce qui concerne les pennonages de négociants habitants dont la renomée dispensait, à l’époque, d’en préciser l’état. L’exemple le plus net est celui de la Juiverie et du Change ; le gain d’information a atteint plus de vingt points60.

III - LA CONCLUSION D’UNE EXPERIENCE

73Confronté à un chaos de textes hétéroclites, nous ne disposions d’aucune méthode préétablie d’exploitation des recensements anciens. Seule était disponible, dans la perspective de l’étude des structures familiales, la classification des historiens de Cambridge. Notre cheminement a donc été marqué par les difficultés successivement rencontrées, entraînant à chaque fois la nécessité d’une réadaptation. A l’issue de l’expérience, nous croyons néanmoins avoir pu discerner les grandes lignes de ce qui pourrait être un modèle d’approche de textes semblables ; la phase préalable à toute exploitation se décomposerait en cinq étapes.

74En premier lieu, nous pensons qu’il est absolument nécessaire de transcrire les documents dans leur intégrité sur des feuilles de relevé permettant de ne perdre aucune indication, d’une présentation facilitant les comptages et prévues pour être complétées par les enseignements tirés d’autres sources ou par des codifications éventuelles.

75L’identification et la datation des pièces muettes n’interviendraient qu’ensuite, l’opération de transcription ayant souvent livré à ce moment des indices utilisables à cet effet. Parallèlement il y aurait lieu de rechercher les actes et les circonstances ayant donné naissance aux documents étudiés, afin d’apprendre la signification des signes rencontrés dans les sources : ainsi une croix portée en marge signalait-elle, d’un de nos textes à un autre, un pauvre, un savoyard ou une veuve à mettre à contribution. L’esprit de la réalisation du recensement peut en même temps y être perçu, et permettre ainsi de distinguer les insistances et de soupçonner les omissions.

76La troisième démarche consisterait à rechercher le plus grand nombre possible de sources secondaires chronologiquement proches et indépendantes du recensement. Leur exploitation suivrait deux voies : celle du jumelage, qui est sans doute la meilleure épreuve chiffrable que le texte puisse subir ; celle de l’amélioration du document étudié quand on peut rendre à une maison son propriétaire, son métier à un habitant ou son âge à un apprenti.

77En quatrième lieu, il serait commode de procédér à l’analyse quantitative de contenu de chacune des pièces, permettant de disposer ainsi d’autant de fiches signalétiques qui résument les possibilités d’exploitation et l’ampleur des incertitudes.

78Enfin, critique et exploitation allant de pair, l’on pourra passer à la sélection des échantillons en fonction des problèmes abordés, les jumelages ayant permis de ne retenir que les textes ou parties de textes les plus assurés et l’analyse de contenu ayant de suite écarté tous ceux qui ne présentaient pas une régularité suffisante à l’égard de la rubrique étudiée.

79A l’issue de cette expérience, un premier bilan est déjà nécessaire. Il ne faut pas se dissimuler que l’ensemble des recoupements et des précautions n’a pu dépasser la barrière des possibilités matérielles : après l’étape exploratoire, deux courtes années ne sont qu’un capital de temps dérisoire pour mener à bien le dépouillement, la critique et l’exploitation de sources aussi problématiques. Il aurait fallu en particulier pouvoir s’attarder bien davantage à développer une réflexion méthodologique moins sommaire et à améliorer la qualité des données initiales par des recherches parallèles. Les possibilités inexploitées semblent nombreuses : actes notariés, archives laissées par la gestion du patrimoine hospitalier, sources fiscales, leçons de détail à grapiller dans les actes de délibération consulaire ; c’est là tout un corpus dont l’exploitation serait féconde, mais lente. Elle nous était interdite quand nous ne pouvions nous permettre de retours en arrière que s’ils n’entraînaient que des surcroîts de travail très limités.

  • 61 CHARBONNEAU (H.), LAVOIE (Y.), LEGARE (J.) : Recensements et registres paroissiaux du Canada duran (...)

80Une tentative de critique des recensements grâce aux registres paroissiaux se heurterait sans doute à de nombreux obstacles61. Au premier rang se place la valeur incertaine de ce type de source à la fin du XVIe siècle ; l’impossibilité de superposer les découpages géographiques de la ville par paroisses et par pennonages s’ajoute aux problèmes engendrés par une mobilité de la population que l’on devine importante. L’expérience nous semble néanmoins souhaitable : ne peut-on pas raisonnablement espérer des résultats positifs, au moins localement ? A défaut de pouvoir effectuer un jumelage de sources, il serait à coup sûr possible d’enrichir les recensements en recueillant des indications complémentaires, particulièrement de métier. C’est là un domaine que jamais nous n’avons pu aborder : une telle tâche nécessite des années et la puissance d’une équipe...

  • 62 CROIX (A.) Nantes et le pays nantais au XVIe siècle. Etude Démographique cf. pp. 13, 32, 43.

81Hors même cette possibilité, nous avons la conviction que les jumelages de textes n’ont pas livré tous leurs enseignements. Il aurait fallu procéder à des relectures pointilleuses, s’aider de classements alphabétiques par prénoms, en un mot épuiser toutes les solutions envisageables... Tout ceci nous fut interdit. Nous voici dès lors condamné à une pénible impression d’inachèvement et d’incertitude. Mais ces transes ne sont-elles pas destinées à quiconque prétend utiliser des documents du XVIe siècle dans une perspective démographique ? Ne les perçoit-on pas au fil des premières pages de la thèse d’Alain Croix ?62. Alors, comme lui, pourquoi ne pas rappeler la citation souvent reprise de Beloch : mieux vaut des chiffres incertains mais vraisemblables que pas de chiffres du tout...

Notes

1 JOLY (Alice) « Archives de la Ville de Lyon. Série EE. Affaires Militaires. Inventaire Numérique et Inventaire Sommaire. » p. 4 : EE 34 Inventaire des armes. Recensement des étrangers XVIIe.

2 Ainsi seules l’écriture et la texture du papier permettent de distinguer de la masse les moitiés d’un document éloignées sous des cotes différentes... (EE 26, p. 15 et p. 19).

3 Cf « Mémoires du Marquis de Montglat », cité dans LEBRUN, « le XVIIe siècle », p. 82.

4 A.M.L. : BB 190 fos 144-145 vo, 22 Août 1636. BB 190 fos 190 - 191 vo, 10 novembre 1636.

5 Cf ZELLER (G.) L’organisation Défensive des Frontières du Nord et de l’Est au XVIIe siècle pp. 32 et 42. On peut prêter avec quelque vraisemblance une telle intention à Gallas : d’un point de vue logistique, la saison avancée rendait nécessaire la prise à court terme de bons quartiers d’hiver, dans une riche contrée. Tactiquement, une invasion du couloir rhodanien nous paraît d’autant plus conforme aux conceptions militaires de l’époque qu’elle offrait à tout moment la possibilité d’un repli vers l’est ; siège pour siège, il fallait se heurter soit à Lyon, soit à Dijon, cette dernière solution - convergence des opérations de Bourgogne et de Picardie - ne présentant guère d’avantages en face de la première, d’ailleurs plus conforme à la stratégie qui prévalait, celle des théâtres séparés.

6 BB 190 : fos 102 - 102 vo, 10 juin 1636, dégagement des abords des remparts.
fos 104 vo - 105 vo, 13 juin 1636, mise des pennonages sur le pied de guerre.
fos 118 - 123, 5 juillet 1636, organisation de la garde.
fos 145 vo - 146 vo, 22 août 1636, achat de poudre en Provence, en Avignon, en Languedoc.
fos 147 - 147 vo, 23 août 1636, interdiction de venir séjourner à Lyon sans consentement consulaire.
fos 151 vo - 152, 25 août 1636, expulsion des sujets du roi d’Espagne qui ne sont ni mariés, ni domiciliés à Lyon.
fos 152 vo - 153, 25 août 1636, achats de poudre à Grenoble et en Dauphiné.
fo 163 vo, 2 sept. 1636, paiement d’une nouvelle chaîne barrant le Rhône à Saint-Clair.
fos 165 vo - 166, 6 sept. 1636, défense de sortir plus d’une ânée de blé par métairie possédée hors de la ville.
Ces mesures semblent par ailleurs faire partie des dispositions prises par toute ville ayant à soutenir quelque assaut. Montecuculli en préconise de toutes semblables dans le traité d’art militaire qu’il écrivit après 1664 : il faut faire sotir de la place, ou de force, ou sous quelque prétexte spécieux les plus suspects, (p. 145), visiter les magasins, les monastères, & les maisons particulières, (p. 155). Cf. Mémoires de Montecuculli, généralissime des Troupes de l’Empereur Strasbourg - J.R. DOULSSECKER père, 1740, in 12°, 440 p.

7 A.M.L. BB 190 fos 113 vo - 114, 1er juillet 1636

8 A.M.L. BB 190 fos 190 - 192, 10 novembre 1636, Annexe 2.

9 Les fonctions consulaires étaient accaparées par un petit nombre de familles ; il n’en est pas moins piquant de rappeler que le père de Jean Charrier, Guillaume, avait présidé, en tant qu’échevin, à la confection d’un recensement similaire en 1597 !

10 Cf. MOLS (R.) Introduction à la Démographie Historique des Villes d’Europe T 1, pp. 50 - 51. Peut-être l’entrée de la France dans la guerre de Trente Ans a-t-elle retardé d’un grand demi-siècle l’entreprise d’une recherche statistique générale ?

11 Curieusement, le recensement de mai 1709, bien que né de la disette, est contemporain de la parution du livre de Saugrain comme de la tentative de juin, qui visait à dénombrer toute la population du royaume. Toutes les crises lyonnaises n’ont pas donné naissance à des dénombrements : comment ne pas soupçonner les autorités locales d’avoir, en 1709 comme en 1636, donné écho aux préoccupations du ministère ?

12 EE 34, pièce 34, 11 sept. 1636 ou 28 août 1636. Le texte porte deux dates. Très probablement s’agit-il d’une pièce du recensement d’août 1636 : les ecclésiastiques et les officiers y étant effectivement distingués des autres habitants. Sa qualité médiocre la place au rang des listes d’armement.

13 EE 34, pièce 60, s. d.

14 EE 34, pièce 54, 18 septembre 1636.

15 Cf. annexe 3, A.M.L. : BB 189, fos 145 vo - 146, 26 août 1636. BB 190, fos 155 vo - 160 vo. EE 34, pièce 56, 27 août 1636.

16 BB 189, fos 151-151 vo, 6 septembre 1636. Cf. BB 189 fo 146 vo, 26 août 1636 : aux recherches de janvier et de juillet, il faut ajouter celle d’août, dont il ne reste qu’une ordonnance consulaire.

17 EE 10, pièce 12.

18 EE 10, pièce 13.

19 EE 10, pièce 16.

20 EE 10, pièce 1,31 août 1628.

21 EE 10, pièce 2, 1er avril 1631.

22 EE 9, pièce 40, 30 janvier 1626. EE 102, pièce 39, 2 juin 1602, rôle des habitants de la Grenette.

23 EE 5, pièce 11, 27 novembre 1597, Proclamation affichée par ordre du gouverneur.

24 Cf. annexe 5 - BB 134, fo 113, 2 septembre 1597, BB 133, fo 52, même date.

25 MOLS (R.), op. cit. p. 51.

26 GARDEN (M.) Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle p. 25.

27 Cf. annexe 5.

28 EE 32, p. 32, quartier de Saint-Nizier. Le document annonce 973personnes en tout quand notre recomptage s’arrête à 873, ce qui correspond exactement à une erreur affectant le chiffre des centaines et à deux foyers de population imprécisée, oubliés.

29 MUHEIM (H.) Le recensement de la population lyonnaise en 1709 : les domestiques p. 208.

30 Par ex. : A.D. Nièvre BB 20, 1587 - 1599 fo 70, 1er juin 1590.

31 JOLY (A.) « Inventaire Numérique... : EE 33, Recherche des étrangers, XVIIe ».

32 EE 32, Pièces 35 à 41 : 28, 29, 30, 31 octobre et 3 novembre 1597.

33 BB 134, fo 136, 23 octobre 1597. Cf. annexe 7.

34 EE 5, pièce 11,27 octobre 1597. Cf. annexe 8.

35 Cf. ROUBERT (J.) Les Savoyards à Lyon à la fin du XVIe. pp. 135-136.

36 EE 33, p. 5, p. 22, p. 31 : François Bernard, capitaine pennon, Sebastien Georges, maître apothicaire. Me Claude Sonthonas, notaire.

37 EE 33, pp. 1 à 37.

38 EE 32, pp. 35 à 41.

39 Cf. ROUBERT (J.) op. cit. pp. 140 à 143, liste de Savoyards demandant une mesure de naturalisation générale.

40 EE 102, p. 32, s. d.

41 Cf. supra p. 24. L’esprit de la mesure apparaît nettement dès que l’on identifie les individus visés à l’aide du recensement de septembre. Outre les suspects manifestes, on a porté sur la liste les gens de Montluel et de Pérouges arrivés depuis l’occupation savoyarde, deux escholliers savoyards en pension depuis peu près du Collège de la Trinité, onze serviteurs et tous ceux qui, lors de la recherche du 4 septembre, étaient en voyage en Savoie. Tous ont comme trait commun la possibilité d’avoir été en contact avec l’ennemi et de n’être que des espions destinés à préparer l’attaque de la ville. Le procédé était, semble-t-il, courant. Il faut à nouveau citer MONTECUCULLI qui conseille en pareil cas d’avoir intelligence avec les habitants, d’agir en semant des dissensions & des terreurs paniques et d’introduire dans la place des hommes déguisez en païsans, en femmes, en marchands, en prêtres, en religieux, en malades.. (op. cit. pp. 129 - 131). Déjà avait-on jeté en prison, en 1594, un vendeur de bois et batelier, capitaine penon de la rue Neuve, dit Bayard, que l’on soupçonnait de vouloir introduire l’ennemi sur des radeaux. Cf. MARIEJOL (J.H.) Charles-Emmanuel de Savoie Duc de Nemours p. 259.

42 Une classification est, évidemment indispensable. Mais n’est-il pas préférable de n’en opérer les sacrifices qu’au dernier instant ?

43 Cf. annexe 8 : feuille type de relevé.

44 A.M.L. GG 014, p. 5.

45 Cf. annexe 9 : analyse quantitative du contenu des sources.

46 EE 27, p. 7, 1er juillet 1594.

47 LAVIGNE (M.) Inventaire monumental de l’îlot 18 dans le quartier Saint Jean à Lyon.

48 LAVIGNE (M.) op. cit. Que Madame Lavigne, qui nous a permis de consulter sa thèse inédite, trouve ici l’expression de notre gratitude.

49 Cf. annexe 11 : les maisons de l’îlot 18 dans le recensement de 1597.

50 Cf. supra p. 30 et EE 5, pièce 11.

51 ROUBERT (J.) op cit.

52 ROUBERT (J.) op. cit.

53 Cf. annexe 10.

54 Cf. annexe 11 : critique du recensement de 1597 par jumelage.

55 BB 171, fos 100 - 101, 16 mars 1627.

56 EE 34, p. 54, rôle des veuves du quartier de la Pêcherie.

57 EE 34, p. 60, s. d. (18 septembre 1636 ?)

58 L’ordre suivi dans la liste des veuves est en effet exactement celui de la minute du recensement d’août, où les veuves aisées sont de surcroît repérées en marge par des doubles croix. EE 34, p. 56, 27 août 1636 et EE 34, p. 60, (18 septembre 1636 ?).

59 Ont été principalement utilisés à ces fins :
- Le roole général des marchands vendans et desbitans marchandises en ceste ville de Lyon subjects aux droits des gabelles de la grande ferme et revenderie (CC. 3972, p. 2, 20 septembre 1596).
- GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle index pp. 958 - 975.
- PALLASSE(M.) La Sénéchaussée et Siège Présidial de Lyon pendant les guerres de Religion pp. 413 - 419.
- Les Etablies de 1594 :
EE 26, p. 1, juin 1594, La Croisette,
p. 2, 1594, Gde rue de l’Hôpital,
p. 4, 1594, Rue Neuve,
p. 5,13 juillet 1594, Terreaux,
p. 7, 1er juillet 1594, Rue Du Bois,
p. 8, 12 juillet 1594, Pêcherie,
p. 11, s. d., Bourgneuf,
p. 13, s. d. Cordeliers,
p. 16, s. d., Gourguillon,
p. 18, s. d., Saint Pierre,
p. 20, s. d., La Juiverie,
p. 29, s. d., Saint Georges,
p. 30, s. d., Le Bœuf,
p. 33, s. d., Porte Froc.
Ces huit dernières pièces ont pu être approximativement datées à l’aide du nom des capitaines pennons : elles seraient des années 1590, sinon de 1594. Elles se trouvent mêlées à des établies plus anciennes et à d’autres de la fin du siècle qui, se réduisant à n’être plus que de simples énumérations de noms, ne peuvent ici nous être utiles.

60 Cf. annexe 9. Analyse quantitative de contenu. Recensement de 1597.

61 CHARBONNEAU (H.), LAVOIE (Y.), LEGARE (J.) : Recensements et registres paroissiaux du Canada durant la période 1665 - 1668. Etude Critique Population, 1970, pp. 97 - 124.

62 CROIX (A.) Nantes et le pays nantais au XVIe siècle. Etude Démographique cf. pp. 13, 32, 43.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search